rêver

Lorsqu’il est impossible de travailler avec les restrictions et les recommandations préventives contre l’hépatite C

Le diagnostic d’infection par le VHC change toujours la vie pour “l’avant et l’après”. Presque immédiatement, une personne est confrontée au problème du soutien financier pour un cours de thérapie, donc la question de savoir s’il est possible de travailler avec l’hépatite C est très aiguë.

La législation du travail est toujours du côté du patient, toute discrimination pour des raisons de santé est interdite. Conformément aux normes généralement acceptées, une personne ne peut être licenciée ou mutée à un poste dont le salaire est inférieur. Mais en pratique, lorsque l’employeur prend connaissance du diagnostic, il tente, sous n’importe quel prétexte, de licencier le salarié atteint du VHC.

Mais quand une personne infectée représente-t-elle vraiment un danger pour les autres, et quand suffit-il de suivre des mesures préventives simples ? Le VHC est différent des autres types d’hépatite infectieuse. La pathologie est principalement transmise par voie hématologique et la dose infectieuse requise est nettement plus élevée que, par exemple, pour l’hépatite B.

Par conséquent, même parmi les proches et les membres de la famille du patient, le risque d’infection est assez faible si des mesures préventives simples sont observées. Et la probabilité de transmission du virus sur le lieu de travail est dans la plupart des cas réduite à zéro.

Auparavant, l’hépatite C était principalement détectée chez les personnes dépendantes de l’injection de drogues. Mais à la fin des années 1980, les experts ont découvert qu’en raison de l’imperfection de l’examen du matériel du donneur, un porteur potentiel de l’infection est une personne après une transfusion sanguine et / ou une transplantation d’organe. Ce n’est qu’après 1992 que des méthodes efficaces et efficientes de détection du virus dans le matériel biologique sont apparues.

En outre, un long parcours asymptomatique, des cas fréquents de diagnostic tardif de la maladie conduisent au fait qu’une personne peut ne pas soupçonner une infection pendant des années et visiter des cabinets médicaux, effectuer des procédures cosmétiques. Si les règles de désinfection et de traitement des instruments réutilisables sont respectées, il n’y a aucun risque d’infection. Sinon, la transmission du virus est possible même avec une légère égratignure.

Par conséquent, le VHC est également diagnostiqué chez les personnes appartenant aux couches socialement aisées de la population. Les experts qui étudient depuis longtemps la transmission du virus sont convaincus que les patients atteints d’hépatite C peuvent mener une vie bien remplie, sans aucun risque pour les autres.

Seules certaines professions sont des restrictions au travail avec l’hépatite C. Dans la plupart des cas, une personne peut librement gravir les échelons de carrière.

Contents

Caractéristiques du VHC et impact sur la capacité de travail

Une caractéristique du VHC est la variabilité et la non-spécificité du tableau clinique. Après infection, les particules virales atteignent le foie par le système circulatoire, se fixent à la surface des hépatocytes et pénètrent dans les cellules. Ainsi, le processus de réplication de l’agent pathogène et de propagation ultérieure de l’infection commence.

Dans la plupart des cas, cela se produit sans aucun symptôme prononcé. L’une des principales (et souvent les seules) plaintes d’une personne est une faiblesse grave et un malaise général. Le patient peut continuer à travailler. Cependant, la capacité de concentration, de travailler avec une grande quantité d’informations, la vitesse de réaction à tout cas de force majeure diminue souvent.

Environ 20 à 30 % des cas d’hépatite C aiguë surviennent avec certaines manifestations cliniques. Ceux-ci inclus:

  • douleur, lourdeur, inconfort et sensation de plénitude dans l’hypochondre droit;
  • jaunissement de la peau, sclère (très rare) ;
  • décoloration de l’urine et des matières fécales, associée à une augmentation du taux de bilirubine totale;
  • perte d’appétit (jusqu’à l’absence complète) et perte de poids associée ;
  • troubles des selles (diarrhée ou constipation).

Le bien-être du patient s’aggrave après avoir mangé des aliments et des boissons qui affectent négativement le foie. Ce sont les aliments gras, frits, les viandes fumées, l’alcool, les boissons énergisantes, la restauration rapide.

Mais dans 80 à 85 % des cas, l’hépatite C aiguë devient chronique. Le plus souvent, la maladie dure des années sans tableau clinique prononcé. Syndrome asthénique, intolérance à l’exercice, divers troubles digestifs sont notés, la résistance aux infections virales est réduite.

Vous pouvez être infecté par le VHC :

  • lors de la réalisation de manipulations médicales et/ou esthétiques (chez un dentiste, cosmétologue, en laboratoire, clinique privée ou publique, avec hémodialyse) ;
  • lors d’un contact sexuel avec une personne malade (surtout si l’acte sexuel s’accompagne de saignements dus à des lésions de la peau ou des muqueuses des organes génitaux, de la cavité buccale, etc.);
  • lors de l’utilisation d’articles ménagers contenant des particules séchées de sang infecté (rasoirs, couteaux, sous-vêtements, etc.).

La durée de la période d’incubation est individuelle. Mais il faut plusieurs semaines pour développer des anticorps spécifiques aux protéines structurelles et non structurelles (4-8). L’ARN du virus dans le sang est détecté plus tôt (lors de l’utilisation de systèmes de test très sensibles – après 10 à 14 jours).

Où est-il permis de travailler avec l’hépatite C

L’analyse régulière de l’absence de VHC est une exigence obligatoire lors de la demande d’un livre médical. Les règles régissant le passage d’un examen médical et l’établissement d’une liste des professions nécessitant un examen médical préalable sont régies par la législation en vigueur (en Fédération de Russie, il s’agit de la loi sur le bien-être sanitaire et épidémiologique de la population et de l’ordre des Rospotrebnadzor “Sur un carnet médical personnel et un passeport sanitaire”).

Ainsi, l’exécution des documents pertinents est requise:

  • les cuisiniers et autres travailleurs de la restauration qui sont en contact direct avec les aliments et l’eau potable ;
  • vendeurs de nourriture;
  • Les travailleurs du domaine de la santé;
  • personnel militaire, pompiers, secouristes ;
  • enseignants, employés des jardins d’enfants;
  • les personnes engagées dans les services communaux et de consommation à la population (coiffeurs, cosmétologues, maîtres manucure et pédicure, etc.).

En conséquence, la liste des professions où il est possible de travailler avec l’hépatite C est principalement limitée aux employeurs qui, par la loi ou par la charte interne de l’organisation, exigent la fourniture de documents sanitaires.

Est-il possible d’obtenir un livre médical avec l’hépatite C? Les médecins sont tenus de remettre à la personne un formulaire approprié, mais avec une note sur la présence d’une infection par le VHC. De plus, le médecin doit donner des instructions à un spécialiste des maladies infectieuses, un hépatologue, expliquer le pronostic possible et les perspectives de traitement.

Travailleurs médicaux

Les travailleurs de la santé sont à risque d’infection par l’hépatite C en raison d’une éventuelle exposition par inadvertance au sang des patients. Une infection par le VHC diagnostiquée est une contre-indication au travail associée à une probabilité accrue d’infection pour un visiteur de l’hôpital.

A un autre poste (avec maintien obligatoire du salaire) sont transférés :

  • les infirmières qui prélèvent du sang, d’autres matériels biologiques et effectuent diverses procédures de routine ;
  • assistants de laboratoire travaillant avec du matériel de donneur;
  • les médecins effectuant des manipulations diagnostiques invasives ;
  • chirurgiens;
  • infirmières assistant pendant la chirurgie;
  • obstétriciens, gynécologues.

Les professionnels de la santé d’autres spécialités (y compris les médecins généralistes, les radiologues, les spécialistes en échographie, les aides-soignants, etc.) ne présentent aucun risque pour les patients. Cependant, une attention particulière doit être portée aux mesures préventives. Avant d’examiner le patient ou d’effectuer toute manipulation, assurez-vous de porter des gants stériles, traitez-vous régulièrement les mains avec une solution désinfectante.

Mais est-il possible de travailler comme chirurgien atteint d’hépatite C ou de reprendre ses fonctions professionnelles après une cure ? Des analyses appropriées sont effectuées 1 à 2 fois pendant la période de traitement, ainsi que 24 et 48 semaines après sa fin. Si les résultats sont négatifs, la personne est considérée comme en bonne santé et ne présente pas de danger pour les autres en termes d’infection.

Travailler avec des enfants

L’hépatite C est-elle une contre-indication à travailler avec des enfants d’âges différents ? Conformément aux normes législatives, ce diagnostic ne constitue pas une limitation pour les activités professionnelles des enseignants, éducateurs, nounous dans les établissements d’enseignement préscolaire.

Mais en pratique, avec l’infection par le VHC, il est presque impossible de trouver un emploi dans un jardin d’enfants ou une école. Le directeur ou le responsable ne peut officiellement refuser un candidat ou un employé atteint d’hépatite C – cela sera considéré comme une violation de la loi applicable. Mais, en règle générale, les managers recherchent n’importe quelle excuse pour refuser.

Si les informations sur le diagnostic d’un employé vont au-delà du bureau de l’administration, les parents exigent également généralement, sinon le licenciement de l’employé, du moins une restriction stricte des contacts avec les enfants. Mais selon les experts, un soignant ou un enseignant n’est pas en mesure de contaminer un enfant, à condition de suivre des mesures préventives simples – lavage des mains, traitement approprié des plaies et des coupures accidentelles, etc.

Service et restauration

L’obtention d’un livret médical est obligatoire pour les personnes employées dans le domaine des services aux consommateurs et travaillant dans les organismes de restauration collective. Des restrictions strictes s’appliquent aux professions qui sont également associées au risque de contact avec le sang d’une personne en bonne santé.

Ainsi, avec l’hépatite C, il est presque impossible de trouver un emploi :

  • cuisinier;
  • maître manucure et/ou pédicure;
  • cosmétologue effectuant des injections sous-cutanées de divers médicaments et autres procédures esthétiques invasives.

Mais à la question de savoir s’il est possible de travailler en tant que vendeur, les experts répondent par l’affirmative. Un employé de ce profil effectue le commerce de produits alimentaires dans des gants spéciaux, et la plupart de ces produits sont fabriqués dans des emballages scellés. Ainsi, le risque d’infection est complètement éliminé. Quant à la vente du groupe non alimentaire, il n’y a pas de restrictions liées à la présence d’hépatite C chez un salarié.

Dans les établissements publics de restauration (cafés, restaurants, bars, etc.), une personne atteinte du VHC n’est pas autorisée à préparer directement des aliments. Même avec une coupure accidentelle et du sang pénétrant dans le plat fini, le risque d’infection pour le visiteur est minime, cependant, avec l’hépatite C, le travail d’un cuisinier est contre-indiqué. Mais l’emploi en tant que barman, serveur, hôtesse, etc. est tout à fait autorisé.

Service militaire dans l’armée

Une personne infectée par le VHC ne peut pas travailler et servir dans l’armée et le ministère des Situations d’urgence. Cela est dû à plusieurs facteurs :

  • le besoin d’une thérapie constante et d’un soutien médical spécialisé, qu’il est presque impossible de fournir dans des conditions de terrain militaire ;
  • le risque d’infection d’une personne en bonne santé lors d’un contact avec son sang lors de la prestation de soins médicaux, lors de catastrophes naturelles, de catastrophes, d’éventuelles opérations militaires ;
  • la probabilité d’infection de collègues en raison d’un long séjour dans une pièce commune, de l’utilisation des mêmes articles ménagers, etc.;
  • tableau clinique variable et risque de forte détérioration du bien-être ;
  • la nécessité de suivre le régime de sommeil et de repos, de limiter les efforts physiques intenses;
  • la nécessité d’un régime strict.

Si une personne est déjà infectée dans le service, elle est transférée à un autre poste sûr pour elle-même et son entourage. Si une maladie est détectée au stade de la préparation à ce type de profession, le demandeur est refusé, une deuxième tentative est possible après la guérison complète de la pathologie (qui doit être confirmée par des tests de laboratoire).

Où ne pas travailler

En plus des restrictions déjà énumérées, il existe d’autres professions et postes où vous ne pouvez pas travailler avec l’hépatite C.

En raison de changements pathologiques survenant dans le foie dans le contexte du VHC, le patient n’est pas autorisé à :

  • contact avec une variété de toxines (sous forme liquide, solide ou gazeuse);
  • exposition prolongée à la lumière directe du soleil;
  • surmenage (travail de nuit, quarts de jour).

Par conséquent, avec une hépatite virale C diagnostiquée, il est interdit de travailler:

  • dans la blanchisserie (ou le nettoyage à sec) ;
  • dans les entreprises des industries de la peinture et du vernis, de la chimie, du travail du bois, etc.;
  • dans des postes nécessitant un effort physique excessif;
  • dans les serres et les entreprises agricoles qui traitent constamment les plantes avec des pesticides ;
  • dans les pièces froides et humides.

De telles conditions de travail peuvent aggraver l’état du patient, provoquer une exacerbation ou de nombreuses complications d’une infection virale. Par conséquent, il est nécessaire de s’abstenir de ce type d’activité non seulement pendant la période de traitement, mais également après, même avec des tests négatifs pour l’ARN du VHC.

Quelles formes de maladie donnent un handicap

En règle générale, avec un diagnostic rapide, l’hépatite C n’est pas une indication pour l’octroi d’une invalidité. Mais le VHC provoque divers types de lésions hépatiques, qui peuvent entraîner une détérioration persistante du bien-être du patient.

Lors de l’examen de la question de la limitation de la capacité de travail et du handicap, les aspects suivants sont pris en compte :

  • la présence de fibrose et sa gravité;
  • la présence ou l’absence de cirrhose et sa forme (compensée ou décompensée) ;
  • la possibilité d’une dégénérescence maligne des cellules hépatiques ;
  • la présence de complications extrahépatiques (avec une longue évolution de l’hépatite C, elle peut provoquer des maladies auto-immunes affectant presque tous les organes internes).

Parfois, la gravité de la pathologie et l’efficacité de la pharmacothérapie sont prises en compte. Les rechutes ou les réinfections nécessitent l’introduction d’interféron dans le protocole médicamenteux, ce qui provoque souvent des effets indésirables graves.

La fourniture (ainsi que la confirmation) de l’invalidité du groupe correspondant est effectuée conformément à la législation en vigueur. Par la suite, le patient bénéficie de certains avantages liés à l’aide financière, à l’emploi, au paiement des services publics.

Préconisations et règles de sécurité

Compte tenu de la forte prévalence de l’hépatite C, chaque personne doit prendre les mesures appropriées pour se protéger de l’infection. Pour cela, vous devez :

  • éviter d’utiliser les produits d’hygiène d’autrui ;
  • surveiller la stérilité des instruments et le respect des règles d’asepsie lors de la visite d’établissements médicaux, un cosmétologue;
  • utiliser des préservatifs, surtout lors de rapports sexuels occasionnels.

Si une personne reçoit un diagnostic d’hépatite C, elle devrait également être responsable de la prévention de la propagation de l’infection. Pour ce faire, il est nécessaire de traiter immédiatement les coupures et les plaies, de les sceller avec un pansement, de jeter les pansements usagés et de stériliser les instruments. Si nécessaire, utilisez des gants en latex et traitez la surface de travail en conséquence.

La question de l’information de la hiérarchie et des salariés (si la présentation d’un livret médical est facultative) sur le diagnostic est résolue dans le respect des règles de déontologie de l’entreprise.

Si vous avez été licencié à cause de l’hépatite C

En vertu du droit du travail actuel, un employeur n’a pas le droit de congédier une personne simplement à cause d’un diagnostic d’infection par le VHC. Toutefois, un salarié peut être muté à un autre poste si l’activité exercée risque de causer des dommages irréparables à la santé du salarié.

Si le licenciement est survenu en raison d’une hépatite C diagnostiquée, l’employé a le droit de saisir le tribunal avec une déclaration correspondante. Dans ce cas, il est nécessaire de fournir tous les documents médicaux confirmant le diagnostic et l’état de santé de la personne. Après l’illégalité avérée du licenciement, le salarié est réintégré avec le paiement du salaire dû.

Hépatite C (C)

L’hépatite virale C (C) est une maladie très grave causée par un virus qui pénètre dans le corps humain avec le sang d’une personne malade – par voie parentérale. La maladie se distingue par son évolution secrète, lorsqu’une personne ne soupçonne pas qu’elle a déjà été infectée et qu’elle est déjà devenue porteuse de l’infection. Très souvent, un patient développe une cirrhose du foie, et ce n’est qu’alors qu’il découvre que le virus circule dans son sang depuis de nombreuses années.

Des spécialistes hautement professionnels des maladies infectieuses et l’équipement de diagnostic moderne de la clinique internationale Medica24 permettent d’identifier tous les facteurs prédisposant au développement de la maladie, d’effectuer des diagnostics différentiels et d’exclure toutes les interprétations faussement négatives et ambiguës possibles.

Quelle est la fréquence de l’hépatite C?

La proportion d’hépatite C (C) chronique parmi toutes les autres lésions hépatiques virales est de près de 75 %. Au début du 21e siècle, l’infection prétendait être une épidémie, pour 100 000 Russes, il y avait 22 patients “frais” atteints d’une infection aiguë, mais un seul renforcement du contrôle sanitaire et épidémiologique des établissements médicaux, l’approche la plus stricte pour vérifier donneurs de sang et contrôle sans précédent de la pureté virale du sang transfusé, la morbidité infectieuse aiguë a commencé à décliner. Déjà en 2011, l’incidence était 10 fois moindre et en 2013, un peu plus de 2,5 mille patients atteints d’une forme aiguë de la maladie ont été détectés dans tout le pays.

La même année, plus de 57 000 compatriotes étaient atteints d’hépatite C chronique, et cette forme de la maladie continue de croître, et le groupe le plus important est composé de jeunes patients qui n’ont pas fêté leur 40e anniversaire. De plus en plus, l’infection est détectée chez les femmes enceintes, depuis les années “zéro”, les statistiques ont montré une multiplication par cinq, principalement les femmes des régions du sud de la Russie en souffrent.

Dans la clinique internationale Medica24, les méthodes de thérapie nationales et étrangères les plus efficaces sont utilisées, ce qui peut améliorer considérablement la qualité de vie de nos patients et maintenir leur activité.

Toutes les hépatites virales sont très similaires les unes aux autres et peuvent être distinguées par analyse. Mais dans le tableau clinique, il existe également des différences dans l’intensité des symptômes, de sorte qu’avec l’hépatite virale C, tous les signes de l’apparition de la maladie sont flous. Il n’est souvent pas possible d’établir combien de temps dure la période entre l’infection par le virus et l’apparition des premiers symptômes, mais dans tous les cas, ils essaient de suivre les contacts infectieux afin de prévenir l’infection par inadvertance d’autres personnes à l’avenir.

Dans la clinique internationale Medica24, ils procéderont à un examen dès que possible et poseront le bon diagnostic, ce qui augmentera l’efficacité du traitement et raccourcira la période de rééducation. Même le cas de diagnostic le plus difficile ne restera pas un mystère non résolu pour nos médecins spécialistes des maladies infectieuses.

Quels sont les symptômes de l’hépatite C aiguë ?

La maladie commence par un syndrome pseudo-grippal, quelque peu similaire à la grippe, mais ressemble plutôt à une infection virale de la catégorie «rhume» et un peu plus longue – une à deux semaines. Un rhume sans nez qui coule ni toux, la plupart des signes de l’hépatite C sont si vagues et inexprimés qu’ils ne se considèrent même pas malades, comme s’ils ne se sentaient pas bien, mais « cela vient peut-être d’un orage magnétique ».

Dans la plupart des cas, le tableau clinique d’une infection aiguë se manifeste par :

  • Légère douleur dans les muscles, grande faiblesse et fatigue.
  • Le plus souvent, il n’y a pas de température élevée, une condition subfébrile légèrement supérieure à 37,5 ° C est possible.
  • Il peut y avoir une légère douleur dans l’hypochondre droit, des nausées et des vomissements, une perte d’appétit.
  • Huit patients sur dix n’ont pas d’ictère. L’ictère pour un diagnostic précoce de la maladie est presque tout, et quand il n’y en a pas, ou qu’il est très léger et “couché” sur un bronzage frais, et en l’absence de plaintes de mauvaise santé, il ne vaut rien manquer la maladie.

Si vous venez dans une polyclinique avec une telle mauvaise santé, où, en contournant toute tradition médicale, ils vous proposeront de passer un test sanguin biochimique, une maladie du foie sera alors suspectée sur la base de modifications des enzymes hépatiques et des échantillons de foie. Mais en règle générale, les médecins ne sont si méfiants qu’avec les membres de la famille d’un patient atteint d’hépatite C chronique. Dans la pratique quotidienne, avec des symptômes d’infections virales respiratoires aiguës et d’infections respiratoires aiguës, un test sanguin pour la biochimie n’est pas proposé.

L’hépatite C aiguë passe sous le couvert d’un léger malaise, pour traiter l’hépatite C et ne pas donner de chance au développement d’une maladie chronique, seul un diagnostic opportun le permettra.

Quels sont les symptômes de l’hépatite C chronique ?

Lorsque la maladie existe depuis plus de six mois, il s’agit déjà d’une forme chronique. Avec lui, le tableau clinique est déterminé par l’état du foie, si les changements sont minimes, alors un scénario, s’il est étendu – un autre.

  • Le tableau est dominé par le syndrome asthénovégétatif – faiblesse et fatigue sévères.
  • Une réaction désagréable aux aliments gras et une mauvaise tolérance à l’alcool sont possibles, tout cela se manifeste par des nausées et un arrière-goût désagréable dans la bouche.
  • Il peut y avoir des douleurs tiraillantes dans l’hypochondre droit.
  • Ou peut-être qu’il n’y a rien d’autre que de la faiblesse.

Contribuent aux troubles sous forme chronique d’abus d’alcool, d’obésité et de troubles métaboliques, dans ces cas, la progression de la fibrose avec pour conséquence une cirrhose du foie est plus rapide et plus intense.

Quels sont les symptômes de l’hépatite C chez les femmes ?

Les signes de l’hépatite C chez les femmes sont les mêmes que chez les hommes, mais la gravité des symptômes est moindre, l’effet protecteur des hormones sexuelles oestrogène affecte. Par conséquent, les jeunes femmes tolèrent mieux la maladie que les femmes plus âgées. Les femmes sont plus attentives à leur santé, selon les statistiques, elles consultent plus souvent un médecin et passent volontiers des tests.

Au stade chronique, le dysfonctionnement hépatique peut affecter la coagulation du sang, ce qui peut modifier la durée des menstruations et nuire à l’évolution des varices des membres inférieurs.

La clinique des maladies infectieuses de la clinique internationale Medica24 a tout ce dont vous avez besoin pour un traitement efficace et une récupération efficace, tous les programmes sont individualisés et basés sur les normes mondiales de diagnostic et de traitement.

Signes distinctifs de l’hépatite C chez les hommes

Les symptômes de l’hépatite C chez les hommes sont plus prononcés, le pronostic de développement de complications est pire. Les jeunes souffrent de la maladie plus facilement que les personnes âgées, mais pire que les femmes. Les hommes consultent rarement un médecin en présence uniquement de faiblesse et de fatigue, et ce sont les principaux et souvent les seuls symptômes de la maladie, les tests sont effectués sous la contrainte.

Avec une violation significative de la fonction hépatique, la gynécomastie et la dysfonction érectile se développent. Un rôle important dans le développement de la cirrhose du foie est joué par la passion pour les boissons alcoolisées et une alimentation malsaine. Une attitude négligente envers son propre corps rapproche les conséquences douloureuses. Plus tôt, des signes de cirrhose du foie apparaissent : varices de l’œsophage, épanchements dans les cavités.

Le porteur du virus doit être sous surveillance constante, suivre clairement les recommandations du médecin et ne pas hésiter à l’examen, aussi désagréable soit-il. Le traitement s’accompagne de complications, un infectiologue qualifié sait comment réduire les manifestations désagréables de la maladie et de la thérapie. Obtenez l’aide d’un spécialiste des maladies infectieuses en appelant le +7 (495) 230-00-01

La cause de l’hépatite C est une infection par un virus, qui est l’un des agents infectieux les plus agressifs, c’est le plus maléfique de ceux qui affectent le foie. La particularité de l’hépatite C réside dans la fréquence élevée du passage de la forme aiguë à la forme chronique, près de 80 %. La forme chronique provoque très souvent une cirrhose du foie et un cancer hépatocellulaire.

Prenez soin de vous, réservez une consultation dès maintenant

Quels sont les types de virus de l’hépatite C?

Une particule virale n’est qu’un brin torsadé d’une molécule d’ARN, composé de 9600 morceaux de protéines, dans une capsule graisseuse avec des inclusions de protéines.

L’agent causal de l’hépatite C a six variétés – les génotypes, ce qui est typique, ayant été malade avec un, il n’y a pas d’immunité croisée du reste. Mais le nombre de variantes supplémentaires – les sous-types – a déjà atteint une centaine, de sorte que l’idée de fabriquer un vaccin est laissée de côté comme irréalisable.

  • En Russie, les génotypes 1, 3, 2 sont courants en termes de fréquence d’apparition.
  • Dans les pays européens, vivent principalement les types 2 et 3.
  • L’hépatite américaine est causée par le génotype 1, tandis que l’hépatite japonaise est causée par le génotype 2.
  • Le 4ème génotype moyen-oriental et en même temps africain est inhabituel pour les Russes.

Et il y a aussi des quasi-espèces, qui se forment en raison de la variabilité constante de la particule virale, qui invente des mutations à l’intérieur d’elle-même, lors de la division elle confond délibérément les gènes, au lieu qu’une copie du gène en crée plusieurs. La raison des outrages par mimétisme d’un agent infectieux est l’autodéfense contre l’immunité de l’hôte.

Chez plus d’un cinquième des personnes infectées, l’agent viral circule dans l’organisme en compagnie du virus de l’hépatite B, mais surtout « aime » coexister avec le VIH. Lors de l’accouchement, 3% des femmes enceintes russes atteintes d’hépatite transmettent des copies virales à l’enfant, mais lorsqu’elles sont associées à des infections à VIH, un nouveau-né sur six a une cause importante d’hépatite C congénitale.

La détection précoce de l’infection peut prévenir la transmission du virus et amorcer un traitement efficace contre l’hépatite C. Une médication régulière, contrôlée par le nombre de copies virales circulant dans le sang, retarde de plusieurs décennies la cause des complications mortelles. Un excellent équipement de laboratoire et toute la gamme d’examens sont disponibles à la clinique internationale Medica24, les médecins analyseront les résultats de l’examen selon les canons des meilleurs centres du monde.

Combien de virus faut-il pour être infecté ?

Est-il possible d’être infecté par une seule particule virale ? C’est probablement possible, mais il est possible que ce soit impossible. La raison d’une telle ambiguïté globale est que la particule virale ne convient pas à l’expérimentation en raison de sa capacité de survie extrêmement faible en dehors d’un organisme vivant. Pas un agent infectieux aussi viable que le virus de l’hépatite B, il faut plus de particules pour infecter, mais plus fort que le VIH. La transmission sexuelle de l’hépatite C parentérale lors de rapports sexuels occasionnels n’est en aucun cas la principale, elle est plusieurs fois supérieure à l’infection lors de procédures médicales dans des salons de beauté semi-enterrés et en dentisterie.

Un équipement moderne entre les mains d’un spécialiste de la clinique internationale des infections Medica24 avec une vaste expérience clinique permet dans presque toutes les situations d’identifier la cause exacte de la souffrance et de retracer l’intégralité du cheminement de l’infection, de l’infection à la maladie.

Comment pouvez-vous être infecté?

L’infection se produit avec un virus qui vit dans les particules de sang du patient qui se trouvent sur l’aiguille, de sorte que la maladie est “liée” à l’utilisation non médicale de substances psychoactives et narcotiques – toxicomanie, ainsi qu’à la promiscuité sexuelle.

Mais ce sont des groupes à risque typiques et, en principe, toute personne respectable peut être infectée partout où elle utilise des outils de coupe réutilisables, par exemple lors d’une manucure. Les groupes à risque comprennent également les personnes qui sont professionnellement associées au sang de quelqu’un d’autre – les travailleurs médicaux.

Dans les groupes pédagogiques, d’enfants et de personnes âgées qui sont en internat et qui vivent longtemps dans des établissements psychiatriques, le contact est facilité pour la transmission de tout agent infectieux. Les patients greffés ou sous hémodialyse, qui ont reçu le sang de quelqu’un d’autre, ont également une cause d’infection. Les particules virales survivent parfaitement dans une fiole de sang.

La cause de la maladie devient incontrôlable peut être l’espoir trompeur que le bien-être du patient est impossible avec une charge virale élevée. Le bien-être n’a aucune corrélation avec l’activité vitale d’un agent infectieux.

L’hépatite C s’est adaptée à la vie à l’intérieur de l’hôte, créant de nouvelles versions d’elle-même, de sorte que le patient infecté a besoin d’une surveillance qualifiée constante et de plus grandes capacités de diagnostic. Les médecins de la clinique internationale Medica24 ont suivi une formation professionnelle et une formation pratique dans les meilleurs centres scientifiques. Obtenez l’aide d’un spécialiste des maladies infectieuses en appelant le +7 (495) 230-00-01

L’hépatite C ne se transmet pas par l’eau sale ou les éternuements, elle ne peut pas être contractée en s’embrassant ou en serrant la main, et les rapports sexuels non protégés comportent un faible risque d’infection. Le virus est extrêmement sensible à l’environnement et meurt rapidement dans des conditions incommodes pour son existence. Mais dans le sang, l’agent infectieux se sent bien, donc sa transmission est possible dans une goutte de sang et une plaie cutanée ou muqueuse est nécessaire, et le meilleur moyen de transmettre l’infection d’un patient en bonne santé est une seringue avec les restes d’infectés sang, une aiguille et un vaisseau veineux. Et après une période d’incubation ne dépassant pas 180 jours, vous pouvez vous préparer au traitement de l’hépatite C.

Des spécialistes hautement professionnels et des équipements de diagnostic modernes de la clinique internationale des maladies infectieuses Medica24 permettent d’identifier tous les facteurs prédisposant au développement de la maladie, de toutes les maladies existantes et de prévenir les complications graves.

Quels sont les critères d’évaluation de l’efficacité d’un traitement ?

Le traitement de l’infection est long, aujourd’hui ils n’adhèrent pas à une approche canonique avec une durée strictement définie de 12 à 48 semaines, mais sont guidés par les caractéristiques individuelles du virus et du patient, et la réponse aux médicaments antiviraux est évaluée selon à certains critères.

  • Dans tous les cas, on souhaite une réponse virologique soutenue (RVS), lorsque l’ARN viral disparaît dans le sang et n’est plus détectable.
  • Réponse rapide – dans les 4 premières semaines, très bon résultat.
  • Si l’ARN disparaît à la semaine 12 du traitement, cela est également considéré comme une réponse précoce.
  • Lorsque l’analyse montre une diminution du nombre de copies virales de 100 fois à partir de la 12e semaine de traitement et qu’après 24 semaines, le sang est débarrassé de l’agent infectieux, il s’agit d’une réponse lente.
  • Une réponse partielle est reconnue avec une diminution de 100 fois du nombre de virus, mais après 24 semaines, l’agent reste également dans le sang.
  • Il n’y a pas de réponse au traitement lorsque le virus est réduit de moins de 100 fois après 12 semaines.
  • Pendant le traitement, une percée virologique peut se produire – l’apparition d’un virus après son absence.
  • Ils parlent d’une rechute lorsque la thérapie est terminée avec succès, mais après un certain temps, un agent infectieux est réapparu dans le sang.

Si le virus de l’hépatite C est détecté, une surveillance médicale régulière est nécessaire afin de contrôler l’activité vitale du virus et de détecter à temps sa résistance aux médicaments.

Dans la forme chronique de l’hépatite C, un bon effet est promis:

  • Le virus n’est pas de 1 génotype, et si 1 génotype, alors avec polymorphisme du gène de l’interleukine 28 ;
  • Charge virale non supérieure à 400 000 par millilitre de sang ;
  • Jeune âge, de préférence jusqu’à 40 ans;
  • Genre féminin et race blanche ;
  • Absence d’excès de poids, et de préférence moins de 75 kg ;
  • Fibrose hépatique minime et niveaux élevés de transférases hépatiques dans un test sanguin biochimique.

L’hépatite C aiguë peut-elle être guérie?

La détection d’un virus dans le sang est une indication pour débuter un traitement par interféron spécifique, le choix du médicament et la durée du traitement dépendent du sous-type. Les interférons à longue durée d’action sont préférés, mais uniquement en raison de la facilité d’administration, et l’effet est tout aussi bon avec un médicament à courte durée d’action. Dans certains cas, le traitement peut être retardé de 8 à 12 semaines, car l’auto-guérison est probable. Avec le début opportun du traitement et le respect du régime, 90% parviennent à se débarrasser du virus.

Mais l’essentiel: une attitude économe envers soi-même avec des charges limitantes, un régime alimentaire strict et beaucoup de liquides, le rejet de médicaments qu’il n’est pas nécessaire de prendre – c’est très difficile pour le foie sans eux.

Dans tout cas clinique à la clinique internationale Medica24, chaque patient recevra tous les traitements possibles et nécessaires pour que le virus retrouve une qualité de vie normale.

Où travailler avec l’hépatite C?

Tous les patients diagnostiqués avec une hépatite virale C n’ont pas d’indications pour l’enregistrement de l’invalidité. Cela signifie que ces patients ne reçoivent aucune prestation ni assistance de la part de l’État. Dans le même temps, même les médicaments indiens contre le VHC sont assez chers et, pour acheter le médicament nécessaire, de nombreux patients doivent gagner de l’argent par eux-mêmes.

Mais où travailler avec l’hépatite C ? Est-il même possible d’obtenir un emploi? Où pouvez-vous travailler avec l’hépatite C? Où ne pouvez-vous pas travailler avec l’hépatite C? Un employeur a-t-il le droit légal de refuser un emploi à un patient ? Vous trouverez des réponses à chacune de ces questions dans notre article.

Est-il possible de travailler avec l’hépatite C ?

Il est généralement admis qu’avec le diagnostic du VHC, il est impossible de trouver un emploi. Heureusement, ce n’est absolument pas le cas. La maladie aux stades précoce et intermédiaire n’affecte en rien la capacité de travail du travailleur. Une personne est sans danger pour les autres, puisque l’hépatite virale C ne se transmet pas par des gouttelettes fécales-orales ou aéroportées.

Cependant, lors de la recherche d’un poste vacant approprié, le patient doit tenir compte des nuances suivantes:

  • Compétence par rapport au métier choisi
  • Le niveau d’activité physique dans l’exécution des futures tâches professionnelles
  • Gravité de la maladie actuelle, des co-infections et des complications
  • Le niveau de charge virale dans le corps du patient
  • Le degré de contact avec le personnel et les clients sur le futur lieu de travail

Mais en principe, lors du diagnostic de l’hépatite C, où travaillent-ils ? Examinons plus en détail les postes vacants qui peuvent être recommandés et ceux qu’il vaut mieux éviter.

Où pouvez-vous travailler avec l’hépatite C?

Avec le diagnostic du VHC, presque tous les postes vacants restent ouverts pour le candidat. Par exemple, un patient peut travailler dans le domaine de la programmation et des technologies informatiques, de la publicité et de la rédaction SEO, du divertissement et de l’art, de la gestion et de l’administration.

Les emplois qui impliquent des contacts étroits avec d’autres personnes ne sont pas non plus interdits. Ainsi, une personne diagnostiquée avec l’hépatite C peut travailler :

  • Médecin ou Infirmière / Infirmière
  • Technicien(ne) en tatouage, piercing ou onglerie
  • Professeur de maternelle ou professeur des écoles
  • Chef ou serveur

Cependant, avec un tel travail de contact, un carnet médical doit être délivré sans faute. L’emploi de citoyens en l’absence de ce document est une violation administrative flagrante.

Important à considérer! Avec le VHC, il est fortement recommandé d’éviter le stress et le stress mental. Par conséquent, il est préférable de choisir un lieu de travail aussi calme que possible. À cet égard, le travail en tant que caissiers, opérateurs de centres d’appels et vendeurs n’est pas adapté.

Où ne pouvez-vous pas travailler avec l’hépatite C?

La législation ne prévoit pas les postes vacants interdits en vertu du VHC. Cependant, le patient doit surveiller sa santé et certaines charges peuvent affecter très négativement l’état du foie du patient. Alors, où ne pouvez-vous pas travailler avec l’hépatite C ?

Il est recommandé de refuser les postes vacants :

  • Associé à la production chimique. Celles-ci incluent les spécialités d’un assistant de laboratoire chimique, d’un ouvrier dans des usines de production de peintures et de vernis, d’un scientifique qui étudie les rayonnements radioactifs.
  • Sous le soleil brûlant. En cas de maladie du parenchyme hépatique, l’exposition directe aux rayons ultraviolets est interdite, car cela entraîne une augmentation de l’activité pathogène. Ainsi, un patient VHC devra refuser de faire du commerce dans la rue ou un emploi de sauveteur de plage ou de barman.
  • Associé à une surcharge physique. Ces postes vacants incluent le travail en tant que constructeur, chargeur, mineur dans le domaine industriel métallurgique ou minier. Un travail physique excessivement actif dans l’hépatite C peut provoquer une insuffisance hépatique aiguë. Les charges électriques pendant les HCV ne sont pas interdites, mais ne doivent pas être épuisantes.
  • caractère militaire. L’armée implique une discipline stricte et une activité physique. De plus, être en mode caserne est associé à un état de stress constant. Tout cela est inacceptable pour un patient diagnostiqué avec le VHC. Ils n’ont le droit d’appeler au service militaire qu’en vertu de la loi martiale.
  • dans les postes de transfusion sanguine. La présence d’hépatite C diagnostiquée chez les employés de ces institutions est fortement déconseillée, car ils sont en contact direct avec du matériel de donneur précieux.
  • Sur le travail avec les enfants. Le système immunitaire des bébés fonctionne bien moins bien que celui des adultes. Les enfants sont plus susceptibles d’être infectés par diverses maladies virales. Par conséquent, la moindre négligence du porteur de l’hépatovirus peut provoquer une infection de l’enfant.

Où travailler avec l’hépatite C est mieux déterminé en consultant votre médecin.

Ont-ils le droit de refuser un emploi ?

Nous avons donc découvert où vous pouvez travailler avec l’hépatite C. Mais il y a une opinion selon laquelle il y a un autre obstacle sur le chemin d’un patient atteint du VHC lorsqu’il essaie de trouver un emploi. Ayant appris un diagnostic désagréable, les employeurs ne sont pas pressés d’embaucher de nouveaux employés. Il est important que les patients sachent qu’ils n’ont pas le droit de refuser légalement de les embaucher. Il est possible de contester un tel arbitraire de la part de l’employeur devant les tribunaux.

Peu importe où les patients atteints d’hépatite C travaillent, mais ils doivent se rappeler qu’il y a des périodes et des formes de VHC où toute activité professionnelle est indésirable. En particulier, vous ne pouvez pas travailler si :

  • Cirrhose ou fibrose décompensée
  • Symptômes exacerbés avec des épisodes réguliers de vomissements
  • Hypertension dangereuse et hémorragie interne
  • Avec des néoplasmes malins dans le parenchyme hépatique

Dans ces cas, un calme absolu et un alitement stable sont recommandés.

Des personnes atteintes d’hépatite C sont-elles embauchées?

Vous êtes ici : Gepatit ABC > Hépatite C > Comprendre l’hépatite C > Les personnes atteintes d’hépatite C sont-elles embauchées ?

L’étude a été soutenue par l’institut de recherche du fabricant pharmaceutique indien Zydus Heptiza. Site officiel en Russie Zydus.ru

Avec l’hépatite C, il est loin d’être toujours possible de contracter un handicap et, par conséquent, les prestations de l’État ne sont pas accessibles à tous. Parallèlement, l’achat de médicaments contre le VHC nécessite certaines ressources financières. Par conséquent, last but not least, les patients pensent à l’emploi.

Mais est-il possible d’obtenir un emploi avec l’hépatite C? Une personne infectée peut-elle se voir refuser un emploi au niveau législatif ? L’hépatite empêche-t-elle d’exercer certains métiers ? Vous trouverez des réponses à ces questions dans notre article.

L’hépatite C et l’emploi

Il existe un mythe selon lequel l’hépatite virale et le travail sont incompatibles. En particulier parce que les employeurs ne sont pas disposés à embaucher des employés atteints d’une maladie transmissible pour n’importe quel poste. Heureusement, ce n’est qu’un mythe. Des personnes atteintes d’hépatite C sont embauchées, mais il y a toujours des nuances à prendre en compte.

En particulier, l’emploi du patient dépend des critères suivants :

  • Travail qu’ils ont choisi
  • La nature de l’évolution de la maladie, la présence ou l’absence de complications
  • Niveau de charge virale
  • Le degré de contact avec d’autres personnes dans le futur lieu de travail

Il existe également des listes conditionnelles de postes vacants autorisés et interdits avec un diagnostic d’hépatite C. Examinons-les plus en détail.

Postes vacants autorisés

La plupart des postes vacants sont ouverts à une personne diagnostiquée avec le VHC. En particulier, le patient peut travailler dans le domaine de la programmation et des technologies informatiques, de la publicité, de l’administration, de l’art et du divertissement.

Non interdit aux patients infectés par l’hépatovirus et aux domaines d’activité impliquant un contact direct avec d’autres personnes. Cependant, une condition préalable à l’admission à un tel travail est la présence d’un livre médical. L’absence de ce document est une violation flagrante.

Important! Lors du diagnostic de l’hépatite virale C, les situations stressantes doivent être évitées. Par conséquent, il est préférable de privilégier les vacances calmes et économes.

Postes vacants interdits

Lors du diagnostic d’hépatite virale C, le patient doit tenir compte du fait qu’il devra désormais surveiller attentivement sa propre santé. Il porte également une part de responsabilité envers les personnes qui l’entourent.

Pour ces raisons, les personnes infectées doivent refuser de travailler :

  • Associé à des produits chimiques. Ceux-ci incluent la profession d’assistant de laboratoire chimique, les processus de travail avec des matières premières de peinture et de vernis et des rayonnements radioactifs.
  • À ciel ouvert. En cas de maladie du foie, l’exposition directe au soleil est interdite, car cela entraîne une augmentation de l’activité du virus. Ainsi, un patient atteint du VHC devra refuser de faire du commerce de rue ou de travailler comme sauveteur de plage.
  • associés au travail physique. Ces professions incluent le travail en tant que constructeur, chargeur, dans l’industrie métallurgique ou minière. Trop d’activité physique dans l’hépatite C entraîne une insuffisance hépatique. Le travail physique avec le VHC n’est pas interdit, mais devrait être faisable.
  • Au service militaire. Les conditions de l’armée exigent une discipline stricte et un effort physique important. De plus, être dans l’armée est associé à un stress constant. Tout cela est inacceptable pour une personne atteinte d’hépatite C. Un patient atteint du VHC ne peut être mobilisé que sous la loi martiale.
  • dans les postes de transfusion sanguine. En raison du fait que les employés doivent constamment contacter les donneurs, les receveurs et leur matériel biologique, la présence de porteurs du VHC et d’autres maladies infectieuses n’est pas la bienvenue dans cette industrie.
  • Avec des enfants. Les enfants ont généralement une faible immunité et sont plus sujets aux infections par divers virus que les adultes. Par conséquent, la moindre négligence d’un soignant atteint du VHC peut entraîner l’infection de l’enfant.

Il est préférable de choisir une future profession avec votre médecin.

Un patient atteint du VHC peut-il se voir refuser un emploi?

De nombreux patients sont convaincus que l’hépatite et l’embauche ne sont pas compatibles également pour la raison que certains employeurs refusent l’emploi dès qu’ils découvrent un diagnostic désagréable. Un patient atteint du VHC doit savoir que de telles mesures sont totalement illégales. Vous pouvez contester cette décision de l’employeur en justice.

Cependant, le patient lui-même doit savoir quand travailler avec l’hépatite C n’est pas souhaitable. Il est déconseillé de travailler avec :

  • Cirrhose ou fibrose sévère
  • Symptômes aigus avec accès fréquents de nausées
  • Hypertension et saignements dangereux
  • Avec des néoplasmes malins dans le foie

Dans ces cas, les hépatologues expérimentés recommandent le repos au lit.

Prévention en milieu de travail

Ainsi, des personnes atteintes d’hépatite C sont embauchées. Cependant, avec un diagnostic comme le VHC, vous devez penser non seulement à votre propre bénéfice et à votre santé, mais aussi à la sécurité des autres. L’hépatite C se transmet par le sang, une personne infectée doit donc s’assurer que son entourage n’entre pas en contact avec ce liquide biologique.

Les porteurs du VHC travaillant dans le domaine médical doivent être particulièrement prudents. Ils devraient:

  • Effectuez toutes les manipulations avec des patients portant des gants de protection en latex.
  • Si du sang contaminé entre en contact avec des instruments, stérilisez-les immédiatement.
  • Surveillez la présence de plaies saignantes sur les mains, utilisez un patch le cas échéant.
  • Si du sang coule sur les vêtements, changez-les.

Travailler avec l’hépatite C, surtout dans une spécialité qui implique un contact constant avec les gens, demande une responsabilité considérable.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.