rêver

La bronchite bactérienne est-elle contagieuse pour les autres ?

La bronchite est une maladie inflammatoire diffuse des bronches, touchant la muqueuse ou toute l’épaisseur de la paroi bronchique. Les dommages et l’inflammation de l’arbre bronchique peuvent se produire comme un processus indépendant et isolé (bronchite primaire) ou se développer comme une complication dans le contexte de maladies chroniques existantes et d’infections passées (bronchite secondaire). Les dommages à l’épithélium muqueux des bronches perturbent la production de sécrétions, l’activité motrice des cils et le processus de nettoyage des bronches. Partagez la bronchite aiguë et chronique, différant par l’étiologie, la pathogenèse et le traitement.

CIM-10

informations générales

La bronchite est une maladie inflammatoire diffuse des bronches, touchant la muqueuse ou toute l’épaisseur de la paroi bronchique. Les dommages et l’inflammation de l’arbre bronchique peuvent se produire comme un processus indépendant et isolé (bronchite primaire) ou se développer comme une complication dans le contexte de maladies chroniques existantes et d’infections passées (bronchite secondaire). Les dommages à l’épithélium muqueux des bronches perturbent la production de sécrétions, l’activité motrice des cils et le processus de nettoyage des bronches. Partagez la bronchite aiguë et chronique, différant par l’étiologie, la pathogenèse et le traitement.

Bronchite aiguë

L’évolution aiguë de la bronchite est caractéristique de nombreuses infections respiratoires aiguës (ARVI, infections respiratoires aiguës). Les causes les plus fréquentes de bronchite aiguë sont les virus parainfluenza, le virus respiratoire syncytial, les adénovirus, moins souvent le virus de la grippe, la rougeole, les entérovirus, les rhinovirus, les mycoplasmes, la chlamydia et les infections mixtes virales-bactériennes. La bronchite aiguë est rarement de nature bactérienne (pneumocoques, staphylocoques, streptocoques, Haemophilus influenzae, coqueluche). Le processus inflammatoire affecte d’abord le nasopharynx, les amygdales, la trachée, se propageant progressivement aux voies respiratoires inférieures – les bronches.

Une infection virale peut provoquer la reproduction d’une microflore opportuniste, aggravant les modifications catarrhales et infiltrantes de la muqueuse. Les couches supérieures de la paroi bronchique sont touchées: il y a une hyperémie et un gonflement de la membrane muqueuse, une infiltration prononcée de la couche sous-muqueuse, des changements dystrophiques et un rejet des cellules épithéliales se produisent. Avec un traitement approprié, la bronchite aiguë a un pronostic favorable, la structure et les fonctions des bronches sont entièrement restaurées après 3-4 semaines. La bronchite aiguë est très souvent observée dans l’enfance : ce fait s’explique par la forte sensibilité des enfants aux infections respiratoires. Les bronchites récurrentes contribuent à la transition de la maladie vers une forme chronique.

Bronchite chronique

La bronchite chronique est une maladie inflammatoire à long terme des bronches qui évolue dans le temps et provoque des modifications structurelles et un dysfonctionnement de l’arbre bronchique. La bronchite chronique survient avec des périodes d’exacerbations et de rémissions, a souvent une évolution latente. Récemment, il y a eu une augmentation de l’incidence de la bronchite chronique due à la dégradation de l’environnement (pollution de l’air par des impuretés nocives), à de mauvaises habitudes généralisées (tabagisme) et à un niveau élevé d’allergisation de la population. Avec une exposition prolongée à des facteurs indésirables sur la membrane muqueuse des voies respiratoires, des modifications progressives de la structure de la membrane muqueuse se développent, une augmentation de la production d’expectorations, une altération de la capacité de drainage des bronches et une diminution de l’immunité locale. Dans la bronchite chronique, il se produit une hypertrophie des glandes des bronches, épaississement de la muqueuse. La progression des modifications sclérotiques de la paroi bronchique conduit au développement de bronchectasies, déformant la bronchite. Une modification de la capacité de conduction de l’air des bronches altère considérablement la ventilation pulmonaire.

Classification de la bronchite

La bronchite est classée selon un certain nombre de critères :

Selon la sévérité du flux :
  • degré doux
  • degré moyen
  • sévère
Par parcours clinique :

Bronchite aiguë

Les bronchites aiguës, selon le facteur étiologique, sont:

  • origine infectieuse (virale, bactérienne, virale-bactérienne)
  • origine non infectieuse (risques chimiques et physiques, allergènes)
  • origine mixte (association d’une infection et de l’action de facteurs physico-chimiques)
  • étiologie non précisée

Selon la zone de dommages inflammatoires, il existe:

  • trachéobronchite
  • bronchite avec lésion primitive des bronches de moyen et petit calibre
  • bronchiolite

Selon le mécanisme d’apparition, on distingue la bronchite aiguë primaire et secondaire. Par la nature de l’exsudat inflammatoire, on distingue la bronchite: catarrhale, purulente, catarrhale-purulente et atrophique.

Bronchite chronique

Selon la nature de l’inflammation, on distingue la bronchite chronique catarrhale et la bronchite chronique purulente. En modifiant la fonction de la respiration externe, on distingue la bronchite obstructive et une forme non obstructive de la maladie. Les phases du processus au cours de la bronchite chronique alternent exacerbations et rémissions.

Les principaux facteurs contribuant au développement de la bronchite aiguë sont:

  • facteurs physiques (humidité, air froid, changements brusques de température, exposition aux radiations, poussière, fumée);
  • facteurs chimiques (présence de polluants dans l’air atmosphérique – monoxyde de carbone, sulfure d’hydrogène, ammoniac, vapeurs de chlore, acides et alcalis, fumée de tabac, etc.);
  • mauvaises habitudes (tabagisme, abus d’alcool);
  • processus congestifs dans la circulation pulmonaire (pathologie cardiovasculaire, violation du mécanisme de clairance mucociliaire);
  • la présence de foyers d’infection chronique dans la bouche et le nez – sinusite, amygdalite, adénoïdite;
  • facteur héréditaire (prédisposition allergique, troubles congénitaux du système bronchopulmonaire).

Il a été établi que le tabagisme est le principal facteur provoquant le développement de diverses pathologies broncho-pulmonaires, dont la bronchite chronique. Les fumeurs souffrent de bronchite chronique 2 à 5 fois plus souvent que les non-fumeurs. Les effets nocifs de la fumée de tabac s’observent aussi bien dans le tabagisme actif que passif.

Prédispose à la survenue d’une bronchite chronique exposition à long terme à des conditions de production nocives : poussières – ciment, charbon, farine, bois ; vapeurs d’acides, alcalis, gaz; conditions de température et d’humidité inconfortables. La pollution de l’air atmosphérique par les émissions des entreprises industrielles et des transports, les produits de combustion de carburant a un effet agressif principalement sur le système respiratoire humain, provoquant des dommages et une irritation des bronches. Une forte concentration d’impuretés nocives dans l’air des grandes villes, en particulier par temps calme, entraîne de graves exacerbations de la bronchite chronique.

Le SRAS transféré à plusieurs reprises, la bronchite aiguë et la pneumonie, les maladies chroniques du nasopharynx, les reins peuvent en outre provoquer le développement d’une bronchite chronique. En règle générale, l’infection se superpose aux dommages déjà existants de la muqueuse respiratoire par d’autres facteurs dommageables. Le climat humide et froid contribue au développement et à l’exacerbation de maladies chroniques, dont la bronchite. Un rôle important appartient à l’hérédité qui, dans certaines conditions, augmente le risque de bronchite chronique.

Symptômes de la bronchite

Bronchite aiguë

Le principal symptôme clinique de la bronchite aiguë – une toux thoracique basse – apparaît généralement dans le contexte de manifestations déjà existantes d’une infection respiratoire aiguë ou simultanément avec elles. Le patient a de la fièvre (jusqu’à modérément élevée), une faiblesse, des malaises, une congestion nasale, un écoulement nasal. Au début de la maladie, la toux est sèche, avec des expectorations peu abondantes, difficiles à séparer, aggravées la nuit. Les épisodes de toux fréquents provoquent des douleurs dans les muscles abdominaux et la poitrine. Après 2-3 jours, les expectorations (muqueuses, mucopurulentes) commencent à se détacher abondamment et la toux devient humide et douce. Des râles secs et humides se font entendre dans les poumons. Dans les cas simples de bronchite aiguë, l’essoufflement n’est pas observé et son apparence indique des dommages aux petites bronches et le développement d’un syndrome obstructif. L’état du patient revient à la normale en quelques jours, la toux peut persister plusieurs semaines. Une température élevée prolongée indique l’ajout d’une infection bactérienne et le développement de complications.

Bronchite chronique

La bronchite chronique survient, en règle générale, chez l’adulte, après des bronchites aiguës répétées, ou avec une irritation prolongée des bronches (fumée de cigarette, poussière, gaz d’échappement, vapeurs chimiques). Les symptômes de la bronchite chronique sont déterminés par l’activité de la maladie (exacerbation, rémission), la nature (obstructive, non obstructive), la présence de complications.

La principale manifestation de la bronchite chronique est une toux prolongée pendant plusieurs mois pendant plus de 2 années consécutives. La toux est généralement humide, apparaît le matin, accompagnée de la libération d’une petite quantité de crachats. Une toux accrue est observée par temps froid et humide et une rémission – pendant la saison sèche et chaude. Dans le même temps, le bien-être général des patients ne change presque pas, la toux des fumeurs devient un phénomène courant. La bronchite chronique progresse avec le temps, la toux s’intensifie, acquiert le caractère d’attaques, devient rauque, improductive. Il y a des plaintes de crachats purulents, de malaise, de faiblesse, de fatigue, de transpiration nocturne. L’essoufflement s’accompagne de charges, même mineures. Chez les patients ayant une prédisposition aux allergies, un bronchospasme survient, indiquant le développement d’un syndrome obstructif,

Complications

La bronchopneumonie est une complication fréquente de la bronchite aiguë, qui se développe à la suite d’une diminution de l’immunité locale et de l’accumulation d’une infection bactérienne. La bronchite aiguë transférée à plusieurs reprises (3 fois ou plus par an) entraîne la transition du processus inflammatoire vers une forme chronique. La disparition des facteurs provocateurs (arrêt du tabac, changement climatique, changement de travail) peut totalement sauver le patient de la bronchite chronique. Avec la progression de la bronchite chronique, une pneumonie aiguë répétée se produit et, avec un long parcours, la maladie peut se transformer en maladie pulmonaire obstructive chronique. Les modifications obstructives de l’arbre bronchique sont considérées comme une condition pré-asthmatique (bronchite asthmatique) et augmentent le risque d’asthme bronchique. Les complications apparaissent sous forme d’emphysème, d’hypertension pulmonaire,

Diagnostique

Le diagnostic de diverses formes de bronchite repose sur l’étude du tableau clinique de la maladie et sur les résultats d’études et de tests de laboratoire:

  • Analyse générale du sang et de l’urine ;
  • Tests sanguins immunologiques et biochimiques;
  • Radiographie des poumons ;
  • Spirométrie, débitmétrie de pointe ;
  • Bronchoscopie, bronchographie;
  • ECG, échocardiographie ;
  • Analyse microbiologique des crachats.

Traitement de la bronchite

En cas de bronchite avec une forme concomitante sévère d’ARVI, le traitement est indiqué dans le service de pneumologie, avec bronchite non compliquée, traitement ambulatoire. Le traitement de la bronchite doit être complet: lutte contre l’infection, restauration de la perméabilité bronchique, élimination des facteurs provoquants nocifs. Il est important de terminer le traitement complet de la bronchite aiguë afin d’éviter sa transition vers une forme chronique. Dans les premiers jours de la maladie, le repos au lit, une forte consommation d’alcool (1,5 à 2 fois plus que la normale), un régime lacté et végétal sont indiqués. Au moment du traitement, il est nécessaire d’arrêter de fumer. Il est nécessaire d’augmenter l’humidité de l’air dans la pièce où se trouve le patient atteint de bronchite, car la toux s’intensifie dans l’air sec.

Le traitement de la bronchite aiguë peut inclure des médicaments antiviraux: interféron (par voie intranasale), pour la grippe – rimantadine, ribavirine, pour l’infection à adénovirus – RNase. Dans la plupart des cas, les antibiotiques ne sont pas utilisés, à l’exception des cas d’infection bactérienne, avec une évolution prolongée de la bronchite aiguë, avec une réaction inflammatoire prononcée selon les résultats des tests de laboratoire. Pour améliorer l’excrétion des expectorations, des agents mucolytiques et expectorants sont prescrits (bromhexine, ambroxol, collection de plantes expectorantes, inhalations avec des solutions de soude et de solution saline). Dans le traitement de la bronchite, le massage par vibration, les exercices thérapeutiques et la physiothérapie sont utilisés. Avec une toux sèche, improductive et douloureuse, le médecin peut prescrire des médicaments qui suppriment le réflexe de la toux – oxeladine, prénoxdiazine, etc.

La bronchite chronique nécessite un traitement à long terme, à la fois pendant l’exacerbation et la rémission. Avec une exacerbation de la bronchite, avec des expectorations purulentes, des antibiotiques sont prescrits (après avoir déterminé la sensibilité de la microflore isolée à ceux-ci), qui fluidifient les expectorations et les médicaments expectorants. Dans le cas d’une bronchite chronique de nature allergique, il est nécessaire de prendre des antihistaminiques. Mode – demi-lit, boisson abondante nécessairement chaude (eau minérale alcaline, thé aux framboises, miel). Parfois, une bronchoscopie thérapeutique est réalisée, avec un lavage bronchique avec diverses solutions médicamenteuses (lavage bronchique). La gymnastique respiratoire et la physiothérapie (inhalation, UHF, électrophorèse) sont présentées. À la maison, vous pouvez utiliser des pansements à la moutarde, des tasses médicales, des compresses chauffantes. Des vitamines et des immunostimulants sont pris pour améliorer la résistance de l’organisme. En dehors de l’exacerbation de la bronchite, une cure thermale est souhaitable. Promenades très utiles au grand air, normalisant la fonction respiratoire, le sommeil et l’état général. Si aucune exacerbation de bronchite chronique n’est observée dans les 2 ans, le patient est retiré de l’observation du dispensaire par un pneumologue.

Prévoir

La bronchite aiguë sous forme simple dure environ deux semaines et se termine par une guérison complète. Dans le cas de maladies chroniques concomitantes du système cardiovasculaire, on observe une évolution prolongée de la maladie (un mois ou plus). La forme chronique de la bronchite a un long parcours, un changement dans les périodes d’exacerbations et de rémissions.

La prévention

Les mesures préventives pour prévenir de nombreuses maladies bronchopulmonaires, y compris la bronchite aiguë et chronique, comprennent : l’élimination ou l’affaiblissement de l’impact sur les organes respiratoires des facteurs nocifs (poussière, pollution de l’air, tabagisme), le traitement rapide des infections chroniques, la prévention des manifestations allergiques, l’augmentation immunité, mode de vie sain.

1. Bronchite chronique non obstructive / T.A. Moukhtarov, A.V. Tumarenko, V.V. Skvortsov // Infirmière. – 2015 – N°8.

4. Maladies internes en 2 volumes : manuel / Ed. SUR LE. Mukhina, VS Moiseeva, A.I. Martynov – 2010.

Froid

Le rhume est un terme général désignant un groupe de maladies inflammatoires aiguës des voies respiratoires supérieures.

En médecine officielle, on parle de rhinopharyngite ou de rhinite aiguë. C’est peut-être la maladie la plus courante que chaque personne tombe périodiquement malade.

Chez les adultes dotés d’un système immunitaire fort, il peut être presque asymptomatique, mais chez les enfants, pendant la période de formation de l’immunité, il présente des symptômes prononcés et nécessite une surveillance médicale étroite.

Les raisons

Un rhume se développe dans le contexte d’un système immunitaire affaibli sous l’influence de divers facteurs indésirables, dont l’hypothermie (d’où son nom). La principale cause des ARVI est un virus, et parmi les agents responsables possibles de cette maladie, il existe plus de 200 types de ces structures microscopiques (principalement des rhino- et des adénovirus). Moins fréquemment, les bactéries sont les coupables – principalement les streptocoques, mais elles affectent généralement le corps déjà affaibli par la maladie.

Facteurs provoquants qui réduisent l’immunité:

  • mauvaise nutrition avec une carence en vitamines et minéraux;
  • surmenage;
  • stress nerveux;
  • manque de sommeil;
  • manque d’exposition à l’air frais;
  • contact continu avec les rayonnements ionisants (travail permanent devant un ordinateur, séjour dans des pièces avec équipement de travail);
  • rayonnement de fond accru sur le lieu de résidence ou de travail;
  • la présence de maladies chroniques;
  • consommation incontrôlée de médicaments.

Le plus souvent, la maladie survient pendant la saison froide, lorsque le corps est affaibli par un manque de soleil et de légumes et de fruits de haute qualité, et qu’une personne passe la majeure partie de la journée à l’intérieur.

Sur une note! Le niveau d’humidité compte beaucoup. L’air sec affaiblit la protection locale des muqueuses des voies respiratoires, il s’assèche, et les bactéries/virus franchissent plus facilement cette barrière. Dans un environnement modérément humide, le risque d’infection est nettement réduit.

Est-ce qu’un rhume est contagieux

La période d’incubation est de 1 à 4 jours. Les rhumes sont transmis par des gouttelettes en suspension dans l’air lors de la toux, des éternuements ou par des mains sales par contact direct ou par des articles ménagers. C’est dangereux si vous avez un système immunitaire affaibli et que la source d’une infection respiratoire est à proximité. Si la concentration de l’agent pathogène dans l’air ambiant est faible (la pièce est bien ventilée, l’air est désinfecté, les porteurs de l’infection sont à une distance décente de vous) et que votre immunité est normale, la maladie ne vous menace pas .

Les symptômes

Contrairement à la grippe, qui se développe à la vitesse de l’éclair, le rhume a une évolution lente avec une période d’incubation de plusieurs jours. Les principaux symptômes que le patient est capable d’identifier par lui-même :

  • inconfort dans la gorge – douleur, douleur, enrouement de la voix;
  • nez qui coule, respiration nasale difficile;
  • larmoiement;
  • toux, éternuements;
  • fièvre, frissons et fièvre sont possibles;
  • perte d’appétit, faiblesse, fatigue;
  • troubles du sommeil – somnolence ou, au contraire, insomnie;
  • mal de tête;
  • inconfort dans les muscles, articulations douloureuses;
  • ganglions lymphatiques enflés dans la gorge, les oreilles;
  • troubles intestinaux.

Les symptômes apparaissent rarement tous en même temps, donc la présence de 2-3 d’entre eux est suffisante pour le diagnostic. Il convient de rappeler que chez les patients adultes, un rhume se manifeste souvent sous une forme floue, sans fièvre ni douleur, tandis que les jeunes enfants se caractérisent par des symptômes prononcés avec une forte augmentation de la température et la présence de troubles intestinaux.

Sur une note! Parfois, les rhumes sont appelés plaies caractéristiques sur la lèvre – herpès. Le mécanisme de développement de la maladie dans ce cas est le même que celui des ARVI, mais en même temps, dans le contexte d’une immunité affaiblie et de facteurs environnementaux défavorables, le virus de l’herpès est activé. Il se caractérise par une méthode de transmission par contact, il est donc impossible d’être infecté à distance, mais avec des baisers, c’est facile.

Complications

L’éternuement est un mécanisme de protection sous la forme d’un réflexe inconditionné à la présence de stimuli. Pénétrant par les voies nasales, les virus et autres antigènes irritent les cils de l’épithélium, provoquant une contraction réflexe des muscles du système respiratoire. En conséquence, le mucus accumulé, ainsi que l’irritant, est excrété par le corps. C’est pour cette raison que fermer le nez pendant les éternuements est dangereux pour la santé – tous les virus ne sont pas excrétés dans l’environnement, mais pénètrent dans les sinus paranasaux ou les conduits auditifs, provoquant une sinusite, une otite et d’autres complications.

Une autre cause de complications est l’infection bactérienne dans le contexte d’une maladie virale. C’est un phénomène courant lorsque l’on essaie de traiter avec des antibiotiques, en présence d’infections chroniques dans le corps ou d’un affaiblissement prononcé du système immunitaire. Les complications les plus fréquentes :

  • amygdalite;
  • bronchite;
  • trachéite;
  • pneumonie;
  • lymphadénite;
  • otite;
  • sinusite.

Si le patient ne respecte pas les prescriptions médicales, la maladie pénètre plus profondément dans les voies respiratoires et devient chronique. Certaines de ces maladies, telles que l’amygdalite chronique, peuvent à leur tour aller au-delà du système respiratoire et entraîner le développement de rhumatismes, de néphrites, de myocardites, d’encéphalites.

Diagnostique

D’une part, l’inflammation des voies respiratoires supérieures présente des symptômes bien définis, d’autre part, le diagnostic différentiel du SRAS et d’autres maladies respiratoires, en particulier la grippe, l’amygdalite, la bronchite, est difficile. Par conséquent, l’automédication continue peut être excessive ou insuffisante. Pour cette raison, il est plus raisonnable de consulter un médecin pour un diagnostic précis – il a la possibilité d’utiliser l’ensemble des outils pour découvrir les causes de la maladie :

  • interroge le patient sur ses plaintes;
  • donne une évaluation objective de l’état du patient;
  • nomme des tests de laboratoire de sang et de crachats;
  • si nécessaire, dirige vers les rayons X, la biopsie, l’examen endoscopique, l’échographie et d’autres méthodes de diagnostic disponibles pour la médecine moderne.

Tout cela nous permet de développer la stratégie de traitement la plus adéquate, d’éviter les conséquences désagréables et de préserver la santé du patient.

Traitement

Si vous soupçonnez un rhume, vous devez contacter votre médecin généraliste ou votre médecin de famille. Dans certains cas, la consultation de spécialistes plus étroits est nécessaire – un immunologiste, un oto-rhino-laryngologiste, un pneumologue. Les femmes enceintes peuvent avoir besoin de l’avis d’un gynécologue sur le choix des médicaments les plus sûrs pour le fœtus.

Il n’y a pas de moyen universel de traiter un rhume – tout dépend du type d’agent pathogène, des symptômes de la maladie et de son évolution, de l’état du système immunitaire et du corps dans son ensemble. Il suffit qu’un patient atteint d’une forme bénigne d’infections virales respiratoires aiguës se repose pour restaurer le corps afin que le rhume disparaisse après 3-4 jours, le traitement d’un rhume avec complications peut prendre plusieurs mois.

Recommandations de base pour le traitement des maladies respiratoires :

  • Buvez autant d’eau que possible, de préférence tiède – cela prévient la déshydratation avec une transpiration accrue et simplifie l’élimination des agents pathogènes pathogènes. Les boissons à haute teneur en acide ascorbique sont particulièrement utiles.
  • Essayez d’observer le lit ou un régime d’épargne général. Un rhume porté sur les jambes donne souvent toutes sortes de complications et, en général, se traite beaucoup plus longtemps.
  • Évitez de fumer – cela irrite la membrane muqueuse des voies respiratoires et affaiblit le système immunitaire.
  • Utilisez tous les moyens disponibles pour augmenter les défenses immunitaires de l’organisme. Ceux-ci comprennent une bonne nutrition, un mode de vie sain, des produits à base d’interféron, des complexes de vitamines et de minéraux.
  • Pour le traitement symptomatique, utilisez divers agents nasaux, antipyrétiques, agents aseptiques locaux et antimicrobiens. Se gargariser avec des infusions à base de plantes aidera à soulager l’inconfort et à soulager la toux.

Attention! Avant d’acheter des médicaments pour combattre un rhume, il est conseillé de consulter un médecin. La consommation incontrôlée de tels médicaments peut aggraver l’état général du corps et transformer le rhume aigu habituel en une maladie chronique.

De plus, les inhalations de vapeur peuvent être utilisées pour soulager les symptômes – elles fluidifient le mucus accumulé et accélèrent le processus de récupération. Pour ce faire, vous pouvez utiliser à la fois des moyens improvisés faits maison et des appareils spéciaux – inhalateurs, nébuliseurs. L’effet final de la procédure dépendra de la composition des substances actives:

  • huiles essentielles naturelles à une concentration allant jusqu’à 5% – nettoient en douceur et apaisent la muqueuse nasale lors d’infections virales;
  • solutions salines – le chlorure de sodium à 0,9% nettoie les tissus des allergènes et des virus, une solution à 2% nettoie les dépôts purulents;
  • solutions alcalines – 2% de bicarbonate de sodium dilue et élimine efficacement les expectorations, crée un environnement alcalin défavorable aux organismes pathogènes;
  • mucolytiques – favorisent l’évacuation des expectorations;
  • bronchodilatateurs – facilitent la respiration en dilatant les bronches; empêcher leur obstruction;
  • composés anti-inflammatoires – soulagent l’inflammation et le gonflement des tissus muqueux.

Avec l’utilisation simultanée de plusieurs médicaments, l’ordre doit être respecté: d’abord les bronchodilatateurs, puis l’amincissement et l’élimination des expectorations, puis les anti-inflammatoires.

Dans les cas graves, une hospitalisation peut être nécessaire. Par conséquent, vous ne devez pas retarder la visite chez le médecin en vous auto-médicamentant – il vaut mieux éliminer correctement la maladie dès ses premiers symptômes que d’essayer de traiter les complications dans les cas avancés de rhume.

La prévention

De nombreux rhumes infantiles sont inévitables – chaque stade de la maladie, correctement traité sous la supervision d’un médecin, contribue au développement d’une forte immunité aux antigènes du monde extérieur.

Pour un adulte, les infections respiratoires aiguës persistantes ne sont pas normales, donc, pour les prévenir, il faut :

  1. En temps opportun et jusqu’au bout pour traiter les maladies infectieuses. Sinon, l’agent causal de la maladie, caché pour le moment, affaiblira non seulement votre immunité, mais compliquera également considérablement l’évolution de toute autre maladie.
  2. Renforcez le système immunitaire – mangez bien, prenez périodiquement des complexes de vitamines et de minéraux qui compensent le manque de substances biologiquement actives pendant la période automne-hiver.
  3. Pratiquez une bonne hygiène – lavez-vous les mains fréquemment et évitez de toucher votre visage après un contact avec d’autres personnes, surtout si elles présentent des symptômes de rhume.
  4. Évitez d’être dans la foule, avec un risque élevé de maladie (lors des épidémies saisonnières), portez un masque, utilisez un antiseptique.
  5. Aérez périodiquement le salon et le lieu de travail pour réduire la concentration d’agents pathogènes.

L’état du système nerveux est d’une grande importance pour la santé. Par conséquent, il est important de réduire le nombre de situations stressantes ou de changer l’attitude envers les facteurs gênants.

Bronchite aiguë

Plus souvent, la bronchite est causée par les virus ARVI, de la rougeole, de la rubéole, de la grippe et de la parainfluenza, moins souvent par des bactéries – pneumocoques, Haemophilus influenzae et Pseudomonas aeruginosa, et des champignons. L’infection pénètre dans l’organisme par voie aérienne, par contact domestique, avec du sang provenant de foyers d’infection chronique.

Dans des conditions favorables, insolvabilité du système immunitaire, les agents pathogènes atteignent progressivement l’arbre bronchique par le nasopharynx-amygdales-larynx-trachée, s’adsorbent sur les muqueuses et déclenchent le processus inflammatoire. Sur le site des dommages, les vaisseaux se dilatent, le flux sanguin augmente et un œdème se forme. L’augmentation de la sécrétion de mucus complique le processus de nettoyage des voies respiratoires, perturbe la perméabilité des bronches et des bronchioles.

La bronchite aiguë non infectieuse est provoquée par des facteurs qui réduisent la résistance de l’organisme :

hypothermie locale et générale;

maladies précédemment transférées;

irritants physiques et chimiques : air chaud et froid, vapeurs acides, poussières ;

conditions sociales et de vie défavorables, environnement de travail;

insuffisance respiratoire par le nez;

foyers d’infections chroniques dans le nasopharynx.

La carence en vitamines, le tabagisme, l’alcool, l’obésité, les immunodéficiences, les personnes âgées et l’enfance prédisposent à la survenue d’une bronchite aiguë.

Bronchite aiguë chez les enfants

Chez les enfants de la première année de vie, le principal agent causal de la bronchite est l’infection respiratoire syncytiale (infection RS). Ce type de virus se réplique dans les voies respiratoires et infecte les voies respiratoires inférieures. Il est transmis par des gouttelettes en suspension dans l’air. Après la maladie, une immunité instable se forme, de sorte que des cas d’infection répétés et répétés sont possibles. La prévalence de l’infection par la SEP est omniprésente, avec des épidémies saisonnières en hiver et au début du printemps.

Au cours de la deuxième année de vie, l’importance des virus change: les adénovirus et les entérovirus prédominent dans la structure des agents pathogènes. Chez les enfants d’âge préscolaire, les positions de tête sont occupées par les mycoplasmes, les rhinovirus. La cause de la bronchite peut être le virus de la rougeole, l’herpès simplex, les oreillons, le coronavirus.

La bronchite secondaire chez l’enfant se développe dans le contexte d’une inflammation granulomateuse de l’intestin grêle (maladie de Crohn), obstruction des bronches par un corps étranger, après transplantation du cœur, des poumons, de la moelle osseuse.

Le groupe à risque comprend les enfants nourris au biberon, âgés de moins de six mois, prématurés, issus de grossesses multiples. La maladie est plus difficile pour les enfants atteints de malformations cardiaques et pulmonaires congénitales.

Classification

Selon le mécanisme d’apparition, on distingue la bronchite primaire – une maladie indépendante, et secondaire – aggrave l’évolution d’autres pathologies.

Selon la base étiologique, la bronchite aiguë est:

origine infectieuse – l’inflammation est déclenchée par des virus, des bactéries, des champignons;

origine non infectieuse – les allergènes, les substances toxiques (acides, alcalis), les facteurs physiques (air chaud et froid, fluctuations de la pression atmosphérique) ont un effet sur les bronches ;

origine mixte – la cause de l’inflammation combine des facteurs infectieux et non infectieux;

Selon le niveau d’atteinte des voies respiratoires, on distingue :

trachéobronchite – le processus pathologique s’étend aux membranes de l’arbre trachéobronchique;

inflammation des bronches de calibre moyen;

bronchiolite – les bronchioles de petit calibre sont impliquées dans le processus inflammatoire.

Selon la nature de l’inflammation, la bronchite aiguë a deux formes :

Muqueux. Expectoration de mucus clair, inodore.

Purulent. Elle se caractérise par la séparation des crachats fétides purulents. Se produit dans des conditions d’adhésion à une infection virale d’une bactérie

Selon la gravité de l’évolution de la maladie, on distingue les formes légères, modérées et sévères. En maintenant la perméabilité des voies respiratoires, on distingue la bronchite obstructive et non obstructive.

Les symptômes

Le tableau clinique de la bronchite aiguë est déterminé par la cause de l’inflammation, le degré d’endommagement des bronches, l’implication d’autres parties des voies respiratoires.

Les premiers symptômes de la maladie apparaissent 3 à 7 jours après l’infection et ressemblent aux manifestations du SRAS :

température corporelle subfébrile jusqu’à 37,1‒38°С ;

congestion nasale et écoulement nasal ;

douleur et mal de gorge;

Au bout de 3 à 5 jours, des signes d’intoxication et d’insuffisance respiratoire apparaissent :

douleur thoracique,

une augmentation de la température corporelle jusqu’à 39 ° C.

Avec un cours léger, la température physiologique peut être maintenue. Dans la bronchite infectieuse causée par l’agent causal de la rougeole, de la rubéole et des oreillons, les symptômes de la maladie sous-jacente sont mis en évidence.

Un symptôme typique de la bronchite aiguë est une toux obsessionnelle paroxystique. Au début de la maladie, la toux est sèche, aboutissant à l’expectoration d’expectorations muqueuses peu abondantes. Avec des attaques de toux intenses, les patients se plaignent de douleurs dans la poitrine, sous les omoplates, dans le bas-ventre.

Dans les 5 à 7 jours, la toux devient moins intense, douce et humide. La toux peut persister longtemps et déranger même après la guérison. Une toux qui dure plus d’un mois indique le développement de complications.

Avec la bronchite aiguë prolongée, les bronchioles sont impliquées dans le processus inflammatoire, la lumière des bronches se rétrécit, une obstruction se développe et les processus de circulation sanguine et d’échange gazeux sont perturbés. L’accession à la bronchiolite complique l’état général du patient, il y a des signes d’insuffisance cardiaque pulmonaire, de cyanose, de pâleur de la peau.

Expectorations

Au début de la maladie, les expectorations sont muqueuses, rares ou totalement absentes. Progressivement, le volume de mucus augmente, la couleur vire au vert. Ceci n’est pas une indication de l’ajout d’une infection microbienne.

Avec l’inflammation bactérienne, les expectorations deviennent épaisses, de couleur vert-jaune, avec une odeur fétide. Dans les crachats, des traînées de sang sont parfois présentes, ce qui est associé à une vulnérabilité accrue de la muqueuse bronchique.

Complications

Des épisodes fréquents de bronchite aiguë jusqu’à 2 à 3 fois par an augmentent le risque de maladie chronique.

Les complications les plus courantes de la bronchite aiguë sont :

emphysème (ballonnement) des poumons,

bronchopneumopathie chronique obstructive,

Chez les enfants qui ont eu une bronchite, le risque d’asthme bronchique à l’avenir augmente. Dans les cas graves, une hypertension pulmonaire, une insuffisance cardiaque chronique et un syndrome de détresse respiratoire se développent. Toutes ces conditions menacent la santé et la vie de l’enfant et peuvent entraîner la mort.

Diagnostique

Le diagnostic principal de la bronchite aiguë est effectué par un thérapeute, un pneumologue. Pour confirmer la maladie, les manifestations cliniques, les plaintes des patients, les données d’auscultation, les résultats des études de laboratoire et instrumentales sont pris en compte.

Les principales méthodes de diagnostic de la bronchite aiguë:

tests sanguins immunologiques et biochimiques,

analyse d’urine générale,

culture de crachats pour la microflore.

La radiographie thoracique n’est pas indiquée pour la bronchite aiguë. L’étude est réalisée en cas d’évolution sévère de la maladie, avec une toux prolongée pendant plus de 2 à 3 semaines, une image auscultatoire inhabituelle. La radiographie permet d’exclure un processus pneumatique, une obstruction de l’arbre broncho-pulmonaire par un corps étranger, des maladies oncologiques et d’autres complications du système respiratoire.

Selon les indications, d’autres méthodes de recherche instrumentale sont prescrites : bronchoscopie, bronchographie, échocardiographie, spirométrie.

Dans le processus de diagnostic, il est nécessaire d’exclure d’autres maladies présentant des symptômes similaires: pneumonie, asthme bronchique, fibrose kystique des poumons, tuberculose, cancer du poumon.

Thérapie

Le traitement de la bronchite non compliquée est ambulatoire. Dans la forme modérée et sévère, le patient est hospitalisé dans le service de pneumologie. Dans la période aiguë, le repos au lit, beaucoup de boisson chaude jusqu’à 2 litres par jour et un régime lacto-végétal sont indiqués. Au moment du traitement et de la récupération, il est nécessaire d’arrêter l’alcool et le tabagisme.

Important! Dans la pièce où se trouve le patient, il est important de maintenir l’humidité au niveau de 65 à 80%, car la toux augmente avec l’air sec.

La base du traitement de la bronchite infectieuse aiguë sont les médicaments antiviraux. Les médicaments antibactériens sont prescrits pour la stratification d’une infection bactérienne, une inflammation prononcée et une évolution prolongée de la bronchite aiguë.

Avec une toux sèche, des médicaments antitussifs sont pris qui suppriment le réflexe de la toux et transforment une toux sèche en une toux productive. Avec une augmentation du volume de crachats sécrétés, des mucolytiques, des expectorants, des inhalations alcalines sont utilisés, qui fluidifient le mucus et accélèrent son écoulement. La décharge de crachats facilite le massage de la poitrine et du dos, le massage par vibration.

Selon les indications et compte tenu des manifestations cliniques, les adrénolytiques sont prescrits pour soulager le bronchospasme, les antihistaminiques, les hormones stéroïdiennes, les antipyrétiques, les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Après la disparition des symptômes aigus, la physiothérapie s’ajoute au traitement : massage, photothérapie aux rayons ultraviolets (UV), magnétothérapie, thérapie par l’exercice. Il est recommandé de prendre des complexes vitamino-minéraux, des immunomodulateurs.

Prévision et prévention

Dans les cas bénins, la bronchite se résout sans complications en 3 à 4 semaines. Après 5 à 7 jours, une amélioration se produit, tandis que la toux et les signes d’obstruction bronchique peuvent persister jusqu’à 2 à 3 semaines. Les enfants qui ont eu une bronchite sévère doivent être surveillés en permanence par un pneumologue, car le risque de développer un asthme bronchique est élevé.

Prévention de la bronchite aiguë :

mode de vie sain,

Exercice modéré,

arrêter de fumer et d’alcool,

amélioration des conditions de travail et de vie,

traitement rapide des infections virales respiratoires aiguës, des maladies infectieuses,

assainissement des foyers d’infections chroniques.

Les mesures de prévention de la bronchite chez les enfants comprennent la prévention des naissances prématurées, le rejet par la mère des mauvaises habitudes, le maintien de l’allaitement et la recherche d’une aide médicale dès les premiers signes du SRAS chez un enfant.

Comment distinguer la bronchite de la pneumonie

Les signes de bronchite et de pneumonie sont très similaires, assez souvent la bronchite aiguë se transforme en pneumonie – une maladie grave qui menace de développer des conséquences graves, voire la mort, en particulier chez les personnes âgées. Malgré certaines différences, la bronchite et la pneumonie ont souvent des symptômes communs effacés. Par conséquent, afin d’éviter une triste issue, en cas de suspicion de pneumonie, il ne faut en aucun cas hésiter à consulter un médecin, d’autant plus que la bronchite se transformant en pneumonie est un phénomène assez courant. L’hôpital Yusupov est l’une des principales cliniques engagées dans le diagnostic et le traitement des voies respiratoires supérieures à Moscou.

Dommages respiratoires aux bronches: caractéristiques

Dans la bronchite, les bronchioles des voies respiratoires menant aux poumons développent un gonflement et un excès de mucus. La maladie est provoquée par un agent pathogène viral, suivi de l’ajout d’une infection bactérienne. Les plus sensibles au développement de la bronchite sont les jeunes enfants. Ce fait est dû à l’étroitesse de leurs voies respiratoires et au manque de maturité de leur système immunitaire, incapable de lutter contre de nombreuses infections respiratoires. Par conséquent, la bronchite et la pneumonie chez les enfants sont assez courantes.

La bronchite est considérée comme une maladie hautement contagieuse, car elle se transmet facilement par des gouttelettes en suspension dans l’air. Vous pouvez facilement être infecté par un virus dangereux en éternuant, en toussant ou en contact avec des sécrétions infectées à la surface d’objets.

Tableau clinique de la bronchite aiguë

L’apparition de la bronchite est similaire à l’IRA (maladie respiratoire aiguë). Il se manifeste dans les états suivants :

  • nez qui coule et congestion nasale;
  • toux sèche sans séparation de mucus au début de l’évolution de la maladie;
  • l’apparition après quelques jours de crachats clairs, jaunâtres ou verts ;
  • la survenue de maux de tête, de frissons (en l’absence de fièvre ou en présence d’une légère hyperthermie);
  • l’absence de pathologies dans les poumons, confirmée par des études aux rayons X;
  • récupération en deux à trois semaines.

Les symptômes de la bronchite et de la pneumonie sont différents, cependant, ces deux pathologies s’accompagnent d’une respiration rapide, d’une respiration sifflante et de l’apparition d’une teinte bleutée sur la peau associée à un manque d’oxygène.

Le traitement de la maladie vise à empêcher la pénétration de l’infection dans les alvéoles. Pour soulager la maladie, des antihistaminiques, des bronchodilatateurs, des stéroïdes sont prescrits, ainsi que l’utilisation de l’oxygénothérapie. À l’aide de médicaments correctement sélectionnés, les pneumologues de la clinique de thérapie de l’hôpital Yusupov parviennent à prévenir le développement d’une pneumonie et l’évolution chronique de la maladie, qui peuvent nécessiter un traitement plus long.

Pneumonie: caractéristiques

Le développement d’une pneumonie est dû à une complication après un processus infectieux des voies respiratoires supérieures, une bronchite ou une primo-infection. La pneumonie affecte les alvéoles et les voies respiratoires terminales. Du fait que la maladie se manifeste par des symptômes identiques à ceux du rhume, ses premiers signes sont souvent négligés.

La cause de la pneumonie réside souvent dans une infection ou une réaction allergique du corps. Il est possible de déterminer en quoi la bronchite diffère de la pneumonie avec l’aide d’un diagnosticien expérimenté, car le processus inflammatoire dans les alvéoles pulmonaires s’accompagne de symptômes légèrement différents.

La présence d’une pneumonie peut être supposée dans les conditions suivantes:

  • haute température (supérieure à 38,5 degrés);
  • production active d’expectorations;
  • hémoptysie;
  • douleur dans la poitrine;
  • difficulté à respirer;
  • augmentation de la fréquence cardiaque (plus de 100 battements par minute);
  • accélération de la respiration (plus de 24 par minute);
  • durée de la maladie supérieure à deux à trois semaines.

Les complications de la pneumonie peuvent être :

  • abcès pulmonaire;
  • arrêt respiratoire;
  • pleurésie exsudative;
  • fièvre septique.

La défaite des alvéoles pulmonaires est détectée à l’aide des mêmes études de diagnostic que celles réalisées avec la bronchite. Une sélection appropriée des médicaments antibactériens et leur prise en temps opportun garantissent un traitement efficace et l’élimination de l’infection dans les poumons.

Quelle est la différence entre la bronchite et la pneumonie

Quelle que soit la maladie suspectée chez le patient – bronchite ou pneumonie, il n’y a pas de différences dans les études diagnostiques pour la détecter. Afin de différencier les deux pathologies, il est nécessaire de connaître les signes suivants de la différence entre la bronchite et la pneumonie :

  • l’inflammation des bronches est causée principalement par un agent viral, tandis que la pneumonie a une origine bactérienne ;
  • chez les patients atteints de pneumonie, on note une forte fièvre et des frissons, tandis que dans la bronchite, il n’y a qu’une légère fièvre;
  • les maladies sont caractérisées par différents types de respiration sifflante: avec bronchite, respiration sifflante avec respiration sifflante, avec inflammation, la respiration sifflante est humide et sèche;
  • Les lésions bronchiques s’accompagnent de la formation de cicatrices et du développement d’un œdème dans les voies respiratoires, contrairement à la pneumonie, dans laquelle un œdème et une accumulation de liquide se produisent dans les alvéoles pulmonaires.

Bronchite ou pneumonie : méthodes de diagnostic

Afin de faire la distinction entre les signes de bronchite et de pneumonie, les pneumologues de l’hôpital Yusupov, en plus d’écouter les poumons avec un phonendoscope, prescrivent une fluoroscopie. La pneumonie sur une radiographie se manifeste par des zones sombres sur les tissus pulmonaires. De plus, un test sanguin de laboratoire est effectué.

Bronchite et pneumonie : différences de traitement

Le traitement de la bronchite et de la pneumonie présente des différences significatives. Par conséquent, malgré une certaine similitude des symptômes, les tactiques thérapeutiques sont sélectionnées séparément pour une maladie particulière.

Le traitement de la pneumonie dans la clinique thérapeutique de l’hôpital Yusupov repose sur l’utilisation d’un traitement antibactérien, tandis que pour la bronchite, des mesures sont prises pour soulager l’enflure et réduire la douleur lors de la toux.

La bronchite est généralement traitée en ambulatoire, tandis que le traitement de la pneumonie nécessite le plus souvent un séjour à l’hôpital, sous la surveillance étroite du médecin traitant. Les nuances de l’hospitalisation à l’hôpital de l’hôpital Yusupov peuvent être clarifiées par téléphone.

Les spécialistes hautement qualifiés de la clinique thérapeutique de l’hôpital Yusupov ont une vaste expérience pratique dans le traitement des maladies des voies respiratoires supérieures. Ici, des diagnostics fiables et de haute qualité sont effectués, ce qui vous permet de choisir un schéma thérapeutique correspondant à la maladie existante. L’utilisation de techniques innovantes permet non seulement de guérir la maladie dans les plus brefs délais, mais également de prévenir les bronchites récurrentes après une pneumonie. Le traitement peut être effectué dans un hôpital, où le patient se voit offrir toutes les conditions pour son séjour confortable: chambres confortables, assistance 24h / 24 du personnel médical, repas savoureux et équilibrés.

Vous pouvez prendre rendez-vous avec un spécialiste et connaître les conditions d’hospitalisation par téléphone : +7 (499) 750-00-04.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.