Inflammation des yeux – comment laver et traiter

L’inflammation des yeux est une réaction protectrice et adaptative de l’organe de la vision à l’action d’un stimulus pathogène de toute origine. Elle survient à tout âge et quel que soit le sexe.

L’inflammation des yeux est une réaction adaptative complexe de nature compensatoire en réponse à l’action de facteurs de l’environnement externe et interne. Elle peut être localisée à la fois dans l’œil lui-même et dans la région périoculaire. La gravité de l’inflammation dépend de la cause de sa cause. La réaction de l’œil à un irritant se traduit par un ensemble complexe de symptômes, dont les plus courants sont : rougeur, douleur, gonflement, larmoiement, déficience visuelle, etc.

L’œil est un organe complexe responsable de la perception humaine de jusqu’à 90 % des informations. L’inflammation peut être affectée par des départements tels que: paupières inférieures et supérieures, cornée, muqueuse, orbite, conjonctive. Toute inflammation, même légère, de l’appareil visuel ne doit pas être laissée sans attention, en découvrant les causes de sa cause et un traitement approprié.

Contents

Causes de l’inflammation des yeux

Les causes de l’inflammation peuvent être nombreuses, elles peuvent donc être divisées en quatre groupes principaux :

Causes de nature infectieuse.

Causes d’origine traumatique.

Exposition à des substances agressives.

Causes d’origine allergique.

Si l’on considère les maladies qui provoquent une inflammation des yeux, on peut distinguer parmi elles les suivantes :

La blépharite se caractérise par une inflammation des paupières, est de nature bactérienne et peut parfois être causée par des champignons, des acariens, des allergènes et d’autres maladies oculaires inflammatoires. La pathologie s’accompagne de l’apparition de croûtes sur les bords des paupières, d’une fatigue rapide de l’organe de vision, d’une croissance inégale des cils, de leur perte et de fortes démangeaisons. La maladie est courante, 30% de la population humaine entière la rencontre au moins une fois dans sa vie, se développe bilatéralement et récidive souvent.

La conjonctivite est l’une des causes les plus fréquentes d’inflammation. Elle a une origine différente, la maladie peut être causée par des champignons, des bactéries, des virus et des allergènes. Dans chaque cas, les symptômes et la gravité de l’inflammation seront différents. Toutes les conjonctivites, à l’exception des allergiques, sont contagieuses et nécessitent un rendez-vous chez un ophtalmologiste et la mise en place d’un traitement adapté.

La kératite est un processus inflammatoire qui se produit dans la cornée de l’appareil visuel. Il s’agit d’une maladie grave causée par des virus, des bactéries ou des champignons qui pénètrent dans l’œil. En plus de l’ensemble standard de symptômes sous la forme d’une inflammation de l’œil, de sa rougeur et de sa déficience visuelle, la kératite se caractérise souvent par une opacification de la cornée et une augmentation de sa sensibilité. La kératite est dangereuse pour ses complications.

Un ulcère cornéen est un processus destructeur qui provoque une inflammation du globe oculaire, il s’accompagne de douleurs, d’une diminution de la vision, d’une opacification de la cornée. Un ulcère peut être infectieux ou non infectieux.

Les orgelets sont une cause fréquente d’inflammation des paupières et de rougeur des yeux. Il apparaît dans le contexte du fait que le follicule pileux ou la glande sébacée du cil est infecté. L’orge s’accompagne toujours de l’apparition d’un abcès.

La meibomite est une maladie ophtalmique qui entraîne le développement d’une inflammation. Elle se caractérise par l’apparition d’orge interne, se situe dans les plaques cartilagineuses des paupières internes et externes et est causée par une flore pathogène.

L’impétigo est une maladie de la peau causée par des bactéries du groupe des cocci et affectant parfois la conjonctive.

L’érysipèle est une maladie qui affecte les muqueuses, y compris les yeux, en raison du développement du streptocoque du groupe A.

Un abcès des paupières est leur inflammation causée par la pénétration de bactéries dans leurs tissus. Un abcès est un processus dangereux accompagné d’une accumulation de pus, d’un gonflement, de fièvre, d’une inflammation et d’une rougeur de l’œil, etc.

Le phlegmon est un processus d’inflammation et de suppuration du tissu orbitaire, caractérisé par un développement rapide, une évolution aiguë, une forte fièvre, des maux de tête et d’autres symptômes.

Un furoncle est un nodule purulent oedémateux avec une tige à l’intérieur, le plus souvent localisé dans la région de la paupière. Provoque une inflammation de l’œil, souvent accompagnée de fièvre et de maux de tête.

Molluscum contagiosum , causé par le virus correspondant et affectant la peau des paupières, ainsi que la conjonctive, stimulant l’inflammation des yeux.

La dacryocystite est une inflammation localisée dans le sac lacrymal, caractérisée par une déchirure constante, un gonflement, une douleur, une rougeur et un rétrécissement de la fente palpébrale.

Canaliculite – inflammation des paupières, du sac lacrymal et de la conjonctive résultant de la pénétration de bactéries, virus, champignons. Symptômes: gonflement, élargissement des ouvertures lacrymales, écoulement de nature différente selon le type d’agent pathogène.

La dacryoadénite est une maladie causée par de multiples infections endogènes, telles que la gonorrhée, les oreillons, la scarlatine, la pneumonie, etc. Elle se caractérise par un gonflement et une rougeur des paupières sur fond de maux de tête, de faiblesse et de fièvre.

Exophtalmie – saillie du globe oculaire. Avec une forme prononcée de la maladie, il y a gonflement de la conjonctive, rougeur des paupières et déplacement des pommes elles-mêmes.

La tenonite est une maladie aiguë de l’orbite, touchant le plus souvent un œil.

La thrombophlébite de l’orbite est un processus inflammatoire aigu, localisé dans les veines de l’orbite et survenant souvent après des maladies infectieuses.

Toutes ces maladies entraînent une inflammation plus ou moins importante des yeux, sont localisées dans différentes parties de l’organe de la vision et sont causées par divers agents pathogènes.

Inflammation des paupières supérieures et inférieures

L’inflammation des paupières supérieures et inférieures est causée par divers agents pathologiques et comprend un grand groupe de maladies oculaires.

Parmi eux figurent notamment :

Afin de prescrire un traitement, il est nécessaire de déterminer la cause qui a provoqué l’inflammation des paupières. Seul un ophtalmologiste peut le faire. Les symptômes communs caractéristiques de l’inflammation des paupières, à la fois inférieures et supérieures, sont les suivants : gonflement, hyperémie, écoulement, photophobie, démangeaisons, brûlures, rétrécissement de la fissure palpébrale, larmoiement. Selon le type d’agent pathogène et la nature de la maladie, des symptômes tels que maux de tête, éruptions cutanées, fièvre, écoulement nasal, etc. un grattage peut être nécessaire, examen des sécrétions, prise de sang. Ce n’est qu’après que ce traitement est prescrit.

Si la cause de l’inflammation est une allergie, des antihistaminiques sont prescrits au patient et, si possible, il est nécessaire de minimiser le contact avec l’allergène. Il peut s’agir de poussière, de cosmétiques, de médicaments et d’autres produits chimiques.

Dans d’autres cas, des gouttes sont prescrites pour combattre les virus, les champignons ou les bactéries qui ont provoqué une inflammation. La base du traitement de toute maladie du siècle est le respect de son hygiène. Pour ce faire, il est important d’essuyer régulièrement le bord de la paupière avec des solutions antiseptiques ou de rincer à l’eau bouillie. Cette procédure aidera à soulager l’inflammation, à réduire l’enflure, à nettoyer les sécrétions purulentes et autres.

Afin de réduire l’effet traumatique sur les paupières, il est important d’arrêter de porter des lentilles de contact et d’utiliser des cosmétiques pour les yeux pendant leur traitement.

Si le traitement a été commencé à temps et effectué selon toutes les règles, après deux semaines, l’inflammation des paupières disparaît le plus souvent. Sinon, cette condition menace de complications graves, qui ne sont pas toujours complètement éliminées.

Inflammation de la cornée de l’oeil

L’inflammation de la cornée de l’œil s’appelle la kératite. La maladie affecte la partie antérieure de l’organe de la vision et affecte largement sa netteté. Il y a plusieurs raisons à l’apparition de la kératite, ce n’est pas seulement une infection par des champignons, des virus et des bactéries, mais aussi un traumatisme mécanique, ainsi que des brûlures thermiques et chimiques.

Kératite fongique. Les bactéries se retrouvent le plus souvent sur la cornée de l’œil à la suite d’une blessure à l’œil, par exemple en cas de port et d’utilisation incorrects de lentilles. Champignons – les parasites provoquent une inflammation fongique de la cornée. C’est ce type de kératite qui est considéré comme le plus dangereux, car il affecte considérablement l’acuité visuelle. Dans certains cas, la kératite fongique peut entraîner la formation d’un doré.

La kératite virale est généralement causée par le virus de l’herpès. Ce type de kératite est dangereux avec une diminution de la vision avec une ignorance prolongée de la maladie.

La kératite herpétique peut être à la fois superficielle et profonde. Si, avec une forme superficielle de la maladie, une personne ne rencontre aucun problème particulier en termes de traitement et de récupération, une kératite profonde peut provoquer le développement d’un ulcère ou d’une épine. Cela est dû au fait qu’il capture les couches profondes de la cornée de l’œil.

Kératite à Ochnocercus Le résultat d’une forte réaction allergique peut être une kératite ochnocercotique, qui est dangereuse car elle peut entraîner une perte complète de la vision.

Contrairement à la conjonctivite, toute kératite laisse des marques sur la cornée. Si avec une forme superficielle de la maladie, ils sont presque invisibles, alors avec une forme profonde, des cicatrices graves se forment, entraînant divers degrés de déficience visuelle.

Traitement de l’inflammation de la cornée

Quant au traitement de la kératite, cela dépend entièrement de la cause de sa cause. Des médicaments antiviraux, antimicrobiens et antifongiques, complétés par un régime alimentaire, peuvent être prescrits.

En aucun cas le traitement ne doit être terminé après la disparition des premiers signes de la maladie. C’est un processus long et systématique qui prend des mois. Ce n’est qu’ainsi qu’il sera possible d’éviter la formation de cicatrices et de cicatrices sur la cornée, qui entraînent une déficience visuelle. La décision de mettre fin au traitement ne peut être prise que par un ophtalmologiste.

Ulcère rampant de la cornée. Séparément, il convient de souligner une maladie telle qu’un ulcère cornéen rampant. Il s’agit d’une maladie grave de la membrane cornéenne causée par des pneumocoques, des streptocoques et d’autres agents pathogènes. La maladie se développe de manière aiguë, une personne souffre d’une photophobie sévère, d’un larmoiement sévère, à l’endroit où l’infection pénètre, un infiltrat apparaît qui, après sa décomposition, forme un ulcère. Le traitement doit être effectué sous surveillance médicale stricte avec la détermination de l’agent qui a provoqué le processus pathologique en milieu hospitalier.

Inflammation de la muqueuse de l’oeil

L’inflammation de la muqueuse de l’œil est le problème ophtalmique le plus courant. Les médecins souffrant d’inflammation de la membrane muqueuse de l’organe de la vision posent un diagnostic – conjonctivite. Les raisons du développement de la maladie peuvent être très diverses: il s’agit d’un trouble métabolique, de la pénétration d’allergènes, de virus, de bactéries, de champignons dans la conjonctive, de malnutrition, de lésions oculaires, de maladies inflammatoires des organes voisins et de vitamine carences.

La maladie peut être à la fois aiguë et chronique. La maladie aiguë est causée par des agents pathologiques – virus, bactéries, champignons. L’inflammation chronique de la membrane muqueuse se développe dans le contexte d’une diminution des forces immunitaires de l’organisme ou d’un traitement inapproprié d’une infection aiguë.

Ce qui caractérise la conjonctivite de toute origine, c’est la similitude des symptômes. Une personne ressent des démangeaisons, des brûlures, des picotements et des douleurs dans les yeux, une photophobie apparaît, la production de larmes augmente. Tous ces symptômes sont aggravés le soir. Les sécrétions des yeux seront différentes, elles peuvent être catarrhales ou purulentes, selon le type d’agent pathogène. Certaines conjonctivites se caractérisent par l’apparition de pellicules grisâtres qui s’enlèvent facilement.

Le traitement de l’inflammation de la membrane muqueuse de l’œil dépend de la cause de son apparition. Tout d’abord, il est nécessaire d’éliminer le facteur qui provoque le développement de la maladie. Dans tous les cas, un traitement antiseptique local au long cours est prescrit, si nécessaire, des gouttes antibactériennes, des remèdes oculaires hormonaux et des onguents spécialisés sont utilisés. Le traitement de l’inflammation de la muqueuse de l’œil est un processus qui se prolonge dans le temps et ses formes les plus bénignes passent après seulement deux semaines.

Inflammation des yeux chez un enfant

L’inflammation des yeux chez les enfants a certaines caractéristiques. Les nourrissons souffrent le plus souvent de dacryocystite. Cette pathologie se caractérise par une obstruction complète du canal lacrymal, ou son rétrécissement important.

Il peut y avoir plusieurs raisons – c’est la présence d’une membrane qui se chevauche qui ne se résout pas complètement au moment de la naissance du bébé ou d’un bouchon de gélatine stagnant.

Les symptômes caractéristiques de la dacryocystite sont une déchirure accrue, elle est observée lorsque l’enfant est au repos. Ensuite, l’œil commence à rougir et le processus est le plus souvent unilatéral. La stagnation des larmes provoque le développement d’un processus infectieux et, après 10 jours en moyenne, le bébé présente un écoulement purulent des yeux, qui apparaît lorsqu’une pression est appliquée sur le sac lacrymal.

Le plus souvent, cette pathologie disparaît chez les enfants à six mois et ne nécessite pas d’intervention chirurgicale. Le médecin recommande de masser en utilisant une technologie spéciale, en lavant les yeux avec des solutions antiseptiques. Si ces mesures n’aident pas, on prescrit à l’enfant des gouttes spéciales à effet antibactérien.

Les enfants plus âgés contractent souvent la conjonctivite d’autres personnes. Les enfants qui commencent à fréquenter la maternelle sont particulièrement sensibles à cette maladie.

Souvent, les yeux des jeunes patients subissent divers processus inflammatoires à la suite de stimuli externes qui y pénètrent. Il peut s’agir d’une inflammation du bain, de la piscine, de la lumière, de la poussière.

Le traitement consiste à rechercher la cause de l’inflammation et à éliminer le facteur irritant. Vous ne devez en aucun cas vous laver les yeux avec de la salive ou du lait maternel, car vous pourriez ainsi introduire une infection et aggraver le processus pathologique. De plus, les bébés jusqu’à un an sont contre-indiqués dans les onguents antibactériens à base d’antibiotiques. Il est préférable d’utiliser des solutions antiseptiques à une certaine concentration. Dans tous les cas, le traitement doit être prescrit par un médecin. L’automédication se heurte au fait qu’il est possible de gâcher la vision de l’enfant en raison de l’immaturité de son appareil visuel. En plus des produits pharmaceutiques, après avoir consulté un médecin, vous pouvez utiliser des infusions d’herbes, comme la camomille, pour vous laver les yeux. Il est toujours important de traiter les deux yeux, que l’infection ait affecté un ou deux organes de la vision.

En cas de brûlure oculaire, il est important d’amener l’enfant au service d’ophtalmologie le plus tôt possible. Avant cela, vous pouvez faire couler de l’adrénaline, appliquer un coton et couvrir vos yeux avec un bandage noir sur le dessus.

Une maladie telle que le glaucome congénital peut être détectée immédiatement après la naissance d’un enfant, ou au cours de la première année de vie, en raison d’une augmentation de la pression intracrânienne.

Les tumeurs de l’œil chez les enfants se produisent, mais assez rarement, et dans l’enfance, elles peuvent être à la fois bénignes et malignes.

Les blessures aux yeux surviennent le plus souvent à l’âge scolaire et peuvent entraîner de graves conséquences. Il est donc important d’expliquer aux enfants comment préserver leur vue et de stipuler les règles d’un comportement sécuritaire.

Comment traiter l’inflammation des yeux?

L’inflammation des yeux est traitée en fonction de la zone touchée et de la cause de l’apparition du processus pathologique.

Par conséquent, nous pouvons considérer les principes de base du traitement pour le domaine de l’inflammation des yeux :

La thérapie visant à éliminer l’inflammation des paupières dépend du facteur pathologique qui l’a provoquée. Des processus tels que l’abcès, l’orge, le furoncle, le phlegmon nécessitent des antibiotiques oraux. Il peut s’agir d’ampicilline, d’oxacilline et d’autres agents. Des préparations de sulfamilanide sont également prescrites – Biseptol ou Bactrim. La zone localement enflammée est traitée avec diverses solutions antiseptiques. Parfois, il est nécessaire d’ouvrir chirurgicalement les abcès. Un effet prononcé provient de l’imposition de pommades oculaires à effet antibactérien. Pour le traitement de la blépharite, un traitement local est effectué avec une pommade au mercure, puis avec de la tétracycline, de la furaciline, de la gentamicine et autres. Des gouttes de sulfacyle de sodium, de Sofradeks et d’autres sont présentées. Pour le traitement du molluscum contagiosum, il est nécessaire de gratter le nodule, puis de le traiter avec du vert brillant. L’impétigo est également traité localement, après avoir traité la surface avec de l’alcool salicylique, il faut la lubrifier avec du vert brillant ou de l’iode. L’instillation de sulfacyle de sodium et l’application de pommades – érythromycine ou tétracycline sont présentées.

Le traitement de la cornée dépend de l’agent pathogène qui a conduit à l’inflammation. Pour cela, des médicaments antiviraux, antibactériens et antifongiques sont utilisés en association avec un traitement des yeux avec des solutions d’antiseptiques, de pénicilline, de furacilline, de sulfacyle de sodium, etc. Une fois l’organe de vision nettoyé et désinfecté, des pommades sont placées à l’intérieur de la paupière – gentamicine, érythromycine et d’autres. Si le traitement local n’était pas assez efficace et que la kératite ne disparaît pas, l’administration d’antibiotiques par voie intraveineuse ou intramusculaire est indiquée. Quant à la kératite herpétique et à l’ulcère cornéen rampant, ces affections doivent être traitées à l’hôpital.

Le traitement de la conjonctivite, comme d’autres maladies oculaires, dépend de sa cause. Des agents antifongiques, antibactériens et antiviraux sont également prescrits. Si la conjonctivite devient chronique, un traitement à long terme avec des préparations locales est indiqué – solutions antiseptiques et agents antibactériens. Dans certains cas, l’utilisation de médicaments hormonaux tels que le prednidazole ou l’hydrocoritzone est recommandée. Lorsque la maladie est compliquée par une blépharite, il est nécessaire d’appliquer des pommades à effet antibactérien, par exemple la gentamicine, la tétracycline et autres.

La plupart des maladies oculaires inflammatoires peuvent être évitées avec succès en suivant des recommandations simples. Parfois, il suffit d’arrêter de frotter les organes de la vision avec un mouchoir et de se frotter les yeux régulièrement. Si une personne est sujette à une irritation fréquente de la conjonctive et à des réactions allergiques, vous devez vous laver les yeux aussi souvent que possible avec de l’eau bouillie ordinaire, une solution saline ou une décoction de camomille.

N’oubliez pas les lunettes à verres foncés qui peuvent protéger vos yeux des brûlures.

N’utilisez pas de gouttes pour les yeux vous-même afin de prévenir les maladies. Une telle automédication peut entraîner des conséquences indésirables sous la forme d’une perte de vision et de l’apparition d’effets secondaires.

Il est conseillé de consulter un ophtalmologiste une fois par an pour un examen préventif de l’organe de la vision.

Comment se laver les yeux avec inflammation?

Pour laver les yeux, des agents antiseptiques et antibactériens sont utilisés. L’une des solutions efficaces pour se laver les yeux est une solution de furaciline. Vous pouvez le préparer vous-même, il suffit de diluer 2 comprimés avec 200 ml d’eau bouillie et de les laisser se dissoudre complètement. Avec l’aide d’une telle solution, vous pouvez faire face à la conjonctivite, la sclérite, la dacrocystite, la blépharite en thérapie complexe. Le remède est également indiqué lorsqu’un corps étranger pénètre dans l’œil, ainsi qu’en cas de dommages mécaniques à sa membrane muqueuse.

Souvent, pour se laver les yeux, il est recommandé d’utiliser une infusion de camomille. Il peut également être utilisé comme lotion, car il a un effet anti-inflammatoire, aide à éliminer rapidement et en toute sécurité les petits corps étrangers des yeux.

Un lavage oculaire tout aussi efficace est le thé infusé fort. Il aide à soulager l’inflammation et a un effet antiseptique.

Au début du lavage des yeux, il est important de se souvenir de ces deux règles : un écouvillon est utilisé pour un œil et l’autre pour le second. De plus, chacun d’eux doit être stérile. La direction du mouvement va de la tempe à l’arête du nez, cela évitera la propagation de l’infection aux couches internes de l’œil, en particulier à la cornée.

Gouttes et gels pour les yeux contre l’inflammation

Les gouttes oculaires ont un effet local, affectent la membrane muqueuse de l’organe de la vision, la cornée et les tissus environnants. Ils diffèrent par leur composition et leur effet, leur utilisation n’est donc possible qu’après consultation d’un médecin. Pour éliminer l’inflammation infectieuse, des médicaments tels que le sulfacyle de sodium, la lévométhicine, la sulfapyridazine sont le plus souvent prescrits. La durée de leur utilisation et leur posologie sont déterminées par l’ophtalmologiste.

Pour éliminer l’inflammation de la cornée de l’œil, le sulfacyle de sodium, la dexaméthasone, le norsulfazol sont utilisés.

Les enfants ne peuvent pas toujours utiliser les gouttes prescrites aux adultes. Par conséquent, pour lutter contre l’inflammation des yeux chez un enfant, des médicaments tels que l’atropine, le Florax, la lévomécithine, l’Albucid, la synthomycine et le Torbex sont utilisés.

Afin d’éliminer les rougeurs des yeux et d’hydrater la membrane muqueuse, les gouttes suivantes sont utilisées: Vizin, Oftolik, Oksikal, Inoksa et autres.

Si l’inflammation des yeux est causée par des allergies, alors afin de réduire l’effet de l’allergène, des gouttes antihistaminiques spéciales sont utilisées, celles-ci peuvent être Ocumentin, Vizin, Naphthyzin, Dexamethasone. Il est important de noter que ce dernier médicament, en plus d’éliminer les symptômes d’allergie, est capable de soulager l’organe de la vision d’une inflammation non purulente qui s’est développée à la suite d’une blessure ou d’une autre irritation mécanique. La dexaméthasone est souvent prescrite aux personnes qui ont subi une chirurgie oculaire. Cependant, il doit être utilisé avec prudence chez les femmes qui portent un enfant, car les hormones font partie du remède.

Pour les très jeunes enfants, dès l’âge de 1 mois, vous pouvez utiliser des outils tels que Cromoglin et Hi-krom. Les enfants plus âgés qui ont atteint l’âge de 4 ans se voient prescrire Opantol, Allergodil, Lekrolin et autres.

Vizomax, Oculist, Zorro et d’autres sont utilisés comme agents prophylactiques qui améliorent la vision et hydratent la membrane muqueuse de l’œil. Ils nourrissent la cornée, soulagent les irritations et les tensions.

Selon leur action, les collyres peuvent être divisés en plusieurs grands groupes :

Antibiotiques – aminoglycosides, céphalosporines, glycopeptides, etc.

Gouttes synthétiques antibactériennes – fluoroquinolones, sulfamides.

Les gouttes combinées qui combinent des effets antiviraux et immunomodulateurs comprennent Oftalmoferon. De plus, les gouttes Aktipol, Oftan-Idu ont un effet antiviral.

Auteur de l’article : Degtyareva Marina Vitalievna, ophtalmologiste, ophtalmologiste

Maladies des paupières

Les paupières sont des plis cutanés mobiles qui protègent les organes visuels de la sécheresse, de la poussière, de la lumière vive et d’autres facteurs négatifs entourant une personne. La peau fine et sensible de cette zone est imprégnée de nombreux vaisseaux sanguins. En dessous se trouve un tissu musculaire qui facilite l’ouverture et la fermeture faciles des yeux. Dans les profondeurs de la paupière, les glandes de Meibomius sont localisées, produisant un secret liquide qui hydrate les organes visuels et améliore le contact entre les paupières et la surface de l’œil.

Une hydratation supplémentaire du globe oculaire contribue à la conjonctive avec les glandes lacrymales, elle protège également les yeux des lésions infectieuses.

Diverses maladies des paupières comprennent des processus causés par une inflammation, une dégénérescence ou une atrophie, ainsi que des pathologies de l’appareil neuromusculaire, des tumeurs et des troubles circulatoires.

Maladies infectieuses aiguës

Abcès et phlegmon

Ce sont des maladies infectieuses des yeux, dans lesquelles une cavité remplie de contenu purulent se forme sur les paupières. L’orge, le furoncle, l’inflammation des sinus maxillaires, la blépharite ulcéreuse, les lésions cutanées près des yeux, la meibomite deviennent des facteurs provoquants dans le développement de maladies.

  • rougeur de la peau;
  • gonflement de la paupière;
  • tension et douleur du site.

Lorsque la cavité est ouverte (spontanément ou chirurgicalement) et que le pus est retiré, le processus inflammatoire s’arrête rapidement. La pharmacothérapie consiste à prendre des agents bactéricides et bactériostatiques sous forme de collyre ou d’injections intramusculaires.

Inflammation érysipélateuse des paupières

La cause du développement de la maladie est souvent une infection streptococcique hémolytique, dans certains cas – une infection par d’autres micro-organismes. L’inflammation, en règle générale, commence par un certain nombre de zones localisées du visage, après quoi elle affecte les paupières.

  • syndrome de douleur intense;
  • augmentation de la température corporelle;
  • chémosis conjonctival.

Si le traitement est commencé en temps opportun, le résultat est favorable dans la plupart des cas. Pour la pharmacothérapie, des médicaments antibactériens (pénicillines) sont prescrits pour les injections intramusculaires, les complexes vitaminiques, la pommade Streptonitol.

Furoncle

Cette maladie des paupières est une inflammation nécrotique purulente du follicule pileux et des tissus adjacents. La cause du développement est une infection staphylococcique. Le processus inflammatoire affecte la zone des sourcils, dans de rares cas, il est localisé dans le coin de la paupière.

Manifestations cliniques – la formation d’un nœud œdémateux dense, accompagné de douleur. Quelques jours plus tard, un noyau nécrotique se forme dans sa partie centrale, après quoi il s’ouvre, un contenu purulent est libéré. Puis la plaie guérit, une cicatrice se forme.

La pharmacothérapie est réalisée avec des médicaments antibactériens à usage interne ou des injections intramusculaires. Les bords des paupières et la peau près de la zone touchée sont traités avec de l’alcool de camphre ou du peroxyde d’hydrogène. Avec la propagation de l’inflammation purulente, une ouverture chirurgicale est recommandée.

Infections chroniques

Le lupus est une maladie infectieuse chronique des paupières. La maladie touche dans la plupart des cas la peau du visage, mais peut aussi atteindre les paupières.

  • la formation de petits tubercules translucides jaune rosé;
  • éversion des paupières;
  • incapacité à fermer les paupières;
  • trichiasis (direction anormale des cils vers le globe oculaire).

Un traitement antituberculeux général est prescrit. Des médicaments désensibilisants sont utilisés. S’il n’y a pas de complications, le traitement dure jusqu’à six mois.

Maladies herpétiques

L’évolution de la dermatite herpétique des paupières dans la plupart des cas ne diffère pas de l’herpès ordinaire ou du zona.

La pathologie est caractérisée par un début de développement aigu. Les symptômes suivants se produisent :

  • rougeur et gonflement de la paupière;
  • l’apparition de bulles transparentes, qui éclatent ensuite ;
  • la formation de croûtes au site d’éclatement des bulles.

Après 7 à 14 jours, les croûtes disparaissent sans laisser de traces. Possibilité de récidive de la maladie.

Thérapie : les bulles sont traitées avec du vert brillant. Lorsque des croûtes se forment, on leur applique une pommade oxolinique ou une crème Zovirax. Pour prévenir la survenue d’une infection secondaire, des agents antibactériens locaux sont utilisés.

Maladies allergiques des paupières

La dermatite allergique est causée par une réaction à des médicaments ou à des produits de beauté. Son développement prend environ 6 heures à partir du moment où l’allergène a commencé à agir. Symptômes qui accompagnent cette condition :

  • rougeur et gonflement de la paupière;
  • éruptions vésiculaires ou bulleuses pouvant entraîner une macération de la peau.

Les mesures thérapeutiques impliquent l’élimination de l’action de la substance qui a provoqué le développement d’allergies. Des corticostéroïdes topiques (ne contenant pas de composants antibactériens) sont utilisés. Les médicaments désensibilisants sont prescrits pour un usage interne.

Eczéma

Inflammation des paupières, accompagnée de démangeaisons et d’éruptions cutanées. Prend généralement une forme chronique.

Les symptômes sont un gonflement de la peau des paupières, l’apparition de petites bulles. Lorsqu’ils éclatent, un exsudat séreux en sort, après quoi des croûtes jaunes se forment après séchage. Une longue évolution de la maladie peut entraîner un épaississement de la paupière, ainsi que son éversion. Les cils peuvent tomber.

Les formes aiguës sont traitées avec des lotions d’eau froide au plomb et une solution d’acide borique. Lorsque l’inflammation diminue, des corticostéroïdes topiques sont utilisés.

maladies fongiques

Candidose

Les lésions cutanées des paupières se produisent en raison de l’exposition à des champignons ressemblant à des levures du genre Candida. La maladie s’accompagne d’un gonflement des paupières, de rougeurs, de l’apparition de petites pustules. La thérapie est réalisée en traitant les zones touchées avec une pommade à la nystatine et en prenant de la nystatine en interne.

Trichophytose (teigne)

La cause du développement de la maladie est un champignon du genre Trichophyton. Manifestations cliniques – hyperémie et gonflement des paupières, formation de pustules et de croûtes jaunes. Des spores apparaissent sur les cils. Dans certaines zones des paupières, les cils tombent ou se cassent.

Peut-être le développement de maladies concomitantes – conjonctivite ou kératoconjonctivite.

Pendant le traitement, la zone touchée est traitée avec une solution d’alcool et d’iode. La griséofulvine est recommandée pour l’administration orale.

Actinomycose

La maladie est causée par des actinomycètes (champignons rayonnants). Un nœud dense se forme dans le coin externe ou interne de la paupière, alors qu’il n’y a pas de douleur. Au fil du temps, il se ramollit et forme un infiltrat intradermique, après ouverture duquel subsiste une fistule aux sécrétions purulentes (elle ne traîne pas longtemps). Un traitement antibactérien et un actinolysat sont prescrits. Une radiographie est prise, l’abcès est ouvert et gratté.

Maladies des glandes de Meibomius

Les glandes de Meibomius sont appelées glandes sébacées, localisées dans le cartilage des paupières. Lorsque la flore coccique y pénètre, elles s’enflamment, les bords des paupières s’épaississent, la peau devient rouge et des croûtes jaunes apparaissent près des cils. Cette maladie est appelée meibomite. Avec la pénétration du secret de la glande de Meibomius dans la cavité conjonctivale, le développement d’une conjonctivite chronique se produit.

Pour la thérapie, les paupières sont traitées avec de l’alcool ou du vert brillant. Effectuer des instillations de dexaméthasone ou d’antibactérien. Appliquez des agents antibactériens locaux sur la peau. Parfois, la cavité affectée est ouverte chirurgicalement.

halazion

Une maladie caractérisée par la formation d’une formation dense dans le cartilage de la paupière. La cause de ce phénomène est la meibomite chronique. Plusieurs chalazions peuvent se former simultanément.

Aux premiers stades, le chalazion est un petit nodule, qui finit par atteindre 5-6 mm. La peau au-dessus se soulève, la paupière est légèrement déformée. Si vous appuyez sur le nœud, vous pouvez remarquer une formation dense, alors que la douleur ne se fait pas sentir. La conjonctive dans la zone touchée se lève, s’épaissit, devient rouge. Par la suite, il peut s’amincir et percer, après quoi le contenu du nodule sort.

Pendant le traitement, des gouttes d’émulsion d’hydrocortisone, des solutions antibactériennes, des préparations locales sont utilisées. Chaleur sèche recommandée. Si de telles mesures n’aident pas, ils ont recours à un traitement chirurgical. Les petits nodules se résolvent parfois d’eux-mêmes.

Défauts de développement des paupières

colobome

Une anomalie de l’organe visuel, se manifestant par le fait que certaines des membranes oculaires sont manquantes. Elle est plus fréquente sur les paupières supérieures, moins souvent sur les inférieures.

Le colobome a dans la plupart des cas la forme d’un triangle, dont la base est le bord des cils. Étant donné que l’anomalie affecte toutes les parties de l’organe de la vision, l’absence de cils et de glandes devient un symptôme concomitant.

Il s’agit le plus souvent d’une pathologie congénitale, mais elle peut se développer après des blessures ou d’autres maladies. Le colobome est très dangereux pour les organes visuels, car il entraîne une dégénérescence cornéenne et d’autres complications, dont la cécité.

La méthode la plus efficace de traitement de la pathologie est l’intervention chirurgicale, dans laquelle les tissus affectés sont excisés, après quoi le lambeau musculo-cutané est déplacé vers le site de l’anomalie. Avec l’aide de la chirurgie plastique, le bon bord de la paupière est formé.

Conclusion

Si vous remarquez une lésion inflammatoire des paupières, des rougeurs et des douleurs, ou d’autres symptômes désagréables, vous devez absolument prendre rendez-vous avec un ophtalmologiste. Après l’examen, le médecin pourra établir un diagnostic et prescrire un traitement approprié, ainsi que conseiller des mesures préventives.

Maladies infectieuses des yeux

Les maladies oculaires infectieuses sont un groupe de maladies causées par la pénétration de micro-organismes pathogènes (pathogènes), de virus et de champignons.

Blépharite

Le foyer de l’inflammation dans cette maladie est localisé le long du bord des paupières. Les causes de la blépharite sont généralement une exposition prolongée à des substances caustiques, de la fumée, des liquides volatils, la présence d’une infection chronique dans le corps ou une infection lorsque les paupières sont blessées.

Il est d’usage de distinguer 3 formes de la maladie : simple, ulcéreuse et squameuse.

La blépharite simple s’accompagne d’une rougeur des bords des paupières avec un léger gonflement, sans étendre le processus aux tissus environnants. Le processus s’accompagne d’une sensation de corps étranger dans l’œil, ce qui fait cligner fréquemment les yeux du patient. Parfois, il y a un écoulement mousseux dans les coins internes de l’œil.

La blépharite squameuse s’accompagne d’une rougeur sévère du bord de la paupière et d’un gonflement notable. Son trait caractéristique est des écailles grisâtres ou jaune pâle sur les bords des paupières. Leur élimination mécanique conduit à un saignement facile. Le patient ressent des démangeaisons dans les paupières, parfois il y a une sensation de corps étranger, une douleur en clignant des yeux. Les cas avancés évoluent avec douleur et photophobie. Souvent, l’acuité visuelle est réduite.

La blépharite ulcéreuse est la forme la plus grave de la maladie. Son trait caractéristique est le pus séché à la racine des cils, ce qui les fait coller ensemble. Après l’élimination des croûtes, des ulcères à cicatrisation lente se forment. Les cils tombent et poussent souvent de manière incorrecte. Souvent accompagnée d’une conjonctivite causée par la propagation d’un agent infectieux.

Infection oculaire purulente

En règle générale, son agent causal est le streptocoque ou le staphylocoque, pénétrant à l’intérieur lorsque l’œil est blessé avec un objet pointu.

L’évolution de la maladie passe par 3 étapes – iridocyclite, endophtalmie, panophtalmie.

L’iridocyclite survient quelques jours après une blessure à l’œil et s’accompagne d’une douleur intense du globe oculaire à la palpation. L’iris acquiert une teinte grisâtre ou jaunâtre en raison du pus accumulé, la pupille semble être plongée dans une sorte de brume.

L’endophtalmie est une forme plus grave d’inflammation purulente. L’infection passe à la rétine, même lorsque l’œil est fermé, la douleur se fait sentir. L’acuité visuelle chute rapidement à la perception de la lumière. Au cours de l’examen, des signes caractéristiques sont révélés – vasodilatation de la conjonctive, teinte verdâtre ou jaunâtre du fond d’œil.

La panophtalmie est une complication rare de l’endophtalmie avec un traitement rapide. L’inflammation purulente passe dans tous les tissus de l’œil. Une douleur insupportable survient, les paupières gonflent, la membrane muqueuse devient rouge et gonfle. La peau autour de l’œil devient rouge et enflée. La maladie nécessite une intervention chirurgicale. Même avec le succès de l’antibiothérapie, l’acuité visuelle est nettement réduite.

Dacryocystite

Inflammation du sac lacrymal de nature infectieuse. Les facteurs prédisposant à la maladie sont l’obstruction du canal lacrymal et la stagnation du liquide dans le sac lacrymal.

La maladie se manifeste par un écoulement purulent liquide et un larmoiement. Un gonflement et une rougeur se développent dans le coin interne de l’œil. Lorsqu’il est pressé, un écoulement purulent peut s’écouler de l’ouverture lacrymale.

La dacryocystite est facilement guérie avec un traitement rapide. Une complication en est souvent la kératite et la conjonctivite avec une légère diminution de la vision.

Kératite

Il s’agit d’un processus inflammatoire, localisé dans les tissus de la cornée. Il existe des formes exogènes et endogènes de la maladie et ses variétés spécifiques (ulcère cornéen rampant).

La kératite exogène se développe après un traumatisme, des brûlures chimiques et une infection par des virus, des bactéries et des champignons. La forme endogène survient dans le contexte d’un ulcère cornéen rampant ou de maladies infectieuses de nature fongique, bactérienne et virale (tuberculose, syphilis, herpès, grippe). Parfois, la cause peut être certaines maladies neuroparalytiques, des troubles métaboliques, le béribéri ou une prédisposition héréditaire.

La maladie commence par l’infiltration des tissus, se poursuit par leur ulcération et se termine par la régénération.

L’infiltrat est une tache jaunâtre floue. La surface de la lésion varie du microscopique au global, sur toute la surface de la cornée. Sa formation entraîne une diminution de l’acuité visuelle, le développement de la photophobie, des larmoiements et des spasmes musculaires des paupières (syndrome cornéen).

Au bout d’un moment, un ulcère se forme. En l’absence de traitement, il se propage à la cornée et aux structures internes de l’œil.
Sa guérison n’est possible qu’avec une thérapie antibactérienne, antivirale, une thérapie avec des kératoprotecteurs.

Si la zone de l’ulcère est petite, l’acuité visuelle ne diminue pas. Avec des dommages importants, la cécité peut survenir.

Kératoconjonctivite à adénovirus

Maladie causée par un adénovirus qui affecte la conjonctive et la cornée.

Transmis par contact.

Du moment de l’infection au début de la maladie, 7 à 8 jours s’écoulent. Cela commence par l’apparition de maux de tête, de frissons, de faiblesse et d’apathie. Ensuite, il y a une douleur dans les yeux et une rougeur de la sclère, il y a une sensation de corps étranger à l’intérieur et un larmoiement abondant avec la libération de mucus du canal lacrymal.

La conjonctive devient rouge, de petites bulles contenant du liquide apparaissent dessus – une manifestation caractéristique d’une infection à adénovirus.

Avec un traitement rapide de la kératoconjonctivite, après 5 à 7 jours, les signes d’infection disparaissent, à l’exception de la photophobie. Des foyers nuageux se forment dans la cornée. La cicatrisation complète survient au bout de deux mois.

Conjonctivite virale

La cause de la maladie est l’introduction d’un agent viral. Il existe plusieurs formes de la maladie, avec une certaine nature du processus pathologique.

Typique pour les jeunes enfants. Le processus inflammatoire s’étend au-delà de la muqueuse dans les tissus environnants. Il peut s’agir d’une forme catarrhale, folliculaire et vésiculaire-ulcéreuse.

La forme la plus grave de la maladie est vésiculeuse-ulcéreuse. Il se manifeste par l’apparition de petites bulles transparentes avec du liquide sur la muqueuse de l’œil. Ils se caractérisent par une ouverture spontanée avec formation d’ulcères douloureux, ce qui provoque un larmoiement et une photophobie chez les patients.

Après 5 à 7 jours, les symptômes de la maladie disparaissent spontanément sans traitement supplémentaire. L’acuité visuelle ne change pas, il ne reste aucune trace sur la cornée.

Conjonctivite gonococcique

Un autre nom pour la maladie est la gonoblenorrhée. Il s’agit d’un processus intense d’inflammation de la membrane muqueuse de l’œil lors de la pénétration d’une infection gonococcique. La maladie se transmet exclusivement par contact (rapport sexuel, de la mère au fœtus lors de l’accouchement, etc.).

Les premiers symptômes de la gonorrhée chez les nouveau-nés apparaissent 3 à 4 jours après la naissance. Les paupières gonflent, acquièrent une couleur rouge-violet ou bleuâtre. Un écoulement sanglant apparaît du canal lacrymal. Des parties séparées de l’œil s’ulcèrent et deviennent troubles. Dans les cas avancés, la panophtalmie se développe avec une perte de vision et une atrophie du globe oculaire. Après le traitement, des cicatrices rugueuses peuvent rester sur les zones touchées de la cornée.

La conjonctivite gonococcique chez l’adulte s’accompagne d’un malaise général, de fièvre, de douleurs générales.

Sclérite

Il s’agit d’un processus inflammatoire aigu dans la sclérotique de l’œil. Elle se développe souvent sur fond de pathologies générales virales, bactériennes ou fongiques, comme une infection ascendante.

L’épisclérite est une sclérite superficielle affectant la couche supérieure de la sclère. L’œil devient rouge, ses mouvements deviennent douloureux. Le larmoiement n’est pas observé, ce qui est considéré comme un signe caractéristique de la maladie, la photophobie se développe rarement, l’acuité visuelle ne change pas. Une zone infectée de couleur violette ou rouge apparaît sur la sclère, s’élevant légèrement au-dessus de la surface.

La sclérite profonde se propage dans les membranes oculaires et, dans les cas avancés, passe dans les tissus environnants, endommageant le corps ciliaire et l’iris. Parfois, plusieurs foyers d’infection sont possibles, ce qui entraîne souvent une complication purulente sévère.

L’épisclérite purulente provoque le staphylocoque doré. La maladie progresse rapidement, affectant les deux yeux. En l’absence de thérapie, elle peut durer des années, s’atténuer et se reproduire. Dans les foyers d’infection, la sclérotique s’amincit, la vision baisse sensiblement. Avec la transition du processus inflammatoire vers l’iris, le développement du glaucome est possible.

Traitement de la sclérite à la clinique ophtalmologique de Moscou.

Choroïdite (uvéite postérieure)

Il s’agit d’un processus inflammatoire de la choroïde. La raison de son apparition est l’entrée de microbes dans les capillaires.

La maladie se caractérise par une absence initiale de symptômes. En règle générale, la choroïdite est découverte fortuitement lors d’un examen ophtalmologique.

Si le foyer d’inflammation est localisé au centre de la choroïde, des signes caractéristiques sont parfois observés : déformation des contours des objets, scintillements et éclairs lumineux devant les yeux.

En l’absence d’antibiothérapie opportune, un œdème rétinien se développe avec des hémorragies microscopiques.

Orge

La maladie est un processus inflammatoire de la glande sébacée et des bulbes ciliaires, provoqué par des infections staphylococciques et streptococciques dans le contexte d’un affaiblissement de l’immunité générale.

Elle se caractérise par un rougissement de la zone des paupières, qui se transforme ensuite en infiltration et gonflement. Progressivement, la rougeur se propage aux tissus voisins, le gonflement de la peau, la conjonctive augmente. Après 2-3 jours, une cavité avec du pus se forme à l’intérieur de l’infiltration. Pendant 3-4 jours à compter du début du processus, le sac purulent se rompt avec la libération de pus au-delà de la paupière, la douleur et l’enflure disparaissent. Dans les cas graves, le processus peut se propager aux tissus environnants.

En ce qui concerne la clinique ophtalmologique de Moscou, chaque patient peut être sûr que certains des meilleurs spécialistes russes seront responsables des résultats du traitement. La confiance dans le bon choix, bien sûr, sera ajoutée par la grande réputation de la clinique et des milliers de patients reconnaissants. L’équipement le plus moderne pour le diagnostic et le traitement des maladies oculaires et une approche individuelle des problèmes de chaque patient sont la garantie de résultats de traitement élevés à la clinique ophtalmologique de Moscou. Nous diagnostiquons et traitons les enfants de plus de 4 ans et les adultes.

Nos médecins qui résoudront vos problèmes de vision :

Médecin-chef de la clinique, ophtalmologiste de la catégorie la plus élevée, chirurgien ophtalmologiste. Traitement chirurgical de la cataracte, du glaucome et d’autres maladies oculaires.

Chirurgien réfractif, spécialiste de la correction de la vue au laser (LASIK, Femto-LASIK) pour la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme.

Pour clarifier le coût d’une procédure particulière, prenez rendez-vous à la clinique ophtalmologique de Moscou, vous pouvez appeler à Moscou le 8 (800) 777-38-81 et le 8 (499) 322-36-36 (tous les jours de 9h00 à 21 : 00) ou en utilisant le FORMULAIRE D’INSCRIPTION EN LIGNE.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *