Hydrocèle chez un enfant

L’hydrocèle chez un enfant est une accumulation de liquide séreux entre les membranes du testicule. N’importe quel côté du scrotum chez les enfants peut être affecté. Le liquide accumulé entraîne un gonflement et une hypertrophie du scrotum, mais la douleur n’est généralement pas observée. En règle générale, l’hydrocèle survient chez les nourrissons, en particulier les garçons prématurés. Cependant, il peut également survenir chez les adolescents et les adultes.

De nombreuses mères tombent dans un état de panique lorsqu’elles constatent l’augmentation de la taille des testicules de l’enfant. Cependant, cette pathologie est tout à fait guérissable. Cependant, dans la plupart des cas, vous devez recourir à une intervention chirurgicale. Comme le montre la pratique, plus de 80% des garçons nouveau-nés sont guéris de l’hydropisie au cours de la première année de vie.

Ce que c’est?

L’hydropisie est appelée une pathologie, à la suite de laquelle le scrotum est rempli de liquide. Pendant que le garçon est dans l’utérus, ses testicules sont situés dans la cavité abdominale. Ils ne descendent que peu de temps avant le huitième mois de grossesse. Les testicules emportent avec eux une fine pellicule de tissu conjonctif abdominal, ce qui donne quelque chose qui ressemble à une poche.

Avec un développement normal, il se ferme avant la naissance du bébé ou après quelques mois. Si cela ne se produit pas pour une raison quelconque, du liquide s’accumule dans la poche.

causes

La classification de l’hydropisie des testicules dépend des raisons qui ont provoqué la formation de la pathologie. L’hydropisie des testicules peut être congénitale et acquise.

L’hydrocèle congénitale est reconnue chez environ quatre-vingts pour cent des bébés. Les raisons de la formation de l’hydropisie – un échec dans le développement des testicules. Le testicule, à mesure que l’enfant grandit à partir de la cavité abdominale, descend à travers le canal inguinal, qui est enveloppé dans le processus vaginal du péritoine. En quelques mois, si le processus vaginal ne se développe pas, le liquide de la cavité abdominale déborde dans les membranes testiculaires. Il arrive que l’hydropisie des membranes testiculaires ne nécessite pas d’intervention chirurgicale et disparaisse d’elle-même. Naturellement, de tels changements dans le développement du fœtus ne se forment pas sans raison.

Les principales raisons de ces violations sont :

  • l’utilisation de certains médicaments (certains médicaments qu’une femme prend pendant la grossesse perturbent le développement des organes internes du fœtus);
  • mauvaises habitudes de la mère du bébé (l’abus d’alcool et le tabagisme, provoquent le développement de pathologies et de complications dans le développement des enfants, peuvent également provoquer l’hydropisie);
  • l’hérédité (l’hydropisie des membranes testiculaires se forme souvent en raison de la prédisposition génétique de l’enfant, la maladie peut passer d’une génération à l’autre);
  • maladie de la rubéole (si une femme enceinte est infectée par la rubéole, la santé du bébé est gravement menacée et entraîne des troubles graves du développement. Les médecins recommandent donc souvent de se faire avorter).

L’hydropisie secondaire des testicules, ou hydrocèle réactive, qui dans la plupart des cas se caractérise par un mécanisme de développement non communicant, peut survenir dans les cas suivants :

  • torsion testiculaire;
  • blessures du scrotum;
  • tumeur du testicule et de ses appendices;
  • complication de maladies infectieuses (ARVI, grippe), y compris chez les enfants (par exemple, les oreillons);
  • diverses maladies inflammatoires du testicule et de ses appendices (orchite, épididymite, etc.);
  • filariose (dommages aux ganglions lymphatiques causés par les helminthes) et autres maladies entraînant des dommages au système lymphatique
  • complication après des opérations chirurgicales – réparation d’une hernie, varicocélectomie (ablation des veines testiculaires dilatées et du cordon spermatique) – due à des dommages à la structure du cordon spermatique, en particulier des vaisseaux lymphatiques, tandis que l’absorption du liquide produit par la membrane vaginale est perturbée ;
  • insuffisance cardiovasculaire grave.

Ces maladies peuvent provoquer l’accumulation de sang dans le testicule et entraîner l’apparition d’une hydropisie. À l’exception de l’origine de l’hydropisie des testicules, les médecins divisent la maladie en 2 sous-catégories, selon la nature de l’évolution de la maladie : forme aiguë et chronique.

Selon la forme du flux, on distingue les types d’hydrocèle suivants:

  • aigu;
  • récurrent;
  • chronique.

Classement selon le type de fermeture du canal vaginal :

  1. Hydropisie communicante. Avec lui, le liquide passe librement entre la cavité abdominale et le scrotum.
  2. Non communicant (isolé). Ressemble à un kyste. Le liquide dans le scrotum est sous pression.

Symptômes de l’hydrocèle chez les garçons de moins de 3 ans et les nouveau-nés

Le plus souvent, l’hydropisie du testicule ne provoque ni douleur ni inconfort chez les garçons. Les symptômes de l’hydrocèle (voir photo) chez les nouveau-nés se retrouvent le plus souvent, car les parents effectuent souvent des procédures d’hygiène et trouvent des écarts par rapport à la norme.

Premiers signes visuels :

  • gonflement dans la région de l’aine;
  • une augmentation de la taille du scrotum sur deux ou un côté.

Si l’enfant est déjà capable d’exprimer ses sentiments, il peut alors se plaindre de la présence de douleur, de lourdeur et d’inconfort dans la zone de la base du pénis. Une forme compliquée de cette condition peut avoir les symptômes suivants :

  • malaise général;
  • nausée et vomissements;
  • des frissons;
  • augmentation de la température corporelle;
  • rougeur du scrotum;
  • douleur prononcée.

En pratique, les complications graves de l’hydrocèle surviennent du fait de la faute du patient, qui sont assez souvent des adolescents. La raison de ces statistiques est le fait qu’en raison de leur âge, ces garçons sont assez souvent simplement gênés de parler à leurs parents de l’existence d’un problème, au lieu de cela, ils cachent simplement soigneusement l’existence d’une situation désagréable. Cela conduit au fait que la maladie entre dans un stade avancé. Par conséquent, les parents doivent apprendre à leurs enfants à s’exprimer sur divers sujets, en particulier ceux liés à la santé de leur enfant.

Diagnostique

Il est nécessaire de distinguer l’hydropisie du testicule de la hernie inguinale, dans laquelle le scrotum s’agrandit également. Avec une hernie inguinale, vous pouvez réduire la hernie avec votre doigt. Pendant la réduction, un son caractéristique de “gargouillis” se fait entendre et le volume du scrotum diminue. Avec l’hydropisie du testicule, lorsque le conduit communique avec la cavité abdominale, la palpation provoque également une diminution du volume du scrotum, mais aucun son caractéristique n’est observé et la diminution du volume se produit beaucoup plus lentement.

Également dans le diagnostic de l’hydropisie, une méthode de recherche telle que la diaphanoscopie aide. L’essence de cette méthode est que le scrotum est translucide avec une lampe de poche. Étant donné que le liquide transmet bien la lumière, toutes les formations structurelles du scrotum sont clairement visibles. Si du pus s’accumule dans le scrotum, du sang ou s’il y a une formation de tumeur, ils ne laissent pas passer la lumière et le scrotum est peu translucide. Dans les cas difficiles, lorsqu’il est impossible d’exclure une maladie tumorale, une échographie du scrotum est effectuée, dans laquelle, avec l’hydropisie du testicule, le liquide libre est déterminé.

Traitement de l’hydrocèle chez les garçons

Chez les enfants de moins de 1 an atteints d’hydropisie congénitale non tendue du testicule en pédiatrie, il est d’usage de s’en tenir aux tactiques d’attente et à l’observation dynamique. Dans la plupart des cas, une telle hydrocèle ne nécessite pas d’intervention médicale et se résout d’elle-même lorsque le processus péritonéal est effacé.

  1. Avec l’hydropisie réactive du testicule chez les garçons, le traitement de la maladie sous-jacente est nécessaire. L’hydropisie tendue du testicule chez les garçons nécessite une ponction hydrocèle et l’élimination du liquide des membranes testiculaires. Cependant, dans ce cas, il existe une forte probabilité de réaccumulation de liquide dans le scrotum et la nécessité de ponctions répétées.
  2. La chirurgie en cas d’hydrocèle congénitale est recommandée à l’âge de 1,5 à 2 ans; post-traumatique – après 3-6 mois. après blessure. Le traitement chirurgical chez les garçons de moins de 2 ans est indiqué pour l’association d’une hydrocèle avec une hernie inguinale; hydrocèle tendue à croissance rapide récurrente ; infection hydrocèle.

Avec l’hydrocèle non communicante chez les garçons, des opérations de Winckelmann, Lord ou Bergman (chez les enfants de plus de 12 ans) sont effectuées. En cas de communication de l’hydropisie du testicule avec la cavité abdominale, l’opération de Ross est réalisée (ligature du processus péritonéal et formation d’une voie d’écoulement du liquide hydropique). Les rechutes d’hydrocèle chez les garçons surviennent dans 0,5 à 6% des cas, plus souvent à l’adolescence.

Caractéristiques de la préparation et du déroulement de l’opération

Techniquement, l’opération est simple. Elle est réalisée sous anesthésie générale (bien que l’intervention sous anesthésie locale soit plus facile à contrôler pour le médecin), tandis qu’une administration supplémentaire d’analgésiques dans la veine est possible. Pendant l’opération, la respiration et le rythme cardiaque sont nécessairement contrôlés. Elle dure une quarantaine de minutes et peut être pratiquée en ambulatoire. Immédiatement après l’opération, un sac de glace est placé sur la zone de la plaie pendant deux heures, après quoi le médecin doit appliquer un bandage de suspension, un suspenseur.

Dans quelques heures, l’enfant pourra déjà être autorisé à rentrer chez lui avec sa mère. Le soir, le bébé peut boire, et un peu plus tard, et manger. Grâce à l’anesthésie générale, l’enfant n’aura pas de stress psycho-émotionnel à la vue d’outils, d’inconnus en blouse blanche et d’odeurs incompréhensibles. De plus, il n’y aura pas de souvenirs désagréables de la procédure.

Les symptômes transitoires de douleur et d’inconfort sont mieux traités avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens conventionnels tels que le paracétamol ou l’ibuprofène. Après chaque changement de couche, il est recommandé de traiter la couture avec un antiseptique (Chlorhexidine, Betadine, etc.).

Après l’opération, vous ne pouvez pas :

  • toucher la plaie pour ne pas provoquer de saignement ou d’infection;
  • s’engager dans des jeux actifs, l’enfant n’a besoin que de paix;
  • mouiller la plaie avant de retirer les points de suture; mais en même temps, l’enfant peut se laver doucement.

Quelles complications peuvent survenir après le retrait de l’hydropisie des testicules?

La probabilité de survenue de complications postopératoires est extrêmement faible et s’élève à 1-2%. Ceux-ci inclus:

  • gonflement du scrotum;
  • changement de forme du scrotum;
  • infertilité (en cas de lésion des cordons spermatiques).

Comme le montre la pratique, après une intervention chirurgicale, l’hydropisie des testicules ne se développe plus. Malheureusement, les méthodes de traitement conservatrices efficaces n’existent pas aujourd’hui. S’il y a le moindre soupçon de développement d’une hydrocèle chez un nouveau-né, vous devez contacter le spécialiste traitant.

Prévoir

L’hydropisie congénitale se résout souvent d’elle-même.

Une opération chirurgicale bien réalisée permet de se débarrasser définitivement de la pathologie et d’éviter les complications.

Dans la plupart des cas, avec un traitement rapide, le pronostic est favorable. Dans ce cas, l’hydrocèle n’affectera pas les fonctions de procréation à l’avenir.

Opération hydrocèle

Lorsqu’un urologue diagnostique un patient atteint d’hydrocèle, il ne propose toujours qu’un seul traitement – chirurgical. Et il semblerait qu’il n’y ait aucun problème si la question concernait un bras ou une jambe, mais la chirurgie génitale est le pire cauchemar de presque tous les hommes, et donc, pour des raisons évidentes, vous voulez l’éviter de toutes les manières possibles, en essayant de guérir une maladie non invitée avec des méthodes conservatrices.

Alors la « question à un million de dollars » se pose : que se passera-t-il si vous n’opérez pas d’hydrocèle ? Est-il possible de guérir cette maladie d’une autre manière – par exemple, avec des médicaments, des compresses ou des massages ? Et sinon, quelles conséquences peuvent survenir si l’hydrocèle du testicule n’est pas du tout traitée? Pour répondre correctement à ces questions, vous devez d’abord parler un peu plus de la maladie elle-même.

En bref sur l’hydrocèle

Quels sont les symptômes?

L’hydrocèle (communément appelée “hydrocèle”) est une maladie urologique dans laquelle le liquide séreux commence à s’accumuler entre les membranes du testicule (parfois deux à la fois), provoquant une augmentation de sa (leur) taille.

Avec de petites accumulations de liquide, l’hydrocèle ne dérange pratiquement pas du tout le patient – sauf que le testicule agrandi attire immédiatement l’attention, aggravant l’attractivité externe de l’homme.

Si beaucoup de liquide s’est accumulé et que le testicule a acquis une taille impressionnante (parfois la taille d’un poing ou d’un œuf d’autruche), alors il n’est plus possible d’ignorer simplement le problème, car il devient inconfortable pour un homme de bouger : marcher, courir, avoir des rapports sexuels, etc. Cependant, même dans ce cas, la douleur ou l’activité sexuelle altérée n’est pas un symptôme caractéristique d’une hydrocèle, et donc de nombreux hommes, s’étant habitués aux nouvelles caractéristiques de leur corps et ayant appris pour utiliser un suspensorium (un bandage spécial pour les testicules), commencez à réfléchir à la façon d’être traité d’une manière ou d’une autre “différemment”, c’est-à-dire sans chirurgie.

Méthodes de traitement de l’hydropisie du testicule

Si une hydrocèle survient chez un enfant de moins de deux ans et que la maladie n’est pas aiguë, le seul «traitement» dans cette situation est la gestion en attente, car à cet âge, la maladie se résout le plus souvent d’elle-même sans aucune intervention médicale. Dans tous les autres cas, on montre aux patients que la chirurgie est le seul moyen efficace de résoudre le problème.

Pour le traitement médicamenteux de l’hydropisie du testicule, des médicaments antibactériens vasoconstricteurs sont utilisés – à la fois en interne et en externe. Cela aide à éliminer la douleur, les démangeaisons, l’inflammation et / ou le gonflement du scrotum, si de tels symptômes sont observés, mais une telle thérapie n’aide presque jamais à provoquer un écoulement indépendant de liquide.

Voies folkloriques

Les recettes de la médecine traditionnelle – compresses de sarrasin, décoction de persil dans le lait, etc. – ne sont rien d’autre qu’un moyen d’auto-apaisement, afin de “s’occuper la tête” avec quelque chose et de ne pas s’inquiéter de la maladie. Tous ces remèdes maison n’apportent pas de résultats pratiques.

Il s’avère qu’un patient avec une hydrocèle n’a que deux options :

ou être opéré et oublier le problème;

ou essayez d’oublier la maladie elle-même dans l’espoir que cette tactique d’attente ne se transformera pas en quelque chose de mauvais pour lui.

Mais, comme le montre la pratique urologique, la maladie progresse, entraînant de nombreuses complications indésirables.

5 complications possibles de l’hydrocèle testiculaire sans chirurgie

Dans la plupart des cas, l’hydrocèle se stabilise et passe dans la forme dite chronique, lorsque le testicule n’augmente plus, mais ne diminue pas non plus de taille. Si la stabilisation du processus ne se produit pas, le développement progressif de la maladie menace de multiples complications et conséquences. Voici quelques-uns des plus courants :

1. Violation de la circulation sanguine dans le testicule. À la suite d’une compression mécanique, la nutrition du testicule est perturbée, ce qui peut entraîner son atrophie ou son hypogonadisme (diminution de la production d’hormones sexuelles), ce qui entraîne souvent une diminution de la fertilité masculine (la capacité de concevoir). De plus, les troubles circulatoires au niveau du testicule provoquent souvent une dysfonction érectile persistante, pouvant aller jusqu’à l’impuissance complète.

2. Infection du contenu de l’hydropisie. Le liquide séreux qui s’accumule entre les membranes du testicule peut être infecté en raison d’un processus inflammatoire ou d’une hémorragie dans le testicule. Au cours de l’évolution aiguë de l’infection, les patients ressentent une douleur et une rougeur sévères du scrotum, des frissons et des nausées, ainsi que de la fièvre. Si l’infection est asymptomatique, les hommes peuvent avoir une fertilité réduite.

3. Calcification du liquide séreux. Compactage progressif du liquide séreux, provoquant une compression mécanique du testicule jusqu’à l’arrêt de son apport sanguin, si le patient ne cherche obstinément pas d’aide médicale.

4. Développement d’une hernie inguinale. Parfois, avec une hydrocèle, une extrusion spontanée d’une partie de l’intestin, de l’épiploon ou de la vessie dans le processus vaginal se produit, à la suite de quoi l’hydropisie du testicule est compliquée par l’apparition d’une hernie inguinale – de plus, le plus souvent non réduite , c’est-à-dire nécessitant une opération distincte.

5. Rupture de l’hydrocèle. Avec une hydropisie importante, lorsque la pression dans la cavité des membranes testiculaires est trop élevée, une rupture d’hydrocèle peut survenir – la plus grave de toutes les complications possibles. La rupture s’accompagne de douleur, d’enflure et d’une augmentation rapide de l’inflammation du scrotum. Un traumatisme, une activité physique intense ou un amincissement des membranes testiculaires à la suite d’un processus inflammatoire peuvent provoquer une rupture.

Il ne faut pas oublier qu’avec une taille importante de l’un des testicules, les jeux sexuels avec son utilisation peuvent devenir difficiles pour une femme et désagréables pour l’homme lui-même, ce qui apporte un inconfort tangible à la vie sexuelle habituelle d’un couple amoureux.

Conclusion

La conclusion finale est assez évidente : l’hydrocèle testiculaire, même en l’absence de douleur ou de toute autre sensation perturbatrice, est une « bombe à retardement » qui peut « s’activer » à tout moment. C’est pourquoi, si un urologue recommande d’opérer l’hydropisie du testicule, mieux vaut le faire tout de suite, sans attendre que les complications énumérées ci-dessus se couchent sur la table d’opération.

Testicule hydropique chez les hommes

L’hydrocèle testiculaire (hydropisie) est une maladie caractérisée par une accumulation excessive de liquide dans la cavité située autour de l’organe, entraînant une augmentation du testicule et de son inflammation. La maladie peut se manifester chez les enfants et les adultes.

Le traitement de l’hydrocèle peut être non chirurgical (sclérose des membranes testiculaires) et chirurgical. Cela dépend de plusieurs facteurs, notamment de l’âge du patient. On pense que plus tôt le traitement est commencé, meilleur est le résultat final.

Ce que c’est?

L’hydropisie du testicule (hydrocèle) est l’accumulation de liquide entre les feuillets du testicule, due à une hyperproduction de mucus par la membrane vaginale du testicule. La manifestation externe de la maladie est une augmentation significative du scrotum, de sorte que le diagnostic de la maladie n’est pas difficile.

causes

Les raisons fiables de l’accumulation de liquide en excès dans le testicule n’ont pas encore été établies. Les médecins distinguent 2 formes de la maladie – congénitale et acquise.

Dans le premier cas, l’hydropisie est détectée chez les nouveau-nés. Il passe par lui-même à environ 1,5-2 ans. La survenue de pathologies chez les garçons est due à des anomalies dans le développement du fœtus.

Dans ce cas, le processus vaginal ne se développe pas complètement, ce qui crée la possibilité d’un échange de liquide entre le scrotum et la cavité abdominale. La maladie survient le plus souvent au cours d’un déroulement anormal de la grossesse.

La forme acquise d’hydrocèle peut se développer sous l’influence de tels facteurs:

  1. Lésions traumatiques de l’aine, qui provoquent une violation de l’échange de fluides.
  2. Lésions inflammatoires du système génito-urinaire, qui sont associées à une infection par des infections sexuelles, une vésiculite, une orchite, etc.
  3. Troubles du flux lymphatique, en particulier dans la région de l’aine. Dans ce cas, un gonflement des jambes peut également être présent.
  4. Problèmes circulatoires. Dans une telle situation, il existe généralement des maladies du cœur et des vaisseaux sanguins.
  5. Maladies du rectum, qui peuvent provoquer le développement d’une hydrocèle symptomatique.
  6. Formations tumorales d’origine différente. Ils peuvent être bénins ou malins. Cela perturbe l’échange normal des fluides, ce qui provoque une stagnation.

Il existe également des facteurs externes qui augmentent le risque de développer une anomalie. Cette catégorie comprend les éléments suivants :

  • chirurgie – par exemple, pour le traitement de la varicocèle ou de la hernie inguinale;
  • augmentation de l’activité physique – peut provoquer une congestion.

Toutes ces raisons provoquent un blocage complet ou partiel des canaux excréteurs, ce qui provoque l’accumulation de liquide.

Symptômes et photos

Avec le développement de l’hydropisie du testicule chez l’homme, les principaux symptômes sont inexprimés et dans la plupart des cas absents. L’accumulation de liquide à l’intérieur des membranes du testicule est indolore et entraîne une augmentation progressive de la taille du scrotum. Dans certains cas, le volume de liquide accumulé peut augmenter brusquement (dans les maladies inflammatoires aiguës ou au début de la période postopératoire).

Une augmentation du scrotum avec hydropisie peut atteindre 10 centimètres de diamètre ou plus, ce qui entraîne:

  • ces patients signalent une gêne pendant les rapports sexuels
  • difficulté à marcher, miction, sensation de lourdeur
  • une caractéristique d’une hydrocèle est l’incapacité de déterminer les contours du testicule en raison d’une accumulation accrue de liquide;
  • au toucher, le scrotum devient dense, avec une éclaboussure notable de liquide à l’intérieur des membranes, la palpation ne provoque pas de douleur.

Dans les maladies infectieuses graves, l’exsudat peut être suppuré, ce qui conduit au développement d’un pyocèle. Cette condition est considérée comme une complication de l’hydropisie et se manifeste par une forte détérioration de l’état du patient, une augmentation de la température corporelle et la propagation de l’inflammation aux tissus environnants. Dans ce cas, des sensations douloureuses dans la zone du foyer inflammatoire sont souvent notées.

En plus de la pyocèle, l’absence de traitement rapide peut entraîner des conséquences telles que l’hydropisie du testicule:

  • saignement à la suite d’une lésion vasculaire avec développement d’hématocèle (accumulation de sang entre les membranes du testicule);
  • compression des vaisseaux sanguins testiculaires. Cette condition conduit à une atrophie testiculaire et à une altération de la fonction reproductrice;
  • développement d’une hernie scrotale;
  • rupture des membranes due à un étirement excessif dû à une accumulation excessive de liquide.

Diagnostique

Auparavant, le stade de la maladie était détecté lors de l’examen, de la palpation du scrotum et de la réalisation de tests dont le but était d’identifier l’état des veines. Les vaisseaux peuvent être gonflés mais invisibles, ou dilatés et saillants. Chez de nombreux hommes, la pathologie veineuse est visuellement visible lorsque le patient sollicite la presse abdominale. L’analyse d’urine révèle le travail des reins avec hydropisie des testicules.

Le médecin clarifie les données obtenues en procédant à une échographie, ce qui permet de déterminer si le patient souffre d’hypertension veineuse. L’échographie associée à la dopplerographie vous permet de connaître l’état de la circulation sanguine dans les testicules, les reins. Les hommes en bonne santé ne souffrent pas de reflux veineux (flux sanguin inversé lorsque les valves sont endommagées). En analysant le liquide séminal, on peut juger de la viabilité des spermatozoïdes. La maladie de l’hydropisie est déterminée uniquement par un médecin, les rendez-vous indépendants sont exclus.

Conséquences possibles

Les hommes ont peur des opérations et préfèrent venir chez le médecin pour pomper du liquide à de courts intervalles. Mais en fait, ce n’est pas la meilleure option, car on sait bien quelles complications la maladie peut entraîner sous une forme chronique. Nous listons les dangers d’un traitement inadéquat ou intempestif :

  1. Développement de l’infertilité;
  2. Atrophie testiculaire, due à des troubles circulatoires ;
  3. Serrage des testicules, entraînant une violation de la spermatogenèse;
  4. Défaut visuel, ce qui conduit à une augmentation du scrotum. Parfois, même les vêtements ne peuvent pas cacher la pathologie.
  5. Diminution de la puissance et de la douleur pendant l’érection ;
  6. L’apparition de points nécrotiques ou la mort des tissus internes.

Rappelez-vous quelques recommandations pour réduire le risque d’hydropisie. Protégez votre aine des coups directs et des blessures, traitez les maladies infectieuses et vénériennes à temps. Il est également conseillé de ne pas surchauffer ou trop refroidir la zone du scrotum. Portez des sous-vêtements confortables qui ne compriment pas les organes génitaux.

Les dangers de l’automédication

Comment traiter cette condition pathologique à la maison et une compresse saline aidera-t-elle à l’hydrocèle testiculaire?

Dans les articles sur le traitement de cette pathologie sur de nombreux sites Internet, vous pouvez facilement trouver des recommandations pour l’utilisation de diverses pommades, des formulations orales (au miel et au radis), des lotions à la décoction de pois, des compresses, y compris des compresses de sel, à l’infusion de camomille, à l’oignon jus, bouillie de fleurs de plantes diverses, etc.

Nous devrions rendre hommage à certains auteurs de tels articles – ils ont émis une réserve selon laquelle un traitement avec des remèdes populaires est possible avec une “forme faible (?)” de la maladie. Cependant, les méthodes de médecine traditionnelle dans cet état pathologique non seulement n’aident pas, mais entraînent une perte de temps et, de plus, peuvent contribuer à une accumulation plus rapide de liquide, au développement de l’infertilité masculine et d’autres complications.

Traitement hydrocèle

Si l’hydrocèle se déroule sans complications, son traitement n’est pas difficile et la méthode principale est la chirurgie, sauf lorsque, pour une raison ou une autre, le patient ne peut pas tolérer ce type d’intervention et que les ponctions, la sclérothérapie sont indiquées.

Les formes réactives apparues à la suite du développement de maladies primaires sont traitées après la guérison de la maladie sous-jacente. On observe une hydropisie chez les enfants de moins d’un an et demi, car elle tend à disparaître d’elle-même après la fusion du processus péritonéal. Si cela ne s’est pas produit, l’opération est également indiquée.

Opération pour hydrocèle

L’opération pratiquée pour l’hydropisie du testicule s’appelle l’hydrocélectomie, dont il existe aujourd’hui plusieurs options. Les principales méthodes d’intervention chirurgicale sont les opérations de Lord, Bergman et Winkelman. Toutes sont des interventions simples réalisées sous anesthésie locale, et chacune d’elles est utilisée dans certaines situations cliniques. Le type d’opération est déterminé dans chaque cas directement lors de l’intervention chirurgicale.

Avec l’hydropisie volumétrique et dans le cas d’une hydrocèle ancienne, l’opération de Bergman est préférable: le chirurgien dissèque le scrotum et les membranes testiculaires en couches dans la région de la surface antérieure de la formation ressemblant à une tumeur; le testicule, avec la coque principale, pénètre dans la plaie, après quoi il pompe le liquide accumulé entre les feuilles de la coque avec une seringue. Après cela, il ouvre la coquille, l’excise, si nécessaire, et met des sutures sur ses restes.

Le testicule est à nouveau immergé dans le scrotum, la plaie est suturée avec du catgut et, afin d’éviter la récurrence de l’hydropisie, laisse un petit drainage de caoutchouc, qui doit être retiré après quelques jours. Une fois l’opération terminée, un sac de glace est appliqué sur la zone de la plaie.

Période postopératoire

La période de rééducation n’implique pas une surveillance et un contrôle à long terme de l’état du patient. Les hommes qui ont subi une intervention chirurgicale pour l’hydropisie des testicules peuvent reprendre un rythme de vie normal, sans limitations fonctionnelles, presque immédiatement après le traitement.

Selon les revues, immédiatement après l’opération, l’homme doit être transféré dans la salle d’observation, où l’évaluation et le contrôle des principaux signes vitaux sont effectués et la plaie postopératoire est vérifiée pour le saignement. Un extrait est réalisé le jour même avec des recommandations pour surveiller l’état à domicile.

Un rendez-vous de contrôle est prescrit quelques jours après l’opération afin d’évaluer la dynamique de cicatrisation de la plaie et d’exclure son infection. Le gonflement des tissus peut persister plusieurs mois après l’opération d’élimination de l’hydropisie du testicule. Si, au cours de cette période, l’état général du patient se détériore, si des rougeurs apparaissent dans la zone d’intervention chirurgicale ou si la température corporelle augmente, vous devez immédiatement consulter un médecin.

Prévoir

Dans la grande majorité des cas, le pronostic d’une hydrocèle acquise est favorable – elle disparaît d’elle-même ou après une intervention chirurgicale.

Lors du retrait d’une grande hydrocèle, des rechutes de la maladie sont possibles. Les cas de décès de patients à la suite du traitement chirurgical de l’hydrocèle ne sont pas enregistrés.

Diagnostic et traitement de la spermatocèle

Le diagnostic de spermatocèle effraie de nombreuses personnes nécessitant une intervention chirurgicale. Quelles sont les méthodes modernes de traitement de cette pathologie, experts du Dr. AkNer.

La formation d’un kyste dans le testicule ou dans l’appendice séminal est appelée spermatocèle. Il accumule le liquide séminal et les spermatozoïdes et est une formation de nature fibreuse. La pathologie peut entraîner de graves complications, elle nécessite donc la consultation et la supervision d’un spécialiste.

Étiologie de la maladie

Le diagnostic de spermatocèle n’est posé que par un médecin. La maladie est de nature congénitale et acquise. Le premier groupe comprend les pathologies du développement intra-utérin. La seconde est une conséquence des raisons suivantes :

traumatisme génital;

changements hormonaux dans le corps (puberté ou pause androgénique);

processus inflammatoires du testicule, du canal déférent, des vésicules séminales ou des appendices.

La cause de la spermatocèle est l’obstruction de l’écoulement de liquide et son accumulation dans l’épididyme. Cela provoque la formation d’une cavité kystique, où le secret s’accumule. Ce dernier peut contenir de l’épithélium, du plasma séminal, des leucocytes, des spermatozoïdes.

En raison de dommages aux conduits, l’évacuation rapide du secret est perturbée, ce qui entraîne l’accumulation de liquide et la croissance du kyste. Dans certains cas, la formation peut avoir plusieurs chambres.

Quelle est la caractéristique de la pathologie?

Au début, la maladie passe généralement inaperçue. La pathologie se développe lentement, n’affecte pas la miction, la fonction sexuelle et reproductive. Les premiers symptômes de la spermatocèle ne s’observent que lorsque le kyste est volumineux. Un homme peut remarquer des douleurs pendant la position assise, l’activité physique, le coït. Un kyste de taille suffisamment grande peut être ressenti librement avec vos doigts.

Comment diagnostique-t-on une spermatocèle ?

Le médecin procède à un examen visuel du scrotum, la palpation permet de déterminer le diamètre du kyste et son contour. Pour clarifier davantage le diagnostic, le spécialiste peut prescrire une échographie. Cela vous permettra de déterminer l’emplacement et l’ampleur du problème.

Pour clarifier la nature du néoplasme et sa morphologie permet une diaphanoscopie ou un examen avec des rayons lumineux. La spermatocèle transmet bien un faisceau lumineux, contrairement aux formations oncologiques.

Thérapie

Le traitement de la petite spermatocèle implique une gestion en attente. Si le néoplasme ne dérange pas et n’augmente pas, il est nécessaire d’observer régulièrement l’urologue. Si le kyste progresse, il existe un risque de rupture de la formation kystique ou de suppuration, le médecin recommandera une intervention chirurgicale.

N’ayez pas peur : la spermatolécectomie est une petite opération pratiquée sous anesthésie locale. À l’aide d’un équipement optique, le médecin pratique une incision minimale sur le scrotum et exfolie le néoplasme à la surface. Avec une telle intervention, ni le tissu testiculaire ni l’épididyme ne souffrent.

Après ablation du kyste de l’épididyme, il est obligatoirement transféré à un examen histologique afin d’étudier sa structure et d’exclure un caractère oncologique.

Il est important de comprendre que bien que l’intervention soit mineure, le succès du traitement et l’absence de complications dépendent de la qualité de l’opération. Le Centre d’urologie Dr.AkNer offre une assistance qualifiée dans le traitement de la spermatocèle. Nous employons des spécialistes expérimentés, nous disposons de l’équipement médical le plus récent.

Période postopératoire

Dans les deux jours suivant l’opération, le patient doit porter un suspensorium qui soutiendra le scrotum en position surélevée. En outre, il est conseillé aux patients d’appliquer du froid pour réduire le risque d’enflure et d’ecchymoses.

Pour réduire la douleur, prenez des analgésiques et des anti-inflammatoires.

Complications

L’élimination de la spermatocèle, bien qu’il s’agisse d’une méthode radicale, est très efficace. Si cette pathologie n’est pas traitée, elle se développera et pourra entraîner une altération de la fonction reproductrice et l’infertilité. Avec une thérapie opportune, la santé reproductive d’un homme est complètement restaurée.

Des complications sont possibles après la chirurgie. Parmi les plus fréquents, citons :

  • saignement sur le scrotum;
  • processus cicatriciel prononcé;
  • obstruction du tractus séminal;
  • dommages aux vaisseaux testiculaires.

Pour prévenir les complications et rendre le traitement efficace, contactez les spécialistes. La vaste expérience des médecins de la clinique Dr.AkNer garantit d’excellents résultats et des soins médicaux qualifiés.

Traitements palliatifs

Dans certains cas, il est possible d’éviter l’excision du kyste de l’épididyme. Le médecin effectue une série de manipulations visant à réduire la taille du néoplasme. Il existe deux types d’interventions :

la sclérothérapie, une méthode d’injection qui implique l’introduction d’un médicament pour coller les parois du kyste ;

aspiration, élimination du contenu du kyste avec une seringue.

Les deux méthodes sont utilisées moins fréquemment que la chirurgie, car la probabilité de récidive est élevée.

Prévention de la pathologie

Lorsque vous vous demandez comment traiter la spermatocèle, vous devez vous rappeler des mesures préventives. Les urologues expérimentés recommandent les règles suivantes:

traiter en temps opportun les maladies inflammatoires du système reproducteur;

respecter l’hygiène des relations sexuelles;

utiliser un préservatif pour les contacts douteux ;

aux premiers signes de maladie, contactez rapidement un urologue;

éviter les blessures et l’hypothermie des organes génitaux;

une fois tous les six mois, subir un examen préventif par un spécialiste.

À la clinique Dr.AkNer de Moscou, vous pouvez subir rapidement et à peu de frais un examen préventif, obtenir le diagnostic et le traitement des maladies de la région génitale masculine.

Poser une question ou prendre rendez-vous

Entrez votre nom et votre numéro de téléphone. Les administrateurs de la clinique Dr. AkNer vous contactera et prendra rendez-vous avec un médecin à un moment qui vous conviendra.

Anthrax

L’anthrax est un processus inflammatoire de nature purulente-nécrotique. Il se produit dans la peau et capture plusieurs follicules pileux, ainsi que du tissu sous-cutané, des glandes sébacées. Habituellement, l’inflammation est causée par une infection à staphylocoque doré, qui se développe dans un contexte d’immunité affaiblie.

Le plus souvent, la formation est localisée sur le visage, la nuque, les fesses et le dos. Les hommes sont les plus touchés par le problème. Il existe également une dépendance à la période de l’année – une telle inflammation est plus fréquente en été.

Symptômes et complications

Attribuez les symptômes locaux et généraux de l’anthrax. Local – c’est ce qui se passe sur la peau. Un sceau sous-cutané assez grand y apparaît, ce qui fait mal, se distingue par une cyanose et des rougeurs. Également sur l’inflammation, des abcès sont visibles. Si la formation s’ouvre, du pus, une masse jaune-vert, en est libéré. Un ulcère reste au site de suppuration, il peut cicatriser.

Les symptômes courants de l’anthrax comprennent :

  • Augmentation de la température corporelle. Elle peut monter jusqu’à 40 degrés et s’accompagner de frissons.
  • Mauvais pressentiment. Il y a une faiblesse, une douleur générale du corps, des maux de tête.
  • Problèmes d’appétit, ainsi que nausées, vomissements.
  • Tachycardie.
  • Agrandissement des ganglions lymphatiques régionaux.

Si vous ne cherchez pas d’aide médicale, l’anthrax sur la peau peut entraîner de graves complications, notamment un abcès, une inflammation des ganglions lymphatiques, une ostéomyélite (processus purulent dans les os), une méningite, une septicémie avec risque de décès. Étant donné que dans certains cas, les complications peuvent être extrêmement dangereuses, vous ne devez pas retarder une visite chez le médecin – un traitement rapide de l’anthrax aidera à ne pas conduire à une situation dangereuse.

étapes

Il y a trois étapes dans le développement d’un anthrax.

  • 1er. Elle survient en moyenne du huitième au douzième jour du début de la maladie. Ensuite, le patient remarque des nodules denses sous la peau, se fondant progressivement en un seul joint atteignant six centimètres de diamètre. Le phoque fait mal, s’élève au-dessus de la peau. Il est bleu à l’intérieur et rouge à l’extérieur.
  • 2ème. Elle survient au treizième ou vingtième jour et se manifeste par la formation de plusieurs abcès dont la surface s’ouvre et laisse échapper un écoulement purulent (souvent avec des impuretés sanglantes).
  • 3ème. En règle générale, la troisième étape couvre le vingtième ou le trentième jour et se caractérise par le développement d’un ulcère. Elle peut être très profonde, affectant les tissus musculaires.

Si la situation est compliquée par une maladie infectieuse, ces étapes peuvent même être accélérées deux fois.

Les raisons

La principale cause de l’anthrax est que le staphylocoque doré (le plus souvent), le streptocoque, E. coli ou d’autres agents pathogènes pénètrent dans la peau. Il est important de comprendre que l’inflammation se développe dans le contexte d’une immunité réduite et de facteurs provoquants supplémentaires – c’est-à-dire que plusieurs conditions doivent se développer.

Les facteurs provoquants dans ce cas incluent:

  • Plaies de nature différente sur la peau. Il peut s’agir de petits dommages causés par le frottement des vêtements ou de marques d’acné expulsées, de coupures – n’importe quoi.
  • Non-respect des règles d’hygiène personnelle.
  • Travail trop actif des glandes sébacées, peau grasse.

Il existe également des raisons qui affectent l’affaiblissement global de l’immunité:

  • Hypothermie de divers types.
  • Stress régulier et chronique.
  • Épuisement physique dû au surmenage, à la malnutrition, aux conditions de vie difficiles, etc.
  • Avitaminose (hypovitaminose).
  • Maladies, conditions qui réduisent l’immunité. Ce ne sont pas seulement des immunodéficiences comme le VIH, mais aussi des choses relativement « inoffensives » comme le surpoids.
  • Mauvaises habitudes : boire de l’alcool, fumer, auto-sélection de médicaments sans tenir compte des caractéristiques du corps.
  • Certaines maladies du tractus gastro-intestinal, du foie et des reins.

Souvent, ces causes d’anthrax travaillent ensemble.

Diagnostique

En règle générale, le diagnostic d’anthrax ne pose pas de difficultés particulières – déjà lors d’un examen visuel, le médecin comprend à quel problème il est confronté. Pour établir un diagnostic précis, une analyse de sang générale et biochimique et une analyse d’urine sont également prescrites.

Traitement

Pour que le traitement de l’anthrax soit efficace, il est développé en fonction du stade auquel se trouve le problème.

La phase initiale – lorsque l’éducation commence à peine à mûrir – nécessite les mesures suivantes :

  • Irradiation UV de l’inflammation.
  • Blocage antibactérien. La peau est coupée avec des préparations spéciales afin que l’infection n’aille pas plus loin.
  • Traitement de surface avec des composés antiseptiques.
  • L’utilisation d’onguents spéciaux pour détruire l’infection, réduire l’inflammation et soulager la douleur.
  • L’utilisation d’analgésiques (également pour soulager la douleur).
  • La prise d’antibiotiques par voie orale est individuelle. Le médecin décide de prendre ces médicaments en fonction de l’état du patient.

Si le problème est détecté à temps et que le traitement est commencé, l’anthrax se résoudra et l’inflammation n’ira pas plus loin.

En présence de contenu purulent (au deuxième stade), le traitement comprend les éléments suivants :

  • Blocage antibactérien.
  • Antibiotiques à l’intérieur.
  • Effets sur l’inflammation avec la chaleur. Cela est nécessaire pour que la formation s’ouvre et que le pus commence à sortir.
  • Pansements spéciaux pour soulager l’inflammation, l’action antiseptique et le soulagement de la douleur.
  • Désinfecter la zone exposée (si cela s’est produit) avec du peroxyde ou d’autres moyens.

S’il s’agissait de formations nécrotiques, le traitement comprend nécessairement l’ouverture chirurgicale et le nettoyage du pus, des tissus morts. De plus, l’opération est prescrite si l’anthrax est trop gros ou situé sur le visage. Le très mauvais état de santé du patient peut également devenir une indication – même si l’inflammation est encore au deuxième stade. Après la chirurgie, les patients se voient également prescrire des antibiotiques.

Les méthodes physiothérapeutiques sont largement utilisées dans le traitement. Ils sont généralement utilisés soit après la chirurgie, soit pendant la phase de maturation. Le renforcement de l’immunité est d’une grande importance pour la récupération et la prévention des récidives – le bon mode de vie, une alimentation de qualité, l’utilisation de vitamines, etc.

Actions interdites

Comment traiter l’anthrax est un côté de la médaille. Il est également important de savoir comment le traiter n’en vaut pas la peine. Si vous rencontrez un tel problème, il est strictement interdit :

  • Pressez le pus ou perturbez d’une manière ou d’une autre la formation à n’importe quel stade.
  • Massez la zone enflammée.
  • Utilisez indépendamment des onguents ou des médicaments (y compris les médicaments traditionnels).
  • Buvant de l’alcool.

Aux premiers signes d’anthrax sur la peau, vous devez immédiatement consulter un médecin – un dermatologue ou un chirurgien, si le problème est déjà allé loin. JSC “Medicina” vous aidera certainement à résoudre ce problème à tout moment – ne retardez pas la visite d’un spécialiste.

La prévention

La prévention de l’anthrax comprend des étapes simples :

  • Respect des règles d’hygiène personnelle.
  • Traitement de toutes les plaies avec des agents antiseptiques.
  • Un mode de vie sain dans tous les sens : abandonner les mauvaises habitudes, une bonne nutrition, une activité modérée et éviter le stress.
  • Traitement rapide de toutes les maladies, y compris les maladies infectieuses.
  • Protection du corps contre l’hypothermie.

Ces mesures simples deviendront la prévention de l’anthrax et de nombreuses autres maladies désagréables.

Questions et réponses

Est-il possible de guérir l’anthrax avec des méthodes folkloriques?

Très probablement, cela conduira au fait que la situation va empirer. Ne vous soignez pas vous-même – demandez de l’aide médicale professionnelle.

Pourquoi l’anthrax est-il dangereux ?

Dans les cas particulièrement avancés, cela peut entraîner une septicémie et la mort. Dans d’autres situations, diverses complications désagréables telles que la méningite peuvent se développer. Il s’agit d’une inflammation plutôt dangereuse qui ne peut être ignorée.

En quoi un anthrax est-il différent d’un furoncle?

Si c’est très simple, alors l’ébullition est une inflammation locale, et l’anthrax affecte tout l’état du corps et a une grande zone affectée.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *