Hernie de l’œsophage Hernie de l’orifice œsophagien du diaphragme Hernie diaphragmatique Hernie paraœsophagienne

Une hernie de l’œsophage est un déplacement récurrent de l’extrémité ventrale de l’œsophage, la partie cardiale de l’estomac, parfois des anses intestinales dans le médiastin postérieur par l’ouverture œsophagienne du diaphragme. Se manifeste par des douleurs dans la région épigastrique et la poitrine, toux, vomissements avec traînées de sang, hoquet. Le diagnostic repose sur la radiographie des organes abdominaux et thoraciques, l’endoscopie. Aux stades initiaux, une hernie de l’œsophage nécessite le respect de certaines mesures conservatrices (perte de poids, refus des ceintures et des ceintures serrées, dormir avec la tête surélevée), avec leur inefficacité et le développement d’un reflux gastro-œsophagien sévère, traitement chirurgical est nécessaire.

Contents

CIM-10

informations générales

La hernie de l’œsophage (hernie diaphragmatique, hernie de l’ouverture œsophagienne du diaphragme) est une maladie chronique récurrente caractérisée par le mouvement de la section abdominale initiale du tube digestif dans la région supraphrénique à travers l’ouverture naturelle (œsophagienne) du diaphragme. Le plus souvent, l’extrémité abdominale de l’œsophage et le cardia de l’estomac sont déplacés dans la cavité thoracique. La base de la pathogenèse d’une hernie de l’œsophage est une augmentation de la pression intra-abdominale et un affaiblissement de l’appareil ligamentaire dans la région de l’ouverture œsophagienne du diaphragme.

C’est pourquoi la pathologie touche principalement les femmes (cela est dû à la grossesse) et les personnes âgées. Ainsi, jusqu’à 40 ans, la prévalence de la maladie n’est que de 10%, et après 70 ans – déjà 70% des cas. Il a également été observé que les résidents des pays développés sont plus susceptibles de souffrir de cette condition. Ce fait est associé aux habitudes alimentaires – manger des aliments pauvres en fibres entraîne de la constipation et un stress important lors des selles, ce qui entraîne à son tour une augmentation de la pression intra-abdominale et la formation d’une hernie. Chez les patients des services de gastro-entérologie, la hernie de l’œsophage est détectée 6 fois plus souvent que dans la population générale.

Les raisons

L’apparition d’une hernie de l’œsophage repose sur deux facteurs pathogéniques : un affaiblissement de l’appareil ligamentaire qui fixe la partie cardiaque de l’estomac et une augmentation de la pression intra-abdominale. Si le premier facteur est le plus souvent associé à des caractéristiques congénitales, la constipation, l’augmentation des flatulences, l’ascite, le surpoids, la grossesse et l’activité physique excessive peuvent entraîner une augmentation de la pression dans la cavité abdominale.

Il existe également un certain nombre de facteurs conduisant au raccourcissement de l’œsophage et à la traction ultérieure de son extrémité abdominale et de la partie cardiale de l’estomac dans le médiastin. Ces facteurs comprennent certaines maladies de l’œsophage, des malformations cardiaques. Les conditions qui augmentent le risque de hernie œsophagienne comprennent l’obésité, la maladie pulmonaire obstructive chronique, la constipation, les flatulences, les vomissements fréquents, la grossesse, la vieillesse, diverses dysplasies du tissu conjonctif, l’ascite.

Pathogénèse

Le déplacement des parties inférieures de l’œsophage et de la partie cardiale de l’estomac dans la poitrine se produit sans la participation du péritoine, de sorte que la hernie de l’œsophage n’a pas de sac herniaire. Après la formation d’une hernie, le nerf vague se détend considérablement, l’angle de His disparaît (un angle aigu auquel l’œsophage s’écoule dans l’estomac empêche les aliments de retourner dans l’œsophage), le mécanisme valvulaire du cardia cesse de fonctionner (il prévient le reflux gastro-oesophagien). En raison de ces mécanismes, la circulation sanguine dans la section cardiaque de l’estomac est perturbée; cela conduit à l’aggravation du reflux gastro-oesophagien, et par conséquent à la progression de la hernie.

Classification

Selon les parties du tube digestif qui pénètrent dans l’ouverture œsophagienne du diaphragme, on distingue trois types de hernies œsophagiennes: glissantes ou axiales (l’œsophage, le cardia de l’estomac sont déplacés dans le médiastin postérieur); para-œsophagien (la partie inférieure de l’œsophage et le cardia de l’estomac restent sous le diaphragme, et seul le bas de l’estomac pénètre dans la cavité thoracique) et mixte (combine les propriétés des hernies axiales et para-œsophagiennes).

Symptômes d’une hernie de l’œsophage

Souvent, même les grandes saillies herniaires n’apparaissent en aucune façon. Les hernies énormes avec pénétration dans le médiastin postérieur de la plupart de l’estomac et des intestins ont l’évolution la plus sévère. La détection de la pathologie est étroitement liée au diagnostic de reflux gastro-oesophagien, cependant, il est à noter que la progression de la hernie n’aggrave le plus souvent pas l’évolution du RGO. La manifestation la plus courante de la maladie est la douleur.

La douleur peut survenir dans la région épigastrique, l’hypochondre gauche, dans la région du cœur. L’intensité de la douleur est généralement étroitement liée au moment du repas et à son volume – une douleur intense survient immédiatement après avoir mangé, et plus le repas est abondant, plus la douleur est intense. La douleur est aggravée par la flexion, la flexion du torse, l’activité physique. Les symptômes de la douleur peuvent être réduits en prenant des antiacides. Parfois, la douleur dans la hernie de l’œsophage peut ressembler à une crise d’angine de poitrine.

D’autres symptômes moins courants comprennent des vomissements (souvent striés de sang), des épisodes de cyanose, une respiration retenue pendant le sommeil, un gonflement du côté gauche de la poitrine, des brûlures d’estomac, des éructations acides, de la toux, des difficultés à avaler et le hoquet.

Complications

La hernie de l’œsophage est souvent compliquée par le développement d’une œsophagite d’origine par reflux, d’ulcères de l’œsophage, de sténoses cicatricielles avec raccourcissement de l’œsophage. Un ulcère peptique peut se former dans l’estomac, qui s’abstient obstinément de traitement, souvent compliqué par des saignements, des perforations. En présence d’une hernie para-œsophagienne, l’intestin peut se déplacer dans le médiastin avec le développement de son atteinte et de l’obstruction intestinale.

En raison de douleurs intenses qui surviennent immédiatement après avoir mangé, les patients peuvent éprouver une aversion pour la nourriture, entraînant une perte de poids importante et une malnutrition. Du côté du système respiratoire, des épisodes d’arrêt respiratoire pendant le sommeil, le développement d’une pneumonie par aspiration due à la régurgitation du contenu de l’estomac sont possibles.

Diagnostique

L’examen des patients est effectué par un gastro-entérologue et un chirurgien abdominal. Les deux principales méthodes de diagnostic de la hernie œsophagienne – radiographie et endoscopie – ne fournissent ensemble que 85% de la fiabilité du résultat. Une consultation avec un endoscopiste est nécessaire pour l’oesophagogastroduodénoscopie.

Au cours de l’endoscopie, un œsophage inchangé est visualisé, autour de la partie inférieure duquel le diaphragme se ferme rythmiquement (au rythme des mouvements respiratoires), ou la section cardiaque de l’estomac est vue en saillie circulaire dans la lumière de l’œsophage – ce sont les plus fiables critères de hernie de l’oesophage. Cependant, il convient de rappeler que ces signes peuvent également être observés en raison de mouvements de vomissements qui se produisent souvent lors du passage d’un endoscope dans le pharynx, ce qui entraîne une fréquence élevée de surdiagnostic de hernie œsophagienne. Dans la plupart des cas, l’endoscopie ne peut diagnostiquer que le reflux du contenu de l’estomac dans l’œsophage.

Le diagnostic radiographique de la hernie diaphragmatique est réalisé en plusieurs étapes. Tout d’abord, une radiographie d’enquête des organes abdominaux est effectuée, sur laquelle l’ombre de l’œsophage, l’emplacement des dômes du diaphragme et la bulle de gaz de l’estomac sont enregistrés. À l’étape suivante, une radiographie de l’œsophage et une radiographie de l’estomac sont réalisées avec l’introduction d’un contraste en position verticale. Au passage du produit de contraste dans le tube digestif, le taux de vidange gastrique est évalué.

Au troisième stade, les images sont prises en position horizontale et avec la tête abaissée. Normalement, le mécanisme de verrouillage du cardia et l’angle de His empêchent le mouvement inverse de la suspension de baryum dans l’œsophage. Avec une hernie hiatale, ces mécanismes ne fonctionnent pas, on note donc un reflux gastro-oesophagien. Après cela, le patient revient à nouveau en position verticale et la position de la bulle de gaz de l’estomac, la présence ou l’absence de contraste dans l’œsophage est examinée.

Avec une petite taille, l’absence de symptômes cliniques, une hernie de l’œsophage après une telle étude n’est diagnostiquée que chez un tiers des patients. Certains gastro-entérologues recommandent de compléter les radiographies par des techniques spéciales qui augmentent la pression dans la cavité abdominale. Cependant, la plupart des auteurs conviennent que de telles méthodes ne font qu’aggraver l’état du patient et conduisent à un surdiagnostic de la pathologie.

La manométrie oesophagienne peut également aider à établir un diagnostic. Lors de la réalisation de cette étude, l’état fonctionnel du sphincter inférieur de l’œsophage, sa longueur et sa capacité à se détendre pendant la déglutition sont évalués, et des épisodes de sa relaxation en dehors des périodes de déglutition sont également identifiés. Cette méthode n’a pas reçu une large diffusion. L’échographie des organes abdominaux, la TDM et la TDM ne fournissent pas de données fiables pour le diagnostic de la hernie oesophagienne, cependant, elles permettent un diagnostic différentiel avec d’autres maladies du tube digestif.

Scanner de l’OBP (reconstruction 3D) de l’œsophage et de l’estomac. Hernie hiatale axiale, jonction œsogastrique et cardia (flèche rouge) dans la cavité thoracique. Estomac (flèche bleue), œsophage (flèche verte).

Diagnostic différentiel

La maladie doit être différenciée de la pathologie accompagnée d’œsophagite; angine; dommages aux nerfs de la moelle épinière thoracique; relaxation du dôme du diaphragme; Syndrome de Kasten (hernie de l’ouverture oesophagienne du diaphragme, cholécystite, ulcère duodénal); Triade de Saint (hernie oesophagienne, diverticule colique, lithiase biliaire).

Traitement de la hernie oesophagienne

Le traitement commence toujours par des mesures conservatrices. Il est conseillé au patient de normaliser son poids, de refuser l’utilisation de ceintures et de ceintures serrées. Dormez la tête haute. Vous devez manger souvent, en petites portions, inclure une quantité suffisante de fibres dans l’alimentation. La pharmacothérapie vise à prévenir et à traiter la principale complication – le RGO. Pour cela, les inhibiteurs de la pompe à protons sont utilisés à des doses progressivement décroissantes jusqu’à deux mois, suivis d’un traitement à court terme d’antiacides. La procinétique (dompéridone) doit être incluse dans le traitement.

Le traitement chirurgical d’une hernie de l’œsophage est indiqué dans le développement de formes sévères de reflux gastro-œsophagien ; oesophagite torpide par reflux, ne se prêtant pas à un traitement conservateur ; L’œsophage de Barrett (un état précancéreux qui apparaît sur le fond du RGO). La chirurgie ouverte et laparoscopique peut être pratiquée. Pour éliminer une hernie œsophagienne, une fundoplication endoscopique et une gastrocardiopexie sont utilisées, et l’opération de Belsi est effectuée.

Prévision et prévention

Le pronostic est favorable, à condition de prévenir rapidement les complications graves. L’auto-guérison est impossible, mais si les recommandations du gastro-entérologue sont suivies, l’évolution de la maladie est notée avec des manifestations cliniques minimes et même sans elles. La prévention comprend un examen endoscopique régulier des patients à risque, en particulier le profil gastro-entérologique. Il est obligatoire d’effectuer un traitement anti-rechute des maladies du tube digestif.

Hernie de l’oesophage

La hernie oesophagienne est une maladie chronique. Les modifications pathologiques du tube musculaire étroit et de l’appareil ligamentaire du diaphragme entraînent de graves perturbations du travail de tous les organes du tractus gastro-intestinal. Tout écart affecte négativement la qualité de vie d’une personne et peut provoquer de nombreux symptômes et complications désagréables. Un diagnostic rapide vous évitera des problèmes inutiles. La maladie ne peut pas être déclenchée, elle est traitable et augmente les chances de guérison des patients qui consultent un médecin dès les premiers signes de maladie.

Une hernie de l’œsophage est plus souvent diagnostiquée chez les plus de 60 ans. Outre le critère d’âge, il existe également un lien avec le sexe. Les femmes sont plus concernées par cette maladie que les hommes. Il y a une explication à tout, comme toute maladie, une hernie de l’œsophage a des causes et des symptômes caractéristiques. En les connaissant, il n’est pas difficile de déterminer la présence d’une pathologie. L’automédication dans ce cas est inutile et inacceptable, le risque de complications est trop élevé.

Comment la maladie est-elle traitée, quelle est l’efficacité des approches thérapeutiques modernes et que faire en cas de suspicion de développement de la maladie? Nous répondrons aux questions d’actualité et soulignerons les principaux points qui vous permettront de reconnaître la maladie et de vous protéger des conséquences.

Que signifie hernie oesophagienne ?

Dans un corps sain, chaque organe prend sa place, lui est destiné anatomiquement. Une plaque musculaire passe entre les cavités abdominale et thoracique. Cet organe s’appelle le diaphragme. Le muscle joue un rôle très important dans le corps humain, c’est le principal et il est responsable de la respiration. Il y a un petit trou dans le diaphragme à travers lequel passe l’œsophage. Tout ce qui se trouve sous le diaphragme ne doit normalement pas tomber dans la région thoracique. Ceci est empêché par les tissus conjonctifs et les structures ligamentaires. Tout mouvement dans la poitrine de l’œsophage ou une partie distincte de l’estomac est considéré comme anormal. Lorsqu’une telle pathologie est détectée, le patient est diagnostiqué avec une hernie de l’ouverture œsophagienne du diaphragme.

Avec la progression de la maladie et l’absence de traitement, la bile gastrique pénètre sans problème dans l’œsophage. Le reflux prolongé du contenu provoque une inflammation de la membrane muqueuse. Cet organe n’est pas protégé du contenu de l’acide gastrique. Lorsqu’elle est enflammée, la membrane muqueuse est facilement endommagée, ce qui provoque des douleurs. C’est l’un des principaux symptômes d’une hernie de l’œsophage, il existe d’autres troubles qui accompagnent la maladie.

Symptômes d’une hernie de l’œsophage

Une petite hernie de l’œsophage ne pose pas de problèmes au patient. Assez souvent, il existe une forme asymptomatique de formations herniaires. La maladie ne se manifeste en aucune façon et ne provoque pas d’inconfort. Le patient ne soupçonne même pas les problèmes et continue de vivre sa vie habituelle. Parfois, une pathologie grave est découverte par hasard lors d’une radiographie ou d’une échographie.

La maladie peut se manifester à tout moment. En règle générale, l’activité des manifestations cliniques est notée avec la progression de la maladie et la croissance de la hernie. La fréquence et la sévérité des symptômes dépendent de la taille de la formation pathologique et de son type, de la présence de maladies concomitantes et des complications identifiées.

Désignons les symptômes généraux d’une hernie de l’œsophage:

Le symptôme le plus courant qui accompagne presque tous les types de maladies connus est les brûlures d’estomac. Il peut déranger le patient lorsqu’il se penche, après avoir mangé, s’intensifie souvent la nuit. Les crises de brûlures d’estomac peuvent être déclenchées par un exercice intense, une suralimentation ou une consommation excessive d’alcool. Parfois, le symptôme se manifeste sous une forme bénigne et n’affecte pas le bien-être du patient. Il existe également un degré sévère de brûlures d’estomac, lorsqu’il est difficile pour le patient de supporter une sensation de brûlure dans la poitrine. Cette condition peut être complétée par des flatulences, des nausées et un arrière-goût désagréable dans la bouche. Lorsque le contenu de l’estomac se trouve dans l’œsophage, les brûlures d’estomac deviennent acides ou amères. Toutes ces manifestations affectent la santé psychologique et physique d’une personne. Le sommeil est perturbé, le patient perd de l’efficacité et de l’appétit.(Lire aussi : Causes et symptômes des brûlures d’estomac, comment se débarrasser des brûlures d’estomac ?)

La douleur est un autre symptôme frappant d’une hernie hiatale. La plupart des patients connaissent le syndrome douloureux, qui se manifeste le plus souvent en se penchant et en se couchant. La douleur peut être localisée derrière le sternum, dans l’hypochondre, l’abdomen, dans la région du cœur. La douleur est généralement de nature douloureuse. Après avoir mangé, ils augmentent, s’affaiblissent après des éructations ou une inspiration profonde.

éructations. Ce symptôme peut être causé par des spasmes du tube digestif, un travail actif de l’estomac et une augmentation de la pression intra-abdominale. Une libération involontaire d’air peut apparaître lors de conversations et de repas. Souvent, une attaque s’accompagne d’un son et d’une odeur caractéristiques. Lors de l’éructation, non seulement l’air peut être libéré, mais également le contenu de l’estomac. La prise d’antispasmodiques, que certains patients utilisent pour soulager un symptôme, apporte rarement un soulagement, de sorte que les patients rotent souvent d’eux-mêmes, se soulageant ainsi de l’inconfort. (Lire aussi : Causes et types d’éructations après avoir mangé)

La régurgitation survient chez 35% des patients diagnostiqués avec une hernie œsophagienne. Les raisons sont les mêmes : manger, basculer, position horizontale. Ce symptôme est typique des formations de taille moyenne et cause beaucoup de désagréments. Ingoda, les volumes de vomi sont assez importants, le patient doit donc s’approvisionner et transporter des récipients spéciaux pour le vomi.

Les symptômes courants qui accompagnent la hernie œsophagienne comprennent la dysphagie ou les troubles de la déglutition. Ce phénomène peut être provoqué par la hâte dans l’absorption des aliments, des boissons trop chaudes (froides), des facteurs neurogènes. La dysphagie peut être rare ou devenir permanente. Ceci est généralement associé à l’ajout de complications. Avec une exacerbation de la maladie, une obstruction complète ou partielle de la nourriture consommée est possible. Ce symptôme accompagne généralement les brûlures d’estomac. Lors du remplissage de l’œsophage, le patient ne peut tout simplement pas avaler de la nourriture. Ces difficultés désagréables provoquent anxiété et nervosité. Au fil du temps, l’inconfort augmente, ce qui peut entraîner un refus de manger et des conséquences graves.

Selon le type de hernie, les manifestations cliniques peuvent différer. Avec une formation herniaire coulissante de l’œsophage, la saillie pénètre dans le sac herniaire. Les signes de la maladie n’apparaissent que lorsque le contenu de l’estomac pénètre dans l’œsophage. En médecine, ce phénomène est défini par la notion de “reflux gastro-oesophagien”. Le patient peut être dérangé par des brûlures d’estomac et des douleurs entre les côtes, il y a des éructations et des régurgitations fréquentes.

Un autre type de hernie moins courant est appelé hernie péri-œsophagienne. Lorsqu’il est présent, les aliments stagnent dans l’estomac. Dans le même temps, des douleurs et des malaises au niveau de la poitrine sont régulièrement ressentis. Si la maladie progresse, les symptômes s’intensifient, généralement ils se manifestent activement après l’ingestion. Dans certains cas, les patients réduisent délibérément son volume et refusent parfois de manger.

Causes de la hernie de l’œsophage

Les causes de la hernie de l’œsophage sont divisées en acquises et congénitales. Ce dernier comprend l’œsophage dit court. La pathologie est rare, mais connue, une personne est déjà née avec un défaut. Une partie de l’estomac est initialement située dans la cavité thoracique. Toutes les autres raisons sont considérées comme acquises. Ils surviennent généralement chez les personnes de plus de 55 ans, mais cela ne signifie pas qu’une maladie telle qu’une hernie de l’œsophage n’est pas typique des jeunes. De tels cas sont connus et bien que la maladie soit considérée comme liée à l’âge, personne n’est assuré.

Soulignons les principales raisons qui contribuent à la formation d’une hernie:

Augmentation de l’élasticité des tissus et faiblesse musculaire du diaphragme et de l’œsophage. Avec l’âge, les tissus et les muscles humains perdent leur élasticité, ils s’affaiblissent, perdent leur ancienne activité, ce qui nuit à leur travail. Toute défaillance entraîne une perturbation des fonctions de la valve œsophagienne. La faiblesse musculaire causée par les changements liés à l’âge contribue à l’expansion de l’ouverture du diaphragme, qui est le facteur le plus grave provoquant l’apparition d’une hernie. Il existe des cas fréquents où la cause de l’apparition de la pathologie est la résorption (résorption) du tissu adipeux dans la région du diaphragme. Cette violation est également associée à des changements liés à l’âge et explique l’apparition fréquente de hernies de l’œsophage chez les personnes âgées. Les jeunes sont également à risque, car la faiblesse musculaire peut être causée par une faible activité physique et un mode de vie sédentaire.

prédisposition héréditaire. La faiblesse musculaire est congénitale. Cette pathologie peut être transmise aux enfants par les parents. Le sous-développement des muscles, les membres longs, les pieds plats, les os fins sont également hérités. Toutes ces anomalies physiologiques sont incluses dans la liste des causes de hernie oesophagienne.

Augmentation de la pression dans la cavité abdominale. Ce phénomène est soudain et régulier. Dans tous les cas, cela provoque l’expansion de l’ouverture du diaphragme et la sortie des organes internes ou de leurs parties individuelles dans la poitrine. La pression intra-abdominale peut augmenter pendant la grossesse et l’accouchement difficile, flatulences, ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale), toux forte et prolongée, effort physique excessif. Parmi les causes de l’augmentation de la pression dans la cavité abdominale figurent toujours la suralimentation, l’obésité et la constipation chronique. Il existe de nombreux facteurs de risque, chacun d’eux pouvant provoquer l’apparition d’une hernie.

Violation de la fonction motrice et raccourcissement de l’œsophage. Ces anomalies physiologiques entraînent une remontée de l’œsophage. De tels processus peuvent être causés par un certain nombre de maladies: cholécystite, ulcère gastrique, pancréatite, etc. Ces maladies s’accompagnent généralement de l’activité de l’estomac, ce qui provoque une augmentation de la pression dans l’organe. Le raccourcissement de l’œsophage provoque des modifications cicatricielles. Ils peuvent apparaître à la suite d’effets thermiques (chimiques) causés par des maladies de l’estomac et des intestins. Une régularité a été révélée: plus la maladie progresse longtemps, plus la probabilité d’une hernie de l’œsophage est élevée.

Voir aussi :   soins du cordon ombilical

Dommages fermés ou ouverts au diaphragme. Les blessures fermées comprennent les blessures causées par des ecchymoses sur les parois abdominales et une forte augmentation de la pression intra-abdominale. Les blessures ouvertes sont le plus souvent associées à l’impact mécanique d’un projectile blessant. Il peut s’agir d’une balle ou d’un couteau. Pénétrant à travers la cavité abdominale ou thoracique, ils endommagent le diaphragme.

En plus des raisons indiquées, l’effet sur le tonus du diaphragme et du tube digestif de la nicotine, de certains médicaments, de la caféine et des agents hormonaux est toujours pris en compte.

Le danger et les conséquences d’une hernie de l’œsophage

Les petites hernies asymptomatiques ne sont généralement pas traitées. Le médecin donne les recommandations nécessaires et, si le patient est responsable de son état de santé, les complications ne le menacent pas. Une approche différente est nécessaire dans les situations où l’apparition d’une hernie s’accompagne de brûlures d’estomac et de douleurs fréquentes. Dans de tels cas, la thérapie est obligatoire. Des tactiques de traitement appropriées peuvent éviter des conséquences graves. Les complications les plus fréquentes sont : saignement et érosion des parois de l’œsophage, raccourcissement de l’organe, inflammation de la muqueuse gastrique, hernie étranglée, cancer de l’œsophage.

Chacune des complications s’accompagne d’une détérioration de l’état du patient. Il y a un essoufflement et une accélération du rythme cardiaque, la peau devient pâle, la température augmente souvent. Il existe une forte probabilité de développer un ulcère de l’estomac affecté par une hernie ou une gastrite chronique. (Lire aussi : Causes, signes et symptômes de la gastrite de l’estomac)

Diagnostic d’une hernie de l’oesophage

Le secret et la non-spécificité de certains symptômes, caractéristiques d’une hernie de l’œsophage, conduisent souvent au fait que les patients perdent du temps et sont traités sans succès pour d’autres maladies. Cela peut être dangereux, tout ce qui concerne le diagnostic des organes internes nécessite non seulement la participation de professionnels, mais également un équipement médical spécial. Le diagnostic de hernie de l’œsophage est assez simple. Le médecin prescrit une série d’études et, sur la base des résultats obtenus, confirme ou exclut la présence d’une pathologie.

A partir d’études instrumentales pour la précision du diagnostic, des données peuvent être nécessaires:

Fibrogastroduodénoscopie (FGDS). À l’aide d’un fibrogastroscope, le médecin examine l’œsophage, l’estomac, le duodénum. La procédure de diagnostic est prescrite pour presque tous ceux qui souffrent de maladies des intestins et de l’estomac. Si au cours de l’enquête le patient a indiqué au moins un des symptômes caractéristiques, le passage du FGDS devient obligatoire dans le diagnostic.

Étude aux rayons X. Sans cette procédure, la confirmation du diagnostic est presque impossible. L’examen est prescrit pour tous les patients présentant une suspicion de hernie. L’étude vous permet d’évaluer l’état des organes internes. Lors de la conduite, des ulcères, des rétrécissements et des processus inflammatoires dans l’œsophage peuvent être révélés. Cette méthode de diagnostic est considérée comme assez efficace. Il ne devient informatif que dans les cas de pathologies fixes, lorsque la hernie est localisée près de l’œsophage. Dans ce cas, effectuer une pH-métrie.

pH-métrie de l’oesophage et de l’estomac. L’étude est prescrite pour déterminer la régularité du reflux du contenu de l’estomac dans l’œsophage. Pour déterminer la fonction gastrique acidifiante, le suc gastrique est examiné. La procédure est effectuée sur un équipement spécial. Une sonde est insérée dans le nez du patient et une électrode cutanée est placée. Tous les changements sont enregistrés sur le bloc attaché à la ceinture. Les données sont traitées à l’aide d’un ordinateur et de programmes spéciaux.

Toutes les études de diagnostic sont effectuées à jeun. Il est conseillé au patient d’arrêter de fumer et d’arrêter de prendre des médicaments susceptibles d’affecter les résultats.

Traitement de la hernie oesophagienne

Il est souhaitable de commencer l’examen et de commencer le traitement le plus tôt possible. Il n’est pas nécessaire d’amener la formation herniaire à un état grave, lorsque des processus irréversibles commencent dans le corps et que le traitement est retardé. Un résultat positif garanti et un rétablissement complet ne sont possibles qu’avec une attitude responsable envers sa propre santé. Dans le traitement des formations herniaires de l’œsophage, des méthodes de traitement conservatrices et chirurgicales sont utilisées.

La thérapie traditionnelle est effectuée afin de stabiliser l’état du patient et de prévenir les complications. Dans les cas où une petite hernie est détectée et qu’il n’y a pas de manifestations cliniques, le médecin informe le patient de la nécessité de corriger le régime alimentaire et le mode de vie. Le patient doit surveiller son poids corporel et contrôler son activité physique.

La rémission peut être obtenue avec des médicaments dont l’action vise à réduire la sécrétion gastrique et à protéger la muqueuse œsophagienne des effets agressifs du suc gastrique. Avec une hernie de l’œsophage, un régime et un traitement des maladies concomitantes sont obligatoires. Si l’action des méthodes conservatrices n’apporte pas de résultats et que la maladie progresse, une opération chirurgicale est prescrite.

Chirurgie hernie oesophagienne

Parfois, la chirurgie est le seul moyen d’éviter des conséquences graves. Les indications chirurgicales sont 

Traitement conservateur infructueux ;

Détérioration de l’état du patient et présence de complications (saignement, érosion, ulcère, inflammation de l’œsophage);

Localisation de la pathologie dans l’anneau herniaire ;

Troubles graves de la muqueuse oesophagienne.

La présence de hernies para-œsophagiennes et les risques croissants d’atteinte des formations.

L’opération n’est pas pratiquée pendant la grossesse, le diabète, les maladies graves du cœur et des vaisseaux sanguins, les néoplasmes malins.

Chacun des types d’opérations existantes présente des avantages et des inconvénients. Le choix du type d’opération est fait par un spécialiste, en s’appuyant sur les données d’études préalables. Considérez les méthodes d’intervention chirurgicale les plus courantes:

Fundoplication selon Nissen

L’opération s’effectue de manière ouverte et fermée. Dans le premier cas, l’accès est assuré par une incision pratiquée dans la paroi abdominale ou le thorax. La méthode fermée implique l’utilisation de techniques laparoscopiques.

Le but de l’opération est de réduire le diamètre de l’ouverture du diaphragme. Ceci est rendu possible grâce à un brassard spécialement conçu.

Inconvénients : L’inconvénient est que sa fixation n’est pas assurée, cela peut entraîner une rechute de la maladie.

Avantages : Lors de l’utilisation de la technique laparoscopique, le risque de blessure est minime. Le patient récupère rapidement et reprend une vie normale. Réduit le risque de complications postopératoires.

Opération Belsi

Elle est pratiquée à ciel ouvert, seul l’accès thoracique est autorisé. Pendant l’opération, l’œsophage inférieur et la valve œsophagienne sont fixés au diaphragme. Le fond de l’estomac est suturé à la paroi antérieure de l’œsophage.

Inconvénients : Cette opération complexe et douloureuse est plus difficile à supporter pour les patients.

Avantages: Son avantage est la capacité d’éliminer la pathologie concomitante.

Gastrocardiopexie

Elle est réalisée par une incision, l’essentiel est de suturer l’œsophage et une partie de l’estomac aux structures situées sous le diaphragme.

Avantages : Les résultats et les prévisions sont toujours bons. En plus de la possibilité d’éliminer d’autres pathologies de la cavité abdominale, la gastrocardiopexie élimine presque le développement de complications.

Technique Allison

L’accès est assuré par une incision dans l’espace intercostal 7.8. Pendant l’opération, le médecin suture l’orifice herniaire.

Inconvénients : en tant que méthode indépendante, ce type d’intervention chirurgicale n’est pas utilisé actuellement. Cela est dû au taux élevé de récidive. L’utilisation de la technique Allison va généralement dans un complexe de mesures chirurgicales.

Régime alimentaire pour hernie de l’œsophage

Une augmentation de la pression intra-abdominale peut provoquer des dommages mécaniques à l’œsophage. Tout cela s’accompagne d’obstruction intestinale et de constipation chronique. Ces conditions peuvent être corrigées avec une nutrition adéquate. Le régime alimentaire pour la hernie de l’œsophage est un élément très important du traitement conservateur. Il est également prescrit dans les cas où le patient est en cours de préparation pour la chirurgie. Le but du régime est de réduire l’acidité du suc gastrique et de protéger les muqueuses de l’estomac et de l’œsophage.

La nourriture doit être fractionnée. Il est préférable de manger de petits repas tout au long de la journée. La dernière dose est 3 heures avant le coucher.

Les produits ne doivent pas irriter les parois de l’œsophage et provoquer des brûlures d’estomac. Il est interdit de manger des aliments très chauds et, à l’inverse, trop froids. Les aliments qui provoquent une indigestion et des ballonnements sont exclus du régime alimentaire.

Hernie de l’oesophage

Consultation avec un spécialiste spécialisé après le diagnostic.

Une hernie de l’œsophage est une saillie de la jonction gastro-œsophagienne ou un déplacement d’une partie du fornix de l’estomac dans l’ouverture œsophagienne du diaphragme. Elle se caractérise par la survenue d’un reflux de reflux, de douleurs épigastriques et sternales, de hoquets, de toux et de vomissements avec un mélange de sang. Pour le diagnostic, l’échographie, l’IRM ou la radiographie des organes abdominaux et thoraciques avec l’utilisation du contraste, de l’œsophagoscopie et de la fibrogastroscopie sont utilisées. Au stade initial, le traitement est conservateur ; dans les cas graves, un traitement chirurgical est nécessaire.

Date de parution : 22 novembre 2021

Date de révision : 28 janvier 2022

Date de mise à jour : 06 mai 2022

Causes de la hernie de l’œsophage

La survenue d’une hernie de l’oesophage est favorisée par :

  • anomalies dans le développement de l’ouverture œsophagienne du diaphragme, la longueur de l’œsophage est inférieure à la normale, la mauvaise position de l’estomac
  • prédisposition génétique
  • augmentation de l’élasticité des fibres du tissu ligamentaire et de leur affaiblissement entre l’œsophage et le diaphragme
  • blessures de l’abdomen, brûlures de l’œsophage de nature différente
  • tumeurs du tube digestif
  • maladies chroniques du tractus gastro-intestinal, accompagnées de constipation, augmentation des flatulences, dysmotilité
  • suralimentation régulière, surpoids
  • grossesse multiple
  • affections accompagnées d’une forte tension de la paroi abdominale courbure de la colonne vertébrale

Symptômes d’une hernie de l’œsophage

Le tableau clinique se traduit par les symptômes suivants :

  • douleur derrière le sternum et dans la région épigastrique
  • éructations fréquentes, brûlures d’estomac, hoquet
  • brûlure de la racine de la langue, amertume dans la bouche
  • nausées, vomissements (parfois avec un mélange de sang)
  • régurgitation de nourriture pendant l’effort ou en se penchant en avant
  • reflux de suc gastrique
  • attaques de toux et d’étouffement la nuit

Stades de développement de la pathologie

La pathologie est classée en fonction des sections déplacées de l’œsophage et de l’estomac dans l’ouverture œsophagienne du diaphragme. Il existe trois types de hernies.

  • Axial (coulissant) – caractérisé par le déplacement de l’œsophage et du cardia de l’estomac.
  • Paraœsophagien – déplacement du bas ou de la voûte de l’estomac, tandis que la position de la partie abdominale de l’œsophage et du cardia reste inchangée.
  • Mixte – caractérisé par des signes de types axiaux et para-œsophagiens.

Selon le degré de protrusion, on distingue les formes cardiaques, cardiofundiques, sous-totales et totales.

Le degré de développement est déterminé par le volume d’organes qui sont tombés dans l’ouverture du diaphragme, ils distinguent initial, moyen, sévère ou terminal.

Comment diagnostiquer une hernie de l’œsophage

Le diagnostic d’une hernie de l’ouverture oesophagienne du diaphragme comprend les méthodes suivantes.

L’imagerie par résonance magnétique est la méthode de choix dans le diagnostic de la maladie chronique récurrente.

S’il est impossible d’utiliser l’imagerie par résonance magnétique, des méthodes de recherche alternatives sont prescrites – CT, échographie.

De plus, un examen endoscopique des muqueuses de l’œsophage et de l’estomac est prescrit – œsophagoscopie, fibrogastroscopie. L’étude révèle le processus inflammatoire, l’érosion – gastrite, œsophagite, ulcères, déplacement pathologique des organes.

Études de laboratoire : cytologie d’un échantillon de tissu pour exclure des marqueurs oncologiques, pH-métrie de l’acidité du suc gastrique, test sanguin, test de selles pour une éventuelle hémorragie interne.

Les cliniques CMRT sont équipées d’équipements de classe experte pour un examen complet à un moment opportun pour le patient.

L’IRM avec l’utilisation d’agents de contraste montre avec précision l’épaisseur de la paroi de l’œsophage, de l’estomac, aide à évaluer le degré de changements pathologiques, à identifier l’infiltration et à différencier les lésions primaires.

Quel médecin dois-je contacter ?

Si des symptômes indiquent une éventuelle hernie de l’œsophage, ils se tournent vers un gastro-entérologue.

Comment traiter une hernie de l’oesophage

La thérapie conservatrice des petites formations herniaires consiste en une correction du régime alimentaire, du mode de vie, de l’activité physique.

Le traitement médicamenteux est indiqué avec des médicaments qui réduisent la sécrétion et nivellent l’effet agressif de l’acide chlorhydrique – antiacides, bloqueurs de la pompe à protons et des récepteurs de l’histamine, procinétiques. Les antispasmodiques sont utilisés pour soulager la douleur.

En cas d’inefficacité des mesures conservatrices ou de stade avancé de la maladie, une opération est réalisée pour enlever la hernie.

Effets

En cas d’ignorance et de manque de traitement de la maladie, des complications surviennent sous la forme de:

  • la survenue d’une œsophagite par reflux, qui provoque une inflammation de la paroi œsophagienne, une dégénérescence cancéreuse des cellules tissulaires des parois de l’œsophage
  • gastrite chronique, apparition d’ulcères peptiques, érosion, saignements;
  • rétrécissement pathologique ou sténose de l’œsophage, obstruction des aliments dans l’estomac
  • développement de l’anémie ferriprive
  • atteinte, nécrose tissulaire ou perforation des parois de l’organe avec développement d’une péritonite

Toute augmentation de la pression intra-abdominale entraîne une violation de la hernie – toux, excès alimentaires, activité physique.

La recherche rapide de soins médicaux qualifiés réduit le risque de complications.

La prévention

Pour minimiser le risque de développer une condition pathologique, les recommandations généralement acceptées sont suivies :

  • éviter la malbouffe et trop manger
  • contrôle du poids corporel
  • l’absence d’effort physique exorbitant, entraînant une tension de la paroi abdominale antérieure
  • éviter un mode de vie sédentaire

Il est recommandé aux personnes ayant des problèmes existants de nature gastro-entérologique un examen préventif annuel, une visite opportune chez un médecin pour une aide qualifiée

Style de vie avec RGO, ou est-ce possible avec le RGO… ?

Partager des informations avec des amis

Selon la définition du Consensus de Montréal, le RGO est une affection qui se développe lorsque le reflux (reflux) du contenu de l’estomac dans l’œsophage provoque certains symptômes cliniques et complications. L’une des principales causes de reflux gastrique est transitoire, c’est-à-dire temporaire, relâchement du sphincter inférieur de l’œsophage. Divers facteurs influençant la relaxation du sphincter inférieur de l’œsophage peuvent augmenter ou diminuer le reflux, c’est-à-dire affecter l’apparition ou la disparition des brûlures d’estomac et des éructations. Le poids corporel humain et la pression à l’intérieur de la cavité abdominale jouent également un rôle énorme dans la formation de cette maladie. Sur la base de ces données, des scientifiques américains ont suggéré, en tenant compte de la médecine factuelle, que le mode de vie dans le RGO devait être corrigé (position surélevée et verticale, alimentation, poids corporel) et est utile pour soulager les symptômes du RGO. Mais avec deux mises en garde :

  • premièrement, il est nécessaire de changer le mode de vie dans le RGO, en tenant compte de l’individualité des patients ;
  • deuxièmement, ces recommandations de style de vie pour le RGO, individuellement et en combinaison, s’ajoutent au traitement médical.

Peut-on fumer avec le RGO ?

Les fumeurs chroniques (de 15 à 60 cigarettes par jour) ont montré une diminution de la pression dans le sphincter inférieur de l’œsophage, ce qui les a fait se plaindre de brûlures d’estomac, ils ont également noté une baisse du pH gastrique (c’est-à-dire un environnement plus acide), une diminution du bicarbonate dans la salive, qui neutralise l’acide dans le reflux (c’est pourquoi les patients souffrant de brûlures d’estomac avalent souvent de la salive). De plus, l’œsophage est débarrassé de l’acide qui est tombé pendant le reflux avec une toux et une respiration profonde, et une clairance (mécanisme d’augmentation du péristaltisme de l’œsophage).

De nombreuses études confirment le soulagement et la disparition des symptômes de reflux après avoir arrêté de fumer. Cette relation est particulièrement prononcée chez les individus ayant un poids corporel normal.

Peut-on prendre du poids avec le RGO ?

L’obésité est un facteur de risque bien connu, y compris le reflux acide. L’intensité des symptômes est directement proportionnelle à l’augmentation du poids corporel.

Des données intéressantes sont fournies par les chercheurs concernant le reflux dans le traitement chirurgical de l’obésité morbide. Il a été constaté que lors d’opérations bariatriques (traitement chirurgical d’un excès de poids) il n’y a pas toujours une diminution des symptômes de reflux, comme, par exemple, avec la gastroplastie verticale et l’anneau gastrique. Et lors de l’application du pontage gastrique de Roux-en-Y, une diminution des symptômes du RGO a été notée chez tous les patients.

La recommandation de réduire le poids corporel chez les patients présentant un degré quelconque d’obésité en présence de symptômes de reflux est la seule avec une certitude élevée pour les changements de mode de vie dans le RGO.

Selon les recherches à ce jour, la perte de poids est susceptible d’améliorer le RGO, entraînant une réduction des symptômes chez les personnes en surpoids et obèses, que la perte de poids soit obtenue de manière conservatrice ou par chirurgie bariatrique.

Pouvez-vous relever la tête du lit si vous souffrez de RGO ?

Le fait de s’allonger augmente l’effet de l’acide gastrique sur la muqueuse œsophagienne, ce qui est associé à une aggravation des symptômes du RGO.

Il a été démontré que le fait d’élever la tête du lit avec des roulettes ou de placer des cales ou une barre sous les pieds du lit de 15 à 20 cm réduit les symptômes du RGO en améliorant la clairance œsophagienne (péristaltisme). Mais cette recommandation est considérée par les patients comme peu pratique et inacceptable dans la vie de tous les jours, ou alors elle n’est pas respectée.

Pouvez-vous manger avant de vous coucher si vous souffrez de RGO ?

Le reflux nocturne a un impact négatif plus important sur la qualité de vie des patients. Il est recommandé d’éviter de manger 2 à 3 heures avant le coucher. Il s’agit d’une recommandation très simple et facile à mettre en œuvre pour les patients. Et efficace.

Est-il possible de faire des exercices de respiration avec le RGO ?

Les chanteurs, en particulier les chanteurs d’opéra, qui pratiquent la technique de respiration profonde peuvent avoir la meilleure défense contre les symptômes du RGO. En effet, lors de l’inspiration, le diaphragme se contracte à mesure que la poitrine se dilate (respiration abdominale). Dans le même temps, les jambes du diaphragme, qui s’enroulent autour de l’œsophage dans l’ouverture diaphragmatique du diaphragme, ainsi que le sphincter inférieur de l’œsophage, contribuent à l’activation du mécanisme de protection contre le reflux. Cela se voit très clairement lors de la gastroscopie de rétroversion, lorsqu’on demande au patient de respirer profondément, puis il y a une compression plus serrée et un serrage du diaphragme de l’œsophage par les jambes.

La gymnastique est basée sur la transition des mouvements respiratoires habituels de type thoracique vers les abdominaux. C’est aussi la base du traitement et des éructations.

Est-il possible de suivre des régimes spécialisés avec le RGO ?

Les restrictions alimentaires n’ont pas beaucoup d’effet sur le soulagement des symptômes du RGO. Dans certains cas, un certain nombre de points diététiques peuvent être recommandés.

Certaines études ont montré que le café provoque une relaxation du sphincter inférieur de l’œsophage, augmentant la fréquence des symptômes du RGO. Boire du café décaféiné réduit considérablement la fréquence des reflux. Fait amusant : Boire du thé décaféiné ou ajouter de la caféine à de l’eau ordinaire n’a eu aucun effet sur les symptômes du RGO. Cela soutient l’idée que certains composants du café autres que la caféine peuvent provoquer des symptômes de RGO. Cependant, le café n’augmente pas la production d’acide chlorhydrique après un repas. Mais il a été noté que boire du café à jeun augmentait la fréquence des reflux. Cela suggère que les patients atteints de RGO peuvent en bénéficier et qu’il convient de leur conseiller de ne pas boire de café à jeun.

Les aliments frits, les aliments fortement épicés, le thé à la menthe, les boissons gazeuses peuvent également provoquer des symptômes de RGO et sont des sources fiables de brûlures d’estomac la nuit…

Non seulement la nature et le type d’aliments, mais aussi l’heure et le volume de chaque repas peuvent entraîner l’apparition de symptômes de RGO.

Peut-on boire de l’alcool avec le RGO ?

L’expérience a clairement démontré que l’alcool supprime directement la fonction contractile de l’œsophage et entraîne une diminution de la pression dans le sphincter inférieur de l’œsophage.

Voici quelques données intéressantes : l’alcool avec une concentration d’alcool inférieure à 5 % peut stimuler la sécrétion d’acide gastrique, tandis que les boissons avec des concentrations d’alcool plus élevées (5-40 %) n’ont aucun effet stimulant prouvé et peuvent en fait supprimer la production d’acide gastrique. Avec la consommation chronique d’alcool, cet effet est déjà imprévisible.

En général, il existe des données contradictoires et incohérentes sur le rôle de l’alcool dans la progression des symptômes du RGO et l’effet de l’abstinence de boissons alcoolisées sur le soulagement de la maladie. La consommation excessive d’alcool par les patients doit être traitée, et donc pour des raisons de santé générale, et non comme une prévention ou un traitement du RGO.

Quels médicaments devraient être limités pour le RGO ?

Les médicaments suivants peuvent provoquer ou aggraver les symptômes du RGO en relâchant le sphincter inférieur de l’œsophage :

Bloqueurs de canaux calciques

Médicaments anticholinergiques (scopolamine, ditropan, benztropine)

(adapté de CW Howden, Department of Gastroenterology, University Health Science Center, Memphis, Tennessee, USA)

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *