virus de l’herpès

La maladie est la plus répandue au monde. L’agent causal de la maladie est le virus de l’herpès simplex. Une fois dans le corps humain, il y reste pour toujours. Selon des études médicales, près de 90% des habitants des villes densément peuplées à l’âge de 18 ans sont infectés par cette infection. Il existe un grand nombre de souches du virus de l’herpès, mais les plus courantes sont l’herpès simplex de types 1 et 2, le cytomégalovirus, le virus d’Epstein-Barr, l’herpès humain de types 6 et 8. Aujourd’hui, aucun moyen n’a encore été trouvé qui aiderait à se débarrasser complètement de cette maladie.

Les informations contenues dans cette section ne doivent pas être utilisées pour l’auto-diagnostic ou l’auto-traitement. En cas de douleur ou autre exacerbation de la maladie, seul le médecin traitant doit prescrire des tests diagnostiques. Pour un diagnostic et un traitement approprié, vous devez contacter un spécialiste.

Contents

Symptômes de l’herpès (manifestations)

Les personnes qui trouvent un petit bouton sur leur lèvre l’appellent un rhume. Cependant, ceci est une manifestation de l’herpès. Elle est causée par 1 souche de ce virus. Avant qu’un bouton n’apparaisse, une personne éprouve :

  • sensation de démangeaisons;
  • rougeur;
  • picotements sur le site de la future éruption cutanée.

L’éducation se manifeste sous la forme d’une petite bulle remplie d’un liquide léger. Au fil du temps, il éclate et se recouvre d’une croûte. Lorsqu’ils sont infectés par le virus de l’herpès de type 2, des éruptions cutanées apparaissent dans la région génitale. Cette maladie est typique des hommes qui sont promiscuité. Ils éprouvent les symptômes suivants de l’herpès:

  • éruptions cutanées sur le pénis;
  • ganglions lymphatiques enflés dans l’aine;
  • éruption cutanée sur le scrotum et l’urètre ;
  • démangeaisons génitales;
  • élévation locale de la température.

Si une femme est infectée, elle a des douleurs tiraillantes dans le bas-ventre. Elle s’inquiète des écoulements pathologiques et des démangeaisons du périnée. Une éruption caractéristique de l’herpès apparaît chez les patients sur les lèvres, dans le vagin, près de l’anus et sur les cuisses. Parfois, le col de l’utérus peut également être affecté.

Les raisons

Le virus après pénétration dans le corps peut ne pas se manifester pendant longtemps. Son activité n’est observée que lors d’une diminution de l’immunité humaine : générale ou locale. Les causes de l’herpès peuvent être les suivantes :

  • exacerbation des maladies chroniques;
  • hypothermie;
  • médicaments à long terme;
  • maladies infectieuses;
  • fatigue physique ou épuisement;
  • stress intense.

Ces conditions créent un environnement favorable dans le corps pour la reproduction rapide du virus. L’enfant peut être infecté par la mère. L’infection se produit lors du passage du fœtus dans le canal de naissance. Le virus se transmet également :

  • méthode contact-ménage;
  • par contact sexuel ou oral;
  • par des gouttelettes en suspension dans l’air.

Le plus souvent, l’infection se produit par contact direct avec des personnes infectées. Le corps humain est très sensible au virus. Cependant, les scientifiques ont découvert que 3 à 4 % de la population mondiale possédaient encore des mécanismes de défense innés contre l’herpès. Mais les experts n’ont pas encore été en mesure d’identifier comment le corps de ces personnes supprime le virus.

Quel médecin dois-je contacter ?

Si vous êtes préoccupé par les symptômes du virus de l’herpès, vous devez consulter un médecin de toute urgence. Sait faire face rapidement à la maladie:

Lorsque l’herpès génital apparaît, le patient doit demander l’aide d’un urologue ou d’un gynécologue. Dans certains cas, les patients devront également consulter un immunologiste, un dermatologue. Au premier rendez-vous, le médecin examinera attentivement la personne. Il est important qu’un spécialiste comprenne ce qui a provoqué l’apparition de l’herpès. Par conséquent, il demandera au patient de répondre aux questions suivantes :

  1. Depuis combien de temps l’éruption s’est-elle produite?
  2. La personne a-t-elle eu froid ces derniers temps ?
  3. A-t-il été en contact avec des porteurs du virus de l’herpès ?
  4. A-t-il des maladies chroniques ?
  5. Avez-vous souvent des récidives d’herpès ?
  6. Quels médicaments prend-il ?

Par la suite, le patient sera envoyé pour examen. Ses résultats aideront le médecin à déterminer le type de virus. Ces informations permettront au spécialiste de choisir les méthodes de traitement les plus efficaces pour le patient.

Effets

Beaucoup de gens considèrent l’herpès comme une maladie assez simple et facile à traiter. Cette maladie apparemment inoffensive peut causer de graves problèmes. Les conséquences de l’herpès peuvent être très graves. Par exemple, une éruption cutanée qui survient sur les lèvres peut se propager aux tissus sains et provoquer l’apparition de :

  • herpès ophtalmique;
  • stomatite;
  • amygdalite;
  • eczéma herpétique;
  • gingivite;
  • névrite optique.

Il est très important de commencer le traitement immédiatement lorsqu’il y a des symptômes d’herpès dans les endroits intimes. Le refus du traitement menace les patients d’infertilité. Chez l’homme, le virus est capable de pénétrer dans les spermatozoïdes, qui perdent complètement leur viabilité. Chez une femme dans le contexte de l’herpès génital, des processus inflammatoires étendus se produisent dans les organes génitaux, qui:

CerebroSQL – Oracle database administration tools
  • prévenir la grossesse;
  • provoquer des fausses couches;
  • peut conduire à des malformations de l’enfant;
  • induire un travail précoce.

Le virus de l’herpès simplex peut provoquer de nombreuses maladies. En l’absence de traitement et d’immunité affaiblie du patient, il est capable de provoquer des dommages au système cardiovasculaire, aux poumons et au tractus gastro-intestinal.

La prévention

Il est important de se rappeler qu’une personne est plus contagieuse dans les premiers jours après l’apparition des éruptions cutanées. Ainsi, vous pouvez vous protéger si vous suivez simplement les règles de prévention suivantes :

  • S’abstenir d’embrasser les malades.
  • N’utilisez pas les serviettes, la vaisselle et les effets personnels de la personne infectée.
  • Maintenez votre immunité (mangez bien, tempérez et observez le sommeil et l’éveil).

Il est important que le patient sache comment prévenir la propagation du virus aux tissus sains. Afin de ne pas faire face à des complications graves, il est nécessaire de commencer le traitement dès l’apparition des premiers prérequis, indiquant la manifestation de l’herpès. Pendant le traitement est strictement interdit:

  • presser les éruptions cutanées;
  • en retirer la croûte;
  • humidifier les lentilles de contact avec de la salive;
  • appliquez le médicament sur les lèvres avec vos doigts.

Avec l’herpès génital, il est nécessaire de refuser les rapports sexuels pendant la durée du traitement. Même après la guérison, il est conseillé à ces personnes d’utiliser constamment des préservatifs pour protéger leur partenaire de l’infection.

À quoi ressemble l’herpès après le traitement?

De nombreuses personnes qui ont développé des éruptions cutanées souhaitent savoir s’il en restera des traces. En règle générale, avec un traitement de l’herpès commencé et bien mené en temps voulu, aucune tache n’apparaît à sa place. Si le patient a refusé le traitement ou a essayé de faire face au problème par lui-même, alors sur sa peau, où il y avait des éruptions cutanées, elles peuvent rester:

  • points rouges;
  • cicatrices;
  • cicatrices.

Dans les cas graves, ils persistent à vie. Mais vous pouvez toujours vous en débarrasser. Il existe une grande variété de procédures qui peuvent éliminer les cicatrices d’herpès. Pour cela, des méthodes matérielles et chimiques de restauration de la peau sont utilisées. Le plus souvent, l’élimination des cicatrices permet :

  • microperforation;
  • peeling profond;
  • resurfaçage au laser;
  • mésothérapie;
  • peeling chimique;
  • ozonothérapie.

Dans les cas graves, les médecins recommandent des injections de remplissage. Lorsque des cicatrices apparaissent sur la peau laissées par le virus de l’herpès, elles doivent être traitées le plus tôt possible. Les cicatrices “fraîches” sont facilement éliminées avec des procédures cosmétiques simples.

Herpès et zona – évolution clinique, traitement

L’herpès zoster et l’herpès font partie des maladies virales cutanées les plus courantes causées par le groupe herpès virus hominis des virus de l’herpès. Ce sont des virus à ADN qui se répliquent dans le noyau d’une cellule. Il existe 8 sous-groupes de virus selon la structure des gènes a, b, g.

Herpès

L’herpès causé par l’herpèsvirus I ou II est l’une des maladies infectieuses les plus courantes chez l’homme.

Il existe deux types de virus :

  • le type I est le plus souvent associé à une infection du visage ;
  • type II avec localisation des lésions génitales.

Après la primo-infection, les deux types de virus restent latents dans les ganglions. En raison de nombreux facteurs qui contribuent au développement de l’infection, les virus peuvent voyager le long des nerfs et se multiplier dans la peau ou les muqueuses, provoquant des symptômes de la maladie.

Chez les porteurs d’une infection active sans symptômes, les virus HSV peuvent être détectés dans la salive et les sécrétions vaginales. Cela peut entraîner la propagation d’infections, en particulier HSV2. L’infection se produit par contact personnel ou par infection par des sécrétions.

L’infection primaire à HSV1 survient chez les jeunes enfants et est souvent asymptomatique ou stomatite. Il s’est avéré qu’à forte densité de population et dans de mauvaises conditions de logement, 100% des enfants de moins de cinq ans ont des anticorps anti-HSV1.

L’infection primaire au VPH2 survient après la puberté, le plus souvent par contact sexuel. Sa conséquence est toujours des symptômes cutanés dans la région génitale. Rarement, l’infection à HSV1 peut survenir dans la région génitale, le plus souvent associée à une infection lors de rapports oraux.

L’infection à HSV1 ou HSV2 chez les enfants dans la région génitale peut être le résultat d’un harcèlement sexuel.

Les patients ayant des antécédents d’infection à HSV ont des anticorps sériques circulants qui ne protègent pas contre la récurrence de l’infection.

Symptômes cliniques et évolution de l’herpès HSV1

La primo-infection (gingivostomatite herpétique) survient le plus souvent chez les enfants de moins de 5 ans, sous forme de cloques douloureuses au niveau de la langue, de la gorge, du larynx, accompagnées de fièvre, d’hypertrophie des ganglions lymphatiques voisins. Les symptômes disparaissent en 2 semaines. La maladie est souvent méconnue.

Chez l’adulte, les symptômes cutanés se manifestent au niveau du visage, mais peuvent également être observés sur les doigts (p. ex., chez les personnes qui se rongent les ongles) et sur le tronc. Il en résulte des lésions folliculaires et papuleuses, parfois douloureuses, et des ganglions lymphatiques enflés.

Symptômes cutanés de l’herpès HSV1

Avec l’herpès récurrent, des symptômes généraux apparaissent parfois, comme une faiblesse ou des symptômes pseudo-grippaux. Les facteurs à l’origine de l’apparition de l’herpès récurrent peuvent être les rayons UV, la surchauffe ou le refroidissement du corps, la fièvre, la déshydratation, les menstruations, le stress.

Les patients atteints d’eczéma ou de dermatite atopique peuvent développer des lésions herpétiques diffuses en raison d’une atteinte de la barrière épidermique et des défenses immunitaires locales. L’herpès peut également provoquer une exacerbation du pemphigus ou de l’érythème polymorphe. Complications : kératite, kératoconjonctivite, pharyngite, méningite.

Herpès génital HSV2

La primo-infection survient après un rapport sexuel. Chez les hommes, l’infection affecte le plus souvent la tête et le pénis. Le symptôme le plus courant est l’érosion. Les ganglions lymphatiques voisins peuvent être élargis. Chez les homosexuels, des lésions peuvent survenir dans la région anale. Chez les patients séropositifs, un petit ulcère est observé au site d’infection pendant une longue période.

Chez les femmes, des changements similaires se produisent dans la région des lèvres, du vagin et du col de l’utérus. Des douleurs sévères, des symptômes dysuriques, de la constipation, des maux de dos sont possibles. La réinfection du col de l’utérus peut être une affection précancéreuse.

Herpès génital HSV2

Les infections à HSV2 chez les femmes enceintes sont un problème extrêmement important. L’herpès récurrent comporte un risque moindre de lésions fœtales car la mère transmet des anticorps contre le VHS au bébé. Cependant, si l’infection à HSV2 survient pour la première fois pendant la grossesse, il existe un risque très élevé de lésions fœtales, en particulier au cours des 3 premiers mois de la grossesse.

Traitement

En traitement local, le médecin peut utiliser des déshydratants, des désinfectants, des préparations à base de zinc, des médicaments qui agissent sur l’ADN du virus, des médicaments prophylactiques qui protègent du soleil.

Traitement de l’herpès

Préparations – crème zoovirax jusqu’à 5 fois par jour, iodoxyde, aérosol de néomycine, vratisolin.

Un traitement général par acyclovir ou famciclovir est indiqué chez les patients à immunité cellulaire réduite, les femmes enceintes, les nouveau-nés, et en cas d’infections récurrentes, notamment à HSV2, mais aussi à HSV1. Ce traitement est plus efficace que les traitements topiques. Cela peut réduire la fréquence des rechutes.

Médicaments – Acyclovir (Zoovirax), Herpesin, Heviran, sont prescrits à des doses de 5 x 200 mg par voie orale pendant 5 jours. En cas de complications, le médicament est administré par voie intraveineuse. Le traitement doit être débuté dans les 2 premiers jours suivant les premiers changements cutanés.

Dans l’herpès récurrent HSV1 ou HSV2, l’acyclovir peut être prophylactiquement prolongé à une dose de 200 à 400 mg par jour dans un régime chronique.

Zona

La maladie est causée par le même virus que la varicelle. On pense que le zona se produit chez ceux qui ont déjà eu une infection par la varicelle. Comme les virus HSV1 et HSV2, le virus varicelle-zona peut apparaître dans les ganglions sous une forme latente. Le zona touche les personnes de plus de 50 ans et est extrêmement rare chez les enfants.

Un patient pendant la période active de la maladie s’infecte directement par contact avec des lésions cutanées ou parfois par gouttelettes (les personnes en contact peuvent attraper la varicelle). Un zona sévère chez les jeunes peut être le signe d’une maladie générale (hyperplasie lymphocytaire, séropositivité, immunosuppression).

Zona

Les symptômes

L’apparition de lésions cutanées dans le zona peut être précédée de symptômes prodromiques sous forme de douleur – maux de tête, douleurs à l’oreille, à la gorge, à l’épaule, à la colonne vertébrale, à l’abdomen, au cœur. La douleur peut apparaître plus de 5 jours avant l’apparition des lésions cutanées, comme celles qui apparaissent avec la varicelle.

Les lésions sont le plus souvent localisées unilatéralement le long des nerfs de la face et du tronc (localisation la plus fréquente également pour la varicelle). Après 2-3 jours, des érosions apparaissent, couvertes de croûtes, souvent avec des signes d’infection bactérienne secondaire.

L’apparition de lésions cutanées peut s’accompagner de fièvre, d’une hypertrophie des ganglions lymphatiques voisins. Dans le cas du zona autour du visage, les lésions affectent également les muqueuses de la bouche et peuvent toucher le globe oculaire.

CerebroSQL – Oracle database administration tools

Dans le cours et le tableau clinique, le zona se distingue:

  • hémorragique;
  • dispersé.

Une forme courante peut être le signe d’une violation de l’immunité de l’organisme, de l’évolution de maladies courantes telles que l’hyperplasie lymphocytaire, le cancer, l’immunosuppression de diverses étiologies (maladies auto-immunes, immunosuppresseurs, personnes infectées par le VIH). Par conséquent, chez les patients atteints de zona sévère ou de zona disséminé, des examens généraux doivent être effectués pour identifier la cause d’une exacerbation de l’infection.

Complications

  • Névralgie, hyperalgésie de la peau – peut persister jusqu’à 8 mois après la guérison de l’infection ;
  • Paralysie transitoire des nerfs périphériques – omission des paupières, parésie des membres, asymétrie des coins de la bouche ;
  • Avec le zona, des complications graves peuvent survenir, entraînant une déficience visuelle grave (kératite, sclérite, uvéite, névrite optique);
  • Perte d’équilibre, audition, perte de goût, photophobie.

Les complications les plus graves comprennent les changements ophtalmiques, les névralgies. Une complication rare et tardive du zona peut être une vascularite granulomateuse du système nerveux central, la méningite.

Traitement

Le traitement antiviral utilisé ne prévient pas les complications, mais peut réduire leur gravité. Le traitement général doit être initié dans les 3 premiers jours des symptômes cutanés ou plus tard si de nouvelles lésions folliculaires apparaissent.

Des médicaments oraux peuvent être prescrits : Acyclovir, Famciclovir, Valaciclovir.

  • L’aciclovir (Zoovirax, Heviran) est administré par voie orale ou intraveineuse à 5 x 800 mg pendant 7 à 10 jours. Valaciclovir 3 x 1000 mg par voie orale pendant 7 jours.
  • Famciclovir 3 x 500 mg par voie orale pendant 7 jours.

L’acyclovir intraveineux est plus efficace et doit être utilisé chez les patients atteints de zona oculaire grave, les patients immunodéprimés et le zona.

Traitement antiviral du zona

Les traitements topiques utilisent des préparations pour assécher et prévenir les infections bactériennes (par exemple, aérosol de néomycine). Il n’est pas recommandé d’utiliser des poudres, des compresses, des pommades avec des corticostéroïdes.

Le traitement de la neuropathie herpès zoster est un gros problème, car il n’existe pas encore de médicaments qui préviennent l’apparition des symptômes de la névralgie. Initialement, on pensait que l’administration de doses moyennes de corticostéroïdes (40 mg) en association avec l’acyclovir réduirait le risque de névralgie, mais d’autres observations n’ont pas confirmé ces hypothèses.

Ne pas réduire la douleur et les analgésiques. Mais les effets positifs des antidépresseurs tricycliques (amitriptyline, désipramine) et l’utilisation du blocage sympathique ont été démontrés.

Vous pouvez vous inscrire en appelant le numéro de téléphone gratuit 8-800-707-15-60 ou en remplissant le formulaire de contact. Dans ce cas, nous vous contacterons nous-mêmes.

infection herpétique

La cause d’une infection herpétique est de 8 virus, deux virus de l’herpès simplex, ainsi que Epstein-Barr et le cytomégalovirus, le zona et les nombres sans nom. Le virus de l’herpès simplex de type 1 endommage la peau de la bordure rouge des lèvres, type 2 – de la muqueuse génitale, mais dans la vie, il n’y a pas de localisation stricte, et le virus génital vit sur les lèvres et le virus labial sur les organes génitaux .

Quels virus causent différents types d’herpès?

Au total, seuls huit virus sur plusieurs dizaines deviennent la cause de l’apparition de l’herpès dans le corps humain, je les numérote avec des noms propres. L’herpès simplex, fréquent chez 95% des adultes, est causé par le type 1 “labial” et le type 2 “génital”, mais les deux peuvent former des lésions dans la moitié supérieure et inférieure du corps.

La varicelle et le zona sont causés par le type 3 “varicelle-zona”, l’infection à cytomégalovirus forme le type 5, et le “virus Espstein-Barr” est le numéro 4. Les particules virales 6, 7 et 8 sont peu étudiées, on sait que le virus de l’herpès de type 6 dans chez l’enfant entraîne une roséole brutale, on la retrouve aussi chez l’adulte, mais on ne définit pas clairement de quelle pathologie elle est responsable.

Quels types d’herpès surviennent chez les adultes?

L’agent infectieux coexiste facilement avec des parents, donc presque tous ceux qui ont eu la varicelle ont des agents pathogènes de types 1 et 2. Si l’infection s’est produite simultanément, il s’agit d’une co-infection, si séquentiellement, il s’agit d’une surinfection.

  • Le type labial provoque l’herpès du visage, mais peut également affecter les organes génitaux, et le type génital ou génital peut également entraîner des éruptions herpétiques sur les ailes du nez et dans les yeux.
  • L’ophtalmoherpès ou les yeux et les oreilles sont des manifestations typiques du zona, mais souvent les virus de l’herpès simplex en deviennent également la cause.
  • L’herpès zoster se manifeste sur le corps et les membres, sur la moitié du visage et dans la bouche, où le type labial 1 «règne» généralement, et le type génital peut également devenir la cause de cloques dans la région lombaire.

Et ce sont des types typiques d’infection herpétique, car les manifestations avec des symptômes moins ou plus prononcés sont considérées comme atypiques.

Quel est le traitement de l’herpès chez l’adulte ?

Au premier stade, lors d’une exacerbation, des médicaments antiviraux spécifiques sont nécessaires, il en existe plusieurs groupes et différentes formes, et une sélection individuelle est nécessaire. Assurez-vous d’essayer de réduire les manifestations douloureuses et de prévenir les complications et les infections bactériennes secondaires.

Au deuxième stade, l’immunothérapie est réalisée et elle ne doit pas être négligée, car les rechutes sont fréquentes pour cette infection diversifiée.

Les normes proposent plus d’une douzaine de groupes de médicaments, ce qui est nécessaire et ce qui sera redondant, seule la consultation d’un médecin décidera. Le spécialiste des maladies infectieuses de la clinique internationale Medica24 a non seulement reçu une spécialisation, mais a également traité avec succès des centaines de patients. Si vous avez besoin d’aide, inscrivez-vous par téléphone +7 (495) 230-00-01

À quel point l’herpès est-il contagieux?

L’incidence estimée de l’infection virale herpétique est de 17 personnes pour 100 000 habitants, pour une raison quelconque dans le Nord-Ouest et l’Oural, elle est deux fois plus élevée. En termes de contagiosité, le virus de l’herpès est beaucoup plus vicieux que le VIH, il est très tenace, il se fiche des “moins” et des “plus” 70°, il survit dans une pièce pendant une journée, donc c’est facile à attraper infecté par des cloques sur une serviette et par des éclaboussures de salive. Sur les dix adultes, sept ont « attrapé » une infection herpétique par un porteur asymptomatique qui excrète le virus de temps à autre sans se déchirer la peau.

Dans la clinique internationale Medica24, non seulement ils établiront le diagnostic correct dans les plus brefs délais et à un coût minimal, mais ils fourniront également un traitement optimal selon les normes cliniques mondiales.

Prenez soin de vous, réservez une consultation dès maintenant

Quels sont les symptômes de l’herpès chez l’adulte ?

La plupart des personnes infectées se souviennent bien du premier épisode de la maladie, c’est le plus brillant, chaque septième épisode rechute de la “fièvre” six fois par an, mais la majorité des personnes infectées de temps en temps souffrent d’éruptions cutanées sur les lèvres ou organes génitaux.

  • Le premier signe de la maladie est un gonflement local de la peau ou des muqueuses, avant que des démangeaisons et des brûlures puissent apparaître à cet endroit, cette étape dure plusieurs heures.
  • Peu à peu, sur fond de rougeur, commence la croissance de minuscules bulles, remplies d’un secret jaunâtre.
  • Les bulles se blessent facilement, éclatent et l’érosion se propage à leur place – comme si la peau était pelée, la douleur est intense, mais tolérable.
  • Les érosions sont recouvertes d’un revêtement gris, à partir duquel se forment des croûtes brunes, elles resserrent la peau, éclatent souvent et saignent. La guérison complète se produit en 3 à 7 jours.
  • Du côté de la lésion, un ganglion lymphatique hypertrophié et douloureux peut être palpé.
  • Avec des éruptions cutanées abondantes, une réaction générale du corps peut se développer: une augmentation modérée de la température, des douleurs musculaires et articulaires et des maux de tête.

L’ensemble du parcours est assez douloureux, et pas seulement au site de la lésion cutanée, mais avec l’herpès génital, la douleur avec engourdissement peut se propager à la surface interne de la cuisse, de l’aine et de la région fessière. Les bulles sur la membrane muqueuse de l’urètre provoquent une sensation de brûlure à chaque miction.

Il est impossible de guérir une infection herpétique, mais des années peuvent s’écouler entre les rechutes, le porteur du virus étant contagieux. Nos médecins infectiologues du Centre des maladies infectieuses vous diront quoi faire pour ne pas devenir une source de problèmes pour les autres, aider à atténuer les manifestations de la maladie et prévenir les rechutes.

Est-il toujours nécessaire de faire des tests pour le virus de l’herpès ? Dans la plupart des cas, il suffit qu’un médecin expérimenté observe les manifestations cliniques pour le diagnostic. Les symptômes de l’herpès sont assez typiques :

  • L’apparition de douleurs neurologiques avant les lésions cutanées ;
  • La cyclicité de la peau passe d’une tache qui démange, à travers une vésicule en croissance avec un contenu progressivement trouble, à une croûte;
  • Le développement d’une intoxication générale sur fond d’éruptions cutanées;
  • Apparition répétée de changements similaires au cours de la vie ;
  • Localisation plus ou moins typique sur les lèvres et les organes génitaux, sur les ailes du nez et dans les espaces intercostaux ;
  • Avec le zona, les changements pathologiques sont situés dans une bande et seulement sur une moitié.

Dans la clinique internationale Medica24, ils procéderont à un examen dès que possible et établiront un diagnostic correct, ce qui augmentera l’efficacité du traitement et raccourcira la période de rééducation.

Nos médecins vous aideront

Quand est-il indispensable de se faire tester pour le virus ?

Dans tous les cas où l’on doute qu’il s’agisse de symptômes d’une infection herpétique, c’est-à-dire pour identifier la véritable cause et le diagnostic différentiel de l’herpès par rapport à d’autres conditions pathologiques. Le diagnostic de laboratoire est effectué:

  • Les femmes enceintes atteintes d’herpès et leurs conjoints ou partenaires sexuels, car sans traitement adéquat d’une infection herpétique à un stade précoce, une fausse couche ou des malformations peuvent survenir, et avec une maladie dans la seconde moitié, l’enfant peut naître avec une infection congénitale grave .
  • Les patients infectés par le VIH et les patients présentant une déficience des défenses immunitaires acquises contre une maladie chronique aideront à déterminer la cause de l’infection.
  • Avec une infection grave avec des manifestations atypiques, lorsque les organes internes ou presque tout le corps sont touchés – herpès généralisé, et il peut y avoir des doutes sur l’exactitude du diagnostic ou on ne sait pas du tout de quel type de maladie il s’agit.
  • Si des symptômes de lésions du système nerveux central apparaissent, des mesures thérapeutiques urgentes doivent être prises.
  • Dans le traitement de l’infertilité, car l’herpès chez l’homme provoque une violation de la spermatogenèse.

Quel diagnostic est nécessaire pour l’herpès?

Il existe plusieurs tests qui permettent de déterminer le virus lui-même et les anticorps de différents types produits contre lui dans les fluides biologiques humains : dans le sang, la salive, les sécrétions des voies génitales et urinaires, dans un défaut cutané. Les tests standard sont tels que ELISA – dosage immunoenzymatique pour déterminer la présence d’ADN viral dans le sang pendant la PCR – réaction en chaîne par polymérase.

Dans tous les cas, il faut décider ce qu’il faut choisir parmi les méthodes de diagnostic proposées par les normes, quel test aidera à rapprocher la guérison, et ce qui est «d’intérêt académique».

Dans la clinique internationale Medica24, une approche individuelle est appliquée à chaque patient sur la base des recommandations cliniques des principaux centres médicaux mondiaux, ce qui permet d’obtenir des résultats optimaux. Contactez un spécialiste, renseignez-vous par téléphone +7 (495) 230-00-01

Nous vous rappellerons

Comment les récidives se manifestent-elles cliniquement ?

De manière caractéristique, les rechutes sont plus légères que l’épisode primaire. Pour le développement d’une lésion cutanée, il y a suffisamment de stress, d’éruptions cutanées en tant qu’organisation autorégulatrice: où ils veulent, ils y apparaissent, quand ils le jugent nécessaire, ils ramperont.

Avec les rechutes, une évolution atypique est plus souvent constatée. Par exemple, la maladie semble se figer au stade de gonflement et de rougeur de la peau, accompagnée de démangeaisons ou d’une légère sensation de brûlure, mais aucune bulle ne se forme. La durée de ces manifestations est plus courte.

Quels sont les dangers de la maladie ?

Les symptômes cutanés sont assez douloureux, mais le pire est que l’infection herpétique s’installe dans le tissu nerveux, s’y installant entre les rechutes, provoquant une névrite des nerfs facial et occipital, sciatique et trijumeau lorsqu’elle est exacerbée. Ces souffrances peuvent durer des semaines, mettant le porteur du virus hors de combat.

Et la manifestation la plus dangereuse: la capacité de provoquer des avortements spontanés en début de grossesse, n’exclut pas que le virus soit responsable de toutes les 2-3 fausses couches.

Les spécialistes de la clinique internationale Medica24 lors d’un examen complet identifient les facteurs de risque et les causes objectives pouvant conduire au développement d’une maladie récurrente en permanence, ce qui vous permet de commencer des mesures préventives.

Il est nécessaire de traiter les manifestations cutanées de l’infection herpétique et les symptômes de névrite, aucun des médicaments: acyclovir, ganciclovir, valaciclovir, famciclovir – n’a d’avantages cliniques, mais tous sont très efficaces. Le traitement contribue à une réduction significative de la durée de la maladie et réduit les manifestations cliniques.

Avec une prise constante de pilules pendant plusieurs mois, une rechute peut être évitée, seul un spécialiste hautement qualifié peut établir un programme de traitement.

Un partenaire non infecté peut effectuer une prophylaxie médicamenteuse d’une infection herpétique, alors que vous ne devez pas abandonner un préservatif, et pendant «l’apogée» de l’herpès chez un partenaire, les contacts sexuels doivent être exclus.

Avec différentes manifestations de lésions herpétiques, différents schémas thérapeutiques sont nécessaires, sinon des rechutes fréquentes sont possibles. Le spécialiste des maladies infectieuses de la clinique internationale Medica24, sur la base des meilleures recommandations mondiales, établira un plan de traitement individuel qui protège contre l’activation du processus et le développement de la rechute, appelez le +7 (495) 230-00-01

Traitement de l’infection herpétique

L’infection par l’herpès est l’une des maladies les plus importantes sur le plan social, ce qui peut s’expliquer par la forte sensibilité du corps humain au virus de l’herpès. Selon des statistiques sèches, le nombre de porteurs d’herpès de divers types est en avance sur l’augmentation naturelle de la population de divers pays. Plus de 90 % de la population mondiale est actuellement infectée par un ou plusieurs sérotypes du virus de l’herpès. Et le plus souvent, les manifestations de cette maladie surviennent chez des personnes de 20 à 40 ans. Environ 20 à 25% des personnes infectées par l’herpès rencontrent constamment des rechutes de l’infection et, chez 30%, le virus “choisit” une forme d’existence latente.

L’une des principales caractéristiques de l’infection par l’herpèsvirus est la résistance à de nombreux médicaments et la mutation constante du virus, ce qui rend difficile sa lutte. Cela signifie que pour vaincre les manifestations de l’herpès, une approche intégrée est nécessaire, en tenant compte de l’anamnèse, de l’âge du patient et de son état de santé actuel. Seul un médecin possédant une vaste expérience peut choisir les bons médicaments qui vous aideront à récupérer. Ce sont ces spécialistes qui travaillent au Centre Médical International ON CLINIC.

Si vous vous plaignez des manifestations d’une infection herpétique, n’hésitez pas, prenez immédiatement rendez-vous avec nos spécialistes. Ils sont prêts à vous recevoir tous les jours de la semaine, y compris les week-ends et les jours fériés.

Qu’est-ce qu’une infection par le virus de l’herpès

Une infection herpétique est une maladie causée par le virus de l’herpès simplex. Elle affecte les tissus tégumentaires et les cellules nerveuses. Chez les gens, l’herpès est souvent appelé un “rhume” sur la lèvre. Ceci est pleinement justifié – le premier type d’herpès affecte les muqueuses et la peau de la bouche et du nez. Le deuxième type d’herpès se fait sentir par l’apparition d’éruptions cutanées dans la région génitale. C’est ce qu’on appelle l’herpès génital.

La classification de l’infection herpétique est directement liée au domaine d’activité du virus. Il peut également affecter les organes internes (herpès viscéral) et le système nerveux.

Le mécanisme de transmission de l’herpès

La source d’une infection par le virus de l’herpès peut être non seulement une personne présentant des manifestations évidentes de la maladie, mais également une personne porteuse du virus et ne le suspectant souvent même pas. Avec une primo-infection, le virus est libéré dans l’environnement extérieur pendant environ deux semaines et avec des rechutes – environ une semaine. Parmi les principaux modes de transmission de l’herpès figurent le contact domestique et sexuel. De plus, ce virus peut être transmis par voie parentérale, c’est-à-dire lors d’injections intramusculaires et intraveineuses. Une mère peut infecter son bébé pendant la grossesse et pendant l’accouchement.

En d’autres termes, si quelqu’un dans la famille est infecté par le virus de l’herpès, avec une forte probabilité, tôt ou tard, tous les membres de la famille seront infectés par contact domestique et par d’autres moyens. Cette maladie se propage très rapidement. Il vaut la peine de contacter un médecin et de suivre une thérapie tous ensemble, adultes et enfants.

Symptômes d’une infection par le virus de l’herpès

Au début de l’apparition d’éruptions cutanées sur la peau et les muqueuses, une personne ressent des démangeaisons et des brûlures. Ensuite, un petit sceau se forme et des bulles apparaissent sur la peau remplies d’un liquide clair. Après les avoir ouvertes, il reste de petites plaies sous forme d’érosions, qui se dessèchent progressivement et se recouvrent de croûtes. Les ganglions lymphatiques peuvent également gonfler. Si les bactéries pénètrent dans la zone d’érosion, une suppuration secondaire peut se développer. Cela conduit au fait que la plaie guérit plus longtemps.

Si le virus attaque la cavité buccale, une stomatite aiguë se développe, ce qui provoque des douleurs et gêne l’alimentation. La température corporelle peut également augmenter, des signes d’intoxication sont observés.

Les lésions oculaires se manifestent par l’apparition d’éruptions cutanées sur la cornée qui, si elles ne sont pas traitées à temps, peuvent entraîner une opacification, une vision floue et même la cécité.

L’herpès génital chez les femmes se manifeste par la formation d’éruptions cutanées et de vésicules dans la région des grandes et petites lèvres, et chez les hommes – dans la région du pénis et du prépuce. L’herpès du col de l’utérus peut entraîner le développement d’un cancer.

Un type d’infection herpétique est le zona, qui affecte le visage, les membres, les côtes et les organes génitaux. Elle se manifeste par une éruption papuleuse, une douleur intense, un malaise général et une altération du fonctionnement du tractus gastro-intestinal.

L’herpès est particulièrement dangereux pour le système nerveux, lorsqu’une fièvre sévère, des convulsions et une paralysie peuvent être observées. Cette condition peut entraîner la mort.

Le type viscéral de l’herpès affecte le foie, les reins et d’autres organes internes, ce qui entraîne une perturbation persistante de leur fonctionnement.

Chez les nouveau-nés et les personnes dont le système immunitaire est affaibli, l’herpès peut entraîner des dommages importants à la peau, aux muqueuses et aux organes internes. Ceci est lourd de conséquences imprévisibles. C’est pourquoi il est important de consulter immédiatement un médecin si vous suspectez une infection herpétique.

Lebed D.N., thérapeute. Vaccination en ON CLINIC.

Diagnostic de l’infection par le virus de l’herpès

Pour diagnostiquer la maladie, le médecin procède à une analyse virologique du contenu des vésicules et gratte le matériel biologique de la surface des érosions. Des analyses de sang, d’urine et de salive peuvent également être effectuées. La réaction en chaîne par polymérase (PCR) est largement utilisée.

Traitement de l’infection herpétique

En raison du fait que l’herpès peut endommager divers organes et systèmes, des spécialistes de divers domaines sont engagés dans son traitement. L’herpès génital est combattu par les vénéréologues, les urologues et les gynécologues. La défaite du virus du système nerveux nécessite la participation de neurologues. En conséquence, les ophtalmologistes sont engagés dans le traitement des lésions oculaires herpétiques. Avec une localisation non identifiée de l’herpès, il est préférable de contacter un thérapeute.

Le médecin fait le cours de la thérapie en fonction de la forme clinique et de l’évolution de la maladie. Les médicaments antiviraux sont utilisés comme traitement topique. L’herpès primaire est traité pendant environ 10 jours, la forme chronique de la maladie peut nécessiter un traitement à long terme – jusqu’à six mois ou plus. L’herpès viscéral, l’herpès du système nerveux et les formes généralisées de cette maladie nécessitent l’administration intraveineuse de médicaments. Pour renforcer le système immunitaire et augmenter l’efficacité du traitement de l’herpès, le patient peut également se voir proposer une physiothérapie.

Dans ON CLINIC, tous les types de diagnostic et de traitement de l’herpès sont effectués à l’aide d’un équipement de haute qualité et de médicaments fiables. Nous effectuons toutes les analyses le plus rapidement possible – nous avons notre propre laboratoire de diagnostic clinique, qui possède un certificat international de contrôle de la qualité.

Traitement des remèdes populaires contre l’herpès

Selon de nombreuses années d’expérience de spécialistes, l’utilisation de recettes de médecine traditionnelle ne conduit pas à l’élimination du virus de l’herpès du corps et, dans la plupart des cas, n’aide pas à se débarrasser de ses manifestations. Très souvent, l’auto-traitement d’une infection par le virus de l’herpès, l’utilisation d’une variété d’onguents, de décoctions et de teintures faits maison, provoque le développement de complications qui ne sont pas si faciles à traiter, même dans une clinique.

L’acquisition de tout médicament en pharmacie sans consulter un médecin entraîne également souvent des résultats indésirables. Ne risquez pas votre santé, ne commencez le traitement qu’après un diagnostic et une visite chez un spécialiste !

Prenez soin de vous et de votre santé, prenez du temps pour vous et soyez toujours en bonne santé ! Et OH CLINIC vous y aidera !

Prévention de l’infection par le virus de l’herpès

La prévention de l’herpès consiste en des mesures de prévention du développement d’infections virales respiratoires aiguës et de prévention des MST. Une thérapie immunostimulante appropriée et des vaccinations seront également utiles.

Névralgie post-herpétique

La névralgie post-herpétique est une affection douloureuse qui suit généralement un épisode de zona. Le terme lui-même fait référence à la condition (douleur après l’herpès).

Zona (herpès zoster) – la cause est la réactivation du virus varicelle-zona, qui est dans le corps humain à l’état latent et, pour des raisons inconnues, est activé et provoque un épisode de zona (herpès zoster). les raisons de l’activation du virus ne sont pas encore connues.

Le virus réactivé se propage le long des nerfs, provoquant des douleurs et l’apparition d’éruptions cutanées ou de petites cloques sur la peau. En règle générale, l’éruption cutanée et la douleur du zona se produisent généralement d’un côté du torse ou de la tête. Le plus souvent, des éruptions cutanées se produisent dans la région de la poitrine. La maladie progresse généralement en quelques semaines et passe sans laisser de trace. Mais parfois, le virus endommage les fibres nerveuses, ce qui se manifeste par des douleurs et d’autres manifestations après la disparition de l’éruption cutanée. C’est la névralgie post-zostérienne.

Les symptômes de la névralgie post-herpétique varient (selon les caractéristiques individuelles d’une personne en particulier) et peuvent inclure une douleur intense, un engourdissement, des picotements, une paresthésie dans la zone qui a subi une infection virale. La névralgie post-zostérienne peut affecter négativement à la fois la vie quotidienne et la capacité de travail. Mais, à l’heure actuelle, il existe des moyens assez efficaces pour traiter cette condition (kinésithérapie, traitement médicamenteux).

Facteurs de risque

Seuls ceux qui ont eu la varicelle peuvent attraper le zona. Mais il existe certains groupes plus sujets aux névralgies post-zostériennes :

  • Âge – le risque de névralgie post-zostérienne est plus élevé dans le groupe d’âge avancé. (30 % des survivants de l’herpès zoster de plus de 60 ans développeront une névralgie post-zostérienne à l’avenir) et seulement 10 % dans le groupe plus jeune développeront une névralgie post-zostérienne.
  • Localisation des éruptions cutanées – les symptômes de la névralgie sont plus prononcés si les éruptions cutanées se situent au niveau du front ou des yeux.
  • Comorbidité – Avoir un système immunitaire affaibli (après une chimiothérapie ou la prise d’immunosuppresseurs) ou des maladies telles que le SIDA.

Le traitement précoce du zona est important. Un traitement commencé dans les 2 à 3 jours suivant le début de l’éruption cutanée peut aider à réduire les symptômes et à éviter le risque de névralgie post-zostérienne.

Les raisons

La névralgie post-zostérienne a une pathogenèse spécifique. Dans leur structure, les nerfs ressemblent à des fils électriques qui parcourent tout le corps et transmettent les impulsions du système nerveux central et vice versa, avec des informations sur l’état des organes et des tissus. Les nerfs sensoriels transmettent la douleur, la température, les sensations tactiles.

La névralgie post-zostérienne survient lorsque le virus du zona endommage les nerfs sensoriels. Les nerfs endommagés commencent à mal fonctionner et envoient des impulsions de douleur au système nerveux central. Cela entraîne des douleurs chroniques ou des troubles sensoriels dans certaines zones du corps.

Les symptômes

Les symptômes de la névralgie post-zostérienne ne surviennent généralement que dans la zone du corps touchée par le zona et comprennent :

  • Douleur (peut être aiguë, coupante, lancinante, brûlante)
  • Engourdissement, picotements, démangeaisons
  • Maux de tête si le zona est localisé sur la tête ou le visage
  • Rarement, faiblesse musculaire ou paralysie si le nerf qui alimente un muscle spécifique est endommagé.

Parfois, les patients souffrent d’allodynie. L’allodynie est une réaction disproportionnée par rapport au stimulus (c’est-à-dire que le patient réagit à des stimuli mineurs tels qu’un léger changement de température ou toucher des vêtements avec une douleur intense).

Diagnostic

Si la douleur survient après un épisode d’éruptions cutanées ou une violation de la sensibilité, vous devriez consulter un médecin. Le diagnostic est basé sur les antécédents médicaux, l’examen physique et les tests de laboratoire (nécessaires pour exclure d’autres maladies). Les méthodes de diagnostic instrumentales (CT, IRM, EMG, échographie) ne sont prescrites que s’il existe un besoin de diagnostic différentiel.

Prévoir

La thérapie par l’exercice, la physiothérapie et le traitement médicamenteux aident dans la plupart des cas à réduire les symptômes et à restaurer la qualité de vie. Surtout si le traitement est effectué en temps opportun.

Traitement

Traitement médical:

  • Analgésiques tels que l’acétaminophène (Tylenol, Panadol, Tempra) et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tels que l’aspirine, l’ibuprofène, le naproxène et le Celebrex.
  • Opioïdes – Un médecin peut prescrire des analgésiques opioïdes pour les douleurs intenses qui ne sont pas soulagées par les analgésiques conventionnels, mais ces médicaments doivent être utilisés avec prudence en raison du risque d’effets secondaires graves. Par exemple : ce groupe comprend le tramadol ou l’oxycodone. Certaines recherches suggèrent que l’oxycodone peut également aider à réduire l’allodynie.
  • antidépresseurs – Ces médicaments sont efficaces en présence de dépression. De plus, ils améliorent le sommeil (par exemple, amitriptyline, simbalta, etc.).
  • Anticonvulsivants – Les médicaments de ce groupe sont principalement destinés à la prévention des états convulsifs. Mais parfois ils sont assez efficaces dans les névralgies post-zostériennes (Neurontin, Lyrica, Topamax, Carbamazepine).
  • Blocages – Les injections d’un corticoïde dans les points paravertébraux entraînent parfois une réduction significative de la douleur.
  • Anesthésiques locaux – pommades, gels contenant des analgésiques ou des anesthésiques (lidocaïne). Aide à soulager temporairement les symptômes.

La prévention

Certains médicaments antiviraux peuvent aider à prévenir ou à réduire les effets du zona, réduisant ainsi le risque de névralgie post-herpétique :

  • Vaccin contre la varicelle – Le vaccin contre le virus varicelle-zona (Varivax) est maintenant un vaccin de routine pour les enfants, mais peut également être recommandé pour les enfants plus âgés et les adultes qui n’ont jamais eu la varicelle. Ce vaccin ne garantit pas qu’une personne ne contractera pas la varicelle ou le zona, mais peut réduire la durée et la gravité des symptômes et le risque de complications telles que la névralgie post-herpétique.
  • Le vaccin contre le zona (Zostavax) peut être administré aux personnes de plus de 60 ans (qui ont eu la varicelle mais pas le zona). Zostavax n’est pas recommandé pour une utilisation chez certains groupes de personnes (par exemple, celles qui suivent un traitement contre le cancer ou qui sont immunodéprimées).
  • Médicaments antiviraux – Les médicaments antiviraux tels que l’acyclovir, le valocyclovir, le famciclovir, lorsqu’ils sont pris dans les 72 premières heures suivant l’apparition d’une éruption cutanée de zona, peuvent aider à réduire la durée du zona et à réduire le risque de développer une névralgie post-zostérienne.

La physiothérapie aide à réduire la douleur et à soulager l’inflammation. Diverses méthodes sont utilisées (dont la stimulation électrique transcutanée).

La thérapie par l’exercice aide à restaurer l’élasticité des ligaments et des muscles. Les exercices peuvent être effectués à la fois sur des simulateurs et sous forme de gymnastique.

Acupuncture. Cette méthode est assez efficace pour restaurer la conductivité et réduire la douleur.

L’utilisation de matériaux est autorisée avec un lien hypertexte actif vers la page permanente de l’article.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *