Types d’hypoxie et traitement du manque d’oxygène

La carence en oxygène ou l’hypoxie est une diminution du niveau d’oxygène dans certaines zones ou dans l’ensemble du corps. Souvent, le manque d’oxygène est associé à quelque chose de dérangeant, de négatif. Parfois, un manque contrôlé d’oxygène peut être bénéfique, mais dans la grande majorité des cas, il cause des dommages à l’organisme et nécessite des soins médicaux.

Contents

Types et stades de la maladie

Selon l’origine et le mécanisme de développement du processus pathologique, l’hypoxie peut être:

  • exogène (causé par des facteurs externes, une modification du degré de saturation de l’air inhalé en oxygène);
  • respiratoire (respiratoire);
  • circulatoire (ischémique, congestif);
  • hémique (causé par l’anémie ou une diminution de la fonction de l’hémoglobine);
  • tissu (se développe en raison d’une violation de la capacité des tissus à absorber l’oxygène);
  • substrat (se développe avec une pénurie de substrats);
  • rechargement (ce que l’on appelle l’hypoxie de charge);
  • mixte (combine plusieurs des types ci-dessus).

En aval, l’état se passe :

Начните обучаться реалистичному рисунку за 0! Впервые!
  • rapide comme l’éclair (se développe en quelques secondes);
  • aigu (se développe en quelques minutes ou en une heure);
  • subaiguë (se développe en quelques heures);
  • chronique (durant des semaines, des mois et parfois des années).

Selon la localisation, on distingue l’hypoxie générale et locale (locale).

Selon la gravité de l’évolution, la condition est légère, modérée, sévère et critique (ou mortelle).

Étiologie de la maladie

L’hypoxie peut être causée par un certain nombre de facteurs externes et certains dysfonctionnements des organes et des tissus.

Causes établies d’hypoxie:

  • rester dans une pièce étouffante non ventilée;
  • vol à haute altitude sans utilisation d’équipement à oxygène;
  • rester dans les hautes terres;
  • étouffement, noyade;
  • gonflement de la muqueuse bronchique;
  • destruction des globules rouges et anémie;
  • infarctus du myocarde;
  • malformations cardiaques ;
  • charges intenses sur les muscles, lorsque le besoin en oxygène dépasse son apport réel aux tissus ;
  • vascularite;
  • pathologies vasculaires du diabète sucré.

La pathogenèse de l’hypoxie

Fondamentalement, l’hypoxie est un décalage entre la production d’énergie d’une cellule et ses besoins énergétiques. Le lien principal dans la pathogenèse de la maladie est une violation de la phosphorylation oxydative dans les mitochondries, ce qui provoque une diminution de la production d’ATP (et donc un déficit énergétique, un dysfonctionnement des processus dépendant de l’énergie) et l’accumulation d’acide lactique et d’acides de l’acide tricarboxylique. cycle (acidose).

Dans le premier cas, il apparaît :

  • restriction de la mobilité des structures contractiles;
  • diminution de la production de protéines, de lipides et d’acides nucléiques ;
  • perturbation du transport actif des ions calcium et eau dans la cellule.

Dans le second cas, développez :

  • blocage de la glycolyse (le seul moyen d’obtenir de l’ATP sans la participation de l’oxygène);
  • augmentation de la perméabilité de la membrane plasmique;
  • activation des enzymes lysosomales dans le cytoplasme, suivie de l’autodigestion de la cellule.

S’il n’est pas traité, le patient développe une faiblesse, une léthargie due à une diminution du niveau de saturation en oxygène du cerveau. L’issue la plus grave de l’hypoxie est la mort.

Tableau clinique de la maladie

Selon le stade de la maladie et sa gravité, divers signes d’hypoxie se développent. La forme aiguë se développe après quelques minutes ou quelques heures (forme subaiguë) à partir du moment de l’exposition au facteur qui a provoqué le développement de la maladie. Cette forme se caractérise par un tableau clinique plus prononcé qui, en l’absence de soins médicaux, provoque des modifications irréversibles de l’organisme.

La forme chronique de l’hypoxie se développe lentement, sur plusieurs mois voire plusieurs années. Pendant cette période, le corps s’adapte aux changements, mais des conséquences irréversibles se développent encore.

Il existe de tels symptômes d’hypoxie:

  • faiblesse et fatigue;
  • augmentation de la somnolence (principalement pendant la journée);
  • mal de tête;
  • déficience de mémoire;
  • vertiges périodiques;
  • diminution de la concentration ;
  • tachycardie, augmentation du débit cardiaque ;
  • abaisser la tension artérielle;
  • pâleur, cyanose de la peau (et en cas d’intoxication au monoxyde de carbone – rougeur);
  • gonflement des membres inférieurs (signe d’insuffisance cardiaque);
  • une augmentation de la fréquence et de la profondeur de la respiration, et à mesure que le centre respiratoire est épuisé, la respiration devient rare et superficielle.

L’hypoxie chronique est à l’origine de modifications de la forme des ongles et des phalanges distales des doigts. Les ongles prennent l’apparence d’un cadran d’horloge et les phalanges s’épaississent et ressemblent à des baguettes.

Caractéristiques de l’évolution de la maladie pendant la grossesse

Lorsqu’un bébé est dans l’utérus, ses poumons sont en train de se former. Cependant, déjà au stade de la croissance fœtale, il a besoin d’oxygène, qui pénètre par le placenta.

Si une future mère est diagnostiquée avec un manque d’oxygène, cela affecte l’état du fœtus. Le traitement de l’hypoxie pendant la grossesse est essentiel pour maintenir la santé de l’enfant à naître.

L’hypoxie fœtale peut être causée par de telles conditions et habitudes d’une femme:

  • insuffisance placentaire
  • Maladies cardiovasculaires
  • carence en fer ou anémie
  • Stress et états nerveux
  • Prolongation de grossesse, hydramnios, grossesse multiple
  • Consommation d’alcool et tabagisme pendant la grossesse

La future mère elle-même peut diagnostiquer un manque d’oxygène chez le fœtus, en remarquant une diminution de l’activité de son mouvement, une léthargie. Mais seul un spécialiste auquel une femme demande à être observée pendant la grossesse peut déterminer exactement la gravité de la violation.

Les conséquences de la privation d’oxygène du fœtus dans les premiers stades de la grossesse sont la formation incorrecte des organes du bébé à naître et le développement lent du fœtus, et dans les stades ultérieurs, le système nerveux central est affecté, des anomalies du développement physique , et adaptation difficile à la vie hors du ventre de la mère.

Si l’hypoxie a été diagnostiquée pendant la grossesse, une neurosonographie néonatale est nécessaire peu de temps après l’accouchement.

Caractéristiques de la maladie chez les enfants

Les symptômes de l’hypoxie chez les enfants sont diagnostiqués lors de l’accouchement. La condition est évaluée sur l’échelle d’Apgar de 0 à 10 points.

Il existe 3 degrés de pathologie :

  • 8-10 points – excellent état ;
  • 6-7 points – forme légère, 1er degré ;
  • 4-5 points – forme moyenne, 2ème degré ;
  • 0-3 points – forme sévère, 3e degré.

La maladie du 1er degré, en règle générale, n’affecte pas l’état de l’enfant, elle disparaît d’elle-même avec des soins appropriés.

L’hypoxie du 2e degré, avec une thérapie opportune, provoque rarement un dysfonctionnement du corps. Dans les premiers mois de traitement, des troubles du sommeil, de l’anxiété, des tremblements du menton sont observés.

Sous forme sévère, des troubles graves du corps de l’enfant peuvent apparaître – convulsions, retard de développement, perturbation du système nerveux central.

En l’absence de traitement rapide, divers troubles du développement physique et mental sont possibles. Les conséquences fréquentes de l’hypoxie à la naissance sont l’hypertonicité, la ZPRR, l’autisme, la paralysie cérébrale et parfois la mort.

Complications de la pathologie

Une hypoxie sévère et prolongée provoque des dommages aux centres de la respiration et de la circulation sanguine, un trouble des réflexes respiratoires, l’apparition de convulsions, etc.

Les conséquences de l’hypoxie dépendent de la vitesse de développement de la maladie et du degré de manque d’oxygène.

Les stades instantanés, subaigus et aigus se terminent souvent par la mort du patient.

Les complications les plus courantes sont :

  • nausée et vomissements;
  • opacification de la conscience ou sa perte ;
  • violation des fonctions visuelles, auditives et de la parole;
  • maux de tête systématiques.

Dans les cas avancés, un œdème cérébral se développe, entraînant de graves conséquences: perte de réflexes conditionnés et inconditionnés, arrêt du fonctionnement normal des organes et, par conséquent, coma.

PREMIERS SECOURS

Si des signes d’hypoxie apparaissent, il est nécessaire d’appeler les soins d’urgence et, si possible, de fournir de l’air frais à la victime. La tâche de l’équipe ambulancière est d’assurer l’oxygénation pendant l’hospitalisation du patient.

Diagnostique

Le diagnostic de l’hypoxie comprend non seulement la détermination du degré de privation d’oxygène, mais également l’identification des troubles concomitants :

  • oxymétrie de pouls (la méthode principale et la plus accessible pour déterminer le degré de saturation en oxygène du sang, la saturation normale doit être d’au moins 95%); ; ;
  • analyse sanguine générale.

Avec une diminution de la fonction respiratoire, le patient doit consulter un pneumologue. Lorsque des lésions du système nerveux se développent, une observation par un neurologue est nécessaire.

Traitement

Le traitement de l’hypoxie vise à restaurer la fonction de saturation en oxygène des tissus et à éliminer les causes du développement de la pathologie.

Parfois, pour le traitement de la maladie, il suffit d’augmenter l’activité physique et d’aérer régulièrement la maison et le lieu de travail.

Si l’hypoxie est associée à des pathologies des poumons ou du système cardiovasculaire, des mesures plus sérieuses sont nécessaires.

L’oxygénation est réalisée à l’aide de matériel à oxygène : bidons, poches à oxygène, masques. Dans certains cas, il est nécessaire de connecter le patient à un ventilateur qui fournit de l’oxygène forcé aux poumons. Cela aide à saturer le sang en oxygène et à éliminer le dioxyde de carbone des poumons.

La thérapie médicale comprend la prise de:

  • bronchodilatateurs;
  • antihypoxants;
  • médicaments à effet cardiotrope;
  • analeptiques respiratoires;
  • agents antiplaquettaires et anticoagulants.

En cas d’hypoxie causée par un empoisonnement, le patient reçoit des antidotes spéciaux qui affaiblissent ou neutralisent complètement l’effet du poison.

En cas d’urgence, des interventions chirurgicales sont effectuées pour éliminer l’hypoxie aiguë et sauver la vie du patient.

Contrôle de la guérison

L’oxymétrie de pouls est le moyen le plus simple et le plus abordable de contrôler la guérison de l’hypoxie. Un oxymètre de pouls est un moniteur de saturation en oxygène peu coûteux disponible dans un magasin de fournitures médicales. Il est facile à gérer et ne nécessite pas de compétences spécialisées pour interpréter les données reçues. Il est important de se rappeler que le degré de saturation en oxygène du sang chez une personne en bonne santé est de 95% ou plus.

La prévention

La prévention de l’hypoxie vise principalement à éliminer la cause possible du développement de la maladie. Pour réduire le risque de pathologie, vous devez :

  1. Aérer les pièces.
  2. Soyez dehors plus souvent.
  3. Augmenter l’activité physique.
  4. Refuser de mauvaises habitudes.
  5. Éviter l’inhalation de vapeurs et fumées nocives.
  6. Mange correctement.
  7. Subir un traitement rapide des maladies respiratoires et cardiovasculaires.

L’article est de nature informative et éducative. N’oubliez pas : l’automédication peut nuire à votre santé.

Chef de service thérapeutique chez Obolon, médecin généraliste de la plus haute catégorie, pneumologue de première catégorie

Pneumologue, allergologue de la catégorie la plus élevée, candidat des sciences médicales

Quel médecin traite l’hypoxie ?

Vous vous demandez ce qu’est l’hypoxie, ses types et ses stades ? Vous ne savez pas quel médecin contacter ? Le traitement efficace de l’hypoxie à Kyiv est effectué par des spécialistes expérimentés du centre médical MEDICOM. Nos spécialistes reçoivent les patients dans des cliniques confortables de première classe situées à Obolon et Pechersk. Nos services sont équipés de tout l’équipement médical et diagnostique nécessaire, ce qui vous permet de déterminer avec précision l’état du patient et de poser un diagnostic correct. Appelez les numéros de contact du centre d’appels et nos opérateurs se feront un plaisir de répondre à vos questions et de vous aider à choisir un moment opportun pour visiter la clinique. Confiez votre santé aux meilleurs spécialistes !

Signes de manque d’oxygène

Le manque d’oxygène dans le corps peut devenir un problème grave, car sa présence est vitale pour le fonctionnement de tous les systèmes et organes. S’il y a peu d’oxygène dans le sang, tous les tissus souffrent et les processus métaboliques sont perturbés. Une personne se sent fatiguée et déprimée, léthargique et faible, et avec une hypoxie prolongée, des maladies graves peuvent se développer. Considérez les principaux signes de manque d’oxygène et les moyens de normaliser son niveau dans le sang

Signes de manque d’oxygène

L’hypoxie est d’intensité et de gravité variables. Selon ces signes, il est divisé en:

L’hypoxie éclair survient à la suite d’une suffocation mécanique, d’un œdème allergique et d’autres facteurs. L’hypoxie aiguë est légèrement moins intense et peut également se développer en raison d’un blocage partiel des voies respiratoires, par exemple dans le cas d’une bronchite avec obstruction. L’hypoxie chronique peut durer des années et souvent une personne n’est même pas consciente de la présence de problèmes de concentration d’oxygène dans le sang. Néanmoins, il s’agit d’une condition très dangereuse qui affecte directement ou indirectement tous les systèmes de l’organisme et provoque de nombreuses maladies graves.

Les signes les plus caractéristiques de la privation d’oxygène chez l’adulte sont les suivants :

  • vertiges fréquents;
  • maux de tête et migraines;
  • somnolence, léthargie, faiblesse;
  • tachycardie;
  • peau pâle;
  • bleu dans la zone du triangle nasolabial;
  • insomnie;
  • augmentation de l’irritabilité et des larmes;
  • Pression artérielle faible;
  • tremblement des mains et des pieds;
  • nausée;
  • manque de coordination;
  • gonflement.

Il n’est pas du tout nécessaire que tous les symptômes de la privation d’oxygène chez l’adulte soient présents en même temps : l’hypoxie est insidieuse dans la mesure où les manifestations peuvent être floues et avoir une fréquence et une intensité différentes. Néanmoins, la présence de plusieurs signes de cette liste est une bonne raison de faire attention à votre santé et de vérifier le niveau d’oxygène dans le sang. Il est possible que vous souffriez d’hypoxie chronique.

Causes de la privation d’oxygène

La privation d’oxygène des poumons peut se développer pour un certain nombre de raisons. Les problèmes les plus courants rencontrés par les gens sont :

  • souffrant de déshydratation;
  • les fumeurs ou les alcooliques ;
  • avec épuisement général du corps;
  • en surpoids;
  • pendant les périodes d’entraînement sportif actif;
  • avec des conditions de travail difficiles;
  • vivre en ville avec des conditions environnementales peu favorables.

Parmi les causes de la privation d’oxygène figurent également les maladies passées du système respiratoire et du système cardiovasculaire. L’hypoxie chronique se développe également avec des réactions allergiques ou de l’asthme. Des problèmes similaires peuvent également survenir avec les végétations adénoïdes.

Hypoxie fœtale

Il est nécessaire de mentionner un problème tel que l’hypoxie fœtale. Il s’agit d’une condition dangereuse dans laquelle le fœtus ne reçoit pas suffisamment d’oxygène. Les conséquences de la privation d’oxygène pour un bébé sont catastrophiques : la formation des tissus et des organes est perturbée, des dommages au cerveau et au système nerveux central se produisent. Le danger d’hypoxie dépend de son degré, ainsi que de la période à laquelle se trouve le fœtus. Dans tous les cas, les femmes enceintes doivent surveiller attentivement leur bien-être et les signes d’hypoxie afin d’éviter des complications dangereuses.

Conséquences de la privation d’oxygène

Le manque d’oxygène dans les poumons entraîne des changements négatifs dans le fonctionnement de tous les systèmes. Et si la cause de l’hypoxie n’est pas éliminée, ces changements deviendront irréversibles. Dans le contexte d’un manque prolongé d’oxygène, le risque de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux, le développement de la démence, l’apparition d’œdèmes et de convulsions augmentent. En général, en raison de cet état pathologique, la qualité du sommeil se détériore, le système nerveux en souffre beaucoup. Par conséquent, il est très important de déterminer le manque d’oxygène à temps, d’éliminer sa cause et de commencer le traitement.

Façons de traiter l’hypoxie

Après avoir compris comment déterminer la privation d’oxygène, vous pouvez passer à la façon d’y faire face. Les mesures suivantes y contribueront :

  • une bonne nutrition, y compris des aliments qui augmentent le taux d’hémoglobine (elle est responsable du transport de l’oxygène vers les cellules) ;
  • prendre des vitamines et des médicaments;
  • activité physique modérée;
  • sommeil complet;
  • de longues promenades au grand air.

Mais au rythme de la vie moderne, il n’est pas facile de trouver du temps pour le sport et les balades. Et dans la ville, il est extrêmement difficile de trouver des endroits avec de l’air pur et oxygéné. Dans ce cas, la respiration d’oxygène ou l’utilisation de cocktails d’oxygène vous aideront.

L’un des moyens les plus efficaces et les plus efficaces de traiter la privation d’oxygène consiste à utiliser des cartouches d’oxygène. Ils sont remplis d’un mélange préparé pour respirer à haute teneur en oxygène.

Vous pouvez inhaler de l’oxygène directement à partir de la canette. Si vous avez besoin d’oxygène dans un volume plus important, vous devez utiliser un masque spécial. Vous pouvez également être traité en utilisant des cocktails d’oxygène. Pour leur préparation, la même boîte est utilisée, qui transforme le mélange de protéines en une mousse épaisse et luxuriante. Après avoir mangé une délicieuse mousse, vous saturerez le corps en oxygène sous une forme facilement digestible et compenserez rapidement son manque.

Vous pouvez utiliser la respiration d’oxygène pour éliminer l’hypoxie à la fois dans les cours et au besoin – tout dépend de la cause et de l’intensité du problème. Par exemple, pour remonter le moral, gagner du tonus, soulager la fatigue et même éliminer les signes d’une gueule de bois, il suffit de prendre 3 à 5 respirations. Pour se débarrasser de l’hypoxie chronique, par exemple, causée par un mode de vie sédentaire, un séjour prolongé dans les chambres, un travail dans des conditions difficiles, il vaut la peine de suivre des cours de respiration à l’oxygène. Le schéma thérapeutique spécifique doit être convenu avec le médecin.

Bouteilles d’oxygène Prana pour lutter contre l’hypoxie

Les cartouches d’oxygène Prana ont une composition optimale : 80 % d’oxygène et 20 % d’azote. Ils ne dessèchent pas les voies respiratoires et soulagent presque immédiatement les symptômes de l’hypoxie, saturant le sang en oxygène. Nos produits sont demandés à la fois par les personnes qui ont besoin d’oxygène médical pour traiter ou se remettre de maladies respiratoires, et par celles qui effectuent la prévention de l’hypoxie, du syndrome de fatigue chronique, de la dépression, de l’épuisement physique et émotionnel. Un large public cible permet la vente de cartouches d’oxygène dans les pharmacies, les centres médicaux et les magasins de détail.

Nous effectuons des livraisons de production à un entrepôt dans toute la Russie. Il existe un système de remise progressive en fonction du volume. Il est possible de commander avec paiement différé. Tous les produits sont sous licence et peuvent être vendus dans les chaînes de pharmacies et les centres médicaux.

Hypoxie du cerveau

L’hypoxie ou la privation d’oxygène est l’un des éléments les plus importants dans le développement d’un vaste complexe de diverses maladies et conditions pathologiques. C’est elle qui joue l’un des rôles les plus importants dans l’apparition de dommages aux cellules, tissus et organes dans de nombreuses maladies, et elle accompagne également la mort du corps, quelle que soit la nature des causes qui la provoquent. Dans le même temps, le plus sensible à la privation d’oxygène est le tissu nerveux. Par conséquent, l’hypoxie, ou plutôt la prévention de son apparition et la lutte contre celle-ci, joue un rôle important dans la médecine moderne.

Qu’est-ce que l’hypoxie cérébrale

Le concept d’hypoxie signifie une carence en oxygène, qui est plus souvent appelée privation d’oxygène. C’est-à-dire qu’il s’agit d’un état du corps qui se produit dans le contexte de son apport insuffisant en oxygène ou d’une violation de son apport aux cellules et aux tissus à la suite de l’action de certains facteurs. Elle repose sur un apport énergétique insuffisant des transformations qui s’opèrent constamment dans l’organisme. Après tout, ce n’est pas pour rien que le corps humain est comparé à un grand laboratoire de chimie complexe.

Dans le corps, l’énergie est formée à partir de composés phosphorés, dont la synthèse nécessite de l’oxygène. Normalement, les processus d’oxydation biologique satisfont les besoins de l’organisme et fournissent la quantité d’énergie nécessaire au maintien de l’activité fonctionnelle des organes et des tissus, au renouvellement cellulaire, etc. Par conséquent, si cet équilibre est perturbé en raison d’un apport insuffisant en oxygène, perturbation de son transport et de son utilisation par les tissus, déficit énergétique. Cela conduit à des troubles fonctionnels et morphologiques de nature différente, y compris la mort des tissus.

Les plus sensibles au manque d’oxygène sont les cellules nerveuses, ainsi que le cœur, les reins et le foie.

En fonction de la cause de l’apparition de l’hypoxie, de la vitesse de sa progression, de la durée de conservation et d’un certain nombre d’autres facteurs, il existe plusieurs degrés:

  • doux – se manifeste lors d’un effort physique;
  • modéré – les symptômes sont présents au repos ;
  • sévère – les signes de manque d’oxygène sont prononcés et il y a une tendance à l’apparition du coma;
  • critique – le patient tombe dans le coma ou est en état de choc, ce qui peut entraîner la mort.

Cela détermine la gravité des changements survenant dans le corps, la nature des troubles secondaires qui se produisent, les réactions compensatoires et adaptatives. Mais lorsque les capacités du corps sont épuisées, les cellules qui ne reçoivent pas d’oxygène meurent. Et comme le cerveau est le premier à en souffrir, cela entraîne des changements irréversibles dans sa structure et son fonctionnement, et dans les cas graves, même la mort.

Types et causes

Toute hypoxie est divisée en aiguë et chronique. Les premiers se développent en moins de 2 heures, tandis que les seconds persistent pendant des semaines voire des années. Parfois, les formes fulminantes sont isolées lorsque le corps subit une privation d’oxygène pendant quelques minutes ou moins. Ils sont les plus dangereux et résultent de l’inhalation de gaz privés d’oxygène, par exemple le méthane, l’hélium, l’azote, etc. Aussi, parfois une forme subaiguë de carence en oxygène est isolée. Il se conserve plusieurs heures.

De plus, l’hypoxie cérébrale est classée selon le facteur étiologique, c’est-à-dire la cause du développement sur:

  • exogène;
  • respiratoire;
  • circulaire;
  • hémique;
  • tissu.

Un type mixte est également distingué, dans lequel une combinaison de 2 ou plusieurs types d’hypoxie est observée.

La détermination de ce qui a provoqué la privation d’oxygène et, par conséquent, une diminution de l’intensité des processus d’oxydation biologique, le développement d’un déficit énergétique pour assurer le plein déroulement des processus vitaux, est d’une grande importance pour la sélection des tactiques de traitement les plus efficaces.

exogène

L’hypoxie exogène est causée par l’action de facteurs externes, accompagnée d’une diminution de la pression partielle d’oxygène dans l’air inhalé. Ceci est typique principalement pour

  • monter à une hauteur considérable, ce qui, si la période d’adaptation n’est pas effectuée, peut conduire au développement du soi-disant mal des montagnes;
  • abaissement à grande profondeur dans les mines, puits;
  • problèmes de fonctionnement des systèmes d’alimentation en oxygène des sous-marins, combinaisons de plongée, avions, etc.;
  • effectuer des interventions chirurgicales, dans lesquelles il y a un dysfonctionnement de l’anesthésie et de l’équipement respiratoire, etc.

Dans de tels cas, il y a une soi-disant hypoxémie. Ce terme fait référence à une diminution de la concentration d’oxygène dans le sang et du degré de saturation de l’hémoglobine avec celui-ci. Dans ce contexte, une hyperventilation compensatoire des poumons peut se développer, en raison d’une augmentation involontaire de la fréquence des mouvements respiratoires et d’une diminution de la concentration de dioxyde de carbone dans le sang (hypocapnie). Cela conduit à une diminution de la qualité de l’apport sanguin au cerveau et au cœur.

Respiratoire

L’hypoxie pulmonaire, respiratoire ou respiratoire se développe dans le contexte d’une altération des échanges gazeux dans les poumons, qui peut survenir lorsque:

  • violation de la conduction des voies respiratoires due à la pénétration de corps étrangers dans celles-ci, développement d’un processus inflammatoire ou d’un spasme, par exemple lors d’une crise d’asthme bronchique, de bronchite;
  • une diminution de la surface respiratoire des poumons, typique de la pneumonie, y compris le coronavirus, l’œdème, la pneumosclérose des poumons ;
  • la formation d’un obstacle à la pleine expansion des poumons, qui est observée avec le pneumothorax, l’accumulation d’exsudat dans la cavité pleurale;
  • paralysie des muscles respiratoires (avec tétanos, myasthénie grave, empoisonnement avec un certain nombre de substances toxiques);
  • emphysème, sarcoïdose, asbestose pulmonaire;
  • perturbation du centre respiratoire du cerveau à la suite de changements pathologiques, de l’action de substances narcotiques, de blessures, etc.

Circulatoire

Une hypoxie cardiovasculaire ou circulatoire peut se développer lors de troubles circulatoires. Cela peut être le résultat d’une perte de sang importante, d’une déshydratation sévère, ou une conséquence du développement de pathologies du cœur ou des vaisseaux sanguins, notamment :

  • infarctus du myocarde;
  • cardiosclérose;
  • insuffisance cardiaque;
  • parésie des vaisseaux sanguins due au développement de maladies infectieuses graves, de réactions allergiques;
  • un déséquilibre électrolytique;
  • troubles de la microcirculation;
  • athérosclérose, thrombose vasculaire;
  • la formation de tumeurs bénignes ou malignes à proximité des vaisseaux sanguins ;
  • rétrécissement des vaisseaux sanguins à la suite du développement de maladies endocriniennes, etc.

Avec le type circulatoire, on observe une diminution du volume minute de sang.

L’hypoxie dans de tels cas peut être à la fois généralisée et locale. Dans ce dernier cas, les changements ne seront observés que dans la zone qui connaîtra un manque de flux sanguin artériel ou une difficulté à drainer le sang veineux.

L’une des causes fréquemment diagnostiquées d’hypoxie cérébrale d’origine vasculaire est le développement d’un syndrome vertébral. Au cœur de sa survenue se trouvent les blessures et les pathologies de la colonne vertébrale. Le plus souvent, il s’agit d’ostéochondrose de la région cervicale et de ses complications sous forme de saillies et de hernies intervertébrales, de scoliose, de cyphose, de maladie de Bechterew, de myosite, de spondylose. Avec leur développement, des changements se produisent dans la position des vertèbres, l’épaisseur des disques situés entre eux et dans toute la structure de la colonne vertébrale. En conséquence, les artères vertébrales traversant les surfaces latérales des 6 vertèbres cervicales souffrent. Cela conduit au développement du syndrome de l’artère vertébrale, qui peut également avoir une origine vasculaire. Dans les deux cas, cela s’accompagne d’un rétrécissement de la lumière d’une ou des deux artères, d’une déformation des parois

Cela peut se manifester de diverses manières, y compris des troubles autonomes allant des étourdissements à la difficulté à maintenir l’équilibre, puisque les artères vertébrales de l’ouverture occipitale s’unissent dans l’artère basilaire, qui fournit 15 à 30 % de l’apport sanguin au cerveau et à la moelle épinière. au niveau de la colonne cervicale.

Outre le développement de l’hypoxie, la survenue d’un syndrome vertébral peut s’accompagner d’une compression des racines vertébrales qui émergent par les ouvertures naturelles des vertèbres. En conséquence, des douleurs intenses seront observées, parfois de la nature d’un lumbago, à la fois directement sur le site de la lésion et s’étendant aux bras, à la tête, à la zone derrière le sternum et à d’autres parties du corps, ainsi que des violations de leur sensibilité et leur mobilité.

Hémique

Ce type d’hypoxie se caractérise par une diminution de la capacité en oxygène du sang, qui s’observe lorsque :

  • anémie sévère d’origines diverses (diminution du nombre de globules rouges), en particulier, se développant dans un contexte de saignement chronique, d’hémolyse, d’empoisonnement par des poisons hémolytiques;
  • hydrémie (amincissement du sang);
  • la formation de formes pathologiques d’hémoglobine incapables de transporter l’oxygène et le dioxyde de carbone, ce qui est typique de l’intoxication au monoxyde de carbone et d’autres situations.

tissu

L’hypoxie tissulaire survient lorsque la capacité des tissus à absorber l’oxygène apporté par le sang est altérée à la suite d’une diminution du taux d’oxydation biologique. Cela peut être dû à :

  • réduire le nombre d’enzymes impliquées dans ces processus, par exemple en cas d’empoisonnement au cyanure, de carence sévère en vitamines B et quelques autres;
  • une augmentation du nombre d’inhibiteurs de réactions oxydatives, typique d’un surdosage de barbituriques, de certains antibiotiques, d’une exposition à des composés toxiques;
  • l’apparition de dommages aux structures membranaires de la cellule dans le contexte d’une lésion par irradiation, d’une intoxication, de maladies infectieuses graves, d’une thyrotoxicose.

L’hypoxie tissulaire peut se développer dans le contexte d’une hypoxie exogène, respiratoire, circulatoire ou hémique.

Symptômes de l’hypoxie

La nature et la sévérité des symptômes qui en résultent dépendent directement :

  • raisons du développement de l’hypoxie;
  • caractéristiques individuelles de l’organisme;
  • sévérité du manque d’oxygène;
  • vitesse de développement ;
  • durée de l’hypoxie.

Par conséquent, dans chaque cas, la privation d’oxygène peut se manifester de différentes manières. Dans le même temps, la présence de certains symptômes aide à déterminer son type et à réduire la liste des maladies et affections susceptibles de provoquer son développement. Par conséquent, grâce à un certain nombre de procédures de diagnostic, il est possible d’établir rapidement la cause de l’hypoxie et de choisir la meilleure tactique pour l’éliminer et empêcher son développement futur.

Pour tout signe de développement d’un manque d’oxygène, vous devez consulter un médecin dès que possible et, en cas de symptômes d’hypoxie aiguë, appeler une ambulance.

Dans l’hypoxie aiguë du cerveau, les symptômes augmentent progressivement. Au départ, une personne tombe dans un état d’excitation et ressent une poussée d’énergie. Mais cela s’accompagne d’une coordination altérée des mouvements, d’une démarche instable, de rougeurs ou vice versa, d’un blanchiment de la peau, de sueurs froides. Si aucune action n’est entreprise à ce stade et que l’apport normal d’oxygène aux cellules cérébrales n’est pas rétabli, la 2ème étape commence – l’inhibition. En raison de l’épuisement des réserves d’énergie stockées sous forme de glycogène, le système nerveux ralentit, ce qui entraîne des vertiges, des nausées, voire des vomissements. Il y a aussi une diminution de l’acuité visuelle, et souvent les patients se plaignent d’une perte de connaissance soudaine dans les yeux, ce qui peut entraîner un évanouissement. En l’absence de soins médicaux, des modifications irréversibles du système nerveux central se développent,

De plus, la privation d’oxygène peut se manifester :

  • troubles respiratoires de gravité variable dus à des mouvements respiratoires accrus, à des perturbations de leur rythme et de leur profondeur, à un essoufflement, à un arrêt de la toux ;
  • changements dans le travail du cœur, en particulier tachycardie, pouls filant, bradycardie;
  • troubles vasculaires : peau pâle, extrémités froides, frissons, perte de conscience ;
  • une augmentation de la pression artérielle avec une tendance à une diminution ultérieure;
  • violations du tube digestif avec apparition de lourdeur dans l’abdomen, constipation;
  • des changements dans le fonctionnement des reins, qui, dans les cas graves, peuvent entraîner un arrêt complet de la formation d’urine.

Avec une hypoxie ultra-rapide, un arrêt cardiaque et une cessation des fonctions vitales peuvent survenir immédiatement.

Manifestations de la privation chronique d’oxygène

L’hypoxie chronique est souvent la conséquence d’une insuffisance circulatoire de longue durée, en particulier au niveau des artères vertébrales, d’une insuffisance respiratoire. Il est diagnostiqué beaucoup plus souvent que les autres formes de déficit en oxygène et ne nécessite pas de réanimation urgente. Dans ce cas, il est beaucoup plus important d’établir la cause de son développement et d’agir en conséquence. Cette forme se caractérise par :

  • fatigue accrue;
  • dyspnée;
  • tachycardie et palpitations pendant l’effort physique ;
  • diminution de l’immunité;
  • instabilité émotionnelle;
  • diminution de la capacité de concentration, troubles de la mémoire;
  • changer la forme des doigts comme des baguettes.

En cas de privation d’oxygène résultant d’un syndrome vertébral impliquant une ou les deux artères vertébrales dans le processus pathologique, on observe ce qui suit :

  • attaques de vertiges, assombrissement des yeux jusqu’à la perte de conscience;
  • mal de tête;
  • bruit dans les oreilles;
  • troubles de la vision, de la parole, de la coordination des mouvements, de l’équilibre, difficulté à avaler ;
  • augmentation de la transpiration;
  • nausées Vomissements;
  • sensation d’inconfort dans la région du cœur;
  • crises de panique;
  • saute dans la tension artérielle.

Ces symptômes peuvent survenir par intermittence et être aigus ou presque constants.

L’un des principaux dangers de l’hypoxie de tout type est l’apparition de changements fonctionnels et structurels dans le cortex cérébral, car c’est le tissu nerveux le plus sensible à la privation d’oxygène. Avec une hypoxie sévère, des convulsions et un coma se développent.

Diagnostique

Pour déterminer la présence et la gravité de la privation d’oxygène, le médecin évalue l’état du patient et la nature des symptômes présents. Tout d’abord, il fait attention à la présence d’essoufflement, à l’accélération du rythme cardiaque, à la présence de signes de lésions cérébrales et à la nature des troubles neurologiques apparus, mesure la pression artérielle et évalue le travail du cœur. Déjà sur la base de ces facteurs, il est possible de diagnostiquer la présence d’hypoxie et de prendre immédiatement des mesures pour l’éliminer afin d’éviter le développement de conséquences indésirables et souvent irréversibles.

Voir aussi:   Encéphalopathie quel type de maladie chez les adultes symptômes

Il est possible de déterminer avec précision la présence d’hypoxie cérébrale en quelques secondes à l’aide d’un oxymètre de pouls. Cet appareil compact se pose sur le doigt du patient et indique le niveau de saturation, c’est-à-dire la saturation en oxygène du sang, ainsi que la fréquence cardiaque. La saturation normale est supérieure à 95 %.

Parallèlement au traitement de l’hypoxie, les causes de son développement sont diagnostiquées si elles n’ont pas pu être établies lors de l’enquête initiale et de l’examen du patient. A cet effet, sont affectés :

  • UAC ;
  • test sanguin pour la composition des gaz;
  • chimie sanguine;
  • ECG ;
  • EEG.

En cas de suspicion de développement de maladies de la colonne vertébrale, une radiographie et une IRM de la région cervicale, une échographie des vaisseaux du cou avec dopplerographie est réalisée.

Il est important de déterminer avec précision les causes de l’hypoxie cérébrale et d’agir directement sur celles-ci. Sinon, la maladie d’origine progressera et l’état du patient s’aggravera. En conséquence, la probabilité de complications et de changements irréversibles dans les tissus augmente considérablement.

Traitement de l’hypoxie cérébrale

La nature du traitement dépend de la gravité de l’hypoxie et de la cause de son développement. Dans les cas les plus bénins, lorsqu’il résulte d’un manque d’oxygène dans l’air inhalé, il suffit de sortir une personne d’une pièce étouffante, de descendre d’une hauteur, de monter d’une profondeur, etc. Avec le développement d’une hypoxie endogène de le cerveau, le traitement est choisi individuellement. S’il y a un degré modéré de carence en oxygène, des neuroleptiques, des corticostéroïdes et d’autres aides d’urgence peuvent être administrés pour prévenir la détérioration de l’état. L’oxygénothérapie est également effectuée pour rétablir rapidement la quantité normale d’oxygène dans le corps.

Un traitement supplémentaire est développé en fonction de la forme d’hypoxie. Alors:

  • Dans la forme respiratoire, l’utilisation de bronchodilatateurs, concentrateurs d’oxygène est indiquée.
  • Avec l’hypoxie circulatoire, des médicaments sont utilisés pour normaliser la pression artérielle et la fonction cardiaque, et dans les cas plus complexes, une intervention chirurgicale est nécessaire.
  • Sous forme tissulaire, des antidotes spécifiques sont prescrits, ainsi que des agents qui améliorent l’utilisation de l’oxygène par les tissus.
  • Avec l’hypoxie hémique, la transfusion sanguine et la stimulation des processus hématopoïétiques sont indiquées.
  • Avec l’hypoxie cérébrale causée par le syndrome vertébral, un traitement complexe avec l’utilisation de médicaments, la thérapie manuelle, la physiothérapie et la thérapie par l’exercice est indiqué.

Dans les cas graves, le traitement est effectué dans un hôpital avec oxygénothérapie ou en connectant le patient à un ventilateur.

Ainsi, l’hypoxie cérébrale est une condition dangereuse qui peut entraîner des conséquences graves ou même la mort. Plus fréquente est l’hypoxie chronique, qui peut persister pendant des années. Mais le pronostic est toujours meilleur lorsque le traitement est débuté aux premiers stades de la maladie. Par conséquent, ses manifestations ne doivent pas être ignorées. Il est préférable de s’inscrire immédiatement à une consultation avec un neurologue et soit de dissiper complètement vos doutes, soit de commencer un traitement adapté à la situation et d’éviter les conséquences indésirables pour la santé.

Auteur de l’article

La méthode de correction de l’innervation segmentaire de mon auteur aide à rétablir le fonctionnement normal des organes internes avec le système nerveux central. Je l’utilise avec succès dans le traitement de mes patients depuis plus de 23 ans.

Quel est le taux de saturation en oxygène dans le sang chez l’adulte

L’oxygène est impliqué dans la formation de 90% de l’énergie produite par le corps. Il est nécessaire aux réactions chimiques de séparation des molécules alimentaires et de leur libération d’énergie pour le fonctionnement de tous les organes et systèmes de notre corps. La saturation est un indicateur qui détermine le niveau de saturation en oxygène dans le sang. Le taux de saturation en oxygène dans le sang chez l’adulte est de 94 à 99%. Si la valeur descend en dessous, la personne présente des symptômes d’hypoxie ou un manque d’oxygène. Dans cet article, nous verrons comment déterminer le niveau de saturation en oxygène et ce que font les médecins lorsqu’il est extrêmement bas.

La saturation est mesurée en pourcentage. Ils désignent le rapport entre le nombre de molécules d’hémoglobine et le nombre total de molécules associées à l’oxygène. Il existe deux façons de mesurer :

SaO2 est une désignation pour la vraie saturation, qui est mesurée par une analyse de sang artériel.

Comment mesure-t-on la saturation ?

Le niveau d’oxygène dans le sang est l’un des indicateurs clés du diagnostic dans le monde. La saturation est facile et rapide à mesurer : la procédure prend de 10 secondes à une minute, et des oxymètres de pouls peu coûteux et compacts sont utilisés à cet effet. Une diminution des niveaux d’oxygène dans le sang peut indiquer :

  • maladies respiratoires (pneumonie, pneumonie, tuberculose, bronchite, cancer du poumon, etc.);
  • violations de la composition quantitative du sang (manque de globules rouges ou d’hémoglobine);
  • malformations cardiaques (cardiopathies ischémiques, malformations congénitales, lésions infectieuses des valves, etc.).

D’autres causes de faible saturation en oxygène dans le sang chez les adultes comprennent le surpoids et le tabagisme.

Comment fonctionnent les oxymètres de pouls

Pour déterminer si la saturation en oxygène dans le sang est normale, un test de type pince à linge et un appareil de diagnostic sont utilisés. Un oxymètre de pouls est attaché à un doigt, après quoi l’appareil fait passer un faisceau de lumière à travers celui-ci. À une extrémité de l’appareil se trouvent des diodes électroluminescentes et à l’autre – des compteurs. En raison de la capacité de l’hémoglobine à absorber la lumière, le sang oxygéné a une teinte différente. Le photodétecteur capture les mesures et les affiche instantanément sur l’écran. Vous pouvez vous assurer que le niveau de saturation en oxygène chez un adulte est normal en utilisant les dernières versions des bracelets de fitness et des montres intelligentes : ils mesurent de manière similaire, mais sont moins précis.

Pour obtenir des lectures fiables, vous devez vous asseoir et vous détendre. Le capteur de l’oxymètre de pouls doit se trouver à la base de l’ongle. Vous ne pouvez pas bouger la main lors de la détermination de la saturation. Un signal sonore indique que l’appareil a terminé le diagnostic. Pour que le diagnostic soit le plus précis possible à un moment critique, il est conseillé de connaître son taux de saturation en oxygène – par exemple, faire des mesures à différents moments de la journée : immédiatement après le sommeil, après avoir mangé, pendant le travail, etc.

Saturation optimale en oxygène

Il existe un taux moyen de saturation en oxygène chez les adultes lorsqu’il est mesuré avec un oxymètre de pouls. Les valeurs moyennes sont indiquées dans le tableau:

Saturation normale en oxygène chez un adulte

Insuffisance respiratoire 1er degré

Insuffisance respiratoire 2ème degré

Insuffisance respiratoire 3ème degré

Il est important de noter que pour les nouveau-nés, la situation sera différente. Les bébés ont des poumons mal développés et peu de fer dans le corps, donc une saturation en oxygène de 98 % et moins, jusqu’à 92 %, est considérée comme la norme. Chez les bébés prématurés, la saturation peut chuter à 82 % : dans ce cas, la ventilation pulmonaire artificielle est utilisée.

Que faire si la saturation en oxygène est faible

Les causes d’une faible saturation en oxygène ne sont pas toujours associées à des maladies. Par exemple, l’indicateur peut chuter à 92-94% lors de sports intensifs, lorsqu’il n’y a tout simplement pas assez d’oxygène en raison de charges élevées.

En plus d’une faible saturation, l’hypoxémie peut se manifester par des battements cardiaques et une respiration rapides, de la somnolence, une peau pâle, une pression artérielle basse, une faiblesse et des étourdissements. Une personne peut remarquer un niveau accru d’anxiété, d’insomnie. Si l’hypoxémie s’aggrave, les processus anaérobies dans les cellules commencent, accompagnés de la libération d’une grande quantité de substances nocives. Essoufflement, insuffisance respiratoire, tachycardie, œdème des membres inférieurs, évanouissements, tremblements, cyanose de la peau se manifestent.

Si les raisons de la diminution de la saturation en oxygène sont connues, les médecins travaillent tout d’abord sur le traitement de cette affection. En cas d’hypoxie légère, des cartouches d’oxygène sont utilisées: elles vous permettent de saturer rapidement le sang en oxygène et d’améliorer immédiatement votre bien-être, mais n’affectent pas la cause première du manque d’oxygène. En règle générale, une telle thérapie est utilisée si la déficience est causée par un effort physique élevé, des maladies chroniques des bronches et des poumons et la guérison de maladies infectieuses.

Si la saturation en oxygène chute à 94%, c’est une raison de consulter un médecin. Cependant, les médecins décideront du traitement en tenant compte des autres symptômes. Par exemple, pour le COVID-19 léger, les pneumologues recommanderont un traitement à domicile en utilisant des cartouches d’oxygène et en allongeant le patient sur le ventre dans une position couchée pour soulager les symptômes de l’hypoxémie. Cependant, si la saturation est inférieure à 95% et que le patient a en même temps une température élevée, un essoufflement, une respiration sifflante, il a besoin d’une hospitalisation et, éventuellement, d’une oxygénothérapie.

Quel niveau de saturation en oxygène dans le sang est critique

Étant donné qu’une faible saturation en oxygène peut être causée par diverses conditions, il n’y a pas d’exigence unique quant au moment où l’oxygénothérapie doit être commencée. Les médecins évaluent l’état du patient et s’ils voient un besoin médical, ils l’aident avec des médicaments ou une oxygénothérapie.

A quelle saturation l’oxygène est-il administré ? La bonne réponse dépend de la raison de sa carence. Regardons les recommandations des spécialistes pour le traitement des patients atteints de coronavirus.

Mesures prises par le médecin

Le patient reçoit de l’oxygène à l’aide d’un concentrateur d’oxygène. Des masques ou des cathéters nasaux/canules sont utilisés pour administrer le mélange gazeux.

Le patient est conduit à l’unité de soins intensifs. Une ventilation non invasive ou invasive est utilisée.

Le patient est connecté à un ventilateur. S’il y a des problèmes avec la respiration artificielle, le patient peut être placé dans un coma artificiel.

Il est important de noter que dans les conditions potentiellement mortelles, la saturation n’est pas le critère principal pour décider de connecter ou non le patient à une ventilation mécanique. Beaucoup plus importants sont les indicateurs d’échange de gaz dans le sang, le degré d’endommagement des poumons, etc.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *