Tout sur la bronchite, ce qui la provoque et comment la traiter

Un traitement intempestif ou inadéquat de la bronchite aiguë la traduit souvent en une forme chronique.

Et de la bronchite chronique à l’asthme est à portée de main. Par conséquent, il est si important d’arrêter le processus inflammatoire dans les bronches dans l’œuf !

Notre expert est un médecin généraliste Irina Moiseeva .

Contents

Les antibiotiques attendront

Hélas, il n’y a pas de pilule magique, en prenant laquelle on pourrait instantanément oublier la bronchite. Toute la complexité de son traitement tient au fait que les causes de cette maladie sont très diverses. Parmi les “provocateurs” de la bronchite figurent les virus, les infections bactériennes, les facteurs chimiques, physiques et allergiques.

Récemment, la chlamydia et les mycoplasmes sont de plus en plus fréquents parmi les agents pathogènes. Les infections de ce type nécessitent un diagnostic et un traitement spéciaux. Et bien que les virus soient « coupables » dans 80 % des cas, d’autres causes ne peuvent être écartées.

Par conséquent, il est dangereux de soigner soi-même la bronchite. Il est préférable de demander l’aide d’un médecin expérimenté. Surtout en ce qui concerne l’antibiothérapie. La décision de savoir si des antibiotiques sont nécessaires dans le traitement de la bronchite aiguë ne peut être prise que par un spécialiste. Après tout, avec une nature virale ou allergique de la maladie, ces médicaments sont non seulement inutiles, mais également nocifs. Ils sont prescrits uniquement pour une infection bactérienne. Le type d’antibiotique, la dose et la voie d’administration sont également déterminés par le médecin traitant.

Maudites mines !

Bien sûr, une toux qui rend la respiration difficile, vous réveillant au milieu de la nuit et vous empêchant de dormir paisiblement, n’est pas le symptôme le plus agréable. Cependant, avec la bronchite, notre tâche n’est pas de lutter contre ce phénomène, mais de le rendre plus productif. En effet, à l’aide de la toux, qui est une sorte de mécanisme de protection, notre corps est débarrassé des crachats et des microbes qu’ils contiennent.

Cependant, avec une toux très forte, il est conseillé de la rendre « plus silencieuse ». Les antitussifs doivent être prescrits uniquement par le médecin traitant. Ils ne doivent être pris qu’avec une forte toux sèche. Habituellement, au 2-3e jour de la maladie, ils arrêtent de les prendre.

D’une toux humide, il est nécessaire de prendre des expectorants qui aident à libérer les bronches des expectorations. Dans ce cas, vous ne devez en aucun cas combiner les deux types de médicaments – cela peut entraîner un blocage des bronches avec des expectoration.

Des pastilles contre le mal de gorge sont vendues dans tous les kiosques, mais la plupart d’entre elles ne font que soulager la douleur, elles sont impuissantes contre les bactéries pathogènes. L’effet thérapeutique est possédé par les “pastilles”, qui sont vendues exclusivement en pharmacie. La gravité du médicament est généralement indiquée par des étiquettes sur l’emballage, telles que “contient un antiseptique” ou “double action antibactérienne”.

Pour faciliter la respiration avec la bronchite, des inhalations aideront (plusieurs fois par jour). Pour leur préparation, prenez 1 cuillère à soupe. une cuillerée d’herbes médicinales : feuilles de tussilage, camomille, sauge, thym. Les matières premières sont versées avec de l’eau bouillante, fermées par un couvercle. Ajoutez 1 cuillère à café de bicarbonate de soude et quelques gouttes de menthol ou d’huile d’eucalyptus à l’infusion. Cependant, il convient de garder à l’esprit que les inhalations d’extraits de plantes médicinales peuvent être dangereuses pour les personnes allergiques.

Laver ou ne pas laver ?

Dès la petite enfance, nos mères nous ont dit qu’il est nocif pour une personne malade de se laver, sinon vous pouvez à nouveau attraper un rhume. Il s’agit d’un mythe très courant, apparemment laissé en héritage de ces temps denses où le processus de lavage était associé à des difficultés et des dangers considérables.

En fait, si chaque maison a sa propre salle de bain, il ne sert à rien d’ignorer la procédure de lavage en cas de maladie. Premièrement, il est tout simplement insalubre, et deuxièmement, la peau, tout comme les reins et le foie, aide le corps à éliminer les toxines qui l’empêchent de fonctionner normalement. Pendant la maladie, leur nombre augmente fortement – l’activité vitale active des virus se fait sentir, de sorte que tous les organes excréteurs fonctionnent avec une charge maximale. Et si la peau n’est pas débarrassée des impuretés en temps opportun, le nettoyage du corps sera plus difficile et la maladie durera plus longtemps que d’habitude.

Bien sûr, vous devez vous assurer que le patient n’attrape pas un rhume en quittant la salle de bain. Mais à tous autres égards, il n’y a aucune restriction sur le lavage. Certes, tout cela ne s’applique pas au bain: être exposé à des charges thermiques excessives si vous êtes malade est tout simplement nocif. De plus, à des températures élevées, tout échauffement est généralement contre-indiqué. De plus, l’interdiction est maintenue pendant encore 10 jours après le retour à la normale du thermomètre.

Restez en bonne santé, ne toussez pas !

Pour lutter contre la toux, il est important de boire le plus de liquide possible – boire beaucoup de liquide préviendra la déshydratation dans un contexte de température élevée, rétablira l’équilibre hydrique et aidera également à éliminer les expectorations plus rapidement et plus efficacement. Mais un liquide trop chaud irrite une gorge déjà enflammée, ce qui empêche la guérison. Les eaux minérales alcalines sont particulièrement utiles.

La nourriture doit être légère, mais riche en calories – le corps a besoin de beaucoup de force pour combattre la maladie. Le poulet maigre, les œufs brouillés, les soupes de légumes, les céréales conviennent, et il vaut mieux refuser les aliments gras, frits et fumés – cela irrite à la fois l’estomac et les muqueuses enflammées. Les fruits frais riches en vitamines en bénéficieront. N’abusez pas des agrumes: ils contiennent beaucoup de vitamine C, ce qui est important pour un corps malade, mais leur excès d’acide irrite toujours la gorge. Il vaut mieux faire attention aux baies et aux pommes (elles éliminent parfaitement les toxines). Le principal commandement diététique du patient : manger souvent, petit à petit et s’assurer que la nourriture n’est pas trop épicée ou brûlante.

Pratique

De délicieuses recettes

Des légumes et des fruits frais riches en vitamines pour la bronchite sont également nécessaires.

► Les jus fraîchement pressés sont également bons. Par exemple, carotte. Il est capable de calmer même une forte toux. De l’eau tiède (1:1) et quelques cuillères à café de miel (ou de sucre – si le miel est intolérant) sont ajoutés au jus. Ce jus doit être bu 1 cuillère à soupe. cuillère 4-5 fois par jour avant les repas. Bébés – 1 cuillère à café 3-4 fois par jour.

► Un remède populaire efficace est un mélange de lait avec de la graisse de chèvre (la graisse peut être achetée sur le marché). 300 ml de lait de vache sont portés à ébullition, légèrement refroidis. Pour réchauffer le lait, ajoutez 1 c. une cuillerée de graisse de chèvre et de miel. Buvez un mélange chaud à grandes gorgées 3 à 4 fois par jour pendant toute la durée de la maladie et quelques jours de plus après. Cette recette guérit non seulement la bronchite, mais redonne également parfaitement la force minée par la maladie.

► Non moins utile est le lait de chèvre au miel, ainsi que la bouillie d’oignons passée dans un hachoir à viande avec du miel dans un rapport de 1: 1. Ce remède est pris après les repas, 1 cuillère à soupe. cuillère 3 fois par jour pendant la maladie et pendant la saison froide pour la prévention.

► Et voici peut-être le remède le plus agréable contre la bronchite. Il est sûr de plaire à n’importe quel enfant. Il s’agit d’une huile de chocolat cicatrisante. Pour le préparer, vous devez prendre 100 g de beurre et de chocolat, 3-4 c. cuillères de graisse de porc et 3 cuillères à café de poudre de cacao. Faire fondre le beurre et la graisse à feu doux et ajouter le chocolat haché et le cacao à la masse obtenue. Les sandwichs avec cette huile sont consommés 3 à 4 fois par jour. Le “dessert” de guérison peut être arrosé de lait chaud avec une pincée de bicarbonate de soude.

Bronchite

Les symptômes de la bronchite sont connus de tous – il s’agit d’une toux avec séparation ou écoulement difficile des expectorations et souvent d’essoufflement. La maladie est une conséquence de l’inflammation des bronches et, avec un traitement insuffisant, incorrect et inopportun, elle peut entraîner de graves complications sous la forme d’une transition pathologique vers une forme chronique, une pneumonie ou un asthme bronchique. C’est pourquoi il est si important de consulter immédiatement un médecin afin de recevoir une assistance qualifiée et un traitement compétent en temps opportun.

Causes de la maladie

La bronchite est une maladie inflammatoire des bronches qui touche toutes les zones du corps. La pathologie peut survenir en tant que maladie indépendante, appelée bronchite primaire, ou devenir une complication d’une infection virale respiratoire aiguë antérieure, de la grippe ou de l’exacerbation de maladies chroniques – secondaires.

Les causes de la maladie peuvent être de différents facteurs :

  • Agents infectieux;
  • conditions extérieures défavorables, notamment air froid à l’extérieur et trop chaud, sec dans l’appartement ;
  • irritants chimiques, tels que les vapeurs acides;
  • divers allergènes;
  • tabagisme actif et passif;
  • l’abus d’alcool;
  • conditions de travail professionnelles lors de la manipulation de liquides et de mélanges dangereux ;
  • obésité;
  • insuffisance respiratoire par le nez;
  • maladies infectieuses;
  • SRAS à répétition.

La bronchite peut survenir dans le contexte de maladies récurrentes, dues à des pathologies des défenses locales.

Les dommages à la muqueuse des organes se manifestent par une violation de la production de sécrétion, une évacuation difficile des expectorations à la suite d’une détérioration du fonctionnement des cils. Il existe deux principaux types de bronchite, qui nécessitent une approche individuelle du traitement du patient.

Classification de la bronchite

La maladie est divisée en deux groupes principaux: bronchite aiguë et chronique. La première forme est typique des patients qui ont eu des infections respiratoires aiguës. Les signes peuvent inclure une toux improductive avec peu de crachats ou une toux productive. La durée du traitement est d’environ 1 à 3 semaines, mais chez certains patients, en raison d’une prédisposition aux maladies broncho-pulmonaires, la forme aiguë peut durer jusqu’à six semaines.

Bronchite aiguë

L’évolution aiguë de la maladie est typique des patients qui ont eu des ARVI ou des infections respiratoires aiguës. La cause du processus inflammatoire est divers virus qui sont entrés dans le corps, par exemple, le parainfluenza, l’adénovirus, la rougeole, les entérovirus et autres. Parfois, la cause est une microflore pathogène – pneumocoques, staphylocoques.

Premièrement, la bronchite sous forme d’inflammation recouvre la partie supérieure du tube respiratoire, puis descend dans la région inférieure, directement dans les bronches.

Avec un traitement approprié, le pronostic de la forme aiguë de la bronchite est positif. Après 3-4 semaines à compter du début du traitement, le patient restaure complètement la fonctionnalité des bronches. Que ne peut-on pas dire des patients qui ne prennent pas le problème au sérieux. L’inflammation récurrente des bronches pendant un an est considérée comme une maladie récurrente et passe au stade chronique.

La bronchite aiguë est divisée en plusieurs types:

  • caractère infectieux.
  • Non infectieux.
  • Origine mixte.
  • étiologie non précisée.

Une classification étendue définit les variétés de la forme chronique de la maladie:

    • hypothermie du corps, manger des aliments trop froids;
    • déformation du septum nasal;
    • les souches de micro-organismes qui provoquent le développement de la chlamydia, la candidose, la coqueluche, la scarlatine, la rougeole ;
    • adénovirus, virus de la grippe;
    • streptocoques, staphylocoques, pneumocoques;
    • sinusite, amygdalite, carie, rhinite;
    • respiration nasale difficile;
    • pathologies du tractus gastro-intestinal : reflux, brûlures d’estomac, hernie ;
    • abus de mauvaises habitudes;
    • charges élevées régulières sur les cordes vocales;
    • air pollué et toxique;
    • troubles hormonaux et pathologies endocriniennes (diabète sucré, obésité, hypothyroïdie, etc.);
    • amygdalectomie, qui a été pratiquée plus tôt sur le patient;
    • maladies infectieuses sous forme chronique;
    • immunité affaiblie.La nature du processus inflammatoire
      • catarrhale, le mucus détachable est propre et transparent, ne contient pas d’impuretés de pus ou de sang;
      • purulent, les crachats contiennent des traces de pus;
      • nécrotique, dans les crachats, il y a des signes de sang dus à la mort des muqueuses.
      • obstructif, forme un rétrécissement de la lumière, à la suite de quoi la respiration est compliquée, une oppression thoracique et une insuffisance respiratoire apparaissent;
      • non obstructif, se déroule calmement avec une quantité suffisante d’air entrant et un écoulement productif des expectorations.

      Conformément à la classification et aux principaux symptômes de la maladie, le médecin sélectionne un traitement pathologique efficace.

      Bronchite chronique

      C’est une pathologie qui dure longtemps et contribue à une modification de la structure et de la fonctionnalité de l’arbre bronchique. La bronchite chronique a souvent une évolution latente et peut ne se manifester d’aucune façon ou les symptômes sont atténués et ne causent pas beaucoup d’inconvénients au patient.

      Le plus souvent, la forme chronique a des périodes claires d’exacerbations et de rémissions.

      Récemment, cette forme d’inflammation a été diagnostiquée de plus en plus souvent en raison d’une détérioration de l’écologie de la planète, ainsi que d’une large diffusion de mauvaises habitudes, en particulier le tabagisme, ainsi que de la teneur en allergènes dans divers produits. En raison de l’impact constant des facteurs négatifs, la surface des muqueuses change, ce qui conduit au développement d’une pathologie chronique.

      Les symptômes

      La bronchite chez les patients adultes et chez les patients de moins de 18 ans se manifeste par le symptôme principal – la toux. Il peut être sec et irritant dans les premiers jours. Mais assez copieux. Vient ensuite le mucus. Pendant cette période, il est important de surveiller le mucus craché; lorsque du pus ou du sang apparaît dans les expectorations, on parle déjà de bronchite ou de pneumonie obstructive.

      En plus de la toux, les symptômes classiques de la grippe et du SRAS peuvent être observés :

      • augmentation de la séparation de la sueur ;
      • sensation de faiblesse;
      • malaise;
      • température corporelle élevée jusqu’à 38 degrés;
      • douleurs;
      • manque d’appétit diminué ou complet;
      • crampes douloureuses dans la poitrine;
      • rhinite;
      • douleur et bruit dans la tête.

      Ces symptômes indiquent une intoxication générale du corps. Si la température dépasse 38 degrés, cela peut indiquer l’ajout d’une infection bactérienne. Un examen médical, des tests et un ajustement de la thérapie sont nécessaires.

      La bronchite chez les enfants s’accompagne de symptômes similaires, mais passe souvent au stade de la pathologie obstructive. En règle générale, cela se produit brusquement, dans une crise de toux. La lumière des bronches se rétrécit rapidement et est obstruée par les expectorations sortantes. En conséquence, l’enfant commence à s’étouffer.

      Pour aider le bébé, il est recommandé d’avoir dans l’arsenal un inhalateur aux propriétés bronchodilatatrices. Ils soulageront les spasmes des muscles lisses des bronches.

      Le médecin de district prescrit une série de tests pour déterminer le degré d’atteinte bronchique et prescrit un traitement de haute qualité pour améliorer l’état du patient.

      Complications

      Avec un traitement inefficace, le patient a des complications. L’une des affections les plus courantes est la pneumonie. Il s’agit d’une complication fréquente des formes aiguës de bronchite, lorsqu’il y a une diminution de l’immunité locale et qu’une infection bactérienne s’accumule.

      Avec l’apparition régulière de formes aiguës de la maladie, au moins 3 à 4 fois par an, la pathologie devient souvent chronique, car les organes n’ont tout simplement pas le temps de se rétablir. Pour éliminer les symptômes d’une maladie chronique, vous devez changer d’emploi, de climat ou renoncer à des facteurs provoquants, par exemple le tabagisme.

      L’absence de traitement conduit à une forme chronique de pneumonie et une exacerbation régulière de la pathologie sans traitement approprié conduit à une bronchite obstructive chronique. L’obstruction bronchique dans ce cas est considérée comme une condition précédant le développement de l’asthme bronchique.

      Toutes les complications sont accompagnées d’une forte toux avec écoulement d’expectorations. L’état du mucus indique la présence d’un écoulement purulent, d’une nécrose. Assurez-vous de consulter un médecin et de passer les tests recommandés pour éviter le développement de conditions dangereuses pour le corps.

      Diagnostique

      Une personne qui soupçonne une pathologie en elle-même doit immédiatement consulter un médecin afin de ne pas déclencher de processus inflammatoires. La toux avec bronchite est un symptôme normal. Mais l’image de la maladie peut être floue en raison du SRAS transféré, à la suite de quoi le temps nécessaire pour un traitement adéquat sera manqué.

      Recueil d’anamnèse

      Tout d’abord, le médecin interroge le patient, recueille une anamnèse et découvre le tableau clinique de la maladie. Une personne décrit les symptômes qui la dérangent et fournit également des informations sur les maladies chroniques et les pathologies déjà subies qui peuvent affecter le corps même après un certain temps.

      Après cela, un certain nombre d’études en laboratoire et instrumentales sont assignées qui peuvent clarifier l’image de ce qui s’est passé. Ils sont prescrits exclusivement par le médecin traitant, l’autodiagnostic dans ce cas est inacceptable.

      Examen physique

      Le médecin utilise un phonendoscope pour évaluer la respiration interne du patient. Une respiration difficile est caractérisée par une toux sèche et une respiration sifflante des deux côtés des poumons indique la présence d’une toux grasse.

      De plus, la poitrine du patient est tapotée afin d’entendre le son. Il doit être propre et exempt de taches. Tout changement indique une pathologie, parfois des complications graves de la bronchite.

      Test sanguin clinique et biochimique général

      Il est à noter que dans la forme chronique de la bronchite, les indicateurs des tests de laboratoire ne changent pratiquement pas, en fonction des normaux. S’il y a une augmentation des valeurs quantitatives, alors elle est insignifiante.

      La valeur des leucocytes et de l’ESR augmente dans la forme aiguë de la maladie. Une augmentation des valeurs des lymphocytes a été notée, ce qui signifie qu’il existe une étiologie virale de la pathologie. La nature bactérienne de la maladie est indiquée par une augmentation des neutrophiles selon les résultats de l’analyse.

      radiographie

      Entre autres choses, le patient subit un examen aux rayons X à l’aide d’un équipement spécial. L’image qui en résulte vous permet d’évaluer la nature de la maladie, de déterminer les foyers d’inflammation. Et dans la forme chronique de la maladie, indiquez diverses complications. On parle de bronchite ou d’emphysème.

      Bronchoscopie

      La procédure est effectuée pour déterminer la forme chronique de la maladie, ainsi que pour identifier les complications de la bronchite aiguë. De plus, ce type d’analyse permet d’obtenir du biomatériel pour un examen cytologique plus approfondi.

      Examen des crachats

      Une étude en laboratoire du mucus évacué par les bronches aide à déterminer la nature de l’agent causal de la maladie, aide le médecin à prescrire des médicaments efficaces, après avoir vérifié leur effet sur le virus ou la bactérie détectés.

      De plus, les expectorations aident à évaluer le degré de dommage, l’intensité de la maladie et à la classer comme forme aiguë ou chronique.

      Traitement

      Un traitement de haute qualité de la bronchite repose sur plusieurs principes :

      1. Il est important que le patient facilite l’évacuation des expectorations et fournisse un accès d’oxygène aux poumons.
      2. Enlevez les signes du processus inflammatoire.
      3. Éliminer la source d’infection.

      Dans ce cas, plusieurs méthodes de thérapie sont utilisées, ce qui aide à corriger la position du patient et à lui redonner la qualité de vie habituelle qu’il avait avant la maladie.

      Traitement antibiotique

      Les médicaments lourds ne sont prescrits que pour l’évolution sévère de la maladie, ainsi que pour les complications identifiées et l’identification d’un agent pathogène bactérien. Avec une évolution bénigne de la maladie et une bronchite allergique, les antibiotiques sont impuissants.

      La nécessité de connecter une cure d’antibiotiques est déterminée par une modification de la nature des expectorations ou le manque d’efficacité de la thérapie classique utilisée.

      La bronchite aiguë compliquée est souvent traitée avec des immunomodulateurs et des corticoïdes. Cela est nécessaire pour exclure les rechutes répétées de la maladie, entraînant de graves complications.

      Suppression des mécanismes contribuant au développement de la maladie

      Un autre nom pour un tel traitement est la thérapie pathogénique. Le patient se voit prescrire des mucolytiques, qui fluidifient les expectorations et contribuent à son élimination à la surface. Les bronchodilatateurs, tels que les inhalations, sont également utilisés. Ils contribuent à augmenter la lumière des bronches et facilitent la respiration.

      Les médicaments sont utilisés sous forme d’inhalateur, y compris un nébuliseur domestique ou portable, ainsi que des pilules orales.

      Thérapie symptomatique

      Avec une forte augmentation de la température corporelle, au-dessus de 38,5 degrés, des antipyrétiques sont utilisés. À température subfébrile, une telle mesure n’est pas nécessaire. L’oxygénothérapie est également associée si le patient présente une bronchite compliquée d’obstruction.

      Les comprimés antitussifs ne sont pas recommandés, car la toux aide à évacuer les expectorations et aide à nettoyer les poumons et les bronches. Si cela est évité, des complications peuvent survenir. Cependant, si de graves crises de toux compliquent la vie du patient et l’épuisent, le médecin peut prescrire des médicaments similaires pour soulager l’état du patient.

      Physiothérapie

      Un certain nombre de procédures sont utilisées pour atténuer les symptômes de la maladie et obtenir une rémission stable dans l’évolution chronique de la maladie. Par exemple, inhalation, électrophorèse, gymnastique et massage.

      Assurez-vous de surveiller l’humidité dans la pièce où se trouve le patient. L’air sec contribue au dessèchement de la membrane muqueuse et provoque une toux, il est également lourd d’infection.

      Boire beaucoup d’eau aide à l’évacuation libre des expectorations, car elle fournit un excès de liquide dans le corps du patient. De plus, à l’aide de l’humidité chaude, les substances nocives sont éliminées du corps.

      Pour les patients chroniques en rémission, le traitement est indiqué dans les conditions des stations balnéaires et des sanatoriums. Il est démontré que les patients présentant des complications et des pathologies de l’arbre bronchique arrêtent de fumer et font des exercices de respiration réguliers.

      La bronchite aiguë sans complications, non compliquée d’autres maladies chroniques, notamment les pathologies cardiovasculaires, disparaît en 2-3 semaines sans séquelles. Une légère toux peut encore persister pendant un certain temps. Compliquée par des maladies chroniques, la bronchite dure un peu plus longtemps et, avec un traitement de qualité, la guérison survient au bout d’un mois environ.

      La bronchite chronique est une maladie complexe qui modifie les stades d’exacerbation et de rémission, et a également un traitement à long terme. Mais pour cette forme de la maladie, il existe des méthodes de thérapie qui peuvent garantir un rétablissement complet du patient.

      La prévention

      Les mesures préventives pouvant réduire considérablement le risque de maladies du système broncho-pulmonaire consistent en des règles simples:

      • Éliminer tous les facteurs provoquant la pathologie: poussière dans l’appartement, inhalation de vapeurs de substances nocives au travail, tabagisme actif et passif.
      • Traitement rapide et de haute qualité des maladies chroniques.
      • Respect des principes d’une alimentation saine et du sport, exercices respiratoires réguliers.
      • Prévention des manifestations allergiques du corps.
      • Défense immunitaire accrue.

      Avec une approche compétente du traitement et ne retardant pas le problème, les chances de récupération complète et de restauration des fonctions respiratoires sont très élevées. L’essentiel est de consulter un médecin à temps et de respecter toutes les conditions de traitement prescrites par la médecine.

      Pneumonie

      Remplissez une candidature sur le site, nous vous contacterons dans les plus brefs délais et répondrons à toutes vos questions.

      L’inflammation des poumons ou pneumonie est une maladie virale qui affecte le tissu pulmonaire et empêche l’échange normal d’oxygène entre l’air et le sang. Les sécrétions inflammatoires qui pénètrent dans les alvéoles empêchent le corps d’obtenir suffisamment d’oxygène. Et si la maladie capture la plupart des poumons, une insuffisance respiratoire aiguë se développe.

      La pneumonie affecte les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les enfants et les personnes âgées. Chaque année, rien qu’en Russie, 1,5 million de personnes souffrent de la maladie, dont 30% sont de jeunes enfants et des personnes de plus de 70 ans.

      Mais la pneumonie peut et doit être traitée ! Et il est recommandé de le faire en utilisant une approche intégrée. Le traitement de toute maladie commence par un diagnostic correct. Par conséquent, dès les premiers signes de développement de la pathologie, demandez l’avis d’un spécialiste.

      Quels sont les premiers symptômes de la pneumonie, comment aborder correctement et complètement le traitement et ce qui est nécessaire pour diagnostiquer la maladie, nous décrirons dans cet article.

      Raisons du développement de la pneumonie

      La pneumonie se développe lorsque des bactéries et des virus pénètrent dans les poumons, ainsi que des agents étrangers qui affectent tout ou partie du tissu pulmonaire. Les agents responsables de la pathologie pénètrent dans le corps humain par la voie respiratoire, rarement par le sang.

      Pourquoi la maladie se développe-t-elle rapidement dans le corps d’une personne dont l’immunité est réduite? Les bactéries sont constamment présentes dans notre corps, mais les mécanismes de protection ne leur permettent pas de se multiplier, provoquant une pathologie. Mais si le système immunitaire est affaibli, une microflore nocive augmente la population, ce qui entraîne l’apparition d’un processus inflammatoire.

      La pneumonie virale se développe également souvent dans le contexte de la propagation des rhumes des voies respiratoires supérieures (bronchite, trachéite). En outre, la cause de la pneumonie peut être l’hypothermie, le stress, le surmenage, l’abus de tabac. Le risque de développer la maladie est accru chez les personnes atteintes de maladies chroniques et d’obésité.

      Signes de pneumonie chez un adulte

      Lorsqu’une maladie survient chez une personne, la température corporelle augmente, pouvant atteindre 38 °, il y a une faiblesse générale dans tout le corps, un mal de tête, le patient veut s’allonger et se détendre. Quelques jours plus tard, une forte toux paroxystique apparaît, des expectorations apparaissent.

      La douleur dans la poitrine, en particulier au foyer de l’inflammation, ainsi que l’apparition d’un essoufflement, indiquent la gravité de la situation et indiquent clairement une pneumonie.

      Ce sont des signes généraux, mais la nature et le moment de leur manifestation peuvent différer selon le type de pneumonie. Avec la pneumonie virale, les premiers symptômes apparaissent rapidement et le patient ressent une forte détérioration de son bien-être. Dès le début de la maladie, il y a des douleurs dans les muscles, une température corporelle élevée, des maux de tête sévères, une toux sèche atroce.

      La pneumonie bactérienne, au contraire, se développe progressivement. La maladie débute seulement 2 semaines après l’apparition des premiers signes. Après cela, il y a un soulagement net, une amélioration de l’état général du patient, puis la température augmente à nouveau fortement, un mal de tête survient, la toux s’intensifie et des expectorations purulentes apparaissent.

      L’un des types graves de la maladie est la pneumonie bilatérale atypique, qui affecte largement le tissu pulmonaire et développe une insuffisance respiratoire. Selon ses symptômes, la pneumonie bilatérale ressemble à une infection virale froide et la respiration sifflante caractéristique n’est pas encore entendue dans les poumons. Beaucoup commencent à être traités par eux-mêmes, ce qui aggrave la condition.

      Au début, le malade pense que son état s’est amélioré, les symptômes de la pathologie commencent à disparaître. Mais ensuite, la toux s’aggrave et la deuxième vague de la maladie commence.

      Les symptômes chez les personnes âgées peuvent varier légèrement. Tout d’abord, il y a une toux sèche, un essoufflement lors de petits efforts physiques sur le corps ou même au repos. Souvent, la maladie survient sans fièvre chez les personnes d’âge mûr.

      Signes de pneumonie chez un enfant

      Souvent, la pneumonie chez les enfants apparaît comme une complication d’une infection virale (SRAS, grippe, etc.).

      • Toux qui s’aggrave avec le temps
      • Si le bien-être du bébé s’est amélioré, puis est redevenu malade, cela peut indiquer la présence de complications.
      • Chaque respiration profonde entraîne une violente quinte de toux ;
      • Il y a une forte pâleur de la peau dans le contexte du développement de ces symptômes;
      • L’apparition d’essoufflement.

      La pneumonie est-elle contagieuse ?

      Le processus inflammatoire dans le système pulmonaire apparaît le plus souvent en raison de la multiplication du virus et comme une complication de la grippe ou du SRAS. Il est impossible de tomber malade de la pneumonie elle-même dans de tels cas, mais il est facile d’attraper la maladie qui est devenue la cause première. Autrement dit, la pneumonie elle-même n’est pas contagieuse et le développement d’une inflammation dans les poumons est une complication indépendante qui s’est produite dans le contexte d’une immunité affaiblie et d’une automédication inappropriée.

      La pneumonie peut-elle disparaître d’elle-même sans traitement ?

      L’inflammation des poumons ou la pneumonie est l’une des maladies les plus dangereuses et les plus fréquentes du système respiratoire. Le danger réside dans le fait que les spécialistes n’ont pas toujours le temps de poser un diagnostic à temps. Les gens ne vont pas chez le médecin avec une toux et de la fièvre, mais préfèrent s’allonger à la maison pendant quelques jours jusqu’à ce que la maladie se propage. L’état peut s’aggraver en pneumonie bilatérale, qui entraîne de graves conséquences, un traitement à long terme ou des maladies chroniques.

      Il y a cent ans, avant la découverte de la pénicilline, la pneumonie emportait la vie de ceux qui tombaient malades. La science et la médecine ne s’arrêtent pas – en cent ans, notre vie a radicalement changé. Les gens ont des antibiotiques dans chaque trousse de premiers soins et, dans les hôpitaux, les opérations sont effectuées à l’aide d’équipements modernes. Cependant, selon l’Académie russe des sciences, la pneumonie figure toujours sur la liste des maladies infectieuses les plus mortelles et ne doit pas être sous-estimée.

      La pneumonie ne disparaîtra pas d’elle-même. Cette maladie peut entraîner la mort d’une personne, il est donc essentiel de consulter un médecin. Le traitement de la pneumonie doit être prescrit par un médecin. C’est lui qui détermine si des antibiotiques sont nécessaires et lesquels, et décide également de la gravité de la maladie.

      Avec la pneumonie, il y a toujours une forte fièvre et une forte toux, n’est-ce pas ?

      C’est un délire très gros et dangereux pour la santé. Les erreurs de diagnostic de la maladie sont l’une des principales causes de décès par pneumonie. Selon les médecins, jusqu’à 30 % des cas de pneumonie ne sont pas diagnostiqués ou détectés trop tard, car les gens ne voient pas la nécessité de se rendre chez le médecin avant l’apparition d’une température élevée. En conséquence, cela conduit à une détérioration de la condition humaine et au développement de complications graves. Une pneumonie asymptomatique, latente mais réelle se développe souvent chez les enfants et les personnes âgées. Le problème principal et le plus dangereux dans le diagnostic de la pneumonie chez les patients âgés est que la maladie est déguisée avec succès en diverses maladies chroniques. Dans ce cas, il passe sans le marqueur le plus important de la maladie pour nous – sans température. Comment alors comprendre que la pneumonie passe chez un adulte? – Surveillez votre corps, et en temps opportun, si vous vous sentez moins bien, consultez un médecin.

      Pour quels symptômes devriez-vous consulter un médecin?

      • augmentation de la transpiration;
      • la faiblesse;
      • dyspnée.

      Soit dit en passant, le mythe selon lequel la pneumonie s’accompagne nécessairement d’une forte toux n’est qu’un mythe. Ce problème est surtout caractéristique non pas de la génération plus âgée, mais des enfants. Il n’est pas rare que la pneumonie progresse, mais il n’y a pas de toux. Si vous ne consultez pas un médecin à temps et ne posez pas de diagnostic, l’enfant peut avoir des conséquences chroniques.

      L’inflammation des poumons chez les enfants peut être identifiée par les symptômes suivants :

      • essoufflement et douleur thoracique lors du déplacement;
      • douleur en tournant le corps
      • incapacité à respirer profondément;
      • tachycardie;
      • intolérance à l’activité physique;
      • fatigabilité rapide;
      • la faiblesse;
      • la personne a l’air pâle, mais avec un rougissement vif et malsain.

      Comment se transmet la pneumonie ?

      La maladie peut être transmise de plusieurs façons, notamment :

      • Méthode aéroportée. Au cours de la maladie, des gouttelettes se forment sur la membrane muqueuse de la bouche et du nez, qui se propagent dans l’air lors des éternuements et de la toux. Vous pouvez être infecté par des gouttelettes en suspension dans l’air dans n’importe quel lieu public : un hôpital, un magasin, les transports en commun. L’agent pathogène se propage dans l’air avec des particules de mucus, de crachats et de salive.
      • Contact. En outre, l’infection se transmet par contact – serrer la main, étreindre, embrasser. Les personnes sont exposées à l’infection lorsqu’elles touchent des objets contaminés ou lorsqu’elles se touchent la bouche, les yeux, le nez avec des mains sales.
      • Domestique. L’infection peut être transmise par les serviettes, la vaisselle et les draps partagés. Par conséquent, le patient doit disposer d’articles d’hygiène personnelle, et aussi souvent que possible, les changer et les laver.

      Cependant, les articles d’hygiène personnelle doivent être manipulés avec beaucoup de soin. Il a été prouvé que le micro-organisme viral est capable de survivre jusqu’à 4 heures sur n’importe quelle surface. Les bactéries pathogènes n’ont pas peur du gel, même avec de l’eau de Javel, elles ne peuvent être détruites que cinq minutes après le traitement direct.

      Pneumonie et bronchite : quelle est la différence ?

      Les deux maladies affectent le système respiratoire humain, ce qui signifie qu’elles présentent des symptômes similaires. Souvent, les deux pathologies peuvent être difficiles à distinguer l’une de l’autre.

      Pneumonie Bronchite
      Dans la plupart des cas, elle s’accompagne d’une forte augmentation de la température jusqu’à 38-39° et d’un état fébrile. Il y a une légère augmentation de la température. Accompagné d’une forte toux sèche. Dans certains cas, les crachats peuvent apparaître verdâtres ou striés de sang. Toux humide, les expectorations ont une teinte claire.
      Lors de l’écoute de la poitrine entendu des râles “humides”. Lors de l’écoute de la poitrine entendu des râles “secs”.

      Comment diagnostique-t-on la pneumonie ?

      Si un enfant souffre d’une maladie, vous devez demander un examen par un pédiatre. Si vous êtes majeur, prenez rendez-vous avec un thérapeute qui vous orientera vers un spécialiste si nécessaire. Le médecin procédera à un examen externe, recueillera une anamnèse, étudiera les antécédents médicaux et se renseignera sur les symptômes de la maladie.

      Vous serez envoyé pour des tests de laboratoire :

      • Analyse sanguine générale ;
      • analyse d’urine générale ;
      • Analyse des expectorations – est effectuée pour déterminer le processus inflammatoire dans le corps, ainsi que l’agent causal de la pneumonie et sa sensibilité aux antibiotiques.

      Parmi les méthodes de recherche diagnostiques, il vous sera attribué:

      • Radiographie de la poitrine – des évanouissements apparaissent sur les images aux sites de lésions tissulaires;
      • La tomodensitométrie et l’imagerie par résonance magnétique sont utilisées comme mesures supplémentaires lorsque d’autres méthodes ne permettent pas un diagnostic précis.

      Façons de traiter la pneumonie

      Si la pneumonie est de nature bactérienne, des antibiotiques sont prescrits. Leur efficacité peut être évaluée après 48 à 72 heures. Si la température diminue, la toux devient moins fréquente et le patient commence à se sentir mieux, la réception se poursuit. Les médicaments ne doivent pas être interrompus et il est important de les prendre correctement selon les directives de votre médecin. Si les antibiotiques n’aident pas, prescrire un autre traitement ou changer pour un médicament d’un autre groupe.

      Avec la pneumonie virale, les antibiotiques ne sont pas efficaces, donc des médicaments antiviraux sont prescrits. Les vitamines et les immunomodulateurs peuvent être prescrits comme substances auxiliaires.

      Une fois la température corporelle du patient revenue à la normale, une physiothérapie peut être prescrite. Il vous permet d’éliminer le mucus des poumons. Pour cela, des phytopréparations sont souvent prises, par exemple, de la racine de réglisse ou des préparations mammaires complexes.

      En plus du traitement médicamenteux, les patients ont besoin de repos au lit, d’aliments contenant des protéines et des vitamines et de beaucoup de boissons chaudes. Pour le meilleur effet, des méthodes thérapeutiques sont recommandées – électrophorèse, inhalation, massage, magnétothérapie, etc.

      La vaccination contre la pneumonie à titre préventif

      Vous devriez vous faire vacciner contre l’infection à pneumocoque si :

      • Il y a de fréquentes épidémies de maladies;
      • Visiter les espaces publics ;
      • Travailler dans un laboratoire bactériologique;
      • Pneumonie fréquente, SRAS et grippe, dont souffre le patient.

      Plusieurs médicaments sont administrés par voie intraveineuse pour se protéger contre la maladie. Tous diffèrent par leur composition, leur coût et l’étendue du spectre d’action.

      À l’âge adulte, le vaccin est administré une fois, une réponse immunitaire stable à l’agent pathogène se développe en 2-3 semaines. Mais en même temps, les experts recommandent de vacciner une fois tous les 5 ans.

      Le diagnostic et le traitement de la pneumonie sont effectués par les spécialistes de la clinique Medunion. Vous pouvez prendre rendez-vous avec un spécialiste de l’une des façons qui vous conviennent :

      Pharyngite

      Remplissez une candidature sur le site, nous vous contacterons dans les plus brefs délais et répondrons à toutes vos questions.

      La pharyngite est un processus inflammatoire qui se forme sur la paroi arrière du larynx et affecte la membrane muqueuse, ainsi que les couches plus profondes, les tissus du palais mou et les ganglions lymphatiques. La forme aiguë de la pharyngite peut évoluer vers une forme chronique si le patient ne demande pas l’aide d’un médecin et se soigne lui-même.

      Étant donné que le processus pathologique dans le larynx est causé par la propagation de bactéries pathogènes, le risque de développer une pharyngite augmente chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli et chez celles qui souffrent de maladies ORL ou y ont une prédisposition.

      Qu’est-ce qu’une pharyngite dangereuse et comment se manifeste-t-elle? Quel médecin contacter et comment traiter la maladie? Nous répondrons à ces questions et à d’autres dans cet article.

      Raisons du développement de la pharyngite

      Les experts estiment que le pic de développement de la pathologie se produit à la fin de l’hiver et au début du printemps, car à cette époque, le système immunitaire humain est particulièrement sensible au rhume. Souvent au printemps, un manque de vitamines et de micro-éléments dans le corps humain entraîne l’apparition de béribéri, le corps s’affaiblit et crée un excellent environnement pour le développement de bactéries pathogènes. Des processus inflammatoires sont également possibles: à la fois séparément et dans le contexte de la maladie sous-jacente.

      Les premiers signes de la présence d’une pharyngite et son traitement ultérieur peuvent différer selon le stade de la pathologie, le sexe, l’âge et l’état de santé général du patient.

      Les principales raisons du développement de la pharyngolaryngite incluent:

    Symptômes de la pharyngite

    Les premiers signes de la maladie peuvent différer selon le type de pharyngite. Ils sont à la fois locaux et généraux. Mais il existe des signes communs caractéristiques de tout type de pharyngite : mal de gorge, mauvaise haleine, oreilles bouchées et difficulté à avaler. Avec un processus inflammatoire actif, une augmentation de la température corporelle supérieure à 38 ° peut être observée – c’est ainsi que le corps combat une infection étrangère. Signes généraux : transpiration, manque d’appétit, faiblesse, vertiges, fatigue, fièvre, frissons. Certains se plaignent de douleurs et d’acouphènes, d’inconfort lorsqu’ils sont exposés à des sons forts.

    • Au cours de la pharyngite catarrhale aiguë, un gonflement et une rougeur des muqueuses du larynx apparaissent. De plus, des follicules rouges peuvent se former à l’arrière du pharynx, du mucus transparent et légèrement trouble peut s’accumuler. Il y a un gonflement et une rougeur de la langue.
    • Avec une forme purulente de pharyngite aiguë, des ulcères avec accumulation de masses purulentes apparaissent à la surface de la paroi postérieure du pharynx.

    Pharyngite aiguë

    La pharyngite aiguë peut survenir indépendamment, ainsi que s’accompagner d’une inflammation aiguë recouvrant les voies respiratoires supérieures: rhinite ou inflammation des muqueuses du nasopharynx.

    Selon la cause du développement, la pharyngite aiguë est:

    • Viral – le plus souvent causé par un rhinovirus ;
    • Bactérienne – causée par des streptocoques, des staphylocoques et des pneumocoques ;
    • Fongique – la source du processus inflammatoire – Candida;
    • Traumatique – causé par des dommages au pharynx et au larynx: la gorge a été égratignée par un os pointu ou brûlée avec de l’eau bouillante, une forte charge sur les ligaments;
    • Allergique – se produit lors de l’inhalation d’allergènes ou d’irritants, tels que le tabac, les gaz d’échappement ou l’air poussiéreux.

    Pharyngite chronique

    Selon la profondeur des lésions de la membrane muqueuse du pharynx, la pharyngite chronique se distingue par: les formes catarrhales, hypertrophiques et atrophiques.

    1. Pharyngite catarrhale chronique – il y a un léger gonflement des couches de tissus de la muqueuse pharyngée. Certaines zones sont parfois couvertes de mucus clair ou légèrement trouble. Il se développe à la suite d’un contenu gastrique acide pénétrant dans le pharynx, par exemple dans le cas d’une hernie du diaphragme œsophagien. Par conséquent, la pharyngite chronique catarrhale est une conséquence du développement de maladies du tractus gastro-intestinal.
    2. La pharyngite hypertrophique chronique est une sévérité importante du gonflement de la muqueuse. De plus, il y a un épaississement de la langue et un gonflement du palais mou.
    3. La pharyngite atrophique chronique se caractérise par un certain amincissement du pharynx. Ils sont généralement rosâtre pâle, parfois brillamment vernis. Certaines de leurs zones sont couvertes de croûtes, de mucus visqueux avec du pus.

    Tout type de pharyngite chronique se développe en raison du fait que la forme aiguë de la maladie n’a pas été guérie à temps et s’est développée en une forme plus grave. De plus, la pharyngite chronique apparaît à la suite d’une rhinite, d’une sinusite, d’une déviation de la cloison nasale, de polypes nasaux – c’est-à-dire lorsque la respiration nasale est difficile pendant une longue période. De plus, l’utilisation prolongée de gouttes vasoconstrictrices entraîne également une pharyngite chronique.

    Comment la pharyngite se manifeste-t-elle et évolue-t-elle chez les enfants?

    Les enfants endurent la pharyngite plus durement que les adultes. Cela est particulièrement vrai pour les bébés de moins d’un an. Le gonflement de la muqueuse peut provoquer des signes d’étouffement, la douleur qui accompagne la maladie réduit l’appétit de l’enfant. Souvent, la température corporelle du bébé peut atteindre 40 °. Le plus difficile dans cette situation est qu’un petit enfant ne peut pas dire qu’il souffre.

    Un traitement inapproprié peut entraîner des conséquences irréparables pour un petit organisme fragile. Par conséquent, au premier signe de pharyngite, consultez immédiatement un médecin.

    Angine et pharyngite : quelle est la différence ?

    L’état général du patient atteint d’une forme aiguë d’amygdalite ou d’amygdalite peut être confondu avec des symptômes de pharyngite. Si la maladie est mal diagnostiquée, le traitement de la pharyngite chez l’adulte n’aura aucun effet. Et la forme aiguë de la pathologie peut évoluer vers une forme chronique.

    Malheureusement, de nombreux patients se soignent eux-mêmes et commencent à consommer des médicaments sans prescription médicale spéciale. C’est fortement contre-indiqué ! Il est préférable de prendre soin de votre santé à temps et de demander l’aide d’un oto-rhino-laryngologiste expérimenté.

    Il est important de se rappeler que pendant la pharyngite, le larynx devient enflammé et, avec l’amygdalite, les amygdales. Lors d’un mal de gorge, il est toujours douloureux d’avaler, la douleur s’intensifie encore plus en mangeant. Avec la pharyngite, l’inverse se produit – en mangeant des aliments chauds ou des boissons chaudes, la douleur dans la gorge diminue.

    Lors du développement d’un mal de gorge, il n’y a pas de toux ni de transpiration, seulement un mal de gorge et parfois la formation d’une pellicule blanche. Avec la pharyngite, il y a de la transpiration, ainsi que du bruit, de la douleur ou de la congestion dans les oreilles. La difficulté de faire la distinction entre ces deux maladies est encore compliquée par le fait qu’un patient peut développer les deux pathologies en même temps, puisqu’elles sont causées par un seul agent pathogène.

    Diagnostic de pharyngite

    La détection de tous les types de pharyngite commence par un examen visuel du larynx à l’aide d’un appareil spécial et d’une anamnèse. En outre, un écouvillon de la gorge est prélevé pour étude – pour la diphtérie.

    Autres types de diagnostics :

    • Étude culturale – semis des matériaux prélevés sur un milieu nutritif.
    • Diagnostic express – identification de l’antigène streptococcique dans les prélèvements de gorge.
    • Diagnostic immunosérologique – la méthode est utilisée en cas d’infection streptococcique.
    • Formule sanguine complète – exclusion des maladies du sang, mononucléose infectieuse ;
    • Analyse d’urine – vous permet d’exclure une maladie rénale (glomérulonéphrite).

    En fonction des symptômes de la maladie, ainsi que de l’état du larynx, de la présence ou de l’absence de toux, de fièvre, de plaque sur les amygdales et de douleurs et de la taille élargie des ganglions lymphatiques, des consultations supplémentaires d’autres spécialistes étroits peuvent être nécessaires: endocrinologue, cardiologue, allergologue.

    Méthodes de traitement de la pharyngite

    Le traitement doit avoir lieu dans un complexe. Le patient se voit prescrire des médicaments qui soulageront la douleur et élimineront l’inflammation. Il est également important de suivre un régime alimentaire spécial et d’exclure du régime les aliments qui irritent la muqueuse de la gorge et apportent encore plus d’inconfort : produits alcoolisés, aliments épicés et salés, aliments acides, boissons gazeuses.

    Thérapie médicale

    En fonction du tableau clinique et de l’état général du patient, le médecin peut prescrire des médicaments antihistaminiques, antitussifs et antiviraux. Les pastilles/pastilles sont utilisées pour soulager la douleur.

    Dans certains cas, des antibiotiques sont utilisés. Ils ne peuvent être pris que sur avis d’un médecin.

    Impact local

    De plus, le rinçage avec des solutions spéciales a un bon effet sur le processus inflammatoire et la rougeur du larynx. Ils agissent en douceur, soulagent la douleur et améliorent l’état général du patient.

    Pour diagnostiquer et identifier la maladie, vous devez consulter un oto-rhino-laryngologiste. Dans la clinique de la ville, vous pouvez contacter votre médecin généraliste, qui rédigera une référence à l’ENT. Cependant, cela prend du temps. Souvent, vous devez attendre 2 semaines pour le rendez-vous de votre médecin. Dans certains cas, cela n’est tout simplement pas possible, car il est nécessaire de procéder rapidement à un examen et de prescrire un traitement jusqu’à ce que la situation devienne critique.

    Par conséquent, nous vous recommandons de contacter la clinique médicale Mediunion. Nous avons des oto-rhino-laryngologistes en exercice qui n’ont pas à attendre plusieurs semaines pour des rendez-vous. Inscrivez-vous aujourd’hui à un moment qui vous convient et passez déjà l’examen demain.

    Les patients nous choisissent pour le fait que nous fournissons un service de visite à domicile pour un spécialiste étroit au cas où vous ne pourriez pas venir à la clinique par vous-même. Vous pouvez également passer des tests directement à la maison.

    Le coût d’une première consultation avec un oto-rhino-laryngologiste à Krasnoïarsk à la clinique Mediunion commence à partir de 1300 roubles. Vous pouvez vous inscrire sur le site ou par téléphone 201-03-03.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *