rêver

Si les sinus font mal, recommandations pour les patients

Les sinus font mal – c’est l’une des plaintes fréquentes des patients atteints de maladies des voies respiratoires supérieures. Mais ce symptôme indique non seulement une inflammation des sinus paranasaux (sinusite), mais peut également être le signe d’autres pathologies courantes.

Dans ce matériel, nous analyserons en détail les principales causes, maladies, recommandations pour le traitement de la douleur dans les sinus.

Douleur dans les sinus – causes

Ce n’est un secret pour personne que la douleur est un signal protecteur du corps. Ce qui indique les zones à problèmes, y compris la région paranasale.

Si l’on considère les causes fonctionnelles de la douleur dans les sinus, elle est davantage associée à la pression de l’exsudat, qui se forme en grande quantité lors des processus inflammatoires. De ce fait, l’écoulement normal de la décharge des sinus est perturbé, ce qui provoque une pression sur les structures et les tissus environnants.

Une autre cause fréquente est la croissance de formations tumorales (polypes et kystes), qui viole l’intégrité des structures anatomiques, provoquant ainsi des processus nécrotiques dans cette zone.

Caractéristiques anatomiques non liées aux processus inflammatoires et nécrotiques, par exemple : courbure de la cloison nasale, étroitesse des voies nasales, hypertrophie des amygdales, pathologie de l’appareil lacrymal, etc. À propos de quoi, plus en détail dans la section suivante du matériel.

Maladies entraînant des douleurs aux sinus

Alors, quelles maladies peuvent causer des douleurs aux sinus? C’est une liste assez longue, nous les diviserons donc conditionnellement en causes étiologiques.

Conditions inflammatoires, la majeure partie des pathologies qui provoquent ce symptôme:

  1. Sinusite. Processus inflammatoires aigus et chroniques dans les sinus paranasaux – sinusite, sinusite frontale, ethmoïdite, sphénoïdite.
  2. Rhinite. La forme catarrhale peut entraîner une inflammation chronique de la muqueuse nasale, ce qui provoque un blocage des sinus paranasaux. La soi-disant rhinosinusite.
  3. pathologie dentaire. S’il y a des problèmes avec les dents de la mâchoire supérieure, les foyers d’inflammation émergents peuvent provoquer la formation d’une perforation ou d’une fistule dans le sinus maxillaire.
  4. Autres états. Tout foyer d’inflammation dans la région nasopharyngée peut être compliqué par la propagation aux structures environnantes, par exemple dans l’amygdalite chronique.

Les maladies d’étiologie non inflammatoire peuvent également entraîner des douleurs dans la région des sinus:

  1. La déviation du septum est la cause non inflammatoire la plus fréquente de douleur dans les sinus paranasaux. Plus de détails dans ce document : Septum dévié du nez – symptômes, causes, complications.
  2. Formes trophiques de la rhinite. Les modifications chroniques de la membrane muqueuse avec rhinite peuvent être non seulement inflammatoires, mais également hypertrophiques. Par exemple : rhinite médicamenteuse, atrophique, vasomotrice et hypertrophique. Tous contribuent au «blocage» de l’écoulement de la décharge des sinus paranasaux.
  3. Tumeurs. La croissance des kystes et des polypes peut entraîner la destruction des tissus osseux et cartilagineux dans la région nasopharyngée, entraînant des symptômes associés.
  4. Autres maladies. L’hypertrophie des végétations adénoïdes ou adénoïdes provoque une violation de la perméabilité normale des voies nasales, affectant ainsi les sinus paranasaux.

Si les sinus font mal sans nez qui coule?

Cela indique dans la plupart des cas une pathologie chronique, dont la plus fréquente est la sinusite chronique ou la sinusite du sinus maxillaire. Cette condition est caractérisée par des douleurs périodiques dans la région des sinus maxillaires. Pendant la période d’exacerbation, des symptômes catarrhaux se joignent aux sensations douloureuses : écoulement séreux-purulent, rhinorrhée, syndrome postnasal, etc.

Les médecins vous demandent de manger ces produits : arrêtez de tomber malade à l’automne
Lavrov a lancé un avertissement à la Moldavie
L’argent viendra avant le 15 septembre : Poutine a introduit un nouveau paiement
Les médecins ont nommé un légume qui protège contre le cancer

Les autres causes ORL de douleur sans manifestation de rhinorrhée (nez qui coule) sont les affections décrites dans la section précédente : septum dévié, néoplasmes, végétations adénoïdes, pathologies dentaires, etc.

Il convient de rappeler que la douleur des sinus peut ne pas être d’étiologie oto-rhino-laryngologique, par exemple dans des conditions neurologiques : névrite crânienne, migraine, fibromyalgie, etc. Par conséquent, il est important d’évaluer l’état en temps opportun et d’exclure les pathologies plus graves. À cet égard, le diagnostic doit être effectué de manière suffisamment approfondie, en particulier dans l’évolution chronique de la douleur.

Douleur sinusale – comment traiter?

La première et la plus importante recommandation est de consulter un médecin. Ne pas se soigner soi-même, surtout pour les douleurs chroniques. Dans cette situation, les diagnostics avancés ne peuvent tout simplement pas être supprimés. L’examen le plus complet des sinus et de la région paranasale est réalisé par endoscopie nasale et tomodensitométrie.

Le traitement thérapeutique , par exemple pour une sinusite, consiste à prescrire des vasoconstricteurs, des mucolytiques et des antimicrobiens. L’objectif principal est de supprimer le processus inflammatoire et de normaliser l’écoulement du contenu des sinus. De plus, en dehors des stades d’exacerbation, des procédures de physiothérapie, telles que les sinus UHF, peuvent être prescrites. Les lavages au sel et les inhalations ont également un assez bon effet. Pour un soulagement temporaire de la douleur, l’utilisation d’analgésiques est autorisée, par exemple, les AINS (nise, etc.)

Bien entendu, un traitement chirurgical est également pratiqué , notamment pour les modifications anatomiques et les affections inflammatoires chroniques. Cela dépend de la cause sous-jacente de la douleur aux sinus :

  • Dans la sinusite chronique, diverses sinusotomies : sinusotomie, polysinusotomie, etc.
  • Avec une courbure de la cloison nasale – septoplastie.
  • Avec hypertrophie des végétations adénoïdes – adénotomie.

Votre homologue, spécialisé en chirurgie endoscopique paranasale. Il s’agit d’un effet plus doux, qui vous permet de minimiser la durée de la cure et de la période de récupération. La sortie de l’hôpital se produit généralement dans les 24 heures suivant la chirurgie.

Des informations plus détaillées sur le traitement chirurgical des organes ORL se trouvent sur la page correspondante : Traitement des maladies ORL

Où puis-je obtenir des conseils pour la douleur des sinus?

En résumant certains des résultats de cet article, on peut noter que la douleur dans les sinus paranasaux peut être un symptôme de maladies assez graves. En conséquence, il est important de procéder non seulement à un examen par un spécialiste, mais également à des procédures de diagnostic.

Par conséquent, afin de gagner du temps dans l’établissement d’un diagnostic, il est important de choisir un centre médical avec une base de diagnostic, et pas seulement médical. Les numéros de téléphone des registres des centres médicaux de Moscou et de la région où je reçois des patients sont répertoriés sur la page “Contacts”. Vous y trouverez le coût, les conditions des opérations et la durée du séjour à l’hôpital.

Être en bonne santé! Cordialement, oto-rhino-laryngologiste Ph.D. Boklin Andrey Kuzmich.

Du rhume à la migraine

Il existe de nombreuses causes de maux de tête, chaque médecin peut en nommer plus d’une trentaine sans hésitation. L’un d’eux est la sinusite chronique et récurrente. Jusqu’à 88 % des patients atteints de sinusite récurrente souffrent de migraines.

Raison inattendue

“C’est elle, encore elle, l’invincible et terrible maladie de l’hémicrânie, dans laquelle la moitié de la tête fait mal. Il n’y a pas de remède, il n’y a pas de salut », Boulgakov, qui a lui-même souffert de cette maladie pendant de nombreuses années, a décrit la migraine de cette manière. La migraine est l’un des troubles neurologiques les plus courants aujourd’hui. Il est inclus par l’Organisation mondiale de la santé dans la liste des 19 maladies qui perturbent le plus l’adaptation sociale humaine. La migraine touche entre 3 et 16 % de la population en Europe et en Amérique du Nord et est plus fréquente que l’asthme, l’épilepsie et le diabète réunis. Mais il existe un remède contre les migraines ! “L’essentiel est de déterminer correctement la cause de son apparition”, déclare Alexei Vasilievich, qui a aidé des centaines de ses patients. À la suite d’une intervention chirurgicale, les patients oublient à jamais les crises débilitantes de migraines. Mais tous avaient des antécédents de sinusite – aiguë, chronique ou latente (cachée).

Les multiples visages de la sinusite

Commençons par l’anatomie. Le système de cavités d’air dans la région faciale du crâne humain est apparu au cours de l’évolution afin d’alléger un crâne trop lourd. “Passant de quatre membres à deux, en plus de nombreux avantages, une personne a acquis des propriétés négatives. Le sinus maxillaire d’une personne, dans le cadre de sa transition vers un état vertical, contrairement à une créature à quatre pattes, est devenu moins fonctionnel. Après tout, la sortie des sinus paranasaux est devenue un col très étroit, et même situé sur le dessus. Par conséquent, une personne a beaucoup plus de facteurs prédisposant qu’un animal au fait qu’elle a une inflammation du sinus paranasal. Ce processus inflammatoire est appelé sinusite aiguë ou sinusite aiguë, parfois sinusite aiguë. Le plus souvent, la sinusite implique une inflammation du sinus maxillaire, la même sinusite notoire dont nous parlons. Il peut avoir une nature virale, bactérienne ou allergique », explique Alexey Vasilyevich.

Un rhume pendant le SRAS, s’il n’est pas traité ou mal traité, peut entraîner une sinusite. Selon les statistiques médicales, la rhinosinusite se développe chez 1 à 8% des patients atteints d’ARVI. Il devient également la cause de 40 à 50 % de toutes les hospitalisations des patients ORL. Dans 10 à 15 % des cas, la rhinosinusite devient chronique.

Nez qui coule “inoffensif”

« La sinusite chronique se caractérise par la durée d’un processus inflammatoire en cours (au moins 3 mois). Parmi les principaux signes de la maladie, on peut noter: un écoulement muqueux purulent abondant, un syndrome d’intoxication prolongée (faiblesse, malaise, transpiration, fièvre jusqu’à 37-37,9 degrés) et, bien sûr, un syndrome douloureux persistant (maux de tête). De 20 à 27% de toutes les sinusites chroniques sont des sinusites latentes, qui sont asymptomatiques ou avec des symptômes légers, sur une longue période, sans signes clairs d’alternance de périodes de rechute ou de rémission », explique Aleksey Vasilyevich.

Des études utilisant la tomodensitométrie ont révélé des signes de sinusite dans 95 % des cas d’infections respiratoires aiguës avec congestion nasale.

ennemi caché

Comment reconnaître une sinusite latente ? Tout d’abord, des symptômes tels qu’un nez qui coule paresseux, des maux de tête persistants non motivés en l’absence d’écoulement purulent du nez, une altération de l’odorat, une déficience visuelle, une température subfébrile (environ 37 ° C) doivent être alertés. Le drainage du mucus le long de l’arrière du pharynx est également un symptôme caractéristique de la sinusite latente et chronique. “Le gonflement persistant de la muqueuse des sinus dans les sinusites latentes et chroniques provoque une réponse vasculaire sous la forme d’un spasme. Si une composante végétative-vasculaire rejoint l’œdème, une image typique de la migraine apparaît: photophobie, maux de tête intenses, nausées et vomissements, qui ne soulagent pas toujours, absence totale d’effet du traitement anti-inflammatoire. La base de l’origine de ces douleurs est un processus inflammatoire lent dans les sinus avec des exacerbations après hypothermie, surmenage,

Maladie de déformation

De plus, le développement de la sinusite latente est le plus souvent causé par les particularités de la structure anatomique des structures de la cavité nasale, qui surviennent lors de la croissance du squelette facial. Ils conduisent à une violation de la fonction de drainage des sinus paranasaux. Selon l’expert, « dans 100% des cas, la relation des maux de tête avec la courbure de la cloison nasale est révélée. Le plus souvent, ces caractéristiques sont déterminées génétiquement, de sorte que la sinusite latente peut être qualifiée de diagnostic “familial”.

Solution radicale

Pour traiter les maux de tête causés par la sinusite, une correction chirurgicale complexe (CCS) des structures de la cavité nasale aidera. Il s’agit des opérations de la cloison nasale, de la chirurgie plastique des cornets inférieurs et moyens, de la polysinusotomie endonasale (chirurgie de la polypose ou inflammation purulente des sinus paranasaux selon la technique de la chirurgie mini-invasive). À la suite d’un traitement chirurgical, la respiration nasale et l’aération des sinus paranasaux sont restaurées, le foyer d’un processus inflammatoire lent ou d’un défaut anatomique congénital est éliminé. « Parmi 3 400 patients atteints de sinusite latente et chronique que j’ai opérés et qui se sont plaints de maux de tête, un résultat positif a été obtenu dans 100 % des cas. Une guérison complète a été observée chez 85 % des patients. Dans les 15 % restants, le résultat de la chirurgie était une amélioration, diminution de l’intensité des maux de tête. En ce qui concerne les personnes souffrant de migraines, parmi mes 284 patients opérés âgés de 16 à 48 ans, un résultat positif a été obtenu dans 100% des cas. Plus précisément, la disparition de la douleur a été observée chez 94,7% des patients, et la diminution de l’intensité des maux de tête avec la disparition des crises a été observée chez 5,3%.”

Trois mille ans après la description des états migraineux dans les anciens papyrus égyptiens et deux mille ans après le médecin romain Galien, qui a étudié en détail cette même hémicrânie, les contemporains décrivent leur tourment presque de la même manière. Un mal de tête déchirant est causé par une interaction anormale entre les structures du crâne et le nerf trijumeau, qui est situé dans les régions profondes du cerveau, traverse l’orbite et sort dans la zone du front au-dessus des sourcils. Le déclencheur d’une attaque peut être tout changement soudain dans l’environnement – lumière, bruits forts, odeurs, goûts, changement des habitudes de sommeil. La migraine se caractérise par un large éventail de symptômes : des maux de tête aigus aux troubles visuels, en passant par les nausées et les vomissements, la perte de coordination. Les crises de migraine obligent le patient à rester immobile dans une pièce sombre, parfois pendant plusieurs jours.

Sinusite

La sinusite est appelée inflammation des sinus maxillaires. Les sinus maxillaires occupent toute la cavité de l’os de la mâchoire supérieure. La sinusite est l’une des variétés de sinusite – inflammation des sinus, c’est-à-dire cavités vides des os qui forment le visage d’une personne. La maladie est basée sur une inflammation de la membrane muqueuse recouvrant les parois internes des sinus, parfois la maladie pénètre dans le tissu osseux.

Types de sinusite

Selon les causes de la maladie, le mécanisme et l’évolution de la maladie, la sinusite est divisée en plusieurs types ou types.

Sinusite aiguë

La sinusite aiguë est une forme de la maladie qui se développe rapidement et qui, en règle générale, est le résultat de maladies respiratoires aiguës: SRAS, rhume, rhume et inflammation des racines des dents de devant de la mâchoire supérieure. Le mécanisme de la maladie est le même: les agents responsables de la maladie à travers les canaux minces qui relient les sinus au nez ou à travers le tissu osseux de la mâchoire pénètrent dans les sinus maxillaires. Le corps commence à produire des lymphocytes – des cellules spéciales du système immunitaire, conçues pour neutraliser les micro-organismes dangereux. Le mucus s’accumule dans les sinus, qui s’écoule à travers les canaux dans le nez. Si le mucus obstrue les canaux, il s’accumule dans les sinus, commence à exercer une pression sur les parois, provoquant encore plus d’inflammation.

Si le mucus quitte le lieu de l’inflammation sans barrières, la maladie passe sans complications. Lorsque les canaux sont bouchés, les problèmes commencent :

  • température élevée;
  • difficulté à respirer;
  • au toucher, la mâchoire supérieure fait mal autour du nez;
  • une personne ne dort pas bien la nuit;
  • sensation de malaise, fatigue;
  • les performances diminuent ;
  • le visage enfle.

Sinusite chronique

Dans certains cas, l’inflammation des sinus maxillaires prend une forme chronique : en règle générale, elle survient après une ou plusieurs tentatives de traitement d’une sinusite aiguë. L’inflammation chronique des sinus paranasaux peut être due à la présence d’autres maladies non associées aux organes ORL ou à des facteurs traumatiques. Les symptômes d’inflammation s’atténuent et s’aggravent périodiquement :

  • la température corporelle augmente, ne dépassant pas 38 degrés;
  • les maux de tête apparaissent et disparaissent lorsque la tête est inclinée;
  • morve de nuances jaunes, jaune-vert coule du nez;
  • l’odorat s’aggrave – le patient ne sent pas la nourriture;
  • visage constamment gonflé;
  • sans raison, les larmes viennent et la conjonctivite apparaît.

Sinusite purulente

La sinusite purulente est une complication causée par un traitement incorrect ou une tentative d’auto-traitement des formes aiguës de la maladie. La cause de la maladie est le plus souvent des rhumes, des maladies infectieuses et virales qu’une personne n’a pas guérie ou subie «sur ses pieds». La sinusite purulente est causée par des accumulations de bactéries pathogènes dans les sinus maxillaires. Le principal danger de cette maladie est la possibilité d’endommager les tissus osseux du visage, ce qui compliquera sérieusement le traitement et le prolongera pour une durée indéterminée.

Sinusite bilatérale

La plus grave et la plus traitable est la sinusite bilatérale – inflammation simultanée de la membrane muqueuse des sinus situés des deux côtés du nez. La cause de la maladie est le plus souvent des micro-organismes qui ont pénétré dans les sinus à partir de la cavité buccale ou des organes respiratoires, affectés par des agents pathogènes – bactéries, champignons et virus. Le plus souvent, la sinusite bilatérale se manifeste sous une forme aiguë, se transformant en une forme chronique avec un traitement inefficace.

La maladie est facilement diagnostiquée par les signes suivants:

  • intoxication de tout l’organisme: forte augmentation de la température, vomissements, douleurs articulaires et musculaires;
  • léthargie, apathie, handicap ;
  • gonflement du visage des deux côtés;
  • douleur dans la région du sinus maxillaire lors du sondage avec les doigts ;
  • déchirure accrue;
  • sécrétion d’une grande quantité de morve.

Sinusite allergique

La sinusite allergique affecte les personnes souffrant d’une réaction négative du système immunitaire de l’organisme aux stimuli externes: pollen, poussière, peluches de peuplier et même eau. L’allergène, pénétrant dans les sinus paranasaux, provoque une production accrue de leucocytes qui, s’accumulant dans les sinus, obstruent les canaux et enflamment la membrane muqueuse.

La sinusite allergique se caractérise par :

  • mal de tête;
  • faiblesse et apathie;
  • douleur dans la région des yeux et des pommettes ;
  • hausse de température;
  • obstruction du nez.

sinusite catarrhale

La sinusite catarrhale touche le plus souvent les enfants et les adolescents. Il survient après que des bactéries nocives pénètrent dans les sinus maxillaires, lorsque les muqueuses de la cavité nasale gonflent. Cela rétrécit le canal par lequel le mucus est excrété. La sinusite catarrhale est la forme d’inflammation la plus bénigne qui, avec un traitement rapide, passe rapidement et sans conséquences. Les personnes qui ont eu une sinusite catarrhale notent :

  • manque d’appétit;
  • gonflement des paupières, visage;
  • changement de couleur de la morve;
  • température élevée;
  • l’apparition de maux de tête et une sensation de pression autour du nez;
  • douleurs dans tout le corps, douleurs musculaires.

Sinusite polypeuse

La sinusite polypeuse se développe lorsque des polypes apparaissent dans les sinus, bloquant les canaux pour éliminer le mucus des sinus. Les polypes des sinus sont des excroissances anormales et douloureuses qui apparaissent sur la membrane muqueuse à la suite d’une division cellulaire rapide. Les médecins n’ont pas déterminé la cause exacte de la formation des polypes, estimant qu’ils apparaissent sous l’influence d’un ou plusieurs facteurs négatifs : hérédité, traumatisme, maladies virales ou bactériolytiques.

Les patients se plaignent de signes caractéristiques de la plupart des formes de sinusite : fièvre, écoulement de morve ; détérioration de l’état général, matité du goût et de l’odorat, congestion nasale.

Sinusite odontogène

Les maladies dentaires affectent la santé des organes ORL, la preuve en est la sinusite odontogène, qui survient chez les personnes qui ne prennent pas soin de leurs dents. Les racines des 4e, 5e et 6e dents de la mâchoire supérieure sont très proches des parois des sinus maxillaires ou poussent à l’intérieur. La maladie dentaire, affectant la couronne et la racine dentaires, infecte la membrane muqueuse des sinus, “libérant” du pus dans les sinus. Le mucus, s’accumulant dans le sinus, obstrue le canal – une sinusite se développe.

Causes de la sinusite

Les sinus maxillaires sont une barrière naturelle contre les infections, les agents pathogènes et autres facteurs négatifs présents dans l’air.Par conséquent, la cause principale de la sinusite est l’infection, les allergènes, les champignons sur la muqueuse. Les agents responsables des processus inflammatoires peuvent pénétrer dans les sinus maxillaires par le sang.

L’affaiblissement du système immunitaire humain peut aggraver le fonctionnement des muqueuses: les raisons de la libération d’un nombre insuffisant de leucocytes sont les rhumes constants, les infections virales respiratoires aiguës, la rhinite, les réactions allergiques et le traitement inapproprié des maladies.

Une personne peut être porteuse de staphylocoque doré – un type de bactérie nocive qui, pendant un certain temps, peut ne pas nuire à son propriétaire: le système immunitaire y fait face avec succès. Dès que la défense immunitaire s’affaiblit, le staphylocoque commence son travail destructeur.

Les principales causes de sinusite sont :

  • blessures des sinus maxillaires qui violent la membrane muqueuse;
  • remède analphabète ou incomplet pour un nez qui coule ou un rhume;
  • entrée dans le nasopharynx de bactéries, champignons et virus pathogènes;
  • brûlures des muqueuses des sinus avec des produits chimiques nocifs;
  • humidification insuffisante de l’air dans les espaces clos;
  • maladies infectieuses transmises : infections respiratoires aiguës, grippe ;
  • structure anormale des organes du nasopharynx;
  • traumatisme physique au septum nasal;
  • l’apparition de néoplasmes (adénoïdes, polypes);
  • réactions allergiques à divers irritants;
  • VIH, SIDA, tuberculose ;
  • certains traitements (exposition aux radiations);
  • apparition de tumeurs malignes et bénignes.

Fait médical : l’une des principales causes de la sinusite est l’utilisation fréquente de gouttes pour traiter la rhinite. À la suite d’une utilisation excessivement fréquente du médicament dans les sinus, une grande quantité de mucus se forme dans les sinus maxillaires, provoquant un blocage des canaux dans la cavité nasale.

Les symptômes

L’apparition de plusieurs symptômes alarmants séparément ou en même temps doit alerter le patient : amorcer le développement d’une sinusite signifie perdre le meilleur moment pour le traitement et accumuler de nombreuses complications, jusqu’à l’inflammation de la muqueuse du cerveau.

Les sensations de douleur apparaissent le plus souvent dans la zone du nez et autour de celui-ci : le matin la douleur est plus faible, la nuit elle s’intensifie. La douleur acquiert un caractère croissant: l’intensité est différente, de plusieurs jours à quelques heures. Après un certain temps, la douleur cesse d’être ressentie à des endroits précis et un mal de tête apparaît.

Température

Une augmentation de la température est la réaction du corps à l’apparition d’agents pathogènes qui ont provoqué un phénomène tel qu’une intoxication générale – un empoisonnement du corps. Dans la forme aiguë de la maladie, la température monte à 38 degrés et plus. L’évolution chronique de la sinusite peut ne pas provoquer une température élevée ou son augmentation à 37-37,8 degrés. L’indicateur de température est affecté par l’état du système immunitaire, les caractéristiques de l’organisme et l’âge du patient, la présence d’autres maladies.

Morve

Un signe clair de sinusite est une décharge abondante de morve. A différents stades de la maladie, la morve peut changer de teinte :

  • au stade initial de la maladie, la morve blanche est libérée – lorsqu’une infection pénètre, la membrane muqueuse produit activement un liquide protecteur – un mucus de teinte blanche ou translucide;
  • le développement de l’inflammation provoque la libération de morve verte, qui indiquera au médecin que la sinusite est à un stade aigu;
  • l’ajout d’une teinte jaune à la couleur verte indique l’apparition de pus et la nécessité d’une intervention médicale urgente.

Des traces et des caillots sanguins dans la morve sont un signal de danger indiquant une forme grave de sinusite, qui peut entraîner les conséquences les plus imprévisibles si le traitement n’est pas commencé à temps. Du sang peut apparaître avec une lésion des sinus maxillaires, des modifications douloureuses de la membrane et des tissus osseux.

La sinusite se développe dans le contexte d’autres signes:

  • nez encombré;
  • pression dans le pont du nez, qui augmente lorsqu’une personne incline la tête;
  • invalidité;
  • apathie et fatigue;
  • des frissons;
  • douleur dans les zones autour du nez, des yeux, des pommettes ; gommes;
  • mal de tête d’intensité variable;
  • manque d’appétit;
  • perte d’odorat et de goût;
  • le larmoiement apparaît;
  • mauvaise haleine et nez.

Diagnostic de sinusite

Un oto-rhino-laryngologiste peut diagnostiquer une sinusite avec une forte probabilité. S’il est impossible d’obtenir une consultation avec un spécialiste spécialisé, vous devez prendre rendez-vous avec un thérapeute.

Méthodes de diagnostic de la sinusite

Le diagnostic de la maladie est fait en utilisant:

  • anamnèse: analyse des données rapportées par la personne malade, enregistrements des antécédents médicaux, examen externe du patient, sondage des zones douloureuses du visage;
  • recherche utilisant des méthodes instrumentales – tomographie informatisée et magnétique, radiographies, équipement à ultrasons, biopsie sinusale, endoscopie par fibre optique, diaphanoscopie;
  • tests de recherche en laboratoire: sang, écoulement nasal.

Un diaphanoscope, instrument médical qui « voit à travers » la mâchoire supérieure, permet de détecter une anomalie des sinus paranasaux. La partie terminale du tube de l’appareil contient une puissante source de lumière – une ampoule très brillante. Dans une pièce sombre spéciale, le médecin insère l’instrument dans la bouche du patient, dirige la lumière vers le palais supérieur et regarde à travers les sinus maxillaires “éclairés”.

L’endoscopie par fibre optique est une méthode de recherche dans laquelle l’examen du nasopharynx du patient est effectué à l’aide d’un endoscope, un appareil optique qui vous permet d’examiner les organes avec leur augmentation. Les endoscopes modernes ont pour fonction de prélever le contenu tissulaire et nasal pour analyse.

Biopsie – pénétration dans les sinus avec une aiguille spéciale et prise de mucus pour analyse directement à partir du site de l’inflammation.

L’aide de médecins spécialisés

Si le diagnostic révèle des signes de polypose sinusite, le patient devra alors consulter un immunologiste, un pneumologue et un allergologue afin d’éviter d’éventuelles complications : le traitement est effectué uniquement par voie chirurgicale. Une consultation avec un allergologue sera nécessaire en cas de sinusite allergique.

Pour traiter avec succès la forme odontogène de la maladie, vous aurez besoin de l’aide d’un dentiste : pour éliminer le principal facteur irritant, vous devrez soigner ou enlever les racines des dents touchées.

Traitement de la sinusite

La clé d’un traitement réussi est l’accès rapide à des soins médicaux qualifiés. Ne comptez pas sur le fait que “ça va passer tout seul”, ne supportez pas la douleur jusqu’au bout – prenez rendez-vous avec un médecin. Les analgésiques que vous pouvez acheter à la pharmacie ne vous débarrasseront pas de la maladie – ils soulageront simplement la douleur.

Thérapie

Le traitement de la sinusite aiguë consiste à éliminer le gonflement de la membrane muqueuse des sinus et à libérer les canaux de passage du mucus: le médecin prescrit des médicaments vasoconstricteurs locaux, par exemple la naphazoline. Le patient prend le médicament pendant 5 jours au maximum. Afin de faire baisser la température élevée, divers antipyrétiques sont prescrits, si le patient continue d’avoir des courbatures et des douleurs dans les muscles, d’autres signes d’intoxication sont prescrits, des antibiotiques généraux ou locaux.

La tâche principale dans le traitement de la sinusite chronique est d’éliminer les causes: maladies ORL non traitées, maladies dentaires, septum nasal mal fusionné, végétations adénoïdes. Si la maladie est exacerbée, les exacerbations sont éliminées avec des médicaments vasoconstricteurs locaux.

Pour nettoyer les sinus, on utilise le lavage, que les médecins appellent le “coucou”: une solution désinfectante est injectée par les voies nasales au patient allongé sur le dos. La procédure tire son nom de la demande du médecin effectuant la procédure de répéter le mot “ku-ku” – cela est fait pour que la solution ne pénètre pas dans les voies respiratoires. La sensation de la procédure est comme une immersion dans l’eau avec une lente “inhalation” d’eau.

Physiothérapie

Les procédures de physiothérapie sont prescrites aux patients qui ont progressé dans le traitement: les canaux des sinus sont propres, la température a baissé. L’échauffement est l’une de ces méthodes: il est effectué à l’aide d’une lampe bleue. L’échauffement et les inhalations peuvent être effectués indépendamment à la maison en respirant sur une casserole de pommes de terre, en vous couvrant d’une couverture ou en appliquant un œuf à la coque chaud sur la zone près du nez.

Pour les patients qui se remettent d’une sinusite, la spéléothérapie est utile – traitement de l’air du karst ou des mines de sel, des grottes: il n’y a pas de micro-organismes dans cet air, il est saturé de dioxyde de carbone.

Opération

Pour le traitement des formes avancées de sinusite, ainsi que pour l’élimination des polypes et autres néoplasmes, des méthodes chirurgicales de traitement sont utilisées.

Une ponction ou une ponction du sinus se fait avec une aiguille spéciale pour le diagnostic et l’extraction des masses purulentes.

La gyrotomie est une opération chirurgicale visant à ouvrir les sinus paranasaux pour les nettoyer des corps étrangers, des accumulations de pus, élargir le canal ou créer une voie de drainage supplémentaire du mucus. La gyrotomie est prescrite :

  • avec des formes sévères d’inflammation purulente;
  • lors de la détection de polypes, croissances de tissus de la membrane muqueuse des sinus;
  • enlever des parties des racines des dents, des obturations.

A faire ou à ne pas faire ?

Lors de la prescription d’un traitement, le médecin tient bien sûr compte des souhaits du patient et, à la moindre occasion d’éviter une intervention, prescrira un traitement conservateur. Cependant, il vaut la peine de tenir compte des conseils persistants d’un spécialiste pour faire une ponction du sinus nasal. La peur d’une crevaison est le plus souvent basée sur les histoires d’horreur d’un ami, d’une connaissance ou d’un parent: “J’ai été fait cinq fois”, “le trou n’a pas cicatrisé pendant un mois, bien que le médecin ait dit qu’il guérirait en trois jours .”

Dans la plupart des cas, l’opération de ponction des sinus maxillaires se déroule sans complications et la plaie guérit en une semaine supplémentaire, selon le corps humain. La ponction permettra au médecin de poser un diagnostic plus précis, de nettoyer rapidement et en temps opportun le sinus en éliminant le pus et d’accélérer la guérison.

Prévention de la sinusite

Afin d’éviter l’inflammation des sinus paranasaux, vous devez suivre quelques règles simples:

  • guérir complètement le nez qui coule, les rhumes, les maladies virales et microbiennes;
  • surveiller attentivement l’hygiène des dents, contacter le dentiste en temps opportun en cas de carie, maladie des gencives;
  • évitez de vous trouver dans des pièces poussiéreuses et enfumées;
  • si possible, évitez les sources d’allergies, consultez un allergologue, prenez des antihistaminiques prescrits par un médecin;
  • mangez plus de légumes et de fruits frais, achetez à la pharmacie et prenez des complexes de vitamines pour maintenir l’immunité naturelle;
  • dans le même but, vous pouvez commencer à durcir – progressivement, sans extrêmes comme arroser d’eau froide pendant le gel hivernal;
  • éviter tout contact avec des personnes malades ou utiliser des masques médicaux ;
  • au cas où un membre de la famille tombe malade, fournissez-lui de la vaisselle séparée, une serviette;
  • ne pas abuser des gouttes de rhinite;
  • boire plus d’eau;
  • rincer le nez avec une solution de sel marin ou avec des sprays nasaux spéciaux.

Les personnes sujettes à la sinusite ont besoin d’être moins à l’air froid, évitent de se baigner dans des piscines à l’eau chlorée, qui irrite la muqueuse des sinus.

Si une personne a déjà attrapé un nez qui coule, le rinçage avec une solution saline est un bon moyen d’éviter le blocage des sinus paranasaux. Utilisez les recettes des grands-mères: instillez des solutions de teintures de camomille et de calendula dans les narines – destructeurs naturels des sources de la maladie.

Référence! Il est impossible de réchauffer indépendamment les sinus paranasaux dans la sinusite aiguë: une température élevée ne fera que “stimuler” le développement de la maladie et compliquera le traitement ultérieur.

Mal de tête

Pour beaucoup d’entre nous, un mal de tête n’est pas un problème, car il est facilement résolu après la prise d’analgésiques. Et quand la pilule cesse d’aider, nous n’allons pas chez le médecin, mais passons à des médicaments plus puissants et même à des injections.

Malheureusement, les conséquences sont du temps perdu. Le moment où vous pouviez, mais ne vouliez pas découvrir le problème que votre corps signale de manière persistante. Après tout, un mal de tête n’est pas une maladie indépendante, il peut être un symptôme de maladies graves. Seul un médecin doit les diagnostiquer et les traiter.

Pourquoi le mal de tête survient-il

En règle générale, ce n’est pas toute la tête qui fait mal, mais une partie de celle-ci. Causes du mal de tête selon sa localisation :

  • la zone du temple peut faire mal avec des changements soudains de la pression artérielle, avec un empoisonnement du corps avec des toxines ou des maladies infectieuses;
  • des maux de tête à l’arrière de la tête surviennent avec une pression artérielle élevée, des problèmes de colonne cervicale (ostéochondrose, spondylose) ou une hypertonicité des muscles du cou et de la zone du col;
  • si le front fait mal, il s’agit peut-être d’une maladie inflammatoire des sinus paranasaux – sinusite frontale. Cela peut également être un signe d’augmentation de la pression intracrânienne ou de compression du nerf occipital. Une telle douleur accompagne des maladies très graves – méningite, pneumonie, paludisme, typhoïde;
  • si des sensations douloureuses se produisent autour des yeux, ce sont des signes de migraine, de dystonie végétative-vasculaire. C’est ainsi que les maladies oculaires, y compris le glaucome, peuvent se manifester.

Attention si vous avez mal à la tête régulièrement, avec une certaine cyclicité. Il s’agit d’un signal clair et précis – vous souffrez de maladies chroniques ou le niveau de stress et de travail acharné est très élevé.

Intensité différente du mal de tête

Les maux de tête dans une zone particulière peuvent être d’intensité variable : des attaques aiguës et soudaines à une incapacité prolongée. Il s’agit également d’informations de diagnostic précieuses.

L’intensité de la douleur dans la tête peut être:

  1. Fort, parfois insupportable. Les causes de ces douleurs sont les migraines, les chutes de pression, les sinusites, les traumatismes crâniens ou les infections. Si la douleur ne s’atténue pas avec le temps, mais augmente, cela signifie que le processus douloureux progresse.
  2. Long. C’est un signal SOS très sérieux que notre corps ne peut que donner. Cela peut indiquer des lésions du système nerveux de nature infectieuse, une méningite, une tuberculose, des maladies parasitaires et même une tumeur au cerveau. Les maux de tête fréquents sont particulièrement inquiétants .
  3. Palpitant. Le plus souvent, c’est ainsi qu’une migraine se manifeste. Cependant, il peut également s’agir de maladies vasculaires – lésions cérébrales, écoulement altéré du liquide céphalo-rachidien ou écoulement veineux. La douleur pulsatile est causée par certains types de lésions infectieuses, otite, glaucome. Un mal de tête lancinant sévère et prolongé est particulièrement dangereux.
  4. Soudain. En règle générale, il provoque un spasme des vaisseaux cérébraux. Cela se produit en cas d’atteinte nerveuse avec ostéochondrose cervicale, avec crise vasculaire. Une rupture d’anévrisme, une hémorragie intracrânienne est très dangereuse. Mais un mal de tête aigu survient souvent à la suite du stress, si une personne est nerveuse ou empoisonnée par des produits de mauvaise qualité.

Quelles maladies sont accompagnées d’un mal de tête

Seul un médecin peut établir un diagnostic, après plusieurs étapes d’examen. Après tout, avec des symptômes similaires, les causes des maux de tête sont différentes. Voici une liste des principales maladies accompagnées de douleurs à la tête :

  1. Migraine. Mal de tête sévère , souvent lancinant, une personne est malade, irritée par la lumière, les odeurs. Il y a une faiblesse générale, une envie de se coucher. Souvent, la douleur est d’un côté du visage. Une crise de migraine peut durer quelques heures, voire 2 à 3 jours.
  2. Céphalée de tension. Le type de maladie le plus courant. Habituellement, la tête fait légèrement mal, mais la douleur revient encore et encore. Cela peut durer 6-7 jours. La douleur comprime le crâne, est localisée à l’arrière de la tête, à la partie frontale, à la couronne, ou se propage à tous les départements. Ce type de douleur survient chez les personnes qui exercent un travail sédentaire, conduisent pendant une longue période ou sont constamment dans un état de stress. Leur ceinture scapulaire est tellement contrainte qu’elle ne se détend pas même pendant le sommeil. La perméabilité des muscles, l’influx nerveux et la nutrition des tissus sont altérés.
  3. maladie des grappes. Très difficile à tolérer par les patients, va parfois dans une forme continue. La douleur bat d’un côté de la tête, comprime l’œil ou une partie du front. L’œil commence à larmoyer et à gonfler. Le pic de l’attaque dure d’une demi-heure à une heure et demie. La douleur en grappe est plus fréquente chez les hommes.
  4. Douleur causée par les infections. Elle est accompagnée de frissons, de fièvre. La douleur appuie sur les tempes, les yeux, le front. Avec le SRAS, la toux et l’écoulement nasal se joignent aux symptômes. Avec la méningite, la douleur est intense, lancinante, accompagnée de vomissements.
  5. Douleur résultant d’une blessure. Leur nature et leur intensité dépendent de la nature de la blessure. Caractéristique pour les commotions cérébrales, les lésions crâniennes, le déplacement des vertèbres dans la colonne cervicale. De plus, des sensations désagréables peuvent survenir immédiatement ou après un certain temps.
  6. Douleur des sinus. Il accompagne l’inflammation des sinus, il est donc localisé dans la partie frontale de la tête ou près du nez. Le patient a le nez qui coule, la congestion nasale. Vous ne pouvez vous en débarrasser qu’en guérissant la maladie sous-jacente.
  7. Douleur causée par la pression intracrânienne. Ce sont des sensations de douleur massives et intenses couvrant toute la surface de la tête et la zone autour des yeux. Les patients les décrivent comme pressants ou éclatants. Souvent, une personne est malade et peut à peine tolérer une lumière vive.
  8. Douleur associée à une lésion du nerf trijumeau. Vive, courte (de 2 à 5 secondes), mais très douloureuse. Se produit soudainement dans n’importe quelle partie du visage. Le plus souvent, l’inflammation du nerf trijumeau survient chez les personnes ayant des dents malsaines et des problèmes bucco-dentaires.

Quels examens faut-il faire

Avec des plaintes de maux de tête, vous devriez consulter un thérapeute. Tout d’abord, le médecin recueille une anamnèse – clarifie la nature, la localisation, la durée du mal de tête. Rappelez-vous quand il est apparu pour la première fois et à quelle fréquence il se reproduit. Afin d’exclure des facteurs supplémentaires susceptibles de provoquer des crises, vous devez subir un examen par un neurologue, un médecin ORL, un ophtalmologiste et vous rendre dans un cabinet dentaire. Ils seront en mesure d’identifier avec précision les causes et les types de maux de tête et de prescrire un traitement.

Votre médecin peut vous recommander les tests suivants :

  • électroencéphalographie – une étude de l’état du cerveau. C’est ainsi que sont détectées les pathologies vasculaires et tumorales, les hématomes ; – montrera s’il y a des signes d’hydrocéphalie, s’il y a eu une blessure à la tête ou une sinusite;
  • imagerie par résonance magnétique – de cette façon, vous pouvez détecter une tumeur, des problèmes de circulation cérébrale, des maladies des sinus nasaux, les conséquences d’un accident vasculaire cérébral.
  • tomodensitométrie – de cette manière, il est possible de déterminer s’il y a des hémorragies dans le cerveau, quelle est la structure du tissu cérébral et des vaisseaux sanguins;
  • électromyographie – détermine les dommages aux connexions neuronales et aux nerfs; vaisseaux du cou avec Doppler – une procédure populaire révèle l’athérosclérose, les pathologies vasculaires et du flux sanguin, les anévrismes;
  • tests de laboratoire – les tests aideront à détecter le processus inflammatoire, la présence d’une infection, les problèmes de métabolisme du cholestérol et les processus auto-immuns.

Traitement des maux de tête

Les conséquences d’un mal de tête peuvent être très graves. Plus les maux de tête deviennent fréquents et forts, plus leurs conséquences se manifesteront – jusqu’aux spasmes musculaires et à l’hypoxie cérébrale. Et d’ailleurs, la maladie sous-jacente commencera inévitablement à progresser.

Le traitement des maux de tête ne se limite pas à l’utilisation de médicaments – bien que l’utilisation d’anti-inflammatoires, d’analgésiques et d’analgésiques locaux soit une partie importante du traitement. Par exemple, une série de blocages médicamenteux facilite grandement l’état du patient.

Une bonne aide dans le traitement des maux de tête sera:

  • thérapie manuelle – une méthode d’exposition aux techniques de massage manuel sur la colonne vertébrale. Particulièrement efficace pour les migraines et les douleurs de tension ; . Efficace pour la récupération des blessures et des migraines chroniques ;
  • acupuncture – l’impact des aiguilles médicales à travers des points spéciaux sur le corps. Ainsi, vous pouvez activer le travail des organes associés à certaines terminaisons nerveuses et démarrer le processus d’auto-guérison ;
  • ostéopathie – dans ce cas, les pinces musculaires et les modifications des articulations et des organes sont élaborées à l’aide de techniques de massage spéciales sur des points du corps du patient;
  • physiothérapie – traitement par ultrasons, champs électriques et magnétiques faibles alternés ou constants, exposition à la chaleur. Efficace pour différents types de maux de tête;
  • exercices de physiothérapie – activité physique modérée, particulièrement efficace dans le traitement des affections post-traumatiques et des douleurs de surmenage ; – si les muscles sont contraints par des spasmes, une injection de Botox permettra de détendre la zone du corps et de soulager les maux de tête ;
  • l’hémocorrection extracorporelle est une méthode basée sur le nettoyage du sang de l’excès de cholestérol et de substances toxiques. Il a fait ses preuves dans le traitement de la sclérose en plaques et des pathologies du système immunitaire ;
  • remèdes populaires. Pour la plupart, les lotions et les complots de grand-mère ne peuvent pas être recommandés dans tous les cas, et uniquement comme méthode de complaisance. En préparant des décoctions et des compresses, vous pouvez manquer un temps précieux et manquer le stade précoce de la maladie. Par conséquent, dans tous les cas, la première chose à faire est de consulter un médecin.

Comment prévenir les maux de tête

La meilleure prévention des maux de tête est un mode de vie sain et la capacité d’éviter le stress.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.