rêver

Saignement pulmonaire. Provoque des symptômes et un traitement

L’hémorragie pulmonaire est une affection potentiellement mortelle qui nécessite des soins médicaux d’urgence. De l’hémoptysie (un mélange ou des traînées de sang dans les expectorations séparées par la toux), le saignement pulmonaire diffère par des volumes beaucoup plus importants et au début par une couleur écarlate brillante du sang qui crache avec une toux (plus tard, le sang s’assombrit généralement, acquérant une couleur rouille teinte).

Il convient de noter à cet égard que la tendance à augmenter la teneur en sang des expectorations peut être le signe avant-coureur de saignements “importants” des principaux vaisseaux pulmonaires dans la lumière des bronches et plus loin dans l’oropharynx, qui est déjà beaucoup plus difficile à arrêter. , donc toute apparition de sang lors de la toux ou de l’expectoration est certainement une raison pour une aide urgente.

En règle générale, les saignements pulmonaires surviennent chez les personnes matures et âgées dans le contexte de maladies pulmonaires ou somatiques graves. Les estimations de la mortalité dans différentes sources varient considérablement, car le résultat dépend de nombreux facteurs (opportunité et lieu des soins, composition nosologique et par âge de l’échantillon statistique, etc.). Dans tous les cas, il s’agit d’une urgence, fatale avec une probabilité de 10 à 60-80 %.

2. Raisons

  • inflammations aiguës purulentes, abcédantes ou phlegmoneuses-nécrotiques (gangrène anaérobie);
  • germination d’une tumeur maligne;
  • parasitose;
  • pneumoconiose;
  • blessures, fractures comminutives des côtes, corps étrangers ;
  • anévrisme aortique rompu et/ou embolie pulmonaire (EP);
  • cardiosclérose, infarctus du myocarde et autres pathologies graves du système cardiovasculaire;
  • hypofonctionnement ou défaillance du système de coagulation sanguine.

Une petite proportion de cas sont des maladies rares, mais non moins dangereuses (syndromes de Goodpasture, Randu-Osler, Wegener, diapédèse, hémosidérose, etc.).

Les facteurs de risque incluent la surcharge physique ou psycho-émotionnelle simultanée, l’hypertension artérielle ou l’hypertension artérielle symptomatique, les troubles circulatoires aigus, les infections sévères et la chirurgie thoracique.

3. Symptômes et diagnostic

Les saignements pulmonaires peuvent apparaître soudainement ou se développer progressivement à partir d’une hémoptysie, mais dans tous les cas, ils s’accompagnent d’une pâleur jaunâtre, d’une hyperhidrose froide, d’une teinte cyanotique de la peau des extrémités, d’une forte diminution de la pression artérielle, d’une tachycardie, d’acouphènes, de vertiges, d’une faiblesse, souvent anxiété-panique désorganisation de la psyché, troubles de la vision, convulsions, opacification de la conscience avec passage à un profond évanouissement, état soporeux ou agonie.

La mort survient généralement par asphyxie et/ou choc hypovolémique provoqué par une perte de sang massive et rapide.

Il reste généralement très peu de temps pour le diagnostic et la prise de mesures vitales d’urgence, et dans de tels cas, cela dépend beaucoup de la capacité du médecin à prêter attention à la couleur du sang, à la nature des râles pulmonaires, aux schémas respiratoires, aux souffles cardiaques, etc. Souvent, une consultation urgente d’un spécialiste spécialisé (gastro-entérologue, parasitologue, oncologue, etc.) ou un examen instrumental (FEGDS, IRM, scanner, radiographie, bronchoscopie) est nécessaire. Des échantillons de biomatériaux (crachats, sang, pus, etc.) sont envoyés pour analyse biochimique, histologique, microbiologique en laboratoire.

4. Traitement

De toute évidence, la stratégie et les tactiques d’assistance sont déterminées par les causes de saignement diagnostiquées (ou très probablement, en tenant compte des données cliniques).

Il n’est pas possible d’énumérer ou de décrire au moins les principales options de traitement conservateur et/ou chirurgical. Cependant, dans tous les cas, la tâche principale est l’hémostase (arrêt du saignement), la stabilisation des principaux signes vitaux (TA, fréquence cardiaque, fréquence respiratoire), l’élimination de la cause fondamentale et/ou le soulagement de l’exacerbation de la maladie sous-jacente, la substitution selon les indications, mesures décisives pour prévenir les complications graves, dont la probabilité avec ces circonstances de données est très élevée.

Maladie

  • Sténose de la trachée et des grosses bronches d’étiologies diverses (cicatriculaire, tumorale, expiratoire)
  • Fistules des organes respiratoires (trachéo-œsophagiennes, broncho-œsophagiennes et autres)
  • Tumeurs bénignes des poumons et du médiastin (hamartomes, neurinomes, kystes bronchiques et entérogènes, etc.)
  • Echinococcose des poumons
  • Chylothorax, kystes du canal thoracique
  • Maladie pulmonaire métastatique
  • Tumeurs de la plèvre

La chirurgie thoracique comprend

  • Trachée
  • Cage thoracique
  • Médiastin
  • Poumons
  • Bronches

Si vous vous retrouvez avec des symptômes similaires, il est possible que ce soit un signe de la maladie, nous vous recommandons donc de consulter notre spécialiste.

Diagnostique

  • Radiographie pulmonaire
  • MSCT de la poitrine
  • Scintigraphie pulmonaire
  • PET-CT (tomographie par émission de positrons)
  • Bronchoscopie

Nos tarifs

  • Consultation avec un chirurgien thoracique, professeur — 10 000 roubles
  • Radiographie des organes thoraciques sur la base d’un établissement de santé partenaire – à partir de 2000 roubles.
  • MSCT des organes thoraciques sur la base d’un établissement de santé partenaire – à partir de 6000 roubles.
  • Scintigraphie pulmonaire sur la base d’un établissement de santé partenaire — 8000 roubles.
  • PET-CT (tomographie par émission de positrons) sur la base d’un établissement de santé partenaire – à partir de 35 000 roubles.

Nous essayons de mettre à jour rapidement les données de prix, mais, afin d’éviter tout malentendu, veuillez vérifier les prix à la clinique.

Cette liste de prix n’est pas une offre. Les services médicaux sont fournis sur la base d’un contrat.

Saignement pulmonaire

Nous parlons d’une complication dangereuse de diverses pathologies du système respiratoire, qui s’accompagne de la sortie de vaisseaux sanguins situés dans les bronches ou les poumons, et de sa libération.

Symptômes caractéristiques du syndrome :

  • Toux, dans laquelle du sang est libéré, liquide écarlate ou sous forme de caillots;
  • état de faiblesse;
  • état de vertige;
  • Diminution de la tension artérielle ;
  • État d’évanouissement.

Afin d’identifier la cause du syndrome, diverses méthodes de diagnostic sont utilisées, par exemple la radiographie, la tomographie, la bronchoscopie, etc.

Pour arrêter le syndrome, diverses méthodes de traitement sont utilisées, y compris la thérapie hémostatique conservatrice et le traitement chirurgical.

Le syndrome est caractéristique du cancer du poumon, car il survient chez la moitié des patients.

L’intensité du syndrome est différente : sa massivité est estimée de 600 ml à plus d’un litre de sang perdu par jour.

Il est important de voir la différence entre les deux concepts d'”hémorragie pulmonaire” et d'”hémoptysie”. Ce dernier est moins dangereux, il se caractérise par un volume et un taux de libération de masse sanguine plus faibles, mais il peut souvent précéder le saignement. Par conséquent, l’importance de son traitement est indéniable.

Dans la classification, utilisée depuis 1990, il existe trois degrés de saignement :

  • La première étape – perte de sang quotidienne de 50 à 100 ml;
  • La deuxième étape – perte de sang quotidienne de 100 à 500 ml;
  • La troisième étape est une perte de sang quotidienne de plus de 500 ml.

Extrêmement dangereux est l’état de saignement abondant, qui se produit simultanément ou pendant une courte période. Ainsi, dans une forme sévère du syndrome, la perte de sang simultanée peut être supérieure à 100 ml.

La différence entre “hémoptysie” et “hémorragie pulmonaire” est également importante car la première n’effraie pas l’oncologue, il fait simplement des ajustements au traitement, tandis que la seconde nécessite une assistance urgente, souvent une réanimation.

causes

Les causes du syndrome sont souvent associées à des maladies oncologiques – tumeurs des bronches et des poumons. Parfois, la cause est des lésions secondaires des bronches et des poumons avec des métastases d’autres organes.

La cause du saignement en oncologie est un vaisseau corrodé par des cellules atypiques. La tumeur perturbe le fonctionnement normal de la paroi vasculaire des bronches, elle devient inélastique et le sang commence à en sortir. C’est-à-dire qu’il existe une relation entre la taille du défaut vasculaire et l’intensité du saignement.

La plupart des saignements surviennent au premier stade du syndrome. En cas d’hémorragie éclair, il est extrêmement difficile de sauver une personne : les deux tiers des patients meurent dans la première heure si aucune aide n’est apportée.

Les symptômes

La pratique médicale montre que le syndrome est généralement précédé d’une forte toux. Au début, il est sec, puis des expectorations muqueuses et des impuretés sanguines sont observées. Comme nous l’avons déjà dit, le sang peut être écarlate ou sous forme de caillots.

Dans certains cas, les précurseurs du syndrome sont :

  • Sensation de chatouillement ou de gargouillement dans la gorge ;
  • Brûlure dans la poitrine.

L’état général du patient dépend en grande partie de la façon dont la perte de sang est exprimée. Il pourrait être:

  • la frayeur;
  • L’état d’une forte baisse de force;
  • Pâleur;
  • transpiration;
  • Diminution de la tension artérielle ;
  • cardiopalme ;
  • Avoir le vertige;
  • Essoufflement, etc.

Si le syndrome est classé comme abondant, il peut y avoir :

  • état d’évanouissement;
  • Vomir;
  • État convulsif;
  • déficience visuelle;
  • Asphyxie.

Diagnostique

Pour déterminer le syndrome, un examen par un spécialiste ORL est nécessaire. Autrement dit, il est nécessaire de comprendre la nature du saignement, car ses causes peuvent être non seulement les poumons, mais également les muqueuses et l’estomac.

Les principaux types de recherche diagnostique:

  • Radiographie;
  • Tomodensitométrie avec contraste.

S’il est impossible de trouver la source du saignement, une bronchoscopie est effectuée. La méthode peut également être utilisée comme traitement, en particulier lorsqu’il existe une menace pour la vie du patient.

L’angiographie est une autre méthode de diagnostic. On y recourt souvent avec un syndrome mineur et avec sa source établie.

Traitement

Dans le traitement du syndrome, les méthodes thérapeutiques, l’hémostase et les opérations chirurgicales sont applicables.

Le traitement est prescrit pour un syndrome classé comme les deux premières étapes.

L’aspiration est nécessaire pour retirer le sang de la lumière trachéale. Si nous parlons d’asphyxie, une intubation urgente, une aspiration de sang et une ventilation artificielle des poumons sont nécessaires.

Parmi les préparations médicales, les préparations hémostatiques, les antihypertenseurs sont prescrits.

Si les méthodes thérapeutiques ne donnent pas de résultat positif, le syndrome est arrêté par une hémostase endoscopique locale.

En règle générale, ces méthodes aident à arrêter le développement du syndrome pendant un certain temps.

La chirurgie palliative est utilisée dans les cas où il est impossible d’effectuer une opération radicale.

Quant aux opérations radicales, elles visent une résection partielle du poumon, par exemple une résection marginale ou l’ablation de tout l’organe.

Prévoir

L’arrêt du développement du syndrome menace potentiellement sa reprise. Si nous parlons d’un stade sévère, cela menace la vie d’une personne, par exemple à la suite d’une asphyxie.

Les opérations planifiées réduisent le pourcentage de complications postopératoires de près de 10 fois.

Onco.Rehab est une clinique d’oncologie intégrative qui vous fournira toujours des soins médicaux de qualité.

Saignement pulmonaire

Le saignement pulmonaire est un saignement persistant ou récurrent dans les poumons, également connu sous le nom de syndrome de saignement alvéolaire diffus.

Une centaine de maladies peuvent entraîner une complication telle que l’hémorragie pulmonaire (LC). Mais le plus souvent, le syndrome survient avec la tuberculose pulmonaire (selon les statistiques, dans 40 à 66 cas sur 100), les maladies pulmonaires suppurées et le cancer du poumon. LC se produit également dans les maladies systémiques qui ne sont pas considérées comme courantes, telles que la tuberculose. Avant que des médicaments tels que les antibiotiques ne soient développés, il y avait 2 décès pour 100 cas. Aujourd’hui, le taux de mortalité à la suite de LC est plus élevé – 10-15%. On pense que la perte de 600 ml de sang ou plus sur une période allant jusqu’à 4 heures entraîne la mort d’une personne dans 70 cas sur 100.

Classification

La Classification internationale des maladies 10 distingue deux conditions :

  • hémoptysie
  • saignement pulmonaire

Une vingtaine de divisions LC ont été développées. Par exemple, le chercheur V. I. Struchkov distingue 3 degrés de perte de sang :

  • I degré (perte de 300 ml ou moins par jour)
  • II degré (perte de 300 à 700 ml par jour)
  • Degré III (perte de plus de 700 ml de sang en 24 heures)

Yu. V. Rzhavskov a développé une classification qui prend en compte la perte de sang sur une période de 60 minutes :

  • I degré (moins de 20 ml)
  • II degré (20-50 ml)
  • Degré III (50-200 ml et plus)

La classification la plus couramment utilisée des saignements pulmonaires :

  • petit (jusqu’à 100 ml)
  • moyen (100-500 ml)
  • grande ou abondante (500 ml ou plus)

Dans la littérature médicale de langue anglaise, le concept d’hémorragie pulmonaire massive est courant. Ce terme désigne le débit de 600 ml ou plus de sang en 24 heures. Le principal inconvénient de toutes les divisions, qui sont basées sur la libération externe de sang, est le manque de prise en compte du volume de sang qui reste dans les parties sous-jacentes des poumons, ainsi que celui qui est entré dans le poumon controlatéral.

Les saignements gastro-intestinaux peuvent masquer la LC. Parfois, le patient ne crache pas le sang des poumons, mais l’avale, ce qui se produit dans 19 cas sur 100. Le sang dans le tractus gastro-intestinal est observé chez 74% des patients. Les médecins inexpérimentés peuvent confondre les saignements de nez avec des saignements pulmonaires, en particulier lorsqu’une personne crache du sang et qu’il ne s’écoule pas du nez. Très rarement, LC peut être confondu avec AS si une personne a un réflexe de toux supprimé et que le sang coule dans les parties sous-jacentes des poumons. Une tumeur du larynx et de la racine de la langue peut provoquer des saignements, qui peuvent également être diagnostiqués à tort comme pulmonaires.

Les raisons

La capillarite pulmonaire immunitaire isolée peut provoquer une hémorragie pulmonaire. Il s’agit d’une vascularite microvasculaire, qui se limite à des dommages aux vaisseaux des poumons. La LC alvéolaire est son seul symptôme. Survient chez les patients âgés de 18 à 35 ans.

L’hémosidérose pulmonaire idiopathique est un syndrome de saignement alvéolaire diffus, dans lequel il n’est pas possible de déterminer la maladie sous-jacente. Les saignements pulmonaires surviennent principalement chez les patients de moins de 10 ans. On pense que la cause est un défaut de l’endothélium capillaire alvéolaire, probablement causé par des lésions auto-immunes.

Certaines de ces maladies peuvent également provoquer une glomérulonéphrite, dans de tels cas, elles parlent de syndrome pulmonaire-rénal chez le patient.

Sources de saignement pulmonaire

Les principales sources de CL sont :

  • varices qui traversent le tissu cirrhotique péribronchique, fibreux et intraalvéolaire
  • Anévrisme de Rasmussen (A. artère pulmonaire)
  • artères bronchiques
  • branches de l’artère pulmonaire
  • plexus vasculaires à parois minces qui se forment dans les foyers d’inflammation chronique et de pneumosclérose
  • anastomoses entre l’artère pulmonaire et les artères bronchiques
  • saignement pulmonaire diapédétique qui s’est développé en raison d’une violation de la perméabilité capillaire à la suite d’une inflammation de la paroi vasculaire ou de l’influence de toxines sur celle-ci
  • ganglions lymphatiques bronchopulmonaires enflammés ou calcifiés

À ce jour, il est impossible de déterminer clairement la source du saignement pulmonaire. Les principales d’entre elles sont les artères bronchiques dans le cadre de la circulation systémique. Certains médecins pensent que les LC apparaissent le plus souvent dans la circulation pulmonaire, notamment dans le système artériel pulmonaire. Un autre point de vue des chercheurs dit que la principale source de saignement pulmonaire dans les processus aigus est l’artère pulmonaire et, dans les processus chroniques, l’artère bronchique. La base du désaccord est l’information sur l’apparition fréquente de LC à partir d’anastomoses entre les vaisseaux bronchiques et pulmonaires.

Des études indiquent que 90 % des décès par hémorragie pulmonaire sont associés à l’hypertension pulmonaire. Dans le contexte d’une pression accrue, des vaisseaux anévrismaux et sclérosés se rompent, ce qui entraîne dans certains cas des saignements abondants avec une issue fatale. Aux États-Unis dans les années 1939, Auerbach a mené des recherches sur l’anévrisme de Rasmussen. Et il a prouvé qu’un thrombus se forme dans la zone d’un défaut vasculaire et que le saignement s’arrête, à condition que le thrombus soit capable de résister à la pression artérielle.

La plupart des médecins attribuent le problème de l’hémorragie pulmonaire au facteur coagulopathique. Mais des études menées depuis les années 20 indiquent que dans les cas de tuberculose pulmonaire avec hémorragie pulmonaire, une hypercoagulation, une hypocoagulation et une normocoagulation peuvent être détectées. Les mêmes données ont été obtenues au cours d’études sur les maladies pulmonaires suppurées. La chimiothérapie antituberculeuse a également un effet sur le système de coagulation. Avec l’utilisation prolongée de ftivazid, une hypocoagulation se produit et avec de longs cours de streptomycine, une hypercoagulation se produit. L’intercoagulation provoque une augmentation de l’activité fibrinolytique, réduit l’activité du facteur de stabilisation de la fibrine et dissout rapidement les caillots de fibrine. Certains experts considèrent ce fait comme la principale raison du développement de l’hémorragie pulmonaire.

Les symptômes

Les principaux symptômes de l’hémorragie pulmonaire sont :

  • toux
  • essoufflement
  • fièvre (dans de nombreux cas)
  • hémoptysie (2/3 cas)

Chez les enfants atteints d’hémosidérose pulmonaire idiopathique, il peut y avoir un retard de développement prononcé. L’examen physique ne révèle aucun symptôme particulier.

Complications

L’asphyxie est considérée comme la complication la plus dangereuse de l’hémorragie pulmonaire. Fixe parfois l’atélectasie. En raison de LC, le processus principal progresse, ce qui se produit à la fois avec la tuberculose pulmonaire et avec les maladies purulentes de cet organe. La pneumonie par hémoaspiration est également une complication fréquente. Il comprend la pneumonie et la pneumonite (une affection causée par l’hémoaspiration). La pneumonie par hémoaspiration est comprise comme une pneumonite dont la cause est l’aspiration de sang et qui se complique par l’ajout d’une flore infectieuse.

Il est possible de déterminer la pneumonie par hémoaspiration par les symptômes et les données radiographiques du 2 au 5ème jour après l’hémoaspiration. La localisation du foyer du côté de la source de saignement et en dessous est définie radiologiquement comme broncholobulaire ou avec la présence de petits foyers broncholobulaires. Les statistiques sur la prévalence de cette complication de l’hémorragie pulmonaire sont contradictoires. Selon le TKB n ° 7 de la ville de Moscou, la maladie survient chez 9% des patients présentant une hémoaspiration confirmée. En réanimation, où sont pris en charge les patients présentant des saignements moyens et importants, une pneumonie par hémoaspiration est observée dans 44,9 % des cas, dont une localisation bilatérale dans 23 % des cas.

Diagnostic d’hémorragie pulmonaire

Pour le diagnostic, les méthodes les plus importantes sont la radiographie et la tomodensitométrie. Mais la bronchoscopie est considérée comme la méthode la plus informative pour les saignements pulmonaires. Il vous permet de détecter à quel côté le saignement est associé et même de corriger sa source. Le diagnostic de LC est évoqué lorsque la radiographie révèle des infiltrats alvéolaires bilatéraux étendus.

Une méthode telle que l’analyse d’urine est nécessaire pour exclure le syndrome pulmonaire-rénal et la glomérulonéphrite. Ils prescrivent également la détermination de la formule sanguine et de la numération plaquettaire, des études de coagulation et des tests sérologiques (anticorps à l’ADN double brin, anticorps antinucléaires, etc.), cela permet de détecter la maladie sous-jacente à l’hémorragie pulmonaire. Les titres d’ANCA peuvent être supérieurs à la normale dans certains cas de capillarite pulmonaire immunitaire isolée. Le diagnostic d’hémosidérose pulmonaire idiopathique comprend la présence d’une anémie ferriprive et de macrophages riches en hémosidérine lors d’un lavage bronchoalvéolaire ou d’une biopsie pulmonaire en l’absence de signes de vascularite microvasculaire ou d’une autre maladie.

Selon les indications, le médecin peut prescrire d’autres études. Les tests de la fonction des organes sont utilisés pour documenter la fonction pulmonaire. Une augmentation de la capacité à diffuser le monoxyde de carbone est associée à la LC. L’échocardiographie est utilisée pour exclure un patient présentant une sténose mitrale. Avec le lavage broncho-alvéolaire, dans la plupart des cas, on obtient un liquide qui reste hémorragique même après la réception successive de plusieurs lavages. Une biopsie pulmonaire est souvent ordonnée si la cause sous-jacente du saignement n’est pas identifiée.

Avec le syndrome de saignement alvéolaire, un diagnostic différentiel est nécessaire (distinguer la maladie lors du diagnostic des autres maladies). Les saignements pulmonaires se distinguent de ces conditions:

  • maladies auto-immunes (y compris le syndrome de Goodpasture et la vascularite systémique)
  • infections pulmonaires
  • réactions aux médicaments
  • effets des substances toxiques sur le corps
  • malformations cardiaques (y compris par exemple sténose mitrale)
  • greffe de moelle osseuse et d’autres organes
  • hémosidérose pulmonaire idiopathique
  • capillarite pulmonaire immunitaire isolée
  • troubles de la coagulation causés par des maladies ou des médicaments anticoagulants

Traitement

Une condition préalable au traitement de l’hémorragie pulmonaire est la découverte et l’élimination de la cause. Pour le traitement des maladies du tissu conjonctif, les vascularites, le syndrome de Goodpasture, les glucocorticoïdes, parfois le cyclophosphamide, sont pertinents. Les glucocorticoïdes sont également pertinents pour le traitement de l’hémosidérose pulmonaire idiopathique. S’il n’y a pas d’effet, des immunosuppresseurs supplémentaires sont également prescrits. La prise de médicaments est appelée thérapie conservatrice ou médicamenteuse. Mais des méthodes semi-radicales et chirurgicales pour le traitement des hémorragies pulmonaires ont également été développées.

Pendant l’opération, au moment de l’intensité maximale du saignement, le patient peut mourir ou toute complication d’hémoaspiration se développera. Ces données sont obtenues dans la plupart des pays du monde. Le niveau des décès dépend principalement de l’intensité de l’hémorragie pulmonaire. La probabilité de développer des complications d’hémoaspiration peut être supérieure à 50 %.

Les saignements pulmonaires se développent dans la plupart des cas en 2-3 heures au moins, et en quelques jours au maximum. En LC, le choc hémorragique est rare. Le saignement s’arrête ou le patient meurt par asphyxie. L’ITI massive d’urgence n’est pas recommandée et exacerbe ou provoque souvent des saignements pulmonaires récurrents.

Selon la plupart des experts, la pharmacothérapie en LC devrait être basée sur l’utilisation d’hémostatiques. Ces médicaments sont utilisés sans tenir compte de la pathogenèse du saignement et de l’état du système de coagulation. Aujourd’hui, la LC est traitée :

Ils n’ont pas d’effet hémostatique significatif. Dans la pratique médicale, il y a eu des cas d’augmentation des saignements pendant le traitement avec du chlorure de calcium, car cela affecte la dynamique du sang. Souvent, l’étamsylate est prescrit, ce qui augmente la quantité de mucopolysaccharides de haut poids moléculaire dans les parois des capillaires, etc. Le traitement hémostatique comprend dans la plupart des cas des inhibiteurs de la protéolyse et de la fibrinolyse :

  • gordox
  • acide aminocaproïque
  • controverse, etc…

L’utilisation d’hémostatiques a un effet positif, en particulier dans les saignements diapédétiques. Et en cas de destruction de la paroi vasculaire, les inhibiteurs de la protéolyse et de la fibrinolyse ne peuvent être utilisés qu’en complément du traitement.

Depuis les années 60 du siècle dernier, les bloqueurs ganglionnaires sont utilisés pour les saignements pulmonaires, principalement la pentamine et le benzohexonium. Ils provoquent une hypotension systémique dans la circulation pulmonaire et systémique, ce qui arrête le saignement pulmonaire. La pentamine doit être administrée par voie sous-cutanée ou intraveineuse à raison de 0,5 à 1,0 ml 2 à 3 fois par jour jusqu’à ce que la pression artérielle systolique chute à 80 à 90 mm Hg. Art. Ensuite, des bloqueurs de ganglions sont prescrits, qui doivent être pris par voie orale de 3 à 6 fois par jour. Cette méthode est efficace dans 66 à 88 cas sur 100. Parmi les contre-indications figurent :

  • tension artérielle initialement basse
  • insuffisance hépatique sévère
  • insuffisance rénale sévère
  • Dommages au SNC

Aujourd’hui, ce groupe de médicaments est pertinent, mais ils sont plus souvent utilisés pour arrêter les saignements, et non pour le traitement des saignements pulmonaires par le cours.

Les nitrates affectent l’hémodynamique. La prise de doses élevées de ces médicaments réduit l’hypertension pulmonaire. Ils doivent être administrés par voie intraveineuse ou pris sous la langue. Mais la dose standard (10 mg) de dinitrate d’isosorbide prise par voie sublinguale, c’est-à-dire sous la langue, n’est pas efficace. Ce n’est que dans 23 cas sur 100 que le saignement s’arrête. Lors de la prescription des doses uniques maximales (20 mg 4 à 6 fois par jour) de dinitrate d’isosorbide, l’hémorragie pulmonaire s’arrête dans 88 cas sur 100. Les nitrates dans le traitement de l’hémorragie pulmonaire peuvent être associés à des bloqueurs ganglionnaires.

Si une hypotension induite par le médicament stable n’a pas été atteinte pendant le traitement avec des nitropréparations, il est nécessaire de prescrire, en plus d’eux, des antagonistes du calcium qui ralentissent le rythme (vérapamil, diltiazem) à des doses thérapeutiques. Les antagonistes du calcium et les nitrates sont classés comme vasodilatateurs périphériques. Dans les cas les plus graves, les inhibiteurs de l’ECA sont recommandés en plus des nitrates et des antagonistes du calcium.

L’utilisation combinée de deux ou trois groupes de médicaments peut arrêter le saignement chez 94% des patients. Dans le même temps, le maintien de la pression artérielle systolique au niveau de 80-90 mm. rt. Art. pendant 2-4 jours ne provoque pas de complications graves. La diurèse quotidienne du patient reste normale, il n’y a pas de changement dans le niveau de créatinine et d’urée. L’impact sur l’hémodynamique lors d’un saignement pulmonaire entraîne un dépôt de sang dans la cavité abdominale et une augmentation des saignements gastro-intestinaux. Par conséquent, dans le traitement des saignements du tractus gastro-intestinal, d’autres procédures sont effectuées.

Les méthodes de traitement non pharmacologiques ne sont pas pertinentes. Auparavant, l’administration d’atropine était utilisée pour déposer du sang dans la cavité abdominale, l’application de garrots sur les membres et la saignée. Mais aujourd’hui, il a été prouvé que ces méthodes dans le traitement de l’hémorragie pulmonaire n’ont pas d’importance.

Intubation trachéale pour hémorragie pulmonaire

Il existe une opinion connue des médecins, mais non confirmée par les statistiques, selon laquelle en cas de saignement massif, le traitement doit être commencé par une intubation trachéale, après quoi, introduire séquentiellement un tube endotrachéal dans les bronches droite et gauche pour localiser le côté saignant et effectuer intubation séparée avec un tube à double lumière. Une partie de l’auteur considère cette technique comme incorrecte.

Dans les pays développés, l’embolisation de l’artère bronchique est considérée comme l’un des principaux traitements de l’hémorragie pulmonaire massive. Si l’embolisation n’est pas possible ou ne fonctionne pas, une intervention chirurgicale d’urgence doit être effectuée. Bien que dans de tels cas, le risque de décès ou de complications soit élevé. Il existe deux cas d’application réussie de l’occlusion transcathéter des branches de l’artère pulmonaire.

Prévoir

Le syndrome d’hémorragie pulmonaire alvéolaire diffuse récurrente provoque une hémosidérose pulmonaire et une fibrose, qui se développent lorsque la ferritine s’accumule dans les alvéoles et exerce des effets toxiques. La maladie pulmonaire obstructive chronique est fixée chez les patients présentant des syndromes de saignement alvéolaire récurrents (à la suite d’une polyartérite microscopique).

Saignement pulmonaire

L’hémoptysie est assez typique du cancer du poumon, tôt ou tard, elle survient chez près de la moitié des patients. L’hémoptysie est du sang dans les crachats à chaque crachat ou moins souvent, strié ou complètement mélangé avec du mucus, mais pas plus de 50 ml par jour. Plus de sang dans les expectorations est un signe d’hémorragie pulmonaire. Dans les manuels destinés aux chirurgiens thoraciques, l’hémorragie pulmonaire (HPC) est appelée “l’expectoration de sang, qui se manifeste par une hémoptysie ou un saignement”.

L’hémoptysie peut être assez longue. Cela n’affecte pas l’état du patient, mais c’est psychologiquement déprimant. Non seulement les saignements aggravent l’état et tous les indicateurs des fonctions corporelles, mais ils peuvent mettre la vie en danger.

Les saignements pulmonaires peuvent être d’intensité différente, les experts évaluent leur ampleur de différentes manières, quelque part un saignement massif est considéré comme une perte quotidienne d’un plateau médical standard de sang – 600 ml, quelque part – plus d’un litre.

Types de saignement pulmonaire

Depuis 1990, les spécialistes domestiques utilisent la classification des saignements pulmonaires en trois degrés :

  1. Le premier, A, B et C – séquentiellement de 50 à 500 ml de perte de sang quotidienne;
  2. Le second, A et B – de 30 ml à 500 ml en une heure;
  3. Troisième degré, A et B – épanchement simultané de jusqu’à 100 ml de sang ou plus.

Les tactiques avec une intensité différente de la perte de sang sont différentes, et si l’hémoptysie du patient n’effraie pas l’oncologue, bien qu’elle apporte des ajustements à la thérapie, le saignement pulmonaire nécessite des soins médicaux et de réanimation urgents.

Comment se produit une hémorragie pulmonaire?

En principe, l’hémoptysie est possible avec toute pathologie pulmonaire grave, et même avec une bronchite banale, avec des infections et des maladies cardiaques. Mais la cause du saignement des vaisseaux des structures pulmonaires est le plus souvent des tumeurs malignes des bronches. Viennent ensuite les tumeurs primaires du tissu pulmonaire lui-même et les métastases pulmonaires des tumeurs malignes de tous les organes. Chez un patient sur dix atteint d’un cancer du poumon, le saignement est le premier symptôme évident de la maladie, mais en moyenne, un saignement d’intensité variable au cours de la maladie dépasse un patient sur cinq.

Dans le cancer, la cause du saignement réside dans le vaisseau corrodé par la tumeur. Une tumeur cancéreuse se propage aux tissus environnants, les fait germer, remplaçant les tissus normaux par une tumeur. La paroi bronchique est imprégnée de vaisseaux, eux aussi impliqués dans la tumeur, la tumeur semble les “manger”, formant un défaut de la paroi vasculaire, facilement percé par le flux sanguin. Les parois d’un vaisseau déchiré ne peuvent pas s’effondrer, car elles sont immobiles en raison de la densité pierreuse entourant la tumeur. Le vaisseau est béant avec sa lumière, le sang en coule librement dans la lumière de la bronche et est expulsé avec un réflexe de toux. Le défaut dans la paroi vasculaire peut être minuscule, mais plus le diamètre du vaisseau endommagé est grand, plus le saignement est intense.

Jusqu’à 80 % des hémorragies pulmonaires répondent aux critères du premier degré de gravité. Les saignements massifs, on les appelle même ultra-rapides à cause de la perte de sang avec une “bouche pleine”, ne sont notés que chez cinq sur cent, mais seuls quelques-uns survivent avec de tels saignements. C’était une chance si le saignement se produisait à l’hôpital, car dans la première heure suivant le début du saignement, les deux tiers des patients meurent sans assistance médicale.

Tout saignement qui se produit à la maison est un désastre, le saignement pulmonaire est une terrible tragédie, car pour un tel cas, une évacuation urgente vers une unité de soins intensifs spécialisée est tout simplement vitale. Parmi les patients qui ont atteint l’hôpital ordinaire, seuls quelques-uns survivent également. Et ils ne meurent pas tant de la perte de sang que de l’asphyxie – remplissant les alvéoles pulmonaires de sang circulant dans les bronches, ce qui perturbe les échanges gazeux et il n’y a pas de vie sans oxygène.

Symptômes d’hémorragie pulmonaire

Les saignements peuvent survenir à tout moment et même complètement sans raison dans le contexte d’un repos complet ou d’un exercice modéré. Tout le reste dépend du taux de perte de sang. Si une hémoptysie a déjà été notée auparavant, le patient a moins peur, mais lorsque le sang descend dans la gorge, tout le monde a peur.

En règle générale, avec des saignements graves, une toux forte et indomptable commence, un essoufflement progressif s’y joint, alors que le sang coule dans les alvéoles et y arrête les échanges gazeux. Le sang peut mousser lorsqu’il est mélangé à l’air. Il y a souvent des vomissements de sang avalé, du sang rouge dans les masses rejetées. Le rythme cardiaque augmente, le patient est couvert d’une sueur froide collante, les mains et les pieds deviennent froids en raison de la diminution de la pression périphérique. Le sang a disparu, la force est perdue.

Diagnostique

Vous devez d’abord déterminer s’il s’agit vraiment d’un saignement pulmonaire. Un examen ORL permet d’établir que la muqueuse de la cavité buccale ou des voies respiratoires supérieures saigne. De plus, les saignements gastriques et pulmonaires sont différenciés, avec des saignements des poumons, le sang est partiellement avalé et des vomissements se produisent souvent, mais il n’y a jamais de selles noires liquides – méléna. La couleur du sang n’aide pas au diagnostic, car le sang des poumons peut être écarlate et foncé, selon ce qui est endommagé : l’artère bronchique ou une branche de l’artère pulmonaire. Mais le sang des poumons est alcalin et le sang gastrique a une réaction de pH acide, c’est un diagnostic très rapide et précis.

Un examen radiologique du thorax permet dans la moitié des cas d’établir de quel poumon, droit ou gauche, provient le sang, dans une autre moitié des cas il n’est pas possible de localiser la source. La tomodensitométrie avec contraste établira également le côté de la lésion, fournira des informations utiles sur l’état des systèmes vasculaires des bronches et du petit cercle, et plus souvent les rayons X détermineront l’endroit exact d’où provient le sang.

Si CT n’a pas pu trouver la source du saignement, une bronchoscopie est effectuée. Au premier stade, la bronchoscopie est réalisée avec une menace pour la vie, elle n’est pas aussi diagnostique qu’une mesure thérapeutique d’urgence. Avec un petit saignement et avec une source connue, par exemple, avec une seule tumeur bronchique diagnostiquée, l’angiographie est tout simplement indispensable, ce qui indiquera avec précision le vaisseau.

L’ensemble de l’examen doit être réalisé en unité de soins intensifs ou en salle d’opération, car le patient développe une insuffisance respiratoire et cardiovasculaire sévère. Il est important qu’à ce moment le réanimateur, l’oncologue thoracique, le chirurgien vasculaire et le chirurgien endovasculaire à rayons X soient à côté du patient. Dans les structures ambulancières publiques non spécialisées, il n’existe aucun moyen d’apporter une assistance suffisante à l’hémorragie pulmonaire, il ne reste plus qu’à s’en remettre à la compétence du chirurgien et à la compétence du réanimateur.

Traitement de l’hémorragie pulmonaire

Étant donné que la moitié des patients au moment du développement de l’hémorragie pulmonaire avaient déjà suivi un traitement pour le cancer du poumon primaire et étaient entrés dans une période de progression régulière, des mesures aussi radicales pour le traitement des saignements que l’ablation d’une partie ou de la totalité du poumon sont impossibles pour eux. Bien sûr, si le saignement pulmonaire est le premier signal de la présence d’une tumeur maligne du poumon ou des bronches, il est nécessaire de résoudre la question de la possibilité d’une opération radicale si d’autres méthodes conservatrices ne parviennent pas à arrêter le sang. La chirurgie élective a des avantages indéniables, une intervention urgente vise à sauver des vies.

Avec un léger saignement, ils ont d’abord recours à un traitement conservateur, avec la nomination de médicaments antitussifs. En cas de saignement important, les méthodes d’endoscopie interventionnelle viennent au premier plan, mais le patient est d’abord mis dans un sommeil anesthésique et la trachée est intubée. Pendant la bronchoscopie, ils agissent sur la source du saignement, s’il y en a une, et avant cela, les bronches sont lavées avec des solutions froides, des agents hémostatiques sont administrés.

Le vaisseau endommagé est coagulé ou un ballon ou un tampon est placé dans la bronche pendant 1 à 2 jours. Électrocoagulation possible, photocoagulation au laser et coagulation au plasma d’argon du vaisseau endommagé. En l’absence d’informations sur l’emplacement exact de la source du saignement, une embolisation des artères bronchiques est réalisée. Une approche multimodale est à la disposition des services spécialisés, lors de la coagulation et de l’arthroplastie, et après l’arrêt du saignement sur la tumeur, la thérapie photodynamique et la curiethérapie sont réalisées. Cette approche donne la survie à long terme la plus élevée.

La science médicale moderne offre un choix – cela dépend des capacités de l’institution particulière à laquelle le patient est référé.

Symptômes et traitement de la tuberculose

Remplissez une candidature sur le site, nous vous contacterons dans les plus brefs délais et répondrons à toutes vos questions.

La tuberculose est une maladie infectieuse qui survient en raison de l’ingestion de bâtons de Koch dans le corps humain. La maladie est dangereuse car elle affecte les organes du système respiratoire. Les os, la peau, les systèmes lymphatique, génito-urinaire, nerveux, lymphatique, ainsi que d’autres organes et systèmes, sont moins sensibles à la tuberculose.

Le système immunitaire (la défense naturelle du corps contre les infections et les maladies) de la plupart des personnes en bonne santé tue les bactéries et les symptômes ne se manifestent pas. Parfois, le système immunitaire ne peut pas tuer les bactéries, mais est capable de les empêcher de se propager dans le corps. Dans ce cas, il n’y a pas de développement de symptômes, mais les bactéries persistent dans le corps. C’est ce qu’on appelle une forme latente (cachée) de tuberculose.

Modes de transmission de l’infection

Transmis dans l’air – par les éternuements, la toux d’un patient atteint d’une forme ouverte de la maladie et même le dessèchement, le bâton conserve sa pathogénicité.

Alimentaire – à travers le tube digestif. L’infection pénètre dans le corps en raison d’une mauvaise hygiène des mains ou d’aliments mal lavés et non transformés.

Contact – l’infection pénètre à l’intérieur d’une personne par la conjonctive des yeux, avec des baisers, des contacts sexuels, par le contact d’objets contaminés avec du sang humain, l’utilisation d’articles d’hygiène d’autres personnes.

Types de tuberculose

Forme ouverte – la maladie est clairement exprimée, les bactéries sont facilement détectées dans les expectorations, les matières fécales. Le patient lui-même représente un danger pour les autres, car l’infection est transmise par des gouttelettes en suspension dans l’air. Les microbactéries peuvent être trouvées dans les crachats, l’urine, les matières fécales.

Forme fermée – n’est pas dangereux pour les autres. Elle se caractérise par la difficulté de détecter une infection dans les crachats. La tuberculose pulmonaire est la plus fréquente, mais cette infection peut également affecter les os, les articulations, le système génito-urinaire, les intestins, le péritoine, les méninges, le système nerveux central, les ganglions lymphatiques périphériques, la peau

Les premiers symptômes de la tuberculose

Au début, la maladie est presque asymptomatique. Au fur et à mesure qu’il se développe, l’état du patient s’aggrave, mais aucun symptôme spécifique n’est observé. Il y a une fatigue accrue, une faiblesse, une forte perte de poids sans raison apparente, une température de 37-38 ° C, qui ne s’apaise pas longtemps, des sueurs nocturnes. Chez les enfants, la maladie progresse plus rapidement que chez les adultes.

La forme pulmonaire de la tuberculose accompagne une toux. Léger au début mais s’aggrave progressivement avec le temps. Si la toux persiste pendant plus de trois semaines, consultez immédiatement un médecin. Toux d’abord sèche, paroxystique, surtout la nuit et le matin. Plus tard, des expectorations jaune-vert commencent à se détacher et, au stade des cavernes, une hémoptysie est observée.

Sous forme de tuberculose qui touche le cerveau et ses membranes, en plus des symptômes d’intoxication générale, on observe des troubles du sommeil et des maux de tête dont l’intensité augmente progressivement.

Qui est à risque de développer la tuberculose ?

Les personnes atteintes de maladies telles que le VIH.

Les personnes ayant un système immunitaire affaibli, la présence de diabète.

Enfance ou vieillesse – ont un système immunitaire plus faible.

Personnes vivant dans des conditions défavorisées.

Personnes vivant dans des régions où l’incidence de la tuberculose est supérieure à la moyenne.

Comment diagnostique-t-on la tuberculose ?

Pour diagnostiquer la maladie, vous devez d’abord contacter le médecin traitant pour une consultation, qui, si la tuberculose est suspectée, l’a référé à un phthisiatre (spécialiste de la tuberculose) pour un diagnostic et un traitement plus approfondis. Le diagnostic dépendra du type de maladie.

Diagnostic de la tuberculose pulmonaire

Vous devez passer une radiographie pulmonaire, ce qui vous permet d’obtenir une image des poumons. Dans la tuberculose pulmonaire, la radiographie doit montrer des changements dans l’apparence des poumons, comme des cicatrices.

Pour confirmer le diagnostic, des échantillons de mucus et de crachats sont prélevés pour analyse au microscope de la présence de bactéries de la tuberculose.

Examen pour la tuberculose extrapulmonaire

biopsie – un échantillon de tissu est prélevé dans la zone touchée pour être examiné afin de détecter la présence de tuberculose

Examen de la tuberculose latente

Pour prévenir la maladie, chaque personne doit subir une fluorographie et une radiographie des poumons au moins une fois tous les deux ans.

Comment traiter la tuberculose ?

Le traitement de la pathologie dépend de son type, mais le plus souvent une cure d’antibiotiques est prescrite. La tuberculose est une maladie dangereuse qui nécessite un traitement immédiat. Cela permet à une personne de retourner à son mode de vie habituel.

La thérapie antibactérienne vise à supprimer la reproduction de l’agent causal de la tuberculose.

Le traitement se déroule en 2 phases : dans la première, plusieurs médicaments sont utilisés à la fois pour réduire la population de microbactéries, la seconde phase est le traitement d’entretien. Les antibiotiques arrêtent la reproduction des bactéries et leur libération dans l’environnement, le processus inflammatoire.

Après avoir pris des médicaments aussi puissants, une personne a besoin d’une thérapie de soutien supplémentaire, qui renforcera le corps et réduira l’effet toxique. Pour cela, des immunostimulants sont prescrits (ils rétablissent le fonctionnement du foie), des sorbants (ils éliminent les produits de décomposition toxiques des médicaments de chimiothérapie) et des complexes vitaminiques.

Après avoir pris les médicaments pendant deux semaines, la plupart des gens ne sont plus contagieux et se sentent beaucoup mieux. Cependant, il est très important de continuer à prendre vos médicaments selon les directives de votre médecin et de terminer votre cure complète d’antibiotiques.

Autres traitements de la tuberculose

Opération

L’objectif de la thérapie est l’élimination des foyers tuberculeux dans les poumons avec un traitement inefficace, l’élimination des conséquences de la tuberculose pulmonaire, l’élimination des lésions organiques. Tout cela est nécessaire pour prévenir la récurrence de la maladie et exclure la survenue de complications.

Les indications d’une intervention chirurgicale peuvent être toute forme de tuberculose du système respiratoire, en particulier en cas de complications menaçant la vie d’une personne.

Chimiothérapie

est utilisé avec une combinaison optimale de médicaments antituberculeux visant à éliminer les mycobactéries et à supprimer leur reproduction. La durée d’un tel traitement peut atteindre jusqu’à un an – tout dépend de la forme et du stade de développement de la pathologie.

Si vous arrêtez la chimiothérapie précocement, vous pourriez subir une exacerbation ou des complications de la tuberculose. Par conséquent, il est important de suivre toutes les recommandations du médecin. Et le médecin, pour sa part, doit établir un plan de traitement détaillé et s’adapter tout au long de la thérapie.

Un patient chez qui une chimiothérapie est indiquée pour le traitement de la tuberculose doit être préparé aux conséquences négatives d’une méthode aussi agressive. Il y a souvent des effets secondaires sur l’action des médicaments. Il existe 2 types d’effets indésirables : toxiques et allergiques. Une dysbactériose peut également survenir.

Le médecin peut prescrire un traitement ambulatoire si la maladie est détectée à un stade précoce et qu’il n’y a pas d’infection pour les autres. Dans ce cas, vous devez consulter régulièrement votre médecin et subir un diagnostic. Le plus souvent, le patient est transféré en traitement ambulatoire après observation à l’hôpital et suivi d’un traitement approfondi au dispensaire antituberculeux. A ce moment, le patient n’est plus contagieux.

Où puis-je être diagnostiqué et traité pour la tuberculose ?

Comment traiter la tuberculose de tout type est connu au Medunion Medical Center. Nous traitons la maladie à Krasnoïarsk. Nous déconseillons l’automédication. Pour l’aide d’un médecin expérimenté, veuillez contacter notre clinique médicale.

Inscrivez-vous aujourd’hui à un moment qui vous convient et demain, vous serez examiné. Des équipements performants pour la tomodensitométrie, l’IRM et l’échographie, des médecins expérimentés qui, si nécessaire, procéderont à un premier examen à domicile, vous attendent à Mediunion.

Dans la clinique médicale “Medunion”, vous pouvez :

obtenir des conseils d’un spécialiste étroit expérimenté sans file d’attente ni attente

subir des diagnostics sur des équipements modernes de classe internationale

appeler un spécialiste à profil étroit à domicile si nécessaire

profiter de la collecte de biomatériaux à domicile

Vous pouvez vous inscrire de l’une des façons qui vous conviennent :

En ligne sur notre site medyunion.ru. Remplissez le formulaire électronique en indiquant vos coordonnées, la spécialisation du médecin, la date et l’heure qui vous conviennent pour un rendez-vous.

Demandez à être rappelé avec votre nom et votre numéro de téléphone. Nos responsables vous rappelleront dans les 15 minutes et répondront à vos questions.

Appelez la réception de la clinique médicale au +7 391 201-03-03.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.