rêver

régime pour la ménopause

La plupart des femmes abordent la ménopause avec peur et anxiété, ayant entendu des amis et des médecins parler de tous les “charmes” de cette période. Bouffées de chaleur et transpiration excessive, fatigue et maux de tête, ralentissement du métabolisme et accélération du processus de vieillissement sont autant de compagnons désagréables de la ménopause, que toute femme de plus de 50 ans attend avec horreur et peur.

En fait, malgré la base physiologique commune, la ménopause de chaque femme se déroule individuellement et s’accompagne de divers symptômes. Il est impossible d’éviter la ménopause, mais chaque femme peut atténuer ses manifestations et vivre une vie bien remplie aujourd’hui.

FAITES LE TEST pour déterminer la gravité du syndrome de la ménopause et obtenez des RECOMMANDATIONS PERSONNELLES pendant la ménopause sur mense.ru

L’un des domaines importants pour soulager les symptômes de la post-ménopause, les médecins considèrent une nutrition adéquate, basée sur la compensation des substances manquantes dans le corps et en tenant compte des changements du métabolisme.

Contents

Les principes de base du régime post-ménopausique

Tout d’abord, la ménopause est l’extinction des ovaires et l’arrêt de la production des hormones sexuelles féminines œstrogènes. Ces processus, d’une part, provoquent un ralentissement du métabolisme. D’autre part, le corps a tendance à accumuler du tissu adipeux, qui produit également des œstrogènes (quoique dans une moindre mesure que les ovaires), de sorte que l’appétit des femmes augmente considérablement. Il y a un troisième aspect : la ménopause entraîne une diminution du fond émotionnel et des états dépressifs, et la nourriture est pour beaucoup l’antidépresseur le plus abordable et le plus rapide. La combinaison de ces facteurs s’accompagne souvent d’une prise de poids intense. C’est pourquoi la tâche principale du régime post-ménopausique est d’empêcher une forte augmentation du poids corporel.

Selon les calculs des nutritionnistes, l’apport calorique quotidien moyen ne devrait pas dépasser 2 100 kilocalories. Il est également très important d’équilibrer l’apport en nutriments. Le régime alimentaire quotidien doit inclure une quantité accrue des composants suivants :

  1. vitamines du groupe B, ainsi que vitamines D, C, E;
  2. fibres alimentaires et fibres naturelles;
  3. magnésium, calcium, chrome, etc.;
  4. antioxydants;
  5. les acides gras insaturés tels que les oméga-6 et les oméga-3 ;
  6. les bactéries vivantes sont des probiotiques.

Aujourd’hui, de nombreux complexes spéciaux de vitamines et de minéraux ont été développés pour soutenir les femmes pendant la ménopause, vous devez donc y prêter attention et les inclure dans votre alimentation.

7 conseils nutritionnels simples pour les femmes ménopausées

Pour faire le régime alimentaire optimal pour une femme après la ménopause, vous ne devez en aucun cas adhérer à des régimes stricts «affamés». Le corps, reconstruit à un nouveau niveau hormonal, nécessite une nutrition adéquate et l’apport d’un maximum de substances utiles. Sur la base de recherches modernes, les nutritionnistes donnent 7 conseils simples pour survivre facilement et simplement à la ménopause !

Conseil numéro 1. Diviser les portions par deux, mais augmenter le nombre de repas

La première règle est de réduire les portions d’au moins un tiers, et de préférence deux fois. Il ne faut pas le faire brusquement. Il suffit d’un mois pour réduire progressivement la quantité consommée à un repas. Dans ce cas, le nombre de réceptions doit être augmenté à 5-6. Il est conseillé de manger un peu toutes les 3 heures. Cela aidera non seulement à normaliser le poids, mais ne permettra pas non plus au métabolisme de ralentir.

Astuce numéro 2. En semaine – poulet et poisson, week-end – viande !

Plus récemment, les nutritionnistes recommandaient fortement, pour réduire la consommation de graisses animales, d’abandonner complètement l’utilisation du porc, de l’agneau et du bœuf. Ce n’est pas tout à fait exact. Il suffit de réduire la consommation de viande à deux fois par semaine et de privilégier les variétés maigres. Les 5 jours restants par semaine, vous pouvez manger du poulet maigre et du poisson. Ce dernier contient les substances les plus importantes de la ménopause : les acides gras polyinsaturés oméga-3 et oméga-6. Ces substances sont très importantes pour les personnes âgées, car elles réduisent le risque de plaques d’athérosclérose dans les vaisseaux et contribuent au bon fonctionnement du cerveau.

Astuce numéro 3. Jetez la casserole !

Il est difficile d’abandonner le brunissement des aliments frits, mais il est important de le faire pendant la ménopause. Cela évitera à une femme une consommation excessive de graisses et de substances cancérigènes formées pendant le processus de friture. La casserole de la cuisine doit être remplacée par un four ou un bain-marie. Pour varier, vous pouvez utiliser le gril, qui vous permet également de cuisiner de délicieux plats sans utiliser d’huile.

Astuce numéro 4. Le calcium est notre tout !

Une forte diminution des œstrogènes dans le corps d’une femme entraîne une lixiviation rapide du calcium des os, ce qui rend les os cassants et fragiles. Cela entraîne une augmentation significative du risque de fractures et d’entorses chez les femmes de plus de 50 ans, et les processus de guérison sont beaucoup plus lents. Sur cette base, un autre principe du régime post-ménopausique a été formé – il est nécessaire d’augmenter l’apport en calcium avec de la nourriture. Pour cela, saturez l’alimentation avec des produits laitiers naturels allégés (fromage blanc, fromage, etc.), du poisson, des graines de sésame, etc.

Astuce numéro 5. On sale le plat non pas dans une casserole, mais dans une assiette !

Réduire la consommation de sel pour de nombreuses personnes devient un véritable problème, car pendant de nombreuses années avant le début de la ménopause, une femme a déjà pris des habitudes alimentaires persistantes. Cependant, pendant la ménopause, une femme a un risque particulièrement élevé de développer une hypertension, qui est activement favorisée par le sel, qui retient l’eau dans le corps. Si vous ne pouvez pas complètement renoncer au sel, les nutritionnistes recommandent de saler le plat non pas pendant la cuisson, mais déjà dans l’assiette, juste avant utilisation. Ceci, selon les médecins, vous permet de réduire de près de moitié votre consommation de sel.

Astuce numéro 6. Les fruits et légumes sont la base de l’alimentation !

Ce conseil est très simple et banal, mais incroyablement important. Si une femme mange une grande variété de légumes et de fruits, elle peut éviter de prendre du poids et normaliser complètement la digestion et le métabolisme grâce aux fibres végétales naturelles.

Conseil n°7 Soya !

Pendant longtemps, les médecins n’ont pas pu expliquer le phénomène des femmes orientales, qui tolèrent beaucoup plus facilement les manifestations de la ménopause. Ce n’est que récemment que des études ont confirmé les propriétés uniques de certains produits à base de soja contenant des phytoestrogènes.

Les phytoestrogènes font partiellement le travail des vrais œstrogènes, dont la carence entraîne l’apparition des symptômes de la ménopause. Les femmes japonaises ne peuvent pas imaginer leur alimentation sans lait de soja, sauce et tofu, ce qui les aide à survivre beaucoup plus facilement à cette période difficile. Aujourd’hui, les nutritionnistes recommandent de suivre leur exemple et d’introduire dans votre alimentation des produits à base de soja contenant des phytoestrogènes. Cependant, il convient de rappeler que les phytoestrogènes ne sont pas stockés dans tous les produits – par exemple, ils ne le sont pas dans la lécithine de soja et l’huile de soja. Si vous ne ressentez pas d’amour pour le tofu et les autres produits à base de soja, faites attention au complexe Mense, qui contient des isoflavones de soja – les mêmes phytoestrogènes.

Il est important que Mense contienne également l’acide aminé bêta-alanine, qui soulage rapidement les bouffées de chaleur. L’association de phytoestrogènes de soja et de bêta-alanine dans Mense a un double effet : dans la demi-heure qui suit l’ingestion, elle réduit la sensation de chaleur et prévient l’apparition de nouvelles bouffées de chaleur. D’autres composants entrant dans la composition de Mense contribuent également à réduire les manifestations de la ménopause :

  • le 5-hydroxytryptophane stabilise le fond émotionnel et réduit l’appétit,
  • l’acide folique « protège » ses propres œstrogènes,
  • d’autres vitamines aident à soutenir le bien-être et le métabolisme.

Comme l’ont montré des études cliniques, après 1 mois de prise de Mense, les femmes commencent à se sentir plus alertes et actives, notamment en raison d’une diminution de la force et de la fréquence des bouffées de chaleur. Et après 3 mois, l’effet devient plus prononcé et prononcé. Ajoutez Mense à vos habitudes “du matin”, et vous remarquerez à quel point votre attitude envers la vie commence à changer pour le mieux.

N’oubliez pas que votre santé et votre condition sont désormais entre vos mains. Cela vaut la peine d’ajuster votre alimentation pendant la ménopause – et vos efforts seront justifiés par une bonne santé et une vie épanouie.

Climax

La ménopause est une période de profonde restructuration du corps féminin, l’extinction progressive des fonctions responsables de la fécondation et de la conception d’un enfant. Le processus est physiologiquement inévitable et irréversible ; pendant la ménopause, l’utérus, les ovaires et les glandes mammaires sont épuisés. À des degrés divers, les changements affectent tous les systèmes du corps d’une femme, car le travail de tous les organes est interconnecté.

Trois étapes de la ménopause

Le moment où une femme entre en ménopause est classiquement divisé en plusieurs phases :

  1. Préménopause. La période où la menstruation commence à avoir lieu de manière irrégulière, la durée et le volume de la décharge sont réduits, mais les ovaires continuent de fonctionner. C’est à cette époque que commencent les premières modifications irréversibles des systèmes cardiovasculaire, nerveux et musculo-squelettique. En préménopause, il est important de ne pas manquer le temps, de faire attention à son bien-être et aux changements qui s’opèrent, de s’engager dans une thérapie de remplacement et d’éviter que le corps ne vieillisse dramatiquement. Cette phase commence à l’âge de 47-48 ans et dure en moyenne 3 ans.
  2. Ménopause. Elle survient deux ans après l’arrêt complet des menstruations régulières. Cependant, une femme a encore une faible chance de tomber enceinte, car un certain nombre de follicules prêts à être fécondés restent dans les ovaires. De plus, les ovules n’ont plus le temps de mûrir en raison du vieillissement des ovaires. En moyenne, la ménopause commence entre 49 et 55 ans.
  3. Post-ménopause. Le moment de l’arrêt complet des ovaires. Cette phase commence après l’âge de 55 ans et dure 6 ans ou plus.

Types de ménopause

Pour chaque femme, l’heure du début des menstruations et leur fin sont fixées individuellement. En moyenne, la fonction reproductrice commence à se restructurer à l’âge de 48-50 ans.

Des écarts importants par rapport à la norme sont considérés comme des signes alarmants.

En termes de délais, ce sont :

  • la ménopause précoce, lorsque les menstruations s’arrêtent avant que la femme n’ait 40 ans ;
  • ménopause tardive, après 55 ans.

Qu’est-ce qui détermine le moment du début de la ménopause

Il est impossible de prédire exactement quand une femme passera par la ménopause. Mais il y a des facteurs qui affectent le début de la ménopause :

  • hérédité. Si la génération la plus âgée de la famille a une ménopause tardive, il est probable que les filles et les petites-filles le seront aussi ;
  • conditions sociales de vie. Si une femme vit dans des conditions de vie difficiles, est obligée de mal manger, fume et est engagée dans un travail physique pénible, elle aura très probablement une ménopause précoce;
  • maladies passées. Les affections physiques graves rapprochent le début de la ménopause. Les facteurs de risque comprennent un degré élevé d’obésité, une pression artérielle élevée, des taux élevés de sucre et de cholestérol.
  • facteur psychologique. La ménopause arrive plus tard chez les femmes heureuses qui vivent dans un mariage harmonieux, élèvent des enfants et vivent sans conflit dans des familles composées de plusieurs générations.
  • vivant dans des zones à faible écologie. La pollution de l’environnement, les produits chimiques dangereux agissent comme des perturbateurs endocriniens.

Causes de la ménopause précoce ou anormalement tardive

Est-il possible de retarder le début de la ménopause et l’apparition des premiers signes de vieillesse ? Il y a des règles de vie qui peuvent retarder l’arrivée de “l’automne des femmes”.

Les causes de la ménopause précoce sont :

  • tabagisme et abus d’alcool;
  • avortements multiples;
  • vie sexuelle irrégulière;
  • surpoids;
  • violation du régime de la journée, non-respect des rythmes quotidiens de sommeil et d’éveil;
  • stresser;
  • nutrition déséquilibrée, régimes alimentaires, restrictions alimentaires;
  • maladies associées au métabolisme, au système endocrinien, aux maladies auto-immunes, à l’oncologie ;
  • pathologies gynécologiques, opérations sur les ovaires ;
  • contraception hormonale analphabètes;
  • vivre dans un climat défavorable.

Les raisons de l’apparition tardive de la ménopause peuvent être :

  • hérédité;
  • tumeurs productrices d’hormones;
  • radiothérapie et chimiothérapie
  • maladies gynécologiques (fibromes utérins, dysfonctionnement ovarien)

Comment déterminer le début de la ménopause

Le premier signe de la ménopause est l’instabilité du cycle menstruel. Mais les femmes modernes, dont la vie est liée à un stress constant, à un environnement défavorable et à des règles irrégulières, ne font le plus souvent pas attention à ces «petites choses».

Au début de la ménopause, en raison d’un déséquilibre hormonal, le syndrome postmenstruel s’aggrave souvent, des sautes d’humeur, de la mélancolie et de la dépression apparaissent.

Un test FSH est utilisé pour déterminer le début de la ménopause. Le niveau de cette hormone augmente régulièrement dans l’urine pendant la ménopause, et pendant la période de reproduction, son contenu dépend des périodes du cycle menstruel.

Si une femme continue ses règles, mais que des signes de ménopause sont déjà apparus, le test est effectué le sixième jour à compter du début des règles et répété une semaine plus tard.

Si les menstruations sont déjà irrégulières, les tests sont effectués n’importe quel jour et répétés à des intervalles d’une semaine. Il est nécessaire d’observer comment l’apogée se manifeste.

Important! Les changements précoces de la ménopause peuvent être ralentis si vous faites attention aux premiers symptômes et que vous vous adressez à un gynécologue. Par conséquent, un examen médical doit être effectué régulièrement, même en cas de bonne santé.

Symptômes de la ménopause

La ménopause chez les femmes n’est pas une maladie. Il est important de reconnaître l’approche de la ménopause par des signes caractéristiques et de connaître les caractéristiques de la réaction de votre corps.

Voici les symptômes les plus typiques de la ménopause :

  1. Marées. Le symptôme le plus typique de la ménopause. La femme sent la chaleur monter au visage et au cou, des taches rouges apparaissent sur la peau. Les bouffées de chaleur surviennent fréquemment, jusqu’à plusieurs fois par jour.
  2. Transpiration. En règle générale, il accompagne les marées.
  3. Fragilité des os. Pendant cette période, le corps perd du calcium, jusqu’à 2% de la masse osseuse par an. Il existe un risque de fractures osseuses même avec un léger impact externe.
  4. L’apparence change. Le corps produit moins de collagène, la peau perd de son élasticité, se dessèche et des rides apparaissent. Le métabolisme ralentit, entraînant un excès de poids même avec le même régime.
  5. Faiblesse prolongée. La restructuration hormonale entraîne une baisse déraisonnable de la force, de la fatigue, une perte d’efficacité.
  6. Instabilité émotionnelle. Les femmes vivent une restructuration interne de différentes manières, d’autres remarquent souvent une irritabilité, des larmes et un changement de comportement qui leur étaient inhabituels auparavant. Parfois, l’humeur se détériore et la dépression survient.
  7. Changements dans la perception du monde environnant. Cela peut être un sentiment inexplicable d’anxiété, de danger, de peur ou d’intolérance aux odeurs piquantes, aux sons.
  8. Insomnie. Plus d’un tiers des femmes entrées en ménopause sont aux prises avec des troubles du sommeil. Difficultés à s’endormir, réveils fréquents la nuit, difficultés à se lever le matin compliquent la qualité de vie et gâchent l’humeur. Une femme qui n’a pas pu se reposer la nuit est hantée par la fatigue.
  9. Inconfort physique. Pendant la ménopause, des maux de tête semblables à des migraines, des étourdissements et des nausées surviennent souvent. Périodiquement, le rythme cardiaque s’accélère, il y a une sensation de manque d’air et une boule dans la gorge. Il y a des frissons ou un essoufflement.
  10. Problèmes dans la sphère intime. En raison de la sécheresse des organes génitaux, les rapports sexuels deviennent douloureux, la muqueuse vaginale est fine et sensible. La situation se complique en cas de cystourétrite atrophique – miction fréquente et douloureuse, ou prolapsus et prolapsus de l’utérus.

Important! Toutes les femmes ne ressentent pas les symptômes désagréables associés à la ménopause. Plus de la moitié admettent ne ressentir que des désagréments mineurs, et une femme sur dix ne les ressent pas du tout.

Méthodes diagnostiques

Les premiers signes de la ménopause chez les femmes sont assez caractéristiques s’ils sont considérés en combinaison – bouffées de chaleur, maux de tête, transpiration, coups de bélier. Mais les patientes ne se rendent pas toujours compte que la préménopause va et vient à la clinique, craignant la maladie.

Afin d’établir la cause des maux des femmes et d’identifier les signes de la ménopause, le médecin :

  • collecte de données d’anamnèse : début des premières menstruations, durée et durée des dernières menstruations, hérédité le long de la lignée féminine. Des informations importantes seront données par des informations sur les particularités du bien-être et de l’état psycho-émotionnel d’une femme ces derniers temps;
  • analyse de l’endomètre de l’utérus et étude des frottis;
  • examen des organes génitaux, palpation des organes pelviens;
  • examen échographique des organes pelviens et de la glande thyroïde;
  • étude des niveaux d’hormones (FSH, progestérone, TSH, TK, T4, prolactine, estradiol, testostérone);
  • chimie sanguine;
  • étude de la densité osseuse;
  • mammographie;
  • ECG.

Conseils supplémentaires pour la ménopause

Selon les données des tests de laboratoire, une femme peut avoir besoin d’une consultation supplémentaire avec des spécialistes spécialisés. Ils aideront à distinguer les symptômes de la ménopause des manifestations de pathologies.

Le médecin peut recommander une consultation :

  • cardiologue est important. pour éviter les problèmes cardiaques;
  • rhumatologue. Un traitement rapide aidera à éviter l’arthrite ménopausique – une maladie caractérisée par des douleurs articulaires, une raideur des mouvements et un gonflement. Sa cause première peut être un changement du fond hormonal, puis des maladies systémiques ou inflammatoires se joignent;
  • endocrinologue. Après avoir évalué le fond hormonal, le médecin recommandera une correction de l’état – traitement médicamenteux, traitement des maladies concomitantes, régime alimentaire, travail et repos;
  • neurologue. Les recommandations d’un spécialiste réduiront la charge sur le système nerveux, vous apprendront à gérer l’insomnie et les états de panique. Le traitement peut être doux et abordable, par exemple avec des préparations à base de plantes ;
  • oculiste. Pendant la ménopause, vous devez contrôler la pression intraoculaire, l’état de la vision.

Méthodes de traitement de la ménopause

Pas besoin de subir les symptômes désagréables de la ménopause. Une nouvelle étape intéressante de la vie s’annonce et il existe de nombreuses façons de prolonger la jeunesse et d’éviter de se sentir mal.

Il existe plusieurs façons d’améliorer votre santé :

  1. La thérapie de remplacement d’hormone. Une méthode basée sur la reconstitution de vos propres hormones sexuelles, que le corps produit de moins en moins. Pour ce faire, vous devez prendre leurs homologues synthétiques. Certes, cette méthode présente de nombreuses contre-indications et il est également assez difficile de choisir le médicament hormonal optimal. Mauvais choix – et les effets secondaires sont possibles.
  2. Phytothérapie. Les préparations à base de plantes et les préparations à base d’herbes agissent doucement, efficacement et n’ont presque pas d’effets indésirables. Les inconvénients de la méthode sont que les traitements à base de plantes doivent être utilisés pendant une longue période et que des allergies peuvent survenir.
  3. Thérapie médicale. Les médicaments spécialement conçus pour les femmes ménopausées fonctionnent bien. Les remèdes symptomatiques sont conçus pour réduire l’anxiété, rétablir le sommeil, arrêter les caractéristiques somatiques et végétatives. Le médecin doit choisir le médicament et déterminer la durée du traitement.
  4. Psychothérapie. Les cours avec un psychologue aident les femmes à se débarrasser de l’anxiété, à faire face à une faible estime de soi et à voir de nouveaux horizons qu’une nouvelle étape de la vie leur ouvre. Souvent, les cours sont combinés avec des pratiques relaxantes – yoga, méditation.

L’activité physique, une alimentation spéciale qui prend en compte les nouveaux besoins de l’organisme, aidera à faire face aux symptômes désagréables. La physiothérapie et la thérapie par l’exercice sont toujours appropriées. Cependant, la charge doit être dosée et tenir compte de l’état du corps de la femme.

Maladies pouvant survenir pendant la ménopause

Si vous ne vous sentez pas bien, contactez votre médecin. Les maladies peuvent être associées non seulement à des troubles hormonaux, mais également à des affections plus graves, conséquence d’un déséquilibre des hormones sexuelles et de troubles des glandes surrénales.

Les principales maladies de la ménopause :

  • troubles nerveux et mentaux;
  • la dépression;
  • mal de tête;
  • insomnie;
  • oubli;
  • pathologie du pancréas et des glandes thyroïdiennes;
  • paresthésie;
  • convulsions;
  • troubles du métabolisme du sel.

Recommandations générales pour les femmes

La période de ménopause peut durer plus de 10 ans. Afin de survivre à cette période sans perte et d’enrichir la vie de nouvelles réalisations, une attitude psychologique et un mode de vie sain sont importants.

La ménopause est plus facile chez les femmes actives qui aiment la vie et ont des intérêts divers. Voici ce qui gardera la vigueur de l’esprit et du corps :

  1. L’activité physique devrait être de 15 à 60 minutes par jour. Cela renforcera non seulement les muscles, mais fournira également une bonne nutrition et un apport sanguin au cerveau, établira des connexions solides entre les cellules nerveuses. Les exercices aérobiques, la marche, la course, la natation et les exercices non cyclistes sont les bienvenus.
  2. Il est nécessaire d’introduire dans l’alimentation des noix et des poissons de mer gras contenant des acides gras oméga-3, d’exclure ou de réduire la quantité de glucides et de graisses animales facilement digestibles et de réduire la teneur en calories de l’alimentation.
  3. Arrêter de fumer et de boire de l’alcool.
  4. Préservation de l’activité sociale, travail et loisirs préférés, communication et augmentation du cercle d’amis.
  5. La vie sexuelle ne doit pas être abandonnée, les relations intimes font partie des besoins humains fondamentaux. Cela aidera à préserver la jeunesse, à peindre la relation avec des couleurs vives. Un médecin aidera à résoudre les symptômes désagréables qui accompagnent la vie personnelle pendant la ménopause – cela peut être la nomination de médicaments HRT, de phytothérapie.

Mesures préventives pour la ménopause

Pour maintenir une bonne santé, ressentir la joie de vivre et réussir, il est important :

Comment gérer les bouffées de chaleur à la ménopause ?

La ménopause est le déclin naturel du système reproducteur féminin. Elle est souvent douloureuse et cause beaucoup de désagréments.

Parmi les symptômes qui accompagnent la ménopause , l’un des plus courants est les bouffées de chaleur. Il semble à une femme que sa température augmente, elle peut transpirer abondamment, rougir.

Que sont les marées ? Est-il possible de corriger d’une manière ou d’une autre la sensation de chaleur pendant la ménopause?

Les étapes de la ménopause

Si auparavant on croyait que les premiers signes de l’affaiblissement du système reproducteur féminin apparaissent après 50 ans, maintenant la médecine dispose d’informations plus précises.

La ménopause s’est avérée bien inférieure à 50 ans et continue de « rajeunir ». Aujourd’hui, il n’est pas rare que des femmes de quarante ans entrent dans la période de la ménopause. Le début de la ménopause dépend de nombreux facteurs. Il s’agit d’une prédisposition génétique, et de l’état général d’une femme, et de sa santé (y compris la présence de maladies chroniques), de son mode de vie et de sa qualité de vie. Bien qu’à proprement parler, la ménopause ne soit qu’une des étapes de la ménopause. Et en fait, la ménopause commence même avant la ménopause.

La restructuration hormonale se divise en trois étapes .

La préménopause est la première étape de la ménopause, qui dure de deux à dix ans jusqu’à l’arrêt complet des menstruations. Déjà en préménopause, le corps commence à réagir à une diminution des niveaux d’œstrogènes. Les symptômes de la préménopause sont nombreux, ils sont très divers : des bouffées de chaleur à la prise de poids.

La ménopause est la période de 12 mois pendant laquelle une femme n’a pas de règles. Cette étape est déterminée rétrospectivement. Autrement dit, jusqu’à ce qu’un an se soit écoulé sans menstruation, il est impossible de déclarer sans ambiguïté la ménopause.

La postménopause est la période qui commence après la ménopause. À ce moment, le niveau d’œstrogènes chute fortement. Le corps s’adapte à une existence avec un minimum d’hormones féminines. Au cours des 1 à 3 premières années de la ménopause, les symptômes de la ménopause peuvent être très graves.

Qu’arrive-t-il au corps pendant cette période et pourquoi chauffe-t-il pendant la ménopause ?

Marées pendant la ménopause

Même pendant la préménopause, le niveau d’œstrogène, une hormone féminine, commence à chuter fortement. Ils régulent non seulement le fonctionnement du système reproducteur, mais également de nombreux autres processus. Par conséquent, le manque d’œstrogène se manifeste dans différents domaines. L’un des symptômes les plus désagréables de la ménopause est les bouffées de chaleur, les sensations de chaleur, la congestion.

Les œstrogènes sont impliqués dans le travail de l’hypothalamus. C’est une zone du cerveau qui régule le système endocrinien, est responsable de la production d’hormones sexuelles et de la réponse aux changements de température. Lorsque le niveau d’œstrogène baisse, les limites de la zone thermorégulatrice changent, en conséquence, le corps perçoit la température normale environnante comme élevée.

La femme commence à transpirer, sa peau devient rouge, comme pendant la chaleur. Les sensations les plus fortes se produisent dans le visage, le cou, la poitrine. Ce sont les marées pendant la ménopause. La sueur est tellement libérée que tous les vêtements d’une femme peuvent être mouillés. Les bouffées de chaleur nocturnes altèrent considérablement la qualité du sommeil.

PASSEZ LE TEST pour déterminer la gravité du syndrome de la ménopause et obtenez des RECOMMANDATIONS PERSONNELLES pendant la ménopause sur le site mense.ru !

Combien de temps durent les bouffées de chaleur pendant la ménopause ?

Un épisode de fièvre peut durer de quelques secondes à une heure. Les attaques à court terme peuvent survenir jusqu’à 40 fois par jour, et souvent après une vague de chaleur, une femme frissonne. Les bouffées de chaleur peuvent persister jusqu’à deux ans après la fin des menstruations.

Il existe même une classification de la sévérité de la ménopause basée sur la fréquence et la sévérité des bouffées de chaleur.

  • Léger : jusqu’à 10 bouffées de chaleur par jour avec une légère violation de l’état général et de la capacité de travail.
  • Moyenne : 10-20 bouffées de chaleur par jour avec une violation prononcée de l’état général et de la capacité de travail.
  • Sévère : plus de 20 bouffées de chaleur dans la journée avec incapacité complète.

Qu’est-ce qui affecte les marées ?

Curieusement, les bouffées de chaleur peuvent être influencées non seulement par les caractéristiques du corps et la prédisposition génétique, mais aussi par de nombreux facteurs qui semblent sans rapport avec la ménopause.

  • Le stress provoque un déséquilibre hormonal, qui affecte directement la fréquence et la sévérité des bouffées de chaleur.
  • Activité physique élevée.
  • Aliments. Les bouffées de chaleur provoquent le cacao, les fraises, le chocolat, car ils contiennent de l’histamine, qui provoque une vasodilatation. Une grande quantité d’aliments sucrés et féculents, du thé noir et du café, des aliments épicés et fumés augmentent également les bouffées de chaleur.
  • Mauvaises habitudes – boire de l’alcool, fumer. Ils aggravent l’état du système vasculaire, ce qui entraîne une augmentation des bouffées de chaleur. Le tabagisme provoque une baisse plus marquée du taux d’œstrogènes, c’est-à-dire que chez les femmes qui fument, tous les symptômes de la ménopause sont plus prononcés.
  • Des trucs dans la chambre.
  • Vêtements synthétiques de mauvaise qualité. Des vêtements trop chauds et serrés créent une couche d’air chaud autour du corps, le corps se réchauffe.

Comment soulager les bouffées de chaleur pendant la ménopause ?

Tout d’abord, éliminez les causes qui provoquent la sensation de chaleur.

Restez calme en toutes circonstances. Et plus encore, vous ne devriez pas vous plonger dans de lourdes réflexions sur votre âge. La ménopause, avec tous ses symptômes, est un processus naturel que traversent toutes les femmes.

Aidez à réduire le risque de bouffées de chaleur avec une bonne nutrition, un mode de vie sain et suffisamment d’eau propre. Il existe des applications spéciales qui vous aideront à calculer la bonne quantité d’eau par jour et vous rappelleront même de boire votre prochain verre d’eau !

Dans le même temps, il existe également des procédures de soutien. Par exemple, la phytothérapie, les exercices de physiothérapie (sans abus d’activité physique), la physiothérapie spécialement prescrite sont très utiles.

L’air frais et frais est une bonne aide, qui non seulement vous rafraîchira pendant les bouffées de chaleur pendant la ménopause, mais vous calmera également psychologiquement. Vous pouvez également refroidir l’oreiller avant d’aller au lit, prendre une douche fraîche (si possible).

Portez des vêtements fabriqués à partir de tissus naturels dans la mesure du possible. Pendant les mois les plus froids de l’année, des couches peuvent être portées pour s’adapter à la fois au temps froid et à la sensation de chaleur de la marée. Par exemple, si cela vous donne de la fièvre pendant la ménopause, que faire : enlevez une veste chaude et restez dans un chemisier léger.

Quels médicaments prendre pour le traitement de la ménopause ?

La ménopause n’est pas une maladie, elle n’a pas besoin d’être traitée. C’est le même processus normal que la puberté ou la grossesse. Par conséquent, lorsqu’il s’agit de bouffées de chaleur pendant la ménopause, «traitement» n’est pas tout à fait le bon mot.

En même temps, il est possible et nécessaire d’influencer les symptômes de la ménopause afin qu’ils n’interfèrent pas avec une vie normale.

La première chose à laquelle une femme pense dans une telle situation est de prendre des hormones. Mais aujourd’hui, les médecins ne prescrivent des hormones pour la ménopause qu’en cas d’évolution sévère, car le traitement hormonal substitutif provoque de nombreux effets secondaires, y compris retardés. De plus, l’hormonothérapie présente un grand nombre de contre-indications : maladies du système cardiovasculaire, troubles de la coagulation sanguine, fibromes, endométriose, maladies du foie et des reins.

Actuellement, il existe des moyens plus sûrs et plus universels de traiter les symptômes de la ménopause.

Pour faire face aux bouffées de chaleur, la prise de l’acide aminé naturel bêta-alanine, impliqué dans la thermorégulation, aidera. Pendant la ménopause, les niveaux de bêta-alanine chutent et c’est l’une des causes des bouffées de chaleur. La bêta-alanine arrête rapidement les bouffées de chaleur, réduit leur fréquence, conserve son effet pendant longtemps, ce qui réduit considérablement les symptômes des bouffées de chaleur pendant la ménopause.

Certaines vitamines réduisent les manifestations de la ménopause. Les vitamines C, E et du groupe B sont particulièrement importantes.La vitamine C est impliquée dans la synthèse des œstrogènes, la vitamine E normalise la thermorégulation, réduit la vasodilatation qui provoque des crises de fièvre, les vitamines B maintiennent un niveau plus élevé d’œstrogènes pendant la ménopause, réduisent la probabilité de chaleur clignote.

Pour faire face aux troubles du sommeil et aux sautes d’humeur, le 5-hydroxytryptophane (5HTP), cette substance obtenue à partir de l’extrait de griffonia, aide. Le 5HTP est un antidépresseur modéré, il améliore le fond émotionnel global, réduit l’irritabilité et normalise les biorythmes. Le 5-hydroxytryptophane réduit également l’anxiété, rétablit l’horaire du sommeil.

Et, bien sûr, les phytoestrogènes donnent un bon effet.

Les phytoestrogènes sont des substances présentes dans les plantes. Par exemple, dans le soja, le trèfle, l’avoine. Les phytoestrogènes ont une structure similaire aux œstrogènes mais ne sont pas des hormones. Par conséquent, le corps peut les utiliser pour remplacer les hormones, ce qui aide à lutter contre les bouffées de chaleur de la ménopause, les perturbations émotionnelles et les autres effets des changements hormonaux. Dans le même temps, les phytoestrogènes ont beaucoup moins de contre-indications.

Vous pouvez choisir et prendre un médicament contenant simultanément des phytoestrogènes de soja, de la bêta-alanine et les vitamines nécessaires à la ménopause, par exemple Mense . C’est un remède efficace contre les bouffées de chaleur de la ménopause.

Des études cliniques sur Mense ont montré que sa prise réduit la fréquence et la gravité des bouffées de chaleur de 1,5 à 2 fois. De plus, le bien-être général s’améliore, l’anxiété et l’irritabilité disparaissent, le sommeil se normalise, la mémoire et la concentration s’améliorent.

La ménopause est un processus normal et naturel, mais cela ne signifie pas qu’il est naturel et normal d’endurer une mauvaise santé, des bouffées de chaleur soudaines et une irritabilité inhabituelle. Vous avez la possibilité de réduire en toute sécurité vos symptômes de la ménopause, alors profitez-en ! N’interrompez pas votre vie !

Que sont les bouffées de chaleur à la ménopause : symptômes et traitement

Pendant la ménopause, qui est d’environ 40 à 50 ans, les femmes commencent à subir de forts changements dans le corps. Le corps devient plus vulnérable à diverses maladies infectieuses ou auto-immunes, le vieillissement devient plus prononcé et progressif, et le système immunitaire s’affaiblit. Pour la plupart, cette période n’est pas si dure et les bouffées de chaleur ne causent pas d’inconfort important. Mais encore, une certaine partie des femmes subit ces phénomènes assez difficilement. Tous ces changements sont appelés bouffées de chaleur pendant la ménopause. Ce que c’est? De quelle manière apparaissent-ils ? Voyons ce que sont les bouffées de chaleur pendant la ménopause : symptômes et traitement.

Que sont les marées ?

Les symptômes

La question qui intéresse les femmes est combien de temps les bouffées de chaleur vont-elles se produire pendant la ménopause ? A la veille de la fin des menstruations et pendant un certain temps après, environ soixante pour cent des femmes souffrent de fréquents accès de fièvre. Ce phénomène se produit différemment pour chacun et dure de un à deux ans ou plus, ou n’apparaît pas du tout. Ce phénomène se produit jusqu’à un maximum d’une heure, et le plus souvent jusqu’à 2 minutes, et se manifeste le plus souvent le matin ou le soir. Les symptômes des bouffées de chaleur pendant la ménopause peuvent être décrits comme suit :

  • Rougeur du visage, chaleur dans le haut du corps, en particulier la poitrine, le cou et le visage, fièvre possible ;
  • Rythme cardiaque rapide, nausées, étourdissements possibles, maux de tête, fatigue, essoufflement dans de rares cas, et également anxiété ou stress léger ;
  • Fièvre, augmentation de la transpiration corporelle, frissons.

Les raisons

Les bouffées de chaleur ont plusieurs causes :

  1. Modifications de la fonction ovarienne et des niveaux hormonaux à cet âge ;
  2. En raison d’un mode de vie particulier, les bouffées de chaleur peuvent apparaître plus souvent et être plus difficiles pour une femme, ou vice versa, totalement absente ;
  3. L’utilisation de médicaments non recommandés pendant la ménopause. C’est assez dangereux, car cela peut entraîner un cancer ou augmenter et compliquer les bouffées de chaleur.

Le niveau d’oestrogène dans le sang diminue, ce qui affecte à son tour l’hypothalamus, dont la fonction est de surveiller le sommeil, l’appétit, le niveau d’hormones sexuelles et la température corporelle. Mais jusqu’à présent, la science n’explique pas comment cet organe affecte l’état de la température corporelle. Mais pendant cette période, l’hypothalamus perçoit la température corporelle standard comme élevée, ce qui entraîne déjà un rythme cardiaque rapide et une expansion des capillaires cutanés. De plus, tout le corps veut baisser cette chaleur. L’hypothalamus entre en jeu et prive le corps de l’excès de chaleur, tout en utilisant le système nerveux. Ensuite, des médiateurs sont impliqués qui fournissent des informations au cerveau, par exemple, la même adrénaline ou prostaglandine. Ils deviennent les causes de l’accélération du rythme cardiaque, de la coloration rouge du visage due aux capillaires dilatés, et le corps libère beaucoup plus d’énergie et la transpiration augmente. Mais en général, le manque d’œstrogène a des conséquences sur des organes tels que le cœur, les os, la peau, le vagin, l’utérus, le système urinaire, les glandes mammaires et autres. Ces changements ou troubles portent un caractère négatif et divers types de violations.

Ce qui amplifie les bouffées de chaleur

La raison de l’augmentation des bouffées de chaleur peut être une alimentation inadéquate et irrégulière, il est donc préférable d’envisager une option de régime et de réduire la manifestation des bouffées de chaleur. Les mauvaises habitudes peuvent non seulement nuire au corps, mais aussi dans cette situation augmenteront l’intensité des bouffées de chaleur. Les petites pièces encombrées, les pièces avec un environnement chaud et sans climatisation et ventilation adéquate peuvent contribuer à la manifestation des bouffées de chaleur. Et le syndrome de la ménopause peut provoquer une dépression, un surmenage fréquent, des chocs de stress fréquents, ou parfois des émotions positives si elles sont excessives et prolongées. Même des sous-vêtements serrés ou des vêtements qui limitent les mouvements peuvent causer de l’inconfort pendant cette période. Essayez de ne pas trop vous fatiguer pendant les sports actifs, voici le principe le plus nécessaire – le meilleur avec modération. Cela s’applique également aux boissons. y compris le café ou le thé fort. Pendant cette période, il est préférable de les exclure de l’alimentation. Les aliments trop sucrés en grande quantité peuvent également nuire.

Moyens, préparations, médicaments

Mais il arrive que le traitement des bouffées de chaleur soit simplement nécessaire pour une femme. Et le médecin ici a la possibilité de prescrire un traitement hormonal substitutif. Cela atténuera la condition ou même soulagera cet inconfort. Mais si une femme a des problèmes de coagulation sanguine, un foie malade ou une thromboembolie, le traitement avec des médicaments hormonaux est strictement interdit.

Avant de prescrire un plan de traitement des bouffées de chaleur à la ménopause, un examen est d’abord effectué à Moscou.

Il existe dans l’arsenal des médecins et des médicaments non hormonaux pour soulager les bouffées de chaleur. Les soi-disant phytoestrogènes, c’est-à-dire les compléments alimentaires ou les herbes médicinales. Mais même ici, il y a des inquiétudes, car cela peut provoquer des allergies, et la période même de leur consommation doit être discutée avec votre médecin.

Les légumes, les fruits, les céréales et d’autres substances utiles (en particulier les vitamines B, C, E) enrichissent le corps avec la bonne quantité de tout ce dont vous avez besoin et soulagent les bouffées de chaleur pendant la ménopause : le traitement peut ne pas être nécessaire du tout avec une nutrition adéquate.

Des substances ou des médicaments qui calment le corps, stabilisent le système nerveux permettront également de le supporter plus facilement, et même de guérir les bouffées de chaleur. Comme la valériane, l’agripaume, la teinture de pivoine, le corvalol doit être utilisé régulièrement, alors leur effet sera plus perceptible. Les antidépresseurs aideront également, mais ils doivent encore être choisis correctement. Et l’application elle-même ne devrait concerner qu’un syndrome pathologique de la ménopause, c’est-à-dire si une femme ne peut pas l’emporter sur son état émotionnel ou surmonter un stress sévère.

Bouffées de chaleur chez les femmes présentant des symptômes de la ménopause

Bouffées de chaleur chez la femme : cause, clinique, différenciation

Le diagnostic de ménopause peut être établi en présence d’une augmentation de la teneur absolue en FSH dans le sérum sanguin. Le niveau de seuil est individuel et dépend également de l’équipement utilisé et des méthodes de recherche. Cependant, il doit être supérieur d’au moins deux écarts-types aux valeurs normales chez une femme en âge de procréer au 3ème jour du cycle. La quantité de LH est beaucoup moins importante dans le diagnostic de la ménopause.

Le diagnostic clinique de ménopause est posé rétrospectivement après une aménorrhée de plus de 12 mois associée à des signes vasomoteurs tels que bouffées de chaleur et céphalées. Au cours de cette période, une femme subit une transition vers la ménopause, selon la classification du Séminaire sur les stades de l’âge de procréer, du stade “-1” à “+1”. Au cours de ces étapes, les symptômes dus à une carence en œstrogène d’apparition rapide comprennent des bouffées de chaleur et des troubles urogénitaux.

Les bouffées vasomotrices sont le symptôme le plus courant de la carence en œstrogènes, survenant au moins une fois pendant la ménopause chez 75% des femmes. Son étiologie et sa physiologie restent mal connues. On pense que cela est le résultat d’une violation de la régulation hypothalamique associée à l’arrêt de l’apport d’œstrogènes, se manifestant par l’expansion des vaisseaux périphériques et une augmentation du flux sanguin. Cela entraîne une perte de chaleur et une diminution de la température corporelle.

Le dysfonctionnement hypothalamique se manifeste également par une libération pulsatile de LH et vraisemblablement de lulibérine, coïncidant avec des bouffées vasomotrices . Chaleur, bouffées de chaleur, sueurs nocturnes et symptômes vasomoteurs sont des mots souvent utilisés pour exprimer ces sensations. Les bouffées de chaleur sont ressenties subjectivement comme une sensation de chaleur passagère, qui peut s’accompagner de palpitations, de sueur, de frissons, de tremblements et d’agitation. La sensation de chaleur commence généralement au niveau du visage, du cou et de la poitrine et peut se propager dans tout le corps.

Bien que la ménopause soit la cause la plus fréquente de ces symptômes, d’autres causes possibles doivent être envisagées. La fièvre est de loin la cause la plus fréquente de sensation de chaleur, surtout lorsqu’elle est associée à des sueurs nocturnes. À cet égard, si les bouffées de chaleur sont associées à une augmentation de la température corporelle, la cause de la fièvre doit être déterminée.

En général, les causes potentielles de fièvre peuvent être divisées en sept catégories : médicales, neurologiques, interactions alcool-médicaments, exposition aux médicaments, additifs alimentaires, aliments et mixtes. Cependant, il est important de souligner que ces causes sont beaucoup moins fréquentes que celles associées à l’hypoestrogénémie.

Différenciation des marées

Les maladies somatiques les plus courantes associées aux bouffées de chaleur sont le syndrome carcinoïde, la mastocytose, le phéochromocytome, le cancer médullaire de la thyroïde, le cancer du pancréas et le carcinome rénal.

Bouffées de chaleur dans le syndrome carcinoïde . Le plus souvent, le syndrome carcinoïde est une manifestation clinique des tumeurs neuroendocrines de l’intestin. Les tumeurs peuvent également être localisées dans les bronches, les îlots pancréatiques, l’espace rétropéritonéal, le foie et même dans les ovaires. Elles se développent probablement à partir de cellules souches gastro-intestinales, bronchopulmonaires ou pluripotentes. Le syndrome carcinoïde comprend la triade clinique classique de la diarrhée, de l’érythème cutané et de la cardiopathie valvulaire. La rougeur de la peau est le symptôme le plus courant, elle est constatée chez plus de 90% des patients.
Les rougeurs de la peau sont principalement dues à la libération de sérotonine , mais d’autres substances telles que les kinines, la substance P, la neurotensine et les prostaglandines jouent également un rôle.

Bouffées vasomotrices dans la mastocytose . La prolifération des mastocytes peut être limitée à la peau (mastocytose cutanée) ou s’étendre à d’autres tissus (mastocytose systémique). Des symptômes vasomoteurs peuvent survenir chez les patients atteints de mastocytose en raison du fait que les granules de mastocytes contiennent de grandes quantités d’hydrolases acides, de leucotriènes (médiateurs inflammatoires), d’histamine, d’héparine et d’une substance à réaction lente.

Flushing dans le phéochromocytome . Ces tumeurs se développent généralement à partir de la médullosurrénale. La plupart des manifestations cliniques dépendent de la synthèse, de l’accumulation et de la sécrétion des catécholamines. Un trait caractéristique est l’hypertension artérielle, observée chez 60% des patients. Une proportion importante de patients souffre de bouffées de chaleur. Établir le diagnostic permet la détection de taux élevés de catécholamines dans les urines.

Flushing dans le cancer médullaire de la thyroïde . Le cancer médullaire de la thyroïde est une tumeur maligne qui se développe à partir des cellules parafolliculaires ou cellules C de la glande thyroïde. Les cellules tumorales sont caractérisées par une hypersécrétion de sérotonine, qui sert de marqueur biochimique précoce. Ce cancer peut survenir de façon sporadique, mais il est le plus souvent transmis sur le mode autosomique dominant dans le cadre du syndrome de néoplasie endocrinienne multiple de type 2. D’autres substances biologiquement actives pouvant être sécrétées par les carcinomes médullaires et être responsables de symptômes vasomoteurs comprennent la corticotropine, la corticolibérine, et les prostaglandines.

Hyperémie neurovégétative de la peau comme analogue des bouffées de chaleur . L’excitation ou les explosions émotionnelles, les migraines, la maladie de Parkinson, les lésions de la moelle épinière (hyporéflexie autonome) et les tumeurs cérébrales peuvent provoquer des bouffées de chaleur.

Les interactions alcool-médicaments comme cause des bouffées de chaleur . L’alcool et de nombreuses drogues peuvent provoquer des symptômes vasomoteurs. Dans certains cas, le médicament lui-même n’est pas un agent vasoactif, mais plutôt un métabolite ou un autre médiateur activé par le médicament pris qui joue ce rôle. Certains médicaments ne provoquent des symptômes vasomoteurs que lorsqu’ils sont associés à l’alcool. D’autres, comme les inhibiteurs calciques, ont un effet direct sur les vaisseaux sanguins. D’autre part, le tamoxifène ou la bromocriptine provoquent des bouffées de chaleur par l’intermédiaire de divers médiateurs.

Les vasodilatateurs (nitroglycérine, prostaglandines), les inhibiteurs calciques, l’acide nicotinique, les opiacés (p. ex., la morphine), les cholinergiques, la bromocriptine, la thyrolibérine, le tamoxifène, le clomiphène, la triamcinolone et la cyclosporine sont les médicaments les plus fréquemment signalés comme agents responsables des bouffées vasomotrices .

Compléments alimentaires et préférences alimentaires comme cause des bouffées de chaleur . Le glutamate monosodique, le nitrite de sodium et les sulfites sont les additifs alimentaires les plus courants qui provoquent des bouffées de chaleur. Les boissons et aliments chauds (fromage, chocolat, citron, aliments à forte teneur en épices) provoquent également des sensations de chaleur dans la région auriculaire. Il peut y avoir une réaction au goût de certains aliments, comme des bouffées de chaleur lors de la mastication d’aliments assaisonnés de piments. Le syndrome de dumping survient chez les patients qui ont subi une chirurgie de l’estomac et peut être une réaction à la nourriture, aux liquides chauds ou au dextrose hypertonique (glucose).

L’évaluation de l’effet du traitement des bouffées de chaleur est limitée par l’absence de critères objectifs. La complexité du problème est qu’il est impossible d’identifier de manière fiable l’occurrence d’une marée . La principale méthode objective utilisée aujourd’hui – la surveillance de la conductivité de la peau dans la région du sternum – présente un certain nombre de limites. Le principal inconvénient de la méthode est l’impossibilité d’obtenir des informations sur la durée, l’intensité des bouffées de chaleur et leur lien avec diverses circonstances, en particulier l’état émotionnel du patient à ce moment. Ainsi, toutes les données sont obtenues par des méthodes délibérément imparfaites.

Étiologie vidéo, pathogenèse de la ménopause (ménopause)

Editeur : Iskander Milevsky. Date de mise à jour de publication : 18.3.2021

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.