Quand et comment pouvez-vous sevrer un petit enfant pour qu’il se réveille la nuit

Accueil / Bébé / Sommeil de bébé / Quand et comment sevrer un petit enfant pour qu’il se réveille la nuit ?

Peut-être que le rêve chéri de toute maman est de dormir paisiblement toute la nuit. Il est normal de se reposer pour être une épouse et une mère adéquate le matin. Comment sevrer un enfant pour qu’il se réveille la nuit – qui d’entre nous ne s’est pas posé cette question au moins une fois ?

Je comprends votre fatigue et le désir d’améliorer le sommeil de l’enfant, mais il est important de comprendre ses capacités liées à l’âge et sa volonté de dormir toute la nuit sans se réveiller.

Examinons de plus près à la fois cela et comment sevrer un enfant pour qu’il se réveille la nuit.

Jusqu’à quel âge un enfant se réveille-t-il la nuit ?

Si nous parlions pendant la consultation, alors je poserais beaucoup de questions de clarification afin de comprendre ce qui vous inquiète le plus :

  1. Voulez-vous connaître le chiffre exact quand lui-même cessera de se réveiller ?
  2. Ou l’âge auquel les réveils nocturnes ne sont plus considérés comme la norme ?
  3. Ou est-il important de comprendre à quel âge il est possible de supprimer les tétées la nuit ? Lire la suite dans l’article Combien de temps pour nourrir un bébé la nuit>>>

Les réveils nocturnes de l’enfant sont influencés à la fois par des besoins physiologiques et psychologiques.

Du point de vue de la physiologie, l’enfant a droit à des réveils nocturnes jusqu’à 2-3 ans.

Peu importe si le bébé se réveille pour vous appeler ou se réveille pour se nourrir – ce sont tous des réveils.

Vers l’âge de 3 ans, la production maximale de l’hormone du sommeil, la mélatonine, se produit. Le rêve d’un enfant devient semblable au rêve d’un adulte, parce que. le système nerveux est déjà développé à 80%.

Tous les facteurs physiologiques contribuent à une nuit de sommeil longue et prolongée sans réveil.

Après les propos de Zelensky sur une frappe préventive contre la Fédération de Russie, Biden a pris la parole
Publicité
VTsIOM a mis à jour les données sur le niveau de confiance des Russes en Poutine
Publicité
Le médecin a fait une déclaration importante sur la démence de Biden
Publicité
Aux États-Unis, il a vivement parlé de Zelensky après sa déclaration sur la Russie
Publicité

Comment sevrer un enfant pour qu’il se réveille la nuit pour se nourrir du point de vue de la psychologie?

Les enfants se réveillent pour découvrir :

  • paix;
  • confort émotionnel;
  • sentiment de sécurité;
  • et la stabilité.

Qu’y a-t-il de très important là-dedans ?

  1. Nourrissez le bébé avec du lait maternel ou du lait maternisé.
  2. Les tétées ont lieu à l’heure ou à la demande. En savoir plus sur l’alimentation à la demande>>>
  3. Le bébé dort avec maman ou séparément.

Les enfants qui reçoivent du lait maternisé peuvent être sevrés de se réveiller un peu plus tôt, car ils n’associent pas le biberon à leur mère, et à cette unité psychologique dont le sein est le symbole. Il est plus facile d’abandonner une bouteille.

Les «bébés horaires» s’habituent également plus tôt à un sommeil ininterrompu, car pour eux, il n’y a pas de concept «d’accès illimité à maman».

Pour la même raison, les enfants qui dorment séparément de leur mère peuvent être sevrés de se réveiller plus rapidement.

D’où la conclusion : après tout, il est possible de sevrer des enfants qui mangent à la demande et qui dorment en même temps avec leur mère.

Ils peuvent être appliqués même à un an et demi, si la mère allaite encore à ce moment-là. Et même plus tard. Ce n’est pas non plus un trouble du développement.

Combien de fois par nuit devez-vous nourrir votre bébé ?

En posant la question – comment sevrer un enfant pour qu’il se réveille la nuit pour manger – pensez à quel âge et au nombre de tétées nocturnes dont il a besoin.

Après tout, si un bébé a physiologiquement besoin de trois tétées et que vous êtes pressé de le sevrer, au moins vous ne réussirez pas.

Et au maximum, une “guerre atomique” commencera avec votre petit sans défense. Le résultat est un traumatisme psychologique.

Dans notre société, ils continuent d’appliquer les normes des enfants sous intraveineuse aux enfants allaités. Bien qu’il s’agisse de différents types d’alimentation, d’une densité de nourriture différente et d’habitudes différentes.

Enfants allaités :

  • Jusqu’à un mois et demi, l’alimentation a lieu toutes les 2,5 à 3 heures.
  • À 4 mois, pendant une nuit de repos, les bébés sont appliqués jusqu’à 5 fois.
  • Les bébés de six mois peuvent augmenter leur attachement au sein si vous les nourrissez moins pendant la journée en raison de l’introduction d’aliments complémentaires.
  • Par an, il y a généralement environ 4 tétées: à 24, 4, 6 et 8 heures du matin. En savoir plus sur le sommeil à cet âge dans l’article Combien un enfant doit-il dormir à 1 an>>>
  • Une réduction significative du réveil pour l’alimentation se produit de 2,5 ans. L’enfant dort profondément et peut se réveiller 1 à 2 fois.

Sur une note! Les poussées de croissance ont un impact significatif sur le nombre de réveils nocturnes pour se nourrir. Pendant leur croissance, le corps en croissance a besoin de plus d’énergie et de nutriments.

Quoi d’autre affecte le sommeil la nuit?

Vous comprenez déjà que l’âge est d’une grande importance ici. Mais comment sevrer un enfant pour qu’il se réveille souvent la nuit, si par âge, semble-t-il, il est grand temps pour lui de se réveiller ?

Je vais faire une réservation tout de suite que les réveils nocturnes sont une norme absolue pour toute personne. C’est juste que d’habitude nous nous rendormons immédiatement et le matin, nous ne nous en souvenons plus.

Nous parlons donc ici, tout d’abord, de la façon de s’assurer que le bébé peut non seulement se passer de nourriture, mais aussi s’endormir tout seul après son réveil.

Voyons quelles raisons peuvent ralentir le développement de cette compétence :

  1. La présence d’associations stables avec le sommeil .

Qu’est-ce que ça veut dire? L’enfant s’habitue à s’endormir dans les mêmes conditions. Par exemple:

  • quand le mal des transports;
  • lors de la succion des seins (mamelons);
  • en contact tactile avec la mère.

Se réveillant la nuit, le petit ne pourra plus se rendormir tant qu’il n’aura pas recréé l’environnement pour s’endormir.

Très souvent, les mères pèchent par le fait qu’à partir de six mois, elles commencent à transférer activement l’enfant vers des aliments complémentaires: elles lui donnent tout ce qui est permis par l’âge, ne laissant du lait que pour la nuit. Ce n’est pas correct.

Important! Jusqu’à un an, les aliments complémentaires ne doivent être que des aliments complémentaires, et le lait maternel reste l’aliment principal ! C’est ce déséquilibre que votre bébé va rétablir en se réveillant la nuit.

Pour l’introduction correcte des aliments complémentaires, consultez le cours en ligne ABC des aliments complémentaires : introduction en toute sécurité des aliments complémentaires à un bébé>>>

Ce sont des périodes physiologiques qu’il suffit d’attendre. Le plus souvent, les régressions se produisent :

  • environ 4 mois (plus dans l’article Régression du sommeil à 4 mois>>>)
  • à 9 mois;
  • ainsi que par an ;
  • un et demi et deux.
  1. Angoisse de séparation .

La peur de perdre une mère chez les enfants apparaît généralement vers 8-9 mois. Pendant cette période, il est particulièrement important de montrer au bébé pendant la journée que :

  • la mère revient toujours;
  • cela ne le laisse jamais seul;
  • ne part pas longtemps.

Assurer un maximum de contact physique et émotionnel.

La température, les rhumes, la diarrhée, les poussées dentaires font que le bébé se réveille souvent, cherchant réconfort et protection auprès de sa mère.

  1. Conditions de sommeil inconfortables (lumière, bruit, étouffement, air sec, poussière, allergènes, sous-vêtements inconfortables, couches mouillées, etc.).
  2. Surexcitation .

Le système nerveux des bébés ne peut pas passer rapidement d’une activité bruyante et vigoureuse au repos. Elle a besoin de temps. Et plus l’enfant est jeune, plus il a de temps.

Vous aider à mieux dormir

Comment sevrer un enfant pour qu’il se réveille la nuit, il est impossible de répondre en monosyllabes. Il n’y a pas de pilule magique ici. Chaque bébé a besoin de sa propre approche, chacun arrivera en son temps.

Mais les quelques recommandations suivantes vous aideront à empêcher votre bébé de se réveiller moins douloureusement.

  • Ne conduisez pas les chevaux : tout a son tour. À trois mois, il est trop tôt pour penser au sommeil ininterrompu de votre bébé. Lire aussi Combien dort un bébé à 3 mois>>>
  • Gardez une trace du stress émotionnel et physique. La surexcitation et la fatigue extrême sont les ennemis d’un bon sommeil. Prenons le temps avant le coucher de mettre le système nerveux au repos. Au moins une heure et demie à deux heures.
  • Pratiquez des rituels de sommeil. Ils aideront le corps à capter le signal d’un tel changement à temps. En savoir plus sur les rituels du coucher>>>
  • Tenez-vous en à la routine. La stabilité améliore le sommeil. Surtout quand les réveils ne sont pas de la faim.
  • Chez les enfants après 6 mois, en plus du sein (association forte), des associations supplémentaires (faibles) peuvent être introduites. Par exemple, une berceuse, caresser le dos ou siffler.

Dans cette situation, lorsque vous vous réveillez la nuit pour modifier le cycle du sommeil, vous pouvez essayer de prolonger le sommeil de l’enfant avec quelque chose d’un ensemble d’associations faibles, sans sein.

  • Assurez-vous que le bébé est uniformément attaché au sein pendant la journée : si pendant la journée le bébé flirte et oublie le sein, offrez-le d’abord.
  • N’essayez pas d’habituer le bébé à un sommeil ininterrompu “en une seule fois”. Cela ne mènera qu’à un traumatisme psychologique.
  • Portez une attention maximale à votre enfant pendant la journée.

Assurer un maximum de contact tactile et émotionnel. Ensuite, il ne sera pas nécessaire de “comprendre” le manque d’affection pendant le repos nocturne.

  • Protégez votre bébé des forts bouleversements émotionnels. L’atmosphère nerveuse et le stress constant déstabilisent même les adultes.

Pour plus d’informations sur comment sevrer un enfant pour qu’il s’endorme sous son sein, dormir avec sa mère, comment lui apprendre à s’endormir tout seul, consultez le cours en ligne sur le sommeil Comment apprendre à un enfant à s’endormir et à dormir sans sein >>>

N’oubliez pas que dans tous les cas, la progressivité, la stabilité, la cohérence, le sentiment de sécurité sont importants pour un enfant.

Obtenez des tutoriels vidéo dès maintenant :
3 étapes pour s’endormir sans sein et des nuits sans tétée

Raisons pour lesquelles un enfant se réveille et pleure la nuit

Vous avez été éveillé plusieurs nuits de suite et vous vous demandez pourquoi l’enfant se réveille la nuit ? Il ne faut pas espérer un miracle et attendre des changements, mais il est temps de trouver la raison des festivités et des cris nocturnes. Le bébé peut se réveiller en raison d’une violation des phases de sommeil et de repos, ses dents peuvent éclater douloureusement ou il a simplement faim. Il suffit d’observer votre bout de chou et la situation s’éclaircira définitivement.

Festivités nocturnes d’un nouveau-né

Si vous vous êtes consolé avec l’espoir que votre nouveau-né dormirait toute la nuit, nous nous empressons de vous contrarier. Un enfant de moins de 3 mois ne pourra a priori tout simplement pas dormir aussi longtemps (que devient un bébé à cet âge ? Pour plus de détails, voir l’article Que doit savoir faire un enfant à 3 mois ?>>>). Il se réveille pour allaiter, uriner et parfois juste grogner.

Une autre chose est les longues promenades nocturnes autour de la maison et l’éveil actif. Dans ce cas, les phases de sommeil et d’éveil de votre enfant sont confondues. Vous devez faire des efforts et de l’endurance pour corriger la situation. Déplacez progressivement l’heure du départ vers une nuit de repos vers 19h30, c’est à ce moment que les hormones calmes sont produites dans le corps. Article utile sur le sujet : A quelle heure mettre l’enfant au lit ?>>>

N’oubliez pas qu’un bébé se réveille la nuit même s’il ressent une gêne au niveau du siège. Peu importe combien vous voulez dormir, une couche avec une plénitude critique doit être changée, surtout après une selle. Article lié : Comment changer une couche pour un nouveau-né ?>>>

Chez un nouveau-né, la phase de sommeil superficiel prévaut. Un coup ou un coup suffit, et le bébé se réveille et pleure. Souvent, le bébé se réveille en secouant ses bras. Vous pouvez essayer de l’emmailloter, alors les poings coquins n’interrompront pas les beaux rêves.

Un algorithme détaillé pour améliorer le sommeil de bébé vous attend dans le cours vidéo Sommeil calme d’un bébé de 0 à 6 mois>>>.

Aspects psychologiques

Les situations où votre enfant se réveille souvent la nuit et pleure, et ne se calme qu’après avoir été ramassé, il y a une explication psychologique :

Le bébé a l’habitude d’être bercé dans ses bras ou dans une chaise longue, et déjà endormi est transféré dans le berceau. Imaginez sa réaction quand, ayant ouvert les yeux, au lieu des étreintes de sa mère, il aperçoit les barreaux du lit. Il est pris de peur et de désespoir, et il ne se calmera que dans ses bras.

Dans ce cas, vous pouvez procéder de deux manières :

  1. Commencez à pratiquer le co-sommeil. L’enfant sentira votre chaleur, votre odeur, votre rythme cardiaque. Au moindre réveil, vous donnez un sein au bébé et continuez à dormir. (lire un article utile : Combien de temps nourrir un bébé la nuit ?>>>) ;
  2. Vous devez apprendre à votre bébé à s’endormir tout seul. Pour ce faire, après la tétée, vous mettez le bébé dans le berceau, pendant que vous êtes vous-même à proximité. Vous pouvez le caresser, chanter une berceuse, mais ne le prenez pas dans vos bras et ne le bercez pas en plus.

La méthode n’est pas simple. Mais si vous agissez de manière cohérente, dans les 2-3 semaines, vous verrez comment le sommeil de votre bébé s’améliore. Pour comprendre l’algorithme, étudiez le cours qui détaille comment apprendre à un enfant à s’endormir tout seul : Comment transférer un enfant dans un lit séparé ?>>>

Le même problème se produit lorsque le bébé s’habitue à s’endormir dans la voiture ou la poussette. Vers six mois, changez votre routine quotidienne et sortez vous promener, et apprenez à votre enfant à dormir à la maison, sur le lit, sans trembler. Voir un article utile sur ce sujet : L’enfant ne dort que dans la rue>>>

Un bébé qui apprend à s’endormir sans mal des transports ne pleurera pas la nuit et, après avoir ouvert les yeux, peut se retourner et s’endormir à nouveau.

  • Le moment de transition de l’enfant vers un berceau séparé après la pratique du co-sleeping s’accompagnera le plus souvent de réveils nocturnes. Vous devez créer des conditions optimales pour le bébé. Une veilleuse, un jouet préféré, un nouveau pyjama doux avec votre héros préféré vous seront utiles ;
  • Dites que tous les enfants ont leur propre lit, lisez des contes de fées similaires ou montrez des dessins animés. Un peu de patience, et le sommeil du petit durera, comme prévu, toute la nuit et dans son propre lit ;
  • Des réveils nocturnes peuvent survenir après le sevrage ou l’allaitement au biberon. Mais vous devez comprendre que de tels aléas sont temporaires, et tôt ou tard vous devrez passer par là. Soit dit en passant, le mamelon n’est pas du tout un moyen de s’endormir. L’enfant ne le gardera pas dans sa bouche toute la nuit et dès qu’il tombera, il se réveillera;
  • Des troubles du sommeil du bébé peuvent apparaître lorsque vous allez au travail ou que l’enfant va à la maternelle. N’abandonnez pas, vous ne faites rien de mal et l’enfant le comprendra bientôt.

Les caprices nocturnes, à moins, bien sûr, qu’ils ne soient associés à des cauchemars – une sorte d’appel à l’aide d’un enfant. Il dit que l’enfant n’a pas encore maîtrisé la compétence du sommeil indépendant et a besoin de votre confort. Votre tâche est de lui montrer que votre offre de dormir séparément n’est pas une punition, mais son droit à un sommeil réparateur et à un espace personnel.

Troubles du sommeil et de l’éveil

Vous savez avec certitude que le bébé doit marcher pendant la journée et dormir la nuit, mais vous ne pouvez même pas deviner quand le repos nocturne doit commencer.

Il a été prouvé que le moment optimal pour s’endormir est de 19h30 à 20h30. C’est à ce moment que le corps produit l’hormone mélatonine.

Le bébé avec toute son apparence vous montre qu’il est prêt à dormir : il se frotte les yeux, bâille et se couche sur l’oreiller. Ne perdez pas votre chance et mettez votre bébé dans le berceau. Si vous manquez le moment, l’hormone du stress remplacera la mélatonine et, dans un avenir proche, vous observerez un tout-petit sauter et rire aux éclats sous l’influence de l’hormone cortisol.

Lorsque le coucher est forcé et au mauvais moment, l’enfant se réveille constamment la nuit, dort longtemps le matin et se réveille, en règle générale, sans humeur.

Fête nocturne

Les collations nocturnes ne sont autorisées que dans la petite enfance, les enfants plus âgés pourront survivre la nuit sans nourriture, surtout s’ils mangent bien pendant la journée. Si votre bébé est allaité, il se réveille généralement 3 à 4 fois par nuit, est appliqué sur le sein pendant une courte période et s’endort immédiatement.

Des réveils fréquents, toutes les heures, doivent vous alerter. Il s’agit très probablement d’un échec des rythmes de sommeil et vous devez commencer à séparer le sommeil et la poitrine. Comment bien faire les choses, voir le cours Comment apprendre à un enfant à s’endormir et à dormir sans sein>>>

Les enfants après un an de friandises nocturnes doivent généralement être réduits à zéro. Le maximum est de proposer à boire un peu d’eau. Mais n’oubliez pas de vous assurer que votre gourmet mange tout le dîner, vous pouvez lui proposer du kéfir ou du lait chaud avant d’aller vous coucher. Peut-être que votre enfant a commencé à se réveiller la nuit précisément parce qu’il se couche le ventre vide.

Régression du sommeil

La raison pour laquelle l’enfant a commencé à se réveiller la nuit peut être un processus de développement naturel appelé régression du sommeil. Votre bébé peut connaître plusieurs tournants de ce type : à 4, 9, 18 et 24 mois. Découvrez ce phénomène qui se produit à 4 mois dans l’article Régression du sommeil à 4 mois>>>

Les troubles du sommeil peuvent provoquer de nouvelles compétences et capacités de l’enfant, une surmenage et une excitabilité excessive, une modification du nombre de rêves diurnes et de leur durée.

Il n’y a pas lieu de paniquer, car ces moments de crise surviennent chez chaque bébé, et avec de la patience, vous surmonterez sans effort les interruptions temporaires de repos et de sommeil. Respectez une routine quotidienne, établissez vos propres rituels au coucher et ne suivez pas l’exemple de votre enfant. Vous trouverez de nombreuses informations utiles à ce sujet dans l’article Rituels avant le coucher>>>.

Nuances médicales

La raison pour laquelle votre enfant ne dort pas bien la nuit, se réveille, pleure, peut être des problèmes de santé.

  1. Les adultes s’inquiètent également pour les dents, vous pouvez donc comprendre un bébé dont les dents sont en train d’éclater. En option – donnez à l’enfant un anneau de dentition ou lubrifiez les gencives avec un outil spécial (Dentinox, Dentol-baby, Kamistad). Cela aidera à soulager la douleur et le Panadol des enfants;
  2. Un rhume n’est pas le meilleur compagnon pour un sommeil sain. Si un petit a le nez bouché, il lui est difficile de respirer et, par conséquent, de dormir (lire l’article actuel : Comment protéger un enfant d’un rhume ?>>>). Le bec doit être lavé et nettoyé. Soit dit en passant, la cause d’un nez qui coule peut être une allergie à l’émeute printanière des plantes.

Lorsque les troubles du sommeil ont une explication claire et, après les manipulations nécessaires, disparaissent, il n’y a alors aucune raison de s’inquiéter. Une autre chose est de pleurer la nuit sur une base continue. Dans ce cas, vous ne pouvez pas vous passer d’un examen médical.

Conditions de sommeil

  • Vous devez comprendre que la qualité du sommeil nocturne est également affectée par l’endroit et la façon dont le bébé dort. La température optimale pour une nuit de repos est de 20 à 23 degrés ou moins, alors ne vous précipitez pas pour allumer le chauffage dès que le chauffage est éteint. Assurez-vous d’aérer la pièce le soir, vous pouvez laisser la fenêtre pour une micro-ventilation toute la nuit;
  • Le pyjama est la tenue parfaite pour voyager dans le royaume de Morphée. En été – mince, en hiver – éponge et, surtout: par âge. Soit dit en passant, le processus d’habillage pour le lit fait également partie du rituel et de l’humeur du repos;
  • Il est également important sur quel matelas l’enfant dort. Laissez les délices orthopédiques pour la période préscolaire, et les enfants de moins de 3 ans se voient recommander des matelas naturels durs, par exemple en fibre de coco (lire un article important: Quel matelas choisir pour un nouveau-né?>>>);
  • Concernant les oreillers, un nouveau-né n’en a pas du tout besoin, et un enfant plus âgé n’aura besoin que d’un seul oreiller plat (article en cours : Oreiller pour un nouveau-né>>>) ;
  • Dès la naissance, n’habituez pas le bébé au silence absolu et à l’obscurité, sinon il se réveillera au moindre bruit;
  • Les rituels de sommeil pour vous devraient devenir une loi et ne pas être violés, que ce soit avec des invités ou lors de voyages. Il suffit de s’écarter plusieurs fois de l’horaire pour améliorer le sommeil du bébé pendant des semaines.

J’espère qu’avec l’aide des conseils de cet article, vous pourrez facilement et sans effort améliorer le sommeil nocturne de votre bébé. Faites de beaux rêves et bonnes nuits !

Pourquoi l’enfant se réveille-t-il la nuit

Le responsable des admissions vous contactera
dès que possible pendant les heures de travail du lundi au dimanche de 9h00 à 21h00, heure de Moscou.

rappelle-moi

Votre manager personnel : Valeria
Responsable et réactive !

😊

Attendre

Un spécialiste vous contactera immédiatement pendant les heures ouvrables, tous les jours de 10h00 à 19h00, heure de Moscou

rappelle-moi

Une nuit de sommeil longue et paisible est la clé du développement physique et mental sain de l’enfant, ainsi que de la tranquillité d’esprit de ses parents.

Séances d’orthophonie gratuites

Cours TIC gratuit pour les enfants

Une nuit de sommeil longue et paisible est la clé du développement physique et mental sain de l’enfant, ainsi que de la tranquillité d’esprit de ses parents. Malheureusement, l’image n’est pas toujours aussi parfaite. Pour de nombreux enfants, le sommeil nocturne est perturbé – il est superficiel et agité, les enfants ne s’endorment pas bien et se réveillent souvent pendant la nuit. Il existe plusieurs raisons principales pour lesquelles un enfant ne dort pas bien la nuit, et il est important de les identifier correctement afin de rétablir un repos nocturne pour toute la famille.

Tous les facteurs de troubles du sommeil nocturne chez les enfants peuvent être divisés en 3 grands groupes :

  • gêne physique;
  • facteurs psycho-émotionnels;
  • réactions comportementales en réponse à des actions éducatives erronées des parents.

Inconfort physique

La première et la plus courante raison pour laquelle un enfant ne dort pas bien la nuit est des conditions de sommeil inconfortables : air chaud ou froid, air sec ou trop humide, literie synthétique « piquante » ou pyjama inconfortable, une couverture lourde, un lit froissé bosselé, un ou une couche sale.

  • créer un microclimat sain dans la chambre à coucher – avec une température de 18-20 ºС et une humidité de 50-70%;
  • choisissez un pyjama en coton confortable pour la saison – chaud ou léger;
  • poser et lisser soigneusement le linge de lit en matériau naturel avant d’aller au lit;
  • si nécessaire, remplacez le matelas, la couverture ou l’oreiller par des matelas plus confortables, de préférence en matériaux hypoallergéniques;
  • utilisez des couches de qualité et changez-les en temps opportun.

La deuxième raison dans ce groupe est la douleur d’origines diverses. Il peut s’agir de coliques ou de poussées dentaires douloureuses chez les nourrissons, de douleurs musculaires et articulaires accompagnées d’une croissance intensive chez les enfants plus âgés. Les bébés ne peuvent pas parler de leurs sentiments, d’autres enfants se plaignent de douleurs, mais il est parfois assez difficile de «calculer» sa cause et sa localisation claire.

  • avec des coliques chez un bébé, une mère qui allaite devrait reconsidérer son alimentation, pour une personne artificielle, choisir le bon mélange;
  • masser les gencives qui démangent lors de la dentition des dents de lait avec un anneau de dentition refroidi ou un doigt enveloppé de gaze, si nécessaire, appliquer un gel anesthésiant;
  • des bains relaxants et des massages légers la nuit aident à faire face aux douleurs musculaires chez les enfants;
  • Une douleur d’origine inconnue nécessite une consultation avec un pédiatre.

La troisième raison est les maladies infantiles, en particulier celles avec des températures élevées. Ce sont souvent les troubles du sommeil qui indiquent l’apparition de la maladie. Dans le même temps, certains enfants «s’endorment» littéralement, tandis que d’autres ne peuvent pas s’endormir, se précipitent, s’inquiètent, se réveillent constamment.

  • aller chez le docteur;
  • pendant le traitement, de toutes les manières possibles pour soulager l’état de l’enfant: donner un antipyrétique lorsque la température dépasse 380C, fournir de l’air propre, frais et humide dans la chambre et la paix pour le bébé.

La quatrième raison est la soif, la faim ou une lourdeur excessive dans l’estomac.

  • les enfants jusqu’à un an peuvent “légalement” se réveiller pour les tétées nocturnes, une alimentation plus dense la nuit et le maintien d’un microclimat confortable dans la pièce aident à réduire leur nombre – afin que le bébé ne se réveille pas assoiffé. Ce dernier est important pour tout enfant;
  • offrez aux enfants plus âgés un dîner léger mais assez satisfaisant sans boissons revigorantes – cola, thé fort, cacao;
  • suivre le régime.

La cinquième raison pour laquelle un enfant ne dort pas bien la nuit est les allergies, les troubles digestifs et métaboliques. Le plus souvent, il s’agit d’une réaction allergique aux salicylates, d’une indigestion après avoir mangé des aliments inhabituels ou périmés pour le dîner, de manifestations d’un manque de calcium dans le corps de l’enfant.

  • analyser soigneusement le régime alimentaire de l’enfant et supprimer tout ce qui provoque une réaction négative;
  • à titre expérimental, exclure temporairement les salicylates – additifs alimentaires avec tartrazine E 102, agrumes, tomates;
  • pour vérifier si l’enfant reçoit suffisamment de calcium, vous pouvez le donner à l’enfant sous forme de comprimés à une dose prophylactique – cela améliore souvent le sommeil et est particulièrement important si le bébé reçoit beaucoup de vitamine D, qui nécessite une combinaison avec du calcium.

Gêne psycho-émotionnelle

Le premier facteur de ce groupe est des changements importants dans la vie de l’enfant: déménagement, reconstitution de la famille, début d’une vie de «jardin d’enfants». L’enfant est inquiet, inquiet et ne dort pas bien.

  • ne grondez pas;
  • consacrer suffisamment de temps pendant la journée;
  • discuter des sentiments et des émotions du bébé;
  • apaiser doucement;
  • prêter attention aux aspects positifs du changement.

Le deuxième facteur est le stress: une querelle avec un ami, une bagarre avec un pair, des scandales dans la famille, le divorce des parents. Le gamin fait défiler encore et encore la situation dans sa tête, se blâme pour tout, dort peu et sans repos.

  • parlez plus souvent avec l’enfant, dites que vous l’aimez;
  • considérer le problème sous différents angles ;
  • expliquer les actions d’autres personnes;
  • ne permettez pas la présence du bébé dans les querelles d’adultes.

Le troisième facteur est la peur. Ils sont divers, surviennent chez les enfants à l’âge de 2-3 ans et peuvent perturber le sommeil de l’enfant pendant une longue période, l’empêchant de s’endormir, puis l’épuisant avec des cauchemars.

  • si des craintes surviennent chez un enfant de 2 ans dans le contexte de l’annulation du sommeil conjoint avec sa mère, prolongez légèrement cette période;
  • créez des rituels apaisants au coucher – un bain chaud et relaxant, une bonne histoire de papa au coucher ou une berceuse interprétée par maman ;
  • obtenez un intermédiaire de sujet – un ours en peluche ou un lapin, que vous pouvez serrer dans vos bras dans un rêve et ne plus avoir peur;
  • n’insistez pas sur l’obscurité totale – allumez une petite veilleuse.

Le quatrième facteur est l’hyperexcitabilité congénitale. Ces enfants sont anxieux, agités, il est difficile de se séparer de leur mère.

  • si possible, organiser un sommeil conjoint dans la première ou la deuxième année de vie ;
  • ne grondez pas et n’ayez pas honte;
  • avant d’aller vous coucher, privilégiez les activités très calmes et faites un massage relaxant ;
  • au réveil la nuit, laissez-vous sentir que le bébé est en sécurité – caressez le bras ou le dos, rassurez d’une voix calme.

Réponses comportementales

Ce groupe de raisons découle des erreurs des parents eux-mêmes.

La première raison est le manque de fatigue. L’enfant n’a tout simplement pas le temps de se fatiguer pendant la journée et donc le processus de ponte s’étend sur plusieurs heures.

Comment agir: chargez physiquement le bébé pendant la journée afin qu’il puisse utiliser son énergie, en réduisant son activité le soir – marcher, jouer à des jeux de plein air, fréquenter un studio de danse ou une section sportive.

La deuxième raison est l’excitation. Invités à la maison, papa qui rentre du travail le soir, jeux violents la nuit – et l’enfant ne peut pas se calmer longtemps, car les processus d’inhibition du système nerveux chez les enfants sont encore imparfaits.

Comment procéder : limitez le stress émotionnel du soir, assurez-vous de faire une promenade avant le coucher, prenez un bain aux herbes sédatives, ne regardez pas la télévision la nuit et retirez tous les jouets du lit à l’exception d’un doux talisman apaisant.

La troisième raison est la protection trop respectueuse du sommeil des enfants. Maintien d’un silence absolu dans la maison lorsque le bébé dort, mal des transports prolongé, bercement actif et alimentation “au premier coup d’œil”. L’enfant s’habitue à de tels hyper-soins et réagit à chaque bruissement ou nécessite une attention constante la nuit.

  • ne criez pas quand le bébé dort, mais n’excluez pas non plus les sons quotidiens habituels – radio, télévision, conversations domestiques pendant le sommeil de l’enfant;
  • n’apportez pas de situations où le bébé ne dort que dans ses bras – après le mal des transports, transférez-le immédiatement dans le berceau;
  • la nuit, ne vous précipitez pas vers l’enfant dès qu’il se retourne ou grogne, ou limitez-vous à un murmure apaisant et à des caresses – cela suffit souvent.

La quatrième raison est l’absence ou la violation constante du régime. Les parents adaptent le sommeil du bébé à diverses circonstances et les besoins de l’enfant ne sont pas pris en compte. Le sommeil diurne dans de tels cas peut être absent ou décalé, et l’heure d’aller au lit la nuit est tout le temps différente.

Comment agir : élaborez un horaire de sommeil et respectez-le autant que possible, accompagnez l’endormissement par le rituel habituel – se laver, changer de vêtements, une histoire au coucher.

La cinquième raison est le comportement incohérent des parents. Aujourd’hui, le bébé est inquiet et vous lui permettez de dormir avec vous dans un grand lit, et demain vous le grondez pour cela. L’enfant ne se sent pas soutenu face aux adultes et commence à s’inquiéter constamment et à inquiéter ou à manipuler les parents.

Comment procéder : Soyez cohérent et ne permettez pas la manipulation. Soit commencez à dormir ensemble tout de suite, soit respectez doucement mais fermement les règles que vous avez définies. Bien sûr, si le bébé est malade ou effrayé, vous n’avez pas besoin de suivre le principe – asseyez-vous avec lui, calmez-le, allongez-vous à côté de lui jusqu’à ce qu’il s’endorme, mais ensuite allez dans votre lit et ne le laissez pas l’enfant « voyage » la nuit.

Comme vous pouvez le voir, il y a vraiment beaucoup de raisons pour un mauvais sommeil nocturne chez les enfants, mais la bonne nouvelle est que toutes sont relativement faciles à “calculer” et à corriger, après quoi tous les ménages se reposent bien la nuit.

Troubles du sommeil chez les enfants

En tant que neurologue pédiatrique, je dois quotidiennement dans mon travail faire face à diverses manifestations de troubles du sommeil. Souvent, je vois des mères inquiètes qui sont très déprimées par le fait que le bébé ne dort pas bien.

En effet, le bon sommeil d’un enfant est révélateur de sa santé. Et si l’enfant dort sans repos, se réveille souvent, pleure, cela alarme les parents et ils demandent l’aide d’un médecin. Les parents de jeunes enfants sont surtout souvent inquiets, car n’étant pas médecins, ils ne peuvent pas être sûrs de la santé du petit bonhomme, à qui on ne peut pas demander : « Que s’est-il passé ? Est-ce que quelque chose fait mal? De quoi as-tu rêvé ?”. Dans un premier temps, les parents peuvent aussi douter de la santé neurologique de leur enfant : « Un mauvais sommeil n’est-il pas le signe de problèmes plus graves ? Un neurologue pédiatrique peut évaluer la santé du bébé et dissiper les craintes des parents, aider avec des conseils efficaces.

Regardons les principales causes de mauvais sommeil chez les enfants :

  • Caractéristiques physiologiques du sommeil d’un enfant
  • Surcharge émotionnelle
  • Problèmes somatiques
  • problèmes neurologiques

Caractéristiques physiologiques du sommeil d’un enfant

Au niveau physiologique, le sommeil d’un enfant est différent de celui d’un adulte. Les enfants dorment différemment que nous, leur sommeil est plus superficiel, sensible, et c’est la norme.

Comme vous le savez, le sommeil consiste en des phases alternées – lentes et rapides. Chez les enfants, la majorité du sommeil est du sommeil paradoxal (et chez les adultes, le sommeil paradoxal n’est que de 25 %). Dans cette phase, la mère peut observer comment les globes oculaires de l’enfant bougent rapidement sous les paupières fermées, à ce moment l’enfant voit des rêves. Le tonus musculaire est perdu (à l’exception des muscles des yeux et du nasopharynx), l’enfant ne peut pas bouger, comme le prévoit la nature. Si la possibilité de mouvement subsistait, les gens feraient tous les mouvements dont ils rêvent.

Nous créons les conditions du sommeil

Pour qu’un petit enfant dorme mieux, aussi étrange que cela puisse paraître, vous ne devez pas l’isoler des bruits extérieurs. Si le bébé entend à travers un rêve le fond silencieux d’une machine à laver en état de marche, les voix calmes et étouffées de ses parents, il s’habituera à ces sons et n’en aura pas peur dans un rêve, et par conséquent, il sera préférable de dormir, et les parents pourront continuer à vaquer à leurs occupations habituelles sans craindre de réveiller le bébé.

Avant d’aller se coucher, il est nécessaire d’aérer la pièce dans laquelle l’enfant dort bien. L’air frais aidera votre bébé à bien dormir. Sommeil très utile à l’air libre, ce qui augmente la résistance du corps au rhume. Les enfants plus âgés bénéficient de la marche avant de se coucher.

Pour un bon sommeil, le confort de l’oreiller et le confort de la couverture sont également importants. Le bébé ne doit avoir ni trop chaud ni trop froid pendant son sommeil, la couverture doit donc être adaptée à la saison et à la température générale de la pièce. Si un enfant a les pieds froids, il s’endormira plus vite en chaussettes. Pour les enfants plus âgés, vous devez faire attention au choix de l’oreiller, en particulier à sa hauteur. Il est également important de savoir comment l’enfant dort sur l’oreiller: le bord de l’oreiller doit tomber sur le cou et les épaules et le haut du dos doivent reposer sur le matelas – c’est la position la plus physiologiquement correcte.

Durée du sommeil

Tout le monde sait que plus l’enfant est petit, plus il doit dormir. Cependant, la durée du sommeil est individuelle pour chacun, elle dépend souvent du tempérament, de l’état psychophysiologique.

Le tableau montre les normes quotidiennes de sommeil en fonction de l’âge:

1-2 mois – 18 heures
3-4 mois – 17-18 heures
5-6 mois – 16 heures
7-9 mois – 15 heures
10-12 mois – 13 heures
1-2 ans – 13 heures
2-3 ans – 12 heures

Avec l’âge, l’enfant a une augmentation de la durée des périodes d’éveil, cela est dû à une augmentation de l’efficacité du cerveau. Certains enfants, en raison de caractéristiques individuelles, ont besoin de moins de sommeil que leurs pairs, si l’enfant dort un peu moins, mais se sent et se comporte bien, les parents ne doivent pas s’inquiéter.

Le fait que votre bébé ait grandi et ait besoin d’un rythme de sommeil différent peut être compris par les signes suivants : l’enfant s’endort très lentement, se réveille tôt après le sommeil diurne, reste actif pendant toutes les périodes d’éveil

Fais de beaux rêves avec maman

Il y a quelques décennies en Russie, beaucoup pensaient que l’enfant devait dormir séparément de sa mère. Immédiatement après la naissance, on apprenait au bébé à dormir dans son propre berceau, ce qui épuisait souvent à la fois le bébé, qui ne voulait pas dormir loin de sa mère, et la mère, qui était également privée de sommeil.

Les psychologues et les neurologues modernes conviennent que dormir avec une mère n’est pas un caprice d’un enfant, mais un besoin physiologique normal. Le bébé est né une créature complètement impuissante (contrairement à de nombreux animaux), et pendant longtemps sa vie dépend entièrement de sa mère. Être proche de maman signifie survivre, donc les enfants se sentent mal à l’aise si maman n’est pas là. L’odeur de la mère, la chaleur de la mère, les câlins doux, la disponibilité des seins – tout cela crée les conditions les plus favorables au développement psychologique complet de l’enfant et, bien sûr, affecte la qualité du sommeil. Après tout, la stabilité psychologique est la clé d’un bon sommeil, tant pour les enfants que pour les adultes.

Si le bébé se réveille, effrayé par quelque chose dans un rêve, la mère le calmera rapidement, il n’aura pas le temps de crier et, par conséquent, la qualité du sommeil sera préservée.

N’ayez pas peur de gâter votre enfant, jusqu’à 1,5 ans il peut être en toute sécurité dans le lit de ses parents, cela ne lui sera que bénéfique. Ces enfants grandissent plus calmes, équilibrés, plus sûrs d’eux. Après tout, ils reçoivent la quantité nécessaire d’amour maternel à l’âge où il en a le plus besoin, lorsque les bases de sa santé physique et psychologique sont posées. Plus tard, à l’âge de 1,5 à 3 ans, déjà “grand”, il emménagera lui-même avec plaisir dans son propre lit.

Caractéristiques individuelles de l’enfant

Dans de rares cas, un enfant peut être en bonne santé et dormir de manière agitée en raison de ses caractéristiques individuelles. Dans ma pratique, il y a eu des cas où une mère est allée chez le médecin avec une plainte concernant le mauvais sommeil de l’enfant, mais l’examen, les examens supplémentaires et les consultations des sommités de la médecine ont révélé la santé de l’enfant. De tels cas sont rares, mais ils arrivent, et ici, malheureusement, il suffit d’attendre que l’enfant “dépasse” cette condition. Mais le plus souvent, si l’enfant est en bonne santé neurologique, la cause du mauvais sommeil doit être recherchée dans les problèmes somatiques ou l’émotivité excessive de l’enfant. Ce qui sera discuté plus loin.

Surcharge émotionnelle

La surcharge émotionnelle est la cause la plus fréquente de mauvais sommeil non seulement chez les enfants mais aussi chez les adultes.

Si l’enfant est trop surexcité ou surmené, l’endormissement peut se transformer en un processus long et douloureux. Par conséquent, les parents doivent surveiller les activités de l’enfant avant le coucher, il n’est pas souhaitable de regarder la télévision, de jouer à des jeux sur ordinateur ou d’encourager des jeux actifs et bruyants avec des pairs ou des parents. Le surmenage peut également être causé par la charge de travail excessive de l’enfant pendant la journée, ce qui arrive assez souvent chez les enfants d’âge préscolaire et les écoliers d’aujourd’hui.

Si votre enfant ne s’endort pas bien, analysez tout d’abord ce qu’il fait avant le coucher, s’il existe des facteurs susceptibles de surexciter son système nerveux. Par exemple, peut-être que papa travaille toute la journée et ne vient qu’à l’heure du coucher de l’enfant. Attendre le retour du travail de papa, lui parler avant le coucher peut exciter le bébé et lui faire perdre l’envie de dormir.

L’état émotionnel de la mère est très important pour un bon sommeil de l’enfant. Si la mère est nerveuse pour une raison quelconque, cela affectera certainement l’état du bébé. Analysez votre comportement, vous énervez-vous pour des bagatelles, éclaboussez-vous vos émotions négatives lorsque vous communiquez avec votre enfant ? Une situation psychologique inconfortable dans la famille, des relations tendues entre papa et maman ou d’autres proches avec qui vous vivez dans le même appartement, peuvent également bouleverser l’équilibre émotionnel d’un bébé impressionnable.

Procédure de pose

Pour que le bébé s’endorme mieux, il est conseillé de suivre une certaine procédure de pose. Si chaque soir avant d’aller se coucher, l’enfant effectue les mêmes actions, par exemple ranger ses jouets, regarder Good Night Kids, se brosser les dents, ce rituel nocturne l’aidera à s’endormir. Après l’avoir mis au lit, sa mère peut lui lire un conte de fées, l’embrasser et lui souhaiter un “bon sommeil”. Si l’enfant a peur de rester dans le noir, il est préférable de laisser la veilleuse allumée.

Lors de la ponte de petits enfants (jusqu’à un an), je vous conseille également de suivre un petit rituel, cela peut être chanter une berceuse ou lire un conte de fées, ne vous inquiétez pas si le bébé ne vous comprend pas encore, à cet âge, lors de la pose, l’essentiel est la monotonie de la parole. Une de mes patientes (une étudiante universitaire) a lu des notes à son bébé d’un an avant d’aller au lit – et le bébé s’est endormi plus rapidement et maman se préparait pour les examens.

Je déconseille de bercer bébé longtemps, le sommeil pendant le mal des transports n’est pas profond, d’ailleurs l’enfant s’y habitue beaucoup et la maman devient l’otage du mal des transports. Si le bébé dort bien au sein, vous pouvez le nourrir allongé dans son lit, et cela peut être le meilleur rituel pour lui. N’essayez pas de le mettre dans un berceau immédiatement, laissez-le s’endormir plus profondément.

Problèmes somatiques

Les problèmes somatiques sont des maladies qui ne sont pas associées à des troubles du système nerveux. Pour exclure les troubles somatiques, il est nécessaire de consulter un pédiatre.

Si votre tout-petit a mal au ventre, ne vous attendez pas à ce qu’il dorme bien. La raison en est peut-être des coliques gastro-intestinales, des spasmes. Mais, en règle générale, les troubles gastro-intestinaux entraînent une perturbation temporaire du sommeil – uniquement pendant la période d’exacerbation.

La cause la plus fréquente d’un trouble du sommeil stable au cours de la première année de vie est le rachitisme – une violation du métabolisme phosphore-calcium due à une carence en vitamine D. Dans les premiers stades du rachitisme, il y a toujours une augmentation de l’excitabilité neuro-réflexe, ce le symptôme peut être clairement détecté à partir de 3-4 mois, dans certains cas même plus tôt – à partir de 1,5 mois. L’enfant a de l’anxiété, de la peur, de l’irritabilité, le sommeil est sensiblement perturbé. Les enfants sursautent souvent, surtout lorsqu’ils s’endorment. Augmentation de la transpiration, en particulier pendant le sommeil et l’alimentation. Le visage et le cuir chevelu transpirent le plus. La nomination d’une dose appropriée de vitamine D par un médecin entraîne une amélioration de l’état.

problèmes neurologiques

Les troubles du sommeil qui sont causés par une perturbation de l’activité du système nerveux central d’un enfant peuvent être d’origine épileptique et non épileptique. Seul un neurologue peut déterminer la nature de la violation, par conséquent, en cas de suspicion, vous devriez consulter un médecin.

Qu’est-ce qui devrait alerter la mère et servir de raison pour contacter un neurologue:

  • Énurésie nocturne (chez l’enfant à partir de 4 ans)
  • Somnambulisme, somnambulisme
  • Cauchemars

Par ailleurs, je voudrais m’attarder sur les cauchemars d’origine épileptique. Dans ce cas, la mère remarque que les peurs nocturnes de l’enfant se répètent comme selon le même scénario. Au cours d’un tel cauchemar, l’enfant peut avoir l’air figé, les membres peuvent trembler et, en même temps, il peut ne pas y avoir de coloration émotionnelle vive de la peur nocturne. Le matin, ces enfants sont toujours léthargiques, déprimés, se sentent mal.

En conclusion, je voudrais répéter que dans la plupart des cas, les troubles du sommeil ne nécessitent pas d’intervention médicale sérieuse et disparaissent sans laisser de trace après que la mère elle-même cesse d’être nerveuse et ajuste le rythme veille-sommeil de l’enfant. Mais si le bébé continue à dormir de manière agitée, il est préférable de confier la solution de ce problème au médecin.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *