rêver

Pourquoi les injections de gluconate de calcium sont-elles prescrites ?

Le gluconate de calcium est une préparation pharmacologique constituée de sels de calcium d’acide gluconique et se présente sous la forme d’une solution liquide pour administration intraveineuse et intramusculaire. Les injections sont prescrites pour normaliser le métabolisme calcium-phosphore, stimuler l’hématopoïèse et traiter de nombreuses maladies.

Contents

Description pharmacologique de la solution

Le gluconate de calcium est prescrit pour rétablir l’équilibre calcium-phosphore dans le corps, normaliser la coagulation sanguine, améliorer la transmission de l’influx nerveux, stabiliser l’activité cardiaque et réduire la perméabilité des vaisseaux sanguins.

Indications pour l’utilisation Contre-indications Effets secondaires
carence en calcium Hypercalcémie Crises de nausée
Hypoparathyroïdie Insuffisance rénale sévère Vomir
Éclampsie Formes sévères d’hypercalciurie Arythmies cardiaques, bradycardie
Insuffisance parathyroïdienne Augmentation de la viscosité du sang trouble des selles
Formes graves d’intoxication Niveaux élevés de plaquettes dans le sang Urination fréquente
Hépatite parenchymateuse aiguë Tendance à la thrombose Diminution de l’appétit
Lésions inflammatoires des reins Intolérance individuelle Soif accrue, bouche sèche
Maladies dermatologiques – psoriasis, eczéma, dermatite, dermatose Athérosclérose Faiblesse, perte de force, malaise général
Rachitisme, autres troubles du métabolisme normal de la vitamine D Âge des enfants jusqu’à 8 ans
Formes sévères de faiblesse musculaire Enfants de moins de 14 ans – pour les injections intramusculaires

Un agent pharmacologique peut être utilisé pour renforcer les dents et le tissu osseux, normaliser la fréquence des contractions myocardiques et éliminer les saignements internes. Les injections de gluconate de calcium aident en cas d’allergies, de rhumes.

gluconate de calcium par voie intraveineuse

Des injections intraveineuses de gluconate de calcium sont administrées aux patients adultes dans la salle de traitement, car la procédure doit être effectuée sous surveillance médicale. Les principales indications pour l’introduction de médicaments dans une veine:

  • réactions allergiques;
  • troubles du fonctionnement de la glande thyroïde;
  • dommages toxiques au foie;
  • néphrite;
  • hépatite;
  • rachitisme, dentition chez les enfants;
  • hémorragie interne;
  • psoriasis, eczéma et autres maladies dermatologiques;

Les bienfaits des injections de gluconate de calcium sont indispensables pour renforcer les parois des vaisseaux sanguins, améliorer leur tonicité et réduire leur perméabilité. Le médicament est souvent prescrit pendant la grossesse, l’allaitement ou la ménopause en raison du besoin accru de calcium dans le corps.

Pour les enfants, la préparation pharmacologique est administrée exclusivement par voie intraveineuse. L’administration intramusculaire peut causer de graves dommages au corps de l’enfant, car elle entraîne une nécrose des tissus.

gluconate de calcium par voie intramusculaire

Des injections de gluconate de calcium par voie intramusculaire sont prescrites aux patients adultes. La méthode d’administration du médicament est dans le muscle fessier, car le plus petit nombre de terminaisons nerveuses y est concentré.

Les injections intramusculaires d’une préparation pharmacologique ont les mêmes indications que l’administration intraveineuse du médicament. Les principales indications pour le rendez-vous:

  • augmentation de la perméabilité des membranes cellulaires;
  • tétanie, hypoparathyroïdie;
  • récupération après des fractures osseuses;
  • diarrhée chronique.

Les injections font partie de la thérapie complexe de nombreuses maladies – le gluconate de calcium est pris pour la tuberculose pulmonaire, l’hépatite, l’asthme bronchique, la dystrophie, la néphrite et diverses maladies dermatologiques.

L’administration intramusculaire présente plusieurs avantages par rapport à l’administration intraveineuse – c’est l’absence d’ecchymoses et d’ecchymoses douloureuses, ainsi que l’entrée rapide du médicament dans la circulation sanguine.

Les contre-indications aux injections intramusculaires sont considérées comme une forme grave d’insuffisance rénale, des maladies du cœur et des vaisseaux sanguins, ainsi qu’un excès de calcium dans le corps.

Application contre les allergies

Les injections intraveineuses de gluconate de calcium sont prescrites pour les formes graves d’allergie ou d’intoxication de l’organisme, notamment alimentaires, médicamenteuses et chimiques. En raison du large spectre d’action, le médicament est injecté avec des réactions allergiques compliquées accompagnées d’urticaire étendue, d’asthme bronchique, de dermatite, de fièvre et d’œdème de Quincke.

Un agent pharmacologique est prescrit dans le traitement complexe de divers types de réactions allergiques pour sceller et renforcer les parois des vaisseaux sanguins. Le médicament augmente leur tonicité et leur élasticité, normalise la perméabilité, arrêtant la pénétration de l’allergène dans le corps.

La substance active a un effet antihistaminique prononcé, améliorant l’état des cellules du tissu conjonctif. Cela accélère la guérison des allergies et réduit les symptômes désagréables de la maladie.

Dans le traitement des allergies, le médicament est administré par voie intraveineuse, l’injection dite “chaude”. L’injection est le plus souvent bien tolérée par une personne, mais lorsqu’elle est administrée à jeun, une faiblesse, des étourdissements et même des évanouissements peuvent être observés. Par conséquent, avant l’introduction du médicament, vous devez absolument manger.

Normalisation de l’équilibre vitaminique

Le gluconate de calcium est utilisé pour normaliser l’équilibre vitaminique dans le corps. Le calcium participe activement à l’absorption complète de la vitamine D. C’est pourquoi l’agent pharmacologique est prescrit pour renforcer l’émail des dents et les éléments osseux du squelette, pour soulager l’état de l’enfant pendant la dentition, le traitement et la prévention du rachitisme.

Des injections avec le médicament sont souvent prescrites aux femmes pendant la grossesse, l’allaitement ou la ménopause, car dans le contexte des changements hormonaux dans le corps, les besoins en calcium augmentent considérablement. En outre, le médicament est largement utilisé chez les enfants pendant la période de croissance active.

Le gluconate de calcium est utilisé pour normaliser la teneur en oligo-éléments dans le sang humain. C’est pourquoi le médicament est souvent utilisé pour des épisodes prolongés de vomissements ou de diarrhée. Dans de tels cas, avec le liquide, le corps perd une grande quantité de calcium et d’autres éléments utiles.

Les injections sont prescrites en association avec des médicaments déshydratants (Rehydron, Trihydrosol), qui aident à normaliser l’équilibre hydrique et électrolytique dans le corps, améliorent le fonctionnement des systèmes digestif, nerveux et cardiovasculaire.

Gluconate de calcium contre les infections virales

Les infections virales se développent dans le contexte d’une immunité réduite et affaiblie et s’accompagnent d’une diminution rapide du nombre d’oligo-éléments dans le sang. Cela affecte négativement le travail de nombreux organes internes et contribue à la propagation rapide du processus infectieux.

Action dans les infections virales :

  • améliorer le fonctionnement du système cardiovasculaire;
  • renforcer la résistance du tissu osseux;
  • renforcer le système musculo-squelettique;
  • normalisation des processus métaboliques dans le corps;
  • renforcer l’immunité pour combattre les virus et les infections.

Les injections intraveineuses et intramusculaires avec un médicament activent les processus métaboliques dans le corps. Cela accélère considérablement l’élimination des toxines nocives, des toxines et des produits de décomposition qui se sont accumulés pendant la maladie et aggravent le bien-être général d’une personne.

Cet agent pharmacologique n’a pas d’effet antipyrétique, antiviral ou antispasmodique, mais il augmente efficacement la résistance de l’organisme aux virus et inhibe la propagation de leurs produits métaboliques dans la circulation sanguine.

Injections pour les maladies des reins et du foie

Les injections intraveineuses ou intramusculaires de gluconate de calcium peuvent être utilisées dans le traitement complexe d’intoxications d’origines diverses. En cas d’intoxication, des substances toxiques affectent le foie et s’y accumulent, perturbant son fonctionnement normal.

L’intoxication hépatique se manifeste par des spasmes douloureux du côté droit, des convulsions, de la fièvre, une transpiration accrue, une teinte jaune des protéines oculaires et de la peau. Une personne ressent une faiblesse générale, une léthargie, une perte de force et un malaise.

Le gluconate de calcium, utilisé sous forme d’injections intraveineuses ou intramusculaires, augmente le taux de cet oligo-élément dans le sang. Cela a un effet positif sur les processus métaboliques, accélère l’élimination des toxines nocives et des substances toxiques du corps et augmente la barrière immunitaire pour se protéger contre les irritants.

L’utilisation de cet agent pharmacologique aide à normaliser l’équilibre des électrolytes dans le sang. C’est pourquoi le gluconate de calcium est souvent utilisé dans le traitement complexe de la néphrite et d’autres maladies chroniques du foie et des reins.

Traitement des saignements et des maladies du système cardiovasculaire

Le calcium est un oligo-élément directement impliqué dans le processus de coagulation du sang. Par conséquent, avec des saignements prolongés, la quantité de cette substance dans le sang diminue rapidement.

Les injections intraveineuses ou intramusculaires de gluconate de calcium normalisent rapidement le niveau du micro-élément dans le sang, l’élevant au niveau requis. Cela met de l’ordre dans les indicateurs de la coagulation du sang et aide à arrêter les saignements prolongés, y compris les saignements internes.

Le médicament est largement utilisé pour diverses pathologies du système vasculaire. Il normalise la perméabilité des capillaires sanguins, stimule les contractions des tissus musculaires lisses des vaisseaux sanguins.

Cela entraîne une diminution de l’écart entre ces tissus, ce qui complique grandement la pénétration des substances toxiques, allergènes et pathogènes dans le sang. Avant d’utiliser des injections, il est nécessaire de prendre en compte les contre-indications existantes. Avec une tendance à la thrombose vasculaire, l’utilisation d’une solution médicamenteuse est interdite.

L’utilisation d’injections pour les enfants et les femmes enceintes

Les enfants reçoivent des injections d’un médicament pendant la période de croissance et de développement actifs. Il renforce le tissu osseux et l’émail des dents, assure leur bon développement et soulage également l’état de l’enfant lors de la dentition.

Le gluconate de calcium est utilisé pour traiter de nombreuses maladies – rhumes, maladies sériques, diverses réactions allergiques, urticaire, problèmes de perméabilité vasculaire.

Les enfants se voient le plus souvent prescrire un médicament pharmacologique sous forme de comprimés qui doivent être bu par voie orale, dans les cas graves – des injections intraveineuses. Les injections intramusculaires pour les enfants sont interdites.

Le médicament a trouvé une large application dans le rétablissement de l’équilibre calcique chez les femmes enceintes. Le corps de la future mère perd souvent une grande quantité de calcium, qui est “dépensée” pour le développement du fœtus. En conséquence, le bien-être général et l’apparence d’une femme s’aggravent.

Le plus souvent pendant la grossesse, le gluconate de calcium est prescrit sous forme de comprimés. S’il est nécessaire que l’agent pharmacologique pénètre rapidement dans le sang d’une femme, des injections intraveineuses ou intramusculaires peuvent être prescrites.

Méthode d’application et instructions spéciales

La posologie du gluconate de calcium est choisie par le médecin individuellement, en tenant compte de la maladie existante, de l’âge et de l’état de santé général du patient. La posologie standard du médicament pharmacologique est de 5 à 10 ml pour les patients adultes et de 1 à 5 ml de solution pour les enfants.

Si le médicament est utilisé pour prévenir les maladies et augmenter le taux de calcium dans le sang, l’injection n’est pas administrée plus d’une fois en 2-3 jours. Dans le premier cas, la procédure est effectuée uniquement dans la salle de traitement de l’hôpital, dans le second, elle est autorisée à être effectuée à domicile.

Lors de l’utilisation du médicament, il est nécessaire de prendre en compte sa compatibilité avec d’autres médicaments:

  • Diltiazem, Verapamil et autres bloqueurs des canaux calciques – leur efficacité diminue;
  • antibiotiques du groupe tétracycline – l’effet thérapeutique des deux médicaments diminue;

Les injections ne doivent pas être associées à la consommation simultanée d’alcool. Cela réduit non seulement l’effet pharmacologique du médicament, mais augmente également considérablement le risque d’effets secondaires négatifs.

Brève conclusion

Le gluconate de calcium est un médicament pour administration intraveineuse et intramusculaire, indispensable en cas de carence de cet oligo-élément dans l’organisme. Il aide à normaliser le métabolisme dans le corps, à augmenter l’immunité, à améliorer le fonctionnement des systèmes cardiovasculaire et endocrinien.

Gluconate de calcium (comprimés) : mode d’emploi

excipients : fécule de pomme de terre, talc, stéarate de calcium.

La description

Les comprimés de couleur blanche sont ploskotsilindrichesky, avec une facette et un risque. Le marbrage est autorisé à la surface des comprimés.

Groupe pharmacothérapeutique

compléments minéraux. Préparations de calcium

Code ATX A12AA03

Propriétés pharmacologiques

Environ 1/5 à 1/3 du médicament administré par voie orale est absorbé dans l’intestin grêle. Ce processus dépend de l’influence de la vitamine D, de l’acidité du contenu intestinal, des caractéristiques de l’alimentation et de la présence de facteurs pouvant lier les ions calcium. L’absorption du calcium augmente avec sa carence dans l’organisme et dans les aliments. Environ 20% du calcium est excrété par les reins, les 80% restants sont éliminés avec le contenu de l’intestin (le calcium est activement excrété à travers la paroi de l’intestin terminal).

Les ions calcium sont impliqués dans la formation du tissu osseux, le processus de coagulation du sang, sont nécessaires pour maintenir une activité cardiaque stable et la mise en œuvre des processus de transmission de l’influx nerveux. Une diminution de la teneur en ions calcium dans le plasma sanguin et les tissus peut entraîner le développement de divers processus pathologiques. L’hypocalcémie entraîne une perturbation des fonctions des muscles squelettiques et lisses, du système cardiovasculaire, une perturbation du système de coagulation sanguine et le développement de l’ostéoporose.

Indications pour l’utilisation

– hypoparathyroïdie (tétanie latente, ostéoporose), troubles du métabolisme de la vitamine D : rachitisme (spasmophilie, ostéomalacie), hyperphosphatémie chez les insuffisants rénaux chroniques

– besoin accru en calcium (grossesse, allaitement, période de croissance corporelle accrue), insuffisance de calcium dans les aliments, métabolisme altéré (en période post-ménopausique)

– augmentation de l’excrétion de calcium du corps d’origines diverses (alitement prolongé, diarrhée chronique, hypocalcémie secondaire dans le contexte d’une utilisation à long terme de diurétiques, d’antiépileptiques et de glucocorticoïdes)

– empoisonnement avec des sels de magnésium, des acides oxalique et fluorique et leurs sels solubles (lors de l’interaction avec le gluconate de calcium, de l’oxalate de calcium et du fluorure de calcium insolubles et non toxiques se forment)

– forme hyperkaliémique de la myoplégie paroxystique

Dosage et administration

Veuillez consulter votre médecin avant de prendre.

Le médicament est pris par voie orale avant les repas ou 1,5 à 2 heures après les repas, arrosé de lait.

Le schéma posologique et la durée de prise du médicament pour chaque indication dépendent de l’état du patient et sont déterminés par le médecin conformément aux schémas thérapeutiques ci-dessous. Adultes et enfants de plus de 14 ans – 1,0-3,0 g (2-6 comprimés) 2-3 fois par jour ; enfants de 3 à 5 ans – 1,0 g (2 comprimés) 2 à 3 fois par jour; de 5 à 7 ans – 1,0 à 1,5 g (2 à 3 comprimés) 2 à 3 fois par jour; de 7 à 10 ans – 1,5-2,0 g (3-4 comprimés) 2-3 fois par jour; de 10 à 14 ans – 2,0-3,0 g (4-6 comprimés) 2-3 fois par jour.

Le déroulement de la prise du médicament dépend de l’état du patient et est recommandé par le médecin.

Effets secondaires

– irritation de la muqueuse du tractus gastro-intestinal

– nausées, vomissements, diarrhée

– essoufflement ou difficulté à respirer

sensation de lourdeur ou de faiblesse dans les jambes

Si l’un des effets secondaires énumérés dans les instructions s’aggrave ou si vous remarquez d’autres effets secondaires non mentionnés dans les instructions, parlez-en à votre médecin.

Contre-indications

– hypercalcémie (la concentration en ions calcium ne doit pas dépasser 12 mg% = 6 mEq/l)

– insuffisance rénale sévère

– prise simultanée de glycosides cardiaques (risque d’arythmies)

– l’âge des enfants jusqu’à 6 ans

déshydratation, troubles électrolytiques

– diarrhée, néphrolithiase calcique dans l’histoire

– syndrome de malabsorption, athérosclérose généralisée

– insuffisance rénale et/ou cardiovasculaire chronique modérée

hypercoagulabilité, fibrillation ventriculaire

Si vous avez l’une des maladies énumérées, vous devriez consulter votre médecin avant de prendre le médicament.

interaction médicamenteuse

Le gluconate de calcium est pharmaceutiquement incompatible avec les carbonates, les salicylates, les sulfates, car il les précipite avec la formation de sels de calcium insolubles et peu solubles.

L’administration simultanée de gluconate de calcium et de diurétiques thiazidiques entraîne une augmentation de l’hypercalcémie.

L’apport de gluconate de calcium réduit l’effet de la calcitonine dans l’hypercalcémie, et réduit également la biodisponibilité de la phénytoïne.

En raison de la formation de complexes insolubles, il est incompatible avec les préparations de racine de réglisse et les antibiotiques tétracyclines (réduit l’effet antibactérien).

Ralentit l’absorption de la digoxine, des tétracyclines, des préparations de fer, du phosphate de clindamycine, du succinate d’hydrocortisone, des salicylates oraux (l’intervalle entre la prise de gluconate de calcium et ces médicaments doit être d’au moins 2 heures). Avec l’utilisation simultanée de gluconate de calcium avec de la quinidine, il est possible de ralentir la conduction intraventriculaire et d’augmenter la toxicité de la quinidine. Lorsqu’il est utilisé ensemble, il renforce l’effet anti-résorptif de la vitamine D, du complexe d’hydroxyapatite d’ossien, des stéroïdes anabolisants et des œstrogènes. Améliore l’effet hémostatique de la vitamine K. Réduit la toxicité des bisphosphonates et des fluorures lorsqu’ils sont utilisés ensemble. Pharmaceutiquement incompatible avec les préparations de magnésium.

instructions spéciales

Le médicament n’affecte pas la capacité de conduire une voiture ou de contrôler divers mécanismes, ainsi que de se livrer à d’autres activités potentiellement dangereuses qui nécessitent une attention et une vitesse accrues des réactions mentales et motrices. Il est conseillé aux patients ayant tendance à former des calculs rénaux d’augmenter leur consommation de liquide.

Utilisation pendant la grossesse et pendant l’allaitement

Pendant la grossesse et pendant l’allaitement, l’utilisation du médicament est possible sur recommandation d’un médecin. La dose quotidienne de calcium pendant la grossesse ne doit pas dépasser 1500 mg. Si nécessaire, l’utilisation pendant l’allaitement doit arrêter l’allaitement.

Surdosage

Symptômes : taux élevés de calcium sérique. En cas de surdosage chronique de préparations de calcium, une faiblesse générale et musculaire, une dépression, des troubles mentaux, une perte d’appétit, des nausées, des vomissements, une constipation, une baisse de la pression artérielle et des troubles du rythme cardiaque peuvent se développer.

Traitement : retrait du médicament, administration parentérale de calcitonine à la dose de 5-10 UI/kg/jour dans 500 ml de solution de chlorure de sodium à 0,9 % pendant 6 heures.

Formulaire de décharge et emballage

10 comprimés dans un emballage contour non cellulaire composé d’un matériau combiné à base de papier et de carton.

Les packs non cellulaires limites, ainsi que les instructions d’utilisation (inserts-inserts) dans les langues nationales et russes, sont placés dans un conteneur de groupe.

Le nombre d’instructions d’utilisation (inserts) doit correspondre au nombre d’emballages.

Allergies médicamenteuses – symptômes et traitement

Qu’est-ce que l’allergie médicamenteuse ? Nous analyserons les causes d’apparition, le diagnostic et les méthodes de traitement dans l’article du Dr Olga Anatolyevna Vorontsova, allergologue avec une expérience de 20 ans.

Le Dr Vorontsova Olga Anatolyevna a travaillé sur l’article de l’éditeur littéraire Margarita Tikhonova, l’éditeur scientifique Sergey Fedosov

Définition de la maladie. Causes de la maladie

Un médicament (préparation, médicament) est une substance naturelle ou créée artificiellement (mélange de substances), présentée sous forme de comprimé, de solution ou de pommade, qui est destinée au traitement, à la prévention et au diagnostic des maladies. Avant d’être autorisés à être utilisés, les médicaments sont soumis à des essais cliniques au cours desquels leurs propriétés médicinales et leurs effets secondaires sont révélés.

Depuis l’Antiquité, les gens ont utilisé diverses médecines naturelles contenues dans des plantes ou des matières premières animales pour sauver leur vie et se débarrasser de la souffrance. Avec le développement d’une science telle que la chimie, il s’est avéré que les propriétés curatives de ces médicaments se trouvent dans certains composés chimiques qui affectent sélectivement le corps. Peu à peu, ces composés “médicinaux” ont commencé à être synthétisés en laboratoire.

Dans le cadre de l’émergence d’un nombre croissant de médicaments et de leur utilisation généralisée pour le traitement de diverses pathologies, des réactions indésirables aux médicaments ont de plus en plus commencé à se produire. Ils peuvent être divisés en deux groupes principaux :

  • prévisible et dose-dépendante;
  • imprévisible et indépendant de la dose.

De plus, les réactions indésirables sont divisées en quatre types :

  1. Effets indésirables dose-dépendants – réactions associées aux propriétés pharmacologiques du médicament (par exemple, effets toxiques sur le foie du paracétamol ou cardiotoxicité de la digoxine). Ils représentent jusqu’à 90% de tous les HP. Leur survenue est prévisible et dépend de la posologie du médicament. La létalité de ces HP est faible. Pour les éliminer, en règle générale, il suffit de réduire la dose du médicament ou de l’arrêter.
  2. Effets à long terme : dépendance aux médicaments, sevrage, tolérance ou effets hormono-suppresseurs suggérés (p. ex., augmentation de la pression artérielle après l’arrêt de la prazosine et de la clonidine ; tachycardie après l’arrêt des bêta-bloquants ; développement d’une tolérance au nitrate ou du syndrome de Cushing en présence de utilisation de corticoïdes). Dans de tels cas, il est nécessaire de réduire la dose, de faire une pause dans la réception ou d’arrêter le médicament.
  3. Effets retardés – réactions qui se produisent après un certain temps après le début de la prise du médicament (par exemple, altération de la fonction reproductrice ou cancérogénicité). Ils sont rares et généralement dose-dépendants.
  4. Les effets indésirables dose-indépendants sont des réactions basées sur des mécanismes immunoallergiques ou génétiques. Ils sont imprévisibles et ne dépendent pas de la dose du médicament. Ils surviennent moins fréquemment que le premier type de HP, mais ont des conséquences plus graves et potentiellement mortelles (allergies médicamenteuses, intolérance médicamenteuse et réactions idiopathiques). Dans de tels cas, il est nécessaire d’annuler le médicament et d’interdire son utilisation ultérieure.

Une allergie médicamenteuse est une réaction de l’organisme associée à une hypersensibilité à un médicament dont le développement fait intervenir les mécanismes du système immunitaire. [2] Une réaction allergique aux médicaments est également appelée hypersensibilité médicamenteuse.

Actuellement, le nombre de patients qui se tournent vers les allergologues en lien avec une suspicion d’allergie aux médicaments ne cesse d’augmenter.

Tout médicament peut provoquer une allergie médicamenteuse. [10] Les médicaments les plus couramment associés aux réactions allergiques comprennent :

  • médicaments antibactériens – pénicillines et autres antibiotiques bêta-lactamines, sulfamides et vancomycine (un antibiotique glycopeptidique);
  • analgésiques (analgésiques) et anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) – aspirine, diclofénac, ibuprofène;
  • pyrazolones – analgine ;
  • anesthésiques locaux – novocaïne, procaïne, lidocaïne.

Facteurs de risque d’allergie médicamenteuse :

  • autres types d’allergies qu’une personne a;
  • hérédité;
  • utilisation simultanée d’un grand nombre de médicaments;
  • persistance (survie à long terme dans l’organisme) des virus de l’herpès (par exemple, le virus d’Epstein-Barr);
  • l’âge (plus la personne est âgée, plus le risque de développer une réaction allergique au médicament est élevé); [sept]
  • la présence de plusieurs maladies en même temps (en particulier les maladies du foie et des reins). [8][9]

Si vous ressentez des symptômes similaires, consultez votre médecin. Ne vous soignez pas vous-même, c’est dangereux pour la santé !

Symptômes d’une allergie médicamenteuse

Les allergies aux médicaments peuvent survenir sur n’importe quelle partie du corps et dans n’importe quel organe. La gravité des symptômes varie d’un inconfort minimal à des conditions potentiellement mortelles, et leur durée – de quelques minutes à des semaines ou des mois.

Il existe trois groupes de symptômes d’allergie médicamenteuse :

  1. manifestations qui surviennent dans les premières minutes ou dans l’heure qui suit l’administration du médicament – urticaire aiguë, choc anaphylactique, bronchospasme, œdème de Quincke;
  2. réactions allergiques de type subaigu, se développant jusqu’à 24 heures après l’utilisation du médicament – exanthème maculopapulaire, fièvre, thrombocytopénie, agranulocytose;
  3. symptômes qui se développent quelques jours ou semaines après l’utilisation du médicament – maladie sérique, lésions des organes internes, lymphadénopathie, vascularite, arthralgie.

Les manifestations les plus courantes des allergies médicamenteuses :

  • urticaire – l’apparition sur la peau du corps et du visage d’éléments d’une éruption allant du petit rose pâle à de grandes taches rose vif ou même bordeaux, occupant presque toute la surface du corps (un trait distinctif est le démangeaisons de ces éléments);
  • fièvre sur fond d’éruptions cutanées (pas toujours);
  • gonflement du visage ou des paupières (le plus souvent asymétrique) ;
  • lésions des voies respiratoires supérieures (bronchospasme).

Avec les allergies médicamenteuses, des violations de nature différente sont possibles:

  1. systémique (affectant tout le corps);
  2. localisé :
  3. lésions cutanées;
  4. dommages à d’autres organes et systèmes. [Onze]

DÉFAUTS SYSTÉMIQUES

L’anaphylaxie est une réaction d’hypersensibilité systémique grave mettant en jeu le pronostic vital. Elle survient littéralement quelques minutes ou heures après la pénétration de l’allergène.

L’anaphylaxie est indiquée par l’apparition d’au moins deux des symptômes suivants :

  • urticaire généralisée sur la peau et/ou les muqueuses, qui s’accompagne de démangeaisons et/ou de rougeurs, d’un gonflement des lèvres, de la langue ou de la luette ;
  • toux, éternuements, congestion nasale, respiration sifflante dans la poitrine, essoufflement, difficulté à respirer (parfois avec bruit et sifflement) et, par conséquent, hypoxémie (manque d’oxygène dans le sang);
  • une chute brutale de la pression artérielle (TA), une perte de conscience, une paralysie des sphincters ;
  • changements dans le système digestif – douleurs spastiques dans l’abdomen et vomissements.

Une autre variante de l’évolution de l’anaphylaxie est une diminution aiguë isolée de la pression artérielle, qui survient également quelques minutes ou quelques heures après la prise du médicament allergène. La pression systolique (supérieure) des adultes tombe en dessous de 90 mm Hg. Art. ou plus de 30 % de la pression d’origine. Le niveau de pression artérielle chez les enfants et sa diminution dépendent de l’âge.

Très souvent, des symptômes similaires peuvent indiquer une anaphylaxie non allergique. Son traitement n’est pas non plus différent du soulagement de l’anaphylaxie allergique. La seule différence est que le véritable choc anaphylactique est beaucoup plus grave et que le risque de mortalité est plus élevé.

Dermatoses diffuses aiguës sévères :

  • Érythème polymorphe exsudatif (MEE) – éruptions cutanées de formes diverses, représentées par une rougeur focale et des papules “cibles”, qui peuvent se développer en vésicules et en bulles (cloques), ainsi qu’en érosion. L’éruption cutanée se produit généralement sur la peau des mains, des pieds, des organes génitaux et des muqueuses.
  • Le syndrome de Stevens-Johnson (SSD) est une forme sévère de MEE qui affecte non seulement la peau et les muqueuses, mais également les organes internes. La zone des éruptions cutanées allergiques sur la peau ne dépasse pas 10%. Accompagné de fièvre et de malaise.
  • La nécrolyse épidermique toxique (syndrome de Lyell) est une réaction allergique grave qui menace la vie, se manifestant par une lésion généralisée de la peau et des muqueuses (plus de 30 % de la surface), une desquamation de la peau, une intoxication grave et une altération du fonctionnement de tous les organes . Souvent, cette condition est précédée de MEE et SJS.[2]

La maladie sérique est une réaction allergique qui dure des jours ou des semaines. Se produit après l’introduction de sérums hétérologues et l’utilisation de pénicillines, de cytostatiques, de sulfamides (antimicrobiens) et d’AINS. Les premières manifestations surviennent 1 à 3 semaines après le début du traitement. Ceux-ci incluent: éruption cutanée, fièvre, douleur dans les grosses articulations et ganglions lymphatiques enflés. Moins souvent, l’allergie s’accompagne d’un syndrome de Guillain-Barré, d’une glomérulonéphrite (atteinte des glomérules rénaux), d’une atteinte des nerfs périphériques et d’une vascularite systémique.

La vascularite médicamenteuse systémique est une réaction allergique dans laquelle une éruption hémorragique symétrique se produit sur la peau des membres inférieurs et du sacrum. Dans le même temps, fièvre, malaise, douleurs musculaires et anorexie apparaissent. Dans les cas plus graves, les articulations, les reins et le tractus gastro-intestinal sont touchés. Dans de rares cas, des infiltrats apparaissent dans les poumons (accumulations de sang et de lymphe) et le fonctionnement des fibres nerveuses est perturbé (se manifestant par une faiblesse des muscles et des douleurs dans la zone touchée du corps).

Le syndrome lupique d’origine médicamenteuse est une réaction allergique dont les symptômes sont similaires à ceux du lupus érythémateux disséminé. La différence réside dans l’absence de “papillon” sur les joues (très rare). L’évolution d’une telle allergie est favorable. Elle peut se manifester par des douleurs articulaires et musculaires avec une hypertrophie du foie et une altération de la fonction rénale (glomérulonéphrite). Après l’arrêt du médicament allergène, l’état du patient s’améliore après quelques jours ou quelques semaines.

La fièvre médicamenteuse est une réaction indésirable, qui se distingue des autres fièvres par le maintien d’une santé relativement bonne malgré la température élevée et les frissons intenses. Disparaît après 2-3 jours après le retrait du médicament allergène, mais en cas d’utilisation répétée, il apparaît après quelques heures.

Le syndrome d’hypersensibilité médicamenteuse (DRESS) est une réaction potentiellement mortelle aux médicaments qui provoque une éruption cutanée et de la fièvre, des ganglions lymphatiques enflés, une hépatite et d’autres lésions systémiques, et des taux élevés de globules blancs et d’éosinophiles. Ces symptômes peuvent se développer d’une semaine à trois mois et durer environ plusieurs semaines même après l’arrêt du médicament allergène.

LÉSIONS CUTANÉES

L’éruption maculo-papuleuse est une éruption cutanée avec démangeaisons qui apparaît soudainement 7 à 10 jours après le début du traitement. Apparaît principalement sur le tronc. Peut évoluer vers le syndrome de Stevens-Johnson et le syndrome de Lyell. Médicaments provoquants : pénicillines, AINS, sulfamides et anticonvulsivants.

Urticaire – cloques simples ou multiples de différentes tailles et localisations pouvant fusionner et s’accompagner d’un œdème de Quincke. En règle générale, l’éruption disparaît sans laisser de trace. Médicaments provoquants : AINS, inhibiteurs de l’ECA, substances radio-opaques (contenant de l’iode), vitamines B, analgésiques narcotiques, sulfamides, pénicillines et autres antibiotiques.

L’œdème de Quincke est un œdème indolore de localisation variée aux limites nettes, qui s’accompagne parfois d’une éruption cutanée comme dans le cas de l’urticaire et des démangeaisons cutanées.

La vascularite allergique est une inflammation des parois vasculaires, qui s’accompagne d’éruptions cutanées symétriques sous forme de petites hémorragies sur la peau des jambes (généralement dans le tiers inférieur), des fesses et des bras. Dans le même temps, la peau du visage et du cou reste inchangée. Médicaments provoquants: sulfamides, barbituriques, sels d’or et médicaments contenant de l’iode.

La dermatite de contact allergique est une lésion cutanée allergique qui survient au site d’exposition au médicament, qui se manifeste par un érythème, un œdème et parfois l’apparition de vésicules et de bulles. Dans certains cas, l’inflammation peut se propager à la zone de la peau qui n’a pas été en contact avec le médicament. Médicaments provoquants: néomycine, chloramphénicol, sulfamides, benzocaïne, pénicilline et autres antibiotiques.

L’érythème fixe est une éruption allergique inflammatoire sous forme d’érythème, de bulles ou de plaques oedémateuses de différentes tailles aux contours nets. Il peut réapparaître même après une amélioration apparente. Deux heures après l’application répétée du médicament causal, l’éruption cutanée apparaît exactement au même endroit et persiste pendant environ 2 à 3 semaines, laissant une pigmentation post-inflammatoire chronique. Médicaments provoquants : tétracyclines, barbituriques, sulfamides et AINS.

La photodermatite est une éruption cutanée allergique sous forme de rougeur qui survient sur les zones ouvertes du corps, parfois accompagnée de l’apparition de vésicules et de bulles. Agents provocateurs : préparations topiques, y compris les composés phénoliques halogénés ajoutés au savon, les substances aromatiques, les AINS, les sulfamides et les phénothiazines.

Le phénomène Arthus-Sakharov est une allergie locale sous forme d’infiltrat, d’abcès ou de fistule, qui apparaît 7 à 9 jours ou 1 à 2 mois après le contact avec le médicament. Médicaments provoquants: sérums et antibiotiques hétérologues, ainsi que l’insuline (1-2 mois après son administration).

L’érythrodermie exfoliative est une lésion cutanée commune potentiellement mortelle (occupe plus de 50% de sa surface), représentée par des rougeurs, une infiltration et une desquamation étendue. Agents provocateurs : préparations d’arsenic, de mercure et d’or, pénicillines, sulfamides et barbituriques.

L’érythème noueux est une réaction allergique sous la forme de nœuds rouges sous-cutanés symétriques et douloureux de différentes tailles qui se produisent généralement sur la face antérieure des jambes. Peut s’accompagner d’une légère fièvre, de malaises, de douleurs musculaires et articulaires. Agents provocateurs : sulfamides, contraceptifs oraux, pénicillines, barbituriques, préparations de brome et d’iode.

La pustulose exanthématique aiguë généralisée est une réaction cutanée allergique, dans laquelle des éruptions cutanées pustuleuses se produisent sur fond de rougeur. Il procède à une augmentation de la température jusqu’à 38°C et du nombre de leucocytes dans le sang. Disparaît 10-15 jours après le retrait du médicament allergène. Médicaments provoquants: inhibiteurs calciques (diltiazem), sulfamides, aminopénicillines (ampicilline, amoxicilline) et macrolides.

DOMMAGES À D’AUTRES ORGANES ET SYSTÈMES

En plus des manifestations cliniques énumérées, les allergies médicamenteuses peuvent provoquer :

  • maladies respiratoires – rhinite, bronchospasme, inflammation des poumons et formation d’un infiltrat éosinophile (syndrome de Leffler) – dues à des allergies aux pyrazolones, à la carbamazépine, à l’acide acétylsalicylique et à d’autres AINS, inhibiteurs de l’ECA, β-bloquants, pénicillines et sulfamides;
  • dommages au système hématopoïétique – anémie hémolytique et thrombocytopénie – en réponse à la prise de streptomycine, de quinidine, de rifampicine, de pénicilline, d’ibuprofène et d’autres sulfamides, dérivés de sulfonylurée, diurétiques thiazidiques et sels d’or;
  • lésions des organes circulatoires – myocardite (très rare) – lors de la prise de sulfanilamide, de pénicilline et de méthyldopa ;
  • lésions du tractus gastro-intestinal et du système hépatobiliaire – gastro-entérocolite, cholestase, hépatite aiguë, hépatite chronique (rarement) – lors de la prise de pyrazolones, sulfasalazine, carbamazépine, allopurinol, sulfamides, halothane, isoniazide et phénytoïne ;
  • lésions du système urinaire (très rares) – néphrite interstitielle aiguë et glomérulonéphrite – conséquence de la réaction de l’organisme aux sels d’or, aux AINS, à l’héroïne, au captopril, aux sulfamides, à la pénicillamine, aux pénicillines et autres β-lactamines, à la rifampicine, à la ciprofloxacine et à l’allopurinol ;
  • lésions du système nerveux – névrite périphérique – réaction aux sels d’or et aux sulfamides.

La pathogenèse de l’allergie médicamenteuse

La plupart des médicaments sont de simples produits chimiques non protéiques qui subissent des transformations métaboliques dans le corps. Si, à la suite de la biotransformation du médicament, une substance capable de se combiner avec la protéine du corps se forme, une condition préalable à la sensibilisation est créée – augmentant la sensibilité du corps aux substances étrangères (antigènes).

Étant donné que les médicaments sont des antigènes immunologiquement incomplets (c’est-à-dire des haptènes), pour un effet sensibilisant, ils doivent se transformer en un haptène complet.

À cet égard, au moins trois étapes sont nécessaires au développement d’une allergie médicamenteuse :

  1. formation d’haptène – la transformation d’un médicament en une forme pouvant réagir avec les protéines corporelles;
  2. l’association d’un haptène avec une protéine d’un organisme spécifique ou une autre molécule porteuse appropriée, aboutissant à la formation d’un antigène complet ;
  3. le développement de la réponse immunitaire du corps au complexe haptène-porteur formé, qui est devenu étranger au corps.

Avec le développement d’une réponse immunitaire aux médicaments, des anticorps humoraux (y compris les IgE) et des lymphocytes T sensibilisés sont produits.

LA se développe souvent après l’administration répétée du médicament. Dans de rares cas, la sensibilisation ne se produit pas et une réaction allergique se produit après la première utilisation du médicament. De telles situations sont appelées pseudo-allergies en raison de l’absence de la troisième étape – le développement d’une réponse immunitaire. [9]

Classification et stades de développement de l’allergie médicamenteuse

Les allergies médicamenteuses peuvent être classées selon le mécanisme de son développement. [2]

Les remèdes contre les allergies les plus efficaces pour les enfants

Les données de l’OMS montrent que plus de 40% des personnes souffrent d’allergies sur notre planète. Et chaque année ce nombre augmente. Pourquoi la pathologie se produit, les médecins et les scientifiques n’ont pas encore été en mesure de comprendre exactement. Le manque de connaissances complètes, à son tour, ne permet pas le développement d’outils qui aideraient à se débarrasser des allergies pour toujours.

Mais encore, grâce au développement de la science, de nombreux moyens ont été créés aujourd’hui qui réduisent considérablement ses manifestations. Les pilules contre les allergies éprouvées aident à éliminer la plupart des réactions allergiques et à oublier les symptômes désagréables pendant longtemps.

Quelle est cette maladie

L’allergie est une maladie assez mystérieuse. Il n’est pas provoqué par des micro-organismes et ne peut pas être infecté. Dans le développement de réactions allergiques, le propre système immunitaire est «coupable», réagissant de manière trop agressive à des substances totalement inoffensives. Les allergènes les plus courants sont : la poussière domestique, les poils d’animaux, le pollen de plantes, les composants alimentaires. À la suite de modifications pathologiques du système immunitaire, le corps en réponse à ces substances commence à former des anticorps qui provoquent une réaction inflammatoire.

  • éternuement
  • toux
  • Difficulté à respirer
  • Démangeaisons dans le nez et apparition de décharge
  • larmoiement
  • Éruptions cutanées

Les formes bénignes de la maladie n’ont pas de symptômes très prononcés. Mais pour diverses raisons, les symptômes peuvent s’intensifier.

Si des symptômes allergiques apparaissent, vous devriez consulter un allergologue. Le médecin vous prescrira des tests permettant “d’identifier” l’allergène. Cela aidera à éviter tout contact avec lui et à prévenir les exacerbations. Mais il n’est pas toujours possible d’éviter une dissociation complète avec l’allergène. Dans ce cas, les médicaments viendront à la rescousse pour éliminer les réactions ou réduire leur gravité.

Vous n’avez pas le temps de lire de longs articles ? Abonnez-vous à nous sur les réseaux sociaux : écoutez la vidéo en arrière-plan et lisez de courtes notes sur la beauté et la santé.

Mégapharmacie dans les réseaux sociaux : VKontakte, Telegram, OK, Viber

Remède contre les allergies

Ces fonds appartiennent au groupe des antihistaminiques. Ils empêchent la production d’histamine. Normalement, cette substance est impliquée dans de nombreux processus physiologiques. Mais en cas de défaillance du système immunitaire, la pénétration de l’allergène dans l’organisme commence à s’accompagner de la production active d’histamine. Une trop grande quantité provoque une réaction inflammatoire, qui se manifeste par des symptômes allergiques. Aujourd’hui, la médecine compte 3 générations d’antihistaminiques.

Médicaments de 1ère génération

Éliminer rapidement les symptômes désagréables, mais ne durent pas longtemps. Et l’utilisation à long terme crée une dépendance. Ils ont des effets secondaires qui apparaissent :

  • Somnolence
  • La faiblesse
  • Inhibition des réactions
  • mal de tête

Mais s’il y a des inconvénients, il y a aussi des avantages. Ces médicaments bon marché sont disponibles non seulement sous forme de comprimés, mais également sous forme de solutions et sont utilisés pour les soins d’urgence.

Les plus populaires d’entre eux : Diazolin, Suprastin. Tous ne conviennent pas aux enfants, donc lors de leur utilisation, vous devez absolument consulter un pédiatre.

Médicaments de 2ème génération

Ils sont plus efficaces, ne provoquent pratiquement pas de somnolence et n’ont presque pas d’effets secondaires. Valable jusqu’à 8-12 heures. En raison de plusieurs de leurs caractéristiques, ils peuvent provoquer des troubles du rythme cardiaque. Les médicaments antiallergiques les plus connus: Fenistil, Claritin.

médicaments de 3e génération

Officiellement, on pense que les médicaments ne sont pas encore complètement développés. Mais officieusement, les médicaments de 2e génération plus avancés sont appelés médicaments de nouvelle génération. Ils se distinguent par une efficacité élevée, une action rapide et un nombre minimal d’effets secondaires. Ils ne créent pas de dépendance, ils peuvent donc être utilisés pendant longtemps.

L’un des remèdes contre les allergies les plus populaires aujourd’hui est Erius. Disponible sous forme de comprimés et de sirop. D’autres moyens modernes : Tsetrin, Ksizal.

Le meilleur remède contre les allergies de tous les temps !

En plus des antihistaminiques, les corticostéroïdes et les stabilisateurs de la membrane des mastocytes sont utilisés pour les manifestations allergiques sévères. De plus, des compléments alimentaires sont parfois utilisés pour lutter contre les allergies. Mais leur utilisation doit être convenue avec le médecin.

Comment se débarrasser des allergies pour toujours

Les antihistaminiques, même les plus modernes, ne font qu’arrêter les symptômes, mais ils ne peuvent pas guérir la maladie. L’immunothérapie (ASIT) est considérée aujourd’hui comme le moyen le plus fiable de se débarrasser des allergies. Il consiste en l’introduction de substances provoquant des réactions allergiques. Une augmentation progressive de la dose du médicament conduit à la formation d’une dépendance du corps à l’allergène.

L’ASIT aide à réduire considérablement les manifestations d’allergies, à réduire les périodes d’exacerbation et souvent à guérir complètement la maladie. L’inconvénient de l’immunothérapie est sa durée (prend 3-5 ans).

  • Se laver les cheveux et se doucher tous les jours avant de se coucher éliminera le pollen des plantes qui s’est déposé sur votre peau et vos cheveux.
  • Rincez-vous le nez tous les jours – un lavage même à l’eau claire éliminera les microparticules nocives qui se déposent sur les muqueuses des voies respiratoires.
  • Lavez la literie à l’eau chaude – un lavage à 30-40˚C ne tue pas les acariens saprophytes, qui sont parmi les allergènes les plus courants.
  • Nettoyer correctement la maison – non seulement le nettoyage humide est important, il est nécessaire d’utiliser un aspirateur pour nettoyer les tapis et les meubles rembourrés de la poussière.

Malheureusement, il n’existe pas de méthodes universelles pour traiter les allergies. Et souvent la recherche de fonds adaptés prend beaucoup de temps. Si des signes allergiques apparaissent, vous devez consulter un médecin qui vous donnera des recommandations et sélectionnera le médicament en fonction des caractéristiques de votre corps.

IL EXISTE DES CONTRE-INDICATIONS. LA CONSULTATION D’UN SPÉCIALISTE EST NÉCESSAIRE

Demandez à un expert sur le sujet de l’article

Avez-vous des questions? Posez-les dans les commentaires ci-dessous et nos experts vous répondront. Là, vous pouvez également partager votre expérience avec d’autres lecteurs de Megasovets.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.