rêver

Mentir sans sourciller qui est un menteur pathologique et qu’est-ce que le syndrome de Munchausen

On estime que vous mentez entre 10 et 200 fois par jour. Dans le même temps, les mensonges les plus éhontés sont cachés dans des phrases telles que “tout est en ordre”, “c’est bon de te voir”, “eh bien, bien sûr que je t’aime” et “très savoureux”. Les mensonges quotidiens peuvent-ils se transformer en un désordre mondial ? Et où se situe cette fine ligne ? Essayons de comprendre.

Contents

Pandémie de tromperie

Mensonges pathologiques, mythomanie ou pseudologie fantastique – une tendance pathologique à mentir et à écrire des histoires fantastiques. Pour la première fois, le terme “mythomanie” a été introduit par le psychiatre français Ernest Dupré. Aujourd’hui, c’est l’un des sujets les plus controversés, car les médecins ne peuvent pas décider s’il s’agit d’un symptôme ou d’une maladie. Une chose est claire : les menteurs pathologiques mentent tout au long de leur vie, très souvent et sans bénéfice/motif psychologique évident. Alors que les mensonges quotidiens sont souvent intentionnels et racontés pour le gain, pour éviter la punition, etc. Dans ce contexte, les mensonges pathologiques semblent dénués de sens, et le menteur lui-même s’habitue fermement au rôle.

L’histoire de Monsieur A

Monsieur A était désespéré. Il risquait de perdre son emploi, non pas à cause d’un licenciement, mais à cause de ses propres mensonges. Il a menti à plusieurs reprises à ses collègues, affirmant qu’il souffrait d’une maladie en phase terminale et qu’il avait été contraint de suivre des soins palliatifs (thérapie visant à soulager les symptômes chez les patients en phase terminale). Au début, ses collègues le traitaient avec sensibilité et inquiétude, mais au fil des semaines, ils sont devenus plus méfiants. Le menteur a dû mentir de plus en plus perverti pour brouiller les pistes et justifier sa maladie mortelle. Enfin, quand il a finalement été acculé, il a soudainement cessé d’aller travailler. À première vue, il pourrait sembler que M. A. a menti afin de gagner la sympathie de ses collègues. Cependant, les conséquences du mensonge sous forme de détresse émotionnelle et la menace potentielle de perte d’emploi l’emportaient de loin sur les avantages perçus. M. A a déjà perdu plusieurs autres emplois. Les membres de sa famille ont déclaré qu’il racontait souvent des mensonges purs et simples, et même lorsqu’il était confronté et prouvé qu’il avait tort, il jurait toujours que c’était vrai. Finalement, le patient a demandé une aide psychiatrique après avoir conclu qu’il ne pouvait pas résister au mensonge.

Ce scénario est loin d’être rare dans la pratique médicale.

Les mensonges pathologiques se caractérisent par leur chronicité et leur fréquence, ainsi que par un manque évident d’avantages. Les histoires de menteurs sont faciles à réfuter, et les frontières entre fiction et réalité sont floues chez les patients eux-mêmes.

La théorie du mensonge ou pourquoi la pseudologie fantastique surgit

La mythomanie peut être une conséquence (un signe) d’autres troubles mentaux :

Fireboy et Watergirl: Temple de la forêt
  • Le syndrome de Munchausen est un trouble dans lequel les patients feignent d’être malades. Souvent, une telle déviation est observée chez les mères qui inventent des maladies pour leurs enfants et mentent aux médecins. Pour cette raison, les enfants meurent souvent et restent handicapés. Un tel cas est décrit et publié dans la revue chilienne Revista de otorrinolaringologia y cirugia de cabeza y cuello.. Le garçon a été hospitalisé plus d’une fois au cours des neuf mois de sa vie et a réussi à suivre plus d’un traitement antibiotique en raison d’une prétendue inflammation de l’oreille moyenne. En conséquence, il s’est avéré que la mère du patient avait délibérément injecté des substances inconnues dans l’oreille de son fils. Ainsi, elle a été diagnostiquée avec le syndrome de Munchausen. On ne sait pas exactement ce qui en est la cause, mais il peut y avoir des déclencheurs tels que la maltraitance ou la négligence pendant l’enfance, la présence de troubles de la personnalité, une faible estime de soi, l’abus d’alcool/drogues, la dépression
  • Trouble de la personnalité borderline – caractérisé par l’instabilité, l’hypersensibilité dans les relations personnelles avec les autres, les sautes d’humeur, l’impulsivité, etc.
  • Trouble de la personnalité narcissique – croyance en sa propre supériorité, unicité
  • Trouble de la personnalité antisociale – Mépris des sentiments des autres sans remords ni culpabilité
  • La démence frontotemporale est un déclin irréversible des fonctions cognitives avec une lésion primaire des lobes frontaux et temporaux du cerveau. Les changements dans ce trouble peuvent inclure un comportement antisocial, une perte d’empathie, de compréhension, des changements dans les préférences alimentaires, un comportement compulsif et autres.
  • Changements dans la structure du cerveau – dans une étude, une IRM du cerveau de menteurs a été réalisée. Il s’est avéré que leur quantité de matière blanche préfrontale (un type de tissu cérébral) avait augmenté de 22 à 26 % et que le rapport matière grise/blanche avait été réduit de 36 à 42 % par rapport aux participants sains de l’expérience. Selon les scientifiques, c’est grâce à l’augmentation de la matière blanche dans le cerveau que les menteurs maîtrisent avec brio l’art de la tromperie. Cette méthode peut être utilisée dans la pratique criminelle pour identifier ceux qui font sciemment un faux témoignage.

Comment faire face à un menteur pathologique

Cela peut prendre beaucoup de temps et de patience pour établir et maintenir une relation de confiance avec cette personne.

Il est important de se rappeler que les patients n’ont pas toujours l’intention de nuire ou de tirer profit de leurs mensonges. Comme mentionné ci-dessus, la mythomanie peut être le résultat d’anomalies mentales, et donc ne vous précipitez pas pour attaquer votre proche avec des accusations et de la colère. La meilleure solution est de discuter du problème ensemble et de consulter un psychiatre.

mensonge pathologique

Les experts disent qu’un mensonge ne signifie pas toujours un mauvais caractère, un désir d’offenser, de manipuler. Un menteur pathologique est considéré par les experts comme un malade. Quelle est la base d’un tel comportement, qui peut entraîner de graves conséquences?

Le contenu de l’article

  1. Définition de la pseudologie
  2. Raisons du mensonge constant
  3. Différences entre mensonges et pseudologie
  4. Manifestations de mensonges pathologiques
  5. Comment vivre avec une personne qui ment tout le temps
  6. Reconnaître les mensonges par des indices non verbaux
  7. FAQ
  8. Opinion d’expert

Définition de la pseudologie

Normalement, une personne a recours au mensonge pour atteindre ses objectifs. La tromperie pathologique se retrouve chez les personnes qui ne veulent pas en profiter, la tromperie dans ce cas est obsessionnelle. Il n’y a aucune motivation. Le nom médical officiel de la pathologie est la pseudologie. Il existe en tant que diagnostic distinct, peut être inclus dans le complexe de symptômes des maladies. Le type de pseudologie le plus courant est le syndrome de Munchausen. Cela réside dans le fait qu’une personne en parfaite santé se comporte comme une personne malade. Attribuer le syndrome délégué et par procuration. Délégué se produit chez les mères. La mousse aux lèvres, elles prouvent que leur enfant est malade et demandent une assistance médicale. Bien qu’en fait l’enfant soit en parfaite santé.

Raisons du mensonge constant

Les mécanismes de ce comportement ne sont pas entièrement compris. Les experts identifient 9 théories : négligence, abus durant l’enfance, causes génétiques, biologiques, faible estime de soi, dépression, toxicomanie, troubles de la personnalité.

Les psychiatres, les psychothérapeutes affirment que les causes ne sont pas toujours liées à la santé mentale. Il peut s’agir de TBI, de lésions cérébrales organiques. La liste des maladies peut être assez longue.

Différences entre mensonges et pseudologie

La mythomanie permet à une personne de ressentir son importance, d’attirer l’attention. Chaque événement peut être assaisonné de mensonges, en appréciant le processus.

Objectif : aucun. Les mensonges se transforment en faits

But : cacher les erreurs, attirer l’attention

Les fausses histoires sont envahies par beaucoup de détails

Surtout au point, sans petits détails

Les mensonges sont le sens de la vie, tous les jours, répétés

Des cas majoritairement isolés

Une personne ne rend pas toujours compte qu’elle dit un mensonge. trouve dans les pathologies

Le menteur comprend clairement ce qu’il fait, connaît les conséquences

Dans les deux cas, le mensonge révélé entraîne une détérioration de la communication avec la personne qui a menti.

Exemple Un homme est désespéré – il est sur le point d’être viré. La raison est un mensonge. Il a parlé à ses collègues de sa maladie incurable inexistante. Selon lui, il suit une thérapie palliative. Au début, les collègues ont sympathisé, aidé, soigné, fait preuve de sensibilité. Après quelques semaines, ils ont commencé à avoir des doutes. Le menteur pathologique était obligé de mentir encore plus. Le but était de fermer le mensonge précédent. Lorsqu’il a été acculé, l’homme a cessé de se présenter sur le lieu de travail. Les conséquences de son comportement ont été la détresse émotionnelle, le licenciement. Des proches disent qu’un tel comportement est normal pour lui. Auparavant, l’homme avait été licencié de trois emplois pour la même raison. Des proches essaient de lui expliquer et de lui prouver le contraire, mais c’est impossible. Le menteur a prouvé sa vérité.

Manifestations de mensonges pathologiques

Le mensonge constant a un certain nombre de symptômes prononcés. Les mythomanes mentent de manière convaincante, beaucoup et colorée. Ils parviennent facilement à convaincre l’interlocuteur de la sincérité de leurs récits. Le problème est que ces personnes ne se rendent pas compte qu’elles mentent constamment.

Les manifestations cliniques de la pseudologie peuvent être :

  • mentir sans raison apparente ;
  • foi en ce qui a été dit;
  • doute de soi, faible estime de soi;
  • incapacité à tenir ses promesses;
  • exaltation de soi, louange;
  • des problèmes de communication.

Important! Les experts disent que tôt ou tard, des mensonges seront révélés. le désir de communiquer avec une telle personne disparaît. Au final, il se retrouve dans un splendide isolement. Ce qui affecte négativement le psychisme.

Comment vivre avec une personne qui ment tout le temps

Vivre avec un menteur chronique n’est pas facile. Cela demande de l’endurance et de la patience. Un menteur chronique n’essaie pas de nuire aux autres. Pour mettre en place la vie avec un tel personnage, vous devez connaître les bases du mensonge. Avec les troubles de la personnalité, on explique à une personne qu’elle blesse les autres, nuit, conduira à une rupture dans les relations. La réaction à un mensonge ne doit pas être violente, négative. Au contraire, calme.

En cas de naissance d’un mensonge dû à une lésion cérébrale organique, il sera difficile pour une personne de comprendre l’essence des affirmations et ne pourra pas donner son avis. Dans ce cas, une hospitalisation, un traitement médicamenteux est indiqué.

Les proches ne doivent pas se laisser aller aux mensonges pathologiques d’un adulte. Un menteur pathologique doit comprendre qu’il n’y aura aucune concession à son comportement. Il ne faut pas l’ignorer non plus. Il n’y a pas de réponse correspondante, pas d’incitation à s’améliorer.

Inscrivez-vous à une consultation en ligne si vous remarquez qu’il y a un menteur pathologique dans votre environnement. Nos psychologues aideront à faire face à ce problème, fourniront un soutien psychologique aux proches et élaboreront un plan d’action supplémentaire. Nos experts sont prêts à répondre aux questions à tout moment de la journée.

Reconnaître les mensonges par des indices non verbaux

Si une personne sait contrôler sa voix, alors le langage corporel, les expressions faciales restent incontrôlées. Il existe un certain nombre de signes dans les cas où une personne ment constamment. C’est l’inconscient qui le trahira. A quoi faire attention ?

Signes évidents de tromperie :

  • pinces musculaires. Cela ressemble à ceci : lorsqu’il parle, un menteur potentiel commence à balancer fortement un bras, tandis que l’autre est pressé contre le corps. Il est possible d’augmenter le timbre de la voix jusqu’à un cri strident ;
  • la profondeur et la fréquence de la respiration sont accélérées;
  • la personne cligne fréquemment des yeux ;
  • bouche sèche, transpiration;
  • agression;
  • mouvements théâtraux;
  • l’envie de redresser une chemise, de déboutonner des boutons, de desserrer une cravate.

Il est également important de se rappeler que lors de l’évaluation d’un menteur, il examine une combinaison de facteurs : la situation, la correspondance des mots, les expressions faciales, les mouvements, les postures.

FAQ

Si une personne ment tout le temps, cela est considéré comme une pathologie. Il existe de nombreuses raisons sous-jacentes. Cela peut être une maladie mentale, un désir de s’exalter, de faire attention. Très souvent, le patient n’est pas conscient de son mensonge, y croyant sacrément.

Ceci est compris comme le syndrome de Munchausen. Lorsqu’une personne ment, raconte des histoires ou agit comme une personne malade. Cet état se caractérise par l’embellissement en couleurs d’événements passés ou fictifs.

Bien sûr, c’est généralement ce qui se passe. Reconnaître les mensonges pathologiques est parfois assez difficile, car une personne semble convaincante. Dans ce cas, en posant des questions suggestives, vous pouvez comprendre qui est devant vous.

C’est un désir naturel de cacher un mensonge avec un autre. Le trompeur comprend qu’il doit sortir d’une manière ou d’une autre et commence à mentir encore plus. S’enterrant ainsi avec sa tête.

Opinion d’expert

Pour une personne constamment allongée, la vie devient un dépassement continu d’obstacles. Les raisons de ce comportement sont variées. Il est difficile d’identifier tout de suite un menteur pathologique. Pour ce faire, il suffit de le regarder, la dissonance des mots, la physionomie, le langage corporel. Plusieurs questions directrices peuvent être posées. Les proches d’une telle personne doivent être patients et ne pas se livrer à des mensonges. Si nécessaire, demandez l’aide de spécialistes.

Mensonges constants. Maladie mentale ou trait de personnalité ?

Mensonges pathologiques ou pseudologie – une tendance pathologique à rapporter de fausses informations, à composer des histoires fantastiques. Habituellement, cette maladie est causée par un mensonge constant, avec le désir d’attirer l’attention des autres en prouvant sa propre importance. Les menteurs pathologiques peuvent être conscients qu’ils mentent ou croire qu’ils disent la vérité. Les menteurs pathologiques peuvent être des hommes et des femmes, de tout groupe d’âge.

Recherche en pseudologie

Ce type de personnalité a été décrit pour la première fois dans la littérature médicale il y a plus de 100 ans. La tromperie pathologique est aussi parfois appelée “mythomanie”, qui a été inventée par le psychiatre français Ernest Dupré. Certains psychologues pensent que les menteurs pathologiques diffèrent des menteurs ordinaires en ce que le menteur pathologique est convaincu qu’il dit la vérité et en même temps entre dans le personnage. Beaucoup, cependant, ne sont pas entièrement d’accord avec une telle interprétation, mais conviennent que le mensonge pathologique est un état mental particulier. Bien que le terme «menteur pathologique» ne soit pas utilisé dans le diagnostic clinique, la plupart des psychiatres pensent que ce type de personnalité est soit le résultat d’une maladie mentale, soit une faible estime de soi.

En 2005, la première preuve a été trouvée que le cerveau d’un menteur pathologique est différent du cerveau d’une personne qui n’a pas tendance à mentir souvent. Des chercheurs de l’Université de Californie du Sud à Los Angeles, dirigés par des représentants de son Collège des lettres, des arts et des sciences – Yeling Yang et Adrian Raine, ont mené une étude auprès d’un groupe de volontaires âgés de 21 à 45 ans, composé de :

  • 12 menteurs pathologiques (11 hommes, 1 femme);
  • 21 personnes de la catégorie « normale » (15 hommes, 6 femmes), non sujettes au mensonge chronique, et également sans signes de trouble de la personnalité antisociale ;
  • 16 personnes sujettes aux incivilités (15 hommes, 1 femme).

L’étude a révélé des anomalies structurelles dans le cerveau des menteurs qui les distinguent des autres participants. Une étude publiée dans le numéro d’octobre 2005 du British Journal of Psychiatry a rapporté que le cortex préfrontal des menteurs pathologiques avait une réduction de 14,2% de la matière grise (neurones) et une augmentation de 22% de la matière blanche (fibres nerveuses). Il est important d’étudier les cas de mensonge pathologique et leurs causes. Par exemple, les mensonges des témoins peuvent interférer avec l’enquête ou entraîner une déformation des témoignages, une condamnation erronée, etc.

Les informations appartiennent au site ressource médicale rev-med

Mensonge pathologique et compulsif : quelle est la différence ?

Les deux types de mensonges ont leurs propres caractéristiques. Comment savez-vous à qui vous avez affaire ?

  • mentir dans un but précis,
  • inventer des histoires fantastiques qui peuvent être complétées à l’infini avec de nouveaux détails,
  • ils croient eux-mêmes tout ce qu’ils ont raconté,
  • indignés lorsqu’ils sont soupçonnés de tromperie,
  • mentir pour renforcer son autorité,
  • ne rougissez pas et ne vous sentez pas gêné.
  • croient sérieusement qu’ils sont obligés de mentir : soit parce qu’ils ne savent pas comment faire autrement, soit s’il est incommode de dire la vérité,
  • mentir souvent sans raison claire et sans aucun avantage,
  • composer des fables sur le pouce, sans vraiment penser à la vraisemblance,
  • préfèrent les “saints” mensonges que les autres sont censés vouloir entendre,
  • en règle générale, ressentez la méfiance de quelqu’un d’autre,
  • quand ils sont pris, ils avouent qu’ils ont menti, mais ils continuent à tromper les gens.

Différences entre tromperie ordinaire et fantastique

Pourquoi une personne ment-elle tout le temps ? Est-ce un trouble psychologique ou un trait de caractère ?

La pseudologie est une tromperie pathologique, qui diffère à la fois de la pseudologie fantastique et de la tromperie ordinaire. La principale différence avec la pseudologie fantastique est que les pseudologues mentent de manière assez plausible et en même temps sont clairement conscients du fait de la tromperie, n’identifient pas les images farfelues et la réalité.

Il est un peu plus difficile de distinguer un trouble d’une tromperie ordinaire, il n’y a pas de critères clairs et les frontières entre eux sont plutôt floues. N’aidez pas dans ce domaine, très probablement, et les détecteurs de mensonges. Cependant, il n’y a pas de données dans la littérature sur l’utilisation de ces derniers pour examiner les pseudologs, mais il est tout à fait possible de supposer que les pseudologs, pour qui la tromperie est une partie naturelle de leur nature, sont capables de s’adapter à un détecteur de mensonge plus rapidement que individus normaux.

Faits intéressants sur les menteurs pathologiques

Voici quelques faits intéressants sur les menteurs pathologiques.

  • Si la plupart des gens doivent parfois mentir pour obtenir un avantage, alors le menteur pathologique ment sans aucun but, juste comme ça. Le plus souvent, ce mensonge est innocent et peut être facilement révélé, mais il est inutile d’exposer le rêveur, cela ne le dérange pas.
  • Beaucoup moins souvent, mais quand même, il y a aussi la déviation opposée – des “diseurs de vérité” pathologiques. Ces personnes ne sont capables de mentir en aucune circonstance, même si mentir est absolument nécessaire. Le plus souvent, la véracité pathologique survient chez les personnes ayant une déficience intellectuelle : les personnes autistes et celles souffrant du syndrome d’Asperger.
  • Les mensonges ordinaires, auxquels tout le monde a recours de temps à autre, sont considérés comme absolument normaux. De plus, nos “parents” les plus proches, les primates, mentent tout le temps à leur espèce. Par exemple, les chimpanzés peuvent tromper délibérément un autre chimpanzé loin d’une source de nourriture savoureuse. Les mensonges sont ancrés en nous au niveau des instincts.
  • Étonnamment, il a été scientifiquement prouvé que le cerveau des menteurs pathologiques est significativement différent du cerveau d’une personne ordinaire. Il contient en moyenne 22 % de matière blanche en plus et 14 % de matière grise en moins. Ces gens sont donc des menteurs nés. Mais encore, les motifs qui poussent une personne à mentir constamment sont encore inconnus de la science. Apparemment, il s’agit d’un plaisir particulier que les menteurs pathologiques peuvent tirer du mensonge.
  • Quant aux menteurs ordinaires, il existe de nombreuses façons de comprendre que vous mentez.

Les informations appartiennent au site ressource médicale rev-med

Que fait le psychothérapeute en cas de confirmation de pseudologie ?

Le médecin renforce le désir d’une personne de retourner dans le monde réel. Il aide le patient à distinguer les fausses informations des vraies. Au cours des séances psychothérapeutiques, le patient acquiert le respect de soi et accepte sa propre individualité.

La psychothérapie permet au sujet de surmonter le doute de soi et de se débarrasser des complexes destructeurs. Le spécialiste explique au client comment établir des contacts normaux dans différentes cellules sociales.

Conseils pour faire face à un menteur

Conseils d’un psychologue sur ce qu’il faut faire et comment se comporter pour les gens ordinaires au contact d’un menteur pathologique :

  • vous ne devriez pas gaspiller vos forces à rééduquer un menteur, car cela n’aura aucun effet ;
  • lors de la communication, vous devez remettre en question chaque fait ou argument énoncé par lui;
  • si possible, il est préférable de vous éloigner émotionnellement d’une telle personne;
  • vous ne devriez pas essayer de l’attraper en train de mentir et de prouver la vérité, car cela provoquerait un trouble psychologique encore plus grand chez le menteur.

Il faut comprendre qu’un menteur pathologique vit exclusivement dans ses illusions.

Articles Similaires:

L’hystérie est un trouble mental qui se manifeste sous la forme d’une variété de troubles fonctionnels. Les phobies chez les enfants et les adolescents sont des réactions de peur pathologiques et exagérées. Les attaques de panique chez les enfants sont des attaques soudaines provoquées ou sans cause. Il existe un grand nombre de réactions humaines différentes. phobies. A partir de la peur des prédateurs.

Auteur : Levio Meshi

Médecin avec 36 ans d’expérience. Le blogueur médical Levio Meshi. Une revue constante des sujets brûlants en psychiatrie, psychothérapie, addictions. Chirurgie, oncologie et thérapie. Entretiens avec des médecins renommés. Examens des cliniques et de leurs médecins. Matériaux utiles pour l’auto-guérison et la résolution de problèmes de santé. Voir tous les messages de Levio Meshi

Mensonges pathologiques : raisons de reconnaître un menteur

Le Dr House de la série du même nom a affirmé que tout le monde ment. Mais certains le font de manière sélective et peu fréquente, tandis que d’autres mentent 24 heures sur 24. Le mensonge peut-il devenir pathologique ? Pourquoi cela se produit et comment reconnaître un menteur pathologique, expliqueront les psychologues expérimentées Veronika Stepanova et Victoria Kaylin .

Mensonge pathologique et ses causes

Le protagoniste du film “Liar, Liar” a un mode de communication spécifique – il ment à tout le monde sans exception et souvent inutilement. Un proche ou un ami fait-il de même ? Vous avez probablement affaire à un menteur pathologique. Regardons les origines psychologiques de ce comportement.

Qu’est-ce qu’un mensonge pathologique

Un mensonge pathologique est un état psychologique dans lequel une personne ressent un besoin irrésistible et pas toujours conscient de mentir. Un tel comportement est le plus souvent dicté par le désir de prouver au monde extérieur leur propre signification.

Le menteur pathologique a tendance à rapporter de fausses informations et à inventer diverses histoires fantastiques sur :

  • événements fictifs;
  • succès et réalisations inexistants;
  • aventures dans ma propre vie.

Peu à peu, une personne s’habitue au rôle, commence à croire en ce qui a été dit et ne reconnaît pas ses propres mensonges. Il est sûr d’avoir raison, même si l’histoire de tel ou tel événement change constamment.

Le diagnostic de “mensonges pathologiques” dans la psychiatrie et la psychologie cliniques modernes n’existe pas. Cependant, un comportement dans lequel une personne ment constamment sans avantage apparent est considéré comme un trouble grave de la personnalité.

Dans certains cas, les mensonges pathologiques sont appelés “fiction pseudologique” ou “mythomanie”. Ce dernier a été introduit par le psychiatre français Ernest Dupré. Il pensait qu’un tel trouble pouvait être observé chez les enfants et les adultes. Reconnaître un mensonge est généralement facile. Quel que soit l’âge du menteur, ses principales manifestations sont :

  • déformation de la vérité;
  • mensonges et inventions constants ;
  • prétexte.

Qu’est-ce qu’un mensonge pathologique : Pexels

Quelles sont les causes des mensonges pathologiques

Souvent, il se manifeste chez les adultes en réaction à un traumatisme de l’enfance ou aux coûts de l’éducation. Très souvent, les fantasmes inoffensifs de l’enfance se transforment en mensonges pathologiques adultes en raison du contrôle parental total.

Le manque d’attention des adultes, le manque d’affection, l’humiliation, les critiques excessives, la violence peuvent conduire au même résultat. Selon la coach et psychologue Victoria Kaylin, pour paraître meilleur ou repousser des souvenirs douloureux, l’enfant commence à s’inventer une nouvelle personnalité.

Une personne peut devenir un menteur pathologique pour d’autres raisons également. Les plus courantes d’entre elles :

  • Avoir une dépendance. Les alcooliques et les toxicomanes mentent souvent aux gens pour cacher leur problème.
  • Caractéristiques de la structure du cerveau. Le volume de matière grise dans le cortex préfrontal des menteurs pathologiques est inférieur à celui des personnes normales. Cette partie du cerveau est responsable de la moralité et du remords.
  • Faible estime de soi. Inconsciemment, les mythomanes trouvent la vérité pas assez attirante. En mentant, ils veulent paraître meilleurs qu’ils ne le sont réellement et gagner ainsi le respect, l’admiration et l’amour universels.
  • Troubles de la personnalité et autres problèmes psychologiques.

La mythomanie peut se manifester comme un symptôme de narcissisme, de trouble borderline et bipolaire, de sociopathie ou, par exemple, de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité. La mythomanie peut également être provoquée par des lésions cérébrales organiques ou des lésions cérébrales traumatiques.

Mensonges pathologiques : Causes : Pexels

Comment reconnaître et traiter un menteur pathologique

Pour les menteurs pathologiques, l’habitude de mentir est due au besoin d’une sorte de satisfaction psychologique. Les mythomanes sont très convaincants.

Comment savoir que vous avez affaire à un menteur pathologique

Souvent, un menteur pathologique croit inconditionnellement à ses mensonges et ne distingue pas la vérité de la fiction. Par conséquent, selon la psychologue praticienne Veronika Stepanova, il est problématique d’identifier cette pathologie à l’aide de méthodes standard (par exemple, à l’aide d’un polygraphe).

Cependant, il existe un certain nombre de critères permettant d’identifier une personne atteinte d’un tel trouble mental. Les principaux sont :

  • Le menteur pathologique n’a aucun remords, ne sait pas garder de secrets et adore bavarder.
  • Il est égoïste, ne pensant qu’à lui-même et à son propre bénéfice.
  • Une personne atteinte de ce trouble est envieuse des autres, cherche à renforcer son estime de soi par le mensonge.
  • Le menteur pathologique manipule habilement les gens. Il fait croire aux autres ce qui a été dit, doute de leur propre adéquation.
  • Le menteur exagère ses arguments pour les rendre plus puissants.
  • Il ne remarque pas les contradictions dans ses histoires. De nouveaux faits peuvent ne pas coïncider ou contredire ce qui a été dit plus tôt. Ayant commencé à mentir, le mythomane, selon la psychologue Tatyana Kolesnikova, ne peut plus s’arrêter.
  • Maintient facilement un contact visuel à long terme, même avec des personnes inconnues.
  • Le mythomane aime être le centre de l’attention. Afin de susciter l’intérêt des autres, il est prêt à proposer des dizaines d’histoires passionnantes.
  • Même si un menteur pathologique est surpris en train de mentir, il n’avouera pas et ne s’excusera pas. Au lieu de cela, il proposera des mensonges encore plus sophistiqués, fera une crise de colère ou blâmera l’adversaire.

Le besoin de dire la vérité provoque un malaise émotionnel et physique chez le mythomane. Ses pensées sont confuses, ses paumes moites, un tremblement nerveux apparaît.

Comment repérer un menteur : Pexels

Comment faire face à un menteur pathologique

Selon la psychologue Tatyana Vlasevskaya, après avoir condamné une personne pour tendance à mentir, vous devez cesser de communiquer avec elle. Il est important de le faire si le menteur a des antécédents de codépendance grave – alcoolisme ou tendance au narcissisme. La communication avec une telle personne chez une personne adéquate sera difficile, car un mensonge pathologique conduit à un manque total de confiance et à la destruction des relations.

Si rester à l’écart d’un menteur n’est pas une option, acceptez ses défauts et n’oubliez pas un scepticisme sain. De plus, la psychologue agréée et MSc Tamara Hill recommande :

  • Arrêtez de croire un menteur, aussi plausible que puisse paraître sa fiction. Si possible, vérifiez l’exactitude de chaque mot.
  • Lâchez l’illusion que la personne va changer. Il est malade, et sans thérapie, les mensonges se répéteront d’une manière ou d’une autre.
  • Ne discutez pas, ne vous battez pas et n’essayez pas d’élever un menteur. Il est inutile de l’influencer avec des arguments raisonnables.
  • Ne vous taisez pas, après avoir surpris une personne en train de mentir, mais ne la conduisez pas dans une impasse. Cela provoquera une protestation violente et une réaction défensive. Insinuez doucement que quelque chose ne va pas dans son histoire et demandez-lui de l’expliquer à nouveau.
  • Comprendre les motifs derrière les mensonges. Rappelez-vous que le mythomane ne cherche pas à contrarier ou à irriter l’interlocuteur. Il veut être apprécié et admiré davantage.

Le docteur en psychologie clinique David Ley soutient que mentir sans raison peut être une sorte de réaction défensive.

Si une personne est récemment devenue sujette à la mythomanie, essayez d’en comprendre les raisons. Peut-être que l’interlocuteur a des problèmes psychologiques causés par la dépression ou, par exemple, la dépendance au stade initial. Dans ce cas, essayez de persuader le menteur de contacter un psychothérapeute.

Comment repérer un menteur : Pexels

Le mensonge pathologique en tant que trouble psychologique cause un préjudice considérable aux personnes qui l’entourent et au mythomane lui-même. Peu importe ses efforts, tôt ou tard, tout le monde comprendra à qui il a affaire et cessera de communiquer avec lui. En conséquence, une personne devra constamment se précipiter à la recherche de nouveaux amis et de simples crédules.

Il ne pourra pas se débarrasser de lui-même de l’habitude de mentir à chaque pas. Seul un psychiatre qualifié et une thérapie à long terme aideront à faire face au problème d’un menteur pathologique.

Attention! Le matériel est à titre informatif seulement. Vous ne devez pas recourir aux méthodes de traitement qui y sont décrites sans d’abord consulter un médecin.

Soyez le premier à savoir

Abonnez-vous et découvrez les dernières nouvelles du Kazakhstan, des photos, des vidéos et d’autres exclusivités.

mensonge pathologique

Le mensonge pathologique est un désir malsain de rapporter de fausses informations, une tendance à écrire des histoires irréalistes. En règle générale, il est causé par le désir d’attirer l’attention de l’environnement sur soi à l’aide de preuves d’importance personnelle. Les menteurs pathologiques peuvent ne pas se rendre compte qu’ils trompent délibérément, ou ils peuvent croire en leurs propres fabrications. Les trompeurs anormaux sont à la fois des femmes et des hommes, quel que soit leur âge. En psychiatrie, le mensonge pathologique est considéré comme le résultat d’un trouble grave de la personnalité ou d’une faible estime de soi, et peut parfois être appelé mitomanie, pseudologie ou mythomanie.

Les raisons

La tromperie est une caractéristique commune de l’interaction sociale entre les gens. De plus, des mensonges sont également observés chez certaines variétés d’animaux, par exemple chez les singes. En règle générale, une personne utilise le mensonge pour son propre intérêt ou pour obtenir un avantage personnel. Par exemple, une personne peut mentir pour justifier d’être en retard à une réunion, pour éviter l’embarras. Certains sujets ont recours au mensonge plusieurs fois plus souvent que d’autres, mais un tel comportement n’indique toujours pas leur maladie mentale.

La maladie du mensonge pathologique est quelque chose de plus. Un menteur pathologique est une personne qui a recours à la tromperie sans aucun intérêt personnel évident. La principale caractéristique du mensonge pathologique est qu’il n’est pas caractérisé par une motivation évidente. Il peut exister en tant que trouble distinct ou être le symptôme d’une maladie psychologique grave, comme le trouble de la personnalité limite, le narcissisme, le trouble antisocial.

Les causes du mensonge pathologique et les mécanismes qui le provoquent sont mal compris. Cependant, il existe plusieurs justifications théoriques de la genèse biologique et génétique des mensonges pathologiques.

On pense également que la pseudologie est une conséquence des coûts de l’éducation ou des traumatismes de l’enfance. Souvent, les fantasmes et les fictions de l’enfance tout à fait innocents se transforment à l’âge adulte en mensonges pathologiques en raison d’un contrôle parental global. Un résultat similaire conduit souvent à un manque d’attention parentale, d’affection, de toute forme de violence, d’humiliation, de critiques excessives et non constructives. Les enfants, pour compenser un traumatisme, paraître mieux ou déplacer des souvenirs douloureux, commencent à s’inventer une nouvelle personnalité.

D’autres facteurs peuvent inciter un individu à devenir un menteur pathologique. Vous trouverez ci-dessous les plus courants :

– toute variation de la dépendance : toxicomanie, abus de drogues et de liquides contenant de l’alcool (les toxicomanes composent souvent pour masquer la présence d’un problème) ;

– caractéristiques du cerveau (la taille de la matière grise des menteurs pathologiques est inférieure à celle des personnes qui ne sont pas sujettes aux mensonges anormaux, cette partie du cerveau située dans le cortex préfrontal est responsable des sentiments de remords et de moralité) ;

– faible estime de soi (inconsciemment, les menteurs considèrent que la vérité n’est pas assez attrayante, donc, en rapportant des informations incorrectes, ils s’efforcent de mieux paraître afin de gagner l’admiration, le respect, l’amour universel) ;

– troubles de la personnalité et autres problèmes psychologiques.

Les mensonges pathologiques peuvent être le symptôme d’autres maux et pas toujours liés au psychisme. De plus, les mensonges pathologiques sont parfois le résultat de blessures graves ou de lésions cérébrales organiques. Dans ce cas, la personne trompe, mais ne le comprend pas.

La pseudologie peut être associée au narcissisme, à la sociopathie, au trouble borderline ou au trouble bipolaire.

panneaux

Le mythomane n’est pas seulement un menteur né, mais aussi un manipulateur sophistiqué. Être dans une société de menteur pathologique est désagréable, et parfois même dangereux. En même temps, il est souvent très difficile de le condamner pour tromperie. La seule chose qui peut le forcer à avouer un mensonge est la peur pour sa propre vie ou son bien-être.

Les symptômes des mensonges pathologiques sont manifestes et cachés. Révéler ce dernier n’est pas facile même pour un spécialiste.

Les menteurs pathologiques aiment créer une atmosphère de confort autour de leur propre personne. Ce n’est que dans de telles conditions qu’ils se sentent détendus et peuvent se préparer à un mensonge impeccablement parfait. Dans un environnement confortable, leurs fantasmes s’incarnent dans des contes avec une conviction vengeresse et “folle”.

Une personne sujette aux mensonges pathologiques se révèle mieux en interaction avec des personnes qui sympathisent avec elle ou sont sous son influence (en particulier, des représentants du sexe opposé). Avec ces personnes, il est plus facile d’établir une interaction et de leur faire croire à n’importe quelle histoire inventée.

Les menteurs pathologiques sont d’excellents orateurs et excellents pour communiquer. Les principales compétences qu’ils appliquent en toutes circonstances sont le mensonge et l’exagération. Cependant, parfois, leurs histoires semblent être un non-sens complet. Par conséquent, si les paroles d’un ami provoquent constamment une grande surprise, il est probable qu’il soit un mythomane.

Parmi les signes clés du mensonge pathologique figurent le désir d’une attention accrue et un amour-propre excessif. Souvent, les inventions des menteurs chroniques ressemblent à des caprices enfantins qui surviennent lorsque les enfants veulent attirer l’attention de leurs parents.

Les menteurs pathologiques se caractérisent par une faible estime de soi. Une personne se sent faible, peut souvent souffrir de troubles de la personnalité, d’humeurs dépressives et de troubles bipolaires. Tout cela donne lieu à des mensonges, qui deviennent le compagnon constant du mythomane. Par de telles actions, il crée une nouvelle réalité plus acceptable pour lui-même. Les mensonges et les fausses croyances inspirent confiance au mythomane.

Certains menteurs chroniques ne sont satisfaits que lorsque leurs auditeurs admirent leurs paroles et sont véritablement surpris. Si un menteur force l’environnement à croire en ses histoires, cela le remplit d’une fierté et d’une confiance particulières. Et, au contraire, si sa fiction est facilement “perçue”, alors l’orgueil du mythomane en souffrira.

L’habitude de mentir et de faire croire aux gens des mensonges oblige les menteurs pathologiques à s’adapter à l’environnement et à apprendre à ressentir, remarquer et analyser leurs émotions au cours de l’interaction. Par conséquent, les menteurs professionnels sont souvent de bons psychologues.

Les gens ordinaires, lorsqu’ils racontent un mensonge, ont tendance à éviter le contact visuel avec l’auditeur, par conséquent, en règle générale, ils baissent les yeux ou se cachent les yeux. Les mythomanes, en revanche, sont disposés différemment – ils essaient fondamentalement d’attirer le regard de l’interlocuteur afin de le regarder droit dans les yeux. Il leur est plus facile de convaincre les auditeurs et d’inspirer confiance. Le trompeur pathologique, pendant toute l’interaction verbale, est capable de regarder l’adversaire dans les yeux sans détourner le regard. Bien qu’il soit considéré comme normal de détourner le regard périodiquement pendant une conversation.

En règle générale, les mythomanes donnent un faux sourire. Lorsque l’interlocuteur sourit sincèrement, toute son expression faciale change, alors que pour les menteurs, seule la zone près de la bouche change.

La mitomanie, en règle générale, survient au stade de l’enfance. Au début, les tout-petits utilisent des excuses innocentes, comme une bagarre avec un pair ou un jouet cassé. Pendant le temps scolaire, les enfants ont tendance à mentir plus souvent en raison de mauvaises notes et d’un mauvais comportement.

Le mensonge pathologique chez les enfants s’exprime dans son utilisation uniquement à des fins égoïstes. Par exemple, ils rejettent la faute sur les autres pour éviter la punition parentale, trompent souvent en disant qu’ils ont fait leurs devoirs pour aller se promener.

Comment se débarrasser des mensonges pathologiques

Le mensonge est une tentative d’éviter la réalité. C’est un moyen auquel les individus recourent pour cacher les problèmes dus à leurs actions, pour paraître meilleurs, pour éviter les critiques, pour gagner l’approbation de l’environnement ou sous l’influence de la peur.

Les mensonges pathologiques, ainsi que d’autres habitudes malsaines, attirent les gens comme des sirènes. Après avoir trompé une fois et reçu son propre avantage en conséquence, le mythomane y recourra à nouveau à l’avenir. Après tout, pourquoi être honnête et souffrir quand on peut tromper et éviter les conséquences négatives ?!

Comment traiter les mensonges pathologiques ? Si la base de la maladie est l’humeur dépressive, l’anxiété, le trouble bipolaire, on montre aux menteurs la nomination de sédatifs, de psychotropes, d’antidépresseurs, d’antipsychotiques. Dans le même temps, avec la mitomanie, le soutien psychologique est important, notamment de la part de l’environnement proche.

On pense qu’il est inutile de combattre les mensonges pathologiques d’un individu qui ne cherche pas lui-même à se débarrasser de cette maladie. Essayer de faire honte aux menteurs, parler du caractère inapproprié d’un tel comportement, entrer en conflit avec eux ne donnera pas de résultat positif.

Les psychologues recommandent d’exclure ces personnes du cercle social ou d’essayer d’éviter au maximum d’interagir avec elles. Et encore plus de ne pas entrer en relation étroite avec des mythomanes.

Si un parent proche est un menteur pathologique et qu’il est impossible de garder une distance dans la communication avec lui, il est alors recommandé de demander une aide psychothérapeutique. Le spécialiste aidera à corriger le comportement du menteur.

Faire un diagnostic correct, identifier les causes de la loge pathologique et un travail psychothérapeutique avec elles permettront au mythomane de se débarrasser du vice et de commencer la vie sans mentir. Dans le traitement de la pseudologie, les préparations de la pharmacopée ne sont pratiquement pas utilisées, sauf dans les cas où la mitomanie est causée par une autre maladie.

Auteur : Psychoneurologue Gartman N.N.

Docteur du Centre Médico-Psychologique “PsychoMed”

Le trouble obsessionnel compulsif : une maladie de la modernité

Trouble obsessionnel compulsif : qu’est-ce que c’est ? La pathologie se caractérise par la poursuite constante de pensées et d’actions obsessionnelles qui forcent les actions. Le trouble est considéré comme l’un des signes d’un trouble mental, de sorte que l’aide de spécialistes est nécessaire pour le traitement. Dans la plupart des cas, les patients éprouvent des sentiments négatifs et des prémonitions, et bien qu’ils fassent de leur mieux pour contredire et résister, cela n’apporte pas le résultat souhaité.

L’obsession des actions s’exprime dans les stéréotypes, auxquels les patients aspirent constamment. Cependant, tous ne permettent pas d’effectuer des tâches utiles et n’apportent donc pas de résultats positifs au patient. Il semble souvent à une personne que des événements négatifs se produiront dans un proche avenir, et de temps en temps, il prend des mesures qui, à son avis, peuvent les empêcher.

Pourquoi le syndrome se produit-il?

Le trouble compulsif se forme dans le contexte d’un complexe de facteurs provoquants. Le facteur héréditaire joue un rôle important dans l’origine du TOC.

Le trouble obsessionnel-compulsif est plus souvent diagnostiqué chez les patients présentant des troubles nerveux, signes de méfiance. Les personnes sujettes à des doutes constants et à revérifier à la fois leurs propres actions et les informations reçues de l’extérieur.

Souvent, l’apparition du syndrome TOC survient dans des situations où un enfant est élevé dans un cadre rigide. Si quelque chose est souvent interdit aux enfants, cela entraîne par la suite des troubles mentaux.

Qu’est-ce que l’OKR ? Souvent, il s’agit de psychoses basées sur une peur constante des situations stressantes, car la tension nerveuse régulière joue le rôle de déclencheur dans le développement de divers troubles.

Symptômes du trouble obsessionnel compulsif

La maladie s’accompagne de l’apparition de symptômes caractéristiques. Souvent, les patients se plaignent de pensées récurrentes dont il est très difficile de se débarrasser. Et ils sont sûrs que ce sont eux qui les conduisent à une anxiété constante. Peu importe à quel point le patient essaie d’ignorer ces pensées ou ces désirs, il ne peut pas s’en débarrasser complètement. Ainsi, une peur et une tension constantes surgissent dans les variations suivantes :

Peur des fenêtres abandonnées, de la plomberie allumée ou du fer à repasser non éteint.

En cas de contact direct avec d’autres personnes ou objets, on craint d’attraper une infection.

Un grand désir de communiquer à tous les proches des informations qui, de l’avis du patient, peuvent le menacer ainsi que les autres.

Un désir constant de nettoyer et d’arranger les choses correctement.

Les compulsions sont des actions qui sont répétées avec une périodicité claire sur une base régulière. Mentalement, ils confirment l’obsession des actions qu’une personne effectue pour éliminer l’anxiété et les symptômes de stress. Les compulsions se forment sur la base des obsessions, et se manifestent donc comme suit :

Une personne commence à vérifier l’équipement, tous les interrupteurs avant de quitter la maison.

Le patient pathologiquement se lave souvent les mains en utilisant des agents antibactériens spéciaux.

Une personne commence à éviter tout contact avec des personnes ou des animaux potentiellement infectieux qui peuvent être porteurs de maladies.

Le patient dit constamment des rituels ou des prières qui empêchent le développement de conséquences indésirables.

Dans le contexte du trouble, le patient exclut de visiter un certain nombre de lieux et d’événements par crainte de catastrophes possibles.

Le trouble obsessionnel-compulsif, dont les symptômes passent très longtemps inaperçus, s’installe progressivement chez le patient. Par conséquent, lorsque les proches commencent à remarquer une manie excessive dans les pensées et les actions de leur proche, il leur est conseillé de contacter immédiatement un psychothérapeute pour obtenir des conseils et décider quoi faire ensuite. Parce que le TOC est une maladie mentale.

Méthodes de traitement

Les premiers signes de trouble impulsif-compulsif doivent conduire le patient à consulter un médecin. Cela sera suivi d’un diagnostic par un psychiatre, qui déterminera la gravité de la maladie, après quoi le traitement nécessaire sera prescrit.

Le traitement du TOC consiste à prendre les médicaments suivants :

Médicaments sédatifs. Des nootropiques sont prescrits pour augmenter la concentration et améliorer l’activité des parties mentales du cerveau.

Préparations à base de plantes. Caractérisé par une sécurité efficace, développé avec l’utilisation de plantes qui calment également le système nerveux.

La nomination de complexes vitamino-minéraux, qui compensent le manque de ces composants qui provoquent une anxiété et un stress accrus. Le complexe de vitamines doit viser une action anti-stress, ce qui améliorera considérablement l’état du patient.

Homéopathie. Ces médicaments sont également sélectionnés pour obtenir un effet sédatif et restaurer le système nerveux.

groupe d’antidépresseurs. Nommé exclusivement par des médecins après le diagnostic nécessaire. Recommandé pour les maladies graves.

Lorsque le TOC survient avec des complications, un traitement avec l’introduction de techniques psychothérapeutiques est nécessaire. Ils visent à améliorer l’état du patient et à trouver les causes qui provoquent des peurs obsessionnelles. Les schémas thérapeutiques dans ce cas sont sélectionnés individuellement.

Prévention du trouble

TOC – qu’est-ce que c’est? Ce problème ne tourmentera pas si vous appliquez des mesures préventives régulières, qui incluent un certain nombre d’actions disponibles :

Respect du sommeil et du repos.

Normalisation de l’horaire de travail.

Exclusion des mauvaises habitudes.

Effectuez des exercices ou de la gymnastique pour améliorer la respiration.

Créer une atmosphère favorable à la maison et au travail.

Inclusion d’aliments sains dans l’alimentation.

Ces facteurs réduiront l’activité du stress nerveux et amélioreront considérablement l’état du patient, empêchant le développement de la maladie.

Tous les documents présentés sur le site sont uniquement à des fins éducatives et ne sont pas destinés à des conseils médicaux, à un diagnostic ou à un traitement. L’administration du site, les éditeurs et les auteurs d’articles ne sont pas responsables des conséquences et des pertes pouvant survenir lors de l’utilisation du matériel du site.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.