Médicaments contre l’inflammation des bronches et la toux chez l’adulte

La bronchite est une maladie inflammatoire diffuse des bronches, touchant la muqueuse ou toute l’épaisseur de la paroi bronchique. Les dommages et l’inflammation de l’arbre bronchique peuvent se produire comme un processus indépendant et isolé (bronchite primaire) ou se développer comme une complication dans le contexte de maladies chroniques existantes et d’infections passées (bronchite secondaire). Les dommages à l’épithélium muqueux des bronches perturbent la production de sécrétions, l’activité motrice des cils et le processus de nettoyage des bronches. Partagez la bronchite aiguë et chronique, différant par l’étiologie, la pathogenèse et le traitement.

CIM-10

informations générales

La bronchite est une maladie inflammatoire diffuse des bronches, touchant la muqueuse ou toute l’épaisseur de la paroi bronchique. Les dommages et l’inflammation de l’arbre bronchique peuvent se produire comme un processus indépendant et isolé (bronchite primaire) ou se développer comme une complication dans le contexte de maladies chroniques existantes et d’infections passées (bronchite secondaire). Les dommages à l’épithélium muqueux des bronches perturbent la production de sécrétions, l’activité motrice des cils et le processus de nettoyage des bronches. Partagez la bronchite aiguë et chronique, différant par l’étiologie, la pathogenèse et le traitement.

Bronchite aiguë

L’évolution aiguë de la bronchite est caractéristique de nombreuses infections respiratoires aiguës (ARVI, infections respiratoires aiguës). Les causes les plus fréquentes de bronchite aiguë sont les virus parainfluenza, le virus respiratoire syncytial, les adénovirus, moins souvent le virus de la grippe, la rougeole, les entérovirus, les rhinovirus, les mycoplasmes, la chlamydia et les infections mixtes virales-bactériennes. La bronchite aiguë est rarement de nature bactérienne (pneumocoques, staphylocoques, streptocoques, Haemophilus influenzae, coqueluche). Le processus inflammatoire affecte d’abord le nasopharynx, les amygdales, la trachée, se propageant progressivement aux voies respiratoires inférieures – les bronches.

Une infection virale peut provoquer la reproduction d’une microflore opportuniste, aggravant les modifications catarrhales et infiltrantes de la muqueuse. Les couches supérieures de la paroi bronchique sont touchées: il y a une hyperémie et un gonflement de la membrane muqueuse, une infiltration prononcée de la couche sous-muqueuse, des changements dystrophiques et un rejet des cellules épithéliales se produisent. Avec un traitement approprié, la bronchite aiguë a un pronostic favorable, la structure et les fonctions des bronches sont entièrement restaurées après 3-4 semaines. La bronchite aiguë est très souvent observée dans l’enfance : ce fait s’explique par la forte sensibilité des enfants aux infections respiratoires. Les bronchites récurrentes contribuent à la transition de la maladie vers une forme chronique.

Bronchite chronique

La bronchite chronique est une maladie inflammatoire à long terme des bronches qui évolue dans le temps et provoque des modifications structurelles et un dysfonctionnement de l’arbre bronchique. La bronchite chronique survient avec des périodes d’exacerbations et de rémissions, a souvent une évolution latente. Récemment, il y a eu une augmentation de l’incidence de la bronchite chronique due à la dégradation de l’environnement (pollution de l’air par des impuretés nocives), à de mauvaises habitudes généralisées (tabagisme) et à un niveau élevé d’allergisation de la population. Avec une exposition prolongée à des facteurs indésirables sur la membrane muqueuse des voies respiratoires, des modifications progressives de la structure de la membrane muqueuse se développent, une augmentation de la production d’expectorations, une altération de la capacité de drainage des bronches et une diminution de l’immunité locale. Dans la bronchite chronique, il se produit une hypertrophie des glandes des bronches, épaississement de la muqueuse. La progression des modifications sclérotiques de la paroi bronchique conduit au développement de bronchectasies, déformant la bronchite. Une modification de la capacité de conduction de l’air des bronches altère considérablement la ventilation pulmonaire.

Classification de la bronchite

La bronchite est classée selon un certain nombre de critères :

Selon la sévérité du flux :
  • degré doux
  • degré moyen
  • sévère
Par parcours clinique :

Bronchite aiguë

Les bronchites aiguës, selon le facteur étiologique, sont:

  • origine infectieuse (virale, bactérienne, virale-bactérienne)
  • origine non infectieuse (risques chimiques et physiques, allergènes)
  • origine mixte (association d’une infection et de l’action de facteurs physico-chimiques)
  • étiologie non précisée

Selon la zone de dommages inflammatoires, il existe:

  • trachéobronchite
  • bronchite avec lésion primitive des bronches de moyen et petit calibre
  • bronchiolite

Selon le mécanisme d’apparition, on distingue la bronchite aiguë primaire et secondaire. Par la nature de l’exsudat inflammatoire, on distingue la bronchite: catarrhale, purulente, catarrhale-purulente et atrophique.

Le commissaire militaire a expliqué pourquoi les Russes de plus de 45 ans sont appelés
Publicité
Un nouveau message à Pugacheva est apparu sur le bâtiment Ostankino
Publicité
Les médecins ont nommé les 5 meilleurs produits pour un cœur en bonne santé
Publicité
Les fans sont stupéfaits par les nouvelles de Pugacheva
Publicité

Bronchite chronique

Selon la nature de l’inflammation, on distingue la bronchite chronique catarrhale et la bronchite chronique purulente. En modifiant la fonction de la respiration externe, on distingue la bronchite obstructive et une forme non obstructive de la maladie. Les phases du processus au cours de la bronchite chronique alternent exacerbations et rémissions.

Les principaux facteurs contribuant au développement de la bronchite aiguë sont:

  • facteurs physiques (humidité, air froid, changements brusques de température, exposition aux radiations, poussière, fumée);
  • facteurs chimiques (présence de polluants dans l’air atmosphérique – monoxyde de carbone, sulfure d’hydrogène, ammoniac, vapeurs de chlore, acides et alcalis, fumée de tabac, etc.);
  • mauvaises habitudes (tabagisme, abus d’alcool);
  • processus congestifs dans la circulation pulmonaire (pathologie cardiovasculaire, violation du mécanisme de clairance mucociliaire);
  • la présence de foyers d’infection chronique dans la bouche et le nez – sinusite, amygdalite, adénoïdite;
  • facteur héréditaire (prédisposition allergique, troubles congénitaux du système bronchopulmonaire).

Il a été établi que le tabagisme est le principal facteur provoquant le développement de diverses pathologies broncho-pulmonaires, dont la bronchite chronique. Les fumeurs souffrent de bronchite chronique 2 à 5 fois plus souvent que les non-fumeurs. Les effets nocifs de la fumée de tabac s’observent aussi bien dans le tabagisme actif que passif.

Prédispose à la survenue d’une bronchite chronique exposition à long terme à des conditions de production nocives : poussières – ciment, charbon, farine, bois ; vapeurs d’acides, alcalis, gaz; conditions de température et d’humidité inconfortables. La pollution de l’air atmosphérique par les émissions des entreprises industrielles et des transports, les produits de combustion de carburant a un effet agressif principalement sur le système respiratoire humain, provoquant des dommages et une irritation des bronches. Une forte concentration d’impuretés nocives dans l’air des grandes villes, en particulier par temps calme, entraîne de graves exacerbations de la bronchite chronique.

Le SRAS transféré à plusieurs reprises, la bronchite aiguë et la pneumonie, les maladies chroniques du nasopharynx, les reins peuvent en outre provoquer le développement d’une bronchite chronique. En règle générale, l’infection se superpose aux dommages déjà existants de la muqueuse respiratoire par d’autres facteurs dommageables. Le climat humide et froid contribue au développement et à l’exacerbation de maladies chroniques, dont la bronchite. Un rôle important appartient à l’hérédité qui, dans certaines conditions, augmente le risque de bronchite chronique.

Symptômes de la bronchite

Bronchite aiguë

Le principal symptôme clinique de la bronchite aiguë – une toux thoracique basse – apparaît généralement dans le contexte de manifestations déjà existantes d’une infection respiratoire aiguë ou simultanément avec elles. Le patient a de la fièvre (jusqu’à modérément élevée), une faiblesse, des malaises, une congestion nasale, un écoulement nasal. Au début de la maladie, la toux est sèche, avec des expectorations peu abondantes, difficiles à séparer, aggravées la nuit. Les épisodes de toux fréquents provoquent des douleurs dans les muscles abdominaux et la poitrine. Après 2-3 jours, les expectorations (muqueuses, mucopurulentes) commencent à se détacher abondamment et la toux devient humide et douce. Des râles secs et humides se font entendre dans les poumons. Dans les cas simples de bronchite aiguë, l’essoufflement n’est pas observé et son apparence indique des dommages aux petites bronches et le développement d’un syndrome obstructif. L’état du patient revient à la normale en quelques jours, la toux peut persister plusieurs semaines. Une température élevée prolongée indique l’ajout d’une infection bactérienne et le développement de complications.

Bronchite chronique

La bronchite chronique survient, en règle générale, chez l’adulte, après des bronchites aiguës répétées, ou avec une irritation prolongée des bronches (fumée de cigarette, poussière, gaz d’échappement, vapeurs chimiques). Les symptômes de la bronchite chronique sont déterminés par l’activité de la maladie (exacerbation, rémission), la nature (obstructive, non obstructive), la présence de complications.

La principale manifestation de la bronchite chronique est une toux prolongée pendant plusieurs mois pendant plus de 2 années consécutives. La toux est généralement humide, apparaît le matin, accompagnée de la libération d’une petite quantité de crachats. Une toux accrue est observée par temps froid et humide et une rémission – pendant la saison sèche et chaude. Dans le même temps, le bien-être général des patients ne change presque pas, la toux des fumeurs devient un phénomène courant. La bronchite chronique progresse avec le temps, la toux s’intensifie, acquiert le caractère d’attaques, devient rauque, improductive. Il y a des plaintes de crachats purulents, de malaise, de faiblesse, de fatigue, de transpiration nocturne. L’essoufflement s’accompagne de charges, même mineures. Chez les patients ayant une prédisposition aux allergies, un bronchospasme survient, indiquant le développement d’un syndrome obstructif,

Complications

La bronchopneumonie est une complication fréquente de la bronchite aiguë, qui se développe à la suite d’une diminution de l’immunité locale et de l’accumulation d’une infection bactérienne. La bronchite aiguë transférée à plusieurs reprises (3 fois ou plus par an) entraîne la transition du processus inflammatoire vers une forme chronique. La disparition des facteurs provocateurs (arrêt du tabac, changement climatique, changement de travail) peut totalement sauver le patient de la bronchite chronique. Avec la progression de la bronchite chronique, une pneumonie aiguë répétée se produit et, avec un long parcours, la maladie peut se transformer en maladie pulmonaire obstructive chronique. Les modifications obstructives de l’arbre bronchique sont considérées comme une condition pré-asthmatique (bronchite asthmatique) et augmentent le risque d’asthme bronchique. Les complications apparaissent sous forme d’emphysème, d’hypertension pulmonaire,

Diagnostique

Le diagnostic de diverses formes de bronchite repose sur l’étude du tableau clinique de la maladie et sur les résultats d’études et de tests de laboratoire:

  • Analyse générale du sang et de l’urine ;
  • Tests sanguins immunologiques et biochimiques;
  • Radiographie des poumons ;
  • Spirométrie, débitmétrie de pointe ;
  • Bronchoscopie, bronchographie;
  • ECG, échocardiographie ;
  • Analyse microbiologique des crachats.

Traitement de la bronchite

En cas de bronchite avec une forme concomitante sévère d’ARVI, le traitement est indiqué dans le service de pneumologie, avec bronchite non compliquée, traitement ambulatoire. Le traitement de la bronchite doit être complet: lutte contre l’infection, restauration de la perméabilité bronchique, élimination des facteurs provoquants nocifs. Il est important de terminer le traitement complet de la bronchite aiguë afin d’éviter sa transition vers une forme chronique. Dans les premiers jours de la maladie, le repos au lit, une forte consommation d’alcool (1,5 à 2 fois plus que la normale), un régime lacté et végétal sont indiqués. Au moment du traitement, il est nécessaire d’arrêter de fumer. Il est nécessaire d’augmenter l’humidité de l’air dans la pièce où se trouve le patient atteint de bronchite, car la toux s’intensifie dans l’air sec.

Le traitement de la bronchite aiguë peut inclure des médicaments antiviraux: interféron (par voie intranasale), pour la grippe – rimantadine, ribavirine, pour l’infection à adénovirus – RNase. Dans la plupart des cas, les antibiotiques ne sont pas utilisés, à l’exception des cas d’infection bactérienne, avec une évolution prolongée de la bronchite aiguë, avec une réaction inflammatoire prononcée selon les résultats des tests de laboratoire. Pour améliorer l’excrétion des expectorations, des agents mucolytiques et expectorants sont prescrits (bromhexine, ambroxol, collection de plantes expectorantes, inhalations avec des solutions de soude et de solution saline). Dans le traitement de la bronchite, le massage par vibration, les exercices thérapeutiques et la physiothérapie sont utilisés. Avec une toux sèche, improductive et douloureuse, le médecin peut prescrire des médicaments qui suppriment le réflexe de la toux – oxeladine, prénoxdiazine, etc.

La bronchite chronique nécessite un traitement à long terme, à la fois pendant l’exacerbation et la rémission. Avec une exacerbation de la bronchite, avec des expectorations purulentes, des antibiotiques sont prescrits (après avoir déterminé la sensibilité de la microflore isolée à ceux-ci), qui fluidifient les expectorations et les médicaments expectorants. Dans le cas d’une bronchite chronique de nature allergique, il est nécessaire de prendre des antihistaminiques. Mode – demi-lit, boisson abondante nécessairement chaude (eau minérale alcaline, thé aux framboises, miel). Parfois, une bronchoscopie thérapeutique est réalisée, avec un lavage bronchique avec diverses solutions médicamenteuses (lavage bronchique). La gymnastique respiratoire et la physiothérapie (inhalation, UHF, électrophorèse) sont présentées. À la maison, vous pouvez utiliser des pansements à la moutarde, des tasses médicales, des compresses chauffantes. Des vitamines et des immunostimulants sont pris pour améliorer la résistance de l’organisme. En dehors de l’exacerbation de la bronchite, une cure thermale est souhaitable. Promenades très utiles au grand air, normalisant la fonction respiratoire, le sommeil et l’état général. Si aucune exacerbation de bronchite chronique n’est observée dans les 2 ans, le patient est retiré de l’observation du dispensaire par un pneumologue.

Prévoir

La bronchite aiguë sous forme simple dure environ deux semaines et se termine par une guérison complète. Dans le cas de maladies chroniques concomitantes du système cardiovasculaire, on observe une évolution prolongée de la maladie (un mois ou plus). La forme chronique de la bronchite a un long parcours, un changement dans les périodes d’exacerbations et de rémissions.

La prévention

Les mesures préventives pour prévenir de nombreuses maladies bronchopulmonaires, y compris la bronchite aiguë et chronique, comprennent : l’élimination ou l’affaiblissement de l’impact sur les organes respiratoires des facteurs nocifs (poussière, pollution de l’air, tabagisme), le traitement rapide des infections chroniques, la prévention des manifestations allergiques, l’augmentation immunité, mode de vie sain.

1. Bronchite chronique non obstructive / T.A. Moukhtarov, A.V. Tumarenko, V.V. Skvortsov // Infirmière. – 2015 – N°8.

4. Maladies internes en 2 volumes : manuel / Ed. SUR LE. Mukhina, VS Moiseeva, A.I. Martynov – 2010.

Bronchite obstructive chez l’adulte

La bronchite obstructive est une maladie inflammatoire des voies respiratoires inférieures qui affecte les bronches. La bronchite, dans laquelle les bronches sont rétrécies, est appelée obstructive. Obstruction (littéralement, il s’agit d’un rétrécissement, d’un chevauchement) – se produit sous l’influence du processus inflammatoire dans les parois des bronches et des bronchioles, elles s’épaississent à cause de l’œdème. L’œdème entraîne une concentration de crachats dans la lumière de la bronche. Le flegme “obstrue” les bronches. L’air passe difficilement dans les bronches. Le patient entend des sifflements, des râles dans la poitrine, comme si on jouait de la cornemuse à l’intérieur.

Chez un patient adulte, cela arrive – aigu et chronique.

Bronchite obstructive aiguë

C’est une inflammation des bronches qui débute rapidement et qui n’est pas précédée de plusieurs années de toux régulières. A la question du médecin “Depuis combien de temps toussez-vous?”, le patient ne répondra pas plus d’une semaine.

Le processus inflammatoire dans les bronches entraîne un gonflement et une irritation. Il y a une toux qui ne dure pas plus de 3 semaines. Dans la bronchite aiguë, l’inflammation ne dure pas longtemps et la structure des bronches se rétablira complètement après la guérison.

Dans 80% des cas, la bronchite aiguë obstructive est causée par une infection virale des voies respiratoires supérieures. Par exemple grippe, parainfluenza, rhinovirus. Habituellement, tous ces agents pathogènes, à l’exception de la grippe, sont appelés rhumes par les gens. Les causes moins fréquentes de bronchite aiguë sont les bactéries – mycoplasme ou pneumonie à chlamydia, l’agent causal de la coqueluche, staphylococcus aureus, streptocoques et Haemophilus influenzae.

Bronchite obstructive chronique

Il s’agit d’une maladie chronique des bronches, de nature inflammatoire. Dans le même temps, une inflammation chronique (à long terme) et un œdème se développent dans l’arbre bronchique. L’inflammation et l’enflure chroniques rétrécissent les bronches, ce qui limite le flux d’air dans les poumons. Le mécanisme d’apparition de l’obstruction coïncide avec le processus aigu que nous avons décrit ci-dessus. Dans le contexte de l’obstruction, la toux et l’essoufflement augmentent. Des sifflements et une respiration sifflante se font entendre dans la poitrine. Parfois, une respiration sifflante et des sifflements sont entendus même par les personnes à proximité. La toux tourmente le patient pendant plusieurs années. La fréquence des exacerbations de la toux et d’autres symptômes est de deux à trois fois par an, pendant plus de trois semaines consécutives.

La bronchite chronique est

  • Obstructif
  • simple rechute
  • Asthmatique.

Il existe plusieurs causes de bronchite chronique obstructive chez l’adulte. En premier lieu, il y a l’influence de facteurs externes – le tabagisme (actif et passif). Sur le second ouvrage lié aux poussières inorganiques (métallurgie, industrie charbonnière, etc.), l’utilisation du charbon pour le chauffage domestique.

Les autres causes de cette maladie sont les infections. Par exemple, maladies broncho-pulmonaires précédemment transférées, mal ou tardivement traitées (conséquences d’un SRAS non traité, d’une pneumonie ou d’infections infantiles).

La bronchite asthmatique est soit un asthme non diagnostiqué ou ses débuts, soit un pré-asthme.

Symptômes de la bronchite obstructive

Le symptôme principal et principal de toute bronchite est une toux.

Dans les maladies obstructives aiguës et chroniques, les expectorations sont expulsées pendant la toux. La toux est dite humide ou “humide”. La toux est souvent sans expectoration – “toux sèche”.

La couleur des crachats lors de la toux est variée, du transparent au vert-brun et parfois avec du sang. La couleur lui est donnée par des bactéries qui pénètrent dans les bronches lors de la respiration et se multiplient.

Pour un processus aigu, une couleur claire d’expectoration ou de jaune est plus caractéristique. Pour un processus chronique, la couleur jaune-vert, verte et brune est plus caractéristique. Cela est dû à une inflammation chronique à long terme et à la présence d’une microflore plus agressive dans les expectorations.

La bronchite asthmatique chronique se caractérise par des accès de toux, parfois accompagnés d’expectorations mousseuses ou vitreuses. La toux réveille le patient la nuit ou le matin. Cela interfère avec une telle toux pendant l’exercice et lors de déplacements dans le métro. Sur fond de toux avec bronchite asthmatique, on entend des sifflements dans la poitrine. Le patient dit “concert de chat” dans ma poitrine !

L’augmentation de la température dans ces maladies n’est pas non plus rare. Cela est dû aux causes qui ont provoqué le développement de la maladie – ce sont des virus respiratoires. Une augmentation de la température jusqu’à 39C, et avec une grippe supérieure à 39C, est possible.

Avec l’exacerbation de la bronchite obstructive, la température augmente lentement. Au début, il est petit (subfébrile), puis il peut soudainement augmenter et persister longtemps. Juste pendant la période de montée, les expectorations de la lumière à devenir vertes ou brunes.

Essoufflement, respiration laborieuse

Ces symptômes sont typiques de toute bronchite aiguë et chronique compliquée d’obstruction, ainsi que de la bronchite asthmatique. Ces symptômes, ainsi que la respiration sifflante et la respiration sifflante, sont associés à une constriction bronchique. Plus le rétrécissement est prononcé, plus la toux, le sifflement dans la poitrine et la respiration sifflante sont importants. Lorsque l’infection pénètre dans la muqueuse bronchique, elle s’enflamme et gonfle, et sa lumière diminue. L’obstruction est exacerbée par les expectorations, qui bloquent en outre le mouvement de l’air pendant la respiration et sa vitesse est fortement réduite. Dans ce cas, une personne est obligée de respirer plus souvent pour se fournir en oxygène. Au cours de ces événements, une personne malade ressent une congestion et des douleurs dans la poitrine, des brûlures, une respiration sifflante.

Dans la bronchite asthmatique, l’obstruction survient soudainement. Cette attaque de suffocation provoque la panique chez les malades. L’homme dit “J’ai eu une crise d’asthme!” Il est difficile de cracher des crachats lors de cette attaque, des sifflements et une respiration sifflante se font entendre dans la poitrine.

Traitement de la bronchite obstructive

Les principales tâches à résoudre dans la bronchite obstructive

  1. La toux est soulagée – elle ne doit pas interférer avec le sommeil, effectuer les tâches ménagères, irriter et interférer avec les êtres chers.
  2. Il est nécessaire de rétablir le passage normal de l’air dans les bronches – réduire l’obstruction, améliorer l’expectoration.
  3. L’infection doit être éradiquée.
  4. Après la guérison, prescrire un programme pour renforcer l’immunité, mener une rééducation et donner des recommandations sur la vaccination contre la grippe et la pneumonie.

La bronchite aiguë non compliquée se guérit sans traitement actif, et sans conséquences. Il est préférable que le patient ne se rende pas au travail à ce moment-là, mais reste à la maison. Une boisson chaude abondante et généralement dans 7 jours, la récupération viendra.

N’oubliez pas : la bronchite obstructive portée sur les « jambes » peut se compliquer d’une pneumonie !

Pour le traitement de l’obstruction, berodual est utilisé via un nébuliseur. Les expectorants sont inefficaces dans un processus aigu. La décision d’utilisation est prise par le médecin.

Si la maladie s’accompagne d’une augmentation de la température corporelle pendant plus de 4 jours, consultez un pneumologue. Vous pourriez avoir une pneumonie et avoir besoin d’autres médicaments.

Avec une exacerbation d’un processus obstructif chronique dans les poumons, la tâche est différente. Le traitement est obligatoire. Pour que la maladie ne progresse pas, un traitement actif est nécessaire. Les causes de l’exacerbation de cette maladie sont généralement associées à une infection bactérienne sur fond de rhume ou d’hypothermie. Les antibiotiques sont indispensables au traitement. Des expectorants modernes seront nécessaires. L’inhalation de bronchodilatateurs, notamment au moyen d’un nébuliseur, réduira rapidement la toux.

Dans la bronchite asthmatique, le traitement vise à arrêter le rétrécissement brutal de la lumière bronchique. La maladie se développe en réponse à l’inhalation d’un allergène, de produits chimiques à odeur âcre, de poussières organiques. Il est nécessaire d’exclure le contact du patient avec l’irritant. Les symptômes de cette maladie sont des épisodes de toux, une respiration sifflante et un sifflement dans la poitrine. Le tableau clinique est lumineux. Pour la thérapie, les médicaments qui dilatent les bronches, les expectorants, les stéroïdes sous forme d’inhalations ou par voie intraveineuse seront efficaces. L’antibiothérapie est rarement utilisée.

Méthodes de traitement

Médicaments

Antibiotiques – nécessaires pour détruire les bactéries responsables de l’inflammation des bronches. En raison du pourcentage élevé d’utilisation inconsidérée d’antibiotiques, le nombre de bactéries résistantes au traitement a augmenté.

Ne vous soignez pas ! Les antibiotiques doivent être prescrits par un médecin ! Dans la communauté scientifique médicale, il existe des recommandations claires pour prescrire un antibiotique pour les régions de notre pays.

Les médicaments antiviraux ne sont nécessaires que pour le traitement de la grippe et de l’inflammation des bronches qui accompagne cette maladie. Seuls deux médicaments à l’efficacité prouvée contre ce virus sont utilisés : l’Oseltamivir et le Zanamivir. Ces médicaments ne soignent que la grippe, ils sont inutiles pour les autres SRAS.

La nomination de stimulants de l’immunité n’apportera pas de résultats tangibles. Par conséquent, dans les recommandations des sociétés médicales, vous ne trouverez pas ces médicaments.

En cas d’obstruction bronchique, les médicaments qui résolvent cette obstruction sont nécessaires et efficaces – ils dilatent les bronches.

Bronchodilatateurs (bronchodilatateurs)

Ces médicaments sont inhalés par des nébuliseurs. Ceux-ci incluent Berodual, Atrovent et Salbutamol. Le médecin prescrit un traitement. ils ont des effets secondaires.

Les médicaments stéroïdiens sont efficaces pour la bronchite asthmatique chronique. Ils sont inhalés sous forme d’inhalations ou administrés par voie intraveineuse.

Expectorants – Ambroxol, acétylcéstéine ou carbocéstéine. Les préparations peuvent être utilisées sous forme d’inhalations ou par voie parentérale (intraveineuse). La dose et la fréquence de prise de ces médicaments sont déterminées par le pneumologue.

Inhalations

Dans le traitement de la bronchite obstructive, le rôle de l’inhalation est difficile à surestimer. Les nébuliseurs à compresseur vaporisent des antibiotiques, des bronchodilatateurs, des expectorants, des corticostéroïdes sur des microparticules et injectent un aérosol thérapeutique dans les bronches. L’avantage de cette méthode d’administration est que le médicament est administré exactement au site de l’inflammation. Par conséquent, lors du traitement par nébuliseur, il est possible de réduire rapidement la toux, de normaliser l’expectoration et de réduire sa viscosité.

Massage

Très efficace et simple pour le traitement a recommandé massage – ventouses. Le massage par ventouses nous vient depuis longtemps de la médecine chinoise. L’irritation des zones réflexes de la peau du dos stimule l’expectoration des expectorations, réduit la toux et conduit à la guérison.

“Ventum Vest Vibration” – un effet complexe de massage par vibration et de pression sur la poitrine en même temps. Le patient est mis sur un gilet spécial, dans lequel de l’air est injecté sous pression. En modifiant la fréquence d’alimentation en air du gilet et la pression sur la poitrine, l’immunité est activée. Cela est dû à l’amélioration de la microcirculation dans les bronches touchées. Améliore la circulation lymphatique et la régénération de la muqueuse bronchique endommagée. Si le massage par vibration est associé à l’inhalation d’antibiotiques et de médicaments expectorants, leur concentration dans les bronches affectées augmentera. Un effet complexe sur les bronches contribue à un rétablissement rapide sans complications.

thérapie par l’exercice et exercices de respiration

Au stade de la réduction de la gravité de la maladie ou de l’exacerbation, la thérapie par l’exercice et les exercices de respiration augmenteront l’expectoration, amélioreront l’apport sanguin aux bronches. En conséquence, l’inflammation, l’essoufflement et les difficultés respiratoires diminueront. Cet effet est obtenu en entraînant les muscles respiratoires. Ces muscles comprennent le diaphragme, les muscles intercostaux et les muscles du dos. Le principal public pour qui la thérapie par l’exercice est utile est celui des patients atteints de toux chronique du fumeur, la MPOC.

Conséquences et complications possibles de la bronchite obstructive

Avec un traitement inapproprié de l’obstruction des bronches, des complications graves sont possibles. Le premier est la pneumonie. La pneumonie est une maladie infectieuse aiguë qui entraîne une mort rapide. Le risque de développer une pneumonie avec un traitement retardé ou incorrect est élevé. Pour prévenir le développement d’une pneumonie, le patient doit absolument contacter un pneumologue. Le médecin pourra diagnostiquer – exclure la pneumonie. Peut-être prescrira-t-il une cure d’antibiotiques, sans attendre le développement d’une pneumonie. Si la température corporelle ne diminue pas pendant plus de 3-4 jours ou augmente constamment, la toux s’intensifie et des expectorations purulentes ou brunes apparaissent, il est alors très probable que vous ayez une pneumonie.

Dans le contexte de la bronchite, une complication du pneumothorax est possible – il s’agit d’une rupture de la plèvre due à une toux forte et intense. Il s’agit d’une situation d’urgence. Le pneumothorax est noté chez les patients atteints de transformation bulleuse, BPCO, mais il y a souvent des cas de pneumothorax dans le contexte d’une toux prolongée. Brie d’obstruction et d’inflammation à long terme, le tissu pulmonaire perd son élasticité, devient rigide. Le tissu pulmonaire est facilement endommagé par la toux. Par conséquent, si des symptômes tels qu’un essoufflement soudain et des douleurs thoraciques apparaissent, il est urgent de consulter un pneumologue.

Les exacerbations fréquentes de la bronchite obstructive entraînent l’apparition ou la progression de la MPOC, une maladie qui entraîne le développement d’une insuffisance respiratoire et la mort.

La prévention

La prévention d’un processus obstructif aigu dans les bronches est identique à la prévention de la grippe et du SRAS – il s’agit de vaccinations annuelles et saisonnières contre la grippe. Lors de l’arrivée du froid hors saison, il est nécessaire d’éviter l’hypothermie, le contact avec des patients déjà malades.

Pour prévenir les exacerbations de la maladie bronchique obstructive chronique, éliminez tout d’abord les facteurs externes qui en sont la cause – tabagisme, poussière dans les entreprises, travail dans une mine. La vaccination contre la grippe est effectuée chaque année. Les patients atteints de bronchite chronique obstructive sont vaccinés contre la pneumonie. Il a lieu une fois tous les 5 ans.

Un élément important de la prévention est le traitement dans des stations respiratoires spéciales. Ils sont dans notre pays – la Crimée. En Allemagne (Bad Reichenhall), côte sud de la France, côte de l’Italie. La tâche principale du patient séjournant à la station consiste à faire des exercices physiques actifs à l’air frais.

BPCO : symptômes, diagnostic, traitement, rééducation

La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est une maladie des voies respiratoires à évolution lente. Si la MPOC n’est pas détectée et traitée à temps, elle se développe, aggravant la qualité de vie – la respiration deviendra difficile, l’essoufflement interférera avec les activités quotidiennes et le travail. Un manque constant d’oxygène entraîne de graves conséquences, principalement une insuffisance cardiaque, une arythmie et une crise cardiaque. L’emphysème et la bronchectasie, la fibrose du tissu pulmonaire, les bulles dans les poumons, les pneumothorax qui se forment dans la MPOC sont des complications de cette maladie et peuvent entraîner une hospitalisation.

Plus de 2,5 mille patients atteints de MPOC ont été traités dans notre clinique. Un tiers d’entre eux sont venus nous voir sans connaître leur diagnostic. Beaucoup ont été traités pour l’asthme bronchique, ne prodiguant pas les soins appropriés et permettant à la maladie de progresser. Il y a des patients qui ont été diagnostiqués en vain et qui ont acheté des médicaments coûteux en vain et qui ont été stressés par ce diagnostic.

De nombreuses années d’expérience acquises en travaillant à l’Institut de recherche en pneumologie permettent à nos pneumologues d’aider les patients à respirer normalement, de réduire la fréquence des exacerbations et d’éviter les complications.

Concepts de base pour la MPOC :

  • Une obstruction est une obstruction au libre passage de l’air. Les processus d’inflammation à l’intérieur des bronches entraînent leur rétrécissement et la difficulté du passage de l’air à travers les bronches. La BPCO est donc une maladie broncho-obstructive.
  • Emphysème – (en grec “gonfler”) – une expansion pathologique des sacs pulmonaires (alvéoles) et des parties adjacentes des voies respiratoires (bronchioles distales), à la suite de quoi les poumons deviennent excessivement “gonflés”.
  • Bronchite – une inflammation prolongée des parois des bronches entraîne leur épaississement et leur déformation. La muqueuse bronchique perd sa capacité à s’auto-purifier. Cela conduit à la rétention de mucus et à la toux.

Symptômes de la MPOC

Les principales manifestations cliniques de la maladie sont :

  • Essoufflement – lorsque les dommages aux bronches et aux bronchioles deviennent prononcés, il y a un problème d’échange de gaz dans le corps : il devient de plus en plus difficile d’obtenir suffisamment d’oxygène et de se débarrasser de l’excès de dioxyde de carbone. Ces changements entraînent un essoufflement et des palpitations cardiaques.
  • Toux prolongée avec crachats visqueux difficiles à séparer – la toux devient un compagnon constant d’une personne. Les crachats changent de couleur du gris au vert. Cela dépend de l’infection bactérienne attachée.
  • Respiration sifflante. L’essoufflement et la toux sont accompagnés d’une respiration sifflante et d’un sifflement dans la poitrine. Le rétrécissement de la lumière de la bronche provoque des sifflements lors de la respiration. Le flegme à l’intérieur des bronches améliore ou modifie ces sons.
  • Diminution de la tolérance à l’exercice – si auparavant une personne pouvait facilement monter au 3ème étage ou courir après un bus, alors avec la MPOC, cela est difficile à faire. Vous avez besoin de reprendre votre souffle, de reprendre votre souffle.

Les cas de diagnostic faussement positif de BPCO surviennent de 5 à 65 % dans le monde – le diagnostic est posé, mais en fait la personne ne l’a pas.

Diagnostic de la MPOC

Afin de répondre ou non à la question de la BPCO, il est nécessaire de mener deux études obligatoires :

  1. Spirométrie (RF) – après avoir reçu les résultats du test, le médecin évalue le degré d’obstruction selon les recommandations du GOLD (Global initiative for Obstructive Lung Disease) et reçoit une réponse indiquant si le patient est atteint de BPCO. En fonction du degré de rétrécissement des bronches, le pneumologue prescrit des médicaments – des inhalateurs.
  2. CT des organes de la poitrine – cette étude montrera des changements dans le tissu pulmonaire – déformations bronchiques, emphysème, bulles dans les poumons. Un médecin peut évaluer visuellement la gravité des changements chez un patient atteint de MPOC.

Les méthodes de recherche supplémentaires sont la pléthysmographie corporelle et le test de diffusion. Ce sont des études spéciales nécessaires pour contrôler l’évolution de la maladie et prévenir sa progression.

Stades de la maladie :

  • Sévérité légère – GOLD 1, VEMS supérieur à 80 % de la valeur attendue (taux expiratoire VEMS en une seconde, l’indicateur est obtenu pendant la FVD)
  • Sévérité modérée GOLD 2, plus de 50 % VEMS inférieur à 80 %
  • Sévère GOLD 3 , plus de 30 % FEV1 moins de 50 %
  • Gravité extrême GOLD 4, VEMS inférieur à 30 %

Pour évaluer les risques de progression de la MPOC, un indicateur important est le nombre d’exacerbations de MPOC par an. Il a été prouvé que plus le débit d’air dans les bronches est limité en raison de leur rétrécissement (VEMS bas), plus les exacerbations sont fréquentes et le risque de décès.

Traitement de la MPOC

Le traitement de la MPOC est un processus long et progressif qui doit être effectué sous la supervision d’un pneumologue. Les principaux groupes de médicaments utilisés dans notre clinique:

  • Bronchodilatateurs. Leur tâche est de dilater les bronches autant que possible et de les maintenir dans un état dilaté aussi longtemps que possible. Cela soulage la respiration. Les médicaments modernes ont un effet de 24 heures. En combinaison avec des bronchodilatateurs à courte durée d’action, ils peuvent réduire l’essoufflement, l’essoufflement, la respiration sifflante et la respiration sifflante.
  • Expectorants ou mucolytiques – amincissent les expectorations et l’empêchent de s’attarder dans les bronches. Si un bouchon de crachat se forme dans la bronche rétrécie, la personne ne pourra pas respirer normalement. Il s’étouffera et toussera constamment. Les expectorants modernes réduisent la viscosité des expectorations, certains préviennent la fibrose pulmonaire. Les médicaments sont administrés par un nébuliseur, des comprimés ou par voie intraveineuse.
  • Les antibiotiques sont nécessaires pour traiter une exacerbation de la MPOC. Ils doivent agir rapidement et de manière fiable. Les patients ont souvent une microflore résistante aux antibiotiques dans leurs bronches. Ensuite, le pneumologue doit prescrire le bon antibiotique ou une combinaison de ceux-ci.
  • Les médicaments hormonaux sont efficaces chez les patients souffrant d’asthme combiné (syndrome de l’anse). Ils sont parfois utilisés en injection intraveineuse ou sous forme de comprimé pour les poussées sévères de MPOC.

Les tâches de tous ces remèdes sont de rétablir la respiration, de réduire la toux et la production d’expectorations, de réduire l’essoufflement, de restaurer la force pour le travail et la vie et de prévenir les complications.

Rééducation pulmonaire dans la BPCO

Notre service de pneumologie a développé un « programme de réadaptation pulmonaire pour les patients atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique ».

Le cours de la thérapie complexe permet de remplacer l’assainissement bronchoscopique chez les patients atteints de bronchectasie.

  • les crachats deviennent facilement crachés, la toux se produit naturellement, des médicaments sont versés dans les plus petites bronches, y compris des agents antimicrobiens.
  • l’introduction de médicaments dans les bronches et l’élimination des expectorations ne sont ni invasives ni traumatisantes.
  • En raison de l’effet positif des techniques de drainage et des exercices spéciaux inclus dans le cours, le drainage lymphatique des bronches et leur apport sanguin sont améliorés. En conséquence, les propriétés protectrices de la membrane muqueuse des bronches endommagées et du tissu pulmonaire environnant sont améliorées.
  • il n’y a pas de risques inhérents à la bronchoscopie : risque de saignement, de lésion et de réaction allergique à l’anesthésie.

FAQ

L’asthme peut-il évoluer en BPCO ?

Non. Une idée fausse assez courante. Ce sont deux maladies complètement différentes. Ils sont unis par un syndrome – broncho-obstructif. Dans les deux cas, le pneumologue est confronté à un rétrécissement des bronches – obstruction bronchique. Dans le cas de la MPOC, elle n’est pas réversible ; dans le cas de l’asthme, elle est réversible. Les résultats des maladies sont également différents. Le traitement des maladies a des caractéristiques communes, mais toujours complètement différentes. De très nombreux thérapeutes et pneumologues prescrivent immédiatement à un patient atteint de BPCO et des médicaments utilisés pour l’asthme et pour la BPCO. Mais c’est complètement faux.

Pourquoi un patient a-t-il besoin d’un inhalateur et de trois autres ?

La prescription d’un traitement pour la MPOC est une question très délicate. Tout dépend du stade de l’évolution de la maladie, de sa forme (phénotype) et de la fréquence des exacerbations. Ceci est clarifié lors de l’examen et de la consultation avec un pneumologue. De plus, la MPOC est une maladie dans laquelle il existe des maladies concomitantes. Par exemple, les maladies du cœur ou des vaisseaux sanguins, le diabète.

Tous aggravent l’évolution de la maladie et les médicaments prescrits pour le traitement de la MPOC peuvent aggraver l’évolution des maladies concomitantes. Et cela doit être pris en compte. La MPOC ne doit être traitée que par des pneumologues. Ne vous soignez pas et contactez uniquement des spécialistes. Méfiez-vous des ignorants et des charlatans !

Avez-vous besoin de respirer de l’oxygène dans la MPOC ?

Prescrire une oxygénothérapie n’est pas moins difficile que prescrire un traitement médicamenteux de la maladie. Tous les patients atteints de MPOC n’ont pas besoin d’oxygène. Peut-être la nomination correcte de la thérapie par inhalation, des médicaments expectorants et des antibiotiques pour augmenter l’oxygène dans le sang, sans utiliser d’oxygène.

Une oxygénothérapie mal prescrite peut aggraver le pronostic de la maladie ou ne pas obtenir l’effet souhaité. De nombreux médecins, voyant des niveaux d’oxygène réduits chez un patient BPCO, sont pressés de prescrire une oxygénothérapie, sans savoir si c’est nécessaire, est-ce sans danger ?!

Afin de savoir si un concentrateur d’oxygène est nécessaire, une oxymétrie de pouls à long terme (nocturne, quotidienne) est utilisée. L’étude se déroule soit de nuit, soit de jour. Le test vous permet de mesurer la concentration d’oxygène dans le sang et la fréquence cardiaque en continu pendant de nombreuses heures. Sur la base des résultats de l’oxymétrie de pouls, le pneumologue sélectionnera le mode d’approvisionnement en oxygène – la multiplicité et la vitesse de son approvisionnement, sa durée.

Existe-t-il une intervention chirurgicale pour la MPOC ?

Oui, le traitement chirurgical de certaines formes de la maladie est effectué. Tout d’abord, c’est l’emphysème bulleux. Il s’agit d’une variante du flux d’emphysème, dans laquelle des kystes, des bulles (cavités en forme de grosses cloques) se forment dans les poumons. La chirurgie est réalisée à l’aide de techniques endoscopiques modernes.

De plus, selon les indications, avec une MPOC extrêmement sévère, une greffe de poumon est possible – une greffe.

Dans les deux cas, la chirurgie pulmonaire est une intervention dangereuse et complexe qui requiert une grande compétence des chirurgiens thoraciques.

Est-ce une bronchite MPOC ou un emphysème ?

Le terme maladie pulmonaire obstructive chronique est souvent utilisé avec des maladies telles que la bronchite et/ou l’emphysème, car ce sont les formes cliniques les plus courantes de cette maladie (MPOC). En d’autres termes, l’emphysème ou la bronchite chronique obstructive est la MPOC.

De plus, le traitement de la MPOC, de la bronchite chronique obstructive et de l’emphysème est similaire. Mais les résultats de la bronchite chronique simple et de la MPOC sont différents. C’est pourquoi il est si important de poser le bon diagnostic.

Nos spécialistes

Candidat en sciences médicales, pneumologue de la catégorie la plus élevée. Médecin expert officiel des congrès de la Fédération de Russie en pneumologie.

Médecin-chef, candidat en sciences médicales, pneumologue, somnologue, membre de l’European Respiratory Society (ERS).

Expérience professionnelle 26 ans

Candidat en sciences médicales, pneumologue de la catégorie la plus élevée, professeur agrégé du département de pneumologie. NI Pirogov.

Expérience professionnelle 26 ans

Adjoint médecin-chef, pneumologue, allergologue de la catégorie la plus élevée. Membre titulaire de l’Académie Européenne d’Allergologie et d’Immunologie.

Expérience professionnelle 15 ans

Coût des services

Rendez-vous conseil avec un pneumologue ✕ |

Première consultation avec un pneumologue 3500
Consultation répétée avec un pneumologue 3000
Consultation primaire du médecin-chef, pneumologue Kuleshov A.V. 5000
Consultation répétée du médecin-chef, pneumologue Kuleshov A.V. 3500

Moscou, Mazhorov pereulok, 7,
station de métro Elektrozavodskaya

Lun-Ven : de 10h00 à 20h00
Sam : de 10h00 à 18h00
Dim : jour férié

Moscou, Mazhorov pereulok, 7,
station de métro Elektrozavodskaya

Lun-Ven : de 10h00 à 20h00
Sam : de 10h00 à 18h00
Dim : jour férié

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *