rêver

Maux de tête pendant la grossesse

Une femme enceinte sur cinq se plaint du problème des maux de tête. Pourquoi cela se produit-il, qu’est-ce qui devrait être alarmant dans un mal de tête et comment faire mal à la tête des femmes enceintes uniquement à cause du problème du choix d’une poussette et d’un berceau? Cela nous a été raconté par le neurologue de la clinique “9 mois”

Les maux de tête (GB) pendant la grossesse peuvent être :

  • primaire – non associé à la présence d’une autre maladie;
  • secondaire – lorsque la douleur à la tête est l’un des symptômes de la maladie sous-jacente.

Les GB primaires qui ne constituent pas une menace pour la vie sont plus courants. Les maux de tête secondaires sont beaucoup moins fréquents, ils peuvent être le symptôme d’une maladie grave, ils doivent donc être écartés (ou confirmés) en premier.

Lors de la collecte d’une anamnèse, vous devez rechercher la prédisposition familiale à l’HA, vous rappeler quand elle a commencé, déterminer s’il s’agit d’un nouveau mal de tête ou déjà familier et restaurer sa description détaillée. Les antécédents thérapeutiques, chirurgicaux et psychiatriques peuvent révéler des affections contribuant à l’intensification ou à l’initiation de la MH (hypothyroïdie, maladies auto-immunes, hypertension artérielle, dépression). L’enregistrement des médicaments pris est obligatoire. Il est très important que la future mère raconte tout en détail.

Signes de danger indiquant que le GB est le symptôme d’une maladie grave : apparition soudaine d’un mal de tête très sévère (l’AVC hémorragique n’est pas exclu) ; douleur associée à une vision floue ou à des acouphènes pulsatoires (éventuellement augmentation de la pression intracrânienne) ; douleur durant plus de 60 minutes ou accompagnée de symptômes neurologiques prolongés (un accident vasculaire cérébral ou une démyélinisation ne peuvent être exclus) ; céphalée unilatérale chronique de fréquence ou de caractère variable ; GB chez les patients atteints de cancer ou d’infection par le virus de l’herpès. L’ophtalmoscopie est obligatoire pour exclure un œdème de la papille optique (signe d’hypertension intracrânienne) et des signes de vascularite.

Contents

Maux de tête primaires pendant la grossesse

Les maux de tête primaires peuvent survenir pour la première fois pendant la grossesse, mais sont plus fréquents avant la grossesse, avec une augmentation au cours du premier trimestre. Les maux de tête sont moins fréquents chez les femmes enceintes que chez les femmes non enceintes. Et chez celles qui n’ont pas accouché, c’est plus fréquent et plus intense que chez celles qui ont accouché.

L’évolution de la douleur pendant la grossesse est influencée par de nombreux facteurs: taux élevés d’œstrogènes, dépression, troubles du sommeil, effet des œstrogènes sur les plaquettes, thrombose.

Pendant la grossesse, la migraine est principalement rencontrée, et un nouveau mal de tête doit alerter le médecin, cela nécessite des recherches supplémentaires pour en préciser la cause.

Maux de tête secondaires pendant la grossesse

Il convient de prêter attention à quatre types secondaires spécifiques de GB :

1. Hypertension intracrânienne idiopathique primaire (IIH). Il survient souvent chez les femmes en surpoids en âge de procréer (20 à 84 pour 100 000 femmes en surpoids). Se manifeste par une céphalée quotidienne progressive non pulsatile, aggravée par la manœuvre de Valsalva ou un changement de position du corps, avec un assombrissement transitoire des yeux et un bruit pulsatile dans les oreilles. L’œdème du disque optique est une caractéristique diagnostique importante, parfois accompagnée d’une vision double, qui peut progresser et devenir irréversible si elle n’est pas traitée.

2. Hypertension intracrânienne secondaire (VIH).

Environ 1/3 des cas d’HIV sont le résultat d’une thrombose des sinus veineux. La thrombose veineuse cérébrale peut survenir à n’importe quel stade de la grossesse, mais plus souvent pendant la période post-partum.

3. Céphalée associée à la prééclampsie et à l’éclampsie.

La prééclampsie (PE) se manifeste par une pression artérielle élevée (TA) et la présence de protéines dans les urines. L’EP est considérée comme sévère lorsque la pression artérielle systolique est supérieure à 160 mm Hg. et une pression artérielle diastolique supérieure à 110 mm Hg. en association avec une oligurie (une diminution de la quantité d’urine séparée par les reins), une altération de la fonction hépatique, de la vision, un œdème pulmonaire et un retard de croissance fœtale. L’EP survient chez 8 % des femmes enceintes et survient après la 20e semaine de grossesse ou pendant la période post-partum. L’éclampsie est une convulsion et/ou une cécité et/ou un coma résultant du développement d’une prééclampsie. L’EP et l’éclampsie s’accompagnent souvent de maux de tête. L’éclampsie se caractérise par une sensation d’éclair suivi d’un mal de tête, qui précède souvent les convulsions et la cécité. La prééclampsie et l’éclampsie peuvent entraîner un accident vasculaire cérébral. L’éclampsie est l’une des causes les plus courantes de décès chez les femmes enceintes.

La céphalée est notée par 80 % des patientes atteintes d’EP ou d’éclampsie. La prééclampsie et l’éclampsie doivent être exclues chez toute femme enceinte souffrant d’hypertension et de maux de tête.

L’éclampsie post-partum retardée peut survenir dans la semaine qui suit l’accouchement, et la MH est le symptôme le plus courant (environ 70 % des cas). Toute femme enceinte après 20 semaines de grossesse souffrant d’hypertension qui n’est pas soulagée par des analgésiques en vente libre doit être évaluée pour une EP (examen, analyses de sang et d’urine en laboratoire).

4. Angiopathie bénigne réversible du système nerveux central (DOACNS).

Ce syndrome peut également se développer dans la période post-partum en raison de l’utilisation de maléate d’ergométrine dans l’hémorragie post-partum. Le symptôme principal est un mal de tête tonitruant au début.

Dans la période post-partum, des maux de tête secondaires peuvent survenir, principalement associés à une anesthésie péridurale, ou des migraines peuvent réapparaître.

Traitement de la migraine et autres maux de tête pendant la grossesse

Il est très important de trouver la cause de la douleur. Un bon effet est fourni par le traitement par biofeedback, ainsi que par les techniques de relaxation et l’acupuncture. Le traitement de la migraine et d’autres types de maux de tête est effectué avec soin et conformément aux instructions d’utilisation du médicament.

Le principe de base dit: avec GB sévère, qui s’accompagne d’un handicap prononcé, vous devez utiliser des médicaments prescrits conjointement par un neurologue et un gynécologue. Rappelons qu’il existe des médicaments autorisés pendant la grossesse, mais interdits pendant l’allaitement. Si les médicaments sont inefficaces, le sommeil est le meilleur moyen de gérer la douleur.

Comment s’aider sans pilules?

Avec une attaque de GB aidera à faire face:

  • dormir (dans une pièce sombre et ventilée, en silence);
  • massage de la tête (besoin de se détendre);
  • comprimer avec de l’eau froide ou de la glace;
  • décoctions de menthe, camomille, églantier, mélisse (ont un effet analgésique et sédatif) après accord avec le gynécologue traitant.

Prévention du GB pendant la grossesse

  1. Le stress peut déclencher des maux de tête, les futures mères ont donc besoin d’un bon sommeil. Il est important de dormir à peu près à la même heure chaque jour.
  2. Avec la migraine, il est nécessaire de traquer les facteurs qui provoquent l’apparition d’un mal de tête. Tenir un journal vous y aidera.
  3. Vous devez manger de façon fractionnée. La sensation de faim peut provoquer un autre accès de douleur. Il est utile d’avoir des fruits secs avec soi pour pouvoir prendre une collation si besoin.
  4. Il est important de se détendre davantage et de marcher au grand air.
  5. Lorsque vous travaillez dans la même position, vous devez vous lever et marcher toutes les 30 minutes.
  6. Tous les sons ou odeurs désagréables doivent être évités.
  7. Les douches chaudes et les baignades dans la piscine vous aideront à vous détendre.

Les spécialistes de la clinique 9 Mois ont élaboré des programmes complets de gestion de la grossesse qui comprendront des examens réguliers, ainsi que des consultations auprès de nombreux spécialistes, dont un neurologue. Ils sont conçus individuellement pour chaque situation individuelle, par exemple, le programme “Personal Care” est recommandé pour accompagner une grossesse à haut risque. Le but de tout suivi de grossesse à la clinique 9 Mois est la santé de la maman et de son bébé à naître !

Toutes les informations présentées sur le site concernant le coût sont à titre informatif et ne constituent en aucun cas une offre publique. Le coût exact peut être clarifié avec nos responsables par téléphone au +7 (843) 207-04-40

Nos adresses :
Kazan, Pobedy Ave., 152/33
st. Maïakovski, 30 ans

Heures de travail :
Lun.-Ven. : 7.30 – 20.00
Sam. : 9.00 – 16.00
Dim. : 9.00 – 14.00

Vous devriez consulter votre médecin au sujet d’éventuelles contre-indications.

Visites 3D de la clinique “9 mois”

Demander à être rappelé

Ecrire au directeur

Laissez merci

Conditions d’utilisation

Le présent contrat d’utilisation (ci-après dénommé le contrat / contrat d’utilisation) fait référence au site Web de la société à responsabilité limitée Clinique 9 mois (adresse légale: Kazan, Prospekt Pobedy, 152/33, bureau 161) (ci-après dénommée la société) situé sur www.c9m.ru (ci-après dénommé le Site)

1. L’objet du présent Contrat est de fournir à l’utilisateur de la Clinique des 9 Mois un accès aux informations contenues sur le Site et au compte personnel.

2. L’utilisation du matériel du Site est régie par les lois de la Fédération de Russie.

3. Une condition préalable à l’utilisation par l’utilisateur (y compris sous la forme de visualisation du contenu) du site est le plein consentement de l’utilisateur à l’accord d’utilisation et à la politique de confidentialité publiés sur le site.

4. Commencer à utiliser le Site (y compris (mais pas exclusivement) commencer à utiliser le Site sous l’une des formes suivantes : visualisation du contenu du Site, inscription/autorisation sur le Site, remplissage de tout formulaire sur le Site, etc. ) L’utilisateur est réputé avoir accepté les termes de l’accord d’utilisation et de la politique de confidentialité dans leur intégralité, sans aucune réserve ni exception, confirme qu’il connaît tous les termes de l’accord et de la politique de confidentialité et qu’il est pleinement conscient de leur importance et les conséquences possibles de la violation de ces conditions. Si l’utilisateur n’est pas d’accord avec les termes du présent contrat d’utilisation et/ou de la politique de confidentialité, l’utilisation du site doit être immédiatement résiliée. Si la Société a apporté des modifications à l’Accord et/ou à la Politique de confidentialité de la manière

5. Toutes les informations présentées sur le Site ne peuvent être considérées comme une offre publique. L’utilisation de formulaires par l’utilisateur sur le site n’établit pas de relation entre le propriétaire du Site et l’utilisateur et n’indique pas l’acceptation par le propriétaire du Site d’une commande de prestation de services. Les informations que l’utilisateur fournit via le formulaire sont utilisées pour répondre à la question posée, pour contacter l’utilisateur. Les commentaires des utilisateurs peuvent être publiés sur le site.

6. L’utilisation des services proposés sur le Site peut nécessiter la création d’un compte utilisateur (Compte Utilisateur). Pour une connexion ultérieure au Site, des données uniques autorisées sont générées – identifiant et mot de passe. Ces informations sont confidentielles et ne sont pas sujettes à divulgation, sauf disposition contraire de la législation de la Fédération de Russie et du présent Accord. Lors de la génération d’un mot de passe, il est recommandé à l’utilisateur de choisir un mot de passe d’une complexité suffisante, ce qui exclut sa sélection par des tiers.

7. L’utilisateur est personnellement responsable du maintien de la confidentialité des informations du compte, y compris le mot de passe, ainsi que de toutes, sans exception, les activités qui sont effectuées au nom de l’utilisateur du compte.

8. Lors de la création d’un compte, l’utilisateur s’engage à ne fournir que des informations vraies et complètes le concernant, ainsi qu’à tenir à jour ces informations. En cas de fourniture de fausses informations, l’administration du site a le droit de bloquer ou de supprimer le compte personnel de l’utilisateur et de refuser de continuer à fournir des services via les services du site.

9. L’administration du site a le droit à tout moment d’exiger de l’utilisateur qu’il fournisse des documents confirmant les informations spécifiées par l’utilisateur lors de son inscription. Le défaut de fournir ces documents peut être considéré par l’administration du site comme fournissant des données inexactes lors de l’inscription de l’utilisateur et entraîner les conséquences spécifiées à l’article 8 du présent accord.

10. L’utilisateur doit informer immédiatement l’administration du site de l’utilisation non autorisée de son compte ou de son mot de passe ou de toute autre violation du système de sécurité.

11. L’utilisateur accepte le traitement des données personnelles suivantes : numéros de téléphone de contact ; nom, prénom et patronyme ; adresses mail; données de l’utilisateur (données standard reçues automatiquement par le serveur http lors de l’accès au Site et actions ultérieures de l’Utilisateur (adresse IP hôte, type de système d’exploitation de l’utilisateur, pages du Site visitées par l’utilisateur), informations obtenues automatiquement lors de l’accès au Site utilisant des signets (cookies).

12. L’Utilisateur confirme qu’en remplissant les formulaires du Site, il agit en son propre nom et dans son propre intérêt, confirme son consentement au transfert de ses données personnelles au propriétaire du Site en les indiquant en réponse aux demandes du L’interface du site, confirme l’exactitude des données personnelles fournies. Les risques liés aux conséquences de la fourniture de fausses informations par l’utilisateur sont entièrement à la charge de l’utilisateur.

13. L’utilisateur s’engage :

13.1. ne pas diffuser via le Site des informations confidentielles et protégées par la législation de la Fédération de Russie concernant des personnes physiques ou morales.

13.2. éviter toute action pouvant entraîner une violation de la confidentialité des informations protégées par la législation de la Fédération de Russie, ainsi que les actions qui conduisent ou peuvent conduire à une violation de certaines dispositions de la législation de la Fédération de Russie.

13.3. ne publiez pas de documents dans des affaires appelant à la violation de la loi.

13.4. ne pas entreprendre d’actions susceptibles d’interférer avec le fonctionnement normal du Site.

13.5. N’utilisez pas le Site pour diffuser des informations promotionnelles.

14. L’administration du site a le droit de modifier unilatéralement à tout moment les termes du présent accord, qui entrent en vigueur dès leur publication.

15. L’administration du site n’est pas responsable des dommages que l’utilisateur pourrait subir en suivant les liens d’autres ressources Internet publiées sur le site.

16. L’administration du site n’est pas responsable des dommages causés à l’utilisateur à la suite d’actions prises indépendamment par lui, guidées par les informations publiées sur le site.

17. L’administration du site a le droit de divulguer des informations sur l’utilisateur si la législation en vigueur de la Fédération de Russie exige une telle divulgation.

18. L’administration du site a le droit de publier une question et une réponse avec des données personnelles anonymisées.

19. Toute utilisation, appropriation, copie, diffusion des informations diffusées sur le Site est interdite et entraîne l’application de mesures de responsabilité.

20. Lorsque vous citez des documents du site, un lien vers le site est requis.

21. L’utilisateur confirme avoir pris connaissance de toutes les clauses du présent accord, de la politique de confidentialité et les accepte sans condition. L’Utilisateur, agissant librement, de sa propre volonté et dans son propre intérêt, en plus de confirmer sa capacité juridique, donne son consentement à la Société pour le traitement de ses données personnelles dans le cadre du présent accord.

22. Les données personnelles ne sont pas accessibles au public. Finalité du traitement des données personnelles : identification de l’utilisateur dans le cadre de la fourniture de services médicaux payants ; mise en œuvre de l’interaction à distance de la Société avec les patients et autres parties intéressées dans le cadre de services de service et d’information en utilisant la communication téléphonique, le courrier électronique, le site Web de la Société sur Internet, y compris en envoyant des notifications, des demandes d’informations liées au Service et la prestation de services ; fournir à l’utilisateur des services disponibles pour une utilisation sur le site.

23. Les données personnelles sont traitées par la Société conformément aux dispositions de la Constitution de la Fédération de Russie, loi fédérale n° 323-FZ du 21 novembre 2011 « Sur les principes fondamentaux de la protection de la santé des citoyens de la Fédération de Russie », Loi fédérale n° 152-FZ du 27 juillet 2011 « Sur les données personnelles ». 2006 et autres actes juridiques réglementaires de la Fédération de Russie et actes réglementaires locaux de la Société.

24. Lors du traitement des données personnelles, les actions suivantes sont effectuées : collecte ; enregistrement; systématisation; accumulation; stockage; clarification (mise à jour, modification); extraction; usage; transfert (distribution, fourniture, accès); dépersonnalisation; blocage; suppression; destruction.

25. Le traitement des données personnelles peut être résilié à la demande du sujet des données personnelles. Le stockage des données personnelles enregistrées sur papier est effectué conformément à la loi fédérale n ° 125-FZ “sur l’archivage dans la Fédération de Russie” et à d’autres actes juridiques réglementaires dans le domaine de l’archivage et du stockage des archives.

26. Le consentement au traitement des données personnelles peut être retiré par le sujet des données personnelles ou son représentant en envoyant une demande écrite à la Clinique 9 Mois ou à son représentant à l’adresse indiquée à l’article 21 du présent Accord.

27. Le Contrat entre en vigueur à partir du moment où l’utilisateur accepte ses termes de la manière prescrite par le paragraphe 4 du présent Contrat.

maux de tête pendant la grossesse

Est-il normal d’avoir mal à la tête pendant la grossesse ? Les maux de tête sont une plainte assez courante et les femmes en souffrent plus souvent que les hommes. Il n’est donc pas surprenant qu’une femme puisse également avoir des maux de tête pendant la grossesse.

Raisons principales

Les maux de tête sont primaires, c’est-à-dire. non associé à l’évolution d’une maladie, et secondaire, lorsque le mal de tête est l’un des symptômes de la maladie sous-jacente. Le plus souvent pendant la grossesse, des céphalées primaires surviennent, parmi lesquelles la migraine , la céphalée de tension, l’algie vasculaire de la face . Les maux de tête primaires ne mettent pas la vie en danger. Moins fréquemment, des maux de tête secondaires sont observés, qui peuvent être le symptôme d’une affection potentiellement mortelle – accident vasculaire cérébral, anévrisme, thrombose veineuse cérébrale, hémorragie sous-arachnoïdienne, tumeur hypophysaire, choréocarcinome, éclampsie, prééclampsie, hypertension intracrânienne idiopathique, vasoconstriction cérébrale réversible, de sorte qu’ils doit être exclu en premier.

La façon dont la femme décrit la douleur (aiguë, sourde, etc.) est-elle importante ? Bien sûr, c’est très important – une collection détaillée d’une anamnèse de la maladie est nécessaire pour établir un diagnostic précis, et dans ce cas, il est important de connaître l’intensité, la fréquence, la nature, le moment des crises de maux de tête, les symptômes qui les accompagnent, etc. .

Parmi les principaux maux de tête pendant la grossesse, les migraines et les céphalées de tension sont les plus courantes , dans certains cas, très rarement – les céphalées en grappe.

Migraine

Avec la migraine, la céphalée est, en règle générale, de nature pulsatoire et de localisation unilatérale, principalement frontotemporale, avec irradiation de la douleur oculaire du côté de la douleur, bien qu’il existe des cas de localisation bilatérale. L’intensité du mal de tête est très prononcée. Un tel mal de tête éloigne une femme des activités quotidiennes, l’oblige à s’allonger la tête dans un oreiller et à ne pas bouger, car tout mouvement intensifie le mal de tête. Un autre symptôme caractéristique de la migraine est une sensibilité accrue au son et à la lumière, associée à des sueurs, des palpitations et des nausées, et parfois des vomissements. Parfois, une crise de migraine peut être précédée d’étourdissements, d’une sensation d’odeurs étranges et même de troubles visuels (zigzags, points scintillants, étincelles des yeux).

Cependant, environ sept femmes sur dix notent que les maux de tête pendant la grossesse régressent complètement ou les dérangent beaucoup moins et sont plus faciles aux deuxième et troisième trimestres, ce qui est associé à des modifications des niveaux d’œstrogènes du système hormonal d’une femme enceinte. Cependant, une femme sur dix signale une aggravation des symptômes de maux de tête pendant la grossesse. Après l’accouchement chez la plupart des femmes, la migraine acquiert le même cours. De plus, les migraines ont certains provocateurs : un déséquilibre des niveaux d’oestrogènes, une lumière vive, un son, un manque de sommeil, un sommeil excessif, le stress, la faim, le vin rouge, etc.

Céphalée de tension

Avec une céphalée de tension, la douleur est généralement bilatérale, constante, d’intensité modérée, c’est-à-dire qu’elle n’éloigne pas la femme des activités quotidiennes et devient même plus facile dans le contexte de l’activité motrice. La nature de la céphalée de tension est de tirer, de faire mal, de serrer toute la tête comme un “cerceau”, avec une sensation de pression sur les yeux, parfois elle peut s’accompagner de légères nausées ou d’une phobie sonore. Elle est provoquée le plus souvent par le stress, moins souvent par des douleurs au rachis cervical.

Avec un mal de tête en grappe ou en grappe, la douleur est de nature paroxystique, elle est brûlante, de nature pulsatile, capture la moitié de la tête et du visage (front, tempe, orbite). Il est tellement insupportable qu’il est impossible de s’asseoir ou de se tenir debout, il inquiète plus souvent la nuit avec des crises courtes mais fréquentes. Lors d’une crise, l’œil peut devenir rouge et larmoyant (principalement du côté de la douleur), le nez bouché et le front couvert de transpiration.

Comme vous le savez, la grossesse entraîne certains changements dans le corps de la femme, ce qui peut augmenter le risque de certaines complications dangereuses et être à l’origine du développement d’un mal de tête secondaire. Les complications cardiovasculaires telles que les accidents vasculaires cérébraux, la thrombose veineuse cérébrale, l’hémorragie sous-arachnoïdienne, la tumeur hypophysaire, le choréocarcinome, l’éclampsie, la prééclampsie, l’hypertension intracrânienne idiopathique, la vasoconstriction cérébrale réversible, qui nécessitent un diagnostic rapide et un traitement immédiat, sont particulièrement dangereuses.

Qu’est-ce qui devrait être particulièrement préoccupant ?

Vous devez être alerté par des changements dans l’évolution de votre mal de tête habituel ou par un nouveau mal de tête que vous n’avez jamais ressenti auparavant et qui ne ressemble à rien d’autre. De plus, il est important d’être conscient des signes avant-coureurs qui devraient vous alerter, vous et votre médecin, les soi-disant «symptômes du drapeau rouge».

Ceux-ci inclus:

mal de tête aigu et sévère;

céphalée pour la première fois avec développement de symptômes neurologiques focaux persistants ;

maux de tête sévères et en constante augmentation avec troubles visuels durant plus de 60 minutes, avec vomissements sévères ;

maux de tête qui s’aggravent en position couchée (cela inclut également les maux de tête provoqués par la toux, les éternuements, l’effort physique);

maux de tête chez les personnes de plus de 50 ans, accompagnés de fièvre ou de crises d’épilepsie.

Le diagnostic des maux de tête comprend une consultation avec un neurologue. Il est impératif de contacter un ophtalmologiste. Une IRM du cerveau est nécessaire pour exclure ou détecter des tumeurs cérébrales. Dans certains cas, une artériographie par résonance magnétique et une phlébographie par résonance magnétique sont nécessaires. Le premier déterminera la présence ou l’absence d’expansion anévrismale des artères, et le second – la thrombose vasculaire. L’échographie des vaisseaux du cou et de la tête aidera à identifier la présence de plaques d’athérosclérose et de modifications des artères vertébrales. Parfois, les maux de tête sont causés par des pathologies du rachis cervical, qui peuvent être détectées lors d’une IRM du rachis cervical. L’utilisation de la radiographie pendant la grossesse n’est pas recommandée.

Monetize your company — tokenize your brand!

De plus, un historique détaillé de la vie du patient et la présence de maladies chroniques (hypothyroïdie, présence de maladies auto-immunes, hypertension artérielle, dépression) et la prise de médicaments (hormones, anticonvulsivants, caféinés et psychotropes) sont requis.

Dois-je supporter un mal de tête?

Vous n’avez pas à endurer un mal de tête. Les maux de tête doivent être traités immédiatement, car les maux de tête à long terme entraînent de l’anxiété et de la dépression, des troubles du sommeil et une diminution de l’appétit, ce qui peut nuire à la mère et au fœtus. Dans le même temps, il faut se rappeler que la grossesse et l’allaitement limitent assez sérieusement la gamme possible de médicaments en raison du risque élevé d’effets négatifs de ces médicaments sur le fœtus pendant le développement fœtal et après la naissance par le lait maternel.

Comment soulager la douleur ?

Dans le traitement des maux de tête chez une femme enceinte, des médicaments et des méthodes non médicamenteuses sont utilisés. Les méthodes non pharmacologiques comprennent : un repos adéquat, une activité physique modérée régulière, l’élimination des facteurs de stress, une alimentation appropriée, l’évitement des facteurs provoquant des maux de tête.

Parmi les méthodes médicales, le paracétamol est sûr, l’ibuprofène peut être utilisé pour une utilisation à court terme au cours des premier et deuxième trimestres. Dans le traitement des céphalées primaires, il existe certaines preuves de l’innocuité conditionnelle des triptans pour le traitement de la migraine pendant la grossesse, mais dans des cas extrêmes si d’autres traitements ont échoué. Le sumatriptan peut être utilisé pour traiter les crises de migraine aiguë pendant l’allaitement.

Pour les céphalées en grappe, les inhalations d’oxygène sont efficaces et n’ont aucun effet secondaire.

La question du traitement préventif se pose si les crises de céphalées deviennent fréquentes (plus de 2 crises par semaine). Les options de traitement des maux de tête avec des médicaments prophylactiques tels que les antidépresseurs, les anticonvulsivants, les bêta-bloquants, etc. sont limitées en raison du risque des mêmes effets secondaires indésirables pour le fœtus, il est donc préférable d’envisager les traitements non médicamenteux les plus sûrs, c’est-à-dire éviter les provocateurs de maux de tête. Si, néanmoins, un traitement pharmacologique préventif est très nécessaire, par exemple en cas de migraine, les tactiques de traitement doivent être discutées conjointement avec un neurologue et un gynécologue.

Les médicaments de choix recommandés sont le métoprolol et le propranolol, suivis de l’amitriptyline. Les données sur l’utilisation du Botox sont limitées.

Pour les maux de tête secondaires, le traitement de la maladie sous-jacente est recommandé.

Rythme cardiaque rapide pendant la grossesse

Pendant la période de gestation, le corps de chaque femme est obligé de travailler en mode double. Pour cette raison, les femmes enceintes souffrent souvent de tachycardie. Cela la met mal à l’aise. Un rythme cardiaque aussi rapide pendant la grossesse peut soit être une réaction normale du corps, soit indiquer une violation. Par conséquent, ne laissez pas le symptôme sans surveillance. Vous devez immédiatement informer votre médecin de la condition qui vous inquiète.

Les informations contenues dans cette section ne doivent pas être utilisées pour l’auto-diagnostic ou l’auto-traitement. En cas de douleur ou autre exacerbation de la maladie, seul le médecin traitant doit prescrire des tests diagnostiques. Pour un diagnostic et un traitement approprié, vous devez contacter un spécialiste.

Symptômes de tachycardie

En plus du fait qu’une femme ressent un fort battement dans la poitrine, elle peut également avoir d’autres sensations désagréables. Accompagné de tachycardie :

  • essoufflement;
  • vertiges;
  • nervosité;
  • douleurs à la poitrine;
  • insomnie;
  • acouphène;
  • mal de tête;
  • évanouissement.

Un tel symptôme est très épuisant pour une femme. Elle se fatigue rapidement, se sent mal et faible dans tout son corps. Parfois, un rythme cardiaque fréquent pendant la grossesse peut s’accompagner d’un engourdissement des membres et d’autres parties du corps.

Causes de la tachycardie pendant la grossesse

Un rythme cardiaque qui dépasse 90 battements par minute est considéré comme rapide. Pendant la période de gestation, cette condition peut survenir pour de nombreuses raisons. La tachycardie pendant la grossesse peut être associée à :

  • Changements dans le fond hormonal;
  • maladies du sang ;
  • Anxiété ou stress;
  • embolie pulmonaire;
  • L’asthme bronchique;
  • réaction allergique;
  • Maladies cardiovasculaires;
  • Une augmentation de la température corporelle;
  • Rupture du placenta;
  • Problèmes avec la glande thyroïde.

Diagnostique

La tachycardie chez la femme enceinte nécessite un traitement d’urgence. Déjà après les premiers symptômes, une femme doit chercher de toute urgence une aide qualifiée. Tout d’abord, vous devriez consulter un obstétricien-gynécologue. Avant de prescrire un traitement, le médecin doit rechercher la cause de l’état pathologique. Pour ce faire, il procède à des diagnostics. Le spécialiste demande au patient de faire:

Les principales méthodes de diagnostic des palpitations cardiaques pendant la grossesse

Technique diagnostique Temps

Analyse de sang 10 minutes
Électrocardiographie 30 minutes
échocardiographie 30 minutes

Les méthodes de diagnostic sont totalement sans danger pour la santé de la mère et du bébé. Les résultats des tests permettent au médecin de déterminer rapidement ce qui a causé l’état du patient. Un test sanguin permet à un spécialiste d’exclure la possibilité d’une anémie. Une grossesse extra-utérine peut également entraîner une augmentation de la fréquence cardiaque. De plus, même une petite perte de sang provoque ce symptôme. Si une femme a pris beaucoup de poids pendant la gestation, elle peut également souffrir de tachycardie. Toutes les drogues, l’alcool, la nicotine et la caféine font travailler le cœur plus rapidement. Leur utilisation est strictement interdite aux femmes qui attendent un bébé, car elles augmentent le risque de perdre un bébé.

Quel médecin peut vous aider ?

Si vous ressentez des palpitations cardiaques pendant la grossesse, vous devez contacter un obstétricien ou un gynécologue qui procédera à un examen et posera le bon diagnostic.

Après l’examen, le médecin vous prescrira les diagnostics nécessaires dans votre cas. Certaines maladies sont difficiles à diagnostiquer comme on dit “à l’oeil”. Par conséquent, vous devez faire confiance au médecin lors de la prescription de la recherche. Après tous les tests, le médecin sera en mesure d’établir le bon déroulement du traitement. Rappelez-vous : un diagnostic précis et un diagnostic correct sont déjà 50 % de succès dans le traitement !

Traitement des palpitations pendant la grossesse

Le principe de la prise en charge de la maladie est déterminé en fonction de la cause du problème. Le traitement peut inclure un régime alimentaire spécial et des médicaments. Un rythme cardiaque fort pendant la grossesse peut être apaisé par certains remèdes populaires. Si la cause de cette condition est un surmenage nerveux, il est recommandé à une femme de boire des sédatifs. Par exemple, une décoction d’aubépine ou de camomille, la valériane fait parfaitement face à cette tâche.

Cependant, avant d’utiliser des remèdes populaires, il est nécessaire de consulter un médecin. Il est également strictement interdit de choisir et de prendre des médicaments de manière indépendante. Seul un spécialiste après l’examen peut prendre des médicaments qui ne nuiront ni à la mère ni au bébé.

Il est nécessaire d’utiliser les médicaments avec une prudence particulière si une tachycardie est observée en fin de grossesse. La raison en est que certains médicaments peuvent provoquer un accouchement prématuré. Il faut prendre au sérieux les cas où la tachycardie accompagne une femme dès les premiers mois de grossesse. Si le problème n’est pas éradiqué, il peut entraîner le développement de pathologies chez l’enfant ou une fausse couche. Vous pouvez obtenir une aide qualifiée dans l’une des cliniques de la capitale. Des spécialistes expérimentés y travaillent, prêts à prendre en charge le traitement de la tachycardie à n’importe quel stade de la grossesse. De nombreuses cliniques sont ouvertes 24h/24 et 7j/7.

N’oubliez pas que seul un médecin qualifié peut établir un diagnostic précis, déterminer les causes et la nature de la maladie et prescrire un traitement efficace. Vous pouvez prendre rendez-vous avec nos spécialistes sur le site internet ou par téléphone au 8 (495) 255-37-37.

maux de tête pendant la grossesse

Les femmes enceintes se plaignent souvent de maux de tête. Il est à noter que les patientes souffrant de migraines avant la période de gestation connaissent souvent de graves rechutes au cours des premiers mois de grossesse. Les maux de tête peuvent apparaître et disparaître soudainement, ou accompagner une femme pendant une longue période. Chez la femme enceinte, il faut distinguer 2 types d’inconfort : la migraine et la céphalée de tension. Ce dernier se caractérise par une sensation de constriction, qui se propage dans toute la tête. Une douleur souvent intense est observée dans la région occipitale. Les causes de cette condition sont le surmenage, les situations stressantes.

Les informations contenues dans cette section ne doivent pas être utilisées pour l’auto-diagnostic ou l’auto-traitement. En cas de douleur ou autre exacerbation de la maladie, seul le médecin traitant doit prescrire des tests diagnostiques. Pour un diagnostic et un traitement approprié, vous devez contacter un spécialiste.

symptômes de la migraine

Si le patient a une migraine, cela se manifeste par une douleur lancinante dans la moitié de la tête. Accompagné par:

  • la faiblesse;
  • irritabilité;
  • peur du monde;
  • nausée.

Causes de maux de tête sévères pendant la grossesse

Un inconfort important est causé par des changements hormonaux dans le corps.
Les principales causes de douleur sont :

  • toxicose sévère, entraînant des spasmes, une déshydratation des vaisseaux sanguins;
  • augmentation de la pression artérielle;
  • l’ostéochondrose et, par conséquent, le serrage des vaisseaux sanguins alimentant le cerveau.
  • fatigue, sommeil perturbé;
  • consommation régulière d’aliments contenant une grande quantité de caféine, de sucre;
  • exacerbation des maladies chroniques associées aux vaisseaux sanguins, le cœur.

Diagnostic des maux de tête pendant la grossesse

Avec un mal de tête pendant la grossesse, vous devriez contacter un obstétricien-gynécologue et un neurologue. Pour un diagnostic précis, ils peuvent prescrire des études supplémentaires.

Les principales méthodes de diagnostic des maux de tête:

Technique diagnostique Temps

Électroencéphalographie (EEG) 15-30 minutes
Échographie des vaisseaux brachiocéphaliques 30 minutes
IRM cérébrale 20 minutes
Voir aussi:   bursite purulente

L’autodiagnostic en ligne sur notre site Web aidera à déterminer le type de douleur. Vous apprendrez le diagnostic attendu et les recommandations pour consulter un médecin.

Quel médecin peut vous aider ?

Si vous ressentez des maux de tête fréquents pendant la grossesse, vous devriez consulter un médecin dans les spécialités suivantes :

Lors de la prise de contact, le médecin procédera à un examen général et identifiera les symptômes de la maladie. Le diagnostic de cette condition comprend nécessairement une analyse des plaintes et des antécédents médicaux.

Quand aller chez le médecin ?

Les maux de tête dans les stades ultérieurs indiquent souvent une pression artérielle élevée. Cette condition est dangereuse et nécessite l’intervention d’un spécialiste. Une aide immédiate est fournie lorsque des protéines sont détectées dans l’urine, ce qui indique une prééclampsie. Vous devez consulter un médecin si :

  • migraines persistantes, augmentation de l’intensité de la douleur ;
  • diminution de la sensibilité, spasmes, détérioration de la perception visuelle et auditive;
  • maux de tête immédiatement après le réveil;
  • coups de bélier accompagnés d’inconfort, de vertiges

Que peut-on faire pour un mal de tête ?

Il existe un certain nombre de médicaments que les femmes peuvent prendre à différents moments. L’automédication dans ce cas est exclue, les médicaments ne sont prescrits que par un médecin. Que peut-on faire avec un mal de tête pendant la grossesse pour soulager la condition ? Tout d’abord, assurez-vous un bon repos, un sommeil sain, des promenades au grand air. Aussi recommandé :

  • Prenez rendez-vous avec un kinésithérapeute ou un ostéopathe en cas de suspicion de tension musculaire excessive au niveau du cou.
  • Ne négligez pas la gymnastique spéciale.
  • S’en tenir à un régime alimentaire régulier. Il est recommandé de diviser le régime en petites portions et de manger souvent.
  • Appliquez des compresses chaudes ou froides pour les crises (selon le type de douleur).

Médicaments

Les maux de tête sévères pendant la grossesse peuvent être soulagés avec des médicaments sur ordonnance. Le paracétamol est souvent prescrit. Cependant, à fortes doses, il est dangereux et, par conséquent, même en cas de douleur intense, vous ne pouvez pas doser le médicament vous-même. L’ibuprofène est prescrit au plus tard à 30 semaines de grossesse. L’outil peut provoquer une fermeture prématurée du canal artériel du fœtus, si vous le buvez à un stade ultérieur. Les préparations combinées ne sont pas recommandées. Les médicaments anti-migraineux avec triptan donnent un effet abortif.

Prévention des maux de tête dans les premiers stades

Il est important de recourir à des mesures qui empêchent les crises. Si le patient souffre de migraine, un mal de tête en début de grossesse peut survenir en raison de l’utilisation de fromage, de chocolat, de produits contenant du glutamate monosodique, de colorants. Ils doivent être exclus de l’alimentation. Mangez avec prudence :

  • des noisettes;
  • foie de poulet;
  • saucisses.

La nutrition fractionnée est utile non seulement pour le tractus gastro-intestinal, mais elle prévient également les maux de tête, car elle est souvent provoquée par la faim. S’il n’est pas possible d’avoir un repas complet, il est recommandé d’avoir des fruits, des biscuits avec vous.

Pendant la grossesse, des maux de tête apparaissent souvent en raison d’un surmenage. Il est nécessaire de normaliser le schéma de sommeil, mais de ne pas trop augmenter sa durée, car il existe le concept de “douleur du jour de congé”. Les femmes enceintes qui travaillent à une table ou à une machine doivent faire une pause toutes les 30 minutes, s’échauffer, sortir à l’air frais. Éviter de:

  • odeurs fortes;
  • bruits forts (TV, concert, entreprises bruyantes) ;
  • exposition prolongée au froid ou à la chaleur.

Aide professionnelle

Si vous ne savez pas quoi faire des maux de tête pendant la grossesse, demandez l’aide de spécialistes qualifiés. Les médecins identifieront la cause profonde de la douleur. Si la situation le permet, un schéma thérapeutique sera prescrit. Les médicaments qui soulagent les symptômes sont également sélectionnés si le traitement n’est pas recommandé pour le moment en raison de la grossesse. Il est important de se rappeler que l’auto-administration de médicaments peut entraîner la formation de malformations fœtales. Par exemple, l’aspirine et ses dérivés entraînent des malformations cardiaques, de la mâchoire inférieure. En vous tournant vers des spécialistes, vous obtenez: un service attentionné et poli, une sélection individuelle de médicaments en fonction des caractéristiques du développement fœtal et de la réponse individuelle aux médicaments, une surveillance de l’état jusqu’à la guérison complète.

N’oubliez pas que seul un médecin qualifié peut établir un diagnostic précis, déterminer les causes et la nature de la maladie et prescrire un traitement efficace. Vous pouvez prendre rendez-vous avec nos spécialistes sur le site internet ou par téléphone au 8 (495) 255-37-37.

Migraine pendant la grossesse causes, symptômes, méthodes de traitement et de prévention

La migraine inquiète périodiquement les femmes enceintes. Lorsque vous portez un enfant, le fond hormonal du corps change, ce qui devient un facteur de provocation supplémentaire pour les maux de tête. Ensuite, nous énumérons les causes et les symptômes de la migraine pendant la grossesse et après l’accouchement. Nous vous dirons comment éliminer en toute sécurité un mal de tête avec des méthodes non médicamenteuses et quels médicaments vous pouvez prendre.

Causes de la migraine pendant la grossesse

Les médecins ne peuvent pas identifier la cause exacte des migraines. Les spécialistes ne connaissent que les facteurs provoquant des crises. Pendant la grossesse, le principal est les changements hormonaux dans le corps et les changements physiologiques associés à la croissance du fœtus. Lorsque le corps de la future mère change, cela crée une charge supplémentaire sur le système musculo-squelettique et les organes internes. Un changement de posture peut également déclencher des crises de migraine.

Les facteurs de risque courants comprennent :

  • stress et dépression;
  • changement brusque des conditions météorologiques;
  • violation du régime alimentaire – longues pauses entre les repas ou suralimentation fréquente, abus de certains aliments, comme le chocolat.
  • surcharge physique;
  • les troubles du sommeil;
  • exposition à des facteurs externes irritants – odeurs désagréables, congestion, lumière ou bruit.

J’ai vérifié l’article

Date de parution : 24 mars 2021

Date de révision : 24 mars 2021

Date de mise à jour : 24 juin 2022

Le contenu de l’article

Principaux symptômes

Les symptômes de la migraine chez les femmes enceintes ne diffèrent pas des manifestations du problème chez les autres patients. Les futures mamans s’inquiètent également des crises qui se produisent en quatre étapes :

  1. La phase précurseur de la migraine. Cette étape n’est pas typique pour tous les patients et peut être absente avant une attaque. Les principaux précurseurs sont l’irritabilité, la fatigue, la dépression, ou vice versa, la bonne humeur, l’augmentation de l’activité physique. En règle générale, la phase se développe plusieurs heures ou jours avant l’attaque.
  2. Aura. Ceci est le reflet du processus pathologique dans le cerveau, qui est associé à une crise de migraine et ne constitue pas une menace pour la santé. La plupart des patients ont une aura visuelle – taches aveugles, éclairs de lumière, moucherons devant les yeux. Moins fréquemment, les troubles sensoriels, tels qu’une sensation d’engourdissement ou de picotement au bout des doigts, au bras entier ou à la joue, sont préoccupants. L’aura dure 10 à 30 minutes et ne survient que chez un tiers des patients. Si lors de l’attaque précédente la femme souffrait d’une aura, la prochaine fois cette étape ne le sera peut-être pas.
  3. phase de maux de tête. La migraine est très intense, couvre la moitié de la tête ou toute la tête, est plus souvent localisée dans la région temporale ou frontale et a un caractère pulsatile et arqué. Au moindre mouvement, l’état du patient s’aggrave, des nausées et des vomissements peuvent commencer. La durée du mal de tête est individuelle et varie de 2-3 heures à plusieurs jours.
  4. Phase de résolution. Lorsque le mal de tête disparaît, la femme enceinte se sent fatiguée, déprimée, irritable et ne peut pas se concentrer. En règle générale, l’inconfort après une attaque dure une journée.

Caractéristiques du traitement de la migraine pendant la grossesse

Les médecins conseillent aux femmes enceintes de ne prendre des médicaments qu’en cas d’absolue nécessité. Par conséquent, si le mal de tête n’est pas épuisant, vous pouvez essayer de vous en débarrasser sans pilule :

  • allez dans une pièce sombre et calme et essayez de dormir;
  • boire du thé fort sucré;
  • laver à l’eau froide et appliquer des compresses de glace sur le front.

De telles mesures aideront à améliorer légèrement l’état, mais si la douleur est intense, les médicaments sont indispensables. Malgré le fait que la grossesse soit mentionnée dans la liste des contre-indications à de nombreux médicaments, la situation ici est double. Le fait est que les femmes enceintes ne sont pas autorisées à participer à des essais contrôlés de médicaments pour des raisons éthiques. Mais les observations thérapeutiques et cliniques montrent qu’il existe des analgésiques relativement sûrs pour les femmes enceintes. Ceux-ci inclus:

  • triptans – ont l’effet vasoconstricteur le moins prononcé et ne provoquent pas de contractions utérines, sont considérés comme sûrs au cours du premier trimestre;
  • anti-inflammatoires non stéroïdiens – adaptés au deuxième trimestre, mais déconseillés aux premier et troisième, après 30 semaines, ils peuvent provoquer un oligohydramnios;
  • analgésiques – soulagent rarement complètement la douleur, mais aident à la soulager;
  • antiémétiques – médicaments qui aident en cas de toxicose sévère, atténuent la maladie et les nausées lors d’une crise de migraine.

Tout médicament ne peut être pris que sur prescription d’un médecin et sous sa surveillance constante.

Causes, symptômes et traitement de la migraine après l’accouchement et pendant l’allaitement

Les mères qui allaitent souffrent plus souvent de migraines que les autres femmes. Ils sont confrontés aux mêmes manifestations du problème et les facteurs suivants provoquent des attaques :

  • perte de force dans le contexte d’une surveillance constante du bébé;
  • les rhumes qui dérangent plus souvent les jeunes mères en raison d’une immunité réduite;
  • déséquilibre hormonal causé par un accouchement récent.

Les mères qui allaitent peuvent prendre les mêmes médicaments que les femmes enceintes. C’est souhaitable – à la dose minimale, ce qui vous permet de vous débarrasser d’une crise de douleur. Il est important de consulter un médecin avant de commencer tout médicament.

La prévention

  • Normalisez la routine quotidienne : dormez suffisamment, couchez-vous et levez-vous en même temps, mais ne dormez pas trop ;
  • manger le moins possible de cornichons, d’aliments épicés, gras et frits, ajouter plus de légumes et de fruits frais, de viandes maigres, de céréales à l’alimentation;
  • buvez au moins 2 à 3 litres d’eau par jour: pendant la grossesse, le besoin de liquide augmente et son manque se traduit par de fréquentes crises de migraine;
  • si possible, visitez des séances de massage relaxantes de la zone du col, de la tête, des épaules;
  • ne pas se surmener physiquement et mentalement, éviter le stress, les fortes agitations.

Sources

“Caractéristiques de la clinique et évolution de la migraine chez la femme enceinte”, Gafurova M.R., Bulletin scientifique et pratique de Koursk L’homme et sa santé, 2010

« Crises de migraine pendant la grossesse : tactiques de gestion des patients et priorités thérapeutiques », Yakusheva E.V., Damulin I.V., Russian Medical Journal, 2014

J’ai vérifié l’article

Nous ne publions que des informations vérifiées

Les documents publiés sur le site ont été rédigés par des auteurs ayant une formation médicale et des spécialistes de la société CMRT

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.