Maladies gynécologiques et leurs symptômes

Les maladies gynécologiques sont des maladies du système reproducteur féminin, qui se manifestent par une grande variété de signes et de symptômes.

Cependant, parmi eux, nous pouvons distinguer les symptômes les plus courants observés dans la plupart des maladies du profil gynécologique.
Les maladies gynécologiques chez les femmes sont assez courantes. Dans le même temps, le nombre de femmes qui se plaignent de la présence de maladies des organes génitaux augmente considérablement chaque année. Cela est dû à une grande variété de facteurs, à la fois l’environnement externe et interne du corps de la femme.

Causes des maladies gynécologiques

Les causes des maladies gynécologiques sont conditionnellement classées en externes et internes.

Les facteurs externes comprennent :

  • constantes ou périodiques, mais fortes réactions de stress du corps aux stimuli externes;
  • la détérioration de la situation environnementale observée dans les villes ;
  • changements fréquents de partenaires sexuels;
  • début précoce de l’activité sexuelle;
  • non-respect des règles d’hygiène personnelle et, par conséquent, développement de maladies infectieuses fréquentes;
  • les maladies infectieuses en tant que risque de développer des symptômes de maladies gynécologiques ;
  • utilisation fréquente et incontrôlée d’antibiotiques.

Les facteurs internes comprennent :

  • anomalies dans le développement des organes génitaux d’une femme, par exemple, présence d’un utérus bicorne ou doublement du vagin;
  • emplacement incorrect des organes génitaux internes;
  • maladies hormonales;
  • avortements ou fausses couches spontanées, à la suite desquels des interventions médicales ont été effectuées, en particulier un curetage de l’utérus.

Principaux symptômes

Toutes les maladies du profil gynécologique sont généralement divisées en trois groupes selon la raison qui a causé la maladie gynécologique.

  1. Le premier groupe comprend les maladies associées au développement d’une infection dans le corps d’une femme.
  2. Le deuxième groupe de maladies comprend la pathologie endocrinienne et une violation du fond hormonal du corps féminin.
  3. Le troisième groupe de maladies gynécologiques sont des maladies avec un processus tumoral, le développement de changements hyperplasiques ou dystrophiques.

Considérez chaque groupe de maladies et leurs symptômes séparément. Commençons par les symptômes qui peuvent être présents dans n’importe quelle maladie de chacun de ces groupes.

Les symptômes des maladies gynécologiques sont des signes très spécifiques qui ne sont présents que dans les maladies de la région génitale. Ceux-ci inclus:

  • leucorrhée – écoulement pathologique du tractus génital féminin de couleur blanchâtre, leur quantité dépend généralement de l’activité du processus.
  • saignement de l’appareil génital d’une femme qui se produit en dehors des menstruations, alors qu’ils peuvent se produire avant ou après, et au milieu du cycle menstruel. Le saignement peut être abondant ou très abondant, ou il peut être ponctué ou très léger. De plus, des saignements peuvent survenir immédiatement après un rapport sexuel, ce qui devrait être une condition préalable à la visite d’un gynécologue;
  • brûlures ou démangeaisons dans la région génitale. Ce signe peut se manifester sous différentes forces. La sensation de brûlure peut être mineure, ne causant qu’un léger inconfort. Et cela peut être douloureux et insupportable lorsqu’une femme s’inflige des dommages profonds en essayant de gratter les démangeaisons;
  • inconfort pendant les rapports sexuels, jusqu’à la douleur et l’impossibilité d’avoir des relations sexuelles à cause de cela;
  • l’apparition de douleur ou d’inconfort lors de l’acte d’uriner;
  • dans certains cas, à la suite de maladies gynécologiques, des ulcères ou des érosions peuvent être trouvés sur les organes génitaux d’une femme, ce qui indique la présence de maladies gynécologiques chez elle
  • un autre symptôme caractéristique des maladies des organes génitaux est la douleur dans le bas-ventre , qui peut être de nature très diverse, par exemple tirer, éclater ou presser;
  • en outre, une infertilité secondaire ou une fausse couche ou des fausses couches multiples peuvent survenir à la suite de maladies gynécologiques .

Signes de maladies gynécologiques

Parlons maintenant des signes de maladies gynécologiques qui peuvent survenir dans trois groupes de maladies différents.

1. Le premier groupe de maladies causées par des agents infectieux survient le plus souvent pour les raisons suivantes :

  • les infections sexuellement transmissibles. Parmi eux, une place particulière est accordée à la chlamydia, la trichomonase, la gonorrhée, la candidose ou encore le muguet ;
  • maladies d’étiologie virale, elles peuvent être causées par le VIH, le virus de l’herpès génital, le papillomavirus humain ou le cytomégalovirus;
  • maladies purulentes-inflammatoires. Dans ce groupe, on distingue des maladies très courantes: endométrite, colpite, cervicite, annexite, vulvite, pelvitopéritonite et autres maladies.

Selon l’étiologie de l’apparition des maladies de ce groupe, il est possible de distinguer les micro-organismes spécifiques qui causent les IST, et non spécifiques, qui incluent toutes les autres maladies. Dans le même temps, ces maladies peuvent être transmises à la fois par voie sexuelle et résulter de la diffusion du sang à partir d’autres organes et systèmes.
Les symptômes des maladies gynécologiques du premier groupe sont le plus souvent des plaintes d’écoulement purulent du tractus génital ou la présence de leucorrhée, des douleurs pendant la miction et les rapports sexuels, des brûlures et des démangeaisons dans la région génitale, ainsi que la possibilité d’ulcères et d’érosions sur le organes génitaux d’une femme.

2. Dans le deuxième groupe de maladies gynécologiques résultant de troubles endocriniens ou de niveaux hormonaux, les symptômes suivants surviennent le plus souvent. Il s’agit notamment d’irrégularités menstruelles, telles que l’aménorrhée ou l’absence de règles, le cycle menstruel peut augmenter ou diminuer, les menstruations peuvent devenir abondantes ou, au contraire, rares, des taches peuvent apparaître en dehors des règles. De plus, à la suite de troubles hormonaux, des saignements utérins anormaux peuvent survenir, c’est-à-dire que les règles d’une femme deviennent irrégulières et acycliques. À la suite de tout ce qui précède, une femme développe une infertilité secondaire, qui nécessite un traitement urgent. Cependant, quel que soit le changement dans le cycle menstruel que vous avez, dans tous les cas, vous devez consulter un gynécologue.

3. Et, enfin, le troisième groupe de maladies gynécologiques. Comme mentionné ci-dessus, ils comprennent les processus tumoraux. Il n’est pas nécessaire que ces processus soient malins. Cela comprend également les fibromes utérins et les formations kystiques dans les ovaires et les modifications du col de l’utérus, telles que l’érosion, la pseudo-érosion et les modifications ulcéreuses.
Parmi les signes du troisième groupe de maladies, les femmes notent le plus souvent des saignements non associés au cycle menstruel, des douleurs pendant les rapports sexuels ou des saignements des voies génitales après le coït.

Cependant, quelle que soit la spécificité des symptômes des maladies gynécologiques, il y aura toujours ceux qui ne se manifesteront pas du tout pendant longtemps, ou les signes seront non spécifiques et pendant longtemps une femme ne sera pas traitée pour une maladie gynécologique du tout.

Le traitement des maladies gynécologiques est une question responsable et complexe. Vous ne devez en aucun cas vous soigner vous-même, car cela peut entraîner des conséquences imprévisibles et ne faire qu’aggraver la situation. À la suite d’un traitement inapproprié, une infertilité, une endométrite ou une tumeur cancéreuse peuvent se développer.

Les maladies gynécologiques et leurs symptômes peuvent être très divers, mais chacun d’entre eux nécessite une visite immédiate chez un médecin pour établir le diagnostic correct et prescrire le traitement approprié, ce qui aidera à restaurer toutes les fonctions de la région génitale féminine et à ne recevoir que du plaisir et du plaisir. de relations intimes sans crainte de sensations douloureuses ou de saignements.

C’est pourquoi il est nécessaire de subir des examens médicaux préventifs chez l’obstétricien-gynécologue local. En règle générale, pour un corps féminin normal et en bonne santé, il suffit de passer et de réussir tous les tests nécessaires une ou deux fois par an, en fonction de l’état de santé et de la présence de plaintes. Si une femme a des problèmes de nature gynécologique, elle doit alors consulter un gynécologue en accord individuel avec lui.

TOP 7 des maladies féminines dangereuses

Varsovie

Krasnopresnenskaïa

Annino

De nombreuses maladies se développent dans le corps de manière imperceptible. Ils peuvent être asymptomatiques pendant plusieurs mois, et parfois des années, et sans surveillance médicale constante, ils se transforment facilement en formes dangereuses. Parlons dans cet article des maladies féminines qui peuvent constituer une menace réelle.

Dans notre pays, il y a un problème clair avec la prévention des maladies – les Russes n’aiment pas aller chez le médecin, ou plutôt, ils viennent déjà lorsque les symptômes sont évidents et parfois insupportables. Les femmes viennent chez le gynécologue avec de graves troubles du cycle et des processus tumoraux qui auraient pu être évités ou du moins détectés à temps.

Lisez aussi:   Allergie médicamenteuse – symptômes et traitement

Quelles maladies sont les plus dangereuses pour les femmes?

1. Cancer du sein . Il y a encore 20 ans, le cancer du sein était diagnostiqué chez les femmes âgées de 50 à 60 ans, et maintenant la maladie touche les jeunes femmes âgées de 30 à 40 ans. Les raisons exactes de ce phénomène n’ont pas encore été identifiées, mais les médecins et les scientifiques suggèrent que la raison en est une grande quantité de stress dans la vie d’une femme, la dégradation de l’environnement et le refus d’allaiter.
Le principal facteur de risque est la génétique. Si vos proches ont des antécédents de cancer du sein, il est nécessaire de se faire examiner par un gynécologue et un mammologue une fois par an après 25 ans. Même si un processus tumoral commence, un examen rapide vous permettra de l’identifier rapidement et de commencer le traitement.

2. Cancer du col de l’utérus . Une maladie qui fait des centaines de milliers de morts chaque année. Le responsable du développement de cette maladie est le virus du papillome humain. La prévention de cette maladie est la vaccination des garçons et des filles à l’adolescence avant le début de l’activité sexuelle contre les souches dangereuses du virus.

Si nous parlons d’une femme adulte, il existe plusieurs règles de prévention:

  • Contact protégé (contraception barrière)
  • Examen par un gynécologue tous les six mois
  • Test de frottis pour les souches de VPH
  • Mener une vie saine

3. Kyste ovarien . Les kystes ovariens fonctionnels sont courants et considérés comme ne mettant pas la vie en danger, rétrécissant en quelques mois sans intervention. Ils constituent une menace si un kyste se rompt – dans ce cas, la femme est emmenée d’urgence en ambulance aux soins intensifs pour une opération. Dans certains cas, les restes du kyste sont enlevés avec l’ovaire.

En plus des kystes fonctionnels, il existe des types plus dangereux qui nécessitent une ablation chirurgicale. Pour la détection rapide des kystes, les gynécologues recommandent aux patientes de subir périodiquement une échographie.

4. Maladies sexuellement transmissibles . Toute maladie de ce type constitue une menace pour la santé reproductive d’une femme. Certains d’entre eux sont asymptomatiques et ne se font sentir que 3 à 4 mois après l’entrée de l’agent pathogène dans l’organisme.

Peut-on prévenir l’infection ? – Oui.

  • Évitez les contacts non protégés avec des partenaires non vérifiés
  • Faites-vous tester pour les infections sexuellement transmissibles tous les six mois
  • Tous les six mois, consultez un gynécologue pour un examen préventif
  • Respecter l’hygiène sexuelle

5. Fibromes utérins . Tumeur bénigne de la cavité utérine. La maladie se développe le plus souvent après 30 ans et peut être asymptomatique. Le danger des fibromes réside dans le fait qu’ils peuvent perturber le travail des organes voisins – provoquer de la constipation, des problèmes de vessie et provoquer l’infertilité.

Si le fibrome se développe rapidement et interfère avec la vie normale du patient, il est enlevé chirurgicalement. Mais dans tous les cas, une surveillance spécialisée est requise -. Il est impossible de guérir les fibromes avec des herbes, des complots ou des exercices. Une telle approche peut entraîner des conséquences graves qui seront irréversibles.

6. Endométriose . Maladie gynécologique grave qui se développe à la suite de la croissance de cellules endométriales à l’extérieur de la couche interne de l’utérus. Cela provoque une inflammation des tissus des organes pelviens, ce qui entraîne une douleur constante et des problèmes de cycle menstruel. L’endométriose provoque souvent l’infertilité.

La maladie est traitée à la fois médicalement et chirurgicalement, en fonction de la localisation des foyers d’endométriose.

7. Annexite ou inflammation des ovaires et des trompes de Fallope . La maladie se développe dans un contexte d’hypothermie, de processus inflammatoires concomitants dans le corps, à la suite d’un avortement ou d’une hygiène sexuelle insuffisante. L’annexite se manifeste par des douleurs dans le bas-ventre, dans la région du sacrum et du bas du dos, l’apparition d’un écoulement désagréable.

L’absence de traitement peut entraîner une chronicité de la maladie et des complications : infertilité, grossesse extra-utérine en raison de la formation d’adhérences et de problèmes de perméabilité des trompes de Fallope.

Les principaux symptômes des maladies gynécologiques

Quels symptômes rechercher :

  • Douleur dans le bas-ventre de toute nature (tirant, douloureux, périodique)
  • Changements dans le cycle menstruel (absence de menstruation, changement de l’état général dans le contexte de la menstruation, cycle irrégulier)
  • Problèmes avec la conception d’un enfant
  • Brûlures, rougeurs et démangeaisons dans la région de l’aine
  • Écoulement atypique avec une odeur désagréable
  • Problèmes de miction
  • Douleur pendant les rapports
  • Diminution sévère de la libido
  • Il convient également de prêter attention aux douleurs thoraciques ou à l’apparition de phoques dans les glandes mammaires.

L’un des symptômes énumérés ci-dessus est une raison pour s’inscrire d’urgence à une consultation et subir un examen. Heureusement, aujourd’hui, des dizaines de méthodes de détection des maladies sont disponibles – des tests à la tomodensitométrie. Ne vous prescrivez pas de tests et de procédures, cela devrait être fait par un médecin sur la base des antécédents et de l’examen recueillis.

Prévention des maladies féminines

Il n’y a pas de pilule magique. Personne ne vous garantira jamais que vous pourrez éviter telle ou telle maladie, mais vous pouvez réduire les risques de leur développement.

Signes et symptômes de maladies gynécologiques chez les femmes

Pour changer la situation, il suffit de consulter régulièrement un médecin. Dans notre clinique, vous serez consulté, examiné régulièrement et guéri, s’il y a quoi que ce soit.

causes

Avant de commencer à parler des symptômes et des signes de maladies gynécologiques, vous devez toujours comprendre les causes de leur apparition. Classiquement, ils sont divisés en facteurs externes et internes.

Facteurs externes:

  • stress sévère de nature permanente ou périodique;
  • détérioration de la situation écologique;
  • changement fréquent de partenaires sexuels;
  • le début de l’activité sexuelle à un âge précoce;
  • violation des règles d’hygiène personnelle; ;
  • traumatisme;
  • prendre des antibiotiques fréquemment et de manière incontrôlable.

Facteurs internes:

  • développement incorrect du système reproducteur;
  • violations de la localisation des organes génitaux;
  • perturbations hormonales;
  • processus tumoraux.

Symptômes et signes de maladies

Il en existe un nombre presque illimité, mais de cette infinité, on peut en distinguer 5 principaux. Si vous en observez au moins un en vous-même, c’est déjà une source d’inquiétude et une visite chez le médecin. Alors:

Ils arrivent périodiquement à toutes les femmes et, dans certains cas, sont même considérés comme la norme. Ils se transforment en symptôme de la maladie s’ils sont permanents, ils sont libérés en grand volume et dégagent une odeur désagréable, accompagnée de douleurs et de démangeaisons. Dans les pathologies, la décharge est le plus souvent épaisse et a une couleur différente de la normale. De par la nature de la décharge, vous pouvez déterminer indépendamment l’agent causal de la maladie:

  • avec une infection bactérienne, la décharge aura une teinte verdâtre avec une odeur de poisson;
  • avec une maladie fongique, l’écoulement est épais, caillé;
  • dans les maladies oncologiques, l’écoulement est aqueux avec un mélange de sang.

Lors du rendez-vous, nos spécialistes vous demanderont certainement quand la décharge commence (pendant quelle période du cycle), quelle est sa nature (périodique, permanente), s’il y a des symptômes supplémentaires (douleur, démangeaisons, brûlures). Par conséquent, surveillez votre corps.

Pour vous rassurer, nous notons que la décharge peut apparaître pour d’autres raisons plus anodines :

  • les produits de soins personnels ou la lessive en poudre que vous utilisez pour laver les sous-vêtements ne conviennent pas ;
  • la présence d’un corps étranger dans le vagin;
  • allergie au préservatif ou à un autre moyen de contraception mécanique ;
  • sous-vêtements inappropriés (synthétiques et serrés);
  • hygiène excessive.

2. Douleur

Selon la maladie, la douleur peut être de différents types et intensités :

  • une douleur douloureuse dans le bas-ventre signale des maladies inflammatoires;
  • si la douleur est aiguë et paroxystique, cela peut indiquer une rupture de l’ovaire ou de la trompe de Fallope, une torsion d’un kyste ovarien ou une grossesse extra-utérine;
  • pendant l’interruption de grossesse, la douleur sera crampe;
  • si vous vous réveillez avec des douleurs douloureuses la nuit, cela peut signaler un cancer du col de l’utérus ou une endométriose génitale.

Il convient de rendre hommage au facteur psychologique. Nous rencontrons souvent des douleurs farfelues lorsqu’elles sont provoquées par la patiente elle-même en raison d’une expérience excessive.

3. Saignements , qui sont divisés en génitaux et extragénitaux.

Les causes des saignements génitaux sont :

  • dysfonctionnement menstruel;
  • maladies inflammatoires;
  • néoplasmes (myome);
  • lésion génitale.

Causes des saignements extragénitaux :

  • hypertension sévère (plus fréquente chez les femmes ménopausées);
  • empoisonnement avec des substances toxiques;
  • maladies infectieuses graves (par exemple, hépatite).

4. Démangeaisons de la vulve

Le plus souvent, ce symptôme survient chez les femmes ménopausées et ce symptôme survient dans les maladies gynécologiques causées par des infections, le diabète ou une intoxication.

5. Violation du travail des organes connexes

Tout d’abord, le rectum souffre et la constipation peut survenir dans le contexte de grosses tumeurs, d’adhésifs cicatriciels ou de processus purulents. La vessie peut également être affectée à la suite d’une tumeur.

6. Troubles liés au cycle menstruel

Sur cette liste figurent le SPM bien connu (syndrome prémenstruel) et la dysménorrhée désagréable (menstruations douloureuses).

Le SPM est bien connu des femmes et des hommes qui communiquent avec eux, et tout le monde en souffre. Elle débute une à deux semaines avant le début des saignements menstruels et consiste en nervosité, irritabilité, dépression, explosions émotionnelles, maux de tête, gonflement, douleur des glandes mammaires. Et tout cela à cause du fait que les hormones jouent. Si les symptômes n’interfèrent pas avec votre vie, c’est bien, sinon vous devez consulter un médecin.

La dysménorrhée est l’apparition de douleurs lors des saignements menstruels. La douleur peut être si intense qu’elle irradiera vers le bas du dos et les jambes. En même temps, il a un caractère terne ou spasmodique douloureux. En règle générale, une douleur aussi intense n’est pas la norme, donc si vous la ressentez, contactez immédiatement votre médecin.

Diagnostic et traitement

Lorsque vous contactez notre clinique, le spécialiste vous examinera d’abord, puis mènera une conversation – approximativement selon le plan présenté ci-dessus. Ensuite, vous devrez passer des tests afin que le médecin puisse établir un diagnostic correct et précis.

Après cela, un traitement strictement individuel est prescrit. Les maladies inflammatoires ne sont jamais traitées par des méthodes générales et il n’existe pas d’algorithme spécifique pour cela. Seule une approche individuelle et un contrôle strict des patients qui viennent chez nous nous permettent de les aider rapidement et efficacement.

C’est avec des douleurs dans le bas-ventre qu’elles se tournent souvent vers un gynécologue. En effet, le plus souvent, la cause est des affections spécifiquement associées à des problèmes gynécologiques, à la suite de maladies des organes de l’appareil reproducteur.

Beli est l’un des types de décharge pathologique du tractus génital, ce qui est toujours la preuve qu’il y a des violations dans la sphère gynécologique d’une femme. Beli peut être le signe de maladies bénignes et auto-guérissantes, mais peut également servir de “phare” de pathologies graves et dangereuses.

Maladies féminines gynécologiques, traitement de l’inflammation

La santé des femmes est très fragile, une attitude négligente à son égard peut entraîner de nombreux problèmes à l’avenir. Les gynécologues recommandent fortement aux femmes de se faire examiner deux fois par an à des fins de prévention, même si rien ne les dérange. De nombreuses maladies dangereuses surviennent sous une forme latente et détruisent la santé, alors qu’une femme n’en est pas consciente.

Types de maladies gynécologiques et leur manifestation

Il existe une grande variété de maladies propres au sexe féminin. Chacun d’eux a ses propres caractéristiques distinctives. Certains apparaissent immédiatement, tandis que d’autres peuvent mener une guerre silencieuse pendant des années et conduire à l’infertilité ou même à la mort.

Classement des maladies :

Maladie Localisation
Vulvite, cervicite, candidose Affecter les organes externes du système reproducteur, le col de l’utérus
Endométriose, annexite, myome, kyste ovarien Affecter l’utérus et ses appendices
Dysplasie, cancer du col de l’utérus Affecter le col de l’utérus

Quel que soit l’âge, il existe certaines maladies gynécologiques chez les femmes, dont vous apprendrez ci-dessous la liste et les symptômes.

Colpite

La colpite est un processus inflammatoire qui affecte les tissus muqueux du vagin. La maladie se développe dans le contexte de la reproduction de la microflore pathogène: champignons du genre Candida, staphylocoque, streptocoque, Escherichia coli.

L’évolution de la maladie peut être aiguë et chronique. La colpite survient le plus souvent chez les femmes en âge de procréer, mais peut également se développer chez les enfants et les personnes âgées.

Des causes de nature différente activent la reproduction active de la flore pathogène. Il existe deux types de colpite :

primaire – n’affecte que la muqueuse vaginale;

  • douleur et inconfort dans le vagin et dans la région des lèvres, brûlures;
  • écoulement abondant, parfois avec une odeur caractéristique de pourriture ;
  • miction douloureuse;
  • gonflement et rougeur des organes génitaux.

Vulvite

La vulvite est une maladie inflammatoire qui affecte la région génitale féminine. Infection exposée : clitoris, lèvres, entrée vaginale . La maladie se développe dans le contexte d’une défense immunitaire affaiblie avec une violation concomitante de l’intégrité de la peau de cette zone.

La cause du développement de la vulvite est le plus souvent des organismes pathogènes: champignons de levure, E. coli, streptocoques, etc. Parfois, une inflammation peut se développer sur le fond des MST.

  • gonflement de la région génitale externe;
  • rougeurs, démangeaisons et brûlures au toucher, après la miction ou les rapports sexuels ;
  • écoulement purulent du vagin.

cervicite

La cervicite est un processus inflammatoire qui affecte les tissus du col de l’utérus. La maladie s’accompagne d’un écoulement purulent ou trouble, d’une gêne lors des rapports sexuels, de douleurs tiraillantes dans le bas-ventre. La cervicite chronique entraîne l’insolvabilité du col de l’utérus et la propagation du processus inflammatoire ci-dessus.

La cervicite survient rarement en tant que maladie indépendante, le plus souvent en raison d’ une vulvite aiguë, d’une vaginite, d’une colpite , etc. La maladie est provoquée par une flore pathogène qui pénètre dans le col de l’utérus.

Certains facteurs augmentent le risque de développer une cervicite : un traumatisme lors de l’accouchement, des antécédents d’avortement, la pose d’un dispositif intra-utérin, l’utilisation de contraceptifs.

  1. La cervicite aiguë s’accompagne d’un écoulement trouble. Il y a un gonflement du col de l’utérus, de petites hémorragies.
  2. La cervicite chronique s’accompagne d’un écoulement muqueux trouble, une pseudo-érosion se forme sur le col de l’utérus. Sa surface devient plus épaisse, des kystes peuvent se former. L’enflure et la rougeur dans la forme chronique ne sont pas aussi prononcées.

Candidose

La candidose (muguet) est la maladie la plus courante de l’appareil reproducteur féminin. Ses agents responsables sont des champignons, appelés Candida. La candidose n’est pas une maladie sexuellement transmissible. Il se développe en raison de la reproduction accrue des champignons, dans le contexte d’un système immunitaire affaibli.

  • décharge blanche avec une odeur aigre, ayant une consistance de caillé;
  • gonflement des organes génitaux;
  • inconfort accru au contact de l’eau, après un rapport sexuel.

Myome

Les fibromes utérins sont une maladie courante et complexe. C’est un néoplasme constitué de cellules bénignes. Les fibromes ne sont rien de plus que des fibres musculaires envahies.

Les médecins ne peuvent pas dire la cause exacte du développement des fibromes, cependant, il existe des facteurs de risque :

  • accouchement tardif ou leur absence jusqu’à 30 ans;
  • interruption artificielle de grossesse;

Symptômes des fibromes utérins :

  • augmentation du cycle menstruel;
  • saignement excessif pendant la menstruation, apparition de caillots sanguins;
  • douleur dans le bassin, le dos, les jambes;
  • urination fréquente;
  • douleur pendant les rapports sexuels;
  • une augmentation de la taille de l’abdomen.

annexite

L’annexite est un processus inflammatoire qui se produit dans les appendices. Les agents responsables de la maladie sont divers micro-organismes et bactéries. Le processus peut se dérouler à la fois de manière aiguë et chronique, des rechutes fréquentes sont possibles.

  • douleur dans le bas-ventre;
  • élévation de la température jusqu’à subfébrile;
  • douleurs;
  • mal de tête;
  • vomir;

endométriose

L’endométriose est une maladie dans laquelle l’endomètre, qui tapisse la surface interne de l’utérus, se développe au-delà de ses limites. Les nouvelles cellules subissent les mêmes changements au cours du cycle menstruel que l’endomètre lui-même.

La maladie est inhérente aux femmes en âge de procréer , en termes de fréquence des cas, elle n’est inférieure qu’au myome utérin.

Dans l’endométriose, les cellules endométriales peuvent être trouvées dans le col de l’utérus, le vagin, les ovaires et les trompes de Fallope.

Les médecins et les scientifiques ne peuvent pas encore nommer la cause exacte du développement de la maladie. Il existe une opinion selon laquelle les cellules endométriales pénètrent dans les organes génitaux voisins avec les caillots sanguins.

Par conséquent, cette maladie est souvent associée à des opérations, à des accouchements difficiles et à des avortements.

  • douleur dans le bas-ventre, irradiant vers le sacrum et le bas du dos;
  • saignement excessif pendant la menstruation;
  • écoulement épais et sale après la fin des menstruations.

L’endométriose est dangereuse car dans 40 à 43% des cas elle conduit à l’infertilité . Une autre complication de la maladie est constituée de divers processus inflammatoires, dus au fait que le sang peut s’accumuler dans une zone et ne pas sortir, comme dans un cycle normal.

dysplasie cervicale

La dysplasie est une condition pathologique dans laquelle le nombre de couches et la structure de la structure cellulaire qui recouvre l’épithélium du col de l’utérus changent.

La dysplasie est une maladie qui, dans un concours de circonstances, peut provoquer le développement d’une tumeur maligne.

Une cause fréquente de dysplasie est le VPH (virus du papillome humain), ou plutôt certaines de ses souches, qui appartiennent à un groupe à haut risque oncogène.

A partir du moment du développement de la maladie, avant sa transformation en cancer, environ 10 ans peuvent s’écouler. Pendant ce temps, il se peut qu’il n’y ait aucun symptôme.

  • décharge abondante et inodore, ayant une couleur laiteuse claire;
  • inconfort et douleur pendant et après les rapports sexuels, écoulement de traînées de sang après l’intimité;

Cancer du col de l’utérus

Le cancer du col de l’utérus est l’une des maladies malignes les plus courantes. Il existe deux groupes de femmes à risque : les 40-50 ans et les 55-65 ans .

Il est possible de prévenir la maladie, car elle est précédée de diverses conditions précancéreuses.

Causes de la maladie :

  • maladies vénériennes transférées;
  • état d’immunodéficience;
  • mauvaise utilisation des contraceptifs;
  • le début de l’activité sexuelle à un très jeune âge;
  • pertes vaginales avec traînées de sang;
  • cervicite exacerbée, colpite;
  • écoulement purulent;
  • violation du cycle mensuel;
  • douleurs pendant et après les rapports sexuels.

Kyste de l’ovaire

Un kyste ovarien est un sac rempli de liquide dans un ou les deux ovaires. Ses dimensions peuvent être de plusieurs centimètres ou aller jusqu’à 25 cm de diamètre .

Il se forme lorsqu’un ovule mature ne peut pas quitter l’ovaire pendant l’ovulation. En conséquence, il commence à s’étirer et à se remplir de liquide.

  • douleur intense du côté droit ou gauche de l’abdomen, parfois insupportable;
  • règles abondantes et douloureuses;
  • violation du cycle;
  • lourdeur dans l’abdomen et le bassin;

Options de traitement

La médecine moderne dispose d’un vaste arsenal de connaissances et d’opportunités pour le traitement de diverses maladies gynécologiques. Vous pouvez même faire face à des maladies féminines graves en gynécologie , l’inflammation, le traitement dépend du stade de la maladie et de la variété.

Toute thérapie commence par un ensemble d’études qui vous permet de déterminer avec précision le diagnostic et de choisir le traitement. On prescrit aux femmes divers médicaments, très souvent des antibiotiques qui, s’ils ne sont pas assez efficaces, peuvent être remplacés. Dans les cas compliqués, recourir à une intervention chirurgicale.

Un traitement approprié et opportun permet à une femme de rester en bonne santé et de se reposer dans un sanatorium, de retrouver sa vitalité.

Maladies et infections gynécologiques féminines

Les maladies féminines représentent un vaste groupe de maladies de l’utérus, des ovaires et d’autres organes génitaux. Avec un traitement intempestif, ils peuvent entraîner des conséquences assez dangereuses, notamment l’infertilité. C’est pourquoi il est extrêmement important d’identifier toute pathologie gynécologique au stade le plus précoce.

Types de maladies féminines

Selon les symptômes, les premiers signes, la gravité et le type d’infection, les maladies féminines sont divisées en plusieurs groupes.

Les principales manifestations du groupe des maladies dystrophiques tumorales sont les néoplasmes des organes génitaux, qui peuvent être bénins, mais aussi dégénérer en malins.

Les maladies féminines de ce groupe comprennent :

  • érosion cervicale;
  • fibromes utérins;
  • kyste de l’ovaire;
  • cancer du col de l’utérus;
  • inflammation des appendices;
  • leucoplasie;
  • kraurose, etc.

Un groupe de maladies hormonales féminines se développe à la suite de perturbations du système endocrinien.

Les maladies féminines de ce groupe comprennent les ovaires polykystiques et les fibromes utérins. Cela peut également inclure toute autre pathologie qui apparaît à la suite d’irrégularités menstruelles et après la ménopause.

Les maladies inflammatoires comprennent :

  • annexite;
  • vulvite;
  • vaginite;
  • cervivite;
  • endométrite.

Ce sont les groupes de maladies les plus courants en gynécologie. Il existe également diverses infections sexuellement transmissibles chez les femmes et des troubles causés par la pathologie des organes internes.

Les symptômes

Les maladies des femmes, chacune d’entre elles, ont leurs principales manifestations. Mais à bien des égards, ils sont similaires.

Les symptômes les plus caractéristiques des maladies féminines sont:

  • douleur dans le bas-ventre;
  • démangeaisons et brûlures des organes génitaux externes;
  • miction douloureuse;
  • violation du cycle menstruel;
  • douleur pendant l’intimité;
  • écoulement pathologique (sanglant, ringard, purulent ou mousseux).

Les facteurs de risque qui conduisent au développement de maladies féminines comprennent:

  • stress, surmenage émotionnel;
  • immunité réduite;
  • hypothermie;
  • malnutrition;
  • inactivité physique.

Malheureusement, certaines maladies féminines sont asymptomatiques, ce qui constitue une grande menace pour la santé. Après tout, les premières manifestations de la maladie se font sentir à un stade tardif, lorsque des changements irréversibles ont déjà commencé. C’est pourquoi il est nécessaire de consulter un médecin au moindre malaise, si vous avez constaté au moins un des symptômes ci-dessus.

Gynécologie : infections sexuellement transmissibles

Les infections sexuellement transmissibles (IST) constituent un groupe distinct et assez important de maladies en gynécologie. Les infections sexuellement transmissibles comprennent :

  • muguet (candidose);
  • l’herpès génital;
  • blennorragie;
  • papillomavirus;
  • SIDA;
  • syphilis, trichomonase;
  • chlamydia;
  • vaginose bactérienne;
  • mycoplasmose;
  • la jardinellose;
  • uréeplasmose.

Les symptômes des maladies ressemblent à bien des égards à toute autre pathologie en gynécologie. Cependant, les infections, contrairement à d’autres maladies, ont un effet plus néfaste sur le corps féminin.

Complications des infections génitales féminines

Les conséquences de certaines maladies infectieuses en gynécologie ne sont pas aussi dangereuses que les conséquences de l’infection par le VIH ou de la syphilis. Ils minent non seulement le système immunitaire, ouvrant le «feu vert» à diverses maladies, mais provoquent également l’infertilité féminine.

Dans la plupart des cas, en raison d’infections génitales féminines, la future mère a eu des problèmes lors de l’accouchement. Ces maladies ont également un impact négatif sur le développement du fœtus.

La dysbiose (dysbactériose) est une autre complication courante des maladies féminines, à savoir les infections génitales.

C’est une violation de la microflore normale du vagin, car l’agent causal de la maladie, pénétrant dans les voies génitales, transforme la microflore normale en pathogène. Cela déclenche un processus inflammatoire qui peut également affecter les ovaires et l’utérus.

Diagnostique

Douleurs, brûlures, démangeaisons dans le vagin, pertes avec une odeur désagréable sont une bonne raison de consulter un médecin.

Afin d’identifier les maladies féminines et de clarifier le diagnostic, les méthodes de recherche suivantes sont utilisées:

  • laboratoire (faire un frottis, etc.);
  • ultrasonique;
  • mini-invasive (endoscopique et laparoscopique).

Un examen complet permettra non seulement de poser un diagnostic correct, mais également de reconnaître la maladie à un stade précoce et, ainsi, de prescrire le traitement nécessaire en temps opportun.

En cas d’infection, il est important de traiter également le partenaire sexuel. Sinon, une réinfection peut se produire.

Traitement des maladies féminines

Une approche intégrée du traitement de la maladie vous permettra de vous débarrasser au plus vite de ses symptômes dangereux.

La thérapie des maladies féminines comprend la prise de médicaments spéciaux, y compris les antibiotiques, les procédures de physiothérapie (thermique, etc.).

À un stade ultérieur de certaines maladies, lorsque le traitement conservateur n’est pas efficace, une intervention chirurgicale est effectuée.

Prévention des maladies féminines

Afin de prévenir et de traiter avec succès les maladies féminines, des visites régulières chez un gynécologue et un examen au moins une fois tous les six mois sont recommandés.

Le complexe d’études diagnostiques prévues comprend:

  • Échographie des organes pelviens;
  • Échographie des glandes mammaires;
  • frottis cytologique.

Le respect des conditions suivantes protégera de manière fiable contre diverses maladies gynécologiques:

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *