rêver

La mère qui allaite est malade. Comment être traité

Les maladies les plus courantes et les questions les plus fréquentes sur la compatibilité du traitement et de l’allaitement.

La première question qui se pose chez une mère malade est de savoir s’il est possible de se nourrir pendant une maladie.

Le postulat principal : il y a très peu de maladies de la mère qui sont une contre-indication à l’allaitement. Dans de nombreux cas, il sera beaucoup plus nocif pour le bébé de le transférer, temporairement ou définitivement, dans le mélange.

Ne considérez pas les informations suivantes sur les médicaments comme un guide d’action ou des recommandations. Les conseillères en lactation ne sont pas des médecins et ne peuvent pas prescrire un traitement, encore moins annuler un traitement prescrit par un médecin.

Toutes les informations sont données à titre indicatif. Vous êtes responsable de votre santé et de celle de votre bébé. Avant de prendre tel ou tel médicament, consultez votre médecin.

Alors tu es tombé malade. Il peut y avoir deux options ici.

Contents

1. Maladies pour lesquelles vous ne consultez habituellement pas de médecin

Peut-être avez-vous déjà utilisé certains remèdes dans de tels cas auparavant, mais lors de l’allaitement, des doutes surgissent quant à savoir si c’est possible …

  • Rhume, SRAS, nez qui coule, mal de gorge, toux

Si le traitement local n’aide pas dans les 3 à 5 jours, assurez-vous de consulter un médecin – le problème peut être plus grave et nécessitera un traitement compétent. C’est peut-être le début d’une maladie plus grave – sinusite, amygdalite, bronchite.

La grande majorité des remèdes topiques peuvent être utilisés pendant l’allaitement. Leur absorption à travers la membrane muqueuse est faible et ils ne pénètrent pratiquement pas dans le lait. Par conséquent, les sprays, gargarismes, gouttes froides peuvent être utilisés en toute sécurité comme décrit dans les instructions (mais n’en faites pas trop – suivez la posologie ; il est généralement recommandé d’utiliser ces produits pendant 5 jours maximum).
Assurez-vous de boire beaucoup d’eau chaude.
Il est inutile de porter un masque de protection, cela réduit la libération de virus au stade aigu lors des éternuements et de la toux, mais la transmission de l’infection commence bien avant l’apparition des premiers symptômes, et le bébé recevra très probablement déjà la plupart des soins de la mère. agents pathogènes, mais avec le lait maternel, il recevra une protection.

  • Température, maux de tête, maux de dents et autres douleurs

Pendant l’allaitement, vous pouvez utiliser des antipyrétiques et des analgésiques à base de paracétamol et d’ibuprofène (par exemple, Efferalgan, Nurofen), de préférence sous forme pure, et non sous une forme combinée (par exemple, un comprimé de paracétamol, pas de poudre Coldrex).
Posologie – habituelle pour adultes : 1 comprimé 1-4 r. par jour si nécessaire.
L’aspirine et l’analgine ne conviennent pas aux mères qui allaitent.

C’est ainsi que le fils de Zolotukhin a grandi: les Russes ont été étonnés de la similitude
Comment les créateurs de “Smuglyanka” ont trompé le peuple soviétique
Pourquoi Leshchenko et sa femme ont catégoriquement refusé de devenir parents
L’ex-mari Zavorotnyuk a révélé la terrible vérité sur la cause de sa maladie
  1. La température dans l’aisselle d’une femme qui allaite est plus élevée que d’habitude. Par conséquent, vous devez mesurer la température dans le coude ou le genou.
  2. La température n’est pas un diagnostic, mais l’un des symptômes de la maladie, un signal du corps et souvent la façon dont le corps combat les virus et les bactéries. Faire simplement baisser la température n’est pas une option, vous devez combattre la maladie elle-même.
  3. Les thérapeutes recommandent aux adultes et aux enfants de faire baisser la température de plus de 38,5 * ou si vous vous sentez très mal – fièvre, frissons, maux de tête, etc.
  4. La douleur peut accompagner de nombreuses maladies. Si la douleur ne disparaît pas pendant une longue période et reprend après l’arrêt de l’analgésique, consultez immédiatement un médecin.

L’état des intestins et des selles d’une mère qui allaite peut affecter les selles du bébé, par exemple, avec la constipation chez une mère, un enfant peut avoir des difficultés à déféquer. Avec la diarrhée, une «relaxation» temporaire est également possible chez un enfant. Habituellement, de telles conditions ne nécessitent pas de mesures supplémentaires, mais essayez de normaliser et de maintenir l’état de votre tractus gastro-intestinal.

  • Diarrhée, constipation, empoisonnement

Les troubles intestinaux et les intoxications alimentaires chez une mère qui allaite ne sont pas une raison pour arrêter l’allaitement !

La règle générale pour les vomissements, les diarrhées sévères et les intoxications : le premier jour, si possible, refusez de manger, buvez plus d’eau. Ensuite, vous pouvez commencer à boire du thé sans sucre avec des craquelins ou du pain sec (toast), en passant progressivement à la nourriture habituelle.
Parmi les médicaments que vous pouvez utiliser : Smecta, Enterosgel, Enterol ; ainsi que Baktisubtil, Bifiform et autres probiotiques.

Il est préférable de commencer à traiter la constipation par des méthodes diététiques: augmentez la quantité de fibres, de légumes et de fruits, de liquides dans l’alimentation.
Acceptable pour une utilisation dans les médicaments allaitants tels que Duphalac, Forlax, préparations probiotiques.

(allergie alimentaire, pollinose, asthme bronchique, conjonctivite allergique, rhinite, névrodermite, etc.)

Pour tout type d’allergie, il est préférable que maman passe à un régime hypoallergénique, utilise des absorbants.

Si vous êtes allergique et que votre maladie habituelle s’est déclarée, utilisez votre traitement habituel après en avoir vérifié la compatibilité.
En général, la plupart des médicaments contre les allergies, même ceux à base de corticostéroïdes, sont sans danger pour votre bébé. Il est préférable de privilégier, si possible, les traitements locaux, aérosols et comprimés.

Les médicaments les plus courants compatibles avec l’allaitement sont la dernière génération d’antihistaminiques (Zirtek, Claritin), presque tous les remèdes locaux pour le traitement de la dermatite et de l’eczéma (lors de l’application de la pommade, assurez-vous qu’elle n’entre pas en contact avec la peau du bébé, ainsi qu’avec la peau de la poitrine et des mamelons).
Suprastin et Tavegil ne sont pas compatibles avec l’allaitement.

Si la réaction allergique se manifeste pour la première fois, il est préférable de consulter un médecin.

2. La situation nécessite une visite chez le médecin

Informez immédiatement votre médecin que vous allaitez. Un partisan bien informé de l’allaitement essaiera toujours de trouver les médicaments les plus sûrs pour l’allaitement.

Les situations les plus courantes :

  • Rendez-vous chez le dentiste

Si vous avez besoin d’un traitement ou d’une extraction de dents sous anesthésie, dites à votre médecin que vous êtes une mère qui allaite. Tous les médicaments d’anesthésie modernes sont compatibles avec l’allaitement.
Mais dans le cas de processus inflammatoires ou d’extraction dentaire, le médecin peut prescrire des analgésiques et des anti-inflammatoires. Ici, ils doivent être choisis avec soin.

  • Manipulations gynécologiques

Il s’agit principalement du soi-disant “nettoyage” de l’utérus, qui est parfois nécessaire pendant le premier mois après l’accouchement. Habituellement, la procédure est effectuée en ambulatoire, en utilisant une anesthésie superficielle (sommeil médicamenteux) ou une anesthésie locale.
Les médicaments utilisés dans la pratique gynécologique moderne pour les procédures ambulatoires sont généralement compatibles avec l’allaitement. Il n’est généralement pas nécessaire de pomper ou de compléter avec du lait maternisé.
Mais si possible, avant l’intervention, précisez quels moyens seront utilisés, surtout si vous avez un nouveau-né. Votre consultante en lactation pourra vérifier la compatibilité des médicaments et donner des recommandations sur la façon de réduire les risques pour le bébé, si nécessaire.

Les femmes en période d’allaitement peuvent effectuer:

  • fluorographie,
  • fluoroscopie,
  • radiographie,
  • tomodensitométrie,
  • imagerie par résonance magnétique,
  • Échographie (y compris échographie mammaire et mammographie),
  • ECG, Echo-KG, EEG, Echo-EG.

Après ces procédures, vous n’avez pas besoin d’exprimer, car tous ces types de rayonnement n’affectent pas le lait maternel.

L’exception concerne les scintigraphies utilisant des agents de contraste (p. ex., iode radioactif, technétium). Si une étude est nécessaire, la femme doit s’abstenir d’allaiter pendant les 12 à 24 heures suivantes.

L’OMS recommande que pendant les opérations sous anesthésie générale, s’abstenir d’allaiter pendant les 12 à 24 heures suivantes.

Si l’opération est prévue, vous pouvez préparer à l’avance une banque de lait exprimé afin que le bébé puisse se passer de lait maternisé pendant la période de sevrage forcé.
S’il s’agit d’une urgence et que vous ne pouvez pas vous approvisionner en lait tiré, travaillez avec votre pédiatre pour choisir la formule qui convient le mieux à votre bébé et prévoyez de continuer à allaiter après votre retour à la maison.
À l’hôpital, il est important de maintenir la lactation et de protéger le sein du débordement et de la stagnation pour exprimer – si possible, environ 6 à 7 fois par jour. Pour transmettre ce lait à votre bébé, vérifiez la compatibilité de tous les médicaments que vous recevez à l’hôpital.
La correction de la vue au laser pour les mères qui allaitent est contre-indiquée.

Si possible, choisissez une méthode d’alimentation à l’avance. Afin d’éviter les problèmes d’attachement au sein au retour, il est recommandé de nourrir non pas au biberon, mais à l’aide d’une seringue, d’une cuillère, d’une tasse, d’un abreuvoir. Assurez-vous que tout fonctionne pour la personne qui nourrira les miettes en votre absence.
Si vous décidez tout de même d’opter pour une alimentation complémentaire au biberon, vous devez également vous assurer au préalable que votre bébé accepte de le téter (beaucoup de bébés refusent catégoriquement de téter tout substitut mammaire). Le biberon est également indésirable car il peut entraîner des difficultés lors du retour de l’allaitement – après tout, les techniques de succion du sein et du biberon sont fondamentalement différentes.

  • Maladies infectieuses causées par des micro-organismes pathogènes (par exemple, otite moyenne, amygdalite, pneumonie)

Les antibiotiques de différents types sont efficaces contre différents groupes de micro-organismes. Consultez votre médecin pour des antibiotiques.

Un traitement avec des médicaments antibactériens est indiqué; les antibiotiques sont sélectionnés qui sont compatibles avec l’allaitement. Il existe de nombreux antibiotiques de ce type (par exemple, des antibiotiques de la série des pénicillines, de nombreuses céphalosporines de première et deuxième générations, de nombreux macrolides).
Les antibiotiques qui affectent la croissance osseuse ou l’hématopoïèse (par exemple, la tétracycline, les dérivés de la fluoroquinolone, la lévomycétine) sont strictement contre-indiqués pendant l’allaitement. Presque toujours, ils peuvent trouver un substitut approprié.

  • Maladies infectieuses du sein : mammite, abcès.

Actuellement, le traitement de ces maladies se fait en ambulatoire et avec le maintien de l’allaitement !

La thérapie antibactérienne est réalisée avec des médicaments compatibles avec l’alimentation (antibiotiques), dans le cas d’un abcès – drainage et lavage de la cavité purulente.
Les compresses chaudes (compresses avec alcool, miel) sont contre-indiquées pendant l’allaitement – le processus inflammatoire peut s’intensifier (par exemple, la mammite se transformera en abcès). Les compresses avec de l’alcool et du camphre sont également contre-indiquées – l’écoulement du lait est difficile, ce qui entraîne une détérioration du bien-être et peut entraîner une diminution de la lactation.

3. Procédures cosmétiques

La plupart des procédures n’affectent pas l’allaitement (bien sûr, nous ne parlons pas de chirurgie plastique).
Les procédures les plus sûres pour le visage sont le nettoyage par ultrasons, la darsonvalisation, le massage.
La mésothérapie du visage et du cuir chevelu est contre-indiquée en soins infirmiers.

Les manipulations sur le corps doivent être effectuées avec plus de prudence: l’épilation photo et laser est indésirable pour l’allaitement; produits anti-cellulite, enveloppements corporels pour détoxifier le corps. Le massage général n’est pas interdit, mais ne doit pas affecter la poitrine. Selon les cosmétologues, en raison des particularités de l’état du corps féminin pendant la grossesse et l’allaitement, il est déconseillé de faire des peelings chimiques et acides, ainsi que d’utiliser des cosmétiques contenant des acides (divers acides de fruits et de l’acide lactique sont principalement ajoutés) – l’utilisation d’acides pendant cette période peut augmenter le risque de formation de taches de vieillesse et contribuer à l’hyperpigmentation de la peau.

En général, de nombreux cosmétologues ont peur de prendre du matériel et un traitement spécial pour les soins infirmiers, car pour de nombreuses procédures, la période de lactation est une contre-indication, l’effet n’a pas été étudié.

Résumé

Lors de la prise de médicaments par les mères qui allaitent, il est très important d’évaluer les bénéfices attendus du médicament et le risque qu’il passe dans le lait et l’effet sur le bébé. Par conséquent, si possible, le traitement médicamenteux doit être évité. Certaines maladies peuvent être guéries sans médicament : par exemple, pour un rhume, vous pouvez recommander de boire beaucoup d’eau, des herbes médicinales, des bains de pieds chauds, pour la bronchite – inhalations, etc.

En règle générale, les médicaments compatibles ne pénètrent presque pas dans le lait maternel (par exemple, les antibiotiques à base de pénicilline) et certains peuvent passer dans le lait, mais n’ont pas d’effet négatif sur le bébé, car les intestins des enfants ne les absorbent pas.

N’oubliez pas que la sécurité de la pharmacothérapie dépend également du moment et de la manière dont une femme prendra le médicament. Par conséquent, il est conseillé d’organiser la prise de médicaments de manière à ce que l’alimentation ne coïncide pas avec le pic de la concentration maximale du médicament dans le sang et le lait (il est particulièrement important de surveiller cela si vous envisagez de prendre le si -médicaments dits “peu compatibles”).
Si le médicament est incompatible avec l’allaitement, mais qu’il est extrêmement nécessaire de le prendre, vous pouvez temporairement sevrer le bébé du sein pendant la période de prise du médicament. Pour maintenir la lactation, il est nécessaire d’exprimer régulièrement du lait pendant cette période – généralement 6 à 7 fois par jour suffisent (10 à 15 minutes par sein). Après l’arrêt du médicament, la mère peut continuer à allaiter son bébé en toute sécurité.

Il existe des recommandations générales de l’OMS pour la prescription d’un traitement médicamenteux à une mère qui allaite : « . Le traitement médicamenteux pour les mères qui allaitent doit être évité dans la mesure du possible. Si des médicaments sont indiqués, vous devez d’abord choisir ceux qui auront le moins d’effet négatif sur l’enfant. Une femme qui allaite devrait prendre des médicaments de préférence pendant ou immédiatement après une tétée pour éviter une période de pics de concentration dans le sang (et le lait). S’il existe un besoin urgent d’un médicament nocif pour un enfant allaité, l’alimentation doit être temporairement interrompue pendant que la lactation doit être maintenue.

N’oubliez pas que s’il vous est difficile de comprendre vous-même ce problème, veuillez contacter nos consultants à “l’arc-en-ciel de la maternité”:

  • par téléphone à Moscou (495) 648-62-65 (tous les jours de 8h00 à 22h00 (MSK))
  • à nos groupes VKontakte et Facebook
  • écrivez-nous en remplissant le formulaire de commentaires

Le matériel a été préparé par Olga Koreneva
(consultante au Centre d’allaitement “Rainbow of Motherhood”,
membre de l’AKEV, psychologue périnatale)

L’ACC est un remède efficace pour le traitement de la toux sèche et humide

L’ACC est un médicament moderne pour le traitement complexe de la toux et l’élimination du mucus du système respiratoire. Une forme pratique et un large choix de dosages permettent de l’utiliser pour le traitement des enfants et des adultes atteints de maladies infectieuses et virales, ainsi que de bronchite chronique. Efficace pour les toux sèches et grasses.

Comprimés ACC 200 mg

Indications pour l’utilisation

Le médicament ACC aide à éliminer en douceur le mucus accumulé dans les voies respiratoires, accélère la séparation des expectorations en cas d’inflammation aiguë. Parmi les indications d’utilisation :

  • stade aigu de la bronchite chronique;
  • laryngotrachéite;
  • pneumonie bactérienne, virale;
  • complications de l’asthme bronchique, de la fibrose kystique ;
  • forme sévère de sinusite, otite moyenne.

Le médicament ACC est recommandé après une intervention chirurgicale sur les voies respiratoires supérieures, lorsqu’un patient affaibli a une grande quantité de sécrétion muqueuse. Il soulage efficacement la toux après une blessure à la poitrine, ce qui peut entraîner des complications.

Comme prescrit par le médecin traitant , le médicament peut être pris aux stades aigus et chroniques de diverses maladies des bronches, du larynx et des poumons. La possibilité d’ACC avec une toux sèche dépend du diagnostic, mais dans la plupart des cas, le médicament soulage les attaques, réduit les brûlures et les picotements désagréables.

L’effet de l’ACC sur le corps

Le médicament contient une substance active – l’acétylcystéine, qui pénètre facilement dans les poumons et les bronches humains. Il n’affecte pas le travail des récepteurs de la toux et dilue rapidement les expectorations accumulées. Pour faciliter l’excrétion du secret, l’agent ACC augmente son volume en raison de l’afflux de liquide.

La substance active stimule les cellules tapissant les organes respiratoires de l’intérieur. Ils sont plus faciles à séparer, accélèrent et facilitent l’élimination du mucus de manière naturelle. Le liquide inflammatoire ne s’attarde pas dans les poumons, ce qui réduit le risque de complications de la pneumonie.

Les propriétés les plus utiles du médicament ACC:

  • accélère la synthèse du glutathion, nécessaire au renouvellement des muqueuses des poumons et des organes respiratoires ;
  • démarre le processus de désintoxication naturelle, élimination accélérée des produits de décomposition de manière naturelle;
  • supprime le processus inflammatoire;
  • normalise le niveau de radicaux libres et de métabolites de l’oxygène, ce qui provoque la croissance de virus et de bactéries nocifs;
  • a un effet expectorant;
  • réduit la fréquence et l’intensité des attaques de toux.

La prise d’ACC facilite la respiration, soulage la sensation de lourdeur dans la poitrine. Cela atténue la condition, élimine l’hypoxie – le manque d’oxygène dans le sang. Le bien-être général s’améliore, la faiblesse et la somnolence diminuent, une personne retrouve rapidement sa force.

Après avoir pris une dose de médicament antitussif, la concentration maximale est atteinte après 1 à 3 heures. Les effets thérapeutiques et expectorants de l’ACC Long durent au moins 8 heures, procurant un sommeil réparateur sans crises de toux.

La substance active entrant dans la composition du médicament (acétylcystéine) peut également être utilisée en cas de surdosage en paracétamol. C’est un antidote efficace, il bloque les effets secondaires des antipyrétiques et réduit le risque de complications possibles.

Formulaire de décharge ACC

Pour une utilisation pratique chez les adultes et les enfants, j’ai développé plusieurs formes posologiques qui diffèrent par la posologie et le mode d’utilisation :

  • Comprimés effervescents ACC au goût et à l’arôme agréables de baies, 100 et 200 mg;
  • comprimés effervescents ACC Long à haute teneur en substance active – 600 mg;
  • sirop pour enfants, qui contient 20 mg de substance active dans 1 ml;
  • poudre spéciale pour la préparation d’une solution dosée à 100, 200 et 600 mg.

Pour les patients adultes et les adolescents , les comprimés effervescents sont la forme la plus pratique. Ils se dissolvent instantanément dans de l’eau bouillie, ont un léger arôme. Dans le service Uteka, vous trouverez les meilleurs prix des comprimés effervescents ACC dans les pharmacies de votre ville.

La poudre d’ACC pour enfants en sachets est destinée à la préparation d’une solution : elle ne doit pas être prise sous forme sèche. Il a une agréable saveur d’orange et se dissout rapidement dans l’eau chaude ou froide. La posologie doit être choisie en fonction de l’âge et du poids de l’enfant, après coordination du traitement avec le pédiatre.

Pour les jeunes enfants d’âge préscolaire et scolaire, le fabricant a mis au point un sirop ACC transparent au goût de cerise. Pour faciliter le dosage, chaque boîte est livrée avec une seringue graduée pratique. Les instructions contiennent des informations détaillées sur la façon de mesurer correctement la dose de médicament en fonction de l’âge.

ACC, 200 mg, granulés pour solution buvable, au goût ou à l’arôme d’orange, 3 g, 20 pcs.

Mode d’emploi

Lors du traitement d’adolescents à partir de 14 ans et de patients adultes, les médecins recommandent de prendre une solution préparée à la posologie suivante:

  • comprimés effervescents ACC 600 selon les instructions, vous devez boire 1 fois par jour le matin ou le soir sur recommandation d’un médecin;
  • poudre à une dose de 200 mg 2-3 fois par jour.

Selon les instructions pour les comprimés ACC 600, la dose quotidienne moyenne doit être de 600 mg. Dans le traitement des complications de l’asthme bronchique et de la mucoviscidose, la posologie peut être portée à 800 mg par jour. La durée du traitement est en moyenne de 5 jours. Dans les bronchites et pneumonies sévères, il est prolongé à 7 jours, en diminuant progressivement la posologie au fur et à mesure que l’on se sent mieux.

Il est recommandé de prendre le médicament ACC sous quelque forme que ce soit après les repas. Pour renforcer l’effet expectorant et accélérer l’amincissement du mucus dans les poumons, il est nécessaire de boire plus d’eau pendant la journée. Pour préparer une solution de comprimés effervescents, on utilise de l’eau bouillie ou purifiée, du jus naturel, du thé glacé sans sucre. Pour une dose, 150 ml de liquide suffisent. Si nécessaire, la solution peut être préparée 1 à 2 heures avant utilisation : à température ambiante, elle ne perdra pas ses propriétés thérapeutiques.

Pour les patients âgés, il n’est pas recommandé de modifier la posologie du médicament, mais il est nécessaire d’exclure les contre-indications.

La fréquence à laquelle vous devez boire de l’ACC dépend de la forme de libération: les comprimés peuvent être pris 1 fois par jour, les solutions – jusqu’à 3 fois. Mais il est préférable de prendre la dernière dose une heure avant le coucher : cela permettra de réduire la transpiration, la lourdeur dans la poitrine, de soulager les crises de toux nocturnes.

Si après 5 jours de traitement, il n’y a pas de dynamique positive, l’état s’aggrave, des complications apparaissent, vous devez consulter un médecin: des diagnostics supplémentaires et une modification de l’évolution thérapeutique peuvent être nécessaires.

ACC pour les enfants

Chez les jeunes enfants, le secret inflammatoire que sécrètent les bronches et les poumons a une structure plus dense et plus épaisse. Les muscles de la poitrine et du diaphragme sont plus faibles que chez les adultes, il est donc difficile pour un enfant de tousser, une stagnation des liquides et des complications graves surviennent plus souvent.

Les médecins prescrivent des médicaments après un diagnostic préliminaire. Les schémas d’utilisation de l’ACC pour les enfants dépendent de l’âge :

  • jusqu’à 6 ans, vous pouvez donner du sirop, la dose est calculée individuellement en fonction du poids de l’enfant;
  • pour les enfants de 2 à 6 ans, il est préférable de proposer une solution sous forme de poudre, à la dose de 100 mg 3 fois par jour ;
  • de 6 à 14 ans, prendre 1 sachet (200 mg) matin et soir.

Le nombre de fois par jour qu’un enfant doit prendre ACC dépend de la gravité de la maladie. Pour fluidifier les expectorations et transformer la toux en une toux productive, il est recommandé de donner le remède 3 fois par jour.

Utilisation pendant la grossesse et l’allaitement

Le fabricant du médicament a mené des essais cliniques qui n’ont pas prouvé d’effets dangereux sur le développement fœtal ou la formation placentaire. Mais les médecins n’excluent pas l’impact négatif de l’acétylcystéine sur le système circulatoire, les terminaisons nerveuses de l’embryon. Par conséquent, la réponse à la question « est-il possible d’avoir des ACC pour les femmes enceintes ? » est négatif quel que soit le trimestre.

Les substances actives peuvent être absorbées dans le lait maternel à partir de la circulation sanguine générale. Si un traitement ACC est prescrit pendant l’allaitement, il est recommandé d’exprimer, de transférer temporairement le nouveau-né vers une alimentation artificielle.

Effets secondaires

Dans la plupart des cas, si la posologie est respectée, le traitement par ACC est bien toléré. Dans de rares cas, la substance active peut provoquer une réaction allergique. Elle se traduit par les symptômes suivants :

  • éruptions cutanées sévères, urticaire;
  • exacerbation de l’asthme bronchique, développement de bronchospasme;
  • démangeaisons et brûlures.

Si de tels effets indésirables apparaissent, il faut arrêter la prise du médicament, prendre un antiallergique, demander l’avis d’un spécialiste .

Effets secondaires moins courants observés pendant le traitement avec le médicament :

  • maux de tête, étourdissements, sensation de lourdeur et acouphènes ;
  • développement de stomatite;
  • douleurs abdominales, nausées, vomissements ;
  • une forte diminution de la pression artérielle;
  • violation du rythme cardiaque.

L’effet secondaire le plus dangereux est le risque d’hémorragie pulmonaire. Il est associé à une intolérance à la substance active et à un dosage inapproprié, nécessite une assistance d’urgence.

Contre-indications au traitement

Selon les instructions d’utilisation, l’ACC n’est pas recommandé dans les situations suivantes :

  • l’âge de l’enfant est jusqu’à 2 ans;
  • intolérance à l’un des composants du médicament;
  • allaitement maternel.

Avec beaucoup de soin, des comprimés ou de la poudre sont prescrits pour les varices de l’œsophage, les tumeurs des glandes surrénales, les maladies graves du foie ou des reins. Il peut provoquer une exacerbation des ulcères gastriques et duodénaux, provoquer une hémoptysie avec tendance aux saignements pulmonaires.

Comment l’ACC interagit avec d’autres médicaments

Avec une formation abondante de mucus dans les poumons, l’ACC et les sirops contre la toux ne doivent pas être combinés. Ils suppriment l’action des récepteurs de la toux, ce qui provoque la stagnation de l’exsudat inflammatoire, provoque le développement d’abcès purulents et d’autres complications graves.

Dans le traitement des infections bactériennes, l’ACC n’est pas prescrit simultanément avec des antibiotiques à base d’érythromycine, de tétracycline, de pénicilline: il supprime leurs propriétés actives et réduit l’absorption.

Instructions et précautions spéciales

Dans le traitement de l’asthme bronchique, il est nécessaire de consulter régulièrement un médecin pour contrôler la perméabilité bronchique. Les patients diabétiques doivent savoir que du saccharose est présent dans la composition.

Pour préparer la solution, mieux vaut choisir des plats en verre ou en porcelaine, éviter les produits métalliques qui s’oxydent.

Analogues

Parmi les médicaments efficaces avec une composition similaire pouvant remplacer l’ACC:

– améliore l’expectoration, recommandé pour la sinusite, la grippe, le SRAS ; – bien liquéfie le secret avec une inflammation purulente dans les bronches, les poumons, ralentit la propagation de l’infection; – nommé à partir de 14 ans, délivré sans ordonnance ; – un analogue complet de l’ACC, utilisé dans le traitement complexe des maladies inflammatoires.

Les préparations sont sélectionnées individuellement. Il est important de prendre en compte les contre-indications, les éventuels effets secondaires, l’âge du patient.

Sources

  • S. Ya. Batagov // “Acétylcystéine dans le traitement des infections des voies respiratoires inférieures chez l’adulte” // Portail médical “Médecin traitant” n° 10 // 2014 ;
  • Kahnovsky I. V. // “Évaluation de l’efficacité de l’effet de l’acétylcystéine sur les propriétés rhéologiques des expectorations” // Pharmacologie clinique et thérapie // 1997

Les informations sont présentées à titre informatif et ne constituent pas un avis médical ou un guide de traitement par uteka.ru.

Arbidol – un médicament pour les maladies respiratoires

Arbidol est considéré comme un agent antiviral. Il est utilisé pour traiter les maladies respiratoires, y compris la grippe. Le médicament est capable de tuer le virus de la grippe de type A, B, ainsi que d’autres agents viraux (adénovirus, virus RS, rhinovirus, parainfluenza et autres). Le médicament convient aux adultes et aux enfants.

Quand utiliser le médicament

Le médicament est recommandé pour lutter contre les infections virales. Il est recommandé de prescrire le médicament lorsque le rotavirus pénètre dans le tube digestif. Arbidol dans ce cas est utilisé dans le cadre du traitement principal. Il est permis d’utiliser le médicament pour éliminer les éruptions herpétiques (herpès simplex).

L’outil est indiqué après la chirurgie. Cela aide à prévenir l’apparition de complications, à améliorer l’immunité globale.

Le médicament est indiqué comme agent antiviral systémique. Il est pris simultanément avec un traitement symptomatique (médicaments contre la fièvre, la toux et d’autres moyens).

Ingrédients du médicament

L’ingrédient actif d’Arbidol est le chlorhydrate d’umifénovir monohydraté. Cette substance a également un effet sur les agents viraux. Les éléments auxiliaires comprennent: chlorure de sodium, maltodextrine, saccharose, dioxyde de silicium, arômes. Les composants mineurs peuvent varier selon la forme du médicament.

Instruction

L’umifénovir est un médicament antiviral. Il est activement prescrit pendant l’épidémie pour la prévention et le traitement de la grippe chez les adultes et les enfants.

Formulaires de libération

Le médicament a 4 formes qui facilitent son utilisation. Pour les adultes appliquer:

  • Comprimés Arbidol (50 mg);
  • Comprimés pelliculés (50 mg);
  • Gélules (100 ou 200 mg).

Pour l’âge préscolaire et primaire, il est souhaitable d’utiliser une forme de poudre pour la fabrication d’une suspension (25 mg / 5 ml du mélange fini).

Arbidol pour adultes

Vous pouvez boire Arbidol à titre préventif ou lors du traitement de maladies virales. Pour prévenir l’apparition d’une pathologie respiratoire, 200 mg sont indiqués deux fois par semaine pendant 21 jours.

En cas de contact avec des patients respiratoires, vous devez boire 200 mg 1 fois par jour. La durée des mesures préventives devrait aller jusqu’à 2 semaines.

Thérapie des maladies virales:

  • Cours simple – 200 mg quatre fois par jour (intervalles entre les doses – 6 heures), le traitement du cours dure 5 jours;
  • Cours compliqué (inflammation des poumons, des bronches, des otites et autres) – pour un adulte, 200 mg quatre fois par jour pendant 5 jours; puis prendre 200 mg une fois par jour pendant 1 mois.

Pour prévenir l’insuffisance respiratoire (RD), buvez 200 mg une fois par jour. Pour le traitement du DN, 200 mg sont indiqués deux fois par jour pendant 8 à 10 jours.

Lors de l’arrêt des symptômes de la bronchite chronique ou de l’herpès, il est nécessaire de boire Arbidol 200 mg quatre fois par jour. La thérapie de cours dure 5-7 jours. De plus, la posologie est réduite à 200 mg deux fois par jour. Le traitement d’entretien dure 1 mois.

Pour prévenir les complications postopératoires, il est recommandé de boire 200 mg par jour. Le médicament est commencé à être pris 2 jours avant la chirurgie, et également bu le 2ème, 5ème jour après le traitement chirurgical.

Attention! Il faut boire 200 mg, la quantité maximale est de 800 mg par jour.

Arbidol pour les enfants

Pour les enfants, une suspension est recommandée. Il est produit sous forme de poudre. Pour préparer une suspension, versez 30 ml d’eau bouillie (18-22 ° C) dans une bouteille avec de la poudre. Après dilution, vous devez fermer le récipient, agiter vigoureusement le flacon pour que la substance en poudre se dissolve.

Attention. Ne versez pas de liquide chaud dans la bouteille, car cela affecterait l’efficacité du médicament. L’eau très froide ne dissout pas bien la substance en poudre.

Après la première dilution et agitation, un liquide bouilli doit être ajouté jusqu’au repère (volume 100 ml). Le récipient doit être secoué à nouveau en fermant le couvercle.

Le liquide préparé ne doit pas être conservé plus de 10 jours. Agiter le flacon avant utilisation.

Dosages uniques de la suspension finie :

  • 2-6 ans – 10 ml (50 mg),
  • 6-12 ans – 20 ml (100 mg),
  • plus de 12 ans – 40 ml (200 mg).

Multiplicité de réception d’un dosage unique

prévention des maladies respiratoires

deux fois par semaine pendant 21 jours

au contact d’une personne infectée

une fois par jour pendant 2 semaines

traitement des infections virales des voies respiratoires

quatre fois par jour pendant 5 jours

4 fois par jour, le cours de la thérapie est de 5 jours

Le traitement avec le médicament doit commencer au plus tard 3 jours après le début de la maladie.

Propriétés pharmacodynamiques

Le mécanisme de reproduction des virus est différent de celui des bactéries. Les particules virales pénètrent à travers les muqueuses des voies respiratoires dans le sang. L’agent pathogène cherche à pénétrer dans la cellule hôte. Ceci est nécessaire à la synthèse de nouvelles particules virales.

Le micro-organisme pénètre dans la cellule, utilise l’ADN du patient pour former le génome du virion. De nouveaux microbes pénètrent dans la circulation sanguine et se propagent dans tout le corps. La cellule qui a été utilisée pour créer de nouveaux virions meurt.

Umifenovir, qui est le composant actif du médicament, a un effet antiviral sur le corps. La substance ne permet pas à la particule virale de fusionner avec la cellule hôte. Pour cette raison, le virus ne peut pas pénétrer dans la cellule.

Le médicament empêche le virus de se multiplier. L’agent causal n’est pas en mesure de poursuivre son cycle de vie, il est donc présent dans le système circulatoire pendant une longue période. Les cellules protectrices ont le temps de reconnaître et de détruire les micro-organismes dangereux.

De plus, le médicament renforce les défenses immunitaires. Pendant la prise de médicaments :

  • Le nombre de cellules lymphocytaires augmente ;
  • La fonction des macrophages qui capturent les microbes nuisibles est stimulée ;
  • Le nombre de cellules immunitaires qui déterminent la présence de micro-organismes étrangers augmente.

Avec l’utilisation correcte du médicament Arbidol, les patients tolèrent plus facilement la maladie. La durée de la maladie est réduite. Symptômes: hyperthermie, douleurs musculaires, congestion nasale, maux de gorge commencent à s’estomper dès 3-4 jours de traitement.

Est-ce acceptable avec COVID-19

Umifenovir est recommandé pour une utilisation à la fois dans le traitement de l’infection par le coronavirus et dans la prévention de l’infection par le Covid-19. En tant que prophylaxie, le médicament est idéal, car il ne permet pas la pénétration du virus dans les cellules, même en cas de contact avec une personne malade. Le coronavirus peut être présent dans le sang jusqu’à 2 semaines ou plus sans envahir les cellules. Ceci explique la longue période d’incubation (asymptomatique). À des fins préventives, il est recommandé de prendre Arbidol pendant 2 semaines, ce qui empêchera la pénétration du virus dans les cellules et sa reproduction ultérieure.

Pour le traitement de l’infection à coronavirus, il est logique de prescrire un médicament, car il arrête la reproduction ultérieure des virus. Le médicament soulage les symptômes, prévient l’apparition de complications. Arbidol résiste bien aux formes bénignes de COVID 19.

Est-il possible de prendre Arbidol pendant la gestation et l’allaitement ?

Arbidol pendant la gestation doit être utilisé uniquement selon les directives d’un médecin. Les 3 premiers mois de grossesse, le médicament est interdit, car le médicament n’a pas été étudié chez les femmes de ce groupe.

Il est permis d’utiliser un médicament pour la prévention et le traitement des infections virales respiratoires aiguës au cours des 2e et 3e trimestres, si le bénéfice pour le patient l’emporte sur les éventuels effets négatifs sur l’embryon.

Il n’y a pas de données sur la capacité du médicament à pénétrer dans la sécrétion des glandes mammaires. Si le médicament est prescrit par un médecin, l’allaitement doit être suspendu pendant toute la durée du traitement. Pendant le traitement, un pompage régulier doit être effectué pour maintenir la lactation.

Conditions spéciales

Si le médicament est administré sous forme de suspension à des patients diabétiques, le saccharose présent dans la forme posologique doit être pris en compte.

Pendant le traitement, il est nécessaire de suivre strictement les instructions d’utilisation. Si 1 dose a été oubliée, elle doit être prise dès que possible. Et puis le médicament est pris selon le schéma. Il n’est pas conseillé de sauter la prise du médicament à l’heure indiquée. Sauter une dose réduit la concentration du médicament dans le sang, ce qui affecte l’efficacité du traitement.

Attention! Si dans les 3 jours les symptômes du SRAS ou de la grippe ne disparaissent pas, vous devez consulter un médecin pour un examen et une correction du traitement.

Restrictions d’utilisation

Le médicament n’est pas recommandé en présence d’une réaction allergique à l’umifénovir. Ne pas prescrire le médicament aux patients de moins de 2 ans. Il est interdit d’utiliser un agent antiviral pendant la gestation au premier trimestre. Le médicament n’est pas recommandé pendant l’allaitement.

Vous ne devez pas boire de médicaments lorsque :

  • Déficit en lactase ;
  • Syndrome de malabsorption.

Prenez soigneusement le médicament pendant les 2e et 3e trimestres de la grossesse.

Interaction avec d’autres médicaments

Des études cliniques spéciales concernant les interactions avec d’autres médicaments n’ont pas été menées. Il n’y a pas de données sur les effets indésirables en cas d’association avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens, des mucolytiques et d’autres médicaments.

Analogues du médicament Arbidol

Le médicament a des analogues structuraux et non structuraux dont l’efficacité n’est pas inférieure. Les médicaments similaires comprennent:

  • Viféron;
  • Grippféron ;
  • Kagocel ;
  • Anaferon;
  • Umifénovir ;
  • Arpéflu.

Les analogues structuraux comprennent Arpeflu, Umifenovir. Ils ont le même principe actif : l’umifénovir. Le mécanisme de fonctionnement des médicaments est similaire à Arbidol. Les médicaments sont produits sous forme de comprimés de 50 mg.

Les analogues non structuraux comprennent Viferon, Kagocel, Anaferon, Grippferon.

Viféron

Viferon est un analogue efficace. Il est disponible sous forme de suppositoires rectaux. Il existe également une forme de pommade et de gel pour application topique. Le médicament appartient au groupe des cytokines. Il contient de l’interféron alfa-2b. En raison du fait que les interférons pénètrent dans le corps de l’extérieur, l’effet du traitement est perceptible dans les 1 à 3 heures suivant l’utilisation. L’outil convient à la grippe, au rotavirus, à l’adénovirus, aux infections respiratoires syncytiales, herpétiques et autres.

Le médicament peut être utilisé chez les enfants dès la naissance, y compris les bébés prématurés. Le médicament convient aux femmes allaitantes et enceintes à n’importe quelle période de gestation.

Grippféron

Un autre analogue est Grippferon. Il se présente sous forme de gouttes nasales et de spray. Le médicament est utilisé par voie topique. Le médicament contient de l’interféron alfa-2b. Il est autorisé pour les enfants, les femmes enceintes et allaitantes.

Kagocel

Kagocel fait référence aux inducteurs d’interféron. Le médicament augmente la formation de ses propres anticorps protecteurs dans le corps du patient. Le médicament est produit sous forme de comprimés. Le médicament est autorisé à partir de 3 ans. Pendant le portage du bébé et l’allaitement, il est interdit de l’utiliser.

Anaferon

Anaferon est produit sous forme de comprimés, de gouttes. Le composant actif du médicament sont des anticorps dirigés contre l’interféron gamma humain. Le médicament améliore le travail des mécanismes immunitaires. Le médicament est autorisé à boire aux enfants à partir de 1 mois. Pendant la gestation et l’allaitement, le médicament n’est prescrit que par un médecin. Le médicament est indiqué pour les éruptions herpétiques, le SRAS, la grippe.

Arbidol est aujourd’hui l’un des médicaments les plus achetés. Le médicament convient aussi bien aux adultes qu’aux enfants. Il est acceptable d’utiliser pendant la gestation à partir du 2ème trimestre. Le médicament n’est pas toxique, n’endommage pas les reins et le foie. Umifenovir est excellent pour le traitement de l’infection à coronavirus, de la grippe, de l’herpès et d’autres conditions. Il ne peut être utilisé que sur prescription du médecin, malgré les vacances gratuites en pharmacie.

Sources

  • N. Yu. Pshenichnaya, V. A. Bulgakova et autres // Efficacité clinique de l’umifénovir dans la grippe et le SRAS (étude ARBITR) // 2019 ;
  • N.E. Zharkova // Expérience dans l’utilisation d’Arbidol dans la pratique clinique // Russian Medical Journal, numéro 21 // 2006;
  • I.A. Leneva // Arbidol est un médicament efficace pour le traitement et la prévention de la grippe et des infections virales respiratoires aiguës: examen des résultats d’études cliniques // Centre de chimie des médicaments, Moscou 2 MMA nommé d’après I.M. Sechenova D.B.S. // Revue médicale russe // 2008

Top 7 des erreurs dans le traitement de la toux. Que faut-il réellement faire avec les crachats ?

La toux est un symptôme d’un large éventail de maladies respiratoires. C’est un mécanisme réflexe pour leur purification. Dans la plupart des cas, une toux survient involontairement, mais parfois une personne peut la provoquer par elle-même. Aiguë dure jusqu’à trois semaines, subaiguë – jusqu’à huit semaines, chronique – plus de huit semaines.

Qu’est-ce qu’un crachat ?

Le flegme est une substance qui s’accumule sur les parois des organes du système respiratoire en cas de maladie. Le secret dans les poumons et les bronches est toujours produit et sort en petites quantités sans irritation des récepteurs de la toux.

Mais dans les conditions de développement du processus pathologique, cela devient trop. Les expectorations varient en composition et se produisent :

  • avec un processus inflammatoire ou un asthme bronchique – muqueux;
  • avec des maladies bactériennes – purulentes;
  • avec œdème pulmonaire – séreux;
  • avec la tuberculose ou le cancer des organes respiratoires – sanglant.

Dans tous les cas, il doit être retiré des voies respiratoires. Son accumulation est lourde d’obstruction bronchique. Si leurs lacunes sont bloquées, une insuffisance respiratoire se produira, ce qui constitue une menace pour la vie.

Types de toux

Par le nombre de sécrétions, on distingue une toux productive et improductive.La première s’accompagne d’un écoulement d’expectorations et remplit en fait sa fonction principale. La seconde est sèche. Au stade initial de la maladie, cela se produit en raison de la viscosité accrue des expectorations. Mais il peut également survenir sous l’influence d’autres irritants des récepteurs de la toux (processus inflammatoire ou écoulement de sécrétions nasales).

Habituellement, la toux est non productive au début et, à mesure que les expectorations s’amincissent, elles deviennent humides. Ce n’est pas pratique, mais nécessaire pour la récupération. Cependant, l’inconfort et l’ignorance du principe du mécanisme de la toux font que les gens commettent de graves erreurs de traitement.

Idées fausses courantes dans le traitement de la toux

Nous avons rassemblé les erreurs les plus courantes commises dans la lutte contre la toux. En les évitant, vous pourrez récupérer plus rapidement et prévenir les complications.

Idée fausse 1. Suppression du réflexe de toux lors de l’expectoration

Cette erreur est causée par une mauvaise compréhension de la nature de la toux. Les gens croient que le problème réside précisément en lui et cherchent donc à éliminer un symptôme désagréable. Cependant, la toux n’est pas une maladie, mais un mécanisme de dégagement des voies respiratoires. Il aide à lutter contre les conséquences de la maladie sous forme d’accumulation de crachats.

Mais parfois, comprendre la nécessité de se racler la gorge n’aide pas non plus. Le patient prend les moyens de supprimer ce réflexe, de se débarrasser de l’inconfort. Avec une toux grasse, on a l’impression qu’une personne est sur le point de s’étouffer. Il veut être empêché.

Mais la prise de médicaments antitussifs dans ce cas est inacceptable, sinon les expectorations s’accumuleront dans les poumons. Les voies respiratoires doivent être dégagées. Les médicaments mucolytiques ( Fluimucil , etc.) et expectorants ( comprimés contre la toux , etc.) y contribueront.

Idée fausse 2. Traitement de la toux avec des antibiotiques

De l’avis de beaucoup, les antibiotiques sont un remède miracle qui sauve des maladies avancées. Si la toux est très forte ou ne disparaît pas pendant une longue période, elle ne peut être guérie qu’avec des antibiotiques. Mais ce n’est pas une erreur – c’est un choix qui peut entraîner de graves effets secondaires :

  • suppression de la microflore intestinale;
  • avitaminose;
  • dysfonctionnement hépatique;
  • violation des structures rénales.

Les antibiotiques (par exemple, l’ amoxicilline ) sont prescrits pour traiter les complications de la maladie qui a causé la toux. Et seulement s’ils sont de nature bactérienne (par exemple, pneumonie). Mais le symptôme lui-même n’est jamais causé par une bactérie.

Par conséquent, vous ne pouvez prendre des antibiotiques que si cela est indiqué. Il vaut mieux ne pas y recourir sans la supervision d’un médecin. Sans connaissances médicales, il ne sera pas possible de construire correctement une thérapie d’entretien.

Idée fausse 3. Prendre des médicaments mucolytiques pour la toux sèche non virale

Beaucoup pensent qu’une toux sèche est toujours un symptôme de l’apparition d’une maladie respiratoire virale. Mais cela peut aussi être causé par d’autres raisons. Il arrive qu’il n’y ait pas d’excès de crachats dans le corps et qu’il n’y ait tout simplement rien à fluidifier avec des médicaments mucolytiques, tels que Ambrobene .

Pour sélectionner correctement les médicaments nécessaires, vous devez établir la cause de la toux:

  • s’il s’agit d’une congestion nasale, traiter un nez qui coule ( Afrin et autres);
  • s’il s’agit d’une réaction allergique – prenez des antihistaminiques, par exemple Tavegil ;
  • s’il s’agit d’une réaction à l’air sec, humidifiez-le;
  • s’il s’agit d’une névrose de la toux, suivez une psychothérapie.

Dans de tels cas, la prise de médicaments antitussifs traditionnels ( Médecins Maman et autres) ne fonctionne pas. Les gens commencent à soupçonner des complications et à prendre des médicaments puissants nocifs pour le corps. Pour éviter cela, il est préférable de consulter immédiatement un médecin qui trouvera la cause de la toux.

Idée fausse 4. Utiliser des remèdes populaires inefficaces

Ici, nous examinerons quatre erreurs courantes à la fois, découvrirons leur nature et déterminerons la bonne marche à suivre.

Erreur Pourquoi c’est mal Que faire Être dans une pièce sèche pendant une maladie respiratoire aiguë C’est un mythe bien établi que l’humidité dans la pièce empêche la guérison. En effet, l’air sec réduit l’activité des interférons nécessaires à la lutte contre le virus Augmente intentionnellement l’humidité dans la pièce où se trouve le patient. Les appareils ménagers ou le nettoyage humide ordinaire y contribueront.Refus de médicaments en faveur d’analogues à base de plantes ( feuilles de saugeetc.) Les gens ont peur des drogues, les considérant comme de la chimie. Mais les plantes ne peuvent pas causer moins de dommages (par exemple, une surdose de la substance active ou une réaction allergique).Prendre des médicaments choisis par le médecin, en tenant compte du diagnostic et des maladies concomitantes.Traitement avec des emplâtres et des banques de moutarde.Leurs avantages n’ont pas été confirmée cliniquement. Mais les méfaits sous forme de brûlures cutanées et d’une charge exorbitante sur les vaisseaux sanguins sont évidents.Choisissez des méthodes de traitement dont l’efficacité a été prouvée. Mais elle n’est pas toujours causée par un rhume léger, il y a donc un risque de passer à côté d’une maladie grave.Traitez une toux en établissant d’abord sa cause. Il est important de l’empêcher de devenir chronique, car cela rend les voies respiratoires plus vulnérables.

Un bon traitement contre la toux

La tâche principale dans le traitement des maladies respiratoires est de libérer les poumons des expectorations. Dans les premiers jours, il peut s’accumuler, provoquant une toux sèche. Mais à l’avenir, le secret devrait être liquéfié et excrété par le corps.

Si cela ne se produit pas, il est nécessaire de prendre des médicaments mucolytiques (amincissement des expectorations) et sécrétomoteurs (stimulant son écoulement). Il est préférable de les sélectionner sous la supervision d’un médecin.

Selon les observations des pneumologues, il est préférable d’évacuer les crachats le matin, en position couchée. Vous ne devez pas prendre d’expectorants la nuit, sinon vous ne pourrez pas dormir.

Si une toux sèche n’est pas causée par une maladie respiratoire, mais par un mal de gorge ou une allergie, la stratégie de traitement sera différente. Ici, il est permis de supprimer le réflexe de la toux avec des médicaments tels que Codelac et autres, mais cela n’élimine pas la nécessité de combattre la maladie qui l’a provoqué.

Que faire si les crachats ne sortent pas?

Cette substance accumule des agents pathogènes. De plus, en grande quantité, il gêne la respiration. Par conséquent, les expectorations ne doivent pas s’accumuler dans les poumons. Si les médicaments n’aident pas, vous pouvez stimuler sa décharge avec des moyens supplémentaires:

  • boisson chaude abondante;
  • inhalations;
  • préparations à base de plantes;
  • l’utilisation du gingembre;
  • exercices de respiration.

Cependant, vous devriez d’abord consulter votre médecin. Il vous indiquera la composition optimale de la collection ou de la substance à inhaler. Il est important qu’ils ne réduisent pas l’efficacité du traitement principal et ne provoquent pas de réactions individuelles.

Si la toux indépendante n’est pas possible, les expectorations sont retirées à l’aide d’un aspirateur. Cette mesure est utilisée pour la faiblesse musculaire.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.