La grippe chez les enfants

La grippe chez les enfants est une infection aiguë causée par les virus grippaux de types A, B, C; caractérisée par des lésions des voies respiratoires, une intoxication et une forte probabilité de développer des complications bactériennes secondaires. La grippe chez les enfants se manifeste par une forte fièvre (jusqu’à 39-40 ° C), des frissons, une faiblesse générale, des symptômes catarrhaux (mal de gorge, nez qui coule, toux sèche, hyperémie du pharynx). Le diagnostic de la grippe chez l’enfant repose sur les données cliniques et épidémiologiques, la détection en laboratoire du virus (RIF, PCR, ELISA, RSK, RTGA). Le traitement symptomatique de la grippe chez les enfants est effectué avec des médicaments antipyrétiques, désensibilisants, expectorants; thérapie étiotropique – médicaments antiviraux.

Contents

informations générales

La grippe chez les enfants appartient au groupe des infections virales respiratoires aiguës (ARVI), qui comprend également la parainfluenza, l’infection à adénovirus, l’infection respiratoire syncytiale, l’infection à rhinovirus. Chaque année, la grippe provoque des épidémies saisonnières qui touchent jusqu’à 30 % de la population, dont la moitié sont des enfants et des adolescents. Les enfants de 3 à 14 ans sont les plus sensibles à la grippe. La susceptibilité à la grippe chez un enfant est 4 à 5 fois plus élevée que chez un adulte. La grippe chez les enfants survient souvent avec des complications (associées à une bronchite, une pneumonie, une sinusite, etc.), provoque des exacerbations de maladies chroniques, de sorte que la prévention des épidémies de grippe est un problème sérieux en pédiatrie.

Les raisons

La grippe est une infection très contagieuse qui se transmet facilement d’une personne à l’autre. Les épidémies de grippe saisonnière chez les enfants sont causées par des virus contenant de l’ARN de trois types – A, B et C. Les principaux antigènes de surface du virus de la grippe sont l’hémagglutinine (H) et la neuraminidase (N), sur la base desquels les sous-types antigéniques de les virus sont isolés.

Le virus de type A, qui peut provoquer des épidémies et des pandémies, a la plus grande variabilité dans sa structure antigénique. Ses hémagglutinines sont représentées par 15 sous-types (H1-H15) et la neuraminidase par 10 sous-types (N1-N10). Les souches H1N1 et H3N2 circulent généralement pendant la grippe saisonnière. Les souches de virus de type A sont courantes chez les humains, les oiseaux et les animaux de compagnie.

La variabilité antigénique du virus de type B est moins prononcée ; généralement, l’agent pathogène provoque des flambées ou des épidémies locales dans le même pays. Les flambées massives de grippe de type B précèdent ou coïncident souvent avec des flambées de grippe de type A. Le virus de la grippe B ne circule que dans la population humaine, affectant plus souvent les enfants.

Le virus de la grippe C a une structure antigénique stable ; infecte les humains et les porcs ; provoque que des cas sporadiques. Ainsi, tous les vaccins antigrippaux (Influvac, Vaxigripp, Grippol, Inflexal B, Agrippol…) contiennent des antigènes de surface des virus A et B pertinents en cette saison épidémiologique.

Les virus de la grippe chez les enfants se propagent principalement par des gouttelettes en suspension dans l’air lorsqu’ils parlent, éternuent ou toussent. De plus, les enfants peuvent être infectés par la grippe par le biais de produits d’hygiène, de jouets et d’autres objets contaminés par le virus. La propagation de la grippe chez les enfants est facilitée par la variabilité des conditions météorologiques (fluctuations de l’humidité et de la température de l’air), une diminution de la réactivité immunitaire, l’hypovitaminose, le manque de soleil, le fait d’être dans des groupes d’enfants.

Les virus de la grippe pénètrent dans l’organisme par le nez ou l’oropharynx, se fixent dans l’épithélium cylindrique des voies respiratoires. A l’aide de l’hémagglutinine, les virus de la grippe se fixent à la cellule, et grâce à la neuraminidase, qui détruit les membranes cellulaires, ils pénètrent à l’intérieur de la cellule, où commence la production de protéines virales et la réplication de l’ARN viral. De nouveaux virus sortent alors des cellules hôtes, infectent d’autres cellules saines et poursuivent le processus de reproduction. Sur le plan clinique, ces processus se traduisent par une inflammation catarrhale. À travers la barrière épithéliale endommagée, les virus pénètrent dans la circulation sanguine et se propagent dans tout le corps, provoquant une intoxication grippale spécifique.

symptômes de la grippe chez les enfants

La période de portage du virus latent dure de quelques heures à 2 à 4 jours. Le début de la grippe chez l’enfant est aigu, avec une prédominance du syndrome d’intoxication sur les symptômes catarrhaux. Chez un nourrisson, la seule manifestation de la grippe peut être une forte fièvre ; chez les enfants de moins de 5 ans – forte fièvre jusqu’à 39-40 ° C, rhinite et toux; chez les enfants plus âgés – fièvre, transpiration, frissons, toux sèche, démangeaisons et mal de gorge.

L’effet toxique général sur le corps s’accompagne d’une détérioration de l’appétit, d’une léthargie, d’une adynamie, de maux de tête, de myalgies et d’arthralgies et de vomissements. La capillarotoxicose provoque une augmentation de la perméabilité des parois vasculaires, le développement d’un syndrome hémorragique – saignements de nez, hémorragies sur la peau et les muqueuses, injections de vaisseaux scléraux. Avec la grippe chez les enfants, des lésions toxiques du système nerveux central peuvent survenir: encéphalopathie, neurotoxicose, convulsions, hallucinations, délire. Du côté du système cardiovasculaire, une tachycardie et des tonalités cardiaques étouffées sont détectées; de la part des organes urinaires – microalbuminurie, microhématurie, diminution de la diurèse.

Selon la gravité des phénomènes catarrhaux et des symptômes d’intoxication, on distingue les formes légères, modérées, sévères et hypertoxiques de la grippe chez les enfants. Avec une évolution typique de la grippe légère et modérée chez les enfants, l’état s’améliore après 3 à 4 jours, mais le catarrhe persiste pendant 1,5 à 2 semaines. En période de convalescence, l’asthénie peut persister longtemps (fatigue, faiblesse, sudation). La forme hypertoxique de la grippe chez l’enfant survient avec un pourcentage élevé de mortalité dû à la survenue d’œdème pulmonaire mortel, de pneumonie fulminante, de CIVD, d’insuffisance respiratoire aiguë, cardiovasculaire et rénale.

Les complications de la grippe chez les enfants sont divisées en respiratoires et non respiratoires. Les complications les plus courantes du premier groupe surviennent chez les enfants de moins de 5 ans et comprennent la pneumonie virale et bactérienne secondaire causée par un pneumocoque, un staphylocoque pathogène, un streptocoque hémolytique; faux croup, bronchiolite, otite moyenne, sinusite. Les complications de type non respiratoire sont représentées par la myocardite, la myosite, l’encéphalite, le syndrome de Reye, etc.

Les plus à risque de complications graves de la grippe sont les enfants de moins de 2 ans, ainsi que les enfants souffrant de maladies concomitantes (asthme bronchique, malformations cardiaques congénitales, immunodéficience, diabète, maladie rénale).

Diagnostique

Lors du diagnostic de la grippe chez les enfants, le pédiatre prend en compte les données épidémiologiques et le tableau clinique de la maladie (fièvre, intoxication, phénomènes catarrhaux, changements physiques).

La confirmation en laboratoire de la grippe chez les enfants peut être effectuée à l’aide de méthodes expresses (PCR et RIF), par lesquelles les antigènes viraux sont déterminés dans des empreintes d’écouvillons de la membrane muqueuse de la cavité nasale et de l’oropharynx. Dans certains cas, des méthodes sérologiques et virologiques sont utilisées (ELISA, RSK – réaction de fixation du complément, RTGA – réaction d’inhibition de l’hémagglutination, etc.).

Pour exclure les complications de la grippe, les enfants peuvent avoir besoin de consulter des spécialistes étroits (oto-rhino-laryngologiste pour enfants, pneumologue pédiatrique), un test général d’urine et de sang, une radiographie pulmonaire, un examen bactériologique des expectorations, une hémoculture pour la stérilité.

Le diagnostic différentiel de la grippe chez les enfants doit être effectué avec les autres infections virales respiratoires aiguës, l’infection à entérovirus, les fièvres hémorragiques, les périodes prodromiques de l’hépatite A et de la rougeole, la mononucléose.

Traitement de la grippe chez les enfants

Les enfants atteints de grippe légère à modérée sont traités à domicile. Les jeunes enfants, ainsi que dans les infections graves ou compliquées, sont hospitalisés dans un hôpital de maladies infectieuses. Pendant la période de fièvre, il est nécessaire d’observer le repos au lit, de boire beaucoup de liquides chauds.

Le traitement étiotrope de la grippe chez les enfants doit être prescrit le plus tôt possible. En pratique pédiatrique, les médicaments antiviraux suivants sont utilisés: rimantadine, umifénovir, seltamivir, interféron alpha, tilorone, etc. Le traitement symptomatique de la grippe chez les enfants comprend la prise d’antipyrétiques et d’anti-inflammatoires (paracétamol, ibuprofène), de mucolytiques (ambroxol, bromhexine, fenspiride), antitussifs (citrate de butamirate, prénoxdiazine, oxéladine), instillation de gouttes vasoconstrictrices dans le nez, etc.

Dans le complexe de pharmacothérapie de la grippe chez les enfants, des antihistaminiques et des complexes de vitamines sont utilisés. Avec le développement d’une laryngite ou d’une trachéite, les inhalations par ultrasons (médicinales, alcalines) sont efficaces. En cas de complications bactériennes, des médicaments antibactériens (pénicillines, macrolides, céphalosporines, etc.) sont prescrits. Pendant la période de convalescence après la grippe, il est recommandé aux enfants de prendre des adaptogènes et des immunomodulateurs.

Prévision et prévention

Les cas typiques de grippe saisonnière se terminent généralement par la guérison des enfants. Une menace pour la vie survient dans les formes graves, hypertoxiques et compliquées de grippe chez les enfants des groupes à risque.

Pour prévenir les épidémies massives d’infection saisonnière et accroître l’immunité collective, une vaccination supplémentaire des enfants contre la grippe est effectuée chaque année. Si un enfant de la famille a la grippe, les autres enfants et les membres de la famille doivent effectuer une prophylaxie d’urgence avec des médicaments antiviraux et des interférons. Pendant l’épidémie de grippe, des mesures sont prises pour séparer les enfants (isolement des patients, restriction des événements de masse, vacances extraordinaires), des mesures anti-épidémiques sont prises (nettoyage humide des locaux avec des désinfectants, ventilation, quartzage).

Grippe 2016-2017 : quel virus est attendu (prévision OMS). Symptômes et traitement de la grippe chez les enfants et les adultes

Chaque année, un grand nombre d’adultes et d’enfants souffrent du virus de la grippe. Pour la Russie et de nombreux pays de l’hémisphère nord, l’épidémie survient généralement pendant la saison froide, lorsque le corps humain est le moins protégé contre diverses infections.

Prévision de la grippe pour 2016-2017 – quels types de virus sont attendus

Afin de se préparer à une éventuelle épidémie de grippe dans une région particulière, une attention particulière est accordée à ce problème à l’avance. En règle générale, une réunion de la commission sanitaire et anti-épidémique se tient à la fin de l’été, alors qu’il existe déjà des informations sur le virus et son mode de traitement, fournies par des experts de l’Organisation mondiale de la santé.

La probabilité et la nature de l’épidémie sont déterminées sur la base de l’étude de la maladie et de l’observation de sa propagation sur la planète.

Selon les prévisions de l’OMS, les types de virus grippaux suivants sont attendus dans les pays de l’hémisphère nord au cours de la période automne-hiver 2016-2017 :

  • A/H1N1 (CA 04/2009)

Il s’agit de la souche de grippe la plus courante, provoquant des épidémies généralisées. Après 2009, lorsque la maladie a frappé de nombreux Nord-Américains, le virus a reçu le nom de “California 04/2009”. En plus du terme médical, le H1N1 est aussi appelé “grippe porcine” car il affecte non seulement les humains, mais aussi de nombreux animaux, en particulier les porcs domestiques. Chez la plupart des gens, le H1N1 se déroule sans complications, même en l’absence de traitement médical sérieux. Cependant, ce virus ne doit jamais être ignoré. La forme sévère de la maladie se caractérise par une pneumonie virale à évolution rapide, qui peut être mortelle si elle n’est pas correctement traitée dans le premier jour suivant l’apparition des symptômes.

Cette souche grippale a été isolée en 2014 lors d’une épidémie de masse à Hong Kong chez les adultes et les enfants. Le principal danger réside dans la “faible connaissance” du système immunitaire humain avec cette infection. Selon la recherche médicale, le H3N2 est apparu en raison de mutations de diverses souches du virus, affectant principalement les oiseaux. Puisqu’il n’y a pratiquement aucune immunité contre cette maladie dans la population, il est très important de se faire vacciner en temps opportun. Cela est particulièrement vrai du groupe dit à risque – les enfants et les personnes en âge de retraite. Parmi les complications causées par la grippe H3N2 figurent des maladies telles que la bronchite et la pneumonie qui nécessitent un traitement d’urgence. Une exacerbation de l’asthme bronchique et des maladies cardiovasculaires peut également survenir.

Ce virus est un sous-type de la grippe B. Il a été identifié pour la première fois en 2008 dans la ville australienne de Brisbane et appartient toujours à des types mal compris. Le diagnostic de cette infection est assez difficile en raison de symptômes subtils. Cependant, ne vous inquiétez pas à ce sujet, car la grippe B est beaucoup moins dangereuse que les souches appartenant au groupe A. Habituellement, ce type de maladie est assez facilement toléré par les adultes et les enfants, ne nécessite pas de traitement sérieux et, plus important encore , ne se caractérise pas par des complications graves.

Les prévisions de grippe pour 2016-2017 des épidémiologistes suggèrent que des épidémies à grande échelle ne sont pas attendues. Cependant, cela n’élimine pas la nécessité de durcir et de stimuler le système immunitaire, surtout compte tenu de la mutation constante du virus et des résultats parfois imprévus du traitement de la maladie.

Grippe 2017 : principaux symptômes chez l’adulte

Il est presque impossible de déterminer un type spécifique de grippe en fonction des symptômes, car différentes souches ont tendance à avoir des symptômes similaires. De plus, la gravité de certains signes dépend non seulement du virus, mais aussi de l’état général de la personne.

Certains des symptômes de la grippe sont presque identiques à ceux des maladies respiratoires courantes chez l’adulte. Cependant, il est possible de distinguer cette infection des ARVI et ARI. Les principaux symptômes de la grippe chez l’adulte sont :

  • température élevée (39-40 degrés) et fièvre;
  • douleurs douloureuses dans les muscles et les articulations;
  • maux de tête sévères;
  • faiblesse générale, incapacité à se concentrer sur des pensées et des actions spécifiques ;
  • inflammation de la membrane muqueuse des yeux;
  • toux sèche accompagnée d’inconfort thoracique;
  • nez qui coule ou pharyngite.

Les maux de tête et la fièvre sont des symptômes clairs de la grippe chez les adultes

Une fois dans le corps, la première fois que le virus ne se manifeste pas. La période d’incubation est généralement de 3 à 5 jours, pendant lesquels il n’y a aucun symptôme. La maladie elle-même dure environ une semaine, mais même après la fin du traitement, la personne se sent léthargique et fatiguée, et pendant cette période, elle est sujette à d’autres maladies. Cela est particulièrement vrai pour les adultes, car des symptômes grippaux plus graves apparaissent généralement à l’âge adulte, parfois accompagnés de nausées et de vomissements.

Symptômes de la grippe et du SRAS chez les enfants

D’un point de vue psychologique, toute personne adulte vit sa maladie plus facilement que la maladie de ses enfants. Étant donné qu’en cours de croissance, le corps de l’enfant sera de toute façon attaqué par des infections virales, il est très important pendant cette période de rester calme et d’effectuer un traitement en stricte conformité avec les recommandations du médecin. Dans le même temps, les parents doivent savoir comment distinguer de manière indépendante les symptômes de la grippe et du SRAS simple chez les enfants.

  • température corporelle jusqu’à 38 ° C (monte rarement au-dessus);
  • l’intoxication du corps est faible;
  • l’état de santé général est satisfaisant ;
  • la toux est modérément prononcée, se manifeste immédiatement après le début de la maladie;
  • un nez qui coule clair, souvent une congestion nasale ;
  • rougeur de la gorge (l’un des principaux symptômes).
  • température corporelle supérieure à 39 °C (peut durer 3 à 4 jours malgré le traitement) ;
  • forte intoxication du corps, qui se traduit par des frissons, des sueurs, des maux de tête, des étourdissements, des douleurs articulaires;
  • la toux apparaît le 2-3ème jour, accompagnée de douleurs thoraciques ;
  • un nez qui coule n’apparaît pas immédiatement et n’est souvent pas aussi prononcé qu’avec les ARVI ;
  • rougeur possible des yeux.

Si un enfant éternue souvent à cause d’un nez qui coule, s’il a mal à la gorge et que la température reste à 37-38 ° C ou est complètement absente, ce sont des symptômes évidents du SRAS. Les infections virales courantes ne sont pas non plus associées aux troubles gastro-intestinaux qui surviennent souvent chez les enfants atteints de la grippe H1N1. Une autre différence dans les symptômes de la grippe et du SRAS chez les enfants est la nature de l’évolution de la maladie. Dans le premier cas, l’apparition de la maladie est toujours aiguë, tandis que le SRAS se déroule le plus souvent sans heurts.

Traitement de la grippe virale 2016-2017 chez l’adulte et l’enfant

Comme vous le savez, le meilleur traitement est la prévention. Pour vous protéger de la grippe, vous devez respecter les recommandations suivantes :

  1. Faites-vous vacciner à temps. Les premiers anticorps étant produits au bout de 7 à 10 jours, mieux vaut se faire vacciner au moins un mois avant le début prévu de l’épidémie.
  2. Évitez les endroits bondés. Les espaces clos sont particulièrement dangereux à cet égard – dans de telles conditions, le virus se transmet très rapidement d’une personne malade à une personne en bonne santé.
  3. Respectez les règles générales d’hygiène : lavez-vous les mains, n’utilisez que votre propre tasse, cuillère, assiette et serviette.
  4. Aérez la pièce et effectuez un nettoyage humide au moins 2 fois par jour.
  5. Améliorer l’état général du corps en faisant du sport et en prenant des multivitamines.

Si la maladie réussit à faire face à l’immunité humaine, le traitement de la grippe virale chez les enfants et les adultes doit être effectué sous la stricte surveillance d’un médecin. Seul un spécialiste sera en mesure de déterminer quels médicaments seront efficaces dans un cas clinique particulier et quel programme de traitement doit être suivi.

Pendant la grippe, le repos au lit est très important. Peut-être que pour les adultes, une telle tâche semblera difficile, étant donné la nécessité de prendre un congé de maladie pendant au moins une semaine. Cependant, il n’existe pas de traitement alternatif pour cette maladie. La grippe portée sur les jambes est extrêmement dangereuse pour ses complications, qui peuvent affecter le fonctionnement du système respiratoire, cardiaque et musculaire. Dans le cas du H1N1, négliger le repos au lit peut être fatal.

Bien que, comme indiqué ci-dessus, les experts ne prédisent aucune épidémie anormale à la fin de cette année et au début de l’année prochaine, si les premiers symptômes apparaissent, les recommandations pour la prévention et le traitement de la grippe virale chez les adultes et les enfants doivent être suivies. Avec une attitude prudente envers votre propre santé et une assistance médicale qualifiée, la grippe 2016-2017 et, surtout, ses complications vous contourneront très probablement.

La grippe chez les enfants

La grippe est une maladie infectieuse aiguë causée par un virus du même nom. Les sous-types du virus de la grippe changent constamment (les propriétés de la protéine varient), l’immunité croisée ne se forme pas, c’est pourquoi chaque nouvelle mutation du virus provoque une épidémie.

La grippe est traitée par un pédiatre ou un infectiologue.

À propos de la maladie

Les médecins distinguent 3 types de virus de la grippe : A, B et C, et en leur sein, il existe de nombreux sous-types. Le nombre total de sous-types connus aujourd’hui est supérieur à 2 000. Les épidémies touchent jusqu’à 30 % de la population, dont la moitié sont des enfants. Le nombre de patients atteint le seuil épidémique après que plus de 5 % de la population tombe malade.

Chez les enfants, le pic d’incidence de la grippe survient entre 3 et 14 ans, les enfants sont trois fois plus souvent malades que les adultes. En raison de l’immaturité du système immunitaire liée à l’âge, la sensibilité au virus de la grippe chez les enfants est quatre fois plus élevée que chez les adultes. Pour les enfants, la grippe est dangereuse pour ses complications : pneumonie, sinusite et autres inflammations sévères des organes internes. L’affaiblissement du corps contribue à l’exacerbation des maladies chroniques.

Les complications de la grippe sont classiquement regroupées en deux grands groupes : celles affectant et n’affectant pas les poumons. Dans les poumons, une inflammation, des abcès, un empyème (fusion purulente) peuvent survenir. Les complications extra-pulmonaires sont les suivantes : méningite, encéphalite, otite moyenne, maladie cardiaque et maladie du foie. La grippe est particulièrement dangereuse pour les enfants de moins de 5 ans ; dans cette catégorie de jeunes patients, le taux de complications atteint 80 à 90 %.

Le virus de la grippe est transmis par des gouttelettes en suspension dans l’air (lors de la toux et des éternuements, ainsi que par des jouets infectés). Un temps humide et humide, un ensoleillement insuffisant, une surpopulation et un mauvais assainissement contribuent à la propagation du virus.

En pénétrant sur la membrane muqueuse de la bouche ou du nez, le virus “s’accroche” à l’épithélium cylindrique. La substance neuraminidase détruit la membrane cellulaire, l’ARN pénètre à l’intérieur et la reproduction commence là en utilisant les ressources de la cellule hôte. En utilisant un épithéliocyte, les virus multipliés sortent et infectent les voisins. Les virus pénètrent également dans les capillaires, d’où ils peuvent se propager par la circulation sanguine vers divers organes.

Après 2 heures à partir du moment de l’infection jusqu’au 7e jour de la maladie, une personne reste contagieuse, transmettant l’infection à d’autres. Pour stopper l’épidémie, des mesures administratives et de quarantaine sont mises en place : les crèches et les écoles sont fermées au public, les manifestations publiques sont annulées. La séparation des personnes vous permet de réduire rapidement le nombre de cas.

La fièvre avec la grippe atteint des valeurs maximales – environ 40 0 ​​​​C et plus.

symptômes de la grippe

Du moment de l’infection aux manifestations cliniques, cela peut prendre de 2 heures à 4 jours. Le début est toujours aigu, la fièvre se développe (jusqu’à 40 0 ​​​​C), les signes d’intoxication sont prononcés. Le nourrisson a une forte fièvre, les enfants de moins de 5 ans ont également le nez qui coule et une toux sèche, les enfants plus âgés ont des frissons et des sueurs, et des maux de gorge.

Avec la grippe, les symptômes catarrhaux (nez qui coule, toux, larmoiement) sont toujours faiblement exprimés, les manifestations d’intoxication générale prédominent :

  • diminution ou manque d’appétit;
  • adynamie (léthargie, refus de bouger);
  • mal de tête;
  • douleurs et courbatures dans les muscles et les articulations;
  • nausée et vomissements;
  • diarrhée.

Le système nerveux central peut en souffrir – une encéphalopathie se développe, des convulsions au plus fort de la fièvre, voire des hallucinations banales (auditives, visuelles). Les battements cardiaques deviennent plus fréquents, les bruits cardiaques sont étouffés. La quantité d’urine séparée diminue, des traces de protéines et de sang apparaissent (microalbuminurie et microhématurie).

Selon la gravité de l’état général, on distingue les degrés suivants:

  • lumière;
  • modéré;
  • lourd;
  • hypertoxique – compliqué par le syndrome de coagulation disséminée (CID), une insuffisance respiratoire aiguë, un dysfonctionnement rénal ou hépatique. Cette forme peut être fatale.

Causes de la grippe

La grippe est une infection hautement contagieuse (très contagieuse). Le virus de type A a 25 variétés; autre que les humains, il est contagieux pour les animaux domestiques et les oiseaux. C’est ce virus qui provoque des épidémies qui, comme un incendie, peuvent engloutir plusieurs pays à la fois.

Les virus de type B évoluent dans une moindre mesure, provoquent une augmentation de l’incidence au sein d’un même pays, le plus souvent simultanément à une épidémie provoquée par le virus A. Ce virus n’est dangereux que pour l’homme (adultes et enfants).

Le virus de type C ne change pratiquement pas, est dangereux pour l’homme et les porcs, provoque rarement des maladies.

La propagation de la grippe est facilitée par le fait que l’immunité croisée ne se forme pas. Si une personne a été malade avec un sous-type du virus, elle est alors sans défense contre les autres.

Diagnostic de la grippe

Lors du diagnostic de la grippe, le pédiatre s’appuie sur le tableau clinique avec une prédominance d’intoxication et des données épidémiologiques dans une zone particulière.

Vous pouvez distinguer la grippe du SRAS à l’aide de tests de laboratoire :

  • dosage immunoenzymatique – ELISA;
  • réactions de fixation du complément – RSK ;
  • réactions d’inhibition de l’hémagglutination – RTGA ;
  • analyses cliniques de sang et d’urine;
  • culture bactérienne de crachats;
  • test sanguin de stérilité.

Traitement de la grippe

La grippe légère à modérée est traitée à domicile sous la supervision d’un pédiatre. Le reste des formes fait l’objet d’une thérapie dans le service des maladies infectieuses, parfois en soins intensifs. Tout d’abord, l’enfant est alité et s’hydrate abondamment.

Le traitement médicamenteux est prescrit par un médecin, les groupes de médicaments suivants sont utilisés:

  • antiviral;
  • antipyrétique;
  • anti-inflammatoire;
  • mucolytiques (mucosités amincissantes);
  • antitussifs;
  • gouttes nasales (vasoconstricteur);
  • antihistaminiques;
  • vitamines;
  • antibiotiques lorsqu’une infection bactérienne est attachée;
  • inhalation de divers moyens;
  • immunomodulateurs pendant la période de récupération.

Prévention de la grippe

La meilleure prévention est la vaccination en temps opportun. Le type de vaccin et la durée de la vaccination sont déterminés par l’OMS sur la base des données épidémiologiques. Les vaccins contiennent des antigènes des virus de types A et B. La vaccination est particulièrement pertinente pour les enfants à risque – ceux qui ont des maladies chroniques.

Une fois qu’une épidémie a été déclarée, les contacts de l’enfant avec d’autres enfants et adultes doivent être réduits au minimum. Si un membre de la famille est déjà malade, l’enfant peut se voir recommander des médicaments du groupe interféron. Des règles de conduite spécifiques sont racontées par un pédiatre qui observe un bébé depuis sa naissance. À la maison, vous devez effectuer plus souvent un nettoyage humide, aérer les locaux, utiliser des désinfectants.

Les pédiatres de SM-Doctor sont prêts à aider votre enfant à éviter la grippe ou à accélérer sa guérison. Faites appel à des professionnels pour que votre bébé reste en bonne santé et joyeux !

Médecins:

Clinique pour enfants m.Ulitsa 1905 Goda

SRAS, rhumes et grippe chez les enfants

Les rhumes chez les enfants sont l’un des sujets les plus passionnants pour les parents. Chaque mère veut que son bébé soit en bonne santé et que toute maladie le contourne. Les mères ont souvent peur lorsque le thermomètre indique une température élevée chez un enfant. Cependant, d’une manière ou d’une autre, le corps de l’enfant doit faire face à diverses infections.

Les parents associent le SRAS régulier chez les enfants à de longues absences de la maternelle et de l’école. De plus, les maladies virales régulières peuvent entraîner le développement de diverses complications.

À quelle fréquence les enfants tombent-ils malades ?

Les enfants de moins de 5 ans souffrent en moyenne jusqu’à 8 épisodes d’infections virales respiratoires aiguës par an 1. Dans les jardins d’enfants, l’incidence est particulièrement élevée au cours de la première et de la deuxième année de visite – 10 à 15% plus élevée qu’à d’autres moments.

Le nombre de visites chez les pédiatres atteints du SRAS augmente de septembre à avril, et le pic d’incidence se produit de février à mars. Pendant les mois d’été, l’incidence diminue d’environ 3 à 5 fois.

Les enfants sont particulièrement vulnérables à la grippe. La raison en est une immunité insuffisamment formée. La propagation du virus dans les groupes d’enfants (dans les écoles, les jardins d’enfants, les internats) se produit très rapidement.

Pourquoi les enfants tombent-ils si souvent malades ? Caractéristiques de l’immunité des enfants

Le système immunitaire des enfants se développe tout au long de l’enfance.

L’immunité chez les nourrissons est imparfaite et possède un mécanisme spécial qui protège l’organisme des réponses immunitaires trop violentes aux infections.

Au cours des premières semaines de vie, le bébé est protégé par des anticorps qu’il a reçus de sa mère et continue ensuite à les recevoir avec du lait maternel. Mais une telle protection n’est parfois pas suffisante.

Par ailleurs, lors du développement de l’immunité, il existe des périodes de risque maximum de développer des maladies infectieuses, on les appelle des périodes critiques :

1. Première période critique

C’est la période de vulnérabilité des nouveau-nés, qui tombe sur les 28 premiers jours de la vie. Pendant cette période, le corps de l’enfant n’est protégé que grâce aux anticorps reçus de la mère par le placenta et avec le lait maternel. Le risque de contracter des infections bactériennes et virales pendant cette période est très élevé. Les nouveau-nés prématurés constituent un groupe à risque particulier.

2. Deuxième période critique

Elle dure de 4 à 6 mois de vie et s’accompagne d’une diminution du nombre d’anticorps maternels. Durant cette période, la production de ses propres anticorps est déjà en cours, mais les mécanismes sont encore peu développés et les anticorps ne suffisent pas encore à protéger le bébé. Par conséquent, la sensibilité du corps aux infections aéroportées et intestinales au cours de cette période est également élevée.

Ainsi, chez les enfants de moins d’un an, tous les principaux mécanismes de protection de l’organisme contre les bactéries et les virus sont affaiblis.

3. Troisième période critique

Il tombe sur la 2ème année de vie. C’est à partir de cet âge que l’enfant commence à être de plus en plus en contact avec le monde extérieur et, par conséquent, avec diverses infections. La susceptibilité de l’enfant aux infections respiratoires et intestinales est encore élevée. Les mécanismes de défense immunitaire du bébé ne sont pas encore complètement développés.

4. Quatrième période critique

Vient à 6-7 ans. Les enfants de cet âge sont également sujets aux maladies infectieuses, car certains indicateurs du système immunitaire changent.

5. Cinquième période critique

Adolescence à partir de 12-15 ans, et chez les garçons et les filles, l’âge peut légèrement varier. Cela est dû à une augmentation de la sécrétion d’hormones sexuelles, ce qui affaiblit légèrement le système immunitaire. Les enfants de cet âge se caractérisent par une grande sensibilité aux infections virales. 2

Sras ou grippe ?

Malgré le fait que la grippe soit incluse dans le groupe des infections virales respiratoires aiguës (ARVI) et que leurs symptômes soient très similaires, les manifestations de la grippe sont plus prononcées.

Si les symptômes d’un rhume s’accompagnent d’un nez qui coule, d’une congestion nasale, d’un mal de gorge, de maux de tête, d’une légère fièvre, d’une toux et d’un malaise général, alors avec la grippe, il y a une apparition soudaine de la maladie, une forte fièvre, de la fièvre.

Avec la grippe, le risque de développer des complications bactériennes, comme la bronchite, la pneumonie et l’otite moyenne, est plusieurs fois plus élevé qu’avec le SRAS conventionnel.

Comment le virus se transmet-il chez les enfants ?

Le virus de la grippe se transmet d’un enfant à l’autre en éternuant, en toussant et en parlant.

Chez les enfants, la voie de contact de transmission du virus par les articles ménagers, les jouets pour enfants, la vaisselle, la literie et diverses surfaces est courante. Le fait est que le virus de la grippe est capable de survivre pendant 2 heures sur des tables, des poignées de porte, des crayons, etc. Après avoir joué avec ces jouets, l’enfant peut alors toucher son visage, son nez et ses yeux avec des mains sales, à la suite de quoi le virus se retrouvera sur les muqueuses.

Pendant les saisons épidémiques, des épidémies de SRAS et de grippe sont observées dans des lieux collectifs, plus souvent des jardins d’enfants, moins souvent des écoles.

Symptômes de la grippe et du SRAS chez les enfants

Symptômes de la grippe

  • début aigu avec une forte augmentation de la température à 39-40,5 ° C
  • douleurs intenses dans le corps et les articulations
  • maux de tête, douleurs oculaires
  • léthargie, faiblesse, malaise
  • diminution ou manque d’appétit
  • congestion nasale, rhinite légère, toux sèche
  • peut être un mal de gorge
  • parfois nausées, vomissements, diarrhée

Symptômes du SRAS

  • début aigu de la maladie
  • augmentation de la température corporelle à 37,5 – 38,0 ° C.
  • douleurs dans le corps et les articulations
  • mal de tête
  • léthargie, faiblesse, malaise
  • diminution ou manque d’appétit
  • écoulement de mucus du nez de rare à copieux, congestion nasale
  • toux, sèche ou humide
  • mal de gorge et inconfort

Avec ARVI, chez la plupart des enfants malades, la température diminue le 2e-3e jour de la maladie. Avec la grippe, la température peut durer jusqu’à 5 à 7 jours. Si la température ne diminue pas au cours de la maladie, cela peut indiquer l’ajout d’une infection bactérienne.

Manifestations cliniques du SRAS et de la grippe

  • rhinopharyngite – congestion nasale, écoulement muqueux des voies nasales, inconfort dans la gorge sous forme de transpiration, brûlure; le mucus peut s’écouler à l’arrière de la gorge, ce qui peut provoquer une toux grasse (la congestion nasale, l’écoulement de mucus et le mal de gorge peuvent provoquer de l’anxiété chez l’enfant, y compris le refus de manger)
  • eustacheite et otite moyenne – il y a des douleurs dans les oreilles, dans certaines formes d’otite moyenne, il y a une diminution de l’audition, avec une otite moyenne une température élevée augmente également
  • la laryngite se manifeste par un enrouement de la voix, une toux rugueuse, mais il n’y a pas de difficulté à respirer, elle se caractérise par l’apparition d’une gorge rouge, à savoir une inflammation de la paroi postérieure du pharynx et des arcs palatins; muqueuse lâche et enflée; le mucus peut couler à l’arrière de la gorge; avec la pharyngite, on trouve souvent une toux sèche obsessionnelle
  • trachéite – une maladie dans laquelle une forte toux obsessionnelle peut être observée
  • le syndrome du croup (laryngotrachéite obstructive) se caractérise par une sténose du larynx; cette condition est courante chez les enfants d’âge préscolaire atteints d’ARVI

Fièvre avec SRAS et grippe

La fièvre est une augmentation temporaire de la température corporelle due à une maladie. La fièvre est l’un des symptômes du SRAS et de la grippe.

La température élevée est une réaction protectrice du corps contre l’agent pathogène qui a envahi le corps. De nombreux virus et bactéries cessent de se multiplier à des températures supérieures à 37 – 38 ° C, et la formation d’anticorps est également stimulée.

Distinguer fièvre “rose” et fièvre “blanche”.

Pour la fièvre rose :

  • les mécanismes de production et de transfert de chaleur sont correctement réglés
  • la peau de bébé est rose, chaude au toucher

Pour la fièvre blanche :

  • centralisation de la circulation sanguine (la circulation sanguine vise à maintenir le travail du cœur, des poumons, du cerveau) et microcirculation sanguine altérée
  • les extrémités sont froides, pâles
  • peau bleutée avec un motif marbré
  • “chair de poule”
  • des frissons

Une telle évolution de la fièvre peut avoir une issue défavorable. 3

Diagnostic du rhume chez les enfants

La première et importante étape dans le diagnostic efficace des maladies virales chez les enfants est l’appel opportun à un pédiatre. Le médecin a des informations sur la situation épidémiologique dans la région, sur les épidémies du virus en circulation dans les jardins d’enfants et les écoles. Il est très important de recueillir un historique médical détaillé de la maladie de l’enfant et d’obtenir des informations sur d’éventuels contacts avec des patients. Tous les facteurs ci-dessus aideront à déterminer l’agent pathogène suspecté.

L’examen virologique ou bactériologique n’est pas recommandé pour diagnostiquer la maladie chez les enfants, car ses résultats n’affectent pas les tactiques de traitement. Le plus souvent, les enfants se rétablissent rapidement par eux-mêmes, ce qui ne nécessite pas la connexion de méthodes spéciales de diagnostic en laboratoire. Les exceptions sont le test rapide de la grippe chez les enfants ayant une forte fièvre et le test rapide de dépistage des streptocoques en cas de suspicion d’amygdalite streptococcique aiguë. quatre

Un test sanguin général, une analyse d’urine générale et d’autres tests de laboratoire sont strictement prescrits par un médecin!

Traitement du rhume chez les enfants

Le principal traitement du SRAS et de la grippe chez les enfants est la thérapie symptomatique, c’est-à-dire une thérapie qui réduit certains symptômes sous forme de fièvre, toux, nez qui coule, mal de gorge : 5

  • prendre des antipyrétiques
  • gouttes nasales vasoconstricteurs
  • rincer le nez avec une solution saline
  • se gargariser avec des solutions antiseptiques
  • thérapie locale sous forme de sprays et de comprimés pour les maux de gorge (pour différents âges, différentes formes de libération de médicaments)
  • méthodes physiques de réduction de la température

Avec une forte fièvre, il est nécessaire de déshabiller l’enfant, de retirer les couvertures supplémentaires, les vêtements ne doivent pas gêner la respiration. Aussi, si possible, donnez accès à l’air frais. Si nécessaire, un essuyage avec de l’eau à température ambiante est effectué, car le transfert de chaleur s’améliore lors du frottement avec de l’eau. Il est fortement déconseillé d’essuyer l’enfant avec de l’alcool, car il est possible d’absorber de l’alcool (surtout chez les jeunes enfants) et d’empoisonner le corps de l’enfant.

La thérapie antivirale ne s’applique qu’à la grippe, mais les médicaments antiviraux sont strictement prescrits par un pédiatre aux enfants!

La thérapie antibactérienne est prescrite strictement selon les indications. Les antibiotiques ne sont justifiés que pour les complications bactériennes graves associées au SRAS et à la grippe. Un antibiotique ne marche pas contre un virus !

  • le régime alimentaire de l’enfant doit être complet, riche en vitamines
  • l’enfant doit boire suffisamment de liquides (eau, thé au citron, décoctions d’églantier, framboises, cassis, fraises, canneberges, airelles), car boire beaucoup de liquides prévient la déshydratation et réduit l’intoxication à des températures élevées
  • repos au lit
  • ventilation des locaux
  • nettoyage humide des locaux

Une augmentation de la température corporelle dans la plage de 38 à 39 ° C ne nécessite pas la nomination de médicaments antipyrétiques. Dans ce cas, les méthodes physiques de refroidissement peuvent être limitées. Mais l’âge jusqu’à 2 mois, les maladies graves des voies respiratoires, circulatoires, du système nerveux central, les convulsions fébriles dans l’histoire sont une indication pour l’utilisation d’antipyrétiques, même si la température monte à 38 ° C.

Dans tous les cas, la mère doit d’abord évaluer la réaction de l’enfant à une élévation de température en analysant son comportement : y a-t-il de la léthargie, l’enfant refuse-t-il l’eau et la boisson, de quelle couleur est sa peau et quelle est sa sensation au toucher. Si l’enfant est actif, la peau est rose, les membres sont chauds, les méthodes physiques d’abaissement de la température peuvent être limitées. S’il y a des manifestations de fièvre “blanche”, des médicaments antipyrétiques doivent être administrés immédiatement à l’enfant.

Malgré un large choix d’antipyrétiques efficaces, le paracétamol et l’ibuprofène restent les meilleurs médicaments pour les enfants.

Que ne peut-on pas faire avec les ARVI et la grippe chez un enfant?

  • 1. La prise régulière à long terme (2 à 4 fois par jour) d’antipyrétiques doit être évitée en raison du danger d’effets secondaires et de la difficulté éventuelle à diagnostiquer les complications bactériennes (otite moyenne, pneumonie, etc.). Donner une deuxième dose uniquement lorsque la température remonte et conformément à la posologie, qui est adaptée en fonction du poids de l’enfant. Si la température ne baisse pas en quelques heures, une ambulance doit être appelée.
  • 2. Un enfant fiévreux ne doit pas être enveloppé. Si vous habillez un enfant chaudement, vous pouvez perturber le processus de génération et de transfert de chaleur, ce qui aide à maintenir la température corporelle souhaitée. S’envelopper peut entraîner une surchauffe et une perte de conscience.
  • 3. Ne fermez pas les fenêtres de la pièce. Un enfant malade a besoin d’air frais. Une ventilation fréquente facilite également la respiration.
  • 4. Ne prenez pas d’antibiotiques sans consulter un médecin. Les antibiotiques n’agissent pas sur les virus et n’empêchent pas les complications bactériennes.
  • 5. N’utilisez pas de médicaments contre la toux par vous-même. Différents médicaments visent à traiter des problèmes de toux spécifiques. Tout le monde n’a pas besoin d’antitussifs ou de mucolytiques. De plus, le plus souvent, ces médicaments ne sont pas nécessaires au traitement. Tout est individuel et la prise de tels médicaments doit être convenue avec le pédiatre.
  • 6. Vous ne pouvez pas refuser de marcher pendant plusieurs semaines. De courtes promenades profiteront à l’enfant. Les enfants ont besoin d’air frais et de mouvement. Bien entendu, les promenades ne sont justifiées qu’après une diminution de la fièvre et lorsque l’état revient à la normale si l’enfant est actif.
  • 7. Il n’est pas tout à fait justifié pendant l’ARVI de refuser les procédures d’eau pendant plusieurs jours ou semaines. Au contraire, l’enfant sait nager. Les exceptions sont, bien sûr, une forte fièvre et une otite moyenne.
  • 8. En ce qui concerne l’enfant, toute méthode d’auto-traitement doit être exclue.

Toutes les mesures thérapeutiques sont effectuées uniquement selon les directives et sous la supervision d’un médecin.

Spray Tantum ® Verde dans le traitement local des infections virales respiratoires aiguës et du rhume chez l’enfant

Pour le traitement des symptômes des infections virales respiratoires aiguës et des rhumes chez les enfants, le spray Tantum ® Verde est recommandé. Il soulage l’inflammation et aide à lutter contre les infections virales saisonnières grâce à la substance active benzydamine. 8,9,10 Tantum ® Verde a des effets anti-inflammatoires, anesthésiques locaux et antimicrobiens. 11,12 Cela signifie que le médicament aide non seulement à soulager la douleur, mais agit également sur sa cause – l’inflammation. Onze

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *