rêver

Infection gonococcique

L’infection gonococcique est une maladie infectieuse humaine causée par des gonocoques (Neisseria gonorrhoeae) – diplocoques à Gram négatif, qui sont des bactéries pyogènes immobiles en forme de haricot qui ne forment pas de spores.

L’infection gonococcique affecte principalement l’épithélium de l’urètre, du col de l’utérus, du rectum, du pharynx et de la conjonctive. Le plus souvent, l’infection est localisée au foyer de la primo-infection, mais un processus ascendant peut également être observé, conduisant au développement de maladies inflammatoires des organes pelviens (PID), d’orchiépididymites ou de bactériémies.

Code(s) CIM-10 :

CIM-10
Le code Nom
A54 Infection gonococcique
A54.0 Infection gonococcique du tractus urogénital inférieur sans abcès des glandes périurétrales ou annexielles (cervicite, cystite, urétrite, vulvovaginite)
A54.1 Infection gonococcique du tractus urogénital inférieur avec formation d’abcès des glandes périurétrales ou annexielles.
Abcès gonococcique des grosses glandes vestibulaires
A54.2 Pelviopéritonite gonococcique et autres infections gonococciques des organes urogénitaux (Maladie inflammatoire pelvienne – MIP chez la femme (N74.3) ; épididymite (N51.1), orchite (N51.1), prostatite (N51.0).
A54.3 Infection oculaire gonococcique (conjonctivite (H13.1), iridocyclite (H22.0), ophtalmie gonococcique néonatale)
A54.4 Infection gonococcique de l’appareil locomoteur [arthrite (M01.3), bursite (M73.0), ostéomyélite (M90.2), synovite (M68.0), ténosynovite (M68.0)]
A54.5 Pharyngite gonococcique
A54.6 Infection gonococcique de la région anorectale
A54.8 Autres infections gonococciques (abcès cérébral (G07), endocardite (I39.8), méningite (G01), myocardite (I41.0), péricardite (I32.0), péritonite (K67.1), pneumonie (J17.0), septicémie, lésions cutanées)
Un 54,9 Gonorrhée, sans précision

Date d’élaboration du protocole : 2014 (révisé en 2019)

Abréviations utilisées dans le protocole :

ITS les infections sexuellement transmissibles
ECR essai contrôlé randomisé
VIH virus du sida
PID maladies inflammatoires des organes pelviens
HSH des hommes avec des hommes
CG conjonctivite gonococcique
GF pharyngite gonococcique
MANQUE méthodes d’amplification d’acide nucléique
PCR réaction en chaîne par polymérase
ARN acide ribonucléique
ADN Acide désoxyribonucléique
ultrason procédure d’échographie
AMP médicament antimicrobien
AUBERGE dénomination commune internationale
je suis par voie intramusculaire
g gramme
ml millilitre
mg milligramme
rr la solution

Utilisateurs du protocole : dermatovénéréologues, gynécologues, urologues, médecins généralistes.

Catégorie de patients : adultes, enfants.

Échelle de niveau de preuve :

MAIS Méta-analyse de haute qualité, revue systématique d’ECR ou grands ECR avec une très faible probabilité (++) de biais dont les résultats peuvent être généralisés à une population appropriée.
À Examen systématique de haute qualité (++) d’études de cohorte ou cas-témoins ou Etudes de cohorte ou cas-témoins de haute qualité (++) à très faible risque de biais ou ECR à faible (+) risque de biais, les résultats de qui peut être généralisée à la population appropriée.
DE Cohorte ou essai cas-témoins ou essai contrôlé sans randomisation à faible risque de biais (+).
Des résultats qui peuvent être généralisés à une population appropriée ou des ECR avec un risque de biais très faible ou faible (++ ou +) qui ne peuvent pas être directement généralisés à une population appropriée.
Description d’une série de cas ou d’une étude non contrôlée ou d’un avis d’expert.
MPE Meilleure pratique clinique.

Automatisation des cliniques : rapide et peu coûteuse !

— Connecté 300 cliniques de 4 pays

— 800 RUB / 4500 KZT / 27 BYN — 1 lieu de travail par mois

Automatisation des cliniques : rapide et peu coûteuse !

  • 300 cliniques de 4 pays connectées
  • 1ère place — 800 RUB / 4500 KZT / 27 BYN par mois

Je suis intéressé! Entrez en contact avec moi

Classification

Il n’y a pas de classification clinique généralement acceptée. En pratique clinique, l’infection gonococcique diffère :
En aval :

  • Frais;
  • chronique;
  • latent.
  • aigu;
  • subaigu;
  • engourdi.
  • simple;
  • compliqué.

Voies de transmission : sexuelle avec contacts génitogénitaux, anogénitaux, orogénitaux, oro-anaux ; vertical – intranatal.

Diagnostique

MÉTHODES, APPROCHES ET PROCÉDURES DE DIAGNOSTIC ET DE TRAITEMENT

Critères diagnostiques [1-3] :
Le tableau clinique de la gonorrhée est dû au développement du processus inflammatoire de la membrane muqueuse du tractus urogénital.
L’évolution asymptomatique de la maladie survient à la fois chez les femmes (jusqu’à 50% des cas) et chez les hommes (jusqu’à 10%). Les infections du rectum et du pharynx sont asymptomatiques dans la plupart des cas.

  • la source présumée de l’infection du patient ;
  • le temps écoulé depuis le moment du contact sexuel avec la source présumée d’infection jusqu’à l’apparition des symptômes subjectifs (de 1 jour à 1 mois) ;
  • le nombre de partenaires sexuels et les résultats de leur examen.

Plaintes

  • écoulement purulent ou mucopurulent de l’urètre et / ou des voies génitales;
  • démangeaisons, brûlures dans la vulve, la vulve, l’ouverture externe de l’urètre ;
  • douleur lors des rapports sexuels (dyspareunie);
  • démangeaisons, brûlures, douleurs en urinant (dysurie);
  • inconfort ou douleur dans le bas-ventre.
  • écoulement purulent ou mucopurulent de l’urètre;
  • démangeaisons, brûlures, douleurs en urinant (dysurie);
  • démangeaisons, brûlures dans l’urètre;
  • douleur lors des rapports sexuels (dyspareunie);
  • miction fréquente et envie urgente d’uriner (avec propagation proximale du processus inflammatoire);
  • douleur au périnée avec irradiation au rectum;
  • douleur dans la zone de l’ouverture externe de l’urètre.
  • hyperémie et gonflement de la membrane muqueuse de l’ouverture externe de l’urètre, infiltration des parois de l’urètre, écoulement urétral mucopurulent ou purulent;
  • hyperémie et gonflement de la membrane muqueuse de la vulve, du vagin; écoulement mucopurulent ou purulent dans le fornix postérieur et latéral du vagin;
  • gonflement, hyperémie et érosion de la membrane muqueuse du col de l’utérus, écoulement mucopurulent ou purulent du canal cervical;
  • hyperémie des ouvertures externes des conduits des glandes vestibulaires;
  • écoulement purulent ou mucopurulent de l’urètre et / ou des voies génitales;
  • douleur et gonflement des conduits des glandes vestibulaires à la palpation;
  • la présence de formations douloureuses denses de la taille d’un grain de mil au niveau des conduits excréteurs des glandes paraurétrales.
  • hyperémie et gonflement de la membrane muqueuse de l’ouverture externe de l’urètre, infiltration des parois de l’urètre;
  • écoulement purulent ou mucopurulent de l’urètre;
  • la présence de formations douloureuses denses de la taille d’un grain de mil au niveau des conduits excréteurs des glandes paraurétrales.
  • avec lésions locales du rectum : démangeaisons, brûlures dans la région anorectale, léger écoulement jaunâtre ou rougeâtre ;
  • lorsque le processus est localisé au-dessus de l’anus : ténesme douloureux, douleur lors de la défécation, écoulement purulent du rectum, souvent mêlé de sang, constipation secondaire ;
  • sensation de sécheresse dans l’oropharynx;
  • douleur aggravée par la déglutition;
  • enrouement de la voix;
  • douleur aiguë de l’œil affecté;
  • larmoiement;
  • gonflement des paupières;
  • photophobie;
  • écoulement purulent abondant aux coins de l’œil atteint.
  • hyperémie de la peau des plis de l’anus;
  • écoulement mucopurulent ou purulent du rectum;
  • hyperémie et gonflement de la membrane muqueuse de l’oropharynx et des amygdales avec une surface granuleuse et des superpositions membraneuses;
  • gonflement des paupières;
  • hyperémie de la peau et des muqueuses de l’œil affecté;
  • écoulement purulent abondant aux coins de l’œil atteint.
  • examen microscopique

Examen microscopique de la préparation colorée au bleu de méthylène 1% et Gram. La méthode a une sensibilité élevée (90-100%) et une spécificité (90-100%) dans l’étude de l’écoulement urétral chez les hommes présentant des manifestations manifestes d’infection gonococcique. Il se caractérise par une faible sensibilité (45-64%) dans l’étude des échantillons cervicaux, pharyngés et rectaux, ainsi que dans les infections asymptomatiques.

  • Étude culturelle
  • Méthodes de recherche en biologie moléculaire visant à détecter des fragments spécifiques d’ADN et/ou d’ARN de N. Gonorrhoeae (LE – A).

Études instrumentales : non.

  • consultation d’un obstétricien-gynécologue – en cas d’implication dans le processus inflammatoire des organes pelviens, dans la prise en charge des femmes enceintes, des patients atteints d’infection gonococcique;
  • consultation d’un urologue – afin de diagnostiquer d’éventuelles complications du système reproducteur, avec un long parcours et l’inefficacité d’un traitement antérieur pour épididymo-orchite, prostatite;
  • consultation d’un ophtalmologiste, oto-rhino-laryngologiste, proctologue, rhumatologue, chez l’enfant – néonatologiste, pédiatre – afin de préciser l’étendue et la nature de l’examen complémentaire.

Algorithme pour le diagnostic de l’infection gonococcique

Biologie moléculaire (MANK) Microscopie (selon Gram)
1) forme ;
2) emplacement ;
3) coloration
Études culturelles
Découverte de l’ADN de Neisseria gonorrhoeae ADN de Neisseria gonorrhoeae introuvable 1) diplocoque, ayant la forme d’un grain de café et situé par paires avec des côtés concaves l’un par rapport à l’autre;
2) localisation intracellulaire des diplocoques ;
3) rouge-rose (diplocoque gram-négatif)
Identification primaire
(évaluation visuelle du type de colonies ; coloration de Gram du matériel provenant de colonies suspectes ; réalisation d’un test d’oxydase)
la présence des trois signes (+++) est obligatoire, tandis que la localisation intracellulaire des diplocoques est obligatoire ! Neisseria gonorrhoeae mise en évidence Neisseria gonorrhoeae non isolée
oui (+++) non (++-; +-+; -++)
Des diplocoques Gram négatifs intracellulaires et/ou extracellulaires morphologiquement similaires aux gonocoques ont été trouvés Les diplocoques Gram négatifs intracellulaires et/ou extracellulaires morphologiquement similaires aux gonocoques n’ont pas été détectés Identification des espèces
(étude de l’activité enzymatique ;
tests immunologiques ;
méthodes de biologie moléculaire).
Effectué dans l’isolement des diplocoques gram-négatifs oxydase positifs, pour le diagnostic final de N. gonorrhoeae, spécialement obtenus à partir de localisations extragénitales, ainsi que pour les gonocoques, qui doivent être caractérisés par des méthodes sérologiques et des méthodes de typage génétique et / ou ensuite testés pour la sensibilité aux antibiotiques

Diagnostic différentiel

Diagnostic différentiel et justification d’études supplémentaires [1-4]

Le diagnostic différentiel est réalisé avec d’autres infections urogénitales spécifiques causées par des microorganismes pathogènes (C. trachomatis, T. vaginalis, M. genitallium) et opportunistes (champignons du genre Candida, microorganismes associés à la vaginose bactérienne) et des virus (virus de l’herpès simplex).

Le diagnostic différentiel de l’épididymo-orchite gonococcique est réalisé avec une hydropisie du testicule, une épididymo-orchite infectieuse d’étiologie différente (tuberculeuse, syphilitique, chlamydiale, etc.), une tumeur du scrotum, avec torsion de la jambe testiculaire, etc.

Le diagnostic différentiel de l’infection gonococcique du système reproducteur supérieur des femmes est réalisé avec une grossesse extra-utérine, une endométriose, compliquée par un kyste ovarien, des maladies des organes abdominaux (pancréatite, cholécystite, etc.).

Les principaux signes diagnostiques différentiels cliniques et de laboratoire de N. Gonorrhoeae.

Paramètres estimés Infection gonococcique Infection à mycoplasmes Infection à Chlamydia Trichomonase urogénitale Vaginose bactérienne Candidose urogénitale
Écoulement du tractus
génital
Mucopurulent
ou
purulent,
inodore
Muqueuse
ou
mucopurulente ,
inodore
Muqueux
trouble ou
mucopurulent
inodore
Gris-jaune
, mousseux avec une odeur désagréable
Gris blanchâtre homogène
,
avec une
odeur désagréable
Blanc, caillé, crémeux, avec une odeur
aigre
Hyperémie des
muqueuses
des voies
urinaires
Souvent Souvent Principalement la muqueuse
du
col de l’utérus
Souvent Rarement Souvent
Démangeaisons/brûlures
dans la
vulve
Souvent Rarement Rarement Souvent Rarement Souvent
Dysurie Souvent Souvent Souvent Souvent Rarement Rarement
Dyspareunie Souvent Souvent Souvent Souvent Rarement Souvent
pH de l’exsudat vaginal 3.8 – 4.5 3.8 – 4.5 3.8 – 4.5 Peut être
> 4,5
>4.5 3.0 – 3.8
Microscopie Diplocoques à Gram négatif aux propriétés morphologiques et tinctoriales
typiques
Évaluation des signes d’inflammation (réaction leucocytaire, nombre de cellules épithéliales) Non utilisé pour vérifier le diagnostic Présence
de T. vaginalis
La présence de cellules “clés” Champignons Candida
avec une prédominance de mycélium et de cellules de levure
bourgeonnantes
Étude culturelle N. gonorrhoeae C. trachomatis T. Vaginalis Prédominance
de G. vaginalis
et espèces
anaérobies obligatoires
Croissance des
colonies de Candida dans un titre supérieur à 10 3
UFC/ml
Méthodes de recherche en biologie moléculaire N. gonorrhoeae Mycoplasme génital C. trachomatis T. Vaginalis G. vaginalis

Traitement

Médicaments (substances actives) utilisés dans le traitement
Spectinomycine (Spectinomycine)
Céfixime (Céfixime)
Ceftriaxone (Ceftriaxone)
Érythromycine (érythromycine)

Traitement (ambulatoire)

TACTIQUES DE TRAITEMENT AU NIVEAU AMBULATOIRE [1-3,6,7,8]

  • mode 2 ;
  • tableau numéro 15 (général)
  • éradication de N.gonorrhoeae;
  • disparition des symptômes cliniques de la maladie;
  • prévenir le développement de complications;
  • prévenir l’infection des autres.

Le traitement simultané des partenaires sexuels est obligatoire. L’algorithme de prise en charge des patients atteints de gonorrhée est présenté ci-dessous.

Algorithme de prise en charge des patients atteints d’infection gonococcique :

– L’établissement de la guérison de l’infection gonococcique s’effectue sur la base de la méthode de recherche culturale ou de la méthode d’amplification d’ARN (NASBA) 14 jours après la fin du traitement ;

– basés sur des méthodes d’amplification de l’ADN (PCR, PCR en temps réel) – au plus tôt un mois après la fin du traitement.

Le traitement antibactérien d’un patient atteint d’une infection gonococcique est prescrit après l’établissement du diagnostic, dans certains cas, selon des indications épidémiologiques, jusqu’à l’obtention des résultats des tests de laboratoire avec une confirmation supplémentaire du diagnostic par l’une des méthodes.

Du point de vue de la médecine factuelle, l’enzymothérapie systémique, la thérapie immunomodulatrice et la thérapie avec des médicaments antiseptiques locaux sont inefficaces.

Le médecin doit recommander au patient pendant la période de traitement et de suivi de s’abstenir de tout rapport sexuel ou d’utiliser des méthodes contraceptives de barrière jusqu’à ce qu’une guérison soit établie.

Résistance N. _ Gonorrhées aux antibactériens
D’après les données sur le profil de résistance des gonocoques, il existe une tendance à l’augmentation de la résistance aux pénicillines, aux tétracyclines, aux fluoroquinolones et à l’azithromycine dans le monde [8]. Il existe des preuves de résistance des gonocoques aux céphalosporines, en particulier à leurs formes orales (céfixime) [8].

Régimes de traitement.
Traitement de l’infection gonococcique du tractus génito-urinaire inférieur sans abcès des glandes paraurétrales et annexielles, de la pharyngite gonococcique et de l’infection gonococcique de la région anorectale.

Liste des médicaments essentiels (ayant une probabilité d’utilisation de 100 %) :

Groupe pharmacothérapeutique Médicaments Mode d’application Niveau de preuve / note
Céphalosporines
(agents de première ligne)
Ceftriaxone 500 mg IM une fois (DU – A)
ou
Céfixime 400 mg par voie orale une fois (DU – A)
ou
Aminoglycosides
(agents de deuxième ligne)
Spectinomycine* 2,0 g IM une fois (B) (LE – B) / est utilisé en présence d’une allergie aux antimicrobiens céphalosporines

Traitement de la conjonctivite gonococcique [1-3].

  • ceftriaxone (1000 mg IM) + azithromycine (2,0 g par voie orale) – une fois.
  • ceftriaxone (500 mg IM une fois) + doxycycline (200 mg par voie orale par jour pendant une cure de 10 à 14 jours) [1].
  • ceftriaxone (500 mg IM 1 fois) + doxycycline (200 mg par voie orale par jour pendant une cure de 10-14 jours) + métronidazole (400-500 mg par voie orale 2 fois/jour pendant une cure de 10-14 jours) [1].
  • ceftriaxone 1,0 g par voie intramusculaire ou intraveineuse toutes les 24 heures pendant 10 à 14 jours (LE – C) [1,3] ;
  • céfotaxime 1,0 g par voie intraveineuse toutes les 8 heures pendant 10 à 14 jours (LE – C) [1] ;
  • spectinomycine 2,0 g par voie intramusculaire toutes les 12 heures (LE – C) [1].
  • céfixime 400 mg par voie orale 2 fois/jour pour une durée totale de traitement de 14 jours (LE-C) [1-3].
  • ceftriaxone 500 mg par voie intramusculaire une fois (LE – A) [1,3] ;
  • céfixime 400 mg par voie orale en dose unique (LE : A) [1-3] ;
  • spectinomycine 2,0 g par voie intramusculaire une fois (LE – B) [1].
  • ceftriaxone 125 mg par voie intramusculaire une fois (UD – D) [1-3] ;
  • spectinomycine 40 mg par kg de poids corporel (pas plus de 2,0 g) par voie intramusculaire une fois (LE – D) [1].

Traitement de l’ophtalmie chez les nouveau-nés:
Les nouveau-nés qui n’ont pas subi de prophylaxie de la conjonctivite à la maternité et dont les mères n’ont pas subi d’examen médical pendant la grossesse courent un risque accru de développer un rhéa ophtalmique. Ce groupe comprend également les nouveau-nés dont les mères ont des antécédents d’IST ou de toxicomanie. Un diagnostic préliminaire de conjonctivite gonococcique néonatale, basé sur la détection de diplocoques gram-négatifs intracellulaires déchargés de la conjonctive dans les frottis, est à la base de la nomination d’un traitement empirique. L’opportunité d’un traitement empirique doit être confirmée par l’isolement obligatoire ultérieur de N. Gonorrhoeae à partir du matériel clinique pertinent avec la détermination de la sensibilité des souches isolées de N. Gonorrhoeae à l’AMP. En même temps, ces nouveau-nés doivent être testés pour C. trachomatis. Un traitement préventif de la gonorrhée peut être recommandé chez les nouveau-nés à haut risque et chez les nouveau-nés atteints de conjonctivite qui ne détectent pas les gonocoques dans les écouvillons conjonctivaux.

Infection gonococcique

L’infection gonococcique est une maladie infectieuse humaine causée par des gonocoques (Neisseria gonorrhoeae) – diplocoques à Gram négatif, qui sont des bactéries pyogènes immobiles en forme de haricot qui ne forment pas de spores /1,2/.

A54.0 Infection gonococcique du bas appareil urinaire sans abcès des glandes périurétrales ou accessoires (cervicite, cystite, urétrite, vulvovaginite).

A54.1 Infection gonococcique du tractus génito-urinaire inférieur avec formation d’abcès des glandes périurétrales ou annexielles.

A54.2 Pelviopéritonite gonococcique et autres infections gonococciques des organes urogénitaux (maladie inflammatoire pelvienne – MIP chez la femme, épididymite, orchite, prostatite).

A54.4 Infection gonococcique de l’appareil locomoteur (arthrite, bursite, ostéomyélite, synovite, ténosynovite).

A54.8 Autres infections gonococciques (abcès cérébral, endocardite, méningite, myocardite, péricardite, péritonite, pneumonie, septicémie, lésions cutanées).

A 54.9 Gonorrhée, sans précision

Utilisateurs du protocole : dermatovénéréologues, gynécologues, urologues, médecins généralistes, pédiatres, thérapeutes.

Automatisation des cliniques : rapide et peu coûteuse !

— Connecté 300 cliniques de 4 pays

— 800 RUB / 4500 KZT / 27 BYN — 1 lieu de travail par mois

Automatisation des cliniques : rapide et peu coûteuse !

  • 300 cliniques de 4 pays connectées
  • 1ère place — 800 RUB / 4500 KZT / 27 BYN par mois

Je suis intéressé! Entrez en contact avec moi

Classification

Diagnostique

II. MÉTHODES, APPROCHES ET PROCÉDURES DE DIAGNOSTIC ET DE TRAITEMENT

– Examen clinique général du frottis urogénital (bleu de méthylène et/ou coloration de Gram) pour les autres IST (avant traitement et après traitement 2 fois) ;

– Étude bactériologique du matériel biologique pour Neisseria gonorrhoeae par méthode manuelle (isolement de culture pure) (avant le début de la thérapie et après le traitement 2 fois) ;

– Examen bactériologique du matériel biologique pour Neisseria gonorrhée sur l’analyseur (avant le début du traitement et après le traitement 2 fois);

La liste minimale des examens à réaliser en cas d’hospitalisation programmée : l’hospitalisation n’est pas réalisée.

Examens diagnostiques de base (obligatoires) réalisés au niveau hospitalier : aucune hospitalisation n’est pratiquée.

Examens diagnostiques complémentaires réalisés au niveau hospitalier : aucune hospitalisation n’est pratiquée.

Mesures diagnostiques prises au stade des soins d’urgence: non réalisées.

Douleur en urinant (dyspareunie), douleur lors des rapports sexuels (dysurie);

– saignements utérins anormaux ;
Plus de 50% des femmes atteintes de lésions du bas appareil urinaire ont une infection asymptomatique.

– miction fréquente et envie urgente d’uriner (avec propagation proximale du processus inflammatoire);

Douleur en urinant (dyspareunie), douleur lors des rapports sexuels (dysurie);

Chez les femmes et les hommes atteints d’infection disséminée, des symptômes d’intoxication générale sont observés : fièvre ; faiblesse générale et fatigue; éruption pétéchiale (pustuleuse) sur la peau; arthralgie asymétrique et tendosynovite. Très rarement, une méningite ou une endocardite est observée.

Plus de 85% des deux sexes ont une évolution asymptomatique de la proctite, de la pharyngite – dans plus de 90%.

– hyperémie et gonflement de la membrane muqueuse de l’ouverture externe de l’urètre, infiltration des parois de l’urètre, écoulement urétral muqueux ou mucopurulent ;

– hyperémie de la membrane muqueuse de la vulve, du vagin; écoulement mucopurulent dans les culs-de-sac postérieur et latéral du vagin et du canal cervical.

Les enfants se caractérisent par un tableau clinique prononcé et des lésions multifocales. Les nourrissons nés de mères infectées peuvent être infectés et développer une conjonctivite.

– le temps écoulé depuis le moment du contact sexuel (de 1 jour à 1 mois (en moyenne, 2-7 jours) avec la source présumée d’infection

Chez les femmes, les organes génitaux externes (lèvres, clitoris), la membrane muqueuse du vagin et du col de l’utérus, la cavité utérine, les ovaires, les trompes de Fallope sont touchés;

Chez les hommes, l’urètre, la vessie, la prostate, les testicules, la peau du pénis, le prépuce interne et externe, le scrotum, le pubis, le périnée sont touchés ;

Chez les deux sexes, la gonorrhée infecte les amygdales, la muqueuse buccale, l’anus et le rectum.

– hyperémie et gonflement de la membrane muqueuse de l’ouverture externe de l’urètre, infiltration des parois de l’urètre, écoulement urétral mucopurulent ou purulent ;

– hyperémie et gonflement de la membrane muqueuse de la vulve, du vagin, écoulement mucopurulent ou purulent dans le fornix postérieur et latéral du vagin ;

– ulcères endocervicaux, friabilité et gonflement du col de l’utérus, écoulement mucopurulent ou purulent du canal cervical;

– hyperémie et gonflement de la membrane muqueuse de l’ouverture externe de l’urètre, infiltration des parois de l’urètre ;

– Hypertrophie et sensibilité de la prostate à la palpation.

– Examen clinique général du frottis urogénital (coloration au bleu de méthylène et/ou de Gram) : détection de Neisseria gonorrhea dans le matériel biologique ;

– Etude bactériologique du matériel biologique pour Neisseria gonorrhoeae par méthode manuelle (isolement de culture pure) : détection de Neisseria gonorrhoeae dans le matériel biologique ;

– Examen bactériologique du matériel biologique à la recherche de Neisseria gonorrhée sur l’analyseur : détection de Neisseria gonorrhée dans le matériel biologique ;

– Détermination du gonocoque dans le matériel biologique dans la réaction d’immunofluorescence : détection d’antigène et d’anticorps anti-Neisseria gonorrhée.

– Cystouréthroscopie : détection d’une réaction inflammatoire de la muqueuse urétrale – érosion, ulcères, infiltration, rétrécissements ;

– Consultation d’un néonatologiste, pédiatre – afin de préciser l’étendue et la nature de l’examen complémentaire ;

Diagnostic différentiel

Le diagnostic différentiel est réalisé avec d’autres infections urogénitales spécifiques causées par des microorganismes pathogènes (C. trachomatis, T. vaginalis, M. genitallium) et opportunistes (champignons du genre Candida, microorganismes associés à la vaginose bactérienne) et des virus (virus de l’herpès simplex).

Traitement

Tableau 4. Traitement antibactérien de l’urétrite gonococcique, de l’endocervicite, de la proctite, de la pharyngite, de la conjonctivite (adultes et enfants pesant > 45 kg) [6,7,8,9,10,11,12] :

La tactique recommandée et généralement acceptée pour le traitement de la gonorrhée non compliquée du système génito-urinaire inférieur est la nomination d’antimicrobiens directement lors de la première visite du patient chez le médecin. Dans ce cas, les principaux schémas thérapeutiques (de choix) sont utilisés, prévoyant une utilisation unique d’un antibiotique. La ceftriaxone en une seule dose intramusculaire de 250 mg fournit une concentration bactéricide élevée et persistante dans le sang. La ceftriaxone est un médicament efficace et sûr pour le traitement de la gonorrhée non compliquée de toute localisation (99,2% d’efficacité dans le traitement de l’urétrite et de la proctite non compliquées; 98,9% dans le traitement de la pharyngite) [13,14].

L’antibiothérapie systémique peut être associée à un rinçage de l’œil atteint avec une solution saline stérile [15].

– Céfixime (comprimés 200, 400 mg) ;  Spectinomycine (poudre pour la préparation d’une suspension pour injection intramusculaire 2000 mg : flacon dans un set avec un solvant) ;
– Céfotaxime (poudre pour la préparation de solution pour injection intraveineuse et intramusculaire de 500 et 1000 mg en flacon).

Liste des médicaments supplémentaires (moins de 100 % de probabilité d’utilisation) : aucun.

Traitement de l’infection concomitante à Chlamydia chez les patients atteints de gonorrhée Les patients infectés par la gonorrhée sont souvent infectés par C. trachomatis. En cas de confirmation en laboratoire de C. trachomatis comme co-infection, la nomination de l’azithromycine dans le traitement de la gonorrhée non compliquée en association avec la chlamydia non compliquée est justifiée. Cependant, il est toujours préférable de prescrire la ceftriaxone et un antibiotique du groupe des macrolides (médicaments de choix) ou la doxycycline à des doses appropriées [16,17,18].

L’infection gonococcique chez les enfants est extrêmement rare. La cause la plus fréquente de son développement chez les enfants, principalement à l’âge prépubère et pubertaire, est l’abus sexuel.

La manifestation clinique la plus courante de N. gonorrhoeae chez les préadolescentes est la vaginite. La maladie inflammatoire pelvienne causée par N. gonorrhoeae est beaucoup moins fréquente chez les enfants que chez les adultes. Chez les enfants victimes d’abus sexuels, la rectite et la pharyngite gonococciques sont des formes courantes d’infection et sont souvent asymptomatiques.

Comme indiqué précédemment, pour le traitement de la gonorrhée chez les enfants pesant plus de 45 kg, les schémas thérapeutiques principaux et alternatifs recommandés pour le traitement de la gonorrhée chez l’adulte doivent être utilisés. Pour le traitement de la vulvovaginite gonococcique non compliquée, de l’endocervicite, de l’urétrite, de la pharyngite et de la proctite chez les enfants pesant moins de 45 kg, le schéma de choix principal est utilisé:

En cas d’intolérance aux antibiotiques céphalosporines, un antibiotique alternatif peut être utilisé :

Dans le même temps, ce schéma peut ne pas être suffisamment efficace dans le traitement de la pharyngite gonococcique.

La ceftriaxone est l’antibiotique de choix pour le traitement de toute forme de gonorrhée chez les enfants. Un autre antibiotique céphalosporine de troisième génération, le céfotaxime, ne peut être utilisé que pour traiter la conjonctivite gonococcique.

Tous les enfants doivent subir un dépistage de la syphilis et de l’infection à chlamydia.

L’infection néonatale à N. gonorrhoeae survient lorsqu’un nouveau-né entre en contact avec un exsudat purulent du col de l’utérus lors de son passage dans le canal génital. Le plus souvent, la maladie est aiguë et se manifeste par des symptômes cliniques dès 2 à 5 jours après la naissance.

La prévalence de la gonorrhée chez les nouveau-nés est en corrélation avec la prévalence de la gonorrhée chez les femmes enceintes, la mesure dans laquelle elles sont dépistées pour l’infection.

Les manifestations les plus graves de l’infection gonococcique chez les nouveau-nés sont l’ophtalmoblennorrhée et la septicémie, y compris des complications telles que l’arthrite et la méningite. D’autres formes moins graves de gonorrhée chez les nouveau-nés comprennent la vaginite, l’urétrite et la rhinite.

Malgré la rareté de la conjonctivite gonococcique chez les nouveau-nés, son traitement rapide est une tâche particulièrement urgente, car cette maladie peut entraîner une perforation cornéenne et, finalement, une perte complète de la vision.

Les nouveau-nés qui n’ont pas subi de prophylaxie de la conjonctivite à la maternité et dont les mères n’ont pas subi d’examen médical pendant la grossesse courent un risque accru de développer un rhéa ophtalmique. Ce groupe comprend également les nouveau-nés dont les mères ont des antécédents d’IST ou de toxicomanie.

Un diagnostic préliminaire de conjonctivite gonococcique néonatale, basé sur la détection de diplocoques gram-négatifs intracellulaires déchargés de la conjonctive dans les frottis, est à la base de la nomination d’un traitement empirique. L’opportunité d’un traitement empirique doit être confirmée par l’isolement obligatoire ultérieur de N. Gonorrhoeae à partir du matériel clinique pertinent avec la détermination de la sensibilité des souches isolées de N. Gonorrhoeae à l’AMP. En même temps, ces nouveau-nés doivent être testés pour C. trachomatis.

Un traitement préventif de la gonorrhée peut être recommandé chez les nouveau-nés à haut risque et chez les nouveau-nés atteints de conjonctivite qui ne détectent pas les gonocoques dans les écouvillons conjonctivaux.

– Ceftriaxone par voie intramusculaire ou intraveineuse à raison de 25 à 50 mg/kg de poids corporel une fois. La dose maximale du médicament est de 125 mg.

La réalisation d’un traitement systémique par la ceftriaxone chez les nouveau-nés atteints de conjonctivite gonococcique ne nécessite pas l’utilisation simultanée d’un antibiotique topique, et la nomination de seules formes locales d’AMP est inefficace.

En l’absence d’amélioration clinique, des tests de laboratoire pour la co-infection à C. trachomatis doivent être effectués à la fois chez le nouveau-né et chez la mère. Les mères de nouveau-nés atteints de gonorrhée, ainsi que leurs partenaires sexuels, doivent être examinés et, si nécessaire, traités conformément aux recommandations pour le traitement de la gonorrhée chez l’adulte.

Les nouveau-nés en l’absence de symptômes d’infection gonococcique, nés de mères atteintes de gonorrhée et ne recevant pas de traitement spécifique, doivent recevoir un traitement préventif.

– Ceftriaxone par voie intramusculaire ou intraveineuse à raison de 25 à 50 mg/kg de poids corporel une fois. La dose maximale du médicament est de 125 mg.

Une surveillance supplémentaire des nouveau-nés ayant reçu un traitement préventif n’est pas nécessaire. La mère et le nouveau-né doivent être testés pour C. trachomatis.

Les mères de nouveau-nés, les patients atteints de gonorrhée et leurs partenaires sexuels doivent être évalués et, si nécessaire, traités conformément aux recommandations pour le traitement de la gonorrhée chez l’adulte.

La méthode optimale pour prévenir les infections causées par C. trachomatis et N. Gonorrhoeae chez les nouveau-nés est leur détection et leur traitement en temps opportun chez les femmes enceintes. Les nouveau-nés nés de mères non examinées pour la gonorrhée pendant la grossesse reçoivent des mesures préventives, y compris le traitement des foyers.

Chacun des schémas prophylactiques recommandés peut prévenir le développement de la conjonctivite gonococcique néonatale. Mesures préventives recommandées :

Les deux yeux du nouveau-né doivent être traités immédiatement après l’accouchement. Si la prophylaxie n’a pas été effectuée dans la salle d’accouchement, elle doit être effectuée à l’avenir le plus tôt possible. Parallèlement, la prévention de la conjonctivite est réalisée à la fois pour les enfants nés naturellement et pour les enfants nés par césarienne. Le plus préféré est l’utilisation de pipettes ou d’ampoules jetables.

Autres traitements : non.

Intervention chirurgicale : non pratiquée.

– Propagande préventive de masse, prévoyant le concept de prévention personnelle et publique des IST à travers les médias, les mémos et les programmes multimédias ;

– Consultations individuelles et conversations préventives avec les parents et les lycéens sur les relations interpersonnelles, une information complète sur les relations sexuelles, les conséquences d’une activité sexuelle précoce, une grossesse non désirée, l’explication des règles du safe sex (utilisation du préservatif) ;

– Dans les salles d’accueil des dermatovénéréologues, des obstétriciens-gynécologues, des urologues, des salles d’examen préventif des entreprises, des établissements d’enseignement, des consultations sur les moyens de prévenir ou de réduire le risque d’infection par une infection gonococcique et d’autres IST;

— Formation de bénévoles, d’étudiants d’établissements d’enseignement pour mener des conversations sur les comportements sécuritaires et diffusion d’information et de littérature éducative sur la prévention des ITS [1].

– lors de la confirmation de la régression des symptômes cliniques et des résultats de laboratoire négatifs, désinscription.

Blennorragie. Description de la maladie.

La gonorrhée (de l’autre grec γόνος « liquide séminal » et ῥέω « flux » ; le nom populaire est « clapet ») est une maladie infectieuse sexuellement transmissible.

La gonorrhée est une maladie sexuellement transmissible et est l’une des infections sexuellement transmissibles les plus courantes. Environ 80% des patients sont des personnes sexuellement actives d’âge jeune et moyen.

L’agent causal de cette maladie est un microorganisme pathogène – le gonocoque . Les gonocoques sont des bactéries gram-négatives qui ne forment pas de spores. Le nom latin est Neisseria gonorrhoeae, du nom du dermatovénéréologue allemand Albert Neisser, qui en est devenu le découvreur en 1879.

Épidémiologie de la gonorrhée

La gonorrhée est une maladie hautement contagieuse qui touche les personnes de tout âge, sexe, race et statut social. Selon les statistiques officielles de l’OMS, plus de deux cents millions de personnes atteintes de gonorrhée sont actuellement enregistrées dans le monde. Dans le même temps, les chiffres réels, selon les experts, sont beaucoup plus élevés.

La diffusion omniprésente de la gonorrhée s’explique à la fois par l’augmentation de la résistance des gonocoques aux médicaments (du fait de leur prise incontrôlée) et par des facteurs sociaux. Parmi eux figurent les changements démographiques de la population humaine, une augmentation du nombre de contacts sexuels occasionnels, la prostitution, l’homosexualité.

La conséquence de ces phénomènes est également devenue des cas de plus en plus fréquents de détection d’ infections génitales mixtes , parmi lesquelles la gonorrhée. Dans ces cas, les manifestations cliniques de la maladie, le moment de l’incubation, le développement de complications, etc., peuvent changer.

Modes d’infection et manifestations de la gonorrhée

Dans la plupart des cas, l’infection survient lors de rapports sexuels dans le vagin ou le rectum, mais la transmission de l’infection lors de caresses intimes orales est également possible. Pratiquement il n’y a pas d’infection domestique par la gonorrhée, tk. le gonocoque est instable dans l’environnement extérieur et meurt généralement rapidement en dehors du corps humain.

La gonorrhée se caractérise par des lésions des muqueuses des organes urinaires. Tout d’abord, les gonocoques affectent la membrane muqueuse du tractus urogénital (urètre, canal cervical). La résistance des muqueuses à l’agent causal de la gonorrhée est extrêmement faible.

Chez l’homme, la gonorrhée se manifeste par des symptômes caractéristiques. Les gonocoques, pénétrant sur les muqueuses sensibles à cette infection, provoquent une réaction inflammatoire accompagnée d’un écoulement purulent. Chez les femmes, la gonorrhée est souvent asymptomatique, à la suite de quoi la maladie peut être détectée tardivement, entraînant des complications.

Avec les complications de la gonorrhée, une personne peut souffrir de lésions de l’urètre, de la prostate, du col de l’utérus, du rectum, des yeux et de la cavité buccale.

Si une femme enceinte est atteinte de la maladie, l’infection peut également être transmise au fœtus lorsqu’elle passe par le canal génital pendant l’accouchement, développant une conjonctivite gonococcique, une rhinite, une urétrite, une vaginite, une vulvovaginite, une septicémie, une méningite, etc.

Classement de la gonorrhée

La gonorrhée est classée en fonction de la durée de la maladie et de la gravité des symptômes, ainsi que de la localisation et de la gravité de l’évolution.

Forme fraîche de gonorrhée – la maladie dure jusqu’à 2 mois à partir du moment de l’infection. Cliniquement, l’évolution de la gonorrhée fraîche dépend de l’intensité de la réaction du corps à l’introduction de l’agent infectieux. La forme fraîche est divisée en aiguë, subaiguë et torpide (asymptomatique).

La forme chronique de la gonorrhée est une maladie lente qui dure plus de 2 mois ou dont la durée n’est pas établie.

De plus, tenez compte de la localisation de la gonorrhée dans certains organes, de la présence d’abcès et de complications graves. Selon l’endroit où le processus pathologique est localisé, la gonorrhée est divisée en génitale, extragénitale et disséminée (qui est une complication des deux premières). Selon la gravité de l’évolution, on distingue la gonorrhée simple et compliquée .

En outre, il existe une gonorrhée latente – il s’agit du portage gonococcique, dans lequel, en raison de l’imperfection des méthodes de diagnostic en laboratoire, il n’est pas possible d’identifier les agents pathogènes. Avec la gonorrhée latente, les patients ne révèlent aucun symptôme clinique de la maladie ou des gonocoques. Ces patients peuvent être des sources d’infection parce que. ils ne connaissent pas leur maladie et ne sont pas traités.

La gonorrhée est importante à traiter

La gonorrhée est importante à traiter! Malgré le fait que cette maladie ne nécessite pas d’hospitalisation et, avec un traitement adéquat, ne constitue pas une menace pour la vie du patient, elle constitue un danger pour les autres. Les personnes qui ont la gonorrhée et qui n’ont pas été traitées depuis longtemps sont porteuses de cette infection.

Récemment, la situation de la gonorrhée a été maîtrisée, ce qui permet de lutter plus efficacement contre la maladie.

En Fédération de Russie, un patient atteint de gonorrhée est inscrit dans un dispensaire dermatovénérologique pour la durée du traitement et du suivi. Dans le même temps, le patient lui-même a le droit de choisir un médecin. Le patient peut être examiné dans n’importe quel établissement médical public ou privé. Après le traitement, il est nécessaire de contrôler la cure pendant au moins 1 mois. Si la régression des symptômes cliniques est confirmée et que les résultats des tests de laboratoire sont négatifs, alors la désinscription est effectuée.

Vous pouvez déterminer la présence et décider du traitement de cette maladie dans notre centre médical en 20 minutes, car les diagnostics sont effectués par des systèmes de test de dernière génération. Votre contact avec notre centre est totalement anonyme . Vous pouvez obtenir la première consultation d’un spécialiste en contactant le BUREAU N°5.

De plus, vous pouvez obtenir des conseils et des réponses aux questions aux numéros de téléphone indiqués ou à l’adresse e-mail de notre centre médical. Nous sommes toujours heureux d’aider nos patients à résoudre n’importe quel problème, quelle que soit sa complexité !

gonorrhée neisseria

Centre d’Urologie, Gynécologie et Reproductologie Dr. AkNer : schémas thérapeutiques efficaces pour la gonorrhée chez les hommes. Thérapie des formes aiguës et chroniques, les meilleurs médicaments.

Comment traiter la gonorrhée chez les hommes et pourquoi il est dangereux de se soigner soi-même

Neisseria gonorrhea est le nom de la bactérie qui cause la gonorrhée, ou infection gonococcique, chez l’homme. Elle est moins fréquente chez les hommes que chez les femmes car ils ont un urètre plus long, mais elle est tout aussi grave et peut entraîner de graves conséquences. Par conséquent, le traitement de la gonorrhée chez l’homme doit être effectué à temps, sinon la maladie se transformera en une forme chronique, dangereuse pour ses complications, jusqu’à l’infertilité.

Causes de la maladie

La période d’incubation de la gonorrhée chez l’homme peut aller d’un jour à plusieurs semaines. Le plus souvent, la maladie se manifeste 4 à 7 jours après l’infection. Les analyses durant cette période ne permettent pas encore de détecter la bactérie, mais la personne devient déjà dangereuse pour le partenaire. Les maladies antérieures ne confèrent pas d’immunité. Cela signifie qu’après la guérison, vous pouvez être à nouveau infecté.

Si l’on considère comment la gonorrhée est transmise à un homme, il convient de noter que dans 99% des cas, il s’agit d’un contact sexuel. Le risque d’infection dans le ménage n’est que de 1 %, puisque la bactérie Neisseria gonorrhée meurt dans l’environnement. Les hommes par contact sexuel avec une femme atteinte de gonorrhée ne sont pas toujours infectés – dans 30 à 40% des cas. Cela est dû au canal urétral étroit dans lequel les bactéries peuvent être lavées avec l’urine.

Quels sont les symptômes

La gonorrhée se manifeste différemment chez les partenaires. Les symptômes de la gonorrhée chez les hommes surviennent assez tôt et sont douloureux. La maladie provoque des signes de prostatite, d’urétrite, de vésiculite et d’épididymite. Comment la gonorrhée survient-elle chez les hommes?

  • il y a une sensation de brûlure et une douleur en urinant;
  • envie accrue d’uriner;
  • un écoulement purulent ou purulent-séreux de l’urètre apparaît;
  • du sang apparaît dans l’urine;
  • il y a de la douleur et de l’inconfort dans les testicules;
  • il y a de la douleur pendant les rapports sexuels et l’éjaculation;
  • ganglions inguinaux et prépuce enflammés;
  • il y a de la douleur dans l’anus;
  • le scrotum s’épaissit et grossit.

Il existe des cas d’évolution asymptomatique (environ 20%), lorsqu’un homme ne présente aucun symptôme. Cette forme est particulièrement dangereuse car c’est le moyen le plus facile pour les infections de passer inaperçues et de se propager dans tout le corps. Il augmente également le risque d’infection du partenaire et d’infertilité.

Autres conséquences de la gonorrhée chez les hommes :

  • arthrite gonococcique (lésions articulaires);
  • la propagation de l’infection par la circulation sanguine dans tout le corps;
  • septicémie gonococcique;
  • hématurie terminale;
  • prostatite;
  • infertilité et impuissance;
  • rétrécissement de l’urètre;
  • orchiépididymite;
  • érections douloureuses fréquentes.

Dans la plupart des cas, les complications surviennent dans le contexte de la gonorrhée chronique, qui s’explique par l’évolution latente de l’inflammation. L’infertilité et l’ajout d’autres infections sont considérées comme des conséquences dangereuses: uréeplasmose, candidose, chlamydia.

Variétés et stades

Selon la durée de l’évolution de la maladie, la gonorrhée fraîche et chronique est isolée. Fresh est diagnostiqué si les premiers symptômes sont apparus au cours des deux derniers mois. La maladie se manifeste très vivement, se développe sous une forme aiguë, mais peut également évoluer sous une forme subaiguë, lorsque des symptômes sont observés au cours des deux dernières semaines. Existe toujours:

  • forme asymptomatique, lorsqu’il n’y a pas de symptômes, mais que la maladie est présente;
  • portage gonococcique, dans lequel l’agent pathogène est présent dans le corps.

La gonorrhée chronique chez l’homme est diagnostiquée lorsque les symptômes persistent pendant plus de 2 mois après l’infection. Il se manifeste sous la forme d’un processus inflammatoire lent sans signes clairs. L’évolution chronique et asymptomatique est souvent associée à l’utilisation d’antibiotiques, qui sont inefficaces contre l’infection.

Comment est-il diagnostiqué

Quels tests de gonorrhée sont prescrits pour un homme:

  • PCR. Une étude très sensible, au cours de laquelle l’ADN de l’agent pathogène est détecté dans le matériel prélevé. La méthode permet de détecter la maladie à n’importe quel stade.
  • Analyse bactériologique. Pour le mener, un homme prélève un frottis de la muqueuse urétrale. Ensuite, il est conservé dans un milieu nutritif pour faire pousser des bactéries et déterminer leur type, ainsi que pour identifier la sensibilité aux médicaments antibactériens.

Le diagnostic est effectué avant le début du traitement de la gonorrhée, puis 7 à 10 jours après le traitement. Encore une fois, une étude sérologique est prescrite après 3-6-9 mois.

Méthodes de traitement efficaces

Comment traiter la gonorrhée chez les hommes est déterminé sur la base des résultats des tests de sensibilité des bactéries aux antibiotiques. Les médicaments antibactériens sont la principale méthode de traitement. Afficher la plus grande efficacité :

  • la ceftriaxone,
  • Azithromycine,
  • Céfixime,
  • ofloxacine,
  • Spectinomycine,
  • Ciprofloxacine.

Dans le traitement de la gonorrhée chez l’homme, les médicaments peuvent être remplacés si le remède choisi ne donne pas les résultats souhaités. Dans ce cas, le traitement est ajusté en tenant compte également de la résistance de certaines souches de gonocoques aux pénicillines. La kanamycine, l’amoxicilline et la céfozidime sont utilisées comme schémas thérapeutiques alternatifs pour la gonorrhée chez les hommes. Avec un homme, son partenaire sexuel devrait suivre une thérapie.

Étant donné que la gonorrhée est dangereuse pour la santé et peut entraîner de graves complications, l’automédication est inacceptable ici. Dès l’apparition des premiers signes, il est important de consulter immédiatement un médecin. Cela est également dû au fait que la maladie peut être facilement confondue avec d’autres infections similaires. Par conséquent, nous vous recommandons de consulter immédiatement un urologue.

A la clinique Dr. AkNer a toutes les conditions nécessaires pour un diagnostic précis et un traitement approprié de la gonorrhée. Nous vous invitons à un rendez-vous avec un spécialiste. Pour un rendez-vous, appelez-nous au 8 (495) 098-03-03, 8 (926) 497-44-44 ou écrivez dans le formulaire en ligne, où vous pouvez également poser n’importe quelle question.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.