rêver

Immunité après la grippe

D’année en année, les gens sont exposés à la grippe et à d’autres infections. S’il n’y a pas d’immunité, vous pouvez tomber malade 2 voire 3 fois par saison. Cela est dû au fait que les agents pathogènes mutent constamment, leur nouveau sérotype est détecté chaque année, par rapport auquel le vaccin antérieur est inefficace. Par conséquent, il est impossible de dire exactement combien de temps dure l’immunité après la grippe.

Contents

Jugements paradoxaux sur l’immunité dans la grippe

Toute maladie infectieuse, y compris la grippe, contribue au développement de l’immunité. Cette réponse défensive est fragile car les gens attrapent la grippe plusieurs fois au cours de leur vie.

Cependant, les études menées sur des animaux de laboratoire sont controversées. Sur la base des données expérimentales, il est possible de juger de l’immunité développée de manière persistante après une infection par contact ou par vaccination. Chez les animaux après la maladie, une réponse immunitaire à long terme à la réinfection se forme.

Selon les expériences, l’immunité des animaux est bien meilleure si l’infection se produit par les voies nasales. Ce phénomène confirme la présence d’une immunité locale et générale.

Cependant, toutes les expériences ne peuvent pas être transférées à l’homme. Étant donné que l’espérance de vie entre les organismes varie considérablement, ce qui est important dans la formation d’une sensibilité élevée aux maladies virales.

Après avoir révélé la mutagénicité de l’agent pathogène, la présence d’une réinfection est devenue évidente. La maladie se manifeste non pas en raison d’une faible immunité au virus, mais en raison de la variabilité de sa structure génétique.

Ce fait est confirmé par l’épidémie qui a éclaté au milieu du siècle dernier. Initialement, il y avait un sérotype de l’agent pathogène, après 20 ans, un nouveau est apparu. Et seulement après le redéveloppement de la maladie causée par la première variante du virus, un plus grand nombre de personnes infectées étaient des jeunes de moins de 20 ans qui n’ont pas capturé la première vague. Les personnes âgées n’ont pas été infectées ou n’ont pas souffert d’une pathologie bénigne. Cela confirme le fait que l’immunité après la grippe existe, mais elle n’est pas longue et a une portée étroite.

Combien de temps dure l’immunité après la grippe

Il n’y a aucune garantie totale de réinfection par une maladie virale. Parce que l’immunité n’est pas produite à vie. On pense que la réponse protectrice maximale à l’infection peut durer jusqu’à 3-4 ans. Mais rarement, il dépasse 1 an, car les cellules de l’agent pathogène subissent souvent une variabilité mutationnelle.

Immunité après la grippe

La grippe est la forme la plus dangereuse et contagieuse des maladies virales qui touche les adultes et les enfants.

Il se propage principalement par voie aérienne. La principale source de pathologie est une personne malade.

L’étonnante propriété de la crème sure, que peu de gens connaissent – médias
À qui les raisins sont nocifs: le médecin a averti
Les climatologues ont montré une carte où ce sera le plus dangereux sur Terre
Vladimir Mineev a nommé le prochain adversaire: qui est-il

La maladie se caractérise par un tableau clinique prononcé, souvent une évolution sévère avec un risque élevé de complications. Par conséquent, il est important de commencer les mesures de traitement le plus tôt possible. La thérapie doit être effectuée jusqu’à l’élimination complète des cellules virales du corps humain.

La période d’incubation de la pathologie étant courte, les symptômes apparaissent soudainement, la maladie progresse rapidement. Cela entraîne des conséquences néfastes. Les formes graves de pathologie se caractérisent par une violation de la fonction de systèmes importants, il y a un préjudice important pour la santé.

Avec une visite opportune chez le médecin, les symptômes peuvent être arrêtés et la cause même de la maladie peut être influencée. Dans ce cas, une récupération est observée, une immunité se forme spécifiquement contre ce type de virus. Lorsqu’il mute, l’immunité existante n’est pas active.

Immunité après vaccination

Pour protéger la population de diverses infections virales, les services pharmaceutiques et les laboratoires doivent chaque année créer de nouvelles formes de médicaments. Étant donné que les cellules virales sont régulièrement soumises à des processus mutagènes.

Cette immunité acquise sera active 3 semaines après l’administration et continuera à protéger l’organisme pendant un an contre un type spécifique d’agent pathogène. Par conséquent, il est recommandé de vacciner à la mi ou au début de novembre afin d’être prêt pour une attaque de l’agent pathogène pendant la saison grippale.

Cependant, le médicament ne peut pleinement garantir l’absence d’infection. En cas d’infection, dans le contexte de la vaccination, le tableau clinique sera atténué, la maladie passera rapidement et sans complications.

Facteurs de durée d’immunité

La durée de la réponse immunitaire à l’exposition à l’agent pathogène de la grippe dépend d’un certain nombre de facteurs :

résistance individuelle. Elle est déterminée par l’âge, le mode de vie, les antécédents médicaux, le contexte hormonal et psycho-émotionnel.

Niveau de sensibilité à la grippe. Cela dépend entièrement de l’immunité collective, de la nature de la maladie grippale. On remarque, après l’épidémie, que la réponse immunitaire collective est la plus forte. Une immunité particulièrement à long terme est enregistrée contre les virus B, C. Une faible sensibilité de l’organisme au virus A est notée, ce qui s’explique par sa mutagénicité fréquente.

Vaccination

Pour atténuer l’évolution de la maladie ou la prévenir, les gens sont vaccinés. C’est une cellule inactive de l’agent pathogène, contre laquelle le corps synthétise des anticorps.

En plus du vaccin, il existe d’autres méthodes pour augmenter les forces de protection.

Il existe une liste spéciale de personnes à qui cette méthode est extrêmement indiquée, ce sont :

Personnel de la maternelle.

Les personnes atteintes de maladies chroniques et à faible immunité.

L’introduction du médicament avec des cellules virales affaiblies est réalisée localement ou par voie parentérale.

Tous les documents présentés sur le site sont uniquement à des fins éducatives et ne sont pas destinés à des conseils médicaux, à un diagnostic ou à un traitement. L’administration du site, les éditeurs et les auteurs d’articles ne sont pas responsables des conséquences et des pertes pouvant survenir lors de l’utilisation du matériel du site.

Amygdalite chronique

L’amygdalite chronique est une maladie des amygdales palatines, qui se caractérise par la présence d’exacerbations et de périodes de rémission, dont la durée dépend largement de l’état du système immunitaire du patient, ainsi que de l’adéquation du traitement. Les symptômes de l’amygdalite chronique sont flous et les patients ne peuvent donc pas diagnostiquer eux-mêmes la présence de cette maladie. Si vous ressentez la moindre gêne au niveau de la gorge, c’est l’occasion de consulter immédiatement un médecin pour obtenir des conseils. Un traitement conservateur opportun aidera à éviter la chirurgie et de nombreuses complications systémiques.

Description et symptômes de l’amygdalite chronique

L’amygdalite chronique occupe une place de choix parmi les maladies inflammatoires de la gorge. Les maladies de la gorge réduisent la qualité de vie et entraînent des complications. L’inflammation chronique des amygdales palatines est souvent observée chez les enfants à partir de 3 ans et chez les jeunes.

Types d’amygdalite

  1. L’amygdalite aiguë (amygdalite) est une maladie infectieuse avec des manifestations locales d’inflammation aiguë des composants de l’anneau pharyngé lymphatique, le plus souvent des amygdales palatines, qui est causée par des streptocoques ou des staphylocoques, moins souvent par d’autres micro-organismes.
  2. L’amygdalite chronique est une inflammation à long terme des amygdales pharyngées et palatines. Il se développe après avoir souffert d’un mal de gorge et d’autres maladies infectieuses accompagnées d’une inflammation de la muqueuse du pharynx (scarlatine, rougeole, diphtérie), ou sans maladie aiguë antérieure.

Il y a deux étapes. Étapes compensées et décompensées :

  1. Le stade compensé est un foyer dormant d’infection. Il n’y a ni réaction visible de tout le corps, ni amygdalite à répétition. La fonction barrière des amygdales et la réactivité de l’organisme ne sont pas perturbées. Les bords des arcs palatins s’épaississent, des adhérences cicatricielles apparaissent entre les amygdales, des bouchons se forment dans les lacunes des amygdales, un écoulement liquide purulent se forme, les ganglions lymphatiques sous-maxillaires et cervicaux augmentent. L’un des problèmes de la forme compensée de l’amygdalite est la mauvaise haleine résultant de la formation de bouchons dans les interstices.
  2. Avec la décompensation, les maux de gorge fréquents sont préoccupants, les complications de l’amygdalite sous forme d’abcès, les maladies inflammatoires de l’oreille et des sinus, ainsi que les lésions d’autres organes (cœur, reins) sont souvent notées. L’exacerbation de l’amygdalite chronique est également appelée angine de poitrine.

Symptômes de l’amygdalite chronique

  • inconfort et douleur lors de la déglutition, surtout le matin;
  • sécheresse, mal de gorge; sensation de corps étranger dans la gorge
  • toux;
  • mauvaise haleine;
  • augmentation de la fatigue, de la faiblesse et de la transpiration;
  • diminution de la capacité de travail;
  • température subfébrile 37,2-37,5°C
  • aggravation du sommeil;
  • perte d’appétit;
  • douleur dans les ganglions lymphatiques cervicaux.

Causes pouvant entraîner une amygdalite chronique

Les facteurs suivants ont une influence particulièrement forte sur le calendrier du processus :

  • Maux de gorge fréquents, surtout en l’absence de traitement adéquat;
  • Violation de la respiration nasale, qui peut être le résultat à la fois d’une courbure de la cloison nasale et d’une rhinite et d’une sinusite chroniques. Si la rhinite est de nature allergique, il est conseillé de faire un test d’allergène et de suivre un traitement approprié.
  • Faible immunité corporelle.

L’amygdalite chronique se développe en raison d’un certain nombre de facteurs.

  • Intoxication – due à l’absorption de toxines bactériennes et de produits d’inflammation chronique dans les amygdales.L’intoxication explique les symptômes de l’amygdalite chronique tels que fatigue, faiblesse, maux de tête, température corporelle basse, etc.
  • La formation de bouchons dans les amygdales irrite les terminaisons nerveuses et est à l’origine de maux de gorge et de cœur modérés, de toux, de mauvaise haleine. Les terminaisons nerveuses subissent des modifications dégénératives, qui peuvent provoquer des névroses et d’autres troubles du système nerveux.
  • Le corps développe une sensibilité aux antigènes bactériens et tissulaires – une allergie se développe. Par conséquent, l’amygdalite chronique a également une nature auto-immune.

L’amygdalite chronique avec complications peut entraîner des troubles fonctionnels de l’activité cardiaque, des malformations cardiaques acquises. L’amygdalite chronique est associée à des pathologies telles que les rhumatismes, l’arthrite infectieuse, les maladies du système urinaire, de la prostate, des méninges, etc.

Caractéristiques de la maladie chez les enfants

Le développement intensif de l’anneau lymphoïde commence dès la petite enfance – au cours de la deuxième année de vie. Immédiatement après la naissance, les amygdales palatines sont sous-développées et pas encore pleinement fonctionnelles. Une caractéristique des amygdales chez les enfants âgés de 1 à 3 ans est des lacunes profondes, ainsi que des bouches étroites et densément ramifiées, qui peuvent s’étendre jusqu’à la capsule. Parfois, les lacunes tournent brusquement et s’étendent sous l’épithélium tégumentaire au lieu de pénétrer profondément dans les amygdales. À la fin des passages étroits, il y a des extensions caractéristiques qui contribuent au développement du processus inflammatoire.

Une caractéristique du jeune âge est l’hypertrophie du tissu lymphoïde qui, associée à une augmentation du nombre de follicules lymphoïdes, entraîne la croissance des amygdales. Ces derniers atteignent leur plus grande taille vers 5-7 ans. À cet âge, les enfants sont les plus sensibles aux maladies infectieuses et ont le plus besoin de protection contre les infections. Les représentants de cette catégorie d’âge reçoivent des vaccinations prophylactiques visant à mobiliser le tissu lymphoïde pour développer une immunité.

La cause de l’hypertrophie du tissu lymphoïde est la formation intensive d’une immunité active, qui s’accompagne d’une production locale d’anticorps en réponse à la pénétration d’un agent infectieux. Avec l’âge, vers 9-10 ans, les anticorps s’accumulent dans le corps, le système immunitaire s’améliore, ce qui entraîne une involution du tissu lymphoïde liée à l’âge. Une partie de celui-ci dégénère et est remplacée par un conjonctif ou fibreux.

Les causes des maladies respiratoires infantiles sont les champignons, les bactéries et les virus. Si un enfant tombe trop souvent malade, les amygdales sont régulièrement attaquées, de sorte que le corps n’a pas le temps de se défendre pleinement. Cela devient la principale raison du développement de l’amygdalite chronique, ainsi que d’un traitement antibiotique mal prescrit.

L’amygdalite chronique chez un enfant se transforme en un foyer permanent d’infection, appauvrissant le système immunitaire. Très souvent, la maladie entraîne de graves complications, surtout si la recherche d’aide en temps opportun n’est pas suivie.

Les symptômes

Contrairement aux adultes, chez les enfants, la maladie se développe rapidement, se présente sous une forme aiguë et a un caractère assez évident. Une indication évidente d’amygdalite chronique peut être de telles réactions locales:

  • rougeur des amygdales;
  • leur augmentation, friabilité;
  • écoulement purulent;
  • élargissement des ganglions lymphatiques cervicaux.

La nature chronique de l’amygdalite peut également être indiquée par des maux de gorge fréquents, une mauvaise haleine et une gêne lors de la déglutition. Certains patients ont des problèmes de sommeil, des maux de tête, la température hypofertile (37-37,5 ° C) est maintenue.

Amygdalite chronique chez une femme enceinte

Les symptômes de la maladie chez une femme enceinte sont la fièvre, une faiblesse générale, une toux sèche, un mal de gorge, qui s’accompagne d’une sensation de corps étranger. Cela est dû au fait que les amygdales résistent à l’attaque de l’amygdalite et y répondent avec douleur.

Tout le monde ne sait pas que même un léger mal de gorge peut nuire à l’enfant à naître, ainsi qu’à la femme elle-même. Parfois, la maladie provoque une fausse couche précoce et provoque parfois le développement d’une toxicose tardive, ce qui nuit au développement du fœtus. Étant donné que la présence d’une infection chronique dans le corps affaiblit le système immunitaire, une femme enceinte risque de contracter d’autres maladies.

Des études cliniques ont confirmé que l’amygdalite chronique a causé à plusieurs reprises un travail faible et une naissance prématurée, de sorte que les femmes avec ce diagnostic se voient souvent recommander une césarienne. Parfois, une maladie non traitée pendant la grossesse entraîne le développement d’une malformation cardiaque chez l’enfant.

Causes de l’amygdalite chronique chez les femmes enceintes

  • l’angine de poitrine, qui est passée à une forme chronique latente;
  • hypothermie;
  • carence en vitamines et nutriments;
  • affaiblissement du système immunitaire;
  • problèmes de respiration nasale causés, par exemple, par un septum dévié, des polypes ou des végétations adénoïdes;
  • carie non traitée;
  • sinusite

Pour éviter des développements indésirables, il est conseillé aux femmes enceintes de bien manger, de ne pas trop refroidir, de consulter le dentiste et, en général, de surveiller leur santé.

Quelle est l’amygdalite chronique dangereuse

Quelle que soit la forme du cours, l’amygdalite chronique peut provoquer une allergie et une infection du corps. En l’absence de contrôle médical, la maladie peut entraîner de graves complications – des exacerbations fréquentes sous forme de maux de gorge, récurrentes jusqu’à 6 fois par an.

Une autre complication grave est le phlegmon du cou, qui survient dans le contexte de formes graves d’abcès paratonsillaire. De plus, l’affaiblissement des amygdales entraîne la pénétration de l’infection dans les voies respiratoires sous-jacentes et le développement d’une pharyngite et d’une bronchite. En général, l’amygdalite chronique devient elle-même une source de maladies concomitantes ou complique leur évolution.

Une infection qui a pénétré dans le corps trouve des endroits «faibles» et peut provoquer des maladies de l’un des systèmes – broncho-pulmonaire, urinaire, cardiovasculaire. Un foyer d’infection chronique a un effet négatif sur le système de coagulation sanguine, les processus métaboliques et endocriniens, le cortex surrénalien et l’évolution des affections allergiques. L’inflammation des amygdales palatines provoque des crises d’épilepsie, aggrave l’évolution de l’encéphalite et de la vascularite rhumatismale cérébrale. La plus dangereuse est la forme décompensée, qui provoque des modifications des organes internes.

Conséquences de l’amygdalite chronique

  1. La maladie affecte d’une certaine manière l’évolution des maladies du collagène – rhumatismes, lupus érythémateux disséminé, sclérodermie, polyarthrite, dermatomyosite, périarthrite noueuse.
  2. La cause de l’amygdalite fréquente est une maladie cardiaque – arythmies, endocardite, myocardite, malformations acquises. Puisqu’il existe une relation étroite entre le système lymphatique du cœur et les conduits des amygdales, même les personnes de moins de 30 ans reçoivent un diagnostic de cardialgie.
  3. L’intoxication chronique a un effet néfaste sur les vaisseaux sanguins, en particulier les capillaires. Les patients se plaignent d’une fatigue accrue, d’une météosensibilité, de maux de tête pouvant aller jusqu’à la migraine et de vertiges (syndrome de Ménière).
  4. Une conséquence de la forme chronique de l’amygdalite peut également être des maladies du tractus gastro-intestinal – gastrite, colite, duodénite, ulcères gastriques et duodénaux.
  5. Dans le contexte de l’amygdalite chronique, des pathologies cutanées et des maladies du tissu adipeux sous-cutané se développent souvent – psoriasis, névrodermite, acné, eczéma microbien, dermatite atopique, érythème exsudatif polymorphe. Cela n’a pas de sens de les traiter tant que la source d’infection n’est pas éliminée.
  6. L’amygdalite chronique provoque souvent des maladies pulmonaires – asthme bronchique et bronchite chronique, et exacerbe également la forme chronique de la pneumonie. Selon les pneumologues, il est possible de réduire le nombre de complications de 2 à 3 fois avec de tels diagnostics si un assainissement rapide du foyer d’infection est effectué.
  7. La maladie a également un effet négatif sur l’appareil accommodatif de l’œil. Un assainissement précoce peut, selon les ophtalmologistes, prévenir le développement de la myopie, ainsi que prévenir la récidive de la conjonctivite et de la blépharite.
  8. Le foie, avec le système biliaire, est également ciblé par l’infection: sur fond d’amygdalite, de cholécystite, d’angiocholite et de cholangiocholécystite se développent.
  9. L’affaiblissement des fonctions du pancréas dû à une infection focale des amygdales contribue à la formation du diabète. La glande thyroïde souffre également, la fonction de formation d’hormones (thyrotoxicose) est perturbée.
  10. Dans le contexte de l’amygdalite, il y a des violations dans la sphère reproductive: la puissance chez les hommes diminue et chez les femmes en âge de procréer, des saignements utérins, l’endométriose, les fibromes utérins, le syndrome hypomenstruel et l’infertilité sont observés. Il n’y a pas de cas rares de grossesse pathologique – menaces de fausse couche et de naissance prématurée.
  11. Une autre conséquence grave est l’atteinte rénale (pyélonéphrite, glomérulonéphrite, néphritonéphrose, etc.).

Diagnostic de l’amygdalite chronique

Les mesures diagnostiques commencent par un examen du patient par un médecin qui s’intéresse à l’apparence des amygdales, ainsi qu’à la présence de contenu purulent ou autre dans les interstices. Si cela a été trouvé, il est impératif de procéder à une analyse bactériologique de la décharge, suivie d’un test de sensibilité aux antibiotiques. Une procédure similaire est réalisée même si l’ablation chirurgicale des amygdales est indiquée pour prévenir les complications infectieuses postopératoires.

Souvent, les mesures diagnostiques comprennent une consultation avec un cardiologue, un néphrologue et des tests dits rhumatismaux. Cela vous permet de déterminer jusqu’où le processus est allé et s’il existe des dommages systémiques de la nature auto-immune des organes cibles, qui sont le cœur, les reins et les articulations.

S’il existe des indications pour l’ablation chirurgicale des amygdales, le patient doit subir un examen supplémentaire, qui comprend:

  • Test sanguin pour l’hépatite et l’infection par le VIH;
  • Un test sanguin pour le sucre, car le diabète sucré est une contre-indication à une telle opération;
  • Cardiogramme;
  • Consultation du thérapeute.

Traitement de l’amygdalite chronique

Le traitement de l’amygdalite chronique est traditionnellement effectué dans deux directions.

Un traitement conservateur

Une telle thérapie est pertinente si les modifications pathologiques des amygdales sont compensées. Un tel traitement combine efficacement la pharmacothérapie avec des méthodes physiothérapeutiques et poursuit les objectifs suivants :

  • Élimination physique de l’infection de la surface des amygdales ;
  • Élimination de l’œdème et réduction de la taille des amygdales ;
  • Élimination des symptômes de nature allergique;
  • Augmenter l’immunité locale, notamment par l’inclusion des glandes elles-mêmes dans le travail.

Le traitement conservateur comprend :

  • Assainissement des amygdales par ultrasons, qui permet un nettoyage en profondeur du tissu lymphoïde;
  • Thérapie au laser anti-inflammatoire;
  • Irrigation de la cavité buccale avec des solutions thérapeutiques spéciales qui augmentent l’immunité locale et ont des propriétés bactéricides;
  • Pharmacothérapie.

Le traitement chirurgical implique l’ablation complète ou partielle du tissu lymphoïde, qui peut être réalisée à la fois de manière traditionnelle et à l’aide d’un laser. L’amygdalectomie a une liste importante de contre-indications, de sorte que l’attitude des médecins à son égard ces dernières années est plus méfiante qu’au cours des décennies précédentes.

Traitement de l’amygdalite chronique chez un enfant

Un traitement approprié de l’angine de poitrine conduit dans la plupart des cas à une guérison réussie, tandis que le fait d’ignorer les symptômes ou les mauvaises actions peut conduire à la transition de la maladie vers une forme chronique. Les exacerbations dans ce cas sont possibles presque une fois par mois.

Le schéma thérapeutique de l’amygdalite chronique chez un enfant dépend de l’évolution de la maladie et peut être complètement différent, en particulier pendant les périodes d’exacerbations et de rémissions. En état de rémission, il est important de prolonger cette période le plus longtemps possible, pour laquelle, au moins deux fois par an, un traitement anti-rechute est prescrit, en tenant compte des caractéristiques individuelles du patient.

Le traitement général comprend les antihistaminiques non sédatifs, les immunomodulateurs, la vitamine thérapie et l’homéopathie. Les méthodes locales comprennent le massage des amygdales, le lavage des lacunes avec des médicaments, le rinçage avec des antiseptiques et le traitement des amygdales avec des agents aux propriétés antiseptiques, anti-inflammatoires et régénérantes.

Les méthodes physiothérapeutiques visent à améliorer la microcirculation dans les tissus des amygdales. Ceux-ci inclus:

  • thérapie par micro-ondes;
  • ultrason;
  • thérapie au laser;
  • micro-ondes et UHF ;
  • inductothermie;
  • thérapie magnétique;
  • électrophorèse;
  • inhalation;
  • irradiation ultraviolette des amygdales;
  • traitement de boue, etc.

Si la maladie est entrée dans une forme prolongée, l’approche du traitement change radicalement – des bactériophages sont utilisés. Nous parlons de virus qui détruisent les streptocoques et les staphylocoques comme principaux agents pathogènes. Cette méthode a montré d’excellents résultats dans le traitement des infections de la cavité buccale et du nasopharynx, qui s’accompagnent de fréquentes rechutes.

Les remèdes maison pour l’amygdalite chronique ne sont autorisés que sous surveillance médicale. Ceux-ci inclus:

  • ingestion de tisane de plantes médicinales – millepertuis, pivoine, calendula, camomille, aneth, tussilage, thym, sauge, eucalyptus, etc.;
  • se gargariser avec les herbes ci-dessus;
  • ingestion de propolis avec du miel.

Atteindre une dynamique positive ne permet qu’un traitement régulier pendant deux ans. Si des exacerbations n’ont pas été observées pendant cinq années consécutives, elles parlent d’amélioration. Le respect de toutes les prescriptions entraîne souvent une diminution du nombre de rechutes, cependant, si un tel résultat ne peut être obtenu, recourir à des mesures extrêmes – amygdalectomie ou ablation complète des amygdales palatines. La chirurgie a un certain nombre de contre-indications.

Prévention de l’amygdalite chronique

Afin de prévenir les exacerbations des amygdales, elles ont besoin non seulement d’une protection contre les facteurs défavorables, mais également d’un durcissement. Pour ce faire, les médecins recommandent de manger périodiquement de la crème glacée et de boire des boissons froides en petites portions – uniquement pendant la période où une personne est en parfaite santé.

Il est important d’éliminer tous les facteurs pouvant provoquer un mal de gorge, c’est-à-dire de prendre soin à l’avance du traitement du nez et de la cavité buccale, ainsi que de la respiration libre de l’enfant. Le lavage avec des agents antiseptiques aide à nettoyer les amygdales des bactéries. Il est utile de se gargariser deux fois par jour après les repas avec une solution de furaciline, une décoction de sauge, de camomille ou de calendula. Le cours est effectué pendant un mois, puis faites une pause.

Un autre remède efficace est le massage des amygdales. Effectuez-le avant de sortir et avant de manger des aliments froids. La procédure consiste en de légers coups dans la zone sous le menton dans le sens de la mâchoire à la poitrine. Si la maladie est entrée dans une forme prolongée, le traitement doit être plus intensif.

L’amygdalite est une maladie plutôt dangereuse qui peut hanter une personne toute sa vie dès la petite enfance et provoquer les complications les plus inattendues. Par conséquent, il est si important de ne pas laisser la maladie suivre son cours, mais de demander de l’aide à temps.

Angine : pourquoi survient-elle et comment l’éviter ?

L’angine est souvent appelée inflammation aiguë des amygdales. La maladie est connue pour ses manifestations désagréables, ses maux de gorge sévères et son risque élevé de complications.

L’angine (ou amygdalite aiguë) est une inflammation infectieuse aiguë affectant une ou plusieurs amygdales. Dans la plupart des cas, les amygdales palatines deviennent enflammées. Étant donné que l’amygdalite aiguë fait référence à des processus infectieux, cette maladie nécessite un traitement rapide visant à éliminer la cause de la maladie.

Beaucoup de gens pensent que le mal de gorge est une forme courante de rhume, mais il convient de faire la distinction entre les deux. Le rouge de la gorge habituel avec une infection virale respiratoire aiguë (ARVI) n’est le plus souvent pas un mal de gorge. Un rhume avec toute une gamme de symptômes est généralement causé par des virus respiratoires, tandis que dans l’angine de poitrine, le problème se situe dans la gorge et l’agent pathogène le plus dangereux est le streptocoque β-hémolytique de type A (GABHS). Les approches et les traitements différeront, il est donc important de faire la distinction entre les diagnostics. Si une personne a mal à la gorge plus d’une fois par an, il est important d’éviter que la maladie ne devienne chronique 1. Pour éviter cela, vous devez suivre les règles de prévention de l’amygdalite. Les mesures visant à prévenir le processus inflammatoire sont largement liées aux causes de l’angine de poitrine.

Types d’angine

Selon l’agent causal de l’infection, l’amygdalite aiguë peut être divisée en plusieurs groupes:

  • bactérienne (la plus courante);
  • viral;
  • fongique.

L’amygdalite purulente la plus courante est causée par une bactérie, à savoir le streptocoque. Il est difficile à tolérer et il est important de prendre le traitement au sérieux. La période d’incubation varie de quelques heures à trois jours. La maladie débute rapidement et s’accompagne d’une fièvre extrêmement élevée, de maux de gorge et de symptômes d’intoxication.

Le développement de l’amygdalite est principalement provoqué par des bactéries telles que les streptocoques bêta-hémolytiques. Ils pénètrent dans le corps humain par des gouttelettes en suspension dans l’air et commencent à se multiplier activement dans les amygdales.

Un groupe distinct de personnes est porteur de bactéries, mais ne tombe pas malade lui-même. Cela ne signifie pas qu’ils ne risquent pas de développer la maladie. Ces porteurs représentent un danger pour les autres, car ils ne se rendent pas compte qu’une infection vit dans leur corps 4 .

Causes du mal de gorge bactérien

La présence de pus indique une infection bactérienne des amygdales 2. Ceci est important pour déterminer le traitement futur. Cette variante de l’amygdalite est la plus courante.

Causes de l’amygdalite purulente

  • Le streptocoque, y compris le type β-hémolytique A ou GABHS, est l’agent causal principal et le plus courant de l’amygdalite, aiguë et chronique.
  • Staphylococcus aureus (on entend principalement Staphylococcus aureus – son portage est souvent retrouvé).
  • Bacille diphtérique (mal de gorge spécifique particulier nécessitant un traitement sérique spécifique).
  • Tréponème pâle (une amygdalite syphilitique se développe).

Le traitement d’une telle maladie doit nécessairement inclure des médicaments antibactériens, mais strictement sous la surveillance d’un médecin. Savoir quel agent pathogène a causé l’infection vous aidera à choisir le meilleur antibiotique pour l’angine de poitrine. L’agent pathogène GABHS le plus dangereux peut être déterminé même à la maison à l’aide de bandelettes de test express.

Causes du mal de gorge viral

Rarement, les agents pathogènes viraux provoquent également une inflammation des amygdales palatines. L’amygdalite peut être causée par les virus suivants :

  • virus de l’herpès (caractéristique – température corporelle de 41 degrés et même plus);
  • cytomégalovirus;
  • adénovirus.

Dans le traitement de l’amygdalite virale, le maintien de l’immunité (à la fois générale et locale) à un niveau élevé et la réduction des symptômes d’intoxication sont d’une grande importance. Il n’y a pas de traitement spécifique pour les agents pathogènes. L’utilisation d’antibiotiques dans ce cas n’est pas justifiée et, au contraire, elle peut aggraver la situation.

Causes de l’angine fongique

Dans certains cas, l’amygdalite survient en raison de la reproduction active de champignons sur les amygdales palatines. Cela provoque généralement une diminution significative de l’immunité. Le micro-organisme le plus courant qui vit sur le corps humain, mais qui ne cause généralement pas de maladie, est un champignon du genre Candida 4 .

Le traitement consiste en l’utilisation d’agents antifongiques spécifiques. Cependant, de telles angines sont extrêmement rares. Ils touchent généralement des enfants ou des adultes affaiblis présentant des immunodéficiences sévères, en particulier une infection par le VIH.

Variétés d’angine de poitrine et leurs symptômes spécifiques

Les symptômes de l’amygdalite aiguë dépendent de la forme du processus inflammatoire. Chez l’adulte et l’enfant, on distingue cinq variantes de l’évolution de la maladie 10 :

  • Catarrhale. La forme la plus simple, dans laquelle il n’y a pas de films purulents sur les amygdales. La température augmente légèrement, la douleur dans la gorge est modérée.
  • Folliculaire. La forme la plus courante de la maladie dans laquelle se forment des bouchons purulents.
  • Lacunaire. Une version plus lourde de la version précédente. La douleur dans la gorge devient coupante, la température corporelle est très élevée.
  • Membraneuse ulcéreuse. La forme la plus rare et la plus désagréable, caractérisée par la formation d’ulcères superficiels sur les amygdales et la présence de plaque sous la forme d’un film gris sale.
  • Purulent-nécrotique. La forme d’angine de poitrine la plus désagréable, dans laquelle les amygdales meurent. L’intoxication grave vient ici au premier plan.

Quelle que soit sa forme, l’amygdalite est une maladie difficile qui nécessite un traitement rapide et complet ayant un impact sur l’agent infectieux. Ignorer la maladie et utiliser des thérapies non testées peut entraîner des complications. Cependant, la médecine moderne peut guérir efficacement l’amygdalite en 1 à 2 semaines 5 .

Complications de l’angine

L’amygdalite est dangereuse pour ses complications et son inflammation chronique. Les amygdales deviennent une source constante d’infection, à la suite de laquelle tout le corps souffre. Complications courantes de l’angine de poitrine :

  • inflammation de l’oreille interne ou moyenne (otite moyenne);
  • inflammation des sinus maxillaires (sinusite), des sinus frontaux (frontite);
  • rhumatisme (maladie systémique avec lésions articulaires, cardiaques);
  • glomérulonéphrite (lésions rénales);
  • endocardite (inflammation de la muqueuse du cœur);
  • dommages aux méninges.

Le plus souvent, c’est le streptocoque (GABHS) qui entraîne des complications en cas de traitement intempestif ou incorrect de la maladie. Une antibiothérapie prescrite en temps opportun aidera à éviter les complications désagréables.

Comment traiter l’angine?

Sur la base des causes de l’angine de poitrine, un algorithme de traitement de l’infection est en cours de construction. La grande majorité de l’inflammation des amygdales est causée par des bactéries, il devient donc nécessaire de prendre des antibiotiques.

Si nous parlons d’amygdalite de nature virale, des agents antiviraux généraux sont utilisés, l’accent étant mis sur l’élimination de l’intoxication 3. Des médicaments antifongiques ont été développés pour les maux de gorge fongiques. Mais un effet isolé sur la cause de la maladie ne permet pas une guérison rapide et n’exclut pas le risque de complications.

Recommandations générales pour le traitement de l’amygdalite aiguë:

  • respect strict du repos au lit;
  • se gargariser avec des solutions antiseptiques;
  • boisson chaude (pas chaude) abondante;
  • prendre des antipyrétiques si nécessaire (température corporelle supérieure à 38,5 degrés);
  • l’utilisation de sprays antiseptiques locaux;
  • une bonne nutrition (une alimentation douce pour la muqueuse de la gorge).

De plus, les activités qui renforcent le système immunitaire sont les bienvenues. Le corps s’affaiblit après une amygdalite et ne peut résister complètement aux autres infections pendant quelques semaines de plus 5 . Il est particulièrement important de maintenir le système immunitaire en bon état pendant les périodes d’épidémies de SRAS.

Quels antibiotiques prendre pour l’angine?

L’angine peut être causée par différents types de bactéries, le médecin doit choisir ou changer l’antibiotique. Il est important de ne pas se soigner soi-même, afin de ne pas déclencher la maladie.

Dans l’enfance, les mêmes groupes de médicaments antibactériens sont utilisés que chez les adultes. Le médecin sélectionnera le bon médicament et le bon formulaire.

Lors de l’utilisation d’antibiotiques, en particulier chez un enfant, il est important de respecter le dosage correct du médicament. Il est calculé en fonction du poids des enfants 4 . Il est important de respecter le schéma posologique et la durée d’utilisation afin de prévenir la récurrence de la maladie et le développement d’une résistance aux antibiotiques.

Puis-je arrêter de prendre des antibiotiques ?

La prise d’antibiotiques pour l’angine n’est indiquée que si elle est de nature virale ou fongique. Mais cela arrive assez rarement. Le plus souvent, l’amygdalite aiguë est traitée avec des antibiotiques. Sinon, il vaut la peine d’attendre le développement de complications.

Règles de base pour la prise d’agents antibactériens : 4

  • Les médicaments sont utilisés à un certain moment avec des intervalles spécifiques spécifiés dans les instructions (toutes les 8, 12, 24 heures).
  • Un strict respect de la durée du traitement est nécessaire (les symptômes du mal de gorge peuvent disparaître après 2-3 jours d’admission, mais le cours dure 5-7 jours, selon le médicament).
  • Il n’est pas nécessaire de changer l’antibiotique inutilement, et si un changement est nécessaire, il est alors nécessaire de passer à un autre groupe.
  • Ne réduisez pas la dose du médicament.

Si la maladie a été initialement causée par des virus, mais après quelques jours de traitement, la température corporelle augmente à nouveau, du pus apparaît sur les amygdales, il faut alors supposer une complication bactérienne. Dans ce cas, il est nécessaire de consulter un médecin pour le choix d’un traitement antibiotique.

Prévention de l’amygdalite

Les mesures préventives pour prévenir le développement d’une amygdalite aiguë visent à réduire les contacts avec les personnes malades et à éliminer les facteurs de risque. Ceux-ci inclus:

  • nutrition complète;
  • promenades en plein air;
  • visites préventives chez le dentiste;
  • éviter les endroits bondés en période d’épidémie ;
  • lavage préventif du nez et de la gorge pendant les épidémies ;
  • prendre des activateurs d’immunité locaux;
  • éviter l’hypothermie prolongée et les changements brusques de température (à cause d’eux, les maux de gorge tombent souvent malades en été);
  • sommeil complet, normalisation du régime de travail et de repos;
  • traitement rapide des maladies du système respiratoire.

La mise en œuvre de recommandations préventives ne garantit pas l’absence de la maladie, mais réduit la probabilité de sa survenue. Dans les formes chroniques d’amygdalite, la prévention permet d’atténuer l’évolution de la maladie, de réduire le nombre de rechutes et de réduire le risque de complications.

Imudon ® – assistant dans l’amygdalite chronique

Imudon® est un médicament unique 7 pour la douleur et l’inflammation de la gorge, qui agit au foyer de l’infection en activant les propres forces du corps 9 , ce qui est particulièrement important pour la prévention de l’amygdalite chronique, ainsi qu’au milieu de la maladie . Imudon ® est un médicament à base de lysats bactériens (particules de bactéries), qui convient pour combattre les infections des amygdales palatines. Produit sous forme de pastilles, autorisé pour les enfants à partir de trois ans 6 .

Imudon® réduit l’inflammation et favorise l’élimination de l’agent infectieux, dont le streptocoque, jusque dans les couches profondes des amygdales (parenchyme). Ainsi, il est possible de réduire de 3 fois la fréquence des exacerbations chez les patients souffrant d’inflammation chronique 8 .

Imudon ® occupe une place particulière dans le traitement de l’amygdalite chronique non seulement chez l’adulte mais aussi chez l’enfant. Le médicament réduit l’activité des manifestations inflammatoires dans le pharynx, qui s’accompagne de la normalisation de la structure des amygdales palatines et peut réduire le besoin de traitement chirurgical chez les enfants et préserver le tissu lymphoïde de l’enfant. Selon les résultats des observations cliniques, après un traitement par Imudon ®, le nombre d’enfants présentant une prolifération prononcée des tissus des amygdales diminue de près de 3 fois 8 .

Imudon ® est activement utilisé à la fois pour le traitement et la prévention de l’amygdalite chronique et d’autres maladies infectieuses et inflammatoires de la cavité buccale et du pharynx 6 .

Instruction

1. Mogilinets E.I. Amygdalite aiguë dans la pratique d’un infectiologue // Médecine expérimentale et clinique – 2015 – N° 3 – P. 73–78.
2. Orrling A., Karlsson E., Melhus A. et al. Échec du traitement à la pénicilline dans l’amygdalite streptococcique du groupe A : aucune différence génétique trouvée entre les souches isolées des échecs et des non-échecs // Ann. Otol., Rind., Laryngol. – 2001. – 110 (7). – P.690–5.
3. Palchun V.T. Oto-rhino-laryngologie. – Moscou “GEOTAR-Media”. – 2014. – 654 p.
4. Plujnikov. M.S., Lavrenova G.V., Nikitin K.A. Angine et amygdalite chronique. Saint-Pétersbourg : Dialogue, 2002. – 152 p.
5. Preobrazhensky, N.A. Prévention de l’angine de poitrine / N.A. Préobrajenski. – M. : Maison d’édition nationale de littérature médicale, 2014. – 235 p.
6. Instructions pour l’usage médical du médicament Imudon® pastilles à partir du 18.02.2022.
7. Selon les données GRLS, au 30 mai 2022, le seul immunomodulateur local pour le traitement du mal de gorge.
8. Garashchenko T. I., Volodarskaya V. G. Lysats bactériens à usage topique dans la prévention et le traitement de l’amygdalite chronique chez les enfants // VSP. 2006. N° 5.
9. Kosenko I.M. Thérapie immunomodulatrice des maladies de l’oropharynx chez les enfants // Infections infantiles. -2010. -#1. -Avec. 56-61.
10. Soldatov I.B. etc. Guide d’oto-rhino-laryngologie. M., 1997.
Le matériel a été développé avec le soutien de la société Abbott afin de sensibiliser les patients à leur état de santé.
Les informations contenues dans le matériel ne remplacent pas les conseils de soins de santé. Contactez votre médecin.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.