rêver

Groupes d’éducation physique à la santé à l’école

Contents

Quels sont les groupes d’éducation physique santé?

Le terme « groupe de santé » est utilisé au sens large pour donner une estimation approximative de la santé d’un élève.

Il y a 5 groupes de santé au total, et ils sont marqués de chiffres romains (I, II, III, IV, V)

Premier groupe

Le premier groupe de santé comprend les gars qui n’ont aucune anomalie physique et psychologique. De plus, ils n’ont pas de défauts anatomiques ni de problèmes de développement ;

Deuxième groupe

Le deuxième groupe comprend les enfants qui présentent de légères déviations dans leur état de santé, leur immunité résiste faiblement aux maladies aiguës. Ce groupe comprend également des écoliers en voie de guérison après des maladies, des blessures, des opérations sans perturber les fonctions des organes internes. En règle générale, ces gars-là sont un peu plus faibles, mais physiquement et psychologiquement, ils correspondent à leur âge et à leur développement (un léger décalage peut être observé)

Troisième groupe

Ce groupe d’enfants qui souffrent de maladies chroniques et sont en rémission clinique. Il peut aussi s’agir d’écoliers en insuffisance pondérale ou en surpoids. Habituellement, ces gars-là ont un développement physique et psychologique normal, mais parfois il peut y avoir un léger décalage.

Quatrième groupe

Ce groupe comprend les gars qui ont des maladies chroniques dans la période aiguë ou subaiguë. Habituellement, ces gars-là ont besoin d’une surveillance médicale régulière et d’un traitement d’entretien. Ils ont une fonction organique altérée et l’état général du corps ne leur permet pas de répondre aux normes auxquelles leurs pairs peuvent facilement faire face. Cependant, ces élèves ont un développement physique et mental normal (ou il y a un léger retard)

De plus, ce sont des gars qui ont subi une blessure mineure ou qui ont subi une intervention chirurgicale, ce qui entraîne un handicap physique.

Cinquième groupe

Le cinquième groupe comprend tous les gars qui ont un cours sévère de maladies chroniques, qui s’accompagnent d’exacerbations et de décompensations fréquentes. Le cinquième groupe comprend également les enfants handicapés.

Groupes de préparation physique

Les écoliers sont également répartis selon leur état de santé général. Une attention particulière est également portée directement au groupe santé dans les cours d’éducation physique.

Il y a quatre groupes : général, préparatoire, groupe spécial A et groupe spécial B.

Beaucoup se demanderont quels sont ces groupes spéciaux, car dans nos écoles il n’y a qu’un groupe général et préparatoire ? Ou ce n’est peut-être pas préparatoire, car l’école ne veut pas particulièrement “déranger”. Le disciple peut simplement être libéré.

Il arrive qu’un enfant soit libéré de l’école, mais en même temps, il est engagé avec succès dans la section sportive et même en compétition. Et il y a eu des cas où de tels gars ont même remporté des prix. Et quelqu’un a même lié sa profession au sport. En même temps, ces gars-là n’ont pas assisté à une seule leçon d’éducation physique. Comment est-ce possible?

Pas d’éducation physique, mais du sport

Pour comprendre cette situation, il vous suffit de comprendre qu’un pédiatre ne peut écrire l’admission à l’éducation physique et sportive qu’aux étudiants qui ont les premier et deuxième groupes de santé.

Et les gars dont les groupes de santé sont les troisième, quatrième et cinquième, sont examinés par un médecin du sport (il est également admis), et le pédiatre leur accorde une exemption de cours d’éducation physique pour la maladie sous-jacente.

Par exemple, un enfant souffre d’asthme bronchique de nature allergique. Par conséquent, il a les troisième et quatrième groupes de santé et il ne peut s’engager que dans le groupe spécial A. Il s’avère que l’enfant ne peut pas participer à l’éducation physique au gymnase sur un pied d’égalité avec ses pairs. Et pour lui seul, l’école n’organisera pas de groupe spécial. Mais il peut assister à la section d’escalade et obtenir d’assez bons résultats. Et ayant atteint l’âge de la majorité, il peut devenir grimpeur industriel.

Le même exemple peut être donné avec un enfant qui souffre de diabète et qui doit recevoir une dose régulière d’insuline. À l’hôpital, il recevra le quatrième groupe de santé, respectivement, il sera libéré des cours d’éducation physique. Mais d’un autre côté, il peut facilement s’adonner au vélo ou au ski de fond.

Avec l’âge, le groupe de santé et le groupe d’éducation physique peuvent changer. Tout dépend de l’état de l’enfant au moment de l’examen. Il arrive qu’à l’école élémentaire, un enfant ait un troisième ou un quatrième groupe de santé et, lorsqu’il grandit, il est transféré au premier ou au deuxième, car la maladie est passée ou n’est pas une forme aiguë. Ensuite, l’élève est engagé dans un groupe général d’éducation physique avec ses pairs.

Il existe également une culture physique thérapeutique (nous utilisons souvent le terme thérapie par l’exercice). Il s’agit d’une procédure prescrite par un médecin. Ces cours ont lieu à la clinique ou dans des centres spéciaux de thérapie complexe. Pour faire de la physiothérapie, vous n’avez pas besoin d’avoir un groupe de santé de quatre ou cinq. Mais rappelez-vous que ces cours sont exclusivement de nature médicale. Par exemple, ils peuvent être attribués à un étudiant atteint de scoliose (deuxième ou troisième degré). Le spécialiste vous dira quels exercices et comment effectuer pour que la maladie ne progresse pas.

Asthme quel groupe de santé en éducation physique

L’exercice thérapeutique (LFK) est un ensemble de méthodes de traitement, de prévention et de réadaptation médicale, qui reposent sur l’utilisation d’exercices physiques méthodiquement conçus et spécialement sélectionnés. Lors de leur prescription, les médecins tiennent compte de la nature de la maladie, de ses caractéristiques, du stade et du degré du processus pathologique dans les organes et les systèmes.

Les exercices de physiothérapie à l’hôpital Yusupov sont prescrits par le médecin traitant et le spécialiste de la thérapie par l’exercice détermine la méthodologie. Les exercices de physiothérapie sont utilisés sous diverses formes: gymnastique thérapeutique et hygiénique, marche, divertissement sportif, jeux de plein air. À l’hôpital Yusupov, les spécialistes de la réadaptation composent individuellement un complexe de thérapie par l’exercice pour chaque patient. Les cours sont dispensés individuellement, en utilisant des méthodes innovantes de physiothérapie.

Qu’est-ce que la thérapie par l’exercice en médecine

L’histoire de la thérapie par l’exercice commence dans la Chine ancienne, où les méthodes de gymnastique thérapeutique, avec l’accent principal sur les exercices de respiration, ont été utilisées avec succès pour guérir les malades. L’utilisation d’exercices physiques à des fins médicinales en Russie a commencé aux XVIe et XVIIe siècles, souvent en combinaison avec la physiothérapie, l’endurcissement et l’hydrothérapie. Actuellement, la physiothérapie est combinée avec succès avec un traitement médicamenteux, des interventions chirurgicales, des méthodes de physiothérapie et des massages. La physiothérapie et la médecine du sport sont inextricablement liées, car les athlètes doivent se remettre rapidement et efficacement de leurs blessures.

L’effet thérapeutique des exercices physiques repose sur des charges strictement définies par rapport à chaque patient. Il existe une formation générale pour la guérison et le renforcement du corps et une formation spéciale, qui vise à éliminer les fonctions altérées de certains organes et systèmes.

Des complexes d’exercices avec des exercices de physiothérapie contribuent à augmenter la mobilité articulaire, réduisent les effets de la fatigue musculaire. Ils permettent d’améliorer les processus métaboliques dans les tissus pathologiquement altérés. Avec l’aide de la thérapie par l’exercice (la photo est sur Internet), le patient peut améliorer sa santé, perdre du poids et restaurer les fonctions altérées. L’utilisation d’exercices de physiothérapie empêche la poursuite de la progression de la maladie, accélère le temps de récupération et augmente l’efficacité de la thérapie complexe.

L’éducation physique thérapeutique est une discipline scientifique indépendante. En médecine, la thérapie par l’exercice est une méthode de traitement qui utilise les moyens de la culture physique pour la prévention, le traitement, la restauration des fonctions altérées et la thérapie d’entretien. Au cours du processus de répétition répétée d’exercices physiques, les habiletés motrices existantes sont améliorées, celles perdues sont restaurées et de nouvelles qualités physiques sont développées, des changements positifs dans la fonction des organes et des systèmes se produisent. Ensemble, cela contribue à la restauration de la santé, de la forme physique, à l’augmentation des performances physiques et à d’autres changements positifs dans l’état du corps humain.

L’activité physique dans le processus de thérapie par l’exercice, qui est réalisée par les spécialistes de l’hôpital Yusupov, correspond aux capacités fonctionnelles du patient. Lors de l’exécution d’exercices physiques, l’activité fonctionnelle des organes internes augmente. Cela est dû à l’activation des mécanismes neurohumoraux, à l’inclusion de régulateurs métaboliques supplémentaires, à l’action des hormones des glandes endocrines, des hormones tissulaires et d’autres substances biologiquement actives. Sous l’influence de la thérapie par l’exercice, la mobilité et l’équilibre des processus d’excitation et d’inhibition augmentent, l’activité des analyseurs visuels, moteurs, auditifs, vestibulaires et tactiles s’améliore.

Formes, méthodes, tâches et moyens de thérapie par l’exercice

Les principales formes de thérapie par l’exercice comprennent:

  • gymnastique hygiénique du matin;
  • gymnastique thérapeutique;
  • ascensions dosées (parcours santé) ;
  • excursions;
  • des promenades;
  • tourisme de proximité.

La physiothérapie à domicile (gymnastique hygiénique) est effectuée le matin. C’est un bon moyen de transition du sommeil à l’éveil, au travail actif du corps. Les exercices physiques utilisés en gymnastique hygiénique ne devraient pas être difficiles. Les rééducateurs de la gymnastique Yusupov n’incluent pas d’exercices statiques dans le complexe de gymnastique qui provoquent des tensions sévères et une inhibition de la respiration. Sélectionnez des exercices qui affectent divers groupes musculaires et organes internes.

Lors de l’élaboration d’un ensemble d’exercices, les réhabilitologues tiennent compte de la maladie passée, de l’état de santé, du développement physique et du degré de charge de travail du patient. La durée des exercices de gymnastique ne dépasse pas 10 à 30 minutes. Le complexe comprend des exercices généraux de développement pour les groupes musculaires individuels, la respiration, des exercices pour le tronc, les muscles abdominaux et la relaxation. Tous les exercices de gymnastique que les patients doivent effectuer librement, à un rythme calme, avec une amplitude progressivement croissante, impliquent d’abord de petits muscles, puis des groupes musculaires plus importants.

La principale forme de thérapie par l’exercice est l’exercice thérapeutique. Chaque procédure se compose de trois sections :

  • introduction;
  • principale;
  • final.

En thérapie par l’exercice, on utilise à la fois le renforcement général et des exercices spéciaux. Lors de l’élaboration d’un plan de cours, les rééducateurs observent le principe d’augmentation et de diminution progressives et cohérentes de l’activité physique, maintiennent la courbe de charge physiologique optimale. Lors de la sélection et de la réalisation d’exercices, les groupes musculaires sont alternés, qui sont impliqués dans la performance de l’activité physique.

LFC effectue plusieurs tâches. La tâche thérapeutique est définie comme l’objectif de mesures réparatrices à un stade donné de l’évolution d’un état pathologique. Les tâches de traitement par des méthodes de physiothérapie sont déterminées par des idées sur la cause et le mécanisme du développement d’une blessure ou d’une maladie. Ainsi, avec le développement d’une insuffisance respiratoire chez un patient atteint de pneumonie en période aiguë, la principale tâche thérapeutique consiste à compenser l’insuffisance respiratoire. Dans l’asthme bronchique, les modifications de la respiration externe imposent la nécessité d’améliorer la perméabilité bronchique, de soulager les spasmes et d’évacuer le contenu pathologique des bronches.

En thérapie complexe, les tâches suivantes peuvent apparaître :

  • normalisation des troubles autonomes ;
  • restauration des capacités motrices altérées ou perdues;
  • restauration de la structure normale du mouvement après une blessure ou une chirurgie reconstructive.

La sélection des moyens de thérapie par l’exercice est effectuée conformément aux objectifs du traitement. Les tâches spéciales ne sont caractéristiques que pour une certaine forme de pathologie et une combinaison de changements morphologiques et fonctionnels. Les tâches générales sont associées aux changements de réactivité, aux défenses de l’organisme, à la croissance et au développement du patient et à la sphère émotionnelle. Ils sont caractéristiques de nombreuses maladies.

Pour résoudre des problèmes particuliers, les rééducateurs de l’hôpital Yusupov choisissent des produits de thérapie par l’exercice, en tenant compte des mécanismes d’action trophique et compensatoire. Le massage sélectif a un effet sélectif sur les tissus de la zone massée du corps et de l’organe interne correspondant associé à la zone irritée de l’innervation segmentaire, et des exercices de respiration spécialement sélectionnés ont un effet spécifique sur le système respiratoire. L’efficacité de la thérapie par l’exercice dépend non seulement du dosage de l’activité physique, mais également de la sélection correcte de divers moyens, de la séquence d’exercices physiques en une seule séance et au cours du traitement.

Les règles de base de la thérapie par l’exercice sont les suivantes :

  • la répétition, la régularité et la durée de l’exposition, nécessaires pour renforcer la motricité ;
  • augmentation progressive de l’activité physique, aidant à éviter le surmenage physique;
  • l’exhaustivité de l’impact à l’aide d’exercices pour différents groupes musculaires;
  • la disponibilité des exercices en fonction des caractéristiques individuelles du patient.

Pour améliorer l’effet d’entraînement des exercices dans la clinique de rééducation de l’hôpital Yusupov, les spécialistes de la thérapie par l’exercice utilisent des simulateurs informatisés et mécaniques des principaux fabricants mondiaux. Pour créer des conditions qui réduisent la charge, les dispositifs Exarta, les verticalisateurs, les systèmes de suspension sont utilisés pour réduire la charge sur le système musculo-squelettique, agissant de la même manière qu’une piscine.

Thérapie par l’exercice pour la colonne vertébrale

Les courbures les plus courantes de la colonne vertébrale sont :

  • scoliose (à part);
  • cyphose (dos);
  • lordose (antérieure).

Les formes les plus acceptables de thérapie par l’exercice pour la courbure de la colonne vertébrale sont les exercices thérapeutiques et les exercices aquatiques. Les exercices de gymnastique sont utilisés dans la position initiale “couché”, “debout à quatre pattes”. Entraînez les muscles du dos, de la région fessière, de l’abdomen. Pour corriger le défaut, des exercices correctifs spéciaux de deux types sont utilisés – symétriques et asymétriques. Pour augmenter la mobilité de la colonne vertébrale, des exercices à quatre pattes, des suspensions mixtes, des exercices sur un plan incliné sont utilisés.

Le complexe de thérapie par l’exercice pour la protrusion de la colonne lombaire comprend les exercices suivants :

  • marcher “à quatre pattes” ;
  • “bateau” (couché sur le ventre, vous devez vous étirer avec les bras tendus et les jambes vers le haut, rester tendu pendant 1 minute et revenir à la position de départ) ;
  • Presse “paresseuse” – allongée sur le dos avec les jambes droites, tendez la presse autant que possible pendant quelques secondes, puis détendez-vous.

L’exercice thérapeutique pour la colonne lombaire est effectué quotidiennement, avec des charges croissantes. La technique de thérapie par l’exercice pour les blessures à la colonne vertébrale est divisée en quatre étapes. Pendant les dix premiers jours suivant la blessure, la thérapie par l’exercice permet d’élever le tonus général, d’améliorer le fonctionnement des systèmes digestif et circulatoire et l’endurance de l’organisme. Au deuxième stade du traitement, les tâches suivantes sont résolues:

  • normalisation du travail des organes internes;
  • stimulation des processus de régénération;
  • renforcement musculaire;
  • amélioration de la circulation sanguine.

Les principales tâches à résoudre au troisième stade du traitement sont le renforcement et le développement des muscles du plancher pelvien, du tronc et des membres, l’amélioration de la mobilité de la colonne vertébrale et la coordination des mouvements. La quatrième étape vise à augmenter la mobilité de la colonne vertébrale, à développer et à renforcer davantage les muscles, à restaurer la capacité de marche correcte et une posture saine.

Thérapie par l’exercice en traumatologie

Les réhabilitologues choisissent des méthodes de thérapie par l’exercice pour les blessures, en fonction de la période de la maladie. Les tâches de la première période, correspondant à une blessure aiguë, sont la normalisation de l’état psycho-émotionnel du patient, l’amélioration du métabolisme, l’activité des systèmes respiratoire et cardiovasculaire et des organes excréteurs. Dans la deuxième période, les formes suivantes de thérapie par l’exercice sont utilisées: exercices du matin, marche, course et marche dosées, natation. La troisième période se déroule dans un centre de rééducation ou dans un sanatorium. Les tâches de la thérapie par l’exercice pour cette période sont les suivantes :

  • restauration définitive des fonctions;
  • adaptation de l’organisme aux charges domestiques et industrielles;
  • formation de compensations, nouvelles habiletés motrices.

À l’hôpital Yusupov, les spécialistes de la réadaptation abordent individuellement le choix des moyens et des méthodes de thérapie par l’exercice pour les lésions de la colonne vertébrale, après une chirurgie du genou, pour l’hypertension, après un accident vasculaire cérébral et d’autres maladies. Afin de suivre un cours de rééducation utilisant les dernières techniques, appelez l’hôpital Yusupov.

Asthme bronchique : symptômes et traitement

Au cours des 50 dernières années, l’asthme bronchique a acquis le statut de problème médico-social. Il y a environ 300 millions d’asthmatiques dans le monde, dont 10 % sont des enfants. Dans la structure de la morbidité, la forme allergique de la pathologie, qui fait ses débuts dans l’enfance et l’adolescence, est en tête. La maladie réduit considérablement la qualité de vie, dans la moitié des cas conduit à une invalidité. Les formes sévères sont associées à un risque de mortalité. Les médecins associent l’augmentation du nombre d’enfants malades à la dégradation de l’environnement, à l’urbanisation totale et à l’augmentation du nombre d’allergènes potentiels. Dans l’étude de l’asthme bronchique, des symptômes et des méthodes thérapeutiques, l’interaction interdisciplinaire de la pneumologie et de l’allergologie-immunologie revêt une importance fondamentale. Nous dirons dans l’article comment se développe l’asthme, quels médicaments sont utilisés pour le traitement systémique de l’asthme bronchique et le soulagement des crises.

informations générales

L’asthme est une inflammation chronique non infectieuse associée à une modification de la réactivité immunologique de l’arbre bronchique. Les signes indicatifs de la maladie sont les crises d’asthme qui surviennent chaque fois que le système immunitaire rencontre certains irritants, le développement d’une obstruction bronchique (obstruction) dans ce contexte. La réaction inflammatoire fait référence à des pathologies polyétiologiques dont le développement est dû à l’effet de corrélation de facteurs externes et internes. La plupart des cas sont associés à l’activation d’une hérédité défavorable dans le contexte d’une immunité instable, de conditions de vie défavorables et de mauvaises habitudes. Malgré les progrès de la pneumologie moderne, l’asthme bronchique ne cesse d’être considéré comme une maladie irréversible, mais il peut être contrôlé.

Les raisons

Le facteur de risque sous-jacent de l’asthme bronchique atopique (BA) est une génétique aggravée en termes de réactions allergiques. Dans la moitié des cas, la maladie est enregistrée comme une maladie familiale – avec le transfert de gènes par la lignée maternelle 5 fois plus souvent que par le père. Les enfants n’héritent pas de l’asthme lui-même, mais d’une prédisposition à la maladie – un ensemble de gènes altérés responsables de la synthèse des immunoglobulines E (IgE). La présence d’asthme bronchique chez les parents ne garantit pas son développement chez les enfants, bien que le risque avéré soit d’au moins 30 %. Pour que l’immunopathologie fonctionne, des déclencheurs sont nécessaires – des allergènes potentiels. Le groupe principal comprend :

  • irritants domestiques – acariens synanthropes vivant dans la poussière de la maison et de la bibliothèque, spores de moisissures, poils et squames d’animaux ;
  • pollen de plantes qui cause le rhume des foins (absinthe, herbe à poux, peuplier);
  • allergènes nutritionnels – protéines animales et végétales, agrumes, chocolat, autres produits.

D’autres facteurs défavorables dans le développement de la MA comprennent :

  • Travailler dans une industrie dangereuse. Les réactions immunopathologiques sont activées par un contact constant avec des produits chimiques (épichlorhydrine, formaldéhyde, phtalate), particules dispersées qui se forment au cours du processus de production. Le groupe à risque comprend les soudeurs, les peintres, les travailleurs des industries alimentaires, chimiques, du bois, les coiffeurs, les confiseurs, les vendeurs de produits chimiques ménagers.
  • Maladies infectieuses fréquentes du système respiratoire. Premièrement, les infections persistantes entretiennent l’inflammation, ce qui augmente la sensibilisation aux irritants potentiels. Deuxièmement, la réaction atopique est causée par les déchets de bactéries, de virus et d’autres agents pathogènes de maladies infectieuses. Troisièmement, l’utilisation fréquente ou à long terme de médicaments antibactériens prescrits pour le traitement peut affecter indirectement le mécanisme de transmission.
  • Conditions climatiques défavorables. Chez les enfants vivant dans les latitudes nordiques, le risque de mettre en œuvre une prédisposition héréditaire est plus élevé. Tout est une question d’immunité, qui est affaiblie en raison d’une carence en vitamine D, de rhumes fréquents.
  • Dépendance à la nicotine, tabagisme passif. Ils créent une charge toxique supplémentaire, qui affaiblit l’immunité du système respiratoire.

Pathogénèse

La violation de la réactivité immunologique des bronches se développe dans le contexte d’une hypersensibilité à certains stimuli. Après avoir rencontré pour la première fois un sensibilisant potentiel, le corps commence à produire des anticorps – les immunoglobulines E, qui déterminent si une substance particulière appartient au système immunitaire. Si une substance reçoit le statut de “dangereuse”, des médiateurs de l’inflammation sont libérés dans le sang pour la neutraliser : histamine, interleukine-1. Lors d’un contact répété avec le stimulus, l’histamine est synthétisée à la vitesse de l’éclair. La perméabilité des vaisseaux bronchiques augmente, le plasma pénètre dans l’espace intercellulaire. De plus, un œdème inflammatoire de la muqueuse bronchique se développe, accompagné d’une hypersécrétion des glandes situées dans le système respiratoire. Le secret muqueux s’accumule dans la lumière des voies respiratoires, mais ne peut en sortir. Le muscle, entourant les bronches, est fortement comprimé. Un spasme se produit, à la suite duquel les voies respiratoires se rétrécissent. La violation de la conductivité de l’air entraîne un échange gazeux inadéquat – hypoxémie (diminution du niveau d’oxygène dans le sang) et hypercapnie (accumulation de dioxyde de carbone dans le sang). Avec un long cours d’asthme bronchique, les tissus sains sont remplacés par des fibres de tissu conjonctif qui ne portent pas de charge fonctionnelle.

Un pourcentage beaucoup plus faible est représenté par l’asthme non allergique. Le mécanisme de développement de l’obstruction bronchique est associé à une violation de la clairance mucociliaire, responsable de la protection de la membrane muqueuse du système respiratoire. Sous l’influence de facteurs négatifs, la muqueuse perd la capacité d’éliminer le secret broncho-pulmonaire qui s’accumule dans la lumière des bronches. Les causes des paroxysmes (attaques) de BA non allergiques sont le stress psycho-émotionnel, l’idiosyncrasie, le déséquilibre hormonal, la prise incorrecte d’antipyrétiques (aspirine), le travail physique pénible, l’entraînement sportif intense.

Classement des BA selon la sévérité du cursus

La nature de l’évolution dépend de l’intensité de la manifestation des symptômes, de la régularité et de la sévérité des paroxysmes :

  • Intermittent (épisodique). Il se produit avec de rares exacerbations diurnes (pas plus d’une fois en 14-15 jours), ne dérange pas la nuit.
  • Chronique légère (persistante). Il y a des crises d’étouffement hebdomadaires le jour et épisodiques la nuit.
  • Moyennement persistant. Les paroxysmes surviennent quotidiennement, quelle que soit l’heure de la journée. De plus, plusieurs fois par semaine, l’état général s’aggrave considérablement.
  • Lourd. La symptomatologie générale persiste constamment, les paroxysmes attaquent le malade jour et nuit.
Lisez aussi :   L’asthme guérira-t-il si vous arrêtez de fumer ?

De par la nature du cours, le médecin détermine le niveau de contrôle possible, la tactique de la thérapie, sélectionne les médicaments pour le traitement de l’asthme bronchique.

Types de DA par phénotype

Les formes phénotypiques de la MA sont reflétées dans la Classification internationale des maladies :

  • Allergique exogène, atopique. Dans 90% des cas, il se développe chez les enfants et les adolescents ayant des antécédents familiaux dysfonctionnels.
  • Non allergique (idiosyncrasique, endogène). Non associé à une sensibilisation héréditaire. Elle survient chez l’adulte dans un contexte de stress, de dérèglements hormonaux, de prise d’aspirine, d’automédication avec des glucocorticoïdes.
  • Compatibles. Les réactions allergiques sont associées à l’obésité, au rhume des foins, à la bronchite ou à l’idiosyncrasie. Le développement de la pathologie ne dépend pas de l’âge et du sexe du patient.

Chez les femmes en période de préménopause et de ménopause, l’asthme survient avec un début retardé. Les modifications de l’arbre bronchique sont associées à une modification du statut hormonal.

Asthme bronchique : symptômes et signes

Il est possible de supposer le développement de BA par des modifications des organes respiratoires et de l’immunité:

  • toux sifflante chronique qui sort du larynx lors de l’expiration;
  • complications fréquentes des infections virales respiratoires aiguës saisonnières – bronchite, pneumonie, trachéite, laryngotrachéite, etc.;
  • récupération difficile à long terme de la respiration après une excitation ou un exercice ;
  • dyspnée – essoufflement, non associé à un effort physique intense;
  • rhinorrhée (écoulement muqueux du nez) pendant la période de floraison.

Lorsque le diagnostic est confirmé, les signes potentiels se transforment en symptômes généraux. Au stade de l’inflammation chronique du système broncho-pulmonaire, faiblesse, insomnie, irritabilité, sueurs nocturnes et troubles du rythme cardiaque les rejoignent. Les complications de l’asthme sont l’insuffisance cardiopulmonaire, l’emphysème.

Le développement d’une crise d’asthme dans l’asthme bronchique

Le paroxysme se développe par étapes :

  • La compensation est l’étape des signes avant-coureurs. À l’approche d’un paroxysme, le patient est dérangé par des éternuements, une rhinorrhée, des palpitations, de l’agitation, de l’anxiété. La respiration devient inégale – l’inspiration est superficielle, l’expiration est prolongée.
  • Sous-compensation. Le mécanisme compensatoire cesse d’équilibrer les violations de la conduction bronchique. Il y a une respiration sifflante, un essoufflement, une sensation de manque d’oxygène (hypoxie). Une respiration rapide et rapide est remplacée par une expiration allongée avec un sifflement thoracique et une respiration sifflante. Le travail arythmique du système broncho-pulmonaire provoque une forte toux avec des expectorations peu expectorées. En raison de l’hypoxie, le pouls s’accélère, la peau du triangle nasolabial devient bleue, des vertiges, des tremblements et des douleurs pressantes dans la poitrine se produisent. En essayant de faciliter la pénétration de l’air dans les poumons, le patient adopte une position genou-coude.
  • L’état asthmatique est une exacerbation sévère de l’obstruction bronchique qui ne répond pas au traitement systémique. L’état potentiellement mortel se caractérise par la formation de bouchons muqueux à partir d’expectorations épaisses, le développement d’une insuffisance respiratoire, l’asphyxie (suffocation). Sans assistance médicale d’urgence, une crise d’asthme peut être mortelle.
  • Stade de développement inverse. S’il était possible d’arrêter l’étouffement en temps opportun, la respiration et le rythme cardiaque se stabilisent progressivement et la toux devient productive. Dans les 30 à 60 minutes, la pâleur de la peau, l’extrême faiblesse et le tremblement des membres persistent.

En cas de contact étroit avec des allergènes, le paroxysme peut se développer rapidement – sans précurseurs et avec une évolution accélérée du stade de sous-compensation.

Diagnostic de BA

Il est important de distinguer l’asthme bronchique de l’insuffisance ventriculaire gauche aiguë (asthme cardiaque), de la bronchite obstructive ou asthmatique. Il est impossible de poser un diagnostic précis en se basant uniquement sur les symptômes. Le complexe diagnostique comprend:

  • L’étude des antécédents familiaux, l’analyse des antécédents prémorbides du patient, l’identification des éruptions cutanées, la rhinite allergique.
  • Évaluation de l’état clinique du patient, dynamique de la maladie, fréquence des exacerbations, intensité, durée des crises.
  • Evaluation de l’efficacité des antihistaminiques utilisés dans les allergies.
  • Examen physique. Lors de l’auscultation, le pneumologue entend des sifflements et des sifflements, des bruits persistants spécifiques lors de l’inspiration et de l’expiration. À la percussion, une tympanite basse est notée – un son semblable à un coup sur une boîte en carton (son de boîte).
  • La spirométrie est une mesure matérielle des indicateurs volumétriques et de vitesse de la conductivité de l’air dans les bronches. Réalisé pour évaluer la respiration externe.
  • La débitmétrie de pointe est une détermination instrumentale du débit expiratoire maximal.
  • La bronchoscopie est une étude des bronches. Un endoscope souple équipé d’une caméra vidéo et d’un système d’éclairage est introduit par la bouche. Une image de la surface interne des voies bronchiques s’affiche à l’écran.
  • Électrocardiographie (ECG) pour évaluer la capacité fonctionnelle du cœur.
  • Radiographie ou tomodensitométrie du thorax pour évaluer l’état du système respiratoire.
  • Tests cutanés d’allergie – identification des allergènes qui provoquent la suffocation. Le test consiste à maintenir les doses minimales de l’allergène. En présence d’une réaction immunologique, des démangeaisons, un gonflement ou une éruption cutanée apparaissent. La méthode de réalisation des tests d’allergie cutanée est choisie par le pneumologue – scarification, intradermique, application ou prick-test (tests avec injection).
  • Test d’inhalation provocateur avec un nébuliseur – inhalation d’allergènes à travers un masque sous la supervision d’un médecin.
  • Un test sanguin pour la teneur en immunoglobulines E, un test radioallergosorbant pour les IgE.
  • L’étude de la composition gazeuse du sang – la détermination de la saturation, la pression partielle d’oxygène et de dioxyde de carbone, la concentration d’anions bicarbonate dans le plasma.
  • Analyses cliniques des crachats, du sang, de l’urine.

De plus, des consultations d’un endocrinologue, cardiologue, neurologue, psychiatre sont prescrites.

Méthodes de traitement

Le traitement de l’asthme bronchique nécessite le contrôle de la maladie. Le traitement débute par l’exclusion des allergènes identifiés lors du diagnostic. En cas d’allergies nutritionnelles, un régime strict est indiqué. Tous les aliments pouvant provoquer une exacerbation de la maladie sont retirés de l’alimentation. Lorsque vous réagissez à des irritants domestiques, vous devez remplacer la literie en plumes (pood) par des hivernants synthétiques, vous débarrasser des rideaux épais, des tapis et confier vos animaux de compagnie entre de bonnes mains. La situation est plus compliquée avec les attaques saisonnières, qui sont causées par les plantes à fleurs. Les médecins conseillent de partir pendant la période de distribution active du pollen de fleurs. Si cela n’est pas possible, il est recommandé d’utiliser un masque médical, d’avoir toujours sur vous un inhalateur et de ne pas visiter les places et les parcs.

Traitement médical

La pharmacothérapie complexe de BA est réalisée dans plusieurs directions:

  • stabilisation de l’état – maintien de la fonction respiratoire;
  • prévention des exacerbations, soulagement rapide des paroxysmes;
  • prévention de l’obstruction bronchique irréversible.

Deux groupes de médicaments pour le système respiratoire sont considérés comme fondamentaux – de soutien (pour une utilisation continue) et situationnels (pour soulager une crise d’asthme).

Le premier groupe comprend :

  • méthylxanthines – à effet bronchodilatateur modéré à base de théophylline (Teopek);
  • médicaments anti-inflammatoires systémiques;
  • les antileucotriènes qui empêchent l’augmentation de la perméabilité capillaire ;
  • médicaments contre la toux combinés;
  • gouttes nasales vasoconstrictrices – à usage saisonnier; – renforcer l’immunité locale et générale.

Dans le traitement de l’asthme bronchique, les glucocorticostéroïdes sont utilisés. Le schéma et les doses d’hormonothérapie sont sélectionnés individuellement. L’automédication hormonale peut, au mieux, entraîner le développement d’une tachyphylaxie (addiction), et au pire, provoquer une crise cardiaque ou un bronchospasme sévère.

Pour éliminer les crises, utilisez :

  • bêta-agonistes qui améliorent l’évacuation des expectorations pour augmenter la lumière des bronches (orciprénaline, salbutamol);
  • bloqueurs du neurotransmetteur acétylcholine (Trihexyphenidyl, Biperiden, etc.);
  • inhalateurs – aérosols contenant des sympathomimétiques et des méthylxanthines à action rapide.

Le soulagement des paroxysmes graves est effectué à l’hôpital. L’apport d’oxygène humidifié à travers un masque, la thérapie par perfusion, l’oxygénation hyperbare aident à soulager la suffocation – saturation des bronches en oxygène sous haute pression. Avec le développement de l’état de mal asthmatique, il est possible de connecter le patient à un ventilateur. Après stabilisation de l’état du patient, il reste à l’hôpital pour un traitement.

En période de rémission, on prescrit aux asthmatiques des séances de kinésithérapie, des exercices de kinésithérapie. Il leur est également recommandé de maîtriser les exercices de respiration, si possible, de suivre une thérapie de cours dans des sanatoriums spécialisés.

La prévention

Les mesures préventives sont axées sur la prévention des crises d’asthme. Il s’agit de la minimisation du contact avec les allergènes, de la diététique, du traitement rapide de l’OVRI, de la psychothérapie, de l’activité physique réalisable, de la prise de vitamines, de compléments alimentaires pour le système respiratoire.

Asthme bronchique chez les enfants

Chaque année, le 11 décembre, la Journée mondiale de l’asthme est célébrée dans le monde entier. Il y a encore 20 ans, les parents percevaient un tel diagnostic pour un enfant comme une phrase. Comment traite-t-on l’asthme chez les enfants aujourd’hui? Et quelles méthodes thérapeutiques modernes sont disponibles dans le cadre de la politique CHI ?

Qu’est-ce que l’asthme bronchique ?

Le terme “asthme bronchique” est traduit du grec par “respiration lourde”. Il s’agit d’une maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires de nature non infectieuse. Il est basé sur le bronchospasme (rétrécissement de la lumière des bronches), qui sert de réponse à une réaction allergique. En conséquence, le patient développe un essoufflement, une sensation d’oppression dans la poitrine, une toux.

L’asthme bronchique, selon les statistiques de l’OMS, survient chez 5% des enfants. Les causes de l’apparition de la maladie ne sont pas entièrement comprises. Les facteurs les plus prédisposants sont l’hérédité (présence d’asthme bronchique chez les proches), la manifestation d’allergies dès la naissance, ainsi que des conditions environnementales défavorables dans le lieu de résidence de l’enfant (tabagisme adulte, mauvaises conditions environnementales, etc.).

Qui est votre patient le plus fréquent ?

Tout d’abord, les enfants à risque d’asthme bronchique dont les proches ont déjà souffert de cette maladie. Le plus souvent, la mauvaise hérédité de la part de la mère compte. Aussi, nous, allergologues-immunologues, portons une attention particulière aux jeunes patients qui présentent des signes de maladie allergique depuis la naissance (par exemple, dermatite atopique ou conjonctivite allergique) ou qui ont des antécédents de bronchite obstructive récurrente. C’est chez ces enfants qu’il existe un risque élevé de développer un asthme bronchique classique. Habituellement, ce diagnostic est posé après 6-7 ans afin d’éviter un surdiagnostic de cette maladie.

immunologiste-allergologue, pédiatre, candidat en sciences médicales,
chef du département d’allergologie et d’immunologie, Children’s City Clinical Hospital No. GN Speransky.

Méthodes diagnostiques

Pour diagnostiquer l’asthme bronchique chez le jeune enfant, des tests allergologiques sont utilisés : un test cutané ou un prélèvement sanguin pour le dosage d’immunoglobulines spécifiques E. Les enfants de plus de 5-6 ans subissent une spirométrie, un examen instrumental permettant d’évaluer les fonctions de la respiration externe.

Voies respiratoires – en bonne santé et souffrant d’asthme

Symptômes de la maladie

Les symptômes typiques d’une évolution aiguë de l’asthme bronchique sont la toux, l’essoufflement avec difficulté à expirer et une respiration sifflante sifflante sèche, qui peut être entendue même à distance. Leur particularité est la régularité de la répétition tout au long de l’année. De tels symptômes surviennent souvent lorsqu’ils sont exposés à un allergène important, dans le contexte du SRAS, lors d’un stress physique et émotionnel.

Comment les parents peuvent-ils reconnaître une crise d’asthme chez un jeune enfant ?

Les parents doivent être alertés par la toux, l’essoufflement, la respiration sifflante, qui peuvent survenir soudainement ou dans le contexte du SRAS, des exercices physiques. Pour arrêter une crise, un enfant doit toujours avoir à portée de main un inhalateur de poche, prescrit par un médecin.

Cependant, il est assez difficile pour un non-spécialiste de reconnaître l’asthme bronchique chez un petit enfant âgé de 1 à 3 ans. Ces enfants ne savent toujours pas comment formuler correctement leurs plaintes. Par conséquent, au moindre changement dans la santé du bébé, vous ne devez pas tout annuler pour les «infections respiratoires aiguës sous-traitées», mais demander immédiatement conseil à un allergologue.

immunologiste-allergologue, pédiatre, candidat en sciences médicales,
chef du département d’allergologie et d’immunologie, Children’s City Clinical Hospital No. GN Speransky.

Comment traite-t-on l’asthme bronchique ?

Malheureusement, aujourd’hui, la médecine n’est pas en mesure de guérir un enfant de l’asthme bronchique : si un tel diagnostic est posé, il persiste toute la vie. Cependant, les algorithmes thérapeutiques modernes peuvent rendre la maladie gérable et éliminer l’apparition des symptômes ou minimiser la fréquence des crises.

Les méthodes efficaces de traitement de l’asthme bronchique comprennent.

Thérapie médicale.

Traitement des comorbidités.

Physiothérapie.

Existe-t-il des restrictions dans la vie quotidienne des enfants souffrant d’asthme bronchique ?

Malgré le fait que l’asthme bronchique appartient à la catégorie des maladies chroniques, cela ne signifie pas que l’enfant est handicapé et ne peut pas mener le même style de vie que ses pairs. Il doit faire du sport et avoir une activité physique régulière. Une autre chose est que tout a besoin d’une approche raisonnable. Par exemple, courir sur de longues distances est contre-indiqué, tandis que nager dans la piscine ou jouer au football ne sont que les bienvenus. Si on parle de restrictions radicales, elles ne concernent que l’exclusion du contact avec des allergènes confirmés. Par exemple, si vous êtes allergique aux poils d’animaux, vous ne devriez pas faire démarrer un chat à la maison. Et si vous êtes allergique à la poussière, vous n’avez pas besoin de faire une refonte majeure dans l’appartement en présence d’un enfant.

immunologiste-allergologue, pédiatre, candidat en sciences médicales,
chef du département d’allergologie et d’immunologie, Children’s City Clinical Hospital No. GN Speransky.

Traitement gratuit de l’asthme bronchique à Moscou dans le cadre de la police d’assurance médicale obligatoire

Le programme d’assurance médicale obligatoire (CMI) offre la possibilité d’un traitement gratuit de l’asthme bronchique à tous les patients de nationalité russe.

Les résidents d’autres régions, afin d’obtenir un traitement planifié dans l’un des hôpitaux de la ville de Moscou, doivent déposer une demande sur le site Web du projet MHS.rf ou appeler la hotline du projet Moscow Capital of Health: +7 (495 ) 587-70-88.

Le matériel a été préparé conjointement avec un expert: Natalya Valentinovna Zinovieva,
allergologue-immunologue, pédiatre, PhD,
chef du département d’allergologie et d’immunologie, Children’s City Clinical Hospital No. GN Speransky.

Source: projet d’information
“Moscou – la capitale de la santé”

L’asthme bronchique

L’asthme bronchique se répand parmi les masses, aujourd’hui dans le monde près de 300 millions d’adultes et d’enfants en sont malades. C’est l’asthme qui est considéré comme la maladie infantile chronique la plus courante, les histoires de vie de près de 15% des jeunes Russes sont marquées par ce diagnostic désagréable, et il y a plus d’enfants malades que d’adultes.

Une caractéristique inhabituelle de l’asthme bronchique: la proportion maximale de la maladie est diagnostiquée dans l’enfance, principalement chez les garçons, à l’adolescence, le rapport garçons et filles malades se stabilise, et chez les adultes, l’asthme touche principalement les femmes.

En Russie, dix adultes sur cent souffrent d’asthme, et seulement environ 7 millions, soit un peu plus de 40 000 par an, ne subissent pas une autre crise grave de la maladie. L’incidence la plus élevée a frappé les Écossais. L’humidité et le froid provoquent l’asthme, connu même d’Hippocrate, qui a eu l’idée d’appeler l’asthme de suffocation paroxystique.

On note que la propreté entraîne également une augmentation de la fréquence des allergies, et l’asthme comme son apogée clinique. Un cas clinique amusant s’est produit au Moyen Âge, un médecin italien, sans aucun médicament, a guéri l’évêque de l’asthme, lui a prescrit un régime avec des exercices et, surtout, a remplacé l’ancien lit de plumes.

Les citoyens souffrent plus souvent d’asthme bronchique que les villageois, car dans une civilisation trop propre et une urbanisation polluée, le corps humain n’apprend pas à réagir adéquatement aux effets de divers allergènes naturels, mais divers aéropolluants flottent et volent constamment dans l’air – particules nocives des industries technogéniques. Il a été remarqué que la sévérité de l’asthme est directement liée au statut social et nerveux du patient, plus sa vie est nerveuse, plus sa maladie est difficile.

Nous vous rappellerons

Provocateurs d’asthme

Les raisons de la survenue de l’asthme sont nombreuses, aujourd’hui les experts le définissent comme une maladie “hétérogène”, littéralement, hétérogène ou multi-causale. Mais on sait avec certitude que dans le contexte d’une inflammation chronique des muqueuses des voies respiratoires, la plupart des cas d’asthme surviennent, mais en aucun cas toutes les maladies ne peuvent s’expliquer uniquement par cela. Dans l’asthme, le corps réagit de manière inadéquate à certains stimuli spécifiques, lorsque la réponse à la présence d’un facteur non natif est supérieure à ce qu’elle devrait être.

Dans le rôle de déclencheur de la maladie, les allergènes qui remplissent l’environnement extérieur agissent le plus souvent. En règle générale, ce sont des allergènes naturels, tels que la poussière domestique, les poils d’animaux, les écailles de chitine d’insectes et les spores fongiques. Pour initier le processus, une dose microscopique de l’allergène suffit, même un gramme n’est pas nécessaire. Soit dit en passant, des études scientifiques confirment que moins un enfant rencontre de tels allergènes, c’est-à-dire plus le monde qui l’entoure est propre, plus il est susceptible de développer de l’asthme lors de la première rencontre avec une composante auparavant inaccessible de l’environnement extérieur. Ainsi, les cafards ont été expulsés des appartements et les générations suivantes de personnes qui n’avaient jamais rencontré de cafards domestiques ont eu une réaction accrue à leurs allergènes.

Contribue à la formation de l’asthme, mais ne le provoque pas, la pollution par les gaz, les substances nocives professionnelles, la fumée de tabac, la nourriture. Les éléments déclencheurs sont le climat froid et humide, des charges physiques importantes, voire presque athlétiques chez une personne non entraînée. En eux-mêmes, tous ne sont pas des allergènes, mais ils aident les allergènes à nuire, rétrécissant également la lumière des bronches. Il existe même l’asthme d’effort, qui se manifeste pendant l’exercice, généralement associé à un traitement inadéquat.

Pour beaucoup d’entre nous, l’asthme a des causes liées au travail, ou plutôt à l’environnement de travail. Cette forme s’appelle l’asthme au travail. Il y a des centaines de substances qui peuvent causer des maladies, la poussière de maison n’est pas du tout comme la poussière de bibliothèque, ou la poussière de rue, ou la poussière de bureau. Avec l’asthme au travail, la poussière «de travail» du bureau entraîne le développement d’une attaque dont la composition ne coïncide pas avec la maison. De même, cela se produit dans certains types de production, où la poussière contient des particules de peintures et de produits chimiques absents des appartements. Et il s’avère qu’il y a toujours une raison à l’asthme.

Attitude interne face à l’asthme

Mais pour le développement de l’asthme, une prédisposition interne est également nécessaire. Il est suggéré qu’il existe une prédisposition génétique, car avec au moins un parent asthmatique, dans la moitié des cas, l’enfant court le risque d’hériter de la maladie. Mais les gènes spécifiques responsables de l’apparition de la maladie n’ont pas encore été trouvés. L’excès de poids contribue au développement de l’asthme, dans lequel la graisse abdominale pousse le diaphragme dans la cavité thoracique, à cause de quoi le volume de la respiration diminue, les sections inférieures des poumons sont «comprimées» et les bactéries qui ont volé avec l’air se multiplient dans chaleur et humidité.

Une caractéristique intéressante de la relation de la maladie avec le sexe. Dans l’enfance, les garçons sont plus sensibles à l’asthme, mais pas à cause du chromosome «mâle» ou des hormones sexuelles, mais simplement parce qu’ils ont une lumière bronchique légèrement plus petite.Par conséquent, avec l’inflammation, les bronches se chevauchent facilement avec la muqueuse œdémateuse, formant un environnement favorable environnement propice au maintien de l’inflammation bactérienne. Chez l’adulte, l’asthme est une maladie féminine, et ici il semble lié à la production d’hormones sexuelles, car les crises coïncident souvent avec les menstruations.

Comment se produit l’asthme

L’asthme bronchique est basé sur l’inflammation des voies respiratoires, et l’inflammation peut être causée par des bactéries, des virus et des protozoaires – n’importe qui. Mais très souvent, la première attaque de la maladie survient précisément après l’infection, et comme chaque personne en moyenne six fois par an souffre d’une infection virale – un rhume, la raison du développement de l’asthme se produit assez souvent. La crise d’asthme elle-même se produit directement en raison d’un rétrécissement prononcé de la lumière bronchique, en règle générale, dans le contexte d’un rétrécissement inflammatoire déjà existant.

La muqueuse en état d’inflammation est saturée d’un excès de liquide et les cellules immunitaires se rassemblent en abondance, rejetant des substances biologiquement actives à la moindre provocation. Un minuscule allergène qui s’est envolé avec le flux d’air tombe sur une muqueuse œdémateuse lâche, et immédiatement des foules de cellules immunitaires s’y précipitent, jetant des produits qui devraient tuer l’allergène, mais l’allergène n’est pas un organisme vivant, il ne peut pas être tué . La muqueuse gonfle encore plus, rétrécissant la lumière, et l’air ne peut traverser la bronche qu’avec l’application d’un effort. L’étouffement commence, toutes les personnes normales ont peur de la mort par manque d’air, et à partir de la libération des “hormones de la peur”, l’attaque s’intensifie encore plus.

Les crises d’asthme sont le plus souvent provoquées par le stress, des expériences émotionnelles, après un stress mental et un surmenage. L’asthme est une maladie psychosomatique, il ne se produit pas seulement sur fond d’émotions, l’attaque est aggravée par l’émotion, la peur de rencontrer un allergène et de développer une attaque ne passe pas sans laisser de trace pour le psychisme. Chez les patients de moins de 40 ans, dans neuf cas sur dix, une allergie ancienne devient la cause de la maladie. Les personnes âgées peuvent également développer de l’asthme car l’emphysème et les maladies pulmonaires créent un environnement favorable.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.