Dyspepsie putride

La dyspepsie putréfactive est une pathologie du système digestif, dans laquelle la digestion des aliments protéiques dans le tractus gastro-intestinal supérieur est perturbée, c’est pourquoi les processus putréfactifs prédominent dans le gros intestin. Il y a des nausées, des vomissements, des éructations, des coliques intestinales, des flatulences, des grondements, une lourdeur dans l’abdomen, du ténesme, de la diarrhée, un assombrissement des selles. L’intoxication et les manifestations psychosomatiques comprennent la léthargie, l’apathie, l’état subfébrile, la perte d’appétit, l’anxiété, l’insomnie, la paresthésie, les troubles menstruels, la diminution de la puissance. Diagnostiqué sur la base des plaintes, de l’anamnèse, des données de test, des études d’imagerie. Traitement – thérapie diététique en association avec un traitement médicamenteux.

CIM-10

informations générales

La dyspepsie putréfactive est l’une des variétés de dyspepsie, dans laquelle prédominent les troubles de la digestion des protéines. A généralement une évolution chronique, peut être détecté à la fois chez les adultes et chez les patients pédiatriques. Les personnes des deux sexes souffrent. La pathologie aggrave la qualité de vie du patient, accompagnée d’une variété de symptômes gastro-intestinaux, de manifestations psychosomatiques. En raison de la variabilité et de l’instabilité des symptômes, cela peut entraîner des difficultés diagnostiques dans les premières étapes de l’examen.

Les raisons

La dyspepsie putréfactive est une affection polyétiologique qui se développe avec une dénutrition, des maladies organiques et des troubles fonctionnels du système digestif. En gastro-entérologie clinique, il est considéré comme une conséquence d’un déficit enzymatique ou d’un apport excessif de protéines provenant des aliments. Les maladies congénitales et acquises suivantes peuvent provoquer le développement d’une pathologie:

Les troubles alimentaires jouent un rôle important. La dyspepsie putréfactive survient dans un contexte de suralimentation, de prédominance de produits d’origine animale et de manque de substances végétales dans l’alimentation. Une quantité excessive de nourriture et sa composition déséquilibrée entraînent un manque d’enzymes, et un manque de composants végétaux provoque une atonie intestinale, ce qui aggrave les processus de décomposition.

Les produits de mauvaise qualité et périmés provoquent une intoxication alimentaire, contre laquelle l’activité des enzymes diminue, des processus de fermentation et de putréfaction se développent. Les facteurs prédisposant au développement de la maladie sont une activité physique insuffisante, des stress nombreux et prolongés.

Pathogénèse

Le manque d’enzymes conduit au fait que les protéines sont mal digérées dans le tractus gastro-intestinal supérieur et pénètrent dans le gros intestin. Cela active les processus de putréfaction, à la suite desquels la quantité de toxines et de produits de décomposition acides augmente dans la lumière intestinale. L’impact des acides sur la paroi intestinale potentialise le développement de l’œdème muqueux.

Les micro-organismes impliqués dans le processus de digestion commencent à sécréter des endotoxines qui, avec d’autres toxines, sont absorbées et pénètrent dans la circulation sanguine, provoquant une intoxication et des lésions inflammatoires du système digestif. En raison de l’augmentation de la quantité d’ammoniac, qui est également absorbée par les intestins, l’activité du système nerveux est perturbée. La tendance des érythrocytes à s’agréger augmente, ce qui provoque la coagulation du sang, altère la microcirculation dans la paroi intestinale et conduit à une aggravation de l’œdème.

Classification

Compte tenu de la sévérité des symptômes, on distingue trois degrés de sévérité de la dyspepsie putréfactive :

  • Léger . Le patient est préoccupé par les symptômes du tractus gastro-intestinal, il n’y a aucun signe d’intoxication.
  • Poids moyen . Des symptômes généraux et intestinaux sont observés, des troubles de l’équilibre eau-sel sont détectés, une perte de poids est notée.
  • Lourd . Les manifestations énumérées ci-dessus sont complétées par des troubles neurologiques, des modifications du pH du sang vers le côté acide et une diminution de la quantité d’urine.

Symptômes de la dyspepsie putréfactive

Les patients se plaignent d’éructations, de nausées et de vomissements occasionnels. Vous pouvez être intolérant aux aliments gras. Il y a des douleurs spastiques, des grondements et de l’inconfort dans l’abdomen. Perturbé par des flatulences. Le ténesme survient périodiquement. Il y a une diminution de l’appétit, un changement dans la nature et la couleur des selles – elles s’assombrissent, deviennent liquides ou pâteuses, acquièrent une odeur piquante. À l’examen, une distension abdominale, une tension musculaire de la paroi abdominale est révélée.

Les symptômes d’intoxication comprennent une légère augmentation de la température corporelle, de la léthargie, de la faiblesse, de la fatigue, une diminution des performances. La liste des troubles névrotiques comprend une anxiété accrue, des peurs non motivées, de l’apathie et une tendance à développer des troubles dépressifs. Insomnie possible la nuit, somnolence le jour. Les manifestations psychosomatiques comprennent des sensations inhabituelles dans l’abdomen : picotements, engourdissements, ramper. Chez la femme, le cycle menstruel est perturbé. Chez les hommes, la libido diminue.

La pathologie procède par alternance de rémissions et d’exacerbations. Les exacerbations se produisent sans causes externes, plus souvent observées au printemps et en automne. Caractérisé par des fluctuations quotidiennes de l’état général avec une détérioration le matin et une amélioration l’après-midi. Les symptômes sont variables et peuvent changer avec le temps, ce qui rend difficile la reconnaissance de la maladie sur la base des signes cliniques.

Complications

La dyspepsie putréfactive affecte négativement tous les aspects de la vie du patient. Avec l’existence à long terme de la pathologie, le développement de maladies fonctionnelles, puis organiques, dues à l’absorption constante de toxines et de troubles métaboliques, est possible. Des troubles névrotiques sont souvent observés. Certains patients souffrent de dépression, d’anxiété, d’hypocondrie.

Diagnostic

Le diagnostic est effectué par un gastro-entérologue. Avec la prédominance des symptômes névrotiques, les patients se tournent parfois d’abord vers des psychologues, puis sont redirigés vers des médecins somatiques. L’une des tâches principales d’un spécialiste est d’exclure d’autres maladies accompagnées de symptômes similaires. Les procédures de diagnostic suivantes sont prescrites :

  • Recherche en laboratoire. Dans les analyses des matières fécales, des changements sont trouvés qui confirment la prédominance de la putréfaction. Les tests sanguins et urinaires en l’absence d’autres pathologies sont inchangés, dans les cas graves, des troubles métaboliques sont détectés. Les tests de vers et de Giardia permettent d’exclure les maladies parasitaires.
  • Études endoscopiques. Les patients subissent une endoscopie et une coloscopie. Avec une nature fonctionnelle, les changements ne sont pas déterminés. En présence de pathologies organiques, les signes de gastrite ou de colite sont confirmés.
  • Échographie des organes abdominaux. En l’absence d’autres maladies, il n’y a pas de changements pathologiques. Il est possible de détecter une pancréatite et d’autres maladies qui provoquent une dyspepsie.
  • Radiographie de l’estomac et des intestins. L’utilisation d’un agent de contraste permet de confirmer les violations de la fonction d’évacuation de l’estomac et de la motilité intestinale observées dans la dyspepsie.

Selon les indications, d’autres études sont menées. Tout d’abord, les maladies les plus dangereuses sont exclues – les tumeurs malignes du tractus gastro-intestinal. Ensuite, un diagnostic différentiel est réalisé avec d’autres pathologies fonctionnelles et organiques : syndrome du côlon irritable, gastrite, colite, etc.

Traitement de la dyspepsie putréfactive

Le traitement est conservateur. La base des mesures thérapeutiques est la thérapie diététique, qui est complétée par la prise de médicaments. Le patient est prescrit la faim pendant 1-3 jours. Pendant cette période, il est souvent permis, mais en petites portions, de boire de l’eau et du thé non sucré. L’arrêt du jeûne commence par l’utilisation de glucides simples.

Ensuite, le régime est progressivement élargi, en excluant une quantité importante de produits protéiques. On recommande au patient des repas fractionnés fréquents avec une prédominance d’aliments traités thermiquement. La thérapie médicale peut inclure :

  • antispasmodiques pour réduire la douleur;
  • astringents et antidiarrhéiques pour restaurer le caractère normal des selles;
  • des adsorbants pour réduire les flatulences ;
  • vitamines et microéléments pour éliminer le béribéri et normaliser le métabolisme minéral;
  • moyens de restauration de la microflore.

Lorsque des maladies chroniques provoquant une dyspepsie putréfactive sont détectées, le patient se voit prescrire un traitement étiopathogénétique approprié. En présence de troubles névrotiques et dépressifs, un travail avec un psychologue est indiqué, prenant parfois des antidépresseurs et des sédatifs.

Prévoir

Le pronostic est déterminé par la gravité et la durée de la maladie, la présence d’une pathologie organique provoquante et la volonté du patient de se conformer aux recommandations médicales. En suivant le régime alimentaire, en prenant les médicaments prescrits et en normalisant l’état psychologique, il est souvent possible d’obtenir une rémission stable.

La prévention

Les mesures préventives comprennent l’organisation d’une alimentation régulière et équilibrée en utilisant des produits de qualité, le maintien d’une activité physique suffisante et la prévention des situations de stress. Les patients souffrant de maladies pouvant provoquer une dyspepsie putréfiante doivent être observés par un spécialiste et recevoir un traitement prescrit.

Dyspepsie

La dyspepsie est un trouble digestif causé par des causes organiques et fonctionnelles. Les symptômes sont des douleurs dans la partie supérieure de l’abdomen de localisation incertaine, des nausées, des brûlures d’estomac, une sensation de plénitude dans l’estomac, une satiété rapide après avoir mangé, etc. Le diagnostic n’est établi que si une autre pathologie du tractus gastro-intestinal est exclue et un examen endoscopique du tube digestif supérieur est d’une importance fondamentale. Traitement symptomatique: préparations enzymatiques, moyens d’améliorer la motilité gastro-intestinale, etc. La psychothérapie est d’une grande importance – après des cours avec un psychologue, la plupart des patients constatent une diminution de l’intensité des plaintes.

CIM-10

informations générales

La dyspepsie est l’un des principaux problèmes de la gastro-entérologie moderne, puisque jusqu’à 40% de la population des pays développés se plaint vaguement d’inconfort digestif, alors qu’un sur cinq seulement consulte un médecin. Les troubles digestifs peuvent avoir une base organique ou fonctionnelle.

La dyspepsie organique survient dans le contexte de diverses pathologies du système digestif (gastrite, ulcère peptique, maladies inflammatoires du système hépatobiliaire, du pancréas et de diverses parties de l’intestin, tumeurs du tractus gastro-intestinal, etc.). La dyspepsie fonctionnelle est dite dans le cas où, en présence de symptômes d’une violation de l’activité de l’estomac, aucune pathologie organique n’est détectée qui pourrait provoquer ces plaintes. Les femmes souffrent de dyspepsie fonctionnelle 1,5 fois plus souvent que les hommes ; Le principal groupe d’âge dans lequel cette maladie est détectée est celui des 17-35 ans.

Causes de la dyspepsie

La pathologie est considérée comme une maladie psychosociale dans laquelle, en raison de divers facteurs de stress, la régulation des fonctions de l’estomac et des premières sections de l’intestin est perturbée. Outre le surmenage émotionnel, les causes de la dyspepsie fonctionnelle peuvent être la malnutrition, la prise de certains médicaments, une sécrétion accrue d’acide chlorhydrique, une contamination par Helicobacter pylori de la muqueuse gastrique, une dyskinésie des premières sections du tube digestif, une mauvaise digestion des sucres complexes, etc. On sait que l’hypovitaminose (insuffisance en vitamines C et groupe B) peut également contribuer au développement de la dyspepsie.

En raison de l’impact de ces facteurs sur la paroi de l’estomac, la sensibilité des récepteurs viscéraux augmente, il existe une discoordination de la motilité de l’estomac et de l’intestin grêle et la sécrétion normale des sucs digestifs est perturbée. Les manifestations de ces troubles sont une gastroparésie (accompagnée d’une lourdeur dans l’épigastre, des nausées et des vomissements), une susceptibilité viscérale accrue à l’étirement (sensation d’estomac plein, douleur affamée dans la région épigastrique), un relâchement incomplet de la couche musculaire de l’organe (sensation de satiété précoce), ralentissant le mouvement des masses alimentaires de l’estomac vers les intestins.

Des maladies telles que les allergies alimentaires, le reflux gastro-œsophagien, la hernie diaphragmatique avec déplacement de l’œsophage abdominal dans la cavité thoracique, la gastrite, l’achlorhydrie, l’ulcère peptique de l’estomac et du duodénum, ​​la cholélithiase, la cholécystite, l’état après cholécystectomie, la pancréatite, la sténose pylorique surviennent également avec syndrome dyspeptique. , tumeurs du tractus gastro-intestinal, diverses infections du tube digestif.

La cause la plus fréquente de dyspepsie chez les enfants est l’intoxication alimentaire, dans ce cas, avec le syndrome dyspeptique, le syndrome d’exicose toxique vient au premier plan. Étant donné que les signes de dyspepsie organique sont abordés dans les sections sur les maladies correspondantes du tractus gastro-intestinal, cet article se concentrera principalement sur la dyspepsie fonctionnelle.

Pathogénèse

En raison de l’impact de ces facteurs sur la paroi de l’estomac, la sensibilité des récepteurs viscéraux augmente, il existe une discoordination de la motilité de l’estomac et de l’intestin grêle et la sécrétion normale des sucs digestifs est perturbée. Les manifestations de ces troubles sont une gastroparésie (accompagnée d’une lourdeur dans l’épigastre, des nausées et des vomissements), une susceptibilité viscérale accrue à l’étirement (sensation d’estomac plein, douleur affamée dans la région épigastrique), un relâchement incomplet de la couche musculaire de l’organe (sensation de satiété précoce), ralentissant le mouvement des masses alimentaires de l’estomac vers les intestins.

Classification de la dyspepsie

Sur la base du principe pathogénétique, on distingue la dyspepsie fonctionnelle et organique. La pathologie organique accompagne diverses maladies du tube digestif et la pathologie fonctionnelle survient dans le contexte de l’absence de dommages organiques au tractus gastro-intestinal. Selon le facteur causal, on distingue les variantes suivantes de la dyspepsie:

  • Alimentaire – généralement associé à une violation du rapport des nutriments essentiels dans l’alimentation. La dyspepsie fermentative se développe avec la prédominance des glucides dans le menu, putride – avec des protéines et de la viande rassis, savonneuse – avec un excès de graisses réfractaires.
  • Enzymatique – associé à une production insuffisante d’enzymes digestives. Selon l’organe dans lequel le déficit enzymatique s’est développé, on distingue les dyspepsies gastrogènes, pancréatogènes, hépatogènes et entérogéniques.
  • La dyspepsie dans le syndrome de malabsorption est associée à une mauvaise absorption des nutriments dans l’intestin.
  • Infectieux – se développe avec diverses infections intestinales, le plus souvent avec la dysenterie et la salmonellose.
  • Intoxication – se produit avec une intoxication aiguë, des infections générales graves, des blessures étendues.

Il existe également quatre formes cliniques de dyspepsie fonctionnelle : ulcéreuse, dyskinétique, reflux et indéterminée.

Symptômes de la dyspepsie

Le diagnostic d’un trouble fonctionnel est établi en présence de trois critères obligatoires. Le premier d’entre eux concerne les plaintes de douleur et d’inconfort dans le haut de l’abdomen le long de la ligne médiane pendant une semaine par mois ou 12 semaines par an. La seconde est l’absence de modifications organiques du tractus gastro-intestinal lors de l’examen physique, endoscopique et échographique du tube digestif supérieur. Le troisième critère est l’absence de signes du syndrome du côlon irritable (soulagement des symptômes après défécation ou modification de la nature et de la fréquence des selles).

Il existe un certain nombre de signes en présence desquels le diagnostic est exclu: ce sont la dysphagie, la fièvre, l’apparition de sang dans les selles, les changements inflammatoires dans les tests cliniques, la perte de poids sans cause, l’anémie. En présence de ces symptômes, un examen plus approfondi du patient est nécessaire pour poser un diagnostic correct.

Il existe quatre variantes de l’évolution de la dyspepsie fonctionnelle, chacune ayant ses propres signes cliniques et physiques. La variante ulcéreuse se manifeste par des douleurs nocturnes ou affamées assez fortes dans la région épigastrique, survenant souvent après un surmenage émotionnel. Le syndrome douloureux est arrêté par la prise de nourriture, l’introduction d’antiacides. Un signe caractéristique est un sentiment de peur lors d’une attaque, des pensées obsessionnelles sur la présence d’une maladie incurable.

La variante dyskinétique se traduit par une sensation de plénitude dans l’estomac après avoir mangé, une lourdeur dans l’épigastre, des nausées et des ballonnements. Vomissements possibles, ce qui apporte un soulagement. Les patients notent qu’après avoir mangé, une satiété rapide se produit. La dyspepsie de type reflux se manifeste par des brûlures d’estomac, une sensation de douleur brûlante derrière le sternum, des éructations et des régurgitations d’acide. La dernière forme de la maladie – indéfinie ou non spécifique – se caractérise par un polymorphisme des symptômes, alors qu’il n’est pas possible d’isoler un leader. La dyspepsie fonctionnelle se caractérise par un long parcours, l’absence de progression des symptômes.

Diagnostic

Une consultation avec un gastro-entérologue vous permettra d’identifier les principales plaintes, de déterminer la quantité de recherche requise. Le diagnostic de dyspepsie fonctionnelle n’est établi qu’après un examen complet du patient et l’exclusion d’autres pathologies du tractus gastro-intestinal. Les études suivantes sont obligatoires : consultation d’un endoscopiste pour une œsophagogastroduodénoscopie, échographie des organes abdominaux, analyses de sang (analyses sanguines cliniques et biochimiques générales), examen des selles pour évaluer l’activité digestive et détection de sang latent.

Avec la dyspepsie fonctionnelle pendant l’endoscopie, les changements muqueux ne sont pas visualisés. L’échographie des organes abdominaux peut détecter une pancréatite chronique, une lithiase biliaire. Les écarts dans les analyses avec ce diagnostic ne se produisent généralement pas. Pour le diagnostic différentiel avec d’autres maladies du tractus gastro-intestinal, des études supplémentaires peuvent être nécessaires. Une radiographie de l’estomac peut révéler une expansion de la cavité de l’organe, un ralentissement de l’évacuation des aliments. Sur l’électrogastrographie, une violation du péristaltisme gastrique est enregistrée (le plus souvent une diminution de son rythme).

Pour déterminer l’acidité, une étude du suc gastrique est réalisée, pH-métrie intragastrique (une augmentation et une diminution du pH sont possibles). Pour évaluer le degré de relaxation de l’estomac, une manométrie antroduodénale est utilisée, au cours de laquelle un capteur spécial est inséré dans la cavité de l’organe, qui transmet des indicateurs de pression. En cas de dyspepsie fonctionnelle, la manométrie peut indiquer un relâchement insuffisant ou, au contraire, un relâchement des parois de l’estomac.

Dans une situation où les symptômes progressent ou ne régressent pas suffisamment pendant le traitement, deux études différentes sont nécessaires pour détecter une infection à Helicobacter pylori. L’utilisation de méthodes avec différents mécanismes de diagnostic (détermination d’Helicobacter dans les matières fécales par ELISA, diagnostic PCR d’Helicobacter, détermination des anticorps dirigés contre Helicobacter dans le sang par ELISA, test respiratoire pour Helicobacter) évitera les erreurs.

Une consultation répétée avec un gastro-entérologue après avoir reçu les résultats de toutes les études permet d’exclure une pathologie organique, d’établir un diagnostic de dyspepsie fonctionnelle et de prescrire le traitement approprié. On sait que les causes organiques du trouble se retrouvent chez 40% des patients présentant des affections caractéristiques de cette maladie, la recherche diagnostique doit donc viser avant tout à identifier ces maladies. La dyspepsie fonctionnelle doit être différenciée du syndrome du côlon irritable, des vomissements fonctionnels, de l’aérophagie.

Traitement de la dyspepsie

Les principaux objectifs poursuivis par le médecin lors de la prescription du traitement de la pathologie fonctionnelle sont de réduire l’intensité des symptômes et de prévenir les rechutes de la maladie. L’hospitalisation dans le service de gastro-entérologie n’est généralement indiquée que pour des études complexes, avec des difficultés de diagnostic différentiel. Les principales orientations du traitement de la dyspepsie fonctionnelle: correction du mode de vie et de la nutrition, médicaments et mesures psychothérapeutiques.

Pour normaliser la routine quotidienne, les situations qui provoquent du stress et de l’anxiété, une surcharge physique et émotionnelle doivent être exclues. Il est recommandé d’arrêter de boire de l’alcool et de fumer. Il est nécessaire de consacrer du temps à l’éducation physique quotidienne – ils améliorent à la fois l’état général du patient et la fonction des organes digestifs. Il faut aussi faire très attention à l’alimentation. Les aliments frits, extraits et épicés, les boissons gazeuses, le café sont exclus de l’alimentation.

Vous devez manger en petites portions, bien mâcher les aliments, éviter de trop manger et de longues pauses entre les repas. Après avoir mangé, vous devez bouger activement, ne vous allongez pas pour vous reposer. S’il y a des signes de dyspepsie, il est recommandé de refuser l’utilisation d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, car ils affectent négativement l’état de la muqueuse gastrique. Ces mesures sont de premier plan dans le traitement de la dyspepsie fonctionnelle.

Si le patient n’est pas en mesure de normaliser son alimentation de manière indépendante, il peut avoir besoin de l’aide d’un nutritionniste. Le spécialiste vous expliquera la nécessité de respecter la fréquence et le volume de chaque repas, les méfaits de la suralimentation et des longues pauses nutritionnelles. En outre, le nutritionniste contrôlera la composition qualitative des aliments – la présence d’une quantité suffisante de protéines et de vitamines, de fibres alimentaires.

La guérison de la dyspepsie fonctionnelle est impossible sans une profonde restructuration psycho-émotionnelle. Pour ce faire, il est nécessaire non seulement de réduire au minimum la quantité de stress, mais également de modifier l’attitude du patient face aux situations négatives. Les sports, les procédures aquatiques, les cours de yoga peuvent y contribuer. Le médecin traitant doit entretenir une relation de confiance avec le patient, expliquer en détail les causes et les mécanismes du développement de la maladie – ce n’est que dans ce cas qu’il est possible d’obtenir l’effet souhaité du traitement. Une plus grande productivité de la thérapie peut être obtenue en prescrivant des sédatifs (herbe de valériane, agripaume), des antidépresseurs (fluvoxamine, fluoxétine).

Un traitement médicamenteux est prescrit en fonction de la forme de dyspepsie. Avec une variante ressemblant à un ulcère, le groupe principal de médicaments est constitué d’antiacides et d’agents antisécrétoires: hydroxyde d’aluminium en association avec de l’hydroxyde de magnésium, inhibiteurs de la pompe à protons, inhibiteurs des récepteurs H2 et autres. Dans la forme dyskinétique de la dyspepsie, on utilise des procinétiques : dompéridone ou métoclopramide. D’autres variantes de la dyspepsie fonctionnelle impliquent l’utilisation de diverses combinaisons d’antiacides et de prokinétiques.

Si les symptômes de la dyspepsie ne régressent pas pendant le traitement, d’autres médicaments de ces groupes doivent être utilisés ou la combinaison de médicaments doit être modifiée. Il est également recommandé de mener une étude sur H. pylori (si elle n’a pas été réalisée jusqu’à présent), avec un résultat positif, pour procéder à l’éradication du micro-organisme avec des agents antibactériens. La thérapie anti-helicobacter dans 25% des cas facilite grandement l’évolution de la dyspepsie.

Il ne faut pas oublier les symptômes alarmants qui peuvent apparaître chez un patient dyspeptique : dysphagie, saignements de différentes parties du tractus gastro-intestinal, perte de poids non motivée. Si le patient fait les plaintes énumérées, il est nécessaire de répéter des études endoscopiques et autres pour la détection rapide d’une pathologie dangereuse du tractus gastro-intestinal (cancer de l’estomac, cancer de l’intestin grêle, etc.).

Prévision et prévention

La dyspepsie fonctionnelle aggrave la vie du patient, mais le pronostic de cette maladie est favorable. En l’absence des symptômes alarmants énumérés ci-dessus, la présence d’une pathologie grave du tractus gastro-intestinal est peu probable. Cependant, la dyspepsie se caractérise par une évolution ondulante. Par conséquent, après un traitement, une forte probabilité de récurrence des symptômes demeure. Des mesures spécifiques pour la prévention de la dyspepsie n’ont pas été développées, mais le maintien d’un mode de vie sain, une alimentation rationnelle et la prévention des situations stressantes réduisent considérablement la probabilité de développer cette maladie.

Que signifie dyspepsie fermentative ? Quels sont les symptômes, comment traiter, nutrition

La dyspepsie est de plusieurs types. L’une des variétés est organique, qui parle d’anomalies physiques, c’est-à-dire le développement d’un ulcère peptique, d’une gastrite et plus encore.

Lorsqu’il y a une violation du métabolisme, cela signifie qu’une dyspepsie fonctionnelle se développe, qui à son tour est divisée en forme fermentative, putréfactive et également grasse.

Dyspepsie fermentative – ralentissement du processus d’assimilation des glucides

La dyspepsie fermentative provoque des douleurs abdominales.

Si les glucides ne sont pas absorbés par le corps, un état de dyspepsie fermentative se développe. À l’heure actuelle, les raisons objectives claires de l’apparition de cette condition ne sont pas claires.

On peut penser que la dyspepsie se développe si l’alimentation contient une quantité suffisante de fibres.

Une autre option pour l’apparition de cette condition est la mauvaise qualité de la mastication des aliments. Autrement dit, manger sur le pouce, manger des boissons gazeuses et énergisantes. Le travail des intestins est activé dans le corps, car il existe un grand nombre d’acides qui irritent la membrane muqueuse.

Les boissons gazeuses, aliments riches en sucre, qui sont consommés en été lorsqu’il fait très chaud, provoquent le développement de cette condition du corps. L’intestin absorbe des substances nocives, empoisonnant ainsi le corps, ce qui affecte négativement le travail de l’ensemble du système digestif (processus cyclique).

Lorsque le pancréas ne fait pas face à sa tâche (à la suite de troubles fonctionnels), la sécrétion d’amylase, ainsi que d’autres enzymes qui contribuent à la dégradation du sucre, diminue.

Caractéristiques de la maladie

La dyspepsie fermentative modifie le fonctionnement des organes digestifs.

Souvent, cette maladie se développe en été ou lors de la visite de stations balnéaires chaudes. Cela se produit en raison de changements dans le travail des organes digestifs, car une quantité insuffisante d’eau réduit leurs performances.

Une autre nuance qui active la dyspepsie fermentative est le désir constant de boire de l’eau.

Il existe deux formes de développement de cette maladie – aiguë et chronique. Quant au premier, il peut être trouvé chez toute personne s’il mange des aliments contenant une grande quantité de glucides.

Quant à la deuxième forme, elle se produit généralement en tenant compte des caractéristiques individuelles du corps.

Lorsqu’une personne mange constamment des aliments contenant des glucides, cela provoque le développement d’une forme chronique de la maladie.

Les manifestations de la maladie

La dyspepsie peut provoquer des maux de tête.

Habituellement, la dyspepsie se manifeste sous la forme d’une douleur observée dans le haut de l’abdomen et la personne ressent également une gêne.

Compte tenu de l’évolution de la maladie, des éructations, des vomissements, etc. peuvent s’ajouter aux symptômes. En règle générale, les symptômes surviennent par intermittence plutôt que constamment.

La nuance la plus importante est le mauvais régime alimentaire. Souvent, la normalisation du tractus gastro-intestinal est effectuée de manière indépendante, sans qu’il soit nécessaire de consulter un médecin.

La douleur s’atténue après le processus de défécation (consistance liquide, teinte jaune clair, avec des signes de fermentation). Habituellement, cette condition est observée tout au long de la journée, alors qu’il n’y a pas de taches de sang, car seuls les intestins supérieurs sont perturbés. Les aliments peuvent ne pas être complètement digérés.

Une personne se sent constamment ballonnée, elle est tourmentée par des flatulences. Si des toxines pénètrent constamment dans le corps, cela contribue à l’apparition de maux de tête. La personne devient irritable, nerveuse, somnolente.

Le médecin peut déterminer un abdomen gonflé qui, lorsqu’il est pressé, gronde, une éclaboussure se fait entendre dans le nombril.

Quand est-il nécessaire de consulter un médecin ?

Avec le développement de la maladie, vous devez consulter un médecin.

Considérez le développement de la maladie, en tenant compte de la malnutrition.

Si vous traitez votre santé avec dédain, vous pouvez créer d’excellentes conditions pour le développement de la maladie de reflux (la libération du contenu gastrique à l’intérieur de l’œsophage avec des brûlures ultérieures), la gastrite et d’autres maladies.

La fermentation incessante provoque le développement d’une inflammation, qui sert de base à l’apparition d’une forme chronique de la maladie. Lorsque l’essoufflement, les vomissements, la transpiration s’ajoutent aux autres symptômes de la maladie, vous devez immédiatement vous rendre à l’hôpital.

Si les matières fécales deviennent noires, l’aide d’un médecin est tout simplement nécessaire, car il peut s’agir de signes d’hémorragie intestinale : appelez une ambulance !

À propos de la gastrite et de la dyspepsie – dans une vidéo thématique :

Comment diagnostiquer la dyspepsie fermentative ?

Le médecin, après avoir examiné le patient, prescrit généralement ce qui suit:

  1. Fibroœsophagogastroduodénoscopie (FGDS). L’endoscope est inséré doucement dans l’estomac, en passant par l’œsophage et le duodénum. La membrane muqueuse est examinée pour les lésions, alors qu’il est possible de prélever des cellules pour un examen plus détaillé. Ces méthodes instrumentales d’examen aideront à identifier leur nature et à exclure la possibilité d’un développement oncologique.
  2. radiographie de contraste. Une solution spéciale (baryum) est injectée dans l’estomac, après quoi une radiographie est prise et l’état de la muqueuse est évalué.
  3. Examen échographique des organes. Il est nécessaire d’effectuer pour exclure la présence de tumeurs, de calculs dans la vésicule biliaire. Cette analyse permet de voir avec quelle efficacité le processus de digestion des aliments se déroule, s’il existe des micro-organismes nuisibles dans le corps et si d’autres maladies se développent.
  4. La dyspepsie fonctionnelle (qui inclut la forme fermentative) ne peut être identifiée que s’il n’y a pas de changements organiques dans le système digestif. Ce type de maladie devrait durer au moins 3 mois sans interruption. Dans ce cas, le médecin doit clarifier le déroulement du processus de défécation par rapport aux régimes alimentaires.

Comment se passe le traitement

Linex aidera à combattre la maladie.

La nomination du traitement prend en compte les caractéristiques du corps humain.

Dès le début, une personne doit suivre un régime strict, qui n’inclut pas d’aliments lourds, et qui est également difficile à digérer. Manger devrait avoir lieu environ 5 fois par jour.

Les premiers jours de traitement s’accompagnent de jeûne, ils boivent même du thé, hors sucre. Pour améliorer le fonctionnement de l’organisme, des compte-gouttes peuvent être placés pour administrer environ 1 litre de glucose (5%) ou de solution saline par jour.

Les produits laitiers, le pain noir et les sodas doivent être complètement retirés de l’alimentation. Habituellement, dans de tels cas, le régime n ° 4a est prescrit. Après un certain temps, des glucides faciles à digérer sont ajoutés aux aliments. De plus, en cours de traitement, il est nécessaire de prendre diverses teintures à base de plantes – camomille, origan, ainsi que du cumin et de l’aneth.

Ne buvez pas d’alcool, même en petite quantité. Entre autres choses, les médicaments ne peuvent être pris qu’après accord clair avec le médecin. À titre d’exception à la règle, une petite quantité d’acide acétylsalicylique est prise s’il existe un risque de rupture d’un caillot sanguin.

Le développement de cette maladie peut se développer dans le contexte de situations stressantes, et il est donc nécessaire d’assurer la paix et la prise de médicaments sédatifs. Un facteur important est le processus de régénération de la microflore intestinale. Dans cette situation, il est nécessaire de prendre des probiotiques (Linex, Rotabiotic ou Bifiform et autres).

Le bon choix des médicaments nécessaires

Motilium aidera à rétablir le fonctionnement du système digestif.

Certains patients seront aidés par des médicaments qui abaissent l’acidité de l’estomac – c’est l’ésoméprazole (Nexium) ou l’oméprazole (Omez).

Pour restaurer le fonctionnement des organes, on utilise des procinétiques, notamment le métoclopramide (Cerukal) ou la dompéridone (Motilium).

Un traitement par Helicobacter pylori peut également être prescrit. Dans ce cas, il est nécessaire de prendre des antibiotiques avec un inhibiteur de la pompe à protons ou un anti-H2 (ranitidine). En cas de situation stressante, il est nécessaire de boire des sédatifs.

Si le bon traitement est choisi, le corps se rétablira dans un an. Cependant, avec les bonnes actions de la part du médecin, une forte récupération est observée chez un tiers des patients.

Il n’existe pas de technique particulière pour la prévention de la dyspepsie fermentative. Dans ce cas, il vous suffit de bien manger et de ne pas oublier une alimentation équilibrée. À son tour, le patient doit réagir immédiatement à toute sensation d’inconfort, de douleur et d’autres symptômes.

La mise en œuvre rapide des tâches ci-dessus, ainsi que le bon mode de vie, vous permettront de vous remettre rapidement de cette maladie et d’éviter qu’elle ne se reproduise à l’avenir. Si des symptômes de la maladie ont été remarqués, la première chose à faire est de consulter un médecin et de passer les tests nécessaires.

Traitement de la dyspepsie non ulcéreuse

La dyspepsie non ulcéreuse (fonctionnelle) est un ensemble de symptômes associés à une gêne dans le système digestif en l’absence d’une pathologie prononcée de nature organique.

La dyspepsie fonctionnelle est un type de trouble très courant. Un patient sur trois est confronté à ce problème au moins une fois par an. Il est possible de considérer la dyspepsie comme non ulcéreuse dans les cas où une gêne est ressentie régulièrement depuis 3 mois ou plus. Il s’agit toujours de douleurs épisodiques, de ballonnements, de lourdeurs constantes. Tous sont souvent associés à la réaction du système digestif aux aliments difficiles à digérer. Le syndrome fonctionnel peut se manifester sans référence au menu du patient, les symptômes ne sont pas affectés par les caractéristiques du régime alimentaire. Même en adhérant à un régime d’épargne strict, les personnes atteintes d’une forme chronique de dyspepsie non ulcéreuse peuvent présenter des manifestations fréquentes sous la forme de :

  • Douleurs à l’estomac, aux intestins de toutes sortes (douleurs, tiraillements, élancements).
  • Sensation de lourdeur.
  • Saturation rapide.
  • Ballonnements constants.
  • Nausées, vomissements occasionnels.
  • Troubles de l’oesophage (brûlures d’estomac).

Dans ce cas, il ne faut pas faire de liaisons à la prise alimentaire. La douleur et d’autres signes apparaissent spontanément, sans raison particulière : due à la nutrition, à l’exercice, au stress.

Prenez rendez-vous par téléphone au
+7 (495) 021-12-26 ou en remplissant le formulaire en ligne

L’administrateur vous contactera pour confirmer l’inscription.
Votre confidentialité est garantie.

Classement des maladies

Avant de commencer le traitement à Moscou, il est important de déterminer le type dans chaque cas. Compte tenu des caractéristiques des troubles, la dyspepsie fonctionnelle se divise en trois types :

  • Ulcératif. Il est très similaire aux syndromes douloureux avec un ulcère.
  • Dyskinétique. Il se caractérise par un inconfort constant dans l’estomac et les intestins, mais il n’y a pas de syndrome fonctionnel douloureux prononcé.
  • Non spécifique. Dans ce cas, il existe un tableau clinique avec de nombreux signes d’accompagnement – éructations, hoquet, nausées, brûlures dans l’œsophage.

Musyakov Mikhail Maratovich

Médecin-chef, thérapeute de la plus haute qualification, cardiologue, candidat en sciences médicales, professeur agrégé

Rozhdestvenskaya Tatyana Yurievna

Shirokopoyas Alexandre Sergueïevitch

Endoscopiste de première catégorie, gastroentérologue, coloproctologue, chirurgien de première catégorie, thérapeute, candidat des sciences médicales

Aliyeva Elmira Khizrievna

Larionova Natalya Vladimirovna

Opaleichuk Irina Vladimirovna

Endoscopiste de la catégorie la plus élevée

Slutsky Evgeny Mikhailovich

Endoscopiste de la catégorie la plus élevée

Tyurin Jean Gennadievitch

Endoscopiste 2ème catégorie

Causes de la maladie

Ce syndrome fonctionnel peut être provoqué par de nombreux facteurs. L’une des principales raisons est le développement d’une maladie non ulcéreuse dans le contexte d’un fort choc émotionnel, d’un stress chronique et d’un état dépressif. Certains patients se caractérisent par une prédisposition des parois de l’estomac à une distension sévère, mais l’activité demeure. Une autre cause fréquente est une violation du mécanisme de la motricité naturelle. Les principales raisons conduisant au développement de cette pathologie:

  • Le corps est incapable de digérer correctement les disaccharides.
  • L’estomac produit une quantité excessive d’acide chlorhydrique.
  • Le patient a un déficit congénital d’enzymes pour la digestion.
  • Violation des principes d’une alimentation adéquate et équilibrée.
  • Utilisation à long terme de médicaments qui affectent négativement le fonctionnement de la muqueuse gastrique.

Les symptômes

L’évolution d’une maladie fonctionnelle peut se développer selon l’une des quatre options. Chacun d’eux a ses propres symptômes cliniques distincts. La dyspepsie de type ulcère provoque des syndromes douloureux sévères associés à une famine dans la zone épigastrique. Aussi, une attaque peut être nocturne, par exemple, après un fort choc émotionnel. Pour arrêter la douleur, il suffit de manger, d’administrer des antiacides. Un trait caractéristique spécifique est un sentiment de peur dans le syndrome de la douleur, le patient est souvent visité par des pensées obsessionnelles sur une maladie incurable.

Dyspepsie fonctionnelle dyskinétique – sensation constante d’estomac plein, même avec une petite quantité de nourriture consommée, nausées, gonflement inconfortable. Après les vomissements vient le soulagement.

Un type fonctionnel de type reflux provoque des brûlures d’estomac, des douleurs thoraciques et une régurgitation systématique d’acide gastrique.

La forme non spécifique est diagnostiquée par une variété de symptômes, parmi lesquels il est impossible d’en distinguer un principal. Le parcours est long, mais pas progressif.

Traitement de la dyspepsie fonctionnelle

Pour diagnostiquer la dyspepsie fonctionnelle non ulcéreuse, le gastro-entérologue de notre clinique ABC à Moscou commence par une anamnèse. Lors d’une conversation avec un médecin, le patient est clarifié s’il souffre de manifestations caractéristiques d’une maladie non ulcéreuse. Le médecin établit les caractéristiques du tableau clinique, apprend des paroles du patient sur ses sentiments. Un gastro-entérologue à Moscou clarifie les habitudes alimentaires du patient, s’il a récemment suivi un traitement médical. Si le patient a des analyses et des rapports médicaux prêts à l’emploi, les médecins de la clinique ABC proposent de les emporter avec eux. Cela permettra d’économiser de l’argent et d’accélérer le processus de détermination du diagnostic et de prescription d’un traitement efficace.

Le traitement ne nécessite pas l’hospitalisation obligatoire du patient. Le traitement peut avoir lieu à domicile en respectant scrupuleusement le schéma prescrit par un spécialiste à Moscou. La thérapie doit être complète, le traitement implique plusieurs domaines:

  • Prendre des médicaments qui aideront à éliminer les syndromes douloureux, à réduire l’acidité, à aider le processus de normalisation de la digestion.
  • Respect rigoureux d’un régime thérapeutique et de la fréquence des repas.
  • Le stress, un état nerveux étant souvent à l’origine du développement d’un syndrome non ulcéreux, des méthodes psychothérapeutiques peuvent être prescrites au patient.

Les principales recommandations médicales: abandonner l’alcool, fumer, ne pas trop manger, éviter les efforts physiques, normaliser le sommeil, essayer de ne pas s’inquiéter.

Dyspepsie fonctionnelle – qu’est-ce que c’est?

Les plaintes concernant l’activité du tractus gastro-intestinal sont l’un des troubles les plus courants, pour lesquels de plus en plus de patients consultent un médecin. Environ les deux tiers des patients ont des maladies organiques : ulcères gastriques ou duodénaux, tumeurs, maladies de la vésicule biliaire, du pancréas ou des intestins. Dans environ un tiers des cas, aucune anomalie n’est retrouvée. On parle de dyspepsie fonctionnelle.

Sensations sans fin et désagréables dans le haut de l’abdomen

La dyspepsie est collectivement désignée comme des symptômes désagréables prolongés dans la partie supérieure de l’abdomen. La dyspepsie fonctionnelle n’est pas un symptôme d’ulcère ou d’une autre maladie gastro-intestinale et est diagnostiquée lorsque l’inconfort abdominal supérieur (satiété précoce, sensation de satiété après avoir mangé, douleur ou brûlure abdominale supérieure) persiste pendant plus de trois à six mois.

Inconfort dans le haut de l’abdomen

Selon la nature des symptômes, la dyspepsie fonctionnelle est divisée en types.

Dans de tels cas, la condition peut être comparée à un mal de tête à court terme. Ce n’est pas parce que tu as mal à la tête que c’est un AVC. La dyspepsie fonctionnelle n’est aussi qu’un sentiment qui n’est pas associé à une pathologie grave. Souvent, les symptômes ne peuvent pas être complètement guéris, mais ils peuvent être contrôlés.

L’effet du régime n’a pas été prouvé

Les causes exactes de la dyspepsie fonctionnelle ne sont pas connues aujourd’hui. Selon les gastro-entérologues, de faux mythes prévalent dans la société, affirmant que la maladie est causée par la malnutrition. Bien qu’il n’y ait aucune explication scientifique à cette relation, les patients ont tendance à croire cette affirmation.

Il n’a pas été scientifiquement prouvé que la dyspepsie fonctionnelle, comme les ulcères, puisse être causée par n’importe quel aliment ou malnutrition. Une cause importante d’ulcères et de dyspepsie est l’infection à Helicobacter pylori. Mais bien que l’agent pathogène soit présent chez 70% des personnes, seule une fraction de ces patients se plaint de dyspepsie. Ce n’est donc pas le seul facteur qui provoque la pathologie. L’hérédité individuelle et d’autres facteurs environnementaux sont importants pour l’apparition des symptômes.

Relation avec le stress et l’anxiété

Selon les experts, il a été observé que les personnes souffrant de niveaux élevés de stress émotionnel, de dépression ou de troubles anxieux sont plus susceptibles de se plaindre de dyspepsie fonctionnelle. En d’autres termes, dans des situations stressantes, il y a des changements entre la réaction du cerveau et le travail de l’estomac.

La pathogenèse de la dyspepsie fonctionnelle

On pense que dans des circonstances stressantes ou accompagnées d’une maladie mentale, le cerveau commence à comprendre l’estomac d’une manière différente, provoquant des réactions incorrectes. En conséquence, le péristaltisme augmente ou ralentit, il y a une sensation de plénitude dans l’estomac. Dans d’autres cas, le seuil de douleur diminue et la personne commence à ressentir de la douleur.

Le régime n’est pas un remède

Les patients ont recours à une variété de régimes, croyant que la nutrition affecte les sensations et les maladies causées par la dyspepsie. Une variété de conseils de «nutritionnistes» locaux égarent les gens et suscitent des espoirs déraisonnables.

Lorsqu’elle prend la décision de changer ses habitudes alimentaires, une personne pense qu’elle contrôle la situation. Mais le régime alimentaire dans le traitement de la dyspepsie fonctionnelle n’est pas la méthode de traitement la plus importante, il n’y a donc aucune amélioration. Il peut s’agir d’un outil supplémentaire et auxiliaire dans le traitement du patient.

Méthodes de traitement

Après avoir évalué la nature des symptômes, l’âge du patient, la présence d’une infection à Helicobacter pylori, le médecin diagnostique la maladie et prescrit le traitement nécessaire. Pour le traitement de la dyspepsie fonctionnelle, les mêmes médicaments sont souvent prescrits que pour le traitement des ulcères, des érosions gastriques ou des brûlures d’estomac.

Traitement de la dyspepsie fonctionnelle

Les gastro-entérologues ont des algorithmes selon lesquels ils prescrivent un traitement. Par exemple, si après l’éradication de Helicobacter pylori, qui peut être à l’origine des symptômes, la personne continue à ressentir de la douleur, mais qu’aucune ulcération ou autre pathologie organique n’est constatée, le diagnostic est la dyspepsie fonctionnelle. Selon les données disponibles, après avoir attribué la dyspepsie à l’un des types, les experts prescrivent le traitement approprié.

Mais si un homme de 65 ans se plaint de perte de poids, de saignements, d’anémie, de difficulté ou de déglutition douloureuse, l’étude sera sans doute beaucoup plus détaillée. Si les symptômes alarmants ci-dessus sont remarqués, un examen endoscopique de l’estomac et une échographie de la cavité abdominale sont effectué

Endoscopie de l’estomac

Lorsqu’une maladie organique est détectée, elle est traitée conformément aux lignes directrices pour le traitement de cette maladie.

Selon les gastro-entérologues, lors du diagnostic de la dyspepsie fonctionnelle, le patient doit accepter deux nouvelles – une bonne et l’autre mauvaise. Bon : la dyspepsie fonctionnelle n’abrège pas la vie, mais ne fait qu’aggraver sa qualité. L’inconvénient est que la dyspepsie fonctionnelle n’est généralement pas complètement guérie – c’est une maladie chronique.

Vous pouvez vous inscrire en appelant le numéro de téléphone gratuit 8-800-707-15-60 ou en remplissant le formulaire de contact. Dans ce cas, nous vous contacterons nous-mêmes.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *