Dieu me pardonne d’aimer encore mon agresseur

Je ne pense pas que j’aurais jamais pu m’imaginer être dans un tel gâchis. Je ne pense pas m’être jamais imaginé capable d’aimer quelqu’un qui m’a brisé, quelqu’un qui a réussi à détruire tout ce pour quoi j’ai travaillé si dur. Mais je fais.

Vous voyez, je ne peux pas me débarrasser de ce sentiment que j’aurais pu faire les choses différemment.

Peut-être que si j’avais essayé plus fort, peut-être que si j’étais resté un peu plus longtemps, il aurait changé. Peut-être que si je lui avais donné une autre chance, peut-être que cette fois ce serait différent. Mais j’essaie de me rappeler chaque jour que je n’ai jamais rien causé de tout cela, donc je n’ai aucun pouvoir pour le changer. Chaque fois que je rêve de son visage, je me force à regarder les cicatrices sur mes bras.

Chaque fois que je rêve de ses lèvres, je me rappelle tous les mots haineux qui les ont traversés. Chaque fois que je me retrouve à manquer l’homme dont je suis tombée amoureuse , je me rappelle l’homme qu’il est devenu à la fin. L’homme qui m’a détruit.

Mais Dieu me pardonne, je l’aime toujours.

Je peux encore l’entendre crier après moi, me rappeler dans la maison, me rappeler à lui. Me suppliant de rester. Et pendant si longtemps, je me suis demandé si j’avais fait la bonne chose.

Il m’a dit qu’il avait besoin de moi, mais je l’ai quitté. Il m’a demandé de l’aider, mais à la place, j’ai choisi de m’aider moi-même.

Il m’a supplié de rester, mais je me suis enfui. Peut-être que si j’étais resté, peut-être que si j’avais essayé de l’aider, il aurait pu aller mieux. Mais voyez-vous, prendre soin de quelqu’un ne peut se faire au prix d’un abandon de soi .

Prendre soin de ses besoins et négliger les miens est ce que j’ai fait le reste de notre relation, alors j’essaie de me rappeler chaque jour que ce n’est pas moi qui l’ai abandonné.

Il nous a abandonnés au moment où il a élevé la voix, au moment où il m’a jeté dans un miroir. Il nous a abandonnés dès qu’il a fait de moi un objet.

Mais Dieu me pardonne, je l’aime toujours.

 

Je ne suis jamais parti parce que j’ai décidé que je ne l’aimais pas. Je ne suis jamais parti parce que ses abus ont emporté mon amour. Je suis parti parce que j’ai décidé que je m’aimais davantage.

Je suis parti parce que je ne pouvais pas continuer à espérer qu’il changerait et qu’il continuerait à me briser le cœur tous les jours alors que je réalisais qu’il ne le ferait pas. Je suis parti parce que je ne pouvais pas continuer à aimer pour nous deux, espérant que mon amour changerait son comportement. En espérant que peut-être mon amour était assez fort pour chasser l’agresseur de lui. Mais ça ne l’a jamais été.

Mon amour, mes espoirs, mes rêves, ce n’étaient que des jeux pour lui. Mes sentiments et mon corps étaient des jouets pour lui. Cela n’avait rien à voir avec moi, tout était à propos de lui et de ses besoins.

Mais Dieu me pardonne, je l’aime toujours.

J’aime toujours l’homme qui m’a fait sentir que j’étais la femme la plus chanceuse du monde.

J’aime toujours l’homme qui m’apportait du café au lit et des roses tous les dimanches. J’aime toujours l’homme qui me chantait des berceuses chaque fois que j’étais malade. J’aime toujours l’homme qui embrasserait les larmes de mon visage, l’homme qui embrasserait chaque centimètre de mon corps, me faisant sentir comme si j’étais une déesse qu’il adorait.

J’aime toujours l’homme que j’ai connu, et je peux encore voir des morceaux de cet homme dans celui que j’ai quitté. Je peux encore voir des traces d’amour qui étaient dans ses yeux et les courbes de son sourire sur son visage. Je peux encore sentir la chaleur de son corps contre le mien. Je peux encore voir l’homme que j’aimais autrefois, mais je ne pense pas qu’il puisse faire la même chose.

Je suppose qu’en fin de compte, ce n’est pas à Dieu que je devrais demander pardon. C’est la femme que j’étais.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *