rêver

Diagnostic et traitement des symptômes de pneumonie bilatérale

La pneumonie bilatérale (pneumonie) est une maladie pulmonaire caractérisée par une inflammation bilatérale du parenchyme pulmonaire. La pneumonie peut être causée par des bactéries, des virus, des champignons, une flore mixte.

La pneumonie bilatérale s’accompagne de changements morphologiques spécifiques. Au stade initial de la pneumonie, le stade dit de l’hépatisation rouge, les acini alvéolaires sont touchés, entraînant des hémorragies à petites focales. Après cela, le stade d’hépatisation grise se produit, au cours duquel une inflammation des zones endommagées se produit, une couche de fibrine se développe.

La pneumonie bilatérale est l’une des maladies les plus dangereuses qui, si elle n’est pas traitée de manière adéquate, peut entraîner une insuffisance respiratoire et, par conséquent, la mort. Par conséquent, au moindre symptôme alarmant, il est nécessaire de consulter un médecin qualifié.

Dans la clinique thérapeutique de l’hôpital Yusupov de Moscou, vous pouvez diagnostiquer et traiter la pneumonie. Nos spécialistes ont une riche expérience pratique dans le traitement de tout type de pneumonie, y compris bilatérale. Grâce à l’utilisation de techniques modernes, la récupération se produit le plus tôt possible, tandis que le risque de complications est réduit à zéro.

Raisons du développement de la pneumonie bilatérale

L’inflammation des poumons peut se développer à la suite de blessures à la poitrine, d’une exposition à des substances toxiques, de rayonnements ionisants, d’allergènes. À risque de développer une pneumonie bilatérale sont les patients atteints de bronchite chronique, de malformations congénitales des poumons, d’immunodéficience, d’insuffisance cardiaque, de maladie chronique du foie, d’un corps affaibli et appauvri, de la vieillesse.

Les personnes qui abusent de l’alcool et du tabac sont très sensibles à la pneumonie. En plus de l’impact négatif général sur le corps, ces substances toxiques endommagent la muqueuse bronchique et créent un environnement favorable à la reproduction des bactéries.

Ainsi, le développement d’un processus inflammatoire bilatéral dans les poumons peut être dû aux facteurs provoquants suivants:

  • hypothermie ou surchauffe du corps;
  • SRAS fréquents et complications du rhume;
  • infections bactériennes;
  • maladies auto-immunes;
  • carence en tensioactif;
  • immunité affaiblie;
  • manque chronique de sommeil;
  • insuffisance cardiaque;
  • maladies chroniques du système respiratoire (bronchite, asthme, sinusite, sinusite);
  • réactions allergiques.

Dans la plupart des cas, la pneumonie bilatérale est causée par une hypothermie sévère, ce qui réduit l’apport sanguin local aux organes du système respiratoire.

Avec un apport insuffisant d’oxygène aux poumons, l’apport d’immunoglobulines au parenchyme pulmonaire et la production de macrophages se détériorent. En relation avec ces processus, il y a une multiplication rapide des bactéries dans les tissus pulmonaires.

Avec des rhumes fréquents, la destruction de l’épithélium bronchique, une diminution de l’immunité locale et l’activation des processus inflammatoires se produisent.

Les personnes puissantes naissent sous ces trois signes du zodiaque
Quels signes du zodiaque sont complètement incompatibles dans la vie personnelle
Belousov a prédit le niveau d’inflation en Russie d’ici la fin de l’année
Khazin : pourquoi beaucoup de gaz inutilisé va apparaître en Europe

L’insuffisance de surfactant entraîne un traumatisme des acini alvéolaires, à la suite de quoi les zones touchées sont envahies par du tissu conjonctif.

En raison de la déformation de la structure de l’arbre bronchique, une bronchectasie se forme – des extensions dans lesquelles des micro-organismes pathogènes s’accumulent et se multiplient, à la suite de quoi une pneumonie bilatérale peut se développer.

Dans les conditions allergiques, il y a un épuisement du système immunitaire et une diminution des fonctions protectrices de l’organisme. Les patients souffrant d’asthme bronchique et de pollinose ont tendance à développer une pneumonie bilatérale.

Symptômes de pneumonie

La pneumonie bilatérale est une maladie très grave qui ne peut être ignorée ou transportée sur les pieds. Cela peut entraîner des conséquences dangereuses et la mort. La pneumonie bilatérale se manifeste par divers symptômes, qui dépendent de l’état général du patient, de la gravité de la maladie et d’autres facteurs. Les principaux signes caractéristiques de la maladie comprennent:

  • la faiblesse;
  • diminution ou manque d’appétit;
  • augmentation de la transpiration;
  • augmentation de la température corporelle;
  • toux (sèche, humide);
  • cyanose de la peau du triangle nasolabial, bout des doigts;
  • dyspnée;
  • haleine dure.

Dans certains cas, le début de la maladie peut être asymptomatique. L’un des premiers symptômes de la pneumonie bilatérale est une forte augmentation de la température (jusqu’à 39 degrés et plus). L’essoufflement indique une grande lésion des tissus pulmonaires.

Le patient a une toux sèche et saccadée, qui finit par devenir humide. Dans les expectorations, des compartiments purulents et des caillots sanguins peuvent être détectés. La respiration devient rapide, superficielle, la douleur est ressentie dans la région thoracique, irradiant dans l’espace interscapulaire.

Compte tenu du risque de complications de la maladie, la présence d’au moins quelques-uns des symptômes ci-dessus devrait être une bonne raison de consulter un médecin d’urgence.

Diagnostic de pneumonie

Pour prévenir les complications, la maladie nécessite un diagnostic urgent de pneumonie bilatérale acquise dans la communauté et un traitement adéquat.

Lors du diagnostic, les plaintes du patient, l’historique de la maladie, la percussion et l’image auscultatoire sont pris en compte. L’identification d’un son de percussion sourd sur les poumons, de râles secs et humides avec une respiration affaiblie, avec un degré de probabilité élevé, peut confirmer la présence d’une pneumonie subtotale.

Un rôle important dans le diagnostic appartient aux résultats d’un test sanguin général, d’une radiographie des poumons et d’une analyse bactériologique des expectorations.

La radiographie simple révèle des obscurcissements bilatéraux infiltrants de nature focale, segmentaire ou une lésion totale des poumons dans les poumons. Cette étude est le principal critère de confirmation de la pneumonie bilatérale.

Un test sanguin général du patient montre une augmentation de la RSE, des leucocytes, un déplacement de la formule leucocytaire vers la droite.

L’analyse des expectorations vous permet de déterminer le type d’agent causal du processus inflammatoire. Cela est nécessaire pour choisir le bon médicament antibactérien.

Des diagnostics de haute qualité sont effectués à l’hôpital Yusupov. La clinique est équipée de tout le matériel nécessaire pour un examen complet. Un diagnostic précoce de la maladie contribue à l’initiation rapide du traitement, ce qui réduit considérablement le risque de complications.

Traitement de la pneumonie bilatérale

Le traitement de la pneumonie bilatérale est recommandé dans un hôpital. Compte tenu du danger de cette pathologie, le patient doit être sous surveillance médicale constante pour apporter l’assistance nécessaire. Des médicaments antibactériens sont utilisés pour traiter la maladie. De plus, le traitement dans la clinique thérapeutique de l’hôpital Yusupov repose sur un certain nombre de principes. Ce:

  • respect strict du repos au lit;
  • aliments riches en calories;
  • boire beaucoup de liquides (pour éliminer les toxines du corps);
  • l’utilisation de médicaments immunomodulateurs, de complexes de vitamines et de minéraux;
  • inhalations d’oxygène;
  • procédures de physiothérapie;
  • exercices de respiration;
  • études de contrôle régulières: analyses de sang, d’urine, d’expectorations, fluorographie d’OGK.

Les principaux objectifs du traitement de la pneumonie bilatérale sont les suivants :

  • élimination de l’agent pathogène;
  • correction de l’immunité;
  • prévenir le développement de complications.

La base du traitement de la pneumonie est l’utilisation de médicaments antibactériens (thérapie étiotropique). Avant sa nomination, une culture bactérienne des expectorations est effectuée et, si nécessaire, un test de sensibilité des micro-organismes aux antibiotiques est effectué. Le plus souvent, avec une inflammation des poumons, des macrolides, des antibiotiques tétracyclines, des benzylpénicillines, des aminopénicillines, des céphalosporines et des fluoroquinolones sont prescrits.

Les patients en période aiguë sont traités par désintoxication et thérapie de remplacement immunologique. En outre, un traitement symptomatique est effectué avec l’utilisation de médicaments antipyrétiques (acide acétylsalicylique, paracétamol), de mucolytiques (expectorants – bromhexine, ambroxol), d’anti-inflammatoires (kétotifène, tavegil) et de médicaments réparateurs (éleuthérocoque, viferon).

Les patients souffrant de maladies du système cardiovasculaire se voient prescrire des glycosides cardiaques. L’utilisation de méthodes de traitement physiothérapeutiques aide à rétablir une ventilation normale des poumons et à réduire l’inflammation.

Conséquences et complications de la pneumonie virale bilatérale

Une pneumonie bilatérale étendue sans traitement approprié peut entraîner de graves conséquences. Ces complications dangereuses de la pneumonie sont:

  • inflammation de la plèvre (pleurésie);
  • œdème pulmonaire;
  • abcès pulmonaire;
  • graves problèmes respiratoires;
  • choc infectieux-toxique.

L’infection pneumococcique peut se propager dans tout le corps et provoquer une inflammation de l’oreille moyenne et une méningite. Il se reproduit très rapidement et est hautement toxique. En raison de l’affaiblissement du corps, une infection par la légionelle peut également survenir. Ensemble, les bactéries se propagent dans tout le corps en quelques jours, et tous les antibiotiques ne sont pas capables de faire face à cette situation.

Après avoir souffert d’une pneumonie, l’infection peut rester dans le corps humain sous une forme passive. Ainsi, une personne devient porteuse de l’infection et peut en infecter d’autres à faible immunité : enfants ou personnes âgées.

Avec un traitement intempestif, la pneumonie bilatérale entraîne la mort. Par conséquent, dès les premiers symptômes de pneumonie, il est nécessaire de consulter un médecin. En cas de toux persistante, de forte fièvre, de douleurs thoraciques, de difficultés respiratoires, le patient se verra proposer une hospitalisation pour traitement sous la supervision d’un médecin.

Prévoir

Le pronostic de la maladie dépendra de l’âge du patient, de la résistance de l’agent pathogène, de la présence de maladies supplémentaires, de la réponse du système immunitaire et du choix correct du traitement. La pneumonie bilatérale aura un pronostic défavorable en cas d’évolution compliquée de la maladie, de présence d’états d’immunodéficience, chez les enfants de la première année de vie.

Avec un traitement opportun et adéquat, la pneumonie bilatérale se termine par une guérison. Une restauration complète des structures tissulaires pulmonaires est observée dans 70% des cas.

Traitement à l’hôpital Yusupov

Lorsque le diagnostic de pneumonie est confirmé, une mise en route en urgence du traitement est nécessaire. L’automédication dans cette situation est non seulement non justifiée, mais aussi mortelle. Des spécialistes qualifiés de la clinique de thérapie de l’hôpital Yusupov sélectionneront un régime efficace et sûr pour le corps pour la prise de médicaments de nouvelle génération et fourniront un soutien complet jusqu’à la guérison.

Dans l’hôpital ouvert 24h / 24 de l’hôpital Yusupov, vous trouverez un séjour confortable dans des chambres confortables, une bonne nutrition et des soins médicaux de haute qualité dispensés par un personnel attentif.

Ne risquez pas votre santé, au premier signe de pneumonie, prenez rendez-vous par téléphone avec un spécialiste de la clinique thérapeutique de l’hôpital Yusupov. Les nuances d’hospitalisation peuvent être clarifiées sur notre site en contactant en ligne le médecin coordinateur.

Diagnostic, traitement et prévention de la pneumonie

Le médecin doit recueillir les antécédents médicaux et procéder à un examen physique, y compris une auscultation des poumons.

Si une pneumonie est suspectée, le médecin effectuera généralement les tests suivants :

Des tests sanguins sont utilisés pour confirmer l’infection et déterminer le type d’organisme à l’origine de l’infection. Cependant, une identification précise n’est pas toujours possible. Des leucocytes élevés dans le test sanguin général et la protéine C-réactive dans l’analyse biochimique indiquent indirectement la présence d’une inflammation bactérienne dans le corps.

Radiographie thoracique . Cela permet au médecin de déterminer l’emplacement de l’inflammation dans les poumons.

L’oxymétrie de pouls est la mesure des niveaux d’oxygène dans le sang. La pneumonie interfère avec les échanges gazeux dans les poumons.

Analyse des crachats . Un échantillon de sécrétions des poumons (crachats) est prélevé après une toux profonde et analysé pour aider à identifier l’agent causal.

Le médecin peut ordonner des tests supplémentaires si le patient a plus de 65 ans, est hospitalisé ou présente des symptômes graves ou des problèmes de santé. Ils peuvent inclure :

Tomodensitométrie . Examen couche par couche du tissu pulmonaire pour obtenir une image plus détaillée des poumons.

Ponction de la cavité pleurale . Si du liquide est détecté dans la cavité pleurale, il est retiré en insérant une aiguille entre les côtes dans la cavité pleurale, la composition cellulaire est examinée dans le liquide résultant et semée sur des supports spéciaux, en essayant d’identifier l’agent pathogène.

Traitement de la pneumonie

Le traitement de la pneumonie vise à supprimer l’infection et à prévenir les complications. Les personnes atteintes de pneumonie communautaire peuvent généralement être traitées à domicile avec des médicaments. La plupart des symptômes disparaissent après quelques jours ou semaines, et la sensation de fatigue peut persister pendant un mois ou plus.

Les traitements spécifiques dépendent du type d’agent pathogène et de la gravité de la pneumonie, de l’âge et de l’état de santé général du patient. Les options incluent :

Antibiotiques . Ces médicaments sont utilisés pour traiter la pneumonie bactérienne. Habituellement, un antibiotique à large spectre est prescrit jusqu’à l’obtention des résultats de l’examen microbiologique. Déterminer le type de bactérie responsable de la pneumonie et choisir l’antibiotique approprié pour le traitement peut prendre du temps. Si l’état du patient ne s’améliore pas, généralement dans les 2-3 jours, l’antibiotique est changé.

Médicaments contre la toux . Parce que la toux aide à éliminer les mucosités des poumons, ce n’est pas une bonne idée d’arrêter complètement de tousser. De plus, vous devez savoir qu’il existe très peu de recherches sur l’efficacité des médicaments contre la toux en vente libre. Si vous choisissez de prendre un antitussif, utilisez la dose la plus faible possible qui vous aidera à vous reposer. Séparément, il convient de mentionner les médicaments expectorants, qui facilitent l’évacuation des expectorations, n’inhibent pas le réflexe de la toux.

Antipyrétiques/analgésiques . Vous pouvez les prendre au besoin pour réduire une forte fièvre et soulager l’inconfort thoracique causé par la douleur pleurale. Ceux-ci incluent des médicaments tels que le paracétamol, l’aspirine, l’ibuprofène et d’autres médicaments anti-inflammatoires.

Hospitalisation pour pneumonie

Une hospitalisation peut être nécessaire si :

  • Patient de plus de 65 ans
  • Diminution de la fonction rénale (peu d’urine)
  • Pression artérielle systolique inférieure à 90
  • Pression artérielle diastolique 60 mm ou moins
  • Respiration rapide (30 respirations ou plus par minute)
  • Il y a des signes d’altération de la conscience
  • Température corporelle inférieure à la normale
  • fréquence cardiaque au repos inférieure à 50 ou supérieure à 100

L’hospitalisation s’effectue soit dans des services thérapeutiques, soit dans des unités de soins intensifs, si une correction des fonctions vitales est nécessaire.

Les enfants peuvent être hospitalisés si :

  • Ils ont moins de 2 mois
  • Ils sont léthargiques ou excessivement somnolents
  • Ils ont du mal à respirer
  • Ils ont un faible taux d’oxygène dans le sang
  • Ils semblent déshydratés

Mode de vie et remèdes maison

Ces conseils vous aideront à récupérer plus rapidement et à réduire le risque de complications :

Prenez plus de temps pour vous reposer . Ne retournez pas à l’école ou au travail tant que votre température n’est pas normale et que vous arrêtez de cracher des mucosités. Soyez prudent même lorsque vous commencez à vous sentir mieux : parce que la pneumonie peut se reproduire, il est préférable de ne pas reprendre vos activités quotidiennes tant que vous n’êtes pas complètement rétabli. Dans toutes les actions, consultez votre médecin.

Buvez beaucoup de liquides , surtout de l’eau.

Prenez vos médicaments tels que prescrits par votre médecin. Jusqu’au rétablissement complet.

Se préparer à une visite chez le médecin

Vous devriez commencer par consulter un thérapeute ou appeler un médecin ambulancier. Ces spécialistes peuvent vous référer à un infectiologue ou à un pneumologue si nécessaire.

Voici quelques informations pour vous aider à préparer la réunion et savoir à quoi vous attendre.

Que pouvez-vous faire:

  • Gardez une trace de tous les symptômes, y compris votre température
  • Enregistrez vos antécédents médicaux, y compris les hospitalisations récentes
  • Notez les informations personnelles clés, y compris les informations sur l’exposition aux radiations, l’exposition aux produits chimiques ou aux toxines, ou les voyages récents
  • Faites une liste de tous les médicaments, vitamines et suppléments que vous prenez, en particulier les antibiotiques, car cela peut entraîner une pneumonie résistante aux médicaments
  • Amenez un membre de la famille ou un ami avec vous si possible
  • Écrivez les questions à poser au médecin

Voici quelques questions de base à poser à votre médecin :

  • Qu’est-ce qui cause probablement mes symptômes ?
  • De quels tests ai-je besoin ?
  • Quel traitement recommandez-vous?
  • Dois-je être hospitalisé ?
  • J’ai d’autres problèmes de santé. Comment ma pneumonie les affectera-t-elle ?
  • Existe-t-il des restrictions ?
  • N’hésitez pas à poser d’autres questions.

Soyez prêt à répondre aux questions que votre médecin pourrait vous poser :

Pneumonie aiguë

La pneumonie aiguë est un processus inflammatoire aigu du parenchyme et de l’interstitium des poumons, dans l’étiologie duquel le facteur infectieux joue un rôle décisif. La pneumonie aiguë s’accompagne de frissons, d’une fièvre persistante, d’une toux accompagnée d’expectorations mucopurulentes, de malaises, de maux de tête, d’essoufflement et de tachycardie. L’inflammation des poumons est diagnostiquée en fonction du tableau clinique et radiographique, des données d’auscultation et des résultats de laboratoire. Le traitement de la pneumonie aiguë vise tous les stades de l’étiopathogénie et comprend la nomination d’antibiotiques, de mucolytiques, de bronchodilatateurs, d’expectorants et d’antihistaminiques, la thérapie par perfusion, l’oxygénothérapie, la physiothérapie.

CIM-10

informations générales

La pneumonie aiguë est une lésion infectieuse et inflammatoire des sections respiratoires des poumons, survenant avec intoxication et syndrome broncho-pulmonaire, modifications radiologiques caractéristiques. La pneumonie aiguë est l’une des maladies les plus courantes du système respiratoire, souvent accompagnée de complications, causant jusqu’à 9% des décès, ce qui nécessite une attention accrue des spécialistes dans le domaine de la thérapie et de la pneumologie. Selon la nature de l’évolution, la pneumonie aiguë est divisée en aiguë (jusqu’à 3 semaines) et prolongée (jusqu’à 2 mois), qui se développe généralement dans le contexte d’une diminution de la réactivité immunobiologique du macro-organisme. Les cas de pneumonie aiguë sont nettement plus fréquents pendant la période hiver-printemps, en particulier avec de fortes fluctuations météorologiques, lors d’épidémies d’infections respiratoires.

Causes de la pneumonie aiguë

Le rôle dominant dans l’étiologie de la pneumonie aiguë appartient à l’infection, principalement bactérienne. Habituellement, les agents responsables de la maladie sont les pneumocoques (30-40%), les mycoplasmes (6-20%), Staphylococcus aureus (0,4-5%), le bacille de Friedlander, moins souvent – les streptocoques hémolytiques et non hémolytiques, Pseudomonas aeruginosa et Haemophilus influenzae, champignons et leurs associations ; parmi les virus – virus de la grippe, RS-virus, adénovirus. Les pneumonies aiguës purement virales sont rares, généralement le SRAS facilite la colonisation du tissu pulmonaire par une microflore bactérienne endogène ou moins souvent exogène. Avec l’ornithose, la varicelle, la coqueluche, la rougeole, la brucellose, l’anthrax, la salmonellose, le développement d’une pneumonie aiguë est déterminé par l’agent causal spécifique de cette infection. Les micro-organismes pénètrent dans les voies respiratoires inférieures par la voie bronchogénique,

Une pneumonie aiguë peut survenir après exposition des sections respiratoires des poumons à des agents chimiques et physiques (acides et alcalis concentrés, température, rayonnement ionisant), en règle générale, en association avec une infection bactérienne secondaire avec une microflore autogène du pharynx et des voies respiratoires supérieures . En raison de l’utilisation à long terme d’antibiotiques dans le développement de la pneumonie aiguë, le rôle de la microflore conditionnellement pathogène est devenu plus important. Il existe des cas de pneumonie aiguë allergique (éosinophile) causée par des helminthiases et la prise de médicaments. La pneumonie aiguë peut se dérouler sans complication et avec des complications ; léger, modéré ou sévère ; avec l’absence ou le développement de troubles fonctionnels.

Divers facteurs qui réduisent la résistance du macro-organisme prédisposent à la survenue d’une pneumonie aiguë : intoxication prolongée (dont alcool et nicotine), hypothermie et humidité élevée, infections chroniques concomitantes, allergies respiratoires, chocs nerveux, enfance et vieillesse, alitement prolongé. La pénétration de l’infection dans les poumons est facilitée par une altération de la perméabilité et de la fonction de drainage des bronches, une inhibition du réflexe de la toux, une clairance mucociliaire insuffisante, des défauts du surfactant pulmonaire, une diminution de l’immunité locale, notamment de l’activité phagocytaire, des niveaux de lysozyme et d’interféron.

Dans la pneumonie aiguë, l’inflammation affecte les alvéoles, les septa interalvéolaires et le lit vasculaire des poumons. De plus, dans différentes parties du poumon affecté, différentes phases peuvent être observées simultanément – une marée, une “hépatisation” rouge et grise, une résolution. Les changements morphologiques dans la pneumonie aiguë varient selon le type d’agent pathogène. Certains micro-organismes (staphylococcus aureus, Pseudomonas aeruginosa, streptococcus) sécrètent des exotoxines qui causent des dommages profonds au tissu pulmonaire avec l’apparition de multiples petits foyers parfois fusionnés de pneumonie abcédante. Dans la pneumonie aiguë de Friedlander, une nécrose étendue de type infarctus dans les poumons est organisée. L’inflammation interstitielle domine dans les pneumonies d’origine pneumocystis et cytomégalovirus.

Classification

La classification de la pneumonie aiguë est basée sur les différences d’étiologie, de pathogenèse, de manifestations anatomiques et cliniques. Selon les propriétés cliniques et morphologiques, on distingue les pneumonies parenchymateuses et interstitielles; croupeux (lobaire ou pleuropneumonie) et focal (bronchopneumonie); selon la prévalence de l’inflammation – petite focale, focale (dans plusieurs lobules), grande focale et confluente (couvrant la majeure partie du lobe).

La pneumonie aiguë survient principalement ou secondairement sous forme de complications de maladies infectieuses (ARVI, grippe, rougeole), de pathologie chronique du système respiratoire (bronchite, tumeurs), du système cardiovasculaire, des reins, du sang, de maladies systémiques, de troubles métaboliques. En tenant compte des critères épidémiques, on distingue les formes nosocomiales et nosocomiales de pneumonie aiguë.

Selon le facteur causal, on distingue les pneumonies aiguës infectieuses (bactériennes, virales, mycoplasmiques, rickettsiennes, fongiques, mixtes), allergiques, congestives, post-traumatiques, ainsi que les pneumonies causées par des stimuli chimiques ou physiques. La pneumonie par aspiration peut se développer lorsque des corps étrangers (particules alimentaires, vomissures) sont inhalés ; infarctus-pneumonie – due à une thromboembolie du système vasculaire pulmonaire.

Symptômes de pneumonie aiguë

Le tableau clinique de la pneumonie aiguë peut différer par le niveau de gravité des manifestations générales et broncho-pulmonaires, qui est largement déterminé par l’agent pathogène, l’état de santé du patient et l’évolution de la pathologie concomitante. La plupart des formes de pneumonie aiguë se caractérisent par la présence constante de troubles généraux : frissons, forte élévation de la température et fièvre persistante, faiblesse générale, transpiration, céphalées, tachycardie, agitation ou faiblesse, troubles du sommeil. La toux dans la pneumonie aiguë est de nature différente, accompagnée de la libération d’expectorations mucopurulentes, d’une respiration rapide (jusqu’à 25-30 par minute), de douleurs dans la poitrine ou sous l’omoplate. La pneumonie focale (bronchopneumonie) commence dans la plupart des cas dans le contexte d’une bronchite ou d’un catarrhe aigu des voies respiratoires supérieures. Une fièvre fébrile du mauvais type est typique,

La pneumonie grippale se développe généralement de manière aiguë le premier ou le troisième jour de la grippe. L’écoulement, en règle générale, est plus facile que bactérien, parfois il peut acquérir une évolution sévère avec une intoxication importante et une forte fièvre, une toux persistante et un développement rapide d’un œdème pulmonaire. La pneumonie tardive qui survient pendant la période de récupération de la grippe est causée par la microflore bactérienne.

La pneumonie staphylococcique survient souvent comme une complication de la septicémie. Elle se caractérise par une tendance à la formation d’abcès, accompagnée d’un état général sévère, d’une température fébrile, d’une toux avec crachats purulents ou mucopurulents, et chez les enfants et les personnes âgées – une évolution fulminante sévère. Peut-être le développement de l’empyème des poumons. Le nombre de décès dans ce type de pneumonie aiguë reste élevé. Les pneumonies streptococciques sont moins fréquentes, compliquant l’évolution des infections virales respiratoires aiguës, la rougeole, la coqueluche, les maladies pulmonaires chroniques, accompagnées de nécrose du tissu pulmonaire, de pleurésie exsudative. La pneumonie à Pseudomonas aeruginosa est difficile : avec risque de dissémination, formation d’abcès, et si l’abcès fait irruption dans la plèvre, développement de pyopneumothorax.

Une clinique prononcée de pneumonie lobaire se déroule soudainement, exprimée par des frissons étourdissants, de la fièvre jusqu’à 39-40 ° C, un essoufflement croissant, une toux avec des expectorations rouillées, une tachypnée (30-40 par minute) et une tachycardie (100 – 120 battements par minute ) , douleur intense dans la poitrine (avec implication de la plèvre diaphragmatique – avec irradiation dans la cavité abdominale). Une température élevée peut persister pendant plusieurs jours, puis diminuer en 1 à 3 jours. Dans la pneumonie croupeuse sévère, une cyanose diffuse, une hypotension apparaît, les patients peuvent ressentir de l’agitation, de la léthargie, un état de psychose aiguë; chez les personnes âgées présentant une pathologie concomitante – processus suppuratifs dans les poumons et la plèvre; risque élevé de décès.

Complications

À l’issue d’une pneumonie aiguë sont possibles

  • complications pulmonaires (pleurésie para et métapneumonique, insuffisance respiratoire aiguë, pneumosclérose, atélectasie, abcès pulmonaire)
  • complications extrapulmonaires (choc infectieux-toxique, sérite purulente et fibrineuse, méningite, myocardite infectieuse-allergique, etc.).

Dans 1 à 4% des cas, la transition d’une pneumonie aiguë à une forme chronique est probable.

Diagnostic

Le diagnostic de pneumonie aiguë repose sur les données cliniques et radiologiques, les résultats de l’évaluation de la fonction respiratoire et l’étude des paramètres de laboratoire. L’évaluation de la percussion dans la pneumonie lobaire révèle un ternissement de la tonalité du son à mesure que l’exsudation des alvéoles augmente. On entend un crépitement inspiratoire auscultatoire, parfois de fins râles bouillonnants, plus tard – respiration bronchique, bronchophonie, frottement pleural.

Dans le sang, la leucocytose, l’ESR accélérée, les réactions de phase aiguë positives sont indicatives; dans l’urine – protéinurie, cylindrurie et microhématurie sont possibles. Dans les crachats de la pneumonie focale aiguë, on trouve beaucoup de bactéries, de leucocytes et d’épithélium desquamé des voies respiratoires, sous la forme croupeuse – érythrocytes.

Si une pneumonie aiguë est suspectée, une radiographie des poumons est prescrite en deux projections en dynamique (à 7-10 jours et 3-4 semaines). La preuve aux rayons X des changements infiltrants dans la pneumonie croupeuse et macrofocale est un ombrage intense homogène segmentaire ou lobaire du tissu pulmonaire; avec bronchopneumonie – ombrage hétérogène d’une partie du lobe d’intensité moyenne et faible avec capture des zones péribronchiques et périvasculaires. En cas de ralentissement de la résorption des infiltrats dans la pneumonie aiguë, la TDM des poumons est indiquée.

Scanner du thorax. Zone d’infiltration inflammatoire (pneumonie) dans les sections caudales postérieures du lobe inférieur du poumon droit

L’expectoration, le sang, la culture d’urine permettent d’établir l’agent pathogène et sa sensibilité aux antibiotiques. Les modifications de la fonction respiratoire de type restrictif (diminution du VC, de la MVL, de l’augmentation de la MOD) sont caractéristiques d’une pneumonie confluente focale et lobaire étendue. La bronchoscopie et la bronchographie sont réalisées avec une évolution prolongée de la pneumonie aiguë, ce qui permet de détecter la présence de bronchectasies, des cavités de carie dans le tissu pulmonaire. Dans le cadre du diagnostic, la bronchite, le cancer du poumon, la tuberculose, l’infarctus pulmonaire, la bronchectasie atélectasique sont exclus.

Traitement de la pneumonie aiguë

Les patients atteints de pneumonie aiguë nécessitent un traitement précoce, généralement en milieu hospitalier. Pendant la période fébrile, le repos au lit, la consommation excessive d’alcool et les aliments riches en calories faciles à digérer, les vitamines sont indiquées. Dans la pneumonie aiguë, la thérapie étiotrope avec des médicaments antibactériens prescrits sur la base des caractéristiques cliniques et radiologiques est efficace. Les pénicillines semi-synthétiques (ampicilline, amoxicilline), les aminoglycosides (gentamicine), les céphalosporines (ceftriaxone), les macrolides (érythromycine, azithromycine), les tétracyclines sont utilisées, la rifampicine, la lincomycine sont utilisées en secours. Dans la phase aiguë et dans les cas graves, 2-3 antibiotiques ou une association d’un antibiotique avec du métronidazole, des sulfamides peuvent être prescrits. L’intensité de l’antibiothérapie dépend de la gravité et de la prévalence des lésions pulmonaires.

Les patients atteints de pneumonie aiguë sont montrés bronchodilatateurs et expectorants, mucolytiques. Pour éliminer l’intoxication, des perfusions de solutions salines, de la rhéopolyglucine sont effectuées, en cas d’essoufflement et de cyanose, une oxygénothérapie est nécessaire. En cas d’insuffisance cardiovasculaire, des glycosides cardiaques, la sulfocamphocaïne sont prescrits. En plus de l’antibiothérapie, des anti-inflammatoires et des antihistaminiques, des immunocorrecteurs sont utilisés. Au stade de la résolution de la pneumonie aiguë, la physiothérapie est efficace (inhalation, électrophorèse au chlorure de calcium, UHF, vibromassage, thérapie par l’exercice).

Prévision et prévention

Le pronostic de la pneumonie aiguë avec un traitement précoce à part entière est assez favorable. Les foyers d’inflammation fibrineuse subissent une résorption en 2 à 4 semaines, destructrice – en 4 à 6 semaines. Les effets résiduels peuvent persister pendant six mois ou plus. Une évolution extrêmement sévère avec complications et décès est plus fréquente chez les nourrissons, les personnes âgées et les personnes âgées, les patients affaiblis atteints de maladies concomitantes graves.

Les mesures de prévention de la pneumonie aiguë comprennent l’abandon des mauvaises habitudes, la pratique de sports et le durcissement, une bonne nutrition, l’assainissement des foyers d’infection chroniques, la vaccination contre la grippe et la prévention du stress. Ceux qui se sont remis d’une pneumonie aiguë sont inscrits auprès d’un pneumologue pendant six mois.

1. Pneumonie communautaire chez l’adulte : recommandations pratiques pour le diagnostic, le traitement et la prévention / Chuchalin A.G., Sinopalnikov A.I., Kozlov R.S., Tyurin I.E., Rachina S.A.

2. Pneumonie interstitielle aiguë/ Avdeev S.N., Chernyaev A.L.// Pneumologie et allergologie. – 2006 – N°1.

Symptômes de pneumonie chez l’adulte

L’inflammation des poumons chez l’adulte peut être provoquée par divers micro-organismes pathogènes. Dans le processus de développement de l’état pathologique, les alvéoles sont affectées. Ils se remplissent de liquide ou de pus, provoquant une toux violente avec des mucosités. Dans les cas graves, une hémoptysie peut survenir. Les symptômes supplémentaires sont une augmentation de la température corporelle et des difficultés respiratoires, ce qui aggrave considérablement le bien-être d’une personne.

Types principaux

Pour comprendre ce qu’est la pneumonie, vous devez savoir de quels types il s’agit. Ceci est important pour le choix du traitement et le pronostic.

Selon les facteurs provoquants, la pneumonie est classée dans les types suivants:

Bactérien. Elle est causée par des pneumocoques en cas d’inhalation. Le plus souvent, la maladie se développe comme une complication du SRAS ou d’autres maladies chroniques qui entraînent un affaiblissement du système immunitaire.

Viral. La maladie se développe lorsqu’elle est infectée par des virus de différents types. Une caractéristique de la maladie est son développement rapide.

Fongique. La pathologie survient dans le contexte de la présence dans le corps humain d’une infection fongique chronique, en particulier le champignon Candida. La maladie se caractérise par l’absence de symptômes prononcés.

Les symptômes des différents types de pneumonie peuvent varier. La maladie dans chaque cas diffère par la nature du cours. Si un certain facteur provoquant est confirmé, il sera nécessaire d’acheter divers médicaments. C’est pourquoi, si les symptômes de la pneumonie chez un adulte apparaissent, il est urgent de subir un examen. L’automédication est absolument impossible à faire.

Avec une forte immunité, les risques de développer une pneumonie chez l’adulte, même dans le contexte d’effets provocateurs, sont considérablement réduits. Les facteurs suivants aggravent les réactions protectrices naturelles du corps humain :

L’abus d’alcool.

Le groupe à risque comprend les personnes de plus de 65 ans, ainsi que celles qui souffrent de diverses maladies chroniques. Augmente la probabilité de travail de pneumonie dans les industries dangereuses, où vous devez inhaler des substances nocives.

La différence entre les symptômes de la pneumonie virale et bactérienne

Aujourd’hui, dans le contexte de propagation de l’infection à coronavirus, il existe des risques de développer une pneumonie virale. Des signes évidents de pneumonie chez les adultes présentant une nature virale de la maladie apparaissent très rapidement – dans les 1 à 3 jours suivant l’infection. Si un traitement en temps opportun n’est pas commencé, une insuffisance pulmonaire peut se développer. La pneumonie bactérienne se caractérise par un développement plus long. Très souvent, des signes clairs apparaissent après environ deux semaines. Jusqu’à ce moment, une personne peut remarquer une détérioration de son bien-être général.

Dès le début, la pneumonie virale se manifeste par des signes prononcés d’intoxication. Ils restent jusqu’à la guérison complète. Ce:

Forts maux de tête.

Température corporelle supérieure à 38°C.

Toux épuisante avec crachats pouvant contenir des traces de sang.

Douleur dans la région de la poitrine.

Avec l’inflammation des poumons de nature bactérienne, après l’apparition de symptômes bénins, un soulagement se produit. Mais après un certain temps, les manifestations de la maladie augmentent fortement. La température corporelle augmente, ce qui est difficile à abaisser avec des médicaments, des maux de tête et une forte toux avec des expectorations purulentes se produisent.

Diagnostic

Un pneumologue s’occupe du diagnostic et du traitement de la pneumonie. C’est à lui que le thérapeute de district donne des directives en cas de suspicion de pneumonie. Lors du diagnostic, le tableau clinique global est pris en compte, les résultats des tests de laboratoire et des examens instrumentaux sont analysés.

Pour identifier l’agent pathogène, un test d’expectoration est effectué. Cela vous permet de choisir les bons médicaments pour le traitement. Une radiographie pulmonaire est nécessaire. Cette étude vous permet de clarifier la localisation de la pneumonie. Lorsque le diagnostic est confirmé, une oxymétrie de pouls est effectuée pour mesurer le niveau d’oxygène dans le sang. Le fait est que la pneumonie entraîne des échanges gazeux dans les poumons, il est donc important de comprendre la nécessité de connecter un appareil qui prend en charge le processus respiratoire.

Dans les cas graves, s’il y a des symptômes graves, le médecin peut prescrire un scanner pour clarifier le diagnostic. Il permet un examen plus détaillé couche par couche du tissu pulmonaire.

Complications après une pneumonie

L’inflammation des poumons avec un traitement inapproprié ou intempestif menace de complications dangereuses. Si les bactéries qui ont causé la pneumonie pénètrent dans la circulation sanguine, cela peut entraîner des combats dans le travail de nombreux organes. De plus, lorsque l’infection se propage dans tout le corps, il devient difficile de traiter la maladie sous-jacente.

Avec l’inflammation des poumons, il y a des risques:

Accumulation de liquide dans l’espace autour des poumons.

Le développement d’un abcès du poumon, lorsque du pus se forme dans les tissus.

La survenue d’une insuffisance respiratoire aiguë.

Le traitement de la pneumonie chez l’adulte implique une approche intégrée. Les médicaments antiviraux ou antimicrobiens doivent être prescrits sur la base des études obtenues. Avec une évolution bénigne de la maladie, un traitement à domicile est prescrit. Dans le même temps, en plus de prendre les médicaments prescrits par le médecin, il est nécessaire d’observer le repos au lit et de boire plus de liquides. Il est important d’inclure des aliments faciles à digérer dans l’alimentation et, le plus souvent possible, d’aérer la pièce.

Dans les cas graves, avec une pneumonie, les patients sont hospitalisés. La durée du traitement pour les adultes à l’hôpital est de 21 jours. Si nécessaire, prescrire des compte-gouttes et procéder à une ventilation artificielle des poumons. Avec un traitement rapide, le pronostic est toujours favorable.

Tous les documents présentés sur le site sont uniquement à des fins éducatives et ne sont pas destinés à des conseils médicaux, à un diagnostic ou à un traitement. L’administration du site, les éditeurs et les auteurs d’articles ne sont pas responsables des conséquences et des pertes pouvant survenir lors de l’utilisation du matériel du site.

Signes de pneumonie chez un adulte sans fièvre

L’apparition d’une pneumonie, non accompagnée d’un réflexe de toux, est moins fréquente que l’évolution standard de la maladie. La pneumonie sans toux est un processus pathologique dangereux qui se développe secrètement et menace la formation de diverses complications. La maladie survient dans le contexte d’un système immunitaire faible, d’une consommation incontrôlée de médicaments antitussifs.

Caractéristiques de la maladie

Dans la plupart des pathologies, une augmentation standard de la température se produit. C’est un symptôme typique d’une maladie pulmonaire inflammatoire, mais il est parfois absent. Le problème est lié aux réactions individuelles du corps à l’infection, la pneumonie de ce type est appelée asymptomatique ou atypique.

Une augmentation de la température se produit en réponse du système immunitaire à une inflammation en cours. S’il est absent, le problème est lié aux propriétés protectrices réduites du corps. Dans la plupart des cas, une évolution non standard est observée dans l’enfance et la vieillesse en raison de l’immaturité ou de l’affaiblissement du système immunitaire. La zone à risque de pneumonie sans toux comprend :

des patients atteints du cancer;

Une déviation similaire se produit chez les personnes qui préfèrent endurer la maladie sans traitement et consulter un médecin. Une bonne immunité, une bonne nutrition et des complexes multivitaminés aident à faire face à l’inflammation, mais conduisent à la formation d’une insuffisance respiratoire dans le contexte du remplacement des tissus pulmonaires par des tissus conjonctifs.

La diminution des barrières protectrices est due à un foyer infectieux chronique localisé au niveau des ganglions lymphatiques, des dents malades ou des amygdales. La source de l’évolution atypique de la pneumonie est la chlamydia, les pneumocystes, les mycoplasmes et les légionelles.

Les experts considèrent que l’utilisation incontrôlée de médicaments antibactériens est à l’origine du développement d’une pneumonie sans fièvre. De fortes doses réduisent l’efficacité du système immunitaire, entraînent une tolérance de la microflore pathogène aux composants actifs des médicaments. L’utilisation constante d’antibiotiques entraîne une diminution de leur efficacité thérapeutique.

Image clinique

Avec l’apparition d’une pneumonie sans fièvre, un certain nombre de signes caractéristiques sont observés. Les principaux symptômes sont :

faiblesse, transpiration accrue;

essoufflement, toux sèche ou humide;

respiration rapide, soif constante;

asymétrie des mouvements de la poitrine;

douleur dans la région thoracique inférieure;

l’apparition d’un rougissement vif, un sifflement étranger lors de la respiration.

La maladie est dangereuse en raison du manque de traitement en temps opportun. Le patient ressent une faiblesse, note une diminution de l’efficacité, mais n’attache pas une importance sérieuse au problème. En conséquence, le processus inflammatoire se propage activement aux zones saines des poumons. Le traitement des lésions étendues est difficile et peut être fatal.

La pneumonie latente passe sans fièvre, parfois accompagnée d’une toux ou elle est absente des symptômes. En présence d’un réflexe de toux, l’inflammation des poumons est associée aux conséquences d’une bronchite chronique existante. Avec un symptôme à long terme, le patient doit consulter le médecin local et subir un examen diagnostique complet.

S’il n’y a pas de toux, le problème peut être dû à une prise incontrôlée de médicaments antitussifs. La suppression du réflexe entraîne l’accumulation de sécrétions muqueuses dans les bronches, une détérioration progressive de l’état général.

Études diagnostiques

Lorsqu’il contacte un établissement médical, un patient adulte est référé à un thérapeute. Lors de l’examen, le médecin observe la symétrie de la respiration, procède à l’auscultation, évalue les plaintes. Le diagnostic présomptif est confirmé par des procédures de diagnostic de laboratoire distinctes :

analyse clinique d’urine et de sang;

examen bactériologique des crachats;

Les images montrent clairement les zones du processus inflammatoire et l’échantillonnage de la salive vous permet d’identifier l’agent pathogène qui est entré dans le corps. Des méthodes supplémentaires d’examen diagnostique sont désignées par le thérapeute à sa discrétion. La précision du diagnostic dépend de la compétence du médecin et de la disponibilité de l’équipement nécessaire dans la clinique.

Procédures thérapeutiques

Le traitement est effectué sous la supervision d’un thérapeute, le patient se voit prescrire un traitement antibiotique. Les médicaments antibactériens populaires sont présentés:

Vous pouvez acheter ces médicaments en pharmacie. Avec une évolution favorable de la pneumonie sans fièvre, un traitement ambulatoire est utilisé. Le médecin prescrit au patient un régime alimentaire spécial, à l’exception des aliments gras, des repas réguliers et complets. L’équilibre hydrique du corps est nécessairement maintenu – en raison d’un apport hydrique suffisant.

Le traitement complet comprend :

respect du repos au lit;

prendre des médicaments;

effectuer des exercices de respiration – à partir du deuxième jour du début du traitement.

La thérapie par l’exercice aide à normaliser la fonction pulmonaire et à accélérer les processus de récupération. Parallèlement aux principaux médicaments, le patient se voit prescrire des complexes multivitaminés pour stabiliser le système immunitaire.

Pour éviter le développement d’une pneumonie sans fièvre, il est nécessaire de prendre des mesures préventives en temps opportun. Ils comprennent l’assainissement de la cavité buccale, le traitement des exacerbations de pathologies chroniques, le durcissement, le soutien saisonnier de l’immunité avec des vitamines. Le patient doit éviter l’hypothermie, les situations stressantes, le contact direct avec des personnes malades en raison de leur impact négatif sur le corps et de la possibilité d’infection accidentelle.

Tous les documents présentés sur le site sont uniquement à des fins éducatives et ne sont pas destinés à des conseils médicaux, à un diagnostic ou à un traitement. L’administration du site, les éditeurs et les auteurs d’articles ne sont pas responsables des conséquences et des pertes pouvant survenir lors de l’utilisation du matériel du site.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.