rêver

Diagnostic de l’infection à méningocoque

La méningococcie est un groupe de maladies anthroponotiques aiguës causées par la bactérie gram-négative Neisseria meningitidise (méningocoque).

Selon le sérotype, elle affecte divers organes et systèmes avec des manifestations cliniques différentes. La maladie est unie par la forme de transmission – gouttelettes en suspension dans l’air en contact étroit avec le porteur (moins de 1 mètre). Les bactéries ne sont pas stables dans l’environnement extérieur, meurent rapidement à l’extérieur du corps. La maladie est considérée comme dangereuse en raison de la sensibilité générale de la population à l’infection, du caractère transitoire de la maladie, de la forte probabilité de complications et de décès.

Contents

Classification

Selon les manifestations cliniques, l’infection à méningocoque est divisée en les types suivants:

Localisé – portage méningococcique (présence asymptomatique de méningocoque sur la muqueuse nasopharyngée), rhinopharyngite.

Généralisée – méningite, méningo-encéphalite, formes aiguës, typiques et chroniques de méningococcémie, ainsi qu’une forme mixte généralisée (méningite et méningococcémie).

Les formes rares sont l’arthrite méningococcique (synovite), la polyarthrite, la pneumonie, l’endocardite, l’iridocyclite.

Selon la gravité de l’évolution de la maladie, elle est divisée en formes légères, modérées et sévères. Séparément, la forme hypertoxique de l’infection à méningocoque, également appelée “tueur de foudre”, est isolée. L’état du patient se détériore rapidement: la température monte à +40 C, une éruption cutanée apparaît devant nos yeux, des convulsions, des chutes de pression, une personne peut perdre connaissance. Le manque de soins médicaux d’urgence entraîne un choc toxique, le coma et la mort inévitable.

Les symptômes

Les infections à méningocoque présentent des symptômes prononcés, à l’exception des formes bénignes de rhinopharyngite et de méningococcie. Dans ce dernier cas, une personne peut être qualifiée de conditionnellement saine, car il n’y a pas de plaintes ni de signes cliniques. Le porteur, généralement un adulte, constitue une menace pour son environnement, en particulier pour les enfants qui tolèrent difficilement l’infection. En moyenne, selon les statistiques, la durée du transport est de 15 à 20 jours.

Symptômes de la rhinopharyngite aiguë

Congestion nasale provoquant une parole nasale.

Mal de gorge, gonflement, douleur en avalant.

Pâleur de la peau.

Perte de force, perte d’appétit, maux de tête.

Parfois, la maladie se manifeste par des troubles vestibulaires, exprimés par des vertiges, des acouphènes, des nausées. Les éternuements et la toux sont absents, parfois il peut y avoir un écoulement mucopurulent du nez. En général, les symptômes ressemblent à des infections respiratoires aiguës, il est donc important de procéder à un diagnostic différentiel. Le 5ème au 7ème jour, la guérison se produit ou la maladie passe à une forme généralisée.

Méningococcémie (septicémie méningococcique)

Apparition soudaine de la maladie, accompagnée d’une augmentation de la température jusqu’à +40 C.

Maux de tête sévères, photophobie, convulsions, vomissements.

Une éruption cutanée rose ou rose-rouge de type papuleuse apparaît le 1er – 2ème jour. Spots de différentes tailles de 5 à 20 mm.

Rigidité des muscles de l’arrière de la tête – il est impossible d’appuyer le menton contre la poitrine.

Le symptôme de Brudzinski. En essayant de tirer sa tête contre sa poitrine, le patient se plie involontairement et tire ses jambes vers son ventre.

Signe de Kernig. Alternativement, les jambes du patient allongé sur le dos sont relevées et pliées à un angle de 90 ° dans l’articulation du genou. Une tentative de les ramener à leur position d’origine échoue, car le tonus musculaire augmente.

De tous ces signes, les éruptions cutanées hémorragiques sont les plus évidentes. 2 jours après l’apparition, elles se pigmentent, formant des ulcères et des nécroses. Dans des situations graves, des changements pathologiques peuvent entraîner une gangrène sèche et une amputation ultérieure.

méningite à méningocoque

Montée rapide de la température corporelle jusqu’à +40 °C.

Maux de tête sévères déclenchés par le mouvement, le toucher, les lumières vives et les bruits forts.

Vomissements répétés, indépendants de la prise alimentaire, sans soulagement.

Pression artérielle basse, pouls rapide, essoufflement.

Le patient prend souvent la position fœtale – s’allonge sur le côté, les mains jointes, les jambes serrées au niveau des genoux. Les symptômes caractéristiques tels que la raideur de la nuque, les symptômes de Brudzinski et de Kernig peuvent être présents ou non. La maladie se caractérise par un taux de mortalité élevé, sans traitement approprié, elle atteint 50%. Les survivants peuvent présenter les séquelles de l’infection : parésie, surdité, déficience intellectuelle, hydrocéphalie.

Forme hypertoxique (fulminante) d’infection à méningocoque

Augmentation soudaine de la température à +40 C ou plus.

Peau froide, moite de sueur. Le patient a de la fièvre, il peut y avoir des convulsions.

De nombreuses éruptions hémorragiques apparaissant devant les yeux. De petites taches se transforment rapidement en grandes hémorragies de couleur violet-cyanotique. Les changements cutanés sont similaires aux taches cadavériques.

La pression artérielle est basse.

La forme hypertoxique se développe extrêmement rapidement, en quelques heures. Il y a un gonflement du cerveau, accompagné de maux de tête sévères, de vertiges, de vomissements, d’une perte de conscience. Cela conduit à un choc infectieux-toxique – une condition nécessitant une réanimation immédiate. Sans traitement rapide, le patient peut mourir.

Diagnostic de l’infection à méningocoque

Le choix du matériel de laboratoire pour l’analyse dépend de la forme de la maladie, il peut s’agir de sang, de mucus nasopharyngé, de liquide céphalo-rachidien, de grattage d’une éruption hémorragique, d’un écoulement purulent des méninges.

Avec la rhinopharyngite et les porteurs asymptomatiques, les sécrétions nasopharyngées sont prélevées à l’aide d’un écouvillon spécial. Le matériel doit être prélevé à l’arrière du pharynx derrière le palais mou.

Avec la méningite cérébro-spinale, le LCR (liquide céphalo-rachidien) est pris. Il est recueilli par ponction à raison de 2 à 5 ml dans un tube stérile. Immédiatement semé sur un milieu nutritif ou de toute urgence, en observant le régime de température, envoyé au laboratoire. Au moment de la collecte du liquide céphalo-rachidien, la présence de pus peut être déterminée visuellement, auquel cas le liquide céphalo-rachidien sera trouble. Dans certains cas, les bactéries ne peuvent être détectées qu’au microscope.

Lorsque le biomatériau est prélevé à titre posthume, le pus des méninges est le plus souvent prélevé pour analyse. L’étude est nécessaire pour clarifier le diagnostic. Si la méningococcie est confirmée, le cercle des contacts doit être identifié pour prévenir la propagation de l’infection.

L’analyse du sang et du sérum est facultative. Il vous permet d’évaluer la gravité de la maladie, ainsi que de détecter les anticorps dirigés contre le méningocoque. Sur la base des données de l’étude de l’urine, il est possible de déterminer le travail des reins. Pour établir un diagnostic et évaluer le degré d’endommagement du corps, des méthodes de diagnostic instrumental telles que l’échocardiographie, la radiographie, l’échographie du cerveau et des organes abdominaux, l’examen Doppler des vaisseaux sanguins, l’ophtalmoscopie et l’imagerie par résonance magnétique sont utilisées.

Types de diagnostic de laboratoire de l’infection à méningocoque

Examen bactérioscopique (RA, PCR). Détermine la présence de méningocoques, sérogroupe et leur concentration. Permet de se différencier des autres bactéries qui provoquent une inflammation du cerveau et de la moelle épinière. La culture est ensemencée pendant 18 à 24 heures dans un thermostat à +37 C, avec une teneur en CO2 augmentée (jusqu’à 10%). L’appartenance à Neisseria meningitidis est déterminée en détectant la production d’acide acétique résultant de la fermentation du glucose et du maltose.

La méthode sérologique (ELISA, RIA) est basée sur la détection et la détermination de la concentration des anticorps IgM. Le titre augmente significativement au début de l’infection méningococcique avec des formes généralisées. La concentration diminue pendant la rémission, les anticorps IgG commencent à prédominer sur les immunoglobulines IgM. Chez ceux qui ont été malades, on retrouve dans le sérum sanguin des anticorps bactéricides spécifiques : agglutinines et hémagglutinines.

Quel que soit le type de biomatériau, il nécessite une analyse urgente car l’agent pathogène meurt en dehors du corps humain. Le diagnostic de laboratoire comprend la microscopie, la culture biologique, nécessite non seulement l’identification de l’agent pathogène, mais également la détermination de la sensibilité aux antibiotiques.

Traitement

Dans le traitement de l’infection à méningocoque, quel que soit le degré de manifestation de la maladie et sa forme, le médecin considère l’état du patient comme mortel. C’est particulièrement vrai pour les enfants, car plus de la moitié d’entre eux passent par des soins intensifs. Le patient est hospitalisé pour un diagnostic d’urgence. Les antibiotiques ne peuvent être prescrits qu’après des tests de laboratoire.

Selon le sérotype, des médicaments comme la pénicilline, l’ampicilline, le chloramphénicol peuvent devenir la base du traitement. Dans les contextes épidémiologiques à ressources limitées, la ceftriaxone est préférée. Les antibiotiques sont la base du traitement, cependant, des médicaments antipyrétiques, anticonvulsivants et décongestionnants, des médicaments pour perfusion, de désintoxication et d’oxygénothérapie sont utilisés avec eux. Ainsi, un traitement complexe de l’infection à méningocoque est effectué avec une sélection individuelle de médicaments, sous la surveillance constante d’un médecin. La thérapie des formes généralisées compliquées peut durer un mois et la rééducation peut prendre plusieurs années.

Complications et conséquences

Au cours de la maladie, les complications suivantes peuvent survenir :

œdème cérébral;

accident vasculaire cérébral hémorragique;

insuffisance rénale aiguë;

paralysie et autres dysfonctionnements.

Dans le contexte d’une infection à méningocoque, l’herpès, l’otite, la pneumonie à méningocoque peuvent se développer. L’évolution sévère de la maladie peut provoquer le développement d’un syndrome asthénique, qui se traduit par une faiblesse générale et des maux de tête périodiques. Conduire à l’hypertension, à la perte auditive, à l’épilepsie et à l’hémiparésie (dommage paralytique d’un côté du corps). Les patients qui ont eu une infection méningococcique souffrent souvent d’apathie et de dépression.

Prévention des maladies

Immunité post-infectieuse. Après la maladie, une forte immunité apparaît qui protège contre la réinfection. Cependant, il ne touche que le sérogroupe de bactéries qui a causé la maladie. Au total, il existe 12 types de groupes de méningocoques.

Vaccination. 3 types de vaccins ont été développés :

Polysaccharides polyvalents (inventés il y a 30 ans).

Vaccins conjugués mono- et polyvalents (utilisés depuis 1999).

Nouveau vaccin conjugué monovalent MenA (développé en 2010-2011).

Le médicament maximum ne peut couvrir que 4 sérogroupes : A, C, Y et W. Malheureusement, un tel vaccin pour se protéger contre tous les types d’infection n’a pas encore été développé.

La vaccination contre le méningocoque n’est pas incluse dans le calendrier de vaccination des enfants. Vous ne pouvez vous faire vacciner que par vous-même. Il vaut la peine de le réaliser avant de voyager dans des pays à risque, et selon les indications épidémiologiques, c’est-à-dire lors d’une épidémie lorsque le sérotype est connu.

Avantages de SZDCM JSC

Les études de laboratoire sont de la plus haute importance dans le traitement, en particulier de ces maladies graves. Il est important d’obtenir non seulement le résultat le plus rapide, mais également le résultat le plus précis et le plus détaillé.

À votre service:

Laboratoire avec équipement technologique.

Personnel qualifié et sympathique.

Analyses rapides et multiples options pour obtenir des résultats.

Les centres médicaux et les terminaux sont situés dans des endroits facilement accessibles à Saint-Pétersbourg, dans la région de Leningrad, à Veliky Novgorod, à Staraya Russa, à Okulovka et à Pskov.

Tuberculose

Avec l’avènement des antibiotiques, une personne a réussi à contrôler une maladie infectieuse aussi courante et dangereuse que la tuberculose (l’ancien nom est la consommation). Néanmoins, il continue de figurer sur la liste des menaces mondiales pour l’humanité au 21e siècle.

En Russie, moins de nouveaux cas de la maladie sont enregistrés chaque année et le taux de mortalité qui en résulte continue de baisser. Cependant, la situation reste difficile. L’OMS rapporte qu’en 2018, 79 000 personnes sont tombées malades de la tuberculose dans la Fédération de Russie et 10 000 personnes sont décédées. De plus, l’infection pose un nouveau défi à l’humanité : des formes particulières de la maladie sont apparues, résistantes aux médicaments existants. En Russie, le nombre de ces cas atteint 9%. Selon cet indicateur, elle se classe au troisième rang mondial après l’Inde et la Chine. Le traitement nécessaire dans le pays est reçu par 99% de tous les patients atteints de tuberculose, mais seulement 69% sont complètement guéris. Une situation difficile est également observée en Azerbaïdjan, en Biélorussie, au Kazakhstan, au Kirghizistan, en Moldavie, au Tadjikistan, en Ouzbékistan et en Ukraine.

Qu’est-ce que la tuberculose, l’agent causal de la maladie

  • La tuberculose est une maladie bactérienne infectieuse chronique causée par le complexe pathogène Mycobacterium tuberculosis (communément appelé bacille de Koch).
  • Pour la première fois, ce micro-organisme a été isolé par le scientifique allemand Robert Koch en 1882, mais la maladie elle-même est connue depuis très longtemps. Les chercheurs ont trouvé des traces de Mycobacterium tuberculosis même dans les restes de momies égyptiennes antiques.
  • Ces micro-organismes sont hautement viables dans l’environnement. Dans un endroit humide et sombre à une température de 23 ° C, ils peuvent durer jusqu’à 7 ans, dans un endroit sombre et sec – jusqu’à 10-12 mois, dans un endroit sec et clair – environ 2 mois.
  • Dans l’eau, le bâton vit jusqu’à 5 mois, dans le sol – jusqu’à 6 mois, dans le lait cru – jusqu’à 2 semaines, dans le fromage et le beurre – environ un an, sur les pages des livres – environ 3 mois. Cependant, ces bactéries meurent lorsqu’elles sont exposées à des substances contenant du chlore, des amines tertiaires, du peroxyde d’hydrogène, et également lorsqu’elles sont exposées à un rayonnement ultraviolet. Ils peuvent prendre des formes L peu dangereuses présentes dans le corps humain, mais ne provoquent pas de processus aigu.

Stades de la maladie

Il y a trois étapes dans le développement de la tuberculose :

  • primaire;
  • latent;
  • actif.

Il existe également des formulaires ouverts et fermés. Dans le premier cas, la maladie est clairement exprimée, les bactéries sont facilement détectées dans les expectorations, les matières fécales et le patient lui-même représente un danger pour les autres en termes d’infection. La forme fermée n’est pas dangereuse pour les autres. La tuberculose pulmonaire est la plus courante, mais cette infection peut également affecter les os, les articulations, le système génito-urinaire, les intestins, le péritoine, les méninges, le système nerveux central, les ganglions lymphatiques périphériques et la peau (scrofule).

Infection primaire

L’infection se produit lorsque les bactéries parviennent à traverser les barrières protectrices et à pénétrer profondément dans les poumons. Si les voies respiratoires supérieures sont saines et fonctionnent correctement, elles parviennent à retenir et à éliminer la plupart des bâtonnets de Koch et d’autres bactéries dangereuses contenant du mucus. En théorie, un stick suffit pour infecter les personnes à faible immunité, mais pour les organismes plus résistants, des contacts répétés sont tout de même nécessaires.

Les bactéries sont alors captées par les macrophages alvéolaires. Les agents pathogènes non neutralisés commencent à se reproduire, une inflammation locale se produit dans la zone de pénétration de l’infection. Par les ganglions lymphatiques les plus proches, les macrophages infectés pénètrent dans la circulation sanguine et pénètrent dans d’autres organes. Mais si une personne a au moins une immunité partielle, la propagation par la circulation sanguine est peu probable.

Infection latente

Après trois semaines de croissance active des bactéries dans environ 95% des cas, le système immunitaire supprime leur croissance et leur reproduction. Ensuite, les foyers de microbes dans les organes affectés se transforment en granulomes épithélioïdes. En eux, les bacilles tuberculeux peuvent vivre pendant de nombreuses années, alors qu’une personne se sent en bonne santé, les manifestations cliniques de la maladie ne sont pas non plus observées. Si le système immunitaire est suffisamment fort, l’infection reste sous une forme inactive. On pense que près d’un tiers de la population mondiale est atteinte de tuberculose latente, mais ces personnes ne constituent pas une menace pour les autres car elles n’excrétent pas la bactérie. Cependant, des dysfonctionnements du système immunitaire peuvent entraîner une exacerbation du processus. Il arrive que la lésion primaire commence à progresser immédiatement. Les jeunes enfants et les personnes à très faible immunité sont à risque.

stade actif

La tuberculose chez l’adulte entre dans la phase active dans les deux ans suivant le moment de l’infection, mais souvent elle se manifeste même après des décennies. Ceci est facilité par une diminution de l’immunité cellulaire. Les personnes les plus vulnérables à cet égard sont les personnes infectées par le VIH qui ne reçoivent pas de traitement antirétroviral. Un certain nombre d’autres patients sont également à risque :

  • avec le diabète;
  • avec un cancer de la tête et du cou ;
  • avec une maladie rénale à qui on prescrit une dialyse ;
  • subissant une chirurgie de résection gastrique;
  • prendre des médicaments qui suppriment le système immunitaire (après une transplantation d’organe).

Le tabagisme et la malnutrition sont également considérés comme des facteurs de risque, de sorte que cette infection se retrouve souvent chez les personnes qui mènent une vie antisociale. En l’absence de traitement, les tissus de l’organe endommagé par la maladie se désagrègent et de multiples cavités (cavités isolées dans les poumons) se forment.

  • tuberculome;
  • latent;
  • focale (limitée);
  • miliaire ;
  • infiltrant;
  • diffusé ;
  • caverneux;
  • fibreux-caverneux;
  • cirrhotique;
  • pneumonie caséeuse.

Comment se transmet la tuberculose

La principale source d’infection sont les personnes atteintes d’une forme ouverte de la maladie. Modes de transmission de l’agent pathogène:

  • en suspension dans l’air – lors des éternuements et de la toux, des bactéries se trouvent dans l’air que les personnes en bonne santé inhalent. De plus, les micro-organismes se déposent dans la poussière et y restent longtemps ;
  • alimentaire – par la consommation d’aliments contaminés – lait, œufs, etc. Cependant, dans ce cas, un plus grand nombre de bactéries est nécessaire par rapport à la voie aérienne ;
  • contact – avec contact direct de la peau endommagée avec une peau saine ou à travers la conjonctive de l’œil, mais cela est rarement observé;
  • pendant le développement fœtal de la mère – le fœtus est infecté par le placenta, mais cela se produit aussi rarement.

Symptômes, manifestations cliniques

Aux premiers stades, la tuberculose est presque asymptomatique. Au fur et à mesure qu’il se développe, l’état du patient s’aggrave, mais aucun symptôme spécifique n’est observé. Signes cliniques – fatigue accrue, faiblesse, perte de poids brutale sans raison apparente, température de 37-38 ° C qui ne s’apaise pas longtemps, sueurs nocturnes. Le visage devient pâle et une rougeur apparaît sur les joues. Chez les enfants, la tuberculose progresse beaucoup plus rapidement que chez les adultes, en raison d’un système immunitaire sous-développé.

La forme pulmonaire de la tuberculose accompagne une toux. Au début, ce n’est pas fort, mais avec le temps, son intensité augmente. Si cela dure plus de trois semaines, vous devez immédiatement consulter un médecin. Toux d’abord sèche, paroxystique, surtout la nuit et le matin. Plus tard, des expectorations jaune-vert commencent à se détacher et, au stade des cavernes, une hémoptysie est observée.

Avec la tuberculose des méninges et du cerveau, des troubles du sommeil et des maux de tête s’ajoutent aux symptômes d’intoxication générale, dont l’intensité augmente progressivement. Puis la nuque raide, les symptômes de Kernig et Brudzinsky, les troubles neurologiques apparaissent.

La symptomatologie de la tuberculose du système digestif est similaire à d’autres maladies de ce département: dyspepsie, douleurs abdominales et plus tard – sang dans les selles. Les dommages aux os et aux articulations se manifestent de la même manière que l’arthrite, les reins – ils présentent des symptômes de néphrite: maux de dos, sang dans les urines. Avec la tuberculose cutanée, on observe des nodules denses sous l’épiderme, qui augmentent et percent avec la libération d’une masse caillée.

Seul un médecin peut diagnostiquer avec précision la maladie. Ne retardez pas la consultation — appelez le +7 (495) 775-73-60

Diagnostic de la tuberculose

Étant donné que la maladie ne se manifeste pas aux stades initiaux, une attention particulière est accordée aux examens préventifs. Pour ce faire, les adultes subissent chaque année des radiographies pulmonaires et les enfants reçoivent un test de Mantoux (tuberculine) ou diaskintest, visant à identifier le degré d’infection de l’organisme par un bacille tuberculeux et la réactivité tissulaire. Il existe également des tests sanguins alternatifs : le test T-SPOT et le test quantiferon. La radiographie peut détecter une infection non seulement dans les poumons, mais également dans d’autres organes. Si nécessaire, un scanner est réalisé.

Mais le diagnostic final est fait sur la base des résultats de l’étude des milieux biologiques. Faire semer des expectorations, laver l’eau des bronches et de l’estomac, ainsi que des masses séparées de la peau. Dans certains cas, une bronchoscopie avec biopsie est réalisée, ainsi qu’une biopsie des ganglions lymphatiques.

Traitement de la tuberculose, pronostic

  • La tuberculose diagnostiquée tôt peut être traitée avec des antibiotiques. Habituellement, 4 à 5 médicaments sont prescrits, qui doivent être pris strictement selon le schéma prescrit par le médecin.
  • Il existe des médicaments de première intention, les plus efficaces, et des médicaments de deuxième intention, ceux de réserve. Si une maladie est suspectée, les médecins peuvent prescrire 1 à 2 médicaments à titre préventif.
  • Habituellement, des résultats positifs sont obtenus dans les six mois suivant le traitement actif. Pendant cette période, les foyers d’infection guérissent, les symptômes disparaissent, la maladie se ferme.
  • Les patients avec une forme ouverte sont placés dans un dispensaire de tuberculose. Là, les phthisiatres s’occupent d’eux jusqu’à ce qu’ils cessent d’isoler les bactéries. Mais la guérison complète prend environ un an, et parfois plus de temps.
  • En plus du traitement médicamenteux, il est conseillé aux patients de faire des exercices de respiration, de renforcer le système immunitaire et de suivre une physiothérapie.
  • Il est important de bien manger, d’inclure la viande, les fruits, les légumes, les produits laitiers dans l’alimentation, d’exclure l’alcool et le tabac.
  • Pendant la période de récupération, il est recommandé de poursuivre le traitement dans des sanatoriums spécialisés.
  • Dans certains cas, une intervention chirurgicale est indiquée. Cette méthode est le plus souvent utilisée dans la forme caverneuse de la tuberculose pulmonaire, lorsque les médecins doivent retirer une partie gravement touchée de l’organe.

Avec un diagnostic rapide et un traitement approprié, la maladie est guérissable. Mais sur les zones touchées, des cicatrices et des foyers encapsulés peuvent subsister, dans lesquels les bactéries sont dans un état inactif. Avec une diminution de l’immunité, une rechute est possible, de sorte que tous les patients doivent être enregistrés auprès du dispensaire et régulièrement examinés. Dans ce cas, le test tuberculinique donnera un résultat positif même après une guérison complète.

En l’absence de traitement, le taux de mortalité par tuberculose est de 50 %.

Tuberculose pendant la grossesse

La grossesse peut activer l’agent causal de la tuberculose dormant dans le corps, alors que le plus souvent la maladie est plus aiguë. Les antibiotiques utilisés aujourd’hui pour le traitement de la tuberculose ne provoquent en principe pas d’anomalies dans le développement du fœtus, mais il n’est toujours pas recommandé de les prendre dans les premiers stades. Les médecins qui traitent la tuberculose doivent choisir un traitement d’épargne. Le déroulement de la grossesse est compliqué par une intoxication tuberculeuse, de sorte que l’enfant naît souvent avec un faible poids et prématurément. Si la maladie se manifeste pour la première fois au début de la grossesse et que la mère n’a pas reçu de traitement auparavant, le bébé naît avec une tuberculose congénitale. L’allaitement est autorisé si la maladie de la mère est à un stade inactif. La planification de la grossesse est recommandée au plus tôt 2-3 ans après la guérison.

tuberculose résistante

Les médicaments antibactériens sont utilisés pour traiter la tuberculose. Mais les mycobactéries ont la capacité de muter rapidement et de former de nombreux génotypes résistants à certains médicaments. Par conséquent, les patients se voient prescrire plusieurs médicaments différents en même temps.

Il existe des tuberculoses à résistance primaire et à résistance secondaire. Le premier se produit lorsqu’une souche résistante aux antibiotiques est découverte chez des patients qui ne prenaient pas du tout de médicaments spécifiques auparavant. La seconde se manifeste chez les patients qui soit interrompent le traitement par eux-mêmes, soit suivent un traitement mal planifié.

Les mycobactéries peuvent être insensibles à un médicament, mais il existe également une tuberculose multirésistante, dans laquelle la souche est résistante à plusieurs médicaments à la fois. L’OMS rapportera que 490 000 patients tuberculeux dans le monde ont une forme multirésistante.

Pour prévenir le développement de la résistance, les patients se voient prescrire au moins deux médicaments, et au premier stade – même quatre. Il est également important de terminer complètement le traitement prescrit, en aucun cas ne sautez le médicament.

La prévention

La prévention de la tuberculose commence dès la petite enfance. Au 4ème jour de la vie d’un enfant, il est vacciné avec le BCG, qui est une souche affaiblie de mycobactéries. Étant donné que les agents pathogènes sont très actifs contre les enfants, il est très important de développer une immunité le plus tôt possible. Pour les bébés prématurés, une version plus faible du vaccin, le BCG-M, a été développée. Normalement, un tubercule apparaît au site d’injection, puis un flacon contenant un liquide jaunâtre, qui éclate plus tard et se recouvre d’une croûte. Le vaccin ne protège pas complètement contre la tuberculose, mais il peut aider à prévenir les infections extrapulmonaires chez les enfants.

Il est également important de mener une vie saine, de bien manger, de ne pas fumer et de se soumettre régulièrement à des examens. N’importe qui peut contracter la tuberculose, même dans les couches les plus aisées de la société. Le mécanisme de développement de la maladie est déclenché par des dysfonctionnements du système immunitaire.

Dermatite séborrhéique

La dermatite séborrhéique est une maladie dermatologique chronique non infectieuse d’origine fongique, dans laquelle des zones enflammées et squameuses apparaissent sur la peau. La pathologie se développe principalement sur le visage et le cuir chevelu, mais peut affecter n’importe quelle partie du corps.

La dermatite séborrhéique apporte au patient beaucoup d’inconfort – les zones touchées démangent et démangent. Cependant, l’inconfort psychologique vient souvent en premier. En effet, avec la pathologie, des rougeurs clairement définies couvertes d’écailles apparaissent sur la peau, ce qui semble inesthétique et inspire souvent au patient des doutes sur sa propre attractivité externe. La maladie se caractérise par des périodes changeantes de rémissions et d’exacerbations.

La dermatite séborrhéique ne doit être traitée que par un dermatologue. L’auto-activité dans ce domaine est inacceptable: cela peut entraîner des complications, ainsi qu’une infection des zones cutanées touchées.

Caractéristiques de la dermatite séborrhéique

La maladie peut se développer chez une personne de tout âge, dès la petite enfance. Elle est principalement observée chez les adolescents et les jeunes, après 40 ans, elle survient beaucoup moins fréquemment. Chez les hommes, la maladie se développe beaucoup plus souvent que chez les femmes. Cela est dû au fait qu’une augmentation de la quantité de sécrétion des glandes sébacées (sébum) est affectée par un niveau accru d’hormones sexuelles mâles, la testostérone et la dihydrotestostérone.

L’agent causal de la dermatite séborrhéique est considéré comme des micro-organismes opportunistes du genre Malassezia – Malassezia globossa et Malassezia restricta. Ce sont des champignons ressemblant à des levures qui vivent sur la peau de 80% des personnes et font partie de la microflore du corps. Cependant, dans certaines conditions (diminution de l’immunité, déséquilibre hormonal), ils commencent à se multiplier activement, ce qui entraîne une desquamation et, dans certains cas, une inflammation.

C’est intéressant! Ce genre de champignons a reçu le nom de Malassezia du nom du microbiologiste qui les a découverts, le scientifique français L. Malasse.

Les glandes sébacées sont généralement concentrées autour des follicules pileux, mais dans certaines régions du corps, les glandes sébacées ne sont pas situées près des follicules pileux, par exemple sur les oreillettes. Le secret gras est nécessaire pour lubrifier la peau et les cheveux : il crée un film à leur surface qui les protège des effets néfastes de l’environnement.

Comment se développe la dermatite séborrhéique ?

Le développement de la maladie se déroule comme suit. Les glandes sébacées d’une personne produisent un secret riche en acides gras. Les champignons Malassezia vivant près des glandes sébacées se nourrissent de ce secret. Lors de son traitement, ils libèrent des acides gras qui irritent la peau humaine et détruisent la barrière protectrice, en plus de rendre toxique l’acide oléique, qui fait partie du sébum.

Normalement, la régénération (exfoliation des cellules mortes et formation de nouvelles) de l’épiderme, la couche supérieure de la peau, se produit en un mois environ. L’activité fongique accélère ce processus. En conséquence, la peau commence à se décoller fortement.

L’emplacement des glandes sébacées sur la peau est différent. Dans certaines régions, il y en a plus, dans d’autres, ils sont moins nombreux, dans d’autres, ils sont complètement absents. La maladie se développe le plus souvent aux endroits où les glandes sébacées et les follicules pileux sont les plus nombreux. Le type de pathologie le plus courant est la dermatite séborrhéique sur la tête, sur son cuir chevelu. De plus, la maladie peut souvent affecter la personne:

  • triangle nasolabial ;
  • front;
  • ailes du nez;
  • oreillettes et zones derrière les oreilles ;
  • sourcils et sourcils;
  • pommettes;
  • moustache et barbe.

Sur le corps, la dermatite séborrhéique est localisée dans les zones suivantes :

  • organes génitaux externes.
  • Avant-bras.
  • Aux aisselles.
  • Nombril.
  • Seins.
  • Zones entre les omoplates.

Les glandes sébacées sont complètement absentes sur les genoux et les pieds. Par conséquent, la maladie ne se développe pas sur eux.

La dermatite séborrhéique peut s’accompagner d’une sébostase. Ce qu’on appelle la stagnation du secret dans les glandes sébacées. Cette pathologie peut entraîner le développement d’infections, de processus purulents.

Types de dermatite séborrhéique

La maladie peut être congénitale ou acquise.

La forme congénitale est rare. Dans ce cas, l’enfant a augmenté la sécrétion des glandes sébacées depuis la naissance. Une telle maladie est incurable. Habituellement, la dermatite séborrhéique reste une pathologie acquise.

Sous forme, en fonction de l’activité des glandes sébacées, la dermatite séborrhéique est :

Sous forme sèche , pas assez de graisse est sécrétée. La peau se dessèche, se fissure. Avec la dermatite séborrhéique sèche, il n’y a pas de foyers d’inflammation aiguë. Elle se caractérise par la présence d’une abondance de fines pellicules sèches sur le cuir chevelu. Ce type de maladie est le plus souvent observé chez les adolescents.

Dans la forme grasse , une quantité excessive de sécrétion épaisse est sécrétée par les glandes graisseuses, collant les flocons de peau exfoliante. Les cheveux deviennent négligés, gras. La peau devient trop grasse. Ce type de maladie est typique des jeunes femmes.

La forme mixte se caractérise par la présence de foyers de dermatite grasse et sèche dans différentes parties du corps et de la tête. Le plus souvent, ce type survient chez les hommes.

Causes de la dermatite séborrhéique

Il existe trois principales causes de dermatite séborrhéique :

  1. Immunitaire. Une immunité affaiblie est observée dans les maladies systémiques et infectieuses, le manque de vitamines et d’oligo-éléments dans le corps, la malnutrition et un mode de vie sédentaire. Avec une diminution de l’immunité, tout facteur concomitant peut provoquer le développement immédiat d’une dermatite séborrhéique.;
  2. Hormonale. Les causes hormonales comprennent les pathologies des organes de sécrétion internes (glandes surrénales, glande thyroïde, ovaires) et d’autres conditions dans lesquelles un déséquilibre hormonal se produit. Les hormones sont également responsables de la sécrétion des glandes sébacées. Par conséquent, avec un excès de certains d’entre eux, une production accrue de sébum se produit. La dermatite séborrhéique est souvent observée pendant la puberté, lorsque des changements hormonaux se produisent dans le corps.;
  3. Neurogène. L’activité des glandes sébacées est également affectée par le système nerveux central. Il contrôle le système végétatif responsable du niveau de production de sébum. Par conséquent, la dermatite séborrhéique est souvent observée dans les maladies du système nerveux (psychose maniaco-dépressive, schizophrénie, encéphalite, paralysie, maladie de Parkinson).

Les facteurs concomitants qui « déclenchent » le développement de la maladie comprennent :

  • stresser;
  • non-respect des règles d’hygiène personnelle;
  • en surpoids;
  • violations du tube digestif;
  • abus d’aliments sucrés, épicés et salés;
  • l’utilisation de produits cosmétiques qui irritent la peau;
  • l’inactivité physique (un mode de vie sédentaire);
  • prendre des antidépresseurs, des hormones, des psychotropes;
  • hyperhidrose (transpiration excessive);
  • changement climatique drastique.

Les patients à risque sont :

  • Avec des états d’immunodéficience (VIH, SIDA).
  • Avec des maladies du tractus gastro-intestinal.
  • Soumis à des stress fréquents.
  • Avec prédisposition héréditaire.

Chez les nourrissons, la dermatite séborrhéique survient avec une teneur accrue en hormones dans le lait maternel. En règle générale, après la fin de la période d’allaitement, les symptômes de la maladie disparaissent.

Signes de dermatite séborrhéique

Les symptômes de la pathologie commencent à apparaître si le nombre de champignons Malassezia dépasse 50% de la microflore totale (moins de 50% est la norme). Environ tous les patients dans ce cas développent des pellicules – un signe avant-coureur de la maladie. Avec une augmentation de la concentration de champignons à 80% ou plus, la dermatite séborrhéique se développe directement.

Ses principaux symptômes sont :

  • rougeur de la peau;
  • Démangeaisons et douleurs;
  • Peeling – petites ou grandes écailles.

D’autres symptômes peuvent également apparaître sur la peau :

  • Taches jaunâtres-rougeâtres.
  • Papules (morceaux rougeâtres).
  • groupes de bulles.
  • Fissures.
  • Grandes plaques aux contours clairs.
  • Épaississement de la couche cornée de la peau.
  • Croûtes denses sur le cuir chevelu.

Complications de la dermatite séborrhéique

Il est important de commencer le traitement de la dermatite séborrhéique le plus tôt possible, car des complications peuvent survenir avec sa progression :

  • Acné.
  • Abcès.
  • eczéma séborrhéique.
  • Alopécie (calvitie).
  • Streptodermie (maladie infectieuse de la peau).
  • La pyodermite est une lésion cutanée purulente.

Il est particulièrement dangereux de faire courir la dermatite séborrhéique sur le visage, près des oreilles ou de la tête, car elle provoque souvent le développement d’une conjonctivite, d’une blépharite (inflammation des paupières) et d’une otite moyenne.

Diagnostic de la dermatite séborrhéique

Pour faire un diagnostic, il vous faut :

  • Examen par un dermatologue, trichologue.
  • Diagnostic différentiel avec le psoriasis, la dermatite atopique, le lichen et d’autres maladies avec un tableau clinique similaire.
  • La dermoscopie est l’examen de la peau au microscope.
  • Tests sanguins : généraux, biochimiques, hormones, sucre.

De plus, vous aurez peut-être besoin de :

  • Analyse des matières fécales pour la dysbactériose. , cavité abdominale.
  • Trichogramme.

Traitement de la dermatite séborrhéique

  • Nomination d’antibactériens locaux et systémiques, antifongiques, anti-inflammatoires, antihistaminiques.
  • Prendre des vitamines.
  • L’utilisation de cosmétiques médicaux (onguents, crèmes, shampooings) pour la peau du visage, du corps et du cuir chevelu.
  • régime spécial.

L’alimentation est une partie importante du traitement, car la malnutrition provoque une exacerbation des maladies de la peau. Cela implique le rejet des aliments épicés, féculents, frits, sucrés, fumés et salés. L’alcool est également exclu.

Il est recommandé de manger des fruits et légumes, de la viande maigre bouillie, des produits à base de lait aigre. Il est important d’inclure dans l’alimentation des aliments riches en vitamines A, C et B, sélénium, zinc.

À la polyclinique Otradnoye, vous pouvez prendre rendez-vous avec un dermatologue à tout moment qui vous convient, sans files d’attente. Le médecin déterminera la cause de la maladie et vous prescrira un traitement individuel, grâce auquel vous retrouverez bientôt votre mode de vie habituel.

Inflammation du nerf trijumeau (facial)

Remplissez une candidature sur le site, nous vous contacterons dans les plus brefs délais et répondrons à toutes vos questions.

L’inflammation du nerf facial est une maladie désagréable qui ne disparaît pas sans douleur. Les principales plaintes des patients sont des attaques aiguës de douleur au visage, dans les mâchoires supérieure et inférieure.

Une telle inflammation est considérée comme l’une des plus courantes parmi les douleurs faciales. Le plus souvent, la maladie évolue sans laisser de trace, mais si le traitement est négligé, une paralysie peut survenir.

La maladie survient plus souvent chez les femmes de plus de 50 ans, les hommes sont beaucoup moins souvent traités avec une telle maladie. Le groupe à risque comprend également les personnes ayant une prédisposition génétique, par exemple, avec un canal osseux étroit. De par cette caractéristique anatomique, le risque de pincement en cas de troubles circulatoires et d’inflammations diverses est accru.

Qu’est-ce que le nerf facial ?

Le nerf trijumeau, également connu sous le nom de nerf facial, est le plus grand des douze nerfs crâniens. Il prend naissance dans l’oreille, après quoi il se ramifie, le premier chemin atteint la partie frontale, le second se situe au niveau de la mâchoire. Le nerf parcourt presque toute la surface du visage humain, il le contrôle littéralement.

Chaque personne a deux nerfs faciaux – un de chaque côté de la tête. Il est en contact avec d’autres nerfs crâniens et possède des fibres hypersensibles.

Les médecins divisent la maladie en deux types – primaire et secondaire. Le primaire se manifeste comme une complication d’un rhume, auquel cas la nutrition normale du nerf est perturbée. Secondaire se produit avec une intoxication grave dans le contexte de maladies inflammatoires ou infectieuses, ainsi que de processus tumoraux.

Humilié pour beaucoup d’argent: ce que Menchov a persuadé Mordyukov

Causes de l’inflammation du nerf trijumeau sur le visage

Elle est généralement causée par une infection ou une bactérie. Liste des raisons pour lesquelles une inflammation du nerf facial peut survenir :

  • Blessures de l’articulation temporo-mandibulaire
  • Tumeurs (bénignes et malignes) du cerveau et de la région faciale
  • Anomalies dans le développement du crâne
  • Blessures au crâne – naissance, fracture, bases, lésions au visage ou à la mâchoire
  • Polio
  • Tuberculose pulmonaire
  • Otite
  • Sinusite
  • Caries chroniques
  • Inflammation après extraction dentaire ou traitement
  • Hypertension
  • VIH et SIDA
  • Empoisonnement
  • Inflammation de l’oreille moyenne
  • Hypothermie sévère de la tête
  • Changements dans les niveaux hormonaux chez les femmes
  • Inflammation des gencives
  • Syndrome de Ramsay Hunt
  • Accident vasculaire cérébral
  • La paralysie de Bell

Les causes vont des maladies mineures aux maladies mortelles. Chacune des raisons détermine le traitement ultérieur du patient. Dans certains cas, des tests spéciaux sont effectués pour le diagnostic – auditif, lacrymal, infectieux, salivaire ou gustatif. Ainsi, le travail des récepteurs et des organes sensoriels est contrôlé.

Symptômes d’inflammation du nerf trijumeau

Les principaux symptômes de la névralgie des experts du nerf facial comprennent une douleur à court terme, mais aiguë et intense, dans différentes parties de la tête. Les coups de feu se sont répandus sur toute la surface du visage – lèvres, yeux, nez, mâchoires supérieure et inférieure, gencives et langue.

Les patients signalent également les symptômes suivants :

  • Goût de métal en bouche
  • faiblesse musculaire
  • 2-3 jours avant la défaite des expressions faciales, la douleur se produit derrière l’oreille externe, se propageant au visage, à l’arrière de la tête et aux yeux
  • Asymétrie faciale
  • Incapacité de fermer l’œil du côté affecté
  • Coin de la bouche renversé
  • Bouche sèche
  • Troubles de l’élocution
  • Strabisme descendant
  • déchirure incontrôlée
  • Perturbation des papilles gustatives
  • Augmentation de la salivation
  • Spasmes des muscles faciaux
  • Augmentation ou diminution de la sensibilité du visage
  • Hausse de température

En raison de l’inconfort et de la douleur, le patient commence à développer une phobie et une anxiété accrue. Il essaie d’éviter les postures et les mouvements qui provoquent une gêne.

Diagnostic de l’inflammation du nerf trijumeau

En fonction de la zone touchée et de l’ensemble des symptômes, une stratégie de diagnostic de la maladie est déterminée. Pour déterminer l’emplacement des lésions nerveuses, la gravité et la dynamique de la récupération, les médecins prescrivent une méthode de diagnostic matériel, par exemple l’électromyographie. L’IRM et la tomodensitométrie sont utilisées pour déterminer la présence de tumeurs dans le cerveau.

En outre, le patient peut être référé pour un test sanguin général ou biochimique, une radiographie des poumons, une échographie des tissus mous ou une ophtalmoscopie.

Vous pouvez être sûr de la qualité des procédures effectuées dans la clinique et de la grande précision des résultats de l’IRM, de la tomodensitométrie et d’autres méthodes de diagnostic de diverses maladies. Medunion réalise tous les types d’imagerie par résonance magnétique : la tête, la colonne vertébrale, l’abdomen et les articulations à l’aide d’équipements modernes.

Traitement de l’inflammation du nerf facial

Traitement médical

Le traitement de la névrite du trijumeau est complexe. La maladie est d’abord traitée avec des médicaments – le patient se voit prescrire des médicaments qui atténueront la situation. Ceux-ci comprennent des analgésiques, des décongestionnants, des vasodilatateurs et des vitamines B. Le plus souvent, les médicaments recommandés sont les comprimés, mais vous pouvez accélérer le processus de récupération grâce à l’utilisation de pommades et de gels. Parfois, les médecins prescrivent un rendez-vous pour des injections intramusculaires.

Dans des cas particuliers, le processus de récupération du nerf facial peut être ralenti. Ensuite, le patient se voit prescrire des glucocorticostéroïdes, qui améliorent les processus métaboliques du tissu nerveux. De plus, divers biostimulants et hyaluronidases contribuent à une récupération rapide.

Vous ne pouvez pas vous prescrire de médicaments. Assurez-vous de consulter un neurologue ou un neuropathologiste dès les premiers symptômes pour déterminer le diagnostic et la stratégie de traitement. Les préparations à la guérison sont recommandées aux patients au cas par cas, en faisant attention à la présence de maladies chroniques, aux caractéristiques des symptômes, etc.

Opération

Une autre façon de traiter le nerf facial est la chirurgie. Cependant, les médecins se tournent rarement vers cette option – uniquement lorsque le nerf trijumeau est rompu. De plus, l’opération est nécessaire en l’absence d’effet de la méthode conservatrice après six mois ou un an. L’intervention chirurgicale n’est pertinente que pendant la première année de la présence de la maladie, plus tard, les muscles du visage s’atrophient de manière irréversible.

Le processus de l’opération – des spécialistes cousent la section endommagée du nerf facial pour restaurer sa fonction motrice.

Massage

La prochaine méthode de traitement est le massage dans le traitement du nerf facial. Le but de cette méthode est d’éliminer l’œdème, d’améliorer la circulation sanguine, de restaurer la sensibilité et la conduction de l’influx nerveux. Le massage est contre-indiqué dans la tuberculose, l’oncologie, l’athérosclérose et la température élevée.

Au départ, le masseur travaille uniquement avec le côté sain du visage, la zone du col, le cou et la zone au-dessus des épaules. Fondamentalement, le maître utilise des frottements, des caresses, des pétrissages et des vibrations.

Pour des changements notables souhaités, il est nécessaire d’effectuer dix à vingt séances de massage de cinq à quinze minutes. La durée est déterminée en fonction du degré d’inflammation du nerf trijumeau, des objectifs de la thérapie et de la dynamique de récupération.

Physiothérapie

La prochaine méthode de traitement est la physiothérapie. Il soulage la gravité des symptômes, aide à activer les processus métaboliques dans les tissus et à restaurer les fonctions du nerf facial.

Les médecins prescrivent un tel traitement dès les premiers jours de l’apparition de la névrite. La liste de la physiothérapie comprend:

  • Ultrason
  • Irradiation laser du sang
  • Électrophorèse médicamenteuse
  • thérapie par micro-ondes
  • Exposition à l’électricité à ultra-haute fréquence
  • Traitement à l’ozokérite
  • Myoélectrostimulation
  • Darsonvalisation

Un tel complexe est indiqué pour la première semaine de traitement. Les médecins le prescrivent avec des médicaments. Un tel tandem aide à accélérer le processus de récupération du nerf facial. Et ses avantages les plus importants sont l’absence d’effets secondaires et l’absence de douleur.

Méthodes alternatives

Il existe également des traitements alternatifs. Ce sont des procédures visant à restaurer les muscles du visage et à éliminer les symptômes de la névrite faciale. Ces procédures comprennent :

  • Masques à l’argile ou à la paraffine
  • Acupuncture
  • Réflexologie
  • Injections pour éliminer les troubles musculaires
  • Bains thérapeutiques
  • Taping – étirer le visage avec des pansements adhésifs
  • Immunosorption – purification du sang des antigènes et des anticorps
  • Biofeedback – entraînement des muscles faciaux

Gymnastique pour le visage

De plus, en conjonction avec un traitement complexe, vous pouvez faire de la gymnastique pour le visage. Avant cela, il est nécessaire de consulter un spécialiste, le médecin établira une liste individuelle d’exercices, en fonction de la gravité du processus, du site de la lésion et des symptômes. Habituellement, une telle gymnastique prend environ dix minutes par jour.

L’ensemble standard d’exercices comprend la relaxation et la tension des muscles individuels du visage. Par exemple, pour restaurer l’articulation, il est recommandé de prononcer les sons “y”, “o”, “et”. Après cela, il faut amener la lèvre inférieure sous les dents supérieures et reproduire les sons “v” et “a”.

Gymnastique pour l’inflammation du nerf trijumeau:

  1. Fermer les yeux
  2. Levez les sourcils
  3. Froncer les sourcils
  4. Strabisme
  5. Sourire avec la bouche fermée
  6. Sourire la bouche ouverte
  7. gonfler les joues
  8. Tirez-les en arrière
  9. Siffler
  10. Élargir les narines
  11. Recourbez vos lèvres
  12. Soulevez la lèvre supérieure et revenez à la position de départ
  13. Abaissez votre lèvre inférieure et revenez à la position de départ
  14. Prendre de l’eau à la bouche
  15. Rincez-vous la bouche
  16. ferme ta bouche
  17. Enfoncez le bout de la langue le long des gencives
  18. Déplacer la langue de gauche à droite

Prévention des maladies

Les médecins recommandent d’éliminer les effets sur le corps qui provoquent une inflammation du nerf trijumeau. Voici quelques conseils pour vous aider à éviter de tomber malade :

  • Éviter les courants d’air et l’hypothermie
  • Gardez la tête au chaud pendant la saison froide
  • Surveiller la pression
  • Traitement rapide des maladies infectieuses et bactériennes
  • Avoir un check-up programmé avec un oncologue
  • Éviter les traumatismes au crâne et à la tête

Vous pouvez vous inscrire pour une consultation individuelle, passer des tests ou suivre un traitement à la clinique privée Medunion. Vous pouvez facilement vous inscrire avec nous en appelant le 202-95-54 ou en ligne, directement sur le site Web en cliquant sur le bouton “Enregistrer en ligne”.

Nous travaillons à Krasnoïarsk depuis 2006 et fournissons des services médicaux de haute qualité à la population. Des médecins de haut niveau de spécialisation large et étroite travaillent dans l’État.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.