rêver

Comment prendre soin de soi après une césarienne

L’accouchement par césarienne est l’une des plus anciennes interventions chirurgicales. Il existe de nombreuses indications pour sa mise en œuvre, le but principal de la manipulation étant de préserver la santé, et parfois la vie de la mère et du bébé.

Dans nos réalités, une césarienne est pratiquée strictement selon les indications, et une fois l’opération terminée, les médecins continuent de surveiller de près le bien-être de la femme, les processus de récupération dans son corps. En effet, malgré le fait que cette opération semble assez simple, et que les technologies médicales s’améliorent constamment, il s’agit toujours d’une intervention chirurgicale.

Qu’est-ce exactement et comment une femme doit-elle observer si elle a subi une césarienne , raconte Elena Borisovna Machneva , candidate en sciences médicales.

Bien sûr, les processus de récupération après un accouchement naturel et après un accouchement par césarienne sont différents. Pendant l’accouchement, de nombreux changements se produisent dans le corps d’une femme, auxquels la nature a préparé la future mère tout au long de sa grossesse. Ce sont diverses modifications des systèmes cardiovasculaire, endocrinien, respiratoire, du système de coagulation sanguine, etc. Certains de ces changements sont activés pendant la césarienne, et certains suivent un scénario différent.

Dans le même temps, lors de l’accouchement opératoire, le corps de la femme est soumis à une charge et à un stress supplémentaires dus à une anesthésie systémique ou locale, ainsi qu’à une grande surface de plaie résultant d’une chirurgie abdominale. Par conséquent, en plus des processus de récupération généraux, dans la période post-partum après une césarienne, il existe également des processus de restauration du système nerveux après l’anesthésie, ainsi que la guérison des sutures postopératoires.

Étant donné que l’accouchement conventionnel et l’accouchement par césarienne sont toujours différents pour tout le monde, la période de récupération de chaque femme a également des caractéristiques individuelles. À propos de ces caractéristiques et du régime de protection après l’accouchement, une femme doit absolument consulter un obstétricien-gynécologue qui l’a accouchée ou opérée.

Contents

Qu’est-ce qui détermine le processus de récupération du corps après une césarienne?

Le processus de récupération après un accouchement naturel et après une césarienne dépend de nombreux facteurs: les caractéristiques du déroulement de la grossesse, les caractéristiques de l’état initial de la santé de la femme, la présence de maladies chroniques, la présence de complications lors de l’accouchement. Il est également affecté par les caractéristiques du déroulement de l’opération: une césarienne d’urgence ou planifiée a été pratiquée sur une femme, quel type d’anesthésie a été utilisé, s’il y a eu des complications pendant l’opération ou lors de l’extraction du fœtus, quel type d’incision a été utilisé, et ainsi de suite. Les capacités d’adaptation du corps de la femme jouent également un rôle tout aussi important.

Compte tenu de tous ces nombreux facteurs, il est évident qu’il n’y a pas deux femmes chez qui la période post-partum se déroulerait de la même manière. Par conséquent, avant de quitter la maternité, chaque femme doit demander à son médecin en détail quel régime doit être suivi, quelle activité physique est acceptable dans son état, à quelle fréquence il est nécessaire de consulter le médecin en ambulatoire, en quelles situations il est nécessaire de consulter un médecin immédiatement.

L’ex-mari Zavorotnyuk a révélé la terrible vérité sur la cause de sa maladie
Ce qui se cachait derrière la façade du mariage “idéal” de Mikhail Pugovkin
Fouillé dans les poubelles : qu’est-il arrivé au garçon de “Cendrillon”
Elle s’est retrouvée derrière les barreaux: le sort de Fedorova est resté silencieux pendant des années

Couture après césarienne : suivre et soigner correctement

Les sutures postopératoires après une césarienne doivent être traitées avec une grande attention, car des problèmes dans ce domaine peuvent entraîner de graves complications. Dans le domaine public, vous pouvez trouver de nombreux conseils et recommandations sur la façon de prendre soin d’une suture postopératoire, sur ce qu’il faut faire pour la cicatriser plus rapidement, sur le régime à suivre et même sur la façon de traiter l’inflammation dans la zone de suture.

Pourtant, les experts le disent : il est dangereux de suivre ces conseils assez généraux ! Dans chaque cas, une approche strictement individuelle est nécessaire, et un conseil peut être approprié pour une femme, mais totalement inacceptable pour une autre.

Par exemple, même un conseil inoffensif de traiter une suture postopératoire avec du vert brillant en cas de certains problèmes peut être contre-indiqué en raison du risque de manquer le début de l’inflammation. Par conséquent, chaque femme, avant de sortir de l’hôpital, doit clarifier en détail les questions suivantes avec le médecin : comment prendre soin de la suture, comment la traiter, comment la fermer, quand vous pouvez recommencer à prendre une douche, si vous devez porter un bandage, quand montrer la suture au médecin. Il est également important de se renseigner auprès d’un spécialiste sur les signes qui doivent alerter et motiver une consultation immédiate avec un médecin (démangeaisons, induration de la suture, écoulement douloureux de la suture, saignement dans la zone de suture, etc.).

À l’avenir, toutes les recommandations pour prendre soin de la suture seront données à la femme par l’obstétricien-gynécologue de la clinique prénatale.

Un peu sur le mode après césarienne

Vos proches vous ont-ils dit : « Tu as besoin de bouger plus, ne reste pas assis à la maison, va te promener ! » ? Ou vice versa: “Allongez-vous au lit, ne bougez pas, laissez tout guérir?” Fait intéressant, les opinions des parents «expérimentés» sur le régime qu’une mère devrait suivre après une césarienne sont diamétralement opposées. Qui écouter ? Bien sûr, le médecin qui vous observe.

Après tout, peu importe la quantité de conseils sur le régime et la charge de travail d’une femme qui a subi une césarienne, vous entendez, peu importe ce que vous lisez à ce sujet dans les blogs de mères à succès et de groupes de réseaux sociaux, seul le médecin qui a pratiqué l’opération connaît les particularités de son évolution chez cette femme particulière, et donc et peut donner le seul conseil compétent. Quand, quelle et quelle intensité l’activité physique de son patient doit être, le médecin déterminera, en se concentrant sur les caractéristiques de l’état initial de la santé de la femme, le déroulement de la grossesse, le type et le déroulement de l’opération, et la présence de complications. Par conséquent, il est nécessaire de parler du mode et de l’intensité de l’activité physique uniquement avec le médecin avant la sortie de l’hôpital et l’obstétricien-gynécologue de la clinique prénatale.

Vous pouvez trouver beaucoup d’histoires sur les forums sur la façon dont les mamans «sautent» deux heures après une césarienne et se promènent avec un bébé presque un jour plus tard, mais le fait demeure: nous sommes tous différents et seul un spécialiste peut déterminer qui quel mode est approprié. Et la période post-partum n’est pas le moment d’expérimenter sur votre propre santé.

Liste de contrôle: quelles recommandations le médecin doit-il donner après une césarienne

Une femme après sa sortie de l’hôpital doit poser au médecin les questions suivantes:

  • comment prendre soin de la couture, comment la traiter et comment la fermer;
  • Quand pouvez-vous commencer à prendre une douche ?
  • s’il est nécessaire de porter un bandage;
  • quand montrer la suture au médecin.

Dans quels cas consulter un médecin en urgence

Quels signes doivent alerter et motiver une consultation immédiate avec un médecin?

  • démangeaison;
  • joint de couture;
  • la douleur;
  • séparé de la couture;
  • saignement dans la zone de suture

Si vous remarquez au moins un des symptômes suivants, consultez immédiatement un spécialiste qui vous observe !

Et tout autre phénomène qui vous donne de l’anxiété.

Quand dois-je planifier ma prochaine grossesse après une césarienne ?

Après une césarienne, une cicatrice reste sur l’utérus. Pour que cette cicatrice «tienne» la prochaine grossesse et l’accouchement, elle doit être cohérente, c’est-à-dire contenir suffisamment de fibres musculaires et élastiques pour résister à l’étirement pendant la croissance du fœtus et rester suffisamment solide pendant les douleurs de l’accouchement.

La consistance de la cicatrice sur l’utérus est déterminée à l’aide d’un examen spécialisé et se produit chez chaque femme à un moment donné. Cependant, dans chaque cas, avant de planifier la prochaine grossesse, il est impératif de consulter un médecin.

Récupération après césarienne

Puisqu’il s’agit d’une intervention chirurgicale, le processus de récupération se déroule différemment. Dans l’article, nous examinerons ce à quoi vous devez accorder une attention particulière pour que la récupération après une césarienne se déroule en douceur, sans complications.

Récupération après césarienne : contenu de l’article

Raisons d’une césarienne

Il existe trois grands groupes d’indications :

  • Indications dans lesquelles l’accouchement opératoire est effectué conformément au plan et la date de l’opération est fixée à l’avance ;
  • Indications pour la chirurgie d’urgence;
  • Indications d’intervention qui se produisent pendant l’accouchement.

Et les raisons sont divisées en relatives, lorsqu’il existe une possibilité de problèmes de santé chez la femme enceinte et le bébé, et absolues – la femme a une pathologie du canal de naissance, dans laquelle l’accouchement naturel est impossible.

L’intervention planifiée est effectuée dans les cas suivants:

  • placenta praevia et croissance interne ;
  • échec de la cicatrice sur l’utérus après césarienne, ablation des ganglions myomateux, etc.;
  • bassin étroit degré II et supérieur, déformation des os du bassin, formations volumétriques des ovaires, de l’utérus, du col cicatriciel et du vagin;
  • symphysite prononcée – un changement dans l’articulation pubienne avec une douleur et une inflammation importantes;
  • chirurgie plastique antérieure sur le col de l’utérus, le vagin, les traumatismes ;
  • avec présentation pelvienne et siège mixte du fœtus, avec grossesse multiple, lorsque d’autres facteurs aggravants sont présents ;
  • tumeur maligne, fibromes utérins avec plusieurs ganglions ;
  • position transversale du fœtus, retard de développement, poids – 4500 grammes ou plus;
  • pré-éclampsie sévère et éclampsie, antécédents de transplantation rénale chez une femme enceinte ;
  • forte myopie avec modifications du fond d’œil ;
  • herpès des organes génitaux externes avec éruptions cutanées;
  • décès ou handicap de l’enfant lors de naissances précédentes ; tentatives répétées de FIV avec complications supplémentaires.

L’intervention d’urgence est réalisée avec un placenta praevia, sa croissance, des saignements, un détachement prématuré d’un placenta normalement situé, avec une menace ou une rupture complète de l’utérus le long d’une ancienne cicatrice, une hypoxie fœtale aiguë, des maladies générales avec une détérioration de l’état de la femme enceinte femme.

Les indications de chirurgie dans le travail qui a déjà commencé, lorsqu’il y a des contractions et / ou que l’eau s’est rompue, sont un bassin cliniquement étroit chez une femme enceinte, une faiblesse et une discoordination du travail, une présentation du pied, un prolapsus de parties du fœtus ou du cordon ombilical.

Conséquences d’une césarienne

La césarienne, comme toute opération, est associée à des conséquences négatives. Considérons les plus fréquents.

Tout d’abord, un processus infectieux est possible. L’état des coutures, la température corporelle doivent être surveillées. Faites également attention à vos sentiments et à la nature de la décharge: s’il y a douleur, il y a plus de décharge, ils ont acquis une teinte verdâtre et une odeur désagréable, vous devez consulter un médecin de toute urgence et exclure l’inflammation de la couche interne de l’utérus (endométrite), des appendices (annexite), des fibres (paramétrite). Ils peuvent entraîner une septicémie, des troubles du cycle, l’infertilité.

Le type d’anesthésie doit également être pris en compte. En règle générale, une intervention planifiée est réalisée sous rachianesthésie. Après cela, des maux de dos, une faiblesse et des tremblements dans les jambes peuvent persister. Mais ce sont des phénomènes temporaires : ils passent progressivement.

Les bords des coutures peuvent se détacher. La cause de cette complication est le plus souvent un surpoids ou un exercice physique excessif.

Dans certains cas, des adhérences se développent qui provoquent des douleurs abdominales, une perturbation du tractus gastro-intestinal.

Comment réduire la probabilité de ces conséquences ?

Tout d’abord, un examen complet de la femme enceinte est nécessaire. Les femmes qui attendent un bébé doivent être responsables des prescriptions du médecin, passer des tests à temps et prendre des médicaments s’ils sont prescrits par un obstétricien-gynécologue

Le prochain point important qui affecte le temps de récupération après une césarienne est la qualité de l’opération elle-même, qui est affectée par : la technique choisie, les matériaux, les médicaments utilisés pendant et après l’intervention, y compris les antibiotiques. Une femme doit étudier attentivement les informations sur la maternité où elle envisage d’accoucher, trouver un médecin compétent en qui elle aura confiance et qui procédera à l’accouchement.

Nous avons besoin de soins compétents pour la suture postopératoire pendant la période de rééducation. A la maternité, les infirmières soignent la plaie. À votre sortie, vous recevrez des conseils sur la meilleure façon de soigner la plaie afin qu’elle guérisse plus rapidement. Si, malgré la minutie du traitement, vous voyez que du pus s’en va, il y a un écoulement sanglant de la plaie, la peau qui l’entoure devient rouge, des douleurs incompréhensibles apparaissent – assurez-vous de consulter un médecin.

Comment retrouver la forme plus rapidement après une césarienne

Pour que la récupération se déroule en douceur, un sommeil et un repos suffisants sont nécessaires. Le repos est bon pour la santé physique et mentale d’une femme. N’hésitez pas à demander de l’aide à vos proches pour prendre soin du bébé, résoudre les problèmes du quotidien.

Essayez de vous reposer pendant le sommeil diurne de bébé : inutile de courir tête baissée pour refaire les tâches ménagères dès que bébé s’endort. N’oubliez pas que la chose la plus précieuse en ce moment est votre santé, pas des pots pleins de nourriture et un appartement brillant. Par conséquent, allez calmement vous coucher à proximité ou allongez-vous simplement.

Si vous vous inquiétez de la douleur, à cause d’elle, il est impossible de dormir après une césarienne et de faire vos activités habituelles, vous n’avez pas besoin de supporter: consultez un médecin afin de trouver un analgésique sûr.

Lactation

Avec l’accouchement opératoire, il peut y avoir des difficultés avec l’allaitement. La raison en est l’effet sur le bébé des médicaments administrés à la femme pendant et après l’accouchement. Les caractéristiques de la période néonatale jouent également un rôle. L’accouchement naturel est physiologique pour l’enfant, et l’opération peut entraîner des troubles de l’adaptation.

Il faut garder à l’esprit qu’il est recommandé à une femme de suivre un régime après une intervention chirurgicale. Pour cette raison, des problèmes de formation de lactation sont possibles. Selon des études, la quantité de nutriments dans le lait d’une femme opérée est réduite. La quantité souffre également.

Ce qui peut être fait?

  • Attachement précoce au sein – dans les 2 premières heures après l’accouchement. L’utilisation de la rachianesthésie permet de le faire puisque la mère est consciente. Si, pour des raisons médicales, il n’est pas possible d’attacher le nouveau-né au sein, il est nécessaire d’exprimer le sein périodiquement ;
  • Si vous êtes une mère jeune et inexpérimentée, demandez au personnel médical de vous montrer comment attacher correctement le bébé au sein (couché sur le côté, assis). Cela aidera à éviter les mamelons fissurés;
  • Pour stimuler la lactation, des procédures telles que l’UHF, le massage et l’exposition aux ultrasons peuvent être effectuées. Certains remèdes à base de plantes sont également efficaces : l’anis, l’origan, l’aneth ou les frais de pharmacie. Parfois, des mélanges spéciaux ou des préparations à base de plantes pour l’allaitement sont prescrits.

Prenez soin d’un soutien-gorge d’allaitement. Ils soutiennent parfaitement la poitrine grâce aux larges bretelles, ne compriment pas les vaisseaux sanguins. De plus, il existe maintenant sur le marché de nombreuses options qui sont non seulement confortables, mais aussi belles. Ne soyez pas paresseux et étudiez la qualité des matériaux et des coutures sur le lin.

Restrictions nécessaires après césarienne

Pendant les 1,5 à 2 premiers mois, il vaut la peine de limiter l’haltérophilie avec un poids supérieur à 3,5 à 4 kg et les sports actifs.

Les charges commencent à s’allumer progressivement après un mois et demi. Bien sûr, avant de faire cela, vous devez consulter votre médecin: il peut y avoir des changements, en tenant compte des caractéristiques de votre corps.

Des exercices, excluez ceux qui impliquent la charge sur les épaules, les bras, le haut du dos, car cela peut affecter la production de lait. Évitez également de vous pencher, de vous accroupir.

Pendant la même période (1,5 à 2 mois), les relations sexuelles sont interdites. Dans ce domaine, vous devez également vous fier aux recommandations du gynécologue qui vous conduira à la clinique prénatale. Si le médecin n’interdit pas, il n’y a pas de décharge, mais il y a un désir, alors il n’y a pas de restrictions. Considérez à l’avance comment vous allez vous protéger.

Après une césarienne, vous ne pouvez pas prendre de bain, visiter des bains et des saunas. Une douche chaude est l’option préférée.

Nous pensons qu’il n’est pas nécessaire de parler des dangers du stress pour maman.

Le processus de récupération après une césarienne

Pour récupérer rapidement après une césarienne, vous devez suivre certaines recommandations. Ils concernent l’activité physique, la nutrition, le port d’appareils spéciaux.

Activité physique

Le mouvement c’est la vie. Mais dans ce cas, l’activité physique doit être modérée. Avec cette approche, vous récupérerez rapidement et sans complications.

Habituellement, 3 à 4 heures après l’accouchement par césarienne, la femme en travail peut plier et déplier les bras et les jambes. Après un certain temps, elle pourra se retourner – les médecins recommandent de le faire régulièrement afin qu’il n’y ait pas de congestion et que les adhérences ne se développent pas, les complications thromboemboliques ne se développent pas.

Allongé, faites de la gymnastique légère : tournez avec vos mains, vos pieds, faites divers mouvements avec vos doigts (rotation, flexion et extension). Des exercices avec reproduction et adduction des jambes fléchies au niveau des genoux (en position couchée) peuvent être utiles. Concentrez-vous sur votre santé et vos sentiments.

Si la récupération après la césarienne se passe bien, la femme est autorisée à sortir du lit dès le premier jour: avec l’aide de proches ou du personnel de la maternité. Ne faites pas de mouvements brusques : agissez doucement et prudemment. Au fil du temps, vous pourrez vous lever périodiquement et marcher dans la pièce. Aidez-vous de vos mains pour qu’il n’y ait pas de divergence des coutures : tenez-vous à la tête de lit ou au mur. Si vous avez des étourdissements, une faiblesse, parlez-en à votre médecin.

Il sera plus confortable de dormir sur le dos ou sur le côté. Vous ne pouvez pas vous allonger sur le ventre. Premièrement, le sein est pressé, ce qui affectera la lactation. Deuxièmement, il y a une pression sur le ventre, les coutures sont tirées.

Aliments

Si l’opération a été réalisée sous rachianesthésie, immédiatement après sa fin, la femme peut boire. Manger est autorisé dès la première heure. Interdit : fruits, légumes, pain. Il est également nécessaire d’exclure les aliments qui provoquent une formation accrue de gaz: viandes fumées, aliments gras, assaisonnements. Ils peuvent entraîner des douleurs et des crampes abdominales, des problèmes de points de suture et des coliques chez le bébé.

Lorsque l’anesthésie générale est utilisée, la prise de liquide est autorisée après 2 heures. Après 6 heures, vous pouvez boire le bouillon et après une journée, manger des aliments ordinaires.

Porter un pansement

Le bandage soulage la tension des muscles abdominaux, favorise une récupération rapide après une césarienne. Il est important de le choisir individuellement, selon votre taille.

Vous devez également tenir compte du fait que vous devez réduire progressivement le temps de port du bandage afin de prévenir l’atrophie musculaire. Au début, vous portez un pansement tout le temps. Chaque jour, réduisez le temps de port et mettez-le avant la marche, le bain de l’enfant et d’autres activités physiques.

Exercice physique

Les charges améliorent l’humeur, réduisent la dépression, vous permettent de contrôler votre poids et normalisent la fonction intestinale.

Au début, les promenades seront utiles : à la fois pour votre convalescence et pour le bébé. Essayez de sortir tous les jours. Habillez votre enfant en fonction de la météo. Il est conseillé de s’éloigner des pistes.

Les exercices de fitball aideront également à tonifier les muscles. Combinez les cours avec la gymnastique pour le bébé – vous obtiendrez alors un double avantage.

Si vous avez fait du yoga, du fitness avant d’accoucher, vous pouvez commencer à faire de l’exercice après 2 mois. Au début, les cours devraient être faciles. En général, il est déconseillé de s’épuiser pendant cette période.

N’oubliez pas le repos et une bonne alimentation : couplés à une activité physique, ils contribuent à une récupération rapide après une césarienne.

La réhabilitation d’une femme prend beaucoup de temps. Une fois les plaies cicatrisées, vous pouvez commencer à effectuer des exercices pour renforcer les muscles de l’abdomen, des fesses, de la région lombo-sacrée, des cuisses et du plancher pelvien. Il est conseillé d’exercer sous la supervision d’un spécialiste de la rééducation.

Cycle menstruel

La restauration du cycle peut se produire à différents moments : tout est individuel. Pour certains, les menstruations commencent après 3 mois, et pour quelqu’un seulement après un an. La lactation, l’âge, la nutrition, le mode de vie, le repos, le stress, les maladies existantes jouent un rôle.

Bien que les niveaux de prolactine augmentent pendant la lactation, ce qui supprime l’ovulation, l’absence de règles ne signifie pas que vous ne pouvez pas tomber enceinte. Si elle n’est pas protégée, la conception peut survenir au tout premier cycle, lorsque l’ovulation se produit. Par conséquent, discutez avec votre gynécologue de la méthode de contraception à privilégier dans votre cas. Les experts recommandent de planifier la prochaine grossesse au plus tôt 2 ans plus tard. Donc, dans les 2 ans, vous devez vous protéger.

Faites attention à la nature de la décharge. Les premiers jours du cycle peuvent être accompagnés de saignements prolongés. Avec le temps, tout reviendra à la normale. Mais si cela dure longtemps, il vaut mieux consulter un médecin. Vous ne pouvez pas laisser ce symptôme sans surveillance : vous risquez de perdre beaucoup de sang. De plus, la perte d’une grande quantité de sang peut être associée à diverses pathologies de la sphère reproductive.

Conseils pour les femmes

La récupération après une césarienne est différente pour tout le monde. La durée de cette période dépend de l’état de santé général, des maladies concomitantes, de la raison de l’opération. Consultez votre médecin et suivez ses recommandations.

hémorroïdes post-partum. Que faire de lui ?

J’ai récemment publié sur le site medklinik.by et dans ma chaîne de télégramme “Doctor Treats” un article “Grossesse et hémorroïdes : nouvelles approches de traitement”. L’article donne des recommandations détaillées d’un proctologue aux femmes qui planifient une grossesse. Ces recommandations sont basées sur de nombreuses années de pratique et ont profité à bon nombre de mes patients.

Inflammation des hémorroïdes pendant la grossesse et après l’accouchement

Mais qu’en est-il de cette jeune mère qui a eu des hémorroïdes pendant la grossesse et qui s’est enflammée après l’accouchement ?

Si vous, mes chers lecteurs, avez lu l’article “Grossesse et hémorroïdes : nouvelles approches thérapeutiques”, alors vous savez déjà pourquoi les hémorroïdes surviennent et progressent pendant la grossesse.
Pour ceux qui n’ont pas eu le temps de lire l’article ou qui l’ont oublié, je vais vous expliquer. L’hormone de la grossesse, la progestérone, détend l’utérus pour que la grossesse se développe. En même temps que l’utérus, la progestérone détend les veines, les intestins, les ligaments. Sous l’influence de cette hormone et de la croissance de l’utérus, les veines hémorroïdaires se dilatent et des hémorroïdes apparaissent.

Dans ce cas, les hémorroïdes externes sont le plus souvent formées et, moins souvent, également internes.

Hémorroïdes post-partum – presque toujours des hémorroïdes externes

Beaucoup de mes patientes à la réception notent en outre qu’elles-mêmes n’ont pas accouché, mais qu’une césarienne a été pratiquée. Mes chers, le processus d’accouchement lui-même ne joue aucun rôle dans le développement de la maladie hémorroïdaire (récemment, il y avait une femme à la réception après deux accouchements par césarienne – il y a 4,5 et 1,5 ans avec de grosses hémorroïdes enflammées) !

Les hémorroïdes se développent pendant 9 mois de grossesse en raison de niveaux élevés de progestérone et d’un gros utérus dans la seconde moitié de la grossesse, comprimant les veines du bassin.

Lors de l’accouchement, les hémorroïdes existantes deviennent “seulement” enflammées, aggravées par la charge.

S’il vous plaît rappelez-vous ceci:

  1. Les hémorroïdes apparaissent et se développent pendant la grossesse.
  2. Pendant l’accouchement, les hémorroïdes deviennent enflammées.

C’est pourquoi une césarienne ne se débarrassera pas des hémorroïdes, mais elle peut se débarrasser de son inflammation. Bien que non nécessaire.

Causes et symptômes

Alors, on s’est mis d’accord : pendant la grossesse, les hémorroïdes apparaissent. Hélas, il reste avec vous plus tard dans la vie s’il n’est pas supprimé.

Pourquoi donc? Les hémorroïdes externes se comportent comme des varices sur les jambes. Très souvent, ces maladies surviennent ensemble pendant la grossesse. Ou progresser, s’ils l’étaient avant. Par conséquent, comme les varices après l’accouchement n’iront nulle part, les hémorroïdes resteront également avec vous. Et au fur et à mesure que les varices progresseront et poseront des problèmes, les hémorroïdes augmenteront et vous gêneront.

Avez-vous remarqué un pli supplémentaire dans l’anus après l’accouchement ? C’est l’hémorroïde externe avec une probabilité de 90%.

Le pli augmente-t-il progressivement ou de nouveaux apparaissent-ils ? C’est ainsi que les hémorroïdes se développent.

Le pli n’a pas encore changé ? Cela ne signifie pas que les hémorroïdes ont disparu ou ne progressent pas : bien que les ganglions ne soient pas gros, ils sont pour la plupart situés plus profondément dans le canal anal.
Puis-je vérifier moi-même les hémorroïdes? Oui, immédiatement après une selle, de préférence sans se lever des toilettes, lavez-vous le cul et touchez-le avec vos doigts. Vous pouvez être un peu stressé. Sous les doigts, un tissu mou est déterminé, avec une pression dessus, il diminue. C’est l’hémorroïde externe.

Dans une telle situation, je ne peux rien vous plaire. Allez voir un proctologue. Plus le nœud est petit, plus il est facile de l’enlever avec un laser.

Traitement des hémorroïdes post-partum

La coagulation au laser des hémorroïdes est bien tolérée, réalisée en ambulatoire et ne vous oblige pas à refuser l’allaitement .

Considérez quelques autres situations très courantes après l’accouchement.

Pendant l’accouchement, les hémorroïdes se sont enflammées, puis l’inflammation a disparu et plus rien ne me dérange. Il n’y avait qu’un petit pli de peau chez le pape. Situation fréquente. Il y a des hémorroïdes, mais elles sont petites et il n’y a pas de manifestations cliniques de la maladie maintenant.

Deux options pour le développement de la situation, qui se produisent le plus souvent.

  1. L’enfant grandit, la charge augmente et les hémorroïdes commencent à s’enflammer ou à saigner. S’il y a des matières fécales denses, une tendance à la constipation, les problèmes apparaissent plus tôt, les soucis plus souvent. Les médicaments aident mal. Cette variante survient chez environ un tiers des patients. Elles se transforment plus tôt, le plus souvent jusqu’à un an et demi après la naissance, les hémorroïdes sont généralement petites ou moyennes, et répondent bien au traitement. Les résultats du traitement sont souvent bons ou excellents.
  2. Il y a des hémorroïdes externes, lentement, progressant progressivement, cela ne dérange pas beaucoup. Les médicaments soulagent d’abord bien les exacerbations. Mais progressivement, les exacerbations se produisent plus souvent, plus sévèrement, les médicaments cessent d’aider et la situation vous oblige à consulter un médecin.

Dans les deux situations, plus vous vous tournez tard vers un proctologue, plus il est difficile de corriger la santé de vos prêtres. C’est compréhensible : plus les hémorroïdes sont grosses, plus il y a de problèmes, plus il faut de chirurgie pour corriger le problème. Et plus l’opération est étendue, plus elle est traumatisante et moins il est probable que les fesses se remettent complètement dans l’état où elles étaient avant la maladie.

Ce que vous ne verrez pas sur le prim ! Des années, 3-5-10 ans de traitement sans signification, conduisent souvent à des hémorroïdes monstrueuses. Parfois, la chirurgie hospitalière n’aide pas à faire face à de telles hémorroïdes.

Arrive-t-il qu’il n’y ait pas d’hémorroïdes après l’accouchement? Cela arrive, bien sûr. Maintenant, je soigne une jeune mère qui a accouché il y a 4 mois. Elle n’a pas d’hémorroïdes. J’ai aussi vu une patiente après trois naissances sans hémorroïdes. Et environ 15 à 20 patients après deux naissances sans hémorroïdes. Mais c’est après de nombreuses années de pratique. Bien sûr, avec des veines saines après le premier accouchement, tout le monde n’a pas d’hémorroïdes, mais plus de la moitié en ont à coup sûr.

Le traitement des hémorroïdes après l’accouchement est-il efficace à domicile ?

Malheureusement, les femmes souffrent d’hémorroïdes. Ils sont traités périodiquement, en utilisant des veinotoniques, une variété de suppositoires et de pommades, parfois des laxatifs sont ajoutés. Et, lorsque déjà le traitement conservateur cesse complètement d’aider, les exacerbations deviennent trop fortes et fréquentes, ils viennent à la réception et demandent à faire un miracle.

Un miracle signifie une délivrance complète des problèmes hémorroïdaires. Il est également souhaitable d’obtenir un anus esthétiquement attrayant comme bonus supplémentaire ; et même pour que plus tard il ne soit pas nécessaire d’utiliser des médicaments, au moins périodiquement.

Mes chers, les miracles dans le traitement ne se produisent qu’aux premiers stades du développement de toute maladie, jusqu’à ce que des changements se soient produits dans l’organe lui-même et les tissus environnants. En ce qui concerne l’anus – jusqu’à ce que la maladie ait changé ou considérablement changé la structure anatomique de l’anus.

conclusions

Que doit faire une femme qui a accouché, étant donné que tant de personnes contractent des hémorroïdes pendant la grossesse ? Ces conseils sont universels, quel que soit le type d’accouchement.

  1. Si après l’accouchement (y compris la césarienne), les ganglions deviennent enflammés et que l’inflammation n’a pas disparu en 5 à 7 jours, rendez-vous chez le proctologue pour un examen dans les 2 premières semaines après la sortie de l’hôpital.
  2. Si après l’accouchement il n’y a pas ou peu d’inflammation, rendez-vous chez un proctologue environ 2 mois après l’accouchement. À ce moment-là, votre corps aura presque récupéré de l’accouchement et l’état du tissu hémorroïdaire sera clair.
  3. Eh bien, la meilleure option: si pendant la grossesse et après l’accouchement, rien ne s’enflamme, les fesses ne dérangent pas du tout, alors un examen par un proctologue est obligatoire lors de la planification de la prochaine grossesse. Et peu importe combien de temps s’est écoulé depuis la naissance précédente. Cette situation est discutée en détail dans l’article “Grossesse et hémorroïdes …”.

Je comprends qu’il ne me semble pas, alors que l’enfant est petit. Mais vous pouvez me faire confiance que lorsque votre enfant grandira, le fardeau qui pèsera sur vous augmentera également. Oui, et les hémorroïdes deviendront plus. Ensuite, il sera encore plus difficile de faire face à la maladie. En fin de compte, l’expression bien connue “Mère en bonne santé – bébé en bonne santé” n’est pas née de zéro.

Et si un proctologue a dit que les hémorroïdes doivent (peuvent !) être enlevées avec un laser, et que vous allaitez, alors ce n’est pas un problème. Vous ne manquez qu’une seule tétée. Vous n’avez pas besoin de l’annuler complètement, mais vous ne devez pas non plus attendre qu’il se termine.

Ayant l’expérience de plusieurs centaines d’opérations, y compris pour les mères allaitantes, je peux vous affirmer avec autorité : après la coagulation au laser des hémorroïdes, il n’y a pas de douleur, aucun analgésique ne doit être pris.
La seule chose dont vous avez besoin, ce sont des médicaments qui ramollissent les selles – normes phytomucil ou colonprotect. Ils peuvent être pris à la fois pendant l’allaitement et pendant la grossesse comme laxatif.

Éliminez vos problèmes de santé à temps; et surtout – soyez en bonne santé!

Sincèrement, Ilyin Vitaly Arkadievich , proctologue, candidat en sciences médicales

Les hémorroïdes se développent souvent pendant la grossesse et l’accouchement. Dans certains cas, il devient également enflammé.

Certains patients ont peur d’être examinés par un proctologue. Débarrassons-nous de ces peurs et prenons soin de la chose la plus précieuse que nous ayons – notre santé. Cet article est pour vous et vos amis.

Le sujet de la grossesse et des hémorroïdes est toujours d’actualité. Cela s’applique également aux femmes qui vont traverser cette étape de la vie et à celles qui réussissent déjà à élever des enfants.

Processus adhésif dans le bassin

Quel est le processus adhésif dans le petit bassin chez la femme, dont le traitement en gynécologie est parfois considéré comme difficile et pas toujours efficace ? Quels sont ses symptômes et ses causes ? Découvrez dans cet article comment vous pouvez guérir les adhérences, enlever ou dissoudre les adhérences des ovaires et de l’utérus sans chirurgie, et où à Moscou il y a une clinique et de bons spécialistes sur ce sujet !

informations générales

Tous les organes internes d’une personne se déplacent facilement les uns par rapport aux autres en raison de la gaine glissante qui les recouvre. La mobilité d’un organe est un critère important pour son bon état, la capacité à remplir ses fonctions. Et vice versa, toute violation de la mobilité, de la fixation, de l’attachement à une autre structure signifie une pathologie, ce qui conduit inévitablement d’abord à des dysfonctionnements de l’organe (troubles fonctionnels), puis à des modifications de ses tissus (troubles structurels).

erreur La formation d’adhérences sur les ovaires, les tubes (appendices utérins) est une connexion (soudure) des organes internes du petit bassin qui n’est pas prévue par la nature, violant leur mobilité normale.

causes

Les causes les plus courantes de formation d’adhérences d’organes dans le bassin chez la femme sont les suivantes:

  • Chirurgie abdominale,
  • l’avortement chirurgical,
  • infections “cachées” à long terme,
  • inflammation non traitée ou insuffisamment traitée des appendices utérins,
  • appendicectomie,
  • certaines maladies veineuses (gonorrhée, chlamydia),
  • conséquences de l’apoplexie ovarienne,
  • endométriose interne.

Le nombre d’adhérences après l’accouchement par césarienne est deux à trois fois plus élevé qu’après des opérations laparoscopiques sur les organes pelviens. Ils peuvent s’attacher non seulement à l’utérus, mais aussi aux ovaires, au rectum, à la vessie, ce qui entraîne l’apparition de certains symptômes. Plus de 50% des cas de douleurs abdominales et de troubles du cycle ovarien-menstruel chez les filles sont une conséquence de la formation d’adhérences dans le bassin.

Comment se forment les adhérences dans les organes pelviens

Considérez le mécanisme de formation d’adhérences chez les femmes – quelle que soit la cause, c’est à peu près le même.

L’espace entre les organes de notre abdomen est rempli de liquide abdominal. Il est sécrété par le péritoine – une fine feuille tapissant la cavité abdominale de l’intérieur. Avec l’inflammation des organes internes, en particulier avec les infections génitales, après la chirurgie, le péritoine est irrité, la libération de liquide augmente considérablement, tandis que ce dernier devient plus visqueux et collant (c’est ainsi que la nature a aidé nos ancêtres à se localiser, “la colle du à l’intérieur” dommages profonds).

De plus, en accédant à l’organe malade pendant la chirurgie, le chirurgien coupe les films multicouches qui assuraient le libre glissement des organes. Après l’opération d’élimination du kyste ovarien, l’apoplexie, l’appendicite, les sutures restent, resserrant toute cette structure complexe en nœuds, et pendant un certain temps, le liquide collant continue de sécréter intensément dans la cavité abdominale et commence à «coller» les organes et tissus voisins.

À la suite de la formation des premières adhérences ponctuelles près de l’ovaire ou de l’utérus, les axes de mouvement de ces organes collés changent : ils commencent à se déplacer autour du point de connexion. Le mouvement près de la commissure étant limité, sa surface augmente, réduisant de plus en plus la mobilité de l’organe. Au fil du temps, une cicatrice dense se forme à la jonction, qui maintient “étroitement” les organes et les tissus ensemble.

Code ICD-10
N73.6 Adhérences péritonéales pelviennes chez la femme.

À quoi ressemblent les adhérences dans le bassin (photo)

En raison de la limitation de la mobilité naturelle, de la position et de la trajectoire inadéquates de l’organe, le travail de communication qui y va est perturbé, qui est étiré, pincé, tordu, etc. Dans ce cas, la circulation sanguine et le flux lymphatique normaux peuvent être perturbés, et des spasmes des ligaments et des muscles de soutien peuvent survenir. Pour éviter les conséquences, après des manipulations gynécologiques et des opérations dans la région pelvienne, il est nécessaire de suivre un traitement préventif (en savoir plus sur les méthodes de traitement du processus adhésif en gynécologie ci-dessous).

Quel est le processus adhésif dangereux

Il semblerait, quel danger est lourd avec le retrait de l’appendice? Cependant, dans ce cas, les anses intestinales, principalement le caecum, sont souvent impliquées dans les processus adhésifs du petit bassin. Les conséquences typiques sont la constipation, la dysbactériose, la dyskinésie biliaire, etc. Les filles développent souvent des adhérences dans les appendices, ce qui peut entraîner ultérieurement des règles douloureuses, l’infertilité, une grossesse extra-utérine.

Récemment, la laparoscopie à travers un petit trou est devenue populaire en gynécologie. Avec lui, pour une meilleure vue, la cavité abdominale est remplie de gaz. Mais si avant l’intervention les organes étaient parfaitement ancrés et glissaient facilement les uns par rapport aux autres, alors après l’opération sur les appendices ou l’utérus, lorsque la pression du gaz diminue, leur position mutuelle diffère de la position initiale. En conséquence, leur mobilité diminue également. De plus, lors de la laparoscopie, le péritoine est toujours sensiblement irrité et libère un liquide collant, ce qui conduit, comme en chirurgie abdominale, à l’apparition d’adhérences dans les organes pelviens, mais à plus petite échelle.

Le plus souvent chez les femmes, les complications suivantes des adhérences non traitées sur les ovaires se produisent:

• infertilité,
• douleurs dans le bas-ventre et lors des rapports sexuels,
• varices de l’utérus et des appendices ;
• flexion arrière de l’utérus,
• obstruction des trompes de Fallope,
• grossesse extra-utérine,
• divers troubles menstruels.

Les médecins doivent souvent faire face aux conséquences d’une épisiotomie (une incision dans le vagin lors de l’accouchement). Une petite incision pour faciliter le passage du fœtus est courante en pratique obstétricale. Cependant, avec le temps, la cicatrisation du tissu vaginal peut entraîner une violation de la position des organes génitaux internes, des varices et des varices, un prolapsus de la vessie et de l’utérus. Que pouvons-nous dire des adhérences probables dans le bassin après une césarienne.

Symptômes d’adhérences dans le bassin

Ainsi, chez les femmes, le processus adhésif des ovaires peut se propager dans différentes directions, formant éventuellement de longues chaînes d’organes, de tissus et de ligaments reliés de manière rigide. D’autres dommages se produisent selon le principe «là où c’est mince, ça casse là», c’est-à-dire que la maladie affecte l’organe le plus affaibli situé n’importe où dans une telle chaîne (ovaire, trompe de Fallope, ligaments).

Le spectre des symptômes d’adhérences dans la région des appendices est très large. Par exemple, la restriction du flux lymphatique dans les organes reproducteurs entraîne une diminution de la défense immunitaire locale, provoquant des maladies inflammatoires. À son tour, l’obstruction de l’entrée et de la sortie du sang provoque des symptômes tels que la congestion du bassin, les varices de l’utérus et de l’espace péri-utérin, les troubles du cycle menstruel et de l’ovulation et la douleur pendant l’intimité.

Les symptômes des adhérences pelviennes chez les filles et les adolescentes (après ablation de l’appendicite, chirurgie, inflammation chronique des appendices, etc.) sont particulièrement dangereux. Les organes et les os dans ce cas ne se sont pas encore formés. Et l’apparition d’adhérences chez les enfants à un âge précoce affecte l’ensemble de l’organisme en croissance – dans son développement, il commence à s’adapter à l’axe ou au point de fixation. En conséquence, le diaphragme (unilatéralement) et les autres organes ne bougent pas comme prévu, le squelette ne se développe pas de la même manière – l’enfant est assis de travers, bouge.

Si un processus adhésif se produit dans les organes féminins à l’adolescence, il existe un risque de dysfonctionnement ovarien, du cycle menstruel et d’apparition de douleurs dans le bas-ventre. À cet égard, non seulement le traitement est important, mais la prévention de ces complications, alors assurez-vous de demander conseil à un bon gynécologue pédiatrique pour adolescents.

Quelles sont les douleurs avec adhérences dans le bassin ?

Pour la plupart des personnes souffrant de ce problème, l’ovaire fait mal à peu près de la même manière. Les femmes qui ont des adhérences sur les ovaires laissent à peu près les mêmes commentaires sur leurs sentiments. Quelles sont les caractéristiques communes à tous ces patients ?

  1. Lien de causalité avec des annexites passées, une cystite, un avortement chirurgical, une appendicite, un curetage après une fausse couche ;
  2. Dans le passé, il y a eu une opération gynécologique ou une appendicite compliquée ;
  3. Ignorer de manière prolongée les symptômes d’inflammation des appendices et leur traitement approfondi;
  4. Les ovaires font mal, dont les adhérences sont causées par l’opération, presque constamment, avec une tendance à augmenter la douleur pendant l’exercice;
  5. Pendant les rapports sexuels, il y a des sensations de tiraillement, des douleurs sourdes dans le vagin, plus près du haut, qui sont aggravées par des mouvements agressifs et excessivement actifs, dans la position genou-coude et avec une pénétration profonde du pénis;
  6. Douleur dans les régions iliaques gauche ou droite, qui survient régulièrement avec intensification lors d’efforts physiques soudains et intenses, ainsi qu’avant et pendant les règles.

conclusions

De ce qui précède, il s’ensuit que des soins médicaux sont nécessaires non seulement avec la pathologie formée. Toute femme ayant subi un avortement, une chirurgie abdominale, une cautérisation du col de l’utérus, une inflammation des appendices, une hystéro- et une laparoscopie, il est conseillé de consulter un gynécologue pour prévenir le développement de la maladie. Pour prévenir le développement d’adhérences après une appendicite chez les enfants (filles, adolescents), il est nécessaire de consulter un spécialiste en gynécologie pédiatrique (accepté dans notre centre).

De plus, il est conseillé de consulter un gynécologue avant la grossesse, ainsi qu’après l’accouchement. Cela aidera à éviter de nombreux problèmes graves à l’avenir. Les médecins de notre gynécologie à Moscou traitent le processus adhésif sans chirurgie en utilisant des méthodes éprouvées, ce qui, dans la grande majorité des cas, vous permet d’éviter d’éventuelles complications.

Comment guérir les adhérences sur les ovaires / annexes

Bien sûr, les conséquences décrites ci-dessus ne sont pas inévitables, tout dépend de la situation spécifique et de la rapidité avec laquelle contacter une clinique bien rémunérée. A Moscou, les meilleurs spécialistes avec plus de dix ans d’expérience réussie dans ce domaine sont à votre service.

Comment se fait le diagnostic ?

Le diagnostic prend en compte les données d’antécédents (maladies gynécologiques passées, chirurgie abdominale, avortements chirurgicaux, césariennes, etc.), les plaintes de la femme, les résultats du toucher vaginal manuel, les données échographiques.

Les adhérences dans le petit bassin à l’échographie, en règle générale, ne sont pas visibles, mais lors d’une étude avec un capteur vaginal, les signes échographiques de la présence d’un processus adhésif sont d’une importance primordiale, par exemple, le déplacement de l’utérus sur le côté ou vers l’arrière (courbure de l’utérus), soudure de l’ovaire aux ligaments utérins, déplacement d’un appendice vers l’utérus ou derrière celui-ci, présence d’un réseau veineux élargi ou de varices dans le petit bassin.

Lors d’un toucher vaginal, le médecin ressentira la limitation de la mobilité des organes pelviens touchés par les adhérences, la lourdeur dans la projection des appendices à droite, à gauche ou des deux côtés, la pastosité des arcades et de la zone de la espace rétro-utérin. Ainsi, par exemple, la douleur et l’épaississement des appendices à gauche, combinés à une mobilité limitée de l’utérus et à une sensation désagréable lorsque vous essayez de le déplacer vers la droite, témoignent en faveur d’un processus adhésif probable à gauche. Eh bien, la patiente elle-même, lors de la palpation des organes génitaux internes à travers le vagin ou le rectum (pour les vierges), et même lors d’une échographie avec une sonde vaginale, ressentira un éventail de sensations désagréables et douloureuses d’intensité variable.

Pris séparément, les symptômes probables et les signes indirects du processus adhésif, combinés aux données d’un examen objectif et aux résultats d’un examen gynécologique sur chaise (accès vaginaux et rectaux), permettent ensemble de dresser un tableau complet de ce qui est se passe dans le petit bassin chez un patient particulier et élabore un plan individuel de mesures thérapeutiques.

Comment traiter les adhérences dans le bassin

Après avoir examiné le patient, le médecin établira un diagnostic préliminaire, après quoi une thérapie complexe sera prescrite. En plus des méthodes standard (médicaments, médicaments, etc.), selon les indications, des méthodes supplémentaires, éprouvées et de nombreuses années de pratique, des méthodes efficaces de traitement conservateur des maladies gynécologiques sont utilisées.

En gynécologie, un schéma individuel pour le traitement des adhérences pelviennes sans chirurgie, incl. “remèdes populaires”, peut inclure un ensemble de procédures différentes. Cette combinaison de composants thérapeutiques pour l’inflammation vous permet de ramollir et de dissoudre les structures adhésives, de les rendre plus minces et plus extensibles, d’arrêter la douleur, d’éliminer la congestion dans l’utérus et les appendices, d’améliorer l’apport sanguin aux organes génitaux internes et d’améliorer leur fonction.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.