rêver

Blocage des vaisseaux sanguins

L’une des premières places au monde est occupée par la mortalité par maladies cardiovasculaires. Les maladies vasculaires, le blocage des artères et des veines affectent négativement le travail de tous les organes du corps.

Les artères sont les voies sanguines qui transportent le sang oxygéné dans tout le corps. Avec la circulation sanguine, les vitamines, les hormones et les substances utiles nécessaires atteignent toutes les parties du corps humain. Les vaisseaux sanguins sains ont des parois internes lisses et permettent au sang de circuler librement à travers eux.

Contents

Qu’est-ce qu’un blocage vasculaire ?

Le blocage des vaisseaux sanguins se produit en raison de divers facteurs:

  • thrombose;
  • traumatisme;
  • l’apparition de plaques d’athérosclérose sur les murs.

Un thrombus est un caillot sanguin qui se forme à la suite d’une lésion de la paroi interne d’une artère. La plaque est formée de substances circulant dans le sang : calcium, cholestérol, fibrine. Le corps évalue cette formation comme un défaut et le processus de formation de thrombus commence. Contrairement à la thrombose artérielle, la thrombose veineuse n’est pas caractérisée par le dépôt de cholestérol.

Au fur et à mesure que les dépôts s’accumulent dans les artères, une condition appelée athérosclérose se produit. Cette condition entraîne un rétrécissement et un durcissement des vaisseaux sanguins.

Facteurs de risque contribuant au blocage des vaisseaux sanguins :

  • cholestérol élevé;
  • hypertension artérielle;
  • Diabète;
  • fumeur;
  • obésité;
  • mode de vie sédentaire;
  • prédisposition génétique.

Symptômes de blocage vasculaire

Souvent, une mauvaise perméabilité artérielle ne cause aucune douleur jusqu’à ce qu’une complication grave telle qu’un accident vasculaire cérébral se développe.

Dans d’autres cas, notamment lorsqu’une artère est bloquée à plus de la moitié, des symptômes tels que :

  • malaise, douleur thoracique;
  • essoufflement grave;
  • battements de coeur fréquents;
  • vertiges;
  • nausée;
  • la faiblesse;
  • transpiration.

En raison d’une diminution du flux sanguin vers le cœur, des douleurs thoraciques (angine de poitrine) apparaissent, puis une maladie coronarienne se développe.

Le blocage des artères périphériques peut provoquer :

  • Douleur aux jambes.
  • Mauvaise cicatrisation des blessures aux pieds.
  • Gangrène.

Avec l’obstruction des vaisseaux cérébraux, une personne éprouve des maux de tête, constants ou intermittents,
une augmentation de la pression artérielle, des étourdissements, des vomissements et une conscience confuse.

Conséquences de la maladie

Selon l’emplacement du vaisseau endommagé, diverses complications surviennent. Avec l’obstruction des membres, apparaissent d’abord des douleurs tiraillantes dans les jambes, puis des ulcères trophiques et une nécrose tissulaire. L’amputation est indiquée, sinon une gangrène peut se développer. Avec une ischémie prolongée des vaisseaux cardiaques, un infarctus du myocarde se produit. L’obstruction prolongée des vaisseaux cérébraux provoque un accident vasculaire cérébral.

Diagnostique

Si vous suspectez une mauvaise perméabilité des artères et des veines, les études suivantes sont effectuées :

  • Analyse du cholestérol.
  • Radiographie thoracique.
  • TDM.
  • Uzi.
  • Échocardiogramme.
  • ECG.
  • IRM.
  • Angiographie.

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) utilise des aimants et des ondes radio pour produire des images à l’intérieur du corps sans incision chirurgicale.
Contrairement à la tomodensitométrie, l’IRM n’utilise pas de rayonnement ionisant. Ceci est considéré comme une alternative plus sûre.

Une IRM peut être réalisée sur n’importe quelle partie du corps.

Une image tridimensionnelle avec IRM du cœur et des vaisseaux sanguins
permet de voir la présence de plaques, le degré de perméabilité, s’il existe des lésions traumatiques des veines et des artères.

L’IRM cérébrale permet de visualiser en détail les vaisseaux sanguins du cerveau (anévrismes, malformations vasculaires) et du cou (rétrécissement des artères dû à l’athérosclérose).

Traitement du blocage des vaisseaux sanguins

Il existe de nombreuses options pour la prévention et le traitement des blocages artériels. Selon la gravité de l’état et les antécédents médicaux du patient, le médecin prescrit diverses méthodes.

Prévention des maladies:

Refus des mauvaises habitudes, changement urgent de mode de vie :

  • une alimentation pauvre en graisses saturées et en cholestérol, avec moins de sucre et de glucides simples, et riche en fruits et légumes ;
  • perte de poids;
  • une interdiction de fumer et d’alcool;
  • cours de fitness;
  • minimiser le stress;
  • remèdes populaires pour abaisser la tension artérielle et le cholestérol;
  • maintenir une glycémie basse en évitant les grandes quantités de sucreries, confitures, sucreries.

Traitement médical

Certains médicaments aident à prévenir les artères obstruées, comme :

  • médicaments qui abaissent le cholestérol;
  • médicaments qui abaissent la tension artérielle;
  • médicaments anticoagulants qui réduisent le risque de caillots sanguins dangereux.

Intervention chirurgicale.

Aux derniers stades du développement de la maladie, les mesures médicales n’aident pas à améliorer la situation, puis des procédures chirurgicales sont appliquées:

Stenting

Un petit tube appelé stent est placé dans une artère pour assurer la bonne circulation du sang. Un cathéter est inséré dans une artère de la jambe pour atteindre le cœur, et un stent est inséré dans le cathéter au niveau de la zone de blocage.

Greffe de pontage coronarien

Dans cette opération, les artères d’autres parties du corps sont déplacées vers le site des artères obstruées pour aider le sang à atteindre sa destination prévue.

Angioplastie par ballonnet

Un dispositif est utilisé qui pousse la plaque contre les parois latérales des artères, à la suite de quoi la lumière du vaisseau s’ouvre.

Mais dans les cas avancés, en particulier avec des dommages aux vaisseaux des jambes, il n’est pas possible de sauver les membres, une amputation est indiquée.

Conclusion

C’est pourquoi le diagnostic rapide de l’occlusion vasculaire est extrêmement important. Il est recommandé de faire des tests de cholestérol deux fois par an, un bilan lipidique basique est préférable :

  1. cholestérol total (OH);
  2. cholestérol à haute densité (HDL);
  3. cholestérol des lipoprotéines de basse densité (LDL).

De plus, une IRM opportune et périodique du cœur et des vaisseaux sanguins évitera des complications graves ultérieures.

Athérosclérose de l’aorte

L’athérosclérose aortique (AA) survient dans la plupart des cas à la suite de la négligence des règles d’une alimentation saine. Cette pathologie est plus fréquente chez les patients âgés, ce qui ne signifie toutefois pas que les jeunes en sont totalement immunisés. À la suite de l’AA, des conditions potentiellement mortelles telles que les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux peuvent survenir. Dans cet article, nous analyserons donc les causes, le diagnostic et le traitement de l’athérosclérose aortique.

Ce que c’est

L’athérosclérose de l’aorte est une maladie chronique dans laquelle des plaques de cholestérol se forment sur la paroi de ce vaisseau. En conséquence, la lumière de l’aorte se rétrécit et le flux sanguin devient plus difficile, ce qui, à son tour, entraîne une augmentation de la pression artérielle, une détérioration de l’apport sanguin au corps.

Étant donné que l’aorte est le plus gros vaisseau sanguin du corps humain, les surpressions dans de tels cas peuvent mettre la vie en danger. Les parois du vaisseau perdent leur élasticité et des changements dégénératifs commencent en eux, ce qui conduit souvent à des conditions potentiellement mortelles, dont nous parlerons ci-dessous.

Les raisons

Les experts identifient plusieurs causes principales d’AA, bien que leurs opinions concernant la priorité de l’un ou l’autre facteur diffèrent. En termes simples, les médecins ne sont pas encore parvenus à un consensus sur laquelle des raisons énumérées ci-dessous est la plus importante. Cependant, on peut affirmer avec certitude que plus les facteurs de risque sont combinés dans l’anamnèse d’un patient individuel, plus le risque de développer une AA est élevé.

Les principales causes d’athérosclérose de l’aorte:

  1. Stresser. A première vue, quelle pourrait être la relation entre la tension nerveuse et les dépôts de cholestérol dans les vaisseaux ? Pendant ce temps, il est, et le plus direct. Selon la théorie neuro-métabolique d’A.L. Myasnikov, le stress nerveux conduit à une violation de la régulation neuroendocrinienne du métabolisme des protéines et des lipides. En conséquence, une hypercholestérolémie se produit – taux de cholestérol élevé dans le sang. Ce sont ces excès qui se déposent sur les parois internes des vaisseaux.
  2. Hypertension artérielle. Avec une augmentation persistante de la pression artérielle, l’hémodynamique change, à la suite de quoi des mucopolysaccharides acides s’accumulent progressivement dans les parois de l’aorte.
  3. Alimentation déséquilibrée. Manger des aliments gras en grande quantité augmente le taux de cholestérol sanguin. Chez les personnes obèses, le risque d’athérosclérose aortique augmente plusieurs fois.
  4. facteur endocrinien. Dans le diabète sucré, des troubles du métabolisme des lipides surviennent, entraînant une hypercholestérolémie. De plus, il a été prouvé expérimentalement que les œstrogènes réduisent le taux de cholestérol dans le sang. Probablement en raison des niveaux plus élevés de ces hormones chez les femmes, les AA surviennent à un âge plus avancé.

5. Prédisposition génétique. Cette question suscite la controverse parmi les experts. Cependant, chez les personnes dont les parents proches souffraient d’anomalies vasculaires, les cas d’AA sont plus fréquents. Les opposants à cette théorie insistent sur le fait que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour la confirmer et constituer une base de preuves.

6. Violation de la coagulation du sang. La fibrine et le fibrinogène font partie des plaques de cholestérol, qui se forment le plus souvent aux endroits où le thrombus est adjacent à la paroi vasculaire.

7. Fumer. Les médecins conviennent que le tabagisme augmente le risque d’AA, mais les raisons en sont expliquées de différentes manières. Certains experts pensent que les conditions préalables à l’AA chez les patients fumeurs se développent en raison de violations du flux sanguin régional, d’autres pensent que la nicotine provoque une détérioration de la paroi vasculaire.

Groupe de risque

Le groupe à risque comprend principalement les hommes de plus de 50 ans en surpoids ou obèses. Cela inclut également les patients :

  • avec des troubles de la coagulation
  • avec des maladies du système endocrinien;
  • avec prédisposition héréditaire (antécédents de cas d’AA chez des parents proches) ;
  • avec l’hypertension artérielle et d’autres maladies du système cardiovasculaire.

Dans un groupe séparé, nous pouvons distinguer les personnes dont le travail est associé à une tension nerveuse. Si en même temps une personne essaie de gérer son stress en fumant ou en mangeant avec excès, cela augmente considérablement le risque de développer une AA. En d’autres termes, plus les facteurs de risque sont déterminés chez un patient individuel, plus la probabilité de dépôt de plaques de cholestérol sur la paroi interne de son aorte est élevée.

Les symptômes

Le symptôme le plus courant est l’aortalgie, qui est une douleur dans l’aorte. Elle peut être à la fois pressante et brûlante, mais son intensité est toujours élevée. Une telle douleur n’est pas toujours associée à l’activité physique. Elle peut durer de quelques heures à plusieurs jours. Dans de rares cas, un syndrome douloureux atypique est observé lorsque la douleur apparaît pour la première fois dans le dos ou sur les côtés de la poitrine.

Figure 2. Aorte dans le cœur. Source : Personnel de Blausen.com (2014). “Galerie médicale de Blausen Medical 2014”. WikiJournal de médecine 1 (2)

  • paresthésie (picotement, sensation de picotement);
  • évanouissement;
  • accès de vertiges;
  • xanthome et xantheplasma – apparition de plaques de cholestérol jaunâtres sur la peau (plus souvent – sur la peau du visage et des paupières);
  • ballonnements et rétention des selles ;
  • sauts de tension artérielle;
  • engourdissement des membres;
  • perte de poids (à la suite d’une indigestion);
  • difficulté à avaler.

En soi, l’aortalgie devrait être une raison pour une visite urgente chez le médecin. S’il est associé à l’un des symptômes ci-dessus, il y a tout lieu d’appeler une ambulance.

Complications

L’une des complications les plus courantes et les plus dangereuses de l’AA est la formation d’un anévrisme aortique. Il s’agit d’une saillie dans la paroi du vaisseau, qui finit par éclater sous la pression du flux sanguin, et à la suite d’une hémorragie interne importante, les patients meurent dans la plupart des cas. Le principal danger d’un anévrisme aortique est son évolution asymptomatique, ce qui rend le diagnostic difficile.

À la suite d’une violation de l’apport sanguin au cerveau, un accident vasculaire cérébral (à la fois ischémique et hémorragique) peut survenir, ce qui, à son tour, entraîne une altération de la fonction d’élocution, une parésie et une paralysie, et la mort.

Une autre complication dangereuse de l’AA est la thrombose des artères mésentériques, qui irriguent les organes abdominaux. Les zones émergentes de nécrose intestinale dues à un apport sanguin insuffisant contribuent au développement rapide de la péritonite.

Avec la thrombose de l’aorte abdominale dans la zone de sa ramification, l’apport sanguin aux membres inférieurs est perturbé, ce qui peut entraîner le développement d’une gangrène des jambes.

Il existe également un risque d’infarctus du myocarde, qui peut survenir à la suite d’une embolie (blocage) des vaisseaux coronaires par une plaque d’athérome détachée.

Les patients atteints de maladies du système cardiovasculaire sont à haut risque – ils ont des complications associées à l’athérosclérose, particulièrement souvent.

Diagnostique

Source : Photo de l’armée américaine par Jason W. Edwards / DVIDS

Si une personne se retrouve avec des symptômes tels que des douleurs thoraciques intenses, des étourdissements, des difficultés à avaler et un engourdissement des membres, elle a toutes les raisons de soupçonner le développement de l’athérosclérose. Lorsque vous contactez un médecin, vous devez décrire en détail toutes les manifestations de la maladie. Sur la base des plaintes du patient et des données obtenues lors de l’examen, le spécialiste peut établir un diagnostic préliminaire, pour confirmer qu’un certain nombre d’études diagnostiques sont prescrites.

L’accent est mis sur les méthodes de diagnostic du matériel :

  • radiographie;
  • ultrason;
  • angiographie;
  • aortographie ;
  • TDM ou IRM.

De plus, un test sanguin est prescrit pour déterminer le taux de cholestérol total, de lipoprotéines et de triglycérides. En combinaison avec les données des antécédents médicaux, les résultats des études permettent de poser un diagnostic définitif et de procéder à des mesures thérapeutiques.

Traitement de l’athérosclérose de l’aorte

Selon la gravité de l’AA, le traitement peut être conservateur ou chirurgical. Il faut aussi comprendre qu’il est très important de suivre un régime alimentaire particulier, sans lequel le traitement ne sera pas efficace.

Médical

Pour arrêter le développement de l’athérosclérose, plusieurs groupes de médicaments sont utilisés:

  1. Statines (mévastatine, fluvastatine, pravastatine). Ils inhibent la synthèse du cholestérol, ont un effet anti-inflammatoire, améliorent l’état de la paroi interne des vaisseaux sanguins.
  2. Fibrates (fénofibrate, gemfibrozil, bézafibrate). Augmenter l’activité de la lipoprotéine lipase, une enzyme qui décompose les lipoprotéines. Ils accélèrent également le métabolisme du cholestérol dans le foie et ont un effet antithrombotique.
  3. Séquestrants des acides biliaires (colestipol, cholestyramine). Ils ralentissent l’absorption des acides biliaires dans l’intestin, ce qui réduit de 10 à 20% le taux de lipoprotéines et de cholestérol total dans le sang.
  4. Agents antiplaquettaires (ticlopidine et clopidogrel). Réduire la tendance à la thrombose et réduire la viscosité du sang. Les médicaments de ce groupe sont utilisés dans le traitement de l’AA pour prévenir la thrombose pariétale.

De plus, le médecin peut prescrire un traitement symptomatique visant à normaliser la pression artérielle et la fonction hépatique. Si nécessaire, le traitement peut être complété par une thérapie efférente (entérosorption, hémosorption, immunosorption LDL).

Chirurgical

Dans les cas où les plaques de cholestérol se développent tellement qu’elles endommagent la paroi interne de l’aorte et créent un obstacle notable à la circulation sanguine normale, elles ont recours à un traitement chirurgical. L’obstruction mécanique (plaque) est retirée avec la zone affectée de la paroi interne de l’aorte.

S’il est nécessaire d’élargir la lumière de l’aorte, un stent est installé – une structure élastique en plastique ou en alliages inertes qui répète la forme du vaisseau.

Diète

Source : Racool_studio / fr.freepik.com

Il est nécessaire de limiter significativement la consommation d’aliments riches en graisses animales. Le bœuf, l’agneau et le porc doivent être remplacés par de la viande de volaille et du poisson de mer ou d’eau douce. Il est également nécessaire de manger des légumes, des herbes et des fruits en grande quantité – la norme recommandée est de cinq morceaux par jour.

Le beurre doit être remplacé par de l’huile d’olive ou toute autre huile végétale au goût. Vous devez également augmenter la quantité de fibres alimentaires dans votre alimentation. Pour cela, les graines de lin (qui, entre autres, aident à réduire le cholestérol sanguin), ainsi que le son alimentaire en granulés, qui peuvent être achetés dans presque tous les supermarchés, conviennent.

Prévoir

Avec une détection rapide des AA, une thérapie conservatrice correctement sélectionnée, ainsi que l’adhésion à un régime spécial en combinaison avec une correction du mode de vie, le pronostic est favorable. Dans les cas où l’AA est détecté à un stade avancé, dans lequel des complications graves telles qu’un anévrisme aortique ou une thrombose des artères mésentériques sont notées, le pronostic est considérablement aggravé.

La prévention implique le strict respect d’un régime alimentaire, la normalisation du poids corporel et l’abandon des mauvaises habitudes (principalement le tabagisme). Il est important d’éviter un mode de vie sédentaire, cependant, l’activité physique doit être dosée. Pour commencer, il est recommandé au patient de marcher au moins 30 minutes par jour, puis leur durée augmente à mesure que l’endurance se développe. Après quelques semaines, vous pouvez ajouter des complexes de gymnastique thérapeutique ou nager dans la piscine.

Il est important d’éviter le stress et de minimiser le stress psycho-émotionnel. De plus, il est nécessaire de surveiller attentivement la pression – elle ne doit pas dépasser 130/85 mm Hg. Art.

Conclusion

L’athérosclérose de l’aorte crée les conditions préalables à un certain nombre de complications potentiellement mortelles. Dans les premiers stades de l’AA, un traitement médicamenteux est utilisé, cependant, avec un rétrécissement important de la lumière aortique et des dommages à sa paroi interne, une intervention chirurgicale est nécessaire. Le pronostic dépend en grande partie de la rapidité de la détection de la pathologie et du respect par le patient de toutes les prescriptions médicales, y compris les médicaments, le régime strict et la modification du mode de vie.

Athérosclérose des vaisseaux des membres inférieurs chez l’adulte

Les lésions athéroscléreuses des artères des membres inférieurs sont l’une des causes courantes de douleurs dans les jambes, de changements de démarche et de boiteries sévères. Et dans les cas graves, une gangrène peut se développer, ce qui menace d’amputation. Découvrez tout sur cette maladie avec un expert

Si les artères des jambes sont rétrécies de plus de 50% en raison de plaques sur leurs parois, des symptômes extrêmement désagréables apparaissent, des problèmes de démarche qui, s’ils ne sont pas traités, peuvent entraîner une invalidité.

Qu’est-ce que l’athérosclérose

L’athérosclérose est une maladie grave associée à des troubles métaboliques, principalement le métabolisme des graisses, dans lequel le rapport entre le “mauvais” et le “bon” cholestérol, ainsi que certains autres composants lipidiques, change. En conséquence, les parois des artères souffrent, à cause des plaques, leur lumière interne se rétrécit, la circulation sanguine et l’apport d’oxygène et de nutriments aux tissus sont perturbés. Cela entraîne de graves troubles du fonctionnement des organes ou des tissus dus à l’hypoxie, pouvant aller jusqu’à la mort cellulaire (nécrose).

Causes de l’athérosclérose des vaisseaux des membres inférieurs chez l’adulte

Les principales causes de lésions vasculaires dans les membres inférieurs sont une violation du métabolisme des graisses, dans laquelle les parois sont recouvertes d’un enduit gras, saturé de celui-ci, ce qui fait souffrir leur élasticité. Des plaques se forment également dans les grosses artères, ce qui peut rétrécir la lumière. Compléter le problème formé dans les parois des vaisseaux sanguins du tissu conjonctif et des dépôts de calcium. En conséquence, les artères sont gravement endommagées, moins de sang les traverse vers les tissus du pied, de la jambe inférieure, du genou, ce qui entraîne une perturbation de l’apport de nutriments et d’oxygène aux cellules. Si l’oxygène est extrêmement bas, les vaisseaux sont obstrués par des caillots sanguins, voire une gangrène peut se développer.

Les facteurs de risque d’athérosclérose dans les artères des jambes sont les mêmes que pour toute autre forme de la maladie. Il y a deux groupes :

  • fatal – l’âge du patient, l’hérédité défavorable, l’appartenance au sexe masculin, le début de la ménopause;
  • amovible – présence de mauvaises habitudes, surpoids, troubles métaboliques, inactivité, mauvaise alimentation, stress.

Les symptômes apparaissent si la lumière est rétrécie de 50 à 75 % ou plus. Le plus souvent, la partie inférieure de l’aorte abdominale est affectée – chez 33% des personnes, l’athérosclérose affecte le segment aorto-iliaque, chez 66% – le segment fémoro-poplité.

Symptômes de l’athérosclérose des vaisseaux des membres inférieurs chez l’adulte

Les symptômes surviennent parce que les membres inférieurs reçoivent moins d’oxygène et de nutriments, ce qui perturbe le fonctionnement des muscles et des nerfs. Les signes de dommages les plus courants :

  • intolérance à l’activité physique – les jambes se fatiguent rapidement même pendant la marche normale;
  • claudication intermittente – douleur intense ou brûlure dans les jambes après l’exercice, qui nécessite un arrêt et du repos;
  • neuropathie – malnutrition des nerfs, qui provoque la chair de poule, un engourdissement des jambes ou des contractions convulsives ;
  • décoloration de la peau – pâleur, sécheresse, température constamment abaissée, en particulier au pied;
  • diminution de la quantité de graisse sous-cutanée dans la partie inférieure de la jambe et de la cuisse ;
  • atrophie musculaire – une jambe en volume peut être beaucoup plus fine que l’autre;
  • perturbation des follicules pileux – les cheveux deviennent fins, clairsemés, tombent;
  • la peau des pieds s’épaissit, les ongles deviennent convexes, troubles, déformés.

Plus l’artère est touchée, plus les changements seront difficiles. Avec un rétrécissement aigu du vaisseau, une douleur intense peut survenir, une malnutrition des tissus pouvant aller jusqu’au développement de la gangrène.

Traitement de l’athérosclérose des vaisseaux des membres inférieurs chez l’adulte

Cette pathologie survient plus souvent chez les hommes et chez les personnes âgées. Sans traitement rapide, les changements dans les jambes ne feront que s’intensifier, ce qui peut éventuellement entraîner une invalidité, des problèmes de marche et, en cas de complications, la perte d’une partie du membre due à la gangrène.

Diagnostique

Lors de l’examen, le médecin évalue tout d’abord le pouls dans la région des artères des jambes. Cela permet non seulement d’identifier le problème, mais également la localisation approximative de la plaque. Il écoutera également la zone de l’artère avec un phonendoscope – les dommages aux parois du vaisseau peuvent être déterminés par la nature du bruit.

Pour clarifier le diagnostic, le médecin effectuera également une série de tests et d’analyses:

  • mesurera l’index cheville-bras (comparez la pression sur les bras et les jambes – normalement c’est 1). Si le score est inférieur à 0,7, le problème est sérieux ;
  • Faites une échographie avec Doppler pour évaluer l’état du flux sanguin dans les artères;
  • prescrire une angiographie radio-opaque pour voir les défauts de remplissage sanguin ;
  • effectuer un test sanguin biochimique et un lipidogramme, où les changements dans le niveau de lipides plasmatiques seront visibles;
  • vérifier le niveau d’homocystéine ​​​​(une concentration élevée augmente le risque de maladie).

Méthodes de traitement modernes

Le traitement doit être complet. Le médecin vous conseillera certainement d’influencer les facteurs de risque qui peuvent être corrigés – nutrition, mauvaises habitudes, poids. De plus, un certain nombre de médicaments sont utilisés pour traiter l’athérosclérose:

  • statines pour réduire les lipides plasmatiques nocifs (atorvastatine, simvastatine, rosuvastatine);
  • préparations pour corriger le niveau d’homocystéine – acide folique, vitamine B12;
  • des moyens pour la normalisation de la coagulation et la prévention des caillots sanguins (Aspirin-cardio, Cardiomagnyl, Clopidogrel, Ticlid, Cilostatol);
  • vasodilatateurs (Pentoxifylline);
  • antispasmodiques (papavérine, no-shpa, drotavérine);
  • analogues de la prostaglandine (Vazaprostan).

Pour éliminer la douleur, le médecin peut recommander des anti-inflammatoires non stéroïdiens locaux – gel Diclofenac, gel Nimid, gel Dolobene, gel Voltaren.

Dans les cas avancés, un traitement chirurgical est nécessaire. En fonction de l’âge, de l’état général, de la localisation de la lésion, les méthodes les plus efficaces sont sélectionnées – il s’agit du stenting et de l’angioplastie par ballonnet, du shunt de l’artère affectée, de l’élimination des caillots sanguins de l’artère, de l’ablation partielle de l’artère affectée avec remplacement par une prothèse. Si la gangrène s’est développée, l’amputation du membre est indiquée.

Prévention de l’athérosclérose des vaisseaux des membres inférieurs chez l’adulte à domicile

La prévention de l’athérosclérose est un mode de vie sain. Bougez plus souvent et plus, réduisez les aliments gras et sucrés, l’alcool dans l’alimentation, arrêtez de fumer, réduisez progressivement le poids corporel, marchez plus souvent.

Il est tout aussi important que vous consultiez régulièrement un médecin, que vous subissiez des examens médicaux et que vous corrigiez tout changement dans votre état de santé.

Questions et réponses populaires

Nous avons discuté avec le cardiologue Tamaz Gagloshvili des caractéristiques de l’athérosclérose des membres inférieurs et des complications possibles de la maladie, des méthodes de son traitement par diverses méthodes non traditionnelles .

Quelles complications peuvent survenir dans l’athérosclérose des vaisseaux des membres inférieurs?

Les symptômes ne peuvent apparaître qu’avec une athérosclérose sténosante des artères des membres inférieurs, c’est-à-dire lorsque les plaques ferment la lumière à plus de 50%. Avec l’athérosclérose non sténosée, une personne n’est généralement gênée par rien et n’est pas examinée, ignorant le problème.

Les complications de l’athérosclérose des membres inférieurs sont la claudication intermittente, qui se manifeste par des douleurs dans les jambes lors de la marche, généralement dans les muscles du mollet. Et cette douleur fait qu’une personne s’arrête, reste un peu au repos jusqu’à ce qu’elle s’atténue.

La douleur est un signal du corps que quelque chose ne va pas, à savoir que pendant l’exercice, les muscles des jambes ont besoin de plus de sang avec de l’oxygène, et en raison de l’athérosclérose, qui perturbe le flux sanguin, un déséquilibre se produit: la demande musculaire augmente et le flux sanguin diminue ! Et cette douleur est une manifestation d’ischémie (manque d’oxygène) des muscles des membres inférieurs.

Les plaques d’athérosclérose peuvent se rompre et former des caillots sanguins à leur place, et cette condition (surtout si vous ne consultez pas un médecin à temps) peut entraîner une gangrène et une amputation des membres inférieurs.

Quand consulter un médecin pour l’athérosclérose des vaisseaux des membres inférieurs?

Si une claudication intermittente apparaît, il est urgent de consulter un médecin – un chirurgien vasculaire. Mais, si une personne fume, est en surpoids ou obèse, souffre de diabète, d’hérédité aggravée – vous ne devez pas attendre une claudication intermittente, mais effectuer régulièrement une série d’examens, principalement une échographie des vaisseaux des jambes, donner du sang pour un profil lipidique.

Est-il possible de traiter l’athérosclérose des vaisseaux des membres inférieurs avec des remèdes populaires?

Je déconseille fortement de traiter l’athérosclérose avec des remèdes populaires ou des compléments alimentaires ! Une personne manque tout simplement et perd un temps précieux en utilisant des méthodes de thérapie inutiles. Rappelez-vous : il n’y a pas de médicaments, de compte-gouttes et de manipulations qui nettoient les vaisseaux sanguins ! Ils ne sont pas là! Si on vous propose de nettoyer les vaisseaux, vous êtes des escrocs.

L’athérosclérose peut-elle être complètement guérie?

Le processus d’athérosclérose peut être considérablement ralenti et provoquer une légère régression, c’est-à-dire une diminution des plaques d’athérosclérose. Mais vous ne pouvez pas vous en débarrasser complètement. Malheureusement, de tels médicaments n’existent pas aujourd’hui.

Blocage des vaisseaux sanguins: caractéristiques de l’évolution et du traitement de la maladie

Les maladies du système cardiovasculaire occupent toujours l’une des premières places parmi les affections entraînant le décès ou l’invalidité d’une personne. Une diminution de la perméabilité des vaisseaux sanguins affecte négativement la qualité du travail non seulement des organes individuels, mais de l’ensemble de l’organisme. L’une des manifestations les plus dangereuses pouvant survenir dans le système cardiovasculaire est le blocage des vaisseaux du cerveau, des membres inférieurs et du cœur.

Ce que c’est?

Le blocage (ou occlusion) est une apparition soudaine d’une obstruction vasculaire, conséquence de processus pathologiques se produisant dans les tissus. En règle générale, les causes de l’apparition du développement de la maladie sont l’apparition d’un caillot sanguin ou un effet traumatique. Aux moments critiques, lorsque le patient a besoin d’une intervention chirurgicale urgente, c’est la cause de la maladie qui sera le critère principal pour déterminer la stratégie d’action des agents de santé. L’affaiblissement ou l’arrêt de la circulation sanguine dans n’importe quelle partie du système circulatoire entraîne une ischémie (privation d’oxygène) des tissus organiques et l’apparition de processus nécrotiques (nous parlons de mort cellulaire et de nécrose tissulaire). Par conséquent, en cas d’obstruction complète d’une veine ou d’une artère, des soins médicaux d’urgence sont une nécessité absolue.

Symptômes de blocage vasculaire

Si le vaisseau est à moins de la moitié, la personne commence à ressentir une gêne évidente. Les symptômes de la manifestation de la maladie dépendront de la partie du système circulatoire où se trouvera le fragment obstrué.

  1. Blocage des vaisseaux du cœur. En cas de lésion des vaisseaux coronaires du cœur, le développement de la maladie coronarienne (CHD) commence. Au stade initial, il se manifeste par des crises d’angine dont la durée ne dépasse pas 10 minutes.
  2. Blocage des vaisseaux sanguins dans les jambes. En présence de telles déviations, le patient ressent une douleur et une gêne dans les jambes. De plus, les patients se plaignent souvent d’une froideur constante des jambes et d’une pâleur ou d’une cyanose des téguments tissulaires.
  3. Blocage des vaisseaux cérébraux. Dans ce cas, l’intensité de l’attaque dépendra de la façon dont creusé la cavité interne. Le patient peut ressentir des maux de tête périodiques ou persistants, accompagnés d’une augmentation de la pression artérielle. Des étourdissements, des vomissements, des nausées ou une confusion peuvent également survenir.

Obtenez une consultation gratuite La consultation
sur le service ne vous oblige à rien

Conséquences de la maladie

Une diminution de la perméabilité peut avoir les conséquences les plus désagréables pour le patient. Les conséquences d’une maladie en développement peuvent être très diverses et, encore une fois, dépendront de l’emplacement du vaisseau endommagé.

Ainsi, au stade initial * le blocage des vaisseaux des membres * ne se traduit que par l’apparition de douleurs et de sensations de tiraillement dans les jambes. Une obstruction prolongée entraîne la formation d’ulcères trophiques et une nécrose tissulaire complète. Avec un diagnostic similaire, on montre au patient l’amputation du membre. Sinon, il peut développer une gangrène.

L’ischémie prolongée des vaisseaux cardiaques provoque souvent le développement d’un infarctus du myocarde. L’étendue des lésions tissulaires dans ce cas dépendra du volume de la zone affectée par l’obstruction.

Le blocage à long terme des vaisseaux cérébraux n’est pas moins dangereux. L’augmentation de la pression, les maux de tête causés par l’ischémie du tissu cérébral, indiquent souvent le début du développement d’une attaque ischémique, dont le stade final peut être un accident vasculaire cérébral.

Diagnostique

Le patient, dont les plaintes indiquent la présence présumée d’une mauvaise perméabilité, pour confirmer ou infirmer le diagnostic, devra subir une série d’examens de nature générale et particulière. En plus d’un test sanguin de laboratoire et d’autres manipulations standard, une IRM du cœur et des vaisseaux sanguins liés à la zone touchée par la maladie peut également être prescrite au patient. L’image tridimensionnelle obtenue vous permettra de déterminer le degré de perméabilité vasculaire et d’identifier la présence de plaques ou de lésions traumatiques des veines et des artères.

Une IRM des vaisseaux cérébraux permettra au médecin d’obtenir une image complète de l’état des tissus cérébraux et de prendre des mesures opportunes pour exclure une issue fatale ou l’apparition d’une invalidité permanente.

Traitement du blocage des vaisseaux sanguins

En présence de blocage, la détection précoce de la maladie est d’une importance capitale. En présence de seuls symptômes primaires, il est possible d’éliminer la maladie à l’aide de médicaments. L’intensité et la durée du cours seront déterminées par le médecin, guidé par l’état, l’âge du patient, ainsi que le taux de développement de la maladie.

Aux stades ultérieurs, la pharmacothérapie est pratiquement inefficace et ne peut être utilisée que pour soulager les symptômes. Dans la plupart des cas, dans les stades ultérieurs, le patient a besoin d’une intervention chirurgicale. Le patient est nettoyé des cavités internes des vaisseaux ou de l’élimination des zones touchées du système circulatoire. Dans les cas particulièrement avancés, les spécialistes peuvent recourir à l’amputation des membres.

Afin de ne pas amener votre corps à l’extrême, il est recommandé de pratiquer la prévention des maladies tout au long de la vie : bien manger, abandonner la suralimentation et les mauvaises habitudes, exposer le corps à une activité physique régulière et essayer d’éviter le stress inutile.

Prenez rendez -vous
Prenez rendez-vous et obtenez un examen de qualité dans notre centre

Athérosclérose (sténose et occlusion) des artères carotides

La principale cause des troubles de la circulation cérébrale est l’athérosclérose des artères carotides. Les plaques d’athérosclérose provoquent un rétrécissement des artères carotides, ce qui constitue un obstacle à la circulation sanguine normale dans le cerveau. Progressivement, un blocage complet de l’artère carotide, appelé occlusion, se développe. La perméabilité altérée de l’artère carotide est la principale cause d’AVC ischémique dans le monde moderne. La probabilité de développer un accident vasculaire cérébral avec un rétrécissement symptomatique de l’artère carotide de 70 % ou plus est d’environ 15 % par an.

De nombreuses personnes meurent ou deviennent invalides chaque année à la suite d’un accident vasculaire cérébral, bien que la chirurgie vasculaire moderne puisse le prévenir chez la plupart des patients. Seuls un diagnostic régulier et la confiance dans les médecins réduiront considérablement le risque d’AVC. Il est beaucoup plus facile de traiter l’athérosclérose de l’artère carotide que l’AVC ischémique et ses conséquences.

Causes et facteurs de risque

Les artères carotides sont de grands vaisseaux artériels appariés qui irriguent le cerveau dans les départements où se trouvent les centres de la pensée, de la parole, de la personnalité, des fonctions sensorielles et motrices. Les artères carotides traversent le cou et pénètrent dans le cerveau par des ouvertures dans le crâne.

Avec l’accumulation de matières grasses et de cholestérol, une plaque d’athérosclérose se forme, ce qui rétrécit les artères carotides. Cela réduit le flux sanguin vers le cerveau et augmente le risque d’AVC ischémique. Un accident vasculaire cérébral survient lorsqu’il n’y a pas de flux sanguin vers une partie du cerveau. Lors d’un AVC, certaines fonctions cérébrales s’arrêtent soudainement. Si le manque de circulation sanguine dure plus de trois à six heures, alors ces troubles deviennent irréversibles.

Pourquoi un rétrécissement de l’artère carotide provoque-t-il un accident vasculaire cérébral ?

  • Un rétrécissement important de l’artère carotide réduit la circulation sanguine dans le cerveau, et en cas de chute brutale de la pression (sortie brutale du lit, vols, échauffement au soleil ou intervention chirurgicale majeure), le flux sanguin s’arrête brutalement, ce qui entraîne une la mort des cellules nerveuses.
  • Arracher un morceau de plaque d’athérosclérose avec le transfert de son flux sanguin vers les petites artères du cerveau, ce qui conduit à leur blocage.
  • Thrombose aiguë (formation d’un caillot sanguin) sur fond de rétrécissement de l’artère carotide avec arrêt complet du flux sanguin dans certaines zones du cerveau.

Facteurs de risque de l’athérosclérose carotidienne

Les facteurs de risque des maladies carotidiennes sont similaires à ceux des autres types de maladies cardiovasculaires. Ils comprennent:

  • Âge
  • Fumeur
  • L’hypertension (pression artérielle élevée) est le facteur de risque le plus important d’AVC
  • taux de cholestérol élevé
  • Diabète
  • Obésité
  • Mode de vie sédentaire
  • hérédité accablée pour l’athérosclérose

Les hommes de moins de 75 ans ont un plus grand risque de développer une sténose carotidienne que les femmes du même groupe d’âge. Dans le groupe d’âge de plus de 75 ans, les femmes ont un plus grand risque d’accident vasculaire cérébral. Chez les patients souffrant de maladie coronarienne, un rétrécissement de l’artère carotide est souvent détecté.

Formulaires cliniques

Les lésions athérosclérotiques des artères carotides diffèrent le plus souvent par la localisation du processus principal:

  • Athérosclérose des artères carotides communes – contribue rarement à un accident vasculaire cérébral ischémique, même avec un blocage complet de l’artère carotide commune, le flux sanguin à travers la carotide interne peut être préservé. Cependant, il peut y avoir des troubles cérébraux – mauvaise mémoire, faiblesse générale, maux de tête.
  • Athérosclérose de la bifurcation de l’artère carotide commune – les plaques d’athérosclérose rétrécissent l’entrée de l’artère carotide interne et peuvent la bloquer complètement. C’est la forme de dommage la plus courante. Avec une telle localisation, les attaques ischémiques transitoires et les accidents vasculaires cérébraux ischémiques se développent le plus souvent.
  • Athérosclérose des parties intracérébrales de l’artère carotide – les plaques sont situées dans les artères carotides et leurs branches principales. Développe souvent un AVC ischémique associé à une thrombose des artères rétrécies.

Selon l’échographie, on distingue deux principaux types de plaques d’athérosclérose :

  • Plaque stable – le rétrécissement de l’artère a des contours lisses, sans bords minés, avec une légère accélération du flux sanguin sur la plaque.
  • Plaque instable – plus souvent une plaque calcifiée aux contours déchirés, des éléments mobiles peuvent être notés, une turbulence importante du flux sanguin lors de l’échographie Doppler.

Selon le degré de rétrécissement de l’artère carotide, on distingue :

  • Sténose non significative sur le plan hémodynamique (rétrécissement de l’artère de moins de 70 %, sans accélération locale du flux sanguin)
  • Sténose hémodynamiquement significative (rétrécissement de l’artère de plus de 70 %, avec augmentation du flux sanguin)
  • Occlusion – blocage complet de l’artère carotide

Plaintes et symptômes

L’athérosclérose des artères carotides peut être asymptomatique ou provoquer des plaintes associées à une altération du flux sanguin cérébral. Le plus souvent, les patients peuvent se plaindre d’un dysfonctionnement cérébral temporaire (accident ischémique transitoire) ou d’une perte persistante de la fonction cérébrale (accident vasculaire cérébral ischémique).

Accident ischémique transitoire (AIT)

L’AIT survient lorsque le flux sanguin cérébral est interrompu pendant une courte période. C’est la phase initiale de l’accident vasculaire cérébral aigu, qui est réversible. Il a les mêmes symptômes qu’un accident vasculaire cérébral, mais ces symptômes disparaissent après quelques minutes ou quelques heures.

Un AIT est une urgence médicale car il est impossible de prédire s’il évoluera en AVC. Un traitement immédiat peut sauver une vie et augmenter les chances d’un rétablissement complet.

La recherche moderne a montré que les patients qui ont eu un AIT sont 10 fois plus susceptibles de subir un AVC majeur qu’une personne qui n’a pas eu d’AIT.

L’AVC ischémique présente les symptômes suivants :

  • Perte soudaine de la vision, vision floue, difficulté à avoir un ou les deux yeux.
  • Faiblesse, picotements ou engourdissements d’un côté du visage, d’un côté du corps ou d’un bras ou d’une jambe.
  • Difficulté soudaine à marcher, perte d’équilibre, manque de coordination.
  • Vertiges soudains.
  • Difficulté à parler (aphasie).
  • Maux de tête intenses et soudains.
  • Problèmes de mémoire soudains
  • Difficulté à avaler (dysphagie)

L’AVC ischémique et l’accident ischémique transitoire commencent de la même manière, de sorte que tout AVC ischémique peut être qualifié d’accident ischémique si les symptômes régressent complètement dans les 24 heures suivant le début de la maladie. La présence d’un intervalle de temps entre l’apparition des symptômes d’un accident vasculaire cérébral et la mort des régions du cerveau vous permet d’effectuer une opération urgente pour rétablir le flux sanguin cérébral.

L’évolution de la maladie

Après leur apparition, les plaques d’athérosclérose ne peuvent plus se résorber, mais ne progressent que progressivement. Le taux de croissance d’une plaque d’athérosclérose dépend de nombreux facteurs de risque, du taux de cholestérol. Il est recommandé que toutes les personnes de plus de 50 ans subissent une échographie annuelle des artères carotides afin d’exclure le développement de plaques d’athérosclérose et le risque d’accident vasculaire cérébral ischémique.

Avec le développement de complications de l’athérosclérose des artères carotides, l’encéphalopathie dyscirculatoire progresse rapidement. Les AIT fréquents, et plus encore les AVC ischémiques, contribuent à la mort d’une partie du tissu cérébral et à une altération des fonctions cérébrales. Les patients atteints d’athérosclérose des artères carotides développent souvent une démence vasculaire (démence).

Après la restauration de la perméabilité de l’artère carotide, les phénomènes d’insuffisance cérébrovasculaire sont arrêtés, la probabilité de violations répétées de la circulation cérébrale est considérablement réduite.

Prévoir

L’athérosclérose carotidienne présente un risque important d’AVC ischémique. Avec un rétrécissement asymptomatique de l’artère carotide interne de plus de 70%, le risque d’AVC ischémique dépasse 5% par an. Si le patient a eu des épisodes d’accidents vasculaires cérébraux, alors ce risque est déjà de 25% par an.

Le risque d’AVC ischémique dans les plaques d’athérosclérose asymptomatique avec un rétrécissement inférieur à 70 % ne dépasse pas celui des patients sans athérosclérose.

Après une restauration adéquate de la circulation sanguine dans les artères carotides, le risque d’accident vasculaire cérébral ischémique est réduit de plus de 3 fois.

Avantages du traitement en clinique

Diagnostique

Le diagnostic des lésions athéroscléreuses des artères carotides est très important pour la prévention de l’AVC ischémique. La détection rapide des sténoses significatives sur le plan hémodynamique peut réduire de 3 fois le risque d’AVC ischémique.

Lors d’un examen par un chirurgien vasculaire, l’écoute (auscultation) est obligatoire des deux côtés du cou. Si en même temps un bruit rugueux se fait entendre, cela indique une lésion importante des artères carotides internes et nécessite des méthodes de diagnostic supplémentaires.

Sans faute, tous les patients suspects d’athérosclérose des artères carotides doivent subir un examen neurologique pour exclure des lésions cérébrales antérieures.

Les objectifs du diagnostic du rétrécissement des artères carotides:

  • Réglage du degré de rétrécissement
  • Évaluation des artères intracérébrales
  • Évaluation de l’état du cerveau
  • Évaluation de la fonction cérébrale
  • Évaluation du degré de risque d’intervention sur l’artère carotide
  • Évaluation du pronostic après réparation carotidienne

Examen échographique de l’artère carotide

Cet examen non invasif et indolore utilise des ondes ultrasonores pour visualiser les artères carotides. Il vous permet d’identifier les plaques d’athérosclérose et les caillots sanguins et de déterminer le degré de leur rétrécissement. L’échographie Doppler montre la vitesse du flux sanguin dans les vaisseaux sanguins.

Angiographie par résonance magnétique (ARM)

Cette technique d’imagerie utilise un aimant puissant pour recueillir des informations précises sur le fonctionnement du cerveau et des artères. L’ordinateur utilise ensuite ces informations pour créer une image haute résolution. L’ARM peut souvent détecter même de petites plaques dans les vaisseaux cérébraux et les foyers post-AVC.

Tomodensitométrie en mode angio (CTA)

La tomodensitométrie utilisant un agent de contraste vous permet d’obtenir une image claire de la lumière des artères carotides et cérébrales en trois dimensions. L’angiographie informatisée montre clairement des plaques d’athérosclérose, une thrombose artérielle et des zones de lésions cérébrales. La dose de rayonnement X est bien inférieure à celle des rayons X conventionnels.

Angiographie cérébrale (angiographie carotidienne)

Cette procédure est considérée comme le “gold standard” pour la visualisation des artères carotides. Cette procédure est réalisée par une ponction dans l’artère, avec un cathéter spécial amené aux vaisseaux d’intérêt et l’introduction d’un agent de contraste, clairement visible aux rayons X. L’angiographie vous permet de déterminer avec précision les indications d’intervention sur les artères carotides et de choisir la méthode de traitement nécessaire.

En savoir plus sur les méthodes de diagnostic :

Traitement

Le centre vasculaire innovant applique des approches modernes au traitement de l’athérosclérose carotidienne. Nous avons introduit de nouvelles technologies de traitement dans la pratique clinique de routine, rendant la prévention des AVC aussi sûre que possible. Nous privilégions actuellement les traitements mini-invasifs tels que le stenting carotidien et nous nous éloignons de la chirurgie ouverte.

Le traitement de l’athérosclérose carotidienne dans notre clinique est une procédure sûre. Ces dernières années, nous n’avons pas eu une seule complication lors de la mise en place d’un stent et d’une endartériectomie carotidienne. Parmi les technologies importantes introduites dans notre clinique, on peut citer le stenting des artères intracérébrales en cas de sténose tandem (athérosclérose de l’embouchure de l’artère carotide interne et de sa partie cérébrale). Pour le traitement des segments intracérébraux, nous utilisons des stents à élution médicamenteuse.

L’objectif principal du traitement de l’athérosclérose carotidienne non compliquée est d’empêcher la progression de la plaque d’athérosclérose et le rétrécissement de l’artère. Pour cela, on utilise des médicaments qui abaissent le taux de cholestérol. De plus, des médicaments qui empêchent la formation de caillots sanguins sont prescrits. La posologie est choisie par le chirurgien vasculaire, en tenant compte des données de l’examen de laboratoire.

Pour prévenir le développement d’un AVC ischémique, un patient présentant une sténose carotidienne doit suivre des règles simples :

  • Arrêter de fumer
  • Contrôler la tension artérielle.
  • Contrôler le diabète.
  • Deux fois par an, effectuez une échographie des artères carotides.
  • Tous les 3 mois pour contrôler le taux de cholestérol dans le sang.
  • Adhérer à un régime anti-cholestérol.
  • Maintenez un poids santé.
  • Promenades quotidiennes d’au moins 30 minutes.
  • Limitez la consommation d’alcool.

Quels médicaments peuvent réduire le risque d’AVC ?

Votre médecin peut recommander des médicaments antiplaquettaires tels que l’aspirine et le clopidogrel (Plavix) pour réduire le risque d’accident vasculaire cérébral causé par des caillots sanguins. Votre médecin peut également vous prescrire des médicaments pour réduire votre taux de cholestérol et votre tension artérielle. Pour la fibrillation auriculaire, le médicament warfarine peut être recommandé pour réduire le risque de caillots sanguins.

Interventions chirurgicales pour la sténose des artères carotides

En cas de rétrécissement important de l’artère carotide, une intervention est nécessaire pour rétablir le flux sanguin vers le cerveau. Cela évitera un futur accident vasculaire cérébral. La principale méthode de traitement de la sténose importante des artères carotides est chirurgicale. Elle peut être réalisée soit ouvertement sous la forme d’une élimination de la plaque – endartériectomie carotidienne, soit par une ponction endovasculaire – angioplastie et stenting de l’artère carotide.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.