rêver

Allongement hypertrophique du col de l’utérus croisé sur la vie sexuelle

Un utérus sain a une taille proportionnelle et un cou court, qui est «l’entrée» de l’organe. L’utérus lui-même est constitué de muscles lisses qui peuvent s’étirer pendant la grossesse et se contracter par la suite.

Accueil d’un gynécologue avec la catégorie la plus élevée 1000 roubles.
Rendez-vous consultatif avec un médecin sur la base des résultats des tests, selon les résultats de l’échographie 500 roubles.
Colposcopie étendue 1500 roubles.
Test aminé pour la vaginose bactérienne 300 roubles.
Avortement médicamenteux (tout compris) 4500
Appel téléphonique : 8-800-707-15-60 (appel gratuit)
*La clinique est autorisée à enlever les néoplasmes

Le cou est représenté par du tissu conjonctif et des fibres de collagène. Une telle structure provoque un étirement irréversible (allongement hypertrophique) de cette partie de l’utérus sous certaines conditions.

La pathologie est primaire, survenant indépendamment et secondaire – une conséquence d’une tumeur ou d’un prolapsus de l’utérus. La maladie doit être traitée, car avec l’allongement hypertrophique du cou, les relations sexuelles, la grossesse deviennent impossibles et le risque d’infection et de cancer augmente.

Contents

Pourquoi le col s’allonge-t-il ?

Allongement primaire

L’allongement hypertrophique primaire du cou est une conséquence courante de l’inflammation des tissus cervicaux, qui est causée par des maladies infectieuses (cervicite chronique, colpite, etc.), l’érosion, les blessures postopératoires et post-partum.

En raison de l’inflammation, les passages glandulaires se bouchent, leur contenu interne se transforme et des kystes (cloques de rétention) apparaissent. Peu à peu, les kystes se développent, détruisant les tissus environnants. En conséquence, il existe des formations appelées testicules, leur taille peut légèrement dépasser la taille d’un pois.

L’allongement du col de l’utérus provoque une gêne et rend difficile les relations sexuelles. Parfois, il est tellement allongé qu’il dépasse de la fente génitale. Les tissus trop tendus sont facilement vulnérables, ce qui entraîne des saignements. Avec un allongement inégal, le cou est plié.

Allongement secondaire

L’hypertrophie secondaire survient lorsque la position de l’utérus est violée (omission, déplacement), les grands myomes et fibromyomes situés près du cou, l’endométrite chronique et l’endométriose (maladies associées à la croissance des tissus utérins).

Dans ce cas, le col de l’utérus augmente après l’utérus (compensatoire), mais lorsque la maladie sous-jacente est guérie, il revient à la normale. Si le traitement est retardé, des kystes se forment dans l’épaisseur du canal cervical et la pathologie va s’isoler.

Que ressent une femme lorsque le col de l’utérus est allongé?

Les symptômes dépendent du stade de la maladie.

  • Le premier – l’allongement est insignifiant, il n’y a pas de sensations douloureuses et désagréables. L’hypertrophie n’est visible que lors de l’examen gynécologique.
  • La seconde – le cou est allongé, mais ne regarde pas par la fente génitale. Il y a une sensation de corps étranger dans le vagin, aggravée par la marche et l’activité sexuelle. Symptômes caractéristiques – sanglant “barbouillette”, écoulement abondant, tirant une douleur sourde dans le bas-ventre. Lorsque le processus passe au corps de l’utérus, des douleurs dans le sacrum et le bas du dos se joignent à ces symptômes. Des saignements abondants commencent, entraînant une anémie. Les signes d’anémie sont la pâleur, la faiblesse et les étourdissements.
  • Troisièmement – l’utérus s’étend au-delà de la fente génitale, le pharynx externe se situe au niveau des lèvres.

Lorsqu’elles consultent un médecin, les patientes pensent qu’elles ont eu un prolapsus utérin ou un prolapsus, mais à l’examen, il s’avère que le bas de l’organe est en place, mais que la longueur du cou dépasse 3-4 cm.

Pour clarifier le diagnostic, une échographie de l’utérus et une colposcopie (examen avec un appareil colposcope) sont prescrites avec prélèvement de frottis pour la flore et les cellules cancéreuses. Les études vous permettent de clarifier le diagnostic, de déterminer la taille et l’emplacement de l’utérus, d’exclure une grossesse cervicale extra-utérine.

Comment traite-t-on l’hypertrophie cervicale?

Au stade initial, un traitement sans chirurgie est possible. Selon la cause de la pathologie, des préparations hormonales, des antibiotiques sélectionnés individuellement pour soulager l’inflammation et des immunostimulants sont prescrits.

Le processus de la deuxième étape nécessite une intervention chirurgicale. Les tissus altérés sont cautérisés par des méthodes peu traumatisantes – laser, courant électrique ou azote liquide. Les kystes de Naboth sont percés et vidés (scarifiés), éliminant le contenu muqueux visqueux. L’opération est réalisée sous anesthésie locale ou intraveineuse légère.

Les tissus trop étirés doivent être enlevés en faisant de la chirurgie plastique. Une telle opération est également indiquée pour la déformation de l’organe.

Dans les cas avancés, il est nécessaire d’enlever le cou ou une partie de celui-ci. Lorsque le processus passe au corps de l’utérus, l’organe entier est amputé.

Après l’opération, jusqu’à ce que les tissus guérissent, vous ne pouvez pas soulever de poids, faire du sport, surchauffer, nager, avoir une vie sexuelle. Le non-respect des règles entraîne une contamination microbienne et des saignements potentiellement mortels.

La prévention consiste en des examens réguliers par un gynécologue, un traitement rapide des maladies infectieuses du système génito-urinaire.

Vous pouvez vous inscrire en appelant le numéro de téléphone gratuit 8-800-707-15-60 ou en remplissant le formulaire de contact. Dans ce cas, nous vous contacterons nous-mêmes.

Échographie du col de l’utérus

L’échographie est le “gold standard” pour diagnostiquer de nombreuses maladies. Cette procédure est tout simplement indispensable pour déterminer les modifications pathologiques du col de l’utérus. L’échographie du col de l’utérus est l’un des examens les plus fréquemment prescrits dans le domaine de l’obstétrique-gynécologie.

Indications pour la nomination d’une échographie du col de l’utérus

En règle générale, l’échographie de cet organe du système reproducteur féminin est réalisée en combinaison avec un examen de l’utérus et des appendices. L’échographie du col de l’utérus vous permet d’évaluer la taille, la structure, l’apport sanguin aux tissus de l’organe et d’identifier de nombreuses pathologies à un stade précoce de développement.

Il est nécessaire de se préparer à l’avance à la procédure, mais en même temps, elle n’a pas de limite d’âge, n’a pas de contre-indications, ne dépend pas du cycle menstruel et peut être effectuée même pendant la grossesse.

L’échographie du col de l’utérus est prescrite pour les indications suivantes:

  • écoulement vaginal abondant (leucorrhée, avec caillots sanguins), écoulement sanguin en dehors des menstruations, « torchis », écoulement rose, sang ou écoulement rose pendant et après un rapport sexuel ;
  • cycle menstruel irrégulier, saignements menstruels abondants (changement de produits d’hygiène plus d’une fois par heure), absence de règles ;
  • douleur dans le bas-ventre, particulièrement aiguë, douleur pendant les rapports sexuels; ;
  • gonflement des jambes;
  • problèmes de miction;
  • confirmation d’un diagnostic gynécologique;
  • suspicion d’oncologie (en parallèle, vous devez passer des tests pour les marqueurs tumoraux);
  • examen de routine pendant la grossesse.

Quelles pathologies du col de l’utérus sont révélées par l’examen échographique

Certaines maladies peuvent être asymptomatiques, c’est pourquoi une femme soucieuse de sa santé doit consulter régulièrement un gynécologue – au moins une fois par an. L’examen du col de l’utérus par échographie permet d’identifier de nombreuses pathologies, notamment :

  • Kyste cervical – une maladie oncologique qui survient dans le contexte d’un processus inflammatoire ou d’un déséquilibre hormonal; – formations bénignes se développant dans la lumière du col de l’utérus et susceptibles d’évoluer en oncologie ; – un défaut de l’épithélium (couche de couverture supérieure) ou une violation de son intégrité. L’érosion augmente le risque de cancer du col de l’utérus, mais n’est pas considérée comme une affection précancéreuse. La pathologie en tant que telle n’est pas visualisée à l’échographie, seuls des signes indirects peuvent indiquer sa présence. L’érosion cervicale est mieux détectée par la colposcopie. – une pathologie bénigne hormono-dépendante dans laquelle les cellules de la muqueuse utérine se retrouvent dans d’autres parties du corps, là où elles ne devraient normalement pas se trouver. – une formation bénigne formée à partir de la couche externe et des fibres conjonctives du tissu musculaire lisse de l’utérus. La maladie est rare, mais elle peut devenir un obstacle à la grossesse, à l’accouchement naturel et à une vie tranquille en raison de symptômes désagréables. – une maladie oncologique extrêmement dangereuse. Dans les premiers stades de développement, l’échographie sera inefficace. Le médecin ne pourra voir que des changements pathologiques dans l’organe, indiquant l’oncologie, mais il ne pourra confirmer le diagnostic qu’après une série d’autres examens. Aux stades ultérieurs du développement de la maladie, l’échographie peut également montrer des informations plus détaillées sur la tumeur (taille, structure, stade de la maladie, etc.). indiquant l’oncologie, mais ne peut confirmer le diagnostic qu’après une série d’autres examens. Aux stades ultérieurs du développement de la maladie, l’échographie peut également montrer des informations plus détaillées sur la tumeur (taille, structure, stade de la maladie, etc.). indiquant l’oncologie, mais ne peut confirmer le diagnostic qu’après une série d’autres examens. Aux stades ultérieurs du développement de la maladie, l’échographie peut également montrer des informations plus détaillées sur la tumeur (taille, structure, stade de la maladie, etc.).
  • Grossesse cervicale – lorsqu’un œuf fœtal se développe dans le canal cervical de l’utérus et non dans l’utérus lui-même.
  • Le carcinome et l’adénocarcinome sont des tumeurs malignes qui se forment à partir du tissu glandulaire épithélial.

L’échographie n’est pas en mesure de détecter la dysplasie cervicale, cette maladie est détectée et confirmée lors d’un examen cytologique. Cicatrices sur le col de l’utérus apparues après un accouchement difficile, un avortement ou une intervention chirurgicale, l’échographie le montre bien.

Types de recherche

Selon l’état du patient et le but de l’étude, la procédure peut être réalisée de plusieurs manières:

  • Transabdominal – à travers la paroi avant de l’abdomen. La méthode est utilisée lors de l’examen des femmes enceintes, des vierges et des femmes présentant des malformations de la structure vaginale. – à l’aide d’une sonde intracavitaire insérée dans le vagin. La méthode est utilisée pour toutes les femmes sexuellement actives, et au début de la grossesse et avant l’accouchement pour évaluer la maturité du col de l’utérus.
  • Transrectal – à l’aide d’une sonde intracavitaire (plus fine que pour TVU) insérée dans le rectum. Cette méthode de recherche est généralement utilisée pour les filles qui n’ont pas eu de contacts sexuels.
  • À travers la peau du périnée – utilisé pour les filles qui n’ont pas eu de contact sexuel, les femmes ayant des malformations vaginales et les enfants.

Comment se préparer à un examen cervical

La fiabilité et la qualité des résultats dépendent directement de la qualité de la préparation de l’étude. Par conséquent, il est nécessaire de clarifier d’abord avec le médecin quelle méthode d’échographie il utilisera afin que les mesures préparatoires soient effectuées correctement.

Échographie transabdominale

Le patient doit suivre un régime spécial sans laitier la veille de l’intervention, dont le but principal est de réduire la formation de gaz dans les intestins. Par conséquent, les légumineuses, les boissons gazeuses, la levure et les produits laitiers, les fruits et légumes frais et les sucreries doivent être exclus de la consommation.

L’étude est réalisée avec une vessie pleine, donc 1 heure avant, une femme doit boire 1 litre de liquide (non laitier et non gazéifié) et ne pas uriner.

Échographie transvaginale

Cette méthode de recherche ne nécessite pas de préparation préalable. La seule chose à faire est de vider la vessie juste avant l’intervention. Aussi, comme recommandation supplémentaire, prendre des médicaments qui réduisent les flatulences (smecta, espumisan, charbon actif, etc.) la veille de l’échographie.

Échographie transrectale

Une femme 7 à 9 heures avant la procédure, il est nécessaire de nettoyer le rectum des matières fécales à l’aide d’un lavement nettoyant avec de l’eau (1 à 1,5 litre), de microclysters, de suppositoires rectaux à la glycérine ou de laxatifs. Tout cela peut être acheté dans une pharmacie, en expliquant le but de l’utilisation.

À travers la peau du périnée

Il n’est pas nécessaire de se préparer à la procédure.

Quant aux femmes enceintes, elles n’ont pas besoin de se préparer, car le liquide amniotique joue en elles le rôle de liquide.

Comment se déroule l’étude

La méthode de recherche est sélectionnée individuellement pour chaque patiente, en tenant compte de son anamnèse.

Échographie transabdominale. La femme se déshabille à partir de la taille et s’allonge sur le canapé. Le médecin applique un gel spécial sur la zone examinée de l’abdomen pour une meilleure perméabilité des ondes ultrasonores et, en déplaçant le capteur, examine le col de l’utérus. La procédure est absolument confortable et indolore pour le patient.

Échographie transvaginale. Une femme doit enlever tous les vêtements sous la taille, y compris les sous-vêtements. Elle est allongée sur le dos, en pliant les genoux. Le médecin met un préservatif sur le capteur vaginal (transducteur), y applique un lubrifiant et l’insère dans le vagin de la patiente. Par conséquent, ne vous inquiétez pas que la microflore étrangère puisse pénétrer dans le vagin. Lors de l’examen, le spécialiste peut exercer une pression sur les parois du vagin. La procédure est indolore, mais peut causer une gêne lors de l’insertion de la sonde.

Échographie transrectale. La femme expose également complètement la partie inférieure du corps, s’allonge sur le côté, en pliant les genoux. Le médecin place un préservatif sur le transducteur, y applique un lubrifiant pour améliorer la glisse et réduire l’inconfort, puis l’insère doucement dans le rectum de la patiente et analyse l’état du col de l’utérus à travers la paroi intestinale. La procédure est la moins confortable de toutes, mais aussi indolore.

À travers la peau du périnée. L’étude est complètement identique à la méthode transabdominale. Seule la surface de contact diffère – le gel est appliqué sur la peau du périnée et les mouvements du capteur y sont effectués.

Interprétation des données d’échographie cervicale

Lors d’une scintigraphie cervicale, les paramètres cervicaux suivants sont évalués :

  • la forme;
  • longueur;
  • structure;
  • échogénicité;
  • perméabilité du canal cervical;
  • le rapport de la longueur de l’utérus et de son col.

Normes des indicateurs

Il n’y a pas d’indicateurs normatifs constants, car le col de l’utérus est différent pour toutes les femmes. Le résultat “idéal” est lorsque le médecin indique “sans pathologies” dans la conclusion. Il y a l’image suivante des paramètres d’une femme “en bonne santé”:

Position du col de l’utérus

À un angle large avec le corps de l’utérus

Cylindrique, en coupe transversale – ovale

Lisse, clair, sans distorsion

Épaisseur des parois avant et arrière

29x26x29 mm – 37x30x34 mm

La structure de la couverture épithéliale du col de l’utérus et du canal cervical

Homogène, sans inclusions pathologiques, sans déformations

Échogénicité du canal cervical

Lumière interne du col de l’utérus

Contours du canal cervical

La perméabilité du canal cervical

Symptômes des tissus positifs et négatifs

Il est extrêmement important d’examiner le col de l’utérus pendant la grossesse, car son raccourcissement peut provoquer une fausse couche. Le taux d’indicateurs sur cette période est le suivant :

Insuffisance isthmo-cervicale

MÉDECIN EN CHEF DU CENTRE DE MÉDECINE FŒTUS À MOSCOU, SPÉCIALISTE EN DIAGNOSTIC PRÉNATAL (MÉDECINE FŒTALE), MÉDECIN EN DIAGNOSTIC PAR ULTRASONS, CANDIDAT EN SCIENCES MÉDICALES.

Contenu

La fausse couche est un problème grave en obstétrique moderne. Environ 10 à 20 % des grossesses se terminent par des fausses couches spontanées ou des naissances prématurées. Il existe de nombreuses raisons possibles pour une fausse couche. Il s’agit des troubles hormonaux, des maladies maternelles, des troubles génétiques et de l’exposition à des facteurs environnementaux. L’un des problèmes graves conduisant à une fausse couche est la soi-disant insuffisance isthmo-cervicale .

L’utérus a la forme d’une poire. Dans sa structure, le corps et le cou se distinguent. Pendant la grossesse, le fœtus est situé à l’intérieur du corps de l’utérus et, en raison de la présence de cellules musculaires, le corps de l’utérus augmente considérablement pendant la grossesse. Le col a la forme d’un cylindre. Du côté du corps de l’utérus, il est limité par le pharynx interne, dans la zone duquel, en plus des cellules musculaires, il existe une grande quantité de tissu conjonctif et un anneau se forme qui aide à maintenir le fœtus dans l’utérus (sphincter). La zone où le corps de l’utérus passe dans le col de l’utérus s’appelle l’isthme. Dans le vagin, le col de l’utérus s’ouvre par un orifice externe. Pendant l’accouchement, le col de l’utérus se lisse, les cellules musculaires se détendent et le col de l’utérus s’ouvre, ce qui forme le canal de naissance.

En cas de violation de l’intégrité ou de la fonction du sphincter et de l’orifice interne du col de l’utérus, une fonction de fermeture insuffisante de l’isthme, la soi-disant insuffisance isthmique-cervicale se développe.

En cas d’insuffisance isthmique-cervicale pendant la grossesse, il se produit un lissage et une ouverture spontanés du col de l’utérus, qui ne sont pas associés à l’activité contractile de l’utérus. Dans le même temps, l’œuf fœtal perd le soutien nécessaire dans le segment utérin inférieur. Avec l’augmentation de la pression à l’intérieur de l’utérus, les membranes commencent à faire saillie dans le canal cervical dilaté, ce qui entraîne une naissance prématurée. Habituellement, l’accouchement commence par une rupture prématurée du liquide amniotique. En effet, les membranes fœtales faisant saillie dans le canal cervical peuvent être infectées par des bactéries faisant partie de la microflore vaginale. En conséquence, les membranes perdent leur élasticité, elles se rompent spontanément, le liquide amniotique est expulsé et le bébé est infecté in utero par des bactéries présentes dans le vagin de la femme enceinte.

Causes de l’insuffisance isthmo-cervicale

Blessures antérieures

Tout d’abord, ce sont des blessures antérieures. Ils conduisent aux ICI dits traumatiques ou organiques. Le plus souvent, il s’agit d’accouchements traumatiques, au cours desquels le col de l’utérus se rompt, d’avortements antérieurs ou de curetage diagnostique de la cavité utérine, au cours desquels une dilatation instrumentale du col de l’utérus est réalisée. Dans ce cas, une violation de l’intégrité de l’anneau isthmique du cou et la formation de tissu cicatriciel grossier sur le site de la blessure sont possibles.

Troubles hormonaux

L’insuffisance isthmique-cervicale fonctionnelle se forme à la suite de troubles hormonaux dans le corps d’une femme enceinte. Cela peut être un sous-développement prononcé des organes génitaux internes, une carence en hormones sexuelles, une diminution du fonctionnement normal des ovaires, parfois ICI se forme avec une augmentation du taux d’hormones sexuelles mâles dans le sang. Toutes ces raisons conduisent à une violation du rapport entre le muscle et le tissu conjonctif dans l’isthme et le col de l’utérus, la réaction des cellules musculaires du col de l’utérus aux modifications de l’influx nerveux.

Insuffisance isthmo-cervicale congénitale

Dans de rares cas, avec des malformations utérines, une insuffisance isthmo-cervicale congénitale peut survenir.

Symptômes et diagnostic d’IC

Il n’y a pas de symptômes spécifiques d’insuffisance isthmo-cervicale. Une femme enceinte peut être dérangée par des lourdeurs dans le bas-ventre ou dans la région lombaire, l’envie d’uriner peut devenir plus fréquente en raison de la pression du fœtus sur la vessie. Cependant, le plus souvent, la future mère ne s’inquiète de rien.

Le diagnostic d’insuffisance isthmique-cervicale est posé principalement pendant la grossesse, car ce n’est que pendant la grossesse qu’il existe des conditions objectives pour évaluer la fonction du col de l’utérus et de son département isthmique. En dehors de la grossesse, les médecins passent un certain nombre de tests spéciaux pour détecter les CCI. Un examen radiographique de l’utérus est effectué le 18-20e jour du cycle, une évaluation est faite du degré d’expansion du canal cervical dans la deuxième phase du cycle menstruel à l’aide d’outils spéciaux.

Pendant la grossesse, l’échographie transvaginale est utilisée pour surveiller l’état du col de l’utérus . Cela mesure la longueur du col de l’utérus. La longueur du col inférieure à 3 cm à un âge gestationnel inférieur à 20 semaines nécessite l’inclusion d’une femme dans un groupe à haut risque d’IC ​​et une surveillance attentive d’une telle patiente.

Chez les femmes porteuses de jumeaux ou de triplés jusqu’à 28 semaines de gestation, une longueur cervicale de plus de 37 mm chez les primigestes et de plus de 45 mm chez les patientes récurrentes est considérée comme normale. Chez les femmes multipares, la longueur du col de l’utérus au cours de la période de 17 à 20 semaines de grossesse doit être supérieure à 29 mm.

Un signe absolu de la présence d’une insuffisance isthmo-cervicale est le raccourcissement du col de l’utérus à 2 cm ou moins . La mesure de la longueur du col de l’utérus est influencée par divers facteurs – par exemple, le tonus de l’utérus et la hauteur du placenta. De plus, il est important de savoir de quelle manière l’échographiste évalue la longueur du col de l’utérus. Les résultats les plus corrects sont obtenus avec un accès transvaginal (c’est-à-dire un examen avec un capteur inséré dans le vagin de la patiente). Cette méthode d’examen du col de l’utérus est absolument sans danger pour la suite de la grossesse et ne peut entraîner une menace d’interruption ou d’autres complications.

Lors de l’examen du col de l’utérus à travers la paroi abdominale, c’est-à-dire par voie transabdominale, les mesures de la longueur du col de l’utérus sont supérieures d’environ un demi-centimètre à celles de l’examen transvaginal. De plus, le degré de remplissage de la vessie affecte le changement de sa longueur. En plus de la longueur du col de l’utérus, lors d’une échographie, l’état du pharynx interne est évalué, s’il y a une ouverture du pharynx et un renflement de la vessie fœtale dans le canal cervical.

Cependant, il n’est pas correct de poser un diagnostic d’insuffisance isthmique-cervicale uniquement en fonction des résultats d’un examen échographique. Des informations plus précises sont fournies par un examen du col de l’utérus par un gynécologue. L’examen est réalisé dans un fauteuil gynécologique. Dans ce cas, le médecin évalue la longueur de la partie vaginale du col de l’utérus, sa densité, le degré d’ouverture du canal cervical.

Façons de traiter les ICI

Afin de prévenir les naissances prématurées en cas d’insuffisance isthmique-cervicale de 20 à 34 semaines de grossesse, des préparations de progestérone (DUFASTON, UTROZHESTAN) sont prescrites – une hormone produite dans le placenta et favorisant la grossesse.

Il existe deux façons de traiter l’insuffisance isthmo-cervicale. Ce sont des méthodes non chirurgicales et chirurgicales.

Méthodes non chirurgicales

Les méthodes non chirurgicales comprennent l’introduction dans le vagin de pessaires obstétricaux spéciaux – des anneaux qui sont placés sur le col de l’utérus et empêchent sa divulgation ultérieure, soutenant la partie présentée du fœtus. Les méthodes non chirurgicales présentent un certain nombre d’avantages – elles ne nécessitent pas d’hospitalisation, d’anesthésie et sont faciles à utiliser. Les pessaires sont généralement utilisés après 28 semaines de grossesse. Avant la mise en place de l’anneau, un frottis doit être effectué sur la flore pour identifier et traiter un éventuel processus inflammatoire. Après l’introduction d’un pessaire obstétrique, il est nécessaire de traiter le vagin et l’anneau avec des solutions antiseptiques toutes les 2-3 semaines pour prévenir le développement d’une infection. Cependant, cette méthode n’est pas toujours applicable.

Méthodes chirurgicales

En cas d’insuffisance isthmique-cervicale sévère, l’utilisation d’anneaux est inefficace. Ils ne sont pas non plus utilisés lorsque la vessie fœtale se gonfle dans le canal cervical. Dans ces cas, le traitement est effectué en suturant le col de l’utérus.

Indications pour la correction chirurgicale de CI:

  • la présence de fausses couches auparavant spontanées et de naissances prématurées au cours des 2-3 trimestres
  • insuffisance cervicale progressive selon l’examen clinique, la longueur du col est inférieure à 25 mm selon l’échographie transvaginale.

Contre-indications au traitement chirurgical :

  • augmentation de l’excitabilité de l’utérus, tonus
  • les maladies qui sont une contre-indication au maintien de la grossesse, par exemple, les maladies graves du foie, du système cardiovasculaire, les maladies infectieuses, génétiques,
  • saignement,
  • malformations fœtales,
  • la présence de flore pathogène dans le vagin, l’inflammation du vagin.

La suture cervicale est généralement effectuée entre 13 et 27 semaines de grossesse. Le moment de l’opération est déterminé individuellement par le médecin traitant. La période la plus favorable pour le traitement chirurgical est de 15 à 19 semaines de grossesse, lorsque l’ouverture du col de l’utérus n’est pas très prononcée et que la vessie fœtale ne gonfle pas dans le canal.

La suture du col de l’utérus est réalisée sous anesthésie générale. Dans certains cas, par exemple, lorsque le pôle inférieur de l’œuf fœtal se gonfle dans le canal cervical, après une intervention chirurgicale, afin de prévenir une éventuelle infection des membranes, une cure d’antibiotiques est prescrite. Avec un déroulement simple de la période postopératoire, la femme enceinte est renvoyée chez elle 5 à 7 jours après l’opération. Cependant, toutes les 2 semaines, le médecin de la clinique prénatale doit examiner le col de l’utérus et faire des prélèvements pour la flore.

La complication la plus fréquente après la correction chirurgicale de l’insuffisance isthmo-cervicale est l’éruption du tissu cervical avec un fil. Cela peut se produire si le col de l’utérus est affecté par un processus inflammatoire ou si des contractions utérines commencent, c’est-à-dire une activité de travail. Pour éviter les contractions utérines après la suture, de nombreux patients se voient prescrire des tocolytiques – des médicaments qui soulagent le tonus utérin.

Les sutures du col de l’utérus sont retirées à 37-38 semaines de grossesse. Cela se fait lors de l’examen du col de l’utérus dans la chaise gynécologique. La procédure de retrait des sutures est généralement totalement indolore.

Pronostic du traitement des ICI

Le diagnostic opportun de l’insuffisance isthmo-cervicale et la correction chirurgicale ou non chirurgicale opportune de cette condition contribuent à la prolongation de la grossesse et le pronostic de la gestation est favorable.

Prévention de l’insuffisance isthmo-cervicale

La prévention de l’IC comprend le maintien d’un mode de vie sain, la prévention de l’avortement et la prévention des maladies inflammatoires du vagin et du col de l’utérus.

Col de l’utérus pendant la grossesse : quels changements peut-il y avoir ?

Après la conception d’un enfant, de multiples changements commencent à se produire dans le corps d’une femme, dont le but est de rendre son portage et sa naissance plus probables. Ils se manifestent à tous les niveaux, de l’anatomie des organes génitaux au métabolisme et aux niveaux hormonaux. L’un des aspects importants est les changements dans le col de l’utérus pendant la grossesse. Une femme qui ne les connaît pas peut souvent prendre les processus normaux qui lui arrivent pour des processus pathologiques et vice versa.

Col de l’utérus : structure et fonctions

Cet organe est le segment inférieur de l’utérus, à travers lequel passe un canal cervical étroit reliant la cavité utérine et le vagin. La longueur du cou est normalement de 3 à 4 cm, sa partie externe fait saillie dans le vagin et forme des voûtes vaginales aux jonctions avec ses parois, qui servent en quelque sorte de réservoir pour le sperme. Le segment vaginal est en forme de dôme et recouvert d’un épithélium pavimenteux stratifié rose. Le canal cervical, au contraire, est tapissé d’un épithélium cylindrique, qui a une teinte plus claire. La couleur du segment vaginal du col de l’utérus est l’un des critères de sa santé.

Dans le système reproducteur féminin, cet organe remplit plusieurs fonctions importantes à la fois :

  • protège la cavité utérine de la pénétration d’agents pathogènes, ainsi que des spermatozoïdes (après la conception) en fermant le canal cervical avec un “bouchon” de mucus glycoprotéique;
  • favorise la pénétration des spermatozoïdes pendant l’ovulation, en filtrant les plus viables d’entre eux avec un contre-courant de mucus produit par les glandes du col de l’utérus ;
  • fournit un écoulement libre de sang et de cellules endométriales desquamées de la cavité utérine pendant la menstruation;
  • empêche la sortie prématurée du fœtus pendant la grossesse et favorise son bon passage dans les voies génitales lors de l’accouchement.

L’état du col de l’utérus est un indicateur de diagnostic important qui vous permet de déterminer la présence d’une grossesse ou de diverses pathologies de l’appareil reproducteur féminin. Pour ce faire, le gynécologue évalue des caractéristiques telles que la couleur, la taille et la consistance de la partie vaginale, le diamètre du canal cervical, la position par rapport aux autres organes génitaux (l’utérus lui-même, le vagin, etc.).

Qu’est-ce que le col de l’utérus pendant la grossesse ?

Pendant toute la période de gestation, de nombreux changements se produisent dans le col de l’utérus. Ceci est influencé par des facteurs tels que :

  • caractéristiques structurelles individuelles des organes génitaux d’une femme en particulier;
  • équilibre hormonal (concentration d’hormones sexuelles féminines – estriol et progestérone);
  • le poids du fœtus (ou des fœtus en cas de grossesses multiples) qui exerce une pression sur le col de l’utérus ;
  • la présence de pathologies utérines, de blessures et d’autres défauts.

Considérez comment les caractéristiques du col de l’utérus changent pendant la grossesse, à condition que la femme soit en parfaite santé :

  • La taille.Immédiatement après la conception et jusqu’à environ la seconde moitié de la grossesse, le col de l’utérus s’allonge. Ainsi, à la 24e semaine, normalement, sa longueur est d’environ 3,5 à 5 cm, mais à mesure que le fœtus grandit, il se raccourcit – à 28 semaines à 3,5 à 4 cm et à 32 semaines à 3 à 3,5 cm Pour aider à suivre ces changements, il est possible d’effectuer une échographie de la longueur du col de l’utérus. Si la femme est en bonne santé, cette procédure n’est pas effectuée. Cependant, si elle a une grossesse compliquée ou a fait des fausses couches dans le passé, on lui prescrit une échographie, car un col trop court peut provoquer un accouchement prématuré. De plus, pendant la gestation, le diamètre du canal cervical change. Normalement, tout au long de la grossesse, il reste complètement fermé et ne s’ouvre qu’immédiatement avant l’accouchement. Grâce à cela, la cavité utérine et le fœtus sont protégés de manière fiable contre les infections. Une ouverture trop précoce du col de l’utérus peut également provoquer une fausse couche. Un tel risque est dû à un organe trop court, à une faiblesse musculaire ou à un poids fœtal trop important (ainsi qu’à des grossesses multiples).
  • Couleur. Avant la grossesse, à condition que la femme n’ait pas de pathologies (par exemple, l’érosion), le col de l’utérus a une teinte rose. Après la conception, le nombre de vaisseaux sanguins augmente, ce qui fait que la couleur vire au bleu. L’évaluation de la couleur est l’un des critères supplémentaires permettant d’établir la présence d’une grossesse lors d’un examen gynécologique (hystéroscopie).
  • Cohérence. Le col de l’utérus avant la grossesse a une texture dense, après la conception, sous l’influence des hormones sexuelles, il devient plus doux. Les glandes du canal cervical commencent à produire une grande quantité de mucus, qui forme un “bouchon” qui scelle solidement l’utérus et le fœtus pendant toute la période de gestation. Peu avant l’accouchement, lorsque le col commence à se dilater, cette formation se sépare et sort naturellement, libérant le passage pour le fœtus.

Les changements physiologiques normaux du col de l’utérus varient en fonction des caractéristiques individuelles du corps de la femme. Par exemple, certains d’entre eux peuvent avoir une sécrétion réduite de mucus des glandes cervicales, tandis que d’autres peuvent avoir un léger changement de longueur pendant la gestation. Si certains changements se produisent à un degré pas trop prononcé, cela ne signifie pas qu’il existe une pathologie ou un risque élevé pour la mère et le fœtus. Cependant, à la discrétion du médecin, il peut prescrire une surveillance plus fréquente du col de l’utérus pour écarter cette possibilité.

Modifications pathologiques du col de l’utérus

De tels changements sont tout ce qui va au-delà de la norme physiologique acceptée. Les plus courants d’entre eux comprennent :

  • Insuffisance isthmo-cervicale (ICN). Cette violation consiste en la contraction prématurée et asymptomatique de la longueur du col de l’utérus et sa révélation. Les causes des ICI sont les grossesses multiples, le poids fœtal élevé, le tonus insuffisant des muscles utérins, les troubles hormonaux, les blessures. Si la pathologie menace gravement le fœtus, le médecin peut prescrire une suture (cerclage) du canal cervical ou l’application d’un bandage spécial (pessaire) autour de celui-ci. Avec une légère gravité de l’ICI, des injections de progestérone sont utilisées, ce qui augmente le tonus des muscles utérins et épaissit l’endomètre.
  • Tumeurs. Souvent, lors des examens de routine d’une femme enceinte, des polypes cervicaux sont découverts. Ce sont généralement des formations bénignes, qui sont des excroissances de l’épithélium sur de fines “pattes”. Avec un petit nombre et une petite taille, ils ne présentent généralement pas de danger. Cependant, la croissance des polypes menace l’apparition de saignements, de douleurs, d’inflammations. Dans de rares cas, ce néoplasme peut dégénérer en cancer malin – cancer du col de l’utérus. Lorsque des polypes sont découverts pendant la grossesse, une tactique d’attente est utilisée. Si les néoplasmes restent petits et que leur nombre est faible, aucun traitement chirurgical n’est effectué. L’élimination des polypes n’est prescrite que dans des cas extrêmes, lorsque leur danger pour la femme elle-même ou le fœtus est évident.
  • Érosion cervicale.Souvent, ce terme fait référence à deux pathologies de nature différente, bien que similaires dans leurs symptômes. L’ectopie (pseudo-érosion) est une croissance de l’épithélium cylindrique du canal cervical sur la partie vaginale du col de l’utérus. La véritable érosion est une violation de l’intégrité de sa muqueuse, résultant d’une inflammation, d’infections, d’un traumatisme (par exemple, lors d’un rapport sexuel). Les deux types de pathologies se manifestent par une rougeur de la partie vaginale du col de l’utérus, pouvant s’accompagner de sensations inconfortables et douloureuses, de légers écoulements sanglants. En règle générale, pendant la grossesse, l’érosion cervicale n’est pas traitée, car elle ne menace pas la vie d’une femme ou d’un fœtus, ne complique pas le processus de gestation et d’accouchement. Le traitement n’est prescrit que s’il existe un risque de développer un cancer du col de l’utérus. Généralement,

Les changements anormaux et pathologiques comprennent également un traumatisme du col de l’utérus, son inflammation, une infection, la formation de kystes dans les glandes du canal cervical, etc. S’ils ne menacent pas directement la mère et son fœtus, ne compliquent pas le déroulement de la grossesse, alors leur le traitement est reporté jusqu’à l’accouchement. Des tactiques d’attente sont utilisées car pendant la période de gestation, le corps de la mère est particulièrement sensible à diverses influences, notamment chirurgicales et médicales.

Détection des maladies du col de l’utérus

Pour déterminer la présence ou l’absence de changements pathologiques, le médecin procède à un examen de dépistage du col de l’utérus, comprenant:

  • examen cytologique – analyse des particules de l’épithélium du col de l’utérus et du canal cervical pour la présence de cellules atypiques, y compris cancéreuses, parmi elles;
  • frottis de microflore – analyse du mucus vaginal ou cervical pour le ratio de micro-organismes bénéfiques, opportunistes et pathogènes, indiquant l’état général du corps, du système reproducteur, la présence ou l’absence de maladies inflammatoires;
  • frottis pour infection – une étude de l’écoulement muqueux du vagin pour la présence de micro-organismes pathogènes sans ambiguïté (virus, bactéries, champignons, protozoaires), indiquant la présence d’un processus infectieux dans le tractus génital.

De plus, dans le cadre d’une étude de dépistage, une hystroscopie peut être prescrite – un examen visuel du col de l’utérus à l’aide d’un instrument fin et flexible équipé d’une caméra ou d’un système optique (hystroscope). Il est inséré directement dans le vagin et le canal cervical, vous permet d’évaluer la couleur et l’épaisseur de leurs muqueuses, d’établir la présence de polypes et autres néoplasmes, la taille de la lumière cervicale, etc.

La combinaison de ces méthodes donne aux médecins la possibilité de déterminer l’état général du corps de la femme et de son système reproducteur, d’identifier rapidement les pathologies et les complications possibles. Cela augmente la probabilité de succès de leur traitement, y compris en épargnant les méthodes conservatrices.

Bougienage du canal cervical

Le bougienage du canal cervical fait partie des interventions gynécologiques mineures. Elle est réalisée dans le but d’élargir la lumière du canal cervical.

Les indications

Une indication de bougénage du canal cervical est son atrésie , ou rétrécissement de la lumière dû à une infection. L’atrésie peut être primaire et secondaire, complète ou partielle. Avec une atrésie partielle, un rétrécissement de la lumière cervicale est noté, et avec une atrésie complète, il envahit sans lumière.

L’atrésie primaire est une conséquence d’anomalies congénitales du développement de l’appareil génital féminin (infection congénitale et absence de canal cervical, utérus bicorne, etc.). L’atrésie congénitale est rare en pratique clinique. Beaucoup plus souvent, les médecins traitent une atrésie secondaire ou acquise .

  • processus inflammatoires locaux se déroulant selon le type d’endocervicite (inflammation de la membrane muqueuse du canal cervical);
  • traumatisme à la naissance;
  • avortements;
  • les conséquences d’un certain nombre de manipulations diagnostiques et thérapeutiques, d’opérations (curetage, conisation du col de l’utérus, coagulation électrique et chimique des foyers pathologiques);
  • néoplasmes bénins et malins du col de l’utérus;
  • brûlures chimiques avec des substances pour la contraception;
  • changements d’âge.

Les symptômes de l’atrésie dépendent largement du facteur causal. Le plus souvent, les patients signalent des symptômes non spécifiques sous forme de douleurs douloureuses dans le bas-ventre, muqueuses, purulentes ou de spotting. Un symptôme alarmant est l’ aménorrhée – l’absence de menstruation. Dans ce cas, l’aménorrhée est fausse – l’endomètre utérin subit des changements cycliques, mais il n’y a pas de saignement menstruel, car le canal cervical est infranchissable.

Pour cette raison, le sang s’accumule dans la cavité utérine, un hématomètre est formé. Au fil du temps, l’inflammation du canal cervical se propage à l’isthme de l’utérus, puis au corps de l’utérus et à ses appendices, capturant les couches musculaires plus profondes. Un autre signe indiquant indirectement l’atrésie est l’infertilité. La raison est la même, obstruction du canal cervical pour les spermatozoïdes.

Méthodologie

Le bougienage du canal cervical est précédé d’études en laboratoire et instrumentales. Le diagnostic est posé selon les données d’un examen gynécologique, d’une échographie transvaginale, d’une colposcopie. L’ensemble standard d’études comprend des analyses cliniques générales de sang et d’urine, un coagulogramme, un frottis de flore et un ECG.

L’opération de bougienage elle-même est réalisée en milieu hospitalier. L’anesthésie est générale, c’est-à-dire l’anesthésie. À cet égard, il est interdit de manger et de boire le jour de l’étude. Bien qu’avec cette intervention, il n’y ait pas besoin d’anesthésie intensive – l’anesthésie est peu profonde et courte. Cependant, la femme ne ressent rien.

La patiente est dans le fauteuil gynécologique. Au moyen d’instruments gynécologiques, la partie vaginale du col de l’utérus avec l’ouverture de l’orifice externe est exposée. Le gynécologue dirige bougie ou dilatateurs Gegar dans ce trou. Il s’agit d’un ensemble d’appareils métalliques d’une quantité de 20 à 25 pièces et d’un diamètre de 4 à 17 mm. La forme des dilatateurs suit la configuration du canal cervical .

Le médecin de manière cohérente et prudente, afin de ne pas causer de blessures, place des dilatateurs, en commençant par le plus petit. Lorsque le dilatateur suivant est retiré, un nouveau, mais d’un diamètre plus grand, est placé à sa place, et ainsi de suite en augmentant jusqu’à ce que la bonne expansion du canal cervical soit atteinte. La durée du bougienage est courte, de l’ordre de quelques minutes. Si le sang menstruel s’est accumulé dans la cavité utérine, il est libéré. Et si la cause de l’obstruction est des polypes, ils sont enlevés. Dans ce cas, l’intervention nécessitera un temps un peu plus long et une anesthésie plus profonde.

Après le boudinage, des complications sont possibles sous forme de perforation utérine et de saignement. Par conséquent, pour surveiller l’état de la patiente, elle est observée pendant la journée à l’hôpital. Parmi les autres complications à long terme figurent les processus inflammatoires locaux et, par conséquent, la rechute du rétrécissement . Pour éviter cela, la femme au cours des 2 prochaines semaines. observé par un médecin en ambulatoire et prend des anti-inflammatoires et des antibiotiques. Avec la bonne technique d’intervention et un traitement conservateur complet, une grossesse peut déjà survenir pendant le cycle menstruel en cours.

Contre-indications

Le bougienage n’est pas pratiqué si une atrésie du canal cervical s’est développée à la suite de néoplasmes malins. Dans ces cas, des opérations plus radicales et plus étendues sont nécessaires. De plus, elle n’est pas réalisée si la durée de la fausse aménorrhée est supérieure à 6 mois. Ensuite, ils ont recours à la recanalisation plastique avec restauration du canal cervical.

Caractéristiques et avantages de la manipulation visant à élargir le canal cervical

Cette procédure médicale est basée sur l’utilisation d’un outil spécial – la bougie, après quoi la méthode elle-même a été nommée. En utilisant cette méthode, il est possible d’éliminer le rétrécissement, l’obstruction partielle ou l’infection complète de l’endocol (le canal reliant le vagin et la cavité utérine). Dans certains cas, le boudinage est la seule issue lorsque des processus pathologiques graves associés au blocage de l’activité fonctionnelle du système reproducteur féminin sont détectés.

La manipulation est largement utilisée par les gynécologues en exercice lors de l’examen de femmes en état de ménopause – lorsque des séromètres (accumulation de liquide séreux dans la cavité utérine) sont détectés, cette procédure peu invasive est utilisée. Malgré le fait que certains patients ont très peur de la chirurgie, celle-ci ne provoque pratiquement pas de douleur – ce phénomène est dû à l’anesthésie obligatoire. Pour obtenir l’effet souhaité, vous devez faire appel à un spécialiste expérimenté du centre clinique, équipé d’un équipement innovant.

L’atrésie du canal cervical peut être déclenchée par diverses raisons dont les principales sont :

  • la survenue d’endocervicite;
  • exécution de mauvaise qualité du curetage thérapeutique ou diagnostique;
  • cautérisation des muqueuses du canal cervical à l’aide de courant électrique;
  • La conisation est une intervention chirurgicale au cours de laquelle un fragment en forme de cône du col de l’utérus est retiré.

L’obstruction formée du canal cervical conduit dans la plupart des cas à une fausse aménorrhée – l’absence de saignement mensuel due à une violation de l’écoulement des sécrétions. À la suite de ce phénomène, le contenu de l’utérus est projeté dans les trompes de Fallope ou la cavité abdominale. La santé du patient se détériore fortement, des sensations douloureuses apparaissent et un processus inflammatoire se développe. Si des mesures thérapeutiques ne sont pas prises à ce stade, cette pathologie conduit à une péritonite.

Préparation à la procédure d’expansion du canal cervical

Pour éviter le développement de complications indésirables, le patient doit subir un examen complet comprenant:

  1. Des études cliniques sur le sang et l’urine, qui vous permettent d’évaluer l’état du système hématopoïétique et la capacité d’excrétion des reins.
  2. Analyse bactérioscopique des pertes vaginales et cervicales – pour déterminer la composition de la microflore du tractus urogénital.
  3. Coagulogramme – pour évaluer l’état du système de coagulation.
  4. Fluorographie – pour détecter les maladies des organes de la cavité thoracique.
  5. Examen échographique des organes pelviens.
  6. Consultation avec un anesthésiste – pour la sélection des médicaments optimaux pour l’anesthésie.
  7. Test sanguin biochimique – pour mesurer le niveau de protéines totales, d’urée, de créatinine, de bilirubine et de transaminases hépatiques.
  8. Tests sérologiques – pour identifier les agents pathogènes transmis par contact intime (syphilis, hépatites virales B et C, SIDA).

Cette manipulation peut être une étape préparatoire avant l’hystéroscopie (examen endoscopique de la cavité interne de l’utérus, qui permet d’établir la cause des maladies gynécologiques), l’introduction d’un contraceptif intra-utérin et le curetage de la cavité utérine.

Comment éviter le blocage du canal cervical ?

Pour prévenir l’infection du chemin menant de la cavité utérine, il faut:

  1. Traiter en temps opportun les processus inflammatoires se produisant dans les organes génitaux.
  2. Assurer une conduite compétente du travail et un nettoyage qualifié.
  3. Refuser d’utiliser des contraceptifs chimiques.
  4. Exclure l’irrigation vaginale avec des solutions agressives.
  5. Respectez un mode de vie sain.
  6. Évitez l’infection par des bactéries qui ont un effet négatif sur l’état de l’endocol.

Toutes ces conditions sont très importantes – le boudinage n’est pas une panacée pour rétrécir le canal cervical, il est plus facile de prévenir l’apparition de cette pathologie. En outre, il existe un certain nombre d’interdictions de manipulation – un stade aigu du processus inflammatoire, des maladies du système de coagulation sanguine, des états décomprimés des systèmes cardiaque et vasculaire, qui s’accompagnent d’hypertension artérielle, de céphalées, de douleurs à la poitrine et l’espace rétrosternal. Dans d’autres cas cliniques, le boudinage est considéré comme le seul moyen de sortir d’une situation difficile avec la sphère sexuelle et de restaurer la fonction reproductrice.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.