rêver

Symptômes légers de paralysie cérébrale chez les enfants

Le responsable des admissions vous contactera
dès que possible pendant les heures de travail du lundi au dimanche de 9h00 à 21h00, heure de Moscou.

Contents

rappelle-moi

Votre manager personnel : Valeria
Responsable et réactive !

😊

Attendre

Un spécialiste vous contactera immédiatement pendant les heures ouvrables, tous les jours de 10h00 à 19h00, heure de Moscou

rappelle-moi

La paralysie cérébrale, communément appelée paralysie cérébrale, n’est pas une maladie distincte, c’est un ensemble complexe d’anomalies et de pathologies diverses.

Séances d’orthophonie gratuites

Cours TIC gratuit pour les enfants

La paralysie cérébrale, communément appelée paralysie cérébrale, n’est pas une maladie distincte, c’est un ensemble complexe d’anomalies et de pathologies diverses. Les scientifiques ont prouvé que la maladie n’est le plus souvent pas transmise génétiquement, cependant, une certaine hérédité est toujours présente. Certains parents potentiels, ayant étudié les statistiques de morbidité chez les enfants, ont peur de planifier une progéniture. Après tout, qui sait ce qui cause une telle pathologie chez les enfants. Nous essaierons de couvrir les causes de la paralysie cérébrale chez les enfants aussi accessibles que possible et de donner aux lecteurs des informations sur ce qu’il faut faire si l’enfant est toujours diagnostiqué avec une telle maladie.

Le plus souvent, la paralysie cérébrale survient en raison d’une perturbation du cerveau, due à la destruction de ses cellules en raison de l’impact sur le corps de certains facteurs négatifs. De plus, diverses blessures, notamment prénatales et postnatales, peuvent provoquer le développement de la maladie. La plupart des enfants atteints de paralysie cérébrale naissent avec un poids insuffisant.

La maladie peut survenir avant l’accouchement, après l’accouchement et directement pendant l’accouchement. La paralysie cérébrale est chronique et ne progresse pas. De nombreux parents peuvent remarquer une détérioration significative de l’état de l’enfant, mais en fait, la maladie ne se développe pas.

Le fait est que le cerveau d’un enfant qui grandit se développe et grandit constamment, et certaines pathologies auparavant cachées commencent à apparaître plus prononcées. Cela ne signifie pas que l’enfant s’aggrave, mais simplement que la maladie, passant par toutes les étapes de son développement, acquiert de nouveaux symptômes. Une telle fausse progression peut provoquer diverses pathologies secondaires, telles que les accidents vasculaires cérébraux, l’anesthésie, l’épilepsie.

Important! La paralysie cérébrale n’est pas contagieuse et n’est pas héréditaire. Une rééducation de haute qualité aide l’enfant à s’habituer à la société, améliore considérablement l’état du corps et la qualité de vie.

Khazin : pourquoi beaucoup de gaz inutilisé va apparaître en Europe
La Caisse de pension a appelé les prestations pour les personnes en âge de préretraite
Nommé le moyen le plus fiable de se protéger contre les escrocs d’appartement
Belousov a prédit le niveau d’inflation en Russie d’ici la fin de l’année

Raisons du développement de la paralysie cérébrale

La paralysie cérébrale se développe chez un enfant dans l’utérus, pendant l’accouchement ou dans les premières semaines de la vie d’un enfant. Le plus souvent, cela s’explique par divers dommages, un développement anormal du fœtus ou la mort de cellules cérébrales. Considérez les principales raisons qui provoquent le développement d’un état pathologique chez les enfants.

  1. Le principal moteur du développement de la paralysie cérébrale est l’hypoxie, c’est cette maladie qui affecte négativement les parties du cerveau responsables du mouvement, de la coordination et de l’équilibre. À la suite du développement d’un tel processus, l’enfant ne peut pas bouger normalement, son tonus musculaire diminue ou est perdu et une paralysie se forme.
  2. Souvent, la paralysie cérébrale survient en raison de l’état pathologique de la grossesse , par exemple, un décollement prématuré du placenta ou une toxicose tardive.
  3. Le développement de la paralysie cérébrale peut être influencé par diverses infections (herpès, syphilis, rubéole).
  4. Les maladies somatiques de la mère , telles que le diabète, l’hypertension, les maladies cardiaques, nuisent beaucoup au fœtus.
  5. Si pendant la grossesse une femme a été gravement blessée , cela peut également affecter la santé du bébé.

Les premiers signes caractéristiques de pathologie chez les enfants

Parfois, vous pouvez remarquer les premiers signes de paralysie cérébrale immédiatement après la naissance du bébé, et parfois des mois s’écoulent avant que les parents ne commencent à sonner l’alarme. Le principal symptôme de la paralysie cérébrale est une altération de la fonction motrice. Plus tôt les parents reconnaissent la maladie et commencent la rééducation, plus l’enfant sera actif à l’avenir.

Les enfants atteints de paralysie cérébrale, bien plus tard que les bébés en bonne santé, commencent à se tenir la tête, à parler, à ramper et à marcher par eux-mêmes. Dans ce cas, les muscles peuvent être soit dans un état très détendu, soit, au contraire, dans une tension excessive. Souvent, les membres des bébés peuvent être dans la mauvaise position, l’enfant est dérangé par des convulsions, ils apparaissent déjà dans la petite enfance ou à un âge plus avancé.

Paralysie cérébrale – symptômes de la maladie

Les symptômes de la paralysie cérébrale sont généralement difficiles à manquer et ils ne se manifestent pas seulement dans la fonction motrice. Souvent, la parole et la fonction visuelle de l’enfant sont perturbées. Les enfants ne peuvent normalement pas naviguer dans l’espace, ils commencent à percevoir différemment le monde qui les entoure, des troubles mentaux et de la démence peuvent se former. Parfois, il y a des problèmes avec le système urinaire et l’estomac.

Il est plus difficile de remarquer la paralysie cérébrale dans les premiers mois de la vie d’un bébé. Assurez-vous de montrer l’enfant au médecin si les symptômes suivants sont présents :

  • un nouveau-né ne cligne pas des yeux à un bruit fort;
  • à 4 mois, le bébé ne bouge pas la tête lorsqu’il entend la voix de la mère ou d’autres sons;
  • 6 à 7 mois après la naissance, l’enfant ne peut pas s’asseoir seul;
  • quand le bébé a un an, il fait toutes les actions d’une seule main, ne parle pas, ne marche pas;
  • des convulsions, un strabisme sont apparus;
  • les mouvements de l’enfant sont soit très lents, soit au contraire excessivement vifs.

Formes de paralysie cérébrale et diagnostic

Selon le degré de lésion cérébrale, les symptômes et les formes de la maladie peuvent différer. Parfois, la paralysie cérébrale se manifeste faiblement, mais parfois la pathologie peut causer de graves dommages au corps.

Il existe les formes suivantes de la maladie:

  1. Hémiparétique – un seul hémisphère du cerveau est affecté et un seul côté du corps ne fonctionne pas bien. La paralysie la plus courante du côté droit du corps avec cette forme de pathologie. Parmi tous les cas de paralysie cérébrale, cette forme survient plus souvent que les autres. La maladie affecte les régions corticales du cerveau.
  2. Hyperkinétique – la maladie se manifeste sous la forme de mouvements brusques et incontrôlés. Il se produit dans environ 25% de tous les cas de la maladie. Elle diffère significativement de toutes les autres formes par la présence d’hyperkinésie (contractions musculaires involontaires, et, par conséquent, mouvements). Une caractéristique de la forme hyperkinétique est une forte violation du tonus musculaire avec une légère violation du développement mental du bébé.
  3. Atonique-astatique – dans cette situation, le cervelet souffre, à cause de quoi l’enfant perd le sens de l’orientation et de l’équilibre. La différence de cette forme n’est pas une augmentation du tonus musculaire, mais au contraire sa diminution. Les mouvements de l’enfant sont préservés, mais mal coordonnés, ce qui ne lui permet pas de marcher ou de se tenir debout tout seul. La parole de l’enfant est altérée à un degré ou à un autre, il est parfois presque impossible de distinguer les mots. Dans la moitié de tous les cas de la forme atonique-astatique de la paralysie cérébrale, on note une débilité ou une imbécillité.
  4. Diplégie spastique – c’est précisément celui souvent du cerveau qui est responsable du mouvement qui est affecté, c’est pourquoi une paralysie partielle ou complète des membres se forme, principalement les membres inférieurs, et les supérieurs restent mobiles. Le tonus musculaire est augmenté. En raison de dommages aux nerfs dans le cerveau, l’enfant a un strabisme. Les plis nasogéniens sont lissés et la langue, en règle générale, est déviée d’un côté et, par conséquent, la parole est altérée. Le psychisme de l’enfant en souffre, mais pas autant que dans d’autres formes de la maladie.
  5. Double hémiplégie – l’enfant ne peut pas marcher et s’asseoir, tenir sa tête de manière indépendante, se tenir debout. Cette forme de paralysie cérébrale est considérée comme la plus grave. Du côté du développement mental de l’enfant, il existe des déviations telles que la débilité, l’imbécillité, l’idiotie.

Méthodes de diagnostic de la maladie

Il n’y a pas de mesures et de procédures spéciales pour détecter la paralysie cérébrale. Le spécialiste établit un diagnostic basé sur les principaux symptômes et signes de la paralysie cérébrale. Si l’enfant ne peut pas bouger complètement, a du retard dans son développement, s’il a une violation du tonus musculaire, il est envoyé chez un neurologue pour une observation et des recherches plus détaillées.

À l’aide de méthodes électrophysiologiques, il est possible d’identifier si l’enfant est réellement atteint de paralysie cérébrale ou si des processus pathologiques sont associés à des affections névralgiques héréditaires. L’IRM vous permet de déterminer à quel point le cerveau est endommagé et quelles zones sont touchées.

Caractéristiques des enfants atteints de paralysie cérébrale

La principale difficulté qui survient chez les enfants atteints de paralysie cérébrale est l’exécution de mouvements complexes, à cause desquels une personne ne peut pas bouger correctement, se servir dans la vie quotidienne et socialiser dans la société.

L’enfant commence à prendre du retard dans son développement. Il ne peut pas étudier longtemps, l’étude lui est donnée avec beaucoup de difficulté, il est très difficile de se concentrer sur une chose. En raison de la lenteur, les sciences exactes sont difficiles pour un enfant, parfois les enfants peuvent à peine ajouter même des nombres simples dans leur esprit.

Même si un enfant a un bon intellect, en raison de troubles du cerveau, il ne peut pas absorber rapidement les informations, contrairement à ses pairs. Les enfants atteints de paralysie cérébrale ont souvent des troubles de la parole. Cela est dû au faible tonus des muscles responsables de la reproduction des sons.

Parfois, les enfants malades peuvent être trop timides, ils ne font pas preuve d’initiative dans l’apprentissage et le jeu, ils ont du mal à trouver un langage commun avec les autres enfants, ils ne veulent pas entrer en contact avec eux, ils ne veulent pas développer et surmonter leurs maladies.

Traitement de la paralysie cérébrale et principes de rééducation

Aussi triste que cela puisse paraître, il est presque impossible de guérir complètement la paralysie cérébrale chez un enfant. Au cours des mesures thérapeutiques, il est important de restaurer autant que possible la fonction motrice. L’enfant doit apprendre à se servir, vivre en société, communiquer avec les autres, apprendre et vivre une vie bien remplie.

Le traitement doit viser à éliminer les causes qui ont conduit à son développement. De plus, il est nécessaire de traiter le traitement des maladies concomitantes qui entraînent une complication de l’état de l’enfant. Il est nécessaire de participer constamment à des exercices de physiothérapie avec l’enfant, d’assister à diverses procédures et de développer ses capacités intellectuelles.

Une technique universelle qui aiderait tout le monde à se débarrasser de la paralysie cérébrale. De bons résultats peuvent être obtenus si vous agissez de manière globale :

  • prendre des médicaments pour normaliser le tonus musculaire, éliminer les crampes et les spasmes;
  • physiothérapie;
  • massage;
  • correction orthopédique;
  • l’utilisation de combinaisons spéciales, de simulateurs et de déambulateurs.

La rééducation des enfants atteints de paralysie cérébrale devrait consister en des exercices thérapeutiques, des massages, des travaux légers, des procédures manuelles et un durcissement. L’enfant doit bien manger, obtenir suffisamment de vitamines et de minéraux. Le système immunitaire de l’enfant doit être fort.

Vous pouvez jouer à des jeux actifs avec votre enfant, le stimulant ainsi à la mobilité. Un bon effet est donné par la natation, l’entraînement à l’équilibre et l’orientation dans l’espace. Le bébé doit être constamment observé par des spécialistes, suivez le programme que le médecin développera individuellement.

Travailler avec des enfants atteints de paralysie cérébrale

Les caractéristiques du traitement de la paralysie cérébrale sont le travail quotidien avec l’enfant. Vous pouvez travailler avec votre bébé à la maison, visiter des établissements médicaux et des centres spéciaux. Dans le processus de rééducation, il est nécessaire de faire tout son possible pour que les muscles de l’enfant ne se tendent pas, mais deviennent plus forts.

L’enfant doit apprendre à être robuste, à faire face à une charge importante. La chose la plus importante est que le bébé veuille se guérir. Les enfants avec de tels diagnostics ne devraient pas être socialement isolés. Au contraire, le bébé doit communiquer avec ses amis, essayer de bouger et de se développer dans toutes les directions.

Dans le traitement d’un enfant, il est nécessaire d’impliquer autant de médecins que possible, tels qu’un orthopédiste, un chirurgien, un neurologue, un psychologue. Assurez-vous de travailler avec un orthophoniste et un coach en physiothérapie. Si possible, vous devriez visiter des centres spéciaux pour le traitement de la paralysie cérébrale aussi souvent que possible.

Massage et thérapie par l’exercice

Les exercices de physiothérapie doivent consister en un ensemble de procédures visant à :

  • renforcement musculaire;
  • élimination des spasmes et des tensions;
  • augmentation de l’amplitude des mouvements;
  • développement de l’endurance;
  • formation d’une marche correcte;
  • renforcement de tout l’organisme.

Quant au massage, il est préférable d’avoir un massothérapeute professionnel. Après la séance, tous les muscles de l’enfant se détendent, la douleur, la tension et la fatigue diminuent, il est beaucoup plus facile pour l’enfant de bouger.

Petit à petit, les parents apprennent tout eux-mêmes. Au fil du temps, vous pouvez commencer à faire des massages et des exercices légers à la maison. Il n’est pas nécessaire d’avoir certaines compétences en massage pour simplement masser la peau, soulager la fatigue et les tensions.

La chose la plus importante dans le traitement de la paralysie cérébrale est le mouvement. N’oubliez pas une bonne nutrition, une alimentation équilibrée, des promenades au grand air, la prise de vitamines. Le corps de l’enfant doit être fort et sain pour combattre la maladie au quotidien.

Infirmité motrice cérébrale : méthodes modernes de rééducation

Malheureusement, la paralysie cérébrale appartient à la catégorie des maladies incurables. Cependant, cela ne signifie pas qu’un enfant avec un tel diagnostic ne peut pas être aidé. Pourquoi la paralysie cérébrale se produit-elle? Comment est-ce? Et que peut apporter la médecine domestique dans le cadre de l’assurance médicale obligatoire pour la rééducation des enfants infirmes moteurs cérébraux ?

Causes de la paralysie cérébrale

La paralysie cérébrale (ICP) est une lésion du système nerveux central chez un enfant, entraînant une limitation de son activité fonctionnelle. Selon les statistiques de l’OMS, aujourd’hui dans le monde pour 1 000 naissances, de 2 à 5 cas de paralysie cérébrale sont enregistrés.

Cette maladie a été décrite pour la première fois par le chirurgien orthopédique anglais William John Little en 1861. Il pensait qu’il existait une relation entre le développement de la paralysie cérébrale et une violation du déroulement de la grossesse chez la mère ou une privation d’oxygène du fœtus lors de l’accouchement. Des recherches plus poussées lui ont donné raison. Actuellement, la science connaît environ 400 facteurs indésirables qui provoquent la paralysie cérébrale.

Symptômes de la maladie

Les symptômes les plus caractéristiques de la paralysie cérébrale sont la limitation (ou l’absence de mouvement), les troubles du mouvement (répétition des mêmes actions avec les mains, les pieds ou la tête), l’incapacité à maintenir le corps en position verticale et à se déplacer de manière autonome, ainsi que les troubles psychotiques retardés. – développement de la parole, troubles du comportement (signes d’agressivité et d’automutilation), diminution de l’intelligence et épilepsie. Ces symptômes peuvent varier en fonction du degré de lésions cérébrales.

Formes de paralysie cérébrale

Dans notre pays, la classification proposée par la neurologue Ksenia Semenova est utilisée, selon laquelle 6 formes de paralysie cérébrale sont distinguées:

  • 1. diplégie spastique;
  • 2. double hémiplégie ;
  • 3. hémiplégie spastique;
  • 4. atonique-astatique ;
  • 5. atactique ;
  • 6. hyperkinétique.

En outre, le système international d’évaluation de la fonction motrice (GMFCS) est utilisé pour diagnostiquer la maladie :

  • Premier niveau : l’enfant marche seul sans restriction.
  • Niveau deux : promenades avec restrictions.
  • Niveau trois : Marche à l’aide d’aides à la mobilité portatives.
  • Niveau quatre : l’enfant ne marche pas seul, mais est assis appuyé contre un support.
  • Niveau cinq : l’enfant est allongé et ne peut pas changer de position tout seul.

Méthodes de rééducation*

Le type de méthodes de rééducation qui sera utilisé pour traiter le patient dépend de la forme de paralysie cérébrale et du niveau d’endommagement des fonctions motrices. Les méthodes suivantes utilisées dans les hôpitaux spécialisés de Moscou ont prouvé leur efficacité à l’heure actuelle :

Massage

Utilisé pour normaliser le tonus musculaire. Elle a ses propres spécificités : elle touche les trigger points, tout le corps ou des zones réflexo-segmentaires. Par conséquent, le massage doit être effectué par des spécialistes qualifiés ayant une expérience dans la rééducation des patients atteints de paralysie cérébrale.

Thérapie Vojta

Il porte le nom du fondateur – professeur de médecine V. Vojt de la République tchèque, qui a proposé au milieu du siècle dernier de fixer les mouvements des patients atteints de paralysie cérébrale au niveau des réflexes. La thérapie Vojta est plus efficace dans la petite enfance, lorsque les réflexes ne sont pas encore complètement formés.

Pour effectuer un certain nombre d’exercices, des simulateurs spéciaux sont utilisés – des verticalisateurs. Ils vous permettent d’habituer progressivement le corps à être dans la bonne position verticale dans l’espace. Pour élaborer des poses individuelles et doser la charge sur le système musculo-squelettique, des combinaisons spéciales sont utilisées, créées sur le principe d’un exosquelette.

Gymnastique aquatique

Il est effectué dans la piscine, dont la température de l’eau doit être de 36 à 38 ° C. Pour améliorer la mobilité articulaire et détendre les muscles, les patients effectuent des exercices avec des éléments de plongée et de plongée sous la supervision d’un instructeur.

Traction sous-marine

Il est effectué dans un bain de conception spéciale: un mécanisme y est installé qui fixe les jambes du patient et effectue progressivement une traction de la ceinture scapulaire. La traction sous-marine dans la paralysie cérébrale est efficace pour les troubles posturaux et les douleurs intenses.

Thérapie à la paraffine

Une sorte de thermothérapie, pour laquelle on utilise un produit de raffinerie de pétrole (paraffine) chauffé à 50°C. Il peut s’agir de bains pour les jambes, les mains, ainsi que d’applications pour les zones gâchettes. La thérapie à la paraffine pour la paralysie cérébrale améliore la circulation sanguine, soulage les spasmes musculaires et améliore la fonction de conduction des nerfs périphériques.

Thérapie botulique

Les injections de toxine botulique vivante sont utilisées pour réduire la spasticité des extrémités. En eux-mêmes, ils n’affectent pas le développement de nouveaux mouvements par le patient, mais après eux, d’autres méthodes de rééducation sont plus rapides et plus efficaces.

Dans certains cas, des méthodes chirurgicales de correction sont également utilisées. Ainsi, avec une grande quantité de lésions cérébrales, afin de restaurer complètement les fonctions de respiration et de déglutition, des opérations sont effectuées pour installer une trachéo ou une gastrostomie, ce qui améliore considérablement la qualité de vie du patient à l’avenir et facilite la proches pour s’occuper de lui.

Quelle est la différence entre les méthodes étrangères de rééducation de la paralysie cérébrale?

Actuellement, les mêmes méthodes sont utilisées partout dans le monde, dont l’efficacité clinique est prouvée depuis de nombreuses années. À cet égard, le complexe de réadaptation que notre Centre offre aujourd’hui n’est pas différent de ce qui est utilisé à l’étranger. Un autre problème est le nombre de centres de réadaptation spécialisés. À l’heure actuelle, ils sont encore moins nombreux en Russie qu’en Europe, aux États-Unis, en Israël ou en Chine.

Au fait, nous avons récemment eu un cours de rééducation pour un enfant atteint de paralysie cérébrale grave, résidant en permanence en Israël. En même temps, les parents ont insisté pour qu’il soit hospitalisé chez nous, car ils n’étaient pas satisfaits du résultat du traitement à domicile. Mais pour les citoyens étrangers, contrairement aux Russes, cela ne se fait que sur une base payante !

Le concept est le même en Russie et à l’étranger, il s’appelle la thérapie SMART. L’abréviation est composée des premières lettres des mots anglais : “specific, mesurable, achievable, reality, limited in time”. Par conséquent, lors de l’assistance d’un enfant atteint de paralysie cérébrale, nous pratiquons une approche multidisciplinaire qui implique la participation de divers spécialistes au processus – neurologues, neurochirurgiens, ophtalmologistes, médecins ORL, gastro-entérologues, orthopédistes, psychologues, ergothérapeutes. Cela permet d’atteindre dans les plus brefs délais des objectifs spécifiques dans chaque cas individuel. Par exemple, pour qu’un enfant qui ne marche pas commence à bouger tout seul.

Résultats de la rééducation des enfants atteints de paralysie cérébrale

Bien sûr, les parents qui sont confrontés au problème de la paralysie cérébrale sont principalement concernés par une question : “Quelles sont les prévisions d’avenir pour mon enfant ?” Il n’y a pas de réponse unique. Dans chaque cas individuel, tout est individuel et dépend de nombreux facteurs : la forme de la paralysie cérébrale, le niveau, le volume des lésions cérébrales, l’âge du patient, le nombre de complications associées, le volume de la rééducation précédente.

Seul un spécialiste à une échelle spéciale peut évaluer le résultat des complexes de rééducation, car souvent leur effet est retardé – c’est-à-dire qu’il n’apparaît pas immédiatement, mais au fur et à mesure que l’enfant “accumule” de nouvelles compétences.

La clé d’une dynamique positive dans cette situation réside dans les hospitalisations régulières et la mise en œuvre systématique de toutes les recommandations du médecin lorsque l’enfant n’est pas hospitalisé.

Comment se rendre en rééducation au Centre Scientifique et Pratique de Soins Médicaux Spécialisés pour Enfants nommé d’après V.F. Voino-Yasenetsky ?

Nous acceptons absolument tous les enfants en rééducation, quels que soient leur lieu de résidence en Russie, leur âge, leur forme et leur niveau de paralysie cérébrale. La seule condition est la fourniture d’un ensemble complet de documents, qui comprend, entre autres:

  • – un certificat de naissance d’un enfant, pour les enfants à partir de 14 ans – un passeport + une photocopie (si un passeport, alors la première page et un enregistrement valide sont nécessaires);
  • – police d’assurance maladie obligatoire pour un enfant + une photocopie recto-verso ;
  • – une saisine d’une polyclinique, d’un CDC ou d’un autre établissement de santé pour hospitalisation programmée (formulaire n° 057/y-04) signée par le médecin-chef (adjoint), certifiée par le sceau rond (principal) de l’établissement qui a émis la saisine. Parrainage valide uniquement dans les 20 jours calendaires !
  • – un extrait du dossier médical d’un ambulatoire (formulaire n° 027/y) de la clinique indiquant tous les diagnostics et la conclusion du pédiatre qu’il n’y a pas de contre-indications au traitement chirurgical ;
  • – un certificat médical de vaccinations (formulaire n° 063/y) indiquant les résultats des diagnostics tuberculiniques de la clinique ;
  • – une attestation de non contact avec des patients infectieux pendant 21 jours (valable 3 jours) de la clinique.

Une liste plus complète des tests nécessaires et des documents pour les accompagnants est disponible sur le site internet de notre Centre dans la rubrique « Informations aux Patients. Règlement d’hospitalisation 2021.

En cas de problème pour fournir une référence au lieu de résidence, nous pouvons envoyer au patient une invitation-appel individuelle, qui peut être convenue en nous contactant par courrier ou par téléphone.

* Veuillez noter que la décision de choisir l’une ou l’autre méthode de rééducation est prise par les médecins, en fonction des indications individuelles et des contre-indications d’un patient particulier.

Le traitement de la paralysie cérébrale est disponible non seulement pour les Moscovites, mais également pour les résidents de toutes les régions de Russie. Vous pouvez obtenir gratuitement des soins médicaux dans l’un des hôpitaux de la ville de Moscou dans le cadre de la police CHI. Pour toutes les questions d’hospitalisation planifiée pour les non-résidents, veuillez appeler la hotline : +7 (495) 587-70-88 ou laisser une demande via le formulaire sur le site.

Le matériel a été préparé conjointement avec l’experte: Natalya Pavlovna Prokopyeva,
chef du département psycho-neurologique n ° 2 du
Centre scientifique et pratique de soins médicaux spécialisés pour enfants nommé d’après V.F. Voyno-Yasenetsky.

Source: projet d’information
“Moscou – la capitale de la santé”

Symptômes légers de paralysie cérébrale chez les enfants

Le responsable des admissions vous contactera
dès que possible pendant les heures de travail du lundi au dimanche de 9h00 à 21h00, heure de Moscou.

rappelle-moi

Votre manager personnel : Valeria
Responsable et réactive !😊

Attendre

Un spécialiste vous contactera immédiatement pendant les heures ouvrables, tous les jours de 10h00 à 19h00, heure de Moscou

rappelle-moi

Les enfants atteints de troubles du système musculo-squelettique comprennent généralement les enfants atteints de paralysie cérébrale (ICP).

Séances d’orthophonie gratuites

Cours TIC gratuit pour les enfants

Les enfants atteints de troubles du système musculo-squelettique comprennent généralement les enfants atteints de paralysie cérébrale (ICP).

La paralysie cérébrale est un groupe de troubles moteurs qui surviennent à la suite de lésions des zones motrices et des voies motrices du cerveau. Avec la paralysie cérébrale, il y a un manque ou un manque de contrôle du système nerveux sur les fonctions musculaires.
La cause de la paralysie cérébrale est considérée comme une lésion cérébrale précoce, généralement intra-utérine. Cela peut survenir à la suite de diverses maladies infectieuses de la mère pendant la grossesse, ainsi que d’une intoxication, de maladies chroniques de la mère, d’un «conflit rhésus», etc.
Parfois, des causes telles que des violations de l’activité de travail, une asphyxie du fœtus à la suite d’un enchevêtrement du cordon ombilical entraîner une paralysie cérébrale autour du cou du fœtus.

Rarement, les maladies infectieuses compliquées d’encéphalite, les lésions cérébrales subies par un enfant après la naissance, au cours de la 1ère année de vie, conduisent au développement d’une paralysie cérébrale. La paralysie cérébrale, en règle générale, n’est pas héréditaire.

Il existe plusieurs formes d’infirmité motrice cérébrale : diplégie spastique, double hémiplégie (tétraparésie), syndrome atonique-astatique (parésie), forme hyperkinétique.

La diplégie spastique est considérée comme la forme la plus bénigne de paralysie cérébrale. Cette forme est aussi appelée syndrome de Litl. La diplégie spastique se caractérise par la présence de réflexes pathologiques toniques. Habituellement, les membres inférieurs sont touchés, les mains sont touchées dans une moindre mesure. Avec la paralysie spastique, les muscles articulatoires sont affectés, les muscles fonctionnent de manière chaotique, tout mouvement s’accompagne de mouvements de remplacement inutiles. Lors de la marche, le support n’est pas sur la plante du pied, mais sur les orteils, donc beaucoup d’énergie est dépensée pour marcher. Car les membres supérieurs sont moins touchés, l’enfant s’en sert comme support lors de la marche. L’acquisition de compétences d’auto-assistance est tout à fait accessible à ces enfants, cependant, en raison de la spasticité des muscles des membres supérieurs, il peut leur être difficile d’apporter de la nourriture à leur bouche et d’effectuer des mouvements coordonnés avec leurs membres supérieurs. Dans les situations où de bonnes habiletés motrices sont nécessaires, les enfants atteints de paralysie cérébrale spastique éprouvent des difficultés importantes.

Double hémiplégie (tétraparésie) – se caractérise par le fait qu’avec cette forme de paralysie cérébrale, les membres inférieurs et supérieurs sont touchés. Le développement des fonctions motrices est très difficile. Dans la plupart des cas, tous ces symptômes entraînent un handicap, mais parfois, avec une éducation physique précoce et systématique, une influence corrective et pédagogique correcte et un traitement conservateur, une certaine amélioration peut être obtenue dans l’état des enfants atteints de double hémiplégie.

Syndrome atonique-astatique – avec cette forme de paralysie cérébrale, le tonus musculaire est réduit, la capacité des muscles à se contracter est insuffisante. Les troubles moteurs sont principalement déterminés par une coordination insuffisante des mouvements, l’enfant n’a pas de réactions d’équilibre. Toutes ces violations conduisent à un déséquilibre lors du mouvement. L’enfant souffre d’ataxie, ou d’instabilité, qui peut être statique ou dynamique. Avec l’ataxie statique, l’enfant ne peut pas se tenir debout, et avec l’ataxie dynamique, la marche est instable, l’enfant écarte largement les jambes, les bras sont écartés et aident l’enfant à maintenir son équilibre en les équilibrant. Si l’enfant essaie de prendre un objet, ses mouvements sont imprécis, mal coordonnés. Le discours d’un tel enfant est lent et étiré, la langue occupe toute la cavité buccale.

Forme hyperkinétique de paralysie cérébrale – caractérisée par une altération du tonus musculaire et des spasmes musculaires. Les mouvements volontaires de l’enfant sont difficiles en raison de mouvements violents et involontaires, appelés hyperkinésie. L’enfant peut projeter les membres vers l’avant ou sur le côté en marchant, il peut subir une torsion du corps. Les troubles du tonus musculaire chez les enfants atteints d’une forme hyperkinétique de paralysie cérébrale sont instables; ils peuvent évoluer vers des spasmes toniques dans certains groupes musculaires, ce qui rend généralement difficile l’exécution de mouvements volontaires. La présence de tels mouvements violents dans les membres supérieurs conduit au fait que le développement de l’activité de manipulation et des compétences de libre-service est perturbé chez l’enfant. Ces troubles moteurs se caractérisent par le fait qu’ils n’ont pas de dynamique favorable.
La plupart des enfants ont des formes mixtes de paralysie cérébrale, c’est-à-dire combinaison de divers troubles du mouvement.

La principale caractéristique de la paralysie cérébrale est l’existence de troubles moteurs dès la naissance et leur relation étroite avec les troubles sensoriels. Tous les troubles du mouvement constituent des troubles moteurs, qui entraînent toujours des troubles concomitants. Sans travail médical et pédagogique spécial, ils affectent négativement toute la formation des fonctions neuropsychiques de l’enfant.

Infirmité motrice cérébrale : causes, symptômes, rééducation

Selon les statistiques médicales, sur 1000 nouveau-nés, 2 souffrent d’une forme de paralysie cérébrale. Cette pathologie se forme dans la plupart des cas au début de la période périnatale. La raison principale est les complications à la naissance. Dans certaines situations, la paralysie cérébrale est une conséquence de troubles intra-utérins.

Qu’est-ce que la paralysie cérébrale, causes

Il s’agit d’une lésion congénitale ou traumatique du système nerveux central, provoquant un ensemble de troubles moteurs. Il se traduit par une parésie, des modifications du tonus musculaire, de la démarche, de la fonctionnalité des membres, de la démarche, de la coordination générale et de la motricité. Souvent, la paralysie cérébrale s’accompagne d’une diminution de la vision, de l’ouïe, d’une déficience intellectuelle ou de l’épilepsie. Mais selon le degré de lésions cérébrales existantes, les enfants atteints de troubles cérébraux peuvent avoir une psyché complètement intacte et des capacités mentales élevées.

La paralysie cérébrale survient à la suite de la mort ou de la perturbation de la formation des parties du cerveau responsables de l’équilibre et de la capacité de se déplacer. Cela se produit généralement à la suite d’une hypoxie ou d’une hémorragie. Principaux facteurs de risque :

Accouchement difficile. Il s’agit du groupe le plus courant de causes de dommages aux structures cérébrales des nourrissons. Une longue période anhydre, un bassin étroit d’une femme en travail, une présentation du siège, une activité de travail prolongée ou rapide conduisent à une hypoxie fœtale. Il est triste que la paralysie cérébrale dans ces cas puisse survenir chez des enfants en parfaite santé.

Naissance prématurée. Le risque de troubles cérébraux est très élevé chez les enfants atteints de grande prématurité.

Évolution pathologique de la grossesse : conflit gemmologique ou Rh, maladies infectieuses pendant la gestation, lésions toxiques du système nerveux fœtal, néphropathie, insuffisance fœtoplacentaire, décollement placentaire précoce.

Maladies chroniques de la mère: diabète sucré, hypertension, hypothyroïdie.

Il existe souvent une combinaison de plusieurs raisons pour la formation de la paralysie cérébrale: une violation de la santé de la mère, la formation du fœtus et certaines difficultés lors de l’accouchement.

Comment se manifeste la paralysie cérébrale ?

Le tableau clinique de la pathologie dépend de la gravité et de la localisation de la lésion cérébrale. Chez la plupart des enfants malades, des signes caractéristiques se manifestent dans les premières semaines de vie. Ces nourrissons ne peuvent pas tenir leur tête, ne peuvent pas se tourner, saisir et tenir des jouets, ils manquent de certains réflexes et ont des déficiences motrices. Au fil du temps, des contractures se manifestent clairement : restrictions de la mobilité des articulations des jambes ou des bras.

La mobilité peut être altérée d’un côté: gauche ou droit, opposé au site de la lésion cérébrale. Dans certains cas, la fonctionnalité des seuls membres inférieurs ou d’un seul bras ou d’une jambe en souffre. Les spasmes des gros muscles peuvent entraîner une perte totale de mobilité.

Diverses formes de paralysie cérébrale sont caractérisées par des contractions musculaires involontaires, des crises convulsives, des tremblements, un manque de coordination et une instabilité. Chez les enfants malades, les muscles faciaux peuvent être réduits, la tête est inclinée d’un côté.

L’innervation perturbée du centre de la parole provoque une dysarthrie – l’incapacité à prononcer les sons et les mots de manière cohérente.

La paralysie des muscles du larynx entraîne souvent une dysphagie – difficulté à avaler.

Chez les enfants atteints de paralysie cérébrale, les pathologies de la vision et de l’ouïe sont assez fréquentes.

En vieillissant, les membres touchés accusent un retard de développement, « se dessèchent », restent plus minces que les membres sains. La paralysie provoque une courbure, une déformation du squelette et des articulations. La scoliose, l’atrophie musculaire et les spasmes provoquent un syndrome de douleur chronique, qui exacerbe les troubles moteurs et neurologiques existants.

Les dommages au cerveau et la paralysie qu’ils provoquent peuvent devenir des facteurs de développement de pathologies chroniques des reins, de la vessie, du tractus gastro-intestinal et du système respiratoire. Plus de 50% des patients ont un retard mental. Une lésion secondaire dans la paralysie cérébrale est une violation de la circulation sanguine, entraînant souvent des accidents vasculaires cérébraux.

La paralysie cérébrale ne progresse pas avec l’âge. Tous les troubles causés par l’insolvabilité du système nerveux central se forment au stade initial de la pathologie. Beaucoup d’entre eux restent non diagnostiqués, mais sont découverts au fil du temps.

Diagnostic de paralysie cérébrale

Un examen par un neurologue est prescrit pour les nourrissons présentant une condition physique atypique et des anomalies du comportement : avec spasmes musculaires, convulsions, anomalies motrices, manque de contact avec la mère. Si une paralysie cérébrale est suspectée, l’enfant subit une électroencéphalographie, d’autres études instrumentales du cerveau et des organes internes. Pour poser un diagnostic précis, des examens par un ophtalmologiste, un oto-rhino-laryngologiste, un orthopédiste et d’autres spécialistes sont également nécessaires. Les critères exacts d’identification de cette pathologie n’ont pas été développés.

Comment traite-t-on la paralysie cérébrale?

Il est impossible de se débarrasser complètement des troubles neurologiques existants, ils sont irréversibles. Les patients atteints de paralysie cérébrale bénéficient d’une réadaptation à long terme. Il s’agit d’un complexe de mesures thérapeutiques, il comprend:

l’utilisation de mécanismes correctionnels spéciaux pour compenser les troubles du mouvement;

Le traitement de la paralysie cérébrale est nécessaire pour réduire les spasmes, l’hypertonicité musculaire, la déformation squelettique subséquente, pour développer les compétences d’auto-soin et d’apprentissage et pour adapter les enfants à un environnement social. Il est possible de reconstituer partiellement et de compenser les fonctions corporelles perdues chez les enfants de moins de 8 ans.

Si nécessaire, le traitement est complété par des médicaments: antispasmodiques, relaxants musculaires, nootropiques, vasodilatateurs et autres médicaments. Ils sont généralement nécessaires pour réduire les symptômes douloureux. S’il est impossible de bouger, les patients se voient prescrire un traitement chirurgical pour restaurer les courbes vertébrales normales, soutenir les fonctions des jambes et éliminer l’asymétrie grossière du corps. La présence d’une paralysie cérébrale est un motif de reconnaissance d’un enfant comme enfant handicapé.

Tous les documents présentés sur le site sont uniquement à des fins éducatives et ne sont pas destinés à des conseils médicaux, à un diagnostic ou à un traitement. L’administration du site, les éditeurs et les auteurs d’articles ne sont pas responsables des conséquences et des pertes pouvant survenir lors de l’utilisation du matériel du site.

paralysie cérébrale (paralysie cérébrale infantile)

Médecin de la catégorie la plus élevée. Membre de l’Association européenne des neurologues, de la Société interrégionale russe pour l’étude de la douleur (ROIB), de l’Association de médecine interdisciplinaire. Elle a de l’expérience dans les services hospitaliers et ambulatoires. Il a sept publications sur les neurosciences.

La paralysie cérébrale est un concept large qui réunit un groupe de troubles du mouvement qui progressent dans le contexte de lésions des structures cérébrales pendant la période périnatale. La pathologie se caractérise par des troubles intellectuels, des troubles mentaux, des troubles de la marche et de la coordination. Au cours de la première année de vie, les enfants accusent un retard notable par rapport à leurs pairs en matière de développement moteur et mental. Les personnes atteintes de paralysie cérébrale ont besoin d’une rééducation à vie, d’un traitement médical, physiothérapeutique et chirurgical selon les indications.

Informations générales sur la maladie

La paralysie cérébrale est un trouble de la fonction motrice qui apparaît à la suite de modifications graves des structures cérébrales. Selon les statistiques, la fréquence de ce diagnostic est de 2 à 7 cas pour 1000 personnes chez les enfants de moins de 1 an. La prévalence chez les prématurés est multipliée par 10.

Selon la zone de localisation de la zone touchée du cerveau, il existe 5 types de lésions.

  • Diplégie spastique. La prévalence est d’environ 40% du nombre total de cas. Les dommages aux centres moteurs sont caractéristiques, entraînant le développement d’une parésie affectant les jambes. La forme hémiparétique se caractérise par une atteinte des centres moteurs de l’un des hémisphères.
  • forme hyperkinétique. Elle se caractérise par des dommages aux structures sous-corticales. L’hyperkinésie s’intensifie dans le contexte d’une excitation excessive ou de la peur de l’enfant.
  • Forme atonique-astatique. Il est diagnostiqué lorsqu’une lésion est trouvée dans le cervelet. Cette forme se caractérise par une violation de la statique et de la coordination, une atonie musculaire.
  • Double hémiplégie. La forme la plus sévère, qui est le résultat d’une lésion volumétrique des deux hémisphères du cerveau. Les enfants sont incapables de s’asseoir et de se tenir debout, ne peuvent pas tenir leur tête par eux-mêmes.
  • formes mixtes. La manifestation combinée des symptômes inhérents à des degrés divers à chaque type est caractéristique.

Dans les premiers jours, voire les premiers mois de la vie, l’enfant ne diffère pas de ses pairs. Les symptômes de la paralysie cérébrale peuvent apparaître beaucoup plus tard. Leur gravité dépend du degré de lésion cérébrale, du diagnostic et du traitement en temps opportun. Le tableau clinique inhérent à la pathologie ressemble à ceci:

  • diminution ou augmentation du tonus musculaire;
  • déformation squelettique;
  • préservation des réflexes qui disparaissent chez les enfants en bonne santé de moins de 6 mois;
  • convulsions;
  • problèmes dans le travail des organes de la vision et de l’ouïe;
  • violation du réflexe de déglutition.

La principale raison qui provoque la maladie est l’impact négatif de divers facteurs néfastes sur l’enfant. Cet effet provoque la mort de certaines parties du cerveau. Les conditions préalables au développement de la maladie se manifestent dans le contexte des pathologies de la grossesse et des infections.

Seul un médecin peut diagnostiquer avec précision la maladie. Ne retardez pas la consultation — appelez le +7 (495) 775-73-60

Le diagnostic de la paralysie cérébrale commence par un examen complet d’un neurologue pédiatrique. Si des troubles du spectre neurologique sont suspectés, un diagnostic instrumental est utilisé :

  • encéphalographie;
  • Stimulation magnétique transcrânienne;
  • électromyographie;
  • électroneurographie.

Ces méthodes permettent de différencier la pathologie et d’exclure d’autres malformations congénitales de nature neurologique.

Les conséquences les plus courantes incluent :

  • invalidité;
  • violation de l’adaptation sociale;
  • arthrose;
  • contraction musculaire;
  • manque de dynamique positive;
  • difficulté à manger due à des troubles de la déglutition.

Si un enfant présente un risque de développer une paralysie cérébrale, la prévention de son développement est assurée immédiatement après la naissance (si l’état est critique, après sa normalisation). Dans leur pratique, les rééducateurs utilisent plusieurs schémas, déterminant celui qui est optimal, en fonction du groupe à risque dans lequel l’enfant tombe.

Si le risque est faible, utilisez les exercices de fitball, la gymnastique de développement, l’aquathérapie, le baby yoga, la gymnastique dynamique, le massage, la kinésithérapie avec prudence. A haut risque, la kinésithérapie neurologique, l’aquathérapie, le massage, la kinésithérapie sont utilisés. Les cours ont lieu tous les mois, jusqu’à ce que l’enfant atteigne 1,5 ans. L’efficacité des séances à domicile est fixée par les parents, en organisant des cours selon le schéma recommandé.

Informations sur le traitement

Le traitement de la paralysie cérébrale avec restauration de la qualité de vie à un niveau complet est possible sous réserve des recommandations du médecin. Il ne faut pas compter sur l’obtention d’un résultat rapide, ce sont des études de longue durée, des cures thérapeutiques, parfois des opérations. Tout dépend de la gravité de l’évolution de la maladie et de la détection précoce de la paralysie cérébrale. Avec une détection précoce des symptômes, le pronostic est prometteur.

Au cours des premiers mois après la naissance d’un enfant (si un diagnostic présomptif n’est pas établi immédiatement après la naissance), les signes suivants permettent de suspecter la maladie :

  • hypotonie;
  • syndrome douloureux (caractérisé par un grand cri);
  • tremblement;
  • mouvements chaotiques des membres;
  • adopter des postures non naturelles ;
  • grimaces;
  • convulsions;
  • troubles réflexes.

Le diagnostic de la maladie est effectué par un neurologue. De plus, des consultations de spécialistes étroits sont indiquées: un ophtalmologiste, un oto-rhino-laryngologiste, un psychiatre, un orthopédiste. Si les causes de la paralysie cérébrale ne sont pas établies et que le diagnostic doit être différencié des autres maladies héréditaires, des méthodes génétiques et biochimiques sont utilisées.

Il est impossible de déterminer le temps de récupération. Chaque cas est unique. La classification de la paralysie cérébrale comprend plusieurs formes de la maladie, pour chacune le pronostic est différent. Le plus grave concerne les enfants atteints de double hémiplégie. Une récupération complète est impossible.

Réponses aux questions courantes

Qu’est-ce que la paralysie cérébrale?

La paralysie cérébrale n’est pas une maladie, c’est un nom collectif pour les troubles affectant différentes parties du cerveau du patient. La maladie se caractérise par des troubles du mouvement, une altération de l’activité mentale et d’autres symptômes.

Pourquoi la pathologie congénitale apparaît-elle?

Les types congénitaux de paralysie cérébrale sont diagnostiqués immédiatement après l’accouchement. Les principales causes de paralysie cérébrale :

  • négligence du personnel médical lors de l’accouchement ;
  • faible poids à la naissance ou prématurité;
  • privation intra-utérine d’oxygène;
  • infections sexuellement transmissibles (IST);
  • complications du placenta;
  • exposition à des toxines chez une femme à différents âges gestationnels ;
  • saignement dans le cerveau.

Tous ces facteurs peuvent contribuer à la formation de la maladie chez le nouveau-né.

Combien de personnes vivent avec une paralysie cérébrale ?

En raison de la déformation des organes internes, des os et des articulations, du sous-développement des systèmes respiratoire et cardiovasculaire, les personnes atteintes de paralysie cérébrale vivent moins que celles sans pathologie. Ils ont l’air plus vieux que leur âge en raison du vieillissement accéléré, à l’âge de 40 ans, le potentiel de vie est gaspillé.

Oui, la paralysie cérébrale est désormais traitable lorsqu’elle est détectée dans l’enfance. Un neurologue compétent élaborera un schéma thérapeutique complet, dont le respect conduira à une amélioration de la qualité de vie. Une personne pourra s’adapter socialement, faire des études et trouver un emploi.

Le facteur héréditaire influence-t-il le développement de la maladie ?

La maladie n’a aucun lien avec l’hérédité. Les facteurs qui aggravent le déroulement de la grossesse, les maladies somatiques graves de la mère conduisent à son développement. La cause la plus fréquente est un traumatisme à la naissance.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.