Symptômes de gelures profondes et premiers soins

Malheureusement, dans de telles conditions, de nombreuses personnes deviennent sujettes à l’hypothermie et aux engelures, ce qui peut avoir des conséquences très graves sur la santé.

Lisez notre article pour savoir comment reconnaître correctement les signes d’engelures, se protéger de l’hypothermie et prodiguer les premiers soins.

Les engelures sont des dommages à n’importe quelle partie du corps (jusqu’à la nécrose) sous l’influence des basses températures.

Le plus souvent, les engelures surviennent pendant les hivers froids à des températures ambiantes inférieures à -10o C – -20o C. Si vous restez longtemps à l’extérieur, en particulier en cas d’humidité élevée et de vent fort, vous pouvez avoir des engelures en automne et au printemps lorsque la température de l’air est au dessus de zéro.

Les engelures dans le froid sont causées par des vêtements et des chaussures serrés et humides, un surmenage physique, la faim, une immobilité prolongée forcée et une position inconfortable, des blessures antérieures causées par le froid, un affaiblissement du corps à la suite de maladies antérieures, une transpiration des jambes, des maladies chroniques du vaisseaux des membres inférieurs et du système cardiovasculaire, dommages mécaniques graves avec perte de sang, tabagisme, etc.

Les statistiques montrent que presque toutes les engelures graves, qui ont conduit à l’amputation des membres, se sont produites dans un état d’intoxication extrême.

Sous l’influence du froid, des modifications complexes se produisent dans les tissus, dont la nature dépend du niveau et de la durée de la diminution de la température. Sous l’influence de températures inférieures à -30oC, la principale valeur des engelures est l’effet néfaste du froid directement sur les tissus, et la mort cellulaire se produit. Sous l’action de températures allant jusqu’à -10o – -20oC, auxquelles se produisent la plupart des engelures, les modifications vasculaires sous la forme d’un spasme des plus petits vaisseaux sanguins sont d’une importance primordiale. En conséquence, le flux sanguin ralentit, l’action des enzymes tissulaires s’arrête.

Degrés de gelures

Les engelures I degré (le plus doux) se produit généralement avec une courte exposition au froid. La zone affectée de la peau est pâle, rougie après le réchauffement, dans certains cas elle a une teinte rouge pourpre; un œdème se développe. La nécrose cutanée ne se produit pas. À la fin de la semaine suivant les engelures, une légère desquamation de la peau est parfois observée. Le rétablissement complet se produit 5 à 7 jours après les engelures. Les premiers signes d’une telle engelure sont une sensation de brûlure, des picotements, suivis d’un engourdissement de la zone touchée. Ensuite, il y a des démangeaisons et des douleurs cutanées, qui peuvent être à la fois mineures et prononcées.

Le degré de gelure II survient lors d’une exposition prolongée au froid. Dans la période initiale, il y a blanchiment, refroidissement, perte de sensibilité, mais ces phénomènes s’observent à tous les degrés de gelure. Par conséquent, le signe le plus caractéristique est la formation de cloques remplies de contenu transparent dans les premiers jours après la blessure. La restauration complète de l’intégrité de la peau se produit dans les 1 à 2 semaines, la granulation et les cicatrices ne se forment pas. Avec les engelures du degré II après réchauffement, la douleur est plus intense et plus longue qu’avec les engelures du degré I, les démangeaisons cutanées, les brûlures sont dérangeantes.

Avec les engelures du degré III, la durée de la période d’exposition au froid et la diminution de la température dans les tissus augmentent. Les cloques formées dans la période initiale sont remplies de contenu sanglant, leur fond est bleu-violet, insensible aux irritations. Il y a une mort de tous les éléments de la peau avec le développement de granulations et de cicatrices à la suite d’engelures. Les ongles descendus ne repoussent pas ou ne se déforment pas. Le rejet des tissus morts se termine la 2e à la 3e semaine, après quoi des cicatrices se produisent, qui durent jusqu’à 1 mois.

L’intensité et la durée de la douleur sont plus prononcées qu’avec les gelures II degré.

Le degré de gelure IV se produit avec une exposition prolongée au froid, la diminution de la température dans les tissus avec elle est la plus importante. Il est souvent associé à des engelures III et même II degrés. Toutes les couches de tissus mous deviennent mortes, les os et les articulations sont souvent touchés.

La zone endommagée du membre est fortement cyanosée, parfois avec une couleur marbrée. L’œdème se développe immédiatement après le réchauffement et augmente rapidement. La température de la peau est bien inférieure à celle des tissus entourant la zone de gelure. Les cloques se développent dans les zones moins gelées où il y a des gelures de degré III – II. L’absence de cloques avec un œdème significativement développé, une perte de sensibilité indiquent des engelures du degré IV.
Dans des conditions de long séjour à basse température de l’air, non seulement des lésions locales sont possibles, mais également un refroidissement général du corps. Sous le refroidissement général du corps, il faut comprendre l’état qui se produit lorsque la température du corps descend en dessous de 34oC.

L’apparition d’un refroidissement général est facilitée par les mêmes facteurs que pour les engelures : humidité élevée, vêtements humides, vents violents, surmenage physique, traumatisme mental, maladies et blessures passées.

Il existe des degrés légers, modérés et sévères de refroidissement général.

Degré doux : température corporelle 32-34oC. La peau est pâle ou modérément cyanosée, la chair de poule, des frissons et des difficultés d’élocution apparaissent. Le pouls ralentit à 60-66 battements par minute. La tension artérielle est normale ou légèrement élevée. La respiration n’est pas perturbée. Des engelures de degré I-II sont possibles.

Degré moyen : température corporelle de 29 à 32 oC, somnolence aiguë, dépression de la conscience, regard dénué de sens sont caractéristiques. La peau est pâle, cyanosée, parfois marbrée, froide au toucher. Le pouls ralentit à 50-60 battements par minute, remplissage faible. La pression artérielle est légèrement réduite. La respiration est rare – jusqu’à 8-12 par minute, superficielle. Des gelures du visage et des membres de degré I-IV sont possibles.

Degré sévère : température corporelle inférieure à 31 oC. La conscience est absente, des convulsions, des vomissements sont observés. La peau est pâle, cyanosée, froide au toucher. Le pouls ralentit à 36 battements par minute, faible remplissage, il y a une diminution prononcée de la pression artérielle. La respiration est rare, superficielle – jusqu’à 3-4 par minute. Il y a des engelures sévères et généralisées jusqu’à la glaciation.

Premiers secours pour les engelures

Les actions dans la fourniture des premiers secours varient en fonction du degré de gelure, de la présence d’un refroidissement général du corps, de l’âge et des maladies concomitantes.

Les premiers secours consistent à arrêter le refroidissement, à réchauffer le membre, à rétablir la circulation sanguine dans les tissus touchés par le froid et à prévenir le développement d’infections. La première chose à faire avec les signes d’engelures est de conduire la victime dans la pièce chaude la plus proche, de retirer les chaussures, les chaussettes et les gants gelés. Simultanément à la mise en place des mesures de premiers secours, il est urgent d’appeler un médecin, une ambulance pour apporter une assistance médicale.

En cas de gelures du 1er degré, les zones refroidies doivent être réchauffées jusqu’à la rougeur avec des mains chaudes, un léger massage, un frottement avec un chiffon en laine, une respiration, puis appliquer un bandage en gaze de coton.

Avec les gelures II-IV, un réchauffement rapide, un massage ou un frottement ne doivent pas être effectués. Appliquez un pansement thermo-isolant sur la surface affectée (une couche de gaze, une épaisse couche de coton, encore une couche de gaze et par-dessus une toile cirée ou un tissu caoutchouté). Les membres affectés sont fixés à l’aide de moyens improvisés (une planche, un morceau de contreplaqué, un carton épais), en les appliquant et en les bandant sur le bandage. En tant que matériau isolant thermique, vous pouvez utiliser des vestes matelassées, des sweat-shirts, des tissus en laine, etc.

Les victimes reçoivent des boissons chaudes, des plats chauds, une petite quantité d’alcool.

Il n’est pas recommandé de frotter les malades avec de la neige, car les vaisseaux sanguins des mains et des pieds sont très fragiles et peuvent donc être endommagés, et les micro-abrasions qui en résultent sur la peau contribuent à l’infection. Vous ne pouvez pas utiliser le réchauffement rapide des membres gelés près du feu, l’utilisation incontrôlée de coussins chauffants et de sources de chaleur similaires, car cela aggrave l’évolution des engelures. Une option de premiers soins inacceptable et inefficace consiste à frotter les huiles, les graisses, l’alcool à friction sur les tissus avec des engelures profondes.

Avec un léger refroidissement général, une méthode assez efficace consiste à réchauffer la victime dans un bain chaud à une température initiale de l’eau de 24 ° C, qui est portée à la température normale du corps.

Avec un degré modéré et sévère de refroidissement général avec des troubles respiratoires et circulatoires, la victime doit être transportée à l’hôpital dès que possible.

Gelures “de fer”

En pratique, il existe également des blessures par le froid qui surviennent lorsque la peau chaude entre en contact avec un objet métallique froid. Dès qu’un enfant curieux attrape un morceau de fer à main nue ou, pire encore, le lèche avec sa langue, il s’y colle fermement. Vous ne pouvez vous débarrasser des chaînes qu’en les arrachant avec la peau. L’image est carrément déchirante : l’enfant couine de douleur et ses mains ou sa bouche ensanglantées choquent les parents.

Heureusement, la plaie “de fer” est rarement profonde, mais elle doit quand même être désinfectée d’urgence. Rincez-le d’abord à l’eau tiède puis au peroxyde d’hydrogène. Les bulles d’oxygène libérées enlèveront la saleté qui s’est introduite à l’intérieur. Ensuite, essayez d’arrêter le saignement. Une éponge hémostatique appliquée sur la plaie aide bien, mais vous pouvez vous débrouiller avec un pansement stérile plié plusieurs fois, qui doit être correctement pressé et maintenu jusqu’à ce que le saignement s’arrête complètement. Mais si la plaie est très grande, vous devez immédiatement consulter un médecin.

Il arrive qu’un enfant coincé ne court pas le risque de se détacher du morceau de fer insidieux, mais appelle à l’aide à haute voix. Vos actions correctes aideront à éviter les blessures profondes. Au lieu d’arracher la peau “avec de la viande”, versez simplement de l’eau tiède sur l’endroit collé (mais pas trop chaud !). Après s’être réchauffé, le métal lâchera sûrement son prisonnier malchanceux.

Puisque la conversation s’est tournée vers les objets métalliques, nous rappelons que dans le froid, ils prennent la chaleur de l’enfant. Par conséquent, en hiver, les enfants ne doivent pas recevoir de pelles avec des manches en métal. Et assurez-vous d’envelopper les parties métalliques du traîneau avec un chiffon ou de couvrir avec une vieille couverture. Ne laissez pas les enfants monter sur des carrousels et des balançoires pendant une longue période, grimpez sur des coques métalliques installées dans chaque cour. Et assurez-vous de protéger leurs mains avec des mitaines.

Prévention de l’hypothermie et des engelures

  • Il existe quelques règles simples qui vous permettront d’éviter l’hypothermie et les engelures en cas de gel intense :
  • Ne buvez pas d’alcool – l’intoxication alcoolique (ainsi que toute autre) provoque en fait une grande perte de chaleur, tout en provoquant l’illusion de chaleur. Un facteur supplémentaire est l’incapacité de se concentrer sur les signes de gelures.
  • Ne fumez pas par temps froid – fumer réduit la circulation sanguine périphérique et rend ainsi les membres plus vulnérables.
  • Portez des vêtements amples – cela favorise une circulation sanguine normale. Habillez-vous comme un “chou” – tandis qu’entre les couches de vêtements, il y a toujours des couches d’air qui retiennent parfaitement la chaleur. Les vêtements d’extérieur doivent être imperméables.
  • Des chaussures serrées, le manque de semelles intérieures, des chaussettes sales et humides constituent souvent la principale condition préalable à l’apparition d’éraflures et d’engelures. Une attention particulière doit être portée aux chaussures pour ceux qui transpirent souvent des pieds. Vous devez mettre des semelles intérieures chaudes dans les bottes et porter des chaussettes en laine au lieu de chaussettes en coton – elles absorbent l’humidité, laissant vos pieds au sec.
  • Ne sortez pas dans le froid sans mitaines, bonnet et écharpe. La meilleure option est les mitaines en tissu hydrofuge et coupe-vent avec fourrure à l’intérieur. Les gants en matériaux naturels, bien que confortables, ne sauvent pas du gel. Les joues et le menton peuvent être protégés par un foulard. Par temps froid et venteux, avant de sortir, lubrifiez les zones ouvertes du corps avec une crème spéciale.
  • Ne portez pas de bijoux en métal (y compris en or, en argent) – bagues, boucles d’oreilles, etc. par temps froid. Premièrement, le métal se refroidit beaucoup plus rapidement que le corps à basse température, ce qui permet de «coller» à la peau avec des douleurs et des blessures causées par le froid. Deuxièmement, les anneaux sur les doigts entravent la circulation normale du sang. En général, par temps froid, essayez d’éviter le contact de la peau nue avec du métal.
  • Obtenez l’aide d’un ami – gardez un œil sur le visage d’un ami, en particulier les oreilles, le nez et les joues, pour tout changement notable de couleur, et il ou elle surveillera le vôtre.
  • Ne laissez pas la zone gelée geler à nouveau – cela causera des dommages beaucoup plus importants à la peau.
  • Ne retirez pas les chaussures des membres gelés par temps froid – elles gonfleront et vous ne pourrez plus enfiler de chaussures. Il est nécessaire d’atteindre une pièce chaude dès que possible. Si vos mains sont froides, essayez de les réchauffer sous vos bras.
  • Lorsque vous rentrez chez vous après une longue marche dans le froid, assurez-vous de vérifier les engelures sur les membres, le dos, les oreilles, le nez, etc. Les engelures par congélation peuvent entraîner la gangrène et la perte subséquente d’un membre.
  • Dès que pendant la promenade vous ressentez une hypothermie ou un gel des membres, vous devez vous rendre dans n’importe quel endroit chaud dès que possible – un magasin, un café, une entrée – pour vous réchauffer et inspecter les endroits potentiellement vulnérables aux engelures.
  • Si votre voiture a calé loin d’une zone peuplée ou dans une zone qui ne vous est pas familière, il est préférable de rester dans la voiture, d’appeler les secours ou d’attendre qu’une autre voiture passe sur la route.
  • Restez à l’écart du vent – le risque d’engelures dans le vent est beaucoup plus élevé.
  • Ne mouillez pas votre peau – l’eau conduit beaucoup mieux la chaleur que l’air. Ne sortez pas dans le froid avec les cheveux mouillés après la douche. Les vêtements et les chaussures mouillés (par exemple, une personne est tombée à l’eau) doivent être enlevés, l’eau essuyée, si possible, enfilez des vêtements secs et amenez la personne à chauffer dès que possible. Dans la forêt, il faut allumer un feu, se déshabiller et sécher ses vêtements, pendant ce temps faire vigoureusement des exercices physiques et s’échauffer au coin du feu.
  • Il peut être utile pour une longue marche dans le froid d’emporter avec soi une paire de chaussettes interchangeables, des mitaines et un thermos avec du thé chaud. Avant de sortir dans le froid, vous devez manger – vous aurez peut-être besoin d’énergie.
  • Il convient de garder à l’esprit que chez les enfants, la thermorégulation du corps n’est pas encore complètement ajustée, et chez les personnes âgées et dans certaines maladies, cette fonction est altérée. Ces catégories sont plus sujettes à l’hypothermie et aux engelures, et cela doit être pris en compte lors de la planification d’une promenade. Lorsque vous laissez un enfant se promener dans le froid dans la rue, rappelez-vous qu’il est conseillé qu’il revienne au chaud et se réchauffe toutes les 15 à 20 minutes.
  • Enfin, rappelez-vous que le meilleur moyen de sortir d’une situation désagréable est de ne pas s’y mettre. Si vous n’aimez pas les sensations extrêmes, en cas de gel intense, essayez de ne pas sortir de la maison sauf en cas d’absolue nécessité.

Souvenez-vous des animaux !

Les chiens, comme les humains, peuvent souffrir d’hypothermie et d’engelures. Dans des situations extrêmes, ils doivent souvent compter uniquement sur l’aide de leur propriétaire, car dans certaines situations – par exemple, dans la forêt lors d’une chasse – il est difficile de rencontrer un vétérinaire. Par conséquent, le devoir de chaque propriétaire de chien est d’avoir les connaissances et les compétences nécessaires pour pouvoir aider non seulement lui-même et son ami, mais également le chien blessé. Vous devez être attentif au chien afin de reconnaître la maladie à temps et agir vous-même ou contacter le vétérinaire.

Avec les engelures, le premier secours est de se réchauffer dès que possible.

La zone touchée est essuyée avec de l’alcool, de la vodka ou du permanganate de potassium et un pansement chauffant avec du coton est placé. C’est une bonne idée de donner à votre chien du thé sucré chaud et fraîchement infusé.

Gelures et congélation

Les engelures se produisent non seulement en hiver, mais aussi au printemps et en automne, et même sous les latitudes méridionales.

Selon le facteur étiologique, il existe quatre principaux types d’engelures, qui diffèrent par le tableau clinique et morphologique:

  • Gelures dues à l’exposition au gel sec ;
  • Gelure qui se produit à des températures supérieures à zéro ;
  • Gelures de contact qui se produisent à une température sous-critique ;
  • Le syndrome du flou.

Dans la plupart des cas, les parties périphériques du corps (visage, pieds, oreilles, nez, etc.) sont sujettes aux engelures.

La première place dans la fréquence des engelures est occupée par 1 orteil, les doigts sont à la deuxième place. De l’exposition à de basses températures négatives pendant le gel sec, ce sont principalement les parties ouvertes ou périphériques du corps qui souffrent. Le protoplasme cellulaire est directement endommagé, suivi d’une nécrose ou d’une dégénérescence tissulaire.

Avec une exposition intermittente prolongée au froid humide, se produisant souvent au printemps, le transfert de chaleur augmente. Cela conduit au développement du soi-disant “pied de tranchée”, qui est un exemple classique d’engelures de grade 4 à des températures supérieures au point de congélation. À la suite de troubles vasomoteurs et neurotrophiques, des changements destructeurs peuvent se développer jusqu’à la nécrose tissulaire, la gangrène humide et la septicémie.

Les engelures de contact se produisent lorsque des parties nues du corps (généralement les mains) entrent en contact direct avec des objets métalliques fortement refroidis. De telles engelures sont plus souvent observées en temps de guerre chez les tankistes, les roquettes, les pilotes, etc.

La frilosité est une sorte de gelure chronique des parties du corps principalement exposées (mains, visage, oreilles, etc.), survenant souvent sous l’influence d’un refroidissement systématique, mais imprécis et à court terme. Les personnes qui ont déjà eu des engelures dans le passé sont les plus sensibles aux frissons. Cliniquement, les frissons sont soulagés par l’œdème, la cyanose, les démangeaisons et la paresthésie de la peau affectée. Dans les cas plus graves, des fissures et des ulcères de la peau, des dermatoses secondaires et des dermatites peuvent se développer.

Classification des engelures par degré :

  • I degré: un trouble de la circulation sanguine locale et de l’innervation est caractéristique sans nécrose ultérieure avec une courte période de diminution de la température des tissus. La victime ressent des démangeaisons, des brûlures, des paresthésies dans les zones touchées. La peau est oedémateuse, tendue, a un motif marbré. Tous ces phénomènes disparaissent dans les jours qui viennent, mais la sensibilité accrue de la peau atteinte au froid persiste longtemps.
  • Degré II: les engelures s’accompagnent d’un œdème et d’une nécrose de la peau. Sur la peau cyanosée et œdémateuse, des cloques avec un exsudat clair se forment, pouvant apparaître plusieurs jours après le réchauffement. La victime note une douleur intense dans les zones de gelures, aggravée par un œdème croissant, la période de traitement pour ces victimes est de 3 semaines ou plus.
  • Degré III: une longue période d’hypothermie tissulaire. La nécrose de toute l’épaisseur de la peau se produit avec le tissu sous-cutané. Des cloques flasques au contenu hémorragique peuvent se former sur la peau gelée. Les sensations subjectives sont plus intenses et prolongées. La peau est pâle et froide au toucher. Les tissus morts subissent une fusion et un rejet partiels, qui s’accompagnent de suppuration. Le défaut qui en résulte guérit selon le type d’intention secondaire dans les 30 à 60 jours.
  • Degré IV: caractérisé par la plus longue période d’hypothermie tissulaire et une chute brutale de la température locale des tissus. Toutes les couches de tissus mous et d’os sont mortes. L’intensité de la douleur est très diverse et ne correspond pas à la profondeur et à l’étendue des engelures. Le rejet spontané des tissus nécrotiques est longtemps retardé et se complique souvent d’une infection purulente.

PREMIERS SECOURS

Les premiers soins pour les engelures pendant la période de latence sont réduits à la restauration rapide de la température et de la circulation sanguine dans les tissus affectés, pour protéger cela, tout d’abord, des mesures sont prises pour réchauffer la victime. Les vêtements mouillés dans une pièce chaude sont retirés et remplacés par des vêtements secs. La victime est réchauffée par toutes les méthodes disponibles: à l’aide de coussins chauffants, des couvertures chaudes, des enveloppes, des aliments chauds et des boissons sont donnés.

Rétablir la circulation sanguine dans les zones gelées en les frottant avec un coton imbibé d’alcool ou de mains sèches, associé à un massage doux de cette zone. Après réchauffement et rosissement de la peau, un pansement alcoolisé ou aseptique est appliqué avec une épaisse couche de coton. Il est inacceptable de frotter les zones gelées du corps avec de la neige, car cela entraîne un refroidissement supplémentaire, du fait que la température des tissus gelés est beaucoup plus élevée que la température de la neige et, en outre, cela risque de provoquer microtraumatisme.

Si la situation le permet, un réchauffement actif du membre gelé dans l’eau est effectué, en immergeant son eau à une température ne dépassant pas 24 degrés, en l’amenant à 36–40 degrés pendant 20 à 30 minutes avec un massage simultané de la périphérie vers le centre, en le combinant avec des mouvements actifs dans le membre affecté. Après avoir réchauffé et rétabli la circulation sanguine, un bandage aseptique chauffé est appliqué sur le membre. Ne lubrifiez pas la surface gelée avec de la teinture d’iode, des colorants, ainsi que des graisses et des onguents. Cela rend difficile l’observation locale de la peau et le traitement de la surface gelée.

La congélation survient à la suite de l’épuisement des mécanismes adaptatifs de thermorégulation, lorsque la température corporelle chute progressivement sous l’influence du refroidissement externe et que toutes les fonctions vitales sont inhibées jusqu’à leur extinction complète.

Comme pour les engelures, deux périodes se distinguent dans le développement du processus de congélation – latente et réactive.

Période de latence : somnolence, léthargie, lenteur des réactions, de la parole, des mouvements, tremblement général du corps prédominent. Viennent ensuite l’opacification de la conscience et la perte de conscience, les convulsions, la raideur des muscles, le ralentissement progressif, l’affaiblissement et la perturbation du rythme respiratoire, l’activité cardiaque, suivis de la mort clinique. Le symptôme le plus important est une chute de température dans le rectum en dessous de 35 degrés. La véritable menace de mort survient lorsque la température dans l’intestin descend en dessous de 25 degrés.

Période réactive : survient après le réchauffement du corps dans son ensemble. Pendant cette période, divers processus pathologiques des organes internes (pneumonie, néphrite, etc.) et des troubles du système nerveux (névrite, paralysie, lésions trophiques, maladies mentales et nerveuses, etc.) peuvent se développer.

La caractéristique la plus importante de la congélation est sa nature de phase, qui se manifeste cliniquement sous la forme de trois complexes de symptômes basés sur la température rectale.

phase adynamique . Il se caractérise par une diminution de la température à 35-32 degrés. Dans la période initiale de diminution de la température, toutes les fonctions vitales du corps augmentent, la fréquence et la profondeur de la respiration augmentent, le pouls s’accélère et la pression artérielle et le débit sanguin augmentent, le métabolisme et la consommation d’oxygène par le corps augmentent. Vient ensuite une diminution de la température corporelle, accompagnée d’une baisse des principaux indicateurs des fonctions vitales. La fréquence de la respiration et des battements cardiaques diminue, la conscience est déprimée, les réactions ralentissent, une raideur de la parole, une somnolence, etc. apparaissent.

Phase de stupeur . Il doit être considéré comme une inhibition protectrice du cortex cérébral avec propagation aux parties sous-jacentes du système nerveux central. Lorsque la température tombe à 26-27 degrés, les fonctions vitales de base sont inhibées. La fréquence de la respiration et du pouls ralentit, la force des contractions cardiaques s’affaiblit, l’hypoxie et l’hypoxémie augmentent, les tremblements cessent. Une rigidité musculaire sévère, une incontinence urinaire et fécale se développent. L’activité mentale est complètement supprimée.

phase convulsive . Elle se produit lorsque la température descend en dessous de 26 degrés et se caractérise par l’extinction de toutes les fonctions vitales. Le métabolisme est fortement réduit et l’apport d’oxygène aux tissus est perturbé. L’activité cardiaque s’affaiblit, la pression artérielle disparaît. Le rythme de la respiration est perturbé et il s’arrête. Le tonus musculaire et la rigidité musculaire disparaissent. Dans la phase finale du développement de l’inhibition transcendantale, de la parabiose et de la paralysie du système nerveux central, toutes les fonctions vitales disparaissent et la mort clinique survient.

La tâche principale du traitement d’urgence avec congélation sévère (phase stuporeuse et convulsive) est un réchauffement actif rapide, visant à rétablir rapidement un niveau normal de température corporelle humaine.

Le réchauffement passif (enveloppement dans une pièce chaude, etc.) de telles victimes doit être considéré comme une perte de temps. La crainte des effets négatifs d’un réchauffement actif rapide n’est pas fondée. Seule la surchauffe est dangereuse, ce qui peut entraîner de graves conséquences même avec une légère augmentation de la température corporelle. Par conséquent, des mesures rationnelles de réchauffement actif devraient assurer le retour le plus rapide de la température corporelle à un niveau normal et en même temps prévenir le risque de surchauffe.

Pour le réchauffement actif de la victime dans la phase stuporeuse ou convulsive, il est nécessaire de la placer dans un bain chaud avec de l’eau à la température initiale correspondant à la température corporelle, mais inférieure à 22–24 degrés. En 10 à 12 minutes, la température de l’eau est portée à 36 à 40 degrés et maintenue à ce niveau. Il est conseillé d’effectuer un frottement soigneux du corps avec des débarbouillettes douces dans le bain, ce qui aide à restaurer le tonus vasculaire et l’activité réflexe du système nerveux. Si la respiration de la victime accélère jusqu’à au moins 12 par minute, elle est sortie du bain et connectée à un ventilateur, tout en menant simultanément l’ensemble du complexe de thérapie conservatrice.

Administration intraveineuse efficace de solutions de glucose avec de l’insuline, des substituts sanguins de faible poids moléculaire, de la novocaïne et d’autres solutions chauffées à la température corporelle de la victime, ainsi que l’introduction d’héparine, d’hormones.

Les premiers soins médicaux à ceux qui sont congelés doivent être fournis aussi complètement que possible, y compris toutes les méthodes de réchauffement actif de la victime. En l’absence de telles conditions, il est nécessaire de les évacuer de toute urgence, en prenant des mesures pour empêcher tout transfert de chaleur supplémentaire du corps lors de l’évacuation.

Au stade des soins médicaux qualifiés, tous ceux qui sont congelés sont divisés en trois groupes :

  • Le premier groupe comprendra les blessés légers , qui sont en phase adynamique, qui, après échauffement et traitement, sont laissés dans l’équipe de convalescence.
  • Le deuxième groupe comprend ceux qui sont congelés dans un état de gravité modérée dans un état de stupeur, qui sont livrés sur une civière aux postes médicaux, où ils sont activement réchauffés, après quoi, conformément aux indications, ils sont répartis entre fonctionnels unités, où une thérapie complexe est effectuée.
  • Le troisième groupe comprend les personnes gravement blessées en phase convulsive, qui sont également réchauffées, mais utilisent plus souvent la respiration artificielle, le massage cardiaque, etc.

Après avoir été retirées d’un état grave en phase réactive, les victimes sont évacuées vers le stade des soins spécialisés pour la postcure.

Gelures chez les enfants

Les engelures chez les enfants ne sont pas rares. Parmi les engelures infantiles les plus fréquentes, on trouve les engelures de fer. Les enfants adorent vérifier si la langue colle à la poignée de la porte. Dans ce cas, vous devez verser de l’eau tiède mais pas chaude sur la langue collée au fer. S’il y a une blessure, vous devez consulter un médecin.

Pour éviter les engelures accidentelles chez un enfant, assurez-vous de lui porter des mitaines. Il vaut la peine d’être prudent lorsque vous marchez dans le froid dans la rue:

  • ne montez pas l’enfant sur une balançoire;
  • ne pas permettre de grimper sur des coques métalliques;
  • ne donnez pas de spatule avec un manche en métal;
  • les parties métalliques du traîneau doivent être enveloppées dans une couverture.

N’OUBLIEZ PAS que chez les bébés, le corps n’est pas encore habitué à réguler le transfert de chaleur, de sorte que les jeunes enfants sont les plus sujets aux engelures. Les nourrissons, même à O°C, peuvent avoir des engelures. Les enfants plus âgés peuvent aussi avoir très froid sans bouger, debout, assis dehors pendant longtemps. N’oubliez pas que les vêtements mouillés sont un facteur supplémentaire d’engelures. Les enfants peuvent transpirer à cause de vêtements supplémentaires ou jouer à des boules de neige ou à d’autres jeux de plein air. Les zones les plus accessibles au gel sur le corps de l’enfant : joues, menton, doigts, nez, oreilles. En cas de gelure des jambes, vous devez porter l’enfant dans vos bras et ne pas le forcer à courir, lui cogner les jambes pour se réchauffer.

Les engelures chez les enfants peuvent être déterminées par des signes:

  • peau pâle et froide avec chair de poule ou taches blanches;
  • frisson;
  • somnolence ou bavardage excessif;
  • difficulté avec la prononciation des mots, brusquerie de la parole;
  • la peau perd de sa sensibilité, devient dure au toucher;
  • la température corporelle est d’environ 35°C.

Avec un léger degré de gelure, nous plaçons l’enfant dans un bain chaud à une température de 36 à 37 ° C, amenons-le à 40 ° C pendant 40 minutes. Massez doucement les parties du corps. Après le bain, nous essuyons l’enfant, mettons des bandages de gaze, de coton et de cellophane, l’enveloppons dans un drap de laine. Si des engelures se produisent sur les doigts, assurez-vous de poser des bandes de bandage entre eux. Donnez à votre enfant du lait chaud ou du thé à boire.

Choisissez des vêtements et des chaussures pour enfants à partir de matériaux de qualité qui ne permettront pas à l’enfant de se mouiller et de geler. Vous n’avez pas besoin d’une combinaison épaisse. L’enfant ne doit pas transpirer dedans. Il est préférable d’acheter des sous-vêtements thermiques et de les porter à partir de -15°C. Les chaussures et les gants doivent être imperméables.

Il serait bon que tout le monde sache à l’avance comment les premiers secours en cas de gelures sont effectués, mais que cela ne soit utile à personne. Soit dit en passant, chères femmes, lors de fortes gelées, il est préférable d’exclure le port de boucles d’oreilles, de bagues, même d’or et d’argent.

Être en bonne santé!

Prévention des engelures

Crèmes chauffantes

  • protéger la peau à des températures jusqu’à -50°C;
  • résistant aux fluctuations de température;
  • durée de conservation jusqu’à 30 mois;
  • soutenir la capacité naturelle de la peau à retenir l’humidité;
  • accélérer la régénération naturelle de la peau
  • ne contiennent pas d’eau.

Vêtements chauds

  • habillez-vous en plusieurs couches – les couches d’air retiennent la chaleur;
  • portez des semelles intérieures chaudes et des chaussettes en laine – elles absorbent l’humidité, laissant vos pieds au sec;
  • ne sortez pas dans le froid sans des mitaines chaudes, un bonnet et une écharpe;

Facteurs de risque de gelures

  • vêtements et chaussures serrés et humides
  • faiblesse, fatigue
  • problèmes vasculaires
  • intoxication alcoolique

Diagnostic des engelures aux orteils :

Avant d’entrer dans une pièce chaude à cause du gel, tapotez l’orteil d’un pied sur le talon de l’autre.
Si vos orteils ne sentent rien, vous avez des engelures.

Pour les engelures :

Retirez les chaussures mouillées ou trouées à l’intérieur (ne retirez pas les chaussures sèches);

Isolez vos jambes de la chaleur, enveloppez-les en plus. Cela est nécessaire pour réchauffer le corps avec de la chaleur interne, sinon les tissus endommagés seront détruits;

Buvez 3 à 4 tasses de thé sucré chaud pour vous réchauffer de l’intérieur ;

Si le réchauffement interne s’accompagne de douleurs aiguës, prenez 2-3 comprimés d’analgine (en l’absence de réactions allergiques).

Assurez-vous de consulter un médecin pour une aide médicale!

Lorsque vous travaillez à basse température :

Enlevez vos gants au moins une fois par heure et vérifiez vos doigts ;

Faites attention à vos collègues et demandez à voir votre visage.

Les engelures du nez, des oreilles et des doigts ne sont souvent pas remarquées par les victimes en raison de la perte de sensation.

Si vous remarquez des plaques de peau blanche :

  • Frottez vos paumes jusqu’à ce que vous vous sentiez chaud;
  • Placez une paume chaude sur la zone de peau blanchie; sur le nez, la joue ou les oreilles pendant 2-3 minutes ;
  • Répétez cette procédure jusqu’à ce que la peau devienne rose;
  • Enveloppez-vous d’une écharpe, d’un mouchoir, d’une mitaine ou d’un chapeau;
  • Allez dans une pièce chaude dès que possible, buvez une boisson sucrée chaude.

Attention! Ne pas frotter la peau gelée, lubrifier avec des huiles ou de la vaseline.

Blessure au froid

Ne soyez pas négligent pour ne pas souffrir du froid !

L’hiver ne semble pas pressé de s’installer. Il n’y a plus de gelées amères, qui glacent le sang et l’âme, surtout ceux qui aiment le chaud et le froid. Mais cela signifie-t-il qu’il n’y a aucun danger qui guette tous ceux qui évaluent mal la situation, se gelent les jambes, les mains, le nez ou les oreilles? Ce sont ces parties du corps qui sont principalement exposées au froid. Déjà à trois degrés de gel, une personne peut payer pour sa négligence. Contribuez à cela, tout d’abord, à l’humidité de l’air et au vent, ainsi qu’à une mauvaise protection du corps avec des vêtements, des chaussures serrées. Avec le temps apparemment “sûr” dans le département, déjà un tiers des patients souffrent d’engelures sévères, qui nécessitent une intervention chirurgicale. Et combien de patients reçoivent un traitement ambulatoire !

Parmi ceux qui ont demandé de l’aide médicale, il y en a beaucoup qui ont souffert à plusieurs reprises. Le fait est que certaines parties du corps, une fois soumises aux engelures, deviennent très sensibles au froid. Et ce sont surtout des jeunes qui préfèrent la force à la santé – jupes courtes, vestes moulantes, pantalons, gants, collants fins et chaussures moulantes.

Dans le groupe à risque se trouvent les personnes qui ne travaillent pas, qui boivent et qui font des émeutes. L’état physiologique d’une personne joue également un rôle important dans la détermination des facteurs de risque: vieillesse, épuisement, anémie, béribéri, dépression du système nerveux.

Dans le contexte des engelures, une invalidité survient. – Les doigts et les orteils sont amputés, les oreilles sont défigurées. Mais la conséquence la plus grave est une maladie des vaisseaux sanguins et des terminaisons nerveuses, des maladies chroniques conduisant à l’infertilité.

Les premiers signes d’engelures sont une douleur lancinante aiguë, une décoloration de la peau et l’incapacité d’utiliser le membre. La congélation générale se traduit par des changements profonds dans tous les tissus du corps en raison de l’arrêt progressif de la circulation sanguine et de l’apparition d’une anémie cérébrale.

Le tout premier secours consiste à isoler la victime de l’effet continu de la basse température, du réchauffement actif des membres et des parties du corps gelés.

Tout d’abord, la victime doit être enveloppée, un pansement thermo-isolant doit être appliqué sur la zone affectée de la peau et du thé chaud sucré doit être administré – cela améliorera la circulation sanguine.

Le massage ne peut pas être fait, bien que doux – un frottement léger (de préférence avec un chiffon en laine) est possible, mais pas avec de la neige.

Il est dangereux de prendre un bain chaud à la maison, car avec un fort échauffement, les petits vaisseaux des phalanges meurent, ce qui entraîne une nécrose des tissus. Il y avait beaucoup de tels cas dans la pratique des médecins.

L’anesthésie est déjà sous le contrôle des médecins.

Vous ne pouvez pas retarder l’hospitalisation. Si le traitement est commencé le premier jour, les résultats sont bons.

Il est très important de suivre les règles simples de prévention pour éviter les engelures.
S’habiller en fonction de la météo est une chose.
Ne buvez pas d’alcool avant de sortir – ce sont deux.
Et trois – connaître les premiers symptômes des engelures, se réchauffer périodiquement, bouger activement.

Plus le corps humain et son système neurovasculaire sont complets, meilleure est la nutrition et la composition du sang, mieux il est protégé par des vêtements chauds et des chaussures appropriées, plus il est endurci, plus il a de chances de ne pas souffrir du froid.

Rappel pour l’hypothermie et les engelures

L’hypothermie du corps est un état général d’une personne lorsque le froid affecte toute la surface du corps et que la température corporelle descend en dessous de 35 ° C. Une exposition prolongée à de basses températures conduit au gel, les fonctions corporelles sont inhibées et, avec une exposition prolongée au froid, elles disparaissent complètement. L’hypothermie et les engelures sont des concepts similaires, mais avec quelques différences.

Gelures (gelures) – dommages aux tissus corporels sous l’influence du froid. Elle s’accompagne souvent d’une hypothermie générale du corps et affecte particulièrement souvent des parties du corps telles que les oreillettes, le nez, les membres insuffisamment protégés, en particulier les doigts et les orteils. Se distingue des “brûlures par le froid” résultant d’un contact direct avec des substances extrêmement froides telles que la neige carbonique ou l’azote liquide. Le plus souvent, les engelures surviennent pendant les hivers froids à des températures ambiantes inférieures à −10 °C à −20 °C. Avec un long séjour à l’extérieur, en particulier avec une humidité élevée et des vents forts, des engelures peuvent survenir en automne et au printemps lorsque la température de l’air est supérieure à zéro.

Degrés d’hypothermie du corps

1 degré d’hypothermie (légère) – se produit si la température corporelle chute à 32-34 degrés. La peau devient pâle, des frissons, des difficultés d’élocution, des “chair de poule” apparaissent. La pression artérielle reste normale, si elle augmente, alors légèrement. Avec une hypothermie légère, des engelures de différentes parties du corps, 1-2 degrés, sont déjà possibles.

2 degrés d’hypothermie (moyen) – entraîne une diminution de la température corporelle à 29-32 degrés. Dans le même temps, le pouls ralentit considérablement – jusqu’à 50 battements par minute. La peau devient cyanosée, froide au toucher. La pression artérielle diminue un peu et la respiration devient superficielle et rare. Souvent, avec une hypothermie de gravité modérée, des crises de somnolence soudaines. Il est absolument impossible d’autoriser le sommeil dans de telles conditions, car la production d’énergie pendant le sommeil est considérablement réduite, une personne dans cet état peut mourir. À ce stade de l’hypothermie, des engelures de 1 à 4 degrés sont possibles.

3 degrés d’hypothermie (sévère) – la température corporelle descend en dessous de 31 degrés. La personne perd déjà connaissance, son pouls ralentit à 36 battements par minute. Des convulsions et des vomissements surviennent souvent. La respiration devient très rare – jusqu’à 3-4 par minute. Il y a une privation aiguë d’oxygène du cerveau. Les engelures à ce degré d’hypothermie sont très graves et, si elles ne sont pas traitées immédiatement, la rigueur et la mort s’installeront.

Premiers secours en cas d’hypothermie

Tout d’abord, vous devez transférer la victime dans un endroit chaud, ou du moins calme, bien l’envelopper d’un manteau de fourrure ou d’une couverture chaude. Si la victime est consciente, laissez-la boire du thé chaud, du jus ou du lait, mais l’alcool et le café sont strictement interdits ! N’essayez pas de réchauffer rapidement une personne, ne lui donnez pas de bain chaud, ne la tirez pas sous la douche, ne la frottez pas intensément, ne la recouvrez pas de coussins chauffants. Avec de telles manipulations, les conséquences de l’hypothermie peuvent être fatales. Des arythmies cardiaques et des hémorragies internes peuvent survenir. S’il n’y avait qu’une hypothermie des jambes ou une hypothermie de la tête, vous devez retirer les chaussures serrées et mouillées de la personne et lui mettre un chapeau, réchauffant ainsi progressivement la personne. N’oubliez pas que les premiers secours en cas d’hypothermie ne doivent pas nuire à une personne.

Degrés de gelures

– Frostbite degré I (le plus léger) – se produit généralement avec une courte exposition au froid. Les premiers signes d’une telle engelure sont une sensation de brûlure, des picotements, suivis d’un engourdissement de la zone touchée.

– Degré Frostbite II – se produit avec une exposition plus longue au froid. Dans la période initiale, il y a blanchiment, refroidissement, perte de sensibilité, mais ces phénomènes sont observés à tous les degrés de gelure. Par conséquent, le signe le plus caractéristique est la formation de cloques remplies de contenu transparent dans les premiers jours après la blessure.

– Degré de gelure III – la durée de la période d’exposition au froid et la diminution de la température dans les tissus augmentent. Les cloques formées dans la période initiale sont remplies de contenu sanglant, leur fond est bleu-violet, insensible aux irritations.

– Degré de gelure IV – se produit avec une exposition prolongée au froid, la diminution de la température dans les tissus avec elle est la plus importante. Il est souvent associé à des engelures III et même II degrés. La zone endommagée du membre est fortement cyanosée, parfois avec une couleur marbrée. L’œdème se développe immédiatement après le réchauffement et augmente rapidement. L’absence de cloques avec un œdème significativement développé, une perte de sensibilité indiquent un degré IV de gelure.

Gelures “de fer”

Il y a souvent des blessures par le froid qui surviennent lorsque la peau chaude entre en contact avec un objet métallique froid. Ces types de gelures sont particulièrement fréquents chez les enfants.

Pour éviter de telles situations, les enfants ne doivent pas recevoir de pelles avec des manches en métal en hiver. Et enveloppez de préférence les parties métalliques du traîneau avec un chiffon, du ruban adhésif – du ruban adhésif ou une couverture avec une vieille couverture. Assurez-vous de protéger leurs mains avec des mitaines.

Premiers secours pour les engelures

Pour réchauffer la victime, vous devez l’amener dans une pièce chaude, lui donner du thé chaud ou du lait. Couvrez les membres blessés avec un bandage thermo-isolant.

Si les engelures sont mineures, vous pouvez réchauffer vos doigts en les cachant sous vos aisselles. Si le nez est gelé, la chaleur de la main suffira à le réchauffer. Ne laissez pas la zone réchauffée de la peau geler à nouveau. Plus les tissus gèlent et se réchauffent souvent, plus les dommages peuvent devenir graves.

Si les joues ou le nez sont gelés, vous pouvez les réchauffer en les frottant dans le froid, puis en emmenant la victime dans la pièce. Il n’est pas recommandé de frotter les zones gelées avec de la neige. La neige contribue à un refroidissement encore plus important et la glace tranchante peut blesser la peau.

Après avoir prodigué les premiers soins, le patient doit être rapidement transporté à l’hôpital, car. même en cas d’hypothermie légère, les défenses de l’organisme sont réduites.

Prévention des engelures et de l’hypothermie

Il existe quelques règles simples qui vous permettront d’éviter l’hypothermie et les engelures en cas de gel intense :

– ne buvez pas d’alcool – l’intoxication alcoolique (cependant, comme toute autre) provoque en fait une grande perte de chaleur (due à l’expansion des vaisseaux périphériques), provoquant en même temps l’illusion d’un réchauffement. Un facteur supplémentaire est l’incapacité de se concentrer sur les signes de gelures;

– ne fumez pas dans le froid – fumer réduit la circulation sanguine périphérique, et rend ainsi les membres plus vulnérables ;

– ne marchez pas par temps glacial dans la rue affamé, fatigué;

– vous ne pouvez pas marcher dans le froid après des blessures, une perte de sang ;

– portez des vêtements amples – cela contribue à une circulation sanguine normale ;

– habillez-vous comme un “chou” – alors qu’entre les couches de vêtements, il y a toujours des couches d’air qui retiennent parfaitement la chaleur;

– les vêtements d’extérieur doivent être imperméables;

– des chaussures serrées, le manque de semelles intérieures constituent souvent la principale condition préalable à l’apparition d’engelures. Une attention particulière doit être portée aux chaussures pour ceux qui transpirent souvent des pieds. Vous devez mettre des semelles intérieures chaudes dans les bottes et au lieu de chaussettes en coton, portez des chaussettes en laine – elles absorbent l’humidité, laissant vos pieds au sec;

– ne sortez pas dans le froid sans mitaines, bonnet et écharpe. La meilleure option est les mitaines en tissu hydrofuge et coupe-vent avec fourrure à l’intérieur. Les gants en matériaux naturels, bien que confortables, ne sauvent pas du gel. Les joues et le menton peuvent être protégés par un foulard ;

– par temps froid et venteux, avant de sortir, lubrifiez les parties découvertes du corps avec une crème spéciale, du saindoux ou de l’huile animale (mais pas d’huile végétale !) ;

– ne portez pas d’objets lourds (sacs, paniers…) comprimant les vaisseaux sanguins, notamment les mains, ce qui contribue au gel ;

– ne pas utiliser de crème hydratante pour le visage et les mains ;

– ne portez pas de bijoux en métal (y compris en or, en argent) dans le froid – bagues, boucles d’oreilles, etc. Premièrement, le métal refroidit beaucoup plus rapidement que le corps à basse température, ce qui peut le “coller” à la peau avec douleurs et blessures. Deuxièmement, les anneaux sur les doigts entravent la circulation normale du sang. En général, par temps froid, essayez d’éviter le contact de la peau nue avec du métal ;

– utilisez l’aide d’un ami – surveillez le visage d’un ami, en particulier les oreilles, le nez et les joues ;

– ne laissez pas l’endroit gelé geler à nouveau – cela causera des dommages beaucoup plus importants à la peau;

– n’enlevez pas vos chaussures des membres gelés par le froid – elles gonfleront et vous ne pourrez plus remettre vos chaussures. Il est nécessaire d’atteindre une pièce chaude dès que possible. Si vos mains sont froides, essayez de les réchauffer sous vos bras ;

– lors du retour à la maison après une longue marche dans le froid, assurez-vous de vérifier les engelures sur les membres, le dos, les oreilles, le nez, etc. ;

– dès que vous ressentez une hypothermie ou un gel des extrémités lors d’une promenade, vous devez vous rendre dans n’importe quel endroit chaud dès que possible – un magasin, un café, une entrée – pour vous réchauffer et inspecter les endroits potentiellement vulnérables aux engelures ;

– si votre voiture a calé loin de l’agglomération ou dans une zone qui ne vous est pas familière, il est préférable de rester dans la voiture, d’appeler les secours par téléphone ou d’attendre qu’une autre voiture passe sur la route ;

– se cacher du vent – la probabilité de gelures dans le vent est beaucoup plus élevée;

Il convient de garder à l’esprit que chez les enfants, la thermorégulation du corps n’est pas encore complètement ajustée, et chez les personnes âgées et dans certaines maladies, cette fonction est altérée.

Rappelles toi!

Le meilleur moyen de sortir d’une situation désagréable est de ne pas s’y mettre !

En cas de gel intense, essayez de ne pas quitter la maison à moins que cela ne soit absolument nécessaire.

Le site utilise des cookies. Ils vous permettent de vous reconnaître et de recevoir des informations sur votre expérience utilisateur. Si vous ne souhaitez pas que vos données soient traitées, vous devez quitter le site. Si vous continuez à utiliser le site, vous DONNEZ VOTRE CONSENTEMENT à l’utilisation de cookies, au traitement et au stockage de vos données personnelles.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *