rêver

saignement intestinal

Le saignement intestinal est l’écoulement de sang des parties inférieures du tube digestif. Elle se manifeste par des symptômes de la maladie sous-jacente, ainsi que par la présence de sang frais lors de la défécation (mélangé aux matières fécales ou localisé sous forme de caillots sur les matières fécales). Pour le diagnostic, un examen rectal digital, une endoscopie de l’intestin grêle et du gros intestin, une angiographie des vaisseaux mésentériques, une scintigraphie avec des globules rouges marqués, des tests sanguins cliniques et biochimiques sont utilisés. Le traitement est généralement conservateur, comprenant le traitement de la maladie sous-jacente et la reconstitution de la perte de sang. Un traitement chirurgical est nécessaire en cas d’atteinte intestinale sévère (thrombose, ischémie vasculaire, nécrose).

Contents

informations générales

Le saignement intestinal est un saignement qui se produit dans la lumière de l’intestin grêle ou du gros intestin. Les saignements intestinaux représentent environ 10 à 15 % de tous les saignements du tube digestif. Habituellement, ils ne présentent pas de symptômes cliniques évidents, ne conduisent pas à un choc hémorragique. Le plus souvent, le fait d’un saignement intestinal est détecté par hasard lors d’un examen pour d’autres maladies. Vous pouvez déterminer le niveau de saignement par la couleur et la consistance des matières fécales : les saignements intestinaux de l’intestin grêle se manifestent par des matières fécales liquides, noires et fétides ; le sang des sections supérieures du côlon est sombre, uniformément mélangé avec des matières fécales. En présence de saignements intestinaux des parties inférieures du côlon, du sang écarlate enveloppe les selles par le haut. Les saignements mineurs peuvent ne pas être cliniquement évidents,

Causes des saignements intestinaux

La cause du saignement peut être une variété de maladies de l’intestin et des vaisseaux mésentériques. L’angiodysplasie des vaisseaux de l’intestin grêle et du gros intestin ne peut se manifester que par des saignements et ne présente aucun autre signe clinique. La diverticulose intestinale est la cause la plus fréquente de saignement. En outre, les saignements intestinaux accompagnent souvent les maladies inflammatoires chroniques (maladie de Crohn, colite ulcéreuse) et aiguës de l’intestin (colite pseudomembraneuse); pathologie spécifique de l’intestin grêle ou du gros intestin (colite tuberculeuse).

En outre, les lésions des vaisseaux mésentériques peuvent entraîner des saignements intestinaux – ischémie intestinale due à un spasme ou à une thrombose des artères mésentériques. Les saignements massifs mettent fin à la pathologie tumorale (cancer, polypes intestinaux). La source des saignements intestinaux peut être les hémorroïdes, les fissures anales. Chez les enfants, les corps étrangers du tube digestif sont une cause fréquente de saignement intestinal.

Les facteurs plus rares provoquant des saignements intestinaux comprennent la colite radique après radiothérapie, les fistules aorto-intestinales, l’ankylostomiase, la syphilis intestinale, l’amylose, les longues courses de marathon chez les athlètes. Dans moins de 10% des cas, il n’est pas possible d’identifier la cause d’un saignement intestinal.

Symptômes de saignement intestinal

Les saignements intestinaux sont rarement massifs, provoquant une clinique claire d’hypovolémie, de choc hémorragique. Très souvent, les patients ne mentionnent l’apparition périodique de sang dans les selles qu’après une anamnèse approfondie. La plainte la plus courante de saignement intestinal est l’écoulement de sang dans les selles. Lors d’un saignement de l’intestin grêle, le sang est en contact prolongé avec les enzymes digestives, ce qui entraîne l’oxydation de l’hémoglobine et donne au sang une couleur noire. S’il y a beaucoup de sang, cela irrite les parois intestinales et entraîne un passage accru du contenu dans le tube digestif. Cela se manifeste par la présence de selles liquides, noires et fétides – méléna.

Si la source du saignement se situe dans les parties supérieures du gros intestin, le sang participe activement à la formation des matières fécales, a le temps de s’oxyder. Dans de telles situations, un mélange de sang noir est trouvé, uniformément mélangé avec des matières fécales. En présence de saignements intestinaux du sigmoïde, du rectum, le sang n’a pas le temps de se mélanger aux matières fécales, il est donc situé au-dessus des matières fécales non altérées à l’extérieur sous forme de gouttes ou de caillots. La couleur du sang dans ce cas est écarlate.

Si la source du saignement est un diverticule du côlon ou une angiodysplasie, un saignement peut survenir dans un contexte de santé complète, sans douleur. Si le saignement intestinal s’est développé dans le contexte d’une pathologie inflammatoire et infectieuse de l’intestin, l’apparition de sang dans les selles peut être précédée de douleurs abdominales. Des douleurs au niveau du périnée pendant ou immédiatement après la défécation, associées à l’apparition de sang rouge dans les selles ou sur du papier toilette, sont caractéristiques des hémorroïdes et des fissures anales.

La pathologie infectieuse du gros intestin, qui a conduit au développement de saignements intestinaux, peut s’accompagner de fièvre, de diarrhée, d’un besoin constant de déféquer (ténesme). Si des saignements intestinaux surviennent dans le contexte d’un état subfébrile à long terme, d’une perte de poids importante, d’une diarrhée chronique et d’une intoxication, une tuberculose intestinale doit être envisagée. Les saignements intestinaux, associés à des signes de lésions systémiques de la peau, des articulations, des yeux et d’autres organes, sont généralement un symptôme d’une maladie intestinale inflammatoire non spécifique. En présence de matières fécales colorées et en l’absence totale d’une clinique de saignement, il convient de préciser si le patient a mangé des plats contenant des colorants alimentaires, ce qui pourrait entraîner une modification de la couleur des matières fécales.

La Chine a fait une déclaration importante sur la Russie
Le médecin a appelé le poids idéal pour les personnes âgées
La Chine s’émerveille des réalisations de la Russie
Le médecin a parlé des dangers du sommeil conjoint de l’enfant et de la mère

Diagnostic de saignement intestinal

Pour établir avec précision le fait d’un saignement intestinal, il est nécessaire non seulement de consulter un gastro-entérologue, mais également un endoscopiste. Pour établir la gravité et le risque d’effet indésirable dans les saignements intestinaux, un test sanguin clinique urgent est effectué (le niveau d’hémoglobine, d’érythrocytes, de normocytes, d’hématocrite est déterminé), un test de selles pour le sang occulte, un coagulogramme. Lors de l’examen, le gastro-entérologue fait attention au pouls, au niveau de la pression artérielle. Assurez-vous de savoir si le patient a des antécédents d’épisodes de perte de conscience.

S’il y a du sang écarlate dans les selles, un examen digital du rectum est effectué pour la présence d’hémorroïdes, de polypes. Cependant, il convient de rappeler que la confirmation du diagnostic de varices hémorroïdaires du rectum n’exclut pas les saignements intestinaux provenant d’autres parties du tube digestif.

La méthode la plus simple et la plus abordable pour identifier la source d’un saignement intestinal est l’endoscopie. Pour établir le diagnostic, une coloscopie (examen du côlon supérieur), une sigmoïdoscopie (visualisation du sigmoïde et du rectum) peuvent être réalisées. Un examen endoscopique permet d’identifier la cause d’un saignement intestinal dans 90% des cas, d’effectuer un traitement endoscopique simultané (polypectomie, électrocoagulation d’un vaisseau saignant). Une attention particulière est portée à la description du saignement (arrêté ou en cours, présence d’un thrombus et ses caractéristiques).

Si le saignement persiste et que sa source ne peut être identifiée, une mésentéricographie, une scintigraphie des vaisseaux mésentériques à l’aide d’érythrocytes marqués est réalisée. La mésentérique permet d’identifier la source du saignement intestinal dans 85 % des cas, mais seulement si son intensité est supérieure à 0,5 ml/min. Le contraste introduit dans les vaisseaux mésentériques sort avec le flux sanguin dans la lumière intestinale, comme on peut le voir sur la radiographie. Dans ce cas, le cathéter situé dans les vaisseaux du mésentère peut être utilisé pour les scléroser ou administrer de la vasopressine (cela va provoquer une vasoconstriction et arrêter le saignement). Cette méthode est la plus pertinente pour détecter les saignements intestinaux dans le contexte de la diverticulose intestinale, l’angiodysplasie.

Si l’intensité du saignement intestinal est faible (0,1 ml/min.), une scintigraphie aux érythrocytes marqués permettra d’en identifier la source. Cette technique nécessite un certain temps et une certaine préparation, cependant, avec une grande précision, elle permet le diagnostic des saignements intestinaux de faible intensité. Contrairement à la mésentérique, la scintigraphie permet d’identifier la source du saignement, mais pas sa cause.

Il est recommandé d’effectuer en dernier lieu les examens radiographiques de l’intestin avec introduction d’une suspension de baryum, car ils sont les moins informatifs et peuvent fausser les résultats d’autres méthodes (études endoscopiques et angiographiques). Habituellement, l’évaluation du passage du contenu dans les intestins est effectuée au plus tôt 48 heures après l’arrêt du saignement intestinal.

Traitement des saignements intestinaux

Les saignements intestinaux de faible intensité ne nécessitent généralement pas l’hospitalisation du patient dans le service de gastro-entérologie, mais s’il y a des signes de choc hémorragique, le patient doit être hospitalisé d’urgence dans l’unité de soins intensifs. Ces signes incluent : peau pâle, extrémités froides, tachycardie, baisse de la tension artérielle, absence de miction. Dans l’unité de soins intensifs, un accès veineux stable est fourni, la perfusion de substituts sanguins, les produits sanguins (masse érythrocytaire, plasma frais congelé, cryoprécipité) commence. Une surveillance constante des paramètres hémodynamiques est effectuée, le niveau d’hémoglobine, d’érythrocytes et d’hématocrite est surveillé une fois par heure. Une endoscopie d’urgence est réalisée pour déterminer la source du saignement et l’arrêter par voie endoscopique.

Si le saignement est modéré, le traitement commence par l’élimination de sa cause, c’est-à-dire le traitement de la maladie sous-jacente. Les saignements intestinaux associés à la diverticulose intestinale sont le plus efficacement contrôlés par la perfusion de vasopressine via un cathéter après l’angiographie. Ces saignements ont tendance à se reproduire au cours des deux jours suivants, de sorte que le cathéter est retiré du vaisseau mésentérique au plus tôt 48 heures plus tard. En outre, un cathéter placé pendant l’angiographie peut être utilisé pour emboliser un vaisseau saignant. Si le saignement intestinal qui complique la diverticulose intestinale ne peut pas être arrêté ou s’il réapparaît après une hémostase conservatrice, une intervention chirurgicale peut être nécessaire – hémicolectomie, colectomie subtotale.

Les saignements intestinaux dans le contexte de l’ischémie intestinale aiguë nécessitent une tactique différente – aux stades initiaux, la restauration du flux sanguin dans le contexte de la vasodilatation aide à arrêter le saignement. Si un infarctus intestinal, une péritonite s’est développée, une résection de la zone touchée de l’intestin est également réalisée. Dans le cas où le saignement intestinal est dû à une angiodysplasie, lors d’un examen endoscopique, une coagulation électro- ou laser des vaisseaux affectés est effectuée. Avec des saignements hémorroïdaires, ils sont sclérosés ou bandés.

Prévision et prévention des saignements intestinaux

Il est très difficile de prédire l’issue d’un saignement intestinal, car cela dépend de nombreux facteurs. La mortalité due aux hémorragies intestinales varie selon les pays, mais reste assez élevée. Aux États-Unis depuis 8 ans, depuis 2000, des hémorragies intestinales comme cause de décès ont été enregistrées dans près de 70 000 cas. La prévention des saignements intestinaux comprend la détection et le traitement en temps opportun des maladies pouvant entraîner cette complication.

saignement rectal

Le saignement rectal est l’écoulement de sang de l’anus en raison d’une violation de l’intégrité des vaisseaux du rectum et du tractus gastro-intestinal inférieur. On peut l’observer dans un grand nombre de maladies d’étiologies diverses. Il se manifeste sous la forme de toute quantité de sang frais ou de caillots dans les matières fécales, de taches sur le papier hygiénique et les sous-vêtements. Habituellement, la perte de sang est légère ou modérée et les saignements rectaux abondants sont rares. Le diagnostic est posé sur la base des symptômes, de la recherche de sang occulte dans les selles, des études radiologiques et endoscopiques. La tactique de traitement est déterminée par la pathologie sous-jacente.

CIM-10

informations générales

Le saignement rectal est un syndrome qui peut être observé dans un certain nombre de maladies inflammatoires, infectieuses, oncologiques et certaines autres conditions pathologiques qui affectent le rectum et le tractus gastro-intestinal inférieur. Le saignement rectal est diagnostiqué lorsqu’il y a une quantité quelconque de sang dans les selles (y compris des traînées simples), sur du linge ou du papier hygiénique. La fréquence de survenue n’a pas été élucidée en raison d’une standardisation insuffisante des critères de saignement rectal. Les experts estiment que les données statistiques fournies dans diverses sources doivent être considérées comme un reflet du taux de détection plutôt que de la véritable prévalence de la pathologie.

Habituellement, dans la littérature, il y a des références au fait que les saignements rectaux représentent 20 à 25% de la quantité totale de saignements de toutes les parties du tractus gastro-intestinal. Le plus souvent, la pathologie est diagnostiquée chez des patients âgés de 63 à 77 ans. Le risque de développement augmente considérablement avec l’âge (de 30 à 80 ans – près de 200 fois). Les saignements rectaux dans seulement 10 à 15% des cas s’accompagnent de troubles hémodynamiques systémiques (évanouissement, collapsus). Les hémorragies sévères nécessitant une intervention chirurgicale d’urgence sont rares. Des saignements rectaux récurrents petits à modérés peuvent provoquer une anémie. Le traitement est effectué par des spécialistes dans le domaine de la proctologie clinique et de la gastro-entérologie.

Les raisons

Toutes les causes de saignement rectal peuvent être divisées en plusieurs groupes: causées par des tumeurs bénignes et malignes du tractus gastro-intestinal inférieur, des excroissances anormales de la muqueuse du côlon, des maladies chroniques de l’intestin et de l’anus, des intoxications et des lésions infectieuses, des troubles congénitaux et acquis de la circulation sanguine, troubles des selles, complications diverses maladies et radiothérapie.

Parmi les lésions oncologiques qui provoquent des saignements rectaux, il convient tout d’abord de mentionner le cancer colorectal. Des saignements mineurs dans cette pathologie peuvent déjà être présents aux stades initiaux du développement de la maladie. Avec l’effondrement de la tumeur, les saignements rectaux deviennent plus abondants, dans certains cas, une perte de sang importante est possible en raison de la fonte d’un gros vaisseau. Les excroissances anormales (polypes) provoquent également souvent des saignements rectaux. Les polypes villeux riches en vaisseaux saignent particulièrement souvent.

Le saignement de l’anus est un symptôme constant de la colite ulcéreuse et de la maladie de Crohn. De plus, des saignements rectaux peuvent être observés avec une diverticulite du gros intestin, une proctite et des ulcères rectaux solitaires. Parfois, des saignements mineurs, le plus souvent déterminés uniquement par un test de sang occulte dans les selles, se développent avec une intoxication alimentaire ordinaire. Ce symptôme se retrouve également constamment dans les lésions infectieuses du tractus gastro-intestinal (par exemple, avec la dysenterie).

Le saignement rectal est également présent dans les colites pseudomembraneuses résultant d’une dysbactériose spécifique sur fond d’antibiothérapie. Parfois, chez les patients présentant des saignements de l’anus, des anomalies vasculaires congénitales (angiodysplasie) ou une ischémie intestinale sont détectées en raison de troubles circulatoires acquis dans la cavité abdominale et le petit bassin. Les saignements rectaux sont souvent causés par des hémorroïdes, des fissures anales et un prolapsus rectal.

Le symptôme peut être observé avec des fistules rectales d’étiologies diverses (avec paraproctite, maladie de Crohn, diverticulite, cancer du rectum, certaines infections spécifiques), une intussusception intestinale et un prolapsus rectal. De plus, des saignements rectaux se développent souvent chez les patients cancéreux à qui on a prescrit une radiothérapie dans la région pelvienne (le plus souvent pour un cancer de la prostate). Habituellement, le symptôme apparaît quelque temps après la fin du traitement et est une conséquence de la rectite radique.

symptômes de saignement

La nature et l’intensité des saignements rectaux dépendent de la pathologie sous-jacente. Avec les fissures anales, les patients se plaignent de douleurs intenses lors de la défécation. Le sang est séparé en petites quantités et se retrouve sous forme de petits frottis rouge vif sur du papier toilette. Avec les saignements rectaux hémorroïdaires, des symptômes similaires peuvent être observés, cependant, il n’y a pas de douleurs prononcées pendant l’acte de défécation. Certains patients ont des hémorroïdes prolapsus. Le sang est souvent écarlate brillant, bien que des caillots sombres puissent également être libérés. Les saignements rectaux avec les hémorroïdes sont plus intenses, une anémie peut se développer.

Avec la diverticulite, les saignements rectaux se développent relativement peu fréquemment, mais peuvent être abondants et nécessiter des mesures médicales urgentes. Le type de sang dépend de l’emplacement du diverticule. Avec des dommages au côlon sigmoïde, le sang est rouge vif, avec des diverticules des sections droites du côlon – marron, parfois presque noir. Les patients s’inquiètent des douleurs abdominales, de la fièvre et de l’hyperthermie résultant de l’inflammation de la membrane muqueuse du diverticule. Les saignements rectaux dans la diverticulite peuvent s’arrêter d’eux-mêmes, puis réapparaître après des mois, voire des années.

Les saignements rectaux dans les polypes du côlon peuvent survenir dans le contexte d’un bien-être subjectif ou de douleurs abdominales et de troubles des selles. L’intensité de ces saignements est généralement faible, mais leur répétition fréquente peut provoquer une anémie, en particulier dans la polypose familiale héréditaire avec la présence d’un grand nombre de polypes villeux sujets aux saignements.

Le saignement rectal dans le cancer colorectal est initialement mineur, du sang peut être retrouvé dans les selles sous forme de caillots ou de stries. Avec l’effondrement de la tumeur, le volume de sang sécrété peut augmenter. Outre l’anémie, les douleurs abdominales et les troubles des selles, on observe des manifestations courantes de la maladie oncologique : faiblesse, perte de poids, manque d’appétit, hyperthermie et syndrome d’intoxication. Les saignements rectaux dans l’angiodysplasie ne s’accompagnent d’aucun symptôme. Les douleurs abdominales et les troubles des selles sont absents. Une anémie peut se développer. La couleur du sang dans les polypes et le cancer dépend de l’emplacement du nœud. Plus le néoplasme est situé haut, plus le sang sécrété est foncé. Avec l’angiodysplasie, ce schéma est moins prononcé, le sang a souvent une teinte rouge vif.

Avec des saignements rectaux causés par une rectite et une colite d’étiologies diverses, on observe des douleurs abdominales, de la diarrhée et des impuretés pathologiques dans les matières fécales. En plus du pus et du mucus, des traînées de sang peuvent être détectées dans les masses fécales. Dans les maladies aiguës sévères et les exacerbations des formes chroniques de colite et de proctite avec des symptômes cliniques sévères, les saignements rectaux peuvent augmenter, mais une perte de sang importante n’est pas caractéristique. La rectite et la colite radique se produisent avec des symptômes similaires, dans la plupart des cas, les saignements rectaux s’arrêtent après la fin de la radiothérapie.

Diagnostique

Le saignement rectal est diagnostiqué sur la base des plaintes des patients, des données de l’examen rectal, de l’analyse de sang occulte dans les selles, de la sigmoïdoscopie ou de la coloscopie. Pour évaluer la gravité de l’anémie, une numération globulaire complète est effectuée. Pour identifier la pathologie sous-jacente à l’origine du développement d’un saignement rectal, des méthodes radiologiques sont utilisées (CT, radiographie simple et contraste, angiographie viscérale, fistulographie avec fistules), biopsie, coprogramme, analyse bactériologique des matières fécales, analyse sanguine biochimique et autres études. Le diagnostic différentiel est réalisé avec des saignements provenant d’autres parties du tractus gastro-intestinal.

Traitement des saignements rectaux

La tactique thérapeutique est déterminée par un proctologue spécialisé, en tenant compte de la gravité et des causes du développement de la pathologie. Avec des saignements rectaux mineurs, le proctologue recommande le repos, prescrit un régime spécial. Une perte de sang récurrente peut nécessiter un traitement pour l’anémie. Dans tous les cas, la maladie sous-jacente est traitée.

Avec une perte de sang abondante, des mesures d’urgence sont nécessaires pour arrêter le saignement en combinaison avec la reconstitution du volume sanguin en circulation. Effectuer un traitement par perfusion en utilisant du sang et des substituts sanguins. Le volume de transfusion sanguine est déterminé individuellement. Pour arrêter le saignement rectal, une hypothermie locale de la zone touchée et des techniques endoscopiques thérapeutiques sont utilisées: diathermocoagulation, photocoagulation au laser, applications de films hémostatiques, administration locale de médicaments hémostatiques. Si nécessaire, effectuez une intervention chirurgicale d’urgence.

Prévision et prévention

Le pronostic d’un saignement rectal dépend de la quantité et de la vitesse de la perte de sang. La plupart des saignements se terminent d’eux-mêmes et n’entraînent pas de violations graves de l’état du patient. La mortalité avec rares saignements rectaux abondants varie de 4 à 10 %. La prévention consiste à détecter et à traiter en temps opportun les maladies pouvant provoquer cette pathologie.

Causes du sang dans les selles

Le sang dans les selles peut avoir différentes nuances – de l’écarlate brillant au presque noir, selon la cause. Des symptômes désagréables apparaissent chez les adultes à tout âge, le plus souvent ils signalent des maladies graves, vous devez donc subir un examen et commencer un traitement médicamenteux.

Causes des selles sanglantes

Des matières fécales avec des taches sanglantes apparaissent en raison d’une violation de la structure des muqueuses, des vaisseaux sanguins et des tissus musculaires du tube digestif. Le sang n’est pas toujours clairement visible – souvent les patients se tournent vers des spécialistes avec des problèmes complètement différents, mais les résultats du diagnostic montrent la présence de sang latent.

Causes de la répartition des inclusions sanglantes avec les matières fécales

Couleur du caillot Raisons possibles
Sang écarlate imprimé sur papier toilette, sous-vêtements Le foyer de l’inflammation est situé près de l’anus
Selles molles avec du sang En cas d’intoxication, maladies infectieuses intestinales
Stries et touffes rouge foncé L’inflammation se produit dans le tractus gastro-intestinal supérieur
Caillots sombres avec une odeur désagréable, sang bordeaux Le foyer de saignement est situé dans les sections médianes du tractus gastrique
Écoulement noir de nature maculante Varices de l’oesophage
Test de sang occulte positif Tumeurs malignes et bénignes, infection par des vers

Des traînées sanglantes peuvent apparaître avec l’utilisation prolongée d’antibiotiques comme effet secondaire du médicament, les médicaments contenant du fer, le bismuth peuvent modifier considérablement la couleur des matières fécales.

Après avoir mangé des betteraves, des tomates, des myrtilles et des groseilles, des morceaux non transformés restent souvent dans les excréments, qui ressemblent à des taches sanglantes. Du sang dans les matières fécales peut également apparaître après avoir mangé des aliments épicés – dans le contexte d’une grave irritation de l’estomac, les vaisseaux sanguins éclatent.

Dans quelles pathologies les traînées de sang sont-elles présentes dans les matières fécales

Avec un mouvement normal des matières fécales, la présence de particules sanglantes dans les matières fécales indique des problèmes dans la région sigmoïde, rectale et anale. La photo montre à quel point les impuretés sont dangereuses dans les selles.

Quelles sont les causes du sang dans les selles :

  1. Des fissures dans l’anus se forment avec une constipation prolongée, une forte tension, si les matières fécales sont très dures. La surface des matières fécales est recouverte de sang écarlate frais et léger, la maladie se déroule sans douleur ni autres symptômes désagréables.
  2. Avec les hémorroïdes, le sang est présent à la surface et à l’intérieur des selles. Une personne peut être dérangée par la sensation de présence d’un corps étranger dans l’anus, de fortes démangeaisons, dans les derniers stades du développement de la maladie, des douleurs et des brûlures apparaissent.
  3. Avec une colite non spécifique dans le contexte de pathologies immunologiques, des formations ulcéreuses apparaissent sur la membrane muqueuse du gros intestin, du mucus sanglant apparaît, du pus dans les selles. Les symptômes supplémentaires sont la fièvre, la diarrhée, l’inconfort dans la partie médiane de l’abdomen.
  4. Tumeurs malignes du sigmoïde ou du rectum – des signes d’intoxication grave apparaissent, le poids diminue fortement.
  5. La maladie de Crohn – une inflammation de l’intestin grêle de nature immunitaire, se développe dans un contexte de surmenage nerveux, de tabagisme, d’allergies alimentaires et d’un facteur héréditaire. Les selles sont liquides, l’envie est fréquente, il y a du mucus sanglant, du pus, la température est élevée, des ulcères apparaissent sur la muqueuse buccale, une éruption cutanée, la vision se détériore.
  6. Infections intestinales – staphylocoques, salmonelles, klebsiella, entérovirus, rotavirus peuvent provoquer l’apparition de diarrhée mêlée de sang. Une diarrhée similaire est également observée lorsqu’elle est infectée par des amibes, des schistosomes. En plus des troubles dyspeptiques, une éruption cutanée apparaît, les indicateurs de température augmentent.

Avec l’athérosclérose des artères, une colite ischémique se développe – une douleur aiguë apparaît, des saignements sévères lors de la défécation. Premiers secours – 1-2 comprimés de nitroglycérine.

Tabouret noir avec du sang – qu’est-ce que cela signifie

Les symptômes apparaissent lorsqu’une source de saignement se produit dans les premières sections du tube digestif – les acides, les micro-organismes, les enzymes agissent sur les globules rouges, le sang devient plus foncé, il n’est pas toujours possible de le détecter à l’œil nu, ce phénomène s’appelle méléna. Dans tous les cas, l’apparition de tels caillots sanguins s’accompagne de vertiges, d’une fatigue accrue, la peau devient pâle.

Causes du sang occulte :

  1. Ulcère de l’estomac ou du duodénum. La maladie s’accompagne de douleurs dans le haut de l’abdomen, de nausées, d’éructations, l’inconfort augmente après avoir mangé ou pendant de longues pauses entre les repas, les matières fécales sont liquides, le sang est presque noir, le vomi ressemble à du marc de café en consistance.
  2. Perforation de l’ulcère – douleur de poignard dans le côté droit, froid abondant, rythme cardiaque rapide, fièvre.
  3. Diverticulose, tumeurs et ulcères de l’œsophage. Un mélange de sang apparaît non seulement dans les matières fécales, mais aussi dans le vomi.
  4. Tumeurs malignes et bénignes de l’œsophage, de l’estomac, du duodénum. Avec le cancer de l’estomac, une personne développe une intolérance à la viande, elle est rapidement saturée même en petites portions et il y a une forte perte de poids. Le cancer de l’intestin s’accompagne des symptômes suivants – fausse envie fréquente de déféquer, grondement dans l’abdomen, diarrhée alternant avec constipation, calentoïde avec du sang.
  5. Blessures des organes abdominaux.
  6. Tuberculose de l’intestin.
  7. Cirrhose du foie – provoque souvent des varices de l’œsophage. Les masses fécales ressemblent au goudron, à une douleur intense après avoir mangé, à une diminution des paramètres artériels, à des vomissements avec des impuretés sanguines, à un goût amer dans la bouche et à un réseau vasculaire dans l’abdomen.
  8. Maladies du pancréas – cancer, kyste, nécrose pancréatique. Se produire dans le contexte de troubles dyspeptiques, d’intoxication grave.

Sang dans les selles chez les femmes

Une cause purement féminine de selles sanglantes est l’endométriose, il y a une douleur tiraillante dans la région lombaire et l’abdomen, qui s’intensifie pendant les selles. Des symptômes similaires peuvent également être une conséquence de la radiothérapie – la diarrhée est remplacée par la constipation, du mucus apparaît dans les matières fécales, du sang.

Quelles sont les causes des matières fécales avec un mélange de sang chez les femmes:

  1. Les écoulements sanguins pendant la défécation se produisent souvent dans la période post-partum – les hémorroïdes s’aggravent, la formation de fissures anales, qui est associée à une forte activité de tension, des selles dures. Il n’y a pas de douleur, mais le processus de guérison des microtraumatismes s’accompagne de fortes démangeaisons.
  2. Avant la menstruation, il y a une exacerbation des hémorroïdes, donc du mucus avec du sang dans les selles apparaît souvent ces jours-ci chez les femmes.
  3. Pendant la menstruation, le mucus rouge dans les matières fécales est une conséquence de l’endométriose. Le pseudo-endomètre est situé dans divers organes du système génito-urinaire, dépendant des hormones – avec le début des menstruations, il commence à saigner comme un endomètre normal dans l’utérus.
  4. Le sang noir peut indiquer des polypes, des tumeurs, des ulcères.

Pendant la grossesse, l’ichor dans les selles est un phénomène courant, la taille de l’utérus augmente, exerce une pression sur les organes du tube digestif et, souvent, le processus de mise au monde d’un enfant s’accompagne de varices du périnée. Mais au troisième trimestre, une femme doit être attentive à de tels symptômes, car ils peuvent être le résultat de saignements abondants, il est donc préférable de consulter un médecin, surtout si l’estomac fait mal, tire, s’il y a des problèmes de rythme cardiaque et de pression . Une perte de sang abondante est dangereuse pour l’enfant – il souffre d’un manque de nutriments et d’oxygène.

La cause du genre du mélange de sang dans les selles chez les hommes est le cancer de la prostate, à mesure que la maladie se développe, la tumeur se développe, commence à endommager la paroi intestinale lors de la vidange.

Causes de l’apparition de selles avec du sang chez un enfant

Les maladies du tube digestif surviennent chez un enfant aussi souvent que chez l’adulte; chez les nourrissons, les maladies gastro-intestinales sont encore plus fréquentes, car leur système n’est pas encore complètement formé.

Chez les enfants de moins de 12 mois, la cause du sang dans les selles peut être une dysbactériose – dans le contexte d’une inflammation constante, des vaisseaux minces sont endommagés. La maladie s’accompagne d’un certain nombre de symptômes caractéristiques – coliques sévères, augmentation de la formation de gaz, ballonnements, selles mousseuses.

Important! Des stries sanglantes apparaissent souvent avec une occlusion intestinale, cette maladie est extrêmement dangereuse pour les enfants. La maladie ne s’accompagne pas toujours d’un manque prolongé de défécation, il y a parfois une diarrhée liquide fréquente avec du mucus sanglant, la quantité de sang augmente constamment.

Une autre raison est les fissures anales, qui se forment après une constipation sévère, du sang apparaît souvent à la suite d’une infection par des vers, des amibes, des allergies aux protéines de lait, aux agrumes, au gluten, aux colorants et aux arômes.

Quel médecin dois-je contacter ?

Si votre estomac vous fait mal, vous vous sentez malade, diverses inclusions sanglantes apparaissent – vous devez consulter un proctologue. Sur la base des résultats de l’examen et du diagnostic, une consultation avec un gastro-entérologue, un gynécologue, un urologue, un andrologue, un oncologue peut être nécessaire.

Diagnostic avec du sang dans les selles

Pour déterminer les causes des selles sanglantes, diverses méthodes de diagnostic sont utilisées. Au stade initial, le proctologue examine l’état de l’anus, procède à un examen rectal du sphincter, de la muqueuse.

Quelles méthodes sont utilisées dans le diagnostic:

  • test sanguin biochimique général – vous permet de voir la présence d’un processus inflammatoire, des signes d’anémie;
  • coprogramme – réalisé pour détecter les œufs de vers, le sang occulte;
  • sigmoïdoscopie – vous permet de reconnaître les problèmes du gros intestin;
  • radiographie, échographie du système digestif;
  • coloscopie;
  • gastroscopie – effectuée avec suspicion de la présence de maladies du tractus gastro-intestinal supérieur.

Comment traiter

Comme il existe de nombreuses raisons à l’apparition de selles sanglantes, le médecin ne peut prescrire un traitement qu’après avoir reçu les résultats des tests. Mais presque toujours, en plus de la pharmacothérapie, le patient se voit prescrire un régime thérapeutique spécial.

Quels groupes de médicaments sont utilisés pour le traitement:

  • suppositoires rectaux – Voltaren, suppositoires à l’huile d’argousier, aide aux hémorroïdes;
  • veinotoniques – Venolan, Troxerutin, les comprimés sont nécessaires pour éliminer les signes de varices;
  • glucocorticostéroïdes – Prednisolone;
  • médicaments anticancéreux – capécitabine;
  • Sulfasalazine et ses dérivés – utilisés pour éliminer les manifestations de la maladie de Crohn ;
  • antibiotiques – Métronidazole, Ciprofloxacine, Céphalosporine, Bactrim;
  • médicaments antiviraux, interférons – Arbidol, Kipferon;
  • médicaments anthelminthiques – Praziquantel;
  • agents hémostatiques – Vikasol, fibrinogène;
  • immunomodulateurs – Ftorafur;
  • probiotiques, prébiotiques – Bifidumbacterin, Lactobacterin, Acipol, Hilak-Forte.

L’apparition de traces de sang dans les selles est le signe de nombreuses maladies graves. Une seule apparition de symptômes désagréables sans douleur ni inconfort ne devrait pas être très préoccupante, mais si des selles sanglantes sont accompagnées de fièvre, de crampes, de faiblesse, de nausées et de vomissements, des soins médicaux qualifiés sont indispensables.

Le sang dans les selles est un symptôme de quelle maladie ?

Le sang dans les selles est un signe qu’il ne faut pas écarter. Sa présence peut indiquer une maladie grave qui nécessite un traitement adéquat : plus tôt elle est débutée, meilleures sont les chances de succès. Les causes du sang dans les selles sont des saignements, qui peuvent être déclenchés par un large éventail de facteurs. Le sang pénètre dans l’anus et sort avec les matières fécales: cela se produit en raison d’une violation de l’intégrité des vaisseaux sanguins dans l’intestin ou le tractus gastro-intestinal inférieur. En règle générale, les pertes sont faibles, mais elles constituent néanmoins une raison de demander une aide proctologique professionnelle.

Selon les statistiques médicales, les saignements rectaux représentent environ un quart de tous les cas de saignement des structures anatomiques du tractus gastro-intestinal. Le plus souvent, ils sont diagnostiqués chez des patients âgés, cependant, les experts soulignent que le risque d’un tel phénomène augmente depuis l’âge de trente ans et ne cesse de croître. Le traitement des maladies qui les ont provoqués est effectué par des gastro-entérologues ou des proctologues.

Causes des matières fécales avec du sang

Les matières fécales contenant du sang sont le symptôme d’un certain nombre de maladies des intestins et du tractus gastro-intestinal inférieur de nature oncologique, inflammatoire ou infectieuse. Facteurs déclenchant des saignements, les experts se divisent en plusieurs groupes:

  • Colite ulcéreuse de type non spécifique ;
  • Entérite granulomateuse;
  • Protrusion de la membrane muqueuse du gros intestin;
  • Processus inflammatoires de la muqueuse du rectum et de l’intestin sigmoïde.
  • intoxication alimentaire;
  • Lésions infectieuses du tube digestif.
  • les hémorroïdes;
  • fissures anales;
  • Fistules de l’intestin;
  • Sa chute.

Symptômes de matières fécales avec du sang

Le sang dans les selles chez un adulte peut être trouvé dans un volume minimum, petit, moyen et grand et avoir un caractère différent, qui est dû à la maladie sous-jacente.

Maladie Les symptômes
Fissures dans l’anus Le sang est présent dans un petit volume et a une riche couleur rouge. Pendant la défécation, le patient ressent une douleur intense.
Les hémorroïdes Les symptômes sont similaires à ceux décrits ci-dessus, mais la douleur est absente. Le sang a une riche couleur rouge, mais des caillots bordeaux foncés sont également possibles.
diverticulite Le sang peut avoir une riche couleur écarlate si le côlon sigmoïde est atteint, et très foncé si les départements situés à droite sont malades. En plus de cela, des symptômes de douleur dans l’abdomen et de la fièvre sont observés.
polypes Les saignements se caractérisent par une faible intensité et sont détectés dans le contexte de symptômes de douleur dans l’abdomen, ainsi que de troubles des selles. Avec une répétition fréquente, ils peuvent entraîner le développement d’une anémie.
cancer colorectal Un mélange de sang est détecté sous forme de stries ou de caillots dans les matières fécales et aux stades initiaux du développement du néoplasme et a un petit volume. Cependant, si le néoplasme s’est désintégré, ce dernier peut augmenter. Autres symptômes: douleurs abdominales, troubles des selles, anémie et autres manifestations oncologiques.
Rectite et colite Du sang et du mucus dans les matières fécales d’un adulte apparaissent avec du pus. Leur mélange est faible, mais il peut augmenter dans les formes avancées ou lors d’une exacerbation de maladies chroniques.

Diagnostic de sang dans les selles

La présence d’un problème est déterminée par le médecin traitant, en fonction des plaintes du patient, de l’anamnèse, ainsi que des résultats :

  • examen rectal;
  • test sanguin général;
  • analyse des matières fécales pour le sang occulte ;
  • coloscopie ou rectoscopie.

Afin de déterminer la maladie sous-jacente, dont l’apparition est du sang dans les selles, des méthodes de diagnostic instrumentales sont utilisées:

  • tomodensitométrie ;
  • Radiographie avec et sans contraste ;
  • Angiographie ;
  • Biopsie.

Sang dans les selles : traitement

Le traitement d’un symptôme tel que les matières fécales avec du sang est effectué individuellement, en tenant compte de la pathologie sous-jacente et de l’abondance des saignements. S’il n’est pas significatif, le médecin peut prescrire un régime alimentaire spécial qui exclut les troubles des selles et s’adapte au transit intestinal. Cependant, si le sang apparaît systématiquement, il faudra traiter l’anémie.

Dans tous les cas, la pathologie sous-jacente est traitée. Cependant, si la perte de sang est importante, une intervention chirurgicale et des mesures pour restaurer le volume sanguin perdu peuvent être nécessaires. De plus, les techniques endoscopiques utilisant un laser, la coagulation et l’application d’agents hémostatiques donnent de bons résultats.

Prévention et pronostic du sang dans les selles

Les mesures préventives comprennent un diagnostic rapide et un traitement adéquat des conditions pathologiques qui provoquent un symptôme tel que du sang dans les selles. Quant au pronostic, il est déterminé par le volume et l’intensité des pertes sanguines. Souvent, les saignements s’arrêtent d’eux-mêmes et ne se manifestent plus, sans provoquer de changements négatifs graves dans l’état du patient.

Pour découvrir la cause du saignement rectal et suivre un traitement pour la maladie sous-jacente à Moscou, le réseau de cliniques “Docteur à proximité” vous invite. Nos cliniques sont situées dans différents quartiers de la capitale et sont équipées des dernières technologies. Ils disposent d’une base de diagnostic puissante qui vous permet de déterminer avec précision et rapidité la cause de l’anomalie et de déterminer les moyens de l’éliminer.

Nous avons des proctologues avec de nombreuses années d’expérience pratique. Ils connaissent bien le symptôme du sang dans les selles et savent comment traiter les conditions pathologiques qui le provoquent. Après des mesures de diagnostic, ils développeront une stratégie de traitement optimale qui atteindra définitivement l’effet souhaité : éliminer la maladie et améliorer la qualité de vie du patient.

Vous pouvez vous inscrire pour une consultation avec nos spécialistes en remplissant et en nous envoyant le formulaire en ligne présenté sur le site, ou en contactant nos opérateurs : +7 (495) 154-92-31 !

Sang de l’anus : aide d’urgence aujourd’hui à Rostov-sur-le-Don

La détection de sang au niveau de l’anus peut signaler l’apparition de problèmes proctologiques qu’il convient de traiter rapidement, sans reporter une visite chez le proctologue.

Souvent chez les personnes, la discussion des problèmes liés à l’anus et aux intestins est interdite. Par conséquent, il n’est pas rare qu’une visite chez le médecin se produise lorsque le temps est perdu et que la maladie a causé des dommages importants à l’organisme.

Dois-je avoir peur de saigner ?

Il n’y a pas lieu de paniquer. Mais il n’est pas recommandé de se détendre. Le sang après la défécation signifie la présence d’une lésion de la membrane muqueuse, des vaisseaux de l’anus, du canal anal, du rectum. Il est nécessaire d’identifier la cause en peu de temps afin de prévenir le développement d’une maladie.

La principale maladie présentant de tels symptômes est les hémorroïdes. Hommes et femmes sont à risque. Les saignements ne s’accompagnent pas de douleur et, selon le stade de la maladie, peuvent se manifester par des gouttes, des jets ou des éclaboussures. Si le saignement n’est pas ponctuel, mais est observé à plusieurs reprises, il ne s’agit pas d’un traumatisme à l’anus avec une masse fécale dure. Le cancer se caractérise par du sang rouge caché dans les selles.

Pour identifier la cause, il est important de contacter rapidement un proctologue, de subir un examen et, si nécessaire, un examen afin de recevoir un traitement adéquat.

Causes du sang

En plus des hémorroïdes et des traumatismes directs à l’anus, l’anus peut saigner pour diverses raisons. De plus, un homme et une femme peuvent être un patient potentiel d’un proctologue de la même manière.

  • Le gros intestin peut être affecté par la colite.
  • La fissure anale saignera, accompagnant la décharge de brûlures et de démangeaisons. Il y a peu de sang, observé immédiatement après la défécation.
  • Si une personne a tendance à la constipation, lors du passage de matières fécales solides, la membrane muqueuse et même le sphincter peuvent être blessés.
  • Les polypes peuvent saigner – selon la taille et l’emplacement de l’écoulement, ils peuvent être à la fois rares et abondants.
  • Rectite – la membrane muqueuse du rectum est recouverte d’ulcères qui s’enflamment. Des écoulements sanglants seront présents dans les matières fécales, une quantité notable de mucus est caractéristique.
  • Avec une tumeur maligne du rectum, les symptômes seront similaires à un saignement avec des polypes.
  • Diverticulose – si des saillies et des poches – des diverticules se sont formés sur la muqueuse, des grumeaux fécaux peuvent les blesser lors du passage. Le sang sera mélangé aux selles.
  • Saignement chez les personnes vivant avec le VIH – la nature de la complication jouera un rôle décisif. Avec une immunité réduite, des problèmes peuvent survenir dans toute manifestation du possible, ce qui affectera la nature du saignement.

Le sang de l’anus peut être une réaction à la prise de médicaments contenant du potassium – il peut s’agir d’antibiotiques ou d’autres médicaments. Si vous prenez des médicaments et ressentez un effet secondaire désagréable, parlez-en à votre médecin.

Que peut être du sang de l’anus

L’ombre du sang peut indiquer la localisation du problème et ses spécificités. Il convient de prêter attention à ces détails afin d’informer le médecin lors de la visite.

  • Le sang écarlate est un signe de fissure anale et d’hémorroïdes.
  • Une nuance de cerise suggère de rechercher un problème dans le côlon.
  • Les caillots sanguins noirs sont caractéristiques des processus tumoraux et de la diverticulose.
  • Couleur rouge – indique un polype ou une oncologie.
  • Écoulement noir – l’intervention d’un gastro-entérologue est nécessaire. La source du saignement se situe dans l’intestin grêle et au-dessus.

Une personne qui trouve des traces de sang sur des sous-vêtements, du papier toilette, doit consulter un médecin dans les plus brefs délais pour déterminer la cause du problème. Il est important de procéder à un diagnostic complet pour s’assurer qu’il n’y a pas de tumeurs malignes et de prendre des mesures pour un traitement réussi.

Réalisation de diagnostic

De nombreux patients sont déconcertés par la perspective d’une recherche avec l’introduction d’une sonde, ils ont peur de l’inconfort ou de la douleur. Dans le même temps, la coloscopie est à juste titre considérée comme le “gold standard” du diagnostic proctologique, qui permet de détecter tout changement dans le gros intestin.

  • Le proctologue procède à un examen numérique, utilise un anoscope ou un rectoscope, ce qui vous permettra de voir l’image à une profondeur allant jusqu’à 25 cm et, si nécessaire, de prélever des échantillons de tissus pour l’histologie.
  • Irrigoscopie – Examen radiographique avec introduction d’un agent de contraste.

Avant le diagnostic, il sera nécessaire de nettoyer les intestins et de suivre un régime qui réduit le niveau de formation de gaz pendant plusieurs jours. En plus des lavements, des préparations spéciales sont utilisées pour vider le contenu naturellement.

Si le patient est hypersensible ou si l’état est tel que les techniques endoscopiques peuvent provoquer une gêne, des anesthésiques locaux peuvent être utilisés et, si nécessaire, une rachianesthésie, voire une anesthésie générale.

Cas unique

Si vous avez une prédisposition à la constipation, il y a des moments où le sang apparaît une fois et après que le symptôme ne se reproduise pas. Cela indique une blessure au sphincter ou à une section proche du canal anal avec une masse fécale dure. En l’absence de répétitions, un tel symptôme ne nécessite pas d’intervention médicale.

Mais les amateurs d’expériences érotiques doivent se méfier et observer: il est possible que lors d’un rapport sexuel, des dommages aient été causés à l’anus ou au sphincter externe, la muqueuse. Si la douleur se fait sentir, il y a des problèmes de défécation, il est alors nécessaire de contacter un proctologue pour éviter les complications.

Traitement

Après avoir établi la cause du saignement, des méthodes chirurgicales conservatrices peuvent être utilisées. La proctologie moderne, même si une intervention chirurgicale est nécessaire, propose des méthodes de traitement peu traumatisantes, avec une courte période de rééducation.

Le scalpel traditionnel a été remplacé par des méthodes par ondes radio et laser, qui permettent d’enlever les tumeurs et d’exciser les tissus endommagés avec une perte de sang minimale et presque sans complications. La chirurgie matérielle vous permet de réduire le temps d’hospitalisation et, dans certains cas, le patient est autorisé à rentrer chez lui dans la journée ou le jour du traitement. La rééducation dure de 14 jours à un mois, sauf pour les cas difficiles.

Avec un traitement précoce, les chances de résoudre le problème par des méthodes conservatrices augmentent. Les suppositoires et les onguents sont les plus préférés des patients, car même une petite intervention d’un chirurgien impose des restrictions au mode de vie habituel. Cependant, les médicaments ne sont pas toujours efficaces, ils sont donc utilisés dans une approche intégrée.

Prédictions pour les saignements de l’anus

Si la cause du saignement n’était pas une formation maligne au cours des dernières étapes, le proctologue aidera avec succès à résoudre le reste des problèmes. Il existe des spécialistes hautement qualifiés à Rostov-sur-le-Don, dont l’expérience garantit au patient un prompt rétablissement et un haut niveau de bien-être.

Les problèmes proctologiques avec saignement de l’anus peuvent perturber les patients indépendamment du sexe et de l’âge. Les médecins notent que la maladie hémorroïdaire est devenue plus jeune et maintenant, même à l’adolescence, vous pouvez rencontrer une telle nuisance.

Il est nécessaire de contacter un proctologue sans attendre une exacerbation de la maladie. En cas de traitement d’urgence, le médecin fera tout pour arrêter le saignement et la douleur, puis effectuera toutes les études nécessaires. Il n’y a pas lieu d’avoir peur et honte, les spécialistes abordent délicatement toutes les procédures, essayant d’effectuer les manipulations aussi soigneusement que possible par rapport au patient.

Le sang de l’anus n’est qu’un des symptômes. Il est important que le patient découvre la cause de la maladie le plus tôt possible et fasse appel à un spécialiste. Il est important de régler le problème à temps pour éviter qu’il ne devienne chronique.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.