Relationship

Pourquoi je ne suis jamais assez

Elle est toujours assise là, en silence, plongée dans ses pensées. Pensées de tristesse… Cette tristesse se transforme en colère, cette colère se transforme en larmes, jusqu’à ce qu’elle s’endorme d’épuisement.

Elle sait comment ça se passe, ça finit toujours de la même façon, elle n’a plus besoin de le prévoir, c’est déjà devant elle, ça lui rit au nez, ce creux au ventre qui lui est trop familier, une familiarité qui la hante , maintes et maintes fois. Ce sentiment de rejet complet, d’incertitude et de perte d’estime de soi.

Elle se demande : “Pourquoi ne suis-je jamais assez bien ?!”

C’est une femme positive, elle aime rire, elle est attentionnée, aimante, enjouée. Elle est réfléchie, amusante et passionnée. Elle sait se valoriser… Mais pourquoi ne peuvent-ils pas le voir ? Pourquoi reste-t-elle blessée, dans la douleur et seule ?

Elle a essayé de jouer de nombreux rôles différents pour s’adapter au moule de quelqu’un d’autre; elle a été la femme fougueuse et indépendante que tant d’hommes recherchent, elle l’a joué cool, elle l’a joué pas si cool; elle finit par être chaque personnage qu’elle n’est pas.

Soyez toujours vous-même … Mais que se passe-t-il quand elle le fait ? Rien… Tout se joue de la même manière.

Il n’y a qu’un nombre limité de fois où vous pouvez mettre à l’arrière de votre esprit que “ce n’est pas vous”, mais que se passe-t-il si c’est le cas ? Et s’il y a quelque chose qui ne va pas chez elle, quelque chose avec lequel les autres ne veulent pas vraiment se connecter ? N’est-elle pas assez attirante ? Ne se tient-elle pas correctement ? Est-ce que les hommes ne voient le « sexe » que lorsqu’ils la regardent et reculent lorsqu’ils réalisent qu’elle est plus que des parties du corps ? Pourquoi ne peut-elle garder personne enfermé ?

On lui dit: “Il n’y a rien de mal avec toi, il y a quelque chose qui ne va pas avec eux!” Qu’est-ce qui se passe avec chaque gars qu’elle rencontre? Peut-être que c’est vrai, peut-être qu’elle attire les mauvais gars, mais comment le saurait-elle encore ? La réalité et la fantaisie se confondent jusqu’à ce qu’elle soit aveuglée.

Elle se regarde longuement dans le miroir pour essayer d’analyser ce qu’elle fait mal. Pourquoi elle n’est jamais assez bien pour quelqu’un. Pourquoi chaque fois qu’elle essaie de se rapprocher de quelqu’un, elle se retrouve dans la même situation déchirante que les nombreuses fois précédentes.

Elle est tellement habituée à ce sentiment qu’elle est devenue engourdie; elle s’est tellement habituée à être déçue qu’elle ne s’y attend même plus, elle le sait. Elle est découragée.

Maintenant, elle essaie de fuir quiconque passe à moins d’un kilomètre d’elle parce qu’elle a peur d’être à nouveau rejetée; elle ne veut pas rester seule dans sa chambre à pleurer parce qu’elle n’en a jamais assez. Elle ne veut pas rester assise à regarder son téléphone, attendant que l’inévitable se produise… Elle connaît l’exercice… L’appel ou le SMS qui ne vient jamais… Ou le message pour lui dire ce qu’elle ressent depuis le début. Le message dominant qu’elle ne sera jamais assez bien pour personne.

C’est un casse-tête qu’elle ne comprendra ni ne surmontera jamais, c’est quelque chose qui est maintenant intégré en elle – triste mais vrai.

Comment faire confiance ? Comment peut-elle savoir quand quelqu’un est sincère avec elle ? Comment peut-elle savoir qu’elle est assez bien pour quelqu’un si tout ce qu’elle a jamais vu, connu et craint est le pire ?

On lui dit qu’ils vont appeler… L’appel n’arrive jamais, les excuses se décuplent, les rendez-vous sont annulés, les deuxième, troisième et quatrième chances sont données et abusées, les textos se font plus rares jusqu’à ce que la communication s’arrête complètement. Les promesses ne sont jamais tenues mais enterrées au fond de l’océan quelque part. Comment est-elle censée travailler avec ça? Comment est-elle censée se sentir après cela? Comment est-elle censée croire qu’elle est assez ?! Elle n’est pas pour eux.

Elle se noie, elle est confuse, c’est toujours elle qui s’en va parce qu’elle panique quand elle sent ce qu’elle ressent est l’inévitable – alors elle part avant d’être laissée.

Quand elle s’en va, ils courent après elle… C’est comme s’ils la maintenaient sur un élastique. Ils veulent soudainement connaître cette femme intrigante après qu’elle a tourné le dos à ce qui la blesse. Elle est tellement désespérée de voir le bien chez les gens qu’elle leur donne plus de chances qu’elles n’en méritent. Puis ils l’ont de nouveau abandonnée. Et vous voyez… Ce n’est pas un événement ponctuel ; c’est malheureusement sa vie maintenant.

Chaque jour, elle demande à plusieurs reprises pourquoi elle n’est pas assez bonne et chaque fois qu’elle se demande cela, un morceau de ses fissures, jusqu’au jour où elle sera complètement brisée.

Ce que chacun de ces «hommes» ne réalise pas, c’est que la fille qu’ils ont tant blessée, aussi petite soit-elle en elle, ne peut plus revenir en arrière une fois qu’elle a perdu confiance, espoir et respect pour eux. Une fois qu’elle a perdu cela, un peu de sa lumière s’estompe jusqu’à ce qu’elle se reprenne. C’est un modèle qu’elle connaît comme sa poche.

Chaque morceau de son estime de soi qu’ils ont rogné ne fait que rendre plus difficile pour le bon gars de faire tomber ses murs. Elle n’est pas fragile mais forte mais même les femmes fortes peuvent se retrouver instables sur leurs pieds.

Pour elle, il y aura toujours quelqu’un de meilleur qu’elle car on ne lui a jamais montré le contraire. Elle sait ce qu’elle peut offrir – et on en abuse jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.

Pour elle, ce traitement est ce à quoi elle devrait s’attendre de la part de chaque homme qu’elle laisse entrer dans sa vie, n’est-ce pas ?

Elle ne s’est pas perdue, elle a perdu la foi de trouver un homme bon, un homme qui la sent, la comprend, la veut. Un homme qui l’aimera vraiment, la protégera et sera là pour elle. Combien de temps pourra-t-elle attendre l’homme qui lui dira : « Tu es assez » ?!

Elle veut appartenir à quelqu’un, elle ne veut plus être un loup solitaire. Elle veut appartenir à quelqu’un et grandir avec lui. Elle ne demande pas le monde mais juste un morceau de celui-ci.

Elle veut que quelqu’un sèche ses larmes, pas les crée. Elle n’est pas un jouet, elle n’est pas un sac de frappe émotionnel. C’est une bonne fille, avec un bon cœur. Elle mérite d’être aimée.

Celle qui lit ceci, qui a vécu la même chose que la fille qui écrit ceci, ne connaîtra que trop bien ce sentiment, tout comme elle. C’est accablant, épuisant, stimulant et, surtout, décourageant.

Personne ne devrait se sentir seul, se sentir comme une option, se sentir indésirable ou se demander qui il est.

Peut-être que les gens comme moi sont destinés à être seuls, peut-être qu’il ne viendra jamais un jour où je serai emporté comme les autres. Peut-être, juste peut-être, je dois être assez pour moi. Je suis d’accord avec ça, mais ne me dérangez pas en cours de route.

je suis ‘elle’ et ils sont ‘eux’; peut-être qu’un jour ma foi sera restaurée mais jusqu’à ce jour, mon cœur reste en sécurité sous clé car être seul est l’endroit où je suis le plus en sécurité.

De
l’indésirable

par Leya Hutton

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.