rêver

Organigramme de pointe correspondant à un asthme bronchique contrôlé

Il s’agit d’une méthode de diagnostic instrumentale pour déterminer le débit expiratoire de pointe (PSV). Effectué pour évaluer le degré d’obstruction des voies respiratoires dans l’asthme, la MPOC. La mesure est effectuée avec un débitmètre de pointe.

Règles et objectifs de la débitmétrie de pointe

La débitmétrie de pointe est réalisée en ambulatoire ou à domicile, la technique n’est pas compliquée. Pour ce faire, utilisez un appareil qui ressemble à un tube avec une échelle. Le patient doit faire une forte expiration dedans. Aucune formation spéciale n’est requise pour utiliser l’appareil. Les enfants peuvent passer le test dès l’âge de quatre ans. Les patients asthmatiques ont besoin d’un débitmètre de pointe pour surveiller l’obstruction bronchique.

La méthode a plusieurs objectifs et raisons d’attribuer:

  • identification du degré d’obstruction bronchique dans les maladies du système bronchopulmonaire;
  • évaluer la réversibilité de l’obstruction;
  • effectué lors de la détermination des changements fonctionnels lors du changement de traitement;
  • déterminer la tolérance du patient au traitement;
  • prévenir la détérioration de l’état avec une obstruction bronchique aiguë;
  • déterminer la cause du spasme des voies respiratoires;
  • pour évaluer l’influence des facteurs externes sur la maladie.

Principales recommandations

Le diagnostic est très simple, rapide à réaliser et non douloureux. La procédure n’est pas difficile pour les adultes et les enfants. Le débitmètre de pointe doit être individuel pour un patient souffrant de maladies obstructives. Les enfants peuvent l’utiliser s’ils comprennent et répètent les actions que leurs parents leur montrent. Les indicateurs sont enregistrés 2 fois par jour. Cela aide le médecin à suivre la dynamique de la maladie, à choisir un traitement, à évaluer son efficacité et à contrôler l’hyperréactivité bronchique.

Quel est l’appareil et les types de débitmètres de pointe ?

Le débitmètre de pointe est un appareil portable. Ils sont destinés aux enfants et aux adultes. L’échelle de division d’un débitmètre de pointe pour enfants est de 35 à 350 l/min, pour un adulte – de 50 l/min à 850 l/min.

La principale chose à considérer lors du choix d’un appareil est la valeur de l’échelle. Les enfants de moins de 9 ans utilisent la version enfant de l’appareil. Après 9 ans, lors du choix d’un appareil, la croissance d’un adolescent est prise en compte. Lorsqu’une hauteur de 140 cm est atteinte, un modèle adulte est utilisé.

Les sociétés médicales Omron, Phillips, Rossmax proposent une gamme de débitmètres de pointe mécaniques et automatiques. Il existe des options avec un support, lors de la prise de mesures, il peut être placé sur une table ou une surface.

Comment utiliser correctement l’appareil ?

La mesure s’effectue debout ou assis bien droit, le dos doit être plat. Lisez les instructions avant d’utiliser le compteur de crête. Il faut le prendre pour qu’il soit parallèle au sol. La valeur du pointeur doit être à l’indicateur “zéro”. Vous devez respirer profondément, enrouler vos lèvres et vos dents autour de l’embout buccal du débitmètre de pointe et expirer fortement jusqu’à ce que les poumons soient complètement exempts d’air. La procédure est répétée trois fois, le plus grand nombre des trois est enregistré.

Algorithme pour effectuer la débitmétrie de pointe

La procédure est effectuée deux fois par jour – le matin et le soir. Le matin – immédiatement après le réveil, le soir – avant le coucher. Des études complémentaires sont réalisées lorsqu’un nouveau traitement est prescrit. Le débitmètre de pointe peut être utilisé jusqu’à 20 minutes avant de prendre des médicaments et jusqu’à 20 minutes après l’avoir pris. Si le patient est diagnostiqué en ambulatoire, le spécialiste détermine les intervalles de temps.

Comment évaluer correctement les résultats ?

Lors de l’utilisation d’un débitmètre de pointe mécanique, la vitesse maximale doit être enregistrée dans un journal d’asthme. Si le patient utilise l’option électronique, les données sont affichées automatiquement sur un smartphone ou une tablette. Cela permet de gagner du temps.

Pour évaluer la dynamique des indicateurs de diagnostic, il existe plusieurs zones de signal. Ils varient selon la gravité de l’obstruction bronchique.

Zones de signalisation :

Zone verte. Il est typique du stade de rémission. PSV \u003d 80 – 100% de la norme. Indicateurs dans la plage de 320 à 400 l / min. Le patient se sent bien, il n’y a pas d’obstruction symptomatique ou elle se manifeste légèrement. Les données de mesure ne fluctuent pas plus de 20 % par jour. Il n’est pas nécessaire d’ajuster le traitement reçu.

zone jaune. Il peut s’agir d’une exacerbation de la maladie: toux, essoufflement non exprimé, faiblesse. Les PSV varient de 60 à 80% de la norme. Le traitement recommandé par le médecin est efficace. Les indicateurs PSV peuvent fluctuer au cours de la journée de 20 à 30 %.

Zone rouge. Le PSV est inférieur à 60 % de la normale. La propagation des indicateurs au cours de la journée peut être supérieure à 30%. Le patient a une respiration sifflante prononcée, un essoufflement, des quintes de toux, une obstruction bronchique. Besoin d’aide urgente et de correction de la thérapie.

Le médecin prend en compte la probabilité d’entrer dans la zone rouge et doit discuter avec le patient d’un plan de premiers secours lors de l’entrée dans la zone rouge. La première chose à faire est de prendre un bronchodilatateur.

Mesures de débit de pointe chez les adultes et les enfants

Les scores sont différents pour les hommes et les femmes. Les indicateurs féminins sont plus bas, la raison en est les caractéristiques anatomiques et fonctionnelles. Les normes des indicateurs chez les enfants de moins de 15 ans dépendent de la croissance de l’enfant. Les données de débitmétrie de pointe chez les enfants de moins de 15 ans sont vérifiées quel que soit le sexe de l’enfant.

Journal et graphique de la débitmétrie de pointe

Le médecin publie un journal des mesures de débit de pointe lors du rendez-vous du patient, ou un journal est inclus avec le débitmètre de pointe. Un journal est un cahier avec des graphiques lignés. Les colonnes ont les jours du mois et chaque jour a deux cellules (matin, soir). Sur le côté, il y a un graphique des valeurs possibles des zones de signal.

Lors du remplissage du journal, il suffit que le patient mette des points dans la cellule requise du journal, les points sont ensuite reliés et un graphique de débit de pointe est obtenu. Le graphique est nécessaire pour déterminer les fluctuations de l’état du patient. Dans le journal, le patient note l’utilisation de médicaments.

Le médecin analyse la situation de contrôle de l’asthme bronchique et de l’obstruction bronchique à l’aide du journal du patient. Plus il y a de fluctuations dans l’horaire, plus l’état du patient est instable.

Contre-indications à la procédure

Le débit de pointe est une méthode de diagnostic sûre et le débitmètre de pointe est facile à utiliser. Procédure sans contre-indications. Temporairement, la procédure peut ne pas être effectuée si le patient a une blessure dans la cavité buccale, ce qui rend difficile la prise de mesures.

Conclusion

Le débitmètre de pointe pour le patient et le médecin devient un assistant fiable dans la surveillance des maladies obstructives chroniques du système broncho-pulmonaire.

Il est important que les patients puissent utiliser l’appareil, connaître les paramètres individuels du PSV, choisir le bon traitement avec le médecin et mener une vie active !

Diagnostic de l’asthme bronchique

Pour citation : Diagnostic de l’asthme bronchique. cancer du sein. 1996;10:3.

Le processus de diagnostic de l’asthme bronchique nécessite une compréhension des processus qui conduisent à l’apparition des symptômes de la maladie ; le médecin doit être en mesure de reconnaître cette condition sur la base des antécédents, de l’examen clinique, des tests de la fonction pulmonaire et du statut allergique. Si un enfant malade, le diagnostic peut causer de grandes difficultés. En fonction de la gravité de la maladie, qui est déterminée sur la base des informations recueillies, un traitement approprié est prescrit.

Diagnostic de l’asthme bronchique

L’asthme n’est plus considéré comme une condition avec des épisodes aigus isolés de bronchospasme. Maintenant, il est d’usage de la caractériser comme une inflammation chronique des voies respiratoires, à cause de laquelle l’arbre bronchique devient constamment sensible ou hyperréactif. Lorsque l’hyperréactivité survient sous l’influence de divers stimuli, une obstruction de l’arbre bronchique se produit (Fig. 2) et des exacerbations (ou attaques) de la maladie se produisent, se manifestant par une toux, une respiration sifflante, une sensation de pression dans la poitrine et un essoufflement. Les convulsions peuvent être légères, modérées, graves ou même mortelles. Les raisons de l’apparition de l’inflammation initiale dans les voies respiratoires des voies respiratoires chez les patients asthmatiques n’ont pas encore été clarifiées. Actuellement, le facteur de risque le plus important est l’atopie, une tendance héréditaire congénitale aux réactions allergiques. Les allergènes les plus courants qui sont des facteurs de risque dans le développement de la maladie sont les acariens, les animaux à fourrure, les cafards, le pollen et les moisissures. La fumée secondaire est un puissant facteur de risque, surtout chez les jeunes enfants. Les polluants chimiques et atmosphériques peuvent sensibiliser les voies respiratoires et entraîner le développement d’un asthme bronchique. Les infections virales respiratoires, la prématurité et une mauvaise nutrition sont également associées au développement de l’asthme.

Bon nombre de ces facteurs de risque (tique domestique, pollen, animaux à fourrure, polluants atmosphériques, fumée de tabac, infection respiratoire virale) peuvent également provoquer des exacerbations de l’asthme et sont donc également appelés déclencheurs. Les autres déclencheurs sont la fumée de bois, l’activité physique (y compris la course et d’autres formes d’exercice), le stress émotionnel excessif (rire, pleurs excessifs), l’air froid et les changements climatiques, les suppléments nutritionnels et l’aspirine. Pour un patient souffrant d’asthme bronchique, un ou plusieurs déclencheurs peuvent être pertinents, et différentes personnes ont différents agents provoquants.
L’élimination du contact avec la gâchette réduit le risque d’irritation respiratoire (voir “Identifier et gérer les facteurs de risque”). Le risque peut être encore réduit en prenant des médicaments qui agissent sur l’inflammation des voies respiratoires.

La plupart des exacerbations (ou attaques) peuvent être évitées en évitant simultanément l’exposition au déclencheur et en prenant des anti-inflammatoires, l’efficacité d’une telle prévention dépend de qui souffre d’asthme, de la façon dont les symptômes aigus sont gérés et de la qualité des médicaments prescrits et des déclencheurs sont identifiés.

Histoire et nature des symptômes

Le diagnostic clinique de l’asthme repose souvent sur la présence de symptômes tels qu’un essoufflement épisodique, une respiration sifflante, une oppression thoracique et une toux, en particulier la nuit ou tôt le matin. Cependant, ces seuls symptômes ne peuvent pas être le seul critère de diagnostic, ni servir de base pour déterminer la gravité de la maladie. En examinant l’histoire, il est important d’établir la dépendance de l’apparition des symptômes sur l’exposition à un ou plusieurs déclencheurs. La disparition des symptômes après l’utilisation de bronchodilatateurs signifie que le médecin a affaire à un asthme bronchique. Sur la fig. 3 questions sont posées pour préciser le diagnostic d’asthme bronchique.

Examen clinique

Étant donné que les symptômes de l’asthme varient tout au long de la journée, votre médecin peut ne pas être en mesure d’identifier les symptômes caractéristiques de la maladie à l’examen. Ainsi, l’absence de symptômes au moment de l’examen n’exclut pas un diagnostic d’asthme.
Lors d’une crise d’asthme, le spasme des muscles lisses des bronches, l’œdème et l’hypersécrétion entraînent un rétrécissement de la lumière des petites bronches. Afin de compenser cette condition, le patient hyperventile ses poumons afin de maintenir le flux d’air à travers les bronches au même niveau. Plus l’obstruction de l’arbre bronchique est importante, plus l’hyperventilation est prononcée, ce qui doit assurer la circulation normale de l’air dans les alvéoles. Ainsi, si le patient présente des symptômes d’asthme, la probabilité d’avoir les manifestations cliniques présentées ci-dessous est assez élevée.
Dyspnée
Respiration sifflante, surtout à l’expiration Flambée nasale à l’inspiration (surtout chez l’enfant) Élocution intermittente Excitation Emphysème aigu (utilisation des muscles respiratoires accessoires, épaules surélevées, inclinaison vers l’avant, refus de s’allonger
– position orthopnée) Sommeil Affections associées Eczéma Rhinite Rhume des foins

Lors du diagnostic de l’asthme, ne vous fiez pas uniquement à la présence d’une respiration sifflante ou d’autres phénomènes auscultatoires. L’obstruction des petites bronches peut être si prononcée que la respiration sifflante n’est pas détectée. Un patient dans cet état présente généralement d’autres signes cliniques qui indiquent la gravité de l’état, tels que la cyanose, la somnolence, les difficultés d’élocution, la tachycardie et l’emphysème aigu (voir Détermination de la gravité de l’asthme).
Test de la fonction pulmonaire
Chez les patients, il est souvent difficile d’identifier les symptômes de la maladie et de déterminer avec précision la gravité de la maladie. Les données sur la présence de toux, de respiration sifflante et sur la nature de la respiration peuvent ne pas être suffisamment complètes. Les tests de la fonction pulmonaire avec un spiromètre ou un débitmètre de pointe fournissent une indication directe de l’obstruction du flux d’air, de ses fluctuations et de sa réversibilité. De telles procédures sont nécessaires pour le diagnostic et le suivi de l’évolution de la maladie. Les spiromètres mesurent la capacité vitale, la capacité vitale forcée et le volume expiratoire forcé en 1 seconde (FEV^), qui est le meilleur indicateur de la gravité de la maladie.Avec un spiromètre, vous pouvez avoir une idée du bon fonctionnement de vos poumons. ces appareils ne sont pas toujours pratiques, en plus, ils peuvent être trop chers,

Les débitmètres de pointe mesurent le débit expiratoire de pointe (PEF), c’est-à-dire le débit maximal auquel l’air peut sortir des voies respiratoires lors d’une expiration forcée après une inspiration complète. Les valeurs PSV sont étroitement corrélées aux valeurs FEV.Les débitmètres de pointe sont portables, pratiques et peu coûteux. Ils peuvent être utilisés non seulement dans les cliniques et les hôpitaux, mais aussi à la maison et au travail, ce qui aide à établir un diagnostic, à déterminer la gravité de la maladie et la réponse au traitement. À l’aide d’un débitmètre de pointe, il est possible de détecter une exacerbation de la maladie dans les premiers stades, car les modifications du PSV se produisent longtemps (plusieurs heures, voire plusieurs jours) avant l’apparition de symptômes cliniquement significatifs et la détection précoce des modifications. dans PSV permet un traitement préventif en temps opportun et prévenir l’aggravation de la condition. Sur la fig. 4 montre comment utiliser un débitmètre de pointe. Les valeurs PSV du patient sont comparées aux valeurs normales, qui sont calculées pour tous les types de débitmètres de pointe, en fonction de la taille, de la race, du sexe et de l’âge du patient. Si le PSV est inférieur à la normale, soit il y a une obstruction de l’arbre bronchique, soit le volume des poumons est réduit (ce qui peut être avec d’autres pathologies des poumons). Le diagnostic d’asthme est également probable si :

  • Il y a une augmentation significative (plus de 15%) du PSV après inhalation (b2-agonistes à courte durée d’action (ou une augmentation du PSV après un traitement (b2-agonistes à courte durée d’action et corticostéroïdes)
  • L’amplitude des fluctuations du PSV a été augmentée. L’amplitude des fluctuations est déterminée en mesurant le PSV le matin après le réveil, lorsque les valeurs sont généralement les plus basses, et environ 12 heures plus tard, lorsque les valeurs sont généralement les plus élevées. Les fluctuations du DEP sont supérieures à 20 % chez les patients recevant des bronchodilatateurs et supérieures à 10 % chez ceux qui ne prennent pas ces médicaments.
  • Le PSV diminue de 15 % ou plus après la course ou une autre activité physique.

La surveillance quotidienne du PSV pendant 2 à 3 semaines est utilisée pour établir un diagnostic (cela aide à clarifier la nature des fluctuations), ainsi qu’à déterminer les facteurs provoquants; les résultats obtenus sont pris en compte lors de la prise de décisions concernant les tactiques de traitement. Demandez au patient de mesurer le PSV à domicile pendant une courte période et de rapporter les résultats. Les données de débitmétrie de pointe reflètent objectivement les fluctuations du PSV et la réponse au traitement. Si dans les 2-3 semaines il n’est pas possible d’atteindre un DEP de 80% de la norme (même après avoir pris des bronchodilatateurs), il est possible que le patient ait besoin d’un traitement par corticostéroïdes oraux pour atteindre une meilleure valeur de DEP individuel (voir « Éducation du patient » dans la partie où la question de la nécessité d’une surveillance à long terme du PSV est abordée).

Évaluation du statut allergologique

Chez un certain nombre de patients, le statut allergique peut être déterminé par des tests cutanés ou la détermination d’IgE spécifiques dans le sérum sanguin. Des tests cutanés positifs seuls ne confirment pas le diagnostic d’asthme, mais la comparaison de leurs résultats avec les données de l’histoire du patient permet d’identifier les déclencheurs de l’asthme, ce qui contribue à l’élaboration d’un plan de gestion efficace. De plus, des enquêtes auprès d’enfants asthmatiques montrent que les allergies affectent la persistance et la gravité de la maladie.

Difficultés de diagnostic

Souvent, le diagnostic d’asthme est retardé, ce qui entraîne un traitement inapproprié et inefficace (p. ex., des cures d’antibiotiques et d’antitussifs). Il faut supposer qu’un patient présentant une obstruction bronchique et des symptômes associés souffre d’asthme bronchique jusqu’à preuve du contraire. Dans certains cas, le diagnostic est particulièrement difficile. Chez les enfants, les symptômes de l’asthme n’apparaissent souvent que lors d’une infection virale, pendant l’exercice ou uniquement sous forme de toux nocturne. Un diagnostic d’asthme doit être envisagé si le rhume de l’enfant « descend dans la poitrine » ou met plus de 10 jours à se rétablir. La présence d’épisodes récurrents de toux nocturne chez un enfant par ailleurs en bonne santé doit alerter le clinicien sur l’asthme comme diagnostic possible. La toux nocturne peut être due à une sinusite récurrente, l’amygdalite et la présence de végétations adénoïdes, mais si ce symptôme provoque le réveil de l’enfant aux premières heures du matin, il s’agit presque toujours d’asthme. Une bonne réponse aux médicaments anti-asthmatiques peut aider au diagnostic.
Les jeunes enfants peuvent présenter des épisodes d’obstruction bronchique associés à une infection virale respiratoire aiguë (souvent comme premier épisode de bronchiolite à virus respiratoire syncytial). Typiquement, chez les enfants sans antécédents familiaux d’atopie, les symptômes se développent avec l’âge.
disparaissent, mais si l’hérédité des allergies est alourdie, l’enfant peut développer de l’asthme. Par conséquent, chez les jeunes enfants présentant une obstruction récurrente de l’arbre bronchique, la présence d’un asthme bronchique peut être supposée. Les épisodes récurrents d’obstruction des voies respiratoires répondent mieux aux anti-inflammatoires qu’aux antibiotiques. Les fumeurs souffrent souvent de bronchite chronique obstructive et présentent des symptômes similaires à ceux de l’asthme bronchique : toux, production d’expectorations et respiration sifflante. Il faut savoir s’ils souffrent en même temps d’asthme bronchique et si un traitement anti-asthmatique peut les aider. Convaincre le fumeur d’arrêter de fumer.
Les personnes âgées peuvent également souffrir d’asthme non diagnostiqué, dont les symptômes peuvent être atténués. L’asthme peut être confondu avec la bronchiolite, l’emphysème et la fibrose pulmonaire interstitielle. Une augmentation du PSV de 15% après traitement anti-asthmatique confirme le diagnostic d’asthme bronchique. Cependant, l’impossibilité d’effectuer des tests fonctionnels peut rendre le diagnostic difficile.
Les personnes exposées à des produits chimiques inhalés et à des allergènes dans le cadre de leur travail peuvent développer de l’asthme. L’asthme professionnel est souvent confondu avec la bronchite chronique ou chronique obstructive, conduisant à l’absence de traitement ou à une thérapie inappropriée. Dans ce cas, une reconnaissance précoce de la maladie (mesures du débit de pointe sur le lieu de travail et à domicile), l’arrêt de tout contact ultérieur avec la substance et l’initiation précoce du traitement sont nécessaires.
Les personnes souffrant d’asthme saisonnier ont une inflammation des voies respiratoires qui définit la maladie, mais les symptômes n’apparaissent qu’à certains moments (pollinisation des arbres, des graminées, etc.).
Les patients atteints de la variante toux de l’asthme bronchique ont rarement une respiration sifflante, mais la toux est le principal, sinon le seul, symptôme de la maladie. Souvent, la toux survient la nuit et pendant la journée, aucune anomalie n’est notée lors de l’examen.
Les patients atteints d’infections respiratoires aiguës (IRA) récurrentes, en particulier les enfants, peuvent avoir un asthme bronchique non diagnostiqué, car les symptômes des IRA et de l’asthme sont similaires. Dans les pays en développement, les IRA sont plus fréquentes que les pneumonies bactériennes et nécessitent un traitement antibiotique. Lorsqu’un enfant avec une obstruction des voies respiratoires a un bon effet sur les bronchodilatateurs à courte durée d’action et aucun autre signe de pneumonie, cela indique un asthme bronchique. Dans ce cas, le diagnostic d’asthme doit être confirmé et un traitement à long terme doit être prescrit. Si les patients suspectés d’asthme ne répondent pas à 1 à 2 cycles de traitement, ils n’ont probablement pas d’asthme bronchique. Les diagnostics alternatifs suivants sont possibles :

  • obstruction localisée des voies respiratoires
  • dysfonctionnement laryngé
  • reflux gastro-oesophagien
  • Bronchite chronique
  • emphysème
  • fibrose kystique

Détermination de la gravité de l’asthme bronchique

La gravité de l’asthme varie. L’évolution de la maladie peut être intermittente, légère, modérée ou sévère (Fig. 5). Les attaques de la maladie peuvent être légères, modérées et graves. L’évolution de l’asthme varie d’une personne à l’autre à différents moments. Par exemple, l’asthme peut être modéré pendant l’enfance, léger à l’âge adulte et sévère à certaines saisons. La gravité de la maladie est déterminée en fonction des symptômes et du tableau clinique. Cependant, il serait erroné de se fier uniquement à ces paramètres, et l’utilisation de la débitmétrie de pointe permet d’obtenir des informations supplémentaires (jusqu’à 5 ans, il est impossible de déterminer et de surveiller la gravité en examinant la fonction pulmonaire, y compris en utilisant la débitmétrie de pointe).
Le traitement de l’asthme est basé sur une approche progressive, dans laquelle l’intensité du traitement médicamenteux augmente (step up) avec l’augmentation de la sévérité et diminue (step down) avec un effet constant.

Débitmétrie de pointe

La débitmétrie de pointe est une technique de mesure du débit maximal (de pointe) du débit expiratoire forcé. La débitmétrie de pointe permet d’évaluer le degré d’obstruction des voies respiratoires dans la BPCO, l’asthme bronchique ; déterminer la réversibilité du bronchospasme ; surveiller l’efficacité du traitement médicamenteux. Pendant le diagnostic, le patient fait le maximum d’inspiration et d’expiration possible dans l’embout buccal du débitmètre de pointe. La détermination du PSV – débit expiratoire de pointe – peut être effectuée dans le contexte des tests de dépistage de drogue et sans eux. Le coût final de la débitmétrie de pointe comprend l’étude elle-même et la préparation pharmacologique utilisée.

La débitmétrie de pointe est une technique de mesure du débit maximal (de pointe) du débit expiratoire forcé. La débitmétrie de pointe permet d’évaluer le degré d’obstruction des voies respiratoires dans la BPCO, l’asthme bronchique ; déterminer la réversibilité du bronchospasme ; surveiller l’efficacité du traitement médicamenteux. Pendant le diagnostic, le patient fait le maximum d’inspiration et d’expiration possible dans l’embout buccal du débitmètre de pointe. La détermination du PSV – débit expiratoire de pointe – peut être effectuée dans le contexte des tests de dépistage de drogue et sans eux. Le coût final de la débitmétrie de pointe comprend l’étude elle-même et la préparation pharmacologique utilisée.

L’importance des mesures de débit de pointe dans l’asthme bronchique et diverses BPCO est comparable à l’importance du contrôle de la pression artérielle dans l’hypertension ou de la surveillance de la glycémie dans le diabète sucré. La procédure est effectuée à l’aide d’un débitmètre de pointe, qui peut être utilisé pour l’autocontrôle. Le débit expiratoire maximal (DEP) dépend d’un certain nombre de facteurs, dont la présence d’une obstruction bronchique. La débitmétrie de pointe diagnostique permet de détecter et d’évaluer objectivement le degré d’obstruction bronchique. L’étude en dynamique vous permet de corriger les modifications de la perméabilité bronchique avant même le développement d’un bronchospasme critique et de prendre des mesures préventives à temps. La débitmétrie de pointe, contrairement à la spirométrie, est une méthode plus abordable et plus rapide, qui peut être réalisée à la fois en clinique et à domicile après avoir instruit le patient.

Les indications

Le champ d’application diagnostique de la technique est toute maladie pulmonaire qui survient avec une obstruction bronchique (BPCO, asthme bronchique) et la planification de leur traitement. La débitmétrie de pointe peut être une méthode de dépistage pour détecter la présence de préasthme et d’asthme, et peut également être utilisée pour déterminer les facteurs provoquant une obstruction bronchique. La débitmétrie de pointe est utilisée pour diagnostiquer l’asthme bronchique, déterminer la gravité de la maladie, contrôler l’évolution de l’asthme et l’efficacité du traitement, et prévenir une exacerbation imminente. Une surveillance quotidienne du DEP est indiquée pour tous les patients diagnostiqués avec un asthme bronchique.

La surveillance par débitmétrie de pointe permet au médecin de déterminer la réversibilité de l’obstruction bronchique, de détecter une hyperréactivité bronchique, d’anticiper une crise d’asthme, de diagnostiquer un asthme professionnel et de sélectionner un dosage efficace de médicaments (bronchodilatateurs et glucocorticoïdes inhalés). Le changement de l’indice PEF de plus de 20% est significatif (avec une valeur moyenne pour les femmes – entre 400 et 550 l / min., Et pour les hommes – 500-600 l / min.).

Méthodologie

La débitmétrie de pointe est effectuée le matin 5 à 10 minutes après le réveil et avant de se coucher le soir, de préférence à la même heure. Pendant la période de sélection du traitement, l’étude est en outre réalisée pendant la journée (trois fois par jour). La débitmétrie de pointe doit être effectuée avant l’utilisation de médicaments inhalés et 3 à 4 heures après la prise de bronchodilatateurs. Les indicateurs PSV qui en résultent sont enregistrés dans un journal spécial d’auto-observation et alignés sous la forme d’un graphique.

La mesure du PSV est effectuée en position assise ou debout, après avoir préalablement effectué plusieurs respirations et expirations normales. Ensuite, vous devez inspirer profondément, couvrir étroitement l’embout buccal du débitmètre de pointe avec vos lèvres et, en le tenant horizontalement, expirez aussi rapidement et fortement que possible dans l’appareil par la bouche. Lors de l’expiration, en raison de la pression d’air sur la valve, la flèche du débitmètre de pointe se déplace le long de l’échelle. Le chiffre obtenu correspond au débit expiratoire de pointe, mesuré en litres par minute. Après quelques minutes de repos, le test est répété 2 fois de plus ; des trois indicateurs, le PSV maximal est sélectionné et noté.

Pour évaluer les indicateurs, il est nécessaire de connaître la meilleure valeur PSV d’un patient particulier, correspondant à la phase de rémission. Cette valeur est déterminée dans le processus de débitmétrie de pointe quotidienne de 2 à 3 semaines. Ensuite, lors de la détermination de l’indicateur PSV actuel, il est comparé au meilleur résultat propre.

Interprétation des résultats

Selon la forme du graphique de débitmétrie de pointe, le médecin peut analyser la stabilité de l’évolution de la maladie. Avec un contrôle satisfaisant de la maladie et l’efficacité du traitement, le graphique est proche d’une ligne droite; si elle n’est pas satisfaisante, la courbe semble en zigzag et brisée. Dans le cas d’une diminution matinale du PSV, on parle de “baisse matinale”, ce qui indique toujours un contrôle insuffisant de l’asthme. Avec des valeurs de PSV faibles ou un écart important entre les valeurs du matin et du soir (variabilité diurne du PSV > 30%), le contrôle de la maladie est également considéré comme non atteint. Critique est une diminution du PSV de 20 % par rapport au meilleur indicateur.

Sur la base des données de débitmétrie de pointe, le médecin fait des recommandations individuelles pour le patient. Sur la base des mesures de débit de pointe, plusieurs zones et leurs activités correspondantes sont distinguées selon le principe du « feu tricolore ». La zone verte correspond aux indicateurs qui dépassent 80% de la norme individuelle; lorsque ces valeurs sont obtenues, il suffit de poursuivre le traitement prévu. La zone jaune correspond à des valeurs de PSV comprises entre 80 et 60%, qui nécessitent un renforcement du schéma thérapeutique et une visite précoce chez le médecin. La zone rouge comprend des valeurs inférieures à 60% – dans ce cas, un soulagement urgent de l’exacerbation et une consultation spécialisée sont nécessaires. Parfois, une zone violette supplémentaire est attribuée, aux valeurs desquelles il est nécessaire d’appeler une ambulance.

Étude avec bronchodilatateur

Débitmétrie de pointe avec un bronchodilatateur – détermination de la vitesse maximale du volume expiratoire (VEP) avant et après un test avec un bronchodilatateur. Elle est réalisée dans le cadre du diagnostic et de la planification du traitement de l’asthme bronchique, est réalisée en plusieurs étapes. Tout d’abord, la valeur initiale de l’indicateur de sortie forcée est mesurée selon la méthode acceptée – le patient expire aussi fortement et rapidement que possible dans l’embout buccal du débitmètre de pointe. Ensuite, un bronchodilatateur est inhalé.

La re-détermination du débit expiratoire de pointe est effectuée 15 minutes après l’utilisation d’un bêta-2-agoniste ou 30 minutes après l’utilisation par inhalation d’un M-anticholinergique. Le coefficient d’amélioration de la perméabilité bronchique est calculé par la formule : (POV après le test – POV avant le test) X 100% : POV avant inhalation. Avec une augmentation du SVV de 15% ou plus, le test est évalué comme positif, indiquant la réversibilité de l’obstruction et la présence d’asthme bronchique.

Objectifs et règles pour la réalisation d’une débitmétrie de pointe dans l’asthme bronchique, normes PSV

L’asthme bronchique est une maladie courante du système respiratoire d’évolution chronique, nécessitant une surveillance médicale constante. C’est le seul moyen de suivre la dynamique de la maladie, de prévenir les complications et de fournir une assistance rapide aux patients en cas d’attaque.

Mais dans la vie de tous les jours, une personne occupée au travail et dans la famille n’arrive pas toujours à consulter régulièrement un médecin. À l’aide de la débitmétrie de pointe dans l’asthme bronchique, le patient peut surveiller indépendamment son état et, si nécessaire, ajuster immédiatement la dose de médicaments pris, évitant ainsi une exacerbation.

Qu’est-ce que la débitmétrie de pointe

La débitmétrie de pointe est une méthode de diagnostic populaire et abordable qui vous permet de déterminer rapidement le PSV dans l’asthme bronchique – débit expiratoire de pointe. Cet indicateur évalue le bon fonctionnement des organes respiratoires, s’il y a un spasme des voies respiratoires.

De plus, cette technique permet de contrôler l’efficacité du traitement prescrit. Pour effectuer la procédure et effectuer les mesures nécessaires, vous aurez besoin d’un appareil spécial – un débitmètre de pointe. Pour plus de clarté, la débitmétrie de pointe peut être comparée à la mesure de la pression artérielle dans l’hypertension ou à la mesure de la glycémie dans le diabète.

Appareil et types de débitmètres de pointe

Comprendre l’appareil et le principe de fonctionnement de l’appareil de mesure du rythme respiratoire n’est pas du tout difficile, aucune compétence particulière n’est requise pour cela.

Le plus souvent, un débitmètre de pointe est un tube en plastique avec une échelle dans laquelle le patient doit expirer brusquement. Trois zones sont mises en évidence sur l’échelle dans des couleurs différentes :

Cependant, il existe également des modèles électroniques, où les indicateurs sont affichés sous forme numérique. Ils diffèrent également par le fabricant, le coût et la conception. Mais dans le même temps, les fluctuations des valeurs des différents appareils peuvent atteindre 15%. Pour cette raison, il est recommandé d’acheter un débitmètre de pointe individuel et de n’utiliser que celui-ci.

Le principal critère par lequel les débitmètres de pointe diffèrent est la catégorie d’âge. Pour les enfants, comme ils sont plus petits et ont moins de poids, des appareils d’un type différent sont produits que pour les adultes. Il existe également des appareils universels avec embouts interchangeables qui conviennent aussi bien aux adultes qu’aux enfants.

Il ne sera pas difficile de naviguer dans les lectures de l’échelle et de déterminer indépendamment la stabilité de l’état de l’asthmatique. Ceci est particulièrement important si un enfant souffre d’asthme bronchique et des mesures régulières du PSV doivent être effectuées pour lui.

Le rôle de la débitmétrie de pointe dans le diagnostic et le traitement de l’asthme bronchique

L’asthme bronchique se caractérise par des spasmes des bronches et des bronchioles, ce qui rend difficile l’entrée de l’air dans les poumons et perturbe l’oxygénation normale de l’organisme du patient. En conséquence, une insuffisance respiratoire se développe, ce qui entraîne une forte détérioration du bien-être du patient.

Le débit expiratoire de pointe, ou DEP, est un indicateur qui varie en fonction de la largeur de la lumière des bronches. Plus il est grand, plus il est facile pour l’air de traverser les voies respiratoires et d’atteindre les poumons, ce qui signifie que l’état du patient est plus stable. Par conséquent, la procédure de débitmétrie de pointe dans BA est d’une grande importance.

Les principaux objectifs de la débitmétrie de pointe :

  • Diagnostic du stade de la maladie et suivi de l’efficacité du traitement.
  • Évaluation de l’hyperréactivité bronchique, une augmentation du processus inflammatoire, qui vous permet d’établir le degré de violation de leur travail.
  • Détermination de la prédisposition du patient au développement de l’asthme bronchique.
  • Identification des causes de la maladie. La débitmétrie de pointe est d’abord réalisée à l’hôpital ou au domicile du patient, puis sur le lieu de travail. Si une diminution du PSV et un rétrécissement des bronches sont détectés sur le lieu de travail, cela signifie qu’une personne souffre d’asthme professionnel (le développement de la maladie provoque souvent l’inhalation d’air poussiéreux ou pollué pendant une longue période).
  • Découvrir les facteurs qui sont à l’origine du développement de la maladie et peuvent provoquer une crise de bronchospasme. À l’aide de la débitmétrie de pointe, il est possible d’établir la réaction des bronches du patient à divers irritants – pollen de plantes, poussière domestique, produits chimiques, etc.
  • Élaboration du schéma thérapeutique optimal. En mesurant le PSV, il s’avère à quels médicaments le patient répond le mieux.
  • Identification des caractéristiques de la dynamique de la maladie à différents moments de la journée, dans différentes conditions climatiques.

Grâce à la débitmétrie de pointe, on peut non seulement diagnostiquer l’asthme bronchique et évaluer sa gravité, mais aussi prévenir le développement du bronchospasme, et aussi savoir quels médicaments sont préférables pour le traiter.

Indications pour la recherche

Les principales indications de la débitmétrie de pointe en cas d’asthme bronchique suspecté ou déjà diagnostiqué sont :

  1. Diagnostic différentiel des pathologies des voies respiratoires, accompagnées de bronchospasme.
  2. Surveillance de l’état au cours de l’exacerbation de l’asthme bronchique.

Règles pour effectuer une débitmétrie de pointe

Il existe certaines règles pour effectuer la débitmétrie de pointe dans l’asthme bronchique. Il est recommandé de se familiariser avec eux et de les respecter strictement afin d’obtenir un résultat fiable.

Les médecins remettent généralement aux patients une liste de contrôle lors de la consultation afin qu’ils puissent effectuer correctement les mesures du débit expiratoire de pointe à domicile, sans l’aide d’un professionnel de santé.

Les principales nuances de la procédure correcte sont les suivantes:

  • Pour un usage domestique, vous devez acheter un débitmètre de pointe individuel. Il est fortement déconseillé de le transférer à d’autres patients ou de le prendre à d’autres.
  • Au moins deux procédures sont effectuées par jour, de préférence le matin, après le réveil, et le soir, avant d’aller se coucher.
  • Vous pouvez faire de la débitmétrie de pointe plus souvent, c’est une procédure totalement inoffensive et indolore.
  • La procédure consiste en une triple expiration forte dans le tube de l’appareil. Dans ce cas, vous devez expirer très fortement, entre les expirations, vous devez faire une pause d’une durée de deux à trois minutes.

Si les lectures de l’appareil changent radicalement et indiquent des troubles prononcés du fonctionnement des organes du système respiratoire, vous devez consulter un médecin dès que possible pour obtenir des conseils supplémentaires. Très probablement, vous devez ajuster le régime de prise de médicaments.

Rappelles toi! La mesure du rythme expiratoire n’est pas une procédure obligatoire, et cela dépend uniquement du patient s’il l’effectuera régulièrement ou non. Mais il faut comprendre qu’avec une maladie aussi imprévisible que l’asthme bronchique, la débitmétrie de pointe et ses résultats sont le seul moyen d’identifier indépendamment une détérioration de l’état et d’apporter des ajustements opportuns au traitement en cours.

Les grandes étapes de la procédure :

  1. Retirez l’appareil de l’emballage, désinfectez le tube ou essuyez-le simplement si l’appareil est individuel.
  2. Il est pratique de s’asseoir ou de se lever, de garder l’appareil parallèle au sol et de s’assurer que le curseur reste complètement immobile au début de l’échelle.
  3. Saisissez le tube avec vos lèvres et expirez brusquement. La languette ne doit pas obstruer l’entrée du tube. Pour une procédure, trois expirations sont effectuées à intervalles rapprochés.
  4. Nettoyez l’appareil avec de l’eau et du détergent à vaisselle et séchez-le.
  5. Entrez les résultats dans un journal spécial, il devrait être chez chaque patient.
  6. Comparez les nouveaux résultats avec les précédents et, si nécessaire, consultez un médecin.

Effectuez la procédure, comme mentionné ci-dessus, deux fois par jour. Aucune préparation n’est requise pour sa mise en œuvre. Il suffit de s’asseoir tranquillement pendant quelques minutes, de se détendre et de se calmer.

Recherche dans l’enfance

Chez les enfants asthmatiques, les mesures du DEP doivent être prises par les parents ou d’autres adultes qui s’occupent d’un enfant malade. L’enfant au moment de la procédure ne doit pas avoir faim ni somnolence.

L’enfant est invité à souffler dans le tube comme s’il soufflait des bougies sur un gâteau. Avant de mesurer le débit expiratoire de pointe, il est recommandé de retirer les vêtements serrés de l’enfant et de le persuader de s’asseoir tranquillement pendant une demi-heure.

Normes PSV, zonage et indicateurs

Les mesures de débit de pointe dans l’asthme bronchique sont différentes pour chaque patient, puisque toutes les personnes ont une activité respiratoire différente. La norme chez les patients est très différente selon l’âge, la taille, le sexe et d’autres caractéristiques individuelles.

Il existe des normes généralement acceptées, mais ce ne sont que des indicateurs indicatifs.

Pour déterminer quelle est la norme du PSV chez un patient particulier, il doit être examiné pendant 21 jours pendant la période de rémission, lorsque son état est stable et qu’il n’y a pas de dysfonctionnement respiratoire significatif. Ensuite, un graphique à trois couleurs est établi, qui affichera les indicateurs minimum et maximum. C’est selon ce calendrier qu’à l’avenir, le patient sera guidé pour savoir si tout est en ordre ou si vous devez consulter un médecin:

  • La zone verte est la performance optimale pour le patient, ce qui signifie qu’il se sent bien.
  • La zone jaune signifie une légère détérioration de l’état du patient, dans laquelle il est nécessaire d’ajuster la posologie des médicaments pris.
  • Le curseur dans la zone rouge est une condition critique, le patient a besoin d’une hospitalisation urgente.

Les indicateurs normaux généraux établis, selon lesquels les résultats des mesures par le débitmètre de pointe sont déchiffrés, sont les suivants:

  • Le PSV est supérieur à 90% de la norme calculée pour le patient individuellement – un état stable qui ne nécessite pas d’ajustements dans le traitement et la consultation d’un médecin.
  • Le PSV varie de 80% à 89% – il n’est pas encore nécessaire de modifier le schéma thérapeutique, mais le patient doit surveiller attentivement son état.
  • L’indicateur PSV varie de 50% à 79% de la norme – il est urgent de corriger le traitement en cours.
  • Le PSV est inférieur à 50% de la norme établie – le patient doit être hospitalisé d’urgence, son état est critique.

Comment calculer la propagation quotidienne des valeurs PSV

Pour établir pour la zone verte la valeur maximale du PSV dans l’asthme bronchique lors d’un examen de trois semaines du patient, la valeur la plus élevée est multipliée par 0,8.

Le résultat le plus élevé est multiplié par 0,5 pour obtenir l’équivalent numérique du taux de crête pour la zone jaune, indiquant une détérioration modérée. Tout ce qui sera en dessous des résultats de la zone jaune se réfère au rouge, c’est-à-dire au critique.

Pour plus de commodité, vous pouvez télécharger sur Internet des tableaux de normes moyennes pour hommes, femmes et enfants, les imprimer et rédiger un mémo. Chez les femmes et les enfants, les effectifs seront plus faibles que chez les hommes, ce qui est tout à fait naturel, puisque leur activité respiratoire est aussi naturellement plus faible.

Journal du débit de pointe

Habituellement, lors de l’achat d’un débitmètre de pointe, le patient reçoit immédiatement un journal dans lequel il entrera toutes les données PSV après les mesures du matin et du soir. Le journal comprend un diagramme de débit de pointe pendant 4 semaines.

Normalement, les indicateurs numériques devraient être approximativement les mêmes, et si vous reliez les points qui marquent les indicateurs PSV dans le graphique, vous devriez obtenir une ligne presque plate. Chez un patient asthmatique, le graphique ressemble à une courbe avec des dents de tailles différentes.

Pour terminer

La débitmétrie de pointe est un moyen moderne et abordable pour chaque patient de contrôler indépendamment son état à domicile.

En utilisant cette procédure, vous pouvez minimiser le risque d’exacerbations, suivre la dynamique de la maladie et évaluer l’efficacité de la thérapie. L’essentiel est d’utiliser correctement l’appareil, de faire tous les calculs correctement et de ne pas oublier de les inscrire dans le journal.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.