rêver

Nerf pincé que faire

De nombreux patients viennent chez le médecin et disent : « Docteur, je pense que j’ai un nerf pincé. Qu’est-ce que cela signifie exactement? Qu’est-ce qu’un « nerf pincé » ? Un nerf pincé cause-t-il des maux de dos? Existe-t-il vraiment un tel diagnostic ? En fait oui et non. Afin d’approfondir ce sujet, nous devons d’abord commencer par des termes très simples et une brève leçon d’anatomie.

Contents

Qu’est-ce que les nerfs ?

Le système nerveux humain est divisé en deux parties. Ce sont le système nerveux central, ou SNC, et le système nerveux périphérique, ou SNP. Le SNC comprend le cerveau et la moelle épinière, qui se ramifient en nerfs spinaux qui contrôlent le reste du corps. Lorsque ces nerfs rachidiens sortent de la colonne vertébrale, le SNP commence. Des milliers de nerfs existent dans le corps humain, ils sont dans presque toutes ses parties ; tous ces nerfs font partie du SNP.

Le plus gros nerf du corps humain est le nerf sciatique, qui se forme dans le bassin à partir des nombreux nerfs rachidiens après leur sortie de la colonne vertébrale.

Anatomiquement, le nerf sciatique descend le long de la jambe et peut provoquer des douleurs dans la jambe. Avant l’avènement de la technologie moderne, lorsque les gens ressentaient des douleurs dans les jambes ou les fesses associées aux terminaisons nerveuses, on supposait que cela était causé par une compression ou une lésion du nerf sciatique. Le terme “sciatique” est né sur la base du concept ci-dessus.

Ce que l’on sait aujourd’hui

Avec l’avènement de la technologie moderne, en particulier l’IRM, nous savons maintenant que ce n’est pas vrai. Bien que le nerf sciatique puisse en fait provoquer des douleurs dans les jambes et être comprimé ou «pincé» par le muscle piriforme dans une zone appelée «fosse sciatique» (une affection appelée syndrome du piriforme), cela est très rare. La sciatique dans plus de 95% des cas n’a en réalité rien à voir avec le problème du nerf sciatique ou de la compression, autrement dit du “pincement”.

Une cause beaucoup plus fréquente de douleur liée aux nerfs dans un bras ou une jambe est la compression d’un nerf spinal. Cette condition est appelée “radiculopathie”. Dans la plupart des cas, un nerf spinal lombaire pincé provoque des douleurs dans les fesses et les jambes, et un nerf spinal cervical pincé provoque des douleurs dans l’épaule et le bras.

Comment identifie-t-on les nerfs pincés ?

En plus de l’analyse des symptômes et de l’examen physique du patient, d’autres mesures peuvent être prises. Les études d’imagerie telles que les rayons X ou la tomodensitométrie fournissent de bons détails sur l’anatomie squelettique réelle du corps humain, mais une très mauvaise visualisation des tissus mous et des nerfs.

Le meilleur test pour l’imagerie des nerfs rachidiens est une IRM et est considérée comme l’étude d’imagerie “gold standard” préférée par les médecins. L’IRM est réalisée à l’aide d’aimants, ce qui peut interférer avec certains dispositifs médicaux tels que les stimulateurs cardiaques. Si une IRM n’est pas possible, une tomodensitométrie est souvent nécessaire, généralement associée à une injection de colorant dans le canal rachidien, pour visualiser les nerfs rachidiens. Cette procédure d’injection de colorant est appelée “myélogramme”.

Dans certains cas, une procédure appelée étude électrodiagnostique, ou EMG, peut aider les médecins à identifier le nerf affecté. Il s’agit d’un test neurologique impliquant des chocs électriques et de petites aiguilles qui sont insérées dans divers muscles et peuvent fournir des informations sur la fonction réelle des divers nerfs du bras ou de la jambe où se trouvent les symptômes. Ce test peut également déterminer si les nerfs (à l’exception des nerfs rachidiens) sont responsables des symptômes dans les bras ou les jambes.

Une question fréquemment débattue est de savoir si les nerfs rachidiens lombaires peuvent causer des maux de dos. On pense généralement qu’ils sont capables de le faire, mais généralement uniquement sur le côté de la ligne médiane, à droite ou à gauche de la colonne vertébrale. Une zone appelée sillon sacré est souvent douloureuse lorsque les nerfs rachidiens sont comprimés. Cependant, si les nerfs rachidiens sont fortement comprimés et enflammés, on s’attend généralement à ce que les symptômes se propagent de manière distale, le long du bras ou de la jambe alimentés par le nerf affecté. C’est ce qu’on appelle un “modèle dermatologique”.

Pourquoi envier ces signes: l’astrologue a appelé les raisons

Les nerfs spinaux pincés peuvent se développer soudainement ou se développer progressivement. Une compression soudaine se produit généralement avec un problème articulaire aigu appelé hernie discale.

Une compression plus progressive se produit généralement au fil du temps en raison de changements osseux qui se développent à mesure que les tissus vieillissent et que la croissance osseuse et les éperons osseux se développent. S’il y a un rétrécissement de la colonne vertébrale aux emplacements des nerfs, on parle de “sténose”. Si la partie centrale du canal rachidien est sténosée ou rétrécie, on parle de sténose centrale, et si le côté de la colonne vertébrale est rétréci à l’endroit où les nerfs rachidiens tentent de sortir latéralement, on parle de sténose du canal foraminal ou de sténose latérale. Le développement progressif d’une douleur chronique et d’un déclin fonctionnel causés par le pincement des nerfs rachidiens dû à une sténose osseuse est généralement considéré comme un diagnostic chirurgical.

Comment est-il traité ?

Les nerfs rachidiens pincés résultant d’une hernie discale molle soudaine (ou aiguë) peuvent souvent être traités sans chirurgie en évitant les activités induisant de la douleur : thérapie physique appropriée, médicaments oraux et souvent avec des blocs radiculaires nerveux sélectifs ou des injections épidurales de stéroïdes au site d’irritation. et inflammation.

Étant donné que le corps humain est généralement capable de s’adapter facilement aux changements qui se produisent au cours du processus de vieillissement, la compression ou la compression des nerfs rachidiens est souvent détectée accidentellement et ne provoque aucun symptôme. Le développement progressif de la compression au cours de la vie est naturel. Il est important de comprendre que si un nerf pincé ne provoque pas de symptômes tels qu’une douleur intense, une faiblesse ou un engourdissement entraînant des changements fonctionnels durables, aucun traitement n’est nécessaire.

Il est extrêmement rare qu’un patient asymptomatique nécessite une intervention agressive, telle qu’une chirurgie de la colonne vertébrale. Si vous présentez des symptômes que vous soupçonnez d’être causés par un nerf spinal pincé, consultez un spécialiste de la colonne vertébrale pour obtenir des conseils sur la façon de vous traiter.

Méthodes de thérapie

Dans de nombreux cas, des étapes simples peuvent aider à traiter vos symptômes :

  • Médicaments prescrits par votre médecin, tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les analgésiques pour les douleurs plus intenses et les relaxants musculaires.
  • Perdez du poids, si nécessaire, en suivant un régime et en faisant de l’exercice.
  • Exercices de physiothérapie ou exercices à domicile sous la supervision d’un instructeur.
  • Pour un nerf pincé dans le cou : porter un collier souple autour du cou pendant un certain temps.

Mais certaines personnes nécessitent un traitement ou une intervention chirurgicale plus complexe. Lors d’une intervention chirurgicale appelée discectomie, le chirurgien enlève tout ou partie du disque qui appuie sur la racine nerveuse. Parallèlement à cette procédure, le chirurgien peut avoir besoin de retirer des parties de certaines vertèbres ou de joindre les vertèbres ensemble.

Que puis-je faire pour éviter un nerf pincé?

Rester en forme peut réduire le risque de pincement du nerf. Une bonne posture au travail et pendant votre temps libre, comme lorsque vous devez soulever des objets lourds, peut également aider à prévenir cette condition. Si vous êtes assis longtemps au travail, pensez à vous lever et à marcher régulièrement. Un mode de vie sain, y compris l’arrêt du tabac et une bonne nutrition, peut également réduire le risque de pincement du nerf.

Les meilleures façons de récupérer vos poumons après une pneumonie

L’objectif principal des médecins pendant l’hospitalisation est de guérir la pneumonie à un point tel que vous deveniez assez fort pour poursuivre votre rétablissement à la maison. Vous serez libéré lorsque votre température, votre rythme respiratoire, votre fréquence cardiaque, vos lectures de tension artérielle et votre taux d’oxygène dans le sang seront dans les limites normales. Votre appétit et votre niveau de concentration devraient également s’améliorer.

Mais rentrer à la maison ne signifie pas que vous êtes complètement guéri. Dans un avenir proche, malheureusement, vous ne participerez à aucun marathon. Votre fonction pulmonaire peut être différente de celle d’avant la pneumonie. Mais vous pouvez récupérer complètement le niveau d’activité que vous aviez avant votre diagnostic.

Malheureusement, pour de nombreuses personnes dont les poumons ont été endommagés par une pneumonie (en particulier le coronavirus), les niveaux d’activité peuvent ne plus jamais être les mêmes.

La pneumonie est une infection grave qui peut endommager les tissus pulmonaires. Vos poumons peuvent ne pas se dilater complètement lorsque vous respirez, ou certains tissus pulmonaires peuvent être endommagés de façon permanente. Cela peut affecter la quantité d’oxygène entrant et la quantité de dioxyde de carbone quittant le corps. Cela peut vous fatiguer et parfois vous essouffler.

Après une pneumonie, une faiblesse musculaire survient souvent. Cela peut également se produire en raison d’un manque d’activité et d’une éventuelle perte de poids.

De plus, les personnes qui ont des problèmes supplémentaires, comme des maladies pulmonaires ou cardiaques, éprouvent souvent une augmentation des symptômes de ces affections. Dans ces cas, vous pouvez également recevoir de l’oxygène à domicile.

Votre médecin vous donnera des instructions à suivre pour récupérer progressivement à la maison. Cela peut inclure la prise de médicaments, l’augmentation progressive de votre niveau d’activité physique et la pratique d’exercices de respiration.

Récupération d’une pneumonie à coronavirus

Pour de nombreux patients atteints de COVID-19, se débarrasser du virus ne représente que la moitié de la bataille. Beaucoup souffrent encore des conséquences désagréables que le virus SARS-COV-2 infecte les organes vitaux, en particulier les poumons.

L’altération de la fonction pulmonaire, la pneumonie, la diminution de la saturation en oxygène et l’essoufflement, la fibrose pulmonaire et l’insuffisance pulmonaire chronique font partie des dommages les plus graves causés par le COVID-19 aux poumons. Les personnes souffrant de maladies respiratoires chroniques et d’un système immunitaire affaibli sont particulièrement touchées.

La détresse respiratoire survient souvent après la COVID-19. Même les patients jeunes et en bonne santé signalent une détérioration de la fonction pulmonaire après la guérison, certains ont également besoin d’une assistance en oxygène et d’une ventilation mécanique, ce qui peut également nuire à la qualité de vie. Les maladies respiratoires aiguës et une immunité réduite peuvent rendre une personne sujette à d’autres problèmes. Des facteurs environnementaux tels que des niveaux élevés de pollution de l’air aggravent également la situation.

Nous vous proposons une liste de mesures à suivre pour protéger votre santé pulmonaire après la COVID-19.

Faites régulièrement des exercices de respiration

L’essoufflement et le débit d’oxygène obstrué sont des symptômes courants d’infection lorsque le COVID-19 commence à attaquer les poumons. Les patients atteints de COVID sont souvent invités à pratiquer de simples exercices de respiration profonde et des postures de méditation, ce qui peut les aider à mieux respirer et à améliorer le flux sanguin vers les poumons et les bronches.

La respiration diaphragmatique, les mouvements de respiration profonde favorisent une inspiration plus profonde et un mouvement musculaire dans les poumons et la poitrine. Prendre de grandes respirations en position couchée sur le ventre peut également aider à augmenter votre apport en oxygène.

Le pranayama est considéré comme un excellent exercice pour améliorer la fonction pulmonaire. Les patients souffrant de problèmes respiratoires et de fluctuations des niveaux d’oxygène peuvent faire de l’exercice à l’aide d’un respiromètre, ce qui améliore également la santé pulmonaire.

Mangez des aliments qui augmentent la capacité pulmonaire

Une bonne alimentation riche en vitamines et minéraux renforce l’immunité. Certains aliments détoxifient et aident à mieux respirer. C’est un moyen facile d’améliorer la santé pulmonaire à la maison.

Vous devez éviter une consommation excessive d’aliments transformés et raffinés, privilégiez les aliments de saison tels que : betteraves, thé vert, myrtilles, tomates, noix et graines, ils augmentent la capacité pulmonaire. Les oranges, les citrons et les agrumes devraient également être en abondance. L’ail et le curcuma sont des aliments puissants riches en antioxydants qui auraient des propriétés antivirales.

Assurez-vous de manger beaucoup d’aliments riches en oméga-3, qui sont particulièrement utiles pour contrôler l’inflammation des poumons et réduire le risque d’autres maladies respiratoires.

Les experts recommandent également aux gens de surveiller leurs nutriments. Évitez les régimes qui favorisent la perte de poids, qui peuvent vous priver de nutriments essentiels pendant un certain temps après la récupération.

Évitez de fumer

Fumer augmente non seulement le risque d’infection et de transmission du COVID, mais cause également des dommages irréparables aux poumons, qui sont déjà vulnérables. Le tabagisme et le tabac exercent une pression supplémentaire sur vos organes vitaux et augmentent vos risques de développer d’autres problèmes pulmonaires et infections à long terme.

Le cardio-training peut améliorer la fonction respiratoire

Toute activité qui augmente votre respiration est un bon moyen de restaurer la capacité et la fonction pulmonaire lorsque vous êtes sur le chemin de la récupération. Les experts suggèrent que les patients s’engagent dans des exercices ou des sports modérés à vigoureux. Il peut augmenter votre fréquence cardiaque et améliorer la circulation sanguine.

Marchez régulièrement (si vous pouvez le faire en toute sécurité) et choisissez des entraînements à domicile et des exercices cardio qui sont bons pour votre santé respiratoire. Les asanas de yoga peuvent également aider à restaurer la fonctionnalité et à renforcer l’immunité. L’exercice aérobique peut également aider.

N’oubliez pas de faire de l’exercice régulièrement, mais faites-le lentement au début. Les athlètes sont également encouragés à commencer la récupération avec des exercices de rééducation bénéfiques pour la santé pulmonaire avant de passer à d’autres mouvements rapides et intenses.

Éviter l’exposition à la pollution et à la fumée

Les personnes qui viennent de se remettre de la COVID-19 ou qui ont une fonction pulmonaire altérée doivent éviter toute exposition inutile à la fumée, aux environnements pollués et à toute activité susceptible d’interférer avec le fonctionnement du système respiratoire. La pollution peut non seulement augmenter le risque de réinfection, mais aussi vous exposer à des agents cancérigènes et à d’autres irritants potentiellement dangereux qui peuvent se loger dans vos cavités pulmonaires et rendre la respiration difficile.

Si vous devez sortir, prenez toutes les précautions nécessaires, prenez vos médicaments et prenez soin de vous. L’inhalation de vapeur et les méthodes de désintoxication peuvent également être utiles.

1. Techniques de respiration. (nd)
2. Capacité pulmonaire et vieillissement. (2018)
3. Personnel de la clinique Mayo. (2017)
4. Sivakumar, G., Prabhu, K., Baliga, R., Pai, MK et Manjunatha, S. (2011, avril-juin). Effets aigus de la respiration profonde pendant une courte durée (2-10 minutes) sur les fonctions pulmonaires chez de jeunes volontaires sains [Résumé]. Indian Journal of Physiology and Pharmacology, 55(2), 154-9
5. Traitement du tabagisme et de la dépendance : mise à jour 2008. (2008, mai)
6. Vos poumons et l’exercice. (2016). Respirez, 12(1)

Toute la vérité sur Corvalol

Le corvalol est un médicament populaire, en particulier chez les personnes âgées. Disponible sous forme de gouttes et de comprimés. De l’avis de beaucoup, il est utilisé lorsqu’il “attrape le cœur”. En fait, ce médicament combiné appartient au groupe des sédatifs et des hypnotiques. Il n’est pas facile de découvrir toute la vérité sur Corvalol. Malgré le fait que le médicament a plus d’une douzaine d’années, même les médecins le traitent de manière ambiguë.

Le professeur Pavel Vorobyov, chef d’une organisation engagée dans la recherche de rentabilité en pharmacologie, estime que le Corvalol devrait être classé comme une drogue dure et vendu uniquement sur ordonnance. Son utilisation empêche les patients de voir un médecin à temps et masque les symptômes de maladies graves.

En outre, une consommation incontrôlée du médicament peut entraîner le développement d’effets secondaires, de dépendances et d’empoisonnements.

Composé

Les effets de la prise de Corvalol s’expliquent facilement par sa composition.

L’ester éthylique d’acide alpha-bromoisovalérique a un effet sédatif similaire à la prise de valériane. Il aide à détendre les muscles lisses des organes internes, ralentit la transmission de l’influx nerveux et réduit la pression.

Le phénobarbital à petites doses provoque somnolence, relaxation et détend également les muscles lisses. Augmente la résistance du système nerveux aux stimuli, favorise l’endormissement, mais le sommeil ne se produit pas physiologiquement.

L’huile de feuilles de menthe poivrée favorise la dilatation des vaisseaux du cœur et du cerveau. Améliore la contractilité de l’intestin.

Any Document Signed For $1! Sign .pdf, .doc and .xls

La combinaison de ces composants renforce leur action.

Lorsqu’il est appliqué

Le médicament ne peut traiter aucune maladie grave. Il est généralement pris en violation des fonctions sans pathologies graves (troubles fonctionnels). Le corvalol est pris pour réduire l’excitabilité du système nerveux et comme médicament ayant un effet vasodilatateur. Il peut aider à augmenter l’irritabilité, l’agitation avec troubles du sommeil et les réactions corporelles telles que transpiration, rougeur, faiblesse (manifestations de réactions autonomes du système nerveux). Parfois pour soulager les spasmes intestinaux.

Le but principal de la prise de Corvalol est de réduire l’excitabilité du système nerveux et une certaine vasodilatation.

Le secrétaire général de la Société médicale scientifique russe des thérapeutes, Andrey Spassky, estime que le médicament est utile. Il aide avec les maladies cardiaques, les troubles du rythme, la cardionévrose. Il y a environ 17 millions de personnes souffrant de maladies coronariennes en Russie et environ une personne sur deux utilise ces médicaments, car ils ont un assez bon effet anti-arythmique.

Effet placebo

La littérature décrit les effets placebo pour Corvalol et similaire dans la composition Valocordin 1. Ainsi, des personnes âgées vivant à l’étranger, d’anciens citoyens de Russie (URSS), parfois à un âge très avancé, ont demandé à envoyer ces médicaments particuliers, car auparavant, ils “aidaient beaucoup”. Le fait qu'”avant” c’était il y a 20 ans, ils étaient plus jeunes et en meilleure santé, personne ne s’y intéressait. Les explications des médecins locaux, des proches qu’il existe des médicaments modernes plus efficaces ne les ont pas rassurés. Mais ce qui est le plus intéressant, les nouveaux médicaments eux-mêmes n’ont pas aidé non plus. Nous avions besoin de “testé et vrai”. Ensuite, ils ont eu recours à une combinaison d’ingrédients actifs selon les instructions de Corvalol pour la fabrication d’exactement le même. Mais non, seuls les “anciens” valocordin ou Corvalol étaient nécessaires. Lorsque les patients ont reçu “leurs” médicaments, ils ont commencé à les prendre avec beaucoup de plaisir et d’espoir.

Pour de nombreux patients âgés, il est nécessaire de comparer les avantages et les inconvénients possibles, des risques supplémentaires lors de la prise de Corvalol. Il s’agit souvent d’une dépendance psychologique et de l’effet de l’auto-hypnose.

Ne prenez pas de médicaments par vous-même et consultez toujours un médecin.

Contre-indications

Le médicament n’est pas utilisé en cas d’hypersensibilité à ses composants, de grossesse, pendant l’allaitement, chez les enfants de moins de 18 ans, présentant une intolérance au lactose.

Avec prudence en cas d’insuffisance hépatique et rénale, d’asthme bronchique, d’hyperthyroïdie.

Réactions, conséquences d’empoisonnement

À fortes doses, Corvalol réduit le taux métabolique, abaisse la température corporelle en raison de l’impact sur les mécanismes centraux de la thermorégulation. Réduit la tension artérielle. En conséquence, en cas d’intoxication aiguë, une diminution de la filtration rénale et le développement d’une oligurie, une anurie sont possibles.

Le composant du médicament phénobarbital inhibe de manière significative les réactions psychomotrices, altère la coordination des mouvements. Certains médecins voient cela comme un facteur provoquant supplémentaire pour les chutes chez les personnes âgées avec une fracture de la hanche subséquente. L’ostéoporose, de nombreuses contre-indications à la chirurgie pour le traitement, une longue période de récupération et le repos au lit peuvent provoquer une congestion dans les poumons, le développement d’une pneumonie et finalement conduire à la mort.

L’utilisation de phénobarbital avec de l’alcool ralentit non seulement considérablement les réactions psychomotrices et entraîne une altération de la coordination. Un surdosage peut entraîner le coma et la mort. L’utilisation prolongée du médicament provoque de la fatigue, une détérioration de la mémoire et de la concentration, une dépression, des maux de tête, des tremblements.

Dans les instructions d’utilisation médicale de Corvalol, il n’y a aucune interdiction d’utiliser le médicament simultanément avec de l’alcool. Dans le même temps, des effets indésirables ont été enregistrés dans la base de données Roszdravnadzor lors de la prise de Corvalol, ce qui a parfois entraîné la mort. Ces cas étaient associés à son utilisation incontrôlée en association avec de l’alcool.

Dans les instructions de Corvalol, il n’y a pas d’interdiction d’utiliser la drogue simultanément avec de l’alcool, mais il y a eu des cas de décès avec une consommation incontrôlée de celle-ci simultanément avec de l’alcool.

Autres effets indésirables

L’automédication avec Corvalol peut masquer les symptômes de maladies plus graves, comme le cancer. Il est impossible d’appeler les composants du médicament bénéfiques pour la santé. De plus, le médicament peut avoir un effet placebo prononcé. D’une part, cela est bon et augmente son efficacité. D’autre part, les patients arrêtent de prendre des médicaments qui sont vraiment nécessaires pour les maladies du système cardiovasculaire. L’adhésion du patient au traitement est un gros problème en cardiologie.

Oui, ils peuvent agir plus lentement et n’apportent pas de soulagement immédiat, mais c’est leur utilisation qui augmente l’espérance de vie, réduit le risque de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux (statines, antihypertenseurs, antiagrégants plaquettaires). Car ils agissent sur les mécanismes de développement de la maladie, et pas seulement en masquent les symptômes.

Des gouttes de Corvalol la nuit peuvent devenir pour une personne âgée un souci imaginaire pour sa santé et un rituel d’auto-apaisement. Ensuite, en cas d’aggravation des symptômes ou d’apparition de nouveaux, il ne va pas se faire examiner, mais augmente simplement la dose. Cela est particulièrement vrai pour les habitants des zones à faible accès aux soins médicaux.

dépendance et dépendance

L’addiction à une consommation fréquente et incontrôlée est souvent addictive et addictive. Le phénobarbital a pour effet de s’accumuler dans l’organisme. De plus, avec le temps, avec une utilisation prolongée, la sensibilité du corps à la dose précédente diminue et la personne commence à l’augmenter progressivement, car elle n’obtient pas de soulagement, comme auparavant.

Il n’est pas possible pour une personne d’arrêter de le prendre d’elle-même, car un fort syndrome de sevrage se développe. Dans les cas bénins, le syndrome de sevrage se manifeste par de l’anxiété, des tremblements, une faiblesse croissante dans tout le corps, des étourdissements, des nausées, des vomissements, des troubles du sommeil, des étourdissements et le développement d’évanouissements. Dans les cas graves, des convulsions, un délire sont possibles.

Traitement du cartilage de l’articulation du genou

Glazkov Yury Konstantinovich Médecin-chef

  • traumatologue-orthopédiste
  • chirurgien traumatologue
  • traumatologue du sport
  • orthopédiste
  • Principes de traitement
  • méthodes conservatrices
  • Correction du style de vie
  • Physiothérapie
  • Physiothérapie
  • Thérapie médicale
  • Méthodes chirurgicales

Il y a du cartilage à l’intérieur de l’articulation du genou. Ils recouvrent les surfaces articulaires des os : fémur et tibia. Le cartilage adoucit les frottements. Ils assurent la sécurité des structures intra-articulaires même dans le contexte d’efforts physiques intenses. Malheureusement, en raison de diverses maladies, un amincissement ou des dommages mécaniques au cartilage sont possibles. Dans ce cas, le patient a besoin d’un traitement.

Traitement du cartilage de l’articulation du genou

Traitement du cartilage de l’articulation du genou

Principes de traitement

Les approches de traitement dépendent de la raison pour laquelle le cartilage s’est aminci. Cela peut se produire à la suite de :

  • maladies inflammatoires;
  • processus dégénératifs;
  • blessures;
  • pratiqué des opérations chirurgicales.

Le traitement peut viser à éliminer les symptômes, à ralentir les processus dégénératifs, à arrêter l’inflammation et à améliorer les capacités de régénération du tissu cartilagineux. Parfois, une intervention chirurgicale est nécessaire. Il vous permet d’effectuer le remplacement des défauts de la surface du cartilage.

méthodes conservatrices

Si le cartilage hyalin de l’articulation du genou est aminci, le traitement est commencé avec des méthodes conservatrices. Les méthodes thérapeutiques suivantes sont utilisées:

  • Correction du mode de vie.
  • Traitement de physiothérapie et massage.
  • Physiothérapie.
  • Thérapie médicale.

Correction du style de vie

Dans un premier temps, il est nécessaire d’éliminer tous les facteurs pouvant provoquer un amincissement du cartilage de l’articulation du genou. Le traitement commence par le fait qu’il est recommandé au patient d’abandonner les travaux physiques pénibles, les sports. Parce qu’avec une irritation mécanique continue du cartilage, il sera endommagé et une restauration complète du tissu cartilagineux est impossible en raison de son mauvais apport sanguin.

  • perte de poids si IMC dépasse 25 kg/m2 ;
  • réduire la charge sur la jambe douloureuse;
  • l’utilisation d’appareils orthopédiques (orthèses, semelles);
  • à l’aide d’une canne ou de béquilles.

Physiothérapie

Le traitement de physiothérapie est utilisé pour réduire l’enflure, la douleur. Il améliore la circulation sanguine dans la zone du corps qui se trouve à proximité du cartilage du genou endommagé. En conséquence, le trophisme tissulaire s’améliore, les phénomènes d’hypoxie diminuent, les processus de régénération sont accélérés.

Les types de physiothérapie suivants sont utilisés :

  • électrophorèse;
  • galvanisation;
  • phonophorèse;
  • stimulation électrique;
  • magnétothérapie;
  • thérapie au laser;
  • massage par vibration et autres.

La kinésithérapie est souvent associée à des médicaments. Des préparations locales sont appliquées sur la peau. Ensuite, une électrophorèse ou une phonophorèse est réalisée pour leur meilleure pénétration dans la cavité articulaire.

Physiothérapie

Physiothérapie

Physiothérapie

L’entraînement physique aide à renforcer les muscles, à décharger l’articulation du genou. Ils favorisent également la réparation du cartilage en améliorant la circulation sanguine. Pendant l’exercice, le sang afflue vers le muscle. Les vaisseaux se dilatent. Par conséquent, l’apport sanguin à la capsule articulaire augmente. L’apport sanguin aux parties du cartilage adjacentes à la capsule s’améliore également.

Thérapie médicale

L’usage de médicaments reste l’une des principales méthodes de traitement. À l’heure actuelle, aucun médicament n’est garanti pour restaurer le cartilage ou au moins empêcher sa destruction ultérieure. Cependant, un certain nombre de médicaments peuvent obtenir de bons résultats en améliorant les processus de régénération, en réduisant l’inflammation et en protégeant le cartilage des fortes influences mécaniques.

Les médicaments peuvent être utilisés de la manière suivante :

  • appliqué à l’intérieur;
  • administré par voie intramusculaire ou intraveineuse ;
  • appliqué sur la peau au-dessus de l’articulation du genou;
  • injecté dans l’articulation.

Comme dans la plupart des cas, il y a une destruction progressive du cartilage de l’articulation du genou, le traitement est effectué avec des médicaments sous forme de comprimés. Ils sont plus pratiques à utiliser et ne nécessitent pas la participation constante du personnel médical au processus de traitement.

Les injections intra-articulaires sont souvent utilisées. Ils sont bons car ils permettent d’obtenir un résultat stable à long terme après plusieurs injections de médicaments. Elle dure six mois ou un an. L’utilisation d’injections dans le genou réduit le besoin de médicaments pris par voie orale. En conséquence, la charge médicamenteuse et le risque d’effets secondaires sont réduits.

Les crèmes et les gels sont des soins complémentaires. C’est purement symptomatique. Utilisé pour réduire la douleur, éliminer l’enflure. Il n’existe pas de médicaments locaux susceptibles de restaurer le cartilage articulaire du genou ou même de ralentir leur dégénérescence.

Thérapie médicale

Thérapie médicale

Les principaux groupes de médicaments utilisés pour traiter le cartilage des articulations du genou

AINS. Ces médicaments ne peuvent pas réparer le cartilage. Mais ils sont capables dans certains cas de ralentir leur dégénérescence en éliminant le processus inflammatoire. De plus, des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont pris pour réduire la douleur, qui se développe inévitablement en cas d’amincissement du cartilage en raison d’une forte friction des surfaces articulaires lors de tout mouvement de l’articulation du genou.

Chondroprotecteurs. Ce sont des préparations de chondroïtine et de glucosamine. Ils sont obtenus à partir de cartilage animal. Les chondroprotecteurs sont injectés dans l’articulation, par injection intramusculaire, appliqués sur la peau ou pris par voie orale.

Seule cette dernière méthode d’application a du sens du point de vue de la médecine factuelle. L’application de chondroprotecteurs sur la peau sous forme de gel n’a pas fait la preuve de son efficacité. L’introduction dans l’articulation ou par voie intramusculaire est bénéfique, mais le traitement est nécessaire pendant une longue période (à partir de 6 mois), et avec ce mode d’administration, la tolérance du traitement se détériore considérablement.

Malgré le fait que les médecins prescrivent très souvent des chondroprotecteurs par voie orale en gélules, rien ne prouve qu’ils restaurent le cartilage articulaire. Les études montrent seulement que dans l’arthrose du genou, l’utilisation à long terme de la chondroïtine en association avec la glucosamine peut réduire les symptômes de la maladie.

Hyaluronate. Inséré dans l’articulation du genou. Des médicaments similaires sont également disponibles sous des formes posologiques à usage externe ou à usage oral. Cependant, ces traitements n’ont pas de preuve concluante d’efficacité. Par conséquent, les comprimés d’hyaluronate sont principalement vendus comme compléments alimentaires et non comme médicaments.

L’introduction d’acide hyaluronique dans l’articulation permet d’augmenter sa concentration dans le liquide synovial. Le frottement du cartilage est réduit, leur dystrophie est prévenue. Les symptômes diminuent ou disparaissent pendant plusieurs mois. Après cela, l’injection de hyaluronate peut être répétée.

PRP. Cette abréviation signifie plasma riche en plaquettes. Il est obtenu à partir du propre sang du patient, centrifugé puis injecté dans l’articulation. C’est l’un des moyens les plus efficaces d’améliorer la régénération du cartilage. Les plaquettes sécrètent un grand nombre de facteurs de croissance. En conséquence, la réparation du tissu cartilagineux est améliorée. Mais la restauration du cartilage du genou n’est possible que dans le cas d’un stade précoce d’arthrose ou d’une légère blessure traumatique.

Méthodes chirurgicales

Avec des défauts importants de la surface articulaire, la restauration du tissu cartilagineux n’est possible que par des méthodes chirurgicales. Pour cela, de nombreuses méthodes différentes sont utilisées. Certains d’entre eux sont très chers et ne sont disponibles qu’à l’étranger (Allemagne, Suisse, USA). Certaines méthodes sont apparues récemment, d’autres sont utilisées depuis plus de 50 ans.

Les méthodes chirurgicales de restauration du cartilage sont plus efficaces lorsque :

  • ostéochondrite disséquante;
  • blessure traumatique au genou;
  • arthrose jusqu’à 2 degrés.

Dans d’autres maladies, ainsi que dans le cas d’une gonarthrose sévère, il n’est souvent pas possible de restaurer complètement les surfaces cartilagineuses.

Les principales méthodes chirurgicales pour restaurer le cartilage hyalin de l’articulation du genou:

tunnelisation sous-chondrale. Le médecin perce le cartilage et le tissu osseux sous-chondral à plusieurs endroits. Ouvre le saignement. Le résultat est la formation d’une blessure artificiellement infligée au fibrocartilage sur le site.

Microfracture. Une technique améliorée qui remplace progressivement le tunneling. Le mécanisme d’action est similaire. De multiples microfractures de l’os sous-chondral se forment avec la préservation de sa charpente. La technique est plus sûre, car les brûlures du cartilage, inévitables lors du forage, sont exclues.

Autogreffe de cartilage. Il est utilisé pour fermer les défauts de la surface articulaire qui sont soumis à des contraintes mécaniques maximales. C’est là que le cartilage est le plus épais. Pour l’autotransplantation, le cartilage est prélevé sur une autre partie du corps du patient et planté dans l’articulation du genou. Les inconvénients de la méthode sont la traumatisation supplémentaire des sites donneurs et le manque de matériel en cas de défauts cartilagineux étendus.

Implantation de chondrocytes autologues. Un petit morceau de cartilage est prélevé, puis mis en culture. En fait, du nouveau cartilage est cultivé pour le patient. Il est fixé sur la matrice, donnant la forme souhaitée, et implanté dans l’articulation. La méthode est plus efficace chez les patients de moins de 55 ans, présentant un défaut de surface du cartilage pouvant atteindre 10 centimètres carrés. Inconvénients : coût élevé et nécessité de deux opérations (pour le prélèvement du cartilage puis pour son implantation dans le genou).

Si des signes de dommages au cartilage articulaire apparaissent, une personne doit consulter un médecin dès que possible. Il existe de nombreuses façons de restaurer les surfaces articulaires du genou, mais la plupart d’entre elles deviennent inefficaces dans les cas cliniques avancés.

Lésion méniscale, lésion du ligament croisé, lésion du ligament collatéral, pathologie du pli synovial, élimination des corps étrangers de l’articulation du genou, traitement de la pathologie de la rotule, traitement des défauts du cartilage, traitement de l’arthrose du genou (gonarthrose)

Les meilleures façons de récupérer vos poumons après une pneumonie

L’objectif principal des médecins pendant l’hospitalisation est de guérir la pneumonie à un point tel que vous deveniez assez fort pour poursuivre votre rétablissement à la maison. Vous serez libéré lorsque votre température, votre rythme respiratoire, votre fréquence cardiaque, vos lectures de tension artérielle et votre taux d’oxygène dans le sang seront dans les limites normales. Votre appétit et votre niveau de concentration devraient également s’améliorer.

Mais rentrer à la maison ne signifie pas que vous êtes complètement guéri. Dans un avenir proche, malheureusement, vous ne participerez à aucun marathon. Votre fonction pulmonaire peut être différente de celle d’avant la pneumonie. Mais vous pouvez récupérer complètement le niveau d’activité que vous aviez avant votre diagnostic.

Malheureusement, pour de nombreuses personnes dont les poumons ont été endommagés par une pneumonie (en particulier le coronavirus), les niveaux d’activité peuvent ne plus jamais être les mêmes.

La pneumonie est une infection grave qui peut endommager les tissus pulmonaires. Vos poumons peuvent ne pas se dilater complètement lorsque vous respirez, ou certains tissus pulmonaires peuvent être endommagés de façon permanente. Cela peut affecter la quantité d’oxygène entrant et la quantité de dioxyde de carbone quittant le corps. Cela peut vous fatiguer et parfois vous essouffler.

Après une pneumonie, une faiblesse musculaire survient souvent. Cela peut également se produire en raison d’un manque d’activité et d’une éventuelle perte de poids.

De plus, les personnes qui ont des problèmes supplémentaires, comme des maladies pulmonaires ou cardiaques, éprouvent souvent une augmentation des symptômes de ces affections. Dans ces cas, vous pouvez également recevoir de l’oxygène à domicile.

Votre médecin vous donnera des instructions à suivre pour récupérer progressivement à la maison. Cela peut inclure la prise de médicaments, l’augmentation progressive de votre niveau d’activité physique et la pratique d’exercices de respiration.

Récupération d’une pneumonie à coronavirus

Pour de nombreux patients atteints de COVID-19, se débarrasser du virus ne représente que la moitié de la bataille. Beaucoup souffrent encore des conséquences désagréables que le virus SARS-COV-2 infecte les organes vitaux, en particulier les poumons.

L’altération de la fonction pulmonaire, la pneumonie, la diminution de la saturation en oxygène et l’essoufflement, la fibrose pulmonaire et l’insuffisance pulmonaire chronique font partie des dommages les plus graves causés par le COVID-19 aux poumons. Les personnes souffrant de maladies respiratoires chroniques et d’un système immunitaire affaibli sont particulièrement touchées.

La détresse respiratoire survient souvent après la COVID-19. Même les patients jeunes et en bonne santé signalent une détérioration de la fonction pulmonaire après la guérison, certains ont également besoin d’une assistance en oxygène et d’une ventilation mécanique, ce qui peut également nuire à la qualité de vie. Les maladies respiratoires aiguës et une immunité réduite peuvent rendre une personne sujette à d’autres problèmes. Des facteurs environnementaux tels que des niveaux élevés de pollution de l’air aggravent également la situation.

Nous vous proposons une liste de mesures à suivre pour protéger votre santé pulmonaire après la COVID-19.

Faites régulièrement des exercices de respiration

L’essoufflement et le débit d’oxygène obstrué sont des symptômes courants d’infection lorsque le COVID-19 commence à attaquer les poumons. Les patients atteints de COVID sont souvent invités à pratiquer de simples exercices de respiration profonde et des postures de méditation, ce qui peut les aider à mieux respirer et à améliorer le flux sanguin vers les poumons et les bronches.

La respiration diaphragmatique, les mouvements de respiration profonde favorisent une inspiration plus profonde et un mouvement musculaire dans les poumons et la poitrine. Prendre de grandes respirations en position couchée sur le ventre peut également aider à augmenter votre apport en oxygène.

Any Document Signed For $1! Sign .pdf, .doc and .xls

Le pranayama est considéré comme un excellent exercice pour améliorer la fonction pulmonaire. Les patients souffrant de problèmes respiratoires et de fluctuations des niveaux d’oxygène peuvent faire de l’exercice à l’aide d’un respiromètre, ce qui améliore également la santé pulmonaire.

Mangez des aliments qui augmentent la capacité pulmonaire

Une bonne alimentation riche en vitamines et minéraux renforce l’immunité. Certains aliments détoxifient et aident à mieux respirer. C’est un moyen facile d’améliorer la santé pulmonaire à la maison.

Vous devez éviter une consommation excessive d’aliments transformés et raffinés, privilégiez les aliments de saison tels que : betteraves, thé vert, myrtilles, tomates, noix et graines, ils augmentent la capacité pulmonaire. Les oranges, les citrons et les agrumes devraient également être en abondance. L’ail et le curcuma sont des aliments puissants riches en antioxydants qui auraient des propriétés antivirales.

Assurez-vous de manger beaucoup d’aliments riches en oméga-3, qui sont particulièrement utiles pour contrôler l’inflammation des poumons et réduire le risque d’autres maladies respiratoires.

Les experts recommandent également aux gens de surveiller leurs nutriments. Évitez les régimes qui favorisent la perte de poids, qui peuvent vous priver de nutriments essentiels pendant un certain temps après la récupération.

Évitez de fumer

Fumer augmente non seulement le risque d’infection et de transmission du COVID, mais cause également des dommages irréparables aux poumons, qui sont déjà vulnérables. Le tabagisme et le tabac exercent une pression supplémentaire sur vos organes vitaux et augmentent vos risques de développer d’autres problèmes pulmonaires et infections à long terme.

Le cardio-training peut améliorer la fonction respiratoire

Toute activité qui augmente votre respiration est un bon moyen de restaurer la capacité et la fonction pulmonaire lorsque vous êtes sur le chemin de la récupération. Les experts suggèrent que les patients s’engagent dans des exercices ou des sports modérés à vigoureux. Il peut augmenter votre fréquence cardiaque et améliorer la circulation sanguine.

Marchez régulièrement (si vous pouvez le faire en toute sécurité) et choisissez des entraînements à domicile et des exercices cardio qui sont bons pour votre santé respiratoire. Les asanas de yoga peuvent également aider à restaurer la fonctionnalité et à renforcer l’immunité. L’exercice aérobique peut également aider.

N’oubliez pas de faire de l’exercice régulièrement, mais faites-le lentement au début. Les athlètes sont également encouragés à commencer la récupération avec des exercices de rééducation bénéfiques pour la santé pulmonaire avant de passer à d’autres mouvements rapides et intenses.

Éviter l’exposition à la pollution et à la fumée

Les personnes qui viennent de se remettre de la COVID-19 ou qui ont une fonction pulmonaire altérée doivent éviter toute exposition inutile à la fumée, aux environnements pollués et à toute activité susceptible d’interférer avec le fonctionnement du système respiratoire. La pollution peut non seulement augmenter le risque de réinfection, mais aussi vous exposer à des agents cancérigènes et à d’autres irritants potentiellement dangereux qui peuvent se loger dans vos cavités pulmonaires et rendre la respiration difficile.

Si vous devez sortir, prenez toutes les précautions nécessaires, prenez vos médicaments et prenez soin de vous. L’inhalation de vapeur et les méthodes de désintoxication peuvent également être utiles.

1. Techniques de respiration. (nd)
2. Capacité pulmonaire et vieillissement. (2018)
3. Personnel de la clinique Mayo. (2017)
4. Sivakumar, G., Prabhu, K., Baliga, R., Pai, MK et Manjunatha, S. (2011, avril-juin). Effets aigus de la respiration profonde pendant une courte durée (2-10 minutes) sur les fonctions pulmonaires chez de jeunes volontaires sains [Résumé]. Indian Journal of Physiology and Pharmacology, 55(2), 154-9
5. Traitement du tabagisme et de la dépendance : mise à jour 2008. (2008, mai)
6. Vos poumons et l’exercice. (2016). Respirez, 12(1)

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.