Muscle enflammé dans le cou

La myosite désigne une affection accompagnée d’une inflammation dans un ou plusieurs muscles. Faiblesse, gonflement et douleur, les symptômes les plus caractéristiques de la myosite. Les causes de la myosite peuvent être des infections, des traumatismes, des maladies auto-immunes et des effets secondaires de médicaments. Le traitement de la myosite dépend de la cause de la maladie.

Les raisons

La myosite est causée par diverses conditions qui entraînent une inflammation des muscles. Les causes de la myosite peuvent être divisées en plusieurs groupes principaux :

Maladies inflammatoires provoquant une myosite

Les maladies qui provoquent une inflammation dans tout le corps peuvent affecter les muscles, provoquant une myosite. Bon nombre de ces affections sont des maladies auto-immunes, dans lesquelles les anticorps endommagent les propres tissus de l’organisme. Les maladies inflammatoires qui causent une myosite potentiellement grave comprennent :

  • Dermatomyosite
  • Polymyosite
  • Myosite ossifiante (maladie de Münchmeyer)

D’autres maladies inflammatoires peuvent provoquer des formes plus bénignes de myosite :

Pour apprendre plus
  • Le lupus érythémateux disséminé
  • sclérodermie
  • La polyarthrite rhumatoïde

Les maladies inflammatoires sont les causes les plus graves de myosite, nécessitant un traitement au long cours.

Myosite infectieuse

Les infections virales sont les infections les plus courantes à l’origine de la myosite. Beaucoup moins souvent, la myosite peut être causée par des bactéries, des champignons ou d’autres micro-organismes. Les virus ou les bactéries peuvent affecter directement les muscles eux-mêmes ou à l’aide de toxines libérées. Les virus ARI de la grippe, ainsi que le virus de l’immunodéficience, peuvent également provoquer une myosite .

Médicaments qui causent la myosite

De nombreux médicaments peuvent causer des lésions musculaires instables. Comme il n’est pas possible de confirmer le processus inflammatoire dans de tels cas, ces affections sont parfois appelées myopathie et non myosite. Les médicaments qui causent la myosite et/ou la myopathie comprennent :

  • Statines
  • Colchicine
  • Plaquenil
  • Interféron alpha
  • Cocaïne
  • De l’alcool

La myopathie peut apparaître immédiatement après le début des médicaments ou après un certain temps (plusieurs mois), en particulier lorsqu’il s’agit de médicaments. En règle générale, la myosite d’origine médicamenteuse est rarement sévère.

Myosite après traumatisme . Un exercice intense, en particulier avec des muscles non entraînés, peut entraîner des douleurs musculaires, un gonflement et une faiblesse dans les heures ou les jours suivant l’exercice. L’inflammation des muscles est associée à des microdéchirures dans le tissu musculaire et, en règle générale, les symptômes d’une telle myosite disparaissent rapidement après un repos suffisant. Parfois, avec de graves lésions musculaires, une nécrose du tissu musculaire est possible. Cette affection, appelée rhabdomyolyse, survient lorsqu’un grand groupe de muscles est endommagé et s’accompagne d’une réaction générale de l’organisme à la nécrose des tissus musculaires. Les molécules de myoglobine peuvent changer la couleur de l’urine du brun au rouge.

Symptômes de la myosite

Le principal symptôme de la myosite est la faiblesse musculaire. La faiblesse peut être évidente ou n’être découverte que lors des tests. Des douleurs musculaires (myalgies) peuvent être présentes ou non.

La dermatomyosite, la polymyosite et les autres maladies inflammatoires accompagnées de myosite se manifestent par une faiblesse musculaire qui a tendance à augmenter progressivement au fil des semaines ou des mois. La faiblesse musculaire peut affecter de nombreux groupes musculaires, notamment les muscles du cou, des épaules, des hanches et du dos. En règle générale, il existe une faiblesse musculaire bilatérale.

La faiblesse musculaire dans la myosite peut entraîner des chutes et même des difficultés à exécuter des fonctions motrices simples telles que se lever, se lever d’une chaise ou se lever du lit.D’autres symptômes de la myosite qui peuvent être présents dans des conditions inflammatoires comprennent :

  • éruption
  • Fatigue
  • Épaississement de la peau des mains
  • Difficulté à avaler
  • Arrêt respiratoire

Les patients atteints de myosite causée par un virus présentent généralement des symptômes d’une infection virale, tels que nez qui coule, mal de gorge, fièvre, toux, nausées et diarrhée. Cependant, les symptômes d’une infection virale peuvent disparaître quelques jours ou quelques semaines avant l’apparition des symptômes de la myosite.

Certains patients atteints de myosite ont des douleurs musculaires, mais souvent il n’y a pas de douleur. La moitié des patients atteints de myosite due à une maladie inflammatoire n’ont pas de douleurs musculaires intenses.

La plupart des douleurs musculaires ne sont pas associées à une myosite, mais à une fatigue musculaire ou à une réaction réactive dans les maladies respiratoires aiguës (IRA ou grippe). Ces douleurs musculaires courantes et d’autres sont appelées myalgies.

Diagnostique

Un médecin peut suspecter une myosite en raison de symptômes tels qu’une faiblesse musculaire, des douleurs et d’autres symptômes compatibles avec une myosite. Dans le diagnostic de la myosite sont utilisés:

Tests sanguins. Des taux élevés d’enzymes des tissus musculaires (par exemple, la créatine kinase) peuvent indiquer des lésions des tissus musculaires. Les tests d’auto-anticorps peuvent identifier une maladie auto-immune.

Imagerie par résonance magnétique (IRM). La numérisation à l’aide d’un aimant puissant et d’un ordinateur vous permet d’obtenir une image des muscles. L’analyse IRM aide à identifier les zones de lésions musculaires au moment actuel et en dynamique.

Électromyographie (EMG). En insérant des électrodes à aiguille dans les muscles, le médecin peut tester la réponse des muscles aux stimuli électriques et aux impulsions nerveuses. L’EMG vous permet d’identifier les muscles faibles ou endommagés par la myosite.

Biopsie musculaire. C’est l’analyse la plus précise dans le diagnostic de la myosite . Le médecin identifie un muscle faible, fait une petite incision et enlève un petit morceau de tissu musculaire afin d’examiner le tissu au microscope. Une biopsie musculaire fournit un diagnostic fiable de myosite .

Il existe de nombreuses causes de faiblesse musculaire et de douleurs musculaires plus fréquentes que la myosite. Ainsi, le diagnostic de myosite peut être posé non pas immédiatement, mais après un certain temps.

Traitement

Le traitement de la myosite dépend de la cause de la maladie.

Les maladies inflammatoires (auto-immunes) qui causent la myosite nécessitent souvent un traitement avec des médicaments qui suppriment le système immunitaire, notamment :

  • Prednisone
  • Imuran
  • Méthotrexate

La myosite causée par une infection est généralement virale et ne nécessite pas de traitement. La myosite causée par des bactéries n’est pas courante et un traitement antibiotique est nécessaire (jusqu’à l’administration intraveineuse afin d’éviter une condition dangereuse pour l’organisme telle que la septicémie).

Bien que la nécrose aiguë des muscles squelettiques soit rare dans la myosite, si une rhabdomyolyse est présente, le patient doit être hospitalisé car de grandes perfusions de liquide doivent être administrées pour prévenir les lésions rénales.

La myosite médicamenteuse est traitée en arrêtant ces médicaments. En cas de myosite causée par les statines, l’inflammation musculaire diminue en quelques semaines après l’arrêt du médicament.

L’utilisation de matériaux est autorisée avec un lien hypertexte actif vers la page permanente de l’article.

myosite cervicale

La myosite cervicale est une inflammation des muscles du cou et de la ceinture scapulaire. Le processus peut impliquer à la fois un et plusieurs muscles. La cause est généralement une hypothermie locale, une activité physique inhabituelle, un séjour prolongé dans une position inconfortable et des maladies infectieuses. Le principal symptôme est la douleur, qui n’irradie généralement que d’un côté du cou et peut irradier vers la tête, l’épaule, le dos et le bras. Les mouvements sont limités, un léger œdème et une hyperthermie locale sont parfois détectés. Chez les jeunes enfants, une élévation de la température est possible. Le diagnostic est posé sur la base des symptômes cliniques. Le traitement est conservateur : blocages, kinésithérapie, thérapie manuelle.

CIM-10

informations générales

La myosite cervicale survient plus souvent que tous les autres types de myosite. Elle peut toucher des personnes de tout sexe et de tout âge, y compris les enfants. Elle est généralement provoquée par un courant d’air, une charge inhabituelle, un surmenage ou un stress. Tout au long de la vie, presque chaque personne souffre au moins une fois de myosite aiguë causée par l’une des raisons énumérées. La myosite cervicale, qui s’est développée à la suite de maladies auto-immunes et parasitaires, est beaucoup moins fréquente. Contrairement aux autres formes de myosite, cette inflammation des muscles est longue, a une tendance plus prononcée à devenir chronique et est difficile à traiter.

Les raisons

La cause la plus fréquente de myosite cervicale est un courant d’air. Un peu moins fréquentes sont les myosites qui surviennent après une blessure, un long séjour dans une position inconfortable, ou après un surmenage des muscles du cou à la suite d’une activité physique inhabituelle, d’une activité physique professionnelle excessive ou d’un surentraînement chez les sportifs. Parfois, la myosite cervicale devient une complication de maladies infectieuses aiguës (ARVI, grippe, amygdalite).

Les formes rares de myosite cervicale sont les myosites avec lésions systémiques du tissu conjonctif (LES, rhumatismes, polyarthrite rhumatoïde) et les maladies parasitaires. Dans le premier cas, la cause de la maladie est la production de cellules immunitaires qui attaquent le tissu musculaire de l’organisme, dans le second – une réaction allergique toxique. Dans les deux cas, l’inflammation affecte généralement non seulement les muscles du cou, mais également d’autres groupes musculaires. Un autre type rare de myosite cervicale est la myosite purulente. La maladie se développe lorsque l’infection se propage à partir de plaies ouvertes ou d’ulcères dans le cou.

Facteurs de risque

Le groupe à risque comprend les personnes qui, dans l’exercice de leurs fonctions professionnelles, doivent rester longtemps au même poste: violonistes, chauffeurs, dactylographes, pianistes, employés de bureau, etc. Les étudiants et les écoliers ont une myosite due au surmenage ou à une position inconfortable, peuvent évoluer en préparation aux examens. Comme facteur de risque supplémentaire, de nombreux experts considèrent le stress, dans lequel les muscles du cou et de la ceinture scapulaire sont dans un état de tension constante.

Symptômes de la myosite cervicale

Les premiers symptômes d’inflammation musculaire aiguë apparaissent plusieurs heures après l’effet indésirable. Initialement, une douleur locale survient le long de la surface postérieure ou postérolatérale du cou (généralement d’un côté, à droite ou à gauche), aggravée par la rotation et l’inclinaison de la tête. Progressivement, l’intensité de la douleur augmente, une irradiation de la région occipitale et pariétale, du haut du dos, de la région interscapulaire, de la région de la ceinture scapulaire et du bras du côté affecté peut être notée. Le patient essaie d’éviter les mouvements du cou pour ne pas provoquer une nouvelle crise de douleur, parfois sa tête est dans une position forcée.

À l’examen, il peut y avoir un léger gonflement dans la zone du groupe musculaire affecté. Une hyperthermie et une hyperémie locales peu prononcées sont parfois notées. Les muscles enflammés sont tendus et compactés, leur palpation est douloureuse. L’état général chez l’adulte ne souffre pas. Chez les jeunes enfants, une augmentation significative de la température (jusqu’à 38-39 degrés), une faiblesse, une léthargie, un manque d’appétit sont possibles. La maladie est aiguë, tous les symptômes disparaissent complètement en quelques jours, moins souvent – quelques semaines.

Lire aussi :   Comment réduire rapidement l’hypertension artérielle

Dans certains cas, la myosite aiguë devient chronique. Les douleurs deviennent récurrentes, elles commencent à gêner même après une légère surcharge, un court séjour dans une position inconfortable, et à chaque rhume. La tension musculaire protectrice devient constante, les mouvements de la tête sont limités. Au fil du temps, une faiblesse musculaire se produit, dans certains cas, une atrophie des muscles affectés se développe.

Une forme particulière de la maladie est la myosite parasitaire qui, avec les muscles du cou, affecte un certain nombre d’autres groupes musculaires (muscles des membres, muscles masticateurs) et s’accompagne de fièvre. Une autre forme assez rare de myosite – la myosite purulente – est aiguë. Il y a d’intenses douleurs saccadées ou éclatantes. Un gonflement notable se produit dans la région du cou, la peau de la zone touchée devient rouge, sa température augmente. Le développement d’un processus purulent s’accompagne d’une hyperthermie générale, d’une faiblesse, d’une faiblesse, d’une perte d’appétit, de maux de tête et d’autres signes d’intoxication générale. La sensation est extrêmement douloureuse, la fluctuation peut être déterminée lors de la formation d’un abcès.

Diagnostique

Le diagnostic est posé par un traumatologue ou un neurologue sur la base de manifestations cliniques caractéristiques. Dans la myosite aiguë, provoquée par une posture inconfortable, une surcharge, un courant d’air et d’autres raisons similaires, des études supplémentaires ne sont pas nécessaires. En présence de symptômes inhabituels et d’une évolution prolongée de la myosite cervicale, un examen est prescrit, qui peut inclure un examen par un rhumatologue et un infectiologue, l’identification des parasites, la détermination du facteur rhumatoïde, etc. Patients suspects de myosite purulente sont référés pour une consultation avec un chirurgien.

Traitement de la myosite cervicale

Un traitement conservateur

Le traitement de la myosite cervicale traumatique et de l’inflammation des muscles qui s’est développée à la suite d’une surcharge ou d’une position inconfortable est effectué en ambulatoire par des spécialistes dans le domaine de la traumatologie et de l’orthopédie. Il est conseillé au patient de limiter son activité physique, de frotter la zone touchée avec des onguents chauffants et anti-inflammatoires, d’appliquer de la chaleur sèche et de prendre des analgésiques en cas de douleur intense. Ecrire une direction à UHF. Habituellement, tous les symptômes disparaissent en quelques jours, un maximum de 1 à 2 semaines.

Avec l’inefficacité de la thérapie, le médecin procède au blocage de la novocaïne avec l’ajout d’une petite quantité de corticostéroïdes. En l’absence de contre-indications, il est possible d’utiliser des techniques de thérapie manuelle (relaxation post-isométrique).

Les patients atteints d’autres formes de myosite cervicale sont référés aux spécialistes appropriés. La myosite causée par une maladie rhumatismale est traitée par un rhumatologue, la myosite infectieuse est traitée par un infectiologue et la myosite parasitaire est traitée par un parasitologue. Les patients atteints d’un processus rhumatismal se voient prescrire des glucocorticoïdes et des immunosuppresseurs, les patients atteints de myosite infectieuse reçoivent une antibiothérapie. Avec la myosite parasitaire, des médicaments anthelminthiques sont prescrits.

Opération

En présence de suppuration, un traitement par un chirurgien purulent est recommandé. Des antibiotiques (pénicilline, tétracycline et autres médicaments), des analgésiques et des UHF sont utilisés. L’apparition d’une zone de ramollissement est une indication de l’ouverture de l’abcès. La cavité est lavée et drainée avec de la gaze. Effectuer des pansements. Après avoir nettoyé la plaie, des pansements sont appliqués avec la pommade Vishnevsky et d’autres médicaments qui accélèrent la régénération. La plaie cicatrise par seconde intention.

Myosite

La myosite est une pathologie rare et se caractérise par une inflammation des muscles squelettiques. Cela peut avoir des conséquences graves, par conséquent, cela nécessite un diagnostic rapide et un traitement compétent.

Caractéristiques de la myosite

Bien que la maladie n’appartienne pas aux pathologies courantes, il n’est pas difficile de la diagnostiquer. La myosite a une origine, une nature d’évolution et une localisation différentes, mais les symptômes indiquent principalement un processus inflammatoire caractéristique des muscles squelettiques. En plus des muscles, la myosite peut affecter le cœur et les poumons, les organes du tractus gastro-intestinal, la peau et les articulations. En présence d’une pathologie systémique, les médecins considéreront la myosite comme une complication possible de la maladie. Dans le même temps, ce sont les muscles squelettiques qui souffrent dans la moitié des cas, le plus souvent le processus pathologique est localisé dans le cou, et le deuxième plus fréquent est la myosite lombaire.

La maladie peut toucher aussi bien les enfants que les adultes. Chez les enfants, la pathologie est généralement associée à des lésions cutanées. Si nous parlons de statistiques chez les adultes, la maladie affecte principalement les femmes et, chez les personnes âgées, elle évolue parallèlement à la fibromyosite. Les personnes exerçant un travail sédentaire entrent dans la zone à risque, c’est pourquoi la myosite a reçu le deuxième nom de «maladie de bureau». La maladie se déroule de différentes manières – elle peut être de courte durée et disparaître d’elle-même ou tourmenter pendant une longue période, accompagnée de douleurs intenses.

Les raisons

La myosite est une maladie qui peut être causée par plusieurs facteurs affectant une personne. Ce sont des causes à la fois externes et internes conduisant à un processus inflammatoire dans le tissu musculaire. Parmi les raisons :

  1. La pénétration d’un agent infectieux, un virus. Les bactéries et les micro-organismes pathogènes provoquent moins souvent la myosite. La plupart du temps, la maladie commence en raison du contact de la zone inflammatoire avec les muscles par la voie hématogène ou lymphogène. Par exemple, avec une inflammation des amygdales, l’agent pathogène pénètre dans le tissu musculaire par le sang. La myosite non purulente est généralement provoquée par une grippe antérieure, la typhoïde, le SRAS, la tuberculose, la syphilis. Si la myosite est de nature purulente, elle est généralement provoquée par une infection généralisée – streptocoque ou staphylocoque, micro-organismes fongiques, inflammation du tissu osseux. La maladie est plus grave qu’avec une infection virale et nécessite un traitement chirurgical.
  2. Les maladies auto-immunes, en particulier les maladies accompagnées de collagénose. Avec les pathologies auto-immunes, le corps commence à produire des anticorps dirigés contre ses propres tissus. Dans le même temps, les muscles dans lesquels se développe le processus inflammatoire sont également affectés. La myosite se caractérise par une évolution prolongée avec des exacerbations périodiques. Dans le même temps, les patients se plaignent de douleurs intenses. Souvent, la myosite apparaît sur le fond de maladies auto-immunes telles que le lupus, la polyarthrite rhumatoïde, le sclérœdème.
  3. Les invasions parasitaires peuvent également provoquer une myosite, et la trichinose, la cysticercose, la toxoplasmose, l’échinococcose deviennent des causes particulièrement fréquentes. La pénétration des helminthes dans le corps provoque une inflammation de nature toxique-allergique.
  4. Les blessures subies précédemment provoquent une myosite, s’il y a un œdème inflammatoire et une rupture des fibres musculaires. Les symptômes de la maladie s’accompagnent de douleurs et d’une faiblesse musculaire sévère. La douleur disparaît progressivement dès que la guérison se produit, cependant, le tissu cicatriciel qui en résulte a une structure différente, n’est pas capable de s’étirer et les muscles deviennent plus courts. Même l’hypothermie ou une blessure légère, ainsi qu’une activité physique intense, peuvent provoquer une myosite. Le résultat le plus défavorable est la rhabdomyolyse, dans laquelle les myocytes meurent. Les causes de cette maladie grave sont la polymyosite et la dermatomyosite.
  5. Les risques professionnels peuvent également être à l’origine de pathologies. Par exemple, la pathologie est diagnostiquée chez les pianistes, les chauffeurs, les secrétaires et les opérateurs de PC. L’inflammation se produit en raison d’un stress prolongé sur les muscles, qui sont dans une position inconfortable pendant une longue période. De ce fait, les processus métaboliques s’aggravent dans le tissu musculaire, la nutrition et l’apport d’oxygène sont perturbés et les toxines s’accumulent en raison de l’excrétion normale des déchets. À la suite d’un exercice prolongé, les muscles s’atrophient.

Manifestations de la myosite

Le premier et principal symptôme dont se plaignent les patients atteints de myosite est la faiblesse musculaire. Chez l’homme, ce symptôme peut être observé constamment ou s’intensifier au moment de la manifestation de la maladie, et avoir également un degré de gravité différent. Par exemple, dans une évolution chronique, les patients peuvent ne pas ressentir une faiblesse musculaire aussi aiguë si la maladie est latente. La force musculaire n’est pas perdue avec la myosite immédiatement – le processus varie de plusieurs semaines à six mois ou plus. L’inflammation affecte les muscles de la cuisse, du dos et de l’épaule. Habituellement caractérisé par une inflammation bilatérale. Il devient difficile pour une personne d’effectuer des actions élémentaires – soulever des objets lourds, monter des escaliers.

Dans les cas particulièrement graves, le patient ne peut pas se servir lui-même et nécessite des soins extérieurs. La plus difficile à tolérer est la myosite du bassin et de l’épaule, car elle bloque le fonctionnement normal des membres et rend une personne handicapée, dépendante d’une aide extérieure. Avec la myosite pelvienne, la démarche est perturbée chez les patients, les personnes peuvent tomber pendant le mouvement.

Les autres symptômes de la maladie comprennent:

  • démangeaison de la peau;
  • augmentation de la fatigue générale;
  • épaississement de la peau, grossissement;
  • douleur douloureuse qui ne disparaît pas pendant longtemps, mais augmente pendant le mouvement;
  • rougeur, gonflement et hyperthermie au site de l’inflammation;
  • maux de tête fréquents, irritabilité;
  • inconfort articulaire.

La maladie peut commencer de différentes manières – aiguë ou chronique, ne manifestant pour la première fois qu’un léger inconfort, que le patient ne peut pas reconnaître correctement et attribue tout à la fatigue. Avec une longue absence de traitement de la forme aiguë de la pathologie, elle devient chronique. Il se caractérise par un parcours vallonné et la douleur peut augmenter sous l’influence des changements climatiques, de la fatigue musculaire. Parfois, la mobilité de l’articulation est limitée si elle est située près du foyer de l’inflammation.

Variétés de la maladie

Il existe plusieurs classifications par lesquelles la myosite est distinguée. Le plus pratique est la division en fonction de la localisation du processus pathologique.

myosite cervicale

Habituellement, ce type d’inflammation est retardé. La douleur apparaît après un certain temps après l’influence du facteur provoquant sur le corps. La douleur s’intensifiera d’abord en tournant le cou et en inclinant la tête, mais plus tard, elle apparaîtra également avec un long séjour dans une position, par exemple, en regardant la télévision, le cou deviendra engourdi, une faiblesse avec une douleur sourde apparaîtra.

Étant donné que non seulement les muscles, mais aussi les terminaisons nerveuses souffrent de myosite, des douleurs irradiantes peuvent apparaître dans les épaules, le dos, sous les omoplates, des conditions de migraine se développent. Si au début l’inconfort disparaît après avoir reposé le cou, puis avec la progression de la pathologie, même l’immobilité et un état de repos ne permettent pas au patient d’obtenir une relaxation complète et de se débarrasser de la douleur. La peau de la région du cou devient enflammée et hyperémique. La condition s’aggrave après l’hypothermie.

Myosite vertébrale

La pathologie se fait sentir progressivement. Habituellement, le problème se fait sentir le matin, lorsque pendant la nuit, le gonflement augmente en position couchée et les muscles se contractent. Tout comme la myosite cervicale, la myosite rachidienne se forme tardivement, après exposition à un facteur provoquant. Même si l’influence nocive est éliminée, la douleur dans les muscles de la colonne vertébrale persistera longtemps. En raison des grosses fibres et des muscles eux-mêmes, ils sont affectés de manière significative et la période de récupération est lente. La douleur augmente lorsque le torse est incliné, lors des virages, une gêne à des degrés divers apparaît avec presque toutes les activités physiques.

Myosite des extrémités

Cette forme de pathologie n’est pas si courante. Dans la plupart des cas, le processus inflammatoire est caractéristique de la polymyosite, lorsque non seulement les muscles des membres inférieurs et supérieurs sont affectés, mais également les fibres dans d’autres localisations.

Il est difficile pour une personne atteinte de ce type de maladie de bouger et de lever les bras. Affaiblit la capacité de soulever et de tenir des objets.

Myosite thoracique

La maladie est répandue. La douleur est présente depuis longtemps, car le processus inflammatoire affecte les muscles qui sont constamment en mouvement en raison du processus respiratoire.

Du fait qu’il est difficile de limiter les fluctuations de la poitrine, les patients sont constamment tourmentés par la douleur.

Myosite oculaire

Avec la myosite des muscles oculaires, la douleur se caractérise par une intensité croissante. Il apparaît même en cas de mouvement du globe oculaire sur le côté. La myosite oculaire a également des signes visuels – les paupières gonflent, deviennent rouges.

Ils peuvent ne pas s’ouvrir complètement en raison de la faiblesse et une exophtalmie à des degrés divers est également présente. Si la maladie n’est pas traitée et qu’elle devient chronique, le patient présente un risque de myopathie restrictive.

Polymyosite

Habituellement, la pathologie signifie une prédisposition à l’évolution systémique de la maladie. Selon les données scientifiques, l’oncologie, une maladie infectieuse, une infection virale du corps peut provoquer une maladie. Dans le corps humain, des anticorps sont produits qui suppriment leur propre immunité, qui lutte contre les tissus corporels.

Dans le pire des cas, la pathologie peut aller jusqu’au stade de la rhabdomyolyse. Dans ce cas, le processus inflammatoire se propage rapidement aux propres tissus du corps. Une personne a des douleurs constantes dans les articulations, une dermatite se développe.

Neuromyosite

La pathologie fait référence à une variété de polymyosite, elle affecte non seulement le tissu musculaire, mais également le tissu nerveux, qui sont situés directement près de la lésion. Avec la progression de la pathologie, le processus inflammatoire passe aux fibres nerveuses distales.

Les gens se plaignent d’hypersensibilité, de douleurs aiguës, les muscles se sentent tendus et étirés, et lorsque vous essayez de les utiliser dans des mouvements habituels, ils s’affaiblissent. Lorsque le tonus musculaire est affaibli, les articulations commencent à faire mal.

Polyfibromyosite

La maladie se caractérise par le remplacement des fibres musculaires par du tissu conjonctif. Si les muscles ont été soumis à un processus inflammatoire pendant une longue période, ils sont remplacés par un autre type de tissu qui n’a pas les propriétés du tissu musculaire.

Les cicatrices ne sont pas sujettes à l’étirement, elles sont bien palpables avec les doigts comme une sorte de nodules. Un long processus menace de contractures et de détérioration de la mobilité.

Lombaire

Une pathologie répandue dans laquelle la douleur est localisée dans la région lombaire. Les muscles tirent et font mal, la mobilité du patient est limitée.

Tout mouvement apporte une gêne, par conséquent, un diagnostic compétent des pathologies des reins et de la colonne vertébrale est nécessaire. Dans la plupart des cas, il survient chez les employés de bureau et les patients âgés.

Aide à la myosite

Un traitement compétent aidera à se débarrasser rapidement de la pathologie, mais le succès de la thérapie et la rapidité de la récupération dépendent également du patient. Les médecins recommandent :

  • échauffer les muscles avant toute activité physique ;
  • éviter le surmenage, effectuer des exercices uniquement avec une telle force afin de ne pas ressentir d’inconfort;
  • après l’exercice, donnez aux muscles un repos et une récupération appropriés;
  • augmenter la charge en douceur;
  • modifier le programme d’exercices si les symptômes s’aggravent.

Le médecin prescrira certainement des médicaments qui aideront à soulager l’inflammation. Tout d’abord, il s’agit d’un groupe de corticostéroïdes à base de prednisolone, méthylprednisolone, triamcinolone et autres. La posologie doit être calculée par un spécialiste, car les médicaments contribuent à une diminution de l’immunité. De plus, dans certaines formes de pathologie, des immunosuppresseurs sont prescrits – méthotrexate et azathioprine. Grâce à ces médicaments, il est possible d’améliorer considérablement l’état du patient et de transférer la pathologie au stade de la rémission. Le plaquenil, recommandé pour les patients atteints de dermatomyosite, a un effet similaire.

Les immunoglobulines gamma sont également utilisées pour réduire l’inflammation et éliminer les toxines qui sont libérées dans le sang lorsque les muscles se décomposent. Le médicament fonctionne mieux avec la myosite d’origine virale.

Le cyclophosphamide est utilisé pour le stade avancé de la maladie. Le médicament est un remède puissant et est utilisé uniquement selon les directives d’un médecin.

La myosite ne doit être traitée que par des spécialistes. Toutes les méthodes d’auto-assistance, les remèdes populaires ne peuvent pas sauver le patient de l’inflammation musculaire. Ce n’est que lorsque la cause est établie qu’un traitement compétent peut commencer. Ne retardez pas une visite chez un spécialiste si vous ressentez les symptômes caractéristiques de la myosite – la maladie est plus facile à guérir à un stade précoce. N’oubliez pas qu’une myosite négligée peut entraîner de graves problèmes pouvant aller jusqu’à la perte d’activité motrice.

Symptômes et traitement de la myosite des muscles de la colonne vertébrale

Avec la myosite des muscles du dos, un processus inflammatoire des fibres se produit, accompagné de douleur. La maladie peut devenir chronique, il est donc important de la diagnostiquer correctement et de consulter un médecin en temps opportun.

Doux, agréable, les enfants n’ont pas peur de nous

Doux, agréable, les enfants n’ont pas peur de nous

Les phénomènes inflammatoires qui surviennent avec la myosite se caractérisent par la formation de phoques locaux douloureux lorsqu’ils sont pressés. Il faut comprendre que le traitement d’une maladie implique non seulement l’élimination des sensations perturbatrices, mais aussi la lutte contre la cause. Avec une attitude inattentive à cette pathologie, elle peut prendre une évolution chronique. À son tour, cela se traduit par le développement de complications redoutables (en particulier, l’atrophie musculaire).

Causes de la maladie

La myosite des muscles spinaux peut avoir une variété de facteurs causaux. L’inflammation qui en résulte est une conséquence des dommages aux fibres musculaires.

Il y a les raisons suivantes :

  • infestations parasitaires;
  • processus infectieux;
  • exposition à des substances toxiques
  • blessures, entorses;
  • facteurs professionnels.

Dans la plupart des cas, l’inflammation se développe dans le contexte d’une infection (SRAS, grippe, etc.). Cependant, le processus infectieux peut être très grave, auquel cas une myosite purulente se produit, ce qui constitue une grave menace pour la vie. L’agent pathogène pénètre dans le tissu musculaire avec une plaie ouverte, ainsi qu’en raison du non-respect des conditions sanitaires lors de manipulations médicales (par exemple, avec des injections).

La myosite professionnelle appartient également à un groupe assez courant de la maladie. Ils se développent dans les cas où, en raison des spécificités du travail, une personne est obligée de rester longtemps dans une position inconfortable. Ceci est typique, par exemple, pour les pianistes, les violonistes, les chauffeurs.

Symptômes de la myosite dorsale

Avec cette maladie, les patients se plaignent de douleurs douloureuses, qui ont tendance à augmenter avec le temps. De plus, la douleur est notée avec le mouvement ou la tension de la zone à problème.

La myosite purulente a ses propres caractéristiques du cours. Elle se caractérise par de la fièvre, des frissons, une augmentation de la douleur, un état de faiblesse générale.

Attribuer les formes aiguës et chroniques de la maladie. En cours aigu, la myosite se manifeste immédiatement. La myosite chronique se développe dans le contexte d’une forme aiguë mal traitée, ainsi qu’à la suite d’un processus infectieux persistant.

Poliomyosite et dermatomyosite

Ces formes de la maladie ont leurs propres spécificités. Dans la poliomyosite, plusieurs groupes musculaires s’enflamment en même temps. La douleur peut ne pas être trop prononcée, une faiblesse musculaire est constamment ressentie. La poliomyosite menace le développement possible d’une atrophie musculaire, par conséquent, elle nécessite un traitement rapide.

La dermatomyosite se développe principalement chez les femmes. Les raisons sont souvent l’hypothermie, le stress, le SRAS. Lorsque la maladie affecte la peau, il y a une éruption de couleur rouge-violet sur le haut du corps, le visage, les mains. La pathologie peut s’accompagner d’un saut de température, d’une faiblesse. La dermatomyosite provoque une laxité musculaire et des dépôts de calcium qui s’accumulent sous la peau, provoquant des douleurs chez les patients.

Caractéristiques du traitement

Il est important de comprendre que le traitement des muscles du dos avec myosite doit être effectué par un spécialiste qualifié. L’automédication dans certains cas peut aggraver le cours du processus inflammatoire, le rendre chronique. Si la douleur a disparu, cela ne signifie pas que le facteur causal a été éliminé. Une maladie mal soignée peut réapparaître.

Avant de poser un diagnostic, le patient subit un examen approfondi, cela aide à identifier la cause et à adopter des tactiques de traitement compétentes. Par exemple, si la myosite est causée par des facteurs infectieux, des médicaments antibactériens seront impliqués dans le traitement. Si la maladie est associée à des dommages parasitaires, des agents appropriés sont prescrits.

Dans toute forme de myosite, des analgésiques sont prescrits pour soulager les symptômes de la douleur. Des anti-inflammatoires sont également prescrits pour réduire la gravité du processus. Si la myosite du dos est localisée dans une certaine zone, il peut être recommandé de frotter la zone à problème avec des onguents chauffants. Cela aidera à soulager les spasmes, à détendre le muscle.

En cas de formes aiguës de myosite, le repos au lit doit être observé, le muscle endommagé a besoin de repos. Dans le cas de la myosite purulente, le traitement est généralement effectué à l’hôpital, une telle maladie est difficile à traiter, une intervention chirurgicale est utilisée pour éliminer le contenu purulent.

En plus des médicaments, pour le traitement de la myosite des muscles de la colonne vertébrale, des méthodes physiothérapeutiques, des massages et des exercices de physiothérapie sont largement utilisés.

Myosite du cou (myosite cervicale)

La myosite du cou est un processus inflammatoire aigu des muscles du cou et de la ceinture scapulaire. La maladie est polyétiologique, c’est-à-dire qu’elle peut survenir à la suite de nombreux facteurs. L’absence de traitement de l’inflammation aiguë des muscles cervicaux conduit à un processus chronique avec des périodes de rémission et d’exacerbation.

Selon les statistiques, la myosite cervicale est le type le plus courant de toutes les myosites disponibles. La maladie n’a aucune restriction de sexe ou d’âge et peut survenir chez n’importe qui.

Symptômes de la myosite cervicale

La myosite cervicale aiguë se développe rapidement, plusieurs heures après la fin de l’exposition au facteur provoquant. Moins souvent, le processus d’inflammation se développe après quelques jours. Cette fonctionnalité vous permet de distinguer la myosite cervicale de l’ostéochondrose et de la sciatique, dans lesquelles la douleur survient lors d’un effort physique intense.

Les symptômes de la myosite cervicale peuvent être distingués comme suit :

La douleur. La nature de la douleur est intense, avec une augmentation progressive. La douleur devient particulièrement prononcée lors du déplacement du cou (pendant les virages, en inclinant la tête), tout en sondant le muscle enflammé et les zones voisines. Par conséquent, une personne épargne le cou autant que possible, en essayant de limiter tout impact sur celui-ci. La douleur irradie jusqu’à la ceinture scapulaire, s’étendant parfois à tout le bras, à l’arrière de la tête, aux muscles du visage, aux oreilles, à la région interscapulaire. Souvent, la douleur survient d’un seul côté du cou.

Tension des muscles du cou et de la ceinture scapulaire. Une raideur des mouvements dans les articulations est possible (avec un processus inflammatoire étendu).

Le muscle gonfle, ce qui contribue à la formation d’un gonflement dans la zone touchée.

Si le patient souffre de myosite purulente, on observe une hyperémie de la peau, la douleur devient plus intense, la température corporelle augmente. Souvent, la myosite purulente s’accompagne d’un état fébrile avec des maux de tête et des symptômes généraux d’intoxication.

La céphalée est un compagnon fréquent de la myosite cervicale non purulente. Il se produit à l’arrière de la tête, peut pulser dans la zone temporale. Les muscles masticateurs se tendent, freinant les mouvements de la mâchoire. Parfois, le patient mange même pour cette raison est difficile.

Les symptômes de la myosite chronique sont des douleurs qui ont tendance à s’intensifier la nuit. Souvent, le muscle affecté réagit avec douleur aux conditions météorologiques changeantes. Avec une longue évolution de la maladie, l’atrophie des muscles cervicaux augmente.

La toux, l’essoufflement, les troubles de la déglutition sont les symptômes d’un stade sévère de la myosite cervicale. Dans ce cas, l’inflammation se propage aux muscles sains adjacents de l’œsophage, de la gorge et du larynx, perturbant leur fonctionnement. Dans de rares cas avancés, la myosite cervicale peut entraîner une suffocation.

La dermatomyosite de la région cervicale s’accompagne de l’apparition d’éruptions cutanées, impliquant éventuellement d’autres groupes musculaires et organes internes dans le processus. La peau est couverte d’une petite éruption violette, il y a souvent un gonflement des lèvres et des paupières.

La myosite parasitaire, qui affecte les muscles du cou, conduit au fait qu’une personne a une augmentation de la température corporelle locale et générale. La douleur survient dans le cou, dans les muscles de la ceinture scapulaire et thoracique, s’intensifiant au fur et à mesure de la reproduction et de la croissance de micro-organismes – trichinelles et cysticerques.

Si la maladie a une évolution bénigne, elle s’autodétruit après quelques jours. Cependant, sous l’influence de facteurs provocateurs, une récidive de la myosite cervicale n’est pas exclue.

Causes de la myosite cervicale

Les causes de la myosite cervicale sont diverses, notamment les blessures, les maladies, les effets toxiques :

Maladies infectieuses transmises. Souvent, la myosite cervicale se développe après le SRAS, l’amygdalite, l’amygdalite. L’inflammation du muscle peut être une conséquence des rhumatismes chroniques. La cause de la myosite cervicale post-infectieuse est une violation du fonctionnement des forces immunitaires.

Des conditions de travail spécifiques conduisent souvent au développement de la maladie. Ainsi, les pianistes, les violonistes, les employés de bureau sont sujets à une inflammation des muscles du cou et des épaules. Ce sont ces personnes qui sont obligées de passer plusieurs heures par jour dans une position monotone inconfortable.

Toute blessure à la colonne cervicale peut provoquer une myosite. Il peut s’agir à la fois de coups directs et de fractures des membres supérieurs, de tensions musculaires.

Il a été prouvé que le développement de la myosite peut être influencé par un stress prolongé.

Souvent, la maladie se développe en raison de l’hypothermie.

infestations parasitaires. Dans ce cas, la myosite cervicale sera de nature toxique-allergique.

Maladies des articulations. Hernie vertébrale, ostéochondrose, arthrose – toutes ces maladies du système musculo-squelettique conduisent au fait qu’une personne prend intuitivement la position qui lui semble la plus confortable. Cependant, la position forcée du corps n’a pas toujours un bon effet sur l’état des muscles. S’ils sont dans une position anatomiquement incorrecte pendant une longue période, cela entraînera leur étirement et leur inflammation.

L’intoxication du corps, qui survient à la suite d’une intoxication par diverses substances, notamment l’alcool, la cocaïne ou la drogue, provoque souvent une myosite cervicale. Cette condition est exacerbée par les troubles métaboliques existants, le diabète, la goutte.

Une combinaison de plusieurs facteurs conduit au fait que la myosite cervicale est plus susceptible de se produire, par exemple, si une personne a été exposée à l’hypothermie après une infection virale. À l’adolescence, la myosite survient souvent à la suite d’un effort physique excessif pendant l’entraînement, dans un contexte de stress émotionnel, pendant la période d’examen.

Différents types de myosite cervicale auront des causes différentes :

La myosite cervicale purulente est due à l’entrée de staphylocoques, de streptocoques ou d’autres types de bactéries dans une plaie ouverte. Une situation similaire peut se produire avec des blessures au cou ou lors d’interventions chirurgicales sur les régions cervicales.

La myosite cervicale infectieuse survient souvent au stade aigu d’une maladie infectieuse ou autre ou après le SRAS, les rhumatismes, le lupus érythémateux.

La neuromyosite, en plus des muscles cervicaux, affecte les fibres nerveuses périphériques, entraînant leurs modifications dystrophiques. La cause de la maladie réside dans tout un complexe d’influences: le surmenage physique doit être associé à l’hypothermie d’une zone déjà enflammée. De plus, ce type de maladie peut être systémique, c’est-à-dire qu’il peut survenir en raison de troubles du système immunitaire.

La myosite ossifiante de la région cervicale peut être de nature congénitale ou peut survenir en raison de blessures, d’infections ou de maladies des organes internes.

La dermatomyosite peut se développer en raison de troubles hormonaux dans le corps, peut être héréditaire, peut être de nature virale et auto-immune.

Un neurologue aidera à déterminer le type de maladie et à clarifier la cause de la myosite cervicale.

Traitement de la myosite cervicale

Le traitement de la myosite du cou dépend de la cause sous-jacente de la maladie. Mais dans tous les cas, la thérapie nécessite une approche intégrée avec une combinaison de médicaments et de méthodes de physiothérapie.

Prendre des médicaments

Pour soulager l’inflammation et réduire la douleur, il est possible de prescrire des AINS et des antalgiques. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont prescrits pendant un certain temps jusqu’à ce que l’inflammation soit éliminée.

Si la maladie est systémique, le médecin peut recommander de prendre des médicaments immunosuppresseurs. Ils ont un effet dépresseur sur le système immunitaire et contribuent à l’élimination rapide de l’inflammation. Cependant, ces médicaments présentent un grand nombre de contre-indications et d’effets secondaires dangereux pour la santé, de sorte que seul un spécialiste peut les prescrire.

Pour le traitement de la myosite purulente, des agents antibactériens et antipyrétiques sont prescrits. Les onguents chauffants locaux dans ce cas sont contre-indiqués, car leur utilisation contribuera à la progression de la maladie. Attribuez des médicaments antibactériens de la série des pénicillines, des médicaments du groupe des céphalosporines, des macrolides.

Pommades pour le traitement de la myosite cervicale

En l’absence de contre-indications, il est possible d’appliquer des onguents chauffants sur la zone touchée. Il améliore la circulation sanguine et aide à soulager la douleur.

Le traitement local avec des onguents a un effet prononcé sur l’inflammation causée par l’hypothermie et la tension musculaire.

Régime alimentaire pour la myosite cervicale

Lors d’une exacerbation de la maladie, les plats frits, épicés et salés doivent être exclus du menu. Plus il y a d’aliments riches en fibres alimentaires grossières et en fibres dans l’alimentation humaine, plus les toxines seront éliminées rapidement du corps.

De plus, il est nécessaire d’observer un régime de consommation d’alcool adéquat, en particulier dans le contexte d’une température corporelle élevée. Pour prévenir les exacerbations, la quantité de liquide que vous buvez ne doit pas être inférieure à deux litres. La décoction de rose musquée permet d’éliminer l’œdème tissulaire.

Il est prouvé que la consommation régulière d’acides gras polyinsaturés est la prévention du développement de l’inflammation dans les muscles. Par conséquent, les variétés de poissons gras doivent être incluses dans le menu hebdomadaire : saumon, saumon, hareng, merlan bleu, thon, saumon kéta, etc.

Exercices physiques pour la myosite cervicale

La sélection du complexe de traitement est effectuée sur une base individuelle, car l’âge du patient, la cause du développement de l’inflammation et le degré de sa gravité sont importants.

Cependant, les recommandations générales se résument à ce qui suit :

L’activité physique ne doit pas causer d’inconfort dans la zone touchée, pour laquelle le muscle malade doit faire l’objet d’une attention maximale. L’exercice doit être entrecoupé de repos.

Il est important de surveiller votre posture, et s’il y a des problèmes, contactez un spécialiste pour les corriger.

Ils vous permettent de renforcer les muscles du dos et du cou, d’augmenter leur tonus et de soulager le stress de l’exercice en piscine. L’aquagym n’a pratiquement aucune contre-indication, il convient à la prévention et au traitement de la myosite chez les adultes et les enfants. En plus de la natation, la gymnastique et le cyclisme sont utiles.

C’est bien si les exercices sont effectués sous la supervision d’un spécialiste.

Massage pour myosite cervicale

Le massage de la zone du col cervical pour le traitement de la myosite joue un rôle important. Avec la bonne approche, visiter le bureau du massothérapeute vous permet de soulager l’inflammation, de vous débarrasser de la congestion et de réduire la douleur. Une combinaison de réflexologie et de massage a fait ses preuves.

Quant au pronostic de récupération, il est le plus souvent favorable si une myosite cervicale se manifeste en raison d’une hypothermie, d’un surmenage. Les variétés systémiques de la maladie se prêtent moins bien au traitement, cependant, le respect des recommandations médicales vous permet de contenir la maladie pendant une longue période et de maintenir votre capacité de travail.

Formation : De 2010 à 2016 médecin praticien de l’hôpital thérapeutique de l’unité médicale centrale n ° 21, la ville d’Elektrostal. Depuis 2016, elle travaille au centre de diagnostic n°3.
Nos auteurs

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *