rêver

Manifestations de l’hépatite C de génotype 3 et méthodes de traitement

Spécialités connexes : gastro-entérologue, thérapeute.

Adresse : Saint-Pétersbourg, rue Académicien Lebedev, 4/2.

Pourquoi l’hépatite C est-elle dangereuse ? Le concept de cette maladie est souvent assez vague. Tout le monde connaît le risque de transmission par le sang, c’est-à-dire le caractère infectieux, ainsi que l’évolution principalement chronique.

L’épithète « tueur en douceur » illustre parfaitement l’essence de l’hépatite C : la destruction lente mais irréversible du tissu hépatique fonctionnel, si elle n’est pas traitée, entraîne de tristes conséquences. Mais peu de gens savent qu’un virus peut avoir plusieurs visages : il a la propriété de la variabilité.

En réarrangeant le génome et en réarrangeant ses composants nucléotidiques, l’agent causal de l’hépatite C se protège du système immunitaire. En conséquence, des modifications supplémentaires du virus apparaissent. Il convient d’examiner plus en détail l’un d’entre eux – le 3 génotype de l’hépatite C.

Les raisons

L’hépatite C est une maladie du foie causée par une inflammation. Elle est provoquée par l’impact du virus sur les cellules hépatiques – les hépatocytes ; de plus, le foie infecté est attaqué par le système immunitaire.

L’intensité du processus inflammatoire est largement déterminée par l’activité du virus de l’hépatite et la réactivité du système immunitaire. Par conséquent, la durée de la phase latente (asymptomatique) peut différer d’une personne à l’autre.

Génotypes du virus de l’hépatite C n’est pas un terme très clair. Leurs numéros – 3a, 1b, etc., ne disent généralement rien au patient. Qu’est-ce qui attend une personne qui a un troisième type? Combien de temps les personnes atteintes d’hépatite C et de génotype 3 vivent-elles ?

En parlant des types d’infection, il convient de souligner l’importance d’identifier la variante de l’agent pathogène, car le choix d’un schéma thérapeutique antiviral en dépend principalement.

Actuellement, plus de 6 génotypes d’hépatite C sont connus, chacun étant à son tour divisé en sous-types. Tous ont des caractéristiques de pathogénicité différentes – la capacité de nuire au foie et au corps dans son ensemble, et également de réagir différemment au traitement médicamenteux.

Qu’est-ce que l’hépatite C de génotype 3 ? Il s’agit d’une variante de la structure du virus ; un tel changement apporte des caractéristiques supplémentaires à l’image de la maladie. Le troisième génotype est l’un des plus répandus dans les statistiques d’occurrence dans le monde (y compris en Russie). Le diagnostic indique le génotype de l’hépatite C 3a ou 3b – selon le sous-type.

Il a plusieurs fonctionnalités clés :

  1. L’âge des patients peut aller jusqu’à 30 ans.
    En règle générale, le génotype 3 se retrouve chez les jeunes patients, alors que le sexe n’a pas beaucoup d’importance.
  2. Développement rapide de la cirrhose du foie.
    En effet, par rapport à l’évolution de l’hépatite C provoquée par d’autres variants du virus, le génotype 3 accélère la progression de la fibrose. Par conséquent, le traitement doit être commencé le plus tôt possible. Il existe un lien entre la réduction de la durée du développement des modifications cirrhotiques et la présence de stéatose. .
    Elle est détectée chez plus de 70 % des personnes infectées par l’hépatite C de génotype 3a et 3b. Ce que c’est? La stéatose fait référence à l’accumulation de graisse dans les hépatocytes ; en tant que type de dégénérescence graisseuse, a un effet négatif sur la capacité fonctionnelle du foie. Puisqu’il est possible d’obtenir une régression de la stéatose avec une thérapie antivirale efficace, son développement est précisément associé à l’impact d’un agent infectieux.
  3. Risque accru d’un processus tumoral.
    Il n’y a aucune preuve fiable que le génotype 3 est capable de “stimuler” la malignité des cellules hépatiques endommagées, cependant, la présence d’une agression virale et d’une réplication accrue (auto-reproduction) de l’agent pathogène en présence de stéatose peut activer la carcinogenèse.
  4. La présence de cryoglobulinémie comme principale manifestation extrahépatique.
    Le virus de l’hépatite C affecte non seulement le foie, mais également d’autres organes et systèmes. La cryoglobulinémie est la formation d’immunoglobulines pathologiques qui précipitent (précipitent) lorsque la température corporelle est inférieure à 37 degrés Celsius, ce qui a conduit au nom de la maladie. Les cryoglobulines font partie des complexes immuns circulant dans le sang et se déposent dans les capillaires des organes, provoquant une thrombose et une réaction inflammatoire. En conséquence, des dommages aux reins, au tractus gastro-intestinal, au cœur, aux systèmes endocrinien et nerveux sont observés, et l’une des manifestations les plus frappantes est considérée comme la vascularite – inflammation des parois des vaisseaux sanguins.

Les symptômes

Le tableau clinique de l’hépatite C causée par le virus de génotype 3 comprend les signes suivants :

  • faiblesse, diminution de la tolérance à l’exercice, maux de tête, étourdissements ;
  • manque d’appétit, nausées, vomissements, perte de poids;
  • une augmentation de la température corporelle dans la gamme des nombres subfébriles (37-37,5 degrés Celsius) sans exacerbation ni fièvre dans un état aigu;
  • hypertrophie du foie (hépatomégalie), inconfort et douleur dans l’hypochondre droit ;
  • douleurs articulaires sans localisation claire;
  • coloration ictérique de la peau, sclère des yeux, démangeaisons de la peau ;
  • assombrissement de l’urine, acholie (éclaircissement) des matières fécales.

L’apparition des symptômes est précédée d’une période de latence qui varie de plusieurs mois à plusieurs années.

Diagnostique

Pour comprendre comment traiter l’hépatite C, il faut non seulement confirmer le génotype 3a ou 3b, mais aussi évaluer l’état général du corps. Pour cela, des méthodes telles que :

  1. Test sanguin clinique général pour déterminer l’anémie, les signes d’une infection bactérienne en tant que pathologie concomitante.
  2. Test sanguin biochimique pour détecter les fluctuations de l’AST, de l’ALT, de la phosphatase alcaline, de la bilirubine et des protéines totales.
  3. Test immuno-enzymatique (ELISA) pour déterminer la présence d’anticorps contre le virus de l’hépatite.
  4. La réaction en chaîne par polymérase (PCR) est nécessaire pour la détection de l’ARN (acide ribonucléique) des particules virales.
  5. L’échographie des organes abdominaux est nécessaire pour se faire une idée de la taille et de la structure du foie, de son apport sanguin.
  6. Une biopsie du foie avec un examen histologique du fragment prélevé permet de confirmer avec précision la présence et le stade de la fibrose.

Une méthode non invasive pour diagnostiquer la cirrhose du foie, qui peut être considérée comme un analogue d’une biopsie, est l’élastographie réalisée à l’aide de l’appareil Fibroscan.

L’utilisation de cette technique est particulièrement utile pour fixer les caractéristiques du processus fibrotique chez un patient au cours d’un traitement antiviral et pour comparer la dynamique.

D’autres types de tests de laboratoire, ainsi que l’électrocardiographie, la fibrogastroduodénoscopie, la radiographie, la scintigraphie hépatique, peuvent être utilisés comme mesures diagnostiques supplémentaires.

Traitement

Avant le développement de la cirrhose, il est possible d’obtenir une rémission, c’est-à-dire de neutraliser complètement l’effet du virus et d’arrêter le processus inflammatoire. Chez les patients présentant des modifications fibrotiques, les nodules hépatiques ne peuvent pas être inversés, mais l’arrêt de la réplication des agents pathogènes et la réduction de la charge virale sont un objectif réalisable.

L’hépatite C est considérée comme incurable car il n’existe aucune preuve fiable de son élimination complète (disparition) de l’organisme et sa récurrence n’est pas exclue. Grâce à une thérapie antivirale de haute qualité, il est possible non seulement de prévenir les complications, mais également de supprimer l’activité virale.

Malheureusement, le coût du traitement de l’hépatite C par le génotype 3 est extrêmement élevé et les programmes gouvernementaux ne fournissent pas aux patients les médicaments nécessaires.

La réponse virologique soutenue (RVS) est l’absence d’ARN viral dans le sang pendant une période d’au moins 6 mois après la fin du traitement antiviral. Il est également contrôlé lors du traitement de l’hépatite C de génotype 3 pour corriger la composition et la durée de la cure.

Cela peut être appelé un analogue du critère de récupération, car avec la RVS, il y a un retour des paramètres du spectre biochimique du sang à la normale au lieu de ceux élevés lors d’un processus inflammatoire actif, ainsi qu’une inhibition de la fibrose.

Le schéma thérapeutique comprend des médicaments tels que le peginterféron-alpha, la ribavirine. Les inhibiteurs de la protéase (bocéprévir, télaprévir) sont considérés comme inefficaces dans la maladie de génotype 3. La durée du traitement dure de 24 à 48 semaines et son efficacité est contrôlée par PCR.

L’impact du virus sur le corps humain et les mesures nécessaires à appliquer.

Quels sont les principaux symptômes et manifestations de la maladie, ainsi que les méthodes de traitement.

Comment ces types d’hépatite se transmettent-ils?

Comment la maladie se déroule et comment la déterminer dans les premiers stades.

Conseils d’hépatologues

En 2012, il y a eu une percée dans le traitement de l’hépatite C. De nouveaux médicaments antiviraux à action directe ont été développés qui ont 97 % de chances de vous guérir complètement de la maladie. Depuis lors, l’hépatite C est officiellement considérée comme une maladie complètement guérissable dans la communauté médicale. Dans la Fédération de Russie et les pays de la CEI, les médicaments sont représentés par les marques sofosbuvir, daclatasvir et lédipasvir. En ce moment, il y a beaucoup de contrefaçons sur le marché. Les médicaments de bonne qualité ne peuvent être achetés qu’auprès d’entreprises disposant de licences et de la documentation pertinente.
Aller sur le site du fournisseur officiel >>

Nos lecteurs recommandent

Le sofosbuvir et le daclatasvir sont recommandés par nos lecteurs et la communauté médicale comme le traitement le plus fiable et le plus sûr contre l’hépatite. Ces médicaments montrent une grande efficacité et n’ont pas d’effets secondaires. Contrairement à l’ancienne thérapie à l’interféron, le traitement n’affecte pas la numération globulaire et garantit que le virus n’est pas susceptible de revenir.

Hépatite virale chronique C chez l’adulte

L’hépatite C chronique est une maladie du foie causée par le virus de l’hépatite C qui dure 6 mois ou plus. Dans 10 à 40 % des cas, l’hépatite C chronique évolue vers une cirrhose du foie, et dans 5 % des cas vers un carcinome hépatocellulaire (plus souvent chez les patients atteints de cirrhose ou de fibrose sévère).

Utilisateurs du protocole : gastro-entérologues, infectiologues, thérapeutes, médecins généralistes, ainsi que les médecins de spécialités apparentées qui prennent en charge et traitent les patients atteints d’hépatite C à différents stades de la maladie.

Méthodologie : Le protocole a été élaboré sur la base des directives cliniques des principales communautés internationales (EASL, AASLD, CASL, SASL, FASL, EACS, ROPIP) et adapté en tenant compte des méthodes de diagnostic et de traitement utilisées au Kazakhstan. La classification des recommandations utilisées dans ce protocole est présentée dans le tableau 1.

Tableau 1. Classification des recommandations

Automatisation des cliniques : rapide et peu coûteuse !

— Connecté 300 cliniques de 4 pays

— 800 RUB / 4500 KZT / 27 BYN — 1 lieu de travail par mois

Automatisation des cliniques : rapide et peu coûteuse !

  • 300 cliniques de 4 pays connectées
  • 1ère place — 800 RUB / 4500 KZT / 27 BYN par mois

Je suis intéressé! Entrez en contact avec moi

Classification

Classification clinique
Il n’y a pas de classification généralement acceptée du CHC. Lors du diagnostic, il est nécessaire d’indiquer le statut virologique (génotype et charge virale), l’activité (biochimique et/ou histologique), ainsi que le stade de la maladie (selon élastographie indirecte ou études morphologiques).

Diagnostique

II. MÉTHODES, APPROCHES ET PROCÉDURES DE DIAGNOSTIC ET DE TRAITEMENT

Liste des mesures de diagnostic de base et supplémentaires

Tableau 8. Études de routine pour les patients atteints de CHC (en utilisant l’exemple d’un cours de 48 semaines d’AVT)

(+) études nécessaires pour les patients atteints de cirrhose

L’hépatite C chronique est asymptomatique ou oligosymptomatique et peut s’accompagner de symptômes non spécifiques tels que :

• Dépression (évaluée chez tous les patients à l’aide de l’échelle de Beck)

• diabète de type 2

Lors de la prise d’une anamnèse, il convient de prendre en compte les indications de transfusion sanguine, de transplantation d’organes et de tissus, de manipulations invasives (non médicales) dangereuses, appartenant à des groupes à risque (consommateurs de drogues, personnes en promiscuité, patients sous hémodialyse chronique, patients atteints de maladies oncohématologiques , les personnes vivant avec le VIH et d’autres infections parentérales, les partenaires sexuels de personnes atteintes du VHC, les travailleurs de la santé, les enfants nés de mères infectées par le VHC, les personnes dont les tests de la fonction hépatique sont anormaux). Les personnes présentant ces facteurs de risque nécessitent un dépistage prophylactique du VHC (anti-VHC).

À l’examen physique au stade initial du CHC, aucune pathologie n’est détectée, à l’exception d’une hépatomégalie mineure. Au fur et à mesure que la maladie progresse, il peut y avoir une augmentation et un épaississement du foie. La splénomégalie et d’autres stigmates de la maladie hépatique chronique peuvent se présenter à des stades ultérieurs.

L’hépatite virale C est le plus souvent asymptomatique. Avec le passage de l’hépatite C chronique à la cirrhose, dans 6,4% des cas, il existe des symptômes causés par un dysfonctionnement hépatique et une hypertension portale:

Dans certains cas, le VHC est détecté chez des patients atteints de CHC, qui, en règle générale, est asymptomatique, sauf en cas de stade avancé, lorsque la tumeur atteint une taille importante, entraînant une détérioration de la fonction hépatique (jaunisse, ascite, encéphalopathie hépatique) , douleur dans l’hypochondre droit, asthénie et amaigrissement.

FSC avec numération plaquettaire. L’anémie (suite à l’hypersplénisme, saignement du VRV), la leucopénie, la thrombocytopénie (suite à l’hypersplénisme et à l’effet myélodépressif direct du VHC), la RSE accélérée (avec complications infectieuses) peuvent être détectées.

Profil biochimiquecomprend le dosage des ALT, AST, GGTP, albumine, bilirubine, phosphatase alcaline, INR ou PV, ainsi que la routine (glucose, créatinine, cholestérol) et certains indicateurs spécifiques, comme les gamma globulines, les IgG (dépistage des hépatites auto-immunes), fer et ferritine sériques (dépistage de l’hémochromatose et de la surcharge en fer secondaire), céruloplasmine (dépistage de la maladie de Wilson), AFP (dépistage du CHC). L’activité ALT et AST peut être minime (<LSN), légère (<5 LSN), modérée (5-10 LSN), sévère (>10 LSN) et n’est pas toujours corrélée à l’activité histologique. Le taux de bilirubine dans le CHC est généralement normal. Son augmentation peut être observée dans les hépatites aiguës ou indiquer une détérioration de l’activité hépatique à un stade tardif de la maladie, qui s’accompagne également d’une diminution des taux d’albumine et d’une augmentation de l’INR ou du PT. Les indicateurs de phosphatase alcaline et de GGTP peuvent augmenter dans l’hépatite aiguë et rester à un niveau normal dans l’hépatite chronique.

Le plan d’examen de laboratoire clinique comprend également OAM, coprogramme.

– anti-VHC, marqueurs d’autres infections parentérales telles que le VHB (HBsAg, HBeAg, anti-HBs, anti-HBe, anti-HBc total/IgM), le HDV (anti-HDV chez les porteurs de l’AgHBs), le VIH (anti-VIH) , et (si une hépatite aiguë est suspectée) HAV (anti-HAV) et HEV (anti-HEV)

Détermination qualitative de l’ARN du VHC par PCR en temps réel très sensible avec une limite de détection inférieure de 15 UI/ml sur des analyseurs automatiques de type fermé.

• Si un VHC aigu est suspecté ou chez des patients immunodéprimés, l’ARN du VHC doit être déterminé (recommandation A1)

• Si le test anti-VHC est positif, il faut doser l’ARN du VHC, méthode moléculaire sensible (recommandation A1)

• Les patients avec un test anti-VHC positif et un test moléculaire ARN du VHC négatif doivent être testés pour l’ARN du VHC après 3 mois afin de confirmer la clairance du virus (recommandation A1).

– ELISA (+) dans 50% au moment des manifestations aiguës, donc, la PCR est réalisée dans tous les cas, y compris ELISA (-), en cas de suspicion de SCA

Détermination quantitative de l’ARN du VHC par PCR en temps réel très sensible avec une limite de détection inférieure de 15 UI / ml sur des analyseurs automatiques de type fermé, ainsi que la détermination du génotype du VHC.

Actuellement, 6 types de virus différents sont connus, qui sont indiqués par des chiffres de 1 à 6. Il existe également des sous-types, indiqués par des lettres (par exemple, les sous-types 1a et 1b). Sur le territoire de la République du Kazakhstan, les génotypes 1b, 2 et 3 sont majoritairement communs.

Tests de la fonction thyroïdienne (TSH)

Test de grossesse

Détermination du polymorphisme du gène de l’interleukine – 28B. Le résultat de l’analyse du polymorphisme du gène IL28B est utile pour prédire l’efficacité du traitement et décider du choix du schéma thérapeutique chez les patients atteints du VHC de génotype 1. une

Recherche instrumentale

Examen
radiologique L’examen radiologique du foie (essentiellement échographique) permet d’identifier des signes de stéatose, de fibrose sévère et de passage à la cirrhose du foie (arrondi des contours du foie, surface inégale et parenchyme hépatique à gros grains), des signes d’hypertension portale et la thrombose (augmentation du diamètre, transformation caverneuse, présence de caillots sanguins porte et veines spléniques, ascite, splénomégalie), ainsi que la présence de formations volumétriques (HCC). D’autres technologies d’imagerie (CT, IRM) peuvent également être utilisées.

Examen endoscopique
Lorsque l’hépatite C chronique évolue vers la cirrhose, le diagnostic d’hypertension portale peut, entre autres méthodes, être réalisé par examen endoscopique qui révèle des varices (oesophage et estomac) et une gastropathie portale.

L’évaluation de la gravité de la maladie hépatique doit être effectuée avant l’AVT. L’identification des patients atteints de cirrhose du foie revêt une importance particulière, car l’efficacité de l’AVT est inversement proportionnelle au stade de la fibrose. L’absence de fibrose prononcée est importante pour décider quand commencer l’AVT. Les patients présentant des signes cliniques manifestes de cirrhose n’ont pas besoin d’une biopsie du foie pour évaluer le stade de la fibrose. Les patients présentant des signes de cirrhose du foie doivent subir un dépistage du CHC. Une fibrose sévère peut survenir chez les patients ayant une activité normale d’ALT, de sorte que la gravité de la maladie doit être évaluée indépendamment des valeurs d’ALT. La biopsie à l’aiguille reste la méthode de référence pour évaluer le stade de la fibrose hépatique. Le risque de complications graves de la biopsie est très faible (1/4000 à 1/10000). Chez les patients atteints de troubles hémorragiques, la biopsie hépatique transjugulaire peut être utilisée avec une évaluation simultanée de la pression de la veine porte. En CHC, des méthodes alternatives non invasives (élastographie indirecte et biomarqueurs) peuvent être utilisées à la place de la biopsie. L’élastographie indirecte peut être utilisée pour évaluer le stade de fibrose hépatique chez les patients atteints d’HCC, mais les facteurs pouvant affecter la fiabilité des résultats, tels que l’activité sévère de la maladie, l’obésité, doivent être pris en compte. Les deux méthodes (élastographie indirecte et biomarqueurs) sont précises pour évaluer la cirrhose et la fibrose nulle, mais sont moins précises aux stades intermédiaires de la fibrose. La combinaison de biomarqueurs et d’élastographie indirecte améliore la précision de la stadification de la fibrose et réduit le besoin de biopsie par ponction. En cas de résultats contradictoires des biomarqueurs et de l’élastographie indirecte, une biopsie hépatique par ponction peut être utilisée. Une évaluation histologique est également requise dans les étiologies mixtes (p. ex. VHC avec VHB, syndrome métabolique, alcoolisme ou maladie auto-immune).

Biopsie hépatique à l’aiguille (PBP)– une méthode relativement sûre pour évaluer les modifications morphologiques du foie chez les patients atteints de CHC. La PBP permet d’évaluer la sévérité du processus fibrotique et des modifications nécro-inflammatoires. Les résultats du PBP sont faciles à interpréter et semi-quantitatifs. La PBP est réalisée en dynamique afin d’évaluer la progression des lésions hépatiques dans le CHC. La PBP est la seule méthode disponible pour évaluer la contribution des maladies concomitantes (stéatohépatite, hémochromatose, hépatite auto-immune, etc.) au processus pathologique et leur impact sur le déroulement et l’efficacité du traitement du VHC. Il faut se rappeler que le PBP a un certain nombre de limitations. En particulier, l’expérience du médecin réalisant la ponction et du morphologue qui évalue les changements morphologiques compte ; petit volume d’échantillons de tissus hépatiques ; caractère invasif et inconfort pour les patients ; le risque de développer des complications.

2. Tous les patients doivent subir une échographie OB avant d’effectuer une biopsie du foie. Cette étude permet d’identifier la variante anatomique de la structure du foie et la présence de formations focales dans son parenchyme, pouvant nécessiter une biopsie ciblée sous contrôle d’image.

3. Dans la semaine précédant la ponction, il est nécessaire de déterminer le nombre de plaquettes et le temps de prothrombine (PT), ou l’indice de prothrombine (PI)

• Si la numération plaquettaire est ≥ 90 000/mm3, la procédure peut être effectuée en routine (biopsie hépatique percutanée)

• Si la prise de force est allongée de moins de 3 sec. par rapport à la valeur de contrôle (fournie par le laboratoire dans lequel le prélèvement sanguin est effectué), l’IP n’est pas inférieur à 70 %, le temps de thrombine (TT) et le temps de thromboplastine partielle activée (APTT) ne dépassent pas 1,5 normal, une biopsie peut être effectuée par accès percutané

• Dans tous les autres cas, la décision de réaliser une biopsie hépatique est prise au cas par cas en évaluant les bénéfices et les risques de la manipulation envisagée. En cas de forte nécessité d’une biopsie hépatique chez les patients présentant une hypocoagulabilité ou un faible nombre de plaquettes, un traitement substitutif peut être justifié dans certains cas.

4. Avant la biopsie, il est nécessaire de signer le consentement éclairé du patient, qui décrit clairement la technique de manipulation et les complications possibles.

5. Pendant la biopsie, le médecin et le patient doivent être en contact permanent. Le patient doit suivre clairement et rapidement les instructions du médecin. Avec une excitabilité accrue du patient et l’absence de signes d’insuffisance hépatique, il est possible de prescrire des sédatifs.

6. Le choix d’une aiguille pour une biopsie doit être effectué en tenant compte de l’expérience personnelle de l’opérateur. Dans la pratique quotidienne, les aiguilles Menghini et les aiguilles Tru-cut sont pratiques à utiliser.

7. Les médecins, dont l’expérience personnelle ne dépasse pas 20 manipulations, effectuent une biopsie en présence et sous la supervision d’un médecin plus expérimenté dans un centre hépatologique spécialisé.

8. Dans le cas d’une biopsie “vide” (il n’est pas possible d’obtenir du tissu ou sa quantité est insuffisante pour l’examen morphologique), en particulier chez les patients présentant une fibrose tissulaire sévère ou une cirrhose du foie, il est possible de réaliser simultanément une seconde prélèvement, qui ne s’accompagne pas d’une augmentation du risque de complications.

9. L’observation active des patients pendant 8 heures et la première nuit après la manipulation doit être effectuée dans une organisation médicale. L’évaluation des résultats de PBP est réalisée à l’aide d’échelles semi-quantitatives permettant de décrire le degré d’altérations nécro-inflammatoires et le stade de fibrose du tissu hépatique (voir tableaux 3 et 4).

Tableau 3 . Diagnostic morphologique du degré d’activité nécro-inflammatoire de l’hépatite

La mesure de l’élasticité du foie (élastographie indirecte ou élastométrie) est effectuée sur l’appareil FibroScan et vous permet de juger de l’évolution des propriétés élastiques du foie en fonction des impulsions vibratoires réfléchies et de leur analyse informatique ultérieure. L’interprétation des résultats de l’élastographie indirecte est présentée dans le tableau 4.

* Le score METAVIR est plus couramment utilisé pour déterminer le stade de la maladie hépatique.

Les avantages de la méthode incluent :
• Non-invasivité
• Reproductibilité
• Plus grand volume estimé de tissu hépatique qu’avec une biopsie (100-200 fois plus)
• Rapide et facile à utiliser (l’examen prend en moyenne 5 minutes)
• Résultat immédiat
• Évaluation de l’efficacité de la thérapie
• Possibilité d’examiner les enfants

• Activité biochimique élevée (ALT/AST au-dessus de la limite supérieure de la norme de 3 fois ou plus)

• Au moins 60 % de mesures réussies.

Tableau 5. Interprétation des résultats de l’élastographie indirecte

Hépatite C (C)

L’hépatite virale C (C) est une maladie très grave causée par un virus qui pénètre dans le corps humain avec le sang d’une personne malade – par voie parentérale. La maladie se distingue par son évolution secrète, lorsqu’une personne ne soupçonne pas qu’elle a déjà été infectée et qu’elle est déjà devenue porteuse de l’infection. Très souvent, un patient développe une cirrhose du foie, et ce n’est qu’alors qu’il découvre que le virus circule dans son sang depuis de nombreuses années.

Des spécialistes hautement professionnels des maladies infectieuses et l’équipement de diagnostic moderne de la clinique internationale Medica24 permettent d’identifier tous les facteurs prédisposant au développement de la maladie, d’effectuer des diagnostics différentiels et d’exclure toutes les interprétations faussement négatives et ambiguës possibles.

Quelle est la fréquence de l’hépatite C?

La proportion d’hépatite C (C) chronique parmi toutes les autres lésions hépatiques virales est de près de 75 %. Au début du 21e siècle, l’infection prétendait être une épidémie, pour 100 000 Russes, il y avait 22 patients “frais” atteints d’une infection aiguë, mais un seul renforcement du contrôle sanitaire et épidémiologique des établissements médicaux, l’approche la plus stricte pour vérifier donneurs de sang et contrôle sans précédent de la pureté virale du sang transfusé, la morbidité infectieuse aiguë a commencé à décliner. Déjà en 2011, l’incidence était 10 fois moindre et en 2013, un peu plus de 2,5 mille patients atteints d’une forme aiguë de la maladie ont été détectés dans tout le pays.

La même année, plus de 57 000 compatriotes étaient atteints d’hépatite C chronique, et cette forme de la maladie continue de croître, et le groupe le plus important est composé de jeunes patients qui n’ont pas fêté leur 40e anniversaire. De plus en plus, l’infection est détectée chez les femmes enceintes, depuis les années “zéro”, les statistiques ont montré une multiplication par cinq, principalement les femmes des régions du sud de la Russie en souffrent.

Dans la clinique internationale Medica24, les méthodes de thérapie nationales et étrangères les plus efficaces sont utilisées, ce qui peut améliorer considérablement la qualité de vie de nos patients et maintenir leur activité.

Toutes les hépatites virales sont très similaires les unes aux autres et peuvent être distinguées par analyse. Mais dans le tableau clinique, il existe également des différences dans l’intensité des symptômes, de sorte qu’avec l’hépatite virale C, tous les signes de l’apparition de la maladie sont flous. Il n’est souvent pas possible d’établir combien de temps dure la période entre l’infection par le virus et l’apparition des premiers symptômes, mais dans tous les cas, ils essaient de suivre les contacts infectieux afin de prévenir l’infection par inadvertance d’autres personnes à l’avenir.

Dans la clinique internationale Medica24, ils procéderont à un examen dès que possible et établiront un diagnostic correct, ce qui augmentera l’efficacité du traitement et raccourcira la période de rééducation. Même le cas de diagnostic le plus difficile ne restera pas un mystère non résolu pour nos médecins spécialistes des maladies infectieuses.

Quels sont les symptômes de l’hépatite C aiguë ?

La maladie commence par un syndrome pseudo-grippal, quelque peu similaire à la grippe, mais ressemble plutôt à une infection virale de la catégorie «rhume» et un peu plus longue – une à deux semaines. Un rhume sans nez qui coule ni toux, la plupart des signes de l’hépatite C sont si vagues et inexprimés qu’ils ne se considèrent même pas malades, comme s’ils ne se sentaient pas bien, mais « cela vient peut-être d’un orage magnétique ».

Dans la plupart des cas, le tableau clinique d’une infection aiguë se manifeste par :

  • Légère douleur dans les muscles, grande faiblesse et fatigue.
  • Le plus souvent, il n’y a pas de température élevée, une condition subfébrile légèrement supérieure à 37,5 ° C est possible.
  • Il peut y avoir une légère douleur dans l’hypochondre droit, des nausées et des vomissements, une perte d’appétit.
  • Huit patients sur dix n’ont pas d’ictère. L’ictère pour un diagnostic précoce de la maladie est presque tout, et quand il n’y en a pas, ou qu’il est très léger et “couché” sur un bronzage frais, et en l’absence de plaintes de mauvaise santé, il ne vaut rien manquer la maladie.

Si vous venez dans une polyclinique avec une telle mauvaise santé, où, en contournant toute tradition médicale, ils vous proposeront de passer un test sanguin biochimique, une maladie du foie sera alors suspectée sur la base de modifications des enzymes hépatiques et des échantillons de foie. Mais en règle générale, les médecins ne sont si méfiants qu’avec les membres de la famille d’un patient atteint d’hépatite C chronique. Dans la pratique quotidienne, avec des symptômes d’infections virales respiratoires aiguës et d’infections respiratoires aiguës, un test sanguin pour la biochimie n’est pas proposé.

L’hépatite C aiguë passe sous le couvert d’un léger malaise, pour traiter l’hépatite C et ne pas donner de chance au développement d’une maladie chronique, seul un diagnostic opportun le permettra.

Quels sont les symptômes de l’hépatite C chronique ?

Lorsque la maladie existe depuis plus de six mois, il s’agit déjà d’une forme chronique. Avec lui, le tableau clinique est déterminé par l’état du foie, si les changements sont minimes, alors un scénario, s’il est étendu – un autre.

  • Le tableau est dominé par le syndrome asthénovégétatif – faiblesse et fatigue sévères.
  • Une réaction désagréable aux aliments gras et une mauvaise tolérance à l’alcool sont possibles, tout cela se manifeste par des nausées et un arrière-goût désagréable dans la bouche.
  • Il peut y avoir des douleurs tiraillantes dans l’hypochondre droit.
  • Ou peut-être qu’il n’y a rien d’autre que de la faiblesse.

Contribuent aux troubles sous forme chronique d’abus d’alcool, d’obésité et de troubles métaboliques, dans ces cas, la progression de la fibrose avec pour conséquence une cirrhose du foie est plus rapide et plus intense.

Quels sont les symptômes de l’hépatite C chez les femmes ?

Les signes de l’hépatite C chez les femmes sont les mêmes que chez les hommes, mais la gravité des symptômes est moindre, l’effet protecteur des hormones sexuelles oestrogène affecte. Par conséquent, les jeunes femmes tolèrent mieux la maladie que les femmes plus âgées. Les femmes sont plus attentives à leur santé, selon les statistiques, elles consultent plus souvent un médecin et passent volontiers des tests.

Au stade chronique, le dysfonctionnement hépatique peut affecter la coagulation du sang, ce qui peut modifier la durée des menstruations et nuire à l’évolution des varices des membres inférieurs.

La clinique des maladies infectieuses de la clinique internationale Medica24 a tout ce dont vous avez besoin pour un traitement efficace et une récupération efficace, tous les programmes sont individualisés et basés sur les normes mondiales de diagnostic et de traitement.

Signes distinctifs de l’hépatite C chez les hommes

Les symptômes de l’hépatite C chez les hommes sont plus prononcés, le pronostic de développement de complications est pire. Les jeunes souffrent de la maladie plus facilement que les personnes âgées, mais pire que les femmes. Les hommes consultent rarement un médecin en présence uniquement de faiblesse et de fatigue, et ce sont les principaux et souvent les seuls symptômes de la maladie, les tests sont effectués sous la contrainte.

Avec une violation significative de la fonction hépatique, la gynécomastie et la dysfonction érectile se développent. Un rôle important dans le développement de la cirrhose du foie est joué par la passion pour les boissons alcoolisées et une alimentation malsaine. Une attitude négligente envers son propre corps rapproche les conséquences douloureuses. Plus tôt, des signes de cirrhose du foie apparaissent : varices de l’œsophage, épanchements dans les cavités.

Le porteur du virus doit être sous surveillance constante, suivre clairement les recommandations du médecin et ne pas hésiter à l’examen, aussi désagréable soit-il. Le traitement s’accompagne de complications, un infectiologue qualifié sait comment réduire les manifestations désagréables de la maladie et de la thérapie. Obtenez l’aide d’un spécialiste des maladies infectieuses en appelant le +7 (495) 230-00-01

La cause de l’hépatite C est une infection par un virus, qui est l’un des agents infectieux les plus agressifs, c’est le plus maléfique de ceux qui affectent le foie. La particularité de l’hépatite C réside dans la fréquence élevée du passage de la forme aiguë à la forme chronique, près de 80 %. La forme chronique provoque très souvent une cirrhose du foie et un cancer hépatocellulaire.

Prenez soin de vous, réservez une consultation dès maintenant

Quels sont les types de virus de l’hépatite C?

Une particule virale n’est qu’un brin torsadé d’une molécule d’ARN, composé de 9600 morceaux de protéines, dans une capsule graisseuse avec des inclusions de protéines.

L’agent causal de l’hépatite C a six variétés – les génotypes, ce qui est typique, ayant été malade avec un, il n’y a pas d’immunité croisée du reste. Mais le nombre de variantes supplémentaires – les sous-types – a déjà atteint une centaine, de sorte que l’idée de fabriquer un vaccin est laissée de côté comme irréalisable.

  • En Russie, les génotypes 1, 3, 2 sont courants en termes de fréquence d’apparition.
  • Dans les pays européens, vivent principalement les types 2 et 3.
  • L’hépatite américaine est causée par le génotype 1, tandis que l’hépatite japonaise est causée par le génotype 2.
  • Le 4ème génotype moyen-oriental et en même temps africain est inhabituel pour les Russes.

Et il y a aussi des quasi-espèces, qui se forment en raison de la variabilité constante de la particule virale, qui invente des mutations à l’intérieur d’elle-même, lors de la division elle confond délibérément les gènes, au lieu qu’une copie du gène en crée plusieurs. La raison des outrages par mimétisme d’un agent infectieux est l’autodéfense contre l’immunité de l’hôte.

Chez plus d’un cinquième des personnes infectées, l’agent viral circule dans l’organisme en compagnie du virus de l’hépatite B, mais surtout « aime » coexister avec le VIH. Lors de l’accouchement, 3% des femmes enceintes russes atteintes d’hépatite transmettent des copies virales à l’enfant, mais lorsqu’elles sont associées à des infections à VIH, un nouveau-né sur six a une cause importante d’hépatite C congénitale.

La détection précoce de l’infection peut prévenir la transmission du virus et amorcer un traitement efficace contre l’hépatite C. La prise régulière de médicaments sous le contrôle du nombre de copies virales circulant dans le sang retarde de plusieurs décennies la cause des complications mortelles. Un excellent équipement de laboratoire et toute la gamme d’examens sont disponibles à la clinique internationale Medica24, les médecins analyseront les résultats de l’examen selon les canons des meilleurs centres du monde.

Combien de virus faut-il pour être infecté ?

Est-il possible d’être infecté par une seule particule virale ? C’est probablement possible, mais il est possible que ce soit impossible. La raison d’une telle ambiguïté globale est que la particule virale ne convient pas à l’expérimentation en raison de sa capacité de survie extrêmement faible en dehors d’un organisme vivant. Pas un agent infectieux aussi viable que le virus de l’hépatite B, il faut plus de particules pour infecter, mais plus fort que le VIH. La transmission sexuelle de l’hépatite C parentérale lors de rapports sexuels occasionnels n’est en aucun cas la principale, elle est plusieurs fois supérieure à l’infection lors de procédures médicales dans des salons de beauté semi-enterrés et en dentisterie.

Un équipement moderne entre les mains d’un spécialiste de la clinique internationale des infections Medica24 avec une vaste expérience clinique permet dans presque toutes les situations d’identifier la cause exacte de la souffrance et de retracer l’intégralité du cheminement de l’infection, de l’infection à la maladie.

Comment pouvez-vous être infecté?

L’infection se produit avec un virus qui vit dans les particules de sang du patient qui se trouvent sur l’aiguille, de sorte que la maladie est “liée” à l’utilisation non médicale de substances psychoactives et narcotiques – toxicomanie, ainsi qu’à la promiscuité sexuelle.

Mais ce sont des groupes à risque typiques et, en principe, toute personne respectable peut être infectée partout où elle utilise des outils de coupe réutilisables, par exemple lors d’une manucure. Les groupes à risque comprennent également les personnes qui sont professionnellement associées au sang de quelqu’un d’autre – les travailleurs médicaux.

Dans les groupes pédagogiques, d’enfants et de personnes âgées qui sont en internat et qui vivent longtemps dans des établissements psychiatriques, le contact est facilité pour la transmission de tout agent infectieux. Les patients greffés ou sous hémodialyse, qui ont reçu le sang de quelqu’un d’autre, ont également une cause d’infection. Les particules virales survivent parfaitement dans une fiole de sang.

La cause de la maladie devient incontrôlable peut être l’espoir trompeur que le bien-être du patient est impossible avec une charge virale élevée. Le bien-être n’a aucune corrélation avec l’activité vitale d’un agent infectieux.

L’hépatite C s’est adaptée à la vie à l’intérieur de l’hôte, créant de nouvelles versions d’elle-même, de sorte que le patient infecté a besoin d’une surveillance qualifiée constante et de plus grandes capacités de diagnostic. Les médecins de la clinique internationale Medica24 ont suivi une formation professionnelle et une formation pratique dans les meilleurs centres scientifiques. Obtenez l’aide d’un spécialiste des maladies infectieuses en appelant le +7 (495) 230-00-01

L’hépatite C ne se transmet pas par l’eau sale ou les éternuements, elle ne peut pas être contractée en s’embrassant ou en serrant la main, et les rapports sexuels non protégés comportent un faible risque d’infection. Le virus est extrêmement sensible à l’environnement et meurt rapidement dans des conditions incommodes pour son existence. Mais dans le sang, l’agent infectieux se sent bien, donc sa transmission est possible dans une goutte de sang et une plaie cutanée ou muqueuse est nécessaire, et le meilleur moyen de transmettre l’infection d’un patient en bonne santé est une seringue avec les restes d’infectés sang, une aiguille et un vaisseau veineux. Et après une période d’incubation ne dépassant pas 180 jours, vous pouvez vous préparer au traitement de l’hépatite C.

Des spécialistes hautement professionnels et des équipements de diagnostic modernes de la clinique internationale des maladies infectieuses Medica24 permettent d’identifier tous les facteurs prédisposant au développement de la maladie, de toutes les maladies existantes et de prévenir les complications graves.

Quels sont les critères d’évaluation de l’efficacité d’un traitement ?

Le traitement de l’infection est long, aujourd’hui ils n’adhèrent pas à une approche canonique avec une durée strictement définie de 12 à 48 semaines, mais sont guidés par les caractéristiques individuelles du virus et du patient, et la réponse aux médicaments antiviraux est évaluée selon à certains critères.

  • Dans tous les cas, on souhaite une réponse virologique soutenue (RVS), lorsque l’ARN viral disparaît dans le sang et n’est plus détectable.
  • Réponse rapide – dans les 4 premières semaines, très bon résultat.
  • Si l’ARN disparaît à la semaine 12 du traitement, cela est également considéré comme une réponse précoce.
  • Lorsque l’analyse montre une diminution du nombre de copies virales de 100 fois à partir de la 12e semaine de traitement et qu’après 24 semaines, le sang est débarrassé de l’agent infectieux, il s’agit d’une réponse lente.
  • Une réponse partielle est reconnue avec une diminution de 100 fois du nombre de virus, mais après 24 semaines, l’agent reste également dans le sang.
  • Il n’y a pas de réponse au traitement lorsque le virus est réduit de moins de 100 fois après 12 semaines.
  • Pendant le traitement, une percée virologique peut se produire – l’apparition d’un virus après son absence.
  • Ils parlent d’une rechute lorsque la thérapie est terminée avec succès, mais après un certain temps, un agent infectieux est réapparu dans le sang.

Si le virus de l’hépatite C est détecté, une surveillance médicale régulière est nécessaire afin de contrôler l’activité vitale du virus et de détecter à temps sa résistance aux médicaments.

Dans la forme chronique de l’hépatite C, un bon effet est promis:

  • Le virus n’est pas de 1 génotype, et si 1 génotype, alors avec polymorphisme du gène de l’interleukine 28 ;
  • Charge virale non supérieure à 400 000 par millilitre de sang ;
  • Jeune âge, de préférence jusqu’à 40 ans;
  • Genre féminin et race blanche ;
  • Absence d’excès de poids, et de préférence moins de 75 kg ;
  • Fibrose hépatique minime et niveaux élevés de transférases hépatiques dans un test sanguin biochimique.

L’hépatite C aiguë peut-elle être guérie?

La détection d’un virus dans le sang est une indication pour débuter un traitement par interféron spécifique, le choix du médicament et la durée du traitement dépendent du sous-type. Les interférons à longue durée d’action sont préférés, mais uniquement en raison de la facilité d’administration, et l’effet est tout aussi bon avec un médicament à courte durée d’action. Dans certains cas, le traitement peut être retardé de 8 à 12 semaines, car l’auto-guérison est probable. Avec le début opportun du traitement et le respect du régime, 90% parviennent à se débarrasser du virus.

Mais l’essentiel: une attitude économe envers soi-même avec des charges limitantes, un régime alimentaire strict et beaucoup de liquides, le rejet de médicaments qu’il n’est pas nécessaire de prendre – c’est très difficile pour le foie sans eux.

Dans tout cas clinique à la clinique internationale Medica24, chaque patient recevra tous les traitements possibles et nécessaires pour que le virus retrouve une qualité de vie normale.

Tests pour l’hépatite C

L’hépatite virale peut survenir sans symptômes pendant une longue période, c’est pourquoi l’hépatite C est souvent détectée par hasard lors d’un examen de routine.

Nous déterminerons quels indicateurs et dans quel ordre prendre si une hépatite C est suspectée, ce que signifie chaque analyse et quel type d’examen peut encore être nécessaire.

Tests sanguins pour l’hépatite C

1. Anticorps contre l’hépatite C (anti-VHC). Si vous pensez être infecté par le virus ou si vous souhaitez vous faire tester, c’est le premier test sanguin que vous devez effectuer. Les anticorps indiquent que le système immunitaire de votre corps est familier avec le virus et a développé des anticorps protecteurs contre celui-ci. Cependant, la présence d’anticorps n’indique pas encore la maladie.

Une fois que le virus de l’hépatite est entré dans la circulation sanguine, une forme aiguë d’hépatite C se forme, qui a 2 issues possibles :

  1. Selon diverses sources, la guérison spontanée survient dans 15 à 40 % des cas. Les anticorps restent dans le sang pour toujours.
  2. Dans le reste de la majorité, la forme aiguë de l’hépatite devient chronique (CVHC).

2. L’analyse qualitative du virus de l’hépatite C (ARN viral) par PCR (amplification en chaîne par polymérase) est la prochaine étape de l’examen, si des anticorps contre le virus de l’hépatite C sont détectés.L’analyse détecte le matériel génétique du virus (ARN) . Un résultat positif indique la présence et la multiplication du virus dans le sang et la nécessité d’un traitement.

Le virus est détecté en moyenne 2 à 6 mois après l’infection. Pour s’assurer qu’il n’y a pas de virus actif dans le corps, il est nécessaire de faire un test d’anticorps 3, 6 et 12 mois après l’infection présumée.

3. L’analyse quantitative de l’hépatite C par PCR est la prochaine étape. La détection du nombre de copies / UI du virus pour 1 ml de sang (charge virale) est très importante pour évaluer l’activité du virus, prédire l’évolution de la maladie et, par la suite, évaluer l’efficacité du traitement.

Dans la clinique EXPERT, l’analyse qualitative et quantitative est effectuée par la méthode la plus précise d’analyse biologique moléculaire dans le laboratoire du Centre de prévention et de contrôle du sida et des maladies infectieuses.

Parallèlement à l’analyse quantitative, un génotypage du virus doit être effectué . En Russie, il existe 1, 2, 3 et 4 génotypes du virus de l’hépatite C. Le choix des médicaments pour le traitement de la maladie dépend entièrement du résultat de cette analyse.

Après la réussite du traitement, il est recommandé de procéder à une analyse qualitative dans un délai d’un an à titre de contrôle, puis une fois par an.

Autres types de diagnostics pour l’hépatite C

Le virus de l’hépatite C affecte principalement les cellules du foie, donc lorsqu’il est détecté, un examen complet de cet organe est nécessaire.

  1. Le diagnostic virologique est complété par des indicateurs cliniques et biochimiques (ALT, AST, bilirubine totale et directe, GGTP, phosphatase alcaline et autres – la liste est établie par le médecin traitant). Cet ensemble de tests est administré régulièrement : avant le début, une fois par mois pendant et pendant un an après le traitement. Cela est nécessaire pour surveiller l’état du foie et sa réponse au traitement.
  2. Diagnostic instrumental , impliquant principalement l’échographie des organes abdominaux avec élastographie hépatique. Le docteur en diagnostic par ultrasons décrit dans la conclusion la forme, la taille, la position, la structure du foie et de la vésicule biliaire et, à l’aide de l’élastographie, le stade de la fibrose / cirrhose du foie.
  3. De plus , le médecin peut prescrire des tests spéciaux FibroMax ou FibroAktiTest. Il s’agit d’un test sanguin complet, également nécessaire pour le diagnostic de la fibrose, de la stéatose hépatique et de l’activité des processus destructeurs.

Que vos symptômes vous dérangent ou non, l’hépatite C se soigne . Sans traitement, avec le temps, la maladie peut entraîner une cirrhose, un cancer du foie et même la mort. Une cirrhose sévère peut nécessiter une greffe du foie.

À la clinique EXPERT, vous recevrez un examen complet et le seul nécessaire, une consultation détaillée avec un médecin et une assistance à toutes les étapes du traitement de l’hépatite C.

Questions sur le diagnostic de l’hépatite C

Combien de tests sont effectués pour l’hépatite C?

Le terme pour effectuer des tests à la clinique EXPERT:

  • anti-VHC — 2-3 jours ouvrables
  • étude biologique moléculaire du VHC (analyse qualitative) – 5-6 jours ouvrables
  • étude biologique moléculaire du VHC (analyse quantitative) – 8-9 jours ouvrables
  • analyse du génotype de l’hépatite C — 5-6 jours ouvrables.

Que signifie résultat indéterminé ou douteux ?

Une analyse douteuse pour l’hépatite C peut être dans les conditions suivantes:

  • quantité insuffisante de biomatériau (sang) pour l’analyse
  • dommages aux biomatériaux
  • préparation insuffisante du patient avant de passer le test (il est préférable de passer les tests à jeun !)
  • la présence d’une autre infection active au moment du test
  • Une infection à l’hépatite C s’est récemment déclarée et la période d’incubation n’est pas encore terminée.

Si le résultat est douteux, l’analyse doit être reprise dans 2 à 4 semaines.

Qu’est-ce que la PCR ?

PCR – réaction en chaîne par polymérase – une méthode de biologie moléculaire dont l’essence est la multiplication répétée d’une section d’ARN du virus de l’hépatite C en laboratoire. En conséquence, la quantité de matériel biologique devient suffisante pour une étude visuelle.

Où puis-je me faire tester pour l’hépatite C?

Vous pouvez vous faire tester pour l’hépatite virale dans la plupart des laboratoires de Saint-Pétersbourg, ainsi que dans une clinique spécialisée. À la clinique EXPERT, un hépatologue aidera à interpréter les résultats et, si nécessaire, prescrira un traitement.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.