rêver

Maladies thyroïdiennes

La glande thyroïde est un organe endocrine situé à l’avant du cou. Malgré sa petite taille, la glande thyroïde joue un rôle énorme dans le bon fonctionnement de tout l’organisme dans son ensemble, puisqu’elle produit de nombreuses hormones qui régulent de nombreux processus dans le corps humain.

La glande thyroïde est un organe endocrine situé à l’avant du cou. Malgré sa petite taille, la glande thyroïde joue un rôle énorme dans le bon fonctionnement de tout l’organisme dans son ensemble, puisqu’elle produit de nombreuses hormones qui régulent de nombreux processus dans le corps humain.

Contents

Quelques informations sur la glande thyroïde et ses fonctions dans le corps

L’organe se compose de deux lobes reliés par un isthme et ressemble à un papillon recouvrant la trachée de ses ailes-boucliers. Chez une personne en bonne santé, il pèse de 20 à 60 grammes. Pendant la puberté active, la glande thyroïde peut augmenter et, au contraire, diminuer chez les personnes âgées. Il augmente également pendant la grossesse, revenant à la normale dans les 6 à 12 mois suivant l’accouchement.

Hormones produites par l’organisme : la triiodothyronine (T3) et la thyroxine (T4), ainsi que la calcitonine, une hormone impliquée dans la régulation du métabolisme du calcium dans l’organisme. Les deux premières hormones sont appelées hormones thyroïdiennes ; elles régulent les principaux processus métaboliques dans les tissus et les organes, y compris la consommation d’oxygène et la synthèse des protéines. Ils affectent également l’état des systèmes cardiovasculaire et nerveux et maintiennent également une température corporelle normale.

Pourquoi les maladies thyroïdiennes apparaissent-elles ?

Pour prévenir les maladies thyroïdiennes, il est nécessaire d’augmenter le système immunitaire, car il affecte directement l’état du corps dans son ensemble. Les maladies thyroïdiennes surviennent souvent après des maladies infectieuses, des infections virales – SRAS, grippe, ainsi que des processus infectieux chroniques dans les voies respiratoires supérieures (oreille, gorge, nez).

Pour ce faire, vous devez suivre une alimentation équilibrée, qui comprendra beaucoup de légumes et de fruits frais, ainsi qu’éliminer ou minimiser la quantité de sucre, de farine et d’autres glucides rapides. Il est également important d’être physiquement actif, surtout maintenant que la plupart du travail est effectué en position assise et que les activités physiques sont considérablement limitées. N’oubliez pas de marcher régulièrement au grand air et de dormir suffisamment.

Un autre facteur qui augmente le risque de maladie thyroïdienne est le stress. Si possible, réduisez la tension nerveuse, éteignez les émotions négatives, prévenez la fatigue mentale et les troubles du sommeil.

L’iode est nécessaire à la production d’hormones thyroïdiennes, il est donc nécessaire de consommer suffisamment d’aliments contenant cet élément pour le fonctionnement normal de la “glande thyroïde”. Les violations se produisent non seulement avec une carence en iode, mais aussi avec son excès, cependant, la carence est typique de notre pays.

Les fruits de mer (poissons de mer, crustacés, chou marin) et certains fruits (kaki, feijoa, kiwi), ainsi que les noix, l’aronia se distinguent par une forte teneur en iode. Si l’iode obtenu à partir des produits n’est pas suffisant, il est recommandé d’utiliser des vitamines.

C’est avec un manque de vitamines et le non-respect d’une bonne hygiène de vie que les maladies thyroïdiennes apparaissent souvent. Certains d’entre eux sont très dangereux pour l’état général d’une personne et nécessitent un traitement complexe. Nous parlerons de certaines maladies de la glande thyroïde plus loin dans cet article.

Hyperthyroïdie

Il s’agit d’un élargissement pathologique de la glande thyroïde, lorsqu’une quantité excessive d’hormones – la thyroxine (T3) et la triiodothyronine (T4) est libérée dans le sang par le tissu glandulaire diffus, ce qui entraîne un empoisonnement par ces hormones – la thyrotoxicose.

Symptômes de l’hyperthyroïdie

  • perte de poids corporel tout en maintenant l’appétit, le volume et la qualité des aliments
  • arythmie, tachycardie
  • Anxiété dépression
  • augmentation de la transpiration
  • tremblement fin des doigts et des mains
  • indigestion
  • la formation d’un goitre visible qui modifie les contours du cou
  • fatigue

Les signes de la maladie chez les hommes sont une diminution de la puissance, du désir sexuel. Un symptôme de l’hyperthyroïdie chez les femmes est une violation du cycle menstruel, qui se produit en raison d’un niveau accru d’hormones thyroïdiennes, ainsi que d’une diminution de la fertilité jusqu’à l’infertilité. Pendant la ménopause, la pathologie aux stades initiaux est asymptomatique.

Si la maladie n’est pas traitée, elle peut entraîner de nombreuses complications : problèmes cardiaques, maladies des yeux, problèmes de peau, fragilité osseuse accrue et bien plus encore.

Pour diagnostiquer la maladie, il est important de consulter d’abord un endocrinologue et des tests de laboratoire. L’hyperthyroïdie est traitée de façon conservatrice : préparations d’iode radioactif, médicaments antithyroïdiens et symptomatiques.

En cas d’hyperthyroïdie sévère, accompagnée d’une augmentation significative de la glande thyroïde, de multiples néoplasmes du tissu fonctionnel, ainsi que d’un cancer médullaire, une intervention chirurgicale est indiquée. Le médecin enlève partiellement ou complètement l’organe endocrinien.

Hypothyroïdie

Une maladie dans laquelle la glande thyroïde, au contraire, sécrète une quantité insuffisante d’hormones. Cela conduit à un ralentissement du métabolisme hormonal dans le corps. Cela se produit généralement avec un dysfonctionnement partiel ou complet de la glande thyroïde, ou en raison de processus pathologiques qui affectent le métabolisme hormonal. L’hypothyroïdie est la maladie la plus fréquente chez les femmes, surtout après 65 ans.

Symptômes de l’hypothyroïdie

  • mauvaise humeur, dépression
  • prostration
  • manque d’énergie, lenteur d’action
  • frissons, somnolence diurne
  • sécheresse et desquamation de la peau, bien que le tissu sous-cutané soit dense, gonflé
  • manifestations de bradycardie

L’un des symptômes les plus courants de l’hypothyroïdie chez les femmes est la prise de poids rapide. Dans l’écrasante majorité des cas, il n’est pas associé à l’accumulation de réserves de graisse, mais à des poches. Cela entraîne une prise de poids.

L’hypothyroïdie est traitée avec des médicaments. La dose du médicament pour le traitement de substitution est choisie assez facilement et le traitement n’est pas pénible pour le patient. Le médicament est pris à une dose choisie une fois par jour, à jeun. En cas d’amélioration, la dose peut être augmentée. Le médicament est pris jusqu’à ce que tous les symptômes de la pathologie disparaissent.

Thyroïdite

Inflammation de la glande thyroïde résultant d’un processus infectieux ou auto-immun. Les complications des maladies inflammatoires de la glande thyroïde sont le plus souvent associées à une diminution de la fonction endocrinienne de l’organe. Par exemple, la thyroïdite chronique auto-immune est la cause la plus fréquente d’hypothyroïdie.

Une carence en hormones thyroïdiennes entraîne une forte prise de poids, des troubles neurologiques et mentaux, l’infertilité, l’anémie et d’autres conséquences.

Symptômes de la thyroïdite

  • gonflement aigu, rougeur et tension du cou dans la glande thyroïde
  • fièvre, fièvre (jusqu’à 38-40 degrés Celsius)
  • douleur aiguë dans la glande thyroïde, aggravée par le mouvement, la déglutition
  • le gonflement de la glande thyroïde peut affecter les nerfs laryngés, provoquant une dysphagie et une dysphonie
  • faiblesse, fatigue, malaise
  • dans les cas graves, un abcès thyroïdien peut survenir

Goitre de la glande thyroïde

Le goitre en médecine est compris comme toutes les tumeurs bénignes de la glande thyroïde. Un goitre est un nœud dans l’épaisseur d’un tissu inchangé ou une augmentation du volume total de la glande. Le facteur causal le plus courant dans le développement de la pathologie est la carence en iode, qui entraîne une diminution de la production d’iodolipols par les cellules thyroïdiennes.

Le traitement est effectué avec des médicaments goitrogènes qui suppriment la synthèse des hormones, ou l’adénome producteur est retiré. L’insuffisance de la fonction, au contraire, est compensée par les médicaments endocriniens synthétiques. Le goitre nodulaire n’est traité avec aucun médicament, l’ablation d’un néoplasme bénin est nécessaire si un cancer est suspecté ou si les structures environnantes sont comprimées.

cancer de la thyroïde

Tumeur maligne qui se développe à partir du tissu thyroïdien, des cellules folliculaires ou des cellules C (parafolliculaires). La maladie se manifeste le plus souvent par un gonflement, des nœuds sur le cou. Selon la structure histologique, on distingue différents types de cancer de la thyroïde, ils diffèrent par différents degrés d’agressivité et nécessitent différentes approches de traitement.

En plus des nœuds de la glande thyroïde, vous devez faire attention aux symptômes tels que :

  • gonflement et douleur dans le cou
  • voix rauque depuis plus de trois semaines
  • toux et mal de gorge
  • difficulté lors de la déglutition
  • ganglion lymphatique enflé dans le cou
  • trouble intestinal, rougeur du visage (pour cancer médullaire)

Le cancer de la thyroïde est traité de diverses façons. Ils ont souvent recours à des interventions chirurgicales, utilisent un traitement à l’iode radioactif, une hormonothérapie, une chimiothérapie, une radiothérapie, une thérapie ciblée. Les tactiques de traitement sont choisies en fonction du type et du stade du cancer, de l’état du patient.

Méthodes de diagnostic des maladies thyroïdiennes

Le diagnostic comprend, en plus de l’examen par un endocrinologue, un certain nombre d’études de laboratoire et instrumentales. Le médecin traitant prescrira des types d’examens spécifiques.

Une numération globulaire complète est un diagnostic minimum obligatoire, qui est prescrit pour presque toutes les maladies. Une formule sanguine complète aidera votre médecin à évaluer l’impact de la maladie thyroïdienne sur votre état de santé général.

Analyse d’urine générale – fait également référence aux études sur le minimum obligatoire.

Le but d’un test sanguin biochimique est d’identifier les changements dans les organes et les tissus qui peuvent accompagner la maladie thyroïdienne. Indicateurs évalués tels que protéines totales, urée, cholestérol, bilirubine, enzymes hépatiques, créatinine.

L’échographie de la glande thyroïde vous permet de déterminer la taille de la glande, ainsi que la présence de nœuds dans celle-ci.

Traitement des maladies thyroïdiennes

Le traitement dépend du type de maladie, de la forme de la pathologie et de l’état du patient. Le traitement médicamenteux le plus souvent prescrit. Les médicaments peuvent être pris par le patient à la fois pendant un certain temps et à vie si nécessaire.

Dans certains cas, un traitement chirurgical peut être prescrit. Une thyroïdectomie (ablation de la glande thyroïde) est réalisée. Parfois, seule une partie de la glande thyroïde est retirée (hémithyroïdectomie). L’ablation de la glande thyroïde est nécessaire lorsqu’un néoplasme malin est détecté, un gros goitre qui gêne la respiration et la déglutition, avec thyrotoxicose.

Symptômes du cancer

Remplissez une candidature sur le site, nous vous contacterons dans les plus brefs délais et répondrons à toutes vos questions.

Le cancer est l’une des maladies incurables les plus connues. Le cancer est une tumeur maligne dans laquelle se produit une reproduction cellulaire chaotique, accompagnée d’une invasion des tissus sous-jacents et de métastases vers des organes distants avec un flux de lymphe ou de sang. En termes simples, la maladie provoque une mutation cellulaire. Les cellules cancéreuses ne meurent pas dans le corps humain, mais s’accumulent et forment ainsi une tumeur. Cela peut arriver dans le corps de n’importe qui – la maladie ne choisit pas les victimes en fonction du sexe ou de la couleur de la peau. Cependant, il existe un facteur important – l’état général du corps et l’immunité, cela dépend si notre corps peut faire face ou non à la lutte contre les cellules malades.

Dans la plupart des cas, l’oncologie est perçue par les patients comme une condamnation à mort. Mais tous les cancers ne mènent pas à la mort. Certains malades se débarrassent encore de la maladie et s’en souviennent comme d’un cauchemar. Cependant, il y a aussi un grand nombre de décès.

Les médecins distinguent plusieurs types de cancer selon l’organe atteint. Une tumeur maligne peut se trouver dans n’importe quel organe humain, car le cancer peut être appelé un groupe de maladies.

Type de cancer :

  • Mélanome – dommages à la peau;
  • Leucémie – éducation au système hématopoïétique;
  • Carcinome – lésion du tissu épithélial d’un organe;
  • Lymphome – dommages au système lymphatique;
  • Le sarcome est une tumeur maligne des tissus nerveux, conjonctifs ou de soutien du corps.

Il existe d’autres types de maladies, telles que le tératome, le gliome, le choriocarcinome, le blastome. Mais ils sont beaucoup plus rares que ceux listés ci-dessus. Mais c’est leur danger – ils ne sont pas si bien étudiés, ils conduisent donc souvent à la mort.

Une variété de symptômes peut indiquer la présence d’oncologie. Ils dépendent aussi de l’organe qui a frappé la maladie. La liste des symptômes du cancer est très longue, il vaut donc la peine de comprendre ce problème en détail.

Symptômes du cancer de l’intestin

C’est l’une des variétés de tumeurs malignes situées sur la membrane muqueuse du côlon. Aujourd’hui, cette maladie est la deuxième plus fréquente chez les personnes de plus de 45 ans. Le cancer de l’intestin se distingue des autres maladies oncologiques par son évolution plus sévère, ses complications graves et son mauvais pronostic. La localisation du cancer de l’intestin peut être quelconque, car la tumeur se forme sur la membrane muqueuse de n’importe quelle partie de l’intestin.

La principale difficulté est l’absence totale de manifestations douloureuses aiguës au stade initial. De ce fait, les gens tardent à découvrir la présence de la maladie, environ la moitié des cas sont détectés aux stades ultérieurs.

Avec le cancer de l’intestin, les symptômes chez les femmes et les hommes sont les mêmes, mais ils diffèrent pour chacun selon l’emplacement de la tumeur. Le cas dans lequel un néoplasme survient dans l’iléon, le jéjunum et le duodénum est un événement plutôt rare. Dans ce cas, les symptômes suivants apparaissent :

  • Aversion pour la nourriture;
  • Brûlures d’estomac;
  • éructations ;
  • Nausée;
  • Douleur dans n’importe quelle partie de l’abdomen;
  • Sensation de pression dans l’estomac;
  • Coloration des matières fécales dans une couleur sombre.

Si la tumeur cancéreuse est située dans le gros intestin, le patient s’inquiète des symptômes suivants :

  • Violation du fonctionnement de l’intestin;
  • Développement de l’anémie ;
  • Douleurs crampes dans l’abdomen;
  • Selles irrégulières (la constipation fait place à la diarrhée);
  • Distension du côté gauche de l’abdomen;
  • Une occlusion intestinale partielle se développe.

Symptômes du cancer colorectal

Une telle maladie se développe dans le contexte d’une maladie chronique antérieure. Les personnes atteintes d’une maladie intestinale chronique doivent subir des examens médicaux réguliers. Cela est nécessaire pour détecter la maladie à un stade précoce et éviter les complications.

Au début, les symptômes ne s’expriment pas clairement, mais leur apparition régulière doit alerter et servir de motif d’examen. Les symptômes suivants indiquent un cancer de l’intestin :

  • Anémie;
  • La douleur;
  • Fatigue générale ;
  • Écoulement muqueux ou purulent;
  • Douleur aiguë dans le bas-ventre et le périnée qui survient avant et pendant la défécation ;
  • Fausse envie de déféquer;
  • Incontinence de gaz et de matières fécales ;
  • Isolement du sang pendant la défécation.

La présence de sang dans les matières fécales est particulièrement dangereuse – il convient de noter que ce symptôme n’appartient pas aux premiers, il indique une tumeur déjà développée dans le corps, mais c’est souvent lui qui devient le premier à attirer l’attention de le patient.

Symptômes du cancer de l’estomac

Les experts classent le cancer de l’estomac parmi les types de cancer les plus courants. Cependant, comme dans les cas précédents, il est assez difficile d’identifier sa présence. Le tableau clinique est lissé, la pathologie est facile à confondre avec le malaise habituel. Les premiers symptômes du cancer de l’estomac ne révèlent la pathologie qu’aux stades ultérieurs.

Les premiers signes de la maladie :

  • La faiblesse;
  • Diminution des performances ;
  • Apathie;
  • léthargie;
  • Prostration;
  • léger inconfort;
  • Brûlures d’estomac;
  • Attaques de nausées et de vomissements ;
  • éructations avec de l’air ;
  • Mal de tête;
  • Lourdeur dans l’abdomen.
  • Perte de poids soudaine et déraisonnable;
  • Anorexie;
  • Ballonnement
  • Saignement;
  • nodule;
  • Goitre;
  • Nausée et vomissements;
  • Sensation de satiété rapide;
  • Jaunisse;
  • Anémie.

Symptômes du cancer du pancréas

Pendant longtemps, la maladie est asymptomatique. Souvent, les premières plaintes apparaissent déjà aux stades ultérieurs, lorsque la tumeur comprime les organes voisins, entraîne un blocage de la lumière des conduits, une intoxication du corps par des produits de décomposition.

Les premiers symptômes du cancer du pancréas :

  • Lourdeur et inconfort dans le haut de l’abdomen;
  • La soif;
  • Apathie;
  • Fatiguabilité rapide;
  • Perte d’appétit;
  • Augmentation du taux de sucre dans le sang ;
  • Selles molles fréquentes.

Symptômes du cancer du sein

Les glandes mammaires humaines sont constituées de trois types de tissus : conjonctif, adipeux et glandulaire. Le cancer du sein est aussi appelé une tumeur maligne qui se développe dans le tissu glandulaire. Il existe un mythe selon lequel cette maladie n’affecte que la partie féminine de la population, mais ce n’est pas le cas, il y a des hommes avec un tel diagnostic. Cependant, ce type de cancer est 100 fois plus fréquent chez les femmes. Les mutations qui conduisent au développement de l’oncologie sont héréditaires et acquises.

Comme beaucoup d’autres tumeurs malignes, le cancer du sein se développe sans symptômes. Souvent, la maladie est détectée par les patients eux-mêmes ou est détectée par hasard lors d’études préventives. Les experts distinguent un certain nombre de symptômes du cancer du sein:

  • L’apparition d’une formation palpable, écoulement du mamelon;
  • La présence d’asymétrie due à des changements dans la taille de la glande affectée;
  • Rétrécissement de la poitrine;
  • Aplatissement de la peau sur la tumeur ;
  • L’apparition de “zeste de citron”;
  • Symptôme de Forg – du côté de la lésion, le mamelon est plus haut que sur une glande mammaire saine;
  • Symptôme de Krause – le mamelon est épaissi, les plis de l’aréole sont sensiblement prononcés;
  • Rougeur;
  • Écoulement sanglant ou purulent;
  • Œdème.

Signes et symptômes du cancer du foie

En Russie, le nombre annuel de nouveaux cas diagnostiqués est passé de 3 500 à 5 000 au cours des 10 dernières années.Les hommes tombent malades 3 fois plus souvent que les femmes.

Le cancer du foie est une tumeur maligne qui se développe à partir des cellules hépatiques à la suite de leur transformation. La maladie se développe dans le contexte d’une inflammation prolongée de l’organe, généralement chez les patients atteints de cirrhose. Les experts divisent la maladie en cancer primaire et secondaire. Ils ont les mêmes caractéristiques. Les symptômes de la maladie ne sont pas spécifiques et peuvent survenir avec d’autres maladies, par exemple l’hépatite, la cirrhose, le cancer des voies biliaires

Premiers signes de cancer du foie :

  • Constipation et diarrhée;
  • Diminution de l’appétit;
  • Malaise et fatigue constants;
  • Perte de poids;
  • Se sentir mal à l’aise en raison de ballonnements;
  • Nausées, parfois vomissements ;
  • Des frissons;
  • Hausse de température.

Symptômes du cancer du foie :

  • Les troubles gastro-intestinaux se manifestent par une modification des selles – diarrhée, constipation ou flatulence ;
  • Douleur abdominale due à la croissance tumorale ;
  • Forte concentration de liquide dans l’abdomen;
  • Perte de poids soudaine;
  • Jaunisse.

symptômes du cancer de la gorge

La maladie se caractérise par l’apparition d’un néoplasme épithélial malin qui affecte différentes parties du larynx.

Parmi les causes les plus courantes de cancer de la gorge et les facteurs négatifs qui provoquent la maladie, on peut identifier les suivants :

  • Tabagisme à long terme;
  • Consommation fréquente de boissons alcoolisées ;
  • Modifications importantes des tissus, présence de formations bénignes – kystes, fibromes, inflammation non traitée dans le corps;
  • Inhalation constante de gaz nocifs, d’acides, d’alcalis, d’essence et de gaz d’échappement, ainsi que d’air poussiéreux pénétrant dans les poumons.

Au cours des premiers mois, les patients éprouvent :

  • mal de gorge;
  • sécheresse;
  • sensation de présence d’un corps étranger.

Plus tard, les symptômes suivants se rejoignent :

  • trouble de la déglutition;
  • fatigue;
  • voix sourde;
  • douleur en avalant;
  • douleur matinale en avalant, et plus tard – constante.

Il convient de noter que de tels symptômes peuvent également indiquer la présence d’une laryngite et d’une pharyngite. Le tableau clinique avec la défaite de cette zone est le suivant:

Symptômes du cancer du poumon

Le cancer du poumon est une tumeur maligne dont la source est les cellules de l’épithélium bronchique et alvéolaire. Cette maladie dangereuse se caractérise par une croissance incontrôlée de cellules dans les tissus pulmonaires, une tendance à métastaser. S’il n’est pas traité, le processus de développement tumoral peut se propager au-delà des poumons vers des organes proches ou distants.

La grande majorité des cancers du poumon sont causés par le tabagisme à long terme. Moins probable, la maladie se manifeste chez des personnes qui n’ont pas cette mauvaise habitude. Dans ce cas, une combinaison de facteurs génétiques et d’exposition au radon, à l’amiante, à la fumée secondaire ou à d’autres formes de pollution de l’air peut être à blâmer.

Les experts identifient les symptômes suivants de la maladie:

  • Forte toux fréquente ;
  • Toux avec du sang;
  • Douleur thoracique;
  • Grande expérience en tant que fumeur;
  • Changement de voix – enrouement ;
  • respiration sifflante;
  • Perte de poids soudaine.

Toute tumeur cancéreuse, en plus des symptômes locaux, provoque une intoxication du corps, avec la localisation du foyer dans les poumons, ces manifestations sont particulièrement prononcées.

Symptômes du cancer du col de l’utérus

L’un des types de cancer les plus courants chez les femmes. Ce type de tumeur maligne survient principalement à l’âge de 35-55 ans. Moins fréquent à un plus jeune âge.

Aux premiers stades, la tumeur ne se fait pas sentir. Les médecins identifient les principaux symptômes suivants du cancer de l’utérus :

  • Saignements vaginaux abondants qui surviennent après une visite chez le gynécologue, des rapports sexuels, pendant la ménopause, dans les intervalles entre les menstruations ;
  • Écoulement sanglant ou purulent avec une odeur forte et désagréable;
  • Douleur spasmodique prolongée dans le bas-ventre et la région utérine, irradiant vers le bas du dos ;
  • Douleur pelvienne pendant les rapports sexuels et sécheresse excessive du vagin;
  • Perte de poids soudaine en quelques semaines;
  • La présence de sang dans l’urine et une forte augmentation de la miction;
  • gonflement des extrémités;
  • transpiration élevée déraisonnable ;
  • Augmentation de la température sans symptômes de rhume (37,5 et 37,8℃).

Symptômes du cancer de la peau

Le cancer de la peau est une tumeur maligne qui constitue une grave menace pour la santé. Chaque année, le nombre de patients atteints de ce diagnostic augmente régulièrement. Le principal symptôme de cette tumeur maligne est l’apparition d’un néoplasme sous la forme d’une petite masse, colorée en brun foncé, rouge ou même noir, bien que la couleur de la tumeur puisse ne pas différer beaucoup de la couleur d’une peau saine.

Les médecins identifient les principaux symptômes suivants :

  • Saignement et ulcération;
  • Changement de couleur de peau;
  • Douleur dans le domaine de l’éducation, qui peut augmenter avec la pression ;
  • Brûlure et démangeaisons;
  • Douleur et hypertrophie des ganglions lymphatiques à côté de la tumeur ;
  • Épaississement de la zone cutanée.

Symptômes du cancer de l’ovaire

Il s’agit d’une tumeur maligne qui survient en raison de la croissance incontrôlée de cellules dans le tissu des ovaires. Au début, la maladie est asymptomatique et ne se fait sentir qu’aux stades ultérieurs.

Les experts identifient les principaux symptômes suivants :

  • Syndrome douloureux causé par la torsion de la tige tumorale ;
  • La faiblesse;
  • Ballonnement
  • Malaise;
  • Perte d’appétit;
  • Violation du fonctionnement du tractus gastro-intestinal – flatulences, constipation et nausées ;
  • Développement d’ascite;
  • Le développement de la pleurésie tumorale ;
  • Insuffisance cardiovasculaire et respiratoire
  • précision;
  • Œdème des membres inférieurs ;
  • Thrombose;
  • Métastases dans le foie des poumons et des os.

Symptômes du cancer du cerveau

Cette maladie oncologique peut également être asymptomatique et toucher les tissus et les zones du cerveau. Cette maladie est moins fréquente que les autres maladies tumorales. Il se distingue par son développement rapide et ses métastases.

Les signes de cancer du cerveau sont divisés en cérébral général, c’est-à-dire se manifestant dans tous les types de la maladie sans exception, et focal, dans l’ensemble desquels on peut se faire une idée principale de la localisation du néoplasme.

Les symptômes courants du cancer du cerveau comprennent :

  • étourdissements soudains, nausées et vomissements, évanouissements;
  • sensation de fatigue constante, somnolence;
  • l’apparition de problèmes de perception visuelle – flou de l’image et hallucinations;
  • l’apparition de maux de tête persistants, aggravés par des mouvements brusques de la tête et non soulagés par les médicaments;
  • violation de l’orientation dans l’espace et de la coordination.

Symptômes du cancer du rein

La maladie peut être représentée par une seule tumeur du rein. Dans certains cas, il existe des lésions simultanées des deux reins, ou 2 tumeurs ou plus dans un organe. Les cellules cancéreuses provoquent la destruction de tissus rénaux sains, grâce à quoi elles se développent à l’avenir. Les toxines libérées lors de la croissance tumorale entraînent un empoisonnement du corps, qui peut être mortel.

Un certain nombre des principaux symptômes du cancer du rein :

  • Hypertension artérielle;
  • Violation du métabolisme des protéines ;
  • Émaciation ou perte de poids ;
  • hyperthermie ;
  • fièvre;
  • Changements dans le sang – augmentation du taux de sédimentation des érythrocytes, anémie, hypercalcémie, polycythémie ;
  • dysfonctionnements hépatiques.

Où est traité le cancer à Krasnoïarsk ?

Pour l’aide d’un oncologue qualifié à Krasnoïarsk, contactez la clinique Mediunion. Ici, vous pouvez obtenir des conseils de divers médecins hautement spécialisés, passer des tests de laboratoire et suivre un traitement. Et tout en un seul endroit!

Prenez soin de votre santé et inscrivez-vous à la clinique Mediunion au +7 (391) 202-95-54.

Pharyngite

Remplissez une candidature sur le site, nous vous contacterons dans les plus brefs délais et répondrons à toutes vos questions.

La pharyngite est un processus inflammatoire qui se forme sur la paroi arrière du larynx et affecte la membrane muqueuse, ainsi que les couches plus profondes, les tissus du palais mou et les ganglions lymphatiques. La forme aiguë de la pharyngite peut évoluer vers une forme chronique si le patient ne demande pas l’aide d’un médecin et se soigne lui-même.

Étant donné que le processus pathologique dans le larynx est causé par la propagation de bactéries pathogènes, le risque de développer une pharyngite augmente chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli et chez celles qui souffrent de maladies ORL ou y ont une prédisposition.

Qu’est-ce qu’une pharyngite dangereuse et comment se manifeste-t-elle? Quel médecin contacter et comment traiter la maladie? Nous répondrons à ces questions et à d’autres dans cet article.

Raisons du développement de la pharyngite

Les experts estiment que le pic de développement de la pathologie se produit à la fin de l’hiver et au début du printemps, car à cette époque, le système immunitaire humain est particulièrement sensible au rhume. Souvent au printemps, un manque de vitamines et de micro-éléments dans le corps humain entraîne l’apparition de béribéri, le corps s’affaiblit et crée un excellent environnement pour le développement de bactéries pathogènes. Des processus inflammatoires sont également possibles: à la fois séparément et dans le contexte de la maladie sous-jacente.

Les premiers signes de pharyngite et son traitement ultérieur peuvent différer selon le stade de la pathologie, le sexe, l’âge et l’état de santé général du patient.

Les principales raisons du développement de la pharyngolaryngite incluent:

  • hypothermie du corps, manger des aliments trop froids;
  • déformation du septum nasal;
  • les souches de micro-organismes qui provoquent le développement de la chlamydia, la candidose, la coqueluche, la scarlatine, la rougeole ;
  • adénovirus, virus de la grippe;
  • streptocoques, staphylocoques, pneumocoques;
  • sinusite, amygdalite, carie, rhinite;
  • respiration nasale difficile;
  • pathologies du tractus gastro-intestinal : reflux, brûlures d’estomac, hernie ;
  • abus de mauvaises habitudes;
  • charges élevées régulières sur les cordes vocales;
  • air pollué et toxique;
  • troubles hormonaux et pathologies endocriniennes (diabète sucré, obésité, hypothyroïdie, etc.);
  • amygdalectomie, qui a été pratiquée plus tôt sur le patient;
  • maladies infectieuses sous forme chronique;
  • immunité affaiblie.

Le symptôme est la pharyngite

Les premiers signes de la maladie peuvent différer selon le type de pharyngite. Ils sont à la fois locaux et généraux. Mais il existe des signes communs caractéristiques de tout type de pharyngite : mal de gorge, mauvaise haleine, oreilles bouchées et difficulté à avaler. Avec un processus inflammatoire actif, une augmentation de la température corporelle supérieure à 38 ° peut être observée – c’est ainsi que le corps combat une infection étrangère. Signes généraux : transpiration, manque d’appétit, faiblesse, vertiges, fatigue, fièvre, frissons. Certains se plaignent de douleurs et d’acouphènes, d’inconfort lorsqu’ils sont exposés à des sons forts.

  • Au cours de la pharyngite catarrhale aiguë, un gonflement et une rougeur des muqueuses du larynx apparaissent. De plus, des follicules rouges peuvent se former à l’arrière du pharynx et du mucus clair et légèrement trouble peut s’accumuler. Il y a un gonflement et une rougeur de la langue.
  • Avec une forme purulente de pharyngite aiguë, des ulcères avec accumulation de masses purulentes apparaissent à la surface de la paroi postérieure du pharynx.

Pharyngite aiguë

La pharyngite aiguë peut survenir indépendamment, ainsi que s’accompagner d’une inflammation aiguë recouvrant les voies respiratoires supérieures: rhinite ou inflammation des muqueuses du nasopharynx.

Selon la cause du développement, la pharyngite aiguë est:

  • Viral – le plus souvent causé par un rhinovirus ;
  • Bactérienne – causée par des streptocoques, des staphylocoques et des pneumocoques ;
  • Fongique – la source du processus inflammatoire – Candida;
  • Traumatique – causé par des dommages au pharynx et au larynx: la gorge a été égratignée par un os pointu ou brûlée avec de l’eau bouillante, une forte charge sur les ligaments;
  • Allergique – se produit lors de l’inhalation d’allergènes ou d’irritants, tels que le tabac, les gaz d’échappement ou l’air poussiéreux.

Pharyngite chronique

Selon la profondeur des lésions de la membrane muqueuse du pharynx, la pharyngite chronique se distingue par: les formes catarrhales, hypertrophiques et atrophiques.

  1. Pharyngite catarrhale chronique – il y a un léger gonflement des couches de tissus de la muqueuse pharyngée. Certaines zones sont parfois couvertes de mucus clair ou légèrement trouble. Il se développe à la suite d’un contenu gastrique acide pénétrant dans le pharynx, par exemple dans le cas d’une hernie du diaphragme œsophagien. Par conséquent, la pharyngite chronique catarrhale est une conséquence du développement de maladies du tractus gastro-intestinal.
  2. La pharyngite hypertrophique chronique est une sévérité importante du gonflement de la muqueuse. De plus, il y a un épaississement de la langue et un gonflement du palais mou.
  3. La pharyngite atrophique chronique se caractérise par un certain amincissement du tégument du pharynx. Ils sont généralement rosâtre pâle, parfois brillamment vernis. Certaines de leurs zones sont couvertes de croûtes, de mucus visqueux avec du pus.

Tout type de pharyngite chronique se développe en raison du fait que la forme aiguë de la maladie n’a pas été guérie à temps et s’est développée en une forme plus grave. Et aussi la pharyngite chronique apparaît à la suite d’une rhinite, d’une sinusite, d’une courbure de la cloison nasale, de polypes dans le nez – c’est-à-dire lorsque la respiration nasale est difficile pendant une longue période. De plus, l’utilisation prolongée de gouttes vasoconstrictrices entraîne également une pharyngite chronique.

Comment la pharyngite se manifeste-t-elle et évolue-t-elle chez les enfants?

Les enfants endurent la pharyngite plus durement que les adultes. Cela est particulièrement vrai pour les bébés de moins d’un an. Le gonflement de la muqueuse peut provoquer des signes d’étouffement, la douleur qui accompagne la maladie réduit l’appétit de l’enfant. Souvent, la température corporelle du bébé peut atteindre 40 °. Le plus difficile dans cette situation est qu’un petit enfant ne peut pas dire qu’il souffre.

Un traitement inapproprié peut entraîner des conséquences irréparables pour un petit organisme fragile. Par conséquent, au premier signe de pharyngite, consultez immédiatement un médecin.

Angine et pharyngite : quelle est la différence ?

L’état général du patient atteint d’une forme aiguë d’amygdalite ou d’amygdalite peut être confondu avec des symptômes de pharyngite. Si la maladie est mal diagnostiquée, le traitement de la pharyngite chez l’adulte n’aura aucun effet. Et la forme aiguë de la pathologie peut évoluer vers une forme chronique.

Malheureusement, de nombreux patients se soignent eux-mêmes et commencent à consommer des médicaments sans prescription médicale spéciale. C’est fortement contre-indiqué ! Il est préférable de prendre soin de votre santé à temps et de demander l’aide d’un oto-rhino-laryngologiste expérimenté.

Il est important de se rappeler que pendant la pharyngite, le larynx devient enflammé et, avec l’amygdalite, les amygdales. Lors d’un mal de gorge, il est toujours douloureux d’avaler, la douleur s’intensifie encore plus en mangeant. Avec la pharyngite, l’inverse se produit – en mangeant des aliments chauds ou des boissons chaudes, la douleur dans la gorge diminue.

Lors du développement d’un mal de gorge, il n’y a pas de toux ni de transpiration, seulement un mal de gorge et parfois la formation d’une pellicule blanche. Avec la pharyngite, il y a de la transpiration, ainsi que du bruit, de la douleur ou de la congestion dans les oreilles. La difficulté de faire la distinction entre ces deux maladies est encore compliquée par le fait qu’un patient peut développer les deux pathologies en même temps, puisqu’elles sont causées par un seul agent pathogène.

Diagnostic de pharyngite

La détection de tous les types de pharyngite commence par un examen visuel du larynx à l’aide d’un appareil spécial et d’une anamnèse. De plus, à des fins d’étude, un écouvillon est prélevé dans le pharynx – pour la diphtérie.

Autres types de diagnostics :

  • Étude culturale – semis des matériaux prélevés sur un milieu nutritif.
  • Diagnostic express – identification de l’antigène streptococcique dans les prélèvements de gorge.
  • Diagnostic immunosérologique – la méthode est utilisée en cas d’infection streptococcique.
  • Formule sanguine complète – exclusion des maladies du sang, mononucléose infectieuse ;
  • Analyse d’urine – vous permet d’exclure une maladie rénale (glomérulonéphrite).

En fonction des symptômes de la maladie, ainsi que de l’état du larynx, de la présence ou de l’absence de toux, de fièvre, de plaque sur les amygdales et de douleurs et de la taille accrue des ganglions lymphatiques, des consultations supplémentaires d’autres spécialistes étroits peuvent être nécessaires: endocrinologue, cardiologue, allergologue.

Méthodes de traitement de la pharyngite

Le traitement doit avoir lieu dans un complexe. Le patient se voit prescrire des médicaments qui soulageront la douleur et élimineront l’inflammation. Il est également important de suivre un régime alimentaire spécial et d’exclure du régime les aliments qui irritent la muqueuse de la gorge et apportent encore plus d’inconfort : produits alcoolisés, aliments épicés et salés, aliments acides, boissons gazeuses.

Thérapie médicale

En fonction du tableau clinique et de l’état général du patient, le médecin peut prescrire des médicaments antihistaminiques, antitussifs et antiviraux. Les pastilles/pastilles sont utilisées pour soulager la douleur.

Dans certains cas, des antibiotiques sont utilisés. Ils ne peuvent être pris que sur avis d’un médecin.

Impact local

De plus, le rinçage avec des solutions spéciales a un bon effet sur le processus inflammatoire et la rougeur du larynx. Ils agissent en douceur, soulagent la douleur et améliorent l’état général du patient.

Pour diagnostiquer et identifier la maladie, vous devez consulter un oto-rhino-laryngologiste. Dans la polyclinique de la ville, vous pouvez contacter votre médecin généraliste, qui rédigera une référence à l’ENT. Cependant, cela prend du temps. Souvent, vous devez attendre 2 semaines pour le rendez-vous de votre médecin. Dans certains cas, cela n’est tout simplement pas possible, car il est nécessaire de procéder rapidement à un examen et de prescrire un traitement jusqu’à ce que la situation devienne critique.

Par conséquent, nous vous recommandons de contacter la clinique médicale Mediunion. Nous avons des oto-rhino-laryngologistes en exercice qui n’ont pas à attendre plusieurs semaines pour des rendez-vous. Inscrivez-vous aujourd’hui à un moment qui vous convient et passez déjà l’examen demain.

Les patients nous choisissent parce que nous fournissons un service de visite à domicile pour un spécialiste étroit au cas où vous ne pourriez pas venir à la clinique par vous-même. Vous pouvez également passer des tests directement à la maison.

Le coût d’une première consultation avec un oto-rhino-laryngologiste à Krasnoïarsk à la clinique Medunion commence à partir de 1300 roubles. Vous pouvez vous inscrire sur le site ou par téléphone 201-03-03.

Pharyngite

La pharyngite est une inflammation de la membrane muqueuse de la paroi arrière du pharynx (inflammation du pharynx). Le pharynx est la partie supérieure de la gorge. Le pharynx est composé de trois parties :

  • nasopharynx – commence à l’arrière de la cavité nasale. Lors de l’examen de la gorge, elle n’est pas visible, car elle est cachée par le palais mou;
  • l’oropharynx n’est que la partie du pharynx que nous observons lors de l’examen de la gorge ;
  • hypopharynx – la partie inférieure du pharynx.

En général, le pharynx appartient à deux systèmes du corps à la fois. Il fait partie à la fois des voies respiratoires et alimentaires. Cette caractéristique joue un rôle important dans le développement et les manifestations de la pharyngite.

Laissez votre téléphone
et nous vous rappellerons

Causes de la pharyngite

Normalement, une personne respire par le nez. Le nez humain est conçu de manière à préparer l’air inhalé pour son mouvement ultérieur à l’intérieur du corps. Les voies nasales ont un volume suffisant pour que l’air inhalé s’écoule plus loin avec un certain retard; cela lui permet d’être réchauffé et humidifié – en raison de l’interaction avec la membrane muqueuse de la cavité nasale. Dans le nez, l’air est également débarrassé de la poussière, dont les particules s’attardent sur la muqueuse et les cils qui y poussent.

La respiration par la bouche est une option de secours intégrée à notre corps au cas où la respiration par le nez ne serait pas possible. Dans le même temps, de l’air non préparé pénètre dans la gorge, préservant les propriétés de l’environnement extérieur. Il peut être froid, sec, contenir de la poussière, des agents infectieux, etc.

Par conséquent, le principal facteur contribuant au développement de la pharyngite est une violation de la respiration nasale . Si une personne a le nez bouché (et cela peut arriver pour de nombreuses raisons – par exemple, en raison de la croissance d’adénoïdes, de polypes dans le nez, d’un nez qui coule), elle est alors obligée de respirer par la bouche. Dans ce cas, la membrane muqueuse de l’oropharynx, exposée à une exposition directe à l’air atmosphérique, se dessèche rapidement, se surrefroidit facilement et peut être infectée par des micro-organismes pathogènes toujours présents dans l’air.

Assez souvent, la pharyngite survient dans le contexte d’un nez qui coule causé par une infection virale (ARVI). Cela se produit parce que le mucus qui coule dans le nasopharynx lors d’un nez qui coule contient un virus – l’agent causal de la maladie, et contribue à l’expansion du foyer de l’inflammation.

Mais la respiration buccale seule ne suffit pas à provoquer une pharyngite. Tout dépend de l’état général du corps. Si le corps est affaibli à la suite de maladies passées, de surmenage, d’un manque de vitamines, d’une mauvaise alimentation, il devient plus vulnérable aux infections.

Les autres facteurs contribuant au développement de la pharyngite sont le tabagisme et l’abus d’alcool, le béribéri, le diabète sucré, les conditions environnementales défavorables (exposition prolongée à la poussière, à l’air chaud et sec, à la fumée, aux émanations chimiques, etc.).

La pharyngite d’origine virale la plus courante, plus rarement – pharyngite bactérienne, fongique, allergique et traumatique.

Forme pharyngite

Il existe des pharyngites aiguës et chroniques.

La pharyngite aiguë se caractérise par les symptômes suivants :

  • sécheresse et mal de gorge;
  • douleur lors de la déglutition, en particulier lors de la déglutition de la salive (la soi-disant “gorgée vide”);
  • parfois il y a une élévation de la température à 37,5-38 ° C et une faiblesse générale.

La pharyngite chronique survient généralement à température normale. Assez souvent, il y a une toux sèche, il y a un désir constant de tousser, “d’éclaircir” la gorge. Le patient doit avaler du mucus tout le temps, ce qui provoque des douleurs. En conséquence, l’irritabilité augmente, l’attention et l’efficacité diminuent et le sommeil est perturbé.

L’évolution de la pharyngite et ses complications possibles

La pharyngite aiguë n’est généralement pas dangereuse. Cependant, son traitement doit être approprié et opportun. Si la pharyngite n’est pas traitée ou mal traitée, elle peut apporter des surprises.

Premièrement, il peut prendre une forme chronique, dans laquelle la membrane muqueuse s’amincit, et le mal de gorge et la toux disparaissent parfois, puis réapparaissent. Deuxièmement, le processus inflammatoire peut, comme on dit, «descendre», c’est-à-dire aller au larynx (dans la laryngite) et à la trachée (trachéite). Il est possible de former des abcès (accumulations de pus) autour des amygdales, sous le fond de la gorge, dans le tissu adipeux. Et surtout, une personne qui décide qu’elle a une pharyngite peut facilement faire une erreur et manquer le stade initial d’une maladie plus grave, par exemple une amygdalite.

Par conséquent, il est très important de consulter un médecin en temps opportun pour établir un diagnostic précis et prescrire un traitement. L’angine de poitrine est causée par des bactéries et des antibiotiques peuvent être prescrits pour la traiter. La pharyngite, en revanche, a généralement une nature virale et les antibiotiques pour la pharyngite ne seront que nocifs – ils détruiront la microflore bénéfique et n’arrêteront pas le développement de la maladie. D’autre part, il existe des pharyngites causées, comme l’amygdalite, par une infection streptococcique. Les complications qu’ils peuvent entraîner sont tout aussi dangereuses. Ce sont des réactions auto-immunes, notamment des rhumatismes des articulations et des valves cardiaques, ainsi que des lésions rénales (glomérulonéphrite).

Le symptôme est la pharyngite

La pharyngite se manifeste généralement par les symptômes suivants :

La sensation de boule dans la gorge est un symptôme assez caractéristique de la pharyngite. D’abord, la gorge s’assèche, puis il y a une sensation d’inconfort, comme si quelque chose vous empêchait de prendre une gorgée.

Le développement de la maladie conduit au fait que la sensation d’inconfort dans la gorge se transforme en douleur. À l’examen, on peut voir que la gorge est rougie. La gorge muqueuse peut être recouverte d’un film ou d’un écoulement purulent. La langue peut être enduite (recouverte d’un enduit blanc).

La toux avec pharyngite commence généralement par un mal de gorge. J’ai envie de tousser tout le temps. Le développement de la maladie entraîne une toux persistante et de longue durée. La toux avec pharyngite peut être différente – sèche, gorge, bronchique. Très souvent, la toux s’aggrave la nuit.La forme la plus courante de toux dans la pharyngite est une toux sèche.

Une augmentation de la température est typique de la pharyngite aiguë et peut ne pas être observée dans la forme chronique de la maladie. Dans la pharyngite aiguë, la température peut monter jusqu’à 38°C.

Méthodes de diagnostic de la pharyngite

Avec des plaintes correspondant aux symptômes de la pharyngite, vous pouvez contacter un médecin généraliste (médecin de famille ou thérapeute) ou un spécialiste spécialisé – un oto-rhino-laryngologiste (ORL).

L’accueil pédiatrique est assuré par des pédiatres diplômés et des médecins ORL pédiatriques.

Les méthodes suivantes sont utilisées pour diagnostiquer la pharyngite:

La pharyngoscopie est un examen visuel de la membrane muqueuse de la gorge. Avec la pharyngite, une oropharyngoscopie est effectuée – un examen de la partie orale de la gorge. À l’aide de la pharyngoscopie, le médecin détecte le fait d’une inflammation – rougeur de la gorge et des arcs palatins; des granules lymphoïdes enflammés individuels sont visibles. Il est important que le médecin s’assure que malgré le processus inflammatoire dans la gorge, les amygdales palatines ne présentent pas de signes d’inflammation caractéristiques de l’angine de poitrine, c’est-à-dire que c’est une pharyngite qui se produit.

Un frottis est nécessaire pour déterminer quelle infection a causé l’inflammation – virale ou bactérienne. Sur la base de l’interrogatoire et de la pharyngoscopie du patient, cela ne peut pas être fait.

Pour diagnostiquer avec précision la maladie, prenez rendez-vous avec les spécialistes du réseau Médecin de famille.

Méthodes de traitement de la pharyngite

Le traitement de la pharyngite est généralement effectué à domicile, mais si les symptômes de la pharyngite ne peuvent pas être traités rapidement par vous-même, vous devriez consulter un médecin. N’amenez pas le cas à une forme chronique de pharyngite.

Le choix du traitement de la pharyngite dépend de la cause de la maladie. Avec la nature infectieuse de la pharyngite, la suppression de l’activité des micro-organismes pathogènes devient la base du traitement.

Il est également important d’éliminer les facteurs qui ont contribué au développement de la pharyngite (tout d’abord, exclure le tabagisme pendant la durée du traitement). Assurez-vous de prendre des mesures pour renforcer le système immunitaire.

Dans la pharyngite chronique, il est important de s’assurer que la guérison a bien eu lieu. Par conséquent, à la fin du traitement, un deuxième test peut vous être attribué. Si cela n’est pas fait, il est probable que l’activité de l’agent infectieux soit simplement supprimée par les médicaments pris, et après la fin du traitement, la maladie reviendra.

Des antibiotiques peuvent être utilisés pour traiter la pharyngite. Les antibiotiques pour la pharyngite ne sont efficaces que dans le cas d’une infection bactérienne, l’utilisation d’antibiotiques doit donc être précédée d’une analyse bactériologique.

Comme méthode auxiliaire supplémentaire de traitement de la pharyngite, la physiothérapie peut être utilisée. À cette fin, l’électrophorèse avec utilisation d’antiseptiques, UHF et darsonvalization peut être utilisée.

Afin de prévenir la pharyngite, les médecins du “Médecin de famille” conseillent :

  • assurez-vous que la respiration est principalement nasale. Lors de l’identification des végétations adénoïdes, des polypes dans le nez, une cloison nasale déviée, il est souhaitable d’éliminer la cause de la respiration buccale;
  • renforcer le système immunitaire, durcir le corps;
  • humidifier l’air intérieur. L’humidité normale est de 50 à 60 % ;
  • changez de brosse à dents plus souvent. La brosse à dents peut accumuler des micro-organismes nocifs ;
  • avec l’apparition d’un nez qui coule ou d’autres signes d’infections respiratoires aiguës, commencez immédiatement le traitement.

Ne vous soignez pas vous-même. Contactez nos spécialistes qui diagnostiqueront correctement et prescriront un traitement.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.