rêver

L’herpès génital

L’herpès génital est une lésion virale de la muqueuse génitale, caractérisée par l’apparition d’un groupe de vésicules, puis d’érosions et d’ulcères. Elle s’accompagne d’une sensation de brûlure locale, d’un gonflement, d’une hyperémie, d’une augmentation des ganglions lymphatiques inguinaux et de phénomènes d’intoxication. Il est sujet aux rechutes et peut par la suite entraîner de graves complications: diminution de l’immunité locale et générale, développement d’infections bactériennes des organes génitaux, lésions du système nerveux, développement d’un cancer du col de l’utérus et de la prostate. Il est particulièrement dangereux chez les femmes enceintes, car il augmente le risque de fausse couche spontanée, de pathologie et même de décès du nouveau-né. Elle appartient au groupe des maladies sexuellement transmissibles (MST).

informations générales

L’herpès génital est une lésion virale de la muqueuse génitale, caractérisée par l’apparition d’un groupe de vésicules, puis d’érosions et d’ulcères. Elle s’accompagne d’une sensation de brûlure locale, d’un gonflement, d’une hyperémie, d’une augmentation des ganglions lymphatiques inguinaux et de phénomènes d’intoxication. Il est sujet aux rechutes et peut par la suite entraîner de graves complications: diminution de l’immunité locale et générale, développement d’infections bactériennes des organes génitaux, lésions du système nerveux, développement d’un cancer du col de l’utérus et de la prostate. Il est particulièrement dangereux chez les femmes enceintes, car il augmente le risque de fausse couche spontanée, de pathologie et même de décès du nouveau-né. Elle appartient au groupe des maladies sexuellement transmissibles (MST).

L’agent causal de l’herpès génital est un type de virus de l’herpès simplex (HSV). La prévalence de l’infection par l’herpès parmi la population mondiale est d’environ 90 %.

Il existe plusieurs types de virus de l’herpès qui endommagent la peau, les muqueuses, le système nerveux central et d’autres organes (virus de l’herpès simplex types 1 et 2, cytomégalovirus, virus de la varicelle, virus d’Epstein-Barr, zona, etc.). Les virus de l’herpès simplex de types 1 et 2 provoquent des formes orales et génitales de la maladie, le HSV de type 1 touchant principalement le visage, les lèvres, les ailes du nez et le HSV de type 2 étant le plus souvent à l’origine de l’herpès génital. Le HSV est souvent détecté en collaboration avec l’ureaplasma et le cytomégalovirus.

L’herpès génital a une transmission sexuelle, avec diverses formes de contact sexuel, il pénètre facilement à travers la peau endommagée et l’épithélium de la muqueuse. Après l’infection, le HSV migre vers les ganglions nerveux et y reste à vie. La reproduction du HSV dans les cellules épithéliales de la peau et des muqueuses entraîne leur dégénérescence et leur mort. L’infection se caractérise par une évolution chronique et se manifeste de manière cyclique : des périodes d’activité ou de rechutes (2 à 21 jours), accompagnées de l’apparition d’éruptions sous forme de bulles, alternent avec des périodes de rémission, lorsque les symptômes cliniques disparaissent. Souvent, l’herpès génital est asymptomatique, mais les patients restent une source d’infection.

Causes de l’herpès génital

La primo-infection par le HSV se produit généralement par des gouttelettes en suspension dans l’air pendant l’enfance (dans la population des enfants de 6 à 7 ans, le taux d’incidence est déjà de 50%). Les raisons en sont la forte densité de population, le faible niveau de vie socio-économique et le non-respect des règles d’hygiène.

L’infection secondaire se produit, en règle générale, à la suite d’un contact sexuel. Un pourcentage élevé de l’incidence de l’herpès génital est observé chez les personnes âgées de 20 à 30 ans. Cela est dû au début précoce de l’activité sexuelle, à la promiscuité, aux changements fréquents ou à la présence de plusieurs partenaires, aux rapports sexuels non protégés. La vénéréologie inclut également les causes internes comme facteurs de risque de l’herpès génital :

  • diminution de la défense immunitaire du corps;
  • la présence de MST ;
  • sexe de la personne (on remarque que les femmes souffrent beaucoup plus souvent d’herpès génital que les hommes);
  • interruption chirurgicale de grossesse, utilisation de dispositifs intra-utérins.

Le système immunitaire humain réagit à la pénétration du HSV par la production d’anticorps spécifiques et, avec un niveau normal de réponses immunitaires, aucune manifestation clinique d’infection n’est observée. Sous l’influence d’un certain nombre de facteurs indésirables qui réduisent la réactivité immunitaire de l’organisme, le HSV est activé, ce qui se manifeste par des éruptions cutanées et des muqueuses, des douleurs névralgiques. Les épisodes de récurrence de l’herpès génital surviennent souvent dans un contexte de stress chronique, de manque de vitamines, d’hypothermie, de surchauffe, de changement climatique et de rhume.

Modes de transmission de l’herpès génital

L’infection par l’herpès génital se produit le plus souvent par les muqueuses des organes génitaux, du rectum, de l’urètre ou des lésions cutanées lors de contacts génitaux, bucco-génitaux et anaux-génitaux.

Il est également possible de transmettre en HSV :

  • air – goutte à goutte;
  • verticalement de la mère malade au fœtus (lors de l’accouchement en contact avec le canal génital de la mère, transplacentaire, remontant des organes génitaux externes de la mère à travers le canal cervical dans la cavité utérine);
  • avec auto-infection – auto-inoculation (une personne malade transfère elle-même l’infection des zones infectées du corps aux zones non infectées – du visage aux organes génitaux);
  • manière domestique – rarement (à travers des articles d’hygiène humides).

Habituellement, l’infection par l’herpès génital survient lorsque le partenaire infecté ne connaît même pas la maladie, car il ne présente pas de manifestations cliniques de la maladie (dans le cas de porteurs de virus asymptomatiques).

Formes et manifestations de l’herpès génital

Selon l’évolution clinique, on distingue l’herpès génital primaire (le premier épisode de la maladie) et récurrent (tous les épisodes ultérieurs de la maladie).

L’herpès génital récurrent peut survenir dans des formes cliniques typiques atypiques et chez des porteurs de virus asymptomatiques.

Herpès génital primaire

Les premiers symptômes de l’herpès génital primaire comprennent un gonflement, une rougeur, une douleur, une sensation de brûlure dans la zone de la porte d’entrée de l’infection. Les manifestations locales de l’herpès génital s’accompagnent souvent de fièvre, de malaise, de maux de tête et de douleurs musculaires. Après quelques jours, des éruptions herpétiques apparaissent – de petites bulles au contenu transparent. La rupture des bulles s’accompagne de la formation d’éléments érosifs-ulcéreux douloureux. Avec la localisation des ulcères sur les organes génitaux, une miction douloureuse est notée. L’éruption guérit en deux semaines.

L’herpès génital chez la femme affecte généralement la vulve, le périnée et l’anus, l’urètre, l’intérieur des cuisses. Chez l’homme, les éruptions cutanées avec herpès génital sont le plus souvent localisées sur la tête du pénis et du prépuce, moins souvent dans l’urètre, parfois accompagnées du développement d’une urétrite herpétique ou d’une prostatite.

Herpès génital récurrent

Le développement de récidives d’herpès génital survient chez 50 à 70% des patients qui ont eu une primo-infection. Selon la fréquence des épisodes répétés, il existe plusieurs formes d’herpès génital récurrent :

  • forme bénigne (exacerbations pas plus de 3 fois par an)
  • forme modérée (exacerbations de 4 à 6 fois par an)
  • forme sévère (exacerbations mensuelles)

L’évolution de l’herpès génital récurrent peut être arythmique, monotone et s’atténuer.

L’évolution arythmique de l’herpès génital se caractérise par des rémissions alternées de 2 semaines à 5 mois. Parallèlement, plus les périodes de rémission sont longues, plus les poussées d’herpès génital sont intenses et longues, et inversement.

Avec l’évolution monotone de l’herpès génital, des épisodes fréquents de la maladie sont notés après des périodes de rémission peu changeantes. Ce type comprend l’herpès menstruel, qui a une évolution persistante et est difficile à traiter.

Une évolution plus favorable consiste à réduire l’herpès génital. Elle se caractérise par une diminution de l’intensité des rechutes et une augmentation des périodes de rémissions.

Le développement des rechutes d’herpès génital se produit sous l’influence de divers facteurs : hypothermie, rapports sexuels, situations de stress, surmenage, survenue d’autres pathologies (grippe, SRAS).

Symptomatiquement, les rechutes d’herpès génital sont plus bénignes que la maladie primaire, cependant, leurs conséquences peuvent être beaucoup plus graves.

Les éruptions cutanées de l’herpès génital s’accompagnent d’une douleur extrême, ce qui rend difficile pour le patient de se déplacer, d’aller aux toilettes et de perturber son sommeil. L’état psychologique d’une personne change souvent: irritabilité, peur de nouvelles éruptions cutanées, peur pour la santé des proches, pensées suicidaires, etc. apparaissent.

Formes atypiques d’herpès génital

Les formes atypiques d’herpès ingénieux disparaissent, sous la forme d’une inflammation chronique des organes génitaux externes et internes (vulvovaginite, colpite, endocervicite, urétrite, cystite, prostatite, etc.). Le diagnostic d’herpès génital repose sur la confirmation en laboratoire de la présence d’une infection herpétique. Les formes atypiques de l’évolution de l’herpès génital représentent plus de la moitié des cas cliniques – 65%.

La forme atypique de l’herpès génital se caractérise par un léger gonflement, des zones d’érythème, de petites vésicules ponctuées, des brûlures et des démangeaisons persistantes, une leucorrhée abondante, ne pouvant pas être traitée. Avec un long cours d’herpès génital, il y a une augmentation et une douleur des ganglions lymphatiques inguinaux.

Selon la localisation des éruptions herpétiques, on distingue 3 stades :

  • Stade I – l’herpès génital affecte les organes génitaux externes;
  • Stade II – l’herpès génital affecte le vagin, le col de l’utérus, l’urètre;
  • Stade III – l’herpès génital affecte l’utérus, les appendices, la vessie, la prostate.

Plus l’infection herpétique pénètre haut dans le tractus génito-urinaire, plus le pronostic est grave. Une forme avancée d’herpès génital peut entraîner un état d’immunodéficience et, chez la femme, elle augmente le risque de développer une infertilité et un cancer du col de l’utérus. Le HSV est dangereux pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli (infectées par le VIH) et celles qui ont subi une greffe d’organe.

Herpès génital et grossesse

Pendant la grossesse, l’herpès génital est le plus dangereux dans le cas d’une primo-infection, si aucune manifestation de la maladie n’a été observée auparavant. Il existe une possibilité de malformations si la maladie de la mère est survenue à un stade précoce de la grossesse, lorsque tous les organes et tissus sont pondus chez le fœtus. Le HSV peut être transmis à travers le placenta, affectant principalement le tissu nerveux du fœtus. L’herpès génital augmente le risque de fausse couche spontanée, de naissance prématurée, de malformations fœtales et de décès.

Les femmes enceintes atteintes de formes atypiques d’herpès génital au cours des 6 dernières semaines de grossesse sont examinées deux fois pour le VHS. Si le virus de l’herpès est détecté, une césarienne est systématiquement pratiquée pour exclure une éventuelle infection du fœtus lors du passage dans le canal génital.

La meilleure option consiste à dépister le VHS chez les femmes au stade de la préparation à la grossesse, ainsi que pendant la grossesse à chaque trimestre.

L’herpès génital chez les nouveau-nés

Le plus souvent, l’infection du fœtus survient dans les 4 à 6 premières heures de travail après la rupture des membranes ou lors du passage du fœtus dans le canal de naissance d’une mère infectée. Habituellement, le HSV chez les nouveau-nés affecte les yeux, la muqueuse buccale, la peau et les voies respiratoires. Après la primo-infection du nouveau-né, le HSV se propage dans l’organisme par voie hématogène ou par contact. La probabilité d’infection des nouveau-nés augmente lorsque la mère est infectée par l’herpès génital au cours du dernier trimestre de la grossesse.

Avec une forme localisée d’infection herpétique chez les nouveau-nés, des rougeurs, des vésicules, des hémorragies de la peau et de la muqueuse buccale peuvent apparaître, une méningo-encéphalite, une kératoconjonctivite et une choriorétinite (inflammation des vaisseaux et de la rétine de l’œil), une opacification du cristallin peut se développer. Les enfants infectés par l’herpès génital souffrent souvent de troubles neurologiques persistants.

L’herpès génital peut provoquer le développement d’une infection généralisée chez les nouveau-nés. Les signes d’une infection herpétique généralisée apparaissent 1 à 2 semaines après la naissance d’un enfant. Refus de manger, vomissements, fièvre, ictère, troubles respiratoires, saignements, état de choc s’ajoutent aux symptômes locaux. La mort d’un enfant peut survenir à la suite d’une perte de sang aiguë et d’une insuffisance vasculaire.

Diagnostic de l’herpès génital

Lors du diagnostic de l’herpès génital, le vénéréologue prend en compte les plaintes, les données d’anamnèse et l’examen objectif. Le diagnostic des cas typiques d’herpès génital, en règle générale, n’est pas difficile et repose sur des manifestations cliniques. Les ulcères herpétiques qui existent depuis longtemps doivent être distingués des ulcères syphilitiques.

Les méthodes de laboratoire pour diagnostiquer l’herpès génital comprennent:

  • méthodes de détection du HSV dans le matériel des organes affectés (raclures du vagin et du col de l’utérus, frottis de l’urètre, matériel histologique des trompes de Fallope, etc.). A cette fin, la méthode de culture du HSV en culture tissulaire et l’étude ultérieure de ses propriétés sont utilisées, la méthode de reconnaissance du virus au microscope électronique est utilisée;
  • méthodes de détection d’anticorps anti-HSV dans le sérum sanguin (immunoglobulines M et G). Permet d’identifier l’herpès génital même avec une évolution asymptomatique et de déterminer les anticorps anti-HSV de type 1 ou 2. Ceux-ci incluent ELISA – une méthode de dosage immunoenzymatique.

Traitement de l’herpès génital

Les médicaments actuellement disponibles pour le VHS peuvent réduire la gravité et le moment de l’évolution de l’herpès génital, mais ne sont pas en mesure de se débarrasser complètement de la maladie.

Afin d’éviter le développement d’une résistance du HSV aux médicaments antiviraux classiques destinés, entre autres, au traitement de l’herpès génital (nucléosides acycliques – Valacyclovir, Acyclovir, Famciclovir), il est recommandé de les utiliser tour à tour, ainsi qu’en association avec des préparations d’interféron. L’interféron a un effet antiviral puissant et sa carence est l’une des principales causes de récidive de l’herpès génital.

Un médicament prêt à l’emploi contenant à la fois de l’acyclovir et de l’interféron est la pommade Herpferon. Il contient également de la lidocaïne, qui procure un effet anesthésiant local, extrêmement important pour les manifestations douloureuses de l’herpès génital. L’utilisation de Gerpferon chez les patients atteints d’herpès génital permet la guérison des éruptions cutanées dès le 5ème jour et un soulagement significatif des symptômes locaux.

Prévention de l’herpès génital

Un moyen de prévenir la primo-infection par l’herpès génital consiste à utiliser des préservatifs lors de rapports sexuels occasionnels. Cependant, même dans ce cas, la probabilité d’infection par le HSV par des microfissures et des lésions des muqueuses et de la peau, non couvertes par un préservatif, reste élevée. Il est possible d’utiliser des agents antiseptiques (miramistine, etc.) pour traiter les zones où le virus peut pénétrer.

L’évolution récurrente de l’herpès génital s’accompagne d’une diminution des réactions protectrices du corps: maladies, surchauffe, hypothermie, apparition des menstruations, grossesse, prise de médicaments hormonaux et stress. Par conséquent, pour prévenir la récurrence de l’herpès génital, un mode de vie sain, une bonne nutrition et un bon repos, ainsi que la prise de préparations vitaminées sont importants. Les mesures de prévention de l’herpès génital sont également le respect de l’hygiène intime et de l’hygiène de la vie sexuelle, la détection rapide et le traitement des maladies sexuellement transmissibles.

Un patient infecté par le HSV doit en avertir son partenaire sexuel, même s’il ne présente actuellement aucun symptôme d’herpès génital. Étant donné que l’infection par contact sexuel est possible même en l’absence d’éruptions herpétiques, dans ce cas, l’utilisation d’un préservatif est également nécessaire.

Après un contact sexuel non protégé douteux, vous pouvez recourir à la méthode de prévention d’urgence de l’herpès génital avec un médicament antiviral à action locale dans les 1 à 2 premières heures après l’intimité.

Pour prévenir l’auto-infection, lorsque le virus de l’herpès génital est transmis par des mains sales des lèvres aux organes génitaux, il est nécessaire de respecter les exigences élémentaires d’hygiène : lavage soigneux et fréquent des mains (surtout en présence de fièvre sur les lèvres), l’utilisation de serviettes séparées pour les mains, le visage et le corps, ainsi que pour chaque membre de la famille.

Afin de réduire le risque d’infection par le HSV chez les nouveau-nés, on montre aux femmes enceintes atteintes d’herpès génital un accouchement opératoire (césarienne). Avec un accouchement naturel planifié, les femmes présentant une évolution récurrente de l’herpès génital se voient prescrire un traitement prophylactique consistant à prendre de l’acyclovir.

Après un rapport sexuel non protégé, lors de la planification d’une grossesse, ainsi que lors de relations sexuelles avec un porteur du HSV, il est recommandé de se faire examiner pour l’herpès génital et d’autres MST.

L’herpès génital chez l’homme

L’herpès génital est une maladie virale caractérisée par une transition rapide vers une forme chronique et des rechutes fréquentes. Le degré d’infection est élevé, plus de 90% de la population mondiale est infectée par le virus de l’herpès simplex (HSV) des premier et deuxième types. Seuls 20% d’entre eux ont des manifestations cliniques. Parmi les MST, l’herpès vient juste après la gonorrhée et l’urétrite streptococcique, et parmi les infections virales, seule la grippe.

La pathologie est transmise principalement par voie sexuelle, affecte la peau et les muqueuses: des papules aqueuses douloureuses apparaissent dessus – des vésicules. Leur localisation habituelle chez l’homme se situe dans l’urètre, les plis du prépuce et sur le gland du pénis. En conséquence, les formations interfèrent avec la miction normale, la vie intime, provoquant des douleurs et d’autres symptômes désagréables.

L’herpès chez l’homme est compliqué, c/ar en raison de la structure et de la structure spécifiques des systèmes urinaire et reproducteur, il est impossible d’empêcher rapidement le développement d’une pathologie. Les scientifiques ont découvert un lien entre la propagation du HSV-2 et le cancer de la prostate.

Contenu

Pathogénèse

L’herpès génital est défini dans la CIM-10 sous le code A60.0. Selon l’OMS, les hommes sont 2 fois moins souvent infectés que les femmes. Lorsqu’il est infecté, le virus attaque principalement les cellules épithéliales, affectant de vastes zones des organes génitaux, pénétrant plus profondément dans le système génito-urinaire.

Dans les cellules, les virus se multiplient par bourgeonnement, déjà 10 heures après l’infection, l’herpès est prêt à créer des virions “filles” – des particules virales à part entière. Ils pénètrent dans divers tissus, sang, lymphe. La période de rémission du virus dépend du niveau d’immunité. Habituellement, c’est 14-21 jours.

Les organismes acellulaires infectent les ganglions nerveux (amas, nœuds) et y restent à vie, car ils ne peuvent pas survivre sans cellule. Ici, ils ne se manifestent en aucune manière jusqu’à ce que les situations dites de déclenchement se produisent, qui servent d’impulsion à l’activation de la microflore pathogène.

Urologue-andrologue, médecin de la catégorie la plus élevée

Causes et facteurs de risque

Dans certains cas, les médecins diagnostiquent une pathologie chez les nouveau-nés. Dans ce cas, le virus est transmis lorsque le fœtus passe par le canal de naissance. Cependant, la cause la plus fréquente est l’infection par un partenaire sexuel pendant l’intimité. Dans ce cas, les facteurs de risque de développement de la maladie comprennent les rapports sexuels non protégés, en particulier avec des changements fréquents de partenaires sexuels.

Une fois que le virus est entré dans le corps, des anticorps commencent à être produits, donc après une période d’activation courte mais plutôt brillante, l’herpès disparaît. Il s’active instantanément en cas de situations de déclenchement :

  • hypothermie;
  • Infections bactériennes, fongiques et virales ;
  • Traumatisation des organes du système génito-urinaire;
  • Chirurgie du pénis, des testicules, de la prostate ;
  • Diminution de l’immunité ;
  • Pathologies chroniques du système génito-urinaire ;
  • maladies auto-immunes;
  • Perturbations hormonales.

Même en raison du changement climatique ou du manque de vitamines, l’herpès génital peut se rappeler de lui-même.

Les médecins distinguent les types primaires et secondaires de la maladie.

Primaire – celui qui est diagnostiqué pour la première fois. Elle se caractérise par un tableau clinique lumineux et une évolution rapide.

Secondaire – celui qui a été diagnostiqué à plusieurs reprises, ce sont des rechutes de pathologie chronique. La fréquence de récurrence des signes dépend de l’immunité de la personne, les symptômes sont souvent flous et de courte durée.

L’herpès génital secondaire se distingue par la fréquence des exacerbations :

  • Forme bénigne – pas plus de 3 rechutes en 12 mois ;
  • Modéré – jusqu’à 6 exacerbations en 12 mois ;
  • Forme sévère – plus de 6 rechutes par an.

De plus, les médecins classent la maladie en fonction des spécificités des symptômes.

Symptômes de l’herpès génital

La période d’incubation de la pathologie est de 2 à 14 jours, puis des signes généraux et locaux apparaissent en augmentation, puis ils diminuent.

La pathologie peut être suspectée par les signes suivants:

  • L’apparition de vésicules – petites bulles d’un diamètre ne dépassant pas 2 mm, formées en groupes jusqu’à 2,5 cm de diamètre;
  • Démangeaisons, brûlures, douleurs dans la zone touchée ;
  • Sensations désagréables lors des rapports sexuels, miction;
  • Augmentation locale et générale de la température corporelle;
  • Gonflement du pénis;
  • Malaise;
  • Nausée;
  • La faiblesse.

La forme manifeste la plus courante d’herpès génital: une forte lésion avec des vésicules, après ouverture, elles se couvrent de croûtes, les ganglions lymphatiques régionaux sont élargis.

De plus, les urologues et les andrologues observent les formes de pathologie suivantes:

  1. Atypique . Il y a peu de vésicules, mais le pénis est œdémateux et il y a une rougeur intense. Des fissures apparaissent sur la muqueuse, qui se régénèrent en 5 à 7 jours.
  2. Hémorragique . La principale différence est qu’au lieu d’un liquide clair dans les bulles, il y a un liquide rouge foncé dans lequel des cellules sanguines sont présentes. La tête du pénis, l’urètre sont très gonflés, chauds au toucher.
  3. Avorté . Au lieu de vésicules – une tache qui démange, une papule, qui s’ulcère en 5 à 7 jours.
  4. Subclinique . Gonflement dans la zone touchée, accompagné de fortes démangeaisons, mais passe rapidement.

Étant donné que l’herpès affecte également les ganglions nerveux, une violation des systèmes nerveux central et autonome est possible: pincement, douleur dans les muscles et les articulations et la colonne vertébrale.

Tarifs des services d’un urologue

* Les prix présentés sur le site ne sont pas une offre publique ! Le coût exact du traitement est déterminé lors de la nomination du médecin. Les prix des services des principaux spécialistes du centre médical Raduga peuvent différer du coût indiqué sur le site Web.

Diagnostic de l’herpès

Étant donné que les symptômes sont similaires à ceux d’autres infections sexuellement transmissibles, les urologues effectuent un examen uniquement pour déterminer l’état général des organes génitaux. Le médecin écoute les plaintes du patient, détermine, si possible, quand et dans quelles circonstances l’infection s’est produite. Il est nécessaire d’examiner le partenaire.

Les méthodes informatives sont des tests sanguins de laboratoire:

(réaction en chaîne par polymérase);

  • hybridation d’ADN;
  • réaction d’immunofluorescence;
  • détection d’anticorps spécifiques à l’herpès.

De plus, des problèmes associés sont identifiés : processus inflammatoires, infections, perturbations hormonales. L’urine, le contenu des vésicules, les grattages et le mucus de l’urètre, le secret de la prostate font l’objet de recherches.

Pour identifier l’état général des organes du système génito-urinaire, les médecins prescrivent des échographies, des radiographies et d’autres types d’examens instrumentaux. Ils aident à détecter les complications de la pathologie à temps.

Complications

Tout d’abord, le virus de l’herpès provoque l’apparition de petites bulles et des symptômes associés. Si une thérapie compétente n’est pas démarrée à temps, un processus inflammatoire se développe dans le contexte d’une microflore pathogène:

– dans les tissus de la tête et du prépuce du pénis ; – dans l’urètre, l’urètre;

  • cystite – dans la vessie; – dans la prostate ;
  • pyélonéphrite – dans les éléments structurels des reins.

Chacune des maladies comporte une menace de violations du système génito-urinaire: miction, fonction de reproduction, fonction érectile. Il est possible de développer une radiculopathie, une méningite virale due à l’implication des nœuds nerveux dans le processus pathologique.

Traitement de l’herpès

Il est recommandé que les deux partenaires sexuels suivent une thérapie. Les urologues prescrivent des agents antiviraux pendant la rechute et pendant la rémission: le médicament peut en être un, mais la posologie pendant la période calme est réduite.

Les onguents, les gels et les crèmes ont fait leurs preuves, qui comprennent un composant antiviral, ainsi que des substances qui réduisent les symptômes : analgésiques, décongestionnants, anti-inflammatoires, antiprurigineux.

Cependant, dans les cas difficiles, les médecins prescrivent l’administration intraveineuse ou intramusculaire de médicaments antiviraux et de soutien immunitaire. Et des onguents qui soulagent les symptômes sont également utilisés.

Dans les situations difficiles, les médecins ajoutent la plasmaphérèse au programme de traitement – l’élimination du composant viral du plasma sanguin. Sur une centrifugeuse, le plasma est séparé de la composition sanguine totale, nettoyé puis injecté au patient.

La prévention

Les urologues conseillent de recourir à la vaccination : dans la plupart des cas, l’introduction de médicaments qui favorisent la production d’anticorps, pendant une courte période, mais protègent efficacement contre le problème.

La mesure préventive la plus efficace est le choix judicieux d’un partenaire sexuel. Les contraceptifs barrières ne doivent pas être négligés. En cas de doute sur la santé d’une femme, vous devez boire un traitement antiviral. Cependant, la règle s’applique si le partenaire est effectivement infecté par le virus.

Des examens préventifs effectués en temps opportun par des médecins aideront à prévenir les complications et les multiples rechutes de la pathologie.

Les informations sont fournies à titre informatif uniquement ! Si vous avez des questions, nous vous recommandons de prendre rendez-vous avec un urologue.

Peut faire confiance! Le texte est vérifié par un médecin et a un caractère informatif général, ne remplace pas l’avis d’un spécialiste. Pour des recommandations sur le diagnostic et le traitement, une consultation médicale est nécessaire.

Faire bouillir une banane et boire une décoction le soir : le matin vous serez surpris
Faire bouillir une banane et boire le soir : vous n’en croirez pas vos yeux le matin

Symptômes et traitement de l’herpès génital chez l’homme

L’herpès génital est l’une des IST virales les plus courantes. À l’heure actuelle, aucun médicament ne peut guérir complètement les patients de l’infection. Il n’y a que des médicaments qui vous font vous sentir mieux dans la phase aiguë et réduisent le risque de rechute.

L’herpès génital est une infection très contagieuse. La transmission du virus peut se produire à partir d’un porteur qui ne présente aucune manifestation de la maladie.

Les premiers symptômes apparaissent 3 à 7 jours après un contact sexuel avec une personne infectée. La plupart des patients connaissent des exacerbations périodiques de l’infection au cours de leur vie.

1. Informations générales

Il existe deux types de virus qui causent des plaies d’herpès sur le corps – HSV-1 (virus de l’herpès simplex de type 1) et HSV-2 (type 2). Les éruptions cutanées dans la région génitale et les endroits intimes sont plus souvent causées par le virus de l’herpès simplex de type 2.

L’apparition d’une éruption cutanée caractéristique autour de la bouche est associée au HSV-1, qui provoque rarement la forme génitale de la maladie.

  1. 1 La prévalence du HSV-1 chez les adultes est de 56 à 85 %, celle du HSV-2 de 13 à 40 %.
  2. 2 L’incidence la plus élevée est déterminée dans le groupe des hommes jeunes (20-30 ans) sexuellement actifs.

2. Voies de transmission

  1. 1 L’herpès génital peut être contracté par contact direct (généralement lors de rapports sexuels) avec une personne infectée. En théorie, tout contact étroit avec la peau du porteur peut entraîner une infection (contact direct et transmission sexuelle).
  2. 2 La source de l’infection peut être soit un homme, soit une femme. La présence de symptômes caractéristiques n’est pas nécessaire à la transmission du virus, ce qui contribue à sa large diffusion.
  3. 3 Pendant la grossesse, l’infection du fœtus par le HSV-2 est possible. Le plus grand risque survient au cours des 20 premières semaines de grossesse chez les femmes atteintes d’herpès primaire.
  4. 4 Lors d’une infection active (présence d’éruption cutanée, faiblesse générale et autres manifestations cliniques), le patient est le plus dangereux pour le partenaire sexuel. Pendant ce temps, toute forme de contact sexuel doit être évitée. Même l’utilisation de préservatifs ne protège pas à 100% de la transmission de l’agent pathogène, car rien ne garantit que toutes les lésions seront recouvertes de latex.

3. Le mécanisme du développement de la maladie

La transmission du virus se produit par contact étroit de la peau et des muqueuses du receveur avec la peau, les muqueuses et les fluides biologiques des personnes infectées, contenant des particules virales. Il pénètre dans les terminaisons des cellules nerveuses à la surface de la peau, les cellules épidermiques et commence à se multiplier. Par la suite, le virus migre du site de pénétration primaire le long des terminaisons nerveuses vers la moelle épinière (région lombo-sacrée), où il demeure tout au long de la vie.

Lorsque l’immunité est affaiblie, l’exposition à des facteurs de stress (hypothermie, infections virales respiratoires aiguës, surmenage nerveux, dérèglements hormonaux, rayonnement ultraviolet, etc.), le HSV-2 se multiplie dans les racines dorsales de la moelle épinière, ce qui entraîne une rechute – la réapparition d’éruptions cutanées typiques sous forme de vésicules au contenu léger et transparent.

4. Symptômes

Les premiers signes d’herpès génital se développent dans la semaine (période d’incubation) après un contact sexuel avec une personne infectée. Les éruptions herpétiques sont des groupes de petites vésicules qui apparaissent sur le site de la peau enflammée et rougie dans la zone intime. Chacun d’eux atteint un diamètre de 1 à 3 mm. Ils peuvent fusionner et former de plus grosses bulles. Peu à peu, leur couverture est endommagée avec la libération de contenu liquide léger, la formation de petits ulcères au site de l’éruption cutanée, qui se recouvrent d’une croûte jaunâtre pendant plusieurs heures.

L’apparition d’une éruption cutanée s’accompagne de douleurs, de brûlures et de démangeaisons pendant les 1 à 2 premiers jours. Le patient peut signaler une faiblesse générale, de la fièvre. Ces symptômes sont plus fréquents lors du premier épisode.

  • L’éruption apparaît souvent sur la tête et la tige du pénis.
  • La peau entourant le pénis peut également être affectée.
  • Dans certains cas, la peau de la région inguinale, du périnée, des fesses et la peau autour de l’anus sont impliquées dans le processus pathologique.
  • Le premier épisode d’infection est le plus douloureux et dure plus longtemps que d’habitude (les symptômes de l’herpès génital primaire disparaissent en trois à quatre semaines).

Figure 1 – À quoi ressemblent les éruptions cutanées avec l’herpès génital ? Source – webmd.com

Avec l’herpès primaire, en plus d’une éruption cutanée, il peut y avoir des plaintes concernant:

  • Fièvre.
  • Douleur dans les muscles.
  • Maux de tête (peuvent être sévères).
  • Miction douloureuse et sa fréquence.
  • Gonflement grave, hypertrophie et douleur des ganglions lymphatiques de l’aine (réaction du système immunitaire au virus).

Des exacerbations ultérieures de l’infection surviennent lors d’affaiblissement des défenses immunitaires de l’organisme (rhumes, famine, régimes irrationnels, carence en vitamines, hypothermie, maladies du système immunitaire, VIH).

En règle générale, les rechutes s’accompagnent de symptômes moins prononcés, sont traitées assez rapidement et l’intoxication générale est généralement absente. Avec l’herpès récurrent, 1 à 2 jours avant l’apparition des vésicules, la région lombaire peut faire mal comme une névralgie et la sensibilité de la peau dans la région génitale et le périnée peut augmenter.

5. Quand consulter un médecin ?

Il est important de consulter un médecin si l’éruption apparaît pour la première fois. Le traitement commencé le premier jour à partir de l’apparition des premiers signes d’infection a un effet maximal, vous ne devez donc pas retarder votre visite.

Les exacerbations ultérieures de la maladie chez les hommes en bonne santé nécessitent rarement une visite chez le médecin. Il est nécessaire de discuter avec lui à l’avance des options pour prévenir les attaques récurrentes. En cas de rechute, il est important d’abandonner toute forme de relations sexuelles pendant toute la période d’exacerbation.

Les patients infectés par le VIH courent un risque accru d’évolution compliquée de l’infection herpétique. Lorsque les premiers signes d’une éruption cutanée apparaissent, ces hommes doivent immédiatement consulter un médecin.

6. Méthodes diagnostiques

En règle générale, le diagnostic est posé sur la base d’une clinique caractéristique. Lors de l’épisode initial, l’apparition d’une éruption herpétique, d’une faiblesse générale et d’une fièvre, associées à une indication de rapport sexuel non protégé quelques jours plus tôt et à des données d’anamnèse, sont évaluées.

En cas de doute, le médecin traitant peut prélever un prélèvement à la surface des ulcères, du sang du patient et les envoyer au laboratoire pour détecter le virus.

Matériel de recherche :

  • Un frottis de la surface des ulcères (détermination de l’ADN du virus) – en présence d’une éruption cutanée.
  • Sang veineux du patient (détermination des anticorps spécifiques au virus produits par le système immunitaire).
  • Grattage de la surface de la membrane muqueuse de l’urètre.

L’urine, l’éjaculat, le suc de la prostate, le liquide céphalo-rachidien peuvent également être envoyés au laboratoire. Le choix du matériel pour l’étude est fait par le médecin traitant en fonction des symptômes présents.

Méthodes de diagnostic de laboratoire:

  1. 1 Détermination de l’ADN viral (PCR et PCR en temps réel). La méthode permet de détecter le virus dans l’échantillon, mais ne fournit pas de données sur la durée de l’infection.
  2. 2 Détermination des anticorps spécifiques de type contre le virus (uniquement par ELISA et immunoblot). Il est utilisé pour distinguer les formes aiguës et chroniques de l’infection (en utilisant l’avidité IgG : les anticorps peu avides sont détectés dans les cas aigus, les anticorps très avides dans les cas chroniques).

Les méthodes décrites permettent non seulement d’établir la présence de particules virales dans le corps, mais également d’établir le type de virus.

Tests de laboratoire supplémentaires :

  1. 1 Dépistage des principales maladies sexuellement transmissibles (IST), dont le VIH.
  2. 2 Immunogramme – une étude de l’état du système immunitaire du patient. L’analyse est indiquée pour les récidives fréquentes d’herpès dans le contexte d’une immunodéficience avérée. Juste comme ça, cette analyse n’est pas prescrite pour un patient ordinaire.

7. Comment soulager les symptômes à la maison ?

  1. 1 Il est nécessaire d’éviter la surchauffe, l’hypothermie, qui peuvent provoquer un effet irritant plus important et provoquer une augmentation des symptômes.
  2. 2 N’utilisez pas de parfum ou de savon antibactérien, de gels pour le traitement de la peau du périnée et des organes génitaux.
  3. 3 Il est permis de prendre des anti-inflammatoires (ibuprofène, analgine, paracétamol) pour soulager la douleur. La présence de contre-indications doit être discutée avec le médecin traitant. La durée d’admission ne doit pas dépasser 3-4 jours, cela suffit généralement.

En règle générale, avec l’évolution habituelle de l’herpès génital, une hospitalisation à l’hôpital n’est pas nécessaire. Après le rendez-vous thérapeutique avec le médecin, la date de réadmission est négociée afin de contrôler l’efficacité.

La présence d’une fièvre et d’une faiblesse sévères, de maux de tête insupportables, d’un essoufflement, d’un état grave peut être une indication d’hospitalisation et d’examens complémentaires.

8. Médicaments pour le traitement

La plupart des cas d’éruptions herpétiques disparaissent d’eux-mêmes. La prise de médicaments antiviraux entraîne un soulagement de la maladie, accélère la récupération et empêche la propagation possible du virus dans tout le corps.

Le plus grand effet du traitement est observé au début de la prise des médicaments immédiatement après l’apparition des premiers signes de la maladie. Les antiviraux à effet prouvé dans l’herpès génital sont des analogues nucléosidiques acycliques : acyclovir, valaciclovir et famciclovir. Ils sont disponibles sous différentes appellations commerciales et sous différentes formes : comprimés, solution intraveineuse, pommades, gels et crèmes.

Les comprimés peuvent être utilisés à la fois pour l’exacerbation de l’infection et pour la prévention des rechutes. Les onguents et les crèmes sont le plus souvent utilisés en complément. Dans les cas graves d’herpès, l’administration intraveineuse de médicaments peut être nécessaire.

8.1. Premier épisode d’infection

Les principales recommandations incluent :

  1. 1 Nomination des AINS, analgésiques pour le syndrome douloureux sévère (Nurofen, Analgin, Paracetamol, Diclofenac).
  2. 2 Gardez les éruptions cutanées propres et sèches, changez de vêtements tous les jours.
  3. 3 Refus d’activité sexuelle pendant le temps de cicatrisation des ulcères.
  4. 4 Thérapie antivirale avec acyclovir, famciclovir et valaciclovir. Les modes, schémas et posologies pour un homme adulte sont indiqués dans le tableau ci-dessous.

Tableau 1 – Schémas thérapeutiques de l’herpès génital. Extrait de https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5177552/

8.2. rechute

Il est recommandé de commencer à prendre des médicaments antiviraux dès les premiers signes de maladie. C’est pourquoi il est considéré comme optimal de mener une conversation avec le patient au moment de l’apparition de l’épisode primaire. Des informations sont fournies sur la nature de la maladie et les mécanismes de sa réactivation, les éventuels facteurs provoquants, les méthodes disponibles et les schémas thérapeutiques de l’herpès récurrent.

Tableau 2 – Médicaments pour le traitement des exacerbations, si leur nombre ne dépasse pas 5 à 6 fois par an. Source – CDC

8.3. Thérapie suppressive pour les rechutes fréquentes

Avec des rechutes fréquentes, le traitement ne vise pas à éliminer les symptômes, mais à prévenir de nouveaux épisodes d’exacerbation de la maladie. La nomination d’un traitement dit suppressif chez les patients présentant des exacerbations fréquentes réduit le nombre de rechutes de 70 à 80%.

La plupart des patients recevant ce traitement le jugent efficace. Les médicaments sont pris quotidiennement, la durée du traitement est déterminée par le patient et le médecin. Au fil du temps, la probabilité de rechute diminue. Le refus de continuer à prendre des médicaments se produit sous la supervision d’un médecin.

La nomination d’un traitement suppressif est indiquée lorsque la fréquence des exacerbations est supérieure à 8 fois par an, ou dans le cas où des attaques répétées causent au patient de graves inconvénients psychologiques et sexuels.

Le traitement des formes sévères, l’évolution compliquée de la maladie nécessite la nomination d’acyclovir par voie intraveineuse. Schémas thérapeutiques recommandés :

  1. 1 Acyclovir 5-10 mg/kg toutes les 8 heures pendant 2-7 jours jusqu’à amélioration clinique. Le cours de la thérapie antivirale dure au moins 10 jours.
  2. 2 L’encéphalite herpétique nécessite un traitement de 21 jours.

9. Caractéristiques chez les personnes infectées par le VIH

Pour les patients infectés par le VIH, du fait d’une défense immunitaire affaiblie, l’herpès génital est dangereux. Leurs épisodes d’exacerbation sont plus sévères et plus longs.

La nomination d’un traitement antirétroviral entraîne un affaiblissement des symptômes et une diminution de la probabilité d’exacerbations récurrentes. Immédiatement après cela, à la suite de la restructuration du système immunitaire, les symptômes de l’infection par l’herpès peuvent s’aggraver. Chez les personnes séropositives infectées par le HSV-2, un traitement suppressif peut être recommandé.

10. Que doivent savoir le patient et son partenaire sexuel ?

  1. 1 Une infection asymptomatique ne signifie pas que le partenaire sexuel ne sera pas infecté. La probabilité maximale de transmission du virus par un patient asymptomatique se situe dans les 12 premiers mois suivant l’infection.
  2. 2 L’utilisation de préservatifs réduit, mais n’élimine pas complètement le risque d’infection.
  3. 3 Il est nécessaire d’informer votre partenaire de la présence de la maladie.
  4. 4 Le traitement doit être instauré le plus tôt possible dès l’apparition des premiers symptômes.
  5. 5 Le HSV-2 augmente le risque de transmission du VIH.

11. Prévisions

Chez la plupart des hommes, l’herpès génital n’entraîne aucune conséquence grave pour la santé. Cependant, les rechutes sont assez fréquentes, car à l’heure actuelle, les médicaments antiviraux ne sont pas en mesure de détruire complètement le virus, c’est-à-dire de guérir le patient. Chez 85% des personnes infectées au cours de la première année suivant l’infection, des épisodes répétés sont notés (jusqu’à 6 à 10 fois par an).

12. Complications

Le cours compliqué est associé à un système immunitaire affaibli. La complication la plus courante du HSV est l’ajout d’une infection bactérienne et la suppuration de l’éruption cutanée. Il est également possible la survenue de maladies telles que :

  • Urétrite – implication dans le processus inflammatoire de la membrane muqueuse de l’urètre, qui s’accompagne de coupures sévères et de douleurs lors de la miction. Avec un œdème important, une rétention urinaire aiguë peut se développer.
  • La proctite est la propagation de l’infection à la muqueuse rectale, ce qui entraîne son inflammation, une douleur intense. Il est plus fréquent chez les hommes homosexuels.

La propagation du HSV dans tout le corps dans un contexte d’immunodéficience peut entraîner le développement d’une méningite, d’une encéphalite, d’une hépatite et de lésions d’autres organes internes.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.