rêver

La peau est l’enveloppe extérieure du corps humain

La peau humaine joue un rôle important dans la vie de l’organisme dans son ensemble. Ce plus grand organe remplit un certain nombre de fonctions physiologiques et protectrices. De plus, la peau porte également une charge esthétique. Les échecs dans le travail des organes internes affectent toujours négativement l’état de la peau. Le garder en bon état nécessite non seulement une bonne santé, mais aussi des soins appropriés.

Structure de la peau

La structure de la peau humaine est complexe. La partie externe est l’épiderme. Son épaisseur est de 0,07 à 0,12 mm. La couche de surface protège le corps humain des effets des facteurs négatifs externes et prévient la déshydratation. Il se compose également de plusieurs couches et contient diverses cellules. La couche cornée superficielle de la peau est constituée de plusieurs rangées de cellules non vivantes – les cornéocytes.

Les cellules importantes de l’épiderme sont les kératinocytes et les mélanocytes. Ils sont impliqués dans la production de kératine et la libération de mélanine. Aussi, les composants de l’épiderme sont des cellules :

Langerhans, soutenant l’immunité et protégeant contre les micro-organismes nuisibles.

Merkel, associée aux terminaisons nerveuses et responsable de la sensibilité cutanée.

La membrane basale est la couche inférieure de l’épiderme. Cette couche est la couche germinale. Puisqu’il n’y a pas de vaisseaux sanguins dans l’épiderme, les cellules sont nourries par diffusion des couches internes de la peau à travers la couche basale. Cela assure un renouvellement régulier de l’épiderme.

Derme. Il est situé sous l’épiderme et est un tissu conjonctif composé de collagène et de fibres élastiques. Épaisseur de la couche – 0,5 à 5 mm, selon la partie du corps. Il a de nombreux vaisseaux sanguins. Voici les racines des cheveux, les glandes sudoripares et sébacées, les terminaisons nerveuses.

L’hypoderme, qui est la graisse sous-cutanée. Il s’agit d’un tissu adipeux lâche, composé de cellules spéciales – les adipocytes. L’épaisseur de l’hypoderme dépend de l’emplacement de la peau. Ainsi, sur le crâne, les indicateurs sont de 2 mm et sur les fesses – jusqu’à 10 cm ou plus. La fonction principale de la couche inférieure de la peau est l’accumulation de nutriments, de vitamines et d’eau, ainsi que la participation aux processus de thermorégulation.

Fonctions de la peau

La peau humaine est solide et élastique. De ce fait, il protège les tissus et les organes des dommages mécaniques. La couche cornée réduit l’impact négatif des facteurs externes et prévient la déshydratation des tissus. Les cellules de l’épiderme sont capables de détruire les microbes qui y pénètrent lorsqu’elles sont endommagées ou lors du transport du sang et de l’oxygène à travers les vaisseaux. La fonction protectrice de la peau est également liée à la prévention de la déshydratation et des dommages causés par les rayons ultraviolets.

La peau contient une grande variété de récepteurs. Cela signifie que la peau est un organe sensoriel complexe. Lorsqu’ils sont exposés à certains stimuli sur les terminaisons nerveuses, les signaux correspondants pénètrent dans le cerveau. En conséquence, une personne identifie le toucher, par exemple, se sent chaud ou froid, ressent de la douleur, se fait une idée des objets environnants.

Le médecin a appelé le poids idéal pour les personnes âgées
La Chine a fait une déclaration importante sur la Russie
Nommé la formule de calcul du montant nécessaire pour le confort à la retraite
Le médecin a parlé des dangers du sommeil conjoint de l’enfant et de la mère

Une fonction importante de la peau est la thermorégulation. Il est responsable du maintien d’une température corporelle stable, condition préalable au bon fonctionnement de tous les organes internes. Le transfert de chaleur se produit en raison de l’évaporation de la sueur, dont la quantité dépend des conditions de température extérieure. Le tissu adipeux protège contre la pénétration du froid dans les tissus internes du corps humain. Un organe peut être entraîné à s’adapter aux conditions extérieures en se durcissant.

Changements d’âge

L’apparition de rides sur la peau est le premier signe de changements liés à l’âge. Le rythme du vieillissement cutané est prédéterminé au niveau génétique, mais un bon mode de vie, une alimentation équilibrée et des soins compétents ralentiront les processus.

Les changements liés à l’âge commencent à se manifester vers 40-50 ans. Ceci est principalement dû à une diminution du taux de division cellulaire dans la couche basale de l’épiderme, ce qui entraîne une diminution de son épaisseur. Dans un contexte de détérioration de l’apport en nutriments, les processus de renouvellement ralentissent et la couche cornée augmente. Cela se manifeste par une sécheresse accrue de la peau.

L’épaisseur du derme diminue également, la production de collagène diminue, ce qui aggrave les indicateurs d’élasticité et, par conséquent, entraîne l’apparition de rides. Le facteur provoquant leur apparition est une diminution du tonus musculaire. Chez les femmes, les changements liés à l’âge s’intensifient dans le contexte de l’apparition de la ménopause.

L’effet des maladies sur la peau

Non seulement les maladies dermatologiques, mais aussi les dysfonctionnements des organes internes aggravent l’état de la peau. Par conséquent, vous ne pouvez acheter des médicaments pour maintenir la santé de la peau qu’après un diagnostic.

Pour conserver son apparence saine, les systèmes endocrinien, digestif et autres systèmes de survie doivent fonctionner correctement. En cas de violation de leur fonctionnement, la teinte de la peau peut changer. Dans le contexte des échecs, ils peuvent devenir secs, couverts de taches ou de boutons.

Un symptôme dangereux est un changement de couleur de peau:

L’apparition d’une teinte jaune indique des problèmes de foie ou de vésicule biliaire.

L’apparition de bleuissement dans certaines zones indique des problèmes de circulation sanguine. La teinte bleue de la peau dans la zone des plis nasogéniens indique une maladie pulmonaire.

La rougeur peut indiquer une augmentation de la pression artérielle ou indiquer un fort stress émotionnel.

Une peau pâle avec une teinte grisâtre indique une anémie causée par un manque de fer ou de vitamine B12.

Un signal d’une violation dans le travail des reins sont des cernes sous les yeux. Une pigmentation accrue de la peau se produit souvent avec les invasions helminthiques. Il faut également se méfier des éventuels défauts et inconforts de la peau. Dans de tels cas, il est nécessaire de subir un examen complet pour déterminer la cause de la détérioration de l’état de la peau.

Tous les documents présentés sur le site sont uniquement à des fins éducatives et ne sont pas destinés à des conseils médicaux, à un diagnostic ou à un traitement. L’administration du site, les éditeurs et les auteurs d’articles ne sont pas responsables des conséquences et des pertes pouvant survenir lors de l’utilisation du matériel du site.

Le système tégumentaire humain. Tout ce que tu dois savoir

Rebonjour! Ça y est, le cycle des notes système touche à sa fin. Le système tégumentaire humain est le dernier sujet. Voici ce que vous apprendrez après avoir lu l’article : comment le système tégumentaire humain est organisé et fonctionne, ce qui lui arrive pendant l’entraînement et quels exercices sont les meilleurs pour améliorer l’état de la peau.

Alors, prenez place dans l’auditorium, ce sera intéressant.

Le système tégumentaire humain : quoi, pourquoi et pourquoi ?

Il nous a fallu exactement trois mois pour analyser tous les sujets du cycle. Maintenant que vous connaissez les systèmes cardiovasculaire, musculaire, nerveux, lymphatique, immunitaire, endocrinien, digestif, reproducteur, respiratoire, excréteur et squelettique , il reste à démonter le tégumentaire. Nous essaierons de le faire avec un minimum de théorie et d’anatomie, en mettant l’accent sur la pratique. Nous avons réussi les deux dernières notes, et nous réussirons celle-ci.

Remarque :
Pour une meilleure assimilation du matériel, toute narration ultérieure sera divisée en sous-chapitres.

Anatomie du système tégumentaire

La peau est le plus grand organe du corps. Avec les cheveux, les ongles, les glandes et les nerfs, il fait partie du système tégumentaire. Ce système agit comme une barrière protectrice entre l’environnement agressif et les organes internes d’une personne. Chez l’adulte, la peau représente environ 16 % du poids corporel total. Sur les différentes parties du corps, la peau est hétérogène dans son épaisseur et sa texture. Par exemple, la peau sous les yeux est fine, sur la plante des pieds et des paumes, épaisse.

La peau remplit de nombreuses fonctions importantes : tactile, protégeant le corps des micro-organismes envahisseurs, des produits chimiques et d’autres facteurs environnementaux, prévenant la déshydratation, modulant la température corporelle et l’équilibre électrolytique, et synthétisant la vitamine D.

La peau humaine est constituée de trois couches :

  1. épiderme – la couche visible supérieure de la peau, qui est constamment mise à jour, remplaçant les cellules mortes de la peau;
  2. Le derme est la couche intermédiaire de la peau sous l’épiderme. C’est la couche la plus épaisse contenant des nerfs et des vaisseaux sanguins. Il existe également des glandes sudoripares et sébacées et des follicules pileux. Le derme est principalement constitué de collagène, qui rend la peau élastique ;
  3. L’hypoderme (graisse sous-cutanée) est la couche la plus profonde de la peau. Il se compose principalement de tissu adipeux, qui est un “coussin protecteur” pour les organes internes, les muscles et les os, et protège également le corps contre les blessures, les températures basses et élevées.

L’épiderme, le derme et l’hypoderme contiennent des nerfs sensoriels qui réagissent au toucher, à la température et à la douleur. Les corps de Meissner réagissent aux touches légères, tandis que les corps de Patsini réagissent aux vibrations. La plus grande accumulation de ces récepteurs est enregistrée au bout des doigts. En plus de ceux-ci, il existe des nerfs sensoriels associés à chaque follicule pileux, des récepteurs de douleur et de température dispersés dans toute la peau, ainsi que des nerfs moteurs qui innervent les muscles et les glandes de l’artère pileuse. Tout cela nous aide à ressentir l’environnement et à réagir en conséquence.

Avec l’âge, l’état du système tégumentaire change. Parmi ces changements, il y a une diminution de la division cellulaire, de l’activité métabolique, de la circulation, des niveaux hormonaux et de la force musculaire. Au niveau de la peau, ces changements se traduisent par une diminution de la mitose dans la couche basale, entraînant un épiderme plus fin. Le derme, responsable de l’élasticité et de la fermeté de la peau, a une capacité réduite à se régénérer, ce qui ralentit la cicatrisation. L’hypoderme, avec ses réserves de graisse, perd de sa structure en raison de la réduction et de la redistribution des graisses, ce qui contribue à son tour à l’amincissement et au relâchement de la peau.

Les structures auxiliaires ont également une activité réduite : les cheveux et les ongles deviennent plus fins, la quantité de sébum et de sueur diminue. La transpiration réduite conduit très souvent au fait que les personnes âgées sont moins capables de tolérer la chaleur extrême. D’autres cellules de la peau, telles que les mélanocytes et les cellules dendritiques, deviennent également moins actives, ce qui entraîne une peau pâle et une immunité réduite. Les rides de la peau se produisent en raison d’une diminution de la production de collagène et d’élastine dans le derme, de l’affaiblissement des muscles sous-jacents de la peau et de l’incapacité de la peau à retenir suffisamment d’humidité.

Analysons chaque élément structurel plus en détail, mais sans entrer dans les détails, et commençons par …

N° 1. Épiderme

L’épiderme recouvre la quasi-totalité de la surface du corps, protégeant le derme. Structurellement, l’épiderme n’a qu’environ 0,1 mm d’épaisseur, mais est composé de 40 à 50 rangées de cellules épithéliales squameuses. L’épiderme est une région avasculaire du corps : il ne contient pas de vaisseaux sanguins. Les cellules de l’épiderme reçoivent des nutriments grâce à la diffusion des fluides du derme.

Près de 90% de l’épiderme est constitué de cellules appelées kératinocytes. Les kératinocytes se développent à partir des cellules souches à la base de l’épiderme et commencent à produire et à stocker la protéine kératine. La kératine rend les kératinocytes très résistants et résistants à l’eau. Dans environ 8 % des cellules épidermiques, les mélanocytes forment le deuxième type cellulaire le plus nombreux. Les mélanocytes produisent le pigment mélanine pour protéger la peau des rayons UV et des coups de soleil. Les cellules de Langerhans sont les troisièmes cellules les plus abondantes de l’épiderme. Le rôle des cellules de Langerhans est de détecter et de combattre les agents pathogènes qui tentent de pénétrer dans l’organisme par la peau.

N° 2. Derme

Le derme est principalement composé de tissu conjonctif dense et irrégulier ainsi que de tissu nerveux et de vaisseaux sanguins. Le derme est beaucoup plus épais que l’épiderme et donne à la peau force et élasticité. Intérieurement, le derme est divisé en couches papillaires et réticulaires.

La couche papillaire contient de nombreux processus en forme de doigts appelés papilles dermiques qui font saillie superficiellement vers l’épiderme. Les papilles dermiques augmentent la surface du derme et contiennent de nombreux nerfs et vaisseaux sanguins qui se projettent à la surface de la peau. Le sang circulant dans les papilles cutanées fournit des nutriments et de l’oxygène aux cellules de l’épiderme. Les nerfs des papilles dermiques réagissent au toucher, à la douleur et à la température à travers les cellules de l’épiderme.

La couche réticulaire est la partie la plus épaisse et la plus dure du derme, composée de tissu conjonctif dense et irrégulier qui contient de nombreuses fibres de collagène et d’élastine résistantes qui s’étendent dans toutes les directions pour fournir force et élasticité à la peau. La couche réticulaire contient également des vaisseaux sanguins pour soutenir les cellules de la peau et le tissu nerveux.

Numéro 3. Hypoderme

L’hypoderme est un tissu conjonctif lâche, appelé tissu sous-cutané. Le tissu conjonctif aréolaire du tissu sous-cutané contient des fibres d’élastine et de collagène disposées de manière lâche, ce qui permet à la peau de s’étirer indépendamment de ses structures sous-jacentes. Le tissu adipeux de l’hypoderme stocke de l’énergie sous forme de triglycérides.

En général, les trois couches représentent l’image suivante (cliquable) :

L’élément suivant du système tégumentaire est …

Numéro 4. Cheveux

C’est un organe subsidiaire de la peau, composé de colonnes de kératinocytes morts denses. Les cheveux sont absents sur les paumes, la plante des pieds, les surfaces muqueuses. Leur fonction principale est de protéger le corps des basses températures et des rayons ultraviolets.

Le cheveu se compose d’un follicule, d’une racine et d’une tige. Le follicule pileux est un approfondissement des cellules épidermiques profondément dans le derme. À l’intérieur du follicule se trouve la racine du poil, où de nouvelles cellules ciliées se forment. Leur division assure la croissance constante de nos cheveux. La tige est la partie externe du cheveu. La tige et la racine du cheveu sont composées de la cuticule, du cortex et de la moelle.

N ° 5. Clous

Les organes auxiliaires de la peau sont des plaques de kératinocytes durcis. L’ongle est constitué d’une racine, d’un corps et d’un bord libre. La racine de l’ongle se trouve sous la surface de la peau. Le corps de l’ongle est la partie externe visible de l’ongle. Le bord libre est l’extrémité distale de l’ongle qui s’étend au-delà du bord du doigt. Les ongles poussent à partir d’une couche profonde de tissu épidermique connue sous le nom de matrice de l’ongle qui entoure la racine de l’ongle.

Numéro 6. glandes sudoripares

Ce sont des glandes exocrines situées dans le derme de la peau. Il existe deux principaux types de glandes sudoripares : les eccrines et les apocrines.

Les premiers se trouvent dans presque toutes les zones de la peau et sécrètent la sécrétion d’eau et de chlorure de sodium. La sueur est délivrée par une voie respiratoire à la surface de la peau et est utilisée pour abaisser la température corporelle.

Les glandes sudoripares apocrines sont situées principalement dans les régions axillaire et pubienne. Les glandes sudoripares apocrines sont inactives jusqu’à la puberté, après quoi elles produisent un liquide épais et huileux. La digestion de la sueur apocrine par des bactéries vivant sur la peau produit une odeur corporelle caractéristique.

N° 7. Glandes sébacées

Ce sont des glandes exocrines situées dans le derme de la peau qui produisent du sébum.

Les glandes sébacées se trouvent dans toutes les parties de la peau, à l’exception de la peau épaisse des paumes et de la plante des pieds. Le sébum est produit dans les glandes sébacées et transporté par des conduits jusqu’à la surface de la peau ou des follicules pileux. Le sébum contribue à la résistance à l’eau et à l’élasticité de la peau. Il lubrifie et protège également la cuticule des cheveux.

N° 8. Glandes de cérumin

Ce sont des glandes exocrines spéciales que l’on trouve uniquement dans le derme des conduits auditifs. Les glandes de cérumin produisent une sécrétion cireuse connue sous le nom de cérumen pour protéger les conduits auditifs et lubrifier le tympan. Le cérumen protège les oreilles en emprisonnant la poussière et les agents pathogènes qui pénètrent dans le conduit auditif. L’acide sulfurique est produit en continu et pousse lentement la cire, où elle tombe de l’oreille ou est retirée à la main.

Noter:

Très souvent, les gens nettoient leurs oreilles avec des cotons-tiges secs, en les insérant très profondément. Cela ne devrait pas être fait. Une bonne hygiène de l’oreille, sans blessure, consiste à nettoyer uniquement l’oreille externe.

En fait, en anatomie, c’est tout. Découvrons maintenant…

Comment fonctionne le système tégumentaire humain ?

Le système tégumentaire humain effectue les tâches suivantes :

  • kératinisation;
  • homéostasie de la température ;
  • synthèse de vitamine D;
  • protection;
  • changement de couleur de peau;
  • sensations cutanées;
  • excrétion.

Nous analyserons successivement chacun d’eux.

N° 1. Kératinisation

C’est la kératinisation ou le processus d’accumulation de kératine dans les kératinocytes. L’apoptose est la mort cellulaire programmée lorsqu’elle digère son noyau et ses organites, ne laissant derrière elle qu’une coquille dure remplie de kératine. Les kératinocytes morts entrant dans la couche cornée et la couche cornée sont très plats, durs et densément tassés, formant une barrière de kératine pour protéger les tissus sous-jacents.

N° 2. Homéostase de la température

La peau est capable de réguler la température corporelle. Lorsque le corps entre dans un état d’hyperthermie, la peau est capable d’abaisser la température corporelle par la transpiration et la vasodilatation. La sueur produite par les glandes sudoripares est transportée à la surface du corps, où elle commence à s’évaporer, refroidissant la peau. La vasodilatation est le processus par lequel les muscles lisses qui tapissent les vaisseaux sanguins du derme se détendent et permettent à plus de sang de pénétrer dans la peau. Le sang transporte la chaleur dans tout le corps, l’amenant à la surface de la peau pour le rayonnement vers l’environnement extérieur.

En cas d’hypothermie, la peau est capable d’élever la température corporelle grâce à la contraction des muscles qui pèlent (petits muscles attachés aux follicules pileux) et à la vasoconstriction. La vasoconstriction est un processus dans lequel les muscles lisses des parois des vaisseaux sanguins du derme se contractent, réduisant le flux sanguin vers la peau. La vasoconstriction permet à la peau de se refroidir, tandis que le sang reste au cœur du corps pour maintenir la chaleur et la faire circuler vers les organes vitaux.

Numéro 3. Synthèse de la vitamine D

La vitamine D, nécessaire à l’absorption du calcium des aliments, est produite sous l’influence du rayonnement ultraviolet. L’épiderme contient des molécules de stérol qui convertissent la lumière ultraviolette en vitamine D3. La vitamine D3 est convertie dans les reins en calcitriol, la forme active de la vitamine D. Lorsque notre peau n’est pas suffisamment exposée au soleil, nous pouvons développer une carence en vitamine D, ce qui peut entraîner de graves problèmes de santé.

Numéro 4. protection

La peau protège les organes internes des agents pathogènes, des dommages mécaniques et des rayons ultraviolets. Les agents pathogènes ne peuvent pas pénétrer dans le corps par une peau intacte. Les dommages mécaniques mineurs causés par des objets rugueux ou pointus sont principalement absorbés par la peau avant de pouvoir endommager les tissus sous-jacents. Les cellules épidermiques se multiplient constamment pour réparer rapidement tout dommage à la peau. Les mélanocytes de l’épiderme produisent le pigment mélanine, qui absorbe la lumière ultraviolette avant qu’elle ne puisse traverser la peau.

N ° 5. Changement de couleur de peau

La couleur de la peau humaine est contrôlée par l’interaction de la mélanine, du carotène et de l’hémoglobine. La mélanine est un pigment foncé produit par les mélanocytes pour protéger la peau des rayons ultraviolets. La mélanine donne à la peau sa couleur brune et est responsable de la couleur des cheveux bruns ou noirs. La production de mélanine est augmentée par l’exposition à des niveaux élevés de rayonnement ultraviolet, entraînant des coups de soleil.

Le carotène produit un pigment jaune ou orange, plus visible chez les personnes ayant un faible taux de mélanine. L’hémoglobine est un pigment rouge présent dans les globules rouges. Plus visible chez les personnes ayant peu de mélanine.

Numéro 6. Sensations cutanées

La peau permet au corps de ressentir l’environnement extérieur en détectant le toucher, la pression, les vibrations, la température et la douleur. Les disques de Merkel dans l’épiderme se connectent aux cellules nerveuses du derme pour détecter les formes et les textures des objets en contact avec la peau. Les particules tactiles sont des structures présentes dans les papilles dermiques du derme, qui sont également responsables de la sensation de toucher des objets.

Les corps lamellaires, situés profondément dans le derme, transmettent les pressions et les vibrations. Il existe de nombreuses terminaisons nerveuses libres dans tout le derme qui peuvent être sensibles à la douleur, à la chaleur ou au froid. La densité de ces récepteurs sensoriels dans la peau change dans tout le corps, ce qui rend certaines zones du corps plus sensibles au toucher, à la température ou à la douleur que d’autres zones.

N° 7. Excrétion

En plus de la transpiration, les glandes sudoripares cutanées excrètent également des déchets du corps. La sueur produite par les glandes sudoripares eccrines contient généralement de l’eau avec des électrolytes dissous et des oligo-éléments : sodium, acide chlorhydrique, potassium, calcium et magnésium. Lorsque ces électrolytes atteignent des niveaux élevés dans le sang, leur présence dans la sueur augmente également, contribuant à réduire leur quantité dans le corps. La sueur aide également à éliminer les produits métaboliques : acide lactique, urée, acide urique et ammoniac. Enfin, les glandes sudoripares eccrines éliminent l’alcool du corps.

C’est le nombre de fonctions que remplit notre système tégumentaire. En fait, la théorie terminée, nous passons à la pratique. Découvrons-le…

Qu’arrive-t-il à notre peau pendant l’activité physique ?

Ce n’est un secret pour personne que nous allons au gymnase pour améliorer notre silhouette, mais en prime, nous obtenons une chose très utile – une peau saine. Voici les effets positifs que l’exercice a sur elle :

N° 1. pompage du sang

L’exercice augmente votre fréquence cardiaque et améliore la circulation, fournissant l’oxygène, les vitamines et les nutriments dont les cellules de peau fatiguées ont tant besoin. Résultat? Amélioration de l’état de la peau (sous certaines conditions) après l’entraînement. Au fil du temps, l’exercice régulier favorise une circulation efficace et améliore l’état général de la peau.

N° 2. Produire plus de collagène et d’élastine

Le collagène et l’élastine donnent à la peau force et élasticité, la rendant souple et jeune. À mesure que nous vieillissons, la capacité naturelle de notre corps à produire ces protéines diminue, provoquant des rides, des ridules et un relâchement cutané. Le cortisol, l’hormone du stress, accélère ce processus en décomposant le collagène et l’élastine. L’exercice régulier peut contrecarrer le processus de vieillissement en abaissant les niveaux de cortisol, en libérant des endorphines et en favorisant la production de collagène et d’élastine.

Numéro 3. Nutrition améliorée de la peau

L’exercice augmente les niveaux d’oxygène à la surface et aide à nourrir la peau. En effet, l’exercice pompe les nutriments dans tout le corps, aidant à restaurer les propriétés de la peau en régénérant les cellules et en augmentant la production de collagène.

Numéro 4. Nettoyer le corps

La transpiration est un moyen naturel de détoxifier la peau, de nettoyer les pores des impuretés et de nettoyer le corps des toxines. Lorsque la sueur est libérée des pores, toute saleté va avec.

N ° 5. Activation du système lymphatique

L’une des causes des poches sous les yeux est l’hyperémie lymphatique – l’accumulation de toxines dans les sinus due au fonctionnement lent du système lymphatique. En augmentant la circulation sanguine, l’exercice physique augmente le flux lymphatique, lui permettant de nettoyer plus efficacement le corps des toxines et des toxines, et de réduire la rétention d’eau.

Eh bien, en conclusion, découvrons ce qu’ils sont …

Les meilleurs exercices pour le système tégumentaire humain

Nous parlerons certainement d’activité physique pour la santé de la peau, mais nous allons d’abord « déployer » des instructions sur la façon de traiter la peau avant, pendant et après l’entraînement. Alors souviens-toi:

  • si vous aimez courir, choisissez de courir sur des surfaces plus absorbantes comme surface – terre, herbe (pas d’asphalte). Sinon, la peau est tirée vers le haut et poussée vers le bas au point d’impact. Cette exposition répétée pendant la course peut dégrader l’élasticité de la peau ;
  • Rincez-vous le visage à l’eau plusieurs fois pendant votre entraînement ou utilisez des lingettes humides. Après l’entraînement, nettoyez soigneusement votre visage avec un gel ou un nettoyant pour le visage pour éliminer la sueur et la saleté ;
  • L’hormone cortisol peut entraîner la dégradation du collagène et de l’élastine, ce qui accélère le processus de vieillissement de la peau. Par conséquent, n’exercez pas de stress intense sur le corps, ne faites pas d’exercice pendant plus de 60 minutes et trois fois par semaine si vous ne voulez pas vous froisser à l’avance;
  • le bronzage c’est beau, mais n’oubliez pas que c’est aussi un vieillissement cutané plus précoce. Fixez-vous des priorités : mettez-vous en valeur avec un bronzage ou prolongez la jeunesse de votre peau ;
  • cosmétiques minimum dans le hall. Plus il y a de maquillage, plus il est difficile pour la peau de respirer et d’effectuer des processus d’échange naturels avec l’environnement ;
  • à la maison, après l’entraînement, prenez une douche de contraste. Cela améliorera la microcirculation sanguine et donnera du tonus à la peau.

En ce qui concerne les exercices eux-mêmes et l’activité physique, pratiquez alors ce qui suit:

  • yoga dynamique;
  • entraînement à l’intervalle de haute intensité;
  • cours de conditionnement physique en groupe;
  • aérobie;
  • jogging pas sur asphalte le soir ou tôt le matin en été;
  • natation.

Si l’un des éléments ci-dessus est présent dans votre programme d’entraînement de manière continue et que votre régime alimentaire est sain, vous oublierez les salons de beauté pendant longtemps.

En fait, c’était la dernière information significative. Résumons.

Épilogue

Ici, ils ont tiré. Le cycle de 12 notes sur les systèmes humains est clos. Nous sommes satisfaits du travail accompli et du résultat qu’il apportera dans le futur. Assurez-vous de vous ressaisir vendredi prochain, nous parlerons des produits du pays. À plus tard!

Le système tégumentaire humain

Tous les animaux, à la fois protozoaires et multicellulaires, ont des revêtements corporels qui protègent le corps de la pénétration de corps et de substances étrangers, d’autres organismes, de l’excès d’humidité et également des dommages mécaniques. La fonction protectrice du tégument se manifeste à la fois dans la régulation de la température corporelle et dans sa protection contre la perte d’eau. Chez les animaux multicellulaires, les téguments du corps sont impliqués dans le métabolisme. Les organismes unicellulaires qui ont une forme corporelle constante sont recouverts à l’extérieur d’une coquille solide. Dans les organismes multicellulaires, le tégument externe du corps devient plus complexe et est une couche de cellules allongées. Ces couvertures sont appelées épithélium squameux. Les téguments des vertébrés ont une structure complexe. La peau se compose de deux couches – l’épiderme et la peau elle-même. L’épiderme est la couche multicellulaire externe. Des écailles cornées, des plumes, des griffes, des sabots s’y forment, cornes creuses et nombreuses glandes, cellules pigmentaires. Les cellules de l’épiderme se divisent constamment et les couches supérieures meurent et s’exfolient. La peau elle-même est la plus durable. Il développe les racines des cheveux, les formations de cornes cutanées, les glandes sébacées et sudoripares. Chez les mammifères, la graisse sous-cutanée est la couche la plus profonde de la peau. Il contient principalement des cellules graisseuses qui sont stockées par le corps en réserve. De plus, une couche de graisse amortit les chocs extérieurs et retient la chaleur. déposé par le corps. De plus, une couche de graisse amortit les chocs extérieurs et retient la chaleur. déposé par le corps. De plus, une couche de graisse amortit les chocs extérieurs et retient la chaleur.

Ainsi, l’évolution des téguments du corps a suivi la voie de l’augmentation du nombre de leurs couches et de l’apparition de nouvelles formations en elles : cils, glandes, couverture calcaire et chitineuse, écailles, griffes, plumes, poils, cornes, sabots, les jambes.

Revêtements extérieurs d’une personne

La peau est l’enveloppe extérieure du corps humain. Sa superficie est de 1,5 à 1,6 m 2. Il se compose de trois couches: l’extérieur – l’épiderme, le milieu – le derme et l’intérieur – le tissu adipeux sous-cutané (hypoderme). La peau remplit une fonction protectrice : elle protège l’organisme de nombreux effets nocifs (mécaniques, chimiques, physiques), et constitue également un obstacle pour la plupart des microbes. Il produit des substances spéciales qui contribuent à son auto-désinfection.

La peau est riche en fibres musculaires et élastiques, qui ont la capacité de s’étirer, lui donnant de l’élasticité et résistant à la pression. Grâce à ces fibres, la peau peut retrouver sa position d’origine après un étirement. L’extensibilité de la peau dans différentes directions n’est pas la même. En y regardant de plus près, vous pouvez voir que toute la surface de la peau est parsemée d’un grand nombre de minuscules plis, rainures et lignes qui forment un motif complexe de champs triangulaires et rhombiques. De plus, il y a des dépressions à peine perceptibles sur la peau. Ce sont les soi-disant pores. Le motif cutané des lignes, des rainures et des pores chez les jeunes n’est pas très perceptible. Avec l’âge, ça se précise. Les rainures cutanées sur les paumes et la plante des pieds ressortent particulièrement nettement, formant un motif individuel complexe dans leurs zones.

La structure et les fonctions de la peau

Épiderme – la couche externe est formée par un épithélium squameux et a une épaisseur de 0,07 à 2,5 mm et dépend de la nature et de la force de l’impact environnemental. L’épiderme est le plus épais sur les paumes et la plante des pieds, le plus fin sur les paupières. La couche superficielle de l’épiderme est constituée de cellules mortes kératinisées (elle forme également des cheveux, des ongles), qui ressemblent à des écailles et sont étroitement adjacentes les unes aux autres.

L’épiderme est basé sur une rangée de cellules prismatiques qui se divisent constamment et forment de nouvelles cellules ; ces cellules se déplacent vers les couches externes, changent de forme, s’aplatissent, se kératinisent, meurent et s’exfolient. L’épiderme contient des cellules pigmentaires (mélanine) qui donnent sa couleur à la peau. La pigmentation contribue à l’absorption des rayons à ondes courtes et protège ainsi les organes internes des dommages.

La couleur de la peau dépend de plusieurs facteurs. Le pigment mélanine donne à la peau une teinte brune, la couche cornée de l’épiderme est gris-jaune et la couche granuleuse est blanchâtre. La couleur rose ou rougeâtre de la peau est due au fait que les vaisseaux sanguins sont visibles à travers la couche cornée. Les fluides tissulaires, réfractant les rayons de lumière, donnent à la peau une teinte blanche mate. De la combinaison de toutes ces nuances, la couleur de peau habituelle se forme, qui change avec l’âge et avec certaines maladies. Il n’y a pas de pigment dans la peau des nouveau-nés. Même chez les nègres, la peau d’un enfant nouveau-né est claire, rougeâtre, et n’acquiert sa couleur que quelque temps après la naissance. La pigmentation de la peau humaine prend forme au cours des premiers mois et des premières années de la vie et dépend non seulement du nombre de cellules pigmentaires, mais de leur capacité fonctionnelle, c’est-à-dire sur le degré de formation de pigment en eux. Chez les personnes à la peau claire à un jeune âge, le pigment est réparti uniformément. L’apport sanguin à la peau à cet âge est bien développé. La peau est riche en liquide tissulaire, ce qui lui donne une teinte blanchâtre-mate.

Chez les personnes âgées, la couche cornée et la couche granuleuse de l’épiderme s’épaississent et la circulation sanguine se détériore. La couleur blanc-jaune ou gris-jaune commence à prévaloir sur le rose à prédominance. De plus, les tissus de la peau vieillissante se déshydratent et les rayons lumineux commencent à passer plus profondément, ce qui détermine la couleur jaunâtre de la peau. Sous l’influence de facteurs endocriniens, du système nerveux et de phénomènes externes (lumière du soleil, température de l’air, vent, stimuli mécaniques), la quantité de pigment mélanique augmente également, donnant à la peau une teinte brun jaunâtre. De plus, la répartition des pigments dans la peau est perturbée avec l’âge : des taches pigmentaires apparaissent. Ainsi, à la suite de tous ces changements, la peau vieillissante acquiert une couleur jaune pâle ou gris-terre, souvent avec des taches pigmentaires de différentes tailles sur certaines zones du visage, du cou et des mains.

Le derme, ou couche interne (peau proprement dite), est beaucoup plus épais que l’épiderme. Il se compose d’un tissu conjonctif dense formé de cellules et de fibres étroitement entrelacées. Les fibres donnent de l’élasticité à la peau : elle est facilement étirée et déplacée.

Cette couche de peau est abondamment pourvue de vaisseaux sanguins et de terminaisons nerveuses. Il existe de nombreuses formations ici: poches à cheveux, glandes sébacées et sudoripares, récepteurs. Les vaisseaux sanguins, les nerfs et les muscles se rapprochent des follicules pileux. La contraction de ces muscles se produit par réflexe lors du refroidissement et redresse les cheveux, ce qui contribue à améliorer les propriétés d’isolation thermique de la peau. Dans ce cas, une personne développe “la chair de poule”. Les poils très clairsemés et courts recouvrent presque toute la peau humaine (à l’exception des paumes et des pieds). Ils ont perdu leur sens protecteur et sont rudimentaires. Avec les ongles, les cheveux appartiennent aux formations de corne de peau.

Les glandes sébacées, situées à la racine des cheveux, sécrètent une huile qui lubrifie les cheveux et la peau et les protège du dessèchement. Les glandes sudoripares produisent et sécrètent de la sueur, dont la composition est similaire à celle de l’urine, mais moins concentrée. Ils ont une structure tubulaire et sont un tube tordu en boule, tressé avec des capillaires sanguins.

Hypoderme – tissu adipeux sous-cutané – la couche la plus profonde de la peau, constituée de tissu conjonctif lâche, dans laquelle se trouvent des fibres et de nombreuses cellules graisseuses. C’est là que les réserves de graisse sont stockées. De plus, le tissu sous-cutané sert à protéger les organes qui en sont recouverts des chocs et du refroidissement.

Fonction protectrice de la peau

Tactile : sens du toucher ;

Température : perception du froid et du chaud ;

  • protège les organes internes des dommages mécaniques;
  • empêche la pénétration de micro-organismes et de substances nocives dans le corps;
  • retarde l’évaporation de l’eau;
  • forme un pigment – la mélanine, qui protège contre les rayons ultraviolets du soleil

La peau est alimentée par une grande variété de nerfs sensoriels et de terminaisons nerveuses correspondantes (récepteurs), grâce auxquelles elle remplit les fonctions d’un organe sensoriel complexe. Les récepteurs cutanés perçoivent divers stimuli environnementaux et les signalent au cortex cérébral. C’est pourquoi nous sommes capables de sentir le toucher et de toucher des objets, de sentir la chaleur et le froid, de ressentir la pression et la douleur. Les récepteurs cutanés permettent d’avoir des idées sur les objets qui nous entourent, leur taille, leur forme, la nature de leur surface, leur température.

Thermorégulation de la peau

La peau participe à la régulation thermique. Il protège le corps de la surchauffe et du refroidissement, aide à maintenir une température corporelle constante. Environ 80% de la chaleur générée dans le corps est libérée par la peau. La peau est le principal organe de thermorégulation. À travers la peau, le corps dégage de la chaleur dans l’environnement par conduction, rayonnement thermique et une partie importante – lors de l’évaporation de la sueur. Si, par exemple, une main mouillée est tenue en l’air, une sensation de froid apparaît, car l’évaporation de l’eau refroidit la main.

Le transfert de chaleur par évaporation de la sueur se produit de différentes manières : avec l’évaporation de la sueur, dont la formation dépend de la quantité de sang traversant les vaisseaux cutanés ; à la suite d’un rayonnement thermique dans l’air ambiant; en transférant de la chaleur à des objets en contact direct avec le corps, tels que des vêtements ; en raison du mélange des courants d’air, dans lequel l’air chaud entourant la surface du corps est remplacé par de l’air plus frais.

Le transfert de chaleur par évaporation de la sueur se produit en permanence sous forme de sueur imperceptible pour nous. Pendant la journée, la peau excrète avec la sueur deux fois plus d’eau que les poumons pendant le même temps. Par temps chaud, le corps perd plus de chaleur parce que les vaisseaux sanguins se dilatent, le flux sanguin dans ceux-ci s’accélère et la quantité de sang circulant près de la surface de notre corps augmente, là où il se refroidit. Par temps froid, les vaisseaux cutanés se contractent, la peau pâlit et le service de sudation est fortement réduit, ce qui réduit le transfert de chaleur.

Annexes cutanées – ongles et cheveux

Sur tous les doigts d’une personne, à l’arrière des phalanges terminales, il y a des ongles – des plaques kératinisées fines et transparentes. Ce sont des formations cutanées annexielles qui se développent à partir de l’épiderme. Les ongles sont courbés selon la surface de la phalange unguéale du doigt. La majeure partie de l’ongle – son corps – se termine par un bord libre et passe dans la partie la plus fine de l’ongle – la racine, qui pénètre profondément dans le pli cutané. Sur le site de la transition du corps de l’ongle à la racine, sous le rouleau cutané, la partie la plus claire de l’ongle, en forme de croissant, fait saillie – le lieu de sa croissance. L’ongle entier est situé dans le lit de l’ongle. C’est une formation de la peau et est étroitement liée à la tubérosité de la phalange de l’ongle à l’aide de faisceaux de fibres du tissu conjonctif. Il n’y a pas de glandes dans la zone du lit de l’ongle, mais il existe un grand nombre de terminaisons nerveuses sensorielles.

La structure de l’ongle est similaire à la structure de l’épiderme. Il distingue les couches germinales et cornées. Le premier correspond à la couche germinale dont la multiplication des cellules détermine la croissance de l’ongle. Chez une personne vivante, l’ongle pousse de manière continue et assez rapide – jusqu’à 4 mm par mois, en particulier sur les doigts. La substance de la majeure partie de l’ongle est constituée de la couche cornée. La plaque à ongles est dépourvue de vaisseaux sanguins et de nerfs. La couleur rose de l’ongle dépend des vaisseaux sous-unguéaux qui brillent à travers la couche cornée transparente. Avec la congestion, la couleur des ongles (cyanose) change également d’un changement de la couleur du sang.

Les appendices cutanés comprennent également des formations filamenteuses – des poils couvrant une partie importante de la surface de la peau. Seulement à certains endroits, ils sont complètement absents (paumes et surfaces palmaires des doigts, plantes et surfaces plantaires des orteils, surfaces dorsales des phalanges terminales de tous les doigts). Tous les cheveux en apparence sont divisés en plusieurs types. Les cheveux longs comprennent les cheveux de la tête, la barbe et la moustache. Les poils courts et hérissés comprennent les sourcils, les cils, ainsi que les poils situés à l’ouverture du nez et du conduit auditif externe. Il y a aussi des poils fins et laineux (duvet) qui se trouvent sur le tronc, les membres et le visage.

Les cheveux sont situés obliquement par rapport à la surface de la peau. La racine commence par un épaississement, un follicule pileux. La partie libre de chaque poil qui dépasse au-dessus de la peau est appelée sa tige. Un muscle lissant spécial est attaché à chaque cheveu. Les cheveux ont une couleur différente – du jaune pâle au noir. Leur couleur dépend de la présence de pigment dans la couche corticale, l’intensité de la couleur dépend de la quantité de ce dernier. Avec la perte de pigment, il se produit un grisonnement des cheveux, qui est aggravé par la pénétration d’air entre les cellules de la couche corticale. Les cheveux d’une personne vivante poussent continuellement. Les cheveux servent de dispositif de protection : les cils, les sourcils protègent les yeux. Ces poils hérissés piègent non seulement mécaniquement les grosses particules de poussière, mais sont également des « antennes » sensibles.

Le système tégumentaire humain

Peau, peau. fonctions cutanées. La structure de la peau. épiderme, épiderme

La peau, cutis , forme une couverture générale du corpsprotégeant le corps des influences extérieures. C’est l’organe le plus important du corps, remplissant un certain nombre de fonctions essentielles : thermorégulation, sécrétion (sueur et graisse), et avec elles substances nocives, respiration (échange gazeux), dépôt de réserves énergétiques. Elle est également créditée de propriétés endocriniennes. La fonction principale de la peau est la perception de divers stimuli environnementaux (toucher, pression, température et stimuli nocifs). Ainsi, la peau est un complexe complexe d’instruments perceptifs avec une immense surface de réception, atteignant une superficie d’environ 1,6 m2 chez l’adulte.

La structure détaillée de la peau est décrite au cours de l’histologie, nous nous limiterons donc ici à un bref examen de la structure macroscopique.

La peau humaine , comme tous les vertébrés, est constituée de deux couches :

1. La couche superficielle – l’épiderme, l’épiderme , provient de l’ectoderme et est un épithélium squameux stratifié , dont les couches externes se kératinisent et se détachent progressivement (surtout dans certaines maladies, comme la scarlatine, lorsqu’il y a un rejet important de l’épithélium cutané – peeling). En raison de la pression des chaussures ou des outils de travail, des callosités se forment, représentant des épaississements locaux de la couche cornée.

Peau proprement dite, corium (derme, derme). Base sous-cutanée, tela subcutanea. Tissu adipeux sous-cutané.

2. Couche profonde – la peau elle-même , corium (derme) , se développe à partir du mésoderme et est construite à partir de tissu conjonctif fibreux avec un mélange de fibres élastiques (dont dépend l’élasticité de la peau, surtout à un jeune âge) et de muscle non strié fibres. Ces derniers sont disposés soit sous forme de faisceaux, formant des muscles – élévateurs de cheveux, soit sont collectés en couches (mamelon et aréole de la glande mammaire, peau du pénis, périnée), formant (comme, par exemple, dans le scrotum) membrane musculaire, tunique dartos ). Sur le visage, le corium est étroitement associé aux muscles mimiques.

La couche supérieure dense de corium fait saillie dans l’épiderme sous la forme de papilles, papilles cutis , à l’intérieur desquelles se trouvent les capillaires sanguins et lymphatiques et les corps nerveux terminaux. Les papilles dépassent de la surface de la peau, formant des crêtes et des rainures dans la peau. Sur les pétoncles, les crêtes cutislimitent de fines rainures, sulci cutis , les ouvertures des glandes sudoripares s’ouvrent, d’où des gouttes de sueur s’écoulent dans les rainures et humidifient toute la surface de la peau. Du côté palmaire de la main et du côté plantaire du pied, les pétoncles et les rainures forment un motif complexe que chaque personne a sa propre configuration particulière, qui est utilisée en anthropologie, ainsi qu’en médecine légale pour établir une identité, si cette personne avait déjà été relevée d’empreintes digitales – empreintes digitales.

Sur le reste de la surface de la peau, un léger motif de champs triangulaires et rhombiques est perceptible. Dans les coins des triangles et des losanges, les tiges des cheveux sortent et les glandes sébacées s’ouvrent , et sur leurs élévations – les glandes sudoripares .

La couche inférieure du corium passe dans le tissu sous-cutané, tela subcutanea , qui se compose de tissu conjonctif lâche contenant des accumulations de cellules graisseuses (couche de graisse sous-cutanée) et recouvre les organes les plus profonds. Le tissu adipeux joue un rôle dans la thermorégulation. C’est un mauvais conducteur de chaleur, c’est pourquoi il est surtout développé chez les animaux polaires. Le degré de développement de la couche de graisse sous-cutanée reflète le niveau de métabolisme, à la suite duquel, au cours de la vie, une personne grossit ou perd du poids. Le facteur mécanique compte également : dans les endroits qui subissent une pression en position debout (semelle) et assise (fesses), la couche de graisse sous-cutanée est particulièrement développée sous la forme d’un coussinet élastique.

Couleur de la peau. Cheveux. Structure des cheveux. Clous. La structure des ongles.

La couleur de la peau dépend principalement du pigment (mélanine) situé dans la couche la plus profonde de l’épiderme. Il y a beaucoup de pigment dans la peau des races colorées ; chez les noirs, il se dépose non seulement à l’intérieur et entre les cellules de toute la couche profonde de l’épiderme, mais également dans les cellules de la couche supérieure du derme. Entre la peau blanc-rosé de l’européen du nord et la peau du nègre, les transitions de couleurs sont innombrables.

Le poil est un mauvais conducteur de chaleur, ce qui explique son développement important sous forme de laine chez les mammifères. L’homme est le seul de tous les primates à ne pas avoir de ligne de cheveux continue, dont l’absence, apparemment, est associée au port de vêtements (couverture artificielle).

Dans le poil, pilus , il y a une partie immergée dans la peau, la racine , et une partie collant librement au-dessus de la peau, ou une tige. La couleur des cheveux dépend du pigment ainsi que de la teneur en air des cheveux. Avec une augmentation de la quantité d’air dans l’épaisseur des cheveux et la disparition du pigment, les cheveux deviennent gris.

Les ongles, les ongles , comme les cheveux, sont une formation de corne dérivée de l’épiderme. Les griffes des carnivores, les sabots des ongulés et les ongles des primates représentent des adaptations homologues sur les phalanges terminales, disposées selon la fonction des doigts chez ces animaux. La plaque à ongles , qui est un dérivé de l’épiderme, repose sur le lit de l’ongle du tissu conjonctif, d’où l’ongle pousse, c’est pourquoi le lit de l’ ongle n’est pas appelé matrice (utérus, source) unguis .

Selon la nature de la sécrétion dans la peau, on distingue trois types de gelée : 1) sébacée, 2) sueur et 3) lactée (la structure des deux premières est considérée au cours de l’histologie).

Vaisseaux et nerfs de la peau. Approvisionnement en sang de la peau. innervation cutanée.

Les artères cutanées proviennent soit de gros troncs profonds passant près de la peau, soit d’artères musculaires. Un épaississement significatif des vaisseaux cutanés est observé près des organes sensoriels – autour des ouvertures naturelles du visage et dans la peau du bout des doigts. Pour les vaisseaux lymphatiques de la peau, voir les articles sur le système lymphatique.

La peau en tant qu’organe sensoriel est richement pourvue de terminaisons nerveuses sensibles associées à des fibres nerveuses qui font partie des branches cutanées des nerfs crâniens et rachidiens. (Pour plus de détails sur les récepteurs cutanés, voir le cours d’histologie.) La peau est la plus riche en récepteurs tactiles, qui sont les plus développés dans la peau de la surface palmaire de la main, en particulier dans la peau du bout des doigts, qui est associée à la fonction de la main comme organe de travail ; “. le sens du toucher, que le singe possède à peine dans sa forme la plus grossière et rudimentaire, n’a été développé qu’avec le développement de la main humaine elle-même, grâce au travail »(Marx K., Engels F. Soch., 2e éd., vol. 20, p. 490).

L’anatomie de l’analyseur de peau dans son ensemble est décrite dans la section des voies conductrices du cerveau , et les zones d’innervation cutanée – dans la section du système nerveux périphérique. Dans le cadre des nerfs animaux, les fibres sympathiques arrivent à la peau, innervant les glandes, les vaisseaux et les muscles des poils de la peau.

Conférence vidéo histologie de la peau, des glandes sébacées, des glandes sudoripares, des cheveux

Editeur : Iskander Milevsky. Date de la dernière mise à jour de la publication : 9.9.2020

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.