Kyste mammaire

Un kyste est une pathologie assez courante du sein. Il est en forme de bulle et rempli de contenu liquide. Cette formation est bénigne, mais elle est dangereuse avec la possibilité de développer un processus inflammatoire.

La maladie se déroule initialement de manière presque asymptomatique. Après un certain temps, des sensations désagréables apparaissent – brûlures, démangeaisons, légères douleurs et phoques dans la structure de la poitrine. Les symptômes sont aggravés par les menstruations.

Le kyste mammaire survient le plus souvent avec des troubles hormonaux chez les femmes. La maladie survient le plus souvent chez les femmes âgées de 35 à 50 ans (avant la ménopause), mais peut survenir à tout âge.

Il existe un faible risque de malignité de la formation kystique.

Qu’est-ce qu’un kyste mammaire

Une cavité délimitée par une capsule et remplie de contenu liquide s’appelle un kyste. Si ces structures pathologiques sont situées dans les tissus des glandes mammaires, il s’agit de kystes des glandes mammaires.

Une telle capsule est formée en raison de l’expansion du canal lactifère de la glande, qui est étiré et progressivement rempli de liquide. Le conduit se referme alors et forme une capsule. Au début, il n’y a pas d’inconfort et, dans les premiers stades, la maladie passe inaperçue.

Au fur et à mesure que le kyste se développe, des sensations désagréables et douloureuses apparaissent. Le contenu du kyste peut devenir enflammé, ce qui rend la douleur intense. Avant et pendant les menstruations, l’inconfort s’intensifie et peut devenir très douloureux. Le néoplasme peut être rond, ovale ou de forme plus complexe. Sa taille varie de quelques millimètres à plusieurs centimètres. De grandes formations kystiques peuvent transformer le sein en une déformation visuellement perceptible.

L’éducation peut être unique ou multiple (groupe).

Causes des kystes mammaires

Habituellement, la cause du kyste est une mastopathie négligée et de graves troubles endocriniens. Les principaux facteurs à l’origine de la maladie sont :

Poubelle inutile : les choses les plus inutiles de l’appartement sont nommées
Reconnu par la voix: changé Petrov allumé en public
Le commissaire militaire a expliqué pourquoi les Russes de plus de 45 ans sont appelés
C’est pourquoi les Russes de la catégorie “B” sont soumis à la mobilisation
  • une forte déviation de la norme du fond hormonal d’une femme, un excès d’œstrogènes;
  • séjour fréquent dans un état de stress;
  • hérédité;
  • grossesse et accouchement;
  • refus d’allaiter;
  • allaiter un enfant pendant plus d’un an;
  • dommage physique (blessure) à la poitrine;
  • dépasser la durée d’utilisation des contraceptifs hormonaux ou ne pas observer les pauses requises lors de leur prise;
  • les avortements, surtout nombreux ;
  • interventions chirurgicales sur la poitrine;
  • une exposition excessive au soleil et une surdose de rayons ultraviolets dans les solariums ;
  • grossesses tardives;
  • l’infécondité;
  • l’utilisation de « rapports sexuels interrompus » comme moyen de contraception ;
  • surpoids (obésité) ou hypertrophie mammaire ;
  • malnutrition, violation du métabolisme des graisses, entraînant des perturbations hormonales;
  • intoxication du corps dans les industries dangereuses;
  • mauvaises habitudes : tabagisme, abus d’alcool ou aliments non naturels.

En outre, la pathologie peut accompagner un certain nombre des maladies suivantes:

  • Diabète;
  • maladie du foie, troubles biliaires ;
  • dysfonctionnement de la glande thyroïde;
  • maladies ovariennes entraînant des troubles hormonaux;
  • infections du système génito-urinaire;
  • maladies de la colonne vertébrale thoracique, scoliose thoracique.

Les causes de la pathologie sont vraiment diverses. Si des facteurs de risque sont présents, il est nécessaire de surveiller l’état de vos glandes mammaires. Il est souhaitable d’exclure de la vie les causes de l’apparition de cette maladie. Beaucoup d’entre eux sont éliminés assez facilement – par exemple, les mauvaises habitudes et la malnutrition, conduisant à l’obésité.

Classification des formations kystiques

Par emplacement et structure, les kystes sont classés dans les types suivants :

La structure de l’éducation est divisée en 2 formes:

  1. Plaine . Se compose d’une capsule kystique vésiculaire lisse avec un contenu liquide, créée à partir des conduits des glandes mammaires. Sa structure est douce et élastique, cette forme peut passer longtemps inaperçue.
  2. Atypique. Une capsule creuse à partir des parois de laquelle des excroissances calcifiées “poussent” dans la cavité. Ce type de kyste s’enflamme rapidement, a une structure rigide et provoque une gêne.

Par taille peut être divisé en 2 groupes:

  1. Microkystes. La taille est de quelques millimètres. Non détectable à la palpation.
  2. Macrokystes. La taille dépasse 1 cm (10 mm) et peut atteindre jusqu’à 5 cm (50 mm). Facilement détecté en sondant même avec l’autodiagnostic.

Par le nombre d’unités de formation de kystes, il arrive:

  1. Solitaire. Formation solitaire, généralement de grande taille. Lorsqu’il atteint des tailles supérieures à 10 mm, il peut provoquer des douleurs.
  2. Multiples . Se compose de plusieurs petites capsules situées à proximité. Il est généralement bien palpable, car il occupe un volume important.
  3. Multichambre. Se produit avec la polycystose, lorsqu’un groupe de formations adjacentes se combine en une seule.

Par localisation dans les tissus :

  1. Couler. Formé par des excroissances creuses dans les conduits de lait de la glande. Se produit pendant la ménopause chez les femmes de 40 à 50 ans.
  2. Gras. Formé dans le corps de la glande en raison du blocage du canal sébacé.

Après avoir classé le kyste, le médecin détermine le traitement le plus approprié.

Symptômes du kyste mammaire

Au stade initial de développement, ce néoplasme bénin peut ne pas se manifester du tout et est diagnostiqué par hasard à l’échographie. Avec son développement ultérieur, les symptômes suivants peuvent apparaître:

  • les glandes mammaires deviennent douloureuses au toucher, le symptôme est particulièrement prononcé pendant la menstruation;
  • à la palpation, vous pouvez sentir une formation lisse qui se déplace dans le corps de la glande;
  • grossissement de la peau des mamelons;
  • décharge des mamelons d’un liquide de couleur blanche, jaune ou de pus;
  • une augmentation significative de la taille des seins avant la menstruation et une forte diminution après celle-ci;
  • déformation de l’organe, avec de grandes formations, un changement de forme du sein est perceptible visuellement;
  • une augmentation des ganglions lymphatiques axillaires et des douleurs dans la région axillaire ;
  • douleur en serrant la poitrine;
  • des douleurs, des brûlures ou des démangeaisons peuvent être observées sans effet mécanique sur la poitrine ;
  • avec un kyste enflammé, une augmentation de la température est possible.

Si une femme découvre quelque chose de similaire en elle-même, elle devrait consulter d’urgence un médecin pour un diagnostic et un traitement.

Diagnostic des kystes mammaires

Toutes les études des glandes mammaires sont mieux faites au début du cycle menstruel. À ce moment, les hormones féminines sont au minimum, il n’y a donc pas de douleur trop vive, comme avant et pendant les règles.

Il existe de nombreuses méthodes pour diagnostiquer l’état des glandes mammaires:

  • Autodiagnostic. Une femme sent indépendamment ses glandes mammaires et détermine la présence d’endroits douloureux lorsque vous les appuyez. Révèle également les structures mammaires dures ou douloureuses. La sensation doit être douce afin de ne pas endommager la structure délicate de la glande mammaire. Ce type d’auto-examen est souhaitable de procéder régulièrement, au moins une fois par mois. S’il y a des sensations douloureuses ou des structures formées, vous devez immédiatement consulter un médecin. Si rien n’est trouvé, vous devez toujours vérifier l’état des glandes mammaires avec un spécialiste au moins une fois par an. Les petits kystes ne peuvent pas être trouvés à la palpation. sein aide à déterminer la présence de néoplasmes. Malheureusement, la méthode ne permet pas de déterminer le type d’enseignement. La détection de toute structure solide dans la glande nécessite des examens plus précis à l’aide d’équipements modernes. . Examen radiographique de la poitrine. Détermine la forme, la taille, la localisation et le type de structures pathologiques de la glande. Il est recommandé à toutes les femmes de plus de 45 ans de passer une mammographie une fois par an. Cette méthode permet d’identifier dans les premiers stades de nombreuses maladies qui ne se sont pas encore manifestées sous forme de symptômes. Les mammographies régulières sont appelées dépistages. Si des structures suspectes sont identifiées, un deuxième examen peut être prescrit – il s’agit d’une mammographie diagnostique. Il est fait pour un examen plus détaillé et scrupuleux. (ultrason). Vous permet de déterminer la forme, la taille, la structure et la structure interne de tous les néoplasmes, y compris les kystes. Habituellement, l’échographie détermine également l’élasticité des tissus (élastographie). Lors de l’examen d’un kyste, il est considéré comme l’une des meilleures méthodes. Il a une grande précision diagnostique et permet d’examiner la structure interne du corps du kyste.
  • Imagerie par résonance magnétique. Montre la structure du kyste et des tissus pariétaux. Elle est prescrite si la mammographie ne suffisait pas pour une étude plus complète de la structure de la glande et de ses pathologies.
  • Aspiration à l’aiguille fine (ponction) du contenu du kyste. À l’aide d’un appareil à ultrasons, le médecin perce le kyste avec une fine aiguille et en extrait du liquide, qui sera envoyé pour des recherches supplémentaires. Cette méthode est également utilisée pour traiter les kystes en extrayant le liquide de la cavité de formation.
  • Analyse cytologique. Le matériel biologique est prélevé dans la formation, obtenu par ponction à l’aiguille fine du kyste, puis examiné par des méthodes cytologiques microscopiques.
  • Étude de l’équilibre hormonal. Il est nécessaire d’identifier les causes de la maladie.

Lors de la visite d’un mammologue à des fins de diagnostic, il est nécessaire de dire en détail:

  • quels symptômes sont observés et pendant combien de temps ;
  • quels médicaments, y compris les contraceptifs et les vitamines, sont utilisés ;
  • Y a-t-il des raisons de stress?
  • si le cycle menstruel est régulier;
  • si le kyste a déjà été détecté.

Complications d’un kyste mammaire

Des micro-organismes pathogènes peuvent pénétrer dans la cavité du kyste remplie de liquide, ce qui entraîne souvent une inflammation. C’est une complication très fréquente.

Sans traitement, un kyste enflammé peut se transformer en abcès. Cela peut entraîner la rupture du kyste et l’infection du corps. Les conséquences de telles complications sont très graves, pouvant aller jusqu’à la septicémie.

Il est possible que le kyste se transforme d’une tumeur bénigne en une tumeur maligne. Bien que la probabilité soit faible, elle ne doit pas être négligée.

Il existe un autre danger – un grand nombre de formations kystiques peuvent interférer avec la détection des tumeurs malignes, le cas échéant.

Traitement des kystes mammaires

Il y a une fausse opinion – “ça ne fait pas mal, donc il n’est pas nécessaire de traiter”. Ou “ça se résoudra de lui-même”. Cependant, les cas d’auto-guérison sont si rares qu’il ne faut pas s’y fier. Vous devez également oublier les complications décrites ci-dessus. Par conséquent, lorsqu’un kyste est détecté, le traitement doit être commencé immédiatement.

Avec une petite taille du kyste et l’absence d’inflammation, les méthodes de traitement conservatrices peuvent être limitées.

Ces méthodes comprennent :

  • Médical. Un certain nombre de médicaments sont utilisés pour éliminer les causes sous-jacentes de la maladie. Les médicaments hormonaux éliminent le déséquilibre du système endocrinien. Des complexes fortifiants et vitaminés fixent le résultat. Avec la présence de fond de stress, des sédatifs sont utilisés.
  • Aspiration. À l’aide d’une fine aiguille, le liquide est extrait de la cavité. La cavité peut être remplie d’une composition thérapeutique, c’est l’une des méthodes de traitement.

Si la maladie ne répond pas aux méthodes de traitement conservatrices, a évolué vers des formes dangereuses ou si des complications sont apparues, des méthodes chirurgicales sont utilisées:

  • Chirurgie laparoscopique. Intervention mini-invasive à l’aide d’un laparoscope, qui fait une ponction dans les glandes mammaires. Il est utilisé si la taille du kyste est petite.
  • Ablation chirurgicale de l’éducation. Cela se fait avec une incision tissulaire. Il est utilisé si la taille du néoplasme est importante. Pendant l’opération, la partie de la glande affectée par le kyste peut être retirée.
  • Ablation chirurgicale de la glande mammaire. Il est utilisé si presque toute la glande est affectée par la maladie polykystique. Après cela, une chirurgie mammaire reconstructrice est effectuée.

L’organe opéré étant à l’extérieur, l’opération n’est pas difficile. Ne nécessite pas une longue période de récupération après cela. La technique chirurgicale moderne offre la possibilité de minimiser les cicatrices postopératoires. Une fois les crevaisons et les incisions guéries, elles deviennent peu ou pas perceptibles du tout.

Les méthodes de traitement suivantes doivent être ajoutées ici, utilisées conjointement avec des méthodes conservatrices et chirurgicales :

  • Thérapie diététique. Cela aidera à éliminer le risque de reformation du kyste. La normalisation de la nutrition élimine le risque d’obésité et d’hypersécrétion d’œstrogènes.
  • Éducation physique. Une activité physique modérée rétablira le métabolisme. Cela réduit considérablement le risque de rechute.
  • Psychothérapie. S’il y a un stress constant dans la vie d’une femme, il y a une possibilité de retour de la maladie. Il est nécessaire d’éliminer le stress et de restaurer l’état psycho-émotionnel du patient.

En diagnostiquant les problèmes à un stade précoce, la chirurgie peut être évitée. Le respect de règles simples de prévention empêchera la récurrence de la maladie.

Prévention des kystes mammaires

En fait, la prévention des kystes mammaires peut être décrite en une phrase – un mode de vie sain.

Voici quelques recommandations simples, à la suite desquelles vous pouvez éviter cette maladie désagréable ou sa récurrence :

Maladies des glandes mammaires

Les maladies des glandes mammaires surviennent chez les femmes à différents âges et pour différentes raisons. Les pathologies comprennent les anomalies congénitales, l’inflammation, les modifications fibrokystiques, les tumeurs bénignes et malignes. Aujourd’hui, la plupart des maladies des glandes mammaires sont traitées avec succès. Pour reconnaître la pathologie à un stade précoce et un pronostic favorable, il est nécessaire de réaliser systématiquement un auto-examen des seins, de se soumettre à un examen préventif par un mammologue une fois par an ou plus souvent en cas de plaintes.

Quand consulter un médecin ?

Le diagnostic, le traitement et la prévention des maladies des glandes mammaires sont effectués par un mammologue. Un examen préventif est nécessaire pour toutes les femmes une fois par an, même en l’absence de plaintes, pour maintenir la santé des glandes mammaires. C’est le moyen le plus efficace de prévenir le cancer du sein.

Outre le but préventif, il est nécessaire de contacter un mammologue si des sensations désagréables apparaissent :

douleur à la poitrine,

ulcères et éruptions cutanées sur la peau de la poitrine,

hypertrophie et douleur des ganglions lymphatiques axillaires et sous-claviers,

déformations des seins ou des mamelons,

décharge des mamelons,

Ce ne sont là que quelques-uns des symptômes des maladies du sein qui ne doivent pas être ignorés. Tout écart par rapport à la norme nécessite une visite chez le médecin.

Il est préférable pour les femmes qui planifient une grossesse de consulter un mammologue à l’avance afin de subir un examen complet. Les femmes au début de la ménopause doivent être régulièrement suivies par un mammologue, car le risque de maladies tumorales augmente avec l’âge.

Types de maladies du sein

Classiquement, toutes les pathologies des glandes mammaires peuvent être divisées en bénignes et malignes. Parmi les maladies bénignes, nous ne considérons que celles qui surviennent le plus souvent. Il s’agit de la maladie fibrokystique, de la mammite, du kyste, de l’adénome, du lipome et du papillome intracanalaire. Les maladies malignes comprennent le cancer du sein. Séparément, les maladies des mamelons sont distinguées – inflammation et eczéma.

Mastite

Il s’agit d’un processus inflammatoire dans les tissus des glandes mammaires. Se produit lorsqu’il est infecté par le staphylocoque doré. Les agents pathogènes pénètrent également dans la glande mammaire avec le flux sanguin provenant des foyers d’infections chroniques – voies respiratoires et urinaires, système reproducteur, cavité buccale.

La mammite est constatée chez 85 % des primipares et primipares allaitantes. Cela est dû à la stagnation du lait, à la violation de la technique de lactation, à la formation de fissures et d’érosions autour des mamelons, qui servent de porte d’entrée à l’infection.

De par la nature du flux, la mammite est purulente et non purulente. La mammite non purulente commence par une lourdeur, un inconfort, une douleur éclatante dans la poitrine touchée. Au fur et à mesure que la maladie progresse, la douleur est remplacée par des sensations de coup de couteau et de coupure. Dans le même temps, faiblesse, malaise, frissons, maux de tête se font sentir, la température monte à + 38–38,5 ° С.

La mammite infectieuse se manifeste par une douleur intense au niveau de la poitrine. Au début de la maladie, le sein semble agrandi, les femmes se plaignent d’une température élevée de 38 ° C, de frissons, de lourdeur et de douleur de la glande touchée. Après 3-4 jours, l’état se complique, la température monte à 39-40 ° C, la taille du sein augmente fortement, la peau devient cyanosée. Le mamelon est rétracté, lorsqu’il est pressé, un écoulement purulent avec une odeur désagréable se forme.

Avec un cours incontrôlé, l’inflammation purulente conduit à la formation d’un abcès de la glande mammaire. Il s’agit d’une cavité purulente limitée dans les tissus du sein. La maladie est grave, avec une douleur intense, une rougeur et un gonflement de la poitrine, un écoulement purulent. Même les touches légères sont accompagnées de douleurs intenses. Le mamelon et les alvéoles sont élargis en raison d’un œdème.

tumeurs bénignes

Les néoplasmes bénins se retrouvent chez 30 à 70% des femmes. Ils se caractérisent par une croissance lente, un manque d’agressivité. Par leur degré de différenciation et de fonctionnement, ils ne diffèrent pratiquement pas des cellules saines.

Le plus souvent, ils ont une capsule limitante, ne se propagent pas aux tissus et organes environnants. Ils répondent généralement bien au traitement. La taille, la structure, le contenu sont différents selon la durée et les causes de la tumeur, sa localisation.

Important! Les tumeurs bénignes augmentent le risque de développer un cancer. Certains stades précoces du cancer se font passer pour des tumeurs bénignes.

La plupart des néoplasmes bénins se forment à la suite d’un déséquilibre hormonal, lorsqu’il y a un excès d’hormones sexuelles féminines – les œstrogènes.

Les principaux facteurs provoquants:

apparition tardive ou précoce des règles,

interruptions fréquentes de grossesse ou son absence avant 35 ans,

refus d’allaiter ou lactation prolongée de plus de 12 mois,

vie sexuelle irrégulière ou son absence du tout,

utilisation à long terme incontrôlée de médicaments hormonaux.

Les antécédents favorables à l’apparition d’une tumeur sont les lésions du rudi, les maladies de la glande thyroïde, du foie et des voies biliaires, le diabète sucré.

Les maladies féminines affectent négativement l’état des glandes mammaires et prédisposent à l’apparition de formations tumorales:

annexite (inflammation des ovaires et des appendices utérins),

syndrome des ovaires polykystiques,

saignements utérins abondants et réguliers,

mammite (inflammation des glandes mammaires),

fibromes utérins (tumeur bénigne de l’utérus),

ovarite (processus inflammatoire des ovaires),

endométrite (inflammation de la couche muqueuse interne de l’utérus – endomètre).

Le risque de formation de formations est associé à l’obésité, à l’intoxication alcoolique et chimique, au tabagisme, à la malnutrition, au surmenage psycho-émotionnel, au stress constant.

Les tumeurs bénignes comprennent le kyste, le lipome, l’adénome, le papillome intracanalaire, la mastopathie fibrokystique.

Lipome ou wen

Il s’agit d’une tumeur bénigne du tissu adipeux. Il a différentes tailles, une croissance lente, ne se transforme jamais en une tumeur maligne. Le taux de croissance est différent. Certains existent depuis des années sans augmenter de taille, tandis que d’autres montrent des signes de croissance active.

Le lipome, en règle générale, est limité à une capsule, a une structure élastique, une forme ronde et des limites claires, indolores. Mobile à la palpation. La taille atteint de 1 à 10 cm, et plus. Dans le cas où un wen est sans capsule, il n’a pas de contours clairs, soudés à la peau, de forme irrégulière.

Survient principalement chez les femmes de plus de 40 ans. A souvent une évolution asymptomatique. La peau sur le wen n’est pas modifiée. Les petits nodules sont parfois non palpables, et sont découverts par hasard lors d’une échographie préventive de routine des glandes mammaires. Les gros lipomes déforment le sein, provoquent une légère douleur et une gêne lors du port d’un soutien-gorge, en appuyant sur la zone touchée.

Papillome intracanalaire

Ce sont des excroissances papillaires formées à partir de l’épithélium des conduits de la glande mammaire. Ils se développent dans n’importe quelle partie du système canalaire et sont situés dans la zone au-dessus de l’aréole (centrale) et à la périphérie de la glande (périphérique). Il en existe des simples et des multiples. Leur taille varie de quelques millimètres à 2 cm.Les papillomes intracanalaires peuvent dégénérer en cancer, surtout en cas de cancer multiple.

Les premières manifestations cliniques sont un écoulement des mamelons de nature différente. Un liquide blanc, clair et vert est évacué du mamelon, avec des impuretés sanguines. Seules les excroissances situées dans le conduit principal sont palpables. Au toucher, il est ressenti comme un joint élastique de forme arrondie, douloureux lorsqu’il est pressé.

Mastopathie fibrokystique

Ce sont des changements pathologiques dans les tissus de la glande mammaire avec une violation du rapport des cellules épithéliales et conjonctives. Il existe une forme diffuse – la croissance de tissu glandulaire ou fibreux sous forme de nodules non formés, et nodale – la formation de nœuds et de kystes dans les tissus.

La tumeur peut se développer autour et dans les conduits, ou les deux. Il se forme le plus souvent chez les femmes âgées de 20 à 30 ans et de 40 à 50 ans. La mastopathie fibrokystique est sujette à la malignité.

La tumeur est ferme, indolore, de 5 à 6 mm de diamètre et est souvent découverte par la femme elle-même lors d’un auto-examen. Avec la croissance de la formation et de la compression des terminaisons nerveuses, des sensations douloureuses apparaissent. La douleur est souvent bilatérale, plus prononcée au milieu ou dans la seconde moitié du cycle menstruel. Avec l’apparition des saignements menstruels, le syndrome douloureux s’atténue progressivement.

Kyste

Il s’agit d’un néoplasme volumétrique pathologique rempli de contenu liquide et limité par une capsule des tissus environnants. Elle se caractérise par des changements structurels dans les glandes mammaires, les conduits et les lobules de la glande, une croissance inégale du tissu conjonctif.

Le néoplasme a des limites claires, une forme arrondie, moins souvent irrégulière, et à mesure que le contenu liquide s’y accumule, sa taille augmente, atteignant un diamètre de plusieurs millimètres à plusieurs centimètres.

Par structure, les cavités kystiques sont divisées en ordinaires et atypiques. Un kyste normal est une capsule lisse avec une structure souple et élastique remplie de liquide. Pendant longtemps ne se manifeste pas cliniquement. La forme atypique se caractérise par la présence de zones de calcification dans les tissus mous du thorax (calcifications), une structure rigide, une tendance à l’inflammation et des douleurs.

Les macrokystes peuvent être identifiés lors de l’auto-examen des seins comme un nodule douloureux ou indolore. Le principal signe d’une masse kystique est une douleur dans la glande mammaire. La douleur est ressentie comme douloureuse, cambrée, lancinante, donne au cou, à l’épaule, à l’aisselle, à l’hypochondre, au dos. Déterminer visuellement le gonflement des seins, le gonflement, l’élargissement d’une ou des deux glandes mammaires.

Lors de la palpation, de petits phoques uniformes dans la poitrine avec des contours clairs peuvent être tracés. Moins souvent, les cavités kystiques ont une forme irrégulière, une structure granuleuse ou lobulaire. En appuyant sur les mamelons, un liquide clair ou blanc, du pus, est libéré, ce qui peut être dû à la présence de formations intrakystiques.

Adénome

Il s’agit d’une tumeur bénigne des tissus des glandes mammaires, formée de cellules de l’épithélium glandulaire. Il se développe sous forme de formations simples ou multiples dans un ou les deux organes en même temps.

Référence! Avec le début de la ménopause, le tissu glandulaire des glandes mammaires est progressivement remplacé par du tissu fibreux et adipeux, de sorte que la tumeur n’apparaît presque jamais après 40 ans. Cependant, des rechutes de formations existantes sont possibles.

Selon la classification de l’Organisation mondiale de la santé, il existe deux adénomes du mamelon et cinq types de glandes mammaires :

Syringomateux. Il se forme dans la région du mamelon et des alvéoles, se développe à partir des cellules épithéliales des glandes sudoripares. Il se trouve le plus souvent dans un seul sein.

tubulaire. Une tumeur aux limites claires, des tubules étroitement adjacents les uns aux autres, ressemble visuellement à la structure des lobules de la glande mammaire. La partie interne des canaux tubaires est tapissée de deux rangées d’épithélium.

Adénome du mamelon. La tumeur est située à l’intérieur des canaux galactophores du mamelon et de la zone péripapillaire. Il se caractérise par la formation de multiples foyers de croissance. Malignité possible. Diagnostiqué chez les femmes de plus de 45 ans.

Apocrine. Il présente des similitudes avec l’adénome tubulaire, mais en diffère par la structure de l’épithélium – les cellules glandulaires de la glande mammaire deviennent similaires aux cellules des glandes sudoripares.

en lactation. Les troubles hormonaux pendant la grossesse et l’allaitement créent des conditions favorables à la croissance du tissu glandulaire, à la formation d’adénomes. Habituellement, la tumeur disparaît d’elle-même après l’arrêt de la lactation.

Extrêmement rare dans la pratique d’un mammologue est un adénome pléomorphe (tumeur des glandes sudoripares et sébacées).

Cancer mammaire

Il s’agit d’une tumeur maligne du sein. Les cellules cancéreuses sont immatures, capables de croissance incontrôlée, de reproduction, de pénétration dans les tissus environnants avec formation de métastases. Le pronostic dépend de la forme de la maladie et du traitement en temps opportun.

Des facteurs externes défavorables, des maladies endocriniennes, des pathologies gynécologiques prédisposent à la formation d’une tumeur. Les facteurs de risque les plus graves sont la génétique maternelle et l’âge supérieur à 40 ans.

Référence! Chez les femmes de plus de 40 ans, le cancer du sein est détecté dans 180 cas sur 1000, alors que le taux d’incidence augmente régulièrement avec l’âge.

Le cancer a plus de 30 formes. Cela se produit canalaire – la tumeur se développe à l’intérieur du canal de la glande mammaire et lobulaire – se développe dans un lobule de tissu glandulaire (l’endroit où se forme le lait).

Le processus oncologique passe par plusieurs étapes de développement, qui décrivent le foyer principal de la tumeur, la présence de métastases :

Stade zéro. Le cancer n’est pas cliniquement déterminé. Avec un traitement rapide, le pronostic de récupération est de 100%.

Première étape. Les cellules cancéreuses se propagent au-delà de l’épithélium sans affecter le corps.

Deuxième et troisième étapes. La tumeur se développe dans les tissus voisins, affecte les ganglions lymphatiques sans affecter les organes sains.

Quatrième étape. Cancer progressif ou métastatique. Des métastases se forment – foyers secondaires du processus pathologique. L’espérance de vie se mesure en mois, parfois en semaines.

Une douleur thoracique persistante modérée, un inconfort et une lourdeur qui augmentent le soir peuvent être les seuls symptômes aux premiers stades du cancer du sein. Ces manifestations ne sont pas spécifiques, elles sont donc souvent ignorées ou confondues avec une autre maladie.

L’oncopathologie est suspectée lorsque la douleur devient atroce, conduit à l’insomnie et se propage aux aisselles. Un examen externe révèle des mamelons inversés, une peau ridée sur la poitrine, des phoques palpables. Ganglions lymphatiques supraclaviculaires et axillaires élargis.

Maladies des mamelons

L’eczéma des mamelons ou dermatose allergique est l’une des pathologies les plus courantes. Il survient dans le contexte de blessures et de lésions des mamelons pendant l’allaitement, d’un stress constant et d’une tendance à une réaction allergique.

Cliniquement déterminé par des éruptions cutanées avec démangeaisons dans la région des mamelons et des aréoles environnantes, sécheresse, desquamation et peau violacée. Des sensations douloureuses apparaissent dès le premier jour, ont des intensités différentes et augmentent avec l’allaitement. Au fur et à mesure que vous récupérez, la douleur diminue, remplacée par des démangeaisons intenses.

Dans la pratique d’un mammologue, une inflammation du complexe mamelon-aréolaire est souvent rencontrée. La maladie provoque une infection, une stase du lait, un traumatisme mammaire, des papillomes intracanalaires.

Symptômes d’inflammation du mamelon:

engorgement et compactage,

rougeur de la peau de la région péripapillaire,

gonflement du sein affecté,

l’apparition de sécrétions liquides (sanglantes, transparentes, purulentes).

La douleur est constante ou survient lors de la compression du mamelon, plus intense dans l’aréole, mais peut s’étendre à l’ensemble du sein. Avec l’inflammation bactérienne et virale des mamelons, la température monte à 38 ° C, les ganglions lymphatiques axillaires et cervicaux augmentent.

Diagnostic des maladies du sein

Si vous soupçonnez une pathologie des glandes mammaires, une consultation avec un mammologue s’impose.

Lors de la visite initiale, le médecin examine les glandes mammaires, évalue leur symétrie, les modifications cutanées, la taille des ganglions lymphatiques supraclaviculaires et cervicaux et la présence d’un écoulement du mamelon.

À partir d’une conversation avec le patient, il clarifie les plaintes, les conditions qui ont précédé leur apparition, les facteurs de risque (hérédité défavorable, maladies endocriniennes, blessures).

Pour compléter les données d’examen externe, des tests de laboratoire sont prescrits:

étude de la composition de la décharge du mamelon;

test sanguin clinique;

test des marqueurs tumoraux CA 15-3 (substances qui produisent des cellules tumorales);

étude des hormones thyroïdiennes, du pancréas, des glandes surrénales, des hormones sexuelles.

Pour évaluer la structure et les fonctions de la glande mammaire, les méthodes de diagnostic matériel les plus informatives sont les suivantes :

Mammographie. Examen aux rayons X du tissu mammaire et des ganglions lymphatiques, qui permet de déterminer la nature de la tumeur, la présence de calcifications (zones de dépôts de sel dans les tissus du sein).

Échographie des glandes mammaires. Fournit des informations sur la structure, la taille, l’emplacement, la forme et l’étendue des néoplasmes. Informatif dans le diagnostic de la mastopathie, de la mammite, des abcès, des kystes, des tumeurs dans la région des glandes mammaires. L’échographie Doppler évalue l’état et la vitesse du flux sanguin.

Ductographie. À l’aide de la numérisation aux rayons X des canaux galactophores lobaires, leur perméabilité et leur ramification, les formations tumorales et les cavités kystiques sont déterminées. Recommandé en présence d’écoulement des mamelons, suspicion de maladie fibrokystique.

Biopsie. Si un néoplasme a été détecté lors de l’examen, une analyse histologique est prescrite pour déterminer la présence ou l’absence de signes de malignité. Sous anesthésie locale, une quantité suffisante de contenu liquide est collectée avec une aiguille et une seringue.

Pneumocystographie. Il s’agit d’un examen aux rayons X du contenu liquide du kyste, à l’aide duquel des informations sont obtenues sur ses caractéristiques structurelles, la présence de formations intrakystiques (verrues, papillomes, cellules malignes).

Si nécessaire, le médecin fait appel à d’autres spécialistes : un infectiologue, un oncologue, un chirurgien, un traumatologue, un endocrinologue.

Important! Il est recommandé d’effectuer des études instrumentales du 5 au 11e jour du cycle menstruel, chez les femmes en période de ménopause – à tout moment.

Traitement des maladies des glandes mammaires

Le déroulement du traitement est compilé par un mammologue dans le cas d’un patient particulier, en tenant compte du mécanisme d’apparition et de la gravité de l’évolution de la pathologie.

Différentes méthodes de thérapie conservatrice sont utilisées isolément ou en combinaison les unes avec les autres :

Anti-inflammatoires non stéroïdiens, antalgiques. Attribuer avec une douleur intense et une inflammation, pour réduire l’enflure.

Les hormones. Nécessaire pour rétablir le déséquilibre hormonal. Indication – traitement complexe des formations bénignes dans la cavité de la glande mammaire.

Antibiotiques. Leur utilisation est justifiée en cas d’infection bactérienne. Le médicament est choisi en tenant compte des données de l’examen bactériologique, pris dans un cours de 7 à 10 jours.

Médicaments sédatifs. Ils corrigent l’état émotionnel, normalisent le sommeil nocturne et ont un effet calmant.

Vitamines, agents fortifiants. Soulager la douleur dans le syndrome douloureux à long terme, aider à combler les besoins du corps en nutriments.

Le traitement conservateur est complété par une thérapie par l’exercice, la physiothérapie, une thérapie diététique, une cure thermale. Si la cause de la maladie des glandes mammaires est la stagnation du lait, dans ce cas, des efforts, un massage de la glande mammaire sont effectués et des techniques d’alimentation sont enseignées.

Les kystes sans excroissances et phoques, ne dépassant pas 2 cm, sont soumis à des méthodes de traitement atraumatiques:

Crevaisons. Sous anesthésie locale, une aiguille est insérée au centre de la cavité, le liquide est complètement retiré avec une seringue. Les parois de la formation se collent, le kyste disparaît.

Sclérose. Le liquide est évacué par une ponction sous contrôle échographique à l’aide d’une seringue. De plus, des médicaments sont injectés dans la cavité kystique, provoquant l’adhésion des parois de la cavité.

Vaporisation laser. Il s’agit de la destruction des zones liquides et endommagées par un faisceau laser, sans porter atteinte à l’intégrité des tissus sains. Sous anesthésie locale, une aiguille est insérée dans la cavité du kyste, à travers laquelle une LED est insérée.

Thérapie à l’ozone. La cavité vidée est lavée avec une solution antiseptique et remplie d’un mélange ozone-oxygène à travers une aiguille, sous l’action de laquelle les parois du kyste se collent, la microcirculation revient à la normale et le processus inflammatoire s’arrête.

Excision chirurgicale des tumeurs bénignes dans les tissus du sein, qui ne se prêtent pas à un traitement conservateur. Avec l’inflammation purulente, un foyer purulent est ouvert, suivi de sa vidange et de sa désinfection. Les gros hématomes qui sont apparus après des blessures à la poitrine sont soumis à une dissection chirurgicale.

L’indication absolue du traitement chirurgical est le cancer du sein. Si l’oncopathologie est détectée à un stade précoce, il est possible de se limiter à une opération conservatrice d’organe, au cours de laquelle 8/6 de l’organe et des tissus pathologiquement altérés sont prélevés.

Prévention des maladies des glandes mammaires

Pour la prévention et la détection précoce des pathologies mammaires, il est important de se soumettre périodiquement à un examen par un mammologue et un gynécologue. Il est recommandé aux femmes de plus de 35 ans d’effectuer une échographie des glandes mammaires une fois par an, une mammographie – une fois tous les deux ans.

Il est nécessaire de procéder à un auto-examen mensuel du sein à la maison, de faire attention à la présence de phoques étrangers, à l’apparition de douleurs, à un changement de forme du sein et à un écoulement des mamelons.

Les facteurs qui réduisent le risque de maladie du sein comprennent :

choisir le bon soutien-gorge

prévention des blessures à la poitrine

choix rationnel de la contraception,

vidange complète des glandes mammaires pendant la lactation,

respect des règles d’hygiène,

assainissement des foyers d’infection chronique.

La présence de néoplasmes dans les tissus de la glande mammaire est une contre-indication à la visite du bain, du sauna, du solarium. Il est bon pour la santé d’alterner travail et repos, de mener une vie saine, de limiter l’alcool et les cigarettes et d’éviter les avortements.

Mastopathie

La mastopathie est une maladie dans laquelle le tissu conjonctif de la glande mammaire commence à se développer de manière pathologique. Elle se caractérise par l’apparition de nodules, de phoques dans la poitrine, de douleurs chroniques visqueuses.

Certaines formes de mastopathie nodulaire multiplient par 5 le risque de cancer du sein, vous ne devez donc pas ignorer les symptômes. Les symptômes et les signes de la mastopathie mammaire doivent être connus de toutes les femmes à risque. Si vous ignorez la maladie au stade initial, elle peut se transformer en une forme incurable, provoquant un certain nombre de conséquences graves. Aux premiers signes de la maladie, prenez rendez-vous avec un mammologue !

Qu’est-ce que la mastopathie des glandes mammaires

La mastopathie de la glande mammaire est une maladie courante. Selon les statistiques, plus de 60% des femmes de la planète y sont confrontées. Elle est classée comme une maladie bénigne, mais une mastopathie compliquée par la suite peut entraîner un cancer du sein.

La maladie se caractérise par une croissance anormale du tissu mammaire due à un déséquilibre hormonal. Dans les derniers stades, des nodules caractéristiques apparaissent dans la poitrine, douloureux au toucher.

Raisons du développement de la maladie

Les symptômes de la mastopathie sont causés par un déséquilibre hormonal. La croissance des tissus est provoquée par un excès d’oestrogène et un manque de progestérone. Parfois, la maladie provoque un excès de prolactine.

Les facteurs de risque sont :

  • âge après 30 ans;
  • prédisposition héréditaire;
  • troubles menstruels, apparition précoce des règles (jusqu’à 12 ans) et ménopause tardive (après 50 ans);
  • naissance tardive (après 30 ans), absence d’enfants en principe;
  • interruption précoce de l’allaitement, manque d’alimentation en principe;
  • avortements tardifs;
  • problèmes avec le système endocrinien;
  • Diabète;
  • surpoids;
  • déjà souffert de maladies mammaires.

Souvent , les symptômes de la mastopathie mammaire apparaissent à un âge plus avancé – après 30 ans. Cependant, les jeunes filles et les femmes ont souvent une forme diffuse. Elle ne provoque aucun symptôme et est découverte fortuitement à l’échographie. Par conséquent, si vous êtes à risque, consultez un mammologue au moins une fois par an. Une précaution peut un jour vous sauver la vie !

Symptômes et signes de mastopathie mammaire

Les signes de mastopathie sont :

  • douleur thoracique, qui finit par devenir aiguë, irradiant vers l’épaule ou le dos;
  • changement dans la structure glandulaire de la glande mammaire;
  • augmentation mammaire visible;
  • sensation de lourdeur et d’inconfort;
  • douleur à la palpation;
  • décharge des mamelons, comme le colostrum.

Des symptômes similaires sont caractéristiques de la deuxième phase du cycle menstruel. Mais avec la mastopathie, la douleur accompagne une femme 24 heures sur 24, même après la menstruation. Si des manifestations dangereuses apparaissent, procédez à un auto-examen.

Inspectez soigneusement la peau autour des mamelons. Il ne doit pas se décoller, saigner, être douloureux au toucher. La présence de tout écoulement, plaies et irritations est une raison de consulter un médecin.

Allongé sur le dos, palpez soigneusement la poitrine. Parmi les symptômes et les signes de la mastopathie , on distingue la présence de “pannes” soudaines. Au toucher, la glande mammaire doit être élastique et avoir une structure homogène.

Pathogenèse de la maladie

La mastopathie mammaire est provoquée par un déséquilibre hormonal, un excès d’oestrogène ou de prolactine. Dans des conditions normales, le sein féminin est sujet à des changements cycliques. Selon la phase du cycle menstruel, il peut gonfler, grossir ou vice versa – diminuer.

Cependant, sous l’influence d’un excès d’hormones féminines, le cycle est perturbé. Il existe des problèmes de connexions neurohormonales naturelles dans la glande mammaire. Cela crée des conditions favorables à la prolifération – un processus dans lequel les cellules du tissu conjonctif, y compris les cellules graisseuses, commencent à se diviser de manière incontrôlable. Au deuxième stade de la maladie, des phoques nodulaires apparaissent dans la poitrine. Les tissus sont dominés par une composante kystique, fibreuse ou glandulaire.

Classification et stades de développement de la mastopathie

Le traitement , les symptômes alarmants et les signes de mastopathie mammaire dépendent de la forme de la maladie. Traditionnellement, la classification suivante est utilisée :

  1. Mastalgie. Elle se caractérise par une douleur prononcée dans la poitrine. La douleur est si intense que la femme se voit prescrire des analgésiques.
  2. Mastopathie diffuse. Des formations diffuses apparaissent dans le tissu mammaire.
      • Fibreux. Les phoques dans les glandes mammaires sont constitués de tissu conjonctif fibreux.
      • Fibrokystique. Phoques similaires accompagnés de kystes.

    La maladie se développe progressivement. Tout d’abord, la prolifération pathologique du tissu conjonctif commence. A ce stade, les symptômes ne sont observés qu’avant les menstruations.

    Avec l’apparition de phoques fibrokystiques, la libération de colostrum commence. Il y a une douleur à la palpation, une douleur d’intensité variable. Dans la deuxième étape, des troubles pathologiques peuvent affecter le système lymphatique : les ganglions lymphatiques axillaires deviennent enflammés.

    La maladie se caractérise également par un stade latent et asymptomatique. Elle peut durer des années : il y a des cas où des femmes ont vécu avec une mastopathie pendant des décennies, ignorant son existence.

    Complications possibles

    Des études récentes ont confirmé que la mastopathie non traitée multiplie par 5 le risque de développer un cancer du sein. La forme fibrokystique est particulièrement dangereuse. Cependant, avec un traitement rapide, la mastopathie est sans danger.

    Dans la plupart des cas, les médecins donnent un pronostic favorable. La maladie est facilement traitable avec des médicaments hormonaux. Les mammologues recommandent aux filles qui ont ce problème de se faire examiner tous les six mois.

    Diagnostic et traitement de la mastopathie chez la femme

    Le diagnostic commence par l’anamnèse: le médecin détermine à l’avance les causes de la mastopathie , identifie les facteurs de risque. La palpation est le moyen le plus simple de poser un diagnostic primaire. L’examen externe est effectué d’abord debout, puis en position couchée.

    Le médecin fait attention à l’apparence du sein, à la présence de plaies, d’irritations et de desquamations sur les mamelons. La palpation est effectuée pour détecter les nodules et les phoques. Si les résultats des diagnostics externes sont suspects, le médecin oriente le patient vers une échographie.

    Une mammographie peut être nécessaire pour clarifier le diagnostic. Cependant, cette méthode est moins sûre. Il ne présente pas de petites formations, il est interdit aux femmes enceintes et allaitantes, ainsi qu’aux femmes de moins de 35 ans.

    La dernière étape du diagnostic est la ponction du nodule ou de la formation fibreuse. Cela aide à classer la mastopathie et à prescrire le traitement approprié.

    Important! En aucun cas, ne vous prescrivez un traitement, surtout si vous n’avez pas fait l’objet d’un diagnostic complet. Les symptômes du cancer et de la mastopathie coïncident en grande partie, alors consultez TOUJOURS un médecin !

    Mesures préventives

    Les symptômes de la mastopathie provoquent souvent une gêne pour le patient et le traitement peut être retardé pendant longtemps. Par conséquent, il vaut mieux prévenir la maladie que de faire face à ses conséquences plus tard. Si vous êtes à risque, prenez les mesures préventives suivantes :

    • auto-examens réguliers;
    • mode de vie actif;
    • se débarrasser des mauvaises habitudes (tabagisme, alcool);
    • vie sexuelle régulière;
    • accouchement et allaitement;
    • contraception prudente pour éviter l’avortement;
    • prendre des médicaments hormonaux uniquement sur prescription d’un médecin.

    Et bien sûr, la mesure principale est des examens réguliers par un mammologue. Il est conseillé aux jeunes filles de consulter un médecin une fois tous les 1 à 2 ans. Femmes de plus de 30 ans et patients à risque – une fois tous les six mois.

    N’ignorez pas les symptômes inhabituels. En cas d’écoulement thoracique, de fortes douleurs et d’oppression, consulter un médecin. Faites des auto-examens réguliers et si des grosseurs suspectes apparaissent, prenez rendez-vous avec un mammologue.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *