Hypothyroïdie. Symptômes de l’hypothyroïdie. L’hypothyroïdie a diminué la fonction thyroïdienne. subclinique

L’hypothyroïdie (pas l’hypothyroïdie ! ) est l’une des maladies de la glande thyroïde, dans laquelle le corps n’a pas assez d’hormones thyroïdiennes. L’hypothyroïdie s’accompagne d’un métabolisme lent, d’une prise de poids, d’une peau sèche, de constipation, d’une insensibilité au froid, d’une perte de cheveux, de fatigue et d’irrégularités menstruelles chez la femme.

Une forme grave d’hypothyroïdie – le myxœdème – peut entraîner une perturbation du cœur, un coma.

Chez les enfants, une insuffisance thyroïdienne peut entraîner un retard de croissance et un développement sexuel altéré.

Les nourrissons peuvent avoir un retard mental.Les maladies qui conduisent à l’hypothyroïdie

La glande thyroïde est sous le contrôle de deux glandes : l’hypothalamus et l’hypophyse par un mécanisme de rétroaction. L’insuffisance de la fonction de la glande peut être le résultat d’une violation à n’importe quel niveau de la voie hypothalamo-hypophyso-thyroïdienne. Dans la plupart des cas, l’hypothyroïdie se développe en raison de la pathologie de la glande thyroïde elle-même. Moins souvent – en raison d’un manque d’hormone hypophysaire – TSH, ou, encore plus rarement – en raison d’une diminution de la libération de l’hormone de libération de la thyrotropine par l’hypothalamus.

Contents

Causes de l’hypothyroïdie

Hypothyroïdie primaire

  • Thyroïdite chronique auto-immune
  • Hypothyroïdie iatrogène : thyroïdectomie, radiothérapie
  • Carence ou excès d’iode
  • Certains médicaments – amiodarone, interféron-alpha, interleukine-2, perchlorate, inhibiteurs de la tyrosine kinase
  • Maladies infiltrantes – thyroïdite fibreuse, hémochromatose, sarcoïdose
    • jaunissement prolongé de la peau et du blanc des yeux;
    • faiblesse de la fonction intestinale (constipation, des douleurs abdominales peuvent être observées);
    • petit appétit;
    • une diminution significative de l’activité du bébé;
    • enrouement en pleurant;
    • violation de la fréquence respiratoire;
    • diminution de la fréquence cardiaque;
    • la présence d’une hernie ombilicale;
    • défauts du système cardiovasculaire.Hypothyroïdie transitoire
      • Thyroïdite
      • Thyroïdite granulomateuse subaiguë
      • Thyroïdite post-partum
      • Thyroïdectomie partielle : l’hypothyroïdie se développe après l’ablation de la glande thyroïde
      • Séquelles du traitement de la maladie de Basedow par l’iode radioactif
      • Arrêt du traitement hormonal thyroïdien chez les patients euthyroïdiens

      Hypothyroïdie secondaire ou centrale

      • Déficit en TSH
      • Déficit en TRH

      Symptômes de l’hypothyroïdie chez l’adulte

      Diagnostic de l’hypothyroïdie

      La base du diagnostic de l’hypothyroïdie est le diagnostic de laboratoire, car il n’y a pas de symptômes cliniques spécifiques évidents.

      L’hypothyroïdie primaire représente environ 95 % des cas d’hypothyroïdie. L’hypothyroïdie primaire est caractérisée par un taux élevé de TSH et une faible concentration d’hormones thyroïdiennes – T4 totale, T4 libre. Parallèlement, l’hypothyroïdie subclinique se caractérise par un taux normal de T4 totale, de T3 totale ou de T4 libre, de T3 libre avec un taux de TSH élevé.

      L’hypothyroïdie secondaire est également caractérisée par une baisse des hormones thyroïdiennes et une baisse de la TSH.

      Quand diagnostiquer l’hypothyroïdie

      Des tests pour diagnostiquer l’hypothyroïdie doivent être effectués s’il y a des signes de maladie thyroïdienne, s’il existe des conditions pouvant être dues à l’hypothyroïdie, s’il existe des facteurs de risque d’hypothyroïdie, chez les patients prenant des médicaments qui affectent la fonction thyroïdienne. Par exemple, un examen est indiqué dans les cas suivants :

      • premier trimestre de grossesse;
      • l’hyperlipidémie, qui est souvent associée à l’hypothyroïdie ;
      • hyponatrémie, qui peut résulter d’une production inadéquate d’hormone antidiurétique;
      • concentration sérique élevée d’enzymes musculaires;
      • anémie macrocytaire;
      • épanchement péricardique ou pleural;
      • traitement chirurgical ou radiologique de la glande thyroïde;
      • troubles hypothalamiques ou hypophysaires;
      • maladies auto-immunes.

      Autres articles de la rubrique

      Hyperandrogénie ? Hirsutisme? Augmentation des niveaux d’hormones sexuelles “mâles” ? Infertilité? Anovulation ? Syndrome des ovaires polykystiques ?

      Pour déterminer l’utilité de la régulation hormonale du cycle menstruel, des tests sont effectués pour déterminer les hormones dans le sérum sanguin (strictement les jours du cycle).

      L’échelle d’hirsutisme de Ferriman-Galvey est une méthode d’évaluation de l’hirsutisme chez les femmes. La méthode a été présentée pour la première fois par D. Ferriman et JD Gallwey dans The Journal of Clinical Endocrinology. Initialement, la méthode décrivait 11 zones du corps à évaluer, mais lorsque la méthode a été modifiée, leur nombre a été réduit à 9 (l’avant-bras et le bas de la jambe ont été retirés).

      Le cycle menstruel dure du premier jour d’une menstruation au premier jour de la suivante. Le cycle menstruel est régulé par les hormones. Il contrôle l’orchestre hormonal du fer, qui s’appelle l’hypophyse Quelles sont les irrégularités menstruelles ?

      • Études de laboratoire et échographie pour évaluer la réserve ovarienne
      • Matériaux du forum “Santé des femmes” – les experts du CIR répondent

      La prolactine humaine est une hormone polypeptidique produite principalement par l’hypophyse antérieure sous le contrôle de l’hypothalamus.

      Gènes clés liés au développement des manifestations cliniques du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK).

      Le SOPK (SOPK) est une maladie qui affecte de nombreuses fonctions du corps féminin. Un diagnostic complet peut prévenir les risques de développer de nombreuses complications.

      Un taux élevé de TSH indique le plus souvent une réponse insuffisante de la glande thyroïde à la stimulation de l’hormone stimulant la thyroïde, qui survient dans les maladies thyroïdiennes aiguës et chroniques.

      • Laboratoires CIR
      • Boutique en ligne
      • Spermatologie
      • Analyses express
      • Tests pour les infections

      Matériaux connexes

      Licence n° LO-77-01-013791 du 24 janvier 2017

      Laboratoires CIR — laboratoires médicaux indépendants © Laboratoires CIR 2006–2022

      Hypothyroïdie: causes de développement, traitement, pronostic

      C’est l’une des maladies endocriniennes les plus courantes et les plus dangereuses, entraînant dans les cas graves un coma et un retard mental chez les enfants. Il est très difficile de détecter une hypothyroïdie à un stade précoce en raison de l’absence de signes cliniques évidents. Il est généralement détecté lors d’un examen médical complet ou lors de plaintes d’œdèmes et de fatigue chronique.

      Qu’est-ce que l’hypothyroïdie

      Il s’agit d’un trouble persistant de la glande thyroïde, qui provoque un manque chronique d’hormones thyroïdiennes. Dans certains cas, la pathologie entraîne une diminution de la sensibilité des cellules à ceux-ci. Les troubles systémiques commencent par une diminution de la consommation d’oxygène par les tissus, un ralentissement du métabolisme énergétique. En conséquence, le corps traite les nutriments plus mal, accumule l’excès d’eau.

      L’hypothyroïdie se développe de manière imperceptible et asymptomatique. La fatigue périodique, la somnolence et l’humeur dépressive causées par une carence en hormones thyroïdiennes sont souvent confondues avec les effets du stress ou de la fatigue ordinaire. Selon les statistiques médicales, l’hypothyroïdie touche environ 1 % de la population mondiale. On le trouve chez 2 femmes sur 100 et à un âge avancé – chez chaque dixième.

      Causes et types d’hypothyroïdie

      Près de 99 % de tous les cas d’hypothyroïdie sont acquis. Tous sont divisés en 3 types principaux:

      Thyroïdite auto-immune : se développe à la suite de l’activité pathologique de l’immunité contre ses propres tissus. forme irréversible. Les symptômes prononcés et les conséquences de la maladie apparaissent généralement après de nombreuses années d’évolution latente.

      Hypothyroïdie iatrogène : conséquence d’une lésion radioactive des tissus de la glande thyroïde ou de son ablation chirurgicale. Irréversible aussi.

      Hypothyroïdie transitoire : Elle est causée par une carence aiguë ou une absence totale d’iode dans l’organisme. Aux stades précoce et intermédiaire, il est curable après avoir reconstitué la carence en minéral.

      L’hypothyroïdie congénitale se retrouve chez les enfants en raison de divers troubles du développement fœtal. Ils peuvent être déclenchés par la consommation de médicaments pendant la grossesse, des anomalies génétiques.

      L’hypothyroïdie primaire, la forme la plus courante, est associée à des taux élevés d’hormone stimulant la thyroïde (TSH). Il se produit en raison d’une inflammation, d’un traumatisme, d’une hyperplasie de la glande thyroïde. Dans certains cas, il se développe pour des raisons inconnues.

      Secondaire s’accompagne d’un dysfonctionnement de l’hypophyse et d’une diminution du taux de TSH. Cette forme de la maladie est relativement rare.

      L’hypothyroïdie tertiaire se produit en raison de dommages à l’hypothalamus.

      Symptômes de l’hypothyroïdie

      La maladie n’a pas de signes spécifiques qui ne sont caractéristiques que pour lui. À un stade précoce, l’hypothyroïdie chez l’adulte est complètement asymptomatique. D’autres manifestations dépendent de l’âge, de la cause et de la gravité de la maladie. Des complexes de symptômes sont souvent observés, chez tous les patients, ils diffèrent. Le plus fréquent:

      sensibilité accrue au froid, frissons;

      manque de force physique après le sommeil, difficulté à se réveiller, somnolence diurne;

      sautes d’humeur, explosions d’agressivité, crises de colère, états dépressifs;

      gonflement du visage et des paumes;

      gain de poids sans cause;

      sensation de raideur dans les muscles, picotements, légère douleur lancinante ;

      sécheresse accrue de la peau et des cheveux.

      Aux stades avancés, le visage des patients devient gonflé, leurs cheveux tombent intensément et s’affinent. L’œdème recouvre la racine de la langue et du larynx, à cause duquel la voix devient rauque, les cols des vêtements sont serrés. Parfois, l’ouïe est réduite. Les troubles neuropsychiatriques progressent, les personnes souffrant d’hypothyroïdie développent des larmes, une anxiété accrue et une hystérie. La plupart du temps, ils sont dans un état de dépression et de nostalgie.

      Avec l’hypothyroïdie, le système cardiovasculaire souffre souvent: péricardite, hypertension surviennent. Souvent, les patients développent une anémie, des troubles du foie, du tractus gastro-intestinal.

      Chez les femmes, la pathologie provoque souvent des irrégularités menstruelles, une mastopathie, une interruption prématurée de la grossesse et l’infertilité. Chez les hommes, la libido souffre, la fonction sexuelle diminue.

      L’hypothyroïdie congénitale se manifeste par une augmentation de la taille de la fontanelle, une hernie ombilicale et des ballonnements. Ces enfants ont des muscles flasques. Avec l’âge, il y a des violations de la motricité, du développement mental, des disproportions squelettiques, un retard de croissance.

      Si elle n’est pas traitée, la pathologie congénitale chez les enfants entraîne la formation de crétinisme, de graves lésions du système nerveux central et une défaillance multiviscérale. Chez les hommes et les femmes adultes, les complications possibles incluent :

      œdème muqueux : accumulation d’une grande quantité de liquide dans les tissus ;

      coma myxoedémateux : souvent retrouvé chez les personnes âgées, accompagné de confusion, d’occlusion intestinale ;

      Traitement de l’hypothyroïdie, pronostic

      Un diagnostic précis est établi par un endocrinologue après une série d’examens, y compris un test sanguin biochimique, un test pour les hormones thyroïdiennes et thyroïdiennes et une échographie de la glande thyroïde. La thérapie est choisie en tenant compte des causes du développement de la maladie.

      L’hypothyroïdie transitoire se guérit par une alimentation complète contenant des aliments riches en iode, prenant des complexes minéraux. Dans le même temps, il est nécessaire d’exclure les facteurs qui provoquent la maladie: intoxication, utilisation de certains groupes de médicaments.

      Avec des formes de pathologie irréversibles, les patients se voient prescrire un traitement de remplacement à vie. Ils sont inscrits dans les dossiers du dispensaire, prescrivant des analogues synthétiques d’hormones thyroïdiennes à base de L-thyroxine.

      Le pronostic du traitement précoce de l’hypothyroïdie est favorable. Avec l’aide de médicaments contenant des hormones et d’une correction nutritionnelle, il est possible d’éviter les conséquences d’une maladie congénitale et acquise. Avec le développement de complications, le succès dépend des ressources de l’organisme et des dommages causés par la pathologie. Il n’est pas toujours possible de restaurer les fonctions perdues du système nerveux central et la santé des organes internes.

      Tous les documents présentés sur le site sont uniquement à des fins éducatives et ne sont pas destinés à des conseils médicaux, à un diagnostic ou à un traitement. L’administration du site, les éditeurs et les auteurs d’articles ne sont pas responsables des conséquences et des pertes pouvant survenir lors de l’utilisation du matériel du site.

      Hypothyroïdie

      La glande thyroïde est l’élément principal du système endocrinien humain. Il a un effet direct ou indirect sur le travail de presque tous les organes et systèmes internes. C’est pourquoi il est important de savoir quelles pathologies peuvent être associées à cet organe, comment elles se manifestent et quel est leur danger. Une de ces pathologies est l’hypothyroïdie.

      Hypothyroïdie : principales caractéristiques

      L’hypothyroïdie est l’une des formes possibles de dysfonctionnement de la thyroïde. Avec une telle pathologie, la quantité d’hormones produites par la glande est fortement réduite, ce qui ne peut qu’affecter l’état général d’une personne.

      Tous les processus se produisant dans le corps sont perturbés. Normalement, les hormones thyroïdiennes contrôlent le métabolisme énergétique au niveau cellulaire dans tous les organes internes d’une personne. Leur manque entraîne une diminution de l’absorption d’oxygène par les tissus et une diminution de la consommation d’énergie. La violation de la synthèse de diverses enzymes cellulaires entraîne des pathologies de l’état et de la structure des cellules elles-mêmes.

      Cela ne veut pas dire que l’hypothyroïdie est répandue. Selon les statistiques, il survient dans environ 1% des cas, chez les femmes enceintes – dans 2% des cas, chez les personnes âgées, la fréquence passe à 10%.

      Types et stades de développement de l’hypothyroïdie

      Il existe deux types d’hypothyroïdie : congénitale et acquise. Dans 99% des cas, la pathologie apparaît au cours de la vie et seulement 1% des nouveau-nés sont diagnostiqués avec une forme congénitale de la maladie.

      Les stades de l’hypothyroïdie sont classés en fonction du facteur à l’origine de la pathologie:

      1. Primaire. Le type de maladie le plus courant (environ 95% des cas). L’apparition d’une pathologie conduit directement à la défaite de la glande thyroïde, de ses tissus et de ses cellules. De plus, l’hypothyroïdie primaire peut être le résultat d’une défaillance fonctionnelle de la glande.

      2. Secondaire – une conséquence des dommages à la glande pituitaire. L’un des lobes de la glande pituitaire (située dans le cerveau) sécrète la thyréostimuline (TSH). Cette hormone stimule et maintient la glande thyroïde. La perturbation de la glande pituitaire réduit la production de TSH. Le résultat est un dysfonctionnement thyroïdien.

      3. Tertiaire – une conséquence du dysfonctionnement de l’hypothalamus. Il est également situé dans le cerveau et, comme la glande thyroïde, est un élément du système endocrinien humain. L’hypothalamus stimule la glande pituitaire pour libérer la TSH. Un dysfonctionnement de la fonction de l’hypothalamus entraîne un affaiblissement de la fonction de l’hypophyse, et donc une violation de la fonction de la glande thyroïde.

      4. Périphérique – la forme la plus rare, mais dangereuse et grave de la maladie. A généralement une forme congénitale. Ce type d’hypothyroïdie est causé par une diminution de la sensibilité des tissus des organes internes à la TSH. Dans le même temps, le patient ne présente pas de dysfonctionnements des organes du système endocrinien.

      Causes de la maladie

      Il existe de nombreuses causes à l’hypothyroïdie. Les principaux incluent:

      • Inflammation de la glande thyroïde ou thyroïdite auto-immune (plus fréquente chez les femmes enceintes).
      • Opérations sur la glande thyroïde. Dans certains cas, l’hypothyroïdie se manifeste après l’ablation de la glande, en tout ou en partie.
      • L’anomalie du développement de la glande thyroïde est l’absence congénitale ou la formation anormale de l’organe.
      • SRAS – l’hypothyroïdie peut être le résultat d’une maladie infectieuse.
      • Thérapie à l’iode radioactif (dans la lutte contre le cancer).
      • La défaite du corps par les toxines stimulant la thyroïde.
      • Effets secondaires de certains médicaments.
      • Carence sévère en iode ou excès d’iode.

      Comment se manifeste l’hypothyroïdie ?

      La façon dont l’hypothyroïdie se manifestera dépend du degré de son développement. Très souvent, la maladie se déroule en secret. Par exemple, l’hypothyroïdie subclinique peut ne pas causer de plaintes chez les femmes enceintes, ni chez les femmes après l’accouchement.

      Les symptômes de l’hypothyroïdie modérée ou sévère peuvent être non spécifiques. Ainsi, par exemple, une arythmie peut survenir en raison de dysfonctionnements de la glande thyroïde et non en raison de lésions cardiaques primaires, comme il semble initialement.

      Les autres symptômes de l’hypothyroïdie comprennent :

      • gain de poids;
      • diminution de la température corporelle;
      • perturbation du SNC. Les patients se plaignent souvent de troubles de la mémoire, d’une somnolence accrue et d’une certaine léthargie dans leurs mouvements, leur parole et leur pensée. Parfois, il y a des accès de panique déraisonnables ;
      • anémie, manque de vitamine B;
      • diminution du nombre de contractions cardiaques (bradycardie), hypotension artérielle, insuffisance cardiaque (dans les cas graves) ;
      • perturbation du système digestif. Il peut y avoir une diminution de l’appétit, de la constipation et d’autres signes de dysfonctionnement du tube digestif ;
      • gonflement;
      • brève interruption de la respiration pendant le sommeil.

      Tous ces symptômes sont caractéristiques de nombreuses autres maladies. De nombreuses femmes enceintes connaissent des phénomènes similaires pendant la période de gestation, alors que leurs causes ne sont pas nécessairement associées à l’hypothyroïdie.

      Quelles complications l’hypothyroïdie peut-elle entraîner?

      Les complications de l’hypothyroïdie peuvent inclure :

      • Forme aiguë ou chronique d’insuffisance cardiaque.
      • Crétinisme.
      • Le coma hypothyroïdien est la complication la plus difficile, voire mortelle dans certains cas. Elle peut être le résultat de l’absence de tout traitement de la pathologie ou de sa mauvaise qualité de traitement. Les symptômes du coma hypothyroïdien sont une diminution de la miction, une peau froide, une couleur de peau ictérique, une baisse de la tension artérielle.

      Hypothyroïdie pendant la grossesse

      Considérant l’hypothyroïdie des femmes enceintes, il est nécessaire de la diviser en deux types:

      • Subclinique – dangereux principalement parce qu’il est caché, asymptomatique. Pendant la grossesse, il ne peut pratiquement pas déranger une femme. Une telle hypothyroïdie ne peut être détectée qu’à l’aide de tests de laboratoire. Le principal marqueur de pathologie est une augmentation de la TSH dans le contexte d’un niveau normal de tétraiodothyroxine totale. L’hypothyroïdie subclinique n’est pas un motif d’interruption de grossesse ni de panique, ce qui n’affectera pas non plus l’enfant favorablement. Très souvent, les femmes atteintes d’hypothyroïdie donnent naissance à des enfants en parfaite santé.
      • Auto-immune – causée par une inflammation de la glande thyroïde. Une femme enceinte peut subir une augmentation de la glande (forme hypertrophique) ou le remplacement de ses zones touchées par du tissu conjonctif (forme atrophique).

      Caractéristiques de la planification de la grossesse dans l’hypothyroïdie

      Lors de la planification d’une grossesse, il ne faut pas perdre de vue le fait qu’une femme a un diagnostic d’hypothyroïdie. Les spécialistes du centre de reproduction Genesis de Saint-Pétersbourg prescrivent un traitement préventif spécial pour une telle pathologie, ce qui aide à minimiser les conséquences du dysfonctionnement thyroïdien.

      Si une femme qui s’est adressée au centre de reproduction Genesis pour planifier une grossesse n’a jamais souffert d’hypothyroïdie, elle subit tout de même des examens cliniques spéciaux pour identifier cette pathologie (puisque les symptômes peuvent être cachés).

      Pendant la grossesse, il est conseillé aux femmes de vérifier périodiquement l’état de la glande thyroïde, de contrôler les niveaux hormonaux, de surveiller leur bien-être et la manifestation de symptômes de pathologie.

      Conséquences de l’hypothyroïdie pour une femme enceinte et son enfant

      Les complications de l’hypothyroïdie doivent être prises en compte en premier lieu lors de l’étude du sujet de la grossesse. Ils peuvent affecter à la fois la femme elle-même et son enfant. L’hypothyroïdie est particulièrement dangereuse au cours du premier trimestre de la grossesse, lorsque les organes et systèmes internes sont en train de se former dans l’embryon.

      L’hypothyroïdie chez une femme enceinte peut entraîner :

      • à la naissance d’un nouveau-né de faible poids corporel;
      • au retard mental de l’enfant ou à son sous-développement physique ;
      • aux anomalies de la structure du corps de l’enfant;
      • à l’hypothyroïdie congénitale chez l’enfant.

      L’hypothyroïdie pendant la grossesse menace l’enfant d’une pathologie grave du système nerveux central. Il peut s’agir soit d’un retard mental, soit, dans les cas extrêmes, d’un crétinisme. Un tel enfant sera en retard de croissance, de développement sexuel, son immunité ne pourra pas combattre activement les infections virales. De plus, ces enfants sont souvent diagnostiqués avec des malformations cardiaques, des pathologies des organes internes et des lésions fonctionnelles de la glande thyroïde.

      Si nous parlons des dangers pour la femme elle-même, il convient de souligner les points suivants :

      • avortement spontané (fausses couches, ralentissement du développement fœtal);
      • décollement placentaire avant la fin du deuxième ou du troisième trimestre de la grossesse, saignements sévères ;
      • faible activité de travail (manque de contractions, ouverture lente du col de l’utérus);
      • anémie, carence en fer.

      Diagnostic de l’hypothyroïdie

      Comme vous le savez, un endocrinologue s’occupe des problèmes du système endocrinien. Par conséquent, pour diagnostiquer l’hypothyroïdie, vous devez contacter ce spécialiste. Le médecin pourra tirer des conclusions sur la présence ou l’absence d’un tel diagnostic chez un patient après un examen visuel, en étudiant les plaintes et les résultats des tests.

      Les analyses visent principalement à déterminer le fond hormonal chez le patient, ainsi qu’à détecter les anticorps thyroïdiens dans le sang. Un test sanguin biochimique standard est également effectué, une échographie de la glande thyroïde est effectuée.

      Traitement de l’hypothyroïdie

      Depuis que les scientifiques ont appris à créer artificiellement des hormones thyroïdiennes, une méthode efficace pour guérir l’hypothyroïdie est également apparue. Elle consiste à remplacer les hormones thyroïdiennes déficientes par leur homologue artificiel (lévothyroxine).

      La posologie du médicament dépend de:

      • l’âge de la personne atteinte d’hypothyroïdie ;
      • degré de développement et type d’hypothyroïdie;
      • la présence de comorbidités.

      Dans les cas où l’hypothyroïdie est le résultat d’une autre maladie (principale), l’hormonothérapie peut ne pas être nécessaire. Après élimination de la pathologie sous-jacente, la fonction thyroïdienne se rétablit souvent d’elle-même. La durée moyenne du traitement de l’hypothyroïdie est de 2 à 4 mois. Chez les personnes âgées, l’effet positif du traitement peut venir plus tard.

      Les patients ayant subi une thyroïdectomie ont besoin d’un médicament à vie contenant de la lévothyroxine.

      Les femmes enceintes, ainsi que les femmes qui planifient une grossesse, une hormone synthétique est également prescrite. Une hypothyroïdie correctement compensée pendant la grossesse n’entraînera pas de problèmes de santé graves ni pour l’enfant ni pour la mère.

      Mesures préventives pour prévenir l’hypothyroïdie

      Des mesures préventives spécifiques pour prévenir l’hypothyroïdie n’existent pas encore. Fondamentalement, la prévention est comprise comme certaines mesures visant à corriger les violations existantes :

      • Une surveillance périodique des hormones thyroïdiennes est effectuée (y compris lors de la planification d’un enfant).
      • Des médicaments contenant de l’iode sont prescrits (uniquement si une carence en iode est détectée et uniquement sur recommandation d’un médecin).
      • La prévention des maladies infectieuses est effectuée (des médicaments, des procédures qui renforcent le système immunitaire sont prescrits).

      Une pathologie telle que l’hypothyroïdie ne doit pas être ignorée et sous-estimée par sa gravité. Cette maladie en l’absence de traitement aggrave considérablement la qualité de vie et affecte la santé du patient et de sa progéniture.

      Diagnostic de l’hypothyroïdie

      L’hypothyroïdie est un état pathologique causé par une carence à long terme en hormones thyroïdiennes. Avec la thérapie compensatoire, le symptôme disparaît, mais dans les formes chroniques, congénitales et compliquées, il peut entraîner de graves conséquences. Le degré extrême de manifestation de la pathologie chez l’adulte est le myxoedème (gonflement des organes et des tissus), chez l’enfant – le crétinisme (retard du développement physique et mental).

      Le danger de la maladie réside dans des manifestations cliniques mineures à développement lent. Les symptômes sont vagues, ce qui ne permet pas au patient de remplacer à temps les changements qui se produisent dans son corps. La condition ressemble à diverses pathologies et maladies, de sorte que de nombreux médecins ne prêtent pas l’attention voulue aux plaintes des patients. Ils ne sont pas envoyés pour une analyse qui détermine le niveau d’hormones thyroïdiennes dans le sang.

      Symptômes de l’hypothyroïdie

      Faiblesse et fatigue immédiatement après le réveil.

      Paresse, somnolence pendant la journée.

      Augmentation de la fatigue, diminution des performances.

      Troubles de la mémoire, difficulté à assimiler de nouvelles informations.

      Gonflement du visage, des doigts et des orteils.

      Peau sèche, ongles cassants, chute de cheveux.

      Diminution de l’immunité, maladies infectieuses fréquentes.

      Du côté du tractus gastro-intestinal, le dysfonctionnement thyroïdien se manifeste par une constipation fréquente. Il peut y avoir une paresthésie des mains et des pieds, une intolérance au froid. Chez la femme, on note des troubles menstruels : de la ménorragie (menstruations abondantes) à l’aménorrhée (absence totale de celle-ci).

      Au fil du temps, un manque persistant d’hormones entraîne des changements de personnalité, la dépression. Dans certains cas, une psychose (folie myxoedémateuse) peut se développer. La gravité des symptômes de l’hypothyroïdie dépend du degré de déficit hormonal et des caractéristiques individuelles du corps.

      Chez les enfants, le dysfonctionnement thyroïdien provoque :

      faible prise de poids

      bradycardie (violation du rythme cardiaque);

      hypothermie (température corporelle basse).

      L’hypothyroïdie au cours de la première année de vie entraîne des retards dans le développement physique et mental. La forme congénitale est caractérisée par une grande langue, des fissures palpébrales étroites. La fontanelle se ferme plus tard que chez les autres enfants, la dentition est également tardive.

      Classification

      L’hypothyroïdie peut être congénitale et acquise, y compris après une intervention chirurgicale sur la glande thyroïde et une résection (ablation de la majeure partie de l’organe).

      Pathogénétiquement, le syndrome est divisé en:

      Primaire – développé dans le contexte d’une diminution ou d’une augmentation de la fonction sécrétoire (thyroïde).

      Secondaire – résultant d’un dysfonctionnement de la glande pituitaire (hypophyse).

      Tertiaire – causé par des troubles neuroendocriniens, un manque ou une carence en thyrolibérine en raison de lésions de l’hypothalamus (hypothalamique).

      Tissu – causé par des défauts périphériques dans l’action et le métabolisme des hormones thyroïdiennes (transport, périphérique).

      L’hypothyroïdie primaire la plus fréquente (dans 93% des cas). La forme la plus rare du syndrome est tissulaire. Son développement peut être causé par des périodes de faim, d’anorexie, de chirurgie et d’utilisation à long terme de certains médicaments.

      Selon la gravité de l’évolution de l’état pathologique, l’hypothyroïdie est divisée en plusieurs étapes:

      Infraclinique ou latente (augmentation du taux de l’hormone thyroïdienne TSH, avec un taux normal de thyroxine T4).

      Stade manifeste (le niveau de TSH est augmenté, le niveau de T4 est réduit).

      Hypothyroïdie compliquée (forme sévère du syndrome) Entraîne une insuffisance cardiaque, un crétinisme, des épanchements dans les cavités séreuses, un adénome hypophysaire. Sans traitement thérapeutique conduit au coma myxoedème.

      L’état de coma est le stade extrême de l’hypothyroïdie qui survient en l’absence de traitement ou à la suite d’une mauvaise thérapie. Elle est causée par l’inhibition de la respiration des tissus, des fonctions des reins et des glandes surrénales. Dans 80% des cas, elle entraîne la mort.

      Raisons du développement

      Chez l’adulte, à de rares exceptions près, une hypothyroïdie acquise est diagnostiquée. Les principales raisons du développement sont :

      tumeurs de la région hypothalamo-hypophysaire;

      Augmente le risque de syndrome d’apport insuffisant prolongé d’iode avec de la nourriture. Alimentation irrégulière, déséquilibrée, consommation rare de fruits de mer.

      L’hypothyroïdie congénitale est causée par une glande thyroïde anormale. Cela inclut l’hypoplasie, c’est-à-dire volume réduit de la glande avec tissus inchangés, absence partielle (aplasie) ou complète (agénésie) de la glande thyroïde ou de son isthme. Au fil du temps, la masse de tissu glandulaire continue de diminuer, la production d’hormones est réduite. En conséquence, la pathologie entraîne des maladies graves et des conditions potentiellement mortelles.

      Le manque d’hormones thyroïdiennes pendant la grossesse est particulièrement dangereux. Selon les statistiques médicales en Russie, 5% des femmes enceintes ont une glande thyroïde sous-active. Cette condition peut nuire au développement du fœtus. Les hormones T3 et T4 interviennent dans tous les processus de maturation, de développement et de croissance des cellules, tissus, organes. Sans ajustement de la condition, le risque de décollement placentaire, de naissance prématurée et de retard de développement augmente.

      Facteurs de risque

      Les femmes pendant la grossesse.

      Femmes de plus de 60 ans.

      Personnes ayant des parents atteints de maladies thyroïdiennes.

      Patients après chirurgie thyroïdienne.

      Avoir des maladies auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde, maladie de Liebman, diabète de type 1).

      Patients traités avec de l’iode radioactif, des thyréostatiques, des radiations cervicales ou thoraciques.

      Vivre dans des zones à fort rayonnement de fond.

      N’importe qui peut développer le syndrome, mais la probabilité de le développer augmente avec l’âge. La carence en iode a également un effet négatif. Ce microélément est nécessaire à la production d’hormones thyroïdiennes. Selon les données de l’OMS, environ 85 % des Russes vivent dans des zones carencées en iode. L’élément manque dans le sol et, par conséquent, dans les légumes et les fruits cultivés.

      Complications

      Si vous ignorez la maladie, évitez le traitement ou ne le recevez pas intégralement, cela peut entraîner les troubles suivants :

      La défaite du système nerveux, exprimée par une faiblesse musculaire, des douleurs dans les membres. La violation peut entraîner le développement du syndrome du canal carpien, une altération de la démarche et de la parole.

      Inhibition du travail des reins, ce qui signifie un ralentissement du retrait de liquide, ce qui entraîne un gonflement.

      Arythmie cardiaque et insuffisance cardiaque subséquente. Accumulation de liquide dans le péricarde, qui comprime le cœur, empêchant des contractions cardiaques adéquates

      L’infertilité chez les hommes et les femmes. L’hypothyroïdie provoque des fausses couches, un accouchement prématuré et une prééclampsie, une condition dangereuse pendant la grossesse caractérisée par une pression artérielle élevée.

      Une complication potentiellement mortelle de l’hypothyroïdie est le coma hypothyroïdien. Elle est rare, principalement dans la tranche d’âge des citoyens qui n’ont pas été soignés ou qui ont reçu une assistance insuffisamment qualifiée. Les symptômes cliniques augmentent progressivement. Tout d’abord, une somnolence est notée, une bradycardie se produit, la température corporelle chute à +34 ° C. Le patient est désorienté, est dans le coma, ne répond pas aux stimuli externes et peut perdre connaissance. Les patients en coma hypothyroïdien ont besoin de soins d’urgence car ils peuvent mourir d’une tamponnade cardiaque, d’une insuffisance respiratoire et d’une insuffisance cardiaque.

      Un traitement correct et opportun aidera à éviter les complications de l’hypothyroïdie. Pour ce faire, il est nécessaire de diagnostiquer le plus tôt possible un dysfonctionnement thyroïdien.

      Diagnostic de l’hypothyroïdie

      Pour identifier les troubles de la glande thyroïde, il suffit de subir trois études:

      Analyse de la triiodothyronine totale et libre (T3).

      Analyse de la thyroxine totale et libre (T4).

      Analyse du niveau d’hormone stimulant la thyroïde (TSH).

      Normalement, le niveau de T3 varie de 3,1 à 6,8 pmol/l, et les valeurs de référence pour T4 sont de 10,8 à 28,3 pmol/l. Le niveau d’hormones diminue proportionnellement à la gravité de la maladie. Pour confirmer l’hypothyroïdie, il est nécessaire de répéter la détermination des taux d’hormones après 2 à 3 mois, car dans certains cas, des valeurs élevées peuvent être transitoires.

      De plus, les éléments suivants peuvent être prescrits: un test sanguin général et biochimique, une analyse du taux de cholestérol sérique, une étude sur les protéines de liaison à la thyroxine, des anticorps contre la thyroglobuline et la peroxydase thyroïdienne. La présence d’anticorps est le signe d’une pathologie auto-immune.

      Dans certains cas, un diagnostic échographique de la glande thyroïde peut être effectué. Une étude instrumentale est prescrite pour les patients à risque, car elle peut révéler des changements caractéristiques avant l’apparition d’anticorps.

      Le dépistage de l’hypothyroïdie doit être effectué lors de la planification de la grossesse et des femmes enceintes à chaque trimestre. Patients ayant des antécédents familiaux, en lien avec des activités professionnelles, après traumatisme crânien, accident vasculaire cérébral, radioexposition. Ces personnes sont 29% plus susceptibles de développer le syndrome que le Russe moyen.

      Traitement

      Une thérapie de substitution complexe est effectuée. Son but est d’augmenter et de maintenir des niveaux normaux d’hormones thyroïdiennes. En règle générale, le traitement est commencé avec des doses de remplacement incomplètes, en les augmentant progressivement jusqu’à ce que le niveau cible soit atteint. Ils prescrivent également des cardioprotecteurs, en cas de perturbation du système cardiovasculaire, des glycosides cardiaques, pour normaliser le fonctionnement de la fonction reproductrice – hormones sexuelles, et d’autres médicaments basés sur les symptômes.

      Lors de la prescription de médicaments, le médecin s’appuiera sur les médicaments déjà utilisés par le patient.

      Il faut se rappeler que l’hypothyroïdie n’est pas une maladie qui se guérit. C’est une condition avec laquelle vous pouvez vivre, et en utilisant les médicaments appropriés, c’est assez confortable. L’hormonothérapie est considérée comme la méthode la plus efficace. Les médicaments sont pris quotidiennement. La posologie est calculée individuellement, et un apport régulier et un examen médical préventif aident à mener une vie bien remplie.

      La prévention

      Les mesures préventives pour cette pathologie n’ont pas été développées. Vous pouvez éviter des conséquences graves avec un diagnostic précoce, vous ne devez donc pas ignorer les visites chez l’endocrinologue. Le ministère de la Santé de la Fédération de Russie recommande de passer un examen tous les trois ans à l’âge de 45 ans, puis une fois par an. Il est nécessaire de procéder à une échographie de la glande thyroïde et de faire un test sanguin pour déterminer le contenu en hormone stimulant la thyroïde et en thyroxine.

      Vous pouvez réduire le risque de développer une hypothyroïdie par une alimentation équilibrée et un apport supplémentaire de médicaments contenant de l’iode. Le régime alimentaire devrait inclure des fruits de mer, en particulier des algues et des crevettes, du poisson, du sarrasin et du kaki.

      Avantages des diagnostics de laboratoire chez SZTsDM JSC

      Livraison rapide des tests pour les hormones thyroïdiennes sans files d’attente.

      Équipement moderne dans chaque laboratoire.

      Personnel qualifié et sympathique.

      Disponibilité rapide des résultats, qui peuvent être obtenus de plusieurs façons : en personne ou par courriel.

      Les terminaux de laboratoire sont idéalement situés, situés dans des lieux d’accessibilité des transports. Présent dans des villes telles que Saint-Pétersbourg et la région de Leningrad, Veliky Novgorod et la région de Novgorod, Kaliningrad, Pskov.

      Hypothyroïdie

      L’hypothyroïdie peut se manifester par un ralentissement de diverses actions et processus naturels qui se produisent dans le corps. Il y a hypotension, ralentissement de la parole et de la fonction mentale, frissons, prise de poids, somnolence constante, faiblesse générale, les femmes peuvent éprouver un dysfonctionnement du cycle menstruel. Aux stades sévères, les patients adultes peuvent développer un myxœdème et les enfants peuvent développer une démence. Parmi les complications qui surviennent pendant la période de la maladie, on peut distinguer l’ischémie, l’athérosclérose, la bradycardie, les perturbations du travail des vaisseaux sanguins et du cœur, le coma myxoedémateux.

      Causes de l’hypothyroïdie

      • Maladies thyroïdiennes (un organe est détruit, affectant une proportion importante, cela provoque une diminution de la production d’hormones);
      • Hypothyroïdie congénitale ;
      • Manque sévère d’iode;
      • Opérations effectuées sur la glande thyroïde (résection de la glande thyroïde ou d’une partie de celle-ci à des fins préventives, développement d’un déficit hormonal);
      • Thyroïdite auto-immune (inflammation de la glande thyroïde, entraînant une diminution de l’efficacité de l’organe).

      Formes de la maladie

      Il existe les formes suivantes d’hypothyroïdie :

      1. Congénital. Cette forme de la maladie se développe à la suite d’une diminution significative de la glande thyroïde, de violations de la synthèse des hormones thyroïdiennes, d’un manque d’iode dans l’alimentation d’une femme pendant la période de grossesse. La pathologie congénitale peut entraîner un développement anormal du squelette et un retard mental. Avec une détection rapide de la maladie, de telles conséquences dangereuses peuvent être évitées. Dans ce cas, la thérapie vise à éliminer le déficit en hormones et à maintenir leurs niveaux normaux tout au long de la vie.
      2. Acquis. Cette forme d’hypothyroïdie est la plus fréquente. Il se développe à la suite d’une lésion du parenchyme de la glande thyroïde, de son élimination partielle ou complète. Dans certains cas, la pathologie apparaît à la suite de la prise de médicaments (médicaments contenant des hormones, contenant du lithium, bêta-bloquants et autres médicaments).

      Selon l’origine, l’hypothyroïdie peut être :

      1. Primaire. La principale raison de son développement est la pathologie de la glande thyroïde. La maladie s’accompagne d’une augmentation du taux d’hormone stimulant la thyroïde (TSH).
      2. Secondaire. La pathologie s’accompagne de lésions de l’hypophyse. L’hypothyroïdie secondaire se caractérise par une diminution des taux de TSH et de T4.
      3. Tertiaire. Cette forme survient en raison d’un dysfonctionnement de l’hypothalamus et est diagnostiquée assez rarement.

      Quelles complications l’hypothyroïdie peut-elle entraîner?

      Les complications varient selon l’âge du patient :

      1. Chez les nouveau-nés, l’activité du système nerveux central est perturbée et un retard mental se développe. Il y a un retard de croissance, une incidence fréquente d’infections virales respiratoires aiguës, suivies d’une évolution prolongée, des troubles des selles.
      2. L’hypothyroïdie pendant la grossesse peut entraîner des malformations du système cardiovasculaire et des organes internes.
      3. Chez les hommes et les femmes en âge de procréer, la maladie peut entraîner l’infertilité. Il y a une violation persistante de la fonction sexuelle. De plus, l’immunité diminue, ce qui entraîne souvent le développement de maladies infectieuses. Dans certains cas, un cancer peut être diagnostiqué.
      4. Les patients âgés peuvent développer l’une des complications les plus dangereuses de l’hypothyroïdie – le coma hypothyroïdien. En règle générale, une telle pathologie survient en l’absence du traitement nécessaire ou en présence de maladies concomitantes graves. La complication se traduit par une diminution des fonctions du système nerveux central. La confusion apparaît, la pression artérielle et la température corporelle diminuent pour enregistrer des valeurs basses, un essoufflement se produit, le visage et les membres deviennent enflés et, dans certains cas, une occlusion intestinale se développe.

      Qui est à risque de développer la maladie ?

      L’hypothyroïdie est particulièrement souvent diagnostiquée dans les catégories de patients suivantes :

      • femmes de plus de 40 ans;
      • les patients ayant une prédisposition héréditaire aux maladies thyroïdiennes;
      • les personnes âgées de plus de 65 ans ;
      • les patients diagnostiqués avec des maladies auto-immunes;
      • les personnes qui prennent depuis longtemps des médicaments à forte teneur en iode radioactif, ainsi que des médicaments antithyroïdiens;
      • les patients qui ont été exposés à des radiations ;
      • les femmes et les hommes qui ont subi une intervention chirurgicale pour retirer partiellement ou complètement la glande thyroïde ;
      • les personnes qui vivent dans des zones où le rayonnement de fond est constamment élevé, ainsi que dans des zones présentant une carence en iode naturel.

      La manifestation de la maladie chez les nourrissons

      Chez les nouveau-nés, l’hypothyroïdie n’est pas diagnostiquée aussi souvent que chez les adultes. Dans ce cas, la maladie est généralement congénitale.

      Parmi les principaux symptômes indiquant le développement d’une pathologie chez les nourrissons, on peut distinguer:

      Un diagnostic précis chez le médecin vous permet d’établir une étude détaillée des symptômes, ainsi que des tests sanguins, qui sont effectués le troisième jour de la vie du bébé. Tout d’abord, les indicateurs de la thyrotropine TSH sont évalués.

      Symptômes de l’hypothyroïdie

      • dysfonction érectile chez les hommes;
      • infertilité;
      • L’hypothyroïdie chez les femmes provoque des irrégularités menstruelles;
      • Constipation périodique ;
      • Lenteur, somnolence, léthargie, dépression ;
      • perte de cheveux, peau sèche;
      • Ronfler;
      • Le timbre changeant de la voix (diminue);
      • Anémie;
      • Une augmentation du cholestérol sanguin;
      • Rythme cardiaque lent;
      • Engourdissement des membres;
      • gain de poids;
      • gonflement;
      • Intolérance aux températures froides, frissons constants;
      • Fatigue rapide, faiblesse.

      Diagnostic de l’hypothyroïdie

      Afin de diagnostiquer avec précision l’hypothyroïdie, les endocrinologues détectent une diminution des performances de la glande thyroïde, déterminent le diagnostic sur le fait de l’examen et étudient également les résultats des tests de laboratoire:

      • Établissement de la teneur en triiodothyronine (T3) et en thyroxine (T4), le niveau de thyréostimuline (TSH) dans le sang. Avec l’hypothyroïdie, il y a une teneur réduite en thyroïdite dans le sang, en ce qui concerne la présence de TSH, la teneur peut être à la fois faible et élevée.
      • Prélèvement cellulaire à l’aiguille fine (biopsie) ou scintigraphie thyroïdienne ;
      • Échographie de la glande thyroïde (afin d’établir les dimensions et la structure);
      • Test sanguin biochimique (en cas de maladie, le taux de lipides et de cholestérol augmente);
      • Établissement d’un indicateur du contenu en auto-anticorps dirigés contre la glande thyroïde (AT-TPO, AT-TG).

      Le diagnostic d’une maladie congénitale repose sur un dépistage de type néonatal (fixation des valeurs de TSH à 4-5 jours après la naissance de l’enfant).

      Traitement de l’hypothyroïdie à la clinique Miracle Doctor

      Le développement d’une maladie telle que l’hypothyroïdie peut survenir en raison d’un manque d’hormones thyroïdiennes dans le corps. Pour cette raison, le traitement de l’hypothyroïdie vise à augmenter ces hormones de manière artificielle.

      L’hypothyroïdie est traitée avec des médicaments tels que :

      • Médicaments contenant de l’iode;
      • Hormones synthétiques, médicaments thyroïdiens;
      • Des médicaments glucocorticoïdes peuvent être nécessaires (si la maladie a une forme auto-immune).

      Tous les médicaments doivent être pris uniquement sur ordonnance du médecin traitant, directement sous sa supervision. Il y a à peine quelques décennies, l’hypothyroïdie était considérée comme presque incurable, car il n’existait aucun médicament efficace pour le traiter. Pour cette raison, il y a eu un développement d’une forme sévère d’hypothyroïdie et son évolution tout au long de la vie.

      Souvent, le résultat de cette maladie était la démence. À ce jour, de telles complications ne se produisent pas, car les problèmes de glande thyroïde peuvent être détectés en temps opportun et doivent être corrigés à l’aide d’un traitement médicamenteux.

      Pronostic de l’hypothyroïdie

      L’évolution de la maladie dépend directement de la rapidité avec laquelle les signes d’hypothyroïdie ont été détectés et de la rapidité avec laquelle le traitement de remplacement a commencé. Dans le cas d’un diagnostic précoce et d’un traitement rapide chez les nouveau-nés (dans les toutes premières semaines de la vie), le développement du système nerveux central ne souffre presque pas et est standard.

      Si une maladie congénitale a été détectée hors du temps, il y a alors développement de troubles du système nerveux central du nouveau-né (oligophrénie), il existe des pathologies dans la formation du squelette et d’autres organes. La qualité de vie des patients atteints d’hypothyroïdie, à condition qu’un traitement compensatoire soit pris, ne diminue généralement pas.

      Prévention de l’hypothyroïdie

      Dans la forme congénitale, le pronostic dépend de l’opportunité et de la régularité du traitement. Si un traitement approprié est commencé dès les deux premières semaines de vie, la maladie n’affectera pas négativement le développement du SNC de l’enfant. L’oligophrénie et d’autres pathologies irréversibles peuvent être évitées.

      La qualité de vie des patients auxquels un traitement compensatoire est prescrit ne se détériore pratiquement pas. Il n’y a pas de restrictions strictes. Le seul point important est la nécessité de prendre de la L-thyroxine tous les jours.

      Prévenir le développement d’une pathologie permet une nutrition de haute qualité avec une quantité suffisante de produits contenant de l’iode. Pour détecter la maladie à un stade précoce, un diagnostic précoce est effectué.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *