rêver

Hyperactivité chez un enfant signes de la façon de traiter

Le responsable des admissions vous contactera
dès que possible pendant les heures de travail du lundi au dimanche de 9h00 à 21h00, heure de Moscou.

rappelle-moi

Votre manager personnel : Valeria
Responsable et réactive !

😊

Attendre

Un spécialiste vous contactera immédiatement pendant les heures ouvrables, tous les jours de 10h00 à 19h00, heure de Moscou

rappelle-moi

Le concept de syndrome d’activité accrue chez les enfants, les causes et les symptômes de la maladie.

Séances d’orthophonie gratuites

Cours TIC gratuit pour les enfants

L’hyperactivité est l’une des affections les plus courantes chez les jeunes enfants. Ce diagnostic est plus fréquent chez les enfants d’âge préscolaire, mais les enfants plus âgés peuvent également être touchés. Un enfant trop actif est mal socialisé et a des difficultés à apprendre. Il lui est difficile d’établir des relations avec ses pairs, de se concentrer sur l’acquisition de connaissances. La pathologie peut être accompagnée d’autres maladies nerveuses.

L’hyperactivité des enfants est observée dans le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH). La pathologie est une violation du fonctionnement normal du cerveau, ce qui entraîne une tension nerveuse sévère.

Pourquoi c’est un problème

Les adultes ne se concentrent généralement pas sur le comportement du bébé, pensant qu’il “dépassera” avec l’âge. Et ils ne se tournent vers le médecin que lorsque le problème est tout simplement impossible à ne pas reconnaître.

En maternelle, le problème commence tout juste à se développer. Mais lorsque l’enfant va à l’école, les signes commencent à s’exprimer plus clairement. Le processus éducatif nécessite l’organisation de cours, c’est-à-dire que c’est exactement ce à quoi le bébé n’est pas préparé. Une faible concentration de l’attention, une mobilité active et un comportement inadéquat en classe rendent impossible un processus éducatif à part entière.

Les enfants ayant une activité accrue ont constamment besoin du contrôle de l’enseignant, car il est très difficile de concentrer l’attention de l’enfant sur le processus éducatif, il est constamment engagé dans des questions étrangères, est distrait et le manque d’attention affecte. La patience et l’expérience d’un enseignant ne suffisent souvent pas à corriger un comportement destructeur. Le contrecoup commence à se former – l’agressivité.

Le développement de ces enfants est en retard sur leurs camarades de classe. Les enseignants ne peuvent pas s’adapter à la pathologie en développement, cela conduit à des conflits. Un enfant hyperactif à l’école est souvent victime d’intimidation par ses pairs, il a des problèmes de communication. Ils ne veulent pas être amis avec lui, cela provoque du ressentiment, des accès d’agression, de l’agression.

La propension au leadership due à l’impossibilité d’en être un commence à donner lieu au développement d’une faible estime de soi. Après un certain temps, la fermeture se développe. Les problèmes psychologiques semblent plus prononcés.

Beaucoup de parents ont peur de ce diagnostic. Ils peuvent penser que leur enfant a un retard de développement. C’est une opinion erronée, car en fait un bébé hyperactif :

  1. Créatif. Il a beaucoup d’idées intéressantes et son imagination est très riche. Si maman et papa aident l’enfant, à l’avenir, il pourra devenir un merveilleux spécialiste avec une approche créative des affaires ou un représentant d’une profession créative aux intérêts multiples.
  2. Il a un esprit flexible, se distingue par son enthousiasme, sa capacité à trouver des solutions à des problèmes complexes. Il est diversifié, a de nombreux intérêts, s’efforce d’être sous les projecteurs.
  3. Énergique et imprévisible. Cette propriété peut être à la fois bénéfique et négative. Le bébé a beaucoup de force pour différentes activités, mais il peut être presque impossible de le maintenir en place.

Il existe une opinion selon laquelle un bébé hyperactif est toujours en mouvement et se déplace au hasard. Ce n’est pas tout à fait vrai. Si une activité a absorbé toute l’attention d’un enfant d’âge préscolaire, il peut oublier tout le reste. Il est important que les parents encouragent le passe-temps en lui permettant de choisir quoi faire.

Les symptômes d’hyperactivité chez un enfant et ses capacités intellectuelles ne sont en aucun cas liés. Très souvent, ces gars sont très talentueux. En plus du traitement, ils doivent être éduqués, maintenus dans des limites claires, essayant de développer des capacités naturelles. Souvent, ils dansent merveilleusement, chantent et se produisent en public.

Causes de l’hyperactivité chez les enfants

Une excitabilité accrue est généralement observée chez les bébés dont les parents ont un tempérament colérique. Les enfants, en règle générale, ne copient le comportement que sous une forme plus prononcée.

Si l’on considère les signes d’hyperactivité chez un enfant de moins d’un an, alors il y a une nette tendance vers la disposition génétique de la transmission de cette pathologie. Environ 45% des parents de bébés hyperactifs ont connu cette condition pendant leur enfance.

Dans la plupart des cas, les perturbations de l’activité cérébrale sont pondues in utero. Les facteurs suivants peuvent conduire à la formation d’une pathologie:

  • Grossesse sévère;
  • Mode de vie malsain ou tabagisme de la mère en attendant le bébé ;
  • Stress et expériences vécus par la future mère ;
  • asphyxie intra-utérine ;
  • Toxicose pendant la gestation;
  • Hypoxie.

Moins souvent, la maladie peut survenir à la suite d’un accouchement difficile. Son apparition peut être influencée par des phénomènes tels que:

  • Très longues contractions ou tentatives chez une femme en travail ;
  • Utilisation de médicaments pour déclencher le travail ;
  • La naissance d’un bébé jusqu’à 38 semaines.

Dans des cas exceptionnels, l’hyperactivité apparaît pour d’autres raisons qui n’ont rien à voir avec la naissance. Une pathologie peut survenir si les facteurs suivants sont présents :

  • Maladies du système nerveux;
  • Querelles et conflits fréquents entre parents;
  • Une éducation trop stricte ;
  • Intoxication chimique grave ;
  • Aliments malsains.

Les raisons énumérées sont des facteurs de risque. Bien sûr, il n’est pas nécessaire qu’un enfant hyperactif naisse à cause d’un accouchement difficile. Si la future mère était souvent nerveuse et gisait sur la sauvegarde, le risque de développer un problème chez son bébé augmente.

Aucun enfant qui se comporte de manière inappropriée n’est hyperkinétique. Pour certains gars, l’entêtement, la désobéissance, la mobilité excessive sont une conséquence du tempérament. Avec eux, il vous suffit d’apprendre à vous comporter et non à punir, car cela peut provoquer une réaction négative.

Symptômes d’hyperactivité

Les principaux symptômes d’hyperactivité chez un enfant de moins de 2 ans n’apparaissent pas immédiatement. Jusque-là, il peut se comporter tout à fait normalement. Ils apparaissent progressivement. La manifestation de la maladie chez les bébés peut être suspectée si elle est notée:

  • Pendant la journée, agitation, agitation constante, anxiété excessive, incapacité à terminer le travail ;
  • Mauvais sommeil la nuit – mouvements et sanglots au lit, endormissement anxieux prolongé, réveil régulier, parler dans un rêve;
  • Tout type de travail commence à provoquer une réticence à les exécuter;
  • Inattention, oubli, dispersion périodique de divers objets, mauvaise concentration;
  • Non-respect des demandes des adultes;
  • Attaques d’impulsivité, instabilité émotionnelle.

Il peut être très difficile de distinguer le trouble déficitaire de l’attention de l’agitation infantile ordinaire. Certains parents et spécialistes diagnostiquent le bébé par erreur, bien qu’il n’ait pas vraiment de problèmes graves.

Certains symptômes peuvent indiquer une neurasthénie, mais vous ne pouvez toujours pas vous prescrire de médicaments contre l’hyperactivité chez les enfants.

En cas de suspicion de TDAH, une consultation médicale s’impose. Avant l’âge de 1 an, l’hyperactivité peut se manifester comme suit :

  • Forte excitabilité;
  • Réaction nerveuse lors des procédures d’hygiène (le bébé peut pleurer pendant le massage ou le bain);
  • Haute sensibilité aux stimuli externes (sons, lumière);
  • Des habitudes de sommeil perturbées (se réveille souvent la nuit et reste éveillé longtemps pendant la journée, il est très difficile de l’endormir);
  • Retard de développement (le bébé peut commencer à ramper, marcher, s’asseoir, parler plus tard que ses pairs).

Jusqu’à 2-3 ans, il peut y avoir des difficultés d’élocution. L’enfant n’est pas capable de faire des phrases et des phrases pendant longtemps. Avant l’âge d’un an, elle n’est pas diagnostiquée, car ces signes apparaissent souvent dus à des poussées dentaires, à des problèmes digestifs, ou aux caprices des miettes.

Des psychologues hautement qualifiés du monde entier reconnaissent qu’il y a une crise de 3 ans. Avec le trouble déficitaire de l’attention, il s’exprime de manière particulièrement aiguë. A ce moment, les parents du bébé commencent à s’engager dans la socialisation, l’emmènent à la maternelle.

C’est alors que l’hyperactivité se manifeste. L’enfant peut être agité, inattentif, méchant, avoir des problèmes de motricité et d’élocution. Les parents peuvent remarquer qu’il est très difficile de persuader un enfant d’âge préscolaire d’aller se coucher.

L’enfant de trois ans se sent très fatigué en fin d’après-midi. Le bébé pleure sans raison apparente, se comporte de manière agressive. Ainsi, une fatigue excessive se manifeste, mais l’enfant continue d’être actif, parle fort, bouge beaucoup.

Dans la plupart des cas, le diagnostic est posé chez les enfants âgés de 4 à 5 ans. Si les parents n’ont pas accordé suffisamment d’attention à la santé physique et psychologique de l’enfant, les symptômes deviendront très perceptibles au début de la scolarité.

Les signes d’hyperactivité s’expriment comme suit :

  • Difficultés à se concentrer;
  • agitation;
  • Pendant le cours, l’élève peut quitter sa place, violer la discipline ;
  • Difficulté à comprendre le discours de l’enseignant;
  • Irritabilité, agressivité;
  • Tics nerveux;
  • Non-indépendance ;
  • Maux de tête fréquents ;
  • Comportement déséquilibré;
  • Énurésie;
  • Forte anxiété.

La mère et le père peuvent noter qu’il a des problèmes de performance scolaire. Souvent, la maladie peut être accompagnée de conflits avec les camarades de classe. Les pairs évitent les gars trop actifs, car il est difficile de trouver un langage commun avec eux, ils se comportent de manière agressive et impulsive. De tels gars sont susceptibles, ils ne peuvent pas toujours évaluer correctement les conséquences possibles de leur comportement.

Comment se déroule le diagnostic

Il est difficile de poser un diagnostic précis lors de la première visite chez un professionnel. Afin de connaître le verdict avec certitude, une observation est nécessaire, qui peut durer jusqu’à 6 mois. L’examen est réalisé par trois spécialistes : un psychologue, un psychiatre et un neurologue.

De nombreux parents sont souvent effrayés par une visite chez un psychiatre. Cependant, il n’y a rien à craindre, car un bon médecin sera en mesure d’évaluer avec précision l’état de l’enfant et de choisir le bon schéma thérapeutique. L’examen doit comprendre :

  • Conversations avec l’enfant;
  • Observations des actions d’un petit patient;
  • Remplir le questionnaire par les parents ;
  • Tests neuropsychologiques.

Sur la base des informations reçues, les spécialistes tirent des conclusions précises sur l’état de l’enfant. Parfois, il peut ne pas s’agir d’hyperactivité du tout, mais d’autres maladies, donc dans certains cas, vous pouvez avoir besoin d’un test sanguin, d’un EEG, d’un ECHO KG, d’une IRM du cerveau.

Les enfants plus âgés se voient proposer de subir des tests psychologiques, qui déterminent la capacité de développement logique. Après une étude complète, le spécialiste diagnostique l’absence ou la présence de pathologie et, si nécessaire, élabore un traitement approprié.

Afin d’identifier la maladie à temps, vous devrez consulter un ophtalmologiste, un endocrinologue, un orthophoniste, un oto-rhino-laryngologiste. Avant de commencer le traitement de l’hyperactivité chez les enfants d’âge préscolaire et les enfants plus âgés, il est nécessaire d’attendre un diagnostic individuel précis. Inutile de sauter aux conclusions.

Les enseignants se plaignent souvent d’élèves trop actifs. Il leur est difficile de rester assis, ils ont tendance à violer la discipline en classe. Dans ce cas, le syndrome peut ne pas affecter la mémoire et la motricité de quelque manière que ce soit.

Caractéristiques du traitement

Il n’y a pas de pilule magique pour le trouble déficitaire de l’attention. Pour les tout-petits et les enfants d’âge scolaire, le traitement de l’hyperactivité est toujours prescrit en association.

Avec le bon choix de médicament, le résultat du traitement atteint 95% des cas. Mais il faudra plus d’un an pour être traité, probablement, un ajustement médicamenteux sera nécessaire à un âge plus avancé.

La pharmacothérapie consiste à utiliser des médicaments sédatifs, des médicaments qui stimulent le développement psychologique et affectent également l’amélioration du métabolisme dans le cerveau. Pour cela, somnifères, tranquillisants, nootropiques et psychostimulants sont le plus souvent prescrits. Dans certaines situations, des neuroleptiques et des antidépresseurs sont prescrits.

Mais vous ne devez pas attacher une importance primordiale au traitement médicamenteux, car il ne supprime que le caractère symptomatique et n’élimine pas la cause. De plus, cela ne peut pas remplacer la chose la plus importante – l’amour pour l’enfant. C’est elle qui peut le guérir et par la suite lui donner une vie bien remplie.

Les recommandations les plus pertinentes pour la correction:

  1. Il n’est pas souhaitable que les enfants hyperactifs pratiquent des sports où se déroulent des compétitions. L’exercice aérobique, le vélo, la natation, le ski sont acceptables.
  2. Communication avec un psychologue. Un professionnel sélectionnera un système pour réduire l’anxiété et augmenter la sociabilité d’un petit patient. Les conversations aideront à améliorer l’estime de soi, à développer la parole, la mémoire et l’attention. En cas de troubles graves de la parole, des cours auront lieu avec la participation d’un orthophoniste.
  3. Une visite chez un psychothérapeute avec toute la famille aidera à faire face à la maladie beaucoup plus rapidement.
  4. Correction des actions de tous les membres de la famille, élimination des habitudes malsaines des parents, normalisation de la routine quotidienne. Il est également nécessaire d’identifier les éventuels facteurs irritants et de les minimiser ou de les éliminer complètement. Il faut comprendre que la relation tendue entre père et mère nuit au développement de leurs enfants.
  5. Traitement médical. Les médecins prescrivent le plus souvent des nootropiques et des sédatifs à base de plantes. Cependant, le bébé ne doit être traité avec des pilules que lorsque les autres méthodes se sont révélées inefficaces. Les nootropiques sont utilisés pour améliorer la circulation sanguine dans le cerveau et normaliser les processus métaboliques. La prise de ces médicaments aidera à améliorer la mémoire et l’attention. Le cours du traitement peut durer longtemps, car les médicaments produisent un effet au plus tôt après 4 à 6 mois.

Si nécessaire, vous pouvez demander à votre médecin de vous recommander des herbes apaisantes que vous pouvez boire pures ou ajouter au thé.

La plupart des adultes rapportent que les bébés se sentent mieux lorsqu’ils suivent un régime sans gluten. Certains bénéficient également de l’exclusion du menu du jour de l’amidon et du saccharose. Pour les enfants très actifs, tous les aliments nécessaires au tissu cérébral sont utiles : beaucoup de légumineuses, noix, protéines, fruits, légumes, huile d’olive, poissons gras.

Vous devez exclure les collations et les sucreries contenant des colorants, des exhausteurs de goût et des conservateurs. Les experts recommandent aux parents de choisir les produits auxquels les enfants n’ont pas d’intolérance personnelle. Pourquoi devriez-vous faire la rotation des produits, faire un journal alimentaire. Vous devez retirer à tour de rôle un produit du menu quotidien et surveiller l’état de l’enfant.

Recommandations des médecins

Tout enfant amené chez le médecin pour obtenir de l’aide est une personne, il n’y a donc pas de règles spécifiques pour corriger le comportement. Il est nécessaire de prendre en compte toutes les caractéristiques de la nature et des conditions qui entourent le bébé. Mais il existe des dispositions à partir desquelles il faut s’appuyer sur le traitement et l’éducation :

  1. Contrôle du temps. Les tout-petits atteints de cette maladie sont souvent incapables de contrôler eux-mêmes le temps. Par conséquent, il est nécessaire de s’assurer qu’ils correspondent aux normes lors de l’exécution des tâches. Celle-ci doit être écrite sur papier et accrochée au-dessus du bureau. Il est nécessaire de remarquer et de corriger l’enfant en temps opportun en cas de changement excessif d’attention. N’hésitez pas à revenir à la tâche à accomplir.
  2. caractéristiques des interdictions. Le manque d’attention et l’augmentation de l’activité s’expriment dans le déni absolu de toute interdiction par les enfants. Il y a une règle ici : l’absence des mots « non » et « non » dans les phrases. Au lieu de cela, vous devez construire la phrase de manière à ce qu’elle implique une action et non une interdiction. C’est-à-dire qu’au lieu de la phrase: “Ne sautez pas sur la chaise”, vous pouvez dire: “Sautons ensemble”, et posez le bébé sur le sol, puis, progressivement réconfortant, passez-le à un autre type d’activité.
  3. Spécificités de mise en œuvre. La particularité du passage de la pathologie ne permet pas aux enfants d’observer la pensée logique. Pour faciliter la compréhension, ne surchargez pas les phrases à partir desquelles vous formez la tâche.
  4. La séquence des tâches. La maladie provoque la distraction chez les petits patients. Il ne faut pas oublier que plusieurs tâches que vous donnez en même temps ne sont tout simplement pas perçues par les enfants. Les éducateurs eux-mêmes doivent surveiller la dynamique du processus et l’attribution des tâches suivantes.

Les jeux pour ces enfants d’âge préscolaire doivent respecter plusieurs règles de base.

  1. La première passe par l’organisation d’une phase calme, lorsqu’il est nécessaire de repenser le gameplay, et après une courte pause, de continuer la partie. L’essentiel est de profiter du moment de fatigue physique avant la fin du processus de jeu et d’essayer de faire passer le petit patient à un travail constructif, mais sur un ton calme.
  2. La deuxième règle est que le temps de jeu doit servir de soulagement physiologique et émotionnel naturel. Pour ce faire, l’enfant a besoin de l’espace approprié. Le gameplay est obligé de le diriger discrètement dans une direction constructive.

Les enfants plus âgés profitent du sport. Il suffit de choisir le bon type de sport. Certaines personnes préfèrent les jeux d’équipe, d’autres les jeux individuels. Dans tous les cas, vous devez résoudre le problème de l’excitation excessive en redirigeant l’énergie vers un canal constructif.

Conseils utiles pour les parents

À la maison, il ne faut pas oublier que l’enfant reflète généralement le comportement des adultes. Par conséquent, si l’hyperactivité est diagnostiquée, une atmosphère amicale et calme doit régner dans la maison tout le temps. Ne criez pas et ne triez pas les choses à voix haute.

Vous devriez passer le plus de temps possible avec des enfants trop actifs. Les activités communes les touchent parfaitement : promenades en forêt, pique-niques, randonnées, cueillette de champignons, de baies. Dans ce cas, vous ne devriez pas assister à des événements bruyants qui contribuent à l’irritation de la psyché.

Lorsque vous êtes surexcité, ne criez pas après l’enfant. Vous devez l’écouter en silence, si vous avez besoin de capter des mots réconfortants, un câlin, de la pitié. Le parent est obligé de trouver une approche individuelle, car personne ne peut mieux faire face à la situation actuelle que maman et papa.

Seul un professionnel peut constater la présence du TDAH chez un enfant sur fond d’hyperactivité. Ne négligez pas les recommandations des médecins. Les psychologues conseillent ce qui suit :

  1. Organisez correctement la routine quotidienne du bébé. Incluez-y des rituels constants, par exemple, se baigner avant de se coucher et lire un conte de fées. Le mode ne doit pas être modifié. Un tel système vous permettra de faire face à l’irritabilité et aux crises de colère le soir.
  2. Comportez-vous toujours gentiment, calmement, maintenez une atmosphère chaleureuse et confortable dans la maison. Les fêtes et les arrivées constantes d’invités ne sont pas la meilleure ambiance pour un enfant hyperactif.
  3. Choisissez un club de sport adapté, surveillez la fréquentation des cours. L’enfant pourra déployer son énergie infatigable, il deviendra plus équilibré.
  4. Évitez les punitions associées au fait de rester assis au même endroit pendant une longue période ou d’effectuer des activités fastidieuses.

Les psychologues disent qu’avec l’hyperactivité, l’enfant nie les interdictions catégoriques, y réagit violemment. Il est préférable de ne pas utiliser les mots « non » et « non », car ils provoqueront des larmes ou des crises de colère. Vous pouvez corriger le comportement du bébé en évitant le déni direct.

Un autre problème courant chez les enfants hyperactifs est le changement fréquent d’attention et la perte de contrôle au fil du temps. Vous devez les ramener doucement et avec tact à leurs objectifs, vous assurer que les cours ont lieu au bon moment. Il est important de ne pas poser plusieurs questions à votre enfant à la fois.

Au lieu d’émissions de télévision, il est préférable d’activer de la musique mélodique détendue et de regarder des dessins animés devrait être limité. Si un enfant hyperactif se comporte de manière agressive, vous ne pouvez pas lui crier dessus et utiliser la force physique. Il est préférable de lui parler d’un ton ferme et calme. Vous pouvez étreindre le bébé, l’emmener dans un endroit confortable loin des gens pour écouter et trouver des mots réconfortants.

L’hyperactivité n’est pas une phrase. Avec la bonne approche et un traitement systématique, vous pouvez sauver le bébé de symptômes inconfortables. On n’a jamais besoin de faire des reproches à l’enfant, de dire qu’il n’est pas comme les autres. L’essentiel est que le bébé sente toujours qu’il est aimé.

TDAH chez les enfants d’âge préscolaire

L’hyperactivité chez les enfants d’âge préscolaire n’est pas rare de nos jours. Les psychologues assurent qu’environ 20% des enfants du pays sont infatigablement énergiques, éprouvent des difficultés de discipline et de coordination et sont difficiles à entraîner.

Comment reconnaître le trouble déficitaire de l’attention et de l’activité chez les enfants d’âge préscolaire et est-il nécessaire de traiter les comportements agités et expressifs, et si oui, comment exactement ?

Qu’est-ce que le TDAH ?

Il s’agit d’un trouble neurologique du comportement et du développement qui est diagnostiqué dans l’enfance mais qui reste souvent actif à l’âge adulte.

Les enfants atteints de ce syndrome ont des difficultés à se concentrer, il n’est donc pas facile pour eux d’assimiler les cours de maternelle (et par la suite les matières scolaires). En raison de l’inattention, l’enfant fait des erreurs, n’apprend pas les explications de l’éducateur. Les étudiants hyperactifs sont trop énergiques et font beaucoup de mouvements inutiles au lieu de se concentrer sur l’accomplissement de la tâche.

Il arrive que les enseignants attribuent à tort un tel comportement à une éducation insuffisante, et classent les élèves atteints de TDAH comme méchants et incontrôlables. Mais les raisons de ce comportement ne sont pas dans l’inattention parentale envers le bébé, mais dans les particularités du travail de ses parties du cerveau.

Quelles sont les causes du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité ?

Aujourd’hui, les scientifiques ne nomment pas la cause exacte du développement du TDAH, mais la plupart des recherches émettent l’hypothèse que des modifications pathologiques du gène responsable de la production de dopamine et de l’activité des récepteurs correspondants peuvent influencer l’apparition du trouble.

Il existe une version que le syndrome peut développer en raison de l’influence complexe de facteurs sociaux, psychologiques et biologiques.

Le développement du trouble chez les enfants est possible avec un degré de probabilité élevé si:

  • les parents du bébé ont également reçu un diagnostic de TDAH ;
  • la mère pendant la grossesse a souffert d’une maladie infectieuse;
  • l’enfant et la mère ont un conflit d’indicateurs sanguins Rh;
  • la mère pendant la grossesse a abusé de boissons alcoolisées, fumé, pris de la drogue ou de la drogue;
  • le travail était difficile ou prématuré, une stimulation a été effectuée ;
  • le bébé à un âge précoce a souffert d’une maladie infectieuse grave, d’une pneumonie, d’une maladie rénale;
  • l’enfant a un diagnostic de lésion cérébrale traumatique;
  • le bébé grandit dans un environnement écologiquement mauvais.

La cause du TDAH dans les premières années de la vie peut être des facteurs biologiques, plus tard le risque de circonstances sociales et psychologiques prévaut. Des relations dysfonctionnelles dans la famille, des querelles fréquentes, un manque d’attention parentale ou des soins et un contrôle excessifs ne causeront pas de trouble déficitaire de l’attention, mais augmenteront considérablement ses symptômes.

Typologie du TDAH

Le syndrome est classé en trois types bien sûr :

Inattentif , dans lequel le déficit d’attention prédomine. Les tout-petits (plus souvent des filles) atteints de ce type de trouble sont dispersés et renfermés, ils ont une imagination développée.

Hyperactif , qui se caractérise par une instabilité émotionnelle, une impulsivité, une excitabilité motrice accrue (plus souvent diagnostiquée chez les garçons).

Et le type le plus courant est mixte , qui combine les symptômes des deux premiers types (attention altérée et activité accrue).

Symptômes du TDAH chez les enfants d’âge préscolaire

Habituellement, chez les enfants d’âge préscolaire, les symptômes du TDAH apparaissent dans un complexe, de sorte qu’à cet âge, le trouble est plus facile à diagnostiquer.

Les parents et les soignants doivent être alertés si un enfant :

  • oublieux, facilement distrait des cours, comme s’il n’écoutait pas les explications du professeur;
  • constamment en mouvement, effectuant des actions sans but;
  • impulsif, impatient, interrompt souvent les autres enfants, ne peut pas écouter l’histoire de l’enseignant jusqu’au bout;
  • évite les affaires monotones et routinières;
  • a des problèmes évidents de concentration, c’est-à-dire qu’en lisant, il peut sauter des lignes, ne pas terminer le travail qu’il a commencé, perd / oublie souvent des choses et des jouets;
  • plus de 10 minutes ne peuvent pas faire une chose;
  • a de la difficulté à s’organiser;
  • peut se lever de son siège pendant la leçon, bouger ses bras et ses jambes au hasard, sauter, se contracter;
  • parle couramment et fort, “avalant” les fins de mots et de phrases;
  • accompagne la parole avec des gestes actifs et des expressions faciales;
  • souffre de sautes d’humeur fréquentes;
  • ignore les normes de comportement acceptées;
  • agressif et colérique, n’accepte pas les règles du jeu, peut frapper un autre enfant, est facilement offensé;
  • ne sait pas attendre, pleure hystériquement s’il n’obtient pas ce qu’il veut à ce moment précis ;
  • ne ressent pas la peur du danger, il est donc souvent sujet aux blessures.

Il faut comprendre que de tels comportements peuvent également survenir chez les bébés en bonne santé et être des signes de croissance ou de nature complexe. Pour parler de la présence d’un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité chez un enfant, vous devez consulter un spécialiste.

Qui diagnostique le TDAH et comment ?

Le diagnostic est réalisé par plusieurs spécialistes : un psychoneurologue, un pédiatre, un neuropsychologue, un orthophoniste. En plus de l’examen médical, l’enfant est suivi et les parents sont invités à y participer. Pour les enfants d’âge préscolaire, des tests psychologiques oraux sont effectués et une enquête sur les symptômes est remplie par les parents.

Le TDAH est diagnostiqué lorsque :

  • la présence de symptômes prononcés qui ne disparaissent pas dans les six mois;
  • montrant constamment et partout des signes de désordre (à la fois à la maternelle, dans la cour de récréation, lors d’une promenade et à la maison).

Lors du diagnostic, il est important de ne pas confondre le TDAH avec d’autres conditions qui peuvent également affecter le comportement et le développement.

Vous pouvez étudier et accéder au métier de neuropsychologue dans le cadre de notre cours de reconversion professionnelle à distance. Vous maîtriserez une nouvelle direction intéressante et pourrez diagnostiquer, traiter et prévenir le TDAH et d’autres troubles dans le domaine de la neuropsychologie chez les enfants.

Comment traite-t-on le syndrome ?

La correction du TDAH est réalisée dans un complexe – pharmacothérapie, physiothérapie, psychothérapie.

Dans les cas les plus difficiles, des médicaments sont prescrits. Mais, en général, on n’en vient pas là, les médicaments sérieux ne sont pas recommandés pour les enfants à un si jeune âge. Si un neuropsychiatre ou un pédiatre prescrit néanmoins un médicament psychocorrecteur, celui-ci ne doit être pris que sous la surveillance d’un médecin et il est conseillé aux parents de surveiller attentivement les changements de comportement et d’humeur de l’enfant.

La physiothérapie aidera à améliorer la circulation cérébrale, à normaliser le tonus vasculaire, à stabiliser le fond psycho-émotionnel et à réduire l’excitabilité.

Les consultations avec un pédopsychologue se déroulent de manière ludique et permettent d’impliquer le bébé dans l’équipe, de répondre correctement au monde qui l’entoure et aux situations. À l’aide de méthodes psychologiques efficaces, le spécialiste apprendra à l’enfant à mieux comprendre ses propres émotions, à contrôler son impulsivité et son comportement, à réduire son niveau d’anxiété et à développer son attention et sa persévérance.

Conseils pour les parents d’un bébé diagnostiqué avec le TDAH

Tout d’abord, maman et papa d’un enfant actif sont recommandés :

Organisez une routine quotidienne compréhensible pour votre fils ou votre fille, dans laquelle vous devez répartir correctement le temps alloué aux affaires et au repos; Il est important que les règles soient respectées non seulement par le bébé, mais par toute la famille.

Reconsidérez le régime alimentaire pour exclure les aliments qui provoquent l’excitation (sucre, soda sucré).

Soyez patient (vous devez comprendre que ni vous ni votre enfant n’êtes responsables du trouble).

Essayez d’éviter les endroits bondés lors des promenades afin de ne pas exciter à nouveau l’enfant.

Évitez de surmener le bébé pendant les cours (le repos doit être prévu toutes les 20 minutes).

Préparez-vous au fait qu’à l’école primaire, vous devrez faire des devoirs avec votre enfant, assurez-vous qu’il n’est pas distrait et termine la tâche jusqu’au bout.

Félicitez votre “hyper-activiste”, même pour des réalisations et des victoires mineures.

N’oubliez pas que le rôle des parents dans le traitement du TDAH est le plus important. Sans la participation et le soutien des personnes les plus proches, l’enfant peut ne pas être en mesure de faire face à la maladie.

Troubles de l’attention chez les enfants (TDAH)

Plus de 10 % des enfants d’âge préscolaire et 20 % des écoliers souffrent de troubles de l’attention. La pathologie s’accompagne d’un comportement hyperactif. Ces conditions sont appelées TDAH – Trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité. Les garçons sont plus souvent touchés que les filles. Au stade initial, la maladie est bien corrigée. Le problème est que les parents ne sont pas pressés de consulter des médecins, justifiant un comportement atypique par des traits de caractère.

Le TDAH est-il un problème ?

Le déficit d’attention chez les enfants d’âge préscolaire et scolaire est un gros problème de notre époque. Les statistiques montrent que maintenant 4 à 15 % des enfants souffrent de TDAH, et leur proportion augmente chaque année. Cela est dû à la fois à une plus grande vigilance de la part des parents et à la croissance directe de la pathologie.

Le trouble déficitaire de l’attention entraîne une violation de la socialisation : les autres enfants ne veulent pas être amis, les éducateurs et les enseignants doivent passer plus de temps à travailler avec ces élèves. Le TDAH entraîne souvent de mauvais résultats scolaires. Sans traitement adéquat, les enfants malades, devenus adultes, restent incapables de concentration à long terme, ce qui signifie qu’il leur est difficile de travailler dans n’importe quel poste. Nous devons faire un choix en faveur de la main-d’œuvre non qualifiée et peu rémunérée.

Les raisons

La pathologie peut se manifester chez les enfants de tout âge. Trois pics sont notés : à 3 ans, en CP, à la prépuberté. C’est-à-dire à un moment où le cerveau subit un stress important.

Tableau 1. Causes du TDAH

Groupe de causes

Enchevêtrement du cordon, conditions défavorables pendant la grossesse : mauvaise écologie, infections antérieures, consommation d’alcool ou de drogues, tabagisme, médicaments.

Asphyxie lors de l’accouchement, processus de naissance rapide ou prolongé, traumatisme à la naissance.

Cardiopathie congénitale, état fébrile de longue durée, maladies chroniques, infections et médicaments ayant un effet neurotoxique.

On pense que la prédisposition au TDAH est transmise au niveau génétique. Des violations se produisent dans les gènes responsables de la production de dopamine et de sa transmission. Cependant, la maladie ne se développe pas chez tous les enfants, mais uniquement chez ceux qui sont confrontés à des facteurs provoquants.

Tableau 2. Facteurs qui provoquent le TDAH

Traitement brutal, pression émotionnelle, situation agitée dans la famille.

Dommages aux structures cérébrales.

Ces facteurs conduisent à une asthénisation du corps, qui se manifeste par un épuisement rapide, une hypomnésie. L’hyperactivité se développe comme une réaction compensatoire.

La pathologie est également commune à toutes les races, sur tous les continents, la fréquence de développement n’est pas très corrélée avec le statut social des parents.

Symptômes du trouble déficitaire de l’attention chez les enfants

Les manifestations du TDAH diffèrent selon les groupes d’âge.

Avant l’âge de 3 ans, les enfants deviennent hystériques lorsqu’ils sont trop fatigués. Ils ne peuvent pas passer à une autre activité ou s’endormir lorsqu’ils sont fatigués, se mettent à crier et sont difficiles à convaincre. Le sommeil, en règle générale, est intermittent, moins que la normale. Les bébés essaient constamment de se débarrasser des vêtements qui serrent: ils enlèvent les couches, se déshabillent. Il est caractéristique que les bébés atteints de TDAH dans la petite enfance se développent à un rythme plus rapide : ils commencent à ramper et à marcher plus tôt. Les tout-petits sont agacés par les nouvelles personnes, la musique forte, les lumières vives. Ils ne sont pas capables de faire une chose pendant longtemps.

Au bout de 3 ans, la loquacité fait attention. La parole est rapide et brouillée. Souvent, l’humeur change, littéralement à chaque minute : juste en souriant, et maintenant en pleurant. Les émotions se manifestent violemment, mais cela ne tient pas compte de la situation. L’intellect est élevé, mais il n’étudie pas bien, car il saute d’un type d’activité à l’autre et ne peut terminer aucun travail commencé. Devenu plus âgé, évite délibérément une routine monotone. L’impulsivité est caractéristique, réagissant à un événement, agissant de manière instinctive, parfois contraire à l’auto-préservation. Les relations avec les pairs ne s’additionnent généralement pas – il leur est difficile de communiquer avec une personne imprévisible.

En général, le TDAH se caractérise par trois syndromes : l’hyperactivité, le trouble déficitaire de l’attention et l’impulsivité.

Figure 1. Schéma de l’interaction antéropostérieure responsable de la concentration de l’attention

Déficit d’attention chez l’enfant : signes

Le déficit de l’attention est le principal symptôme du TDAH. Un enfant en bonne santé peut se concentrer sur ce qui est important à un moment donné. Par exemple, à la leçon, il écoutera le professeur. Par manque d’attention, ses pensées vont sauter de l’une à l’autre : au bruit de la fenêtre, à la tache de soleil sur le mur, au stylo plume du voisin, à l’envie de manger. Le cerveau ne peut pas fournir une concentration à long terme sur une chose.

Signes d’hyperactivité infantile

Tout le monde autour considère cela méchant et capricieux. Son comportement ne correspond vraiment pas aux normes généralement acceptées. Le système nerveux rapidement épuisé est à blâmer: lorsqu’il est surmené, le bébé devient hyperactif et l’adolescent est capable de toutes les actions inappropriées.

Signes d’impulsivité

Les enfants semblent impatients, frivoles, négligents et inattentifs. Un tel étudiant répond à une demande plus vite qu’il ne l’écoute. Mais cette impulsivité est due aux particularités de la conduction de l’influx nerveux. Il est impossible pour une personne de se comporter différemment.

Types de TDAH

Le trouble déficitaire de l’attention est divisé en plusieurs types selon la composante prédominante.

Tableau 3 Types de TDAH

Déficit d’attention sans hyperactivité

Typique pour les filles d’âge scolaire primaire. Ils se distinguent par une grande intelligence et une grande distraction: ils changent de signe dans les exemples arithmétiques lorsqu’ils écrivent, planent dans les nuages ​​et se laissent distraire. Mais ils se comportent calmement, tranquillement.

Hyperactivité sans déficit de l’attention

Ce sont des enfants hyperactifs qui ne peuvent pas s’asseoir au même endroit même pendant une minute. S’asseoir à un bureau est une torture pour eux. L’intelligence est généralement supérieure à celle de ses pairs. Tout semble devenir trop facile pour eux.

Trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention

Ils sont constamment distraits, ils ne peuvent se concentrer sur rien, ils doivent constamment bouger, tourner. Sans traitement, même avec une intelligence intacte, ils sont en retard sur leurs pairs en matière de développement.

Chacun de ces types de troubles nécessite des soins médicaux, sinon des problèmes peuvent survenir pendant la puberté, ce qui prendra beaucoup de temps à se résoudre. Ainsi, le trouble déficitaire de l’attention chez les enfants d’âge scolaire est plus difficile à gérer que chez les enfants d’âge préscolaire.

Diagnostic

  1. Conversation avec les enfants qui savent déjà parler et les parents. Clarification des problèmes, les premiers symptômes de la maladie, son développement. Détermination des traits de caractère.
  2. Regarder de jeunes enfants jouer, tester des enfants plus âgés.
  3. EEG pour étudier l’activité électrique du cerveau.
  4. Consultations d’un pédiatre, neurologue, endocrinologue et autres médecins pour exclure les maladies somatiques.
  5. Réalisation de tests psychopathologiques.

Tableau 4. Tests psychopathologiques

Étude

Ce qui révèle

Utilisation de la table de Schulte

Les nombres sont écrits sur une feuille de papier d’une manière spéciale, qui doit être trouvée dans un minimum de temps.

Attention, capacité de concentration, vitesse de fatigue.

Une feuille de papier avec des lignes d’images, de chiffres ou de lettres est donnée. Le sujet doit rayer les chiffres qui lui sont nommés dans un certain temps.

Stabilité de l’attention, capacité de concentration.

Compte selon Kraepelin

Un adolescent ou un adulte se voit proposer des exemples simples d’arithmétique, qu’il doit résoudre en 30 secondes.

Efficacité, capacité à changer d’attention, épuisement, inertie.

Nuancier Schulte

Chiffres sur fond rouge et noir. Le chercheur doit nommer, par exemple, le rouge dans l’ordre croissant, le noir dans l’ordre décroissant.

Critères pour confirmer le diagnostic

  1. Les symptômes sont observés en permanence et pas moins de six mois.
  2. Dès le plus jeune âge, dès le préscolaire, des manifestations s’exprimaient.
  3. Les symptômes surviennent tout le temps, partout, en tout lieu.
  4. Avec un intellect préservé, il y a des difficultés d’apprentissage, il y a des problèmes de contacts sociaux.
  5. Les autres pathologies ont été exclues : troubles endocriniens, hématologiques et autres.

Déficit d’attention chez les enfants : traitement

Le traitement dépend de l’âge et de la gravité des symptômes. Si les parents demandent de l’aide dès les premiers signes de maladie, la thérapie prendra moins de temps. Avec un traitement tardif, le médecin peut prescrire un traitement complexe.

  • Psychothérapie. Pour stabiliser le comportement.
  • Méthode de biofeedback – thérapie par biofeedback. Stabilise l’activité bioélectrique du cerveau.
  • Physiothérapie.
  • Thérapie au laser, réflexologie et autres méthodes de physiothérapie.
  • Massage de la zone col-cervicale.
  • La thérapie médicale est connectée si nécessaire. Les médicaments sont prescrits par un médecin, la posologie est choisie individuellement.

Conseils pour les parents d’enfants atteints de TDAH

Le plus important est de suspecter une pathologie en temps opportun et de contacter un neurologue pédiatrique, un psychologue, un psychothérapeute ou un psychiatre. Pour que maman puisse le comprendre plus facilement, remplissez un court questionnaire. Répondez “Oui” ou “Non” au quiz ci-dessous.

Test de diagnostic du TDAH

  • Comprend le libellé des tâches élémentaires ?
  • Lit, compte, écrit sans problème ?
  • Est-il facile de mémoriser la poésie ?
  • Pouvez-vous redire le texte ?
  • Trop lent?
  • Trop actif ?
  • Répond-il de manière appropriée aux commentaires ?
  • Dans la plupart des cas, accomplit la tâche jusqu’au bout ?
  • Calme et paisible?
  • Pouvez-vous faire une chose pendant longtemps ?

Si vous avez répondu « Non » à trois questions ou plus, vous devez consulter un médecin.

Conseils pour les parents d’enfants atteints de TDAH

Éliminez les mots « Non » et « Je ne peux pas ». Cela ne veut pas dire qu’on peut tout autoriser et refuser l’éducation. C’est juste que les méthodes négatives ne sont pas applicables à ces enfants, elles ne fonctionnent pas. La louange fonctionne bien. Par conséquent, vous devez vous concentrer dessus.

Développez l’estime de soi de votre enfant. La façon la plus simple de le faire est de travailler avec un psychothérapeute pour enfants. Rappelez-vous : la correction du déficit de l’attention chez les enfants est possible. L’essentiel est de demander l’aide d’un spécialiste.

Pour obtenir des conseils d’un psychothérapeute pour enfants, contactez la clinique du médecin de famille en appelant le centre de contact unifié à Moscou +7 (495) 775 75 66, utilisez le service de rendez-vous médical en ligne ou contactez la réception de la clinique.

Questions fréquentes

Que se passe-t-il si le déficit d’attention n’est pas traité ?

Plus de la moitié des enfants qui ont reçu un diagnostic de TDAH dans l’enfance boivent de l’alcool, fument et deviennent des délinquants à l’adolescence. Cela ne peut être évité qu’en traitant activement la maladie, en suivant toutes les recommandations du médecin.

A quel âge l’hyperactivité chez l’enfant disparaît-elle ?

Si l’enfant n’a pas reçu de soins médicaux adéquats, alors dans 80% des cas, tous les symptômes du TDAH persistent même à l’âge adulte. Seuls 2 enfants malades sur 10 ont une chance de vaincre la maladie par eux-mêmes.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.