rêver

Hydrocortisone Hydrocortisone

Les informations scientifiques fournies sont générales et ne peuvent pas être utilisées pour prendre une décision sur la possibilité d’utiliser un médicament particulier.

Contents

Titulaire du certificat d’immatriculation :

Produit :

Contacts pour demandes de renseignements :

Forme posologique

Forme de libération, conditionnement et composition du médicament Hydrocortisone

Pommade oculaire blanche ou presque blanche, translucide, homogène.

1 an
acétate d’hydrocortisone 5mg

Excipients : parahydroxybenzoate de méthyle, pétrolatum blanc.

3 g – tubes en aluminium (1) avec une canule – paquets de carton.

effet pharmacologique

GKS. Supprime les fonctions des leucocytes et des macrophages tissulaires. Limite la migration des leucocytes vers la zone d’inflammation. Viole la capacité des macrophages à la phagocytose, ainsi qu’à la formation d’interleukine-1. Contribue à la stabilisation des membranes lysosomales, réduisant ainsi la concentration d’enzymes protéolytiques dans le domaine de l’inflammation. Réduit la perméabilité capillaire due à la libération d’histamine. Supprime l’activité des fibroblastes et la formation de collagène.

Inhibe l’activité de la phospholipase A 2, ce qui conduit à la suppression de la synthèse des prostaglandines et des leucotriènes. Supprime la libération de COX (principalement COX-2), ce qui contribue également à réduire la production de prostaglandines.

Réduit le nombre de lymphocytes circulants (cellules T et B), de monocytes, d’éosinophiles et de basophiles en raison de leur mouvement du lit vasculaire vers le tissu lymphoïde ; inhibe la formation d’anticorps.

L’hydrocortisone inhibe la libération hypophysaire d’ACTH et de β-lipotropine, mais ne réduit pas les taux circulants de β-endorphine. Inhibe la sécrétion de TSH et de FSH.

Lorsqu’il est appliqué directement sur les vaisseaux, il a un effet vasoconstricteur.

En application externe et locale, l’activité thérapeutique de l’hydrocortisone est due à une action anti-inflammatoire, anti-allergique et anti-exsudative (due à l’effet vasoconstricteur).

En termes d’activité anti-inflammatoire, il est 4 fois plus faible que la prednisolone, en termes d’activité minéralocorticoïde, il surpasse les autres GCS.

Pharmacocinétique

Liaison aux protéines plasmatiques – 40-90%. Il est métabolisé principalement dans le foie. T 1/2 – 80-120 min. Excrété par les reins principalement sous forme de métabolites.

Correspondances d’ingrédients actifs pour l’hydrocortisone

Inflammation de la partie antérieure du globe oculaire avec épithélium cornéen intact et après blessures et interventions chirurgicales sur le globe oculaire.

Ouvrir la liste des codes CIM-10

Code IKB-10 Indication
H10.1 Conjonctivite atopique (allergique) aiguë
H10.2 Autre conjonctivite aiguë
H10.4 Conjonctivite chronique
H10.5 Blépharoconjonctivite
H15.0 Sclérite
H15.1 Épisclérite
H16 Kératite
H16.2 Kératoconjonctivite (y compris celles causées par des influences extérieures)
H20.0 Iridocyclite aiguë et subaiguë (uvéite antérieure)
H20.1 Iridocyclite chronique
S05 Blessure à l’œil et à l’orbite

Schéma posologique

La méthode d’application et le schéma posologique d’un médicament particulier dépendent de sa forme de libération et d’autres facteurs. Le schéma posologique optimal est déterminé par le médecin. La conformité de la forme posologique d’un médicament particulier avec les indications d’utilisation et le schéma posologique doit être strictement observée.

En ophtalmologie, il s’utilise 2 à 3 fois/jour.

Effet secondaire

Au niveau des organes sensoriels : une tendance à développer des infections oculaires bactériennes, fongiques ou virales secondaires.

Contre-indications d’utilisation

Pour une utilisation à court terme pour des raisons de santé – hypersensibilité à l’hydrocortisone.

Maladies oculaires bactériennes, virales, fongiques, tuberculose oculaire, trachome, violation de l’intégrité de l’épithélium oculaire, glaucome, enfants de moins de 18 ans.

Utilisation pendant la grossesse et l’allaitement

L’utilisation pendant la grossesse n’est possible que si le bénéfice escompté pour la mère l’emporte sur le risque potentiel pour le fœtus ; il est recommandé d’utiliser des doses minimales et un traitement à court terme. La durée d’application ne doit pas dépasser 7 à 10 jours.

Application pour violation de la fonction hépatique

Application pour violation de la fonction rénale

Utilisation chez les enfants

L’utilisation chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans est contre-indiquée.

Utilisation chez les patients âgés

instructions spéciales

Si un traitement prolongé est nécessaire, une consultation avec un ophtalmologiste est nécessaire.

interaction médicamenteuse

En cas d’utilisation prolongée, le développement d’une interaction systémique de l’hydrocortisone est possible.

Avec l’utilisation simultanée d’hydrocortisone, la toxicité des glycosides cardiaques augmente (en raison de l’hypokaliémie qui en résulte, le risque de développer des arythmies augmente); avec de l’acide acétylsalicylique – accélère son excrétion et réduit sa concentration dans le plasma sanguin (avec l’abolition de l’hydrocortisone, la concentration de salicylates dans le sang augmente et le risque d’effets secondaires augmente); avec du paracétamol – un risque accru de développer des effets hépatotoxiques du paracétamol (induction d’enzymes hépatiques et formation d’un métabolite toxique du paracétamol); avec la cyclosporine – augmentation des effets secondaires de l’hydrocortisone en raison de l’inhibition de son métabolisme ; avec le kétoconazole – augmentation des effets secondaires de l’hydrocortisone en raison d’une diminution de sa clairance.

L’hydrocortisone réduit l’efficacité des agents hypoglycémiants; renforce l’effet des anticoagulants indirects des dérivés coumariniques.

L’hydrocortisone réduit l’effet de la vitamine D sur l’absorption des ions calcium dans la lumière intestinale. L’ergocalciférol et l’hormone parathyroïdienne préviennent le développement de l’ostéopathie causée par les corticoïdes.

L’hydrocortisone améliore le métabolisme de l’isoniazide, de la mexilétine (en particulier chez les “acétyleurs rapides”), ce qui entraîne une diminution de leurs concentrations plasmatiques ; augmente (avec un traitement à long terme) la teneur en acide folique; réduit la concentration de praziquantel dans le sang.

L’hydrocortisone à fortes doses réduit l’effet de la somatropine.

L’hypokaliémie causée par les corticostéroïdes peut augmenter la sévérité et la durée du blocage musculaire dans le contexte des relaxants musculaires.

En cas d’utilisation simultanée de GCS, de diurétiques thiazidiques, d’inhibiteurs de l’anhydrase carbonique, d’autres GCS, l’amphotéricine B augmente le risque d’hypokaliémie, les médicaments contenant des ions sodium – œdème et augmentation de la pression artérielle.

Les immunosuppresseurs augmentent le risque de développer des infections et des lymphomes ou d’autres troubles lymphoprolifératifs associés au virus d’Epstein-Barr.

Les œstrogènes (y compris les contraceptifs oraux contenant des œstrogènes) réduisent la clairance des corticostéroïdes, prolongent le T 1/2 et leurs effets thérapeutiques et toxiques. L’apparition de l’hirsutisme et de l’acné est facilitée par l’utilisation simultanée d’autres hormones stéroïdes – androgènes, œstrogènes, anabolisants, contraceptifs oraux.

Le risque de développer des cataractes augmente lorsqu’il est utilisé dans le contexte d’autres corticostéroïdes, antipsychotiques (neuroleptiques), carbutamide et azathioprine. L’administration simultanée avec des m-anticholinergiques, ainsi qu’avec des agents à action m-anticholinergique (y compris les antihistaminiques, les antidépresseurs tricycliques), avec des nitrates augmente la pression intraoculaire.

Avec l’utilisation simultanée de corticostéroïdes avec des vaccins antiviraux vivants et dans le contexte d’autres types d’immunisation, le risque d’activation de virus et de développement d’infections augmente.

Hydrocortisone 0,5% pommade oculaire 5 g

– Maladies oculaires allergiques (dermatite des paupières, blépharite, conjonctivite et kératoconjonctivite); – maladies inflammatoires de la partie antérieure de l’œil en l’absence de violation de l’intégrité de l’épithélium cornéen (blépharite, conjonctivite et kératoconjonctivite); – brûlures oculaires thermiques et chimiques (après épithélialisation complète des défauts cornéens); – atteinte de la cornée due à la pénétration de corps étrangers (après épithélialisation complète de la cornée).

Analogues

Information produit

Les caractéristiques

Forme posologique

Composition

Groupe pharmacothérapeutique

Pharmacodynamie

Glucocorticostéroïde. Il a un effet anti-inflammatoire et anti-allergique. Réduit les infiltrats cellulaires inflammatoires, réduit la migration des leucocytes et des lymphocytes vers la zone d’inflammation. Stabilise cellulaire et subcellulaire, incl. membranes lysosomales et membranes mastocytaires. Réduit la liaison des immunoglobulines aux récepteurs à la surface des cellules et inhibe la synthèse ou la libération de cytokines (interleukines et interféron) par les lymphocytes et les macrophages. Réduit la libération d’acide arachidonique des phospholipides et la synthèse de ses métabolites (prostaglandines, leucotriènes, thromboxane). Réduit la réaction exsudative, aide à réduire la perméabilité capillaire. Réduit la sévérité de la réponse immunologique précoce. Il a un effet antimétabolique et inhibe le développement du tissu conjonctif et des cicatrices.

Pharmacocinétique

L’hydrocortisone ne pénètre pas bien à travers la cornée dans le liquide intraoculaire; pénètre dans l’épiderme et l’épithélium de la membrane muqueuse, peut être légèrement absorbé dans la circulation systémique et avoir un effet systémique.

Il est métabolisé directement dans l’épiderme et l’épithélium de la muqueuse, à l’avenir, une petite quantité, après absorption, pénètre dans la circulation générale et est métabolisée dans le foie. Dans le sang, 80 % se lient à la transcortine et 10 % à l’albumine. Les métabolites de l’hydrocortisone sont excrétés par les reins et les intestins.

Les indications

– maladies inflammatoires de la partie antérieure de l’œil en l’absence de violation de l’intégrité de l’épithélium cornéen (blépharite, conjonctivite et kératoconjonctivite);

– atteinte de la cornée due à la pénétration de corps étrangers (après épithélialisation complète de la cornée).

Contre-indications

– purulentes, virales (par exemple, kératite épithéliale causée par le virus de l’herpès simplex, le virus varicelle-zona, etc.), la tuberculose, les maladies fongiques des yeux ;

Aucune étude sur l’innocuité et l’efficacité de l’hydrocortisone pendant la grossesse et l’allaitement n’a été menée.

Il n’y a pas de données précises sur la pénétration des glucocorticostéroïdes dans le lait maternel lorsqu’ils sont appliqués par voie topique, mais le risque ne peut être complètement exclu. L’utilisation de l’hydrocortisone pendant la grossesse et pendant l’allaitement n’est possible que lorsque l’effet thérapeutique attendu l’emporte sur le risque potentiel pour le fœtus ou l’enfant. La durée d’utilisation dans ces cas ne doit pas dépasser 7 à 10 jours.

Avant d’utiliser l’hydrocortisone, parlez-en à votre médecin si vous êtes enceinte, si vous pensez l’être ou si vous envisagez de l’être.

Dosage et administration

Une bande de pommade de 1 cm est placée derrière la paupière inférieure 2 à 3 fois par jour. Lorsque l’état s’améliore pendant le traitement, le schéma posologique peut être modifié en 1 à 2 fois par jour.

Lors de l’application de la pommade oculaire, le contact de l’extrémité du tube avec la surface de la peau ou de la conjonctive doit être évité.

S’il n’y a pas d’amélioration après le traitement, si les symptômes s’aggravent ou si de nouveaux symptômes apparaissent, vous devez consulter votre médecin. Utilisez le médicament uniquement selon les indications, la méthode d’application et aux doses indiquées dans le mode d’emploi.

Effets secondaires

Réactions allergiques, brûlures; injection de la sclérotique; vision floue à court terme, dermatite de contact, dermatoconjonctivite et eczéma des paupières.

– une augmentation de la pression intraoculaire avec le développement ultérieur possible d’un glaucome stéroïdien avec des lésions du nerf optique et des champs visuels altérés (par conséquent, lors de l’utilisation de glucocorticostéroïdes pendant plus de 10 jours, la pression intraoculaire doit être mesurée régulièrement);

– ralentissant le processus de cicatrisation des plaies (dans les maladies qui provoquent un amincissement de la cornée, sa perforation est possible).

Une infection bactérienne secondaire peut survenir à la suite de la suppression de la réponse de défense de l’organisme. Dans les maladies purulentes aiguës de l’œil, les glucocorticostéroïdes peuvent masquer ou intensifier le processus infectieux existant.

L’infection fongique de la cornée a tendance à se produire particulièrement souvent avec l’utilisation prolongée de glucocorticostéroïdes. L’apparition d’ulcères non cicatrisants sur la cornée après un traitement prolongé avec des glucocorticostéroïdes peut indiquer le développement d’une invasion fongique.

Si l’un des effets secondaires énumérés dans les instructions s’aggrave ou si vous remarquez d’autres effets secondaires non mentionnés dans les instructions, parlez-en à votre médecin.

Surdosage

interaction médicamenteuse

En cas d’utilisation prolongée du médicament en raison d’une éventuelle résorption dans la circulation systémique, l’hydrocortisone peut réduire l’efficacité de l’insuline, des hypoglycémiants oraux, des antihypertenseurs, des anticoagulants, de la concentration de salicylates et de praziquantel dans le plasma sanguin.

Le risque d’effets secondaires de l’hydrocortisone est augmenté par : les androgènes, les œstrogènes, les contraceptifs oraux, les stéroïdes anabolisants (hirsutisme, acné) ; médicaments antipsychotiques, carbutamide, azathioprine (cataracte); anticholinergiques, antihistaminiques, antidépresseurs tricycliques, nitrates (glaucome); diurétiques (hypokaliémie).

Si vous utilisez l’un des médicaments ci-dessus ou tout autre médicament (y compris les médicaments en vente libre), parlez-en à votre médecin avant de prendre Hydrocortisone.

instructions spéciales

Il est déconseillé de porter des lentilles de contact pendant le traitement. Avec l’utilisation simultanée de collyres, l’intervalle de temps entre leur instillation et l’application de la pommade doit être d’au moins 15 minutes.

Le traitement par corticostéroïdes ne doit pas être répété ou prolongé sans des examens réguliers pour exclure une augmentation de la pression intraoculaire, la formation de cataractes ou des infections secondaires.

Si chez les patients après l’utilisation du médicament, la clarté de la vision diminue temporairement, il n’est pas recommandé de conduire des véhicules et de s’engager dans des activités qui nécessitent une attention accrue jusqu’à ce qu’elle soit restaurée.

Pommade oculaire à l’hydrocortisone 0,5 % 5 g

Excipients : parahydroxybenzoate de méthyle (nipagine) – 0,2 g, vaseline – 89,37 g, lanoline anhydre – 9,93 g

La description:

La pommade est blanche, des nuances allant du jaunâtre au verdâtre ou au grisâtre sont possibles.

Groupe pharmacothérapeutique :

Glucocorticostéroïde à usage local

Pharmacodynamie :

Glucocorticostéroïde, a un effet anti-inflammatoire et anti-allergique. Réduit les infiltrats cellulaires inflammatoires, réduit la migration des leucocytes et des lymphocytes vers la zone d’inflammation. Stabilise les membranes cellulaires et subcellulaires, y compris les membranes lysosomales et mastocytaires. Réduit la liaison des immunoglobulines aux récepteurs à la surface des cellules et inhibe la synthèse ou la libération de cytokines (interleukines et interféron) par les lymphocytes et les macrophages. Réduit la réaction exsudative, aide à réduire la perméabilité capillaire. Réduit la sévérité de la réponse immunologique précoce. Il a un effet antimétabolique et inhibe le développement du tissu conjonctif et des cicatrices.

Pharmacocinétique :

L’hydrocortisone ne pénètre pas bien à travers la cornée dans le liquide intraoculaire; pénètre dans l’épiderme et l’épithélium de la membrane muqueuse, peut être légèrement absorbé dans la circulation systémique et avoir un effet systémique. Il est métabolisé directement dans l’épiderme et l’épithélium de la muqueuse et, à l’avenir, une petite quantité, après absorption, pénètre dans la circulation générale et est métabolisée dans le foie. Dans le sang, 80 % se lient à la transcortine et 10 % à l’albumine. Les métabolites de l’hydrocortisone sont excrétés par les reins et les intestins.

Les indications:

Maladies oculaires allergiques (dermatite des paupières, blépharite, conjonctivite et kératoconjonctivite).

Maladies inflammatoires de la partie antérieure de l’œil en l’absence de violation de l’intégrité de l’épithélium cornéen (blépharite, conjonctivite et kératoconjonctivite).

Brûlures oculaires thermiques et chimiques (après épithélialisation complète des défauts cornéens).

Contre-indications :

Hypersensibilité, purulente, virale, tuberculose, maladies fongiques des yeux, glaucome, trachome, période de vaccination, violation de l’intégrité des membranes de l’œil, âge des enfants (jusqu’à 18 ans).

Avec attention:

Grossesse, allaitement.

Grossesse et allaitement:

Aucune étude sur l’innocuité et l’efficacité de l’hydrocortisone pendant la grossesse et l’allaitement n’a été menée.

Il n’y a pas de données précises sur la pénétration des glucocorticostéroïdes dans le lait maternel lorsqu’ils sont appliqués par voie topique, mais le risque ne peut être complètement exclu. L’utilisation de l’hydrocortisone pendant la grossesse et l’allaitement n’est possible que lorsque l’effet thérapeutique attendu l’emporte sur le risque potentiel pour le fœtus ou l’enfant. La durée d’utilisation dans ces cas ne doit pas dépasser 7 à 10 jours.

Dosage et administration:

localement. Une bande de pommade de 1 à 2 cm est placée derrière la paupière inférieure 2 à 3 fois par jour. La durée du traitement est de 1 à 2 semaines. Selon la prescription du médecin, la durée du traitement peut être prolongée.

Effets secondaires:

Réactions allergiques, brûlures, injection de la sclérotique, vision floue à court terme.

En cas d’utilisation prolongée pendant plus de 10 jours, il peut y avoir une augmentation de la pression intraoculaire avec le développement ultérieur possible d’un glaucome stéroïdien avec des lésions du nerf optique et des champs visuels altérés (par conséquent, lors de l’utilisation de glucocorticostéroïdes pendant plus de 10 jours, la pression intraoculaire doit être mesuré régulièrement), la formation de cataractes sous-capsulaires postérieures, ralentissant le processus de cicatrisation des plaies (dans les maladies qui provoquent un amincissement de la cornée, sa perforation est possible).

Une infection bactérienne secondaire peut survenir à la suite de la suppression de la réponse de défense de l’organisme. Dans les maladies purulentes aiguës, les glucocorticostéroïdes peuvent masquer ou intensifier le processus infectieux existant.

L’infection fongique de la cornée a tendance à se produire particulièrement souvent avec l’utilisation prolongée de glucocorticostéroïdes. L’apparition d’ulcères non cicatrisants sur la cornée après un traitement prolongé avec des glucocorticostéroïdes peut indiquer le développement d’une invasion fongique.

Surdosage :

Le surdosage est extrêmement rare.

Symptômes : des effets secondaires locaux peuvent survenir.

Avec l’abolition du médicament, les phénomènes de surdosage disparaissent d’eux-mêmes.

Interaction:

En cas d’utilisation prolongée du médicament en raison d’une éventuelle résorption dans la circulation systémique, l’hydrocortisone peut réduire l’efficacité de l’insuline, des hypoglycémiants oraux, des antihypertenseurs, des anticoagulants, de la concentration de salicylates et de praziquantel dans le plasma sanguin.

Le risque d’effets secondaires de l’hydrocortisone est augmenté par : les androgènes, les œstrogènes, les contraceptifs oraux, les stéroïdes anabolisants (hirsutisme, acné) ; médicaments antipsychotiques, carbutamide, azathioprine (cataracte); anticholinergiques, antihistaminiques, antidépresseurs tricycliques, nitrates (glaucome); diurétiques (hypokaliémie).

Lorsqu’il est utilisé avec des glycosides cardiaques, une intoxication digitalique peut se développer.

L’utilisation simultanée avec des préparations de plomb et d’argent conduit à une inactivation mutuelle.

Instructions spéciales:

Il est déconseillé de porter des lentilles de contact pendant le traitement. Avec l’utilisation simultanée de collyres, l’intervalle de temps entre leur instillation et l’application de la pommade doit être d’au moins 15 minutes.

Lorsqu’il est utilisé pendant plus de 10 jours et avec des antécédents de glaucome ouvert ou à angle fermé, un contrôle de la pression intraoculaire est nécessaire.

Influence sur l’aptitude à conduire des transports. cf. et mech. : Si la clarté de la vision du patient diminue temporairement après l’utilisation du médicament, il n’est pas recommandé de conduire des véhicules et de s’engager dans des activités qui nécessitent une clarté de la perception visuelle jusqu’à ce qu’elle soit restaurée.

Forme de libération / posologie :

Pommade ophtalmique 0,5 %.

Forfait:

3 g et 5 g dans des tubes en aluminium. Chaque tube, accompagné d’un mode d’emploi, est placé dans un pack.

Conditions de stockage:

À des températures de 5 à 20 °C. Garder hors de la portée des enfants.

Date de péremption :

2 années. Ne pas utiliser après la date de péremption indiquée sur l’emballage.

Pommade oculaire à l’hydrocortisone 0,5% 3g

Excipients : parahydroxybenzoate de méthyle, pétrolatum blanc.

Pharmacocinétique

Aspiration et distribution

Lorsqu’elle est appliquée localement, l’hydrocortisone ne pénètre pas bien à travers la cornée dans le liquide intraoculaire. Pénètre dans l’épiderme et l’épithélium de la membrane muqueuse, peut être légèrement absorbé dans la circulation systémique et avoir un effet systémique. Dans le plasma, 80 % se lient à la transcortine et 10 % à l’albumine.

Métabolisme et excrétion

L’hydrocortisone est métabolisée directement dans l’épiderme et l’épithélium muqueux, puis une petite quantité après absorption pénètre dans la circulation générale et est biotransformée dans le foie. Il est excrété sous forme de métabolites et inchangé par les reins, dans un volume plus petit – avec la bile.

Indications pour l’utilisation

  • maladies oculaires allergiques (blépharite, conjonctivite, kératoconjonctivite);
  • choroïdite (y compris sympathique);
  • prévention et traitement des processus inflammatoires dans la période post-traumatique et postopératoire après une intervention chirurgicale sur le globe oculaire;
  • restauration de la transparence de la cornée et suppression de la néovascularisation après kératite, brûlures chimiques ou thermiques (après épithélisation complète de la cornée).

Contre-indications

  • maladies oculaires purulentes sans antibiothérapie concomitante ;
  • les maladies oculaires causées par l’herpès simplex, en particulier la kératite dendritique, la vaccination, la varicelle et d’autres maladies virales de la cornée et de la conjonctive ;
  • maladies oculaires fongiques ou infections oculaires parasitaires non traitées auparavant;
  • infections oculaires mycobactériennes (y compris tuberculose mycobactérienne);
  • violation de l’intégrité de l’épithélium cornéen, incl. après extraction d’un corps étranger ;
  • glaucome primaire;
  • période de vaccination;
  • âge jusqu’à 18 ans (l’innocuité et l’efficacité du médicament chez les enfants n’ont pas été étudiées);
  • hypersensibilité à l’hydrocortisone (ou à tout médicament de la classe GCS) ou à tout autre composant du médicament.

Avec prudence : grossesse, période d’allaitement.

Dosage et administration

Le médicament est appliqué par voie topique.

Une bande de pommade de 1 cm de long est placée 2 à 3 fois/jour dans le sac conjonctival. La durée du traitement ne doit pas dépasser 2 semaines.

La durée du traitement est déterminée par le médecin sur la base d’une comparaison des données sur l’efficacité du traitement, les effets secondaires possibles et le tableau clinique de la maladie.

Pour la prévention des processus inflammatoires après des opérations oculaires et des blessures, la pommade est utilisée 1 à 2 fois / jour après une épithélisation complète.

Conditions alimentaires

Le médicament doit être conservé hors de la portée des enfants à une température ne dépassant pas 25°C.

Date de péremption

La durée de conservation après ouverture du tube est de 4 semaines.

instructions spéciales

Ne touchez pas le bout du tube, car. cela peut contaminer le contenu du flacon.

Le tube avec le médicament est individuel.

Le tube doit être refermé après chaque utilisation.

L’utilisation prolongée de corticostéroïdes topiques peut entraîner une augmentation de la pression intraoculaire et/ou un glaucome avec des lésions du nerf optique, une diminution de l’acuité visuelle et des défauts du champ visuel, ainsi que la formation de cataractes sous-capsulaires postérieures.

Chez les patients utilisant depuis longtemps (plus de 10 jours) des médicaments contenant des corticostéroïdes, la pression intraoculaire doit être mesurée régulièrement. Le risque d’augmentation de la pression intraoculaire et/ou de formation de cataracte due à l’utilisation de corticostéroïdes chez les patients prédisposés (par exemple, atteints de diabète) est plus élevé. Le risque d’augmentation de la pression intraoculaire est accru chez les patients présentant une ophtalmohypergénèse et/ou un glaucome concomitants, ainsi que chez les patients ayant des antécédents familiaux de glaucome ; une surveillance hebdomadaire de la pression intraoculaire est nécessaire chez ces patients.

En l’absence d’amélioration dans les 7 à 8 jours, il est nécessaire de reconsidérer le choix du traitement.

Chez les patients prédisposés, y compris les patients recevant du ritonavir, après un traitement intensif ou un traitement continu à long terme, un syndrome de Cushing et/ou une suppression surrénalienne peuvent survenir en raison d’une absorption systémique partielle d’hydrocortisone à usage ophtalmique. Dans de tels cas, le médicament ne doit pas être annulé immédiatement, mais progressivement.

Les corticostéroïdes peuvent réduire la résistance aux infections bactériennes, virales, fongiques ou parasitaires et contribuer à leur développement, ainsi que masquer les signes cliniques de l’infection. En cas d’infections bactériennes concomitantes, une antibiothérapie appropriée doit être prescrite.

L’apparition d’ulcères non cicatrisants sur la cornée peut indiquer le développement d’une invasion fongique. En cas d’invasion fongique, le traitement par GCS doit être interrompu.

Les glucocorticostéroïdes, lorsqu’ils sont appliqués localement, peuvent ralentir la cicatrisation de la cornée. Les AINS topiques sont également connus pour ralentir ou retarder la guérison. L’utilisation concomitante d’AINS topiques et de stéroïdes topiques peut augmenter le risque d’échec de la cicatrisation.

En cas d’utilisation du médicament avec d’autres médicaments ophtalmiques locaux, l’intervalle entre leur utilisation doit être d’au moins 15 minutes.

On sait que dans les maladies qui provoquent un amincissement de la cornée ou de la sclérotique, des perforations peuvent survenir à la suite de l’utilisation de corticostéroïdes topiques. Avec une durée de traitement supérieure à 2 semaines, l’état de la cornée doit être surveillé.

Lors du traitement de l’inflammation des yeux, les lentilles de contact ne sont pas recommandées. Cependant, si le médecin considère que le patient peut porter des lentilles de contact, il doit être informé qu’il est nécessaire de retirer les lentilles de contact avant d’utiliser le médicament et de les remettre en place au plus tôt 15 minutes après l’instillation du médicament.

Le médicament contient du parahydroxybenzoate de méthyle, qui peut provoquer des réactions allergiques, incl. différé.

La description

GCS à usage local en ophtalmologie.

Forme posologique

Pommade oculaire blanche ou presque blanche, homogène, translucide, huileuse.

Utilisation chez les enfants

Contre-indiqué en dessous de 18 ans.

Pharmacodynamie

L’hydrocortisone est un glucocorticoïde qui a des effets anti-inflammatoires, antiallergiques, antiprurigineux et antiexsudatifs.

Réduit les infiltrats cellulaires inflammatoires, réduit la migration des leucocytes, incl. lymphocytes dans le domaine de l’inflammation. Stabilise cellulaire et subcellulaire, incl. lysosomales, membranes et membranes mastocytaires. Réduit la liaison des immunoglobulines aux récepteurs à la surface des cellules et inhibe la synthèse ou la libération de cytokines (interleukines et interférons) par les lymphocytes et les macrophages. Réduit la libération d’acide arachidonique des phospholipides et la synthèse de ses métabolites (prostaglandines, leucotriènes, thromboxane). Réduit la réaction exsudative, aide à réduire la perméabilité capillaire. Réduit la sévérité de la réponse immunologique précoce. Il a un effet antimétabolique et inhibe le développement du tissu conjonctif et des cicatrices.

Aux doses thérapeutiques, il ne montre presque pas d’effet systémique.

Effets secondaires

La fréquence des événements indésirables a été évaluée selon la classification des systèmes et organes MedDRA comme suit : très souvent (> 1/10), souvent (> 1/100, 1/1000, 1/10 000,

Du système nerveux : rarement – dysgueusia ; fréquence non établie – étourdissements, maux de tête.

De la part de l’organe de vision : souvent – malaise dans les yeux ; rarement – kératite, conjonctivite, syndrome de l’œil sec, photophobie, vision floue, démangeaisons oculaires, sensation de corps étranger dans les yeux, augmentation des larmoiements, sensations inhabituelles dans les yeux, formation de croûtes sur les bords des paupières, irritation oculaire, hyperémie; fréquence non établie – glaucome, kératite ulcéreuse, augmentation de la pression intraoculaire, diminution de l’acuité visuelle, érosion cornéenne, ptose des paupières, douleur oculaire, mydriase.

Du côté du système immunitaire : la fréquence n’est pas établie – hypersensibilité.

Du système endocrinien: la fréquence n’a pas été établie – syndrome d’Itsenko-Cushing, insuffisance surrénalienne.

Utilisation pendant la grossesse et l’allaitement

Il est possible de l’utiliser pour le traitement des femmes enceintes tel que prescrit par le médecin traitant si le bénéfice escompté pour la mère l’emporte sur le risque potentiel pour le fœtus.

Il n’y a pas de données précises sur l’excrétion des corticostéroïdes dans le lait maternel lorsqu’ils sont appliqués par voie topique. Cependant, le risque ne peut pas être complètement exclu.

L’utilisation de l’hydrocortisone chez la femme allaitante n’est possible que sur ordonnance si le bénéfice attendu pour la mère l’emporte sur le risque potentiel pour l’enfant.

Interaction

L’utilisation simultanée avec des inhibiteurs du CYP3A, y compris des médicaments contenant du cobicistat, peut entraîner à la fois un risque accru d’exposition systémique et le développement d’effets secondaires systémiques. La co-administration doit être évitée à moins que les avantages potentiels du traitement ne l’emportent sur le risque d’effets secondaires systémiques des corticostéroïdes.

Il n’est pas recommandé de vacciner contre la varicelle pendant le traitement avec le médicament, ainsi que d’effectuer d’autres types d’immunisation en raison d’une éventuelle réaction immunologique.

Avec l’utilisation prolongée du médicament, une résorption accrue de l’hydrocortisone dans la circulation générale peut réduire l’activité de l’insuline, ainsi que des hypoglycémiants oraux, des antihypertenseurs, des anticoagulants et abaisser le taux de salicylates dans le sang.

Le risque d’effets indésirables est plus élevé en cas d’utilisation combinée de contraceptifs oraux, stéroïdes anabolisants, antipsychotiques, inhibiteurs des récepteurs cholinergiques, antihistaminiques, antidépresseurs tricycliques, nitrés, glycosides cardiotoniques.

L’hydrocortisone ne doit pas être utilisée par voie topique avec des préparations contenant du plomb et de l’argent en raison d’une diminution mutuelle de l’activité.

Avec une utilisation prolongée avec l’idoxuridine, il est possible d’augmenter les processus destructeurs dans l’épithélium cornéen.

L’utilisation concomitante de stéroïdes topiques et d’AINS topiques peut augmenter la probabilité de troubles de la cicatrisation cornéenne.

Un risque d’augmentation supplémentaire de la pression intraoculaire ne peut être exclu si l’hydrocortisone est utilisée en association avec des anticholinergiques, ce qui peut également entraîner une augmentation de la pression intraoculaire chez les patients prédisposés.

En cas d’utilisation conjointe avec des médicaments antiglaucomateux, une diminution de l’effet hypotenseur de ces derniers est possible.

Surdosage

Symptômes : des réactions locales sont possibles (sensation de brûlure à court terme, larmoiement, hyperémie conjonctivale).

Traitement : sevrage médicamenteux, traitement symptomatique (il n’existe pas d’antidote spécifique).

Influence sur la capacité à conduire des véhicules et les mécanismes de contrôle

Si après l’utilisation du médicament la clarté de la vision diminue temporairement, il n’est pas recommandé de conduire des véhicules et de s’engager dans des activités qui nécessitent une clarté de la perception visuelle jusqu’à ce qu’elle soit restaurée.

Pommade oculaire à l’hydrocortisone 0,5 % 3 g

Prix ​​​​de la pommade oculaire à l’hydrocortisone 0,5% 3 g et disponibilité des produits dans les pharmacies 36,6 à Moscou et dans la région de Moscou

LUN c 09:00 à 22:00
MA c 09:00 à 22:00
MER c 09:00 à 22:00
JEU c 09:00 à 22:00
VEN c 09:00 à 22:00
SAM c 09:00 à 22h00
Dim c 09h00 à 22h00

LUN c 08:30 à 20:30
MAR c 08:30 à 20:30
MER c 08:30 à 20:30
JEU c 08:30 à 20:30
VEN c 08:30 à 20:30
SAM c 08:30 à 20h30
Dim c 08h30 à 20h30

Lun c 10:00 à 22:00
Mar c 10:00 à 22:00
Mer c 10:00 à 22:00
Jeu c 10:00 à 22:00
Ven c 10:00 à 22:00
Sam c 10:00 à 22 h 00
Dim c 10 h 00 à 22 h 00

LUN c 09:00 à 22:00
MA c 09:00 à 22:00
MER c 09:00 à 22:00
JEU c 09:00 à 22:00
VEN c 09:00 à 22:00
SAM c 09:00 à 22h00
Dim c 09h00 à 22h00

LUN c 09:00 à 21:00
MA c 09:00 à 21:00
MER c 09:00 à 21:00
JEU c 09:00 à 21:00
VEN c 09:00 à 21:00
SAM c 09:00 à 21:00
Dim c 09:00 à 21:00

Lun c 10:00 à 22:00
Mar c 10:00 à 22:00
Mer c 10:00 à 22:00
Jeu c 10:00 à 22:00
Ven c 10:00 à 22:00
Sam c 10:00 à 22 h 00
Dim c 10 h 00 à 22 h 00

LUN c 09:00 à 22:00
MA c 09:00 à 22:00
MER c 09:00 à 22:00
JEU c 09:00 à 22:00
VEN c 09:00 à 22:00
SAM c 09:00 à 22h00
Dim c 09h00 à 22h00

Lun c 10:00 à 21:00
Mar c 10:00 à 21:00
Mer c 10:00 à 21:00
Jeu c 10:00 à 21:00
Ven c 10:00 à 21:00
Sam c 10:00 à 21 h 00
Dim c 10 h 00 à 21 h 00

Lun c 10:00 à 22:00
Mar c 10:00 à 22:00
Mer c 10:00 à 22:00
Jeu c 10:00 à 22:00
Ven c 10:00 à 22:00
Sam c 10:00 à 22 h 00
Dim c 10 h 00 à 22 h 00

LUN c 09:00 à 21:00
MA c 09:00 à 21:00
MER c 09:00 à 21:00
JEU c 09:00 à 21:00
VEN c 09:00 à 21:00
SAM c 09:00 à 21:00
Dim c 09:00 à 21:00

Achetez avec ce produit

Âge minimum à partir de. 2 années
Mode d’application Extérieurement
Montant dans un forfait 1 pc
Température de stockage minimale autorisée, °C 2 °C
Température de stockage maximale autorisée, °C 15 °C
Date de péremption 36 mois
Conditions alimentaires dans un endroit sec
Formulaire de décharge Pommade
Le poids 3 années
Pays du fabricant Russie
Commande de vacances Sur ordonnance
Substance active Hydrocortisone (Hydrocortisone)
Champ d’application Dermatologie
Groupe pharmacologique D07AA Corticoïdes, faiblement actifs (groupe I)
Enregistré en tant que Médecine

Mode d’emploi

La description

La pommade est blanche, des nuances allant du jaunâtre au verdâtre ou au grisâtre sont possibles.

Ingrédients actifs

Formulaire de décharge

Composition

Effet pharmacologique

Glucocorticostéroïde. Il a un effet anti-inflammatoire et anti-allergique. Réduit les infiltrats cellulaires inflammatoires, réduit la migration des leucocytes et des lymphocytes vers la zone d’inflammation. Stabilise cellulaire et subcellulaire, incl. membranes lysosomales et membranes mastocytaires. Réduit la liaison des immunoglobulines aux récepteurs à la surface des cellules et inhibe la synthèse ou la libération de cytokines (interleukines et interféron) par les lymphocytes et les macrophages. Réduit la réaction exsudative, aide à réduire la perméabilité capillaire. Réduit la sévérité de la réponse immunologique précoce. Il a un effet antimétabolique et inhibe le développement du tissu conjonctif et des cicatrices.

Pharmacocinétique

L’hydrocortisone ne pénètre pas bien à travers la cornée dans le liquide intraoculaire. L’hydrocortisone pénètre dans l’épiderme et l’épithélium de la membrane muqueuse, peut être légèrement absorbée dans la circulation systémique et avoir un effet systémique. Il est métabolisé directement dans l’épiderme et l’épithélium de la muqueuse et, à l’avenir, une petite quantité, après absorption, pénètre dans la circulation générale et est métabolisée dans le foie. Dans le sang, 80 % se lient à la transcortine et 10 % à l’albumine. Les métabolites de l’hydrocortisone sont excrétés par les reins et les intestins.

Les indications

Maladies oculaires allergiques (dermatite des paupières, blépharite, conjonctivite et kératoconjonctivite).

Maladies inflammatoires de la partie antérieure de l’œil en l’absence de violation de l’intégrité de l’épithélium cornéen (blépharite, conjonctivite et kératoconjonctivite).

Brûlures oculaires thermiques et chimiques (après épithélialisation complète des défauts cornéens).

Contre-indications

Hypersensibilité, purulente, virale, tuberculose, maladies fongiques des yeux, glaucome, trachome, période de vaccination, violation de l’intégrité des membranes de l’œil, âge des enfants (jusqu’à 18 ans).

Utilisation pendant la grossesse et l’allaitement

Aucune étude sur l’innocuité et l’efficacité de l’hydrocortisone chez les femmes enceintes et allaitantes n’a été menée. Il n’y a pas de données précises sur la pénétration dans le lait maternel des corticostéroïdes lorsqu’ils sont appliqués par voie topique. Cependant, le risque ne peut pas être complètement exclu. L’utilisation de l’hydrocortisone chez les femmes enceintes et allaitantes n’est autorisée que sur prescription du médecin traitant, lorsque l’effet thérapeutique attendu l’emporte sur le risque potentiel pour le fœtus ou l’enfant.

La durée d’application ne doit pas dépasser 7 à 10 jours.

Dosage et administration

localement. 1 cm de pommade oculaire est injecté dans le sac conjonctival 2 à 3 fois par jour. La durée du traitement est de 1 à 2 semaines. Sur recommandation d’un médecin, la durée du traitement peut être prolongée.

Effets secondaires

Réactions allergiques, brûlures, injection de la sclérotique, vision floue à court terme.

En cas d’utilisation prolongée pendant plus de 10 jours, il peut y avoir une augmentation de la pression intraoculaire avec le développement ultérieur possible d’un glaucome stéroïdien avec des lésions du nerf optique et des champs visuels altérés (par conséquent, lors de l’utilisation d’un glucocorticoïde pendant plus de 10 jours, la pression intraoculaire doit être mesuré régulièrement), la formation de cataractes sous-capsulaires postérieures, ralentissant le processus de cicatrisation des plaies (dans les maladies qui provoquent un amincissement de la cornée, sa perforation est possible).

Une infection bactérienne secondaire peut survenir à la suite de la suppression de la réponse de défense de l’organisme. Dans les maladies purulentes aiguës de l’œil, les glucocorticostéroïdes peuvent masquer ou intensifier le processus infectieux existant.

Les infections fongiques de la cornée ont tendance à survenir particulièrement fréquemment lors de l’utilisation prolongée de glucocorticostéroïdes. L’apparition d’ulcères non cicatrisants sur la cornée après un traitement à long terme avec des glucocorticostéroïdes peut indiquer le développement d’une invasion fongique.

Si l’un des effets secondaires énumérés dans les instructions s’aggrave ou si vous remarquez d’autres effets secondaires non mentionnés dans les instructions, parlez-en à votre médecin.

Surdosage

Le surdosage est extrêmement rare.

Symptômes : des effets secondaires locaux peuvent survenir.

Avec l’abolition du médicament, les phénomènes de surdosage disparaissent d’eux-mêmes.

Interaction avec d’autres médicaments

En cas d’utilisation prolongée du médicament en raison d’une éventuelle résorption dans la circulation systémique, l’hydrocortisone peut réduire l’efficacité de l’insuline, des hypoglycémiants oraux, des antihypertenseurs, des anticoagulants, de la concentration de salicylates et de praziquantel dans le plasma sanguin. Le risque d’effets secondaires de l’hydrocortisone est augmenté par : les androgènes, les œstrogènes, les contraceptifs oraux, les stéroïdes anabolisants (hirsutisme, acné) ; médicaments antipsychotiques, carbutamide, azathioprine (cataracte); anticholinergiques, antihistaminiques, antidépresseurs tricycliques, nitrates (glaucome); diurétiques (hypokaliémie).

Lorsqu’il est utilisé avec des glycosides cardiaques, une intoxication digitalique peut se développer. L’utilisation simultanée avec des préparations de plomb et d’argent conduit à une inactivation mutuelle.

instructions spéciales

Il est déconseillé de porter des lentilles de contact pendant le traitement. Avec l’utilisation simultanée de collyres, l’intervalle de temps entre leur instillation et l’application de la pommade doit être d’au moins 15 minutes.

Lorsqu’il est utilisé pendant plus de 10 jours et avec des antécédents de glaucome ouvert ou à angle fermé, un contrôle de la pression intraoculaire est nécessaire.

Influence sur la capacité à conduire des véhicules et les mécanismes de contrôle

Si la clarté visuelle du patient est temporairement réduite après l’utilisation du médicament, il n’est pas recommandé de conduire des véhicules et de s’engager dans des activités qui nécessitent une clarté de la perception visuelle jusqu’à ce qu’elle soit restaurée.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.