Grippe 2022 2023 en Russie

Les souches du virus de la grippe évoluent constamment et la composition des vaccins antigrippaux doit être fréquemment revue. À cet égard, l’OMS tient deux réunions annuelles (pour les hémisphères nord et sud), qui analysent les données actuelles sur la grippe, après quoi des recommandations sont faites sur la composition des vaccins.

Au cours de la saison 2022-2023, les experts de l’OMS ont recommandé que la Russie et d’autres pays de l’hémisphère nord incluent les souches suivantes dans le vaccin antigrippal :

  • type A/Victoria/2570/2019 (H1N1)pdm09 ;
  • type A/Cambodge/e0826360/2020 (H3N2);
  • type B/Washington/02/2019 ;
  • type B/Phuket/3073/2013 (cette souche est recommandée pour le vaccin quadrivalent) 1 .

Selon l’OMS, deux souches principales ont changé depuis l’année dernière – il s’agit des virus de la grippe de type A, qui ne circulaient auparavant pas dans la population humaine.

La souche A (H1N1) est dite pandémique car ce type de virus est très contagieux et peut entraîner de graves complications.

La vaccination est le moyen le plus efficace de prévenir de telles complications. Les données de vaccination des années passées suggèrent que les vaccinations ont réduit le risque de développer une grippe sévère de 50 %, et les résultats de la vaccination chez les enfants ont été encore plus efficaces. Les vaccins contre la grippe sont absolument sûrs et constituent le principal moyen de prévenir la grippe 2 .

En collaboration avec des experts, nous avons compilé un mémo visuel dans lequel nous avons essayé de répondre à toutes les questions les plus courantes sur la grippe à venir.

Selon eux, le traitement est effectué soit à domicile, soit à l’hôpital.

En règle générale, les issues fatales de la grippe ne sont pas associées à la maladie elle-même, mais au développement de complications qui surviennent le plus souvent chez les personnes atteintes de maladies chroniques. Les complications les plus courantes de la grippe :

  • pneumonie virale;
  • myocardite (inflammation du muscle cardiaque);
  • méningite ou encéphalite;
  • insuffisance rénale ou hépatique;
  • chez les femmes enceintes, la grippe peut entraîner un avortement, ainsi qu’une infection du fœtus.

Contents

La prévention

La prévention de la grippe consiste à bien s’alimenter, à s’endurcir, à marcher au grand air, à se laver les mains et à aérer la pièce. Pendant l’épidémie, il est conseillé d’éviter de visiter des lieux très fréquentés, de prendre des multivitamines.

Il est important de suivre les autres recommandations :

  • éloignez-vous lorsqu’ils toussent à proximité, de préférence à 1,5-2 mètres;
  • ne touchez pas votre nez, votre bouche, vos yeux dans les transports en commun ;
  • se laver les mains avec du savon en rentrant des lieux publics ;
  • se rincer le nez à l’eau de mer (vendue sous forme de sprays en pharmacie) ;
  • éviter le manque de sommeil (il affaiblit le corps).

Selon l’OMS, la vaccination est le moyen le plus efficace de prévenir la grippe. Le vaccin protégera précisément contre les virus dont les souches sont courantes dans l’année en cours 5 . La vaccination est généralement effectuée 2 à 3 semaines avant le début d’une augmentation de l’incidence.

Que faire si vous tombez malade

Si vous êtes malade, il est important de rester à la maison. La communication avec les autres doit être limitée. Pour éviter l’infection, il est important de porter un masque en présence d’une personne malade.

Il est conseillé à un patient grippé de :

  • observer le repos au lit;
  • boire des boissons acidifiées (thé au citron, canneberge, jus de cassis);
  • si nécessaire, après avis d’un médecin, prendre des remèdes symptomatiques : contre les maux de tête, antipyrétique, antihistaminique (anti-allergique).

Existe-t-il des médicaments efficaces ?

Il est nécessaire de commencer le traitement dès l’apparition des premiers symptômes de la maladie (fièvre, faiblesse, maux de tête, mal de gorge). La température chez les adultes ne doit être réduite que lorsqu’elle atteint 38,5 ° C et plus, chez les enfants – jusqu’à 38 ° C et plus. Une température corporelle élevée augmente la charge sur de nombreux organes et systèmes: cardiovasculaire, respiratoire, a un effet dépresseur sur le système nerveux, conduit à la déshydratation.

Afin d’éliminer les toxines du corps, d’hydrater les muqueuses, il est indiqué de boire beaucoup d’eau – thé, compote, boisson aux fruits.

Parmi les médicaments antiviraux contre la grippe, l’oseltamivir s’est avéré efficace, mais seulement s’il est pris dans les 48 heures suivant l’apparition des premiers symptômes de la maladie. Toujours au Japon et aux États-Unis, un médicament antigrippal de nouvelle génération est apparu – avec l’ingrédient actif baloxavir. Il n’a encore été enregistré ni en Europe ni en Russie 6 .

En cas d’écoulement ou de congestion nasale, le médecin peut prescrire des gouttes nasales vasoconstrictrices. Vous pouvez également vous rincer le nez avec une solution saline.

Si vous avez mal à la gorge, vous pouvez rincer avec une solution de soude, utiliser des sprays antiseptiques, des solutions anti-inflammatoires pour le rinçage.

Quelques jours après le début de la maladie, la toux peut devenir productive, des expectorations apparaissent, parfois difficiles à cracher. Dans ces cas, le médecin peut prescrire des agents qui fluidifient et améliorent l’écoulement des expectorations. Ils doivent également être utilisés si vous avez déjà récupéré, mais que la toux persiste.

Les antibiotiques contre la grippe sont inefficaces car ils agissent contre les bactéries et non contre les virus. Cependant, avec le développement de complications avec l’ajout d’infections bactériennes, telles que l’amygdalite, la sinusite, l’otite moyenne, le médecin peut prescrire des antibiotiques. L’auto-administration de ces médicaments est contre-indiquée.

Avec la grippe, la température corporelle élevée peut durer de 3 à 5 jours, et avec le développement de complications – encore plus longtemps. Si la température ne baisse pas pendant plus de 5 jours, il est fort probable qu’une infection bactérienne ait rejoint l’infection virale. Dans le contexte du développement de la fièvre, l’état du patient s’aggrave 7 . Dans ce cas, vous devez immédiatement appeler un médecin à domicile.

Quand appeler d’urgence un médecin à domicile ou une ambulance

  • La température est supérieure à 38-39 degrés.
  • Essoufflement, douleurs thoraciques.
  • Toux saccadée sèche persistante.
  • Nausées, vomissements dont les crises persistent plus d’une journée.

Erreurs les plus courantes

  • Prenez des immunomodulateurs (immunostimulants), etc. pour la prévention et le traitement de la grippe. L’efficacité de ces médicaments n’a pas été prouvée par des études cliniques internationales.
  • Traiter la grippe avec des remèdes homéopathiques.
  • Prendre des antibiotiques dès la première montée en température. Seul un médecin peut en déterminer la nécessité.

Questions et réponses populaires

La grippe est une maladie grave à laquelle beaucoup de gens ne prêtent pas suffisamment attention. Nous avons discuté avec des experts des complications qui peuvent survenir et de la manière de combiner les vaccinations contre la grippe avec d’autres vaccinations, en particulier pendant une pandémie.

Quelles sont les complications de la grippe ?

“La grippe est une maladie infectieuse qui peut évoluer de manière complètement différente selon les groupes de population”, explique le médecin généraliste, le cardiologue Alexei Zhito . – Les personnes les plus sensibles aux infections graves sont les personnes âgées, les personnes atteintes de diabète, de maladies oncologiques et cardiovasculaires, les femmes enceintes et les enfants. Dans le même temps, des complications de l’infection peuvent survenir à la fois chez les individus des groupes à haut risque et dans d’autres groupes.

Les complications de la grippe peuvent inclure :

Pneumonie . La grippe peut provoquer à la fois une pneumonie virale (elle doit être distinguée de la pneumonie virale causée par une nouvelle infection à coronavirus) et plus tard – l’ajout d’une pneumonie bactérienne.

Sinusite . La grippe peut être compliquée par une infection qui provoque une inflammation des sinus paranasaux – la sinusite.

Myocardite. La myocardite est une complication redoutable – une inflammation de la membrane musculaire moyenne du cœur, qui est possible à la fois en raison de l’action directe du virus et à la suite d’une violation des mécanismes immunitaires après la grippe (un processus auto-immun).

état septique . La septicémie est la complication la plus grave lorsqu’une infection bactérienne véhiculée par le sang se joint. Cette condition aggrave considérablement le pronostic du patient.

Syndrome de fatigue chronique . Les patients qui ont eu la grippe se plaignent souvent de fatigue intense et de faiblesse.

Trouble du sommeil . La grippe peut entraîner de l’insomnie et divers troubles neurologiques, dont la dépression.

Maladies auto-immunes . Les perturbations du fonctionnement du système immunitaire et l’agression contre ses propres organes sont à la base non seulement de la myocardite, mais aussi d’autres maladies : diabète de type 1, thyroïdite auto-immune, maladies des reins, du foie, etc.

Altération de la peau et des cheveux . Les patients qui ont eu la grippe signalent souvent une fragilité et une perte de cheveux accrues, ainsi qu’une peau sèche.

D’autres complications peuvent également se développer.

Combien de personnes meurent de la grippe en Russie chaque année ?

“La létalité de la grippe varie selon les différentes catégories de patients”, souligne Aleksey Zhito. – La grippe atteint la létalité la plus élevée chez les patients âgés et les patients atteints de maladies chroniques graves.

Dans le même temps, la vaccination active contre la grippe en Russie a entraîné une forte diminution de l’incidence de la population et le nombre de décès dus à la grippe diminue également d’année en année.

Devriez-vous vous faire vacciner contre la grippe?

La communauté médicale rappelle que la vaccination annuelle contre la grippe est le moyen le plus efficace de prévenir la maladie, et aussi, en cas d’infection, le risque de grippe sévère du patient est considérablement réduit.

La vaccination contre la grippe est incluse dans le calendrier vaccinal de la plupart de la population – enfants de plus de 6 mois, personnes âgées, femmes enceintes et personnes atteintes de maladies concomitantes – diabète sucré, maladie coronarienne, bronchite chronique, survivants d’un AVC, etc.

Pour les patients qui ne figurent pas sur cette liste, il est également conseillé d’effectuer une vaccination antigrippale annuelle en cas de contre-indication.

Est-il possible de traiter la grippe avec des remèdes populaires?

En tant que traitement des infections virales respiratoires aiguës, les patients utilisent souvent la médecine traditionnelle – thé au gingembre, miel, inhalation de vapeur de pommes de terre bouillies, etc. Et certains d’entre eux peuvent aider. Par exemple, le thé a des propriétés toniques et réparatrices, l’eau contenue dans le thé et les fruits aide à soulager les symptômes d’intoxication, et l’air chaud et humide aide à mieux évacuer les expectorations.

Le vaccin contre la grippe aide-t-il contre le coronavirus ?

Le vaccin contre la grippe ne peut pas protéger contre la contraction d’une nouvelle infection à coronavirus, mais peut être un facteur clé pour prévenir le développement de formes graves et compliquées de COVID-19. Dans le cadre de l’augmentation saisonnière annuelle attendue de l’incidence de la grippe et du SRAS, bien sûr, la vaccination est nécessaire.

Puis-je me faire vacciner contre la grippe après un vaccin contre le coronavirus ?

L’intervalle entre les vaccinations contre différentes infections lorsqu’elles sont effectuées séparément (pas le même jour) doit être d’au moins un mois, ceci est enregistré dans le calendrier national de vaccination, les calendriers régionaux et les calendriers de vaccination pour les indications épidémiques.

Cependant, le ministère russe de la Santé a autorisé la vaccination simultanée contre le coronavirus et la grippe avec le vaccin Spoutnik V.

En Russie, une augmentation des infections par le virus respiratoire syncytial chez les enfants a commencé: est covid à blâmer

Dans plusieurs pays du monde, des médecins ont enregistré une propagation anormale du virus respiratoire syncytial (VRS) chez les enfants, rapporte la BBC. Habituellement, cet agent pathogène provoque des rhumes saisonniers et gagne en force en automne-hiver et au début du printemps. Cependant, cette année, des médecins aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Japon et en Suisse ont remarqué une augmentation de l’incidence du VRS pendant les mois d’été. Rabia Agha , chef du département des maladies infectieuses à l’hôpital pour enfants du Maimonides Medical Center à New York , a suggéré qu’une telle poussée “indépendante” pourrait être liée à la pandémie de COVID-19.

Du fait que l’année dernière, les gens ont observé des mesures de quarantaine, réduit la communication entre eux, porté des masques, etc., d’une part, il a été possible de contenir la propagation du coronavirus et d’autres infections respiratoires (c’est-à-dire aéroportées) . En revanche, le système immunitaire rencontrait de moins en moins souvent les pathogènes du rhume, et parvenait donc à les « oublier ». Et maintenant, lorsque les restrictions seront levées, le SRAS relèvera la tête et nous dépassera plus souvent, a noté le médecin.

Quelle est la situation de l’infection par le virus RS en Russie, à quel point cet agent pathogène est-il dangereux pour les enfants et les adultes et comment la maladie se manifeste-t-elle? Nous avons interrogé à ce sujet un spécialiste des maladies infectieuses, pédiatre, candidat en sciences médicales, médecin-chef du centre médical “Leader Medicine” Evgeny Timakov .

L’IMMUNITÉ EST-ELLE PASSÉE EN VACANCES ?

“Le virus respiratoire syncytial provoque constamment des épidémies dans la période automne-hiver-printemps”, explique l’expert. “Maintenant, dans notre pays, comme dans de nombreux autres pays, il y a déjà une recrudescence du SRAS (infections virales respiratoires aiguës, le virus RS en fait partie. – NDLR). Dans les écoles et les jardins d’enfants, la moitié d’un groupe est malade. Le typage de l’infection confirme la présence du virus RS. Dans le même temps, je tiens à vous rappeler que la plupart des habitants de notre pays n’ont pas observé de quarantaine sérieuse, ne se sont pas assis en auto-isolement, ont roulé et voyagé avec force et force, ont mené une vie active, note le médecin.

Maintenant, l’augmentation de l’incidence causée par le VRS est due au fait que le moment est venu pour le virus de relever la tête, explique le Dr Timakov. L’immunité contre cet agent pathogène ne dure pas toute la vie, généralement le corps rencontre à nouveau le virus RS pendant plusieurs années, et de ce fait, la tension de la défense immunitaire est maintenue.

– Quelle est la faute au coronavirus puis, plus précisément, aux mesures anti-épidémiques que nous avons dû appliquer à cause de lui – notamment en limitant les rencontres régulières avec d’autres virus respiratoires ?

Oui, le SRAS-CoV-2 est dans une certaine mesure à blâmer. Si une personne ne rencontre pas d’autres infections, son immunité innée, dite non spécifique, cesse de s’entraîner. C’est-à-dire que les barrières immunitaires des muqueuses nasales et pharyngées réduisent leur efficacité. De plus, les récepteurs spéciaux sur les cellules qui attrapent et neutralisent les virus ne s’entraînent pas. De plus, lorsqu’il n’y a pas de contact constant avec des agents infectieux, le système d’interféronogenèse passe dans un état inactif (c’est-à-dire la production de protéines d’interféron immunitaire, qui participent également activement à la protection contre les bactéries et les virus pathogènes. – Ed.) .

Tout cela affecte en général le nombre de cas et la gravité des maladies de diverses infections virales respiratoires aiguës. Mais cela ne peut toujours pas affecter la circulation des virus en général, les éliminer du calendrier saisonnier, estime le médecin spécialiste des maladies infectieuses.

COMME DANGEREUX EST LE VIRUS RS

– Le virus respiratoire syncytial peut causer de graves dommages au système broncho-pulmonaire. En particulier, cela peut entraîner le développement d’une bronchiolite – il ne s’agit pas seulement d’une bronchite, mais d’une inflammation des petites bronches. Les enfants peuvent avoir besoin d’une hospitalisation et d’un traitement antibiotique, car l’infection peut entraîner des complications bactériennes assez graves, explique Evgeny Timakov. – L’otite et la sinusite font partie des complications.

Selon le médecin, le virus RS est surtout dangereux pour les enfants de moins de 5 ans. À un âge plus avancé, les menaces sont minimes. Les adultes portent souvent l’infection comme un rhume léger.

Les symptômes les plus courants :

– faible élévation de température (entre 37 et 37,5ºС).

Dans une forme plus sévère, en particulier chez les jeunes enfants, une toux sèche paroxystique peut se développer.

La maladie peut durer jusqu’à plusieurs semaines, explique le Dr Timakov. Il n’y a pas de mesures préventives spécifiques. Le durcissement, une alimentation saine, un sommeil de qualité et un exercice modéré aident à réduire le risque d’infection et de maladie grave.

SUR UNE NOTE

Selon Rospotrebnadzor, les personnes à risque d’infection par le virus respiratoire syncytial sont :

– les nouveau-nés et les adultes atteints de maladies cardiaques et pulmonaires, ainsi que d’immunodéficiences.

Ces personnes doivent être particulièrement surveillées pour détecter les symptômes. En cas d’essoufflement, de toux sèche, d’augmentation de la température à 38 degrés, assurez-vous d’appeler un médecin.

LIRE AUSSI

Le médecin a expliqué pourquoi les vaccins contre les virus respiratoires protègent rarement complètement contre l’infection

Et aussi quelles sont les chances de l’humanité de recevoir un vaccin universel contre toutes les souches de coronavirus, a déclaré à kp.ru le docteur honoré de Russie Mikhail Kagan (détails)

Lire aussi

Catégorie d’âge du site 18+

La publication en ligne (site Web) est enregistrée par Roskomnadzor, certificat El n ° FS77-80505 du 15 mars 2021. Rédacteur en chef – Sungorkin Vladimir Nikolaevich. Le rédacteur en chef du site est Nosova Olesya Vyacheslavovna.

Messages et commentaires des lecteurs du site publiés sans modification. Les éditeurs se réservent le droit de les supprimer du site ou de les modifier si ces messages et commentaires constituent un abus de la liberté des médias ou une violation d’autres exigences de la loi.

Maison d’édition JSC Komsomolskaïa Pravda. NIF : 7714037217 PSRN : 1027739295781 127015, Moscou, Novodmitrovskaya d. 2B, Tél. +7 (495) 777-02-82.

Symptômes et premiers signes du coronavirus (COVID-19) chez l’adulte de jour

La période d’incubation est le temps qui s’est écoulé depuis le dernier contact avec des porteurs et l’entrée du virus dans l’organisme jusqu’à l’apparition des premiers symptômes du coronavirus chez un adulte.

À quelle vitesse les symptômes du coronavirus apparaissent-ils après l’infection ?

“À quelle vitesse les symptômes du coronavirus apparaissent-ils après l’infection?” – Il est difficile de donner une réponse univoque à cette question. La vitesse à laquelle les symptômes apparaissent dépend de deux variables :

La concentration du virus qui a pénétré dans le corps.

La capacité du corps à résister aux parasites.

Selon les experts allemands, le délai moyen est de 6 à 7 jours. En pratique, le délai minimum est de 2 jours, le maximum est de 21 jours.

C’est pourquoi les médecins recommandent de limiter les contacts avec les personnes dans les 14 jours suivant le contact présumé avec le porteur du virus.

Pendant la période d’incubation, une personne ne présente pas les signes les plus évidents de coronavirus et peut infecter les autres. Si après deux semaines aucun signe n’a été trouvé, alors deux scénarios auraient pu se produire :

Le corps avait assez de ses propres forces pour faire face à l’infection.

La maladie évolue sous une forme bénigne.

Que faire en cas de symptômes du coronavirus ?

Si vous constatez des signes de malaise général, des allergies, des rhumes, consultez immédiatement un médecin. Il vous proposera de faire un frottis pour le coronavirus afin de clarifier le diagnostic et de prescrire les médicaments nécessaires au traitement.

Les premiers signes du coronavirus chez les adultes

La difficulté de diagnostiquer le coronavirus au début de 2020 a été causée par le fait que tous les symptômes sont similaires aux premiers signes d’un rhume ou d’une grippe. Ces symptômes étaient une faiblesse, des nausées, une toux sèche et des maux de tête.

Ils sont apparus le septième jour de l’infection, avec un contact plus étroit avec le porteur – le cinquième. Les personnes ayant une forte immunité ne pouvaient pas soupçonner la présence de la maladie jusqu’à 4 semaines.

Que faire lorsque les premiers symptômes du coronavirus apparaissent ?

Si des signes précoces de COVID-19 sont détectés, les médecins de la clinique MEdel recommandent de modifier votre mode de vie pendant un certain temps et de respecter les règles suivantes :

  • Reposez-vous davantage.

Pendant la maladie, le corps a besoin de force pour combattre le virus.

  • Normaliser les habitudes de sommeil.

Essayez de dormir suffisamment et ne donnez pas de raison à la détérioration due au manque de sommeil.

  • Utilisez des serviettes et des couverts individuels.

Les objets partagés peuvent être porteurs de germes, auquel cas vous risquez d’infecter votre foyer.

  • Surveillez le niveau d’humidité dans la pièce.

Une sécheresse excessive peut aggraver votre état.

  • Incluez des fruits et des légumes dans votre alimentation, buvez beaucoup d’eau propre.

L’eau est un excellent remède contre l’intoxication.

Pendant la période de quarantaine, essayez de limiter la communication avec les membres de la famille et, si possible, isolez-vous d’eux. Si vous ne vous sentez pas bien, appelez votre médecin à domicile.

Vous devriez certainement passer un test rapide pour Covid. Si le résultat est négatif, un deuxième test sera nécessaire pour exclure une erreur.

Faire attention! Si le traitement choisi n’apporte pas de résultats en quelques jours et que l’état de santé ne fait qu’empirer, vous devez immédiatement appeler une ambulance.

Différences entre le coronavirus et le SRAS

L’infection à coronavirus désigne des infections virales respiratoires aiguës qui présentent des symptômes similaires : faiblesse générale, température subfébrile, maux de tête, mal de gorge, toux sèche et congestion nasale.

Longue période d’incubation. L’ARVI se caractérise par une courte période de latence – 2-3 jours, dans le coronavirus, elle atteint 14 jours.

Toux sèche prolongée avec douleurs thoraciques.

La durée de l’ARVI peut aller jusqu’à 10 jours, la maladie à coronavirus peut devenir grave dès 5 à 6 jours.

La température de 37 à 38 degrés dure plus de cinq jours et ne se prête pas à un traitement médicamenteux.

Troubles du tractus gastro-intestinal.

Différences entre le coronavirus et la grippe

Distinguer une infection à coronavirus de la grippe est un peu plus difficile : ils présentent de nombreux signes similaires. Nous listons les principaux :

La voie de transmission commune d’une personne à l’autre est le contact aérien ou domestique.

Symptômes similaires d’intoxication générale.

Désordres digestifs.

Cependant, les maladies peuvent encore être distinguées:

Chez les patients grippés, les symptômes d’intoxication générale viennent en premier et la température monte immédiatement à des valeurs élevées.

Les symptômes de l’infection à coronavirus se caractérisent par une détérioration constante et progressive du bien-être. De plus, la température n’atteint pas immédiatement des valeurs élevées – les deux premiers jours – 37-37,5, les jours 5-6 – jusqu’à 38 degrés.

Quelles autres maladies peuvent être confondues avec le Covid-19 ?

Pneumonie. La pneumonie peut être de nature virale et bactérienne (les agents pathogènes les plus courants sont les pneumocoques).

Allergies. Le tableau clinique du Covid-19 s’apparente souvent à celui des allergies : troubles respiratoires, vertiges, problèmes d’odorat.

L’asthme bronchique. Dans la plupart des cas, l’asthme bronchique est d’origine non infectieuse et s’accompagne d’une dyspnée expiratoire.

Comment comprendre que vous êtes malade du coronavirus ?

Comment comprendre que vous êtes malade du coronavirus ?

Il existe un certain ensemble de symptômes caractéristiques de chaque variante de l’évolution de la maladie. Voyons d’abord quelles formes d’infection à coronavirus existent et à quel point elles sont dangereuses.

Il existe 4 formes d’évolution de la maladie:

  • Variante asymptomatique.

Cette variante de l’évolution de la maladie semble être la plus inoffensive, mais vous devez faire attention : avec cette forme, l’immunité à long terme peut ne pas se développer. Cela signifie qu’une personne peut retomber malade au contact du virus.

La forme bénigne est considérée comme la plus favorable: une personne ne développe pas de complications et une immunité à long terme a également le temps de se former. Cela signifie que la probabilité de récidive de la maladie est minimisée.

Avec une forme moyenne de maladie à coronavirus, vous devez consulter un médecin et suivre un traitement médical. À ce stade, le risque de complications est élevé, vous devez donc surveiller de près votre santé.

Dans les cas graves de coronavirus, en règle générale, une hospitalisation d’urgence est nécessaire.

Ensuite, nous parlerons séparément des symptômes du coronavirus, caractéristiques de chaque étape.

Les principaux symptômes du coronavirus

Signes de coronavirus asymptomatique

Les signes d’une variante asymptomatique de l’évolution d’une infection à coronavirus ne comprennent qu’une fatigue générale et un léger malaise.

Il convient de rappeler que même avec une forme asymptomatique, le patient infecte d’autres personnes.

Symptômes bénins du coronavirus

Symptômes légers du coronavirus par jour :

1 jour – fatigue accrue, faiblesse générale.

Jour 2 – congestion nasale, mal de gorge et mal de gorge.

Jour 3 – mal de tête, toux sèche, température (y compris subfébrile – 37-37,5 degrés).

Les premiers symptômes du coronavirus chez un adulte sous une forme bénigne peuvent être sans fièvre et sans toux (ou avec une toux rare).

Les symptômes les moins courants

Absence de sensations olfactives et/ou gustatives

Myalgie – douleur douloureuse dans les muscles,

Migraines d’intensité variable,

Rougeurs et démangeaisons cutanées,

Problèmes gastro-intestinaux,

Sensation de froid irrésistible.

Les patients font rarement la distinction entre une forme bénigne de coronavirus et un rhume.

Symptômes de la forme moyenne du coronavirus

Les symptômes les plus évidents du coronavirus

Sensation de rétrécissement de la poitrine

Température 38 degrés pendant plus de 4 jours (ne peut pas être renversé),

Toux sèche et crachats

Perte d’appétit, nausées, diarrhée.

Les symptômes les moins courants

Désir de s’isoler des gens

Les patients de plus de 65 ans sont à risque – l’image de leur maladie est très susceptible d’être atypique et de s’accompagner de complications de nature différente.

Symptômes du coronavirus sévère

Les principaux symptômes de la forme sévère sont similaires à ceux de la forme modérée de la maladie. Les différences ne résident que dans le degré de leur expression.

Attention! Avec l’apparition de difficultés respiratoires et de douleurs à la poitrine, il est urgent d’appeler une ambulance.

Il est difficile de dire comment les symptômes du coronavirus évoluent au jour le jour : certaines personnes montrent plus clairement les signes du COVID-19, d’autres non. Le plus souvent, la sévérité des symptômes dépend de l’état de santé initial du patient. Les personnes atteintes de maladies chroniques ont plus de mal à résister à la maladie que les personnes plus jeunes.

Dans la section suivante, nous décrivons une image approximative des symptômes du coronavirus par jour chez les adultes.

Symptômes du COVID-19 chez les adultes de jour

1-2 jours. Le tableau clinique de l’infection à coronavirus ressemble à une infection virale respiratoire aiguë. Le patient éprouve de la faiblesse, de la somnolence, une fatigue accrue. A ce stade, une congestion, une toux sèche rare peut être présente.

3-4 jours. Ces jours-ci, la température peut monter jusqu’à 37-37,5 degrés. Certains patients peuvent perdre leur odorat et leur goût, ressentir des douleurs musculaires ou articulaires et une congestion nasale.

Attention! Dans un faible pourcentage de cas, on observe des rougeurs cutanées, des migraines, des frissons ou des troubles digestifs de nature différente (perte d’appétit, vomissements, diarrhée).

Jour 5 Le cinquième jour est la clé de l’évolution de la maladie. Le résultat ultérieur dépend de la force ou de la faiblesse de l’immunité du patient :

Dans le premier cas, le patient est en voie de guérison et, à l’avenir, tous les symptômes disparaîtront.

Dans le second cas, le tableau clinique est aggravé et la forme moyenne de la maladie se développe.

6-14 jours. La forme moyenne d’infection à coronavirus se manifeste par un essoufflement, un essoufflement et des douleurs dans la poitrine. Une pâleur progressive, une toux accrue et un essoufflement indiquent le développement d’une pneumonie.

Attention! Cette condition est considérée comme modérée et nécessite une hospitalisation d’urgence. En cas de lésions pulmonaires importantes, une personne peut avoir besoin d’être connectée à un ventilateur.

15-30 jours. Pour faire face à la pneumonie, le corps a besoin d’environ deux semaines.

Il convient de garder à l’esprit que la récupération finale du corps peut prendre plusieurs mois. Pendant ce temps, un essoufflement et une toux sèche peuvent persister.

Symptômes du coronavirus chez les enfants et les adolescents

Symptômes du coronavirus chez les enfants et les adolescents par âge

1-3 ans. À cet âge, l’enfant ne présente pas de symptômes évidents de coronavirus. La maladie est perçue comme un rhume avec tous les symptômes qui l’accompagnent : fatigue, nez qui coule, toux sèche. Parfois, l’enfant refuse de manger.

4-7 ans. À l’âge de 4 à 7 ans, les enfants ne présentent pratiquement pas de forte détérioration de leur état. L’enfant peut ressentir un mal de gorge, un enrouement et une congestion nasale.

8-17 ans. Les écoliers, les étudiants peuvent ressentir une légère augmentation de la température, un affaiblissement du système immunitaire.

Les forces protectrices de l’immunité chez les jeunes sont plus fortes. Cela est dû en partie à un mode de vie actif et à l’absence de maladies chroniques. En conséquence, les enfants et les adolescents tolèrent plus facilement l’infection par le coronavirus (ou sont généralement asymptomatiques).

Manifestations cliniques du Covid-19

Inflammation des voies respiratoires supérieures.

Pneumonie sans développement d’insuffisance respiratoire.

Pneumonie avec développement d’une insuffisance respiratoire.

Thrombose et thromboembolie.

Le virus affecte non seulement les voies respiratoires, mais également le système vasculaire. La violation de la coagulation sanguine, le développement de l’angiopathie, la thrombose vasculaire peuvent entraîner des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux.

  • tempête de cytokines.

Une tempête de cytokines est une réaction spécifique du corps à un processus inflammatoire, caractérisée par le fait que les cellules immunitaires commencent à se battre non seulement avec des antigènes, mais également avec leurs propres cellules.

Récupération

La division de tous les symptômes par jour est conditionnelle. Habituellement, une personne se rétablit en 6 à 14 jours à compter de l’apparition des premiers signes de coronavirus.

Un patient est considéré comme en bonne santé si le test PCR pour le coronavirus a montré un résultat négatif deux fois de suite.

Vous pouvez passer un test de coronavirus à la clinique MEdel. Pour prendre rendez-vous, appelez le 8 (843) 207-18-00.

Comment faire la distinction entre les infections respiratoires aiguës, le SRAS, les allergies et le coronavirus. Lorsque des antibiotiques sont prescrits

Pédiatre de talent, immunologiste, psychosomatologue certifiée. Membre actuel de l’Association nationale des spécialistes en psychosomatique.

Accueil » Comment faire la distinction entre les infections respiratoires aiguës, les infections virales respiratoires aiguës, les allergies et le coronavirus. Lorsque des antibiotiques sont prescrits

Ce qui se cache derrière l’abréviation ORZ

IRA dans la vie de tous les jours signifie une condition dans laquelle il y a un nez qui coule, de la toux, des maux de gorge et de la fièvre. ARI signifie maladie respiratoire aiguë .

Aigu signifie qu’il survient soudainement ou dans un court laps de temps.

Respiratoire – fait référence au lieu de localisation de l’inflammation, les voies respiratoires.

La maladie signifie la présence d’une maladie chez une personne en particulier.

Mais il ne faut pas oublier qu’il existe des dizaines et des centaines de maladies qui présentent des symptômes similaires à ceux des infections respiratoires aiguës. En conséquence, il y aura le même nombre de diagnostics. Et par conséquent, ARI est un terme qui combine de nombreuses maladies avec des symptômes similaires. Mais nécessitant une approche différente du traitement de chacun d’eux.

Les causes les plus fréquentes d’IRA sont :

  1. Virus – alors ARVI est diagnostiqué
  2. bactéries
  3. hypothermie / froid
  4. allergie

Je vais vous dire plus en détail comment distinguer l’un de l’autre.

ARI et SRAS – quelle est la différence

99% de toutes les infections respiratoires aiguës sont le SRAS. 99% des ARVI ne nécessitent pas de traitement dans les hôpitaux et ne nécessitent pas l’utilisation de médicaments spécifiques qui affectent le virus. Le traitement des infections virales respiratoires aiguës est presque toujours symptomatique, car. il n’y a pas d’antiviraux bon marché et efficaces . Et ceux qui sont connus ont leurs indications et contre-indications. Oui, et il n’y a pas de besoin particulier pour eux, car le corps humain, lorsque certaines conditions sont créées et un peu d’aide, fait face avec succès aux virus respiratoires.

Plus de 200 types de virus sont connus pour causer des symptômes du SRAS. Les virus grippaux les plus courants (A, B, C, aviaire, porcin), parainfluenza, adénovirus, coronavirus, rhinovirus, virus RS, entérovirus, EBV, etc. Ces pathogènes provoquent des symptômes plus ou moins similaires. Par conséquent, ils sont combinés dans le SRAS, c’est-à-dire la source de l’infection est une personne malade.

  • Augmentation de la température corporelle
  • Des frissons
  • Mal de tête
  • Malaise général
  • Perte d’appétit
  • Atteintes des muqueuses respiratoires : rhinite, amygdalite, pharyngite, laryngotrachéite, bronchite, conjonctivite
  • Des complications bactériennes peuvent également survenir sous forme de sinusite, otite moyenne, pneumonie

Quelques mots sur la durée de la température avec le SRAS. Habituellement, les symptômes du SRAS persistent pendant 3 à 7 jours . La période d’incubation est de 1 à 10 jours . La période infectieuse est de 3-5-7 jours . Comme mentionné ci-dessus, dans la plupart des cas, le traitement du SRAS est symptomatique et est effectué à domicile. Mais l’absence d’amélioration au 4ème jour, et aussi, si la température pendant le SRAS reste supérieure à la normale au 7ème jour, c’est une raison évidente de consulter un médecin.

À propos des infections respiratoires aiguës bactériennes et des antibiotiques

Souvent, les patients formulent une question sur le “SRAS bactérien”. Mais compte tenu de ce qui précède, il est plus correct de dire non pas des infections virales respiratoires aiguës bactériennes, mais des infections respiratoires aiguës bactériennes. Parce que nous avons déjà découvert que les ARVI sont une maladie respiratoire aiguë virale et n’ont rien à voir avec les bactéries.

Quels sont les symptômes des IRA bactériennes :

  • léthargie
  • La faiblesse
  • Diminution de l’appétit
  • L’écart entre la gravité des symptômes spécifiques de la gravité réelle de la condition . Ceux. il semble que la température corporelle soit basse, le nez qui coule n’est pas fort et la toux est peu fréquente, mais se situe dans une couche.
  • La soif. Avec le SRAS, on l’observe rarement, mais la soif associée à une peau pâle est le signe d’une infection bactérienne.
  • Douleur . En principe, ce n’est pas typique du SRAS, donc si l’oreille, la gorge, le nez, le front tombent soudainement très malades et que cela inquiète beaucoup l’enfant, c’est toujours une raison de penser à une infection bactérienne. Par exemple, avec l’amygdalite, il y a des symptômes d’amygdalite, mais il n’y a aucun signe de SRAS.
  • pus . Crachats purulents, écoulement purulent du nez, raids purulents sur les amygdales sont le signe d’une infection bactérienne.
  • Toux . Fréquent, généralement sec, non soulagé, aggravé par l’effort et les pleurs, avec essoufflement.
  • Fièvre . Avec les infections respiratoires aiguës bactériennes, il est caractéristique qu’avec une augmentation de la température corporelle, les antipyrétiques n’aident pratiquement pas ou n’aident pas pendant très peu de temps.
  • Lymphadénopathie . Agrandissement et douleur des ganglions lymphatiques sous-maxillaires et cervicaux antérieurs.

Dans le cas d’infections respiratoires aiguës bactériennes, le traitement est prescrit par un médecin. Ce sont généralement des antibiotiques. En aucun cas vous ne devez vous soigner vous-même. Étant donné que le mauvais médicament ne peut qu’aggraver la situation.

IRA avec hypothermie ou rhume

Les voies respiratoires supérieures sont une source de vie pour un grand nombre de micro-organismes différents (pacifiques, pathogènes et opportunistes), principalement des bactéries. Leur existence et leur reproduction sont restreintes et régulées par les forces de l’immunité locale. À la suite d’une forte hypothermie, un vasospasme aigu se produit et l’apport sanguin à la membrane muqueuse des voies respiratoires est perturbé, ce qui entraîne une diminution de l’activité de l’immunité locale, qui active la flore pathogène et opportuniste, car. il n’y a pas de forces de retenue.

L’intensité des symptômes d’un rhume dépendra des caractéristiques individuelles de chaque personne. Par exemple:

  • sur le nombre et la diversité des espèces de la flore pathogène et conditionnellement pathogène
  • combien de vasospasme s’est produit et l’approvisionnement en sang a été perturbé
  • l’état de l’immunité locale avant l’hypothermie
  • durée et intensité du facteur froid.

Ceux. Les symptômes du rhume varient d’une personne à l’autre.

Une caractéristique fondamentale des rhumes est leur caractère non infectieux . Après tout, les bactéries ont commencé à se multiplier uniquement parce que l’immunité locale s’est affaiblie. Ceux. quand vous et votre enfant étiez assis à la maison, et tout à coup il a eu le nez qui coule et la toux, et en même temps personne n’est venu vous rendre visite, après avoir analysé la situation, vous pouvez comprendre qu’il s’agit d’un rhume. Vous pouvez attraper un rhume assis à la maison de différentes manières : les fenêtres étaient ouvertes partout, après le bain, elles n’étaient pas suffisamment enveloppées, l’enfant pouvait boire / manger froid dans le réfrigérateur, etc.

Le traitement du rhume est généralement symptomatique. Ceux. prescrit par le médecin en fonction des symptômes.

Comment distinguer les allergies des infections respiratoires aiguës

Traditionnellement, une réaction allergique se produit quelque chose comme ça. Une certaine substance de l’extérieur – un allergène – lorsqu’elle pénètre dans le corps est perçue par notre immunité comme un agent étranger-antigène . Pour se défendre contre l’antigène, des anticorps sont produits . Lorsque le même antigène pénètre à nouveau dans le corps et interagit avec des anticorps déjà développés, une réaction allergique se produit.

Selon le mode de contact avec l’allergène, on distingue différents types d’allergies :

  • l’allergène peut être mangé, ce qui provoque une réaction allergique alimentaire
  • l’allergène peut entrer en contact avec la peau, puis une allergie de contact se produit
  • l’allergène peut être contenu dans l’air inhalé, ce qui provoque une réaction allergique au niveau de la muqueuse respiratoire – allergie respiratoire, rhinite allergique, rhinosinusite allergique, etc.

C’est la troisième variante de l’allergie qui est souvent confondue avec les infections respiratoires aiguës. Comment distinguer les allergies des infections respiratoires aiguës ? La principale caractéristique diagnostique de l’allergose respiratoire est les symptômes prononcés de lésions des voies respiratoires, en cas d’écoulement nasal et / ou de toux, qui se manifestent très rapidement, mais il n’y a aucun signe de toxicose infectieuse générale (le bien-être général n’est pas perturbé , activité préservée, appétit préservé, température corporelle normale).

Le traitement de la rhinite allergique, de la rhinosinusite, de l’allergie, etc. est prescrit par un médecin. Le médecin sélectionnera les médicaments antiallergiques appropriés et donnera les recommandations nécessaires. Si possible, essayez de vous débarrasser de la source de l’allergène.

Comment distinguer le SRAS du coronavirus

J’ai parlé de la façon de distinguer ARI et SRAS ci-dessus. Mais comment distinguer le SRAS du coronavirus ? COVID-19 – l’attaque qui, comme un tsunami, a frappé de manière inattendue la population de notre pays ce printemps, a poussé même les habitants les plus indifférents de cette planète à regarder sur Internet et à demander quels sont les symptômes du coronavirus et comment le distinguer de l’ordinaire infections respiratoires aiguës. Je suis heureux que les enfants, selon les statistiques, soient moins susceptibles de tomber malades du coronavirus.

Le Covid-19 se présente le plus souvent avec une forte fièvre, une toux sèche et des difficultés respiratoires . À ce jour, tous les médecins recommandent de consulter un médecin si vous présentez au moins un de ces symptômes.

La température et la toux, en plus du COVID-19, sont également les principaux signes d’infections respiratoires aiguës bactériennes ou de grippe. Mais la difficulté à respirer dans ces maladies est moins courante. Ceux. La différence la plus importante observée dans le coronavirus et la moins courante dans les autres infections respiratoires aiguës est la difficulté à respirer .

Je vais vous donner une merveilleuse tablette que j’ai trouvée sur Internet pour vous aider.

Quand demander des soins médicaux

Pour toute condition qui ne rentre pas dans le tableau habituel des infections respiratoires aiguës, il est recommandé de consulter un médecin. Si un patient a des infections respiratoires aiguës, les symptômes apparaissent soudainement :

  • perte de conscience,
  • convulsions,
  • signes d’insuffisance respiratoire (difficulté à respirer, essoufflement)
  • douleur intense n’importe où, dérangeant clairement un enfant ou un adulte
  • même juste un léger mal de gorge en l’absence de nez qui coule
  • léger mal de tête associé à des vomissements
  • gonflement du cou
  • éruption cutanée – n’importe laquelle
  • température corporelle supérieure à 39 degrés, qui ne diminue pas 30 minutes après l’utilisation d’antipyrétiques
  • toute augmentation de la température corporelle associée à des frissons et à une peau pâle
  • déshydratation – langue sèche, pleurs sans larmes, pas d’urine pendant plus de 6 heures, vomissements, refus de boire.

Adressez-vous d’urgence au médecin!

Permettez-moi de vous rappeler qu’à la clinique Pozitivmed de Saint-Pétersbourg, vous pouvez effectuer une analyse des anticorps contre le coronavirus SARS-CoV-2

Mesures de prévention des IRA

La prévention des infections respiratoires aiguës contribue à réduire considérablement l’incidence chez les enfants et les adultes. L’une des mesures les plus efficaces est la création d’une immunité spécifique par la vaccination, en tenant compte des caractéristiques individuelles du corps.

Essayez de maintenir une humidité et une température optimales dans la maison. Un nettoyage humide fréquent des locaux aide à maintenir l’immunité locale. Assurez-vous d’aérer votre maison régulièrement.

En général, suivre les recommandations pour la prévention des infections respiratoires aiguës deviendra également la prévention de nombreuses autres maladies. Tempérez-vous raisonnablement, faites du sport, suivez un régime, marchez plus souvent, menez une vie saine et les maladies reculeront pendant longtemps, voire pour toujours.

Santé à vous et à vos enfants ! Et en cas de malaises ou de questions, je vous attends à mon rendez-vous chez POSITIVEMED.

coronavirus léger

La plupart des personnes infectées par le coronavirus ont une forme bénigne de la maladie. Étant donné que les symptômes du nouveau virus ressemblent à ceux de la grippe et du SRAS, de nombreuses personnes infectées ignorent qu’elles propagent le virus infectieux qui cause la pneumonie.

Qui est à risque

La forme bénigne du virus survient généralement chez les jeunes enfants, les adolescents et les jeunes, moins souvent chez les patients âgés de 35 à 55 ans qui n’ont pas de maladies chroniques. Le fait sélectif est soutenu par une forte immunité, capable de détruire indépendamment les micro-organismes nuisibles.

La maladie peut être aggravée par l’obésité, le diabète, les pathologies cardiovasculaires.

Cependant, ce sont les personnes atteintes d’une maladie bénigne qui sont devenues porteuses d’un virus dangereux, car elles-mêmes ne le savaient généralement même pas. Les personnes asymptomatiques sont considérées comme des propagateurs d’infection à coronavirus dans le monde, car elles ressemblent à des personnes en parfaite santé.

Les symptômes

Au cours d’une évolution bénigne de l’infection à coronavirus, les symptômes suivants peuvent être observés :

la température corporelle pendant longtemps est d’environ 37 à 37,6 degrés;

malaise, fatigue, faiblesse;

perte de sensibilité gustative

il y a une légère toux, un nez qui coule, un mal de gorge.

Les symptômes peuvent inclure des maux de tête fréquents, des troubles gastro-intestinaux, des nausées et un essoufflement.

Au stade bénin de la maladie, les symptômes de l’infection à coronavirus peuvent durer de 2 à 3 semaines. Avec l’évolution de la maladie sous une forme sévère, l’état de santé du patient ne s’améliore pas dans les 6 semaines.

Qu’est-ce qu’un nez qui coule

Habituellement, un nez qui coule avec un coronavirus est causé par une congestion nasale sans fuite. Avec une maladie virale respiratoire aiguë et un écoulement froid et aqueux en grande quantité, il est considéré comme des signes courants. L’infection dans de rares cas s’accompagne d’un nez qui coule, la muqueuse reste sèche.

Comment la maladie progresse sous une forme bénigne

Une infection virale peut durer jusqu’à un mois, parfois la maladie ressemble à un rhume qui ne disparaît pas longtemps. Si une personne a une maladie bénigne, les symptômes apparaîtront tour à tour :

1-3 jours. La faiblesse se fait sentir, la température corporelle peut fluctuer de 37 à 38 degrés. L’odorat disparaît, la tête fait mal, la toux dérange périodiquement;

4-5 jours. pic de la maladie. Une toux sèche apparaît, il devient difficile pour le patient de respirer, mais la température corporelle commence à revenir à la normale ;

6-10 jours. Il peut y avoir un essoufflement, une oppression thoracique;

11-30 jours. La récupération vient progressivement, la santé s’améliore, la force revient.

Pour chaque personne, la période de la maladie peut varier en fonction du système immunitaire et des caractéristiques individuelles de l’organisme. La durée moyenne d’une forme bénigne de la maladie ne dépasse généralement pas deux semaines. Après 14 jours, un deuxième test d’infection virale est effectué, si le résultat est négatif, la guérison du patient est constatée.

Est-il possible de transmettre la maladie à la maison

Si le virus est bénin, une personne peut refuser l’hospitalisation et être soignée à domicile. Des méthodes spéciales de traitement ne sont pas nécessaires, ainsi que la surveillance constante des médecins. Les médicaments sont prescrits comme pour le rhume. Une caractéristique distinctive est le respect de l’auto-isolement.

Pour prévenir l’infection des autres, le patient doit être dans une pièce séparée, suivre les règles d’hygiène, utiliser des ustensiles personnels. Si la personne infectée ne vit pas seule dans la pièce, vous devez suivre des recommandations importantes :

lavez-vous régulièrement les mains avec du savon;

aérez la pièce plusieurs fois par jour;

effectuer un nettoyage humide;

porter des gants et un masque lors de l’interaction avec les autres ;

toilettes, après avoir rendu visite au patient, traiter avec du chlore.

Traitement

Si des symptômes de coronavirus sont détectés, vous devez appeler un médecin à domicile, car un examen par un médecin spécialiste est nécessaire. Dans la plupart des cas, la maladie sous une forme bénigne se passe de traitement médical. Habituellement, le médecin prescrit beaucoup de liquides et un repos au lit. Si la température corporelle dépasse 38 degrés, des médicaments sont prescrits sous forme de paracétamol, nimesil, ibuprofène.

Les antipyrétiques peuvent être pris avec des maux de tête fréquents, de la fièvre, des troubles du rythme cardiaque, des douleurs thoraciques.

Médicaments qui aideront à éliminer les symptômes du virus :

Miramistin et Chlorhexidine sont bien adaptés pour se gargariser;

Ambroxol se prend pour la toux, les inhalations se font avec une solution alcaline ;

Naphthyzin, Galazolin, Otrivin aideront à éliminer la congestion nasale.

Les médecins recommandent aux personnes malades de manger des aliments sains et naturels. Le régime alimentaire doit contenir des protéines, des légumes frais, des fruits, du lait aigre et des produits laitiers, de la cannelle, du poisson. En grande quantité, il vaut la peine de boire de l’eau plate et minérale, du thé additionné d’herbes médicinales, des compotes.

Quelles complications peuvent survenir

Même si la maladie est bénigne, cela ne vaut pas la peine d’exclure la pneumonie virale. Lorsqu’une maladie est détectée, le traitement a lieu dans un hôpital. Le patient doit être appelé aux urgences si des symptômes tels que :

toux aggravée, accompagnée de convulsions;

difficulté à respirer et essoufflement;

difficile de se déplacer dans l’appartement.

augmentation des symptômes d’intoxication.

fièvre qui dure plus de 3 jours;

faiblesse permanente.

La pneumonie est un type dangereux de complication qui provoque le développement d’une insuffisance respiratoire et cardiaque. Si vous ne faites pas appel à temps à une aide médicale qualifiée, le fonctionnement d’organes importants peut être perturbé. Dans la pneumonie sévère, l’issue est le plus souvent fatale.

Tous les documents présentés sur le site sont uniquement à des fins éducatives et ne sont pas destinés à des conseils médicaux, à un diagnostic ou à un traitement. L’administration du site, les éditeurs et les auteurs d’articles ne sont pas responsables des conséquences et des pertes pouvant survenir lors de l’utilisation du matériel du site.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *