rêver

Dysenterie shigellose chez les enfants

La dysenterie est également connue sous le nom de shigellose. Cette maladie infectieuse aiguë, qui touche les adultes et les enfants, est causée par des bactéries du genre Shigella et a un mécanisme d’infection entérique. La dysenterie se manifeste par des symptômes d’intoxication générale et un syndrome de colite, souvent une neurotoxicose primaire se développe.

La dysenterie (shigellose) chez les enfants est des types suivants :

  • Dysenterie de Shiga ou shigellose du groupe A (causée par Shigella dysenteriae);
  • la shigellose du groupe B (causée par Shigella flexnerii);
  • shigellose du groupe C (causée par Shigella boydii);
  • shigellose du groupe D (causée par Shigella sonnei);
  • shigellose d’un autre type;
  • shigellose sans précision (appelée dysenterie bacillaire SAI).

Plus de 50 espèces d’humains et d’animaux ont été recensées dans la littérature scientifique.

Épidémiologie

La shigillose est une infection infantile très courante qui provoque à la fois des cas isolés et des épidémies. Au cours de la deuxième décennie du XXe siècle, la shigellose Grigoriev-Shiga, qui était répandue auparavant, a pratiquement disparu des pays d’Europe, d’Amérique du Nord et de Russie. À ce jour, la shigillose la plus courante est Flexner. Il existe également des épidémies de dysenterie de Grigoriev-Shiga en Amérique latine et en Asie.

Parmi tous les cas de dysenterie, la proportion d’enfants est de 60 à 70 %. Les enfants de 2 à 7 ans sont plus sensibles à cette maladie que les autres, en particulier ceux qui fréquentent les jardins d’enfants, les crèches et les écoles. Les bébés de moins de 1 an sont beaucoup moins susceptibles d’être infectés par la shigillose. L’infection est “stockée” dans les organismes humains, transmise aux personnes en bonne santé par des patients atteints de shigillose et par des excréteurs bactériens. La plus grande menace pour les enfants est celle des personnes atteintes de formes de dysenterie effacées ou légères.

Une personne infectée est dangereuse pour les autres à partir du jour où les symptômes ont commencé à apparaître. Les agents pathogènes ne peuvent être excrétés que dans les matières fécales d’une personne ou d’un animal infecté. La fin de la période infectieuse n’est établie qu’à l’aide d’études microbiologiques en laboratoire sur les matières fécales. Le sous-groupe A de la dysenterie transmise “le plus activement” et la dysenterie de Flexner.

Dans les objets de l’environnement extérieur, des matières fécales contenant un agent pathogène peuvent s’accumuler. Et puis à travers ces objets, l’enfant peut attraper l’infection. De plus, l’agent pathogène peut s’accumuler dans l’eau que les enfants boivent ensuite.

Types de dysenterie (divisés par facteurs de transmission des infections) :

  • aliments
  • Contactez
  • aquatique
  • produits laitiers, etc

Les enfants jusqu’à l’âge de 3 ans sont le plus souvent infectés par contact avec le ménage. Infecté par la shigellose, l’enfant infecte rapidement les enfants environnants. Cela passe principalement par les mains, les vêtements des nounous et des éducatrices, la vaisselle, les jouets, les meubles, les poignées de porte, la plomberie.

La principale voie de transmission de la dysenterie (shigellose) chez les enfants est l’alimentation. De cette façon, la plupart des adultes sont également infectés. La transmission alimentaire provoque souvent des épidémies – des infections massives par cette maladie. L’agent pathogène pénètre dans le corps humain par les produits à base de viande (saucisses, saucisses), le lait et les produits laitiers (kéfir, yaourt), les légumes, les fruits, les baies, ainsi que les produits qui ne subissent pas de traitement thermique (consommés crus).

L’infection des produits par l’agent causal de la dysenterie se produit lorsque les normes sanitaires et hygiéniques ne sont pas respectées dans la production, le transport, le stockage et la commercialisation des produits alimentaires.

La voie d’infection par l’eau de la shigellose est aussi importante que celle de la paratyphoïde et de la fièvre typhoïde. Les mouches ne sont pas importantes dans la transmission de l’infection, bien qu’elles servent de distributeurs. Le taux d’infection le plus élevé dû au transfert de l’infection par les mouches est observé dans les villages et les villes.

Après avoir souffert de dysenterie, une immunité spécifique à l’espèce et antimicrobienne se forme. Pendant qu’un processus infectieux se déroule dans l’organisme, des précipitines, des agglutinines, des anticorps fixant le complément et des hémagglutinines s’accumulent dans le sang. Mais l’immunité “s’estompe” 5 à 12 mois après le début de la maladie.

Le corps n’est pas protégé contre la réinfection par l’immunité humorale. De plus, l’enfant peut attraper d’autres types de shigelles. L’immunité cellulaire et tissulaire locale, muqueuse protège contre l’infection.

Qu’est-ce qui provoque / Causes de la dysenterie (shigellose) chez les enfants :

La structure morphologique de Shigella est indiscernable. Ce sont des bâtonnets Gram-négatifs non mobiles. Ils n’ont pas de capsules, de spores, de flagelles. Shigella se reproduit sur des milieux nutritifs ordinaires. Les Shigella sont anaérobies.

Le sous-groupe A de Shigella peut produire une exotoxine. Les agents pathogènes du sous-groupe B ont des pili (fimbria), qui sont des cils superficiels qui aident Shigella à adhérer aux cellules épithéliales intestinales. Le sous-groupe D Shigella, également connu sous le nom de Sonne Shigella, est divisé en sept types enzymatiques.

Le degré de capacité de tous les types de Shigella dépend non seulement de leur production de toxines, mais également de leur capacité à pénétrer dans les cellules épithéliales du côlon et à s’y multiplier. Les Shigella sont également capables de produire des substances antibiotiques qui inhibent la croissance de certaines souches de bactéries intestinales, produisent des substances toxiques et des enzymes.

Shigella peut se conserver longtemps et se multiplier dans les produits alimentaires, notamment dans le lait. Dans le processus, ils produisent des substances toxiques qui résistent aux températures élevées.

Pathogenèse (que se passe-t-il ?) au cours de la dysenterie (shigellose) chez les enfants :

La dysenterie (shigellose) chez les enfants ne commence à se développer que si l’agent pathogène pénètre dans le tractus gastro-intestinal (tractus gastro-intestinal) par la bouche. L’agent pathogène meurt dans l’estomac et le tractus gastro-intestinal, il est préjudiciable aux enzymes et à d’autres facteurs. Mais Shigella a le temps de sécréter des endotoxines qui pénètrent dans la circulation sanguine, en conséquence, un syndrome toxique général se développe. Une invasion massive entraîne une endotoxinémie et une neurotoxicose, et dans les cas particulièrement graves, un choc endotoxique.

Le processus pathologique affecte tous les organes et systèmes de l’enfant. Elle affecte principalement le système nerveux central. Affectant le système nerveux autonome, l’agent pathogène provoque des modifications pathologiques du système cardiovasculaire et le processus affecte également le métabolisme. Chez une personne, dans les formes sévères de dysenterie, la pression artérielle peut chuter et un état collaptoïde se développe.

Les toxines sécrétées par l’agent causal de la dysenterie (shigellose) rendent les vaisseaux plus perméables et cassants, c’est pourquoi un syndrome hémorragique local se développe, et dans les formes sévères de la maladie, même DIC. Dans l’intestin grêle, Shigella commence à se multiplier, ce qui culmine dans le gros intestin.

Lorsqu’un agent pathogène pénètre dans le corps d’un enfant, les symptômes n’apparaissent pas dans tous les cas. Si Shigella meurt complètement dans l’estomac, l’infection à Shigella ne peut se manifester cliniquement que par des symptômes d’intoxication et de gastrite, et d’entérite au niveau de l’intestin grêle. Certains cas se caractérisent par le fait que la shigella traverse toutes les parties du tractus gastro-intestinal, ce qui n’entraîne pas la manifestation de symptômes. Ensuite, l’agent pathogène est libéré du corps dans l’environnement extérieur. Mais la plupart des cas sont caractérisés par le fait qu’un processus inflammatoire se produit dans le gros intestin, le syndrome de “colite distale” et les symptômes correspondants apparaissent.

Si un enfant a été infecté par la shigella par la nourriture, l’intestin grêle est sensible au processus pathologique. Des selles molles fréquentes conduisent toujours à une toxicose avec exsicose, qui rend la forme de la maladie grave. Dans de tels cas, la maladie peut se terminer défavorablement.

Pathomorphologie

Avec la shigellose, toutes les parties du tractus gastro-intestinal sont naturellement impliquées dans le processus pathologique, mais les changements les plus importants sont enregistrés dans la partie distale du gros intestin. Les symptômes présentés sont très différents. Une inflammation catarrhale aiguë et des processus folliculaires-ulcératifs, fibreux-nécrotiques peuvent se produire, qui, à la fin de la maladie, se terminent par des cicatrices. Il existe plusieurs formes de changements morphologiques dans le gros intestin.

La colite catarrhale se manifeste par de légers saignements, une hyperémie, un gonflement de la membrane muqueuse, tandis que des hémorragies pétéchiales sont observées et, dans certains cas, de petites érosions. Dans les cas fréquents, on trouve du mucus purulent nuageux. Chez les enfants de moins d’un an, on observe souvent des follicules solitaires hyperplasiques, bordés d’une zone d’hyperémie, sur fond d’inflammation catarrhale de la muqueuse.

La colite fibrineuse se traduit par un catarrhe diffus et marqué de la muqueuse et des revêtements relativement étendus, lâches, membraneux, gris jaunâtre au site de la plus grande lésion.

La colite diphtérique se caractérise par un épaississement net, un épaississement, imbibant toute la membrane muqueuse de sang avec de vastes dépôts de fibrine gris sale et terne.

La colite ulcéreuse résulte souvent d’une dysenterie sévère. Des ulcères sont observés dans le gros intestin. Parfois, avant la formation d’ulcères, une hyperplasie des follicules solitaires apparaît, suivie d’une nécrose centrale, d’une fusion et de la formation de défauts muqueux. La guérison de l’ulcère est lente.

Symptômes de la dysenterie (shigellose) chez les enfants :

La durée de la période d’incubation varie en fonction de la voie d’entrée de l’agent pathogène dans l’organisme et du nombre de Shigella. Dans la plupart des cas, il est de six heures à 1 semaine. La durée moyenne de la période d’incubation est de 2-3 jours.

Avec la voie alimentaire de l’infection, la période d’incubation est courte – seulement 2-3 heures. La maladie a un début violent. Premièrement, il existe un syndrome toxique général et une neurotoxicose primaire. Avec la voie de transmission contact-ménage, une petite quantité de Shigella pénètre dans le corps de l’enfant, car la maladie se manifeste après 4 à 7 jours. Le début est caractérisé par un syndrome intestinal et les symptômes d’intoxication sont modérément prononcés.

Les symptômes de la shigellose varient. Dans les cas typiques, la maladie commence par des symptômes d’intoxication générale ou de neurotoxicose et de colite. Le syndrome de la colite se manifeste par un ténesme, des douleurs dans l’abdomen, spasmodiques et douloureuses en cas d’appui sur le côlon sigmoïde, une sphinctérite, une compliance ou une béance de l’anus, des selles molles, fréquentes et peu abondantes, dans lesquelles se trouvent des impuretés pathologiques qui ressemblent à du mucus trouble. , de la verdure et des traînées sanglantes.

Le syndrome toxique général peut être à la fois faiblement et modérément ou fortement prononcé. Il en va de même pour les manifestations locales de la maladie, par exemple les impuretés pathologiques dans les matières fécales, la fréquence et la nature des selles, etc. Les manifestations répertoriées de la maladie dépendent de l’âge de l’enfant et des caractéristiques de l’agent pathogène qui est entré dans le corps humain.

La maladie dans presque tous les cas a un début aigu, la température est élevée – jusqu’à 38-39 ˚С. Une température élevée chez un enfant malade est observée pendant 3 à 5 jours. Souvent, le premier jour de la dysenterie, il y a des vomissements (simples ou répétés), qui sont généralement absents plus tard.

Si les vomissements durent 3 jours ou plus, l’enfant n’est pas atteint de dysenterie, mais d’une maladie similaire. Avec la dysenterie (shigellose), le bébé refuse de manger, le sommeil est perturbé, des maux de tête et des douleurs abdominales surviennent souvent, souvent accompagnés de contractions. La douleur dans l’abdomen n’a pas de localisation claire ou est ressentie dans la région iliaque gauche.

La chaise devient fréquente et liquide. Très rarement, il y a des impuretés sous forme de sang écarlate, et souvent – décrites ci-dessus. Dans les premiers jours de la maladie, les selles sont abondantes, fécales. Mais le plus souvent au 2-3ème jour de la maladie, et parfois à la fin du premier jour, les selles deviennent peu abondantes, elles ressemblent à un morceau de mucus trouble (souvent un morceau de pus) avec des stries sanglantes.

Au plus fort des symptômes, il y a des tiraillements ou des douleurs aiguës dans l’abdomen avant la défécation, appelées ténesme. L’envie douloureuse de déféquer survient à la suite d’un spasme simultané du côlon sigmoïde et des sphincters anaux. Parfois, les envies sont fausses – il y a de la douleur et l’envie “d’aller aux toilettes”, mais il n’y a pas de selles.

Il peut y avoir un prolapsus de la muqueuse rectale dû à une fausse tension avant la défécation, qui finalement ne se produit pas. Ces dernières années, la conformité de l’anus aux phénomènes de sphinctérite a été plus souvent constatée et le prolapsus de la muqueuse rectale est beaucoup moins fréquemment enregistré.

Le patient est pâle, bleu sous les yeux, parfois à l’examen il y a une légère cyanose du triangle nasolabial. La shigellose ne se caractérise pas par des manifestations de toxicose avec exsicose. Cela est dû à la rareté de la table. Mais il y a une exception pour les jeunes enfants. Ils ont des selles d’entérocolite, souvent le corps est déshydraté. Ce processus se manifeste par une peau sèche, la soif, des muqueuses sèches, etc.

Le pic des symptômes survient à la fin du premier jour après le début de la dysenterie. Le plus souvent, à partir de 2-3 jours après le début, les symptômes d’intoxication sont moins prononcés. La chaise est normalisée le 5-7ème jour.

Certains symptômes et l’évolution de la maladie dépendent du type d’agent causal de la dysenterie (shigellose).

Shigellose (dysenterie) Sonne s’infecte le plus souvent par la nourriture (surtout par le lait). L’évolution de la maladie est légère ou modérée. Récemment, les formes modérées et sévères de dysenterie chez les enfants ont prévalu. L’apparition de la maladie se caractérise par une intoxication alimentaire, une gastrite ou une gastro-entérite est enregistrée. L’enfant “vomit”, et à plusieurs reprises, des frissons apparaissent, la température augmente fortement, l’estomac fait mal.

Après une courte période de temps, des selles molles, fréquentes et abondantes apparaissent (dans certains cas, elles sont aqueuses). Il n’y a pas d’impuretés pathologiques dans les matières fécales. Mais le 2-3ème jour, les selles sont plus maigres, avec des impuretés pathologiques sous forme de mucus boueux, de traînées de sang, de verdure. Le syndrome dit de “colite distale” ou syndrome de colite se développe. Souvent, le 5-7ème jour, les selles reviennent à la normale et les symptômes montrent une tendance inverse.

La shigellose de Flexner n’est presque pas différente de la dysenterie de Zonee en termes de symptômes. Mais la maladie est grave. Un syndrome de colite prononcé avec les phénomènes d ‘”hémocolite” est fixé. Les symptômes ne commencent pas à disparaître immédiatement, ils disparaissent généralement 7 à 10 jours après le début de la maladie et même plus tard. En outre, le corps est ensuite débarrassé de l’agent pathogène.

Shigellose (dysenterie) Boyd chez les enfants est d’environ 3-5% de toutes les maladies de la dysenterie. Il passe sous une forme effacée ou bénigne, avec de légers symptômes d’intoxication et de syndrome de colite.

La shigellose Grigorieva-Shiga sur le territoire de notre pays ne se trouve que récemment, aucune épidémie n’a été enregistrée, seulement des cas sporadiques (isolés). La maladie a une évolution sévère. Neurotoxicose primaire prononcée et intoxication. Enregistrez les lésions graves du gros intestin, le syndrome hyperthermique, le syndrome convulsif, les troubles de la conscience. Il existe une forte gravité du syndrome de la colite, qui se manifeste par des douleurs abdominales, du ténesme, du mucus et du sang dans les matières fécales, un anus béant, etc. La déshydratation est due à des selles continues et à des vomissements fréquents. La déshydratation se manifeste par des troubles hypodynamiques, une diminution de la diurèse, une peau et des muqueuses sèches.

Un test sanguin montre une leucocytose élevée, une neutrophilie avec un déplacement vers la gauche, une augmentation de la VS. La maladie a un long parcours. Mais déjà le premier jour après le départ, cela peut être fatal.

Classification

Dans les cas typiques de shigellose (dysenterie), les principaux symptômes typiques sont clairement exprimés – syndrome de colite avec les phénomènes de “colite distale” et syndrome de neurotoxicose. Il existe une classification selon la gravité : forme légère, modérée et sévère de la maladie. La classification est basée sur la présence et la gravité des manifestations de toxicose infectieuse et la profondeur de la lésion du tractus gastro-intestinal.

La gravité de la maladie dans certains cas peut être due à la prédominance des symptômes de toxicose infectieuse – type A, dans d’autres – à la gravité des manifestations locales (fréquence et nature des selles, syndrome douloureux, ténesme, etc.) – type B. Avec la même sévérité des syndromes toxiques généraux et locaux, ils parlent de type mixte – type C. La division de la shigellose en types A, B, C n’est pertinente que pour les formes modérées et sévères typiques.

Dans 50 à 60% des cas, une forme bénigne de dysenterie est enregistrée. Elle se caractérise par de légers symptômes d’intoxication du corps ou leur absence. La chaise se produit de 5 à 8 fois par jour. Excréments de consistance liquide, il y a un petit mélange de mucus trouble, de verdure (ou il peut n’y avoir aucune impureté). Il peut y avoir peu ou pas de sang dans les selles. Le côlon sigmoïde est compacté et spasmodique, à la palpation il y a sensibilité et douleur. Pendant la défécation, des douleurs abdominales surviennent, qui sont absentes à d’autres périodes.

Environ 40% est une forme modérée de dysenterie chez les enfants. Avec elle, les symptômes d’intoxication sont modérément exprimés, un syndrome de colite développé. La température corporelle est très élevée, il y a des épisodes de vomissements, des selles multiples qui perdent leur caractère fécal (peut arriver jusqu’à 10-15 fois par jour).

Seuls 5 % des cas de dysenterie sont graves. Si la gravité de la maladie est due à une toxicose infectieuse (dysenterie toxique ou de type A), la maladie débute de manière aiguë par un syndrome hyperthermique (élévation de la température à 39,5-40 ° C et plus), des vomissements répétés, parfois indomptables. Dans la shigellose sévère de type B, les symptômes intestinaux prédominent dès le départ.

Parmi les formes atypiques de shigellose, on distingue les formes oblitérées, subcliniques, dyspeptiques et hypertoxiques.

Avec une forme effacée, les symptômes sont légers. La température est normale, tout comme l’état général. Des selles molles peuvent survenir 1 à 2 fois par jour pendant 1 à 2 jours. Il peut y avoir de petites impuretés de verdure et de mucus dans les selles.

La forme dyspeptique de la dysenterie touche principalement les enfants de moins de 6 mois. L’appétit du bébé est perturbé, les parents peuvent remarquer des régurgitations peu fréquentes, des vomissements se produisent également. La fréquence des selles et la nature des selles changent. Les masses fécales peuvent être de type bouillie ou liquides. Les impuretés pathologiques peuvent ne pas être à chaque fois.

La forme hypertoxique de la shigellose est assez rare. Presque immédiatement après le début de la maladie, des symptômes de neurotoxicose primaire apparaissent. Cela signifie qu’apparaissent un syndrome convulsif, une hyperthermie, un essoufflement sévère, etc.. De plus, une image de choc infectieux-toxique apparaît également très rapidement. Avant l’apparition de la colite distale, la mort peut survenir.

La forme hypertoxique survient chez les enfants précédemment sensibilisés en tant que réaction hyperergique non spécifique à un stimulus antigénique.

Couler

L’évolution de la shigellose (dysenterie) peut être aiguë (la maladie dure alors jusqu’à 2 semaines), prolongée (dure jusqu’à 1 mois) et l’évolution est également fluide et avec des complications. L’évolution chronique de la dysenterie ces dernières années est une rareté.

Le plus souvent, la dysenterie (shigellose) chez les enfants est aiguë, la guérison survient après 1 à 2 semaines. L’intestin restaure sa structure et ses fonctions après un mois, et parfois après 2-3 mois.

Une évolution prolongée de la maladie survient chez les enfants affaiblis, ainsi que chez ceux qui souffrent de rachitisme, de malnutrition, d’anémie, de diathèse exsudative, etc. Cela se produit également lorsque les antibiotiques sont mal prescrits et lorsque des infections virales et bactériennes se superposent à la maladie sous-jacente, lorsque la dysbactériose intestinale se développe.

Chez les enfants de moins de 12 mois, les symptômes de la dysenterie sont fondamentalement les mêmes que chez les enfants plus âgés. Néanmoins, les symptômes n’apparaissent pas immédiatement, mais dans les 3-4 jours. Le syndrome de colite peut être bénin avec une augmentation des symptômes généraux. Les selles sont le plus souvent une entérocolite. Les mélanges de sang sont plutôt une rareté qu’une règle.

Complications de la dysenterie chez l’enfant. Il existe des complications spécifiques et non spécifiques. Ces derniers surviennent en raison de la stratification d’une infection virale ou virale-bactérienne. Les complications spécifiques de la dysenterie sont l’obstruction intestinale dynamique, le prolapsus de la muqueuse rectale dû à la parésie du sphincter anal, etc.

Diagnostic de la dysenterie (shigellose) chez les enfants :

Pour le diagnostic de la dysenterie, des données cliniques et épidémiologiques sont nécessaires, qui sont confirmées par des méthodes de laboratoire. Le diagnostic final est réalisé à l’aide de la méthode PCR, des méthodes bactériologiques et sérologiques.

Dans le diagnostic final, le type et le sérovar de Shigella sont déterminés. Le type et la gravité de la maladie sont également importants. Dans les cas douteux, des méthodes de diagnostic sérologique sont utilisées, ainsi que si les résultats de l’examen bactériologique des matières fécales sont négatifs.

La méthode de diagnostic express est l’ELISA et la réaction d’agglutination au latex (en abrégé RLA).

La shigellose du jeune enfant se distingue lors du diagnostic de la “dyspepsie simple”, de la salmonellose, de l’entérocolite staphylococcique, etc.

Traitement de la dysenterie (shigellose) chez les enfants :

Le traitement de la shigellose chez les enfants doit être complet et progressif, en fonction de la gravité de la maladie, de l’âge et de la phase du processus infectieux. L’hospitalisation n’est pas nécessaire dans la plupart des cas.

Un régime alimentaire approprié est un élément important du traitement. Avec une forme bénigne de shigellose, les aliments sont transformés mécaniquement. Avec une exacerbation des symptômes, les fruits et légumes riches en fibres sont exclus de l’alimentation. Vous ne pouvez pas manger des aliments épicés, gras, frits, trop salés et marinés.

Dans les formes modérées, une alimentation fractionnée est prescrite avec une diminution du volume quotidien de nourriture de 20 à 30% pendant les 2-3 premiers jours. De plus, le régime alimentaire se développe à mesure que les symptômes disparaissent.

Les patients atteints de formes sévères de dysenterie doivent être transférés à un régime fractionné, tandis que la quantité de nourriture par jour est réduite de 40 à 50% au cours des 2-3 premiers jours.

Pour le traitement de toute forme de shigellose chez les enfants, des entérosorbants sont utilisés, tels que l’entérosel, l’entérodèse, le smecta. Les médecins prescrivent des probiotiques, par exemple la bifidumbactérine.

Le traitement des formes sévères nécessite une antibiothérapie et un traitement immunomodulateur. Les formes modérées sont traitées avec des nitrofuranes, par exemple la furazolidone. La durée du traitement est inférieure à 5-7 jours.

Prévention de la dysenterie (shigellose) chez les enfants :

Les mesures préventives reposent sur le strict respect de la technologie de préparation, de stockage et du moment de la vente des aliments et du régime anti-épidémique dans les établissements préscolaires et scolaires.

Le facteur de diagnostic précoce et d’isolement d’un enfant atteint de dysenterie est important. Dans le foyer d’infection après l’isolement du patient, une désinfection finale est effectuée.

Pour l’immunisation active, un vaccin dysentérique contre le liquide lipopolysaccharidique de Shigella Zonns (Shigellak, fabriqué en Russie) est proposé. La vaccination est effectuée s’il existe des indications épidémiologiques appropriées. Il est également nécessaire de vacciner toutes les personnes partant pour les régions à forte incidence de dysenterie de Sonne. Il est recommandé de vacciner les employés des hôpitaux de maladies infectieuses et des laboratoires de bactériologie, ainsi que les personnes employées dans le domaine de la restauration publique et de l’amélioration communale.

Quels médecins devez-vous contacter si vous souffrez de dysenterie (shigellose) chez les enfants :

Êtes-vous inquiet de quelque chose? Voulez-vous en savoir plus sur la dysenterie (shigellose) chez les enfants, ses causes, ses symptômes, ses méthodes de traitement et de prévention, l’évolution de la maladie et son régime alimentaire? Ou avez-vous besoin d’une inspection? Vous pouvez prendre rendez-vous avec un médecin .

Dysenterie

La dysenterie est une maladie infectieuse qui affecte les intestins. Il existe des types amibiens et bactériens de la maladie. Le premier type (également appelé amibiase) a été isolé après que le scientifique russe F.A. Lesh a découvert l’amibe pour la première fois. Certes, cette maladie est typique des pays au climat chaud (Mexique, Inde, etc.), elle n’est donc pas courante dans notre pays. Le deuxième type est la dysenterie bactérienne ou shigellose. Il tire son nom du scientifique japonais Kiyoshi Shiga, qui a découvert Shigella – les agents responsables de la maladie.

La dysenterie nécessite une reconnaissance rapide et un traitement adéquat, il est donc important de savoir comment cette maladie survient et quels sont ses symptômes.

Causes de la maladie

Shigella, qui est une bactérie non mobile, provoque la dysenterie.

La science connaît quatre variétés de cette bactérie, et toutes conduisent à une infection par la shigellose : Shigella dysenteriae, qui se divise en plusieurs types, Shigella flexneri, Shigella boydii et Shigella sonnei. La première de ces espèces libère une exotoxine dans les tissus humains, qui endommage non seulement les intestins, mais aussi le système nerveux. Par conséquent, la shigellose causée par cet agent pathogène se caractérise par l’évolution la plus sévère.

Les shigelles s’adaptent facilement aux médicaments antibactériens et sont difficiles à traiter avec les méthodes de traitement traditionnelles. En présence de conditions appropriées, ils sont capables de montrer leurs propriétés pathogènes pendant une longue période.

Caractéristiques de Shigella qui leur permettent de provoquer des formes graves de la maladie :

  • la capacité de pénétrer dans les cellules intestinales et de s’y multiplier;
  • la production par ces bactéries de substances ressemblant à des antibiotiques et nuisibles à la microflore normale ;
  • sécrétion d’enzymes qui détruisent le tissu conjonctif dans la paroi du côlon.

Processus d’infection

Les enfants âgés de 2 à 7 ans qui fréquentent les jardins d’enfants ou l’école sont plus susceptibles de souffrir de dysenterie. Les symptômes de la dysenterie chez l’adulte surviennent dans 30 à 40% de tous les cas de la maladie.

La maladie se transmet par voie féco-orale. Le transfert de l’infection d’une personne malade à une personne en bonne santé se produit le plus souvent par des objets improvisés, des aliments et des liquides qui ont été exposés à l’agent pathogène.

  • Un patient atteint de dysenterie sévère ou une personne atteinte de dysenterie chronique.
  • Un convalescent est une personne qui a déjà eu une forme aiguë de dysenterie, mais qui est actuellement en convalescence.
  • Bactérioporteur – une personne dans laquelle les bactéries du tractus gastro-intestinal se multiplient, mais en même temps, elle-même ne présente aucun symptôme de dysenterie.

L’isolement des bactéries du corps ne se produit qu’avec les matières fécales et le patient le plus contagieux atteint d’une forme aiguë de la maladie. Le transfert de l’agent pathogène est possible sur les pattes des mouches, en particulier dans les zones rurales.

Méthodes de transmission de Shigella :

  • Par la nourriture – en mangeant des aliments insuffisamment transformés (c’est ainsi que Shigella Sonne se propage); le lait, la viande, les légumes, les baies, les fruits, les salades, les saucisses sont dangereux;
  • Par l’eau – en buvant de l’eau provenant de réservoirs pollués (Shigella Flexner).
  • Par voie de contact domestique – en touchant des objets infectés, si après cela une personne, sans se laver les mains, les porte à sa bouche ou prend de la nourriture avec eux, ainsi que des enfants.

Formes de dysenterie

Il existe une forme aiguë (jusqu’à 2 semaines) et prolongée (jusqu’à 1 mois) de shigellose. Avec les deux formes, la période d’incubation dure de quelques heures à 5 jours. L’évolution chronique de la maladie est désormais pratiquement inexistante.

Les symptômes

La dysenterie chez l’adulte se présente généralement avec des signes d’infection intestinale.

Symptômes de la dysenterie :

  • température élevée;
  • symptômes d’empoisonnement;
  • douleur abdominale;
  • diarrhée;
  • nausée; ;
  • perte de liquide dans le corps.

Avec la dysenterie modérée, ces symptômes sont assez prononcés. Les premiers signes de la maladie sont une faiblesse et des frissons, ainsi que des douleurs aiguës dans l’abdomen. Il y a de la diarrhée avec du mucus ou du sang, l’envie d’aller aux toilettes peut être ressentie jusqu’à 20 fois par jour. Au cours des 2 premiers jours de progression de la maladie, la fréquence des selles a tendance à augmenter. Il y a aussi une augmentation de la température jusqu’à 39°C et des maux de tête. Après 2 à 5 jours, la température revient généralement à la normale.

Chez la plupart des patients, les douleurs abdominales persistent longtemps et parfois elles ne disparaissent même pas pendant une minute. Habituellement, les douleurs se font sentir en bas à gauche, mais peuvent également déranger autour de cette zone. Les patients se plaignent souvent de ballonnements.

La forme sévère de la dysenterie évolue très rapidement. En plus des selles molles, des nausées, des vomissements, une pression artérielle basse et un essoufflement inquiètent souvent. Cette forme de la maladie dure parfois jusqu’à un mois et demi. En l’absence de traitement approprié, la dysenterie aiguë prend la forme d’une lésion chronique.

Symptômes chez les enfants

La dysenterie chez les bébés commence par des selles abondantes, dans lesquelles apparaissent alors des fragments de mucus gris ou vert. Le corps de l’enfant souffre de déshydratation sévère et si vous remarquez des muqueuses sèches, le degré de perte de liquide approche déjà de l’extrême. Il est également important de se rappeler que plus l’enfant est jeune, plus les symptômes de la dysenterie chez les enfants sont dangereux, en particulier la déshydratation.

Avec une forme particulièrement sévère de dysenterie chez les enfants, une insuffisance cardiovasculaire, des convulsions et une altération de la conscience peuvent être observées. Ces symptômes nécessitent une hospitalisation d’urgence.

Symptômes chez les nourrissons

La maladie chez les enfants de moins d’un an est extrêmement rare. La maladie survient soudainement, mais se développe plus lentement, sur plusieurs jours. Habituellement, les signes d’intoxication prédominent – le refus de manger, les pleurs, la fièvre et les modifications des selles sont moins prononcés. Les matières fécales contiennent du mucus, des impuretés vertes, après 2-3 jours, du sang y apparaît périodiquement. L’abdomen est gonflé, le péristaltisme se fait entendre. Pendant la défécation, l’enfant pleure, son visage devient rouge. Il peut y avoir des régurgitations ou des vomissements entraînant une déshydratation.

Souvent, dans ce contexte, d’autres infections virales et bactériennes se joignent, ce qui retarde la guérison. Par conséquent, il est préférable de traiter la dysenterie chez les enfants de moins d’un an à la maison et, dans les cas graves, dans la boîte d’un hôpital pour maladies infectieuses.

Diagnostique

Pour diagnostiquer la dysenterie en laboratoire, une culture bactériologique des matières fécales est réalisée. Un tel contrôle est effectué trois fois, mais ses résultats ne sont disponibles qu’après une semaine, il n’est donc pas utilisé comme test express.

Pour accélérer la détection de la maladie, les anticorps contre le bacille dysentérique et les toxines dans les matières fécales et le sang sont déterminés à l’aide de méthodes immunologiques. La présence du matériel génétique des bactéries elles-mêmes est détectée dans le contenu intestinal à l’aide de la méthode de réaction en chaîne par polymérase.

Enfin, un coprogramme, ou analyse fécale, est prescrit pour évaluer la gravité de la maladie. La présence de mucus et d’érythrocytes et une augmentation du nombre de leucocytes sont le signe d’une violation de l’intégrité de la muqueuse intestinale, du développement d’un processus inflammatoire.

Comment soigner la dysenterie

Le traitement de la dysenterie chez les adultes et les enfants commence par la restauration. Dans les 3 premiers jours, il est recommandé de réduire la quantité de nourriture prise. Donnez-le au patient sous une forme chaude 6 fois par jour. Après l’amélioration de la condition, le régime alimentaire est élargi.

  • Dès que possible, lorsque les premiers symptômes de la maladie apparaissent, il est nécessaire de prescrire des entérosorbants. Ils doivent être pris jusqu’à guérison complète.

L’un des entérosorbants efficaces indiqués pour la dysenterie est Filtrum. Il a une forme d’application pratique – comprimés et contient la substance naturelle lignine. Filtrum lie et élimine les toxines et les bactéries pathogènes des intestins.

Filtrum peut être prescrit aux patients dès l’âge d’un an. La posologie est déterminée par le médecin. Les comprimés doivent être pris une heure avant les repas avec de l’eau pendant 2 à 3 semaines. Le médicament est pratiquement sans danger, seulement chez certains patients, il provoque des ballonnements. Il est vendu en pharmacie sans ordonnance. Laktofiltrum peut être pris pendant le traitement avec d’autres médicaments, au plus tôt une heure après la prise de tout médicament.

  • Si le patient présente des signes de déshydratation, une réhydratation est prescrite sous forme de forte consommation d’alcool, de solutions salines et, si nécessaire, d’injection intraveineuse de liquide.
  • Pour restaurer la fonction digestive, des agents enzymatiques sont indiqués, par exemple Micrasim.

Dans les cas graves de dysenterie, le médecin prescrit des antibiotiques du groupe des pénicillines, des nitrofuranes, des aminoglycosides et autres. La durée du cours est de 7 jours maximum. Un apport complexe de probiotiques et d’agents immunomodulateurs est mis en évidence.

Si, après une cure d’antibiotiques, la shigella est excrétée des matières fécales, le patient se voit prescrire un traitement avec un bactériophage dysentérique.

Dans tous les cas, il est important de savoir que vous ne pouvez pas vous soigner vous-même avec la dysenterie. Au moindre symptôme d’apparition de la maladie, consultez immédiatement un médecin.

Nutrition pour la dysenterie

L’un des points du programme de traitement de la dysenterie est un régime alimentaire compétent. Pour la diarrhée, limitez votre consommation de lipides et de glucides au profit des protéines et évitez tout aliment irritant pour le tube digestif. Aussi, ne mangez pas d’aliments qui provoquent la formation de gaz.

  • croûtons de blé (tranchés finement et légèrement frits);
  • soupes dans un bouillon faible en gras avec du riz ou de la semoule;
  • viande bouillie maigre, ainsi que volaille ou poisson;
  • fromage cottage frais faible en gras;
  • œufs à la coque (pas plus de 2 pièces par jour);
  • flocons d’avoine, sarrasin ou riz sur l’eau;
  • légumes – seulement bouillis et en soupe.

Il est interdit de manger :

  • pain et pâtisseries;
  • bouillon gras;
  • produits gras à base de viande et de poisson, saucisses;
  • poisson salé, aliments en conserve;
  • laitier;
  • œufs durs et œufs brouillés;
  • bouillie de millet, d’orge et d’orge;
  • Pâtes;
  • légumineuses;
  • légumes et fruits crus, compote;
  • boissons gazeuses et boissons froides;
  • fruits mûrs et baies en purée;
  • bonbons.

Comment ne pas attraper la dysenterie

Pour vous protéger de l’infection par la shigellose, suivez strictement les règles d’hygiène personnelle, en particulier dans les lieux publics :

  • Lavez-vous les mains avant les repas et après être allé aux toilettes.
  • Si vous avez de jeunes enfants, surveillez attentivement leur comportement et apprenez-leur à l’avance à suivre les règles d’hygiène.
  • Conservez correctement les aliments et préparez les aliments.
  • Si vous vous occupez d’une personne atteinte de dysenterie, désinfectez son lit et ses toilettes et lavez-lui soigneusement les mains après chaque contact.
  • Les enfants atteints de dysenterie ne doivent pas aller à la maternelle et à l’école tant que l’absence de l’agent pathogène n’est pas confirmée dans leurs selles.
  • Les employés des entreprises de restauration publique ne doivent pas non plus être sur le lieu de travail tant qu’ils ne sont pas complètement rétablis.

Après la maladie, une immunité contre un certain type d’agent pathogène se forme, mais elle est instable et persiste pendant plusieurs mois. Cependant, même pendant cette période, une infection par une autre espèce de Shigella est possible. Par conséquent, c’est la prévention qui aide les enfants et les patients adultes à ne pas être infectés par la dysenterie.

Important : avant utilisation, lisez la notice ou consultez votre médecin.

Le médicament de choix pour le traitement de la dysenterie légère est

Les informations contenues dans cette section ne doivent pas être utilisées pour l’auto-diagnostic ou l’auto-traitement. En cas de douleur ou autre exacerbation de la maladie, seul le médecin traitant doit prescrire des tests diagnostiques. Pour un diagnostic et un traitement approprié, vous devez contacter votre médecin.

La dysenterie chez les enfants est une infection intestinale bactérienne aiguë causée par différents types de Shigella. La dysenterie chez l’enfant se manifeste par une intoxication (fièvre, malaise, faiblesse, nausées) et des syndromes de colite (diarrhée mêlée de sang et de mucus, douleurs abdominales, ténesme). La dysenterie chez l’enfant est confirmée par les données bactériologiques, PCR, ELISA, RNGA, coprogramme et sigmoïdoscopie. Dans le traitement de la dysenterie chez les enfants, on utilise un régime alimentaire, une thérapie antibactérienne et de désintoxication, une immunocorrection, des enzymes, des probiotiques et une physiothérapie.

informations générales

La dysenterie (shigellose) est une maladie infectieuse caractérisée par des lésions de la membrane muqueuse du gros intestin (principalement sa partie inférieure), de la diarrhée et un syndrome d’intoxication générale. La dysenterie occupe l’une des premières places parmi les infections intestinales aiguës et jusqu’à 60 à 70% de ceux qui s’en sont remis sont des enfants. Une susceptibilité plus élevée à la dysenterie est observée chez les enfants de 2 à 7 ans, la maladie survient beaucoup moins fréquemment au cours de la première année de la vie d’un enfant. Les problèmes de réduction de l’incidence de la dysenterie chez les enfants, d’amélioration des méthodes de diagnostic, d’amélioration des résultats du traitement et de la rééducation sont très pertinents pour la pédiatrie et l’infectiologie.

Dysenterie chez les enfants

Causes de la dysenterie chez les enfants

La dysenterie chez les enfants est causée par un grand groupe d’entérobactéries anthropophiles du genre Shigella, comprenant 4 types d’agents pathogènes (S. dysenteriae, S.flexneri, S.sonnei, S.boydii) et environ 50 sérotypes. Les shigelles sont des bâtonnets gram-négatifs non sporulés morphologiquement similaires, qui sont des anaérobies facultatifs et qui diffèrent par leurs propriétés biochimiques et sérologiques. Les agents responsables de la dysenterie chez les enfants sont assez stables dans l’environnement extérieur : ils persistent longtemps dans l’eau et le sol (jusqu’à 3 mois), les aliments (15-30 jours), ils tolèrent les basses températures et sèchent bien ; mais sont sensibles à la chaleur (ils meurent en 30 minutes à 60°C, instantanément à 100°C), à la lumière directe du soleil et aux désinfectants.

La source de l’infection est une personne malade, souvent avec une évolution légère et effacée de la dysenterie, moins souvent un convalescent. Les enfants atteints de dysenterie sont contagieux pour les autres dès le premier jour de la maladie, car ils excrètent un grand nombre de shigelles dans les selles.

Le mécanisme de l’infection par la dysenterie est féco-oral; la transmission de l’infection chez les enfants se fait par la nourriture, l’eau (par l’approvisionnement en eau, lors de la baignade dans les réservoirs et les piscines) et le contact domestique (par les mains sales, la vaisselle, les sous-vêtements, les jouets). Le risque d’infection dysentérique chez les enfants augmente avec l’utilisation de produits qui n’ont pas été préalablement traités thermiquement, de fruits et légumes périmés et non lavés.

La dysenterie chez les enfants se présente sous la forme de cas sporadiques ou d’épidémies, dont le développement est facilité par des accidents dans l’approvisionnement en eau et les égouts, des conditions météorologiques défavorables (cyclones, inondations, inondations). La survenue de foyers épidémiques familiaux de dysenterie est typique : 40 % des enfants sont infectés par des membres malades de la famille. L’incidence maximale de la dysenterie chez les enfants tombe sur la période été-automne. La formation de dysenterie chronique est observée chez les enfants présentant une immunité réduite, des maladies concomitantes, auxquelles s’ajoutent des infections intercurrentes (ARVI, etc.).

Symptômes de la dysenterie chez les enfants

Les caractéristiques cliniques de la dysenterie dépendent du type d’agent pathogène (Zonne, Flexner, etc.), de la nature de l’évolution (aiguë ou chronique), de la sévérité des manifestations (légère, modérée ou sévère), de l’étendue du tractus gastro-intestinal ( gastro-entérite, colite, gastro-entérocolite), antécédents prémorbides et immunité de l’enfant.

La période d’incubation de la dysenterie chez les enfants dure de plusieurs heures à une semaine (généralement 2-3 jours) et se transforme en un début aigu caractéristique de la maladie. Dès le premier jour, l’infection se manifeste par un malaise sévère, de la fièvre (de 37,5 à 40°C), des nausées, des vomissements (simples ou répétés) ; dans les cas graves – dépression de la conscience, convulsions, cyanose, tachycardie et hypotension.

Le dysfonctionnement intestinal dans la dysenterie chez les enfants se caractérise par des selles molles rapides (de 5 à 8 à 10 à 25 fois par jour) avec un mélange de mucus trouble, de verdure et de traînées de sang; par nature, d’abord abondant et fécal, le 2ème-3ème jour de la maladie – très rare (“crachat rectal”). Il y a des grondements le long du côlon, douloureux, souvent faux, envie de déféquer (ténesme). Des efforts prononcés et fréquents (en particulier chez les jeunes enfants) peuvent entraîner une compliance ou une béance de l’anus, moins souvent – un prolapsus de la muqueuse rectale.

Chez les enfants de la première année de vie, la dysenterie est généralement observée avec rachitisme, anémie, diathèse, alimentation artificielle. Les symptômes se développent progressivement, les selles restent fécales avec un excès de mucus et de verdure, rarement mélangées à du sang ; la toxicose spécifique peut ne pas être prononcée, la gravité de la maladie est due à une altération de l’hémodynamique et du métabolisme eau-minéral. Chez les nourrissons atteints de dysenterie, il y a une tendance à développer une infection bactérienne secondaire (pneumonie, otite moyenne).

La dysenterie de Sonne chez les enfants a souvent une évolution subclinique et floue avec des lésions gastro-entériques du tractus gastro-intestinal, sans modifications destructrices de la muqueuse. La dysenterie de Flexner chez les enfants se caractérise par des lésions intestinales plus intenses et une évolution plus sévère.

Avec la dysenterie non compliquée chez les enfants, la récupération clinique se produit généralement en 2 à 3 semaines, mais la récupération morpho-fonctionnelle complète du tractus gastro-intestinal dure jusqu’à 2 à 3 mois ou plus; il existe un risque d’exacerbation en violation du régime alimentaire.

Les cas graves de dysenterie chez les enfants peuvent être compliqués par la formation d’un mégacôlon toxique, une perforation du côlon, une péritonite; dans de rares cas – développement d’un syndrome hémolytique et urémique, insuffisance rénale et cardiaque, choc toxique-infectieux, décès.

La dysenterie chronique chez l’enfant survient souvent avec un état général satisfaisant, une intoxication légère, la présence de selles fécales liquides ou semi-liquides, parfois avec du mucus et des traînées de sang. L’évolution prolongée de la dysenterie affaiblit les enfants, conduit à la malnutrition, au béribéri, à l’anémie.

Diagnostic de la dysenterie chez les enfants

Les enfants suspects de dysenterie doivent être isolés, examinés par un pédiatre et un spécialiste des maladies infectieuses. Le diagnostic de dysenterie chez les enfants est posé sur la base d’une histoire épidémiologique, d’un tableau clinique et de données de laboratoire.

L’agent causal de l’infection intestinale est identifié par un examen bactériologique des matières fécales et des vomissements avec la détermination obligatoire de la sensibilité de la microflore isolée aux antibiotiques. Dans les cas douteux, la PCR et les méthodes sérologiques (RNGA, RKA, ELISA) sont utilisées pour détecter les shigelles et les antigènes spécifiques dans les fèces et le sang. Les résultats du coprogramme et de la sigmoïdoscopie dans le diagnostic de la dysenterie chez l’enfant sont d’importance secondaire.

La dysenterie de l’enfant doit être différenciée des colites infectieuses, entérocolites et gastro-entérites d’une autre étiologie : salmonellose, escherichiose entéropathogène, yersiniose, amibiase, diarrhée virale, ainsi que l’entéropathie exsudative, la colite ulcéreuse non spécifique et la maladie de Crohn.

Traitement de la dysenterie chez les enfants

Le traitement de la dysenterie chez les enfants est déterminé par la forme et la gravité de la maladie, l’âge et l’état général du patient et, en fonction de cela, il peut être effectué à l’hôpital ou en ambulatoire. Le traitement complet des enfants atteints de dysenterie comprend un régime, une nutrition clinique, une thérapie antimicrobienne et de désintoxication, une immunocorrection, la restauration de la fonction du système digestif.

Dans la période aiguë de la dysenterie, les enfants doivent observer le repos au lit. Le régime est prescrit en fonction de l’âge de l’enfant: dans les 1 à 3 premiers jours, la nourriture est fractionnée avec une diminution du volume quotidien de nourriture et une augmentation de la fréquence des prises. Chez les enfants de moins d’un an, qui sont nourris au biberon, des produits laitiers fermentés (kéfir, biolact) sont introduits. Les enfants de plus d’un an sont présentés mécaniquement et chimiquement en épargnant la nourriture (bouillie de riz et de semoule, bouillon de légumes, purée de légumes, viande hachée, kissels, soupes muqueuses, fromage cottage).

En cas de toxicose et de déshydratation légère, l’enfant est autorisé à boire des solutions salines; dans les cas graves, un traitement par perfusion est indiqué. Le syndrome douloureux est stoppé par des antispasmodiques (drotavérine, papavérine).

Dans les formes sévères et modérées de dysenterie de l’enfant, des antibiotiques (ampicilline, gentamicine, polymyxine M, acide nalidixique), des nitrofuranes (furazolidone) sont utilisés en tenant compte de la sensibilité des souches circulant dans la région. Il est conseillé de prescrire un bactériophage dysentérique polyvalent.

Les agents antidiarrhéiques pour la dysenterie chez les nourrissons et les jeunes enfants ne sont pas utilisés. Pour restaurer la fonction et la biocénose de l’intestin dans la dysenterie chez l’enfant, des enzymes (pcréatine), des probiotiques et des prébiotiques sont indiqués. Pendant la période de rééducation, on recommande aux enfants atteints de dysenterie des médicaments qui augmentent l’immunité, des vitamines A, C, B, des tisanes, des traitements de physiothérapie et de sanatorium.

Les formes prolongées et chroniques de dysenterie chez les enfants sont traitées comme un processus aigu. La dysenterie chez les enfants est considérée comme guérie après la normalisation du tableau clinique et le résultat négatif de l’examen bactériologique de contrôle, mais pendant encore 1 mois, une surveillance par un infectiologue pédiatrique est nécessaire.

Prévision et prévention de la dysenterie chez les enfants

Dans le cas d’une thérapie complète, la dysenterie chez les enfants est complètement guérie. Avec une dysenterie sévère chez les enfants et un niveau élevé de toxémie, le risque de complications est élevé.

Il est possible de prévenir la dysenterie chez les enfants avec le respect obligatoire des règles d’hygiène personnelle; un contrôle strict des sources d’approvisionnement en eau, du stockage, de la préparation et de la vente des produits alimentaires ; identification des patients dans les établissements préscolaires et scolaires, parmi les travailleurs des cuisines laitières, des établissements publics de restauration ; appliquer des mesures de quarantaine et sanitaires.

Vous pouvez partager vos antécédents médicaux, ce qui vous a aidé dans le traitement de la dysenterie chez les enfants.

1. Cet article a été préparé sur la base des matériaux du site : https://www.krasotaimedicina.ru/

Les informations contenues dans cette section ne doivent pas être utilisées pour l’auto-diagnostic ou l’auto-traitement. En cas de douleur ou autre exacerbation de la maladie, seul le médecin traitant doit prescrire des tests diagnostiques. Pour un diagnostic et un traitement approprié, vous devez contacter votre médecin.

L’orge chez un enfant est une accumulation limitée de pus dans le follicule pileux du cil et les glandes sébacées de Zeiss qui lui sont associées, moins souvent dans les lobules des glandes de Meibomius incrustées dans l’épaisseur du cartilage des paupières. Clinique

L’entérocolite nécrosante ulcéreuse est une maladie inflammatoire de l’intestin chez les nouveau-nés, qui se caractérise par une nécrose de la paroi intestinale et le développement de symptômes concomitants. Montre des signes.

L’ictère nucléaire néonatal est une lésion du cerveau du nouveau-né due à l’effet cytotoxique direct de fortes concentrations de bilirubine. Manifesté par une hypertonie musculaire prononcée.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.