rêver

Diagnostic différentiel de la pneumonie et de l’asthme bronchique chez l’enfant

Contents

Diagnostic différentiel de divers types d’inflammation des poumons et des bronches.

Image cliniqueles maladies inflammatoires des bronches et des poumons sont déterminées par un certain nombre de circonstances: 1) la particularité de l’action d’un agent causalement significatif (agents pathogènes infectieux, allergènes, substances toxiques, facteurs environnementaux – effets mécaniques et de température, rayonnement) et la réaction individuelle du macro-organisme à elle; 2) caractéristiques structurelles et fonctionnelles des parties du système broncho-pulmonaire impliquées dans le processus pathologique (inflammation primaire des grandes ou petites bronches, ou du parenchyme pulmonaire, dont la défaite peut survenir avec une prédominance de composant exsudatif ou interstitiel); 3) certains ensembles de cytokines et d’autres substances biologiquement actives, typant divers schémas inflammatoires et influençant l’apparition et la gravité de divers symptômes d’inflammation, qui se manifestent à la fois au niveau de l’organisme entier,

Manifestations spécifiquesdes trois groupes de facteurs qui déterminent le processus inflammatoire, en particulier chronique, dépendent des défauts biologiques qui précèdent la manifestation clinique de la maladie et sous-tendent ses caractéristiques individuelles. Malgré le fait que les défauts biologiques, en règle générale, sont génétiquement déterminés, se manifestent généralement au niveau de l’organisme entier, les changements dans l’organe malade jouent le rôle principal. Par exemple, il existe des preuves que la transplantation de poumons prélevés sur des donneurs souffrant d’asthme bronchique (BA) entraîne le développement de symptômes de cette maladie chez des receveurs qui n’avaient pas d’asthme auparavant (inflammation éosinophile des bronches et fluctuations diurnes de la résistance bronchique, typique pour l’asthme). ). Il est possible que les lymphocytes T mémoires immunologiques jouent un rôle dans ce processus, mettant en œuvre l’ensemble des réactions typiques du développement de l’inflammation dans la MA.

Une variété de manifestations de caractéristiques communes de l’inflammation dans les maladies bronchopulmonaires (rapidité d’apparition de la maladie, gravité des symptômes d’intoxication, fièvre, toux sèche ou humide, divers troubles de la fonction de la respiration externe – principalement des troubles obstructifs ou restrictifs, ou alvéolaires -bloc capillaire) dépendent d’une combinaison de plusieurs facteurs.

Inflammation aiguë ou chronique

Les processus exsudatifs plus prononcés, plus la maladie est cliniquement aiguë (bronchite aiguë, pneumonie bactérienne, abcès pulmonaires aigus, formes exsudatives aiguës de tuberculose pulmonaire, asthme bronchique sévère, notamment état de mal asthmatique, etc.). L’inflammation productive (en d’autres termes, proliférative) est généralement chronique et se manifeste souvent par des symptômes cliniques lents, qui sont associés à la fois aux caractéristiques d’un facteur causal important qui provoque la prolifération cellulaire (par exemple, l’inflammation associée à la persistance de certains virus respiratoires , certaines bactéries, y compris les rickettsies conditionnellement pathogènes), et avec les caractéristiques de la réaction du macro-organisme, en particulier avec les caractéristiques de la réponse immunitaire et le développement du processus auto-immun. L’inflammation productive peut avoir le caractère d’une inflammation diffuse interstitielle, granulomateuse ou, dans des cas plus rares, se manifester par des excroissances hyperplasiques inflammatoires. Les manifestations cliniques dépendent largement de la nature de l’inflammation productive.

Ainsi, l’inflammation diffuse interstitielletypique de diverses alvéolites (syndrome de Hamman-Rich, alvéolite allergique exogène, pneumopathie médicamenteuse) et évolue vers une insuffisance respiratoire croissante associée au développement d’un bloc alvéolo-capillaire et d’une pneumosclérose, entraînant des troubles ventilatoires à prédominance restrictive. L’inflammation granulomateuse se produit avec d’autres manifestations cliniques, largement associées aux agents qui ont conduit au développement d’une réaction tissulaire productive. Les processus granulomateux les plus connus sont la tuberculose et la sarcoïdose, mais il faut être conscient de la possibilité de formation de divers granules immunitaires (infectieux, infectieux-toxiques, médicamenteux) et non immuns (par exemple, autour d’un corps étranger) . Vous devez toujours vous rappeler de la possibilité d’une apparition d’un processus exsudatif dans un contexte d’inflammation granulomateuse avec une modification du tableau clinique de la maladie, en particulier avec l’apparition de signes d’une réaction inflammatoire aiguë, typique, pour exemple, pour la tuberculose pulmonaire. Des croissances inflammatoires de nature hyperplasique sont possibles avec la soi-disant bronchite à polypose (en d’autres termes, la bronchite chronique avec formation de polypes).

Dans le même temps, la bronchite , en particulier si un processus polypose-ulcératif se développe, se caractérise par une hémoptysie, qui ne se retrouve pas dans la bronchite chronique ordinaire.

Atteinte prédominante dans le processus pathologique des bronches ou du parenchyme pulmonaire

Avec inflammation des grosses bronches, survenant plus souvent sous forme d’endobronchite, toux avec expectoration prédomine (ou toux sèche avec inflammation chronique lente), avec atteinte des petites bronches, dans laquelle il n’y a pas de division claire de la paroi bronchique en couches séparées et le réseau microcirculatoire est plus développé, panbronchite se développe généralement avec un syndrome obstructif, qui entraîne des troubles obstructifs prononcés de la fonction respiratoire, tandis que la toux peut être absente (il n’y a pas de récepteurs irritants dans la paroi des petites bronches), et le principal symptôme (avec des manifestations d’intoxication dans l’inflammation aiguë) est essoufflement constant. L’inflammation exsudative dans la pneumonie, selon l’agent pathogène, la gravité du processus et le volume du parenchyme pulmonaire affecté, s’accompagne le plus souvent de signes d’intoxication de gravité variable et de tous les symptômes

Les informations présentes sur le site sont soumises à consultation par le médecin traitant et ne remplacent pas une consultation en face à face avec lui.
Voir le contrat d’utilisation pour plus de détails.

Diagnostic différentiel de la pneumonie: un tableau des principaux critères de diagnostic

La pneumonie est une maladie pulmonaire inflammatoire qui survient à la suite de lésions organiques causées par une bactérie, un virus ou une infection fongique. Pour la sélection d’un traitement adéquat, il est nécessaire d’établir correctement et en temps opportun le diagnostic. Dans certains cas, les symptômes de la pneumonie peuvent coïncider avec d’autres maladies respiratoires, mais les méthodes de traitement seront différentes. Dans ce cas, le médecin doit effectuer un diagnostic différentiel pour clarifier le diagnostic correct. Pour obtenir un diagnostic de haute qualité, il est recommandé de subir un examen à l’hôpital Yusupov.

Diagnostic différentiel

La pneumonie communautaire (c’est-à-dire une pneumonie qui survient en dehors d’un établissement de santé ; synonyme : ambulatoire, domicile) est une maladie très grave et peut être mortelle, il est donc important de commencer le traitement le plus tôt possible. L’efficacité du traitement dépendra du diagnostic correct. Le diagnostic différentiel vise à comparer les maladies selon certains critères (symptômes, résultats de recherche) et à exclure les maladies inappropriées pour obtenir le seul diagnostic correct. Avec la pneumonie, le diagnostic différentiel aidera à exclure ces maladies:

Ils présentent un tableau clinique similaire au début de la maladie.

Pneumonie et tuberculose

Le plus souvent, des erreurs de diagnostic sont commises lors de la comparaison de la pneumonie et de la tuberculose. Il est important de faire la distinction entre ces deux maladies, car les schémas thérapeutiques pour leur traitement varient considérablement. Les thérapies qui fonctionnent pour la pneumonie ne fonctionneront pas pour la tuberculose. De plus, la plupart des méthodes de physiothérapie pour la pneumonie ne peuvent pas être utilisées pour la tuberculose (il est seulement possible d’aggraver la maladie).

Critère Tuberculose Pneumonie
Intoxication générale du corps Exprimé Exprimé
Température corporelle Au dessus de 38°C Au dessus de 38°C
Toux sèche avec douleur Cadeau Cadeau
La présence de crachats Présent, peut saigner Cadeau
Pâleur de la peau Cadeau Cadeau
test tuberculinique Toujours positif Dans la plupart des cas, il est négatif (montre très rarement un résultat positif, ce qui donne lieu à un diagnostic erroné)
L’efficacité de l’antibiothérapie Disparu Cadeau
Résultats radiographiques Les ombres infiltrantes sont hétérogènes, il y a des foyers de décrocheurs Effacer les ombres infiltrantes locales
Résultats de la recherche bactériologique Mycobacterium tuberculosis flore non spécifique

Pneumonie et bronchite obstructive

Les deux pathologies commencent le plus souvent par des maladies respiratoires aiguës. Dans la bronchite et la pneumonie obstructives, le principal symptôme est une toux avec expectoration. Cependant, la pneumonie est généralement plus grave: le patient présente une intoxication grave et une température corporelle élevée. Dans certains cas, la pneumonie chez un fumeur aura la même présentation clinique que la bronchite chronique du fumeur. Avec la bronchite obstructive, la température peut augmenter pendant deux à trois jours, puis ne dépasse pas les niveaux subfébriles. Lors du diagnostic différentiel, la nature de l’origine de la maladie est prise en compte: dans la pneumonie – principalement bactérienne, dans la bronchite obstructive – pulmonaire.

Critère Bronchite obstructive Pneumonie
Intoxication générale du corps Non ou modéré Exprimé
Température corporelle Entre 37 et 38°C Au dessus de 38°C
Dyspnée Cadeau Cadeau
Respiration sifflante sèche Cadeau Disparu
Râles humides Disparu Cadeau
Résultats radiographiques Renforcement du schéma pulmonaire Effacer les ombres infiltrantes locales

Pneumonie et cancer du poumon

Les manifestations initiales de la pneumonie et le développement du processus oncologique ne diffèrent pas. Si une pneumonie est suspectée, le patient reçoit une cure d’antibiotiques. Si après une semaine ils ne montrent pas de résultat, le patient est envoyé pour examen afin de confirmer ou d’exclure une tumeur maligne. L’analyse différentielle est effectuée à un stade précoce du cancer, car les symptômes caractéristiques apparaîtront plus tard. Avec les métastases et la germination de la tumeur dans les tissus pleuraux, la maladie a un tableau clinique prononcé. Il y a de fortes douleurs en toussant, il y a du sang dans les expectorations. Il y a des douleurs dans les articulations.

Critère Cancer des poumons Pneumonie
Intoxication générale du corps Non ou modéré Exprimé
Température corporelle Non ou subfébrile Au dessus de 38°C
Toux sèche avec douleur Cadeau Cadeau
La présence de crachats Présent, peut saigner Cadeau
Pâleur de la peau Cadeau Cadeau
L’efficacité de l’antibiothérapie Disparu Cadeau
Résultats radiographiques ombre focale Effacer les ombres infiltrantes locales
Résultats de la recherche bactériologique cellules anormales flore non spécifique

Tableau des agents responsables de la pneumonie

Le diagnostic différentiel de la pneumonie vous permet de diagnostiquer avec précision la nomination du traitement nécessaire. Cependant, pour l’utilisation de médicaments efficaces, il est important de considérer la cause du développement de la pneumonie. Vous trouverez ci-dessous un tableau avec les principaux agents responsables de la pneumonie et comment ils se manifestent :

Type d’excitateur Image clinique
pneumocoques Début aigu, température corporelle 38-40°C, toux avec crachats jaunes
Mycoplasmes Se développe progressivement. Il y a un nez qui coule, un mal de gorge, une toux légère, une anémie. Température corporelle subfébrile
Staphylococcus aureus Intoxication sévère, toux douloureuse, essoufflement. Généralement sévère. Température corporelle 38-40°С
Virus Manifesté par la rhinite, la pharyngite. Toux fréquente avec respiration sifflante. Les ganglions lymphatiques sont élargis. La température corporelle fluctue tout au long de la journée
Champignons Il y a une toux, des saignements pulmonaires, une faiblesse, des douleurs musculaires. La température corporelle fluctue tout au long de la journée

Traitement de la pneumonie

Un diagnostic rapide et précis est effectué à l’hôpital Yusupov. La clinique effectue toutes les mesures diagnostiques nécessaires pour détecter une pneumonie: examen par un thérapeute, tests de laboratoire, radiographie. Le diagnostic qualitatif vous permet de déterminer le type de pneumonie, ce qui est important lors de la prescription d’un traitement.

L’inflammation des poumons est traitée médicalement par une antibiothérapie. Le choix du médicament dépendra de l’agent causal de la maladie. De plus, des médicaments sont utilisés pour éliminer les symptômes: antipyrétique, analgésique, expectorant. Après avoir reçu les premiers résultats positifs du traitement et de la stabilisation de la température normale, des massages spéciaux et des exercices de respiration sont prescrits. Un patient atteint de pneumonie doit observer le repos au lit, bien manger, prendre des vitamines, boire suffisamment de liquides.

L’hôpital Yusupov propose à ses patients un traitement hospitalier dans des chambres confortables. Le patient reçoit des soins médicaux 24 heures sur 24 par des thérapeutes expérimentés et un personnel junior qualifié. Les salles disposent de tous les articles d’hygiène nécessaires, un système de ventilation spécial assure la purification de l’air dans chaque chambre de l’hôpital. Les patients reçoivent une alimentation équilibrée, qui est sélectionnée par un nutritionniste, en tenant compte des souhaits du patient.

L’hôpital Yusupov est situé près du centre de Moscou et accepte les patients 24h/24. Vous pouvez appeler à l’aide, prendre rendez-vous et obtenir des conseils d’experts par téléphone.

Asthme bronchique chez les enfants

L’asthme bronchique de l’enfant (AB) est une maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires, accompagnée d’une altération de la perméabilité bronchique.La pathologie nécessite une surveillance constante et une correction des habitudes de vie. Un pneumologue est engagé dans la recherche des causes, l’évaluation des symptômes et le traitement de l’asthme bronchique chez les enfants, impliquant, si nécessaire, un allergologue, un immunologiste et des spécialistes des domaines étroits.

informations générales

L’asthme bronchique est reconnu comme l’une des pathologies chroniques les plus fréquentes chez les enfants d’âge scolaire. Le nombre de patients augmente chaque année, ce qui est associé à la détérioration de la situation environnementale.

L’asthme est une maladie grave qui, si elle n’est pas traitée, entraîne toujours le développement de complications graves. Les moins dangereux d’entre eux sont considérés comme fréquents SRAS, rhinite chronique, sinusite. Malheureusement, il y a des conséquences plus graves. L’absence de correction adéquate de la maladie aggrave considérablement la qualité de vie du patient, entraîne une altération du développement physique et mental et même des conditions potentiellement mortelles.

La nature de la maladie n’a pas été entièrement élucidée. La pathologie est considérée comme multifactorielle. La prédisposition est déterminée génétiquement. Chez les enfants, la maladie se développe le plus souvent dans le contexte de réactions allergiques.

Dans l’asthme bronchique, la réaction de la membrane muqueuse de l’arbre bronchique à certaines conditions (déclencheurs) est perturbée. Ceux-ci incluent la température et l’humidité de l’air élevées ou basses, l’inhalation d’allergènes (pollen, laine, acariens), le contact avec des substances médicinales et chimiques, l’activité physique, les situations stressantes.

En conséquence, une inflammation immunitaire dysfonctionnelle se développe dans la muqueuse bronchique. La muqueuse gonfle et produit une quantité excessive de mucus pour la protection. Cependant, avec l’asthme bronchique, son épaississement se produit, une obstruction partielle ou complète des bronches se développe. La situation est exacerbée par le bronchospasme – contraction des muscles lisses des bronches. En conséquence, la lumière de l’arbre bronchique est considérablement rétrécie (en raison de l’obstruction du mucus et des spasmes musculaires). Le patient souffre d’épisodes de toux atroce et de difficultés à expirer l’air des poumons (dyspnée expiratoire). Le volume d’oxygène entrant dans le corps est fortement réduit, tous les tissus commencent à subir une hypoxie (manque d’oxygène), à ​​la suite de quoi toutes les réactions biochimiques sont perturbées.

Types d’asthme bronchique chez les enfants

Selon la cause de la maladie, on distingue les types suivants d’asthme bronchique chez les enfants:

  • allergique : les crises sont provoquées par le contact avec des allergènes ;
  • dépendant de l’infection: se manifestant dans le contexte d’infections virales respiratoires aiguës ou de maladies bactériennes des voies respiratoires;
  • mixte : se produit dans le contexte d’une combinaison de plusieurs facteurs.

Considérons séparément le type d’asthme bronchique, qui se manifeste chez les enfants lors de stress physique ou mental.

L’asthme peut être classé comme léger, modéré ou sévère selon la fréquence des crises et leur gravité.

Causes de la MA chez l’enfant

Il est impossible d’indiquer sans équivoque le coupable exact du développement de l’asthme bronchique chez les enfants. Les facteurs prédisposants sont :

  • hérédité aggravée (les enfants dont l’un des parents a le même diagnostic sont plus susceptibles de tomber malades);
  • les maladies allergiques de la petite enfance, y compris la dermatite atopique ;
  • obésité;
  • mère qui fume en portant un enfant;
  • maladies infectieuses fréquentes des voies respiratoires;
  • mauvaise écologie (vivre dans les grandes villes, les zones polluées);
  • conditions de vie défavorables (locaux poussiéreux, utilisation excessive de produits chimiques ménagers).

À l’heure actuelle, les allergies alimentaires sont également considérées comme un facteur prédisposant. L’asthme peut être provoqué par l’utilisation à long terme d’aliments qui stimulent l’allergisation de l’organisme (chocolat, épices, additifs) dans un contexte d’hérédité aggravée.

Symptômes de l’asthme bronchique chez les enfants

Au stade initial de développement, les symptômes de l’asthme bronchique chez les enfants et les adolescents peuvent être flous et ressembler à un rhume. Cependant, plus tard, le tableau clinique devient plus caractéristique. La maladie se manifeste :

  • toux improductive paroxystique (à la fin de l’attaque, une petite quantité de mucus est expulsée);
  • sifflements lors de l’inspiration-expiration;
  • essoufflement (principalement difficile à expirer);
  • une sensation d’oppression dans la poitrine.

Chez les petits patients asthmatiques, une toux avec respiration sifflante est observée pendant une longue période. Le symptôme s’intensifie lors de jeux actifs, de situations stressantes (pendant les pleurs, la peur), la nuit. Les attaques surviennent peu de temps après que le bébé se soit couché.

Après avoir toussé, il y a une sensation de manque d’air. La respiration s’accélère, une respiration sifflante apparaît, les mouvements de la poitrine deviennent plus perceptibles, il est difficile pour le patient d’expirer, car. il est nécessaire de supprimer une forte résistance des bronches rétrécies. Après les attaques, l’enfant est léthargique, léthargique, somnolent.

Une crise d’asthme chez un enfant

Une crise d’asthme sévère chez les enfants est une condition potentiellement mortelle pour un enfant présentant des signes spécifiques qui nécessitent une attention immédiate. Lors d’une exacerbation, on note :

  • essoufflement sévère et son augmentation;
  • augmentation marquée de la respiration sifflante;
  • excitation et anxiété de l’enfant;
  • lèvres et ongles bleus;
  • diminution de l’effet des moyens habituels (inhalateurs).

Dans ce cas, un appel immédiat à une ambulance est nécessaire. Selon l’état de l’enfant, les médecins apporteront une assistance sur place ou hospitaliseront un petit patient.

Diagnostic de l’asthme bronchique chez les enfants

Avec une détection rapide de la maladie et la bonne approche thérapeutique, il est possible de minimiser le nombre de crises et d’améliorer considérablement la qualité de vie du patient. Une caractéristique de l’asthme bronchique chez l’enfant est la possibilité d’une guérison complète. Cela est dû au fait que le corps de l’enfant se développe constamment et dynamiquement. Par conséquent, si vous créez des conditions dans lesquelles les bronches commencent à réagir normalement et que le système immunitaire fonctionne correctement, l’enfant se débarrassera complètement de la maladie, qui n’aura pas sa place à l’âge adulte.

Tout d’abord, un pneumologue étudie attentivement les antécédents de l’enfant (y compris les antécédents familiaux), recueille les plaintes, écoute le cœur et les poumons et procède à une évaluation générale de l’état de santé. En analysant les informations reçues en conjonction avec les résultats d’un examen supplémentaire, le médecin établit un diagnostic et sélectionne le traitement optimal.

La principale méthode de diagnostic de l’asthme bronchique chez les enfants consiste à tester la fonction de la respiration externe. Sur la base de leurs résultats, des conclusions sont tirées sur le degré d’obstruction bronchique. L’enquête comprend :

(mesure de la vitesse maximale lors d’une expiration forcée) ; (mesure du volume pulmonaire);

  • pneumotachographie (mesure de la vitesse de sortie de l’air en milieu d’expiration).

Pour identifier les facteurs provoquants, le statut allergique est déterminé. La gravité de la maladie est déterminée par des tests sanguins et du mucus bronchique. Des radiographies des poumons sont effectuées pour évaluer le degré d’obstruction. Si un jeune patient a d’autres maladies, le complexe diagnostique peut être augmenté.

Opinion d’expert

L’asthme bronchique reste l’une des maladies les plus courantes et les plus complexes de l’enfance. Un diagnostic correct joue un rôle décisif dans le choix des bonnes tactiques de traitement. Une caractéristique de l’asthme infantile est sa similitude avec de nombreuses autres maladies du système respiratoire, en particulier avec la laryngotrachéite sténosante ou, en d’autres termes, le faux croup, qui se caractérise également par une obstruction, une respiration sifflante pendant la respiration, une toux paroxystique improductive. Les symptômes ressemblent souvent à ceux de la bronchite obstructive qui se développe dans le contexte du SRAS. Les spécialistes de l’enfance conseillent vivement aux parents de ne pas s’auto-diagnostiquer et de ne pas attendre que la pathologie atteigne son apogée, mais immédiatement, dès les premiers signes similaires à la MA, consultez un médecin.

Traitement de l’asthme bronchique chez les enfants

La tâche clé de la thérapie est le contrôle efficace de la maladie, qui donnera à l’enfant la possibilité de vivre une vie bien remplie (faire du sport, se développer mentalement et physiquement correctement). Avec un programme correctement sélectionné, les symptômes peuvent être entièrement contrôlés et les complications peuvent être évitées.

Dans le traitement de l’asthme bronchique chez les enfants, une approche intégrée est utilisée, basée sur la cause et le stade de la maladie, la gravité des symptômes, la fréquence des crises, l’âge de l’enfant et les maladies concomitantes. Le programme est basé sur l’exclusion des facteurs provoquant une crise (allergènes, stress, surmenage, etc.). Compte tenu de la forme de la maladie, des médicaments sont prescrits pour éliminer l’inflammation des bronches, normaliser la sécrétion et l’excrétion de mucus et réduire la réactivité des bronches. Séparément, des fonds sont sélectionnés pour le soulagement d’urgence des crises, qui soulagent le bronchospasme et rétablissent la ventilation pulmonaire.

Le traitement de toute maladie (grippe, SRAS, rhume et même maux de tête) chez un enfant souffrant d’asthme bronchique doit être sous la surveillance d’un médecin.

Complications de l’asthme bronchique chez l’enfant

Sans un suivi quotidien et une médication attentive, l’asthme peut entraîner de graves complications, dont certaines mettent la vie en danger. Ces états comprennent :

  • état de mal asthmatique (une condition dans laquelle une crise ne disparaît pas avec des soins standard);
  • maladies infectieuses des voies respiratoires;
  • emphysème;
  • bronchectasie (expansion des sections terminales des bronches);
  • pneumothorax (lésion de la membrane recouvrant les poumons avec libération d’air dans la cavité pleurale);
  • pathologie du cœur et des vaisseaux sanguins, etc.

Prévention de l’asthme bronchique chez les enfants

Les mesures préventives sont pertinentes pour les enfants sujets aux allergies, ainsi que pour les enfants dont les parents proches souffrent d’asthme. Ces activités doivent être exercées dès la naissance. Pour prévenir l’asthme bronchique chez les enfants d’âges différents, vous devez:

  • allaitez votre nouveau-né aussi longtemps que possible;
  • introduire correctement les aliments complémentaires ;
  • éviter les aliments qui peuvent provoquer des allergies (miel, chocolat, noix) ;
  • traiter les rhumes et les maladies infectieuses en temps opportun et sous la supervision d’un pédiatre;
  • minimiser le contact avec les allergènes domestiques (produits chimiques, poussière, poils d’animaux);
  • utilisez des oreillers et des couvertures avec des charges hypoallergéniques;
  • refuser tous les objets intérieurs qui accumulent la poussière (tapis, rideaux épais) ;
  • aérez régulièrement la maison et faites un nettoyage humide;
  • créer un environnement psychologique favorable dans la famille.

Les mesures les plus efficaces visent le renforcement général du corps et la stimulation de l’immunité. Ceux-ci incluent un mode de vie actif, une bonne nutrition, des promenades quotidiennes au grand air, un durcissement.

Réhabilitation

L’asthme bronchique est une maladie chronique qui persiste à vie chez 2 enfants sur 3 atteints. Après la puberté, les symptômes peuvent augmenter ou diminuer. La qualité de vie dépend en grande partie du bon traitement et des mesures préventives. Il est important que les parents connaissent les signes d’une exacerbation de l’asthme bronchique chez un enfant et prennent des mesures opportunes pour l’arrêter.

Des pneumologues, allergologues et immunologistes qualifiés pour enfants travaillent au centre médical SM-Doctor. Les spécialistes évalueront en détail l’état de l’enfant, établiront un pronostic individuel pour l’asthme bronchique et, avec un diagnostic objectif de la maladie, prescriront un traitement ciblé. Contactez les meilleurs médecins qui aideront votre enfant à respirer profondément, à grandir et à se développer correctement !

Des questions

Combien de temps peut durer une crise d’asthme chez un enfant de 4 ans ?

Différemment. Tout dépend de la forme d’asthme, de l’état de santé général de l’enfant, de la raison qui a provoqué l’attaque, par exemple excitation, infection respiratoire aiguë, activité physique intense, etc. L’attaque peut ne durer que quelques minutes et se terminer spontanément, ou elle peut durer plusieurs heures.

Khazin : pourquoi beaucoup de gaz inutilisé va apparaître en Europe
La Caisse de pension a appelé les prestations pour les personnes en âge de préretraite
Nommé le moyen le plus fiable de se protéger contre les escrocs d’appartement
Belousov a prédit le niveau d’inflation en Russie d’ici la fin de l’année

Les filles ont reçu un diagnostic d’asthme sur la base de l’examen. Mon mari exige que je donne les chats, est-ce vraiment nécessaire ?

Malheureusement, vous devrez très probablement vous séparer de vos animaux de compagnie, car les poils d’animaux peuvent être la cause de la maladie. Pour clarifier la nature de l’hypersensibilité, il convient de passer des tests spécifiques (comment et où le faire, vous pouvez demander à votre médecin ou contacter le centre SM-Doctor). Sur la base des résultats du test, il sera clair s’il sera nécessaire d’isoler l’enfant des chats ou s’il sera possible de les laisser.

Sources

  • Asthme bronchique chez l’enfant. Stratégie de traitement et prévention : programme national. — 2017.
  • Asthme bronchique et maladies respiratoires chez l’enfant. Zaitseva O.V. -2013.

Médecins:

Clinique pour enfants m.Ulitsa 1905 Goda

Clinique pour enfants m.Voikovskaya (Clara Zetkin)

Clinique pour enfants M. Maryina Roshcha

Pédiatre, allergologue-immunologue pédiatrique. Médecin-chef adjoint pour la pédiatrie à SM-Clinic au 3ème passage de Maryina Roshcha

Clinique pour enfants M. Novye Cheryomushki

Clinique pour enfants

Clinique pour enfants M. Chertanovskaya

Pédiatre, allergologue-immunologue pédiatrique. Médecin-chef adjoint pour la pédiatrie à SM-Clinic sur le boulevard Simferopol

Asthme chez un enfant

L’asthme bronchique chez l’enfant (BA) est une maladie chronique caractérisée par un processus inflammatoire infectieux-allergique dans les bronches, une altération de la conduction bronchique. La maladie est diagnostiquée chez 5 à 10% des enfants, dans 80% des cas à l’âge préscolaire. La première attaque peut survenir avant l’année.

Types d’asthme bronchique chez les enfants

Selon les causes de la maladie, on distingue trois types d’asthme bronchique:

  • allergique – les attaques surviennent après un contact avec un allergène;
  • dépendant de l’infection – conséquence du SRAS, pathologies bactériennes du système respiratoire;
  • mixte – se produit dans le contexte d’une combinaison de plusieurs facteurs.

Séparément, l’asthme à l’aspirine, BA, est isolé, ce qui se manifeste lors d’un stress physique et mental.

Il existe 4 degrés de sévérité de l’asthme bronchique :

  • intermittent – les symptômes apparaissent moins d’une fois par semaine, attaques à court terme;
  • doux – les attaques de suffocation surviennent moins d’une fois par mois, sont rapidement arrêtées par des médicaments;
  • modéré – les exacerbations de la maladie se produisent 3 à 4 fois par mois, les indicateurs de spirométrie ne dépassent pas 60 à 80% de la norme;
  • sévère – les attaques se produisent plus souvent 3 à 4 fois par mois, les indicateurs FSD sont inférieurs à 60% de la norme d’âge.

Les raisons

L’asthme bronchique chez un enfant se développe en présence d’une prédisposition génétique et provoque des facteurs externes. La plupart des enfants asthmatiques ont une hérédité chargée de pathologies allergiques – allergies alimentaires, dermatite atopique, rhume des foins.

Facteurs provoquants possibles :

  • allergènes d’inhalation – poussière, laine et déchets animaux, moisissures, pollen;
  • allergies alimentaires, introduction précoce d’aliments complémentaires, intolérance à divers aliments;
  • infections virales et bactériennes – grippe, SRAS, pneumocoques, streptocoques, staphylocoques;
  • substances chimiques;
  • médicaments.

Les facteurs provoquants comprennent l’obésité, les femmes qui fument pendant la grossesse, les pathologies infectieuses fréquentes des voies respiratoires, les conditions environnementales ou les conditions de vie défavorables.

Jusqu’à trois ans, le groupe à risque de développement de l’asthme bronchique comprend les enfants prédisposés aux allergies, ayant des antécédents de pathologies obstructives sans fièvre ou plus de trois épisodes d’obstruction.

Après trois ans, presque tous les enfants présentant des manifestations obstructives reçoivent un diagnostic d’asthme bronchique. Pour beaucoup, le rétablissement complet se produit en 1 à 3 ans.

Pathogénèse

Dans la pathogenèse de l’asthme bronchique chez un enfant et un adulte, il existe quatre phases:

  1. Immunologique. Après pénétration de l’allergène, la synthèse des anticorps IgE commence, qui se fixent sur les cellules cibles, principalement sur les mastocytes de la muqueuse bronchique.
  2. Immunochimique. Lors de contacts répétés, l’allergène se lie aux IgE sur les surfaces des cellules cibles. Cela conduit à la dégranulation des mastocytes, à l’activation des éosinophiles, à la libération de médiateurs aux effets bronchospastiques et vasoactifs.
  3. Physiopathologique. Sous l’influence de médiateurs, la muqueuse bronchique gonfle, un bronchospasme, un processus inflammatoire se produit et le mucus est activement synthétisé.
  4. Réflexe conditionné. Un certain réflexe est produit dans le corps, au contact d’allergènes, une crise d’asthme se produit.

Les symptômes

L’asthme bronchique est une maladie à évolution cyclique. Périodes de la maladie – précurseurs, crise d’asthme, post-attaque, intercritique.

La période des précurseurs dure de quelques minutes à plusieurs jours. Manifestations possibles :

Lors d’une attaque, la suffocation s’accompagne d’une toux improductive, les expectorations visqueuses sont séparées en petite quantité. En plus des problèmes respiratoires, il y a une augmentation de la fréquence cardiaque, une augmentation de la pression artérielle, des bruits cardiaques étouffés.

Après une crise d’asthme bronchique, l’enfant ressent de la faiblesse, de la somnolence, il est léthargique et inhibé. Il y a bradycardie, hypotension artérielle.

Pendant les périodes intercritiques d’asthme léger, l’état et la spirométrie de l’enfant sont dans les limites normales.

Formes atypiques de la maladie

Dans certaines formes atypiques d’asthme, la maladie évolue sans crise. Ceux-ci inclus:

  • bronchite asthmatique;
  • toux spasmodique pendant le sommeil;
  • asthme d’effort physique;
  • asthme psychogène.

Une crise d’asthme chez un enfant

Une crise d’asthme typique survient soudainement. La respiration est rapide, peu profonde, difficile à expirer. Les sifflets peuvent être plus ou moins forts. La poitrine se gonfle, au toucher, un tremblement se fait sentir à l’expiration.

Lors d’une attaque, l’enfant a peur, prend une position assise, ne peut pas parler. La peau du visage est pâle, du bleu apparaît autour du triangle nasogénien et des oreillettes, des sueurs froides apparaissent abondamment.

Une crise d’asthme chez un enfant peut durer de quelques minutes à plusieurs heures, se terminant souvent aussi soudainement qu’elle a commencé. Le soulagement vient après la décharge de crachats épais. Mais cela ne vaut pas la peine d’attendre que l’enfant aille mieux. L’asphyxie affecte négativement l’état psycho-émotionnel, la peur et le stress augmentent les manifestations du bronchospasme.

Des restrictions des fonctions respiratoires sont observées chez certains patients et dans la période intercritique.

L’état de mal asthmatique est une crise d’asthme bronchique qui dure plus de 6 heures. L’état du patient ne s’améliore pas même après avoir pris des bronchodilatateurs à une dose accrue. Lors du passage au stade de décompensation, un coma acidosique peut se développer.

Quels médecins contacter

En cas d’asthme bronchique chez un enfant, il est nécessaire de contacter un pédiatre, un pneumologue pédiatrique, un allergologue-immunologue le plus tôt possible afin d’établir les facteurs provoquants et de commencer le traitement.

Diagnostique

Lors du diagnostic de l’asthme bronchique, le médecin recueille des antécédents familiaux et allergiques, procède à un examen physique, prescrit des examens instrumentaux et de laboratoire.

  1. Spirométrie. Mesure des indicateurs de volume de la respiration à l’aide d’un spiromètre. Attribuer aux enfants de plus de 5 ans.
  2. Véloergométrie. Test d’effort pour déterminer la ligne électrocardiographique et la pression artérielle pendant l’exercice.
  3. Débitmétrie de pointe. Mesure de la vitesse maximale de la sortie forcée.
  4. Radiographie de la poitrine.
  5. Analyse générale du sang, de l’urine, des crachats.
  6. Un test sanguin pour déterminer les taux généraux et spécifiques d’anticorps IgE.
  7. L’étude de la composition gazeuse du sang.
  8. Tests d’allergie cutanée.

Diagnostic différentiel

Pour diagnostiquer l’asthme chez un enfant, deux critères sont importants – l’inflammation de la muqueuse bronchique et l’hyperréactivité bronchique. La maladie se caractérise par des attaques d’obstruction bronchique, mais ce symptôme est également caractéristique d’autres affections. Dans la plupart d’entre eux, la pathologie se déroule sans rémission, ce qui est l’un des principaux indicateurs du diagnostic différentiel.

Il n’est pas rare que les enfants souffrent de maladies de type asthmatique associées à une infection virale. L’obstruction chez les nourrissons se produit souvent dans le contexte du SRAS. Mais chez un asthmatique, les attaques se répètent non seulement avec le SRAS, mais aussi au contact de divers allergènes non infectieux. Chez les enfants non allergiques, les crises d’obstruction bronchique disparaissent après un ou deux épisodes.

Avec la bronchite obstructive, qui est causée par le SRAS, la muqueuse bronchique devient enflammée chez les nourrissons. La coquille s’épaissit, la production de mucus augmente. Cela conduit à un rétrécissement des bronches déjà étroites des enfants. La respiration devient rauque, sifflante et laborieuse, un peu comme l’asthme. L’attaque peut être répétée 1 à 2 fois. Mais à mesure que l’enfant grandit, le diamètre des bronches augmente, une infection respiratoire peut provoquer une bronchite, mais sans perturber la perméabilité bronchique.

Chez l’enfant allergique, chaque nouvelle infection s’accompagnera d’un bronchospasme dû à une hyperactivité bronchique. Mais une attaque peut également survenir lors de l’inhalation d’allergènes. Cette condition est appelée asthme bronchique.

Lors de l’examen, un diagnostic différentiel est également effectué pour exclure un corps étranger dans les bronches, la trachéomalacie, la bronchomalacie, la fibrose kystique, la bronchite oblitérante, les kystes bronchiques.

Traitement de l’asthme bronchique chez les enfants

Dans le traitement de l’asthme chez les enfants, une approche intégrée est utilisée: identification et exclusion du contact avec l’allergène, thérapie médicamenteuse et de réadaptation et thérapie diététique.

Médicaments contre l’asthme :

  • l’utilisation d’inhalateurs qui stabilisent les membranes des mastocytes ;
  • les glucocorticostéroïdes ;
  • préparations combinées;
  • utilisation prophylactique à long terme des antihistaminiques.

Les enfants souffrant d’asthme bronchique suivent un régime hypoallergénique. Les parents doivent assurer la vie quotidienne : enlever les tapis et les peluches, remplacer les oreillers en plumes par des produits en polyester de rembourrage, effectuer régulièrement un nettoyage humide, se séparer des animaux domestiques.

S’il est impossible d’éliminer complètement le contact avec les allergènes, une immunothérapie spécifique est prescrite. Un allergène important est administré par voie parentérale, orale, sublinguale, en augmentant progressivement la dose.

En période intercritique, des cours de physiothérapie sont prescrits:

  • traitement à l’air ionisé;
  • thérapie avec des champs magnétiques pour éliminer les signes du processus inflammatoire;
  • DVM-thérapie ;
  • électrophorèse, phonophorèse;
  • bains thérapeutiques;
  • acupression et massage thoracique;
  • thérapie par l’exercice et exercices respiratoires;
  • traitement dans les mines de sel.

Un indicateur de l’efficacité du traitement est une rémission à long terme, l’absence de progression de la maladie.

Complications de l’asthme bronchique chez l’enfant

En l’absence de contrôle et de traitement approprié dans le contexte de l’asthme, des complications dangereuses se développent:

  • état asthmatique;
  • maladies respiratoires chroniques;
  • bronchectasie;
  • pneumothorax;
  • perturbations dans le travail du cœur, des vaisseaux sanguins.

Traitement de l’exacerbation de l’asthme bronchique

Les facteurs d’exacerbation de l’asthme chez un enfant sont le plus souvent les infections, l’air froid, la fumée de tabac, l’activité physique, le stress, la sensibilité aux intempéries.

Lors d’une crise, l’inhalation de bronchodilatateurs, l’oxygénothérapie, l’inhalation avec un nébuliseur et les corticostéroïdes sont administrés.

Le traitement de l’exacerbation est effectué à domicile, en ambulatoire, dans un hôpital, une unité de soins intensifs.

Indications d’hospitalisation:

  • absence d’amélioration dans les 1 à 3 heures après trois inhalations d’un bronchospasmolytique;
  • exacerbation sévère de l’asthme bronchique, évolution incontrôlée de la maladie;
  • état asthmatique;
  • plus de deux visites pour des soins médicaux au cours des dernières 24 heures ou plus de trois dans les 48 heures ;
  • des antécédents d’épilepsie, de diabète sucré, d’autres maladies neurologiques et somatiques graves ;
  • plus de 8 inhalations de corticostéroïdes bêta 2 antagonistes ;
  • grossesse chez les adolescentes.

Avec une augmentation de la fréquence des mouvements respiratoires, une diminution de la saturation, la manifestation de signes d’exacerbation, le patient est transféré à l’unité de soins intensifs.

réadaptation médicale

Les enfants souffrant d’asthme bronchique reçoivent un traitement de sanatorium dans des établissements broncho-pulmonaires. En dehors de la période d’exacerbation, une activité physique régulière modérée est recommandée sous la supervision d’un spécialiste. Selon les indications, sous réserve d’un contrôle complet de la maladie, une physiothérapie est prescrite.

Prévision et prévention

Avec l’asthme chez un enfant, plusieurs options pour le résultat et le pronostic sont possibles:

  1. Avec un contrôle complet de la maladie, le pronostic est favorable, un bon niveau d’activité physique est maintenu, le risque d’exacerbations et le développement d’effets indésirables liés aux médicaments sont minimes.
  2. Avec un contrôle insuffisant, le développement d’une obstruction bronchique est possible.
  3. En présence de facteurs de risque, une issue fatale est possible.

Il n’y a pas de programmes réussis pour prévenir le développement de l’asthme bronchique. Pour prévenir une exacerbation de la maladie, il est nécessaire de respecter l’ensemble des mesures thérapeutiques basées sur le principe d’une surveillance constante: prise de médicaments prescrits par un médecin, élimination des facteurs déclenchants, immunothérapie et vaccination en temps opportun.

L’asthme chez un enfant est une maladie grave, mais pas une condamnation. Un traitement approprié vous permet d’obtenir une rémission stable. Si vous êtes confronté à cette maladie, appelez notre clinique, l’administrateur sélectionnera un moment opportun pour une visite chez un spécialiste. Nous avons des médecins expérimentés qui traitent avec succès l’asthme bronchique depuis de nombreuses années.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.