Déficit en androgènes lié à l’âge chez les hommes

Le temps est impitoyable – pensez donc à tous les hommes qui remarquent des signes de flétrissement du corps. La restructuration hormonale dans le corps masculin, qui est causée par les processus de vieillissement naturel, est appelée déficit androgénique lié à l’âge (DAV).

Une quantité réduite d’androgènes est également appelée viropause, andropause, pénopause et même ménopause masculine. Ce dernier concept est assez courant, mais de nombreux scientifiques le considèrent comme incorrect.

La restructuration hormonale dans le corps féminin et masculin se déroule différemment. La fonction sexuelle chez les hommes s’estompe, mais pas complètement. Un homme avant la vieillesse peut devenir père. C’est pourquoi les hommes n’ont pas des symptômes aussi vifs que les femmes pendant la ménopause (bouffées de chaleur, sauts de poids, sautes d’humeur, etc.). Souvent, l’état du corps masculin causé par la VAD n’a même pas besoin de thérapie.

Néanmoins, il faut comprendre que la jeunesse ne peut pas être rendue et que le processus de vieillissement, bien que moins intense, affecte encore de nombreuses fonctions corporelles. Afin de rester actif et plein d’énergie, il est très important pour un homme de maintenir la santé des hommes pendant cette période.

Comment se manifeste la carence en androgènes ? La médecine moderne aidera-t-elle à améliorer la condition?

Contents

Que sont les androgènes ?

Le mot “androgène” vient des racines grecques avec le sens “courage” et “gentil”. C’est le nom général des hormones sexuelles mâles. Leur concentration dans le corps détermine le fonctionnement correct et complet du système reproducteur masculin. Un certain niveau d’androgènes est présent chez le fœtus même dans l’utérus – déjà pendant cette période de développement, les hormones régulent la formation des caractéristiques sexuelles.

Plus la concentration d’androgènes est élevée, plus les caractéristiques sexuelles d’un homme sont prononcées (y compris l’endurance et la force physiques, l’activité sexuelle). Ces hommes ont beaucoup de poils, de larges épaules, un torse massif, une voix profonde.

L’androgène le plus connu est la testostérone. Cependant, ce groupe comprend également l’androstérone, la dihydrotestostérone, l’androstènedione.

La production d’androgènes est réalisée par les testicules et le cortex surrénalien.

Androgènes : fonctions dans le corps masculin

Comme nous l’avons déjà découvert, ce groupe d’hormones est responsable des caractéristiques sexuelles, du désir sexuel et de la puissance. Cependant, les androgènes sont nécessaires à la mise en place de nombreux processus importants, et tous ne sont pas liés au fonctionnement du système reproducteur. Les androgènes effectuent les tâches suivantes :

Si le déficit en androgènes est prononcé, des maladies graves peuvent se développer. Gardez à l’esprit que le manque de ces hormones est souvent génétiquement déterminé. Par exemple, certains hommes souffrent du syndrome de Klinefelter dès leur plus jeune âge, parmi les manifestations desquelles ils notent une croissance élevée, un manque de poils et une voix trop fine. Des symptômes similaires sont caractéristiques d’une autre maladie héréditaire – le syndrome de Kalman. Malheureusement, si la cause de la carence en androgènes réside dans la génétique, même la médecine moderne ne peut pas corriger la situation.

Pour déterminer à quel âge un homme commencera à diminuer les androgènes, vous pouvez utiliser les niveaux de testostérone entre 20 et 30 ans.

VAD chez les hommes – causes

Vers l’âge de 40 ans, les hommes commencent à remarquer des signes de vieillissement :

Tout cela est une conséquence de la carence en androgènes. Leur nombre dans le corps peut diminuer très lentement, en douceur, mais il y a aussi des sauts brusques et rapides. Le déroulement de ce processus dépend de nombreux facteurs. Par exemple, les scientifiques ont établi une relation entre le niveau d’androgènes au pic de l’activité reproductive (30 à 35 ans) et le taux de développement de la VAD. Si à l’âge de 30 à 35 ans, la concentration d’androgènes était normale ou légèrement supérieure, la VAD se développe lentement – ces processus sont presque imperceptibles. S’il n’y avait pas assez d’hormones, alors à l’âge de 40 à 45 ans, un homme est menacé d’impuissance sexuelle, ce qui affecte négativement son état mental. Cependant, cela peut arriver si l’homme ne prend aucune mesure pour corriger la situation.

Cependant, les causes spécifiques de VAD n’ont pas encore été entièrement établies. Cela est dû au fait que les scientifiques n’ont pas encore entièrement compris de nombreux aspects du fonctionnement de l’hypophyse et de l’hypothalamus, qui sont responsables de la synthèse de la testostérone. Pourquoi la testostérone est-elle importante ? Parce que sa concentration est considérée comme un indicateur clé du niveau total d’androgènes. C’est cette hormone qui détermine la croissance, le développement des organes génitaux dans l’enfance, l’érection, l’activité sexuelle à l’âge adulte.

Une diminution de la synthèse de testostérone survient pour diverses raisons :

Cependant, l’âge ne doit pas être blâmé pour tout. Souvent, le processus de vieillissement est accéléré par la faute de la personne elle-même, qui endommage souvent son propre corps avec de mauvaises habitudes et un mode de vie malsain. Les facteurs suivants influencent :

Vieillissement androgénique – signes

Tout déséquilibre hormonal affecte l’état de tous les organes et systèmes. Par conséquent, le manque d’androgènes se manifeste par une grande variété de symptômes.

Comme vous pouvez le constater, le manque d’hormones affecte les systèmes génito-urinaire, nerveux et musculo-squelettique. Le cœur et les vaisseaux sanguins souffrent également. Cependant, la plupart des hommes, en règle générale, sont dérangés par l’impuissance sexuelle. Il sape la confiance en soi, diminue l’estime de soi.

Étant donné que la VAD est un processus naturel, elle ne peut pas être arrêtée par une thérapie. Mais en même temps, le traitement peut améliorer la qualité de vie, atténuer les effets de la carence en androgènes, soutenir la fonction sexuelle et rendre possible une vie sexuelle normale. Cependant, il convient de considérer qu’un tel traitement durera toute la vie: lors de la prise d’hormones, la synthèse de ses propres androgènes ne reviendra pas à son niveau antérieur.

Diagnostic de VAD

Si le médecin soupçonne qu’un homme souffre d’un déficit en androgènes lié à l’âge, il l’oriente vers une analyse indiquant la concentration de testostérone. Si le niveau de cette hormone est inférieur à 8 nmol / l, un homme doit également être testé pour les hormones thyroïdiennes, ainsi que pour la prolactine. C’est logique, car un faible taux de testostérone peut être le résultat de maladies thyroïdiennes, d’une hyperprolactinémie (concentration élevée de prolactine).

Il arrive également que les conditions énumérées ci-dessus ne soient pas confirmées, mais la concentration de testostérone est encore faible. Ensuite, vous devez faire un pas de plus – passer des tests pour la globuline et les hormones LH et FSH, ainsi que les œstrogènes (estradiol, E2). Le dépistage hormonal (c’est-à-dire l’étude du niveau de toutes les hormones) peut dans certains cas être effectué non pas par étapes, mais à la fois.

Traitement VAD

Dans le traitement du déficit en androgènes, deux types de thérapies sont efficaces :

1. Stimulant – prise de médicaments non hormonaux qui activent la production d’androgènes.

2. Substitutif – prise d’hormones (testostérone).

Le traitement n’est pas choisi au hasard : la méthode dépend de l’état de santé, de la présence de maladies chroniques, de l’âge. Il convient de noter que les hormones devront être prises tout au long de la vie, alors qu’une telle thérapie ne convient pas à ceux qui souffrent de maladies endocriniennes et de cancer de la prostate.

Prévention de la carence en androgènes liée à l’âge

Malheureusement, une diminution de la synthèse des hormones mâles est inévitable, mais chaque homme peut supporter son corps. Cela vous permettra de rester en forme et actif sans hormones supplémentaires.

Androgène magique ou pourquoi les cheveux poussent et tombent

Regardons une famille très digne. Un adorable bébé est né. S’il s’est dépêché de naître à l’avance, son corps est complètement recouvert d’une croissance épaisse et molle.

Plus tard, il sera remplacé par un duvet incolore, fin et court. Il donne l’impression d’une surface complètement lisse.

Mais voici la puberté, et au lieu de ce «charme», des poils sombres et durs commencent à percer dans des zones spécifiques.

Les saisons changent, une personne mène une vie riche et heureuse, et un jour elle fait attention au fait que l’objet de sa fierté, des cheveux luxueux, s’est soudainement aminci, et là, vous voyez, la tête chauve a commencé à briller.

Et maintenant, regardons sa femme d’âge moyen, mais bien-aimée. Elle a soudainement eu des excroissances terminales distinctes sur son visage, son cou et sa poitrine après la ménopause.

Et la petite amie de leur petite-fille, sans raison apparente, avait des poils sur le visage et de l’acné.

Qu’est-ce qui unit tous nos personnages ? Liens familiaux? Indubitablement. Mais il y a un autre point important qui donne le ton dans le corps de tous les participants aux événements.

C’est lui qui domine toutes les transformations du cheveu chez l’homme et la femme. Mais voici le problème – l’élément est un, mais il agit de manière complètement différente.

À certains endroits, il augmente l’activité des follicules (visage), l’autre partie reste complètement indifférente à son action (sourcils et cils), mais sur la tête, il “outrage” complètement, fournissant à son propriétaire une tête chauve.

Quel genre de magicien est-ce, et pourquoi son travail est-il si diversifié ? Faisons connaissance avec ce personnage principal et révélons les mécanismes de sa magie.

Photo publiée avec l’aimable autorisation de www.shutterstock.com

L’effet des androgènes sur la croissance et la chute des cheveux

Je suis sûr que vous avez deviné de quoi nous parlons. Bien sûr, il s’agit d’une hormone mâle ou d’un androgène.

Tout d’abord, il convient de noter que son rôle dans le développement du corps, de l’apparence et de la santé est énorme.

Ici, vous avez une voix masculine basse et agréable, et le développement des organes génitaux, couplé à une attirance intime, et la construction de la masse musculaire, la croissance osseuse et bien plus encore.

Cependant, il est également responsable de la croissance des cheveux. Et, comme indiqué plus haut, c’est un manager plutôt paradoxal : il pardonne à quelqu’un, en exécute un autre au sens littéral du terme, et ne fait pas attention au reste.

Mais commençons dans l’ordre.

Androgènes chez les hommes et les femmes

Il est intéressant de noter le fait que la synthèse du stéroïde provient du cholestérol. Oui, oui, il s’agit du produit très “nocif” qui est récemment devenu à la mode à exclure de l’alimentation.

Peut-être que ce cholestérol n’est pas si nocif en petite quantité ?

Saviez-vous que les hormones de la “masculinité” vivent non seulement chez les messieurs, mais aussi chez les jolies dames ? De plus, la principale hormone de la féminité (l’œstrogène) est produite précisément à partir d’androgènes.

Autrement dit, s’il n’y a pas d’androgènes, il n’y aura pas d’œstrogènes.

Rappelons-nous l’histoire biblique selon laquelle la femme a été créée à partir de la côte de l’homme. Probablement, une telle séquence n’est pas accidentelle après tout ! Il y a quelque chose à ce sujet

🙂

Les usines de production d’un composé “fort” sont situées dans les testicules ou les ovaires (selon la moitié de l’humanité dont on parle).

Et voici un autre fait inattendu. Il s’avère que dans ces endroits, non seulement le produit final est créé, mais également son “produit semi-fini” inactif, qui est ensuite activé dans diverses parties du corps. Il peut s’agir de la peau, du tissu adipeux, du foie et même du cerveau.

Qu’y a-t-il de si intéressant dans l’effet de cet élément sur les cheveux?

Voir aussi:   Comment un homme peut-il devenir brutal et est-ce nécessaire à la sexualité

Le fait est que la végétation joue un rôle social extrêmement important. Les hommes et les femmes chauves aux cheveux clairsemés ne sont souvent pas d’humeur la plus optimiste.

Photo publiée avec l’aimable autorisation de www.shutterstock.com

Et les filles qui forment progressivement une vraie barbe peuvent même plonger dans une grave dépression.

Pour cette raison, une attention particulière a été portée à l’étude des effets de la testostérone sur les follicules pileux afin de restaurer la beauté naturelle et le bien-être mental.

Une démonstration intéressante des capacités d’une hormone “forte” a été observée lors de l’observation de patients atteints du syndrome de féminisation testiculaire (à ne pas confondre avec les féministes).

Ce que c’est? C’est lorsqu’un enfant naît avec un ensemble de gènes masculins XY (rappelons que les filles ont un ensemble de gènes XX), mais que l’individu n’a pas de récepteurs sensibles à cette substance. En conséquence, une femme se développe.

Il convient de noter que la quantité d’androgènes ici est en parfait état, le corps ne les “voit” tout simplement pas.

Cette personne n’aura de poils terminaux nulle part, même aux endroits caractéristiques des femmes (pubis, aisselles). La barbe et la moustache, respectivement, seront également absentes. Mais les cheveux sur la tête seront très épais.

Et voici une autre démonstration des capacités de notre “héros”. Si un homme est castré (veuillez ne pas répéter cette expérience), sa barbe cesse de pousser et la calvitie s’arrête complètement.

Pas encore confus? Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas si important. L’essentiel est que tout ne soit pas déterminé par les androgènes. Il y a quelque chose d’autre dans le corps qui détermine comment cela fonctionnera.

À propos des récepteurs du follicule pileux

En effet, il s’est avéré que le follicule pileux lui-même joue un rôle décisif.

Dans ses structures, on peut trouver le “switch and switch” de la synthèse capillaire. Dans le même temps, la testostérone elle-même joue le rôle d’un levier exclusif.

Photo publiée avec l’aimable autorisation de www.shutterstock.com

Pour que ce levier puisse déclencher tel ou tel processus, il faut un récepteur – un “intermédiaire”. On connaît déjà le rôle important joué par cet intermédiaire dans l’exemple de la transformation d’une femme d’un homme génétique.

Même si la production d’une substance dépasse l’échelle, mais s’il n’y a pas de récepteurs, alors tout ce réseau restera littéralement un ballast inutile «par-dessus bord».

De plus, chaque structure capillaire est complètement indépendante l’une de l’autre.

C’est la base d’une greffe de cheveux réussie. L’essence du traitement est que les follicules avec l’interrupteur sont transplantés dans la zone d’amincissement. Dans le même temps, les androgènes n’endommageront plus le matériel transplanté.

Photo publiée avec l’aimable autorisation de www.shutterstock.com

Pourquoi, alors, dans un cas, on parle de croissance intense des cheveux, et dans l’autre cas, tous les mêmes composants conduisent au résultat exactement opposé ?

Comment les androgènes, les récepteurs et les gènes fonctionnent ensemble

La base de tous les processus est la génétique. Il existe un gène spécifique de perte de boucles qui peut être hérité. Soit dit en passant, il n’est pas du tout nécessaire que cela conduise inévitablement à des plaques chauves.

Pour qu’il commence à travailler, il faut le “réveiller” : tous les hommes ne sont pas condamnés à perdre leurs cheveux.

Quelqu’un jusqu’à l’âge le plus profond peut se vanter d’avoir une couverture épaisse. Et l’autre a eu moins de chance: la peau de sa tête a commencé à “briller” dès son plus jeune âge.

Les représentants des lignées du sud se distinguent par beaucoup plus de végétation que leurs adversaires du nord. Soit dit en passant, si un garçon a hérité d’un gène «chauve», cela ne signifie pas une calvitie inévitable.

Cependant, le gène doit « se réveiller » dans un follicule strictement défini. En gros, il existe des “tueurs” intégrés hérités qui, dans des circonstances favorables, “achèveront” les cheveux, provoquant une régression ou la mort.

La localisation de ces “tueurs” se fait exclusivement dans les structures capillaires du cuir chevelu. Encore une fois, il faut répéter que même la présence de tels tueurs ne signifie pas l’apparition d’un symptôme.

Les cellules de la papille pileuse, l’ancêtre du cheveu, vont soit régénérer la tige avec des facteurs de croissance, soit commencer à produire des tueurs de protéines qui détruiront le follicule.

Les capillaires sanguins s’approchent de cette papille. À travers eux, l’hormone elle-même est délivrée aux cheveux.

Que se passe-t-il ensuite ? En fait, la testostérone elle-même “traînera” au ralenti. Mais si une enzyme spécifique (5 alpha réductase) est présente, elle se transformera en son propre métabolite de combat.

Ensuite, il commencera activement à rechercher un récepteur – une “clé” qui ouvrira la porte d’une pièce secrète – un noyau cellulaire avec du matériel génétique.

En conséquence, l’attaque ira à une certaine section de l’ADN, qui commencera à produire une “arme” contre le follicule pileux. Le résultat de toute cette « opération » sera une réduction progressive de la taille du réceptacle avec la transformation de la tige terminale en vellus.

Pour que ce mécanisme fonctionne, toute la structure capillaire doit être prédisposée à la chute des cheveux.

Photo publiée avec l’aimable autorisation de www.shutterstock.com

Dans un autre cas, la chaîne d’événements sera presque la même : la présence d’un gène spécifique dans le follicule – la présence de testostérone inactive – sa transformation en principe actif à l’aide d’une enzyme – la connexion du principe actif avec le récepteur correspondant – l’activation du gène à l’aide du complexe “hormone-récepteur” – la production de facteurs de croissance.

Par conséquent, le résultat de cette séquence sera la transformation d’une tige épaisse et rigide d’un canon.

La raison en sera une localisation différente avec un matériel génétique différent. Au lieu de tueurs, la production de facteurs de croissance se produira, suivie de la création d’une nouvelle pousse.

Résumé

Pour que les cheveux sur la tête commencent à tomber, plusieurs facteurs doivent coïncider: prédisposition héréditaire, présence de clés réceptives – récepteurs, présence de testostérone inactive avec une certaine enzyme.

Toute fluctuation de l’un des composants ci-dessus brisera la chaîne des événements et empêchera la calvitie.

L’inverse est également vrai : par exemple, la sensibilité accrue des récepteurs peut compenser une faible concentration de testostérone.

C’est la base de la réfutation d’un mythe assez répandu sur la sexualité des sujets chauves. Pas forcément dans le corps il aura une quantité “brutale” d’hormones mâles, mais du fait de la susceptibilité exceptionnelle des “récepteurs”, le processus sera lancé.

Et pourquoi les femmes ont-elles des « éléments » terminaux qui poussent dans la région axillaire et pubienne, mais pas sur le visage, la poitrine, l’abdomen ou les cuisses ?

Comme nous le savons déjà, les androgènes sont également synthétisés dans le corps féminin. La majeure partie d’entre eux est utilisée dans la construction d’œstrogènes, et un petit reste est libéré dans la circulation sanguine.

C’est ce résidu qui affecte les follicules pileux. Les régions pubiennes et axillaires sont dotées par nature d’une très grande sensibilité aux androgènes, et de ce fait, même une quantité minime de testostérone suffit à l’apparition d’une végétation extensive à ces endroits.

Et pour stimuler la croissance sur le visage, la poitrine et d’autres zones, une très forte concentration de l’hormone est nécessaire, qui est normalement présente chez les hommes.

Pour les belles dames, cette situation peut survenir en raison d’une maladie. L’apparition de poils chez une femme dans des “lieux masculins” s’appelle l’hirsutisme.

Connaissant le mécanisme d’action et les caractéristiques des symptômes, je suis sûr que vous êtes vous-même capable de deviner ce qu’il faut faire. Si l’on veut supprimer l’excès de « pilosité » ou stopper la calvitie, il faut alors soit réduire la charge hormonale, ce qui n’est pas toujours possible, soit agir sur l’enzyme qui transforme l’androgène « pacifique » en un « tueur » agressif.

Cependant, en supprimant artificiellement son influence, nous attaquerons automatiquement des fonctions telles que le désir sexuel, l’éjaculation, fournissant à une personne, en plus de l’impuissance, un sein féminin. Par conséquent, le traitement ici sera pire que la maladie elle-même.

Par conséquent, il est possible d’influencer ces processus dans le corps uniquement avec l’aide d’un trichologue et d’un endocrinologue. L’utilisation indépendante et irréfléchie de tout médicament ou recette alternative peut affecter négativement d’autres domaines de la vie, même si le problème de la calvitie est résolu.

Photo publiée avec l’aimable autorisation de www.shutterstock.com

Mais en cas d’excès de poils, vous pouvez utiliser la méthode de l’électrolyse, qui est efficace même avec des troubles hormonaux.

Bien sûr, vous devez faire preuve de patience, tant pour la restauration que pour l’épilation. C’est toujours un long processus, mais réparable. Et si vous avez pu lire jusqu’à la fin de l’article, alors avec de la patience, tout va bien))) Bonne chance et beauté.

Médicalement rédigé et révisé par : Julia Nicholson, dermatologue, physiothérapeute Publié par : Olesya Smagina, directrice adjointe des centres d’épilation Beauty Universe

Syndrome métabolique et changements hormonaux chez les hommes après 30 ans

Le concept de « ménopause masculine » est rarement utilisé dans la médecine moderne, bien que les hommes soient tôt ou tard confrontés à des symptômes tels que prise de poids, dépression, diminution de la libido, problèmes cardiaques et osseux.

COÛT DU TRAITEMENT DANS NOTRE CLINIQUE À SAINT-PÉTERSBOURG

Appel gratuit : 8-800-707-1560

*La clinique est autorisée à fournir des services urologiques

Une blague cruelle est également jouée par l’opinion publique, qui n’encourage pas la manifestation de la faiblesse masculine. S’il y a beaucoup d’écrits sur la ménopause féminine sur les sites Web et les forums, beaucoup de médicaments et de compléments alimentaires sont annoncés, et il existe même des exercices et des régimes spéciaux pour les femmes “de plus de 50 ans”, alors les hommes sont dans un vide d’information. La fierté ne leur permet pas de parler de problèmes de santé avec des amis et, de plus, avec la femme qu’ils aiment.

Ménopause chez la femme, déficit en androgènes chez l’homme

La condition, qui chez les femmes est comprise comme la ménopause, chez les hommes est appelée carence en androgènes ou hypogonadisme. Contrairement au beau sexe, chez qui les ovaires arrêtent tout simplement de produire un ovule et de produire des hormones sexuelles en quantités normales pendant la ménopause, ce qui conduit à l’infertilité, dans la moitié forte de l’humanité, la principale hormone mâle, la testostérone, est produite jusqu’à un âge avancé. Certes, ses normes commencent également à décliner avec l’âge. Quelqu’un n’a pas assez d’androgènes déjà en 30 ans. Et contrairement aux femmes, de nombreux hommes restent fertiles jusqu’à un âge avancé.

L’hypogonadisme chez les hommes n’a pas de périodes telles que la ménopause féminine, qui est divisée en période préménopausique, la ménopause elle-même et la ménopause. De plus, la ménopause masculine n’a pas de limite d’âge, elle n’est donc pas prévisible.

La plupart des femmes, sachant que la ménopause est inévitable, se préparent à cet événement à l’avance : elles augmentent leur immunité, modifient leur régime alimentaire, se reposent davantage, prennent des médicaments hormonaux substitutifs. Les hommes, en règle générale, ne pensent pas à ce sujet, bien qu’ils aient le syndrome de déficit en androgènes beaucoup plus tôt que l’automne des femmes. Signes d’hypogonadisme – “ventre”, torse enflé et dépôts de graisse sous-cutanés sur les côtés. La conséquence d’un manque d’hormones androgènes est l’apathie, un regard éteint et la fatigue.

Hormones et syndrome de déficit en androgènes : normes et déviations

L’état de santé des hommes dépend en grande partie du niveau de testostérone libre (FT). La concentration maximale de l’hormone est atteinte à l’âge de 18-20 ans, puis les indicateurs se stabilisent. La barre inférieure jusqu’à 50 ans ne doit pas descendre en dessous de 8 nmol/litre, et à 60-70 ans en dessous de 6 nmol/litre.

Selon les statistiques, 13 % des hommes de moins de 50 ans ont un taux de testostérone inférieur à la norme. A 80 ans, ce chiffre couvre déjà 60% des hommes. Les statistiques ne montrent qu’une partie du problème, puisqu’elles n’incluent que les patients qui ont eux-mêmes postulé dans des établissements médicaux.

Les jeunes âgés de 16 à 20 ans subissent les inconvénients d’un taux élevé de testostérone. Ils sont énergiques, actifs, ils sont poursuivis par une sensation de faim constante, alors que les jeunes hommes à fort taux de testostérone mangent de tout et en grande quantité, mais restent minces et maigres. A cet âge, la libido des mecs explose, ils pensent tout le temps au sexe et sont prêts à s’y adonner jour et nuit.

Jusqu’à 30 ans, le fond hormonal est relativement stable. Un homme est sexuellement actif, fait carrière, fonde une famille, gagne de l’argent, travaille dur. Au fil du temps, imperceptiblement, tout commence à changer: après le travail, vous ne voulez aller nulle part – c’est beaucoup plus agréable de s’allonger. La femme n’est plus aussi attirante qu’avant et le sexe a cessé d’être un événement. Souvent, le refroidissement sexuel complet est un phénomène mutuel selon le principe “elle ne veut pas et je n’ai pas besoin”. Dans le même temps, l’âge des conjoints qui se trouvent dans une telle situation ne dépasse souvent pas 35 ans. La raison de tout est le syndrome de déficit en androgènes (SAD) chez un homme. Le principal danger de la pathologie est que ses manifestations ne se limitent pas seulement au manque de force et à l’apathie.

Conséquences du syndrome métabolique

Les conséquences graves du TAS comprennent :

  • Maladie vasculaire athérosclérotique (la testostérone est produite à partir du cholestérol à l’aide de cellules de Leydig situées dans les tubules séminifères. La testostérone elle-même est inactive. Elle est activée sous l’influence de l’enzyme 5-alpha réductase. Dans le SAD, l’enzyme est produite dans un plus petit quantité, la production de testostérone chute. L’excès de cholestérol n’a nulle part où aller et se dépose sur les parois des vaisseaux sanguins).
  • Obésité (la testostérone et l’hormone féminine sont antagonistes, une augmentation du niveau d’une hormone entraîne une chute de l’autre. Avec une augmentation de la concentration de l’hormone féminine œstrogène, les graisses et les glucides des aliments se transforment en dépôts sur les hanches et abdomen. La silhouette d’un homme devient enflée et gonflée. Plus le poids est élevé, moins la testostérone est produite dans le corps).
  • Prédiabète . La testostérone augmente la sensibilité à l’insuline. En conséquence, avec une baisse du niveau de l’hormone mâle, la sensibilité du corps à l’insuline diminue et le diabète de type 2 se développe.
  • Dysérection. La pathologie est causée par des lésions athérosclérotiques des vaisseaux et des artères qui alimentent les testicules et la prostate. Chez l’homme, cela se traduit par une diminution de la durée de l’érection, une éjaculation précoce, une perte de sensibilité du gland du pénis. En Europe, il est considéré comme normal que les personnes de plus de 60 ans aient 1 à 2 rapports sexuels par semaine. De nombreux couples âgés de plus de 40 ans ont des relations sexuelles plusieurs fois par mois. Dans le même temps, la qualité du sexe ne laisse pas de satisfaction, provoquant une insatisfaction à l’égard de la vie de famille et d’un partenaire.
  • Cancer de la prostate . La prostate remplit un certain nombre de fonctions : retient l’urine, produit l’éjaculat, traite la testostérone. Avec une pénurie de l’hormone, les cellules sont inactives et mutent avec le temps. L’excès de testostérone affecte également négativement la prostate et provoque également le cancer. Mais les cellules cancéreuses dans ce dernier cas sont moins agressives, et après la chirurgie et la chimiothérapie, le patient a plus de chances de se rétablir complètement. Avec un déficit en testostérone, les cellules mutées métastasent rapidement et ne se prêtent pratiquement pas à la chimiothérapie).
  • Ostéoporose et fragilité osseuse. La testostérone affecte la densité osseuse. L’hormone stimule la production d’ostéoblastes – de jeunes cellules osseuses. Il maintient également la composition minérale des os. Avec une diminution de la testostérone, il y a un risque de fractures, le tissu osseux devient plus poreux.

Quels sont les symptômes de l’hypoandrogénie ?

La prise de poids seule ne peut pas être considérée comme un signe de carence en androgènes. A 30 ans, le métabolisme n’est en tout cas plus le même qu’à 20 ans. Mais le manque de testostérone affecte la localisation de la graisse corporelle. Par conséquent, vous pouvez discerner le manque d’androgènes en regardant les contours de la figure et en écoutant vos propres sentiments :

  • La graisse est située sur le ventre, la silhouette perd sa netteté des contours.
  • Progressivement, des amas graisseux se développent selon le type féminin : sur les hanches, l’arrière des bras, la face interne des cuisses.
  • En proportion, les épaules paraissent plus étroites que les hanches.

La santé d’un homme commence à se développer selon le principe féminin. Il éprouve les mêmes sensations que les femmes ménopausées, à savoir :

  • Problèmes végétatifs-vasculaires : teint rose vif, « bouffées de chaleur », nuque, joues, poitrine couvertes de taches rouges, rythme cardiaque accéléré, sauts de tension artérielle, respiration difficile, maux de tête.
  • Troubles psychologiques : perte de concentration de la mémoire et de l’attention, troubles du sommeil, augmentation de la fatigue, apparition d’un état dépressif. Il arrive que sous l’influence du SAD, les hommes recourent à des tentatives de suicide dans un contexte de bien-être relatif dans la vie.
  • Troubles de l’appareil reproducteur : dysfonction érectile, diminution de la libido, augmentation de la miction.
  • Troubles somatiques : diminution de la densité osseuse, diminution de la masse musculaire, hypertrophie mammaire, atrophie cutanée, perte de la racine des cheveux secondaire.
  • Troubles endocriniens : c’est sur fond de déficit androgénique que se développe le prédiabète ou diabète de type 2.

Les hommes, par orgueil, n’avouent pas leurs problèmes de santé. Souvent, des représentants de la moitié forte de l’humanité sont littéralement traînés par des épouses ou d’autres parents pour examen chez un urologue ou un endocrinologue. Mais le syndrome de déficit en androgènes est mortel !

L’excès de cholestérol, formé en raison d’une diminution de la production de testostérone, se dépose sur les vaisseaux du cœur et du cerveau. La mort après une crise cardiaque d’un jeune homme à l’âge de 30-35 ans est un choc pour ses proches. Le syndrome métabolique et le déclin précoce des hormones androgènes sont souvent héréditaires, ils peuvent donc être prédits et traités. En effet, contrairement à la génération des années 50 et 60, les jeunes modernes sont plus informés et ont accès à diverses méthodes de diagnostic.

Signes de troubles hormonaux

Vous pouvez identifier les problèmes hormonaux de votre conjoint par les signes suivants :

  • le conjoint a plus de 30 ans et il a l’air de 10 à 15 ans de plus que son âge;
  • un homme auparavant sexuellement actif perd soudainement tout intérêt pour le sexe, passe du temps sur le canapé, mais dans d’autres domaines de la vie, il reste aimant et attentionné ;
  • le sexe a perdu de son éclat, un homme a une éjaculation précoce ou une érection disparaît ;
  • le mari est dans un état dépressif sans raison apparente, il a de l’apathie, il n’y a pas de sentiment de joie ;
  • le poids a augmenté, l’estomac est apparu, l’homme était flasque et «nageait»;
  • le conjoint habituellement actif et joyeux est devenu somnolent;
  • un homme perd brusquement des cheveux sur sa tête, sur sa poitrine et sur d’autres parties du corps;
  • le mari a commencé à avoir mauvaise mine, son visage est souvent gonflé, les érections spontanées ont disparu le matin.

L’hormonothérapie substitutive ravive complètement une personne qui a perdu tout intérêt pour la vie, mais vous devez commencer le traitement aux premiers stades de la maladie. L’espérance de vie moyenne pour un homme de 62 ans n’est pas la norme, c’est la conséquence d’une attitude négligente envers sa santé.

Avec un résultat favorable, un homme vit non seulement jusqu’à 85-90 ans, mais reçoit également la joie de vivre. De nombreux problèmes « séniles » : dépression endogène, faiblesse musculaire, déséquilibre psycho-émotionnel, peuvent être évités si les niveaux de testostérone sont rétablis à temps.

Un traitement tardif aux hormones, si le patient a déjà développé de l’ostéoporose, de l’obésité, une maladie vasculaire athéroscléreuse, un état pré-infarctus, ne fera que réduire les manifestations des problèmes, mais ne les éliminera pas. C’est pourquoi il est si important de ne pas manquer le stade initial de la carence en androgènes.

Quel médecin contacter pour l’hypogonadisme et autres troubles hormonaux

Le syndrome métabolique chez l’homme est un trouble complexe affectant les sphères endocrinienne, sexuelle et cardiovasculaire. Un spécialiste étroit de ce problème est un urologue-andrologue. On peut s’adresser et à l’endocrinologue.

Les andrologues urologues sont engagés non seulement dans la restauration des niveaux hormonaux, mais également dans le traitement de l’infertilité – l’un des effets secondaires de la carence en androgènes.

Quels tests faut-il faire pour le déficit hormonal chez les hommes

Si un homme a des problèmes de santé et qu’il admet ou admet qu’il a un syndrome métabolique, le médecin prescrira les tests les plus simples qui révèlent des problèmes de santé.

  • Tour de taille : s’il dépasse 102 cm, c’est déjà un problème ;
  • test sanguin pour le mauvais cholestérol (triglycérides): la norme pour un homme est de 0,5 à 3,7 mmol;
  • un test sanguin pour le bon cholestérol, dont la norme n’est pas inférieure à 50 mg / dl;
  • mesure de la pression artérielle : la norme est de 120/80 ;
  • un test sanguin pour le sucre (la norme est inférieure à 5,5 mmol l)

En eux-mêmes, les résultats des tests n’indiquent pas la présence de la maladie, mais identifient seulement un groupe à risque. Sur la base des données obtenues, un examen plus détaillé peut être nécessaire.

La réponse exacte n’est donnée que par une analyse complète du fond hormonal :

  • Dihydrotestérone . C’est l’hormone la plus importante dans le corps masculin. Il affecte la région génitale, empêche le développement d’un adénome ou d’un cancer de la prostate. La majeure partie de la dihydrotestostérone est produite par les testicules, le niveau de l’hormone fluctue tout au long de la vie. La norme est considérée comme étant de 250 à 990 pg / ml. Cela s’applique aux hommes âgés de 20 à 60 ans, puis le chiffre diminue légèrement. Le dépassement du niveau de dihydrotestostérone entraîne une calvitie précoce (à l’âge de 20 ans), des tumeurs de la prostate et une pilosité corporelle excessive. L’hormone est abaissée avec une carence en androgènes et le début de la ménopause chez les hommes.
  • Hormone folliculo-stimulante (FSH) . Il est également produit par le corps masculin et est responsable de la production de sperme. Indicateur de norme FG 1,37-13,58 mU / l. Toute anomalie nécessite un traitement hormonal. À de faibles niveaux de FG, l’infertilité survient.
  • hormone lutéinisante (LH). Cela dépend de l’efficacité avec laquelle la testostérone sera produite. Avec un manque de LH, on peut parler d’insuffisance rénale, avec un excès – inflammation de la glande pituitaire. Réduit le niveau d’hormone lutéinisée, l’obésité, les médicaments, le tabagisme.
  • Prolactine . Cette hormone est principalement associée aux femmes qui sont activement produites pendant la grossesse. Mais chez les hommes, la prolactine joue également un rôle important. Il maintient la qualité des spermatozoïdes en déterminant la composition optimale de l’éjaculat. À bien des égards, la libido masculine et la capacité d’avoir des rapports sexuels dépendent de la prolactine. La norme de l’hormone est de 2,5 à 15 ng / ml. Une augmentation de l’indicateur indique un dysfonctionnement du fonctionnement des reins, du foie, une inflammation ou une tumeur de l’hypophyse, des problèmes de glande thyroïde. De plus, l’augmentation de la prolactine est favorisée par l’utilisation d’antidépresseurs. Une diminution de la prolactine conduit à l’infertilité masculine.
  • Déhydroépiandrostérone . L’hormone est produite par les glandes surrénales. La norme est de 3,7 à 16,1 µmol / l chez les hommes de 20 à 55 ans. Après 60 ans, les niveaux d’hormones chutent. De faibles niveaux de DHEA indiquent une carence en androgènes, des problèmes avec le cortex surrénalien, etc. Le manque de l’hormone conduit à l’apathie, une diminution de la qualité de vie.
  • Mélatonine . La carence en androgènes s’accompagne de troubles du sommeil. La plupart des personnes âgées ont du mal à dormir, se réveillent tôt, dorment 3 à 4 heures par jour. Ceci est causé par une baisse du niveau de mélatonine, qui est produite par la glande pinéale. Elle est également responsable des biorythmes gonadiques (érection, émissions matinales). Dans certains cas, un faible taux de mélatonine indique un syndrome androgénique.
  • Leptine . C’est un acide aminé impliqué dans les processus métaboliques. La norme pour la leptine est de 0,5 à 13,8 ng / ml, bien que différents laboratoires utilisent différents réactifs et méthodes de mesure. Avec un niveau insuffisant de testostérone, la leptine commence à redistribuer le tissu adipeux.
  • T3, T4 et TSH . L’hypothyroïdie (faible production d’hormones thyroïdiennes) entraîne une diminution de la production d’hormones sexuelles.

Quels examens supplémentaires sont prescrits pour le déficit en androgènes

En raison du fait que l’hypogonadisme est un déclencheur du développement des tumeurs de la prostate, les hommes chez qui les tests hormonaux ont révélé des anomalies se voient prescrire une échographie de la prostate et des testicules. L’examen est réalisé par voie transrectale (par le rectum). Les résultats seront plus précis qu’avec un examen transabdominal.

Traitement des problèmes hormonaux chez les hommes

Après avoir passé tous les tests, l’urologue prescrit une hormonothérapie. La concentration et la composition des préparations hormonales sont soigneusement calculées et peuvent changer pendant le traitement. Toute la période de traitement devra être testée pour les hormones. Le médecin prescrit également un traitement concomitant pour d’autres problèmes. Beaucoup d’hommes ont des IST latentes et d’autres problèmes de santé.

Le coût de l’hormonothérapie dépend du nombre de tests et d’échographies nécessaires, ainsi que de la gravité des troubles hormonaux.

Le traitement du déficit identifié en androgènes est prescrit exclusivement par un médecin. L’auto-administration incontrôlée de testostérone entraînera le développement de processus oncologiques dans la prostate. Seules une étude approfondie et une consultation avec un urologue spécialisé aideront un homme à rétablir les niveaux hormonaux et à éviter une ménopause précoce.

Testostérone libre – analyse, normes, haut, bas

Développeur de sites Web, journaliste, éditeur, concepteur, programmeur, rédacteur. Expérience professionnelle – 25 ans. Domaine d’intérêt : les dernières technologies en médecine, contenu web médical, photo professionnelle, vidéo, web design. Objectifs : Aussi ambitieux que possible.

  • Article publié : 15.03.2022
  • Temps de lecture : 5 minutes de lecture

Le test de testostérone gratuit est pratiqué sur les hommes et les femmes en cas de troubles hormonaux lorsqu’ils reçoivent un mauvais résultat au test de testostérone totale. La sécrétion de l’hormone dépend du fonctionnement des ovaires, des glandes surrénales, des testicules, de l’hypophyse et de l’hypothalamus.

Qu’est-ce que la testostérone libre ?

La testostérone est la principale hormone androgène produite chez l’homme à partir du cholestérol par les cellules de Leydig des testicules (dans 95%) ou par la conversion des androgènes par les glandes surrénales (5%). Chez les femmes, 50 à 60% sont représentés par le métabolisme périphérique de l’androstènedione et, en petites quantités, ils sont sécrétés par les ovaires et les glandes surrénales. Les métabolites de la testostérone sont excrétés dans l’urine sous forme de 17-cétostéroïdes.

La testostérone libre (fT, FTST) est une fraction de la testostérone totale, mais non liée aux protéines plasmatiques qui transportent les hormones. Cette petite partie de la piscine est d’une grande importance dans le diagnostic des troubles hormonaux.

Différence entre la testostérone totale et libre

L’hormone présente dans le sang se présente sous deux formes :

  • libre;
  • associés aux protéines plasmatiques – albumine ou globuline (SHBG).

La grande majorité de l’hormone est présente dans le sang sous forme liée. La testostérone circule en forte association avec la SHBG (environ 55% du total) et en faible association avec l’albumine (moins de 44%).

La fraction libre directement disponible pour les cellules – la testostérone libre et la DHT (dihydrotestostérone) représentent 1 à 4 % du TT total chez les hommes. La limite supérieure est notée chez les athlètes. Chez les femmes, il est de 1 à 2 %.

La testostérone libre a un effet biologiquement actif et sa concentration ne dépend pas de la concentration de protéines plasmatiques. Par conséquent, la concentration de testostérone libre dans le sang est un paramètre important utilisé dans le diagnostic des troubles hormonaux.

Testostérone libre – signification dans le corps

La testostérone est une hormone sexuelle.

Chez les hommes, il est responsable de :

  • développement des organes reproducteurs mâles dans l’embryon;
  • puberté chez les garçons et caractères sexuels tertiaires : diminution du timbre de la voix, augmentation de la masse musculaire, apparition de poils faciaux et de poils masculins ;
  • le processus de spermatogenèse (la formation de cellules reproductrices mâles – spermatozoïdes) et la fertilité masculine;
  • croissance des tissus osseux et musculaires;
  • régulation de la pression artérielle;
  • réduction de la graisse corporelle;
  • bon fonctionnement du système immunitaire.

Bien que la concentration de testostérone chez les femmes soit plusieurs fois inférieure à celle des hommes, son rôle est également important. Cela affecte:

  • sur la minéralisation osseuse ;
  • régulation de la libido;
  • fonctionnement normal des ovaires.

Les violations de la concentration de testostérone menacent l’infertilité, les problèmes de maintien de la grossesse et peuvent également être un symptôme du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK).

La sécrétion de l’hormone dépend du bon fonctionnement des gonades (ovaires ou testicules), des glandes surrénales, de l’hypophyse, de l’hypothalamus. Les violations du fonctionnement de l’un de ces organes entraînent une diminution ou une augmentation du niveau de testostérone totale et libre. Par conséquent, une mauvaise analyse de la testostérone indique, entre autres, des maladies des organes endocriniens.

Quand est-ce qu’une analyse pour la testostérone et Testosterone Free est prescrite ?

Les mesures de la testostérone totale et libre dans le sang périphérique sont importantes pour évaluer l’androgénisation et le vieillissement du corps. Les conséquences d’un déficit en testostérone varient selon le stade de développement auquel la réserve hormonale a été perturbée. Un exemple est les conséquences d’une lésion testiculaire provoquant un hypogonadisme primaire, selon la période de la lésion (fœtale, prépubère, postpubère).

L’androgénisation (changements et conditions dépendant de la testostérone) comprend :

  • différenciation des organes génitaux dans la vie du fœtus;
  • développement de caractères sexuels secondaires;
  • début de la production de sperme pendant la puberté;
  • atteindre une masse musculaire et osseuse normale;
  • distribution du tissu adipeux dans la période masculine.

La testostérone affecte la libido masculine, le comportement et la fonction sexuelle (érection et fertilité), ainsi que le développement cognitif et le bien-être.

Indications pour le test de testostérone totale :

  • androgénisation anormale chez l’homme et la femme (hyperandrogénisation conduisant à la déféminisation et à la masculinisation) ;
  • hypogonadisme primaire (gonadique – fonction testiculaire anormale ou insuffisante) et secondaire, hypothalamo-hypophysaire (hypergonadotrope);
  • troubles de la fertilité masculine et féminine (syndrome des ovaires polykystiques);
  • symptômes de virilisation et d’hirsutisme chez les femmes; ;
  • tumeurs ovariennes et surrénaliennes et hypertrophie surrénalienne chez la femme;
  • troubles de l’axe hypothalamo-hypophyso-gonadique.

La détermination des niveaux de testostérone libre est nécessaire si le résultat d’un test de testostérone totale est en dehors de la plage normale ou si le résultat est considéré comme non fiable, par exemple, à la suite de modifications des taux de protéines plasmatiques chez les patients insuffisants rénaux ou hépatiques.

Le test de testostérone libre est également effectué:

  • en cas de symptômes indiquant une violation de la puberté chez les garçons;
  • couples infertiles;
  • les hommes souffrant de troubles de la libido et de dysfonction érectile ;
  • femmes présentant des signes de virilisation (caractéristiques sexuelles masculines) – pilosité corporelle excessive (hirsutisme), physique masculin, modification de la couleur de la voix, acné, calvitie masculine.

Comment la testostérone libre est-elle testée ?

Le niveau de testostérone libre est déterminé dans le sang. Vous pouvez venir à l’analyse sans préparation.

Niveaux de testostérone libre

La concentration de testostérone présente des fluctuations diurnes (maximum entre 4h00 et 8h00), change significativement avec l’âge et dépend du poids corporel et du type d’activité physique (court-long terme). Chez les femmes, cela dépend aussi de la phase du cycle menstruel.

Tableau 1. Fourchettes de référence de testostérone pour les hommes et les femmes

Sol Norme de testostérone
Femmes 0,2-1,5 pg/ml
Hommes 2,6–10 pg/ml

Faible taux de testostérone libre – causes et symptômes de carence chez les femmes et les hommes

La carence en testostérone libre chez l’adulte entraîne des symptômes qui augmentent en intensité avec la durée de la maladie, entraînant une diminution des niveaux d’hormones. Si le niveau de testostérone libre du patient est faible, d’autres tests de diagnostic doivent être effectués pour identifier la cause de ces troubles.

De faibles niveaux de testostérone libre chez les hommes se manifestent par :

  • impuissance, infertilité, dysfonction érectile;
  • diminution de la masse musculaire tout en augmentant la quantité de graisse dans le corps ;
  • réduire la quantité de poils sur le corps;
  • augmentation mammaire (gynécomastie);
  • difficulté de concentration;
  • détérioration de l’humeur.

La diminution de la testostérone chez les hommes est un facteur de risque de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires, de syndrome métabolique et d’ostéoporose.

Chez les femmes ayant de faibles niveaux de testostérone libre, les symptômes sont moins prononcés. Ce:

  • troubles de l’humeur;
  • diminution de la masse musculaire et de la densité osseuse;
  • faible libido.

Raisons courantes d’une diminution du FTST :

ou des ovaires ;

  • les maladies génétiques, telles que le syndrome de Klinefelter ;
  • tumeurs ou dommages mécaniques aux testicules, par exemple à la suite d’un accident ou d’une maladie virale;
  • tumeurs, maladies de l’hypophyse, hypothalamus;
  • pathologie des glandes surrénales;
  • hyperprolactinémie;
  • déterminants génétiques; ;
  • hypothyroïdie, hyperthyroïdie;
  • le syndrome néphrotique;
  • cirrhose; ;
  • changements associés au vieillissement;
  • boire de l’alcool, fumer, mauvaises habitudes alimentaires.

De plus, la testostérone libre diminue lors de la prise de médicaments androgènes.

Testostérone libre élevée – causes et symptômes d’excès chez les hommes et les femmes

Chez les femmes, un taux élevé de testostérone est causé par le cancer de l’ovaire, l’hypertrophie et le cancer des surrénales. Un taux élevé de cette hormone se manifeste par des symptômes de virilisation (traits masculins) :

  • baisser le timbre de la voix;
  • modification de la structure corporelle;
  • croissance des cheveux de type masculin (hirsutisme);
  • calvitie.

Un excès constant de testostérone libre entraîne de l’acné, une prise de poids, des troubles menstruels, l’infertilité. Par conséquent, avec des résultats de test anormaux, un traitement par un endocrinologue est toujours nécessaire.

Chez les hommes, les concentrations élevées de testostérone libre sont très rares et un résultat de test accru est plus souvent associé à la prise de médicaments à base de testostérone, tels que le dopage ou les médicaments pharmacologiques sous forme de comprimés ou d’injections. La prise de médicaments contenant de la testostérone n’est possible que sur prescription d’un médecin, car une augmentation excessive de la concentration de l’hormone entraîne des complications dangereuses.

Causes courantes d’élévation du FTST :

:

  • tumeur ovarienne polykystique (SOPK);
  • hypertrophie et dysfonctionnement des glandes surrénales;
  • Syndrome de Cushing;
  • tumeurs testiculaires; , leptine;
  • obésité;
  • d’autres problèmes hormonaux, tels qu’un taux élevé de progestérone.

Traitement des maladies associées à la testostérone libre

La plupart des maladies qui affectent les niveaux de testostérone sont traitées efficacement, ce qui entraîne une régulation progressive des niveaux d’hormones. Si la concentration de testostérone libre est très faible, le médecin peut également décider d’un traitement pharmacologique à base de testostérone sous forme de gels, d’injections, de patchs ou de comprimés. En raison des effets secondaires possibles et de la nécessité de sélectionner une dose individuelle de l’hormone, le traitement doit être effectué sous la supervision d’un spécialiste expérimenté.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *