rêver

Comment regardez-vous l’estomac

Rédactrice médicale : Strokina O.A. – Thérapeute, docteur en diagnostic fonctionnel.
janvier 2019.

La gastroscopie est une méthode d’examen endoscopique de l’estomac avec son examen visuel à l’aide d’un instrument spécial – un gastroscope avec éclairage et une caméra. Le gastroscope est inséré par la bouche et l’œsophage dans la cavité de l’estomac.

La gastroscopie est généralement prescrite comme l’une des composantes de l’œsophago-gastro-duodénoscopie (EGDS) ou séparément, selon le but de l’étude et les capacités de l’équipement.

Contents

Indications de la gastroscopie

La liste des indications de la gastroscopie est très longue, elle est indiquée pour toutes les maladies du système digestif supérieur et de l’estomac, de plus, la gastroscopie est également utilisée pour traiter certaines maladies gastriques.

La procédure est prescrite en présence de douleurs à l’estomac, de brûlures d’estomac fréquentes, d’éructations, de nausées et de vomissements, avec une lourdeur et une plénitude constantes dans l’estomac.

De plus, la gastroscopie est applicable dans les cas suivants :

  • suspicion de maladies de l’oesophage, oesophagite, sténose de l’oesophage, RGO (reflux gastro-oesophagien);
  • suspicion de corps étranger dans l’œsophage et l’estomac ;
  • maladies de l’estomac (gastrite, ulcère peptique, polypes et cancer de l’estomac),
  • biopsie de l’œsophage ou de l’estomac;
  • arrêter le saignement des varices de l’œsophage,
  • bougienage de l’œsophage;
  • élimination des polypes;
  • arrêter le saignement des ulcères d’estomac;
  • application de médicaments directement sur les érosions et les ulcères.

La gastroscopie peut également être utilisée dans d’autres cas lorsqu’il est nécessaire de donner accès aux muqueuses de l’œsophage et de l’estomac, ainsi que de diagnostiquer.

Contre-indications

La gastroscopie est une méthode d’examen assez sûre et simple, mais malgré cela, il existe certaines contre-indications.

Les contre-indications absolues incluent :

  • choc;
  • essoufflement sévère avec réduction du taux d’oxygène dans le sang ; au stade aigu;
  • accident vasculaire cérébral; ;
  • coma (sauf les situations où le patient est intubé) ;
  • convulsions;
  • perforation de l’œsophage, de l’estomac.

Les contre-indications relatives comprennent un groupe assez important de maladies et d’affections – insuffisance cardiaque et pulmonaire grave, troubles hémorragiques (coagulopathie), affection après une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral il y a moins de six mois, maladies graves du système nerveux, affections dans lesquelles le patient ne peut pas exécuter indépendamment les commandes d’un médecin (par exemple, obésité sévère, malnutrition générale), augmentation de la glande thyroïde, spasmes et rétrécissement cicatriciel de l’œsophage, déformation sévère de la colonne vertébrale,

Si le patient présente des processus aigus de l’oropharynx, un nez qui coule, des ganglions lymphatiques rétrosternaux et cervicaux élargis, de grands diverticules de l’œsophage, l’endoscopiste doit être informé

Préparation à la gastroscopie

Pour que l’étude fournisse un maximum d’informations pour le diagnostic des maladies de l’œsophage et de l’estomac, une bonne préparation est importante.

Tout d’abord, il est nécessaire de signaler au médecin les allergies aux médicaments, en particulier aux médicaments pour l’anesthésie locale, et également de l’informer de l’utilisation constante de médicaments.

Il est également important de nommer les maladies chroniques – problèmes cardiaques, sanguins, respiratoires.

Vous ne devez pas manger avant la gastroscopie pendant au moins 8 heures afin que l’estomac soit complètement vide. Il est interdit de prendre des liquides 1 à 2 heures avant la procédure. La présence de nourriture dans l’estomac rend le diagnostic et le diagnostic difficiles.

Méthodologie

La gastroscopie est réalisée dans la salle d’endoscopie. Le diagnostic est établi sur la base de l’image vue. Si nécessaire, une biopsie et des traitements d’urgence (arrêt du saignement des vaisseaux sanguins, ablation des polypes) sont pratiqués.

Un appareil d’endoscopie (endoscope) est un mince tube flexible à fibre optique qui est stérilisé avant chaque examen. À son extrémité, il y a une caméra et un rétro-éclairage.

Le médecin, lors de l’examen sous contrôle visuel, insère doucement l’instrument à travers la cavité buccale dans l’œsophage et l’estomac (si nécessaire, puis dans l’intestin).

L’image est transmise au moniteur et, si nécessaire, peut être écrite sur disque, approchée et examinée en détail.

Sentiments pendant la gastroscopie

Bien que la procédure ne soit pas douloureuse, les sensations peuvent causer un certain inconfort. Elle dure en moyenne 15 à 20 minutes.

Cependant, le personnel fera tout son possible pour faciliter la procédure : si le patient est nerveux, des injections sédatives peuvent être utilisées, et pour faciliter le passage de l’endoscope à travers le pharynx, il est irrigué avec une solution anesthésique (le plus souvent de la lidocaïne 1% la solution). Un embout buccal en plastique est inséré entre les dents afin de ne pas mordre le tube de l’endoscope.

Lors de l’insertion du tube, vous devez respirer profondément et vous détendre, parfois le médecin vous demandera d’avaler. Un peu d’air est fourni par le tube pour redresser les parois de l’œsophage et de l’estomac.

Après l’étude, pendant la journée, il peut y avoir une sensation désagréable dans la gorge, qui disparaît progressivement. La nourriture peut être prise 1 heure après l’étude.

Complications

La gastroscopie est une procédure bien établie et bien établie, elle est réalisée même pour les petits enfants. Les complications sont extrêmement rares, dont les plus graves peuvent être une perforation de la paroi de l’œsophage ou de l’estomac, ainsi que des saignements dus à des dommages aux parois lors d’une biopsie ou d’une manipulation.

Résultats de la gastroscopie

Au cours de la gastroscopie, il est possible de confirmer ou d’infirmer le diagnostic d’œsophagite, d’ulcère peptique de l’œsophage et de maladies fonctionnelles, ainsi que de diagnostiquer une gastrite, un ulcère gastrique, des polypes et d’autres maladies.

Dans les situations d’urgence, la gastroscopie est un moyen simple et facile d’arrêter le saignement des vaisseaux de l’estomac en cas d’ulcère peptique et de contrôler davantage la guérison.

Par rapport à d’autres méthodes (rayons X), la gastroscopie a l’avantage d’être plus informative, moins invasive et sans exposition aux radiations.

La méthode est largement utilisée depuis plus d’une décennie et aide au diagnostic et au traitement efficaces des problèmes d’œsophage et d’estomac.

  • Kapralov N.V., Sholomitskaya I.A. Méthodes instrumentales de diagnostic en gastro-entérologie. — Minsk BSMU, 2015.

Important! Tous les documents sont fournis à titre indicatif uniquement et ne constituent en aucun cas une alternative à une consultation en personne avec un spécialiste.

Ce site utilise des cookies pour identifier les visiteurs du site : Google analytics, Yandex metrica, Google Adsense. Si cela ne vous convient pas, veuillez visiter cette page de manière anonyme.

Gastroscopie

La gastroscopie est une procédure de diagnostic qui permet d’évaluer une variété de symptômes, notamment des douleurs épigastriques persistantes, des nausées, des vomissements ou des troubles de la déglutition, ainsi que de trouver et de traiter la cause des saignements gastro-intestinaux supérieurs. La gastroscopie est également une étude plus précise que les méthodes fluoroscopiques pour détecter les modifications de la membrane muqueuse de l’œsophage, de l’estomac et du duodénum, ​​caractéristiques de l’inflammation, de l’érosion, des ulcères, des processus oncologiques ou autres. Un spécialiste peut effectuer une endoscopie supérieure pour effectuer une biopsie (obtention d’échantillons de tissus mous) dans le diagnostic différentiel des néoplasmes bénins et malins, ainsi que pour diagnostiquer la maladie coeliaque ou effectuer un test pour Helicobacter pylori, une bactérie qui provoque une gastroduodénite récurrente, ulcère peptique de l’estomac ou du duodénum. La gastroscopie est également utilisée à des fins médicales, pour arrêter les saignements, enlever les polypes ou appliquer des médicaments topiques.

Comment se préparer à la procédure

La préparation de la procédure a des caractéristiques spécifiques, car la procédure est effectuée strictement à jeun, car la nourriture consommée vous empêchera de voir tous les changements dans la muqueuse. Par conséquent, il est recommandé de ne pas manger, boire ou fumer au moins 6 heures avant l’intervention.

Si, néanmoins, il est nécessaire de boire de l’eau, par exemple pour boire des médicaments vitaux pour le patient, ils peuvent être pris avec de petites gorgées d’eau, mais il est nécessaire d’en informer le médecin qui mène l’étude. En raison du fait que la procédure est effectuée à jeun, les patients se voient prescrire un examen le matin.

Les patients asthmatiques sont autorisés à utiliser un inhalateur si indiqué. Il est conseillé aux fumeurs de ne pas fumer au moins 6 heures avant l’intervention.

Il est très important d’informer le médecin 5 jours avant la gastroscopie de tous les médicaments que le patient prend, car des ajustements posologiques peuvent être nécessaires, voire l’arrêt complet de certains médicaments tels que les suppléments de fer, les antiacides, les antisécrétoires et les anticoagulants. Discutez avec votre médecin de toute allergie aux médicaments, ainsi que des comorbidités telles que les maladies cardiaques ou pulmonaires.

Régime avant gastroscopie

A la veille de l’endoscopie, le régime alimentaire doit être le plus léger possible tout au long de la journée précédente, le soir un dîner léger sous forme de légumes mijotés avec du poulet bouilli ou du poisson. Dans ce cas, la portion est censée ne pas dépasser 350 grammes. De plus, le régime de jeûne pendant 12 heures avant l’étude, car pendant ce temps, l’estomac a le temps de digérer et d’évacuer complètement les aliments consommés.

Le volume de liquide bu à jeun ne doit pas dépasser 300 ml, sa plus grande quantité peut provoquer des vomissements lors de l’introduction de l’endoscope; seule l’eau est autorisée à boire, car d’autres liquides peuvent provoquer la production d’acide chlorhydrique.

Dans ces conditions, la procédure de gastroscopie sera réussie et informative.

Indications de la gastroscopie

Au cours de la gastroscopie, le médecin visualise la membrane muqueuse du tractus gastro-intestinal supérieur, y compris l’œsophage. La procédure de gastroscopie est sûre et efficace et, dans de nombreux cas, remplace l’utilisation de la fluoroscopie pour détecter toute anomalie du duodénum, ​​de l’estomac ou de l’œsophage.

Grâce au gastroscope, le médecin peut prélever des échantillons de la muqueuse pour examen et obtenir des images vidéo à l’aide d’un capteur vidéo installé à l’extrémité du gastroscope. L’étude peut être enregistrée sur bande vidéo et utilisée pour une comparaison diagnostique ultérieure.

Les patients doivent souvent subir un examen gastroscopique en raison de symptômes de dyspepsie, qui peuvent généralement être traités avec des médicaments. Parfois, la cause de la dyspepsie est un ulcère peptique, et on sait maintenant que de nombreux ulcères sont causés par une infection bactérienne de l’estomac. Biopsie – prélever une petite section de la membrane muqueuse avec un examen histologique ultérieur et est réalisée pendant la gastroscopie pour déterminer la présence d’un agent infectieux ou d’une autre anomalie. Chez un très petit nombre de patients atteints de dyspepsie, une biopsie peut diagnostiquer des tumeurs malignes du tube digestif supérieur ou des conditions qui précèdent la malignité, ce qui est très important à des fins thérapeutiques et diagnostiques. D’autres recherches peuvent être planifiées pour assurer le traitement le plus efficace.

  1. pour identifier les modifications du tractus gastro-intestinal supérieur, en particulier l’inflammation de l’œsophage (œsophagite) ou de l’estomac (gastrite), le reflux gastro-œsophagien (RGO), le rétrécissement (rétrécissement) de l’œsophage, les varices de l’œsophage, l’œsophage de Barrett, qui peuvent augmenter considérablement le risque de développer un cancer de l’œsophage, une hernie hiatale, un ulcère, un cancer;
  2. trouver la cause des vomissements sanglants ou de l’hémoptysie ;
  3. déterminer la cause des symptômes tels que douleurs abdominales ou ballonnements, difficulté à avaler (dysphagie), vomissements ou perte de poids inexpliquée
  4. trouver la cause de l’infection;
  5. contrôler la cicatrisation des ulcères pendant le traitement;
  6. voir l’intérieur de l’estomac et de l’intestin grêle supérieur (duodénum) après la chirurgie.

La gastroscopie peut également être réalisée dans les cas suivants :

  1. détecter un traumatisme à l’œsophage en cas d’urgence (par exemple, avec une brûlure chimique);
  2. pour la biopsie d’échantillons de tissus qui doivent être soumis à un examen histologique ;
  3. éliminer les polypes de l’intestin grêle, de l’estomac et de l’œsophage;
  4. pour traiter les saignements gastro-intestinaux supérieurs, qui peuvent provoquer une anémie ;
  5. pour enlever les corps étrangers avalés.

Sédation et anesthésie

Avant la procédure de gastroscopie, la gorge du patient est traitée avec de la lidocaïne afin de réduire la douleur et d’autres effets négatifs qui se produisent lors de l’introduction de l’endoscope. À la demande du client, une gastroduodénoscopie de l’estomac est réalisée sous anesthésie. Dans ce cas, une anesthésie intraveineuse est réalisée, ce qui provoque une relaxation et un sommeil léger. Les patients se réveillent en moins d’une heure, mais les effets des médicaments durent plus longtemps, il n’est donc pas prudent de conduire avant le lendemain. L’anesthésie générale pour des raisons médicales n’est prévue que dans des cas particuliers (chez les jeunes enfants et lors de la planification d’interventions très complexes).

Types de gastroscopie

Les endoscopes modernes dans la partie inférieure de la poignée sont équipés d’un canal d’instrument à travers lequel, si nécessaire, à tout moment, vous pouvez passer un instrument pour une biopsie, un traitement ou une autre manipulation. Ces outils de remplacement comprennent :

  • des pinces flexibles, qui sont utilisées pour saisir un échantillon de tissu ;
  • pince à biopsie pour prélever un échantillon de tissu ou une masse suspecte ;
  • une brosse de cytologie, qui sert à prélever des échantillons de cellules ;
  • forceps de retrait de suture.

L’endoscopie peut être non seulement une procédure diagnostique, mais également thérapeutique, elle peut être utilisée pour effectuer:

  1. chirurgie laparoscopique chirurgicale, ne pratiquant que de petites incisions sur la peau;
  2. thérapie endoscopique au laser utilisant un rayonnement laser délivré par le dispositif laser au site d’exposition à travers le guide de lumière, qui est passé à travers le canal de travail du dispositif [1] ;
  3. l’ablation par micro-ondes, qui utilise les technologies hyperthermiques d’ablation thermique interstitielle des tumeurs pour leur destruction et leur nécrose ultérieure ;
  4. résection endoscopique chirurgicale de la muqueuse;
  5. la thérapie photodynamique, dans laquelle, après une injection d’un médicament photosensible dans les tissus, la destruction de la tumeur est réalisée à l’aide d’un laser ;
  6. administration de médicaments.

Gastroscopie transnasale

La gastroscopie transnasale est réalisée par le nez et est beaucoup plus tolérable que la méthode traditionnelle car la voie d’administration intranasale ne provoque pas de réflexe nauséeux. Cette méthode est principalement utilisée chez les patients âgés présentant des comorbidités complexes. Les patients peuvent parler si nécessaire pendant la procédure. Cela signifie que moins de patients ont besoin de sédation et peuvent continuer leurs activités quotidiennes après la procédure.

Gastroscopie capsulaire

La gastroscopie par capsule est une procédure qui utilise une minuscule caméra vidéo sans fil montée à l’intérieur d’une petite capsule que le patient avale. Lors du passage de la capsule dans le tube digestif, la caméra vidéo capture une image à une fréquence de 2 images par seconde et la transfère sur un support externe, après quoi le médecin visualise et analyse les images à l’aide d’un programme spécial. Cette méthode est réalisée sans avaler la sonde, comme en gastroscopie traditionnelle. La procédure est considérée comme terminée une fois que la capsule a quitté le corps naturellement. Cette méthode ne remplace pas complètement la gastroscopie endoscopique, car beaucoup de ses fonctions sont inaccessibles à la capsule, par exemple, il est impossible de contrôler le mouvement de la capsule, donc, une fois dans l’estomac, elle peut prendre une photo d’une partie seulement de l’une des parois de l’estomac, à partir de laquelle il ne sera en aucun cas possible de juger de son état. Avec l’endoscopie par capsule, le gros intestin n’est pas redressé et la capsule se déplace de manière incontrôlable le long du gros intestin, qui est suffisamment grand pour être visualisé, les images qu’elle transmet de cette partie de l’intestin sont totalement non informatives et ne peuvent pas être analysées par le médecin. L’endoscopie par capsule sert uniquement à examiner l’intestin grêle.

Gastroscopie et coloscopie le même jour

L’efficacité de la gastroscopie et de la coloscopie d’un jour présente de nombreux avantages potentiels, car elle peut réduire les coûts, raccourcir les séjours à l’hôpital et accélérer les soins aux patients. Les indications courantes de ces méthodes d’endoscopie sont les saignements gastro-intestinaux occultes ou manifestes, des antécédents de pathologie pertinente (polypes, ulcères), des douleurs abdominales et une anémie non précisées, une diarrhée ou d’autres symptômes, des études radiologiques. La pratique de la gastroscopie et de la coloscopie le même jour est plus informative sur le plan diagnostique, les procédures peuvent être effectuées même chez les patients âgés et ne comportent pas de risques accrus, elles sont donc suggérées lorsqu’elles sont indiquées.

Réalisation d’une procédure de gastroscopie

Avant la gastroscopie, la bouche et la gorge sont anesthésiées avec un aérosol. Toutes les prothèses amovibles doivent être retirées avant la procédure. Le patient peut avoir besoin d’un sédatif. Le temps de la gastroscopie est d’environ 5 à 10 minutes, il peut être plus long, selon le but de cette procédure. Habituellement, la procédure est réalisée en position couchée sur le côté gauche, dans certains cas exceptionnels, la gastroscopie est réalisée en position debout. Un petit tube ou un anneau de protection est placé entre les dents, la bouche reste ouverte, on demande au patient de prendre une gorgée pour que le gastroscope puisse entrer dans l’œsophage, puis il est lentement avancé dans l’estomac et jusqu’à l’entrée du duodénum.

À l’aide d’images vidéo, le médecin contrôle la progression de la sonde et visualise la zone étudiée. Lors de la gastroscopie sur le moniteur, des saignements, des varices, des passages inhabituellement étroits et des ulcères d’estomac sont détectés. Si nécessaire, un échantillon de tissu est prélevé pour un examen histologique ultérieur, qui n’est pas douloureux pour le patient.

Effets secondaires et complications de la gastroscopie

La plupart des gastroscopies sont réalisées sans aucun problème ni complication, il est rarement possible de développer une inflammation modérée de la muqueuse pharyngée pendant la journée.

Le patient peut se sentir fatigué ou somnolent pendant plusieurs heures si un sédatif a été utilisé pendant la procédure. Il existe un risque légèrement accru de développer une infection des voies respiratoires supérieures ou une pneumonie après une gastroscopie.

Des lésions de la muqueuse duodénale sont possibles, suivies d’un saignement, d’une infection et, très rarement, d’un trou (perforation). Si l’un des symptômes suivants se développe dans les 48 heures suivant la gastroscopie, vous devez immédiatement consulter un médecin :

  • douleur après la procédure dans l’abdomen (en particulier, si la douleur augmente progressivement et diffère en intensité de toute douleur “normale” dans l’estomac);
  • température élevée (fièvre);
  • respiration difficile;
  • Vomir du sang.

Un petit nombre de personnes ont signalé une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral pendant ou peu après la gastroscopie. Il a tendance à survenir chez les personnes âgées souffrant de problèmes cardiaques ou pulmonaires sous-jacents.

Une réaction allergique à l’anesthésique est possible, mais selon les règles, elle est négociée avant la procédure.

Gastroscopie chez les enfants

Chez les enfants, cette méthode d’examen endoscopique est réalisée, en général, exactement de la même manière que chez les adultes. Un point très important est la préparation psychologique de l’enfant à la procédure, vous devez lui expliquer ce qui va lui arriver et ce dont vous ne devriez pas avoir peur. Comme un adulte, un enfant ne doit ni manger ni boire avant l’intervention. Chez les enfants, la gastroscopie est réalisée sous anesthésie locale ou anesthésie intraveineuse.

La gastroscopie est un moyen sûr et efficace d’examiner le système digestif d’un enfant, mais chaque procédure comporte ses propres risques et complications possibles. Les enfants peuvent développer des complications après l’anesthésie et une perforation de l’estomac, de l’intestin grêle ou de l’œsophage a été signalée très rarement.

Si une biopsie a été prise pendant la gastroscopie, des saignements peuvent survenir, qui eux-mêmes s’arrêtent. De plus, les enfants peuvent subir un déplacement ou des dommages aux dents de remplacement, s’ils en ont en fonction de leur âge, il est donc très important d’en informer le médecin avant la procédure.

Société de recherche et de production “ALKOM Medica” – Instrument guide de lumière.

  1. Oesophagogastroduodénoscopie (EGDS, gastroscopie) dans le diagnostic des maladies de l’œsophage, de l’estomac et du duodénum. Programme de formation pour résidence clinique. Minsk, 2014. 58 p.

Plus d’informations fraîches et pertinentes sur la santé sur notre chaîne Telegram. Abonnez-vous : https://t.me/foodandhealthru

Spécialité : thérapeute, néphrologue.

Expérience générale : 18 ans.

Lieu de travail : Novorossiysk, centre médical “Nefros”.

Éducation : 1994-2000 Académie médicale d’État de Stavropol.

Examen échographique (échographie) des organes abdominaux

L’histoire de l’introduction de la méthode de diagnostic par ultrasons des tissus internes, des organes et des cavités dans la pratique clinique remonte à plus de quatre-vingts ans, bien que les ultrasons aient été découverts pour la première fois à la fin du XVIIIe siècle. Depuis lors, environ un siècle et demi s’est écoulé, jusqu’à ce que finalement les réalisations de la science et les progrès aient permis de l’utiliser d’abord à des fins de physiothérapie, et depuis 1949 – pour le diagnostic de la pathologie chez les patients. L’examen échographique des organes internes partout dans le monde a commencé à être effectué dans les établissements médicaux dans les années 60 du siècle dernier, et aujourd’hui l’échographie des organes abdominaux est considérée comme l’un des moyens les plus informatifs et les plus sûrs d’examiner l’état d’un patient.

Diagnostic de la cavité abdominale par échographie : mécanisme et procédure

La technologie des ultrasons utilise des ondes ultrasonores à haute fréquence pour former une image des organes internes sur le moniteur d’un appareil à ultrasons. Ces ondes ont une réponse en fréquence de plus de 20 000 cycles par seconde. La base de la méthode par ultrasons est la propriété des ondes ultrasonores d’être réfléchies, absorbées ou de traverser des tissus de différentes densités.

La création des premiers échographes pour le diagnostic aurait été impossible sans la découverte à la fin du XIXe siècle de l’effet piézoélectrique direct et inverse, qui reflète la capacité des monocristaux de certaines substances à absorber et à produire des charges électriques sous l’influence de facteurs externes.

La partie de travail de la machine à ultrasons contient une source et un récepteur d’ondes ultrasonores. La source génère des ondes ultrasonores d’une certaine fréquence, qui sont réfléchies, transmises ou absorbées par les organes et tissus humains. Un récepteur à ultrasons enregistre la distorsion ou la réflexion des ondes, et un programme informatique spécial les transforme en une image d’une section d’un organe ou d’un tissu.

Les appareils de diagnostic à ultrasons des premières générations ne pouvaient montrer qu’une image bidimensionnelle, cependant, le processus d’amélioration des équipements informatiques et de diagnostic a permis d’obtenir une image échographique tridimensionnelle, de mener une étude en utilisant la méthode tissulaire ou double harmonique avec une augmentation la qualité et le contraste de l’image, effectuer une sonoélastographie (études utilisant une pression qui provoque une contraction tissulaire caractéristique). La technologie à ultrasons avec la possibilité de naviguer à l’intérieur des vaisseaux et des conduits vous permet d’afficher une image en quatre dimensions sur l’écran de l’appareil.

La procédure d’échographie est prescrite pour un examen médical approfondi des organes abdominaux. Sur la base des résultats de l’étude, le médecin peut analyser l’état des organes, la taille et la forme, la structure et l’emplacement les uns par rapport aux autres. En comparant les informations avec des indicateurs normaux, un spécialiste peut déterminer les écarts par rapport à l’état normal, ainsi que la présence de processus pathologiques aux premiers stades de leur manifestation. Toutes ces données sont utilisées pour développer un schéma thérapeutique et surveiller l’efficacité du traitement. En outre, la procédure est également utilisée à des fins préventives, par exemple dans le cadre d’un examen médical général.

Quels organes sont visibles à l’échographie abdominale ?

La cavité abdominale est limitée d’en haut par le diaphragme, le corset musculaire du dos et la colonne vertébrale sont situés dorsalement, devant – les muscles abdominaux, d’en bas – les os et les muscles pelviens. La coque interne de la cavité abdominale est représentée par le péritoine avec de nombreuses terminaisons nerveuses. Selon sa structure, il est constitué de feuillets viscéraux et pariétaux, qui passent l’un dans l’autre. Le péritoine viscéral recouvre la vésicule biliaire, le foie, la rate, le pancréas et partiellement l’estomac.

Sur la base de l’image obtenue à l’aide d’une échographie abdominale, il est possible d’obtenir des informations sur:

  • foie;
  • rate;
  • reins;
  • pancréas;
  • vésicule biliaire;
  • voies biliaires;
  • vaisseaux sanguins et lymphatiques.

Malgré le fait que les reins appartiennent anatomiquement à l’espace rétropéritonéal, ils sont généralement examinés avec les organes de la cavité abdominale.

Concernant l’estomac et les intestins, leur diagnostic par échographie est, dans la plupart des cas, peu pratique. Le fait est que les ondes ultrasonores ne permettent pas de visualiser suffisamment les organes creux. Cependant, dans certains cas, au lieu d’effectuer une fibrogastroduodénoscopie ou une coloscopie, le médecin peut examiner l’estomac et les intestins à l’aide d’une sonde à ultrasons.

Indications pour le diagnostic échographique de la cavité abdominale

Les symptômes qui amènent le patient à être référé pour un examen échographique de la cavité abdominale comprennent diverses manifestations anormales, des douleurs et des réactions atypiques.

La référence à la procédure est recommandée dans de tels cas:

  • s’il y a une sensation de lourdeur après avoir mangé, localisée du côté droit ou de la région iliaque droite ;
  • en violation de l’appétit, accompagné d’éructations désagréables et de nausées, apparition d’une mauvaise haleine;
  • avec douleur périodique dans la région lombaire, miction difficile, augmentation déraisonnable de la température corporelle;
  • avec hépatite diagnostiquée, douleur dans l’hypochondre droit, amertume dans la bouche avec nausées;
  • s’il y a des signes de troubles hormonaux;
  • avec des troubles du processus digestif, des douleurs abdominales, un manque d’appétit et des symptômes caractéristiques de l’état d’intoxication du corps;
  • avec un diabète diagnostiqué;
  • lors de la détection de changements dans les organes lors de la palpation;
  • en présence de paludisme, septicémie, mononucléose, jaunisse;
  • avec suspicion de calculs et de sable dans les reins, la vésicule biliaire et les voies biliaires.

Dans quels cas est-il contre-indiqué de prescrire la procédure

Il existe de telles conditions de patients lorsque l’échographie devient impraticable ou impossible, même en dépit de la sécurité totale de la méthode elle-même.

Les contre-indications à l’étude sont:

  • éruptions pustuleuses situées dans la zone examinée ;
  • maladies infectieuses aiguës;
  • pathologies aiguës de la circulation sanguine dans le cerveau;
  • Chauffer;
  • la présence d’une zone importante de la surface de la plaie sur l’abdomen, ainsi qu’une violation de l’intégrité de la peau.

Quant aux restrictions d’âge, la procédure n’en a pas. L’examen échographique des organes abdominaux est prescrit pour les enfants de tout âge, même les nourrissons.

La grossesse n’est pas une contre-indication absolue à la nomination d’une échographie abdominale. Cette méthode pendant la grossesse est prescrite beaucoup plus souvent que, par exemple, la tomodensitométrie ou la radiographie. Dans certains cas, cette méthode de diagnostic est également prescrite pour étudier l’état de développement du fœtus.

L’échographie des organes abdominaux n’est pas prescrite immédiatement après la coloscopie et la gastroscopie, car ces procédures contractent les muscles lisses et faussent les résultats. Après fluoroscopie avec un agent de contraste baryté, les résultats de l’échographie sont également discutables du fait que le contraste accumulé dans les plis de mucus est visualisé pendant l’étude, par conséquent, immédiatement après la fluoroscopie avec contraste, l’échographie n’est pas effectuée.

Exigences particulières pour la préparation de l’étude

L’examen échographique des organes abdominaux ne peut fournir des résultats précis et informatifs qu’à la condition que le sujet commence à remplir à l’avance toutes les exigences que le médecin prescrit pour la préparation du patient. Sinon, lors du diagnostic, des interférences peuvent se produire dans l’image, déformant l’image échographique.

Le médecin peut énumérer verbalement toutes les exigences préparatoires au sujet, et dans certains établissements médicaux, ces listes sont remises aux patients sous forme imprimée pour plus de commodité.

La procédure ne peut être effectuée que sur un estomac vide. S’il est prévu pour la première moitié de la journée, le patient doit refuser le petit-déjeuner. Si l’échographie est réalisée après 15h, au plus tard à 9h, vous pouvez vous permettre un petit-déjeuner léger. Une heure et demie avant le départ, il est déconseillé de boire du liquide. De plus, une heure ou deux avant l’échographie, vous ne pouvez pas mâcher de gomme et fumer – ces actions provoquent des spasmes des muscles lisses.

Les personnes ayant tendance à la constipation doivent prendre un laxatif la veille de l’intervention dans le cadre de leur préparation.

Tous les médicaments pris à ce moment doivent être signalés au diagnosticien à l’avance. À l’échographie, le patient emporte avec lui les résultats de tous les tests et examens précédents.

Pour ceux qui ont tendance à augmenter la formation de gaz dans le tube digestif, un régime spécial sans laitier avec une teneur réduite en fibres alimentaires grossières est recommandé. Ils commencent à y adhérer 2-3 jours avant la date de l’examen.

En plus des restrictions alimentaires, la prise d’absorbants, comme le charbon actif, après chaque repas permet de réduire la production de gaz.

Un régime sans laitier, dans le cadre de la préparation à la procédure, implique le rejet de tels produits :

et produits laitiers;

  • pain frais, surtout noir;
  • fruits et légumes frais;
  • aliments gras et frits;
  • viandes fumées, aliments épicés et marinés;
  • cuisson et muffins ;
  • boissons alcoolisées et gazeuses, thé et café forts;
  • légumineuses.

Le régime alimentaire avant l’étude se compose de viande maigre, de volaille et de poisson, de céréales, de pain blanc rassis sans levure, de légumes cuits au four ou bouillis, de bouillons de légumes, de jus clairs non concentrés, de compotes. Assurez-vous de boire au moins un litre et demi d’eau pure par jour.

Toutes ces règles ne sont pas pertinentes dans les cas où un diagnostic urgent est nécessaire, lorsqu’il n’est pas possible d’attendre 2-3 jours, par exemple en cas d’appendicite aiguë.

Technique de recherche

Avant de commencer la procédure d’échographie, le sujet enlève les bijoux en métal de lui-même. Il est placé sur le canapé en position couchée. Dans le processus, le médecin demandera au patient de changer de position, en se retournant vers la gauche ou la droite.

L’étude est réalisée par voie abdominale, c’est-à-dire à travers la paroi frontale de l’abdomen. Un gel conducteur spécial est appliqué sur l’abdomen, ce qui améliore le glissement du capteur sur le corps et aide à réduire le bruit dans l’image.

La procédure est totalement indolore et ne prend pas plus de 20 à 30 minutes.

L’algorithme pour la mise en œuvre de l’inspection implique en premier lieu une échographie d’organes plus grands. Par exemple, l’examen peut commencer par le foie, la taille du foie, son emplacement et sa forme, ses caractéristiques structurelles et sa capacité à transmettre des ondes ultrasonores, ainsi que l’état des vaisseaux, sont évalués et enregistrés.

Ensuite, le médecin procède à l’étude de la vésicule biliaire et des voies biliaires:

  • leurs formes;
  • structures et conditions des murs;
  • la présence ou l’absence d’inclusions étrangères ;
  • état biliaire.

Le diagnosticien vérifie la position du canal pancréatique, la lumière des voies biliaires, les veines porte, inférieure et splénique. De plus, il évalue l’état de la rate, du pancréas et des reins de la même manière. L’étude du pancréas est souvent difficile en raison des particularités de sa localisation anatomique – il est partiellement recouvert par les intestins et l’estomac.

Pour visualiser la rate, le patient est placé sur le côté droit, car l’accès à celle-ci est également partiellement obstrué par les côtes et les poumons.

Dans certains cas, lors d’une échographie de la cavité abdominale, un examen de la vessie est également effectué.

Caractéristiques de la préparation et du diagnostic pour les enfants

La préparation d’un enfant, ainsi que d’un adulte, comprend des restrictions alimentaires. Pendant 2-3 jours, il est nécessaire d’exclure du menu les produits qui provoquent une formation accrue de gaz, ainsi que les sucreries et les sucreries. Si un petit patient a tendance aux flatulences, on lui prescrit des préparations enzymatiques et absorbantes.

Pour les enfants de tout âge, l’échographie est réalisée à jeun. Les mères de nourrissons doivent calculer que la dernière tétée avant la procédure est effectuée au plus tard 3 heures. Il n’est pas souhaitable de donner à l’enfant des purées de fruits ou de légumes avant l’étude, car elles sont digérées pendant longtemps.

Le processus d’examen échographique des organes abdominaux chez les enfants n’est pas différent d’une procédure similaire chez les adultes. Le diagnostic est effectué par une sonde à ultrasons spéciale utilisant un gel conducteur.

Que montre une échographie abdominale ?

Quel est le but de cette méthode d’examen et que peut-elle montrer? Les patients posent souvent cette question aux médecins lorsqu’ils les réfèrent pour une intervention.

Au cours de l’échographie, en étudiant le foie, le médecin-diagnosticien peut déterminer l’hépatose du foie, les calcifications et les kystes dans le foie, la présence d’hépatite chronique, les néoplasmes tumoraux de toute nature, les blessures et les hématomes, les métastases, les abcès et l’augmentation de la pression dans le veine porte du foie.

Dans la vésicule biliaire, l’échographie peut détecter le développement d’une cholécystite, déterminer la perméabilité des conduits, ainsi que la présence de calculs et de polypes.

La visualisation du pancréas est un peu difficile du fait qu’il recouvre les intestins et l’estomac. Cependant, en raison de l’homogénéité de l’échogénicité de l’organe, le médecin détecte la présence d’une pancréatite, d’une nécrose pancréatique ou de ganglions dans l’organe sur l’image, même aux premiers stades de l’apparition.

Lors de la visualisation de la rate, l’élargissement de l’organe ou son déplacement peut indiquer la présence d’abcès, d’hématomes, d’infiltrations leucémiques, de ruptures ou d’infarctus.

L’échographie de l’estomac ou des intestins n’est pas très informative pour afficher les structures internes des organes creux, cependant, leur taille et leur emplacement peuvent être indiqués à partir de son image. De plus, les résultats de l’échographie peuvent visualiser la présence d’un kyste, d’un reflux gastro-oesophagien ou d’une hernie gastrique, de kystes et de néoplasmes dans l’intestin, la présence de liquide dans la cavité abdominale.

L’inspection des reins détermine la présence et l’emplacement des calculs, des foyers d’inflammation, des tumeurs.

De plus, les résultats de l’examen montrent une augmentation des ganglions lymphatiques dans la cavité abdominale.

Interprétation des résultats de diagnostic

L’interprétation des résultats d’une échographie de la cavité abdominale est effectuée par un médecin de qualification appropriée – un diagnosticien en échographie. Toutes les données obtenues lors de l’échographie, le médecin les reflète dans la conclusion. Cela ne prend généralement pas plus de 20 à 30 minutes.

En conséquence, le patient reçoit un rapport d’échographie entre ses mains, ainsi que des images de l’image échographique enregistrée par l’appareil et imprimées sur du papier spécial, qu’il transmet à son médecin traitant qui a émis la recommandation pour l’examen.

Si des données sur l’état des organes internes après l’échographie suscitent la méfiance ou la suspicion de la présence de pathologies graves, le diagnosticien en échographie peut recommander de subir des procédures de diagnostic plus spécialisées.

L’échographie des organes abdominaux est très souvent prescrite par les médecins en présence de symptômes caractéristiques de lésions de ces organes. La méthode est considérée comme totalement inoffensive, elle comporte une petite liste de contre-indications. L’échographie peut être pratiquée même chez les jeunes enfants et les femmes enceintes.

La procédure est très informative, surtout si le patient respectait scrupuleusement les règles de préparation – il suivait un régime, ne fumait pas, prenait une quantité suffisante de liquide et se présentait à la séance de diagnostic à jeun. Les résultats de l’échographie peuvent montrer une variété de pathologies – manifestations de maladies oncologiques, processus inflammatoires, pathologies du développement, polypes, sable et pierres, abcès, hématomes et autres troubles des organes abdominaux.

  1. Noble V. E. – Échographie dans des conditions d’urgence et critiques / V. E. Noble, B. Nelson, A. N. Sutingko. – M. : Méd. littérature, 2009 – 240 p.
  2. Méthodes de radiodiagnostic: un manuel pour les étudiants des universités de médecine / éd. L.P. Sapozhkova. – Rostov-sur-le-Don : Phoenix ; Moscou : MMA, 2007 – 144 p.

Plus d’informations fraîches et pertinentes sur la santé sur notre chaîne Telegram. Abonnez-vous : https://t.me/foodandhealthru

Spécialité : infectiologue, gastro-entérologue, pneumologue.

Expérience générale : 35 ans.

Formation : 1975-1982, 1MMI, San-Gig, diplôme supérieur, infectiologue.

Fibrogastroduodénoscopie (FGDS, EGDS)

La fibrogastroduodénoscopie (FGDS) ou vidéogastroscopie est une méthode de diagnostic qui permet de visualiser les muqueuses et la cavité de l’œsophage, de l’estomac et du duodénum. La méthode présente de nombreux avantages par rapport aux autres en raison de la possibilité de prélever simultanément des tissus biologiques pour analyse et d’effectuer un test de présence de bactéries Helicobacter Pylori. L’examen est absolument indolore, mais en même temps il a une efficacité et une précision élevées.

Qu’est-ce que c’est – avantages et inconvénients

L’EGD ou gastroscopie vidéo est réalisée à l’aide d’un équipement endoscopique spécial, qui se compose d’un mince tube flexible équipé d’un élément d’éclairage, d’une caméra miniature et d’une pince pour effectuer une biopsie (un petit fragment de la membrane muqueuse d’un diamètre d’environ 2 mm). Diagnostiqué par un gastro-entérologue ou un endoscopiste.

Un tube avec une caméra est inséré dans la bouche du patient puis dans l’œsophage. En le déplaçant le long du tube digestif, le médecin examine les muqueuses et enregistre tout changement. Si nécessaire, le médecin pince un fragment de la muqueuse pour une analyse histologique ultérieure ou procède à une série de tests express (déficit en lactase, test à l’uréase, détermination de l’acidité du suc gastrique).

Le FGDS présente plusieurs avantages par rapport aux méthodes de diagnostic similaires :

  • absence de douleur;
  • la capacité de poser un diagnostic déjà lors de l’examen;
  • obtenir des données supplémentaires lors d’une manipulation ;
  • examen rapide – la procédure prend moins d’un quart d’heure.

Il n’y a aucun inconvénient à la procédure, à l’exception d’une gêne sous forme de vomissements au moment de l’insertion du dispositif dans le tube digestif ou lors de l’examen. Chez certains patients, ils peuvent être si forts que d’autres manipulations sont difficiles.

Une telle catégorie de patients peut recevoir des médicaments spéciaux à boire ou un spray anesthésique peut être pulvérisé sur la racine de la langue pour réduire temporairement la sensibilité. Parfois, le patient est plongé dans un sommeil médical (anesthésie) pendant toute la durée de l’examen.

Indications pour la réalisation

La vidéogastroscopie est indiquée si le patient présente des symptômes indiquant des maladies de l’œsophage, de l’estomac et du duodénum :

  • brûlures d’estomac;
  • éructations aériennes et offensives ;
  • douleur dans le haut de l’abdomen;
  • ballonnements;
  • sensation de lourdeur dans l’estomac;
  • douleur derrière le sternum, non associée à des maladies du cœur et de la colonne vertébrale;
  • nausée et vomissements;
  • difficulté à avaler des aliments et des liquides;
  • constipation et/ou diarrhée.

De plus, à l’aide de la vidéogastroscopie, ils effectuent:

  • diagnostic d’ulcère peptique de l’estomac et 12 ulcère duodénal;
  • diagnostic de cancer de l’œsophage et de l’estomac;
  • diagnostiquer une maladie connue sous le nom d’œsophage de Barrett;
  • diagnostic des érosions de l’œsophage et de l’estomac.

L’examen par cette méthode est utilisé pour établir les causes de l’anémie chronique, de la perte de poids soudaine et sévère, de la mauvaise haleine en l’absence de problèmes dentaires.

Les experts recommandent de diagnostiquer avec cette méthode dans les situations d’urgence: avec saignement gastrique, après avoir avalé des objets étrangers à bords tranchants, des liquides caustiques ou toxiques. La gastroscopie vidéo est prescrite aux patients qui se préparent à une intervention chirurgicale pour une lithiase biliaire, un ulcère peptique et d’autres pathologies du tractus gastro-intestinal et leurs complications, ainsi qu’après une intervention chirurgicale pour surveiller l’état des organes internes.

En outre, le VEGDS est utilisé pour examiner les patients présentant des tumeurs identifiées de n’importe quelle localisation avant de prescrire une chimiothérapie, ainsi que les patients à risque de cancer de l’estomac et d’ulcère peptique.

Contre-indications à la réalisation

Contre-indications à la vidéogastroscopie, les médecins appellent des conditions graves chez le patient:

  • insuffisance cardiaque aiguë;
  • infarctus aigu du myocarde;
  • violation aiguë de l’apport sanguin au cerveau;
  • insuffisance respiratoire aiguë;
  • crise d’hypertension;
  • formes sévères d’arythmie;
  • anévrisme de l’aorte, sinus carotidiens;
  • troubles mentaux dans lesquels le patient ne peut pas rester calme pendant la procédure.

Les contre-indications énumérées peuvent être ignorées s’il existe des indications inconditionnelles pour un examen d’urgence de l’œsophage et de l’estomac (saignements gastriques intenses, par exemple).

Préparation à la procédure

Pour que le médecin puisse examiner sans obstacles les muqueuses de l’œsophage, de l’estomac et du duodénum, ​​6 à 8 heures avant le début de la procédure, vous devez arrêter de manger. Cette approche sera également utile pour prévenir l’apparition de vomissements intenses. En règle générale, le dernier repas avant la vidéogastroscopie est effectué le soir la veille de l’examen. Il est conseillé de dîner avec une salade légère, une purée de légumes ou des légumes cuits à la vapeur. Vous pouvez aussi manger une escalope vapeur, un peu de blanc de poulet bouilli, boire du thé aux herbes ou vert, du jus ou une boisson au lait fermenté.

Important! 2 jours avant l’examen, les aliments et plats riches en fibres, les aliments gras, les sauces mayonnaise, les fromages et le pain complet doivent être exclus du menu.

Le matin du jour où l’examen sera effectué, la consommation de tout aliment est interdite. Le patient est autorisé à boire de l’eau, mais au plus tard 2 heures avant l’examen.

Pour prévenir ou réduire les saignements 10 jours avant l’examen, il est nécessaire d’abandonner les médicaments et les produits qui fluidifient le sang :

  • aspirine;
  • les AINS ;
  • anticoagulants;
  • de l’alcool.

D’autres médicaments sont pris le soir. Le matin, vous ne devez pas boire de gélules et de comprimés, y compris ceux prescrits par un médecin. Ils peuvent interférer avec l’examen ou modifier l’état des muqueuses du tube digestif, affecter l’acidité du suc gastrique.

Comment se déroule la vidéogastroscopie ?

Pour l’examen, le patient est placé sur le canapé du côté gauche. Ensuite, un embout buccal spécial est inséré dans la cavité buccale afin que l’insertion de l’appareil n’endommage pas les dents ou l’équipement de diagnostic. Après cela, le médecin commence à insérer lentement un tube flexible avec un dispositif lumineux et une caméra dans la gorge. À ce stade, il est conseillé au patient de respirer régulièrement et profondément, de ne pas avaler de salive et de ne pas toucher le tube de l’équipement de diagnostic avec sa langue.

Dès le début de l’examen, le médecin examine attentivement les muqueuses. Étant donné que l’œsophage et l’estomac ont une structure pliée, pour examiner toute la zone de la muqueuse, le médecin pompe périodiquement de l’air à l’emplacement de la chambre du gastroscope. À ces moments-là, le patient peut ressentir une sensation de satiété. L’air peut sortir sous la forme d’un rot.

Au cours de l’examen, le médecin enregistre les indicateurs suivants:

  • soulagement de la membrane muqueuse;
  • état de la lumière de l’œsophage;
  • élasticité des parois ;
  • motif vasculaire sur la membrane muqueuse;
  • la présence d’hyperémie, d’érosion, d’ulcères, de polypes et d’autres changements.

Selon la nomination d’un gastro-entérologue et si cliniquement nécessaire, des manipulations supplémentaires sont effectuées lors de l’étude des organes :

  • une biopsie est prise pour des recherches plus approfondies;
  • les muqueuses sont colorées avec des composés spéciaux (chromoscopie);
  • un test à l’uréase est effectué pour déterminer Helicobacter pylori;
  • un test express de déficit en lactase est effectué;
  • l’acidité du suc gastrique est déterminée.

Les manipulations supplémentaires ne causent pas d’inconfort et prennent quelques secondes. Après leur réalisation, le médecin retire lentement le tube souple de l’œsophage en réexaminant les muqueuses si nécessaire.

En moyenne, la procédure prend de 5 à 15 minutes. À la fin, le patient peut rentrer chez lui et vaquer à ses occupations habituelles. Pour plus d’informations sur la procédure, voir la vidéo :

Important! Il n’est pas recommandé de manger et de boire dans les 20 minutes qui suivent le VEGDS. Si une biopsie a été réalisée pendant l’examen, vous devez vous abstenir de prendre des aliments et des boissons chaudes pendant 2 heures.

Résultats diagnostiques

En règle générale, la vidéogastroscopie vous permet de poser un diagnostic final dès l’examen. Les données mises à jour deviennent connues après l’étude de la biopsie. Sur leur base, le médecin écrit une conclusion. Des supports numériques y sont attachés : endophotos, enregistrement vidéo d’études. Ils permettront à l’avenir de suivre l’efficacité d’un traitement ou l’évolution d’une pathologie. En outre, les résultats sont rédigés sous la forme d’un formulaire décrivant l’état des muqueuses de l’œsophage et de l’estomac, les modifications pathologiques existantes sont notées.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.