Aphasie amnésique

L’aphasie amnésique est une variante du trouble aphasique dans laquelle la fonction nominative de la parole se dégrade. Elle se caractérise par une amnésie visuelle, des oublis de noms d’objets, des pauses de parole et des difficultés à trouver les mots, des paraphasies verbales. Le diagnostic repose sur un examen neurologique (IRM cérébrale, ARM, échographie des artères de la tête et du cou), des tests neuropsychologiques et d’orthophonie. Le travail thérapeutique et correctif dans l’aphasie comprend la pharmacothérapie étiopathogénétique, la logothérapie et la neurocorrection.

CIM-10

informations générales

L’aphasie amnésique (nominative, anomique) s’accompagne de difficultés de reconnaissance visuelle et de désignation verbale des objets. Il a été identifié comme une forme distincte par le neuropsychologue soviétique A.R. Luria en 1973, soulignant que dans ce cas le seul défaut central est la difficulté à nommer les objets. Par la suite, l’aphasie amnésique a été exclue de la classification neuropsychologique, car elle est rare dans sa forme pure, agissant généralement comme un symptôme d’aphasie acoustique-mnésique ou sémantique. En aphasiologie moderne, l’aphasie amnésique est à nouveau considérée comme une unité indépendante – sa fréquence parmi toutes les formes est de 4,2 à 7,5%.

Les raisons

Les troubles amnésiques se manifestent par des lésions locales des parties postéro-inférieures du cortex temporal et des régions pariétales-occipitales de l’hémisphère gauche (20, 21, 37 et 40 champs de Brodmann). Les causes de l’aphasie amnésique dans la plupart des cas sont:

  • infarctus cérébral dans le bassin de l’artère cérébrale postérieure;
  • lésion cérébrale traumatique ouverte;
  • hématome intracérébral;
  • tumeurs des hémisphères cérébraux (méningiome, astrocytome, glioblastome);
  • encéphalite d’étiologies diverses;
  • démence progressive (maladie d’Alzheimer, de Binswanger, de Pick);
  • chirurgie cérébrale.

Les facteurs prédisposants (de fond) sont l’hypertension, l’athérosclérose cérébrale, l’hypercholestérolémie, l’angiopathie, les antécédents familiaux aggravés, les intoxications exogènes.

Pathogénèse

Le mécanisme pathogénique de l’aphasie amnésique est encore mal connu. Certains chercheurs notent que selon Brodmann, le 37e champ cytoarchitectonique accumule des stimuli auditifs et visuels (zone de chevauchement), de sorte que sa défaite entraîne une dissociation de l’image visuelle du mot et de sa désignation verbale.

Il existe une opinion liant l’aphasie amnésique à des lésions des structures profondes du cortex temporal. Dans ce cas, la connexion entre l’analyseur auditif cortical et l’hippocampe, responsable de la fonction de mémorisation et de stockage des informations, est perturbée. Du point de vue de l’approche neuropsychologique (Luria A.R.), l’aphasie nominative résulte d’une violation de l’opération de sélection des mots stockés dans la mémoire du patient.

Classification

L’aphasie amnésique est multifactorielle et hétérogène. Selon la lésion dominante des zones auditive, visuelle ou associative, elle peut se présenter sous trois types :

  • acoustique-mnésique : le principal défaut est l’infériorité de la mémoire auditive de la parole ;
  • optique-mnésique : défaut central – amnésie optique et agnosie ;
  • en réalité amnésique : le principal problème est une violation de la fonction de nommer.

Symptômes de l’aphasie amnésique

Aphasie acoustique-mnésique

Les patients perdent la capacité de retenir en mémoire la gamme auditive dans 3 éléments ou plus, de percevoir un texte détaillé à l’oreille. La compréhension de la situation et d’autres formes de discours en souffre. Des instructions verbales simples sont généralement disponibles, les instructions en plusieurs étapes ne le sont pas. Le patient redemande souvent, demande à parler plus lentement, à répéter ce qu’il a entendu.

Le discours expressif est dominé par des phrases courtes, des paraphasies verbales. Il y a des pauses fréquentes associées à la recherche du mot juste, la persévérance. Il y a des difficultés à nommer, à retenir les noms propres, les noms géographiques, les dates diverses, les numéros de téléphone en souffrent surtout. Textes difficiles à redire.

Aphasie optico-mnésique

Avec ce type d’aphasie amnésique, la reconnaissance visuelle des objets familiers est altérée et le mot perçu par l’oreille n’évoque pas d’images visuelles. Il est difficile de représenter des objets de mémoire; dans le processus de dessin, les patients manquent des détails caractéristiques importants, ne complètent pas les détails significatifs. En même temps, copier et copier, c’est bien.

Il y a aussi des difficultés à trier les articles en catégories : légumes, vêtements, meubles. La parole écrite est perturbée par le type d’alexie optique littérale, verbale ou unilatérale (les patients ne voient pas la moitié gauche du texte).

Aphasie amnésique

La violation déterminante est l’oubli des noms d’objets. Les patients ne trouvent pas le mot juste pour désigner des choses bien connues, ils remplacent le mot oublié par une description de l’objet ou de sa destination. Ainsi, par exemple, à propos d’un crayon, le patient dit « c’est… ce avec quoi on dessine ou on écrit ». Cependant, lorsqu’il est invité par la première syllabe, il parvient à se souvenir du mot qu’il cherchait.

La phrase est prononcée lentement, interrompue par des pauses, pendant lesquelles le patient sélectionne le bon mot. Le temps entre la question et la réponse augmente (période de latence). Le discours oral spontané est rempli de paraphasies verbales. La parole écrite (lecture à voix haute, écriture sous dictée) est généralement préservée. Cependant, des cas ont été décrits dans lesquels l’aphasie amnésique était associée à l’agnosie des lettres et à l’alexie optique. L’écriture spontanée souffre également, du fait de la diminution des noms et de la prédominance des verbes dans le discours oral.

Diagnostic

Avec l’aphasie amnésique, la compréhension de la parole, l’articulation, la fonction de lecture et d’écriture sont préservées, par conséquent, les difficultés nominatives sont souvent attribuées à des «problèmes de mémoire» liés à l’âge. Un examen instrumental, psychologique et orthophonique complexe permet d’identifier le caractère aphasique des troubles :

  1. Diagnostic des causes de l’aphasie. Des études instrumentales sont sollicitées pour rechercher l’étiologie des troubles de la parole et localiser la lésion. Tous les patients sont indiqués pour un scanner cérébral ou une IRM. Avec la pathologie cérébrovasculaire, il est possible de réaliser une échographie des vaisseaux brachiocéphaliques, une angiographie IRM. La ponction lombaire, les tests sanguins aident à établir les causes.
  2. Examen neuropsychologique. Lors de la réalisation de tests de diagnostic spéciaux dans l’état neuropsychologique des patients atteints d’aphasie amnésique, diverses formes d’agnosie (objet visuel, optique-spatial, lettre), l’amnésie optique peuvent être détectées. Il y a une diminution du volume de mémorisation et de la productivité de la reproduction des mots, des difficultés à dessiner de mémoire.
  3. Diagnostic de la parole. Réalisé par un orthophoniste. Comprend l’étude de la parole expressive et réceptive, de la mémoire auditive, de la lecture, de l’écriture. L’aphasie amnésique se caractérise par la recherche de mots lors de la dénomination d’objets, une paraphasie verbale, une faiblesse des traces acoustiques et visuelles, des pauses de parole et parfois des difficultés de lecture.

Correction de l’aphasie amnésique

réadaptation médicale

Le traitement médicamenteux actif est effectué dans la période aiguë de l’AVC, du TBI, des neuroinfections. Les patients atteints de pathologies neurodégénératives nécessitent un soutien pharmacologique constant. Compte tenu du problème principal, contre lequel l’aphasie amnésique s’est développée, des préparations antihypertensives, nootropes, antioxydantes, désagrégantes, vitaminées peuvent être utilisées. Parmi les méthodes de rééducation physique, la darsonvalisation de la tête et du SHVZ, la magnétothérapie, l’électrophorèse, la micropolarisation sont ensuite associées. Selon les indications, des séances de psychothérapie sont recommandées.

Logothérapie

Les exercices correctifs de l’aphasie amnésique visent à rétablir la corrélation des images d’objets visuels avec le mot. Pour ce faire, les relations catégorielles et situationnelles des objets, ainsi que leurs caractéristiques, qualités et fonctions sont mises à jour. En classe, des images et des objets réels, des supports d’articulation-graphique, des pictogrammes sont utilisés. Exercices et techniques appliqués :

  • mémoriser des chaînes de mots à l’oreille avec une augmentation progressive du nombre de mots de 3-5 à 10 ;
  • entraînement de la mémoire visuelle (jeux “Ce qui est parti”, “Ce qui a changé”);
  • lire des images avec des légendes ;
  • rechercher des éléments par nom ;
  • classement des objets;
  • comparaison d’objets réels avec des objets dessinés ;
  • compiler des histoires basées sur des images d’intrigue et raconter des textes ;
  • résoudre des mots croisés.

Des séances régulières avec un orthophoniste, réalisées dans le contexte d’un traitement médicamenteux, vous permettent de restaurer l’image optique de divers objets, de constituer un dictionnaire de sujets et d’augmenter le volume de la mémoire auditive de la parole.

Prévision et prévention

Le pronostic de rééducation de l’aphasie amnésique dépend de l’âge du patient, de ses antécédents prémorbides et de son degré d’intérêt pour la restauration de la fonction de la parole. Habituellement, dans le contexte de la pharmacothérapie et de la neuroréhabilitation, les phénomènes d’agnosie des objets visuels, l’amnésie optique régressent progressivement. De nombreux patients s’adaptent à l’environnement social, reprennent des activités professionnelles.

La prévention de tout syndrome aphatique consiste à minimiser les facteurs de risque : correction de la tension artérielle, dyslipidémie, hyperglycémie. Il est nécessaire de respecter les principes d’une alimentation saine, d’inclure un stress physique et cognitif modéré mais régulier dans la vie.

2. Syndrome d’aphasie amnésique associé à l’agnosie des lettres et à l’alexie / N.V. Shakhparonova, A.V. Belopasova, A.S. Kadykov, E.M. Kashina, ES Berdnikovich, E.I. Kremneva // Atmosphère. maladies nerveuses. 2010. – N° 3.

3. Caractéristiques de la récupération de l’aphasie amnésique en combinaison avec l’agnosie des lettres et l’alexie / Berdnikovich E.S., Shakhparonova N.V., Kadykov A.S., Kashina E.M., Krotenkova M.V., Belopasova A.V./ / Annals of Clinical and Experimental Neurology. – 2012.

Prosopagnosie (Prosoagnosie)

La prosopagnosie est la perte de la capacité à reconnaître les visages familiers. Les patients ne reconnaissent pas leurs proches, leurs amis, leur propre reflet dans le miroir et l’image photographique, n’identifient pas le sexe, l’âge d’une personne. Les fonctions visuelles, la mémoire, l’intellect, la gnose d’objet restent souvent intactes. Le diagnostic est réalisé à l’aide de tests neuropsychologiques, d’examens ophtalmologiques, de méthodes de neuroimagerie (IRM, TEP des structures cérébrales). Le traitement comprend une thérapie pour la maladie sous-jacente, une formation aux stratégies compensatoires pour reconnaître les autres.

CIM-10

informations générales

La prosopagnosie, ou prosoagnosie, est un phénomène neuropsychologique associé à une violation de la gnose faciale, l’agnosie (“cécité”) sur les visages. Le terme vient de deux mots grecs : “prosopon” – visage et “agnosie” – un trouble de la reconnaissance. Elle a été proposée par le neurologue allemand J. Bodamer en 1947, bien que les premières descriptions d’agnosie faciale remontent aux années 60-80. XIXème siècle. Selon certaines estimations, 2 à 10 % de la population pourraient avoir des formes légères de prosopagnosie. L’agnosie faciale est un problème neurologique et social grave, car elle entraîne des difficultés psychologiques et est associée à une détérioration de la communication du patient avec les autres.

Causes de la prosopagnosie

L’agnosie faciale peut être causée par des caractéristiques congénitales du fonctionnement du cerveau ou par ses dommages acquis. La prosopagnosie congénitale peut vraisemblablement être le résultat de mutations génétiques, de troubles du développement intra-utérin du système nerveux. La “cécité au visage” est souvent présente dans la clinique de l’autisme et du syndrome d’Asperger, étant l’un des facteurs de communication et d’interaction sociale altérées chez ces patients.

L’étiologie de la prosopagnosie acquise est associée à des lésions de la région occipitale inférieure de l’hémisphère droit avec la propagation du foyer pathologique aux lobes temporaux et pariétaux. Des dommages bilatéraux à ces zones sont souvent constatés. Les causes peuvent être des processus focaux et diffus :

  • accident vasculaire cérébral;
  • hémorragie sous-arachnoïdienne;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • tumeurs cérébrales;
  • encéphalite;
  • encéphalopathie (alcoolique, associée au VIH, toxique);
  • les maladies démentielles (maladie d’Alzheimer, maladie de Parkinson, démence à corps de Lewy) ;
  • opérations neurochirurgicales (résection du lobe temporal).

Pathogénèse

La reconnaissance des visages familiers comprend un certain nombre d’opérations cognitives : la perception visuelle des traits d’un individu et la localisation des différentes parties de son visage, la participation de HMF (mémoire, attention, analyse comparative), la corrélation d’un visage avec des données biographiques et le nom d’une personne en particulier, c’est-à-dire l’identification d’une personne.

La base neurophysiologique de la gnose est fournie par les régions temporo-pariéto-occipitales droites du cerveau. Lorsque vous regardez un objet, les impulsions des cellules rétiniennes sont transmises le long des voies de conduction de l’analyseur visuel au cortex visuel du lobe occipital. Après le traitement initial des informations, des zones spécialisées sont connectées à la reconnaissance faciale – le gyrus fusiforme (occipital-temporal), le gyrus temporal supérieur, la région temporale antérieure, le précuneus du lobe pariétal et le gyrus frontal inférieur.

Les patients atteints de prosopagnosie ne sont pas en mesure de comparer les détails d’un objet (traits individuels) qui le distinguent d’un autre objet, ce qui conduit à une violation de la perception et de la reconnaissance holistiques. Si les régions occipito-temporales sont endommagées, la capacité de distinguer les visages des personnes est perdue. En cas de lésion de la région temporale antérieure avec préservation des réseaux neuronaux occipitaux, une amnésie du visage se produit.

Classification

Selon le moment et les raisons du développement de la prosopagnosie, ses variantes congénitales et acquises sont distinguées. De plus, selon la zone de la lésion et la nature du trouble de la reconnaissance, on distingue 2 formes d’agnosie faciale :

  • aperceptif – le patient ne fait pas la différence entre les visages des gens, ne perçoit pas les signes et traits distinctifs;
  • associatif (amnésique) – le patient ne reconnaît pas les visages familiers, mais les distingue en même temps les uns des autres.

Symptômes de la prosopagnosie

Les personnes atteintes d’agnosie faciale ont du mal à reconnaître les personnes familières. Ils ne distinguent pas les visages des proches (parents, conjoints, enfants), des amis, des voisins, du médecin traitant. Souvent, ils ne peuvent pas reconnaître le sexe d’une personne, ses expressions faciales et ses émotions par le visage. Toutes les personnes sont perçues comme similaires les unes aux autres, n’ayant pas de traits distinctifs individuels.

Les patients ne se souviennent pas de leur apparence, ne peuvent pas imaginer mentalement l’apparence de leurs connaissances, ils ont du mal à regarder des films, car ils ne reconnaissent pas les personnages du film dans différents cadres. Cependant, ils peuvent distinguer une autre personne par d’autres signes : timbre de voix, démarche, gestes, coiffure, vêtements, odeur de parfum, signes particuliers (grains de beauté, cicatrices), etc.

La reconnaissance d’autres objets, la mémoire des événements, la fonction visuelle, la capacité d’apprentissage chez les personnes atteintes d’agnosie faciale restent relativement intactes. La prosopagnosie peut être combinée avec la couleur, l’objet, l’agnosie optique-spatiale. La clinique de la prosopagnosie se développe souvent chez les gauchers.

Avec une prosopagnosie sévère, les patients ne reconnaissent pas leur visage dans le miroir, sur les photographies de l’album de famille. Ce phénomène est appelé autoprosopagnosie. Un cas particulier d’autoprosopagnosie est le syndrome de Foley, dans lequel les patients n’identifient pas seulement leur propre image miroir, mais distinguent les autres.

Complications

Bien que les personnes atteintes de prosopagnosie finissent par apprendre à utiliser d’autres moyens de reconnaissance, beaucoup d’entre elles signalent qu’elles ressentent un inconfort important lorsqu’elles communiquent avec d’autres personnes. Les personnes qui l’entourent, ne connaissant pas le problème du patient, le considèrent souvent comme impoli, arrogant, hostile, car il ne les salue pas lors d’une réunion, ne s’adresse pas à eux par leur nom. Un trouble de la gnose faciale s’accompagne souvent d’un rétrécissement des contacts amicaux et familiaux, d’un isolement social du patient et d’un choix professionnel limité. Lorsqu’elles sont conscientes de leur maladie, certaines personnes deviennent déprimées.

Diagnostic

De nombreux cas de trouble de la gnose faciale sont attribués à la distraction naturelle, à l’oubli, à la perte de mémoire sénile, de sorte que les patients ne reçoivent pas toujours l’aide diagnostique nécessaire. Pour établir les causes et les mécanismes du phénomène de prosopagnosie, une consultation avec un neurologue et un neuropsychologue est nécessaire. Les études cliniques et instrumentales suivantes sont réalisées :

  • Méthodes de neuroimagerie. À l’aide de l’IRM du cerveau, des modifications focales ou diffuses des structures cérébrales situées dans l’hémisphère droit ou bilatéralement sont détectées. Le PET-CT chez les patients a révélé une diminution du métabolisme dans la région occipito-temporale et temporale antérieure. À des fins scientifiques, l’EEG est utilisé, ce qui permet de détecter l’activation de traces de mémoire visuelle pour des visages familiers.
  • Diagnostic ophtalmique. Pour exclure un dysfonctionnement visuel, un examen complet par un ophtalmologiste est effectué avec visométrie, périmétrie, réfractométrie informatique, tonométrie, ophtalmoscopie.
  • Tests neuropsychologiques. Un patient atteint de prosopagnosie se voit proposer des tâches pour distinguer les connaissances (parents, célébrités) des visages inconnus sur la base d’une analyse des traits individuels. À ces fins, des tests spéciaux ont été mis au point : le test de perception du visage de Cambridge, le test de reconnaissance de Benton, le test d’appariement, etc.

Diagnostic différentiel

Lors de l’examen, il est nécessaire de distinguer la prosopagnosie des autres processus pathologiques qui conduisent à l’impossibilité de reconnaître les visages :

  • perte de mémoire générale – amnésie;
  • dégénérescence maculaire liée à l’âge;
  • agnosie d’objet (le patient ne distingue pas une personne d’un autre objet / objet).

Traitement de la prosopagnosie

Le cours de traitement consiste en des mesures médicales visant à éliminer les conséquences de la maladie sous-jacente et à la neuroréhabilitation. Le traitement des pathologies cérébrales comprend la pharmacothérapie étiotropique, les exercices thérapeutiques, la stimulation audiovisuelle, la réflexologie, le massage et la psychothérapie. Dans certains cas, une intervention neurochirurgicale est nécessaire (ablation de tumeurs cérébrales, aspiration d’hématomes intracrâniens, clipping d’anévrisme endovasculaire, angioplastie transluminale avec stenting).

Les problèmes de neurocorrection des patients atteints de prosopagnosie sont peu développés. La neuropsychologie clinique utilise deux approches opposées :

  • formation à la récupération de la gnose faciale : les patients apprennent à distinguer les visages en se basant sur l’analyse des traits distinctifs ;
  • l’utilisation de stratégies de reconnaissance compensatoires : reconnaissance des personnes par la voix, les comportements caractéristiques, la taille, la silhouette, la coiffure, etc.

Prévision et prévention

La possibilité de restaurer la gnose faciale est déterminée par de nombreux facteurs : la cause de la prosopagnosie, l’étendue et la localisation du foyer, l’âge de la lésion cérébrale, la situation prémorbide et l’âge. On pense que les personnes atteintes de prosopagnosie congénitale ont les meilleures perspectives de réadaptation, car elles ne présentent pas de dommages structurels importants au cerveau, tandis que les patients atteints de maladies neurodégénératives ont les pires perspectives.

Cependant, les patients s’adaptent plus souvent simplement à leur condition, apprennent à vivre avec leur problème, en utilisant des stratégies de reconnaissance alternatives. La prévention vise à prévenir les facteurs qui endommagent le système nerveux central : traumatismes crâniens, hypertension, thrombose, neuroinfections, neurointoxications exogènes.

1. Agnosie faciale dans la clinique des lésions cérébrales/ Grigoryeva VN, Mashkovich KA// Neurologie, neuropsychiatrie, psychosomatique. 2018.

2. Agnosie visuelle. Bases neurophysiologiques. Types et méthodes de détection / Kudashkina E.Yu., Sukhikh E.A. / / Bulletin du Conseil des jeunes scientifiques et spécialistes de la région de Tcheliabinsk. – 2017.

3. Syndrome de Capgras / Anikina M. A., Levin O. S. / / Journal of Neurology and Psychiatry. S.S. Korsakov. — 2013. -113(7-2).

Quel est le nom de la maladie dans laquelle vous oubliez tout

Une énorme quantité d’informations qui doivent être traitées et mémorisées quotidiennement nécessite une mémoire bien développée. Si une maladie survient lorsqu’une personne oublie tout, elle a alors beaucoup de problèmes. À cause de cela, non seulement le travail en souffre, mais aussi la vie quotidienne à la maison. Oublier constamment des informations importantes peut également affecter les relations avec les gens. Par conséquent, une attention particulière doit être accordée à ces maladies.

Maladie

Une maladie qui amène une personne à avoir des problèmes de mémorisation d’informations est généralement comprise comme la sclérose en plaques. Souvent, il est attribué aux personnes âgées, mais il peut survenir même chez les mineurs. Le nom de la maladie est dû au fait qu’une personne a plusieurs foyers dispersés, où il y a des lésions qui provoquent un tel oubli.

Avec la sclérose, une inflammation se développe dans le système nerveux central, après quoi le corps commence à se battre, détruisant la myéline qui forme les cellules du cerveau et de la moelle épinière. En conséquence, la mémoire se détériore progressivement et les fibres nerveuses commencent à mourir. Le plus souvent, la maladie ne se manifeste pas pendant longtemps, puis ses symptômes commencent à apparaître soudainement. Les périodes de rémission sont également fréquentes, lorsque l’état du patient s’améliore pendant un certain temps.

Les médecins distinguent plusieurs types de sclérose :

  • syndrome cliniquement isolé – les principales manifestations de la maladie;
  • remise – il y a une alternance de remises et de rechutes;
  • secondaire progressif – les troubles de la mémoire augmentent constamment, les rémissions sont faibles;
  • remise-progressive – les rémissions alternent avec des rechutes lumineuses;
  • primaire progressive – la maladie se développe continuellement sans rémission.

Une maladie dans laquelle on oublie tout peut être bénigne ou maligne. Dans le premier cas, un développement notable de la sclérose n’est pas observé pendant 15 ans. Dans la seconde, elle évolue et aboutit à un état grave en 3 ans.

D’autres maladies peuvent également entraîner des problèmes de mémoire. Les plus courantes sont : la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, l’amnésie ou la démence.

Causes, signes

La vieillesse ne peut pas être qualifiée de cause du développement de la sclérose, même chez les personnes âgées. Il se développe avec des troubles génétiques, un environnement défavorable, de mauvaises habitudes, une malnutrition ou un stress mental accru. Dans de rares cas, des maladies infectieuses ou un manque de vitamine D chez un enfant peuvent provoquer une maladie. Les femmes sont plus souvent confrontées à la maladie.

Les symptômes peuvent varier. Tout dépend de l’endroit exact où les dommages se sont produits dans le cerveau. Si une personne oublie régulièrement le lendemain ce qui s’est passé hier, cela peut déjà être considéré comme un signe de sclérose. Parallèlement à cela, d’autres symptômes peuvent apparaître.

Signes secondaires de la sclérose :

  • faiblesse musculaire;
  • fatigue accrue;
  • diminution de l’acuité visuelle;
  • engourdissement des membres;
  • vertiges;
  • problèmes de coordination;
  • violation de la miction;
  • impuissance;
  • crises d’épilepsie.

Avec le développement de la maladie, tous les symptômes deviennent plus prononcés. Souvent s’y ajoutent des problèmes d’élocution, une diminution de la force physique, une diminution de la sensibilité de la peau, une détérioration de l’intelligence et des incontinences urinaire et fécale. Le patient peut s’asseoir avec un visage qui n’exprime aucune émotion et ne montre aucun intérêt pour les autres, même si quelqu’un l’appelle.

Dans la plupart des cas, la sclérose se limite à de simples troubles de la mémoire, associés à de la fatigue et des vertiges occasionnels. Certains n’y attachent même pas d’importance, sans penser à consulter un médecin.

Pronostic, thérapie

Une maladie aussi désagréable, lorsque vous ne vous souvenez de rien d’hier, crée beaucoup de problèmes. Le pronostic pour la plupart des patients est mauvais. Si la sclérose progresse rapidement ou n’est pas traitée, le risque de devenir invalide est élevé après quelques années, car la capacité de se déplacer de manière autonome sera absente et certains organes cesseront de fonctionner normalement.

Peut-être le développement de la démence, conduisant à la démence. Avec la détection rapide de la maladie, qui sera immédiatement complétée par une thérapie de haute qualité, il y a toutes les chances de la transférer à un stade bénin avec des rémissions à long terme. Mais même dans ce cas, il existe un risque que la maladie commence à progresser rapidement après de nombreuses années.

L’essence même du traitement de la sclérose est de réduire la luminosité des symptômes et d’allonger les périodes de rémission. Cela vous permet d’exclure l’apparition d’un handicap, de maintenir votre capacité de travail et d’éviter de graves lésions cérébrales. Pour cela, la méthylprednisolone, qui appartient aux corticostéroïdes, est utilisée.

Pour minimiser le risque d’effets secondaires, un régime spécial est en outre prescrit, nécessitant la consommation d’une grande quantité d’aliments riches en potassium. Une telle thérapie est interdite pour l’hypertension, le diabète, la tuberculose, les infections et les ulcères. Le patient peut également se voir prescrire des immunomodulateurs ou une procédure de purification du sang.

L’utilisation de médicaments visant à éliminer les principaux symptômes de la maladie et la fourniture d’une assistance psychologique sont tout aussi importantes. Pour ces derniers, les médecins recommandent fortement de contacter un psychologue professionnel. Dans certains cas, une rééducation physique supplémentaire est nécessaire. Il est nécessaire de restaurer la santé des membres, d’améliorer la motricité fine et de normaliser la coordination.

Tout le monde sait à quel point ils appellent en plaisantant une personne qui oublie tout. En effet, il peut avoir de graves problèmes de santé qui nécessitent l’intervention obligatoire de médecins. Par conséquent, vous devez être attentif à vos proches.

Un rétablissement complet avec le développement de la sclérose ne vaut pas la peine d’attendre. Cependant, tout le monde a une chance de supprimer la maladie, en la transférant dans un état affaibli, caractérisé par de longues rémissions. Il vous suffit de faire votre propre traitement et de suivre toutes les recommandations du médecin traitant.

Symptômes de la démence

Les symptômes de la démence sont un ensemble de signes spécifiques par lesquels un spécialiste peut juger de l’apparition ou du développement de cette maladie. Si plusieurs symptômes de cette pathologie apparaissent en même temps, un ensemble de mesures diagnostiques doit être effectué afin de diagnostiquer rapidement et avec précision et de déterminer la raison pour laquelle la maladie se développe afin de l’éliminer le plus rapidement possible.

Principales manifestations

Les principaux symptômes et manifestations de la démence ou de la démence comprennent des problèmes qui surviennent avec la mémoire d’une personne, sa pensée, sa parole et ses réactions comportementales. Chacun de ces symptômes peut à sa manière indiquer une forme et une gravité particulières de l’évolution de la maladie, il est donc important de les considérer en détail.

Changements de mémoire

Lorsqu’une personne développe l’une des principales causes de démence – la maladie d’Alzheimer, la mémoire en souffre en premier lieu. Dans le cas d’autres causes de démence, la mémoire peut souffrir plus tard et moins clairement.

Au début, une personne oublie tout: elle ne se souvient pas où elle va, où se trouve quelque chose, ce qu’elle vient de dire ou voulait dire. Cependant, il reproduit les événements d’il y a de nombreuses années avec une précision encyclopédique, et cela peut concerner à la fois sa vie personnelle et les événements politiques du passé, par exemple. En oubliant les petits détails de son histoire, une personne se tourne librement vers la fantaisie et complète l’image avec des faits inexistants.

Progressivement, la perte de mémoire devient de plus en plus évidente, la durée des échecs s’allonge et la proportion de fiction augmente. Se produit alors la fabulation, c’est-à-dire le remplacement d’événements réels oubliés par des fictions probables de la vie courante, voire improbables. Une personne peut dire qu’elle est allée au magasin alors qu’elle ne l’a pas fait (actions probables) ou qu’elle est allée sur la lune (actions incroyables). Les confabulations sont plus caractéristiques dans les cas de démence alcoolique ou sénile.

Il existe également des pseudo-réminiscences, c’est-à-dire des substitutions d’intervalles de temps de certains événements spécifiques. Ainsi, une personne âgée peut commencer à sentir qu’elle est de nouveau jeune. Peu à peu, il y a un oubli des dates, des noms de parents, des noms de divers objets bien connus. Plus tard, il commence à sembler au patient que des personnes proches qui sont parties depuis longtemps dans un autre monde sont de nouveau vivantes, il communique activement avec elles et en parle à tout le monde. Parfois, une personne parle de partir quelque part, peut ramasser des choses et quitter la maison dans une direction inconnue. Toute vie humaine est ainsi complètement détachée de la réalité.

Lorsque la mémoire est perturbée, les compétences pratiques d’une personne sont simultanément bouleversées. Il ne sait pas quoi faire avec les articles ménagers, comment déverrouiller la porte, confond les articles d’hygiène. Soit dit en passant, à la suite de ces processus, de nombreuses compétences en matière d’hygiène personnelle sont généralement oubliées et une personne arrête simplement de se laver. La négligence est un symptôme important de tout type de démence, la négligence commence à se produire à une gravité modérée de la maladie et la capacité de contrôler la miction et les selles est perdue dans les stades ultérieurs.

Pensée lente

Un autre symptôme clair de la démence est la lenteur de la pensée et le manque d’attention. Le patient perd la capacité d’abstraire certaines actions ou événements, commence à penser très primitivement, perd toutes les fonctions logiques et analytiques.

Le contenu des processus de pensée du patient devient très rare, ils ralentissent considérablement. En particulier, la pensée devient inflexible, très concrète, la persévérance se développe. La logique de construction des jugements est violée, des idées fausses surgissent (l’idée de persécution, de trahison, par exemple). Dans les formes sévères de démence, la pensée devient fragmentée et incohérente.

Caractéristiques de la parole

Le désordre des processus de pensée se reflète finalement dans la qualité de la parole du patient. Un tel discours acquiert de nombreuses erreurs syntaxiques, se caractérise par une dysphasie nominale. Le stade profond de la démence se caractérise par l’absence de discours cohérent, de sons dénués de sens.

Au début, il est très difficile pour le patient de choisir les mots dont il a besoin, puis un bourrage syntaxique se produit lorsqu’une personne répète constamment les mêmes mots, peu importe de quoi il parle. De plus, la parole est interrompue, les phrases n’ont pas de fin, le patient ne peut pas percevoir et comprendre le discours de quelqu’un d’autre, malgré une excellente audition.

Avec la démence après un accident vasculaire cérébral, un discours nasal et flou se produit, une personne commence à parler de manière inarticulée. Ainsi, progressivement, tout le discours est réduit à des sons indistincts séparés.

Réponses comportementales

Le comportement dans la démence est initialement caractérisé par la complaisance et l’euphorie. Parfois, les états dépressifs apparaissent déjà dans les premiers stades. Le patient devient égocentrique, cesse de sympathiser avec les autres, il y a méchanceté et suspicion. Les principales caractéristiques dans ce cas sont l’apathie, la voracité, la labilité émotionnelle, la dépression. Parfois, une personne peut complètement refuser de manger.

Le comportement lui-même peut être décrit comme désorganisé. Le patient cesse de s’intéresser à quoi que ce soit, devient asocial, peut commencer à voler, par exemple. Tout changement dans le caractère d’une personne, en particulier à un âge avancé, doit être remarqué et diagnostiqué en temps opportun. Les troubles cognitifs peuvent influencer le comportement d’un patient atteint de démence de telle manière qu’il devient un pédant, arrête d’apprendre de nouvelles choses (même en lisant les nouvelles, par exemple), et lorsqu’il est chargé de certaines actions qui ne font pas partie de son devoirs, il fait preuve d’une forte agressivité.

Lorsque la démence progresse, les patients cessent progressivement de se surveiller, ignorant les conventions sociales, et acquièrent des manières.

Manifestations initiales

Les premiers signes de l’apparition de la démence sont très souvent manqués par les proches et par le patient lui-même, car ils ne se distinguent pas de la dépression ordinaire, dont 95% de toutes les personnes vivantes de tout âge souffrent périodiquement aujourd’hui. Ces symptômes se caractérisent par un changement de mémoire, une personnalité fermée, une certaine désorientation dans l’espace. Seul un diagnostic rapide aidera à déterminer les véritables causes de cette affection et à arrêter les processus irréversibles.

Comme déjà mentionné, la perte de mémoire est le premier et principal signal de démence émergente.

Vous devez faire attention à ce facteur si une personne demande à répéter plusieurs fois la même chose, mais si elle a accidentellement oublié ses clés de voiture à la maison, ce n’est pas un signe de démence.

L’évitement des choses et des activités familières, la léthargie sont également des symptômes de démence au stade initial. Si une personne abandonne brusquement le travail de sa vie, ne veut pas voir ses amis et sa famille, cela vaut la peine de penser au diagnostic. Cependant, si vous souhaitez faire une pause temporaire dans un emploi du temps trop chargé, la démence est hors de question.

La sensation de désorientation peut être caractérisée par la sensation que vous ressentez si vous vous réveillez parfois d’un sommeil profond et que vous ne pouvez pas comprendre immédiatement que vous êtes éveillé et où vous vous trouvez. Avec un tel phénomène unique et rare, il n’y a aucune raison de s’inquiéter, mais s’il se répète systématiquement et s’aggrave à chaque fois, il est logique de penser à l’apparition de la maladie d’Alzheimer. La désorientation tardive conduit à l’incapacité de déterminer la saison, son propre emplacement. La progression de la maladie d’Alzheimer conduit au fait que le patient tombe dans l’enfance, ou du moins se considère beaucoup plus jeune que son âge actuel.

Les difficultés visuo-spatiales peuvent aussi être un symptôme alarmant dans les premiers stades de la maladie. Lorsqu’ils se produisent, une personne n’est pas capable de percevoir la distance, la profondeur, ne reconnaît pas ses proches. Il lui est difficile de franchir les escaliers, de plonger dans le bain, de lire. Cependant, vous ne devriez pas vous inquiéter de la démence émergente si la déficience visuelle est associée à des pathologies oculaires, telles que la cataracte.

Une diminution de la capacité de communication écrite ou verbale et l’irritabilité d’une personne peuvent également indiquer l’apparition d’une démence. Vous ne devez pas sonner l’alarme si les changements pathologiques sont de courte durée – tout le monde a des sautes d’humeur ou ses yeux se fatiguent, de sorte qu’une personne commence à écrire de manière très tordue. Cependant, avec une aggravation stable de ces symptômes, il est nécessaire de consulter un médecin.

Le fonctionnement exécutif est également supprimé dans le développement de la démence. Cela se traduit par le fait qu’une personne cesse d’exercer les fonctions pour lesquelles il est nécessaire de se souvenir clairement du moment et de la séquence des actions. Par exemple, il est devenu difficile pour une personne de payer ses factures à temps chaque mois, alors qu’elle avait l’habitude de le faire toujours à temps.

Le déplacement illogique constant de tous les articles ménagers “en place” devient un signe du développement de la démence. Des verres dans le réfrigérateur, des chaussures dans le four sont des symptômes de démence progressive. Le patient le fait ostensiblement “consciemment”, car il lui devient difficile de chercher l’objet désiré, et il lui trouve une place “convenable”. Le jugement au début de la démence s’affaiblit également. Cela peut être dangereux, car une personne qui semble normale et qui n’a pas besoin d’aide extérieure peut devenir la cible d’une escroquerie.

L’incapacité à effectuer des activités familières sont des symptômes clairs de la maladie d’Alzheimer. Il est impossible de se perdre sur le chemin du magasin dans votre bon sens, d’oublier comment résoudre un problème que vous pourriez résoudre pendant 20 ans d’enseignement, par conséquent, dans le cas de telles situations, il est nécessaire de subir d’urgence des Diagnostique.

Symptômes de la dernière étape

Au dernier stade de la démence, la mémoire à court et à long terme est complètement perdue. Parallèlement à cela, une personne néglige son hygiène personnelle, ne peut rien manger, ne marche pas et ne contrôle pas ses selles. La fonction de déglutition est également perturbée, il y a une désorientation complète dans l’espace et dans sa propre personnalité. Il n’y a pas de parole, il peut y avoir des sons inarticulés. Tout cela indique une issue létale imminente, qui peut être provoquée par les pathologies vasculaires associées, les processus infectieux et la pneumonie.

Les symptômes du dernier stade de la démence peuvent varier selon le type de maladie :

  • démence frontale;
  • sénilité;
  • démence alcoolique;
  • la démence vasculaire;
  • démence dans la maladie de Parkinson;
  • démence chez les enfants.

Avec la démence frontale dans les derniers stades, la capacité de former des plans complexes et de les réaliser est complètement perturbée. Aux stades sévères de la démence sénile, les personnes perdent toutes les compétences pratiques, la mémoire, cessent de naviguer dans l’espace. Souvent, la capacité d’élocution et la capacité de contrôler les besoins physiologiques sont complètement perdues. Le patient en phase finale est dans une folie physique et mentale complète. Dans les derniers stades de la démence alcoolique, les personnes éprouvent de graves troubles de la parole, un tremblement des membres se produit, la démarche change (devient hache), la force physique d’une personne est considérablement affaiblie.

Avec la démence vasculaire aux derniers stades, tous les signes ci-dessus d’autres types de la maladie peuvent être présents, car la démence vasculaire est considérée comme mixte. Une caractéristique et obligatoire du stade tardif de la démence vasculaire est une violation de l’activité motrice. Dans la maladie de Parkinson, la démence et ses manifestations sont en elles-mêmes un indicateur du stade tardif de la maladie, puisque la démence survient déjà à la fin du développement de cette pathologie.

La démence infantile n’est pas seulement congénitale (oligophrénie), mais aussi tout à fait acquise si le retard mental est compliqué par des blessures, des infections et d’autres pathologies concomitantes, et également sans facteur congénital dans la survenue de l’oncologie infantile, ainsi qu’en raison de certaines maladies héréditaires. Dans ce cas, toutes les compétences de vie acquises peuvent être perdues, l’enfant aura constamment besoin de soins et d’une surveillance étroite.

Signes extérieurs

La démence peut se manifester aux stades les plus précoces par des signes extérieurs que, de prime abord, personne n’attribuera à une telle pathologie :

  • long sommeil;
  • étranges changements de comportement;
  • manque de sensibilité à la douleur;
  • apparition de la rosacée.

Des scientifiques de Boston après de nombreuses années d’observation ont révélé la relation entre l’apparition de la démence et l’allongement du sommeil nocturne. Si un adulte commence à dormir plus de 9 heures par jour, son risque de problèmes de mémoire augmente de 20 %.

Un sommeil prolongé ne provoque pas l’apparition de démence, mais est un signe externe de tels processus. Les changements dans la structure du cerveau entraînent une fatigue accrue, donc beaucoup plus de sommeil est nécessaire.

Des changements soudains dans le comportement, l’humeur et les réactions de la personnalité peuvent également être considérés comme un indicateur précoce de l’apparition de la maladie d’Alzheimer. Les scientifiques ont découvert qu’un changement dans les réponses comportementales se produit bien avant le premier trouble de la mémoire, il devrait donc être considéré comme la première cloche des examens diagnostiques.

Les patients atteints de la pathologie d’Alzheimer cessent de ressentir la douleur et ne peuvent pas répondre de manière adéquate aux maladies qui surviennent dans le corps. Dans le même temps, la capacité de répondre aux stimuli thermiques, aux chocs, etc. est perdue. Les raisons de cette relation n’ont pas encore été clarifiées par les scientifiques, mais la relation elle-même ne peut plus être mise en doute aujourd’hui.

Une étude menée par des scientifiques danois suggère que les personnes atteintes de rosacée (pathologie chronique de la peau) ont un risque accru de démence de 25 %. Par conséquent, lorsque des symptômes de rosacée apparaissent, les spécialistes tiennent compte de la probabilité de développer une démence et font de leur mieux pour la diagnostiquer ou la prévenir en temps opportun.

Caractéristiques de la manifestation chez les jeunes

Les jeunes présentent généralement les mêmes symptômes de démence que les personnes âgées. Les problèmes de mémoire chez les jeunes se reflètent davantage dans leur qualité de vie, car la capacité d’accomplir pleinement les fonctions de travail est perdue et de nombreux problèmes surgissent sur cette base. L’oubli conduit non seulement à des erreurs dans les tâches professionnelles immédiates, mais aussi à une perte d’orientation dans le domaine, à des retards au travail et à l’ignorance de questions importantes.

La concentration de l’attention chute fortement, la personne devient incapable de planifier correctement son propre horaire, c’est pourquoi il y a des problèmes constants avec les employés et la direction, ce qui peut entraîner du stress, de la dépression, ce qui aggravera l’évolution des symptômes de démence.

La prise de conscience de leur propre problème conduit au fait que les jeunes patients atteints de démence abandonnent la société, ils ont honte d’eux-mêmes et aggravent ainsi leur propre maladie. La perte d’intérêt pour la vie est le principal symptôme de la démence chez les jeunes, ce qui la distingue des manifestations séniles de la maladie.

Les changements personnels peuvent également être caractérisés par l’émergence de nouvelles habitudes – passion pour l’ordre et la propreté, collection d’articles non standard, etc. Souvent, la démence chez les jeunes s’accompagne d’un comportement agressif, car une personne réalise périodiquement son infériorité, mais ne peut rien y faire. Cela engendre l’agressivité.

Il est important de comprendre que la démence précoce est dans la plupart des cas traitable avec un diagnostic rapide, alors n’ayez pas peur d’aller chez le médecin pour déterminer les raisons de votre propre sentiment étrange.

  1. Portail d’information “Neuroanatomie”. – Démence.
  2. Site de la clinique de l’académicien Roitberg JSC “Médecine”. – Démence chez l’adulte : symptômes, causes, traitement.
  3. Organisation mondiale de la santé (OMS). – Démence.

Plus d’informations fraîches et pertinentes sur la santé sur notre chaîne Telegram. Abonnez-vous : 

Spécialité : thérapeute, radiologue, nutritionniste.

Expérience générale : 20 ans.

Lieu de travail : LLC “SL Medical Group”, Maykop.

Formation : 1990-1996, Académie de médecine d’État d’Ossétie du Nord.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *